Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Troisième sous-partie. Spiritualité et culture des corps

La chapelle de la Reconnaissance Nationale de Dormans (Marne). Un monument national catholique de la Grande Guerre ?

Stéphane Tison

Texte intégral

1Souvent sont cités, comme emblématiques du mouvement commémoratif de l’entre-deux-guerres, les monuments aux morts des 36 000 communes de France. Pour mesurer l’ampleur du deuil que généra la Grande Guerre, il faudrait y ajouter au moins autant de monuments paroissiaux, quelques dizaines de milliers de plaques institutionnelles (érigées dans les gares, postes, écoles, et autres bâtiments publics), de même des plaques et édifices privés financés par des amicales régimentaires, des groupes professionnels, des familles. Combien au total ? 100 000 monuments ? Pour le seul territoire français ? Chiffre introuvable et colossal, dénombrement inutile dont l’impossibilité même révèle la profondeur du premier deuil de masse institutionnalisé de l’Histoire.

2Parmi ces monuments, certains ont eu délibérément une vocation nationale, le plus connu des hommages étant bien entendu celui du tombeau du soldat inconnu mis en place sous l’Arc de Triomphe en novembre1920. La nation a fait son deuil également sur le champ de bataille. Plusieurs espaces de l’ancien front ont été distingués et ont vu l’érection d’un édifice mémoriel d’ampleur au cours de l’entre-deux-guerres :

Artois

Nécropole et chapelle de Notre-Dame-de-Lorette

Marne

Chapelle de la reconnaissance de Dormans

Meuse

Ossuaire de Douaumont

Vosges

Monument et ossuaire de l’Hartmannswillerkopf

3Tous ces monuments nationaux sont érigés au cours de la même période : après la construction d’un édifice provisoire juste après les combats, la première pierre est posée en 1920 (Douaumont, Dormans) et 1921 (Notre-Dame-de-Lorette), l’inauguration ayant lieu entre 1925 (Lorette) et 1932 (Douaumont). Chacun comporte un édifice religieux souvent consacré après l’inauguration civile (Lorette, 1926, Dormans, 1931, Hartmannswillerkopf, 1932), sauf dans le cas de Dormans où la crypte est consacrée dès 1924.

  • 1 Nicolas Offenstadt, « La bataille du Chemin des Dames (1917) dans la pierre : silence global, mémo (...)

4S’ajoute à cette liste le monument de Mondement (Marne) dont le projet est élaboré à partir de 1922 et 1929, pour commémorer la première bataille de la Marne et finalement inauguré en 1951. Enfin, sur le Chemin des Dames, au souvenir plus problématique, la chapelle de Cerny, projet commencé en 1939, est inaugurée en 1952, sans que la construction soit achevée, avec ajouts des derniers bâtiments en 19631… sans l’ampleur des précédents hommages nationaux, et sans la pompe des cérémonies commémoratives des années 1920.

5Alors que l’État participe largement au financement de quatre de ces projets, deux d’entre eux sont d’origine privée : celui de Dormans et celui de Cerny, pour des raisons bien différentes. D’une certaine manière, leur vocation de monument national est comme constituée de facto. Le second est le monument national d’un souvenir douloureux et conflictuel, le premier, sur lequel je m’arrêterai dans cette étude, est en quelque sorte un monument national catholique de la Grande Guerre. Il diffère dans son origine des autres chapelles inscrites dans les projets de monuments nationaux du front, par son financement privé et par sa vocation.

Un monument catholique à vocation nationale

6Dormans se situe au centre de la ligne de front qui a imprégné l’imaginaire des Français pendant la guerre et demeure une trace mémorielle importante dans les années qui suivent. Au-delà de cet ancrage dans l’histoire nationale récente, la construction de l’édifice s’apparente davantage à une initiative nationale catholique.

L’ancrage de la mémoire sur le champ de bataille

7La Chapelle de la Reconnaissance de Dormans est en premier lieu une construction figeant la mémoire des combats aux points névralgiques de la bataille. Comme les monuments nationaux si divers dans leur forme, cet édifice est situé sur un des lieux hautement symboliques du conflit, choisi de telle sorte que chacun puisse, par identification, inscrire sa propre histoire dans celle du lieu.

  • 2 Fernand Laudet (1860-1933). Premier secrétaire de l’ambassade de France au Saint-Siège au début du (...)
  • 3 Ibid, p. 2.

8L’emplacement pour un monument national doit être aisément reconnaissable pour toute la population. Dans le premier bulletin publié pour présenter les buts et l’avancement du projet, au printemps 1920, l’écrivain catholique Fernand Laudet2, membre de l’institut, affirme ainsi qu’« il n’est pas un Français qui ne sache que, sur les rives de la Marne, deux fois l’ennemi fut arrêté ; une première fois la Victoire conjura l’invasion, une seconde fois elle chassa l’Allemand et le poursuivit jusqu’à ce qu’il demandât grâce […] », ajoutant plus loin que « c’est Dormans, dans le département de la Marne, sur la Marne, aux confins de l’Île-de-France et de la Champagne, qui a été choisi, d’après les indications du maréchal Foch, comme le lieu synthétique des deux batailles libératrices3 ».

9Il est vrai que la petite ville se trouvait géographiquement au centre du vaste champ de bataille de la première bataille de la Marne, sur la ligne Senlis-Verdun, quoique en retrait, les combats décisifs ayant lieu plus au sud, à une trentaine de kilomètres, entre La Ferté-Gaucher, Montmirail et Sézanne, Fère-Champenoise. Le maréchal Foch considérait que Dormans représentait le centre de la ligne de combat tant en 1914 qu’en 1918, chacune de ces batailles encadrant chronologiquement la guerre : point d’arrêt de l’invasion d’août 1914, et ligne de départ de la reconquête victorieuse de juillet 1918. Il s’agit donc là d’un centre symbolique choisi à l’échelle de la géographie du pays et valable tant pour la bataille de la Marne en 1914 que pour la bataille de France en 1918.

10La région de Dormans et Château-Thierry est également légitimée par le passage des combats et la marque des destructions puisque, au printemps 1918, l’offensive allemande a menacé les populations jusqu’aux rives de la Marne. Si ces faits sont rappelés lors des commémorations, c’est la situation géométriquement centrale sur la ligne de front, ligne droite imaginaire du Nord à Dormans et de Dormans à la frontière alsacienne, qui reste signi ficative.

11Ce qui intéresse ici, c’est la valeur donnée au site, valeur nationale, cautionnée par le généralissime Ferdinand Foch. À partir de cette centralité choisie, la vocation religieuse de l’édifice est ajoutée : le cardinal-archevêque de Reims, Mgr Luçon, lui confère lors de la bénédiction de la première pierre une dimension non plus seulement nationale, mais réellement eschatologique :

  • 4 Ibid., no 3, novembre 1920, et brochure La chapelle de la Reconnaissance de la Marne, s.l.n.d., p.  (...)

« Ce monument a été érigé en souvenir des deux grandes Victoires qui, lors de la guerre mondiale, ont sauvé la France. C’est dans cette vallée, sur les bords de ce fleuve, sur ces coteaux, dans les plaines d’alentour, que l’héroïsme de nos soldats et le génie de nos généraux ont, avec l’aide de Dieu, refoulé les flots de l’invasion ennemie. En souvenir de ce glorieux événement, cette Chapelle a été bâtie. Elle dira, d’âge en âge, la reconnaissance de la France pour ses soldats, ses actions de grâce, et ses protestations d’inaltérable fidélité au Christ, ami des Francs, qui lui a donné la Victoire4. »

12Si l’ensemble de la population française, anciens combattants et civils, ne s’inscrivait pas nécessairement dans cette définition très religieuse de l’œuvre et du lieu choisi, ils ne pouvaient certainement pas lui retirer sa valeur sacrée ; sacrée parce que synthétique des luttes et des épreuves traversées en commun par la nation entière, et parce que point de convergence entre l’effort national et les préludes de la victoire.

Monument national dans l’intention, catégoriel dans la réalité

13L’édifice est en effet fondamentalement issu d’une initiative catholique. Rappelant ce double lien entre centralité sur le front et lieu d’expression de la Providence, Fernand Laudet rappelle l’origine de la construction :

  • 5 Bulletin…, op. cit., no 1, mai 1920, p. 1. La Chapelle de la Reconnaissance, op. cit. (ADM), CHP 53 (...)

« Et telle fut dans les âmes angoissées l’ivresse de la délivrance que cette Victoire prit le nom de Miracle de la Marne […] Ne devons-nous pas crier sans cesse notre reconnaissance aux morts et aux vivants dont nous sommes débiteurs, à la Providence, qui a permis que tant de sacrifices eussent leur rançon ? […] Cette noble pensée germa dans les esprits et la duchesse d’Estissac en fut la première initiatrice ; à peine exprimée, elle reçut de multiples adhésions5. »

  • 6 . Bulletin…, op. cit., no 9, mai 1922, p. 6. La propriété appartenait à M. Leconte et fut vendue à (...)
  • 7 Né le 22 mars 1881, engagé volontaire, appartenant à l’escadrille SPA 26, chevalier de la Légion d (...)

14En effet, le projet prit naissance dans le domaine de Dormans6 acheté pour l’occasion par la duchesse d’Estissac (1864-1924), née Jeanne de Rochechouart de Mortemart, issue d’une des plus anciennes familles de la noblesse, celle de La Rochefoucault. La dimension privée de l’initiative a son importance car elle traverse aussi le destin national et la lecture catholique de la victoire. La duchesse d’Estissac ne fut certes pas épargnée par les deuils : son gendre, le prince Ernest d’Arenberg, né en 1888, lieutenant au 32e RI, fut tué le 20 mars 1915. Un cousin, Jean-Charles de La Rochefoucault, capitaine au 3e régiment de chasseurs à cheval, né en 1865, tombe à son tour le 12 janvier 1917. Enfin, son neveu, François de Rochechouart, marquis de Mortemart, prince de Tonnay-Charente, engagé volontaire, sous-lieutenant aviateur, est mort en combat aérien le 16 mars 1918, près de Forges-sur-Meuse7.

15Le deuil privé, exprimé à travers la foi de la duchesse, donne lieu à la naissance d’une œuvre rencontrant une demande collective, l’exemple de cette femme meurtrie rappelant bien des destinées de l’époque. Pour autant, cette histoire privée n’est pas mise en valeur quand bien même, par le don du terrain, elle permet la création d’un lieu de recueillement national.

16C’est en mars 1919 que la duchesse d’Estissac crée un comité (association loi 1901) qui réunit notamment le cardinal Luçon, archevêque de Reims et Mgr Tissier, évêque de Châlons-sur-Marne. Ceux-ci sont des figures éminentes du clergé local dont l’aura s’est considérablement accrue pendant le conflit. Le cardinal Louis-Joseph Luçon (1842-1930), est resté aussi longtemps que possible à Reims, jouant un rôle dans la défense du patrimoine de la ville et l’organisation de la vie des habitants avant l’évacuation de mars 1918. Quant à Mgr Joseph-Marie Tissier, évêque de Châlons-sur-Marne de 1912 à 1946, il est alors présenté comme « l’évêque de la Marne », dans le sens « du miracle de la Marne » ; il est resté l’un des seuls représentants de la ville de Châlons-sur-Marne au moment de l’invasion de 1914 et a soutenu résolument les habitants de son diocèse, oeuvrant sans relâche à la mise en place des commémorations lors de la sortie de la guerre.

  • 8 Les pères salésiens (congrégation fondée par Don Bosco en 1859 pour les hommes, 1872 pour les femm (...)

17La duchesse d’Estissac, outre l’initiative du projet, fit l’acquisition du terrain. Au début des années 1920, les prêtres des Missions étrangères, congrégation fondée en 1651, dont le supérieur est alors Mgr de Guébriant, en sont les locataires et vont participer au gardiennage et à l’entretien du site8. Vice-présidente de l’œuvre, la donatrice n’en vit pas la réalisation puisqu’elle disparut en 1924. C’est Mgr Tissier, aidé par les descendants de la duchesse, qui poursuivit inlassablement le projet au-delà de la disparition en 1929 du maréchal Foch et en 1930 du cardinal Luçon.

18Le comité créé pour le projet de Dormans s’avère particulièrement prestigieux. Deux comités se juxtaposent en fait ; un comité de patronage, chargé de diffuser l’œuvre, et un comité d’action, qui assume la définition du projet proprement dit, la désignation du jury chargé de choisir les propositions d’architectes, et le contrôle des travaux. Le premier compte parmi ses membres le général Balfourier, et pas moins de 9 députés, 7 anciens députés, 4 sénateurs, 4 conseillers municipaux de Paris, et 5 académiciens, parmi lesquels Paul Bourget et Maurice Barrès, alors député, ainsi que 9 membres de l’Institut, 1 ambassadeur, et le directeur du journal La Croix.

19La mouvance catholique et patriotique est très représentée, et la moitié des députés et sénateurs sont souvent élus de départements de l’Ouest (Morbihan, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, Vendée). Quant au comité d’action, son profil est similaire, le clergé jouant le rôle principal, avec Mgr Luçon, président d’honneur et Mgr Tissier, président effectif, associé à la duchesse d’Estissac. Les vice-présidents sont deux membres de l’Institut, Lacour-Gayet et Fernand Laudet, et d’autres élus sont également présents ainsi que le général Cherfils et le général Maistre. Les parlementaires de la Marne sont peu représentés ; seul le comte Bertrand de Mun, ancien député, appartient au second comité. Il faut ajouter que certains maréchaux et généraux bien connus ont apporté leur soutien à l’œuvre, en particulier Ferdinand Foch, à l’origine du choix de l’emplacement, et les généraux Mangin et Gouraud.

  • 9 Bulletin…, op. cit., no 9, mai 1922. Compte-rendu. « Le cardinal Dubois ayant bien voulu autoriser (...)

20En outre, les souscriptions organisées pour ces monuments en font obligatoirement des hommages de dimension nationale. Plusieurs dizaines de milliers de souscripteurs ont apporté leur obole. Une étude réalisée sur 4 167 souscripteurs cités sur les listes 1 à 4 publiées dans le Bulletin de la Chapelle de la Reconnaissance de Dormans, révèle qu’une part non négligeable de donateurs est constituée par les membres de l’aristocratie et du clergé, chiffre relativement important par rapport à leur place dans la société d’alors : on trouve en effet 3,7 % de noms à particule nobiliaire, et 19,9 % de membres du clergé. Les proportions sont d’ailleurs beaucoup plus élevées dans la première liste contenant 981 noms, une liste de lancement de l’œuvre en quelque sorte, avec des dons supérieurs à ceux qui suivent, qui dépassent en général 100 F. Dans cette liste, se trouvent 6,9 % de nobles, et 33,64 % de prêtres, ou évêques, ou communautés religieuses9

  • 10 L’association devient la « Fondation du Monument des Victoires de la Marne et Ossuaire de Dormans  (...)

21Ce monument, national par son patronage, sa souscription et aussi par son rôle de lieu de pèlerinage, n’en est pas moins un monument en partie catégoriel, dans le sens où il n’est pas dû à une décision de l’État10, mais représente les aspirations d’un courant de pensée, catholique, même si celui-ci, dans la ferveur angoissée de l’après-guerre, rassemble certainement au-delà de son auditoire traditionnel.

Un exemple d’édifice mémoriel incarnant la renaissance

22La première pierre est posée le 18 juillet 1920, pour le deuxième anniversaire de la deuxième bataille de la Marne. La construction de l’édifice s’échelonne sur une dizaine d’années (1921-1931), au gré des apports financiers nécessitant encore des appels à la fin des années 1920.

23L’édifice est un sanctuaire accueillant un ossuaire (130 cercueils contenant les cendres de 1360 soldats de toutes nationalités, 11 seulement étant identifiés). L’architecte, Marcel, les sculpteurs Georges-Alexandre Closson et Michelet, et le maître-verrier de Chartres Lorin, ont illustré avec une grande cohérence trois thématiques principales : celle de la renaissance pour l’ensemble, celle du deuil surtout dans la crypte et enfin celle de l’hommage associé à la victoire et à la gloire dans la chapelle supérieure.

Renaissance religieuse-renaissance nationale : la réponse au Sacré-Cœur de Montmartre ?

  • 11 Bulletin…, op. cit., no 4, février 1921, p. 9.
  • 12 Ibid, op. cit., p. 6.
  • 13 François Loyer, « Le Sacré-Cœur de Montmartre, un haut-lieu contesté », in Pierre Nora (dir.), Les (...)

24Il serait exagéré de présenter cette chapelle comme une réponse à la basilique de l’expiation érigée après la défaite de 1871 et la Commune de Paris, celle du Sacré-Cœur de Montmartre. Aucun texte officiel, aucun discours ne confère une parenté certaine entre les deux édifices. Cependant, quelques œuvres sculptées sont dues au maître Séguin, qui avait travaillé à la décoration de la basilique du Sacré-Cœur. De plus, certains souscripteurs ont pu faire ce rapprochement : « Que cet Ex-Voto devienne une véritable Basilique comme celle de Montmartre », écrit l’un d’eux en versant son obole11. Il est d’ailleurs incontestable que le curé de Montmartre, l’abbé Loutel, fit un appel en faveur de l’œuvre dans le journal La Croix12. Une référence directe à la basilique qui avait été l’objet de tant de polémiques et avait suscité une ferme opposition parmi les tenants de la laïcité et de la République13 n’aurait certainement pas servi le projet. En somme, au monument qui stigmatisait la faute de la France, l’abandon de la papauté en 1870, qui avait valu le châtiment de la défaite et de la guerre civile, se substitue désormais à partir de 1919-1920 un édifice, moins central puisque construit en dehors de la capitale, affirmant la réconciliation de la France avec son destin spirituel.

  • 14 Brochure La chapelle de la Reconnaissance de la Marne, op. cit., p. 26.

25Le comité et l’architecte Closson ont voulu lui donner une apparence gothique, et se sont inspirés des innombrables modèles du patrimoine français. La crypte par exemple, est « voûtée sur nervures robustes, simplement épannelées, et dont la courbure commence tout près du sol, comme à la Chapelle de l’ancien Archevêché de Reims14 ». D’autres éléments extérieurs sont inspirés de Vitré et de Saint-Lô – comme la chaire à prêcher – ou du palais des papes d’Avignon, pour l’esplanade.

26L’itinéraire emprunté par le pèlerin intègre celui-ci d’abord dans une démarche religieuse et nationale à la fois, et l’invite à méditer sur les morts de la guerre et sur la résurrection des âmes. Ce sont là deux thèmes déclinés à l’infini dans toutes les salles et sur toutes les façades sculptées de l’édifice.

27À l’intérieur, la chapelle supérieure s’apparente à un véritable poème de pierre et de verrerie dédié à la France victorieuse, la France mythique depuis Clovis jusqu’à la victoire de la Marne, se déclinant en trois registres différents et complémentaires :

28a) les batailles miraculeuses qui sauvèrent la France – les Champs catalauniques, Poitiers, Orléans, Dormans –, rappelées par les hauts-reliefs sculptés au centre de la chapelle sur les piliers soutenant la coupole ;

29b) la protection des saints nationaux représentés par les statues du sculpteur Michelet sur les colonnes, auxquelles se joignent les saints patrons de chaque arme sur les vitraux des fenêtres latérales, liées aux armoiries des provinces de France qui ont contribué à l’édification. Dans les rosaces, le maître-verrier Lorin, a représenté la Vierge du Front.

30Certaines statues relient le présent à l’histoire mythique de la France : la statue de Saint Rémy prend les traits du cardinal Luçon, et Saint Alpin, ceux de Mgr Tissier, tandis que le maréchal Foch prête les siens au bienheureux Jean de Montmirail. Un deuxième niveau d’interprétation est sans cesse rappelé au-delà de la seule lecture religieuse : les cycles mythiques de la France, ancrés ici dans la mémoire régionale champenoise.

31c) enfin, la passion du soldat, imitation de celle du Christ : sur le tympan de la porte d’entrée, un bas-relief montre un groupe d’anges déposant au pied de la croix un soldat mourant. Lui correspond la grande verrière du chœur qui représente un « Christ hiératique, étincelant de lumière, entouré d’anges, ayant à ses pieds et l’accueillant, un poilu présenté par Saint-Michel et Sainte Jeanne d’Arc ».

32L’image du soldat-christ courante à l’époque, comme l’a montré Annette Becker, fait le lien entre cette symbolique historique à la fois catholique et patriotique et la démarche du pèlerin venant se recueillir en souvenir des siens morts pour la Patrie. La démarche du pèlerin est ainsi intégrée dans une symbolique syncrétique à la fois catholique et patriotique.

Itinéraire du pèlerin : de la mort à la résurrection

33L’entrée de la chapelle supérieure illustre à la fois la vocation de pèlerinage en conservant l’ancrage patriotique : sur le parvis en demi-cercle, un cadran solaire vient rythmer le temps des morts qui est celui de la méditation des vivants. « VIVENTIBUS LUMEN SOLIS, DORMIENTIBUS LUMEN DEI. » En levant les yeux vers le fronton, le pèlerin est accueilli par un Christ-Roi, Christ en gloire, les paumes offertes vers les fidèles, qu’une main céleste couronne. « EGO SUM RESURRECTIO ET VITA. » L’œuvre fut offerte par le pape Pie XI qui donna personnellement des indications sur la façon dont il concevait la représentation de ce Christ. Ce n’est pas un Christ crucifié et souffrant mais un Christ accueillant, ouvrant la voie vers le paradis. Puis, en arrière du fronton, sur le pignon, on aperçoit un Saint Michel terrassant le dragon, comme les soldats terrassaient l’ennemi tandis que veillent sur les faces latérales Saint Louis et Jeanne d’Arc. À leur hauteur, un peu plus loin, une inscription rappelle au passant qui sont les destinataires de l’hommage : « UBI CECIDERUNT FORTES – IBI STETIT HOSTIS. »

34Puis on entre par la vaste porte surmontée d’un tympan sur lequel apparaît un groupe d’anges déposant au pied de la croix un soldat mourant. La vocation funéraire est ainsi mise en valeur.

35Entre ces deux visions (soldat mourant et Christ accueillant), le pèlerin aura suivi dans la nef les stations du chemin de croix.

  • 15 La Vierge se trouve entre deux groupes d’anges, dus à Michelet : les anges du Te deum et les anges (...)

36Le pèlerin descend ensuite les degrés qui mènent à la crypte aux murs dépouillés, d’apparence cistercienne. Si quelques vitraux ou plaques rappellent le rôle de Mgr Tissier et de Mgr Luçon et celui de la duchesse d’Estissac, dans la réalisation du projet, le plus important n’est pas là. En fait, le pèlerin est invité à se rendre vers le centre du sanctuaire où se situent la table de la Communion, un autel surmonté d’un sarcophage symbolisant le tombeau des 1 500 000 soldats tués au-dessus duquel apparaît la Vierge implorant, entourée d’une mandorle. La mort des soldats retrouve ici son sens, avec la communion et la Vierge consolatrice est là pour intercéder en faveur des morts et pour apaiser la douleur des survivants15.

37Les inscriptions de la crypte accompagnent le fidèle vers l’idée de résurrection :

Vitrail

« VIVENT NOMINA EORUM IN AETERNUM »

Table de communion

« CORPUS D.N.J.C. »

Tombeau

« INTROIBO AD ALTARE REI »

Retable

« PATER NOSTER, FIAT VOLUNTAS TUA »

Sarcophage

« BONUM CERTAMEN CERTAVI »

Auréole de la Vierge

« SALVE REGINA, MATER MISERICORDIAE AD TE CLAMAMUS »

38Il est intéressant de constater que l’ossuaire est séparé de la chapelle elle-même, mais relié à elle par une galerie couverte ayant l’apparence d’un cloître au Nord de l’esplanade. L’ossuaire est en revanche très simple et dépouillé sans sculptures proposant une interprétation, les vitraux représentant sobrement les croix blanches des cimetières militaires du front : la mort est séparée des lieux où un sens lui est conféré… D’un côté, dans le silence et sans le soutien d’aucune expression se trouve l’espace de la mort réelle ; de l’autre, est celui où s’exprime la mort transfigurée.

39Cette séparation ne laisse pas d’étonner : cherche-t-on à impressionner le visiteur et l’inviter ensuite à méditer en le guidant vers une interprétation chrétienne de la mort des soldats ? Habituellement les reliques sont-elles séparées de leur environnement interprétatif ? Cette mort massive est-elle signifiante en elle-même ? Non, car dans ce cas, il ne serait pas utile de préparer tout ce cheminement depuis la mort réelle, vers la mort représentée, et finalement vers la résurrection.

40Il n’est pas certain qu’un cheminement volontairement significatif ait été prévu dans le projet. La forme générale de l’édifice avait été décidée à l’origine et certainement cette séparation entre l’ossuaire et la chapelle était dans les plans, mais les vitraux, les statues, le mobilier intérieur sont tous des dons qui sont ajoutés au fur et à mesure de la construction, sans que leur installation se soit faite de façon anarchique. Malheureusement, les discussions concernant l’aménagement de la chapelle supérieure et de la crypte n’ont pas été conservées dans les archives. Il serait étonnant que cela se soit fait dans l’improvisation.

41Là encore, comme pour d’autres monuments nationaux, la renaissance est l’idée principale, renaissance ici traitée dans le sens chrétien de la résurrection. Ce qui importe, c’est l’utilisation d’un registre architectural et décoratif national et cette transfiguration de la destruction et de la mort dans chacun des monuments.

Un monument-exutoire liant deuil individuel et deuil collectif

42La chapelle, expression d’un deuil collectif et d’une volonté de renaissance inscrite dans une démarche religieuse, est littéralement constituée d’une multitude de briques et d’objets représentant des deuils personnels. Chaque ex-voto réalise ainsi ce lien entre deuil de masse et deuil individuel et constitue cet édifice en exutoire de la souffrance. Cette relation réalisée dans l’espace est sans cesse reconduite dans le temps par l’existence de cérémonies régulières, religieuses ou/et commémoratives.

Les ex-voto, mode d’expression du deuil privé

  • 16 Bulletin… op. cit. Trois de ces listes ont été étudiées, celles publiées dans le no 1, mai 1920, p. (...)

43Fort heureusement, le Bulletin de la chapelle de la Reconnaissance de Dormans a publié des extraits de correspondance dans lesquels sont expliqués les dons faits à l’œuvre de la chapelle16. Ces extraits permettent de mieux approcher les motivations des souscripteurs et éventuellement des futurs pèlerins, et illustrent cette corrélation entre deuil collectif et deuil individuel. Sur les 78 extraits étudiés, 27 font référence à une histoire personnelle, soit aux proches qui sont morts pendant la guerre (12 cas), soit pour remercier Dieu de les avoir sauvegardés (12 cas), ou encore afin de rappeler que l’on a pris part au combat (2 cas), ou à l’exode (1 cas). Chaque don est lié à une histoire particulière qui concerne en majorité des parents proches ; 2 offrandes sont faites par des anciens combattants en souvenir de leurs camarades. Ceux pour lesquels on demande des prières ne sont pas nécessairement tombés près de Dormans.

« Je m’associe de tout cœur à votre œuvre. J’ai eu un fils tué à 12 km de Souain, et c’est là le grand champ d’honneur où il repose pour toujours, mais je voudrais bien que ce fût à l’ombre d’un clocher où l’on prie pour ceux que l’on ne doit pas oublier. »

44Sont-ils tous catholiques fervents ? Ce n’est pas sûr. Certains extraits, mais ce ne sont que des extraits, ne contiennent aucune allusion religieuse :

« Réfugiée du Nord pour la troisième fois, la guerre m’ayant tout pris, mon foyer, ma situation, celui que j’aimais, mort héroïquement dans la Somme, je vous prie d’accepter mon humble offrande pour l’Ex-Voto national. »

45Car ce don est à la fois témoignage et source de délivrance, en tout cas moyen d’exprimer la souffrance morale. Certaines phrases très courtes semblent d’insoutenables cris de douleur : « Priez pour mon enfant victime de la guerre ! » En somme, la chapelle est aussi pour quelques-uns un véritable cénotaphe :

« Si je ne puis faire revenir les restes de mon fils, lui élever un tombeau et aller prier dessus, j’aurais au moins la consolation d’avoir fait ce qui est en mon pouvoir pour lui témoigner mon affection, et je serai heureux que dans cette chapelle on prie pour mon cher et bien aimé fils. »

46Les autres remercient d’avoir été épargnés par la guerre comme ce « père de dix enfants, de sept poilus, 4 fils et 3 gendres non embusqués, tous revenus, grâce à Dieu seul [et demandant] pour tous les miens quelques prières pour leur avenir et leurs familles ». C’est là une façon de justifier cette chance et de ne pas être mis tout à fait hors de la communauté souffrante.

47Tous les autres extraits sont beaucoup plus généraux, sans que des différences remarquables apparaissent entre eux : tous les dons sont réalisés en reconnaissance des sacrifices consentis et la plupart placent la victoire dans une perspective eschatologique.

« Dieu nous a trop visiblement sauvés en 1914 et en 1918 pour que nos actions de grâce ne s’élèvent vers lui. L’édifice que vous projetez en sera le vivant témoignage. »

48Ainsi d’après les témoignages, le monument national porte une part du deuil des familles, et représente un élément facilitant l’expression de la douleur, et il est enfin, non pas un édifice militant – ce serait une erreur de le considérer comme tel – mais un lieu dans lequel la souffrance est investie et qui porte sens et donne signification à la mort au combat. Matériellement, les ex-voto sont inscrits en lettres rouges sur les pierres de la crypte : noms de soldats morts pour la France, initiales des donateurs, noms des associations, écoles, régiments. Parce que chacun peut littéralement apporter une pierre à l’édifice commun, parce qu’il donne du sens à l’épreuve commune, le monument joue un rôle dans le travail de deuil pour ceux qui dans ce cas particulier inscrivent leur souffrance dans la symbolique chrétienne.

L’écrin de cérémonies foncièrement religieuses

  • 17 Bulletin…, op. cit., no 13, mai 1923, p. 5.
  • 18 Bulletin…, op. cit., no 14, août 1923, p. 3.

49Il reste que la chapelle, même en cours de construction, constitue un lieu de pèlerinage important sur l’ancien champ de bataille. L’activité cérémonielle prend deux formes complémentaires. Tout d’abord, le culte catholique est célébré chaque jour en mémoire des défunts, comme le précise le bulletin : « La prière est déjà perpétuelle pour ces enfants à la chapelle de Dormans. Une messe y est dite quotidiennement, et dans l’après-midi une oraison liturgique est faite pour eux par les Pères des missions étrangères, aumôniers et gardiens de notre sanctuaire17. » Ensuite, des cérémonies de plus grande ampleur sont organisées chaque année autour du 18 juillet, date anniversaire du début de la deuxième bataille de la Marne, et ce, dès 1919, pour la bénédiction de l’emplacement de la chapelle. Ce rendez-vous annuel ritualisé prend place comme un jalon essentiel du temps commémoratif dans le département de la Marne, avec les mois de septembre (anniversaire de la première bataille de la Marne au sud du département, anniversaire de l’offensive du 25 septembre 1915 en Champagne au nord-est de Reims) et de novembre (anniversaire de l’armistice). Au cours des premières années suivant le conflit, les cérémonies attirent une foule considérable ainsi que des invités prestigieux : on compte 15 000 personnes en juillet 1922, d’après le Journal de la Marne (10 000 selon le Bulletin de la Chapelle…), lors de la venue du maréchal Foch. La nécessité d’exprimer le deuil et la survie, en même temps que la nécessité d’attirer un large public pour financer la construction de l’édifice expliquent cette affluence. Cette année-là, les « trains spéciaux […], organisés [par] la Compagnie de l’Est avaient amené […] au pèlerinage de la reconnaissance, de Vitry, Sézanne, Reims, Châlons, Épernay, Château-Thierry, etc., une foule considérable ». À Dormans, on attend aussi « l’arrivée de l’express de Paris »18.

  • 19 Journal de la Marne, 18 juillet 1922, et Bulletin…, op. cit., no 10, août 1922, p. 9. Journal de la (...)

50À la fin des années 1920, une certaine érosion de l’affluence est possible. Cependant, 3 000 personnes sont encore présentes en 1924 et en 192819. La consécration de la chapelle en 1931 constitue un point d’orgue pour la période de l’entre-deux-guerres.

51Les cérémonies sont très simples et fondamentalement religieuses. Le plus souvent, la messe est dite en plein air au plus près du lieu des combats : un autel improvisé est installé sur une pelouse, sur le perron du château de Dormans.

  • 20 Bulletin…, op. cit., no 10, août 1922, p. 10.

52De nombreux membres du clergé sont présents, le programme étant ici spécialement arrêté par l’évêché de Châlons20. Ainsi en 1931, une sorte de record est atteint puisque rien moins que 17 prélats assistent à la consécration de la chapelle. Ils n’étaient que 10 lors de l’inauguration… En 1922, outre le cardinal-archevêque de Reims Mgr Luçon, et 4 évêques (Mgr Tissier, Mgr Rumeau, évêque d’Angers, Mgr Neveux, évêque auxiliaire de Reims, Mgr Gaillard, évêque de Meaux), sont présents également Mgr de Guébriant, Supérieur des Missions étrangères, 5 vicaires généraux et 14 prêtres. Dans les années moins fastes, 3 à 5 évêques assistent à la cérémonie et parmi eux, toujours Mgr Tissier. Combien de prêtres les entourent ? Tous ne sont pas cités dans les articles de presse ou le Bulletin de la Chapelle.

53Contrairement à d’autres sites nationaux, où rites religieux, patriotiques (autour d’un monument), visite du champ de bataille sont associés, la Chapelle de Dormans est au centre d’un rituel principalement catholique, ce qui souligne encore son caractère spécifique.

Conclusion

54La Chapelle de la Reconnaissance de Dormans s’apparente bien à un monument national où la nation fait son deuil sur le champ de bataille mais il est également et spécifiquement un monument catégoriel. Il diffère des monuments nationaux par la décision d’origine qui n’est pas le fruit d’un consensus entre l’État et un représentant de l’Église catholique. Il diffère aussi par le financement qui demeure privé. Les ex-voto sont plus souvent catholiques que dans les autres chapelles.

55Il ne faut pas négliger dans la volonté de réaliser ce monument plusieurs dimensions : un vœu personnel, une volonté d’apporter un soutien aux populations en deuil, un outil non pas de reconquête mais de mission dans la société française. Il s’agit bien d’attirer des anciens combattants non croyants ou ayant délaissé la foi et les pratiques religieuses en construisant un édifice commémoratif de la guerre.

56En ce sens, la chapelle de la Reconnaissance de Dormans illustre la réconciliation des catholiques avec la République. Elle clôt d’une certaine manière la parenthèse ouverte avec la fin des régimes monarchiques et la Commune de Paris. Même si l’allusion n’est pas clairement exprimée, cette Chapelle de Dormans est en quelque sorte la réponse sur le champ de bataille de 1914-1918 à la Basilique de Montmartre : au monument de l’expiation répond désormais celui de la rédemption.

Figure 1. – La Chapelle de la Reconnaissance de Dormans.

Figure 2. – La crypte.

Figure 3. – Le vitrail du chœur de la Chapelle supérieure.
Avec l’aimable autorisation de M. Arnaud Héry (http://memorialdormans.free.fr).

Notes

1 Nicolas Offenstadt, « La bataille du Chemin des Dames (1917) dans la pierre : silence global, mémoires locales », in Collectif, La Grande Guerre. Pratiques et expériences, Toulouse, Privat, 2005, p. 335 sq.

2 Fernand Laudet (1860-1933). Premier secrétaire de l’ambassade de France au Saint-Siège au début du XXe siècle. Directeur de la Revue hebdomadaire de 1905 à 1920. Il est l’auteur en 1911 d’une critique du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc de Charles Péguy : celui-ci publie alors un pamphlet contre Laudet, intitulé Un nouveau théologien, M. Fernand Laudet, lui reprochant d’incarner un catholicisme obtus et oublieux des valeurs évangéliques.

3 Ibid, p. 2.

4 Ibid., no 3, novembre 1920, et brochure La chapelle de la Reconnaissance de la Marne, s.l.n.d., p. 9-10. (vers 1934-1935). Arch. Départ. Marne (ADM), CHP 5304.

5 Bulletin…, op. cit., no 1, mai 1920, p. 1. La Chapelle de la Reconnaissance, op. cit. (ADM), CHP 5304.

6 . Bulletin…, op. cit., no 9, mai 1922, p. 6. La propriété appartenait à M. Leconte et fut vendue à la duchesse dans le cadre de la fondation naissante.

7 Né le 22 mars 1881, engagé volontaire, appartenant à l’escadrille SPA 26, chevalier de la Légion d’Honneur, Croix de guerre, avec sept citations. Inhumé à la lisière du bois de Dun/Meuse au nord de Verdun.

8 Les pères salésiens (congrégation fondée par Don Bosco en 1859 pour les hommes, 1872 pour les femmes) contribuèrent à leur suite à la sauvegarde du monument.

9 Bulletin…, op. cit., no 9, mai 1922. Compte-rendu. « Le cardinal Dubois ayant bien voulu autoriser et recommander des quêtes dans les églises de Paris », un dimanche pour l’œuvre de Dormans, et les communautés se sont fait le relais dans les villes de province.

10 L’association devient la « Fondation du Monument des Victoires de la Marne et Ossuaire de Dormans », reconnue d’utilité publique par décret du Président de la République en date du 20 mai 1932. Depuis 1999, la première fondation a été dissoute, et la chapelle de Dormans appartient désormais à la municipalité de Dormans, tandis qu’une association du « Mémorial des batailles de la Marne, Dormans, 1914-1918 » a été créée en 1997. Celle-ci se charge, de manière active, de respecter l’œuvre initiale de mémoire. Conscients d’être un lien entre passé et avenir, des bénévoles ont créé un site Internet http://memorialdormans.free.fr qui permet de transmettre aujourd’hui ce message aux nouvelles générations avec les moyens de leur temps. Je remercie chaleureusement MM. Auguste et Arnaud Héry, membres de cette association, pour la relecture de cet article.

11 Bulletin…, op. cit., no 4, février 1921, p. 9.

12 Ibid, op. cit., p. 6.

13 François Loyer, « Le Sacré-Cœur de Montmartre, un haut-lieu contesté », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. III, Les France, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », p. 4253-4269. La basilique du Sacré-Cœur de Montmartre est d’ailleurs consacrée du 16 au 19 octobre 1919, et la crypte fait fonction de monument aux morts pour la ville de Paris. Au cours de la guerre, le culte du Sacré-Cœur s’était largement répandu parmi les soldats. (voir Annette Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire, 1914-1930, Paris, Colin, coll. U, 1994, p. 132-133).

14 Brochure La chapelle de la Reconnaissance de la Marne, op. cit., p. 26.

15 La Vierge se trouve entre deux groupes d’anges, dus à Michelet : les anges du Te deum et les anges du De Profundis.

16 Bulletin… op. cit. Trois de ces listes ont été étudiées, celles publiées dans le no 1, mai 1920, p. 5-6 (16 extraits), no 4, février 1921, p. 6-10 (32 extraits), et no 8, février 1922, p. 9-12 (30 extraits).

17 Bulletin…, op. cit., no 13, mai 1923, p. 5.

18 Bulletin…, op. cit., no 14, août 1923, p. 3.

19 Journal de la Marne, 18 juillet 1922, et Bulletin…, op. cit., no 10, août 1922, p. 9. Journal de la Marne, 15-16 juillet 1924, et ADM, 33 M 12 (Rapport du commissaire spécial au préfet du 15 juillet 1928).

20 Bulletin…, op. cit., no 10, août 1922, p. 10.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 1. – La Chapelle de la Reconnaissance de Dormans.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Figure 2. – La crypte.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Figure 3. – Le vitrail du chœur de la Chapelle supérieure.Avec l’aimable autorisation de M. Arnaud Héry (http://memorialdormans.free.fr).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122319/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540