Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Première sous-partie. Croire en Dieu dans le temps de la guerre civile

Le retour et la réintégration des hostes et des compagnons d’hostes à Rome à la fin de la République

Annie Allely

Texte intégral

  • 1 La déclaration d’hostis a été utilisée au cours de la première guerre civile en 88 contre les Mari (...)
  • 2 Ungern-Sternberg von Pürkel 1970; Jal 1963, p. 53-79; Bauman 1973, p. 270-292; Allély 2007, p. 175- (...)
  • 3 Appien, B.C., 1, 79. Sur la rencontre : Hinard 1985b, p. 185-160 ; sur la période : Hinard (éd.) 2 (...)

1En 88 av. J.-C., Sylla avait utilisé pour la première fois contre ses adversaires politiques, les Marianistes, une procédure appelée par les auteurs modernes la déclaration d’hostis1. Il s’agissait d’une mesure qui consistait, dans le cadre des guerres civiles de la fin de la République, à transformer et à assimiler les adversaires politiques à des ennemis extérieurs de Rome, c’est-à-dire à des hostes2. Un ensemble de conséquences découlait pour les intéressés : la peine de mort, l’exil, la perte de la citoyenneté, des magistratures civiles, des commandements militaires et des sacerdoces, et la confiscation et/ou la destruction des biens. En 87 Cinna et Marius revinrent à Rome tandis que Sylla était parti combattre Mithridate, le roi du Pont. Parmi leurs premières décisions, ils firent déclarer Sylla hostis. Sylla, l’inventeur de la mesure, se voyait victime de sa procédure. Dans le cadre de négociations qui eurent lieu en 84 en Grèce entre Sylla et les émissaires modérés envoyés par le Sénat, le futur dictateur fit savoir qu’il accepterait l’amnistie de la part de l’Etat et désirait également « que son titre de citoyen, que ses biens, que son sacerdoce lui fussent rendus3 ». Il demandait donc la restauration de son statut antérieur.

2Si la mise en place de la procédure de la déclaration d’hostis est assez bien connue, le retour à Rome, la réintégration civique et la restauration du statut antérieur des hostes l’est beaucoup moins parce que nous disposons de peu de témoignages.

  • 4 Presque toutes les déclarations firent l’objet d’un senatus-consulte. Toutefois en 88 une loi fut (...)

3Les déclarations d’hostis faisaient l’objet d’un vote sénatorial4 ou comitial et il fallait pour en annuler les effets et pour que les hostes puissent revenir à Rome, réintègrer le corps civique et retrouver tous leurs droits et biens, qu’un nouveau texte soit voté.

4Dans le cadre de cette étude nous ne pouvons pas énumérer tous les retours et réintégrations des hostes dans l’Vrbs, nous tenterons d’évoquer, en suivant la chronologie, trois cas pour lesquels il existe quelques témoignages : le premier exemple concerne les événements des années 88-87 qui opposèrent Sylla et Marius et le retour de ce dernier. Le deuxième reditus est à replacer dans le contexte « d’apaisement » des années 70 et touche les Lepidani, c’est-à-dire les compagnons de Lépide, le consul de 78. Le troisième cas est à mettre en relation avec l’ultime restauration républicaine après la mort de César tentée par Cicéron en 44-43 et concernent Antoine le consul de 44 et Lépide, le futur Triumvir. Nous essayerons de voir de quelle manière juridiquement ces hommes retrouvèrent leurs droits mais également les conséquences politiques que purent avoir ces retours.

Le retour et la réintégration de Marius

Le contexte politique de l’année 88

  • 5 Appien, B.C., 1, 56 ; Plutarque, Sylla, 8, 5 ; Marius, 35, 5, Liv. Per. 77 ; Velleius Paterculus, (...)
  • 6 Appien, B.C., 1, 60 ; Plutarque, Sylla, 10, 2 ; Liv. Per. 77 ; Valère-Maxime, 3, 8, 5.
  • 7 Appien, B.C., 1, 60 : « Cependant on fit, par décret public, déclarer ennemis du peuple romain Sul (...)
  • 8 Plutarque, Sylla, 10,1 cite Marius et Sulpicius et fait état de « quelques autres » sans les nomme (...)
  • 9 . Appien, B.C., 1, 60 : « Ce décret fut motivé sur ce qu’ils avaient provoqué la sédition, porté le (...)
  • 10 Appien, B.C., 1, 60 : « Il fut permis à qui les rencontrerait de les tuer impunément, à quiconque (...)
  • 11 Velleius Paterculus, 2, 19.
  • 12 Sur l’exil sous la République : Kelly 2006 et sur Marius en particulier, voir p. 74, note 17.

5En 88 Sylla avait reçu la province d’Asie et le commandement militaire contre Mithridate. Or, Marius espérait mener cette guerre lui-même. Après le départ de Sylla de Rome vers l’Orient, il fut aidé par le tribun de la plèbe P. Sulpicius Rufus qui fit voter un texte qui stipulait que le commandement de l’armée d’Orient était transféré de Sylla à Marius5. Lorsque Sylla fut informé de cette décision, il se mit en marche vers Rome avec six légions. Il prit la Ville en une seule journée et réunit le Sénat et les Comices pour prendre des mesures punitives à l’encontre de Marius, de Sulpicius et de leurs amis. Il utilisa pour la première fois la déclaration d’hostis6. Grâce au récit d’Appien d’Alexandrie, nous savons que le décret du Sénat se présentait en trois parties : il donnait le nom des hostes7, les autres sources se contentant de mentionner Marius, son fils et P. Sulpicius Rufus8, exposait les motifs des consuls9 et fixait les modalités de la déclaration10. A ce senatus-consulte il faut ajouter le vote d’une loi11 qui prévoyait l’exil des adversaires de Sylla. Les autorités syllaniennes pouvaient supposer que certains hostes quitteraient Rome et ce vote comitial leur interdisait de revenir dans L’Vrbs12.

  • 13 Sur Cinna : Bennett 1923 ; Lovano 2000.
  • 14 Appien, B.C., 1, 63.

6Les hostes réussirent à quitter Rome mais P. Sulpicius Rufus fut dénoncé, pris et mis à mort tandis que Marius et ses compagnons réussirent à s’enfuir. Après avoir abrogé les plébiscites de Sulpicius, Sylla partit en campagne contre Mithridate. Sylla croyait avoir ramené l’ordre à Rome en éliminant les principaux responsables des troubles. Les élections consulaires se déroulèrent sans incident majeur. Le choix se porta sur un optimas, C. Octauius et un popularis, L. Cornelius Cinna13. Toutefois dès la fin de l’année 88, Appien rappelle que bien que Sylla fût encore à Rome, les représentants des hostes se firent entendre pour que ces derniers puissent revenir à Rome14.

Le contexte politique de 87

  • 15 Appien, B.C., 1, 64 ; Velleius Paterculus, 2, 20.
  • 16 Appien, B.C., 1, 64-65; Katz 1976, p. 328-336.
  • 17 Plutarque, Marius, 40, 2 ; Appien, B.C., 1, 65 ; Tite-Live, Per. 79 ; Velleius Paterculus, 2, 20.

7Après le départ de Sylla, les amis de Marius se rapprochèrent de Cinna et remirent à l’ordre du jour la loi de P. Sulpicius Rufus qui répartissait les noui ciues dans toutes les tribus15. Cinna, selon Appien se fit le porte-parole des nouveaux citoyens tandis que son collègue C. Octauius soutint les optimates. Un conflit armé s’engagea rapidement à Rome entre les partisans des deux camps16. A la suite de la défaite de ses partisans, Cinna préféra quitter Rome et chercher de l’aide dans les cités italiennes. La réponse d’Octauius fut immédiate. Il fit destituer Cinna par le Sénat pour avoir abandonné la cité en péril et appelé les esclaves à la révolte17.

Le retour de Marius

  • 18 Plutarque, Marius, 41, 6.
  • 19 David 1992, p. 624-627.
  • 20 Appien, B.C., 1, 69 ;
  • 21 Appien, B.C., 1, 70 ; Plutarque, Marius, 43, 1 ne mentionne qu’une seule ambassade. La délégation (...)
  • 22 Appien, B.C., 1, 70.
  • 23 Plutarque, Marius, 43, 2.
  • 24 Appien, B.C., 1, 70 : « Mais Marius… observa qu’il n’était pas permis à des bannis d’entrer dans l (...)
  • 25 Plutarque, Marius, 43, 4 : « il (Cinna) fit donc convoquer le peuple sur le Forum ».
  • 26 Dion Cassius, Frag. 102.
  • 27 Velleius Paterculus, 2, 21 « … Cinna fit passer une loi qui rappelait Marius ».
  • 28 Voici ce qu’écrit Lucain dans la Pharsale, II, 94 : « (Marius) dès que la fortune lui revient, lib (...)
  • 29 Appien, B.C., 1, 71 ; Dion Cassius, frag. 102 ; Bennett 1923p. 24-25 ; Lovano 2000 p. 45.

8Cinna après sa fuite de Rome avait obtenu aisément le ralliement des Italiens et récupéra une légion de Sylla. À cette nouvelle et avec l’accord de Cinna, Marius, après une longue errance se hâta de regagner l’Italie et débarqua en Étrurie pour lui venir en aide. Le récit de Plutarque18 est à cet égard significatif. Marius dit à Cinna qu’il s’engageait à exécuter tous ses ordres et le reconnaissait comme consul. Cinna l’agréa, le reconnut proconsul et lui envoya les faisceaux et les autres insignes du commandement. Mais Marius déclara que ces marques d’honneur ne convenaient pas à son infortune : pauvrement vêtu et les cheveux longs (il les portait ainsi depuis le début de sa fuite)… il avançait à pied ». L’attitude de Marius rappelait celle des accusés19 qui, lors des procès portaient des vêtements sombres et sales avec des barbes et des cheveux désordonnés pour émouvoir les juges. Marius savait que les Romains étaient sensibles à ces marques d’humilité, et en abandonnant les signes de son statut, il susciterait la pitié sur son changement de fortune. Après avoir opéré leur jonction au cours de l’été 87, les deux hommes installés sur le Janicule, bloquèrent et affamèrent Rome. Ils dispersèrent deux armées venues au secours du Sénat qui fut contraint de capituler. Cinna, au cours d’une première négociation avait demandé si « on venait vers lui comme vers un consul, ou comme vers un homme privé20 ». Ce fut au cours de la seconde députation que son titre de consul fut reconnu21. Avant l’arrivée de Cinna et de Marius dans Rome il y avait une dernière difficulté à résoudre. Lorsque le Sénat offrit à Cinna la reddition de la ville à condition qu’il s’abstienne d’exercer des représailles, Marius, selon Appien22 et Plutarque23, se tenait debout derrière lui pour attester qu’il avait été déchu de ses droits. Enfin au moment de l’entrée dans Rome, Marius rappela qu’il n’était pas permis à un exilé de rentrer dans l’Vrbs. Il existe d’ailleurs une contradiction entre les sources sur la procédure employée pour annuler son bannissement. Appien24 parle d’une rogation tribunicienne, Plutarque25 fait référence à une convocation du peuple au Forum, tandis que Dion Cassius26 et Velleius Paterculus27 présentent Cinna comme l’initiateur de la mesure. Il est raisonnable de penser que Cinna comme consul, fut bien à l’origine du rappel de Marius et qu’avec l’aide des tribuns de la plèbe, ils réunirent les Comices tributes qui annulèrent la loi. En revanche, les sources sont muettes sur l’abrogation de la déclaration d’hostis qui pourtant dut être votée par le Sénat à la même période. On peut supposer que le Sénat vota en même temps l’abrogation du décret qui destituait Cinna du consulat et l’abrogation de la déclaration d’hostis de Marius. Cinna et Marius purent ensuite procéder aux règlements de compte28 et firent mettre à mort de nombreux opposants29. Puis à la suite d’élections consulaires qui se tinrent sans incident, L. Cornelius Cinna fut consul la deuxième fois et Marius pour la septième.

  • 30 Voir également Orose, 5, 19, 19 : « Ensuite le consul Cinna, avec des légions et Marius, avec des (...)
  • 31 Cicéron, II Verr. 5, 12.

9Le souvenir de ces exactions était toujours présent à Rome dans les années 60. Dans la cinquième Verrine, Cicéron s’indignait que des esclaves condamnés à mort pour avoir voulu susciter une guerre en Sicile aient été libérés par Verrès. Cette affaire était l’occasion pour lui, en faisant allusion au droit de retour accordé aux exilés, de rappeler aux citoyens de Rome le souvenir du reditus de Marius et de Cinna30. Il écrit31 :

« Les cités condamnées, celles où tout désormais est désespéré, adoptent d’ordinaire, cette solution mortelle qui consiste à réintégrer les condamnés dans leurs droits, à ramener les exilés, à casser les jugements. Quand cela se produit, on ne peut ne pas comprendre que l’Etat s’écroule, on ne peut pas considérer qu’il reste le moindre espoir. »

Le retour des Lepidani

Le consulat de Lépide et les événements de l’année 78

  • 32 C’est une personnalité politique controversée dont il est difficile d’appréhender l’action parce q (...)
  • 33 MRR, II, p. 85.

10Sylla abdiqua la dictature en 80 alors qu’il était consul cette année-là. En 79, il se retira dans sa villa de Campanie, où il mourut peu après, en 78. En principe, le régime qu’il avait mis en place devait durer, mais il existait toujours des poches de résistance. Des Marianistes regroupés autour de Sertorius s’étaient retrouvés en Espagne. Mais surtout depuis la mort de Sylla, l’agitation reprit dans certaines régions d’Italie où Sylla avait procédé à des distributions de terre. C’est dans ce contexte qu’intervint M. Aemilius Lepidus, le consul de 7832. Il avait élu consul prior avec comme collègue Q. Lutatius Catulus, un partisan de Sylla33.

  • 34 Gran. Lic. 34; Appien, B.C., 1, 107. Il proposait dans le même temps la restitutio des proscrits, (...)
  • 35 Salluste, Hist. 1, 65 ; Gran. Lic. 34.
  • 36 Salluste, Hist. 1, 65 ; 1, 77 ; Exup. 6 ; Florus, 2, 11, 23.
  • 37 Salluste, Hist. 1, 65-66 ; Gran. Lic. 35.

11Dès le début de leur consulat, les deux hommes eurent des dissensions. Au début de l’année, lors d’une contio rapportée par Granius Licinianus, Lépide avait émis des propositions parmi lesquelles la restitution des terres aux Italiens spoliés à la suite des mesures d’expropriation34. Ce furent certainement ces propositions qui encouragèrent la manifestation de troubles graves en Étrurie. Au printemps, des citoyens de Fiésole, attaquèrent les garnisons et les colonies de vétérans de Sylla35. Les Étrusques considérèrent désormais Lépide comme leur porte-parole et leur inspirateur36. Le Sénat donna ordre aux deux consuls d’aller mater la révolte37 après leur avoir fait jurer de ne pas se faire la guerre. Lorsque la paix fut revenue en Étrurie, Catulus rentra à Rome pour tenir les élections consulaires tandis que Lépide resta sur place prétextant un devoir de surveillance.

  • 38 Iulius Exuperantius, 6, 36 parle d’ingentem exercitum. Il s’agissait d’hommes qui avaient été dépo (...)
  • 39 Allély 2004 p. 226-227. On trouvait son propre fils, L. Cornelius Scipio Aemilianus, M. Perperna Ve (...)
  • 40 Salluste, Hist. 1, 77. Par ailleurs au cours de l’été 78 le Sénat avait reçu des nouvelles alarman (...)
  • 41 La restitution des biens des proscrits, redonner le droit de cité aux socii qui en avaient été pri (...)
  • 42 Cette demande était incompatible avec la lex annalis de Sylla.

12Au cours de l’été 78, Lépide sut trouver des appuis auprès des populations italiennes issues de toutes les classes de la société et il mit sur pied une armée importante38. Son état-major était composé d’anciens chefs marianistes proscrits39. À Rome, le Sénat préféra traiter avec Lépide par l’intermédiaire d’ambassades d’autant plus que beaucoup de sénateurs étaient sensibles à son action et à ses idées40. À la fin de l’année, la situation était bloquée parce que Lépide avait réitéré ses exigences qui constituaient la base de son programme41. De plus, il demanda un second consulat pour pouvoir mettre en place son programme42.

La déclaration d’hostis de Lépide

13L’année 77 commença sans consuls puisque les Comices centuriates n’avaient pu se réunir. Ce fut le discours vigoureux de L. Marcius Philippus qui débloqua la situation. Lorsque par sa voix, l’assemblée apprit que Lépide marchait sur Rome, ab urbem ducit, elle vota le senatus consultum ultimum et fit lever une armée. Catulus eut la responsabilité d’arrêter Lépide tandis que Pompée qui était legatus pro praetore de Catulus, devait combattre Brutus en Cisalpine.

  • 43 Florus, 2, 11.

14L’armée de Lépide, plus importante que celle de Catulus, fut toutefois battue par ce dernier dans la plaine de Prati, en face du Champ de Mars. Ce fut après sa défaite, si l’on accepte le témoignage de Florus43 qu’il fut déclaré hostis : « Repoussé dès le premier assaut, déclaré ennemi par le Sénat, hostisque a senatu iudicatus, il s’enfuit sans verser le sang. » Lépide repartit ensuite vers l’Étrurie et près de Cosa subit deux nouvelles défaites. Il prit la fuite vers la Sardaigne où il mourut peu de temps après. Le reste de son armée partit vers l’Espagne. Pour le second théâtre d’opérations, Pompée battit d’abord Brutus à Modène puis le fils de Lépide à Alba Fucens. Il les fit tous les deux mettre à mort. En revanche, L. Cornelius Cinna et M. Perperna se réfugièrent auprès de Sertorius en Espagne avec les forces militaires qu’ils avaient rassemblées.

La guerre en Espagne

  • 44 Il existe une très abondante bibliographie qui concerne Sertorius. Toutefois beaucoup d’ouvrages s (...)
  • 45 Plutarque, Sert., 14.
  • 46 Appien, B.C., 1, 108.
  • 47 Appien, 1, 107 ; Plutarque, Sert. 15, 1.

15Depuis 80 Sertorius44 conduisait sa lutte contre Rome. Il cherchait à combattre et à provoquer la chute du gouvernement oligarchique qui avait été mis en place par Sylla. Pour ce faire il était entouré à la fois par les exilés politiques, des proscrits, des insurgés de la guerre sociale qui avaient fui la péninsule et un certain nombre d’Hispanienses, résidents romains ou Italiens, descendants d’immigrants qui n’avaient pas la citoyenneté. Il fit d’Osca sa capitale45 et y installa un Sénat, qui selon Appien46 comptait trois cents membres, tous Italiens et Romains. Il organisa une armée de huit mille hommes dont deux mille six cents Italiens. Cette armée, par le biais d’une guérilla active, tint en échec en 79 et 78 Q. Metellus Pius, le gouverneur de l’Espagne ultérieure. Enfin au cours de l’année 77, il reçut le reste de l’armée de Lépide amené par Perperna Veiento de Sardaigne47. La nouvelle de la jonction de l’armée de Perperna avec celle de Sertorius causa de grandes inquiétudes à Rome. Ce fut Pompée, investi d’un imperium proconsulaire qui fut choisi pour combattre Sertorius. Il partit de Rome fin 77 et arriva en Espagne au printemps 76. Ce fut une guerre longue et difficile. Elle s’acheva en 72, par la défaite finale de Perperna après le meurtre de Sertorius.

Le sort des Lepidani et la lex Plautia

16En 72, les principaux leaders étaient morts mais restait à régler le sort des compagnons de Lépide et de Sertorius, les Lepidani et les Sertoriani. Ces personnes, qui par ailleurs sont mal connues, avaient obéi à un hostis puis à un proscrit, mais n’avaient pas été déclarées hostes.

  • 48 Pline, H.N., 36, 109.
  • 49 Les récits de Florus, 2, 11 et d’Orose, 5, 22, 18, disent clairement qu’il n’y eut pas de représai (...)

17Il faut rappeler que les biens de Lépide n’avaient été ni saisis, ni détruits48, ni ses fils inquiétés49, et qu’ils purent commencer leur cursus honorum à l’âge normal à la fin des années 60, lorsque Rome connut une nouvelle génération d’hommes politiques comme Crassus, Pompée, Cicéron et César.

  • 50 David 2000, p. 186-187.
  • 51 Rotondi 1912, p. 366, intitule cette loi lex Plautia de reditu Lepidanorum, probablement selon le s (...)
  • 52 Suétone, Iul. 5, 2.
  • 53 Salluste, Hist. 3, 47 : Post reditum eorum, quibus senatus belle Lepidani gratiam fecerat.
  • 54 Dion Cassius, 44, 47, 4.

18En effet, la fin des années 70 fut marquée par une relative paix civile50 et c’est dans ce contexte que les sources font état d’une lex Plautia de reditu Lepidanorum51, loi en faveur du retour des compagnons de Lépide. César en 70 appuya la rogatio en faveur du retour, reditus des Lepidani et Sertoriani. Voici ce que rapporte Suétone : « De plus, en faveur… des citoyens qui durant les troubles civils, s’étaient comme lui attachés à Lépide, puis après la mort du consul, réfugiés auprès de Sertorius, il (César) fit voter la loi Plautia qui leur permettait de revenir à Rome, et lui-même prononça une harangue à ce sujet52. » Il semble toutefois que l’objet de la loi dépassait le simple reditus des compagnons de Lépide. Certes, un fragment de Salluste ne concerne que les Lepidani53, mais Suétone indique que la rogatio touchait ceux qui, comme L. Cinna, avaient suivi Lépide dans les troubles civils et qui, après sa mort, avaient trouvé refuge auprès de Sertorius. Dion Cassius54, quant à lui, précise que l’amnistie touchait tous ceux qui avaient suivi Lépide et Sertorius, mais aussi garantissait la vie sauve aux proscrits survivants.

  • 55 Hinard 1985a, p. 166-167, note 82.

19Fr. Hinard a bien montré qu’il s’agissait d’une lex de ciuilibus dissensionibus terminandis55. Elle devait régler les modalités de la réintégration dans le corps civique des compagnons qui avaient suivi Lépide puis Sertorius et mettre fin aux troubles civils de la décennie précédente. Le retour de ces hommes ne devait pas poser de problèmes politiques ou financiers. Ils n’avaient pas été hostes ou proscrits et en conséquence n’avaient pas perdu leurs droits civiques et politiques et leurs biens. Ce fut donc dans un souci d’apaisement que leur retour à Rome fut rendu possible.

La réintégration d’Antoine et de Lépide

Les déclarations d’hostis d’Antoine et de Lépide

  • 56 Voir Hinard 2000, p. 819-840.
  • 57 Dion Cassius, 46, 39, 3; Cic. Ad Br. 1, 3a; Appien, 3, 63; Velleius Paterculus, 2, 64, 4; Orose, 6 (...)
  • 58 App. B.C., 3. 74.
  • 59 Cic. Ad Fam. 12. 10. 1 ; Dion Cassius, 46, 51, 4 ; Velleius Paterculus, 2. 64. 6.

20La mort de César survenue aux Ides de mars 44 ouvrit à Rome une période de troubles, de luttes entre « Républicains » et partisans de César56. Dans un premier temps, jusqu’en juin 44, Antoine le consul de l’année, aidé par Lépide le maître de la cavalerie de César, réussit à maintenir la paix. Mais le clan sénatorial sous la direction de Cicéron se reforma et le consul de 63 tenta une ultime restauration républicaine en essayant de s’attacher le petit-neveu de César, le jeune Octave, contre la toute puissance d’Antoine. Au cours de l’été les deux principaux conjurés, Cassius et Brutus, quittèrent Rome et s’embarquèrent vers la Grèce. L’été 44 se passa en intrigues et le conflit entre Antoine et Octave devint inévitable quand Octave commença à recruter des soldats. Antoine rejoignit sa province la Cisalpine à la fin de l’année 44. Le Sénat lui déclara la guerre en 43, puis à la suite de sa défaite après la seconde bataille de Modène le 26 ou 27 avril 43, le déclara hostis57. Il alla rejoindre en Transalpine Lépide. Le Sénat demanda à ce dernier de combattre Antoine si ce dernier se rapprochait de lui58. Lorsque le Sénat apprit la défection de Lépide, il le déclara hostis le 30 juin 43. La déclaration d’hostis de Lépide était donc la conséquence directe de son rapprochement puis de son union politique avec Antoine en mai 4359.

La réintégration d’Antoine et de Lépide

  • 60 Dion Cassius, 46, 42, 1-2.
  • 61 Octave prit immédiatement deux décisions : un tribunal fut créé pour juger les assassins de César (...)
  • 62 Tite-Live, Per. 119 ; Orose, 6, 18, 8 ; Eutrope, 7, 1.
  • 63 Allély 2004 p. 119.
  • 64 Velleius Paterculus 2, 65 : « (Antoine) ajoutait que c’était plutôt à César à venger son père qu’à (...)

21Au cours de l’été la situation évolua rapidement. Octave demanda le consulat qui lui fut refusé par le Sénat et lui donna le commandement de la guerre contre Antoine et Lépide60. Comme Sylla auparavant, Octave décida de marcher sur Rome avec huit légions. Son entreprise réussit puisqu’il fut élu le 19 août par les Comices avec Q. Pedius comme collègue61. Dominant la situation politique, il laissa croire au Sénat qu’il pouvait combattre Antoine et Lépide. Au début du mois d’octobre 43 Lépide et Antoine pénétrèrent en Italie, prêts à négocier avec Octave. Cette rencontre se préparait depuis longtemps. Lépide avait beaucoup travaillé à la réconciliation d’Antoine et d’Octave62. Celle-ci se fit secrètement au cours de l’été 43, probablement en juillet avant qu’Octave ne marche sur Rome63. On peut toutefois s’interroger sur un tel retournement de situation. Octave désirait venger la mort de son père, mais son armée était insuffisante pour vaincre Brutus et Cassius. De plus le Sénat lui était hostile. Ce fut donc vers les fidèles Césariens qu’il se tourna. Lépide, après les Ides de mars, s’était présenté comme le vengeur de César, ce qui ne pouvait que plaire au tout jeune consul. Antoine semblait plus réticent si l’on croit Velleius Paterculus64.

  • 65 Appien, B.C., 3, 96.

22Mais pour que l’alliance politique et militaire puisse se réaliser, il fallait d’abord abolir la déclaration d’hostis d’Antoine et de Lépide. Ce fut le second consul Q. Pedius qui réussit à convaincre le Sénat à voter la mesure. Appien65 écrit :

« Les sénateurs prévoyaient que ce n’était pas pour eux ni dans l’intérêt de la patrie que cette réconciliation se ferait, mais pour procurer une alliance à César (Octave) contre les décrets du Sénat contre Brutus et Cassius : ils approuvèrent néanmoins Pedius, et bien obligés donnèrent leur accord. Les décrets déclarant ennemis Antoine et Lépide, et les troupes sous leurs ordres, furent abrogés, et de nouveaux, qui proposaient la paix furent envoyés. »

  • 66 Hinard 1985a. Se référer au catalogue des proscrits de 43, p. 415-552.
  • 67 Appien, B.C., 4, 8; 4, 9; 4, 10.

23Ces abrogations permettaient d’abord aux deux hommes de retrouver leur commandement militaire et au début du mois d’octobre Antoine et Lépide pénétrèrent en Italie, prêts à négocier avec Octave. Ces négociations aboutirent à un accord, près de Bologne au début du mois de novembre 43. Les trois nouveaux alliés décidèrent de fonder une magistrature nouvelle et se conférèrent à eux-mêmes des pouvoirs extraordinaires pour cinq ans en qualité de « Triumvirs pour le rétablissement de l’État » (Triumuiri Rei Publicae). À la différence du premier Triumvirat qui n’était qu’un accord privé, le second était fondé par une loi, la lex Pedia. Or, l’accord de Bologne prévoyait l’élimination des adversaires des Triumvirs qui décidèrent de recourir à la proscription. Cette procédure en 43 touchait les assassins et les complices de César, mais également tous ceux qui se trouvaient dans la mouvance cicéronienne et qui avaient fait voter la déclaration d’hostis contre Antoine et Lépide66. Par trois fois l’edictum qui fixe les modalités de la proscription rappelle qu’Antoine et Lépide avaient été déclarés hostes67. Cette triple mention prouve combien les deux hommes avaient été marqués par la déclaration d’hostis.

  • 68 Hinard 1985a, p. 317-318.

24Réintégrés dans leurs droits et prérogatives, Antoine et Lépide mirent en place avec Octave, comme Marius puis Sylla quelques décennies plus tôt, les mêmes mécanismes de vengeance. La proscription restait pour eux le moyen le plus efficace pour éliminer définitivement l’adversaire politique. Certes, ils auraient pu choisir la déclaration d’hostis, mais c’était pour eux reconnaître qu’ils se plaçaient dans la perspective d’une rivalité de factions et de clan68. Or, le Triumvirat avait pur but de reconstituer l’unité du Peuple Romain telle que l’avait réalisée César et tous ceux qui s’opposaient à cette nouvelle légitimité devaient être éliminés par des moyens exceptionnels comme la proscription.

Conclusion

25Il faut bien distinguer pour nos trois exemples le cas très particulier des compagnons de Lépide et de Sertorius du retour et de la réintégration de Marius, d’Antoine et de Lépide le futur triumvir. Le reditus des compagnons de Lépide ne posa guère de difficultés parce que ces personnes n’avaient pas été déclarées hostes ou proscrites. Ces hommes qui n’avaient plus de chef politique, ne constituaient ni une menace, ni un danger pour Rome bien qu’ils aient pris les armes contre l’État quelques années plus tôt. Le climat politique en 70 était plus apaisé et c’est dans ce contexte que le tribun de la plèbe Plautius fut le rogator de ce texte qui était une mesure d’amnistie.

26La situation est toute autre pour le reditus de Marius, d’Antoine et de Lépide. Leur retour à Rome et leur réintégration dans la sphère politique laissèrent des traces douloureuses parce que ces hommes étaient mus par la vengeance. Ils utilisèrent des procédures d’élimination radicales à l’égard de leurs adversaires. Marius et Cinna firent mettre à mort sans procès plusieurs adversaires politiques, déclarèrent Sylla hostis et les Triumvirs mirent en place la proscription.

27À l’exception d’Appien, les auteurs anciens traitent souvent rapidement les questions procédurales et institutionnelles. En 87, les témoignages insistent surtout sur la révocation de la condamnation à l’exil de Marius. Même si aucune source n’y fait allusion, un senatus-consulte fut voté pour abroger la déclaration d’hostis de Marius. Sans ce vote, il n’aurait pu se présenter au consulat et être élu. Mais c’est en 43 que les sources nous permettent de bien suivre la mise en place d’une déclaration d’hostis par un vote sénatorial puis son annulation par la même assemblée. Deux décrets sénatoriaux déclarèrent en avril et en juin 43 Antoine et Lépide hostis. Au cours de l’été 43, le consul Q. Pedius fit voter au Sénat des décrets qui abrogèrent la déclaration. On peut donc parler pour ces deux exemples de parallélisme des formes puisque les senatus-consultes déclarant Antoine et Lépide ennemis furent remplacés par d’autres décrets sénatoriaux qui annulèrent la déclaration et ses effets.

Abréviation

28MRR: Broughton T.R.S., The Magistrates of the Roman Republic, I-III, Atlanta, 1951-1986.

Bibliographie

Bibliographie

Allély 2000 : Allély A., « Les Aemilii Lepidi et l’approvisionnement en blé de Rome », REA, 102, 2000, p. 37-40.

Allély 2004 : Allély A., Lépide le triumvir, Bordeaux, 2004.

Allély 2007 : Allély A., « La déclaration d’hostis de 88 et les douze hostes », REA, 109, n ° 1, 2007, p. 175-206.

Bauman 1973: Bauman R. A., « The Hostis Declaration of 88 and 87 B.C. », Athenaeum, 51, 1973, p. 270-292.

Bennett 1923: Bennett H., Cinna and his Time, Chicago, 1923.

David 1992 : David J.-M., Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, BEFAR, 277, Rome, 1992, p. 624-627.

David 2000 : David, J.-M., La République romaine, Paris, 2000.

Garcia-Mora 1991 : Garcia-Mora F., Quinto Sertorio, Grenade, 1991.

Hayne 1972: Hayne L., « Lepidus (cos 78) : A Re-Appraisal », Historia, 21, 4, 1972, p. 661-668.

Hinard 1985a : Hinard Fr., Les proscriptions de la Rome républicaine, EFR, 83, Rome, 1985.

Hinard 1985b: Hinard Fr., Sylla, Paris, 1985.

Hinard (éd.) 2000 : Hinard Fr., Histoire romaine, I, Des origines à Auguste, Paris, 2000.

Jal 1963 : Jal P., « hostis (publicus) dans la littérature latine de la fin de la République », REA, 65, 1963, p. 53-79.

Katz 1976: Katz B.R., « The Siege of Rome in 87 B. C », CPh, 71, 1976, p. 328-336.

Kelly 2006: Kelly G. P., A History of Exile in the Roman Republic, Cambridge, 2006.

Labruna 1975 : Labruna L., « Il console “sovversivo” », Naples, 1975.

Lovano 2000: Lovano M., The Age of Cinna, Stuttgart, 2000.

Mommsen 1907: Mommsen Th., Le Droit pénal romain, tome II, Paris, 1907.

Rotondi 1912: Rotondi G., Leges publicae Populi Romani, Milan, 1912.

Spann 1987: Spann P. O., Quintus Sertorius and the Legacy of Sylla, Fayetteville, 1987

Ungern-Sternberg von Pürkel 1970: Ungern-Sternberg von Pürkel J., Untersuchungen zum spätrepublikanischen Notstandrecht. Senatusconsultum ultimum und hostis-Erklärung, Munich, 1970.

Weigel 1973: Weigel R.D., The Aemilii Lepidi, Delaware, 1973, p. 119-143.

Notes

1 La déclaration d’hostis a été utilisée au cours de la première guerre civile en 88 contre les Marianistes, en 87 contre Sylla, en 84 contre L. Magius et L. Fannius, en 83 contre Metellus et en 77 contre Lépide le consul de 78. Cette mesure est reprise en 63 contre Catilina et certains de ses partisans. Enfin à partir de 49, la déclaration se banalise puisqu’elle est prononcée contre César en 49, en 48 contre Milon, en 43 contre Dolabella, Antoine et Lépide le futur Triumvir, en 41 contre Octavien, L. Antonius et en 40 contre Q. Saluidienus Rufus.

2 Ungern-Sternberg von Pürkel 1970; Jal 1963, p. 53-79; Bauman 1973, p. 270-292; Allély 2007, p. 175-206.

3 Appien, B.C., 1, 79. Sur la rencontre : Hinard 1985b, p. 185-160 ; sur la période : Hinard (éd.) 2000, p. 657.

4 Presque toutes les déclarations firent l’objet d’un senatus-consulte. Toutefois en 88 une loi fut également votée par les Comices. Voir Velleius Paterculus, 2, 19 : lege lata exules fecit. De même en 40, la déclaration contre Octavien fut l’objet d’un vote comitial. Dion Cassius, 48, 13, 5 ; Appien, B.C., 5, 30-31.

5 Appien, B.C., 1, 56 ; Plutarque, Sylla, 8, 5 ; Marius, 35, 5, Liv. Per. 77 ; Velleius Paterculus, 2, 18.

6 Appien, B.C., 1, 60 ; Plutarque, Sylla, 10, 2 ; Liv. Per. 77 ; Valère-Maxime, 3, 8, 5.

7 Appien, B.C., 1, 60 : « Cependant on fit, par décret public, déclarer ennemis du peuple romain Sulpicius, qui était encore tribun, Marius, qui avait été six fois consul, le fils de Marius, Publius Cethegus, Iunius Brutus, Cneius et Quintus Granius, Publius Albinouanus, Marcus Laetorius, et quelques autres, au nombre de douze en tout qui s’étaient sauvés avec Marius. »

8 Plutarque, Sylla, 10,1 cite Marius et Sulpicius et fait état de « quelques autres » sans les nommer. Velleius Paterculus, 2, 19 cite Marius, son fils et P. Sulpicius. L’abréviateur de Tite-Live, Periochae, 77, rapporte douze personnes hostes dont Marius, père et fils. A la ligne suivante, il décrit la mise à mort de Sulpicius à la suite de la dénonciation de son esclave. Enfin, Cicéron, Brutus, 168 fournit le nom d’un hostis, non cité par Appien, Q. Rubrius Varro.

9 . Appien, B.C., 1, 60 : « Ce décret fut motivé sur ce qu’ils avaient provoqué la sédition, porté les armes contre les consuls, et appelé les esclaves à la révolte par la promesse de la liberté. »

10 Appien, B.C., 1, 60 : « Il fut permis à qui les rencontrerait de les tuer impunément, à quiconque les saisirait de les traduire devant les consuls. Leurs biens furent confisqués. Des perquisiteurs furent mis à leur trousses. » Plutarque, Sylla, 10, 2 rapporte même que le tête de Marius fut mise à prix.

11 Velleius Paterculus, 2, 19.

12 Sur l’exil sous la République : Kelly 2006 et sur Marius en particulier, voir p. 74, note 17.

13 Sur Cinna : Bennett 1923 ; Lovano 2000.

14 Appien, B.C., 1, 63.

15 Appien, B.C., 1, 64 ; Velleius Paterculus, 2, 20.

16 Appien, B.C., 1, 64-65; Katz 1976, p. 328-336.

17 Plutarque, Marius, 40, 2 ; Appien, B.C., 1, 65 ; Tite-Live, Per. 79 ; Velleius Paterculus, 2, 20.

18 Plutarque, Marius, 41, 6.

19 David 1992, p. 624-627.

20 Appien, B.C., 1, 69 ;

21 Appien, B.C., 1, 70 ; Plutarque, Marius, 43, 1 ne mentionne qu’une seule ambassade. La délégation exigea un serment par lequel le sang ne serait pas versé. Cinna le refusa tout en promettant qu’il ne serait volontairement la cause de la mort de personne.

22 Appien, B.C., 1, 70.

23 Plutarque, Marius, 43, 2.

24 Appien, B.C., 1, 70 : « Mais Marius… observa qu’il n’était pas permis à des bannis d’entrer dans la Ville ; et sur le champ les tribuns de la plèbe révoquèrent la condamnation à l’exil prononcée contre lui ».

25 Plutarque, Marius, 43, 4 : « il (Cinna) fit donc convoquer le peuple sur le Forum ».

26 Dion Cassius, Frag. 102.

27 Velleius Paterculus, 2, 21 « … Cinna fit passer une loi qui rappelait Marius ».

28 Voici ce qu’écrit Lucain dans la Pharsale, II, 94 : « (Marius) dès que la fortune lui revient, libère les bataillons d’esclaves, et les ergascules où l’on forgeait, livrèrent passage à des hordes féroces. » Ce court extrait laisse penser, même si les termes employés ne sont pas juridiques que Marius a retrouvé très rapidement sa situation antérieure.

29 Appien, B.C., 1, 71 ; Dion Cassius, frag. 102 ; Bennett 1923p. 24-25 ; Lovano 2000 p. 45.

30 Voir également Orose, 5, 19, 19 : « Ensuite le consul Cinna, avec des légions et Marius, avec des esclaves étant entrés dans Rome, ils tuèrent les plus nobles personnages du Sénat et un grand nombre de consulaires. »

31 Cicéron, II Verr. 5, 12.

32 C’est une personnalité politique controversée dont il est difficile d’appréhender l’action parce que les sources le concernant et traitant la période sont brèves et fragmentaires. L’ouvrage le plus complet sur Lépide est celui de Labruna 1975 ; Hayne 1972, p. 661-668 ; Weigel 1973, p. 119-143 ; Allély 2004 p. 26-29.

33 MRR, II, p. 85.

34 Gran. Lic. 34; Appien, B.C., 1, 107. Il proposait dans le même temps la restitutio des proscrits, c’est-à-dire leur réintégration dans leurs droits et dans leurs biens. Il avait fait voter au début de l’année une loi frumentaire. Voir Allély 2000, p. 37-40.

35 Salluste, Hist. 1, 65 ; Gran. Lic. 34.

36 Salluste, Hist. 1, 65 ; 1, 77 ; Exup. 6 ; Florus, 2, 11, 23.

37 Salluste, Hist. 1, 65-66 ; Gran. Lic. 35.

38 Iulius Exuperantius, 6, 36 parle d’ingentem exercitum. Il s’agissait d’hommes qui avaient été dépossédés par Sylla et auxquels, en cas de victoire, il promettait de leur redonner leurs terres.

39 Allély 2004 p. 226-227. On trouvait son propre fils, L. Cornelius Scipio Aemilianus, M. Perperna Veiento, M. Iunius Brutus et L. Cornelius Cinna.

40 Salluste, Hist. 1, 77. Par ailleurs au cours de l’été 78 le Sénat avait reçu des nouvelles alarmantes d’Espagne et d’Asie sur les progrès de Sertorius et sur Mithridate, ce qui peut expliquer son intention de négocier.

41 La restitution des biens des proscrits, redonner le droit de cité aux socii qui en avaient été privés et le rétablissement des pouvoirs des tribuns de la plèbe.

42 Cette demande était incompatible avec la lex annalis de Sylla.

43 Florus, 2, 11.

44 Il existe une très abondante bibliographie qui concerne Sertorius. Toutefois beaucoup d’ouvrages sont partiaux. On notera deux biographies qui ont essayé d’être plus objectives : Spann 1987 et Garcia-Mora 1991.

45 Plutarque, Sert., 14.

46 Appien, B.C., 1, 108.

47 Appien, 1, 107 ; Plutarque, Sert. 15, 1.

48 Pline, H.N., 36, 109.

49 Les récits de Florus, 2, 11 et d’Orose, 5, 22, 18, disent clairement qu’il n’y eut pas de représailles à l’encontre de la famille de Lépide.

50 David 2000, p. 186-187.

51 Rotondi 1912, p. 366, intitule cette loi lex Plautia de reditu Lepidanorum, probablement selon le savant italien plébiscitée par un tribun Plautius et soutenue aussi par César ; Mommsen 1907 p. 373, note 4.

52 Suétone, Iul. 5, 2.

53 Salluste, Hist. 3, 47 : Post reditum eorum, quibus senatus belle Lepidani gratiam fecerat.

54 Dion Cassius, 44, 47, 4.

55 Hinard 1985a, p. 166-167, note 82.

56 Voir Hinard 2000, p. 819-840.

57 Dion Cassius, 46, 39, 3; Cic. Ad Br. 1, 3a; Appien, 3, 63; Velleius Paterculus, 2, 64, 4; Orose, 6, 18, 3.

58 App. B.C., 3. 74.

59 Cic. Ad Fam. 12. 10. 1 ; Dion Cassius, 46, 51, 4 ; Velleius Paterculus, 2. 64. 6.

60 Dion Cassius, 46, 42, 1-2.

61 Octave prit immédiatement deux décisions : un tribunal fut créé pour juger les assassins de César et il fit ratifier son adoption par les Comices Curiates. Il devenait C. Iulius Caesar Octauianus.

62 Tite-Live, Per. 119 ; Orose, 6, 18, 8 ; Eutrope, 7, 1.

63 Allély 2004 p. 119.

64 Velleius Paterculus 2, 65 : « (Antoine) ajoutait que c’était plutôt à César à venger son père qu’à lui-même à venger son ami. »

65 Appien, B.C., 3, 96.

66 Hinard 1985a. Se référer au catalogue des proscrits de 43, p. 415-552.

67 Appien, B.C., 4, 8; 4, 9; 4, 10.

68 Hinard 1985a, p. 317-318.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540