Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

 | 
Jean-Pierre Leguay

Introduction. Un survol du passé urbain

Texte intégral

Villes bretonnes à la fin du XVe siècle

Villes bretonnes à la fin du XVe siècle
  • 1 J. Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale », Annales ESC, juillet-ao (...)

1« Le Bas Moyen Âge est sans conteste le temps des petites villes », écrit Jacques Le Goffdans un article des Annales1. Cette remarque trouve une illustration presque parfaite en Bretagne.

Un réseau urbain d’une trentaine de villes

2Le duché, longtemps à l’écart des grands courants commerciaux, est resté profondément rural et sous-urbanisé jusqu’au XIVe siècle. Il a fallu attendre les lendemains de la guerre de Succession entre les Montforts et les Penthièvres (1341-1364) et une longue période de calme relatif pour constater la croissance rapide des principaux centres d’origine gallo-romaine, devenus sièges épiscopaux (Nantes, Rennes, Vannes, Locmaria-Quimper) et pour voir se développer, en liaison avec un éveil économique, des localités nées à l’ombre d’une abbaye d’origine celtique du Haut Moyen Âge (Dol, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Saint-Pol-de-Léon, Tréguier), d’un monastère bénédictin du IXe siècle (Redon) ou du XIe siècle (Quimperlé). Des bourgs dits castraux sont apparus ensuite, à l’époque féodale, entre la fin du Xe et le XIIe siècle sous la protection d’un château primitif (Ancenis, Auray, Brest, Châteaubriant, Clisson, Fougères, Guingamp, Lamballe, Moncontour, Ploërmel, Vitré). Le Gâvre et Saint-Aubin-du-Cormier, créées de toutes pièces dans des silves, au XIIIe siècle, parachèvent cette stratigraphie urbaine.

3Notre enquête sociale, économique et institutionnelle concerne une trentaine de localités d’origines et de dimensions variées, de Hédé ou de Landerneau à Rennes et à Nantes. Elles renferment moins de 10 % d’une population que nous estimons, d’après un registre de réformation de l’ensemble des feux du duché des années 1426-1430, à un million deux cent mille habitants.

4La période examinée dans cet ouvrage couvre moins d’un siècle et demi d’une histoire riche en événements. Le premier traité de Guérande en 1364 qui entérine la victoire du parti des Montforts sur le parti de Blois-Penthièvre, ébranlé par sa défaite d’Auray et la mort sur le champ de bataille de son candidat le duc Charles, forme le point de départ. Il correspond aussi à l’apparition d’une nouvelle dynastie régnante, à l’avènement du duc Jean IV (1364-1399), au début d’une phase de développement des institutions municipales, des structures socio-économiques et des paysages citadins.

5Le conflit avec la France sous François II (1458-1488) et son héritière, la duchesse Anne (1488-jusqu’en 1491), durant les guerres dites d’indépendance, du temps de Louis XI († 1483) et de Charles VIII († 1498), l’échec de la tentative d’émancipation du grand-duché vassal, le délicat problème de son intégration au Royaume jusqu’aux années 1514-1515, sont le terminus ad quem.

Les strates urbaines tributaires du passé

  • 2 D’autres réseaux urbains ont été étudiés dans le Forez, en Normandie, dans le Midi aquitain avec l (...)

6Les siècles antérieurs ont imprimé leur marque dans l’évolution des paysages des premières cités. Il en reste des témoignages visibles sous les Montforts2. Quatre séries de villes sont apparues et se sont développées au fil des siècles.

  • 3 P. R. Giot, Ph. Guigon, B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, Rennes, PUR, 2003 (biblio (...)

7❍ Les villes issues de l’Antiquité furent tributaires des facteurs qui ont favorisé leur apparition et leur essor : un site de confluence que rappelle le premier nom de Rennes (Condate), des facilités de communication terrestres (Carhaix), maritimes (le port de Calmont à Vannes), fluviales (Rennes, Nantes, Locmaria, futur faubourg de l’agglomération quimpéroise), un arrière-pays fertile, riche en sel, en vin, en matériaux de construction et une forte densité d’occupation humaine. Plus étendues que de simples vici ou bourgades gallo-romaines, elles renferment un tissu viaire déjà dense, partiellement récupéré ensuite avec un réseau d’égouts réutilisés (Nantes, Vannes) et des secteurs pavés. On y trouvait aussi des bâtiments civils et religieux, des basiliques à usage commercial, ancêtres de nos cohues ou halles, des vestiges de temples, des aqueducs restés longtemps en service (Carhaix), les premiers édifices chrétiens, églises, baptistères, chapelles, cimetières. Les plus développées étaient dotées de véritables institutions municipales dont témoigne une inscription rennaise découverte en 19683.

8Un repli à l’intérieur d’une enceinte, à la suite d’invasions germaniques de Saxons, d’Alamans, de Francs a réduit considérablement leur superficie, passant d’une centaine d’hectares à 16 ha à Nantes, à une dizaine d’hectares à Rennes ou à Vannes. Cette contraction a provoqué la disparition des monuments périphériques dispersés dans le suburbium ou secteur périurbain proche, ancêtre des faubourgs, et détruits pour employer les pierres à l’érection des défenses. Les murs romains, faits d’une alternance de briques et de lits de pierres, sont surnommés quelquefois, dans les archives, « césarins » devenus plus tard, par déformation, « sarrazins » ; ils subsistent encore à l’époque que nous examinons comme ossature de base dans la vieille Cité de Rennes ou par pans entiers à Vannes.

9Une reprise de la vie urbaine et des activités se manifeste au cours du IVe siècle, avant la seconde vague des migrations germaniques. À l’époque mérovingienne puis carolingienne, du VIe au Xe siècle, l’Armorique est coupée en deux. Les trois principales villes gallo-romaines, Nantes, Rennes, Vannes, sont les verrous d’une « marche » ou zone militaire destinée à repousser les attaques des Bretons de la Domnonée et du Broerech, le siège d’une administration comtale et le chef-lieu de diocèses. Plus encore que le comte, l’évêque, devenu administrateur urbain, remplit une mission édilitaire où se manifestent de fortes personnalités, à l’image de saint Patern de Vannes († 465), saint Melaine de Rennes (vers 511) et surtout Félix de Nantes († 582) qui dirige les grands travaux, rebâtit sa cathédrale, détourne un bras de la Loire et crée un port au confluent de l’Erdre et de la Loire.

10L’arrivée des Vikings danois perturbe, à nouveau, le cours des événements. Les villes sont prises et reprises, pillées, voire brûlées. Nantes succombe en 843, 853, 886. Mais il serait erroné de s’en tenir à une vision momentanée trop pessimiste. Les instants de paix permettent une reprise des travaux qu’illustre, par exemple, la construction d’un premier castrum nantais, à proximité de la cathédrale par l’évêque Foucher au Xe siècle.

  • 4 G. Devailly, Histoire religieuse de la Bretagne, CLA, 1979 – H. Martin, Les ordres mendiants en Br (...)

11Les cités épiscopales connaissent dès l’époque féodale une réelle extension avec l’apparition de quartiers ou bourgs suburbains greffés le long des artères qui sortent des principales portes : le Bourgmain à Nantes, la Ville Neuve et le Bourg-L’Évêque à Rennes, les quartiers de Saint-Salomon et de Saint-Patern, le Calmont à Vannes. La vie religieuse est intense et se traduit dans la pierre par la restauration des cathédrales, l’expansion d’abbayes urbaines (les monastères Saint-Georges et Saint-Melaine de Rennes), de collégiales, de couvents de Mendiants au XIIIe siècle, de prieurés, d’hôpitaux ou hospices qui accueillent les pèlerins et les pauvres. L’agglomération nantaise renferme désormais treize paroisses avec leurs sanctuaires, cinq prieurés, une collégiale Notre-Dame, une commanderie hospitalière, les couvents de Carmes, de Dominicains et de Franciscains, une maison de Clarisses, un monastère de Chartreux à Saint-Donatien et plusieurs chapelles, dont une douzaine bien connues4. Entre-temps, d’autres paysages urbains accompagnent les nouvelles créations.

  • 5 J. Ch. Cassard, La Bretagne des premiers siècles, Paris, éd. J.-P. Gisserot, 1994 – A. Chédeville (...)

12❍ Le Haut Moyen Âge armoricain qui débute avec l’arrivée des Celtes de Cornwall, d’Irlande et du Pays de Galles, à partir surtout du IVe siècle, pour s’achever avec la fin des attaques normandes constitue une étape fondatrice dans l’histoire urbaine bretonne. Des monastères, futurs noyaux d’urbanisation, sont fondés par des missionnaires à Tréguier par saint Tugdual, à Saint-Brieuc par saint Brioc, à Dol par saint Samson, à Saint-Malo. Toute la difficulté consiste à dater ces créations remplies de pieuses légendes, à préciser quand les abbayes sont devenues des évêchés et quand sont apparues, à proximité, des bourgades méritant l’appellation de bourgs monastiques. Redon (832-834) et Quimperlé (1029), deux localités bien situées, ont vite ajouté aux fonctions religieuses que stimulent de grands pèlerinages, le tour de Bretagne ou Tro Breiz, le rôle de plaque tournante du négoce intérieur du sel et des céréales, de port et de marché en liaison avec la campagne environnante5.

  • 6 Hironori Miyamatsu, Bourgs et bourgeois dans l’Ouest de la France, XIe-XIIIe siècles, thèse dactyl (...)

13❍ À l’époque féodale, de la fin du Xe au XIIe siècle, d’autres localités sont nées à proximité de châteaux. On les désigne sous l’appellation de bourgs castraux6.

14L’origine et l’aspect des premières forteresses, réduites à un donjon de bois sur une hauteur naturelle ou artificielle, point de fixation de l’habitat urbain, échappent, en grande partie, à notre connaissance et les dates des premières apparitions dans les textes restent trop souvent approximatives : Ancenis (vers 981), La Guerche (fin Xe siècle), Châteaubriant et Clisson (début XIe siècle), Vitré (vers 1008), Fougères (vers 1024). Ces noyaux urbains sont localisés soit au fond de rias où la traversée des cours d’eau est encore relativement aisée avant qu’ils ne s’incrustent dans la pénéplaine voisine, soit en bordure des marches frontalières où plusieurs grands ensembles féodaux ont vu le jour, soit, en Bretagne intérieure, à un carrefour routier essentiel, au passage d’un pont fréquenté, soit enfin dans une île (Concarneau). Les bâtisseurs ont recherché de préférence une élévation, un plateau (Dinan, Fougères), le sommet ou les pentes d’une colline (Guingamp, Moncontour, Josselin), une langue de terre entre deux ruisseaux (Morlaix). Souvent, les villes ont dû s’adapter à des conditions naturelles défavorables, au voisinage de marais, aux divagations de rivières (Guingamp, Lamballe, Montfort-sur-Meu), ce qui posera de multiples problèmes aux édiles médiévaux quand les faubourgs quitteront les hauteurs pour s’étaler dans des zones considérées comme non constructibles.

  • 7 A. Mussat, Le style gothique de l’Ouest, Paris, Picard, 1963 & Arts et cultures de Bretagne, un mi (...)

15L’évolution des villes castrales reste mal connue jusqu’au XIIIe siècle. On note, néanmoins, des indices indubitables de leur développement, dont la fondation de nouvelles paroisses. Si certaines sont antérieures à l’érection de la forteresse et ont d’abord été rurales (Ploërmel), la plupart sont des créations de toutes pièces au détriment d’une cure campagnarde. Plusieurs de ces paroisses doivent leur naissance à l’initiative d’un seigneur (la chapelle castrale de Bécherel) et à l’intervention de moines français venus de Marmoutier, de Saint-Florent de Saumur ou d’ailleurs, de réguliers bretons des abbayes de Redon ou de Saint-Melaine de Rennes. Au tournant du premier millénaire de notre ère, le clergé séculier local présente un niveau intellectuel, moral et spirituel si bas que les seigneurs locaux préfèrent confier les fondations aux moines qui multiplient les prieurés-cures dans les bourgades. L’apparition, puis l’extension des forteresses, des manoirs, des rares maisons anciennes des rues et de leurs toponymes, des églises romanes puis gothiques permettent de suivre les différentes phases de l’élaboration urbaine7.

  • 8 A. Chédeville et N. Y. Tonnerre, La Bretagne féodale, XIe-XIIIe siècles, Rennes, Ouest-France Univ (...)

16La période féodale voit se généraliser, se fixer le calendrier des marchés et des foires, les cohues, les tribunaux ou auditoires, les ateliers monétaires, des installations portuaires encore réduites à des pontons et à des débarcadères en bois. Le terme de bourgeois, habitant d’un bourg puis notable, devient, au fil des ans, plus courant dans les textes et déjà sortent de l’ombre les noms de quelques familles d’artisans du textile et du cuir et de marchands, dans les ports (Nantes, Saint-Malo, Vannes, Dinan) ou dans les principales cités de l’intérieur (Rennes)8.

17❍ Les deux villes neuves, Saint-Aubin-du-Cormier au nord de Rennes et Le Gâvre à proximité de Nantes naissent, ex nihilo, en 1223 et en 1225, près de vastes forêts, à l’initiative d’un prince d’origine française, bailliste (garde) du duché au nom de son fils, le futur Jean 1er le Roux, Pierre de Dreux dit Mauclerc, pour peupler et mettre en valeur des silves, protéger le domaine ducal, surveiller de grandes seigneuries vassales et, dans un cas, la « marche » de Normandie.

Les villes en 1364 à l’avènement de Jean IV de Montfort

18❍ La trentaine de villes sont les centres majeurs d’une gestion domaniale étendue, les cadres d’une administration seigneuriale relevant du domaine ducal, des biens de barons, de chevaliers ou de simples écuyers, de clercs. Les caisses des trésoreries, situées dans les forteresses, centralisent les recettes dites « muables et immuables », les charges sous forme des produits des récoltes, du fermage des banalités des fours et des moulins, des tailles, des coutumes indirectes sur les foires et les marchés, des péages, etc. Des instances judiciaires fonctionnent dans des tribunaux hauts, moyens et bas justiciers qu’on nomme des auditoires.

19Une analyse des seigneuries urbaines et rurales armoricaines révèle la rapide progression du domaine ducal dans une quinzaine de villes importantes, entre le XIe et le XIVe siècles, en dépit de quelques erreurs politiques, lourdes de conséquences, comme la constitution, à deux reprises, d’un apanage de Penthièvre (1034 et 1317). Elle montre aussi de belles concentrations de biens entre les mains de grands barons, les Penthièvre et leurs alliés de Clisson, les Rieux, les Laval, les Rohan, les Rochefort et permet de mesurer l’étendue des régaires ou fiefs épiscopaux, de les distinguer des fiefs des chapitres ou des biens collectifs des moines (Redon, Quimperlé). Saint-Malo est dirigée en co-seigneurie par son évêque, le chapitre des chanoines et les bourgeois.

20Tout un monde d’officiers, titulaires d’offices ou de charges, se partage l’autorité. Jusqu’au XIIIe siècle, les sénéchaux furent les pivots de l’administration locale, avant d’être cantonnés ensuite dans des fonctions judiciaires. L’alourdissement de l’administration, l’accroissement des charges fiscales et militaires ont entraîné une division des tâches et l’apparition d’un personnel plus nombreux et plus qualifié. Les receveurs et les juges avec leurs adjoints deviennent des rouages essentiels du pouvoir. Des prévôts, des voyers, des alloués, des justiciers de moindre rang constituent déjà une petite élite, d’hommes, capables d’interpréter et d’appliquer la Très Ancienne Coutume et les décisions ducales. La guerre de Succession impose la présence d’un gouverneur militaire nommé par le duc, le capitaine, dans les places-fortes.

  • 9 Jean Delumeau (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1965 & Documents de l’histoire de (...)

21Les interventions des citadins dans la gestion de leurs villes restent exceptionnelles, cantonnées pour le moment dans le cadre paroissial. Les premiers privilèges collectifs ou individuels remontent aux règnes de Pierre de Dreux, de Jean II et de Jean III au XIIIe siècle et sont de nature plus économique avec Saint-Aubin et Le Gâvre que politique à Nantes en 1331. La guerre civile bouleverse l’ordre établi, multiplie les interventions de notables près des chefs des deux partis, des burgenses, des civitates, dans les négociations, dans les aménagements défensifs et dans la gestion de deniers communs. L’occasion est offerte à des délégués ou procureurs de siéger dans les premières assemblées d’états provinciaux9.

22❍ Les villes sont majoritairement fortifiées mais la qualité de leurs courtines et de leurs tours laisse souvent à désirer quand la poliorcétique utilise davantage le canon.

  • 10 J.-C. Cassard, Charles de Blois, CRBC, 1994 & La Guerre de Succession de Bretagne, Spézet, éd. Coo (...)

23Plusieurs châteaux sont rapetassés ou étendus par la suite, au XVe siècle. Quelques enceintes urbaines sont déjà en place vers 1364 après les deux étapes majeures dans l’élaboration des défenses que fut l’époque de Pierre Mauclerc et de Jean 1er entre 1213-1286 avec le renforcement du pouvoir ducal et la guerre civile10. Les campagnes de travaux sous les Montforts correspondent à des moments de tension extrême, à des luttes acharnées contre les Anglais, les Français, contre des seigneurs révoltés (1420) ; elles s’expliquent aussi par le renforcement des possibilités économiques, techniques et financières du duché. Les donjons de Brest, de Clisson, de Châteaubriant, de Fougères, d’Hédé, de Josselin, de Morlaix, de Pontivy, de Vitré, leurs châtelets, leurs autres grandes entrées, l’extension des murailles de Nantes, de Rennes, de Vannes, l’apparition d’ensembles mieux protégés à Dol, à Fougères, à Hennebont, à Moncontour, à Quimper, à Redon, à Vitré… déterminent déjà la physionomie d’une vingtaine de centres urbains.

24❍ L’examen des plans reconstitués à partir de témoignages narratifs, de toponymes, de plans postérieurs et de détails archéologiques montre qu’on passe de la ville linéaire, dont l’axe principal ou Grande Rue est la poursuite intra muros de la voie commerciale extérieure (Hédé, Châteaugiron), au plan en arête de poisson (Dol), à un damier sommaire avec deux rues parallèles reliées entre elles par des ruelles étroites (Châteaubriant, Redon) et à un quadrillage déjà plus complexe (Vitré). Le plan radio-concentrique, défini par une enceinte circulaire et par la subordination des artères principales à un centre où se trouvent les éléments générateurs de la ville, un château ou une église, est représenté par quelques exemples : à Quimper où la place de la cathédrale joue le rôle d’attraction, à La Guerche où l’élément directeur est le château, à Ploërmel centrée sur la place du Marché et les halles. Quant aux grandes agglomérations, telles que Nantes, Rennes et Vannes, ce sont des ensembles multicellulaires, déterminés par différents foyers simultanés ou successifs de fixation de l’habitat : cathédrales, halles, églises paroissiales, ports. L’analyse de ces quartiers extérieurs à l’enceinte, des forsbourgs, permet de distinguer plusieurs cas de faubourgs-rues, simples alignées de maisons le long des axes qui sortent des villes, de véritables villages-satellites (Saint-Goustan d’Auray) et de vastes ensembles de rues et ruelles qui attendent le moment propice pour être protégés comme le quartier de Toussaints de Rennes au sud de la Vilaine.

25Un point commun se retrouve dans toutes les villes bretonnes : leur aspect encore champêtre, que préserve la présence de jardins, de parcs ou herbages enclos, de « places de maison vides », de clos de vignes, de garennes (Morlaix, Vannes), les grandes forêts ducales ou seigneuriales tout proches, les maisons majoritairement en bois et en torchis et couvertes de chaume. Le pavage des rues reste réservé aux centres historiques avant d’atteindre la périphérie des agglomérations.

26❍ Beaucoup d’églises qui constituent le patrimoine artistique et l’orgueil des centres urbains bretons remontent à la seconde phase de l’art roman (vers 1050-vers 1180) et au début de l’âge gothique (fin XIIe-XIIIe siècles). Les témoignages romans sont encore nombreux en 1364, non seulement dans les petites bourgades qui n’avaient pas forcément les moyens et le besoin de reconstruire leurs sanctuaires, mais aussi dans les grands centres. Sobriété et simplicité sont les deux termes qui conviennent le mieux pour définir les églises et les chapelles de plusieurs localités (Hédé, Clisson), ce qui n’exclut pas cependant des solutions grandioses dans les monastères urbains (Saint-Sauveur de Redon, Saint-Melaine de Rennes, Sainte-Croix de Quimperlé). À ce substrat roman original, bien que trop longtemps sous-estimé, s’ajoutent les grandes œuvres gothiques grandioses des sept cathédrales, des collégiales (Notre-Dame de Vitré) ou de sanctuaires paroissiaux (La Guerche). Beaucoup de monuments religieux (le Kreisker de Saint-Pol-de-Léon, Notre-Dame de Guingamp ou de Lamballe) étonnent par des proportions, une richesse décorative, sans rapport avec le développement de la localité qui les abrite. Au temps des premières expériences encore maladroites de voûtes bombées de la nef (Saint-Malo) succède l’épanouissement des techniques et des réalisations où se mêlent des influences poitevines, ligériennes, anglo-normandes qui indiquent indirectement l’orientation du trafic breton et des relations de cette province avec les pays voisins.

27Le conflit des années 1341-1364 se traduit sur le plan monumental par l’arrêt de chantiers (Tréguier), par des destructions graves (Saint-Aubin de Guérande), par la transformation de cathédrales en forteresses (Saint-Brieuc). Le retour de la paix, la nécessité de restaurer ou d’agrandir les bâtiments anciens pour répondre à l’augmentation du nombre des fidèles, le mécénat princier et seigneurial, les dons anonymes de milliers de pèlerins et de paroissiens ont favorisé l’ouverture de nouveaux chantiers dès l’époque de Jean IV. Rappelons simplement pour mémoire qu’en plus de toutes les cathédrales des villes épiscopales, on travaille au XVe siècle à une vingtaine de couvents de Mendiants, à des dizaines d’églises paroissiales, à des chapelles par centaines, aux ossuaires (Morlaix, Pleyben), sans oublier les croix, les calvaires, tous ces monuments remarquables en pierre du pays qui contribuent aussi à définir un art breton.

  • 11 J.-P. Leguay, « Un aspect du patrimoine breton : les bâtiments utilitaires urbains au Moyen Âge d’ (...)

28❍ Au nombre des ouvrages civils, déjà nombreux en 1364, figurent des cohues, incluses dans des pâtés de maisons (Vannes) ou isolées au milieu d’une place (Vannes, Rennes). La halle type est un bâtiment rectangulaire, muni d’ailes, monté sur poteaux de bois et recouvert d’une admirable charpente. Très souvent, en Bretagne, l’étage de la cohue sert d’auditoire de justice. Beaucoup d’hôpitaux sont déjà en place quand les Montforts montent sur le trône ducal ; ils ont été fondés soit par des ecclésiastiques, fidèles à leur mission secourable (évêques, chanoines, moines, simples prêtres), soit par les ducs et leurs vassaux, soit, quelquefois, par des confréries professionnelles (l’hôpital Sainte-Anne de Rennes, création de dix métiers) ou simplement religieuses (Saint-Yves de Vitré). Ces constructions charitables sont localisées plutôt à l’extérieur des murs, pour des raisons de salubrité, près d’une entrée principale, en bordure d’un pont, ou dans des faubourgs éloignés. Dans les grandes agglomérations, les centres hospitaliers forment une véritable ceinture dont la présence est en rapport avec l’intensité du passage sur les axes de circulation (Rennes, Nantes). Les textes contemporains soulignent la pluralité de la mission de ces maisons : l’hébergement des pauvres et des pèlerins, les soins aux malades, le secours des orphelins et des vieillards. Avec les progrès du négoce, on se préoccupe de l’entretien des cails en pente (Ancenis) et des rives avec des quais en bois, des entrepôts ou salorges pour le sel11.

Une vie urbaine intense et originale au XVe siècle

29La société du temps des Montforts est, comme partout ailleurs, fort diversifiée

30❍ De « rices homs », environ 10 % des membres d’une communauté urbaine, que les historiens désignent encore parfois par l’appellation de patriciens. Des bourgeois aisés, parmi lesquels se mêlent quelques nobles et des chanoines aux membres d’une « triple alliance » de négociants, d’administrateurs et d’hommes de loi constituent une « maire et principale partie » de la population. Cette élite vit de préférence dans des ostels particuliers au cœur des localités ou dans de véritables manoirs apparus dans les nouveaux quartiers. La masse appartient au monde des artisans et des simples travailleurs manuels associant des maîtres de confréries professionnelles (nos futures corporations) à des compagnons ouvriers, des valets et à d’autres « gens mécanicques » employés dans les ateliers, sur les chantiers, dans les carrières de pierre (partie 1). Tous relèvent d’une paroisse vaste ou minuscule, habitent un quartier, une rue, entretiennent des liens de voisinage avec leurs semblables.

31❍ L’élite dont les rapports avec les ducs de la dynastie des Montforts ont été, à de rares exceptions près, excellents, s’est efforcée d’obtenir des « libertés et franchises » parmi lesquelles figure un régime fiscal privilégié, celui des aides directes, un droit d’être représentés aux États de Bretagne par des procureurs, la gestion d’un budget alimenté par des deniers communs, en majorité des impôts sur les vins, les textiles et les métaux, le droit d’élire les membres des premiers conseils municipaux distincts des simples assemblées paroissiales, de choisir un certain nombre de représentants permanents, procureurs, miseurs ou comptables, contrôleurs, gardes (partie 2).

32❍ La vie dans les villes du Moyen Âge obéit à des règles précises. Les cloches tous les jours, des fêtes religieuses et civiles à l’occasion rythment le temps qui s’écoule, permettent d’oublier les difficultés du présent. Les membres des familles bourgeoises dont la mentalité, la piété méritent d’être définies ou rappelées par leurs actions ont la possibilité, s’ils le peuvent, de faire un minimum d’études dans des « petites écoles » ou, mieux encore, d’envoyer leurs enfants dans les universités françaises ou dans celle toute récente de Nantes (partie 3).

33❍ Mais le malheur n’est jamais très éloigné des populations citadines qui vivent dans la crainte des courses transfontralières de routiers, des difficultés de ravitaillement, des épidémies à répétition. La population misérable, le nombre des marginaux laissés à la rue, ou secourus dans les hôpitaux dépassent vite les 10 % habituels et leur présence grossit encore de la venue de « déguerpis », de réfugiés des campagnes. La dernière partie s’achève par la tragédie que constituent les guerres dites d’indépendance entre la France de Louis XI et de Charles VIII et la Bretagne de François II et de la duchesse Anne (partie 4).

Notes

1 J. Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale », Annales ESC, juillet-août 1970, no 4, p. 932.

2 D’autres réseaux urbains ont été étudiés dans le Forez, en Normandie, dans le Midi aquitain avec les bastides, en Provence, dans le Languedoc… Nous avons reconstitué le réseau urbain savoyard dans un article intitulé « Les villes du comté, puis duché de Savoie »… Bulletin du Centre d’études franco-italien, no 4, juin 1979, (Turin-Chambéry), p. 13-64.

3 P. R. Giot, Ph. Guigon, B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, Rennes, PUR, 2003 (bibliographie) – L. Pape, La Bretagne romaine, Rennes, Édilarge-Ouest-France, 1995 – L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, 1980.

4 G. Devailly, Histoire religieuse de la Bretagne, CLA, 1979 – H. Martin, Les ordres mendiants en Bretagne, Paris, 1975.

5 J. Ch. Cassard, La Bretagne des premiers siècles, Paris, éd. J.-P. Gisserot, 1994 – A. Chédeville et H. Guillotel, La Bretagne des saints et des Rois, Ve-Xe siècles, Rennes, Ouest-France Université, 1984.

6 Hironori Miyamatsu, Bourgs et bourgeois dans l’Ouest de la France, XIe-XIIIe siècles, thèse dactylographiée A. Chédeville (dir.), Rennes 2, mai 1986.

7 A. Mussat, Le style gothique de l’Ouest, Paris, Picard, 1963 & Arts et cultures de Bretagne, un millénaire, Paris, Berger-Levrault, 1979.

8 A. Chédeville et N. Y. Tonnerre, La Bretagne féodale, XIe-XIIIe siècles, Rennes, Ouest-France Université, 1987 – A. de La Borderie et B. Pocquet, Histoire de Bretagne, volumes III et IV, réimpression Mayenne 1975.

9 Jean Delumeau (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1965 & Documents de l’histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1971 – J.-P. Leguay et H. Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532, Rennes, Édilarge-Ouest-France, 1983 – G. Minois, Nouvelle Histoire de Bretagne, Paris, éd. Fayard, 1992.

10 J.-C. Cassard, Charles de Blois, CRBC, 1994 & La Guerre de Succession de Bretagne, Spézet, éd. Coop breizh, 2006.

11 J.-P. Leguay, « Un aspect du patrimoine breton : les bâtiments utilitaires urbains au Moyen Âge d’après les textes, l’archéologie, les plans et les gravures anciennes » dans les Mélanges A. Chédeville sur « Mondes de l’Ouest et Villes du monde », Rennes, PUR, 1998, p. 241-261.

Table des illustrations

Titre Villes bretonnes à la fin du XVe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122481/img-1.jpg
Fichier image/, 301k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540