Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Troisième sous-partie. La religion et la cité

Les enjeux politiques d’une conversion. Les relations épistolaires entre Jean Calvin, Jean Macar et François d’Andelot en 1558

Hugues Daussy

Texte intégral

  • 1 Lettre de Calvin à la marquise de Rothelin, s. l., 5 janvier 1558, dans Jules Bonnet (éd.), Lettre (...)

1« Voicy le temps que les grands de ce monde doibvent pratiquer le dire de sainct Paul, de n’avoir poinct honte de l’Evangile », écrit Calvin à la marquise de Rothelin le 5 janvier 15581. Face à la dureté des persécutions qui frappent les jeunes Églises réformées fraîchement écloses, seul l’engagement résolu et assumé d’une part notable des élites du royaume en faveur de la Vérité, prêchée par le réformateur genevois, pourra soutenir la croissance fulgurante de la Réforme protestante française et en assurer la survie. Déjà, quelques membres éminents de la noblesse se sont déclarés, mais il est encore besoin de les conforter dans une attitude qui les expose à la disgrâce royale ; quant à ceux, bien plus nombreux, qui hésitent encore, il faut les convaincre de franchir le pas. En sollicitant l’adhésion de l’aristocratie, Calvin n’ignore pas qu’il engage le mouvement réformé français sur la voie d’une politisation qu’il sait indispensable. Seules les voix puissantes des membres de la grande noblesse sont en effet susceptibles de se faire entendre à la cour, où la cause des Églises doit être plaidée si l’on veut nourrir un espoir de succès.

  • 2 Émile Clouard, « Le protestantisme en Bretagne au XVIe siècle. Étude historique et critique », Mém (...)
  • 3 À ce sujet, voir le témoignage d’Alvarotti, ambassadeur du duc de Ferrare à la cour de France, rap (...)
  • 4 L’orthographe de son nom est incertaine : on trouve alternativement Macard, Macart et Macar. Nous (...)
  • 5 Macar est né à Craonne, près de Laon, vers 1520. Après avoir suivi les cours de Pierre Ramus au Co (...)
  • 6 Robert Kingdon, Geneva and the coming of the wars of religion in France (1555-1563), Genève, Droz, (...)
  • 7 Étienne Pasquier, Les recherches de la France, op. cit., p. 1673.
  • 8 . À propos de l’affaire de la rue Saint-Jacques, qui eut un retentissement considérable, voir notam (...)
  • 9 . Lettre de Calvin à Andelot, s. l. [Genève], 10 mai (sic) 1558, dans Jules Bonnet (éd.), Lettres d (...)

2Converti de bonne heure, probablement dès 1556, François de Châtillon, seigneur d’Andelot, frère cadet de Coligny et colonel général de l’infanterie française, est une figure de proue de la noblesse réformée. La publicité trop éclatante que son adhésion bruyante au calvinisme confère à l’hérésie, surtout après la campagne d’évangélisation qu’il entreprend lors d’un voyage en Bretagne au printemps 15582, lui attire les foudres du roi Henri II qui, après l’avoir sermonné et tenté sans succès d’obtenir sa rétractation, ordonne, le 19 mai 1558, son emprisonnement, d’abord à Meaux puis au château de Melun3. C’est la première fois que le pouvoir royal ose s’en prendre à un grand seigneur pour cause de religion. Calvin est conscient de l’enjeu que représente la persévérance dans la foi réformée d’un noble de ce rang. S’il résiste à la tentation d’un retour au catholicisme, malgré les affres de la captivité et la pression que le roi ne manquera pas d’exercer sur lui, il servira d’exemple aux indécis et stimulera sans doute de nouvelles adhésions dans les rangs de la noblesse. En revanche, s’il faiblit, le processus de politisation récemment engagé s’en trouvera affecté. Une véritable bataille s’engage alors avec pour enjeu la conscience du prestigieux détenu. Face aux efforts redoublés des catholiques, Calvin s’évertue pendant plusieurs semaines, au fil d’une relation épistolaire suivie, à soutenir la constance et la fermeté de François d’Andelot dans la foi réformée. Il est secondé dans cette tâche par le pasteur Jean Macar4, un compatriote Picard réfugié à Genève en 15485. Envoyé à Paris au tout début de l’année 1558 pour y remplacer Nicolas des Gallars, il y demeure près de neuf mois6, portant la cape et l’épée et se faisant appeler Rancan ou Racam, anagramme de son patronyme, afin de pouvoir agir en toute discrétion7. Au cours de ce séjour, il multiplie d’abord les efforts pour encourager les fidèles à persévérer dans leur foi au mépris du danger. Il rend visite aux prisonniers qui croupissent dans les geôles du Châtelet, incarcérés depuis leur arrestation, dans la nuit du 4 au 5 septembre 1557, à l’occasion d’une grande assemblée réunie clandestinement rue Saint-Jacques afin de célébrer le culte réformé et dénoncée aux autorités par un voisinage malveillant8. Il les exhorte à ne pas renoncer à la Vérité dans l’espoir d’une libération. Mais à partir de la fin du mois de mai 1558, son regard se tourne essentiellement vers Melun. Joignant sa détermination à celle de Calvin, il redouble d’efforts afin de persuader Andelot de résister aux « soufflets de Sathan9 », d’abord avec succès. Mais la déception l’emporte bien vite sur la fierté d’abord ressentie d’avoir soutenu la détermination d’un véritable athlète de la foi évangélique qui finit par céder aux objurgations du roi et de son entourage.

  • 10 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 22 mai 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire (...)
  • 11 Lettre de Bèze à Calvin, Lausanne, 29 mai 1558, dans Correspondance de Théodore de Bèze, recueilli (...)
  • 12 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. [Genève], 10 mai (sic) 1558, op. cit.
  • 13 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 22 mai 1558, op.cit., p. xli.
  • 14 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. [Genève], 10 mai (sic) 1558, op. cit., p. 195.

3La nouvelle de l’arrestation d’Andelot ne tarde pas à parvenir à Genève. Informé par Macar, qui lui écrit de Paris le 22 mai10, et par Théodore de Bèze, qui relaye l’information depuis Lausanne le 29 mai11, Calvin s’empresse d’écrire au captif. Cette première lettre ne peut avoir été rédigée le 10 mai, comme l’indique sans doute par erreur la copie conservée à la Bibliothèque publique et universitaire de Genève, mais plus probablement dans les derniers jours du mois12. Le réformateur genevois est peut-être encouragé par le ton optimiste de Macar, qui paraît confiant dans la capacité du frère de Coligny à demeurer ferme sans ses convictions. Le pasteur rapporte en effet que, lors de sa brève incarcération à Meaux, le prisonnier a écrit à sa femme, Claude de Rieux, une lettre où « il l’exhorte et la console avec beaucoup de courage et se glorifie de pouvoir souffrir pour une cause si juste13 ». Mais cette preuve de détermination ne suffit pas à rassurer totalement Calvin qui imagine sans peine les trésors de rhétorique que les Guise et le roi ne manqueront pas de déployer afin d’obtenir la rétractation d’un personnage aussi important. La lettre du réformateur résonne donc davantage comme un avertissement que comme une exhortation. Elle vise à attiser la conscience d’Andelot, qui doit mesurer la responsabilité que fait peser sur lui le choix de Dieu, qui l’a élu « pour estre tesmoing de sa vérité en lieu où elle avoit esté forclose jusques icy », c’est-à-dire dans les strates les plus élevées de la noblesse de France. Cet honneur, qui lui est fait par le Créateur, a pour contrepartie l’obligation à ne pas le décevoir. « Qu’il vous souvienne, poursuit en effet Calvin, qu’en vous donnant telle magnanimité pour la première poincte, il vous a tant plus obligé a soy de persister constamment, en sorte qu’il y auroit moins d’excuses de reculler que de ne vous estre advancé14. » Le ton est menaçant, le captif doit assumer sa conversion publique, même si cela doit entraîner la ruine de sa vie terrestre. Un célèbre destin de l’Ancien testament doit servir d’exemple, celui « de Moyse lequel pouvant estre grand en la cour d’Égypte préféra l’opprobre de Christ à toutes pompes et délices caduques qui luy eussent esté trop cher vendues, s’il eust esté retenu. » Calvin conclut par une ultime recommandation :

  • 15 Ibid., p. 196.

« Ainsi, Monseigneur, eslevant tous vos sens, aprenez de boucher les aureilles à tous ces soufflets de Sathan qui ne taschent qu’à renverser vostre salut en esbranlant la constance de votre foy. Aprenez de fermer les yeux à toutes distractions qui seroient pour vous divertir, sçachant que ce ne sont qu’autant de tromperies de nostre ennemy mortel15. »

  • 16 Ibid., p. 197.
  • 17 Robert Kingdon, Geneva and the coming…, op. cit., p. 63.
  • 18 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 25 mai 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire (...)

4Le réformateur attend ni plus ni moins de son correspondant qu’il se dispose à endurer le martyre si besoin est, plutôt que de renoncer à la « vraie religion ». « Remettez-vous entre les mains de Celuy auquel vostre vie est prétieuse, ajoute-t-il, et qui a les issues de mort en sa main, attendant ce qu’il luy plaira disposer, comme il le monstrera en temps opportun, à vostre salut16. » Tout semble préférable à la volte-face d’un converti aussi emblématique, car son adhésion n’est pas seulement un exemple pour le reste de la noblesse, elle est aussi une garantie pour les plus humbles, qui se déclareront d’autant plus volontiers en faveur du calvinisme qu’ils seront convaincus de l’inflexible détermination d’une aristocratie réformée puissante à les protéger contre les persécutions17. Selon Macar, qui n’est que trop conscient de l’enjeu, Andelot « doit être recommandé continuellement à Dieu dans nos prières ; car notre cause gagne beaucoup à son courage18 ».

  • 19 Ibid., p. xliv.

5Mais le soutien moral et spirituel de Calvin et des pasteurs parisiens suffira-t-il à fortifier l’âme et la détermination du cadet des frères Châtillon ? Rien n’est moins sûr. Certes, il « persiste avec fermeté19 », écrit encore Macar à Calvin le 25 mai, mais dans la même lettre, le ministre fait appréhender à son correspondant l’issue d’un combat qui demeure incertaine. Le roi et le cardinal de Lorraine, dont le rôle dans l’arrestation du gentilhomme est loin d’avoir été négligeable, sont prêts à tout mettre en œuvre pour ramener l’apostat dans le giron de l’Église catholique. Pour eux aussi, l’enjeu n’est pas seulement religieux. Il s’agit en premier lieu d’une question d’autorité. Dans une lettre adressée au roi immédiatement après son arrestation, Andelot lui fait certes part du « grand malheur et déplaisir » qu’il éprouve d’être tombé dans sa « male grâce ». Mais il n’en réaffirme pas moins son mépris pour les biens terrestres qu’il « abandonne fort voluntiers pour le salut de [son] âme et la gloire de [son] Dieu ». Surtout, une formule tranchante met en lumière un aspect essentiel du problème politique soulevé par la résistance du frère de Coligny à la volonté royale :

  • 20 Lettre d’Andelot à Henri II, s. l., mai 1558, publiée dans Jules Bonnet, « Captivité de d’Andelot, (...)

« Sire, si j’ay fait chose qui vous desplaise, je vous supplie en toute humilité me pardonner, et croire que les cas de l’obéissance que je doibs à Dieu, et de la conscience exceptés, vous ne me commanderez jamais chose en quoy promptement et fidèlement je n’expose mon bien, mon corps et ma vie. […] La perplexité où je suis de vous vouloir satisfaire et rendre le service que je vous doibs, et ne le pouvoir faire en cela avec seureté de ma conscience, me travaille et serre le cueur20. »

  • 21 Hugues Daussy, « Les huguenots entre l’obéissance au roi et l’obéissance à Dieu », in Métaphysique (...)

6C’est toute la question de l’obéissance à un prince qui contraint ses sujets à s’adonner à l’idolâtrie qui est ici posée. Andelot se montre fidèle au principe rappelé par Calvin, selon lequel il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, même si l’ordre que l’on refuse d’exécuter est formulé par le roi de France21. S’il ne réussit pas à faire plier la détermination du détenu, Henri II ne pourra se montrer clément envers lui sans faire preuve d’une faiblesse susceptible d’encourager l’audace d’autres membres de l’aristocratie.

  • 22 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 25 mai 1558, op. cit., p. xliv.
  • 23 Giovanni Dalmatio, agent du cardinal Alexandre Farnèse à Paris, précise bien dans l’une de ses let (...)

7Car l’intention d’Henri II n’est pas de laisser Andelot croupir en prison, non seulement eu égard à ses services passés, mais aussi parce que ses éminentes qualités militaires risquent de faire défaut en cette période de guerre contre l’Espagne. Macar note en effet que la détention du colonel général de l’infanterie française n’est pas sans inconvénient. « Beaucoup de chefs et de soldats s’indignent déjà, écrit-il, et font mine de ne pas vouloir combattre. C’est pourquoi nos ennemis cherchent par mille détours à le détacher de notre cause22. » Devant le refus d’Andelot de se rétracter rapidement, le roi doit néanmoins se résoudre à pourvoir, à titre provisoire, la charge qu’il occupe dans le haut commandement de l’armée royale. C’est Blaise de Monluc qui est finalement choisi par le souverain pour assurer un intérim qui se prolongera jusqu’à la signature du traité du Cateau-Cambrésis23.

  • 24 Lettre de Dalmatio au cardinal Farnèse, Paris, 6 juin 1558, op. cit., p. 329.
  • 25 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 25 mai 1558, op. cit., p. xliv.
  • 26 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 18 juin 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoir (...)
  • 27 Lawrence Stuart Metzger, The protestant Cardinal : Odet de Coligny (1517-1571), Ph. D., Boston Uni (...)
  • 28 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 18 juin 1558, op. cit., p. xlv.
  • 29 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. [Genève], 10 mai (sic) 1558, op. cit., p. 197-198.

8Le 6 juin 1558, Andelot n’a toujours pas cédé. Malgré de multiples tentatives, il a refusé de signer une confession de foi catholique, protestant « qu’il abandonnera plutost la vie persistant à son opinion24 ». Pourtant, aucun moyen de pression n’a été négligé pour faire fléchir sa détermination. Macar rapporte à Calvin qu’on « est même allé trouver sa femme, et quelle n’a pas été sa frayeur quand on lui a dit qu’il n’échapperait pas à la mort s’il persistait, qu’il causerait sa perte à elle et à leurs enfants, qu’elle devait se rendre auprès de lui, tâcher de fléchir son cœur, l’engager à demander pardon au roi et à dissimuler pour quelque temps encore25 ». Le pasteur réformé s’indigne de cette manœuvre, d’autant plus que rien ne prouve qu’il soit réellement entré dans les plans du roi de mettre de telles menaces à exécution. Afin de réconforter Claude de Rieux, il se rend auprès d’elle en compagnie d’Antoine de La Roche Chandieu, un autre pasteur. Sans succès semble-t-il puisque, dans une nouvelle lettre adressée à Calvin le 18 juin, Macar avoue se défier d’elle qui « lui conseille une honteuse défection ». Il la soupçonne d’avoir sciemment caché à son époux une lettre de Calvin afin que la « conscience et le courage » de celui-là « ne fussent pas raffermis par son autorité » et révèle au réformateur genevois la procédure qu’elle a tenu afin de se montrer plus persuasive : « Enceinte et les larmes aux yeux, elle s’est présentée devant son mari et l’a supplié d’avoir pitié de ses enfants. » Mais elle n’est pas la seule, parmi les plus proches parents, à avoir conseillé à François d’Andelot une attitude plus conciliante envers le roi. Son frère aîné, Odet, cardinal de Châtillon, dont les sympathies futures pour le calvinisme ne sont sans doute pas encore clairement conçues, lui a soumis une requête identique26. Il souhaite sans doute protéger son cadet, mais ce sont probablement surtout les intérêts de sa maison contre sa principale rivale, celle de Guise, qu’il entend préserver en mettant un terme à cette situation humiliante27. Ainsi apparaît un nouvel enjeu de nature politique, qui complique encore la tâche de Calvin et de Macar. Mais pour l’heure, Andelot résiste toujours, « Dieu en soit loué », s’exclame le pasteur28. En véritable athlète de la foi, il semble armé de la « constance invincible29 » dont Calvin le souhaitait voir pourvu dans sa première missive.

  • 30 Lettre d’Andelot à Henri II, s. l., mai 1558, op. cit., p. 243.
  • 31 Ou plus probablement de prison perpétuelle, comme le laisse entendre une lettre adressée par Calvi (...)
  • 32 Lettre d’Andelot à l’Église de Paris, Melun, 1er juillet 1558, dans Jules Bonnet, « Captivité de d (...)
  • 33 Théodore de Bèze, Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. 170.
  • 34 Lettre d’Andelot à Macar, Melun, 7 juillet 1558, dans Jules Bonnet, « Captivité de d’Andelot… », a (...)
  • 35 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 11 juillet 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’hist (...)
  • 36 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 26 juillet 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire…, o (...)

9La joie est cependant de courte durée car, au début du mois de juillet, la détermination d’Andelot commence à faiblir. Dès sa première lettre au roi, rédigée immédiatement après son arrestation, il a entrouvert une porte qu’Henri II finit par pousser. En se déclarant prêt à être instruit si d’aventure il a commis une erreur d’interprétation de la « Parolle de Dieu30 », il a laissé entendre qu’un ou plusieurs théologiens pourraient le convaincre de son éventuelle errance spirituelle. Dans une missive qu’il adresse à l’Église de Paris le 1er juillet, le prisonnier annonce que « demain doit arriver le docteur » envoyé pour l’instruire. Il affirme encore espérer que Dieu lui « donne en la bouche de quoy respondre tousjours à l’augmentation de sa gloire », mais il évoque également l’appréhension qu’on lui fait ressentir de « la rigueur qui se conspire et prépare contre » lui et de l’état dans lequel se trouve sa « femme prochaine d’accoucher ». Il semble envisager une évasion, seule voie susceptible de lui permettre de la rejoindre et d’échapper à la sentence peut-être capitale31 qu’on semble lui avoir fait redouter32. Il en choisit finalement une autre, après s’être entretenu deux jours durant avec un docteur de la Sorbonne nommé Ruzé, « homme stilé à la courtisane et à la Sorbonnique » d’après Bèze33, comme il le laisse entendre à demi-mot dans une lettre adressée à Macar le 7 juillet34. Ce dernier laisse éclater sa déception dans plusieurs des missives qu’il expédie à Calvin dans les jours qui suivent. « Est-ce là celui dont nous nous glorifions, et faut-il que ce soit en lui que Dieu nous humilie ? », gémit-il dès le 11 juillet35. Quelques jours plus tard, il se lamente à nouveau de cette « défection aussi inattendue » et en vient presque à regretter la conversion d’Andelot au calvinisme, qui ne s’avère finalement pas aussi absolue qu’il l’avait espéré : « Plût à Dieu qu’il se fût tu, nous ne subirions pas maintenant les conséquences de notre fausse joie, et nous ne nous serions pas tout à coup découragés36. »

  • 37 Théodore de Bèze, Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. 170.
  • 38 Lawrence Stuart Metzger, The protestant Cardinal…, op. cit., p. 62-63.
  • 39 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 17 août 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire…, op. (...)
  • 40 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 26 juillet 1558, op. cit., p. xlix.
  • 41 Lettre de Macar à Andelot, s. l. [Paris], 9 juillet 1558, dans « Captivité de d’Andelot… », art. c (...)
  • 42 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 17 août 1558, op. cit., p. li.
  • 43 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. n. d. [Genève, fin du mois de juillet 1558], dans Jules Bonnet ( (...)

10Qu’a donc fait Andelot pour susciter un tel désespoir ? Il a tout simplement promis d’entendre une messe, « sans autre abjuration verbale » d’après Théodore de Bèze37. Probablement sous l’influence de son frère Odet, qui lui a peut-être soufflé cette solution38, il a sans doute pensé faire là une concession minimale, susceptible de réconcilier à peu de frais la déférence qu’il doit au roi et l’obéissance qu’il doit à Dieu, trouvant ainsi un « moyen de plaire au monde sans déplaire à Dieu39 ». Calvin et Macar ne partagent pas cette vision des choses, car il ne peut être question de demi-mesure en matière de foi. Selon les dires du pasteur, « si la crainte de la mort ne l’avait point embarrassé, et si les richesses et la fortune ne l’avaient pas tiré dans leurs lacets, il ne se serait pas ainsi réconcilié avec les superstitions40 ». Andelot, glorifié il y a peu, est désormais accablé sous les reproches. Macar considère que cette affaire « tourne au déshonneur de Dieu et au grand scandale de son Église41 ». Il lui fait même de sévères remontrances de vive voix la veille de sa libération, qui intervient finalement le 17 août42. Mais c’est Calvin qui fait preuve de la plus grande dureté. Accusé d’avoir « préféré les hommes à Dieu, et pour gratiffier une créature mortelle [d’] avoir oublié Celuy qui nous a formez, qui nous maintient, qui nous a rachetez par la mort de son Filz unique, et lequel nous a faits participans de son royaume43 ».

  • 44 Lettre de Macar à Andelot, s. l. [Paris], 9 juillet 1558, dans Jules Bonnet, « Captivité de d’Ande (...)
  • 45 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. n. d. [Genève, fin du mois de juillet 1558], op. cit., p. 221.
  • 46 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 26 août 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire…, op. (...)

11Surtout, ce sont les conséquences politiques et religieuses de son geste que Calvin et Macar ne manquent pas de faire regretter à François d’Andelot. L’enjeu était important et les retombées de la défaite en sont d’autant plus lourdes. Les « ennemys de l’Evangile n’ont pas laissé de faire leur triomphe et de sonner partout qu’ils ont bonne espérance de vous ranger bientôt44 », déplore Macar. Le réformateur genevois est encore plus explicite : « Vous savez combien de povres âmes débiles ont esté troublées d’un tel scandale, et combien de gens pourront prendre pied à vostre exemple », lui remontre-t-il45. Si la constance d’un si grand personnage peut être un puissant aiguillon pour inciter les humbles à la persévérance, sa défection peut s’avérer catastrophique pour la fermeté des âmes en proie au doute. Même dans les plus hautes strates de la société, son renoncement peut être utilisé comme une arme contre la religion réformée. Macar rapporte à Calvin l’usage qu’en fait le mari de Madame de Rantigny, qui a « juré qu’il ne mettrait plus le pied dans sa maison avant qu’elle lui promit d’aller à la messe. À cet effet, il lui a cité l’exemple de d’Andelot46 ».

  • 47 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. n. d. [Genève, fin du mois de juillet 1558], op. cit., p. 221-22 (...)
  • 48 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 17 août 1558, op. cit., p. li.
  • 49 Théodore de Bèze, Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. 170.-171.

12Mais le préjudice porté par l’attitude de François d’Andelot pourrait être encore bien plus grave si, non content d’avoir entendu une messe, il venait de surcroît à abjurer la religion réformée pour revenir dans le giron de l’Église catholique. Macar et Calvin doublent par conséquent leurs reproches de fortes exhortations à ne pas se laisser circonvenir une nouvelle fois par un entourage pervers. « Vous n’ignorez pas, lui écrit le réformateur genevois, à quoy ont pretendu ceulx qui ont arraché de vous d’estre présent à leurs idolâtries. C’est de vous faire quicter la confession en laquelle ils se sentoient blessés, et abolir la louange de la vertu et constance que Dieu vous avoit donnée, mesme la convertir tout au rebours, comme si c’eust esté une bouffée de vent47. » Et pour le soustraire à toute mauvaise influence, Macar l’engage vivement « à ne pas prêter l’oreille à son frère le rouge [le cardinal de Châtillon], ou a son Eve [sa femme]48 ». Andelot ne devait plus faiblir. Pendant tout le reste de son existence, passé à combattre pour le triomphe de la religion réformée, il a reconnu, selon Théodore de Bèze, « avoir fait par grande infirmité, qu’il a tousiours condamnée jusques à la mort, et amendée par tous les effects qu’il est possible de desirer49 ».

13L’ampleur du combat qui s’est déroulé autour de l’engagement religieux de François d’Andelot permet de mesurer l’importance capitale jouée, à la charnière des décennies 1550 et 1560, par la grande noblesse dans l’expansion apparemment aussi soudaine que spectaculaire du calvinisme dans le royaume de France. L’exemple donné par quelques grands seigneurs, parmi lesquels les frères Châtillon tenaient l’un des premiers rangs, s’est avéré un puissant moteur pour l’adhésion d’une bonne partie de la noblesse tentée par la religion de Calvin. À tout le moins, c’est ainsi que le ressentaient les pasteurs qui œuvraient sans relâche à la conversion de ces aristocrates qui offraient au calvinisme la surface politique dont il avait besoin pour faire entendre sa voix à la cour. L’angoisse que traduisent les lettres de Macar et du réformateur genevois prouvent également que ce mouvement d’adhésion nobiliaire, qui semble a posteriori avoir été irrésistible, ne fut possible que grâce à une pression de tous les instants, exercée par voie épistolaire ou plus directement par Calvin et ses pasteurs issus, pour certains d’entre eux, des rangs de cette aristocratie appelée à devenir l’un des piliers de la Réforme protestante française.

Notes

1 Lettre de Calvin à la marquise de Rothelin, s. l., 5 janvier 1558, dans Jules Bonnet (éd.), Lettres de Jean Calvin. Lettres françaises, t. II, Paris, Librairie de Ch. Meyrueis et compagnie, 1854, p. 180.

2 Émile Clouard, « Le protestantisme en Bretagne au XVIe siècle. Étude historique et critique », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. XVIII (1936), p. 58-62, et Benjamin Vaugiraud, Essai sur l’histoire des Églises réformées de Bretagne (1535-1808), t. I, Paris, J. Cherbuliez, 1870, p. 10-14.

3 À ce sujet, voir le témoignage d’Alvarotti, ambassadeur du duc de Ferrare à la cour de France, rapporté par Lucien Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, Paris, Perrin, 1913, p. 282, le récit rapporté par Théodore de Bèze, Histoire ecclésiastique des Églises réformées au royaume de France, G. Baum et E. Cunitz (éd.), t. I, Paris, Fischbacher, 1883, p. 168-170, et celui de Pierre de La Place, Commentaires de l’estat de la religion et république soubs les rois Henry et François seconds et Charles neufieme, s. l., 1565, p. 13 et 13 v°.

4 L’orthographe de son nom est incertaine : on trouve alternativement Macard, Macart et Macar. Nous avons adopté la forme la plus fréquemment usitée dans les documents originaux.

5 Macar est né à Craonne, près de Laon, vers 1520. Après avoir suivi les cours de Pierre Ramus au Collège de Presle, il a gagné Genève en 1548. Il a su s’acquérir l’estime et l’amitié de Calvin, dont il a épousé l’une des nièces avant d’accéder au ministère pastoral en 1556. On dispose de très peu d’informations de première main sur la vie de Jean Macar. Seul Étienne Pasquier évoque très brièvement son parcours dans ses Recherches de la France. Étienne Pasquier, Les recherches de la France, édition critique sous la direction de Marie-Madeleine Fragonard et François Roudaut, t. III, Paris, Champion, 1996, p. 1673. Voir également les données complémentaires apportées par O. Douen, « La Réforme en Picardie depuis les premiers temps jusqu’à nos jours, particulièrement dans le Vermandois, la Thiérache, le Laonnais, le Noyonnais et le Soissonnais, formant aujourd’hui le département de l’Aisne (1525-1853) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, t. VIII (1859), p. 397. Sur l’action de Macar à Genève, où il mourut de la peste en 1560, voir Jean-Pierre Gaberel, Histoire de l’Église de Genève depuis le commencement de la réformation jusqu’à nos jours, Genève, J. Cherbuliez ; Paris, Jullien Frères, 1858, p. 454-459, et les Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève au temps de Calvin, t. II (1553-1564), Robert Kingdon (éd.) avec la collaboration de Jean-François Bergier et Alain Dufour, Genève, Droz, 1962, p. 67, 78, 92 et 93.

6 Robert Kingdon, Geneva and the coming of the wars of religion in France (1555-1563), Genève, Droz, 1956, reprint Genève, Droz, 2007, p. 61-64, et Registres de la Compagnie des pasteurs…, op. cit., p. 80 et 82, où l’on apprend que Macar a quitté Genève pour Paris le 1er janvier 1558 et y a été rappelé le 15 septembre de la même année.

7 Étienne Pasquier, Les recherches de la France, op. cit., p. 1673.

8 . À propos de l’affaire de la rue Saint-Jacques, qui eut un retentissement considérable, voir notamment Nathanael Weiss, « Épisodes de la Réforme à Paris. L’assemblée de la rue Saint-Jacques (4-5 septembre 1557) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, t. LXV (1916), p. 195-235. Son ton apologétique n’empêche pas cet article de demeurer l’étude la plus complète sur le sujet.

9 . Lettre de Calvin à Andelot, s. l. [Genève], 10 mai (sic) 1558, dans Jules Bonnet (éd.), Lettres de Jean Calvin. Lettres françaises, op. cit., p. 196.

10 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 22 mai 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire de l’Église réformée de Paris, d’après des documents en grande partie inédits, Paris, Aux librairies protestantes ; Strasbourg, chez Treuttel et Wurtz, 1862, p. xxxvii-xli.

11 Lettre de Bèze à Calvin, Lausanne, 29 mai 1558, dans Correspondance de Théodore de Bèze, recueillie par Hippolyte Aubert, publiée par Fernand Aubert, Henri Meylan et Alain Dufour, t. II (1556-1558), Genève, Droz, 1962, p. 194-195.

12 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. [Genève], 10 mai (sic) 1558, op. cit.

13 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 22 mai 1558, op.cit., p. xli.

14 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. [Genève], 10 mai (sic) 1558, op. cit., p. 195.

15 Ibid., p. 196.

16 Ibid., p. 197.

17 Robert Kingdon, Geneva and the coming…, op. cit., p. 63.

18 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 25 mai 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire…, op. cit., p. xliv.

19 Ibid., p. xliv.

20 Lettre d’Andelot à Henri II, s. l., mai 1558, publiée dans Jules Bonnet, « Captivité de d’Andelot, frère de l’Amiral Coligny, à Melun, 1558 », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, t. III (1854), p. 243-245.

21 Hugues Daussy, « Les huguenots entre l’obéissance au roi et l’obéissance à Dieu », in Métaphysique et politique de l’obéissance dans la France du XVIe siècle, numéro spécial de la Nouvelle Revue du XVIe siècle, no 1/2004, p. 50-52.

22 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 25 mai 1558, op. cit., p. xliv.

23 Giovanni Dalmatio, agent du cardinal Alexandre Farnèse à Paris, précise bien dans l’une de ses lettres que Monluc ne s’est vu confier cette charge que « par provision » et avec l’accord d’Andelot luimême. Lettre de Dalmatio au cardinal Farnèse, Paris, 6 juin 1558, dans Lucien Romier, « Lettres de Giovanni Dalmatio au cardinal Farnèse (1558-1559) », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. LXXI (1910), p. 329. On trouve ainsi Monluc payé en qualité de colonel général de l’infanterie française du 1er juin 1558 jusqu’à la paix du Cateau-Cambrésis signée le 3 avril 1559. Le Chevalier de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français, depuis le onzième siècle jusqu’en 1823, Paris, chez Arthus Bertrand, 1823, p. 481. Dans ses Commentaires, Monluc fait état de la réticence qu’il a d’abord manifestée à « exercer la charge d’autruy » avant de céder finalement face à la double insistance du roi et d’Andelot lui-même. Blaise de Monluc, Commentaires (1521-1576), édition critique établie et annotée par Paul Courteault, Paris, Gallimard, 1964, p. 424.

24 Lettre de Dalmatio au cardinal Farnèse, Paris, 6 juin 1558, op. cit., p. 329.

25 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 25 mai 1558, op. cit., p. xliv.

26 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 18 juin 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire…, op. cit., p. xlv.

27 Lawrence Stuart Metzger, The protestant Cardinal : Odet de Coligny (1517-1571), Ph. D., Boston University, 1979, p. 62.

28 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 18 juin 1558, op. cit., p. xlv.

29 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. [Genève], 10 mai (sic) 1558, op. cit., p. 197-198.

30 Lettre d’Andelot à Henri II, s. l., mai 1558, op. cit., p. 243.

31 Ou plus probablement de prison perpétuelle, comme le laisse entendre une lettre adressée par Calvin à Galéas Caraccioli, marquis de Vico, le 19 juillet 1558, dans Jules Bonnet (éd.), Lettres de Jean Calvin. Lettres françaises, op. cit., p. 214.

32 Lettre d’Andelot à l’Église de Paris, Melun, 1er juillet 1558, dans Jules Bonnet, « Captivité de d’Andelot… », art. cit., p. 245-246.

33 Théodore de Bèze, Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. 170.

34 Lettre d’Andelot à Macar, Melun, 7 juillet 1558, dans Jules Bonnet, « Captivité de d’Andelot… », art. cit., p. 247.

35 Lettre de Macar à Calvin, s. l. [Paris], 11 juillet 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire…, op. cit., p. xlviii.

36 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 26 juillet 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire…, op. cit., p. xlix.

37 Théodore de Bèze, Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. 170.

38 Lawrence Stuart Metzger, The protestant Cardinal…, op. cit., p. 62-63.

39 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 17 août 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire…, op. cit., p. li.

40 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 26 juillet 1558, op. cit., p. xlix.

41 Lettre de Macar à Andelot, s. l. [Paris], 9 juillet 1558, dans « Captivité de d’Andelot… », art. cit., p. 248.

42 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 17 août 1558, op. cit., p. li.

43 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. n. d. [Genève, fin du mois de juillet 1558], dans Jules Bonnet (éd.), Lettres de Jean Calvin. Lettres françaises, op. cit., p. 221.

44 Lettre de Macar à Andelot, s. l. [Paris], 9 juillet 1558, dans Jules Bonnet, « Captivité de d’Andelot… », art. cit., p. 248.

45 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. n. d. [Genève, fin du mois de juillet 1558], op. cit., p. 221.

46 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 26 août 1558, dans Athanase Coquerel, Précis de l’histoire…, op. cit., p. liii-liv.

47 Lettre de Calvin à Andelot, s. l. n. d. [Genève, fin du mois de juillet 1558], op. cit., p. 221-222.

48 Lettre de Macar à Calvin, Paris, 17 août 1558, op. cit., p. li.

49 Théodore de Bèze, Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. 170.-171.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540