Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Deuxième sous-partie. Vivre la guerre

Mgr André Sevin (1896-1967), un passeur intellectuel dans le Maine

Cédric Paulin

Texte intégral

1Ce n’est pas tant, ici, la biographie d’André Sevin (1896-1967), prêtre du diocèse du Mans de 1922 à sa mort, qui sera retracée mais les modalités d’inscription et d’insertion d’un homme dans les champs et générations socio-politiques, religieux et littéraires. Ces modalités s’évaluent, pour ce cas individuel, en termes d’adéquation, de retard ou d’avance vis-à-vis d’une génération, et déterminent soit des blocages (voire des censures) soit des formes d’autonomie dans le champ considéré. In fine, c’est aussi la caractérisation du rôle d’intermédiaire et de passeur d’un individu, d’ampleur locale plus que nationale, qui est possible : comment fonctionne, au niveau local, un vecteur culturel et intellectuel ?

  • 1 Éd. Atelier Marcel Julian, 1980.
  • 2 Paris, PUF, 1993 pour la 1re éd., 1996 pour la seconde, 808 p.
  • 3 Paris, Téqui, 1976.
  • 4 Blondel-Wehrlé, Correspondance, extraits avec annotations par Henri de Lubac, S. J., Paris, Aubier (...)
  • 5 Cf. Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, juin (...)

2L’abbé Sevin est mentionné dans plusieurs ouvrages, mais de manière totalement disjointe et sans que l’ensemble de sa personnalité n’apparaisse : le prêtre-éditorialiste est cité dans un mémoire de maîtrise sur La Dépêche du Maine ; sa thèse complémentaire (édition annotée de la plaidoirie de de Sèze, défenseur de Louis XVI) est citée de multiples fois par Jacques Isorni dans Le vrai procès du roi1. La thèse elle-même est rééditée en 1992, sans aucune indication sur son auteur. Jean-Pierre Royer dans Histoire de la justice en France2 cite la thèse comme l’un des travaux les plus utiles sur le procès de Louis XVI. L’historien Paul Vigneron mentionne une dizaine de fois l’autobiographie posthume de l’abbé Sevin dans Histoire des crises du clergé français3 pour expliquer la spiritualité des prêtres. Enfin, ce n’est pas Mgr Hector-Irénée Sevin dont il est question dans la lettre de Blondel à Wehrlé du 28 novembre 1931 (comme l’indique l’index de Blondel-Wehrlé, Correspondance4), mais l’abbé André Sevin… Ainsi, si une biographie conduit parfois à l’illusion d’une trop grande cohérence individuelle5, elle permet toutefois de mieux comprendre des présences et positions individuelles éparses et a priori non connectées.

3Né au Mans en 1896, de parents modestes, André Sevin intègre après une très bonne scolarité le Grand Séminaire du Mans à dix-sept ans, en 1913. Mais incorporé en avril 1915, il se trouve un an plus tard à Verdun. Des différents champs de bataille, il sort capitaine, avec plusieurs blessures et récompenses, et donc ancien combattant à vingt-deux ans. Revenu au Grand Séminaire du Mans en octobre 1919, notamment convaincu en dernier ressort par un serment posthume fait à un camarade religieux mort à Verdun, le jeune séminariste apprend sa nomination à la Légion d’honneur (en tant que chevalier, fin 1920), ce qui en fait l’unique séminariste décoré ainsi. André Sevin devient prêtre à Pâques 1922, et professeur de lettres et de philosophie au collège Saint-Paul de Mamers un an plus tard.

Le capital militaire de l’abbé Sevin

  • 6 La Maison, février 1928, p. 24-25.
  • 7 Éditions Gabriel Enault, 77 p. Gabriel Enault est un éditeur mamertin.
  • 8 Éditions Gabriel Enault, 76 p.

4L’identité conjointe d’ancien combattant et de chevalier de Légion d’honneur confère au jeune prêtre un capital socio-politique que sa hiérarchie met très tôt à profit. André Sevin intervient oralement à plusieurs reprises, contre le Cartel des gauches (mai 1924-juillet 1926), en évoquant ses souvenirs de guerre dans le cadre de grandes réunions de la Ligue de Défense Catholique de la Sarthe créée en septembre 1924 (et affiliée à la Fédération nationale des catholiques). Ses interventions sont retranscrites dans la presse catholique locale. Cette action oratoire cesse toutefois dès la chute du Cartel des gauches et la condamnation de l’Action française en décembre 1926, et prend une autre orientation : l’aumônerie de la Jeunesse catholique à Mamers dès mai 1926, et surtout celle de la première troupe scoute Edmond Croizé du collège Saint-Paul de Mamers en octobre 1927 lui sont confiées en qualité d’ancien combattant et de chevalier de la Légion d’Honneur6. Le scoutisme et les camps scouts donnent lieu aux premières publications de l’abbé Sevin : « À propos du scoutisme » dans les Cahiers Catholiques de décembre 1928 (dirigés par Jacques Debout, alias l’abbé Roblot), trois petits carnets de voyage en 1929, 1932 et 1936, un ouvrage de défense du scoutisme Réflexions sur le scoutisme (vers une éducation nouvelle) en 19307, et une pièce de théâtre Le Fossé en 19318. Si cette littérature n’est liée à la Première Guerre mondiale que par le fait que leur auteur ait été nommé aumônier scout en qualité de chevalier de la Légion d’honneur, il n’en demeure pas moins qu’elle s’inscrit parfaitement en adéquation avec le mouvement scout, né en 1923. L’abbé Sevin, bien que n’étant pas l’initiateur premier du scoutisme à Mamers, en devient le défenseur et le promoteur le plus assidu, totalement en phase avec les nouvelles formes d’action catholique.

  • 9 Éditions Chaudourne, 197 p.

5L’engagement littéraire de l’abbé Sevin, en tant qu’ancien combattant, correspond bien davantage au roman autobiographique L’Enfant qui était Capitaine publié en roman-feuilleton dans La Dépêche du Maine de juillet 1935 à mai 1936. L’ouvrage, qui sort en tant que tel vers juin 19369, relate la vie d’un lieutenant devenu capitaine au front, et derrière lequel tous les lecteurs reconnaissent l’abbé Sevin (bien qu’il s’en défende). Cette production littéraire est aussi, comme pour le scoutisme, en phase avec le renouveau dans les années 1930 de la littérature d’anciens combattants.

  • 10 Cf. René Rémond, Les Catholiques français dans la France des années 30, Paris, Éd. Cana, 1979, p.  (...)

6Moins littéraire que politique, une autre contribution du jeune prêtre et de l’ancien combattant passe par la centaine d’éditoriaux de La Dépêche du Maine de septembre 1934 à fin décembre 1937. L’abbé Sevin participe ainsi de fait à la création de l’hebdomadaire, créé entre autres prêtres par l’abbé Porteboeuf, un collègue professeur à Saint-Paul. André Sevin y donne le ton pro-italien, le ton violemment anti-Front populaire et le ton en faveur d’une société d’ordre et antiparlementariste (tout en étant républicain). Son propre rappel de sa qualité d’ancien combattant, ou du moins sa défense des anciens combattants, est courant. Là, à nouveau, les écrits de l’abbé Sevin s’inscrivent, avec violence même, dans la tendance catholique politique majoritaire des années 193010.

  • 11 La Libre Dépêche du Maine, 22 janvier 1950, p. 2.
  • 12 In Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire (dir.), Histoire religieuse de la France contemporaine, t. I (...)

7S’abstenant d’interventions publiques pendant l’occupation allemande, c’est à la fin des années 1940 que l’abbé Sevin se retrouve en phase avec l’actualité, par le biais des Conférences de Saint-Benoît (ou Conférences du lundi)11. D’octobre 1949 à mai 1951, dans une salle du Vieux Mans, le Familial-Cinéma, puis à la Salle des Concerts, les conférences se tiennent le troisième lundi soir de chaque mois, d’octobre à juin, avec l’abbé Sevin comme intervenant ou animateur de tables rondes (où interviennent le médecin André Guy, les juristes Paul Cure, Chaignon et Noël Bergeot, etc.). Les thèmes concernent des faits, questions et films d’actualité : « Sommes-nous responsables de nos actes ? », « Justice est faite », « Dieu est-il mort ? », « Sérum de vérité ou piqûres à faire avouer », « Le procès de Louis XVI devant l’histoire et devant le droit » (qui rappelle le procès du maréchal Pétain), « Débat sur l’eugénisme », « L’Azalaï sanglante » (qui rappelle la guerre d’Indochine), etc. L’abbé Sevin aborde en outre ces sujets et d’autres encore dans des lieux et cadres où il est invité, hors Conférences du Lundi. L’ensemble des interventions est largement empreint de l’actualité culturelle, philosophique, politique, éthique des années d’après-guerre, s’appuyant régulièrement sur des films (Journal d’un curé de campagne, Le colonel Chabert et Justice est faite, grand succès cinématographique, et qui nécessite au Mans une seconde conférence, le lendemain même de la première, en raison de l’affluence). André Sevin et ces « conférences du lundi » s’inscrivent parfaitement dans « l’essor intellectuel et théologique préconciliaire » décrit par Yves-Marie Hilaire12 : au niveau parisien, le Centre catholique des intellectuels français et la Semaine des intellectuels catholiques abordent les mêmes thèmes, et

  • 13 Ibid., p. 151.

« permettent de présenter les problèmes posés par la culture et la société modernes et de tenter de les éclairer à la lumière de la Révélation chrétienne : confrontation avec le marxisme et l’existentialisme, observation des problèmes humains, du machinisme industriel, des questions posées par l’euthanasie (1950), analyse de l’affrontement apparent entre l’esprit scientifique et le Credo catholique après l’encyclique Humani Generis de 195013… »

8Jusque-là, le prêtre était en phase avec l’actualité d’entre-deux-guerres et d’après Seconde Guerre mondiale ; un petit fait, la remise de la Croix de la Légion d’honneur en 1965, grippe cette adéquation entre le prêtre et la société séculière. Une expérience de soldat dans une vie passée en tant que prêtre est récompensée et trouble profondément l’abbé Sevin : sitôt décoré, le prêtre retourne sur les champs de bataille, en véritable pèlerinage, et commence la rédaction d’une autobiographie marquée par une question : « Ai-je tué ? », question qui occupera le tiers de l’ouvrage publié de manière posthume, en 1968. Au cours de cette rédaction autobiographique, qui reprend L’Enfant qui était capitaine mais sans le masque et sans se défausser sur un héros romancé, deux voyages en Terre sainte sont nécessaires pour que le prêtre retrouve une certaine sérénité.

  • 14 Sur l’étrangeté du prêtre dans les années 1960, cf. Denis Pelletier, La crise catholique. Religion (...)

9À la fin de sa vie, si l’abbé Sevin se sent étranger au monde, cela est aussi dû à sa génération ecclésiastique, écrit-il, mais il n’y a pas lieu de s’en inquiéter outre mesure14 : cette étrangeté à son Église et à la jeune génération de prêtres n’est pas source d’angoisse, en tout cas pas autant que l’autre étrangeté du séminariste militaire devenu prêtre. L’abbé Sevin veut témoigner de nouveau de sa vie d’ancien combattant devenu prêtre, mais d’abord d’ancien combattant, comme si la bonne adéquation entre sa vie de prêtre et sa vie séculière avait, in fine, explosé.

L’identité religieuse blondélienne de l’abbé Sevin

10L’expérience religieuse de l’abbé Sevin semble effectuer un chemin inverse : d’une difficulté à affirmer ses choix philosophiques et théologiques, mal perçus par l’administration diocésaine centrale, à la transmission publique et assumée de la philosophie blondélienne.

  • 15 Les trois autres auteurs sont Eugène Labelle, Léon Porteboeuf et Quilici.

11Le séminariste suit une formation religieuse néo-thomiste, que ce soit au Grand Séminaire du Mans de 1919 à 1921, l’un des pionniers en matière de renouveau néo-thomiste, ou au Séminaire français de Rome, cœur de la reconquête néo-thomiste, en 1921-1922. Dans aucun de ces deux lieux le séminariste ne comprend la focalisation de cet enseignement sur le seul thomisme et la fermeture aux autres doctrines, ainsi que l’inquiétude vive de possibles résurgences du modernisme. Formellement toujours, et expliquant potentiellement l’incompréhension précédente, André Sevin passe une licence de philosophie en Sorbonne en novembre 1920, suivant les cours d’Henri Delacroix. Devenu prêtre et après plusieurs mois de convalescence en Mayenne pour se remettre de la tuberculose, André Sevin intègre le collège Saint-Paul de Mamers, en tant que professeur de français et de philosophie. Ce lieu excentré se révèle éminemment dynamique et porteur pour le jeune prêtre : dès son arrivée au collège Saint-Paul, il participe à un ouvrage collectif avec trois autres prêtres-professeurs du collège : Le Livre scolaire catholique français, publié en 1924 chez Bloud & Gay15. Surtout, André Sevin se trouve orienté par Eugène Labelle vers un autre prêtre, hébergé à Neuchâtel-en-Saosnois, l’abbé Joannès Wehrlé, pour l’aider dans son projet de thèse sur la psychologie de l’acte de foi.

  • 16 Joannès Wehrlé (1865-1938) est un ancien condisciple de Maurice Blondel de l’École normale supérie (...)

12De 1925 à 1938, l’abbé Sevin fréquente ainsi l’abbé Wehrlé régulièrement, comme disciple puis ami16. Joannès Wehrlé fait part de cette amitié à Maurice Blondel, en mai 1928 :

  • 17 Lettre de Joannès Wehrlé à Maurice Blondel, Neufchâtel-en-Saosnois, 12 mai 1928 (Archives Blondel, (...)

« Pendant quarante-huit heures nous n’avons guère parlé que de vous, car le cher abbé Sevin […] est un de vos plus fervents admirateurs et il s’abreuve à longs traits à la source fraîche et généreuse de « l’Itinéraire » qu’il a déjà lu deux fois […]. Toujours est-il que nous avons vécu de votre pensée, retournée sur toutes les coutures et reconstituée dans la continuité parfaite de son tissu merveilleusement homogène, en sorte que les coutures ne sont qu’une première apparence qui disparaît à l’examen approfondi17. »

  • 18 Paris, Éd. Provençales, 1934, deux tomes, 421 p. et 558 p.

13Ces liens amicaux et intellectuels s’intensifient encore. Alors que Maurice Blondel envoie depuis janvier 1929 à l’abbé Wehrlé le manuscrit de La Pensée18 pour que celui-ci l’annote et le précise, c’est à une véritable rédaction que s’attelle le prêtre à partir de la fin de l’année. À partir de juillet 1930, l’abbé Sevin prend alors connaissance du contenu de cette œuvre en préparation :

« Il m’a demandé de lui lire le commencement de La Pensée (Introduction). C’était contraire [à l’engagement de garder secret le texte original…]. Et je crois que Dieu a permis, pour mon encouragement décisif, cette concession à une sollicitation amicale. »

14Homme précis, Joannès Wehrlé note la réaction de l’abbé Sevin :

  • 19 Lettre de Wehrlé à Blondel, Neufchâtel-en-Saosnois, vers le 20 juillet 1930 (Archives Blondel, UCL (...)

« Très peu manifestant et complimenteur, [il] a été impressionné par cette lecture jusqu’à l’enthousiasme. […] L’abbé Sevin m’a dit : « je suis sûr maintenant que vous mènerez à bien cette œuvre formidable ». Car il a reculé d’effroi devant l’amoncellement des papiers que j’ai maintenant étalés tous ensemble […]. J’ai pensé que ce modeste témoignage d’un jeune philosophe de province ne vous paraîtrait pas entièrement méprisable et qu’il vous rendrait confiance à vous-même dans ma collaboration et dans l’avenir de votre œuvre19. »

  • 20 Lettre de Blondel à Wehrlé, Magny, 23 juillet 1930 (Archives Blondel, UCL).
  • 21 Henri de Lubac, in Blondel-Wehrlé, Correspondance, op. cit., p. 667-668, note 342.
  • 22 Lettre de Wehrlé à Blondel, Neufchâtel-en-Saosnois, 4 septembre 1929 (Archives Blondel, UCL).
  • 23 Ibid.

15André Sevin suit donc la genèse de La Pensée, et reçoit des remerciements indirects de Maurice Blondel : « Très cher ami, votre lettre Sevinienne, si encourageante pour vous et pour moi, m’a aidé à surmonter la crise de noir où m’a jeté le S. Augustin20 … » Ainsi de juillet 1930 à mars 1931, date à laquelle l’abbé Wehrlé, trop fatigué, renvoie tous les feuillets de La Pensée à Maurice Blondel21, André Sevin s’immerge directement, de manière pneumatique écrirait le philosophe d’Aix, dans la philosophie blondélienne, en suit l’évolution et la construction. Il s’en inspire même dans un petit « essai dramatique de treize pages22 » que l’abbé Wehrlé envoie à Maurice Blondel : « Je l’ai extorqué à l’auteur […]. Je lui ai fait avouer que c’est vous qu’il a eu en vue en créant son personnage du professeur Marbon23. » Maurice Blondel croit comprendre que le jeune auteur le décrit et le prend comme héros. Or, écrit-il,

  • 24 Lettre de Blondel à Wehrlé, Magny, 6 septembre 1929 (Archives Blondel, UCL).

« je n’ai pas conçu mon rôle, comme lui [le professeur Marbon] le sien, étant resté dans l’univers philosophique afin de réaliser par ma vie et par ma doctrine l’attitude d’une pensée qui, du point de vue proprement rationnel, exprime tout ce qu’il est légitime de savoir, de dire et de faire de la vérité chrétienne ; sans ingérence dans les fonctions d’un théologien, d’un clerc ou d’un apologiste professionnel24 ».

16L’abbé Wehrlé précise alors l’esprit de l’essai de son protégé, qu’il a dénaturé dans sa première lettre :

  • 25 Lettre de Wehrlé à Blondel, Perseigne, 6 décembre 1929 (Archives Blondel, UCL). Maurice Blondel re (...)

« Ce pauvre Sevin n’a jamais pensé à faire de vous un portrait en pied ni même un portrait du tout ; fût-ce en supprimant les pieds. Il n’a eu d’autre objectif que de dégager le trait dominant de votre philosophie vue à travers “l’Action” et que de bien marquer que votre enseignement était bienfaisant par lui-même sans utilisation directe de la révélation et sans aucune […mot illisible] de la vocation sacerdotale25. »

17L’analyse de la présence involontaire de l’abbé Sevin dans la correspondance entre Wehrlé et Blondel montre véritablement l’adhésion bien comprise du jeune prêtre à la philosophie blondélienne. Cette proximité intellectuelle lui crée toutefois des torts dans l’entre-deux-guerres, avant d’être totalement assumée, utilisée et revendiquée plus tard.

  • 26 André Sevin, Un prêtre s’interroge – Si c’était à refaire – 1896-1967, Paris, Éd. Lethielleux, 196 (...)
  • 27 Paris, Éd. Enault, 1930, 117 p.
  • 28 André Sevin, « Autour du Thomisme », Les Cahiers Catholiques, février 1930, no 198, p. 40-46.
  • 29 Samuel Pruvot, Monseigneur Charles, aumônier de la Sorbonne, 1944-1959, Paris, Les Éditions du Cer (...)

18Effectivement, vers 1928-1929, après plusieurs années de travail sur sa thèse en compagnie de l’abbé Wehrlé, André Sevin doit renoncer à son projet sur l’injonction du vicaire général du diocèse, Mgr Mignon, inquiet de la différenciation entre la foi et l’acte de foi. Déjà, précédemment, Mgr Mignon avait qualifié le jeune prêtre de « moderniste » lors d’un examen de cure26. Puis, en 1930, à l’occasion d’une petite biographie d’un prêtre du diocèse (La Belle Histoire d’une âme sans histoire : le chanoine Eugène Couillard27), l’abbé Sevin se voit vertement reproché par l’ancien vicaire général toujours craint, le chanoine Lefebvre, d’avoir ravivé la querelle des gouinistes et antigouinistes, c’est-à-dire entre les partisans de l’introduction exclusive de saint-Thomas dans l’enseignement du Grand Séminaire (dirigé par Mgr Gouin à la fin du XIXe siècle) et les opposants à cet exclusivisme, qualifiés d’antithomistes ou d’antigouinistes. Le chanoine Couillard était perçu comme antigouiniste, et Mgr Mignon comme un fervent partisan de Mgr Gouin… Cette atmosphère intellectuelle soupçonneuse et méfiante, toujours sous-jacente et polémique, amène l’abbé Sevin à prendre directement position dans les Cahiers Catholiques, en février 1930 : « Je ne crois pas, écrit l’abbé Sevin, manquer à Saint Thomas, je crois même être par là plus fidèle à son esprit que des admirateurs plus exclusifs, en m’efforçant d’intégrer dans la synthèse thomiste les vérités que je découvre ailleurs que dans le thomisme28. » Le croisement de l’histoire de la crise moderniste et de la biographie de l’abbé Sevin montre clairement un prolongement de cette crise : dans le cas de l’abbé Sevin se constate bien l’existence d’une « crispation anti-moderniste des années vingt » et d’un « néo-thomisme des années trente29 ». Vers 1932, il demande en vain à quitter le diocèse, et prend finalement plusieurs mois de convalescence à Saint-Fraimbault-de-Prières.

  • 30 Comment se pose pour les jeunes d’aujourd’hui le problème de la Foi ?, Mamers, Enault, 1956, 43 p.  (...)
  • 31 Chemin de la Croix, Mamers, Éd. Enault, 1958, 66 p., et Le Rosaire sur la Route, Mamers, Éd. Enault (...)
  • 32 Sur cette fonction, cf. Samuel Pruvot, Monseigneur Charles, aumônier de la Sorbonne, 1944-1959, op (...)
  • 33 « La réflexion d’Alphonse Dupront en Sorbonne, 29 juin 1962 », in Émile Poulat, Histoire, dogme et (...)

19Ce n’est que dans les années 1950, après la mort de Maurice Blondel en 1949 et dans le cadre de la fin de la crispation anti-moderniste, que l’abbé Sevin évoque et transmet alors plus librement la philosophie blondélienne, à travers le Cercle Saint-Paul qu’il anime chaque mois de 1955 à 1963, à destination d’une soixantaine d’adultes. L’abbé Sevin, très bon orateur, intervient aussi régulièrement dans les messes des paroisses mancelles. Ces cours et prédications donnent lieu à trois ouvrages publiés entre 1956 et 196030 et à deux petits livres de méditations religieuses31. L’abbé Sevin y propose, diffuse, popularise pleinement l’apologétique blondélienne. En cela, la fonction d’intermédiaire, de vulgarisateur, de passeur s’applique clairement au prêtre sarthois32. S’il est vrai que « le passage [du modernisme et du non-modernisme accusé de modernisme] aux laïcs se fera plus ou moins avec les philosophes33… », des intermédiaires locaux comme l’abbé Sevin en sont une illustration.

Une identité littéraire catholique en retard d’une génération

  • 34 André Sevin collabore d’abord avec Jean de Bellefontaine, alias l’abbé Ventrions du collège Saint- (...)
  • 35 « Programme des Journées d’art religieux », Les Cahiers Catholiques, janvier 1937, p. 276.
  • 36 Louis Duchesne à Baudrillart, le 19 novembre 1905, cit. in Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duche (...)
  • 37 Émile Baumann avait déjà écrit la préface d’Un officier de France : Aurélien de Sèze de l’abbé Sev (...)

20L’engagement littéraire de l’abbé Sevin correspond de fait à un contournement des blocages rencontrés dans les recherches philosophiques et théologiques. L’écriture de ses souvenirs de guerre s’inscrivait déjà dans cette logique de contournement, tout comme ses premières collaborations aux Cahiers Catholiques de Jacques Debout, en tenant la rubrique bibliographique à partir de 1933-193434. Après le renoncement à sa thèse de philosophie au milieu des années 1920, l’abbé Sevin envisage une thèse sur Barbey d’Aurevilly. Il y est amené par la fréquentation d’Emile Baumann, rencontré vers 1920, alors qu’il était professeur au Mans – Baumann était présent à l’ordination d’André Sevin –, et probablement aussi par celle de Jacques Debout, aurevillien convaincu. Le projet avorte cependant, l’abbé Sevin craignant lui-même des réactions négatives de la part de sa hiérarchie religieuse. La convalescence, l’exil en Mayenne, à Saint-Fraimbault-de-Prières, lui permet alors de côtoyer l’abbé de Sèze, parent de Raymond de Sèze, l’un des trois défenseurs de Louis XVI. Le sujet de thèse est trouvé – une biographie de Raymond de Sèze – et la thèse est soutenue en juin 1936, à l’Université de Bordeaux, publiée la même année, et l’abbé Sevin est désormais docteur d’État en histoire. Sa nomination à la direction des études de collège Saint-Paul en résulte, tout comme le grand nombre de conférences sur le procès du roi Louis XVI qu’il fait dans la Sarthe. Sa collaboration avec les Cahiers Catholiques prend aussi de l’ampleur, avec des articles de critique littéraire (sur Mauriac, Baumann, Chesterton, Barbey d’Aurevilly) et sa participation en 1937 et 1938 aux Journées d’art religieux, à Paris, organisées par la revue précédente. Au cours de session de février 1937, l’abbé Sevin fait une conférence sur « Le célibat du Prêtre dans la poésie et le roman »35, à travers le cas de Jocelyn. Journal trouvé chez un curé de campagne de Lamartine (1836). La solitude, les renoncements pour le sacerdoce y sont évoqués ; le mot de Bernanos, dans son Journal d’un curé de campagne (1935) est cité par André Sevin : « Il est dur d’être seul. » Le même thème, exposé devant Mgr Georges Grente (1872-1959), dans une réunion des prêtres du diocésain, lui vaut, à la même époque, une réaction désapprobatrice de son évêque. Donc, à nouveau, dans les années 1930, écrire ou parler de littérature n’est pas pour l’abbé Sevin sans risque. Il éprouve l’expérience vécue par d’autres prêtres : « L’écrivain catholique n’a pas à compter seulement avec les exigences de la foi, mais avec la mentalité de ses supérieurs ecclésiastiques, depuis le pape jusqu’au secrétaire particulier de monseigneur l’évêque36. » De manière plus anecdotique mais représentative du renouveau littéraire catholique, l’abbé Sevin inspire à Émile Baumann l’un de ses personnages de L’Excommunié publié en 193837.

  • 38 Depuis 1941 André Sevin exerce successivement ou parallèlement des fonctions d’aumônier dans diffé (...)

21C’est toutefois dans les années 1950, dix ans après son retour dans le centre du Diocèse, au Mans, que l’abbé Sevin éclot comme véritable écrivain, étant désormais plus libre pour écrire38. Ainsi, en 1951, est publié Lassitude de midi (Éditions Enault) qui relate la vie d’un prêtre-professeur arrivé à ses quarante ans et se sentant seul et inutile – cette reprise du thème des conférences de 1937 et 1938, sous forme de roman autobiographique, est perçu comme le pendant urbain du Journal d’un curé de campagne de Bernanos. Puis, en février 1952, paraît Le Signe de contradiction (toujours Éditions Enault), dont l’idée originelle vient d’un ouvrage jamais publié d’Eugène Labelle et devant s’intituler L’Interdit. Toujours en 1952, André Sevin introduit un recueil de textes de Barbey d’Aurevilly (La Bonne Presse). D’autres articles et conférences sur ces anciennes amitiés intellectuelles (l’abbé Wehrlé), sur les écrivains du Maine (Roger Vercel, etc.) complètent cette production littéraire.

  • 39 Hervé Serry, « Déclin social et revendication identitaire : la “renaissance littéraire catholique” (...)
  • 40 Abbé Maxime Charles, « Le journal d’un curé de campagne », Tala Sorbonne, janvier 1951, in Samuel (...)

22Globalement, les écrits et goûts littéraires de l’abbé Sevin relèvent du réalisme psychologique et tragique et d’un genre « chrétien tourmenté ». Dès les années 1930, l’abbé Sevin s’inscrivait dans ce sous-champ littéraire, qu’Hervé Serry caractérise comme existant par le déclin : c’était la fin de la « renaissance littéraire catholique39 ». Or, l’abbé Sevin écrit ses ouvrages quand cette littérature n’existe quasiment plus que comme souvenir, comme notoriété passée : les Cahiers Catholiques s’éteignent en 1939, Baumann en 1943, Bernanos en 1948, Mauriac, Nobel de littérature en 1953, s’est autonomisé par rapport au champ littéraire catholique. Le Journal d’un curé de campagne est porté à l’écran par Robert Bresson en 1950 : « Le film demeure beau pour celui que son expérience religieuse ou sa culture intellectuelle rendent capable de déchiffrer un message si finement élaboré ; mais pour l’habitué des Westerns40 ? »

23De fait, après ou dès son apogée littéraire de 1950-1952 – reconnu par le Cardinal Grente, qui obtient pour l’abbé Sevin la Prélature de la Maison de Sa Sainteté pour son apostolat intellectuel – Mgr Sevin, désormais, se focalise sur les sociétés littéraires locales, apporte son soutien, décisif, à la création de l’Académie du Maine en 1955 par le Cardinal Grente (lui-même siège à l’Académie Française, Quai Conti), participe au Dictionnaire des Lettres françaises dirigé par le Cardinal Grente. Cette activité littéraire et conférencière se poursuit jusqu’à la mort de l’abbé Sevin, le 21 octobre 1967. Elle est marquée, cela a été dit, par la reviviscence soudaine et angoissante de la Première Guerre mondiale, en 1965, dans la vie du prêtre, et un travail de rétrospection et d’introspection aboutissant à Si c’était à refaire publié de manière posthume.

24Les identités militaire, blondélienne et littéraire s’enchâssent donc les unes dans les autres, se recouvrent plus qu’elles ne se suivent ou se succèdent, et ont toujours orienté l’abbé Sevin relativement hors de toute responsabilité ecclésiastique majeure dans le diocèse. Mgr Sevin a certes été professeur, directeur d’un collège, aumônier de plusieurs groupes et institutions, pourtant ce ne sont pas ces titres qui ont perpétré sa présence dans la mémoire catholique sarthoise, ou même dans l’historiographie, mais son art oratoire, ses écrits et son côtoiement des différentes personnes mentionnées. Enfin, si Mgr Sevin est resté un « passeur » entre des tendances et des expressions nationales politiques, religieuses et littéraires, et leur pratique et vécu locaux, dans la Sarthe, c’est à la fois du fait de certains décalages et inadéquations générationnels, et du fait de sa propre personnalité psychologique, tendant à l’effacement, à l’éloignement, à l’exil.

Notes

1 Éd. Atelier Marcel Julian, 1980.

2 Paris, PUF, 1993 pour la 1re éd., 1996 pour la seconde, 808 p.

3 Paris, Téqui, 1976.

4 Blondel-Wehrlé, Correspondance, extraits avec annotations par Henri de Lubac, S. J., Paris, Aubier-Montaigne, 1969, p. 668.

5 Cf. Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, juin 1986, no 62/63, p. 69-72.

6 La Maison, février 1928, p. 24-25.

7 Éditions Gabriel Enault, 77 p. Gabriel Enault est un éditeur mamertin.

8 Éditions Gabriel Enault, 76 p.

9 Éditions Chaudourne, 197 p.

10 Cf. René Rémond, Les Catholiques français dans la France des années 30, Paris, Éd. Cana, 1979, p. 89-90.

11 La Libre Dépêche du Maine, 22 janvier 1950, p. 2.

12 In Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire (dir.), Histoire religieuse de la France contemporaine, t. III : 1930-1988, Toulouse, Éd. Privat, 1988, p. 151-156.

13 Ibid., p. 151.

14 Sur l’étrangeté du prêtre dans les années 1960, cf. Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique (1965-1978), Paris, Payot, 2002, p. 257.

15 Les trois autres auteurs sont Eugène Labelle, Léon Porteboeuf et Quilici.

16 Joannès Wehrlé (1865-1938) est un ancien condisciple de Maurice Blondel de l’École normale supérieure et par la suite correspondant et interlocuteur intime du philosophe. Ayant vécu retiré dans la Sarthe depuis 1905 à cause d’une certaine fragilité nerveuse, l’abbé Wehrlé a appartenu au mouvement intellectuel et ecclésiastique touché par la condamnation du modernisme, sans jamais avoir été moderniste.

17 Lettre de Joannès Wehrlé à Maurice Blondel, Neufchâtel-en-Saosnois, 12 mai 1928 (Archives Blondel, Université catholique de Louvain).

18 Paris, Éd. Provençales, 1934, deux tomes, 421 p. et 558 p.

19 Lettre de Wehrlé à Blondel, Neufchâtel-en-Saosnois, vers le 20 juillet 1930 (Archives Blondel, UCL).

20 Lettre de Blondel à Wehrlé, Magny, 23 juillet 1930 (Archives Blondel, UCL).

21 Henri de Lubac, in Blondel-Wehrlé, Correspondance, op. cit., p. 667-668, note 342.

22 Lettre de Wehrlé à Blondel, Neufchâtel-en-Saosnois, 4 septembre 1929 (Archives Blondel, UCL).

23 Ibid.

24 Lettre de Blondel à Wehrlé, Magny, 6 septembre 1929 (Archives Blondel, UCL).

25 Lettre de Wehrlé à Blondel, Perseigne, 6 décembre 1929 (Archives Blondel, UCL). Maurice Blondel remercie tout de même l’abbé Sevin pour son texte.

26 André Sevin, Un prêtre s’interroge – Si c’était à refaire – 1896-1967, Paris, Éd. Lethielleux, 1968, p. 203.

27 Paris, Éd. Enault, 1930, 117 p.

28 André Sevin, « Autour du Thomisme », Les Cahiers Catholiques, février 1930, no 198, p. 40-46.

29 Samuel Pruvot, Monseigneur Charles, aumônier de la Sorbonne, 1944-1959, Paris, Les Éditions du Cerf, 2002, p. 52-53.

30 Comment se pose pour les jeunes d’aujourd’hui le problème de la Foi ?, Mamers, Enault, 1956, 43 p. ; Le « Credo » présenté aux hommes de notre temps : Mort et Résurrection du Christ devant l’histoire et devant la foi, Mamers, Éd. Enault, 1959, 130 p. ; Le « Credo » présenté aux hommes de notre temps : Foi et difficultés de croire, Mamers, Éd. Enault, 1960, 133 p.

31 Chemin de la Croix, Mamers, Éd. Enault, 1958, 66 p., et Le Rosaire sur la Route, Mamers, Éd. Enault, 1959, 69 p.

32 Sur cette fonction, cf. Samuel Pruvot, Monseigneur Charles, aumônier de la Sorbonne, 1944-1959, op. cit., p. 16.

33 « La réflexion d’Alphonse Dupront en Sorbonne, 29 juin 1962 », in Émile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, Paris, Albin Michel, 1996 pour la 3e édition (1re édition de 1962), p. 731.

34 André Sevin collabore d’abord avec Jean de Bellefontaine, alias l’abbé Ventrions du collège Saint-Paul, pour cette rubrique, puis l’assure seul de juin 1934 à juillet 1939, date d’interruption de la revue.

35 « Programme des Journées d’art religieux », Les Cahiers Catholiques, janvier 1937, p. 276.

36 Louis Duchesne à Baudrillart, le 19 novembre 1905, cit. in Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922), Historien de l’Église, Directeur de l’École française de Rome, École française de Rome, 1992, p. 523.

37 Émile Baumann avait déjà écrit la préface d’Un officier de France : Aurélien de Sèze de l’abbé Sevin en 1936.

38 Depuis 1941 André Sevin exerce successivement ou parallèlement des fonctions d’aumônier dans différents lieux du Mans (Bon-Pasteur, Lycée de jeunes filles et Clinique du Pré).

39 Hervé Serry, « Déclin social et revendication identitaire : la “renaissance littéraire catholique” de la première moitié du XXe siècle », Sociétés contemporaines, no 44, 2002, p. 103.

40 Abbé Maxime Charles, « Le journal d’un curé de campagne », Tala Sorbonne, janvier 1951, in Samuel Pruvot, Monseigneur Charles…, op. cit., p. 138.

Auteur

Doctorant à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Chargé de mission à la Délégation à la Prospective et à la Stratégie, Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités territoriales.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540