Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Troisième sous-partie. La religion et la cité

Théologiens et pasteurs bâlois face à l’obligation du Revers (1813-1842). Une première approche

Marie-Jeanne Heger-Étienvre

Texte intégral

  • 1 Dans son acception juridique, le terme Revers désigne notamment, en allemand, une déclaration écri (...)
  • 2 Les Herrnhuter doivent leur nom au comte saxon Nikolaus Ludwig von Zinzendorf (1700-1760). Issu d’ (...)

1À partir d’octobre 1813, les ministres du culte du canton de Bâle et les professeurs de théologie de l’université locale sont tenus de signer une déclaration (Revers)1, selon laquelle ils s’engagent à ne pas fréquenter d’assemblées religieuses soumises à tutelle étrangère et à éviter tout contact avec les membres de telles assemblées ; ils s’engagent également à enseigner la doctrine réformée telle qu’elle est énoncée dans la Confession bâloise ainsi que la morale qui en découle. Cette obligation du Revers avait eu pour instigateur le conseiller d’État de Bâle Peter Ochs, soucieux de contrôler et d’endiguer par ce moyen l’influence de la secte piétiste des Herrnhuter (frères moraves)2. Si l’obligation du Revers suscita chez certains théologiens et pasteurs de sérieuses réserves, voire un refus, elle donna parfois lieu à une interprétation de nature à faire taire les scrupules de conscience.

2Avant d’analyser le déroulement des faits et les réactions au Revers, il importe – nous semble-t-il – de brosser à grands traits l’évolution du paysage politique et religieux de Bâle entre l’introduction du Revers en 1813 et son abrogation en 1842.

Bâle dans la première moitié du XIXe siècle

  • 3 Pour une histoire de la Confédération suisse en langue française, on pourra se reporter à l’ouvrag (...)

3Redevenue, après la parenthèse centraliste de la République helvétique (1798-1803), une confédération d’États souverains, la Suisse de l’Acte de Médiation (1803-1813) connaît dix ans de paix mais vit dans l’orbite économique et militaire de la France. Aux incertitudes des années 1813-1815, liées à l’effondrement du système napoléonien, succède la phase de la Restauration (1815-1830), marquée par l’adhésion de la Suisse à la Sainte-Alliance et un retour partiel au système politique d’avant 1798. Les quinze années de la Restauration sont suivies de la période dite de la Régénération, au cours de laquelle les idées libérales triomphent dans un grand nombre de cantons3.

  • 4 En ce qui concerne l’histoire de Bâle dans la première moitié du XIXe siècle, voir notamment Paul (...)
  • 5 Fondée à Zurich en 1780 par Salomon Gessner, la Zürcher Zeitung prit en 1821 le nom de Neue Zürche (...)

4Au sein de la Confédération, Bâle se différencie des autres cités-États, Zurich et Berne, par une évolution inverse de la leur : le canton de Peter Ochs qui avait été à l’avant-garde de la Révolution helvétique et qui n’avait opéré, sous la Médiation, qu’un retour en arrière limité, adopte en effet, en 1814 encore, une attitude moins réactionnaire que celle de ses deux voisins, mais ne participe pas par contre, une décennie plus tard, au mouvement de la Régénération. À partir de 1825, alors que l’égalité des droits connaît en Suisse une poussée décisive, Bâle, dont les institutions voient disparaître les personnalités de l’Helvétique, s’obstine dans la défense d’un conservatisme lourd de conséquences puisqu’il débouche en 1830 sur une guerre fratricide, suivie en 1833 de la partition en deux demi-cantons, Bâle-Ville et Bâle-Campagne4. À la différence de Zurich, Genève, Lausanne ou Appenzell, la cité rhénane n’a pas de journal local avant 1831. Les Bâlois de la Médiation et de la Restauration en sont donc réduits, pour s’informer sur les événements qui les concernent, à lire la Zürcher Zeitung5, le Schweizerbote de Zschokke ou bien encore l’Allgemeine Zeitung des Cotta, publiée à Augsbourg.

  • 6 Par égard pour les anabaptistes, la Confession de Bâle ne fut plus lue en chaire après cette date (...)
  • 7 « Die religiöse Physiognomie Basels in der ersten Hälfte dieses Jahrhunderts », in Basler Nachrich (...)
  • 8 Ibid., no 130.
  • 9 Karl Rudolf Hagenbach, Die theologische Schule Basels und ihre Lehrer von Stiftung der Hochschule (...)
  • 10 « Die religiöse Physiognomie Basels in der ersten Hälfte dieses Jahrhunderts », in Basler Nachrich (...)
  • 11 Op. cit., no 132 (Beilage).

5Dans le domaine religieux, Bâle présente également certains traits spécifiques qui la distinguent des autres cantons protestants. Qualifiée par la constitution cantonale d’Église d’État (Landeskirche), l’Église réformée bâloise reconnaît comme déclaration de foi la Confession de Bâle, adoptée par les autorités cantonales le 21 janvier 1534. Lue en chaire une fois par an, le mercredi de la semaine sainte, jusqu’en 18266, la Confession de Bâle ne sera abrogée par le Grand Conseil cantonal qu’en 1872, afin de permettre l’échange de pasteurs à l’intérieur de la Confédération. Dans une série d’articles parus en 1873 et traitant de « la physionomie religieuse de Bâle dans la première moitié de ce siècle », le théologien Karl Rudolf Hagenbach analysait longuement « l’isolement » de l’Église bâloise de cette période, isolement qu’il attribuait à « une absence de contact avec les autres villes suisses et aussi avec la science théologique allemande et sa production scientifique7 ». Que ce fût dans le domaine de la prédication ou bien dans celui de l’enseignement, la nouvelle théologie héritée des Lumières (Neologie) était – disait-il – peu représentée à Bâle, contrairement à Zurich, Berne ou Saint-Gall, par exemple8. Cette situation résultait, à ses yeux, de ce que les professeurs bâlois étaient recrutés localement. De surcroît, les futurs pasteurs du canton ne fréquentaient pas les universités étrangères9. Les rares prédicateurs « s’efforçant de dépasser une orthodoxie morte et confinée pour enseigner un christianisme vivant » étaient proches, pour la plupart, des frères moraves10. Bien que génératrice d’expériences individuelles « salutaires », cette influence « diffuse » du piétisme sur le comportement religieux des Bâlois avait progressivement distendu, selon Hagenbach, « les liens de sympathie avec les autres Églises suisses » au profit des Herrnhuter, évolution ni « saine » ni « normale » au sein d’une Église d’État. Tout en refusant de se prononcer rétrospectivement sur le bien-fondé du Revers, le théologien bâlois comprenait donc que les autorités y aient eu recours11.

  • 12 Christian Gottlieb Schmidt, Von der Schweiz. Journal meiner Reisen vom 5. Julius 1786 bis den 7. A (...)
  • 13 Les Bâlois désignaient familièrement les deux sectes par l’emplacement de leur siège respectif : R (...)
  • 14 Depuis les années 1770, des pasteurs bâlois dirigeaient les assemblées piétistes et, inversement, (...)

6La communauté locale des Herrnhuter (ou Brüder-Societät), fondée en 1740 selon les règles de Zinzendorf, ne constituait, à vrai dire, qu’une des deux branches du piétisme bâlois, l’autre étant la Deutsche Christentumsgesellschaft, implantée à Bâle en 1779 par le pasteur augsbourgeois Johann August Urlsperger. Aussi un voyageur allemand de la fin du XVIIIe siècle observait-il, à juste titre, qu’à Bâle « les dévots sont de deux sortes12 ». La Brüder-Societät se caractérisait par une religiosité très intériorisée, tandis que la Christentumsgesellschaft était davantage portée au prosélytisme et à l’action caritative13. Bien que leur histoire, leurs structures, leur sensibilité et leurs champs d’action fussent fort dissemblables, les deux sectes piétistes avaient en commun de ne pas se situer en dehors de l’Église officielle et de vivre, généralement, en bonne intelligence avec elle14. Par ailleurs, les deux sociétés étaient animées du même désir de combattre les idées de l’Aufklärung.

  • 15 « Die religiöse Physiognomie Basels in der ersten Hälfte dieses Jahrhunderts », in Basler Nachrich (...)
  • 16 « Christian Friedrich Spittler und Basel », in Gustav Adolf Benrath et al., op. cit., p. 122 et su (...)
  • 17 Thomas K. Kuhn, op. cit., p. 166, et passim. La sanctification du dimanche, par exemple, revêtait (...)

7Au fil des décennies, l’influence de la Brüder-Societät devait s’amenuiser au bénéfice de la Christentumsgesellschaft. Le développement spectaculaire de cette communauté, d’orientation luthérienne en raison de ses attaches wurtembergeoises, expliquait, selon Hagenbach, « l’union de fait » entre Église réformée et Église luthérienne observable à Bâle15. Le dynamisme de la Christentumsgesellschaft transforma la cité rhénane en métropole de la bienfaisance ; il contribua aussi à façonner la mentalité de la ville, influençant notamment son comportement politique. D’après l’historien Andreas Lindt, le conservatisme atypique dont firent preuve les Bâlois face au phénomène de la Régénération trouvait sa source, pour une large part, dans une rigidité doctrinaire d’origine piétiste. Cette même rigidité les empêchera – toujours selon Lindt – de trouver une issue pacifique à la crise des années 1830-183316. La défaite militaire de la Ville sera même considérée par certains piétistes comme un avertissement du ciel devant inciter à la pénitence et au rejet des choses profanes. Sans doute est-ce à cette influence croissante du piétisme pendant la première moitié du XIXe siècle qu’il faut attribuer le fait que l’image de Bâle véhiculée par les observateurs étrangers d’alors soit celle d’une ville « pieuse » (das fromme Basel), dépeinte comme austère et ennuyeuse17.

L’introduction du Revers : circonstances et chronologie

  • 18 Robert Kopp, article « Ochs (Peter) », in Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard (...)

8L’année 1813, au cours de laquelle le Revers est institué à Bâle, voit par ailleurs aboutir la réorganisation de la faculté de théologie, dont l’artisan est également Peter Ochs, sans contredit l’homme politique local le plus dynamique du moment18.

9Qui était Peter Ochs ?

  • 19 « Il est encore arrivé un petit changement dans notre organisation intérieure qui pourra avoir des (...)
  • 20 Ibid., t. III, p. 346 (lettre à Paul Usteri du 26 octobre 1817) et 377, n. 4 (Journal du 18 juin 18 (...)

10Né en 1752, le Bâlois Peter Ochs avait, sous l’Ancien Régime, exercé de hautes responsabilités dans son canton d’origine et joué un rôle décisif dans la conclusion de la Paix de Bâle (1795). En 1797, ses sympathies pour la Révolution française lui valent de se retrouver impliqué dans les tractations secrètes de Bonaparte visant à calquer les institutions suisses sur celles de la France. Un an plus tard, Ochs proclame la République helvétique à Aarau. Président du Sénat, puis du Directoire, il est destitué en 1799, échappant ainsi à un procès pour haute trahison. En 1803, il entame une nouvelle carrière, strictement cantonale celle-là. Moins prestigieuse que les précédentes – qui lui avaient apporté la notoriété internationale – la dernière phase de sa vie publique est étonnamment active : le Directeur déchu siège en effet à la fois au Grand Conseil, au Petit Conseil et au Conseil d’État bâlois ainsi que dans une multitude de commissions, dont celle des affaires religieuses et de l’enseignement (Deputatenamt), qu’il préside à partir de décembre 181219. C’est précisément parce qu’il cumule toutes ces fonctions que Peter Ochs peut mener de pair l’élaboration du Revers et la réforme de l’université. La première de ces tâches lui est inspirée par sa profonde aversion pour les piétistes, la seconde constitue l’un de ses « trois vœux » de jeunesse « pour la chose publique20 ».

11Pourquoi les autorités bâloises furent-elles amenées en 1813 à sévir contre le piétisme en imposant aux pasteurs et aux théologiens du canton la signature d’un Revers ? Quel rôle Peter Ochs joua-t-il exactement dans le déroulement des faits ? C’est à ces deux questions que je tenterai maintenant de répondre.

  • 21 Cité d’après H. Steinberg, Hundert Jahre im Ringgässlein. Zwanglose Bilder aus der Geschichte und (...)

12En janvier 1812, deux brochures anonymes, expressément dirigées contre les Herrnhuter, paraissent à Bâle. Particulièrement virulente, la première insiste sur leur « dangerosité pour la collectivité », car ils reçoivent leurs instructions de l’étranger et « sacrifient l’amour de la patrie au sectarisme ». Les frères moraves sont accusés, par ailleurs, de se livrer à une « propagande intense et très habile, ne reculant devant aucun moyen pour atteindre leur but » ; enfin leurs faits et gestes sont présentés comme dictés par « un vil appât du gain » au profit de la « caisse » centrale de Herrnhut. La seconde brochure, où il est beaucoup question de « sang et de stigmates », fustige la « théologie malsaine » des ministres du culte appartenant à la Brüder-Societät21. Les deux pamphlets émeuvent l’opinion, mais ils ont surtout pour effet de diriger brusquement l’attention des autorités, d’une part sur la dépendance de la secte par rapport à une institution étrangère, d’autre part sur le grand nombre de pasteurs affiliés à la Brüder-Societät et susceptibles de faire du prosélytisme pendant leurs activités pastorales. Saisi du problème par le Petit Conseil, c’est-à-dire par le gouvernement, le Conseil ecclésiastique (Kirchenrat) est invité à formuler des propositions pour remédier à la situation.

  • 22 Peter Ochs indique la composition du Conseil ecclésiastique à son ami Paul Usteri dans une lettre (...)
  • 23 Médecin, homme d’État et journaliste, Paulus Usteri (1768-1831) avait présidé le Sénat helvétique (...)

13Le Kirchenrat se composait de onze membres : le pasteur de la cathédrale (Antistes) comme chef de l’Église bâloise, les quatre membres de la commission des affaires religieuses et de l’enseignement (Deputaten), les trois professeurs de la faculté de théologie et les trois principaux pasteurs de la ville22. Peter Ochs y siégeait comme Deputat. Grâce à sa correspondance suivie avec le Zurichois Paul Usteri23, nous pouvons suivre les étapes de l’élaboration du Revers au sein des conseils, ainsi que la progression de la réforme universitaire.

14Le 21 septembre 1813, l’homme d’État bâlois relate à Usteri, sous le sceau du secret, ses efforts des mois écoulés pour contrer l’influence croissante des piétistes et l’informe des points qui lui tiennent à cœur quant au contenu du futur Revers, sans oublier l’université :

  • 24 La loi du 19 mai 1813, qui mettait fin aux privilèges de l’université, plaçait celle-ci sous la tu (...)
  • 25 Une lettre de l’Antistes zurichois Johann Jakob Hess, en faveur des Herrnhuter, avait été lue dans (...)
  • 26 Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 177 et suiv. Texte original en français. Né à Nantes, mais (...)

« L’affaire de l’Université chemine lentement […] Comme l’organisation de la faculté de théologie pressait, nous avons présenté samedi au Petit Conseil un plan qui vraisemblablement sera accepté par le Grand Conseil […] Les professeurs se prêtent à tout de la meilleure grâce du monde depuis la fameuse loi24 […]
Je vous confierai que je travaille à arrêter les progrès que fait la secte des Herrnhuter. Le signal a été donné par le discours ci-joint débité à Pratteln. Voici encore une partie de mon vote au Conseil. De plus, le résultat d’un interrogatoire que j’ai fait subir à un certain Brickenstein, le préposé de ceux qui sont ici. Ils ont bâti un temple ; les deux tiers du clergé sont de cette secte ; chaque famille en compte quelques membres (par ex. depuis peu, une de mes nièces et une de mes cousines). Je ne demande que trois choses : 1 ° que nos pasteurs restent exclusivement attachés à notre Église ; 2 ° qu’on surveille les assemblées de ces sectaires ; 3 ° qu’on affaiblisse les liens qui les attachent à Herrnhut. Nous avons déjà eu à ce sujet une longue délibération au Conseil ecclésiastique, où j’ai parlé pendant sept quarts d’heure. Mais, comme je crains de ne réussir qu’en partie25, je vous prie de ne point dire que je vous en ai écrit26. »

15Le discours de Pratteln, communiqué – comme on vient de voir – à Paul Usteri et qualifié par son auteur de « signal » envers les piétistes, avait été tenu le 25 juillet 1813 dans le cadre d’une inspection. En sa qualité de président de la commission des affaires religieuses, Peter Ochs avait en effet pour mission d’inspecter les paroisses de la campagne, avec un autre membre du Kirchenrat. Chacune de ces visites (Kirchenvisitationen) donnait lieu à un discours prononcé ex ordine politico devant l’autel de l’église concernée. À Pratteln, Ochs avait notamment déclaré :

« […] la situation morale d’un peuple est fondée sur la bonne entente entre les autorités et le clergé.
[…] Mais à quoi serviraient les conseils les plus avisés du souverain […] pour promouvoir le bien général […] si l’influence religieuse en venait – soit par un zèle excessif ou des maîtres ascétiques, soit par des vues individuelles ou un penchant secret à la domination – à affaiblir l’esprit d’obéissance civile, ce fondement de tout ordre social, à induire en erreur et à détourner des directives des autorités suprêmes » !

16Évoquant l’histoire de la Réforme, Ochs poursuivait :

  • 27 Peter Ochs, Reden, Christian Bertin (éd.), Basel, Christoph Merian Verlag, 1998, p. 181 et suiv. P (...)

« Nous avons obtenu une Église bâloise ; nous avons conçu une profession de foi bâloise ; notre gouvernement a exercé exclusivement les droits épiscopaux […] aucune instance ecclésiastique extérieure ne s’est plus mêlée de nos affaires, n’a plus contredit notre législation, n’a plus interdit ce que nous autorisions, n’a plus autorisé ce que nous interdisions27. »

  • 28 Dans sa jeunesse, Ochs avait été un proche de ce philosophe, qui fut secrétaire d’État du canton d (...)
  • 29 Les sarcasmes de Ochs envers les piétistes perdureront au-delà de l’année 1813. En 1816, par exemp (...)

17L’attachement de Peter Ochs à l’Église bâloise, exprimé avec force dans son discours de Pratteln, n’était pas uniquement de nature politique. En effet, formé à l’esprit des Lumières par Isaak Iselin28 et abhorrant de ce fait toute forme de « fanatisme », d’« obscurantisme » et de « superstition », trois termes qui reviennent souvent sous sa plume, le conseiller d’État bâlois n’en était pas moins, comme son maître du reste, habité d’un profond sentiment chrétien. La religiosité personnelle de Peter Ochs se situait évidemment aux antipodes de la sensibilité piétiste, qu’il ne manquait pas une occasion de railler29.

  • 30 Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 179, n. 1 (extrait du Journal de Peter Ochs pour l’année 1 (...)

18Le « vote » de Peter Ochs, relatif aux pasteurs affiliés à Herrnhut et annexé à sa lettre à Usteri du 21 septembre 1813, fut cité « mot pour mot » dans l’Allgemeine Zeitung, à l’initiative sans doute du journaliste zurichois30. Peu de temps après, le gouvernement bâlois approuve, dans sa séance du 6 octobre, un texte en tous points conforme aux souhaits exprimés par Ochs. Ce dernier en rend compte à Usteri dans une lettre du 9 octobre 1813 où il se livre à de nouvelles attaques contre les Herrnhuter :

  • 31 « Une petite gouttelette du sang du Christ suffit à purifier toutes choses. »
  • 32 Les Rhynsbourgeois étaient des calvinistes hollandais, détachés des Arminiens, qui avaient fondé l (...)
  • 33 Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 179. Texte original en français.

« L’article relatif à la secte de Herrnhut a fait un bon effet, et cela contre mon attente. Du moins, il n’a pas nui au succès de mon premier projet. Le Conseil a accepté, mercredi dernier, à l’unanimité, le formulaire proposé que devra signer quiconque sera promu à une place ecclésiastique […] Le formulaire porte aussi que le nouvel élu n’enseignera pas seulement le dogme, mais aussi la morale qui en découle. Vous saurez, Monsieur, que les prédicateurs agrégés à cette secte ont comme en horreur le mot de morale. “Vom Blut Christi ein Tröpflein klein, macht alles rein31.” Croire au péché originel et aux miracles de la foi, voilà le cercle étroit dans lequel leur pitoyable faconde se tourne continuellement. Le Conseil a chargé le Conseil d’État de lui présenter un rapport sur la question, si les ministres déjà en place, et qui continuent à être de cette secte, ne devraient pas être soumis à la même loi. Je ne connais pas une secte plus dangereuse que celle des Herrnhuter. C’est un mélange de la secte des Rhynsbergeois32, de jansénisme et de jésuitisme33. »

  • 34 Andreas Staehelin, Geschichte der Universität Basel, 1818-1835, Basel, Helbing & Lichtenhahn, 1959 (...)

19En même temps qu’il s’affaire à mettre au pas les pasteurs, Ochs poursuit ses activités au sein de la commission chargée de mettre en œuvre la loi du 19 mai 1813 qui plaçait l’université sous la tutelle de l’État. À l’automne 1813, les membres de ladite commission décident de s’attacher en premier lieu à la réorganisation de la faculté de théologie, celle-ci étant la composante la plus importante de l’alma mater bâloise, tant par son utilité au sein du canton que par le nombre de ses étudiants. Une loi relative à la seule faculté de théologie, prévoyant notamment la signature d’un Revers pour tout professeur nouvellement nommé, est donc votée le 12 octobre 181334. Le texte de ce Revers, valable à la fois pour les pasteurs et pour les théologiens, fait l’objet d’une publication dans la Feuille officielle du canton (Kantonsblatt) le 20 octobre. Trois jours plus tard, récapitulant le travail accompli par lui en moins d’une année, Ochs laisse éclater sa satisfaction :

  • 35 Lettre du 23 octobre 1813 à Usteri, in Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 180. Texte origina (...)

« Vous remarquerez sans doute le formulaire que les professeurs en théologie doivent signer. Le même formulaire a été adopté pour les ecclésiastiques, et le nouveau pasteur de Saint-Jacques […] sera le premier qui l’aura signé. J’ai été élu président des députés le 19 décembre de l’année passée, et dix mois se sont à peine écoulés et j’ai vu trois événements relatifs à mes fonctions couronnés d’un parfait succès. Deputatus ad ecclesiam, je vois le clergé ramené à nos principes ; Deputatus ad scholam, je vois l’Université en train d’être réformée ; et Deputatus ad pauperes, j’ai fait l’inauguration d’un bel hôpital. Parmi ceux qui m’ont bien soutenu dans ces divers objets, je mets en tête nos deux bourgmestres Wieland et Bourcard. Sous les deux précédents, Sarasin et Merian, je me bornais à faire des vœux et à préparer les esprits35. »

L’application du Revers : réactions individuelles et impact réel

20Bien que la substance du Revers ait déjà été largement évoquée dans les pages qui précèdent, il ne me semble pas inutile, dans la mesure où les réactions qu’il déclencha ne furent pas toutes de même nature, d’en donner maintenant le texte littéral :

  • 36 « Ich erwählter Prediger des göttlichen Worts verspreche vor dem Angesichte des dreyeinigen Gottes (...)

« Prédicateur du Verbe divin, je m’engage, à la face du Dieu trinitaire, à observer de mon mieux les devoirs de mon important ministère, avec zèle et loyauté, et à m’efforcer, pendant la durée de ma charge de prédicateur, de maintenir la pureté doctrinale de notre Église, de prévenir autant que possible toute forme de dissidence et d’éviter, à cette fin, tout lien avec des sociétés religieuses particulières et soumises à tutelle étrangère, à ne pas assister à leurs assemblées, mais [depuis le 9 novembre 1816 : et] à ne professer et à n’enseigner à mes auditeurs aucune autre doctrine du salut que la pure et authentique doctrine évangélique, sous la forme qu’elle revêt dans l’Ancien et le Nouveau Testament de la S [ainte] Écriture, d’où elle a été transposée dans notre Confession bâloise ; je m’engage également à présenter dans toute son ampleur chaque point de doctrine ainsi que les devoirs qui en découlent et je confirme cet engagement par cette signature de ma propre main36. »

21On aura peut-être remarqué que « les sociétés religieuses » concernées ne sont pas nommément désignées dans le texte du Revers. Il ressort toutefois clairement, aussi bien des sources déjà citées que des exemples qui vont suivre, que la société prioritairement visée était celle des frères moraves (Herrnhuter).

  • 37 Théologien, pédagogue et homme d’État schaffhousien, Johann Georg Müller (1759-1819) était le frèr (...)
  • 38 Le terme allemand Interdikt n’a pas d’autre acception que religieuse. Il ne peut désigner, par exe (...)

22À l’automne 1813, peu de temps après la réorganisation de la faculté de théologie, plusieurs pasteurs bâlois, dont l’Antistes, incitent Johann Friedrich Miville (1754-1820), recteur du gymnase depuis 1800, à se porter candidat à l’une des deux chaires vacantes dans l’établissement. Déjà sexagénaire, ce dernier hésite en raison de son âge mais aussi à cause des scrupules de conscience que lui cause le Revers. Il s’en explique dans une lettre à son ami de jeunesse Johann Georg Müller37, dans laquelle il qualifie d’« Interdikt38 » le texte qu’il lui faudrait signer :

  • 39 Cité d’après Eucharias Kündig, Erinnerungen an Joh. Fr. Miville, Basel, Detloff, 1851, p. 187. C’e (...)

« Je ne pense pas que l’envie me prendra à l’avenir d’entrer dans la Brüdersocietät. Mais l’expression « éviter tout lien » pourrait être interprétée au sens strict ; et faire promettre cela à quelqu’un est presque humiliant et très singulier pour l’époque de la tolérance. Les Herrnhuter prêtent certes le flanc à la critique, on ne peut cependant pas leur reprocher des fautes notables ayant mérité un avertissement aussi hostile. On a également déclamé contre eux différentes choses qui, à y regarder de plus près, se révèlent infondées et qui ne sont vraiment pas inspirées par l’esprit authentique de l’Évangile39. »

  • 40 En rupture ouverte avec l’Église officielle, les séparatistes bâlois, qui étaient des piétistes ra (...)
  • 41 Cité d’après Eucharias Kündig, op. cit., p. 12.
  • 42 Karl Rudolf Hagenbach, Die Theologische Schule Basels und ihre Lehrer von Stiftung der Hochschule (...)
  • 43 Eucharias Kündig, op. cit., p. 188.

23Les raisons pour lesquelles Miville met ici l’accent sur l’injustice faite aux Herrnhuter et sur le principe de tolérance sont à chercher à la fois dans son passé familial et dans son propre parcours intellectuel. L’emprisonnement infligé à son père en tant que « séparatiste40 » avait profondément marqué son enfance, lui inspirant très tôt le respect des autres opinions et le refus de toute tyrannie. Miville, dont la sœur était une piétiste convaincue, avait manifesté, dans sa jeunesse, une religiosité proche de celle de Zinzendorf, puis épousé les idéaux de la Révolution helvétique. Esprit indépendant et ouvert, il entretenait des contacts aussi bien avec des catholiques qu’avec Lavater et Jung-Stilling, sans partager l’exaltation de ces derniers. Nourrissant naturellement, selon ses propres termes, « une violente aversion envers tout despotisme civil et religieux41 », Miville désavouait, par exemple, l’activisme mystique d’une Madame de Krüdener, tout en blâmant la brutalité des autorités bâloises à son égard. Au plan doctrinal, les nouvelles tendances de la théologie allemande lui inspiraient un sentiment de scepticisme, mais il n’en professait pas pour autant une orthodoxie rigide42. Aussi Johann Georg Müller, connaissant l’honnêteté intellectuelle de son ami, éprouvait-il quelque inquiétude à l’idée que Miville devrait s’engager à n’enseigner d’autre doctrine que celle énoncée dans la Confession bâloise43.

  • 44 Ibid., p. 194 et suiv.

24En 1816, Miville qui, deux ans plus tôt, ne s’était finalement pas porté candidat à la faculté de théologie mais avait néanmoins accepté d’y assurer un enseignement provisoire de deux heures, se voit directement proposer par les autorités la chaire d’exégèse du Nouveau Testament. Devant ses réticences quant au Revers, le bourgmestre Wieland lui-même, dans le cadre d’un entretien privé, se déclare prêt à lui remettre une déclaration écrite, dans laquelle les passages ressentis comme les plus sévères donnaient lieu à « une interprétation acceptable44 ». Nommé professeur en juillet 1816, Miville n’exercera que trois années puisqu’il mourra dès janvier 1820.

25En avril 1814, devant procéder ès qualités à l’installation d’un jeune pasteur dans la paroisse rurale de Wintersingen, Peter Ochs se heurte, de la part de ce dernier, à un refus de signer le Revers. Compte tenu de circonstances particulières, le président du Deputatenamt en réfère au bourgmestre Peter Burckhardt, en lui demandant des instructions quant à la conduite à tenir :

  • 45 Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 192 et suiv. (lettre du 18 avril 1814).

« [Johannes Stähelin n’a pas signé] le Revers officiel, que deux autres ont déjà signé sans façons. Certains faits m’ont amené à la conclusion qu’il se fera installer à Wintersingen sans signer, au motif que son père est riche et que la famille de celui-ci, comme celle de sa femme, sont bien considérées45. »

  • 46 Ibid., p. 193, n. 3.
  • 47 Voir supra, p. 279.

26La réponse du bourgmestre fut claire et sans appel : l’installation de Johannes Stähelin ne pouvait avoir lieu sans qu’il signât le Revers46. Rappelons que Peter Burckhardt avait, l’année précédente, soutenu les efforts de Peter Ochs pour ramener le clergé aux « principes » de l’Église bâloise47.

27Au cours de l’année 1821, le Revers suscite de nouvelles contestations, cette fois encore dans le milieu ecclésiastique où, par la force des choses, les occasions de rejet étaient plus nombreuses qu’à la faculté de théologie. Nous devons au Vaudois Alexandre Vinet, professeur de littérature française à l’université de Bâle, de précieuses informations sur la rébellion de trois nouveaux pasteurs, Jakob Friedrich Ecklin (1786-1861), Theophil Passavant (1785-1861) et Emanuel Burckhardt (1797-1869). Lui-même théologien et pasteur, Alexandre Vinet se faisait en effet régulièrement l’écho des affaires religieuses bâloises dans ses lettres à Charles Monnard, son homologue à l’Académie de Lausanne. C’est ainsi qu’il lui écrit le 18 janvier 1822 :

  • 48 Alexandre Vinet, Lettres, Pierre Bovet (éd.), Lausanne, Payot, t. I, 1947, p. 136 et suiv. Texte o (...)

« Un autre fait arrivé récemment a occupé le public. Trois jeunes ministres de la ville et du Canton, nouvellement revêtus d’une cure, ont été appelés d’après la loi à signer le Revers, c’est-à-dire un acte dans lequel les ecclésiastiques promettent d’enseigner et de prêcher une doctrine conforme à la confession reçue dans le Canton, et de ne faire partie, directement ni indirectement, d’aucune secte. Ces Messieurs, qui fréquentent depuis longtemps les assemblées des piétistes, ont refusé de signer. On leur a répliqué que c’était la volonté de la loi et celle du Gouvernement, et leur devoir en qualité de pasteur ; à quoi ils ont répondu qu’ils signeraient sans doute, mais sous réserve de s’entendre avec eux-mêmes sur le sens qu’ils donneraient à leur promesse ; on n’a rien voulu comprendre à cette direction d’intention, et ils ont signé purement et simplement. Mais ne vous paraît-il pas étrange qu’on n’exige un pareil acte qu’après la nomination et l’installation d’un pasteur, au lieu de l’exiger avant la consécration48. »

  • 49 Ibid., t. I, p. 136, n. 1.

28Les trois pasteurs en question avaient finalement donné leur signature le 22 décembre 1821, après que le Conseil d’État se fut occupé à trois reprises de leur refus et de leurs demandes d’explications49.

29Dans cette même lettre du 18 janvier 1822, Alexandre Vinet informe Charles Monnard de la récente nomination à Bâle du théologien Wilhelm Martin Leberecht de Wette, banni de Prusse à la suite des résolutions de Carlsbad. Rendu possible par la loi universitaire de 1818 qui autorisait le recours à des candidats étrangers, le recrutement de ce savant allemand réputé suscitait des craintes tant dans les milieux orthodoxes que piétistes. Élève du philosophe Fries et collègue de Schleiermacher à Berlin, de Wette représentait en effet une théologie critique, à mi-chemin entre rationalisme et supranaturalisme. Aussi son élection avait-elle donné lieu à d’âpres discussions au sein du Conseil d’éducation. Désireux de recueillir l’opinion de Monnard sur le nouvel arrivant, Vinet s’exprime comme suit à son sujet :

  • 50 Ibid., t. I, p. 135 et suiv. C’est Vinet qui souligne. Texte original en français.

« Je vous ai dit un mot de la nomination de M. de Wette […] Elle occupe beaucoup les esprits, dans un pays où les objets religieux ont le privilège d’intéresser sérieusement toutes les classes. Il paraît qu’on a voulu donner un contrepoids à l’esprit de secte qui va toujours croissant. L’intention est bonne ; le moyen est-il aussi bon ? On m’engage à en douter. Un de mes collègues qui a suivi, il y a quelques années, les cours de M. de Wette assure qu’il traitait alors très cavalièrement ce que nous respectons […] On dit qu’il a changé depuis ; mais on ne dit pas que ce soit du tout au tout ; on prétend que les livres qu’il a écrits pour le grand public sont irréprochables ; mais qu’il tient aux savants et aux étudiants un autre langage ; et ce n’est pas ce qu’il nous faut. Un excès n’en corrige pas un autre […] Vous devez connaître, Monsieur, la réputation et les ouvrages ; je serais charmé d’avoir votre opinion ; je n’entends guère ici que des juges prévenus ou intéressés50. »

30De son côté, le nouveau professeur semble avoir éprouvé quelque inquiétude à la perspective de devoir signer le Revers lors de son installation à Bâle. C’est du moins ce que laissent penser les réponses de deux théologiens allemands à ses lettres. Étonnamment concordantes, les appréciations portées sur la Confession bâloise par ceux-ci visaient à apaiser à la fois les scrupules de conscience de De Wette et ses soucis quant à sa réputation dans les milieux théologiques allemands. Le 31 janvier 1822, Heinrich Gottlieb Tzschirner, professeur de théologie à Leipzig, le rassurait en ces termes :

  • 51 Cité d’après Ernst Staehelin, Dewettiana. Forschungen und Texte zu Wilhelm Martin Leberecht de Wet (...)

« En signant une Confession, on ne s’engage à vrai dire qu’à enseigner conformément aux principes sur lesquels elle repose, et c’est certainement ce que vous pouvez faire avec bonne conscience, puisque la Confession bâloise, tout comme celle d’Augsbourg, reconnaît et exprime les principes du vrai protestantisme […] On ne pourra pas considérer l’entrée en fonction dans l’université d’un pays étranger comme un changement de confession et, compte tenu du courant actuel, ceux qui penseront à une différence confessionnelle devraient être peu nombreux quand ils entendront dire que vous allez à Bâle51. »

31Quelques jours plus tard, Johann Philipp Gabler, dont de Wette avait suivi les cours à l’université d’Iéna, lui répondait à son tour :

  • 52 Ibid., p. 115 et suiv. (lettre du 4 février 1822). La date et le contenu de la lettre de De Wette (...)

« Vous n’avez pas à redouter la Confession bâloise ; c’est la plus courte et la plus convenable. J’ose espérer que le fait de s’engager sur elle ne prescrit pas ce que l’on doit croire mais seulement de ne pas enseigner contre elle. Ce que les hyperorthodoxes luthériens diront de votre conversion à l’Église réformée ne devrait vous donner aucun souci. On recherche en effet partout l’union52. »

  • 53 Ernst Staehelin, op. cit., p. 29.

32De Wette signera le Revers le 9 mai 1822, six jours après son arrivée à Bâle53.

  • 54 Paul Burckhardt, Die Geschichte der Stadt Basel von der Trennung des Kantons bis zur neuen Bundesv (...)

33Pendant les années troublées de la guerre civile, le Revers tombe dans l’oubli, mais en 1838 l’élection de Johannes Linder comme premier vicaire (Obersthelfer) ranime le débat54. Chef de file des Herrnhuter de la Campagne, ce dernier avait dû quitter précipitamment sa paroisse de Ziefen en 1833, parce qu’il avait pris le parti de la Ville. De 1834 à 1836, Linder avait dirigé dans le canton de Neuchâtel l’institution scolaire de Montmirail, filiale de Herrnhut. Dans une lettre du 17 décembre 1838, l’Antistes Jakob Burckhardt fait part à son ami Jakob Frei, pasteur dans le canton d’Appenzell-Rhodes extérieures, de la position des autorités bâloises sur le Revers :

  • 55 Cité d’après Peter Dietz, « Briefe des Antistes Jakob Burckhardt (1785-1858) an seinen Freund Joha (...)

« On est maintenant sur le point d’apporter des modifications au Revers dirigé contre les ministres du culte membres de Herrnhut, lequel a mauvaise réputation. Le Conseil ecclésiastique a conseillé au gouvernement de l’abolir complètement, puisqu’il n’a guère été utile jusqu’à présent et qu’il a causé de nombreux désagréments. Le gouvernement n’y est pas hostile mais souhaite tout de même maintenir une sorte de succédané. Depuis des années, personne ne s’est jamais soucié du Revers ; mais maintenant l’élection de Linder comme premier vicaire a réveillé l’affaire. Il a certes dit publiquement qu’il ne fréquenterait pas les assemblées des Herrnhuter, mais il semble que cela ne suffise pas.
Puisqu’on a déjà autorisé tant de choses, par exemple que des personnes non ordonnées puissent dans toute église tenir publiquement des assemblées religieuses, j’ai l’impression qu’avec cette histoire de Revers on est en contradiction avec soi-même55. »

34Johannes Linder signera le Revers, mais le cœur lourd. Il sera du reste le dernier pasteur à le signer. En 1842, le gouvernement supprime en effet le Revers pour lui substituer le paragraphe 14 de la loi du 13 juin :

  • 56 Cité d’après H. Steinberg, op. cit., p. 59.

« En tant que serviteur de notre Église, le pasteur se fera un devoir de demeurer autonome et indépendant de toute direction étrangère face aux différentes sociétés religieuses et d’éviter de donner l’impression de partialité56. »

35Quel fut l’impact réel du Revers ?

  • 57 Le Conseil d’État de Bâle qui, selon Ochs, avait été chargé en octobre 1813 de présenter un rappor (...)

36Si l’on en juge d’après la lettre de l’Antistes Burckhardt précédemment citée, il semble qu’il ait à la fois rencontré des résistances et été peu respecté. En tout état de cause, le fait qu’il ne concernait que les seuls pasteurs et professeurs nouvellement élus limitait, d’emblée, son champ d’application57.

37Un autre témoignage individuel mérite de retenir notre attention, car il s’agit d’un texte publié à l’étranger, sous le voile de l’anonymat, et émanant d’un témoin a priori particulièrement qualifié. En 1824, deux ans après sa nomination à la faculté de théologie, de Wette fit paraître, dans une revue de Weimar destinée à des lecteurs cultivés, un article intitulé « Un jour à Bâle » (Ein Tag in Basel). Prêtant rétrospectivement ses premières impressions sur la cité rhénane à un voyageur allemand, il écrivait : « Je nourrissais à l’endroit de cette ville un méchant préjugé : à Fribourg [on] me l’avait dépeinte comme le siège d’une obscure bigoterie. » Reçu peu après dans la famille d’un négociant bâlois, notre voyageur fictif poursuivait :

  • 58 Journal für Literatur, Kunst, Luxus und Mode, no 3, janvier 1824, p. 20.

« Je dirigeai la conversation sur le piétisme régnant. Il y eut un moment, dit-il, où la ville tout entière fut sur le point de sombrer dans celui-ci ; mais le danger a été heureusement écarté, et maintenant je crois que la lumière prendra de plus en plus le dessus. Il me nomma plusieurs personnes, dont des membres du clergé, qui avaient quitté le parti des dévots. De toute façon, les ecclésiastiques n’ont pas le droit de fréquenter les conventicules pieux, en vertu d’un Revers qui doit être établi lors de leur entrée en fonction58. »

  • 59 H. Steinberg, op. cit., p. 59.

38On voit que de Wette, bien que n’attribuant pas expressément le recul du piétisme au Revers, suggérait que l’introduction de ce dernier avait de facto affaibli les liens du clergé avec les sociétés incriminées. Mais en futil vraiment ainsi ? L’existence du Revers n’empêcha pas, par exemple, la plupart des pasteurs bâlois de prendre part, en 1840, aux cérémonies pour le centième anniversaire de la Brüder-Societät59. L’observateur privilégié qu’était l’Antistes Burckhardt avait donc probablement vu juste, lorsqu‘ en 1838 il exprimait des doutes sur l’utilité du Revers.

*

  • 60 Ce règlement avait vu le jour en réaction aux convictions piétistes professées par les membres de (...)
  • 61 La loi du 20 mai 1824 interdisait tout rassemblement et toute manifestation religieuse en dehors d (...)
  • 62 Voir notamment les lettres à Louis Leresche des 8 février, 24 février et 26 mai 1824, in A. V., op (...)
  • 63 Ibid., p. 171 (lettre à Louis Leresche du 19 décembre 1823).

39Pour spécifique que soit le paysage religieux de Bâle dans le premier tiers du XIXe siècle, l’un de ses aspects, à savoir l’emprise du piétisme sur le clergé local, peut être comparé mutatis mutandis à la situation créée à Genève et dans le Pays de Vaud par la première vague du Réveil. Hermann von der Goltz, historien de l’Église réformée genevoise du XIXe siècle, estimait du reste en 1862 que le Revers bâlois avait sans doute inspiré le Règlement du 3 mai 1817 publié par la Compagnie des pasteurs de Genève et interdisant de prêcher sur un certain nombre de points de doctrine, dont la prédestination60. Dans le Pays de Vaud, ce furent successivement un arrêté et une loi qui, en 1824, tentèrent de mettre fin aux troubles suscités par la progression du méthodisme et la multiplication des conventicules de mômiers61. On trouve un écho très intéressant de ces tensions dans la correspondance de Vinet, lequel suivait attentivement depuis Bâle les événements dont son canton d’origine était le théâtre62. Comparant en décembre 1823 la situation religieuse vaudoise à celle de la cité rhénane, le futur auteur du Mémoire sur la liberté des cultes opposait le « calme » régnant à Bâle à « l’inquiétude des esprits » sensible à Lausanne63. Ce contraste tenait en réalité au fait que le piétisme bâlois, bien qu’irritant les autorités, n’était pas un mouvement dissident, à la différence du Réveil de la Suisse romande.

Notes

1 Dans son acception juridique, le terme Revers désigne notamment, en allemand, une déclaration écrite par laquelle une personne contracte une obligation précise, en relation avec l’exercice d’une charge par exemple.

2 Les Herrnhuter doivent leur nom au comte saxon Nikolaus Ludwig von Zinzendorf (1700-1760). Issu d’une famille piétiste, celui-ci avait accueilli sur ses terres de Haute-Lusace des descendants de frères moraves persécutés dans leur patrie. En 1727, il fonda avec eux un village communautaire auquel il donna le nom significatif de Herrnhut (unter der Obhut des Herrn, c’est-à-dire « sous la protection du Seigneur »). Banni de Saxe en 1736, Zinzendorf parcourut l’Europe, fondant des communautés « moraves » dans plusieurs pays, dont la Suisse.

3 Pour une histoire de la Confédération suisse en langue française, on pourra se reporter à l’ouvrage collectif Nouvelle histoire de la Suisse et des Suisses, Lausanne, Payot, 1982-1983, 3 vol. (le tome II couvre la période 1515-1848).

4 En ce qui concerne l’histoire de Bâle dans la première moitié du XIXe siècle, voir notamment Paul Burckhardt, Geschichte der Stadt Basel von der Zeit der Reformation bis zur Gegenwart, Basel, Helbing & Lichtenhahn, 1942 ; René Teuteberg, Basler Geschichte, Basel, Christoph Merian Verlag, 1986 ; Georg Kreis/Beat von Wartburg (éd.), Basel – Geschichte einer städtischen Gesellschaft, Basel, Christian Merian Verlag, 2000.

5 Fondée à Zurich en 1780 par Salomon Gessner, la Zürcher Zeitung prit en 1821 le nom de Neue Zürcher Zeitung.

6 Par égard pour les anabaptistes, la Confession de Bâle ne fut plus lue en chaire après cette date (l’article 12 était intitulé « Contre l’erreur des anabaptistes »).

7 « Die religiöse Physiognomie Basels in der ersten Hälfte dieses Jahrhunderts », in Basler Nachrichten, 1873, nos 130, 132, 136 et 137. Le passage cité se trouve dans le supplément (Beilage) du no 130. Toutes les citations de la présente contribution ont été traduites par moi. Disciple du grand théologien d’origine allemande Wilhelm Martin Leberecht de Wette, Karl Rudolf Hagenbach (1801-1874), qui avait fait ses études de théologie à Bonn et à Berlin, enseigna dans sa ville natale de Bâle de 1823 à 1874. Il était spécialiste d’histoire ecclésiastique et de dogmatique.

8 Ibid., no 130.

9 Karl Rudolf Hagenbach, Die theologische Schule Basels und ihre Lehrer von Stiftung der Hochschule 1460 bis zu Dewette’s Tod 1849, Basel, Schweighauser, 1860, p. 51 et suiv.

10 « Die religiöse Physiognomie Basels in der ersten Hälfte dieses Jahrhunderts », in Basler Nachrichten, 1873, no 130 (Beilage).

11 Op. cit., no 132 (Beilage).

12 Christian Gottlieb Schmidt, Von der Schweiz. Journal meiner Reisen vom 5. Julius 1786 bis den 7. August 1787, éd. Theodor et Hanni Salfinger (Schweizer Texte 8), Bern-Stuttgart, Paul Haupt, 1985, p. 196.

13 Les Bâlois désignaient familièrement les deux sectes par l’emplacement de leur siège respectif : Ringgässlein pour la première, Fälkli pour la seconde. Sur les origines et les différentes manifestations du piétisme bâlois, voir notamment Gustav Adolf Benrathet al., Die Basler Christentumsgesellschaft, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1982 ; Ulrich Gäbler (éd.), Der Pietismus im 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000 ; Wilhelm Hadorn, Geschichte des Pietismus in den schweizerischen reformierten Kirchen, Konstanz-Emmishofen, 1901 ; Erika Hebeisen, Leidenschaftlich fromm. Die pietistische Bewegung in Basel 1750-1830, Köln, Böhlau, 2005 ; Thomas K. Kuhn, « Basel – ein “Liebling Gottes” : die Stadt am Rhein als Ort der Erweckungsbewegung », in Theologische Zeitschrift, 2000, p. 165-185 ; Rudolf Pfister, Kirchengeschichte der Schweiz, t. III (von 1720 bis 1950), Zürich, Theologischer Verlag, 1984 ; Ernst Staehelin, Die Christentumsgesellschaft in der Zeit der Aufklärung und der beginnenden Erweckung. Texte aus Briefen, Protokollen und Publikationen, Basel, 1970 ; id., Die Christentumsgesellschaft in der Zeit von der Erweckung bis zur Gegenwart. Texte aus Briefen, Protokollen und Publikationen, Basel, 1974 ; Peter Weidkuhn, « Strukturlinien des baslerischen Pietismus », in Schweizerisches Archiv für Volkskunde, 1966, fasc. 3-4 ; Paul Wernle, Der schweizerische Protestantismus im 18. Jahrhundert, Tübingen, Mohr, 3 vol., 1922-1924.

14 Depuis les années 1770, des pasteurs bâlois dirigeaient les assemblées piétistes et, inversement, les piétistes fréquentaient les cultes officiels. Par ailleurs, les deux communautés piétistes entretenaient, entre elles, de bonnes relations, en dépit de tensions occasionnelles. Voir Erika Hebeisen, op. cit., p. 49.

15 « Die religiöse Physiognomie Basels in der ersten Hälfte dieses Jahrhunderts », in Basler Nachrichten, 1873, no 136 (Beilage).

16 « Christian Friedrich Spittler und Basel », in Gustav Adolf Benrath et al., op. cit., p. 122 et suiv.

17 Thomas K. Kuhn, op. cit., p. 166, et passim. La sanctification du dimanche, par exemple, revêtait à Bâle un caractère particulièrement rigoriste. Sur ce point, voir Marie-Jeanne Heger-Étienvre, « Théâtre et société : la querelle des spectacles du dimanche à Bâle (1842-1846) », in Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 1975, no 2, p. 201-210.

18 Robert Kopp, article « Ochs (Peter) », in Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1989, p. 1261 ; Peter F. Kopp, Peter Ochs. Sein Leben nach Selbstzeugnissen erzählt und mit authentischen Bildern reich illustriert, Basel, Buchverlag Basler Zeitung, 1992.

19 « Il est encore arrivé un petit changement dans notre organisation intérieure qui pourra avoir des suites. On appelle Députés, deputaten, (Deputati ad Ecclesiam & Scholam) quatre Conseillers qui sont commissaires du Gouvernement près l’église et l’école, et administrateurs en chef de la plupart des biens de l’église & de l’école dans tout le canton […]. Le Petit-Conseil m’a nommé Président […]. J’espère que l’année prochaine nous pourrons proposer au Grand Conseil une réforme de l’Université. » Lettre de Peter Ochs du 23 décembre 1812, dont le destinataire est vraisemblablement le conseiller d’État zurichois Paul Usteri, in P. O., Briefe, Christian Bertin (éd.), Basel, Christoph Merian Verlag, 2002, p. 166. Texte original en français. Dans son Journal, Ochs énumère, à la date du 9 novembre 1816, toutes ses fonctions officielles (Korrespondenz des Peter Ochs, Gustav Steiner [éd.], Basel, Birkhaüser, 1927-1937, t. III, p. 321, n. 2). Voir également lettre du 28 mars 1817 à Usteri, ibid., t. III, p. 321.

20 Ibid., t. III, p. 346 (lettre à Paul Usteri du 26 octobre 1817) et 377, n. 4 (Journal du 18 juin 1818). « Les deux autres vœux avaient été une histoire de mon canton et l’égalité des droits politiques pour les citoyens de la campagne » (ibid., p. 377, n. 4).

21 Cité d’après H. Steinberg, Hundert Jahre im Ringgässlein. Zwanglose Bilder aus der Geschichte und dem Leben der Brüder-Sozietät in Basel, Basel, Verlag der Brüder-Sozietät, 1911, p. 55.

22 Peter Ochs indique la composition du Conseil ecclésiastique à son ami Paul Usteri dans une lettre du 13 février 1816 (Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 294).

23 Médecin, homme d’État et journaliste, Paulus Usteri (1768-1831) avait présidé le Sénat helvétique en septembre 1798. Sous la Médiation et sous la Restauration, il fut conseiller d’État à Zurich et chef de l’opposition libérale de ce canton. Champion de la liberté de la presse, il collaborait à la Neue Zürcher Zeitung et à l’Allgemeine Zeitung d’Augsbourg. Il correspondit avec Ochs du milieu de la Médiation jusqu’à la mort de ce dernier en 1821.

24 La loi du 19 mai 1813, qui mettait fin aux privilèges de l’université, plaçait celle-ci sous la tutelle de l’État et instituait un mode de recrutement « sensé », autorisant l’élection de professeurs étrangers. Voir Andreas Staehelin, Geschichte der Universität Basel, 1632-1818, Zweiter Teil, Basel, Helbing & Lichtenhahn, 1957, p. 525.

25 Une lettre de l’Antistes zurichois Johann Jakob Hess, en faveur des Herrnhuter, avait été lue dans une séance du Conseil ecclésiastique. Voir H. Steinberg, op. cit., p. 56 et suiv. ; Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 294 (lettre de Ochs à Usteri du 13 février 1816).

26 Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 177 et suiv. Texte original en français. Né à Nantes, mais élevé à Hambourg, Ochs s’exprimait indifféremment en français ou en allemand. Par contre, il ne parlait pas le dialecte bâlois.

27 Peter Ochs, Reden, Christian Bertin (éd.), Basel, Christoph Merian Verlag, 1998, p. 181 et suiv. Peter Ochs réitéra ce discours le 1er octobre 1816 à Kilchberg et le 18 septembre 1820 à Lausen.

28 Dans sa jeunesse, Ochs avait été un proche de ce philosophe, qui fut secrétaire d’État du canton de Bâle de 1756 à sa mort, en 1782.

29 Les sarcasmes de Ochs envers les piétistes perdureront au-delà de l’année 1813. En 1816, par exemple, la présence à Bâle de la baronne de Krüdener et de ses adeptes lui inspirera des propos virulents contre les « exaltations krudneriennes » et tout ce qui y ressemble (Cagliostro, Herrnhut, Mesmer, Lavater, etc.). Lettres à Usteri des 26 janvier, 2 février, 13 février et 15 avril 1816, in Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 288 et suiv. En ce qui concerne les convictions chrétiennes de Ochs, voir Beat von Wartburg, Musen und Menschenrechte. Peter Ochs und seine literarischen Werke, Basel, Christoph Merian Verlag, 1997, p. 584-588. Voir également les notices biographiques rédigées par Ochs en prévision de son oraison funèbre (Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 517 et suiv.). Ironie du sort, le pasteur qui lut cette oraison le 21 juin 1821, Nikolaus von Brunn, était un piétiste, membre fondateur de la Christentumsgesellschaft. Il vouait une grande estime à Ochs.

30 Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 179, n. 1 (extrait du Journal de Peter Ochs pour l’année 1813). Texte original en français. Rappelons qu’en l’absence de tout journal local, les Bâlois lisaient notamment l’Allgemeine Zeitung, publiée à Augsbourg.

31 « Une petite gouttelette du sang du Christ suffit à purifier toutes choses. »

32 Les Rhynsbourgeois étaient des calvinistes hollandais, détachés des Arminiens, qui avaient fondé leur propre communauté à Rhynsburg, près de Leyde, en 1619.

33 Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 179. Texte original en français.

34 Andreas Staehelin, Geschichte der Universität Basel, 1818-1835, Basel, Helbing & Lichtenhahn, 1959, p. 27.

35 Lettre du 23 octobre 1813 à Usteri, in Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 180. Texte original en français.

36 « Ich erwählter Prediger des göttlichen Worts verspreche vor dem Angesichte des dreyeinigen Gottes, dass ich die Pflichten meines wichtigen Amtes fleissig, treu und nach meinem besten Vermögen beobachten, und dass ich mich während der Dauer meines Predig-Amtes bestreben werde, die Reinheit der Lehre unserer Kirche zu erhalten, jeder Art von Trennung, so viel als möglich, vorzubeugen und zu diesem Ende jede Verbindung mit abgesonderten und unter fremder Leitung stehenden religiösen Gesellschaften meiden, ihren Versammlungen nicht beywohnen, sondern [seit dem 9. November 1816 : und] meinen Zuhörern keine andere als die reine, unverfälschte evangelische Lehre von der Menschen Seligkeit nach Art und Weise, wie solche in der H [eiligen] Schrift Alten und Neuen Testaments enthalten und aus derselben in unsere Basler Confession gezogen ist, vortragen und lehren, auch jede Glaubenslehre mit den daraus herfliessenden Pflichten nach ihrem ganzen Umfang darstellen wolle, welches Versprechen ich mit dieser meiner eigenhändigen Unterschrift bekräftige. » Reproduit dans Ernst Staehelin (éd.), Alexandre Vinets ausgewählte Werke, Zürich, Zwingli-Verlag, t. I, 1944, p. 87, n. 20.

37 Théologien, pédagogue et homme d’État schaffhousien, Johann Georg Müller (1759-1819) était le frère cadet de l’historien Johannes von Müller (1752-1809). Miville avait fait sa connaissance en 1781 à l’université de Göttingen.

38 Le terme allemand Interdikt n’a pas d’autre acception que religieuse. Il ne peut désigner, par exemple, une simple interdiction (Verbot).

39 Cité d’après Eucharias Kündig, Erinnerungen an Joh. Fr. Miville, Basel, Detloff, 1851, p. 187. C’est Miville qui souligne. E. Kündig n’indique pas la date précise de cette lettre.

40 En rupture ouverte avec l’Église officielle, les séparatistes bâlois, qui étaient des piétistes radicaux, avaient fait l’objet de plusieurs procès dans les années 1750. Sur les activités du père de Miville, sa condamnation et sa réintégration dans l’Église bâloise, voir Eucharias Kündig, op. cit., p. 2-12 ; Eduard Thurneysen, « Die Basler Separatisten im 18. Jahrhundert (II) », in Basler Jahrbuch, 1896, p. 79-87.

41 Cité d’après Eucharias Kündig, op. cit., p. 12.

42 Karl Rudolf Hagenbach, Die Theologische Schule Basels und ihre Lehrer von Stiftung der Hochschule 1460 bis zu Dewette’s Tod 1849, Basel, Schweighauser, 1860, p. 56 ; Eucharias Kündig, op. cit., p. 186.

43 Eucharias Kündig, op. cit., p. 188.

44 Ibid., p. 194 et suiv.

45 Korrespondenz des Peter Ochs, t. III, p. 192 et suiv. (lettre du 18 avril 1814).

46 Ibid., p. 193, n. 3.

47 Voir supra, p. 279.

48 Alexandre Vinet, Lettres, Pierre Bovet (éd.), Lausanne, Payot, t. I, 1947, p. 136 et suiv. Texte original en français. C’est Vinet qui souligne.

49 Ibid., t. I, p. 136, n. 1.

50 Ibid., t. I, p. 135 et suiv. C’est Vinet qui souligne. Texte original en français.

51 Cité d’après Ernst Staehelin, Dewettiana. Forschungen und Texte zu Wilhelm Martin Leberecht de Wettes Leben und Werk, Basel, Helbing & Lichtenhahn, 1956, p. 115. La date et la teneur de la lettre de De Wette ne sont pas connus.

52 Ibid., p. 115 et suiv. (lettre du 4 février 1822). La date et le contenu de la lettre de De Wette ne sont pas connus.

53 Ernst Staehelin, op. cit., p. 29.

54 Paul Burckhardt, Die Geschichte der Stadt Basel von der Trennung des Kantons bis zur neuen Bundesverfassung, I. Teil, 90. Neujahrsblatt, Basel, 1912, p. 49.

55 Cité d’après Peter Dietz, « Briefe des Antistes Jakob Burckhardt (1785-1858) an seinen Freund Johann Jakob Frei (1789-1852), Pfarrer in Appenzell Ausserrhoden », in Basler Jahrbuch, 1941, p. 150. Chef de l’Église bâloise depuis octobre 1838, l’Antistes Jakob Burckhardt (1785-1858) était le père du grand historien et historien de l’art Jacob Burckhardt (1818-1897).

56 Cité d’après H. Steinberg, op. cit., p. 59.

57 Le Conseil d’État de Bâle qui, selon Ochs, avait été chargé en octobre 1813 de présenter un rapport sur l’opportunité d’étendre le Revers aux pasteurs déjà en place n’avait manifestement pas jugé cette mesure souhaitable. Voir supra, p. 278.

58 Journal für Literatur, Kunst, Luxus und Mode, no 3, janvier 1824, p. 20.

59 H. Steinberg, op. cit., p. 59.

60 Ce règlement avait vu le jour en réaction aux convictions piétistes professées par les membres de la Société des Amis, ralliés au pasteur écossais Robert Haldane, et à la suite d’un prêche retentissant de César Malan le dimanche de Pâques 1817 sur la corruption de l’homme et l’absolue gratuité du salut. Destiné à apaiser les esprits, il ne fit qu’exacerber les passions.

61 La loi du 20 mai 1824 interdisait tout rassemblement et toute manifestation religieuse en dehors de l’Église officielle.

62 Voir notamment les lettres à Louis Leresche des 8 février, 24 février et 26 mai 1824, in A. V., op. cit., t. I, p. 175 et suiv.

63 Ibid., p. 171 (lettre à Louis Leresche du 19 décembre 1823).

Auteur

Professeur émérite de littérature et civilisation germaniques, Université du Maine, laboratoire 3LAM.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540