Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Première sous-partie. Croire en Dieu dans le temps de la guerre civile

Les Mémoires de Fleury, du prêtre zélé au réfractaire puis au fanatique

Frédérique Pitou

Texte intégral

  • 1 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires sur la révolution, le premier empire et les premières années de la (...)
  • 2 « Les Mémoires de J.-P. Fleury », F. Pichon (éd.), La province du Maine, t. 8, 1900. Publication d (...)

1Le texte des Mémoires de Jacques-Pierre Fleury, né à Mamers en 1758, mort au Mans en 1832, a été publié par deux éditeurs successifs, dom Piolin1 en 1874 et le chanoine Pichon2 en 1900. Même si leur appréciation diverge sur l’intérêt du premier chapitre des Mémoires, l’un et l’autre insistent sur la violence des propos tenus qui les a amenés à couper le texte.

  • 3 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., dans l’introduction, dom Piolin explique comment le ma (...)
  • 4 Frédéric Lemeunier, confirme que le manuscrit ne se trouve plus à la bibliothèque de Solesmes, And (...)

2L’itinéraire du manuscrit lui-même est chaotique ; dom Piolin a eu en mains le manuscrit « autographe3 » mais, selon le chanoine Pichon, il n’aurait pas conservé le manuscrit4 … Or, à la bibliothèque de Laval, sous la référence Ms 417, se trouve un manuscrit attribué à Jacques-Pierre Fleury, intitulé Histoire de la vie d’un prêtre catholique pendant la Révolution, qui semble bien le manuscrit authentique, mais il n’est pas complet (manquent ainsi tout le premier chapitre et quelques pages du second).

3Les Mémoires de Fleury sont composés de 14 chapitres retraçant ses mésaventures dans l’ordre chronologique… Le premier a été publié uniquement par Pichon (« Depuis ma naissance jusqu’à mon entrée dans ma paroisse ») et évoque ses vingt premières années (Fleury est né en 1758). Dans les deuxième (« Depuis mon entrée dans ma paroisse jusqu’au commencement de la persécution ») et troisième chapitres (« Surcroît de mes malheurs. Commencement de la plus perfide et de la plus raffinée persécution »), il évoque les années 1789 à 1792, les débuts de la Révolution et en particulier l’adoption de la constitution civile du clergé qu’il observe depuis la paroisse de Vieuvy dans laquelle il s’est installé en 1789. Différents chapitres sont ensuite présentés comme autant de « stations », le chapitre iv « Augmentation de la persécution. Enlèvement de ma paroisse, première station » qui rapporte l’expulsion des paroisses du Bas-Maine des prêtres réfractaires et leur enfermement à Laval, le chapitre v « Première déportation. Seconde station », il s’agit en réalité de son transport de Laval à Granville, le chapitre vi « Mon embarquement pour l’Angleterre. Séjour de cinq ans dans cette isle. Troisième station » qui évoque la déportation à Jersey de 1792 à 1797. Les épisodes les plus tragiques se situent ensuite, au chapitre vii « Ma rentrée en France. Quatrième station », avec les conséquences du coup d’état du 18 fructidor et le séjour de Fleury à la prison de Rennes, au chapitre viii « Seconde déportation dans mon pays natal. Cinquième station », avec les séjours en Sarthe, jusqu’à la prison du Mans, au chapitre ix « Troisième déportation à la citadelle de l’île de Rhé. Sixième station », au chapitre x « Septième station. Mon enlèvement de la citadelle de l’île de Rhé. Ma translation devant une commission militaire révolutionnaire, séant à Nantes », au chapitre xi « Huitième station. Ma quatrième déportation à l’île d’Oléron », au chapitre xii : « Neuvième station. Ma cinquième déportation, par ordre de Fouché, à Pierre-Châtel » et enfin au chapitre xiii « Débâcle de Pierre-Châtel. Surcroît de souffrances. Retour du Roi ».

  • 5 Jacques-Pierre Fleury, Apologie de la conduite des Prêtres français, confesseurs de la Foi depuis (...)
  • 6 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires… op. cit., p. 91. Selon dom Piolin, Fleury s’illusionne lorsqu’il (...)
  • 7 Selon dom Piolin, ces Mémoires auraient été écrits vers 1825, Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op (...)

4Ces Mémoires sont ceux d’un proscrit, son récit est celui de sa révolte et de ses souffrances. Il se présente comme « un prêtre blanchi sous le poids des malheurs, et courbé sous celui des ans et des infirmités, un prêtre qui, pendant vingt-cinq ans, a souffert des tourments affreux, subi cinq grandes déportations, parcouru cent trente-cinq prisons5… » Il s’adresse souvent au lecteur, « ami lecteur », « cher lecteur », et le prend à témoin, comme lorsqu’il rapporte que, à l’époque où les autorités du département souhaitent accélérer les prestations de serment des prêtres, on lui propose un évêché : « Ah ! Cher lecteur, jugez de la grandeur de la tentation6 ! » Comme s’il voulait fournir des pièces justificatives, il livre beaucoup de passages entre guillemets censés reproduire des lettres ou des dialogues. Pour ces derniers, la question de la fidélité aux originaux se pose quand on sait qu’ils ont été écrits près de 40 ans plus tard7… il faudrait imaginer qu’ils aient été consignés sur le papier une première fois, à chaud, mais les déplacements de Fleury ne semblent pas compatibles avec le fait de conserver des documents…

  • 8 « Les Mémoires de J.-P. Fleury », F. Pichon (éd.), La province du Maine, t. 8, 1900, p. 220.
  • 9 Sur ce concours, « Les Mémoires de J.-P. Fleury », F. Pichon (éd.), La province du Maine, t. 8, 19 (...)
  • 10 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., p. 131.
  • 11 Id., p. 243.
  • 12 Id., p. 472.

5La cause fondamentale de tous ses malheurs est évidemment la Révolution mais également l’Empire ; il évoque avec la même horreur le tyran Robespierre et le Directoire, le tyran Corse et l’impie Fouché ; pour lui, les deux fléaux majeurs de la période sont autant la constitution civile du clergé que le concordat. Ses Mémoires témoignent de sa volonté constante de faire connaître la vraie religion catholique ainsi que les persécutions dont il a été victime pour lui avoir toujours été fidèle. Fleury tire de ses épreuves une sorte de fatalisme ou de stoïcisme ; la formule « Vanité des vanités, tout n’est que vanité, excepté aimer Dieu, et ne servir que lui seul » revient à de nombreuses reprises dans son texte. Le personnage qui indique en 1816 avoir connu 135 prisons se présente en effet comme voué au malheur. Les premières lignes des Mémoires donnent le ton : « Né dans les larmes, je fus frappé dès le berceau d’un accident aussi douloureux qu’irréparable, la perte de mon œil droit, par la petite vérole que j’eus à l’âge de deux ans8. » Ses maladies et ses infirmités prennent une grande place dans les Mémoires, au point de banaliser la dureté des conditions qui lui sont faites, puisqu’il se décrit comme un valétudinaire avant même la Révolution… Ainsi, lorsqu’il passe le concours institué par Mgr de Gonssans pour l’attribution des bénéfices-cures : « la fatigue que j’éprouvai fut extrême. À la fin de la journée, ma vue s’obscurcit, mon bras droit était engourdi » puis « je fus tourmenté toute la nuit d’une fièvre ardente9 ». On observe que, malgré ses faiblesses, il conserve dans l’adversité une grande combativité ; alors que les campagnes commencent à se déchirer entre patriotes et aristocrates, non seulement il cherche à convaincre par la parole, mais est aussi capable de faire le coup de poing. Ses épreuves ultérieures sont toujours racontées avec la maladie en toile de fond, que ce soit à Jersey : « une maladie mortelle dérangea tous mes projets ; un débordement de bile, une fièvre putride, une lèpre qui me couvrit tout le corps, me conduisirent aux portes du tombeau10 » ou à Londres : « les souffrances que j’éprouvais à Londres, les rhumatismes qui m’attaquèrent, l’asthme qui m’attaquait, la crainte de perdre totalement la vue, me déterminèrent à quitter cette ville11 ». Lorsqu’il apprend son transfert à Pierre-Chatel, il se dit « accablé d’un asthme qui me privait de la respiration, de rhumatismes goutteux et d’une maladie de nerfs qui me tourmentait jour et nuit, je croyais toucher à ma dernière heure12 ».

  • 13 Abbé Ferdinand Gaugain, Histoire de la Révolution dans la Mayenne, Laval, Chailland, 1918, (reprin (...)
  • 14 Dom Piolin, L’Église du Mans durant la Révolution, Mémoire sur la persécution religieuse à la fin (...)
  • 15 Fleury s’explique dans un certain nombre de textes : Apologie de la conduite des prêtres français, (...)

6L’itinéraire de Fleury a évidemment été analysé par les auteurs des histoires de la Révolution en Mayenne et en Sarthe parues au XIXe, l’abbé Gaugain d’une part13 et Dom Piolin d’autre part14. Ils le présentent en deux temps : héroïque face à la politique religieuse de la Révolution, lors de la déportation des prêtres, et obstiné ensuite, lors de son refus du Concordat15 ; les termes utilisés par ces auteurs sont alors très violents pour qualifier les fidèles de la Petite Église. Mais la lecture de ses mémoires permet également d’évoquer l’ecclésiastique de la fin de l’Ancien Régime et le type d’enseignement qu’il dispensait à ses fidèles ainsi que les soutiens qui lui ont été apportés dans les prisons de la révolution et de l’Empire.

Un vicaire puis un curé zélé du Maine dans les dernières années de l’Ancien Régime et les débuts de la Révolution

7Jacques-Pierre Fleury est né à Mamers le 5 février 1758. Il est ordonné prêtre en 1781 et occupe la charge de vicaire dans sa paroisse natale. Le tableau qu’il fait du clergé de la ville ainsi que des tâches qui lui incombent est significatif de son attitude : il place au-dessus de tout l’instruction dans les principes de l’Église ; il donne le sentiment d’être tout particulièrement préposé à l’édification des plus faibles, les enfants (il s’occupe d’un certain nombre d’entre eux qui veulent embrasser l’état ecclésiastique) et les pauvres (il dit la messe à 5 h pour les ouvriers, il enterre les pauvres). Il semble regretter le peu d’intérêt du reste du clergé de la ville pour ces questions : « chacun, écrit-il, en faisait le moins qu’il pouvait », d’où les formules telles que « je murmurais inutilement » ou « je ne fus point écouté ». Il se montre particulièrement attentif au développement du nombre des enfants naturels (qu’il baptise la nuit), les confie à l’Hôpital général, non sans avoir cherché à en connaître les pères.

  • 16 Sur les années de formation de J.-P. Fleury comme sur celles où il est vicaire à Mamers, « Les Mém (...)

8Les principes qu’il met en avant méritent d’être cités car ils sont au cœur du type de relation qu’il souhaite entretenir avec ses fidèles. En tant que prêtre, il est d’abord celui qui détient l’autorité pour la connaissance des vérités de la foi, en témoigne « la gaule de houx » nécessaire avec les nombreux enfants du catéchisme, comme la sévérité avec laquelle il interroge les pénitents. « J’interrogeais sur le catéchisme les grands et les petits, les pauvres et les riches, le maître et les domestiques, les parents et les enfants. Cette marche à laquelle ils n’étaient point accoutumés les révoltait. Comment ? Du catéchisme ? Depuis vingt ou trente ans que j’ai fait ma première communion, j’ai tout oublié… » Il est ensuite celui à qui on ne cache rien : « Je savais tout ce qui se passait dans l’intérieur des familles. » Il rappelle enfin les comportements souhaités par l’Église. Ce rigorisme se heurte à des pratiques bien établies : « Je dirais avec douleur que, pendant tout le temps où j’exerçais les fonctions pénibles du saint ministère dans le sacrement de pénitence, je n’ai pu en finir avec les cabaretiers, les perruquiers, les tailleurs, les cordonniers, les ouvrières en linge, à cause de la violation de l’abstinence et des dimanches et fêtes. » Il est amusant de remarquer que J.-P. Fleury est par ailleurs traité de janséniste par des « dévotes », qui voulaient communier presque tous les jours, ce qu’il leur refuse16.

  • 17 Sur l’arrivée à Vieuvy et la situation de la paroisse, Jacques-Pierre Fleury, Mémoires… op. cit., (...)

9En 1788, après son succès au concours pour l’attribution des bénéfices-cures, Fleury est nommé à Vieuvy, dans le Bas-Maine. Il est très satisfait des usages établis en sa paroisse, qu’il attribue à son prédécesseur qui « ne badinait pas », mais aussi au fait que les campagnes sont protégées des maux qui atteignent volontiers « les villes et les grandes paroisses ». Les examens sur le catéchisme, l’assistance pieuse aux offices, l’observation des dimanches et des fêtes, le jeûne en carême, la communion régulière (quatre fois dans l’année), la douceur et la pureté de ses habitants sont des habitudes conformes à ses souhaits. S’il est dans l’ensemble satisfait, sa sévérité lui fait chercher à éradiquer le goût des habitants pour la boisson… Fleury cherche, comme à Mamers, à tout contrôler ; lors de la visite de ses ouailles, il cherche à tout savoir de leur vie, « j’entrais dans les plus petits détails, surtout chez les pauvres et les journaliers, je m’informais du nombre d’enfants, du profit du travail, de leurs moyens de subsistance, afin de subvenir à leurs besoins ». Il a vite fait de juger le procureur syndic : « je le regardai comme un boute-feu, un homme très dangereux, qu’il était important de terrasser à la première occasion » ; ce qui lui déplaît sans doute en réalité c’est l’influence qu’il peut avoir sur la population : « Quand il leur parlait, tous, le bonnet à la main, l’écoutaient comme un oracle17. »

10Fleury est prompt à stigmatiser les abus du siècle, tant sur le plan des mœurs que sur celui des idées : « La philosophie moderne faisait des progrès affreux, l’impiété et l’incrédulité corrompaient tous les états, toutes les conditions… » C’est en réalité contre ces idées modernes, et en particulier contre les critiques anti-religieuses qu’il a les mots les plus durs, il évoque les philosophes « vomis par l’enfer ». La Révolution n’en est que l’aboutissement. Il est évidemment très opposé à tous les événements auxquels ses Mémoires donnent un écho souvent déformé et caricatural. Ainsi des premiers mois de Révolution :

  • 18 Id., p. 57-58.

« La convocation des États Généraux, le trouble qui se manifesta à leur ouverture, […] le renversement des lois fondamentales de l’État qu’ils s’étaient obligés, par serment, de maintenir, l’avilissement et la dégradation de l’autorité suprême du monarque qui fut réduite, par ces conjurés, à un veto outrageant et dérisoire, l’anéantissement des droits et privilèges de la noblesse et du clergé, l’usurpation sacrilège de tous les biens de l’Église, sans en excepter les fondations qu’ils déclarèrent propriétés nationales, dans la nuit du 4 août 1789, l’enterrement de ce premier corps, le 2 novembre suivant, le requiescat in pace prononcé sur sa tombe au son d’une musique patriotique et aux applaudissements féroces d’une populace soudoyée qui remplissait les tribunes et assiégeait la salle ; les hurlements affreux des Jacobins francs-maçons sortis de leurs antres ténébreux qui, aux cris forcenés de liberté et d’égalité, leur point de ralliement, prêchaient que “l’insurrection était le plus sacré des devoirs” ; la révolte générale dans toutes les villes et les campagnes ; le délire universel des Français qui, frappés d’une terreur panique, courraient aux armes, s’armaient jusqu’aux dents pour combattre, comme don Quichotte, des moulins à vent, prélude effrayant des châtiments de Dieu sur ma trop malheureuse patrie ; la réunion de tous les scélérats, appelée Fédération, ou plutôt une conspiration générale ; les chansons effrénées : Ah ! ça ira, ça ira, ça ira… hurlées avec rage et fureur pour provoquer au pillage, à l’incendie et au carnage ; les flots de sang qui coulaient sur plusieurs points de la France ; l’effervescence des esprits ; la fermentation des têtes ne me laissèrent aucun doute sur [ce qui allait advenir]18. »

  • 19 Id., p. 68. Mais Gaugain indique qu’il a été maire de Vieuvy… Abbé F. Gaugain, Histoire de la Révo (...)

11Logiquement, Fleury refuse la lecture au prône des décrets de l’Assemblée Nationale, il est dénoncé et on lui reproche son « aristocratie ». Il refuse également le port de la cocarde. Il évoque les élections pour une nouvelle municipalité et raconte le rôle qu’il joue au sein de l’assemblée et écrit même « cette assemblé fut la seule à laquelle j’aye assisté. Je me reprochai cependant de m’y être trouvé, parce qu’elle avait été commandée par des conjurés : notre ministère refuse la participation aux affaires civiles. Je m’en confessai et fis pénitence19 ».

  • 20 Jacques-PierreFleury, Mémoires… op. cit., p. 103-123.
  • 21 Id., p. 123-130.
  • 22 Id., p. 131.
  • 23 Id., p. 175.

12On trouve évidemment dans les mémoires de Fleury la critique de la constitution civile du clergé, « le chef d’œuvre par excellence de science et de lumière, et qui avait été enfanté par les huguenots et les jansénistes réunis », mais on y trouve également l’activité qu’il déploie pour montrer aux fidèles que ce texte est en contradiction avec l’autorité de l’Église et celle du roi ; il évoque des manuscrits qu’il faisait circuler dans les villages. Certains de ces textes sont recopiés dans les Mémoires comme l’instruction contre le schisme et l’hérésie de 179120 ou l’instruction contre la révolte et la rébellion envers Louis XVI ou ses descendants21… Il reproduit la même attitude avec le serment, qu’il critique, quelles qu’en soient les formes, mais qu’il combat farouchement, d’autant que « la rage et la fureur étaient au comble contre les prêtres qui avaient refusé le serment, et que les cannibales français appelaient réfractaires », écrivant plusieurs lettres à ses confrères, diffusant auprès d’eux le mandement de l’évêque de Boulogne adopté par l’évêque du Mans22. Fleury s’installe dans sa situation de réfractaire et mène le combat contre les intrus sur fond de rumeurs et de complots jusqu’à ce que lui parvienne, le 27 juillet 1792, l’ordre de quitter sa paroisse : « Si je n’eusse eu à combattre que la canaille des mauvais sujets qui m’environnaient, celle même du district et du département, je n’aurais jamais quitté mes infortunés habitants mais la maudite nation, vomie par l’enfer pour la destruction du genre humain, redoublait contre nous sa rage et sa férocité. L’incarcération de tous les confrères dans les couvents des Capucins et des Cordeliers de Laval nous présageaient les plus grands malheurs23. »

Les mésaventures ordinaires d’un prêtre réfractaire : le temps de l’exil puis le retour en France

  • 24 Id., p. 188.
  • 25 Gaston Chérel, « Les curés mayennais et la Révolution », L’Oribus, no 30, septembre 1989.
  • 26 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires… op. cit., p. 198.

13Fleury est détenu depuis quelques semaines à Laval lorsque la loi qui condamne à l’exil les prêtres réfractaires est votée. Il évoque « le plus barbare, le plus infâme de tous les décrets qui aient paru jusqu’à ce moment24 ». Les prêtres mayennais se rendent à Granville25, d’où un voyage de prison en prison, que les Mémoires rapportent toujours selon le même scénario : Fleury et ses compagnons d’infortune subissent les pires outrages de la part des guichetiers, geôliers et autres gardiens ainsi que de ceux qui ont pour mission de les transporter… Mais il rencontre toujours des « personnes honnêtes » qui se chargent de leur rendre des services, à lui et à ses codétenus… Ainsi lorsqu’il est détenu aux Cordeliers de Laval, il évoque le soutien de la population ; de même à Fougères, on lui offre un lit ; selon ce qui leur arrive, Fleury juge chacune des villes traversées : on y pense bien ou ce sont des coquins. Et jamais il ne perd de vue son sacerdoce… à Avranches, par exemple, « je passai la soirée et une partie de la nuit à confesser et à baptiser26 ».

  • 27 Id., p. 208.
  • 28 Id., p. 215.
  • 29 Id., p. 214.

14Il évoque son voyage par mer jusqu’à Jersey et ses difficultés à trouver un gîte ; il insiste sur l’accueil chaleureux des habitants de l’île et sur la générosité de son hôtesse huguenote, qu’il cherche visiblement à convertir : « combien de fois leur ai-je dit que tout le bien qu’ils faisaient était perdu… tant qu’ils persisteraient dans leur funeste aveuglement27 » ; c’est pour lui une véritable mission : « Le seigneur nous avait envoyé parmi ces derniers pour travailler à leur conversion28. » Il détaille l’organisation de la vie à Jersey pour les immigrés français, et l’établissement de bureaux pour distribuer les subsides octroyés par les Anglais, se félicitant des « bienfaits » dont « cette généreuse nation » les a comblés29, d’autant qu’ils ont la possibilité de célébrer publiquement le culte catholique.

  • 30 Id., p. 243. Une loi du 7 fructidor an V (24 août 1797), que Fleury invoquera dans les interrogatoi (...)
  • 31 Le 18 fructidor an V (4 septembre 1797) a lieu un coup d’état anti-royaliste. Le lendemain, les Co (...)

15Fleury reçoit en septembre 1796 un appel de l’évêque du Mans qui l’invite à retourner dans son diocèse « où les prêtres étaient extrêmement rares30 » ; il participe donc à l’expédition qui ramène en France plus de deux cents Français, prêtres et émigrés. Il se rend à Rennes, et trouve une place à l’hôpital de Saint-Méen, où il pense séjourner quelque temps avant de retourner dans le Bas-Maine, mais ces projets sont évidemment contrariés par les événements du 18 fructidor31.

Après le 18 fructidor

  • 32 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., p. 257.
  • 33 Id., p. 257. Sur la situation de la Sarthe, voir Marcel Reinhard, Le département de la Sarthe sous (...)
  • 34 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., p. 260.

16Fleury doute de la situation réelle de la religion dans le royaume : « On me criait partout que la religion se rétablissait bien, parce que tout le monde allait à la messe ; je haussais les épaules. J’avais interrogé, dans mon voyage, sur le catéchisme, une infinité de personnes qui étaient d’une ignorance crasse ; la division scandaleuse qui régnait partout, parmi les prêtres et les fidèles, me causait le plus profond chagrin32. » Il voit dans la nouvelle politique du Directoire la confirmation de ses craintes que le rappel des prêtres déportés n’ait été qu’un piège : « J’engageais ceux de mes confrères que je vis à se tenir sur leurs gardes ; je les assurais que nos maux n’étaient point finis, que nous payerions cher la liberté momentanée dont nous jouissions33. » De fait, « la religion […] fut entièrement abandonnée ; les perquisitions se faisaient avec acharnement34 ».

  • 35 Id., p. 273.

17À Rennes, la municipalité a précisément choisi l’hôpital Saint-Méen pour enfermer « les fanatiques » qu’on arrêterait. Fleury décide alors de se présenter de son plein gré à la municipalité de Rennes, pour réclamer l’application de la loi du 19 fructidor qui exclut les infirmes de la déportation générale… mais on le jette en prison (néanmoins la municipalité dresse un arrêté qui l’exempte de la déportation ; il doit être transféré dans le département de la Sarthe, pour y être « mis en surveillance »). De son séjour dans la prison de Rennes, où il reste quelques mois, il rapporte les mêmes expériences que lors de ses précédents emprisonnements : une description des lieux et du personnel, la rencontre avec des personnes « honnêtes » qui s’occupent des prisonniers (« on m’apportait de la ville toute espèce de bonbons, tourtes maigres aux confitures, pâtés chauds, petits pâtés, biscuits, macarons, oranges, fruits de toute sorte, vins de Malaga, etc.35. » Il va les utiliser pour convaincre un geôlier de le laisser rencontrer des Vendéens détenus au cachot de la même prison.

  • 36 Id., p. 272.
  • 37 Id., p. 275.

18Le sentiment d’avoir une mission à accomplir s’exprime page après page. Il s’adresse à un confrère, également enfermé : « Adorez les desseins de la Providence qui me réunit à vous pour notre sanctification réciproque et pour édifier, par nos bons exemple, la multitude des prisonniers qui nous environnent et qui auront continuellement les yeux fixés sur nous36. » Il s’occupe des autres prisonniers « je confessais, catéchisais, lisais l’Ordinaire de la messe37 », assiste de nombreux condamnés à mort.

  • 38 Id., p. 345.

19Après 7 mois de prison (mars 1798), il est emmené dans un périple jusqu’à Mamers où il reconstitue un lieu de culte auquel les gens de la campagne se rendent en foule. Sa conduite est dénoncée au département par le curé « intrus », il est donc arrêté pour avoir « fanatisé » ; il est alors conduit au Mans dans les cachots de « la maison de justice ». Là, il ne peut résister à son devoir : alors que des chouans « soupiraient inutilement après un prêtre catholique38 », il se glisse dans leur cachot et s’occupe d’eux.

20À l’issue d’un interrogatoire subi par Fleury le 25 août 1798, devant les administrateurs de département de la Sarthe, il est emmené à l’île de Ré. Une nouvelle fois, les Mémoires montrent l’organisation d’une société de prisonniers, certes entravée, mais qui ne semble pas coupée du monde extérieur auquel elle achète de quoi survivre. Fleury et ses compagnons apprennent l’arrivée en France de Bonaparte qu’il appelle l’« usurpateur » ; il manifeste là son opposition à celui qu’il juge seul responsable du 18 fructidor, du sort de Pie VI, de la nomination du « sanguinaire » Fouché.

L’aventure isolée d’un extrémiste

  • 39 Id., p. 378.
  • 40 Id., p. 447, note 3.

21À partir des tentatives de restauration de l’unité religieuse, Fleury manifeste son refus total de se soumettre à la moindre compromission qui lui apparaît comme un reniement. Quelle que soit l’analyse qui peut être faite de ses motivations, il est évident que son obstination est extrême et son choix celui d’un très petite minorité. Dom Piolin qui, dans les notes dont il a accompagné l’édition des Mémoires, montre toujours en quoi Fleury se sépare de l’Église, donne à ce moment du récit l’avertissement suivant : « Il est facile de comprendre que Jacques-Pierre Fleury va désormais parler contre le clergé catholique, c’est-à-dire contre l’Église catholique et son chef39… » ; c’est « un sectaire que rien n’arrête40 ».

  • 41 « Sur les 384 ecclésiastiques appelés en Mayenne à signer cette promesse de fidélité à la Constitu (...)
  • 42 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., p. 405.

22Le contexte en effet est d’abord celui de la constitution de l’an VIII qui, selon Fleury, « sanctionnait tous les crimes et brigandages de la Révolution » et la promesse de fidélité demandée aux prêtres. Son refus de la soumission est total ; au nom de la défense de la religion, il évoque « une loi impie [qui] vous ordonne d’abjurer Dieu, sa religion sainte, vous défend toutes les marques du christianisme »… Ses confrères réfractaires mayennais sont également réticents à une telle soumission mais après que l’abbé Duperrier, administrateur du diocèse du Mans, a rendu publique la sienne, les promesses de fidélité affluent41. Il mène son combat en rédigeant un certain nombre de textes. Dans Réflexions d’un prêtre catholique déporté, sur les certificats du non-exercice des fonctions du saint ministère, dont Fleury est visiblement assez content, il qualifie Bonaparte de « grand homme pour le grands crimes ». Les deux grands tyrans, dans les Mémoires de Fleury, à égalité avec Robespierre, sont Bonaparte et Fouché ; « c’était pour faire oublier la tyrannie du Directoire, que le tyran Fouché en exerçait une mille fois plus atroce, par les ordres du sanguinaire Corse42 ». Fleury fait comme si la haine personnelle de Fouché s’exerçait contre lui : « Que Fouché, qui méditait de grands crimes, ait envoyé un de ses espions dans notre citadelle, pour me tourmenter en toute manière, moi qu’il appelait le chef et le plus dangereux des fanatiques, cela n’a rien de surprenant ! » De fait, après Ré, Fleury est traduit devant le conseil de Guerre à Nantes, le 28 août 1801 : après un nouvel interrogatoire, il lui est proposé la liberté contre la soumission, mais il est à nouveau inflexible, il est donc condamné à la déportation et doit se rendre à l’île d’Oléron.

23Sur l’île, il trouve une situation religieuse « préoccupante », sans doute à cause de la présence d’un « intrus » : « L’intrus […] avait causé des ravages affreux dans cette vaste paroisse. Il ne s’était pas contenté de prêter le serment de 91, il avait publiquement apostasié. » Il essaie d’y remédier :

  • 43 Id., p. 445.

« Je me livrai à l’instruction des grands et des petits qui tous étaient plongés dans l’ignorance la plus complète. Je commençai par faire renoncer au schisme et à l’hérésie, dont je donnai la définition et l’explication. Je faisais, le dimanche, trois instructions familières, la première à ma messe, la seconde après dîner, la troisième après vêpres. Ces instructions étaient de bons catéchismes renforcés, à la portée du plus ignorant. Tout le monde s’y portait en foule. Je parcourus, plusieurs fois, tous les villages qui étaient nombreux ; j’y recherchais tous les jeunes gens de l’un et l’autre sexe qui n’avaient point fait encore leur première communion. Le matin je faisais venir les jeunes filles, et le soir les garçons. Je commençais à disposer les uns et les autres par la confession qu’ils renouvelaient de huit jours en huit jours, pendant tout le temps que duraient ces catéchismes qui étaient précédés de la prière du matin, et suivis de celle du soir43. »

24Il intervient également pour les mariages, les confessions, mais l’arrivée du curé met fin à ses travaux de reconquête… « S’il eut tardé quelques mois, écrit-il, j’aurais ébranlé cette paroisse… »

  • 44 Id., p. 455.
  • 45 Didier Masseau, Les ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières, Albin Michel (...)

25Le Concordat est publié le jour de Pâques 1802. Fleury, désireux de mieux en connaître le contenu et de savoir s’il pourrait apporter des changements à sa situation, écrit au légat du pape, le cardinal Caprara ; il donne cette correspondance dans ses Mémoires44. On y trouve, notamment dans sa lettre du 26 juillet, une condamnation du concordat au nom des fondements de l’Église catholique. Il écrit même que les « concordatistes » succèdent aux constitutionnels comme ceux-ci succèdent aux jansénistes, lesquels succèdent aux protestants… Il refuse donc de reconnaître Mgr Pidoll comme son évêque et s’installe dans la dissidence jusqu’à ce qu’arrive (le 7 août 1809) l’ordre de transporter à Pierre-Châtel, couvent de Chartreux transformé en prison, les déportés des îles de Ré et d’Oléron. Fleury reste quatre ans et demi à Pierre-Chatel puis l’arrivée des Autrichiens, en janvier 1814, fait transférer les prisonniers. Il est à Mende lorsqu’il apprend, le 14 avril, la nouvelle du retour des Bourbons et donc sa libération… Au-delà des mésaventures de Jacques-Pierre Fleury et, particulièrement, de son engagement anti-concordataire qui le met évidemment en marge, son récit met en lumière son attachement à une religion rigoureuse et au respect littéral des prescriptions de l’Église d’avant la Révolution. Dans ses Mémoires on le voit sans cesse catéchiser, prêcher, instruire, porter des jugements très durs sur des pratiques qui lui semblent s’éloigner de la véritable religion. L’Église détient le monopole de la vérité et toute sa vie est tendue pour la faire triompher contre les idées nouvelles, celles des philosophes en particulier qui sont le mal absolu45. On le voit aussi, dans les multiples prisons où il les rencontre, nouer naturellement des relations avec des Vendéens, des chouans ou des royalistes auprès de qui il exerce son ministère mais qu’il aide également matériellement, y compris à s’évader. Les « honnêtes » gens qui lui apportent leur soutien tout au long de sa détention partagent sa fidélité à la monarchie et à la religion, même si ses prises de positions ultérieures masquent cette communauté de pensée. Une partie du conservatisme des populations de l’Ouest s’exprime peut-être là…

Notes

1 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires sur la révolution, le premier empire et les premières années de la restauration, publiées et annotées par le R.P. Dom Paul Piolin, Le Mans, A. Leguicheux, 1874, 547 p., Genève, Slatkine-Mégariotis Reprints, 1975.

2 « Les Mémoires de J.-P. Fleury », F. Pichon (éd.), La province du Maine, t. 8, 1900. Publication du premier chapitre que dom Piolin avait écarté.

3 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., dans l’introduction, dom Piolin explique comment le manuscrit lui est parvenu, p. 9.

4 Frédéric Lemeunier, confirme que le manuscrit ne se trouve plus à la bibliothèque de Solesmes, André Pioger, « La petite Église, 1803-1936, principalement dans la Sarthe… », présentation et notes de Frédéric Lemeunier, La Province du Maine, janv.-mars 1975.

5 Jacques-Pierre Fleury, Apologie de la conduite des Prêtres français, confesseurs de la Foi depuis vint-cinq ans sans interruption, présentée par l’un d’eux à leur roi Louis XVIII le 20 juin 1816, 5 p.

6 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires… op. cit., p. 91. Selon dom Piolin, Fleury s’illusionne lorsqu’il pense qu’il aurait pu, s’il l’avait voulu, obtenir un évêché « constitutionnel » puis « concordataire ».

7 Selon dom Piolin, ces Mémoires auraient été écrits vers 1825, Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., introduction, p. 7.

8 « Les Mémoires de J.-P. Fleury », F. Pichon (éd.), La province du Maine, t. 8, 1900, p. 220.

9 Sur ce concours, « Les Mémoires de J.-P. Fleury », F. Pichon (éd.), La province du Maine, t. 8, 1900, p. 331-333.

10 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., p. 131.

11 Id., p. 243.

12 Id., p. 472.

13 Abbé Ferdinand Gaugain, Histoire de la Révolution dans la Mayenne, Laval, Chailland, 1918, (reprint en 1989, Mayenne, Imprimerie de la Manutention).

14 Dom Piolin, L’Église du Mans durant la Révolution, Mémoire sur la persécution religieuse à la fin du XVIIIe siècle, Le Mans, Le Guilcheux-Gallienne, 1868.

15 Fleury s’explique dans un certain nombre de textes : Apologie de la conduite des prêtres français, confesseurs de la foi, depuis vingt-cinq ans sans interruption, présentée par l’un d’eux à leur roi Louis XVIII, le 20 juin 1816, 5 p. ; Controverse entre la Petite et la Grande Église, sur les droits sacrés de Dieu, de la sainte Église et du roi légitime, 1822 ; Le Nouveau pensez-y-bien, ou Réflexions d’un curé non assermenté à M. le supérieur du nouveau séminaire du Mans…, 1822 ; Lettre à M. le supérieur de grand séminaire du Mans ou Mon dernier mot, 1829.

16 Sur les années de formation de J.-P. Fleury comme sur celles où il est vicaire à Mamers, « Les Mémoires de J.-P. Fleury », F. Pichon (éd.), La province du Maine, t. 8, 1900.

17 Sur l’arrivée à Vieuvy et la situation de la paroisse, Jacques-Pierre Fleury, Mémoires… op. cit., p. 19-30.

18 Id., p. 57-58.

19 Id., p. 68. Mais Gaugain indique qu’il a été maire de Vieuvy… Abbé F. Gaugain, Histoire de la Révolution…, op. cit., vol. I, note 6, p. 168.

20 Jacques-PierreFleury, Mémoires… op. cit., p. 103-123.

21 Id., p. 123-130.

22 Id., p. 131.

23 Id., p. 175.

24 Id., p. 188.

25 Gaston Chérel, « Les curés mayennais et la Révolution », L’Oribus, no 30, septembre 1989.

26 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires… op. cit., p. 198.

27 Id., p. 208.

28 Id., p. 215.

29 Id., p. 214.

30 Id., p. 243. Une loi du 7 fructidor an V (24 août 1797), que Fleury invoquera dans les interrogatoires qu’il aura à subir ultérieurement, abroge les lois antérieures relatives à la déportation des prêtres insermentés.

31 Le 18 fructidor an V (4 septembre 1797) a lieu un coup d’état anti-royaliste. Le lendemain, les Conseils adoptent des mesures répressives contre les émigrés et les prêtres.

32 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., p. 257.

33 Id., p. 257. Sur la situation de la Sarthe, voir Marcel Reinhard, Le département de la Sarthe sous le régime directorial, 1936.

34 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., p. 260.

35 Id., p. 273.

36 Id., p. 272.

37 Id., p. 275.

38 Id., p. 345.

39 Id., p. 378.

40 Id., p. 447, note 3.

41 « Sur les 384 ecclésiastiques appelés en Mayenne à signer cette promesse de fidélité à la Constitution, 21 personnes persistent dans leur refus fin octobre 1801 : c’est le noyau de la Petite-Église », Gaston Chérel, op. cit., p 49.

42 Jacques-Pierre Fleury, Mémoires…, op. cit., p. 405.

43 Id., p. 445.

44 Id., p. 455.

45 Didier Masseau, Les ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières, Albin Michel, 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540