Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Deuxième sous-partie. Les réseaux catholiques

L’ACJF de l’Orne : déboires, renaissances et renouvellements (1886-1939)

Emmanuel Poisson

Texte intégral

1L’histoire de l’ACJF de l’Orne est comparable à un parcours fait de sursauts heureux et de soubresauts malheureux. Chaque période de son évolution, influencée par le contexte local ou général, correspond à un dynamisme communicatif ou, au contraire, à une apathie plus ou moins profonde. Dans ces conditions, il est intéressant d’évaluer et de caractériser, sur une longue période, les lignes de fracture, la diffusion des idées de l’ACJF, leurs applications parmi les jeunes catholiques ou, plus simplement, de décrire l’itinéraire de jeunes militants chrétiens.

Une association de jeunesse parmi d’autres

  • 1 G. Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe sièc (...)
  • 2 Il est l’un des pionniers du catholicisme social en France.
  • 3 En 1885, le préfet de l’Orne a refusé la démission de Mgr Trégaro qui souhaitait vivement retrouve (...)
  • 4 E. Poisson, « L’ACJF dans l’Orne au tournant des XIXe et XXe siècles », dans B. Waché (dir.), Mili (...)
  • 5 . À propos des patronages normands créés à la fin du XIXe siècle, Nadine-Josette Chaline écrit que (...)

2Le premier groupe, l’Union Saint Michel de Sées, est reçu à l’automne 1886, année de la fondation du mouvement1. Mgr Trégaro, évêque de Séez, lui accorde sa bénédiction, tandis que Léon Harmel2, pour marquer l’événement, préside la cérémonie. Quelques mois plus tard, un second groupe est créé à Alençon. Ceci étant, l’arrivée de l’ACJF survient dans un contexte local particulier. Les conflits sont fréquents entre la hiérarchie diocésaine, épaulée par une élite laïque catholique fervente, et le préfet soutenu par des milieux républicains combatifs3. La Préfecture surveille chaque association confessionnelle et tente de limiter leur influence4. Surtout, l’évêché manifeste un certain désintérêt pour ce nouveau type d’œuvres5 si bien que les groupes d’ACJF disparaissent après quelques mois d’activité. Jusqu’en 1906, l’ACJF est absente de l’Orne alors que des groupes émergent dans les départements voisins. Pourtant, depuis l’arrivée d’Henri Bazire à la présidence, en 1899, l’objectif est d’étendre l’action de l’œuvre en milieu rural. L’Orne est une cible toute désignée.

  • 6 En 1900, les dirigeants des Philippins de Rouen, œuvre de jeunesse importante et influente, fonden (...)
  • 7 . Les dirigeants de l’UPJCN et de La Source, issus pour la plupart des Philippins, sont largement i (...)

3Seulement, le terrain est occupé par l’Union provinciale de la Jeunesse catholique normande (UPJCN), et le diocèse de Séez, très en retard sur le développement des œuvres, lui accorde sa confiance6. Dès sa nomination en 1897, Mgr Bardel relance la question des œuvres de jeunesse. Cependant, leur organisation dépend entièrement de la bonne volonté des curés de paroisse. En ce début de XXe siècle, leur nombre n’atteint pas dix. L’Union provinciale comble opportunément un vide et, face à son dynamisme, l’ACJF n’a pas sa place. Elle l’a d’autant moins que, lors du deuxième congrès régional de l’Union, en 1904, à Flers, les congressistes refusent l’adhésion à l’ACJF, alors que des représentants nationaux, invités, assistent aux débats !7 Quoi qu’il en soit, l’action de l’UPJCN convainc la hiérarchie diocésaine d’organiser des œuvres de jeunesse. En 1904, le diocèse compte neuf groupements de jeunes ; deux ans plus tard, ils sont une trentaine. Lors de la retraite annuelle des prêtres, en 1905, Mgr Bardel affirme le besoin de développer les groupes de jeunes et, en particulier, les cercles d’études.

  • 8 E. Poisson, « L’ACJF dans l’Orne au tournant des XIXe et XXe siècles », op. cit., p. 49-50.

4Toutefois, l’Union provinciale suscite des méfiances entre les différentes parties (diocèses, dirigeants de groupes, fondateurs, Bas et Hauts Normands…). De plus, l’évêque de Séez se méfie d’un mouvement de jeunesse qui n’est pas dévoué tout entier à l’Église8. En septembre 1905, lors du troisième congrès régional de l’UPJCN, à Évreux, les discussions autour des futurs statuts échouent et condamnent l’Union. Le terrain est de nouveau libre pour l’ACJF. Toutefois, le bilan de cette expérience originale est loin d’être négatif. Elle a permis d’éveiller de nombreux prêtres ainsi que des jeunes à l’importance des œuvres et aux principes du catholicisme social. Il faut garder à l’esprit que La Source et l’UPJCN avaient des méthodes de travail et des préoccupations en matière d’action sociale, analogues à celles de l’ACJF : enquêtes, causeries avec l’aumônier, commentaires de l’actualité… De ce point de vue, elles lui ont ouvert la voie.

Une implantation dynamique sous la bénédiction de Mgr Bardel

  • 9 À partir de septembre 1905, lors d’un grand congrès annuel, Mgr Bardel réunit l’ensemble de son cl (...)

5Suite à l’échec de l’UPJCN, Mgr Bardel prend lui-même en charge l’organisation des œuvres de jeunesse. Il conçoit des statuts types afin de faciliter les fondations et propose comme thème de réflexion, lors des premiers congrès diocésains9, la constitution et l’animation des patronages et groupes de jeunes. Au grand séminaire de Sées, il impose des cours consacrés aux œuvres de jeunes. En fait, l’évêque accorde sa pleine confiance à l’ACJF. À la différence de l’UPJCN, le mouvement d’Albert de Mun présente des arguments qui séduisent Mgr Bardel. Il est entièrement dévoué à la cause de l’Église et ses militants sont des auxiliaires zélés des prêtres. Son organisation diocésaine permet un meilleur contrôle et une action plus proche du terrain. L’ACJF a également l’ambition de former une élite catholique et ce critère retient l’attention de l’évêque. Ce dernier, enfin, envisage de multiplier les œuvres agricoles (mutuelles et syndicats). Or, l’ACJF peut être, en la matière, un puissant catalyseur.

  • 10 Ce congrès est aussi l’occasion d’organiser l’Union diocésaine de la Jeunesse catholique de l’Orne

6Ces circonstances expliquent la place essentielle accordée à l’Association, lors des congrès diocésains d’avant-guerre ainsi que son développement rapide. Entre 1906 et 1909, 14 groupes, rassemblant 200 militants environ, sont créés et reçus. À l’été 1906, la section Notre-Dame d’Alençon renaît sous l’impulsion du futur président diocésain, Émile Maréchal. Un an plus tard, se tient le premier congrès interdiocésain (Laval, Le Mans et Séez), sous la présidence de Mgr Bardel et de Jean Lerolle ; 300 jeunes y participent. En août 1908, le premier congrès départemental, à Flers, est l’occasion de dresser un bilan optimiste10 : 8 groupes sont officiellement reçus (soit presque 150 jeunes) ; 9 sont en attente d’affiliation et 5 Avant-gardes préparent les plus jeunes à entrer dans l’ACJF. Entre 350 et 400 jeunes sont touchés par l’Association. La moitié des groupes est localisée dans le Bocage, autrement dit la partie la plus pratiquante de l’Orne. Le plus notable reste l’ancrage rural de ces sections.

  • 11 Ces retraites devaient fortifier les âmes des appelés afin qu’ils puissent affronter les dangers d (...)

7Cependant, ce recrutement dynamique cache des faiblesses en matière de formation. En 1909, Jean Vallée, dirigeant alençonnais, brosse un portrait peu flatteur des activités intellectuelles des militants. L’étude n’est pas assez pratiquée ; Les Annales et La Jeune Normandie (le bulletin régional de l’ACJF) sont peu lues ; les groupes n’ont pas recours aux enquêtes et aux questionnaires. En revanche, sur le plan religieux, l’ACJF, plus exigeante que l’UPJCN, s’efforce d’étendre les retraites de conscrits destinées aux jeunes partant au service militaire11 et développe la communion perpétuelle chez les jeunes. Sur le terrain, les premiers groupes se frottent à la société et transforment le discours d’action sociale en réalisations concrètes. En 1907, les militants de Flers entretiennent une popote où les enfants des grévistes des usines textiles viennent déjeuner. Quelques mois plus tard, ils ouvrent une garderie de vacances, mais échouent sur la création d’un syndicat de mineurs. Ceux de Vimoutiers fondent une mutualité scolaire.

  • 12 En janvier 1908, ces syndicats et ces mutuelles se regroupent au sein de la Fédération agricole de (...)

8Les initiatives les plus fécondes et les plus durables sont prises dans l’agriculture. L’ACJF de l’Orne applique les consignes du congrès d’Angers (1908) consacré à la question agraire. Elle exécute aussi les vœux des différents congrès diocésains. En effet, Mgr Bardel veut multiplier les œuvres agricoles – il s’agit d’une priorité – et lui confie une partie de cette tâche. En 1907, l’abbé François, secrétaire général de la puissante Fédération agricole du Nord, vient expliquer aux jeunes militants et à leurs aumôniers ce qu’est le syndicalisme agricole d’inspiration chrétienne. Un an après, le groupe de Tanville participe à la création d’une coopérative laitière. Puis, l’évêque confie officiellement à un jeune aumônier d’ACJF, l’abbé Onfray, la charge de fonder, dans tout le diocèse, syndicats et mutuelles agricoles. En 1914, ce dernier et quelques militants locaux – lorsqu’ils étaient présents – sont à l’origine d’une vingtaine d’organisations12.

Une après-guerre douloureuse

  • 13 Lettre de l’abbé Lesieur à Émile Halbout, 15 mars 1928, Fonds Halbout, Archives du Pays de Flers ( (...)
  • 14 L. Baron, Pendant la grande guerre. Âmes de jeunes normands, Éd. Toutain, 1921.
  • 15 La Fédération reçoit la bénédiction de Mgr Bardel le 4 octobre 1921. Elle regroupe l’Union diocésa (...)
  • 16 Bulletin de la Fédération des Jeunes catholiques de l’Orne, no 1, oct. 1921.

9En raison de sa jeunesse, l’ACJF de l’Orne demeure un édifice fragile. En 1928, un prêtre témoigne ainsi : « J’ai beaucoup connu l’ACJF en 1912, 13, 14. La campagne entreprise à cette époque dans notre région […] donna bien des résultats pratiques. Malheureusement, elle fut arrêtée par la guerre avant d’avoir donné tous ses fruits.13 » Le souvenir mortifère des combats imprègne aussi les esprits des jeunes catholiques14. En 1921, les œuvres de jeunesse redeviennent une préoccupation majeure de l’évêché. Un nouveau règlement diocésain est à l’étude. L’abbé Boudon, nommé directeur et aumônier diocésain des œuvres de jeunesse, est chargé de soulever les enthousiasmes au sein d’une Fédération des Jeunes catholiques de l’Orne. Parrainée par de grands catholiques du cru, elle regroupe sous une direction commune, l’ensemble des organisations de jeunesse (patro, cercles, sociétés de chant, groupes sportifs…)15. Dans le premier numéro du Bulletin de la Fédération des Jeunes catholiques de l’Orne, l’abbé Boudon se veut mobilisateur : « À vous jeunes gens de répandre la lumière, à vous de parler comme parle l’Église : chez vous, dans le fond de vos villages […] partout, à vous, jeunes catholiques, d’éclairer, à vous de faire l’opinion ! […] En avant, donc, et la tête haute, convaincus qu’il n’est pas de gloire semblable à celle de Jésus-Christ16. »

10L’aumônier parcourt le diocèse à la rencontre des jeunes catholiques, canalise les énergies et assoit sa position de directeur. Il invite également les groupes de jeunes à se faire connaître au plus vite. Or, ceux-ci reprennent leurs activités sans en référer aussitôt à l’évêché. En fait, prêtres et jeunes relancent, chacun de leur côté, le patronage ou le cercle d’études auquel ils appartenaient en 1914. De 1921 à 1923, ce mouvement bénéficie, ponctuellement, au renouvellement de l’ACJF. C’est notamment le cas des groupes alençonnais ou de celui de Carrouges. Il y a aussi des créations, comme à Joué-du-Bois ou Saint-Martin-l’Aiguillon, simples villages du Bocage.

  • 17 Celui de La Ferté-Macé, parmi les plus dynamiques avant la guerre, n’est définitivement reconstitu (...)
  • 18 Fin 1923, seuls les trois groupes d’Alençon sont en règle.
  • 19 L’UAO succède à la Fédération agricole de l’Orne après la guerre. Jean de l’Escaille, secrétaire d (...)

11Les responsables régionaux (Joseph Beslier et l’abbé Lénauld) effectuent une tournée de recrutement en Basse-Normandie. Le 21 mai 1922, ils président le congrès de Domfront qui doit être celui de la renaissance de l’ACJF dans l’Orne. Mais, les résultats sont décevants malgré la présence de 400 jeunes. Début octobre, le conseil diocésain de l’Association se réunit pour la première fois depuis 1914. Tous les dirigeants de groupes de jeunesse quels qu’ils soient sont invités à désigner la nouvelle direction. Amère, l’assemblée constate que plusieurs groupes n’ont pu se reconstituer17 et que les groupes se réclamant de l’ACJF ne sont même pas affiliés18. René Normand, du groupe Saint Léonard d’Alençon, est élu président et se voit confier la lourde mission de remettre l’ACJF en ordre de marche : régulariser les affiliations, veiller au retour des enquêtes, assurer la communication entre les groupes, reconstituer les finances, établir une cohésion d’action… Une année plus tard, beaucoup reste à faire. Seules les trois sections d’Alençon sont en règle et aucun groupe ne participe aux élections du comité régional, à Caen. En revanche, certaines sections participent activement aux enquêtes, notamment sur le repos dominical, et les dirigeants diocésains unissent leurs efforts à ceux de l’Union agricole de l’Orne19 pour organiser chaque année une Semaine rurale et pour mettre en place un secrétariat social.

  • 20 Pour le contexte général, voir, entre autres, G. Cholvy et Y.-M. Hilaire, Histoire religieuse de l (...)
  • 21 E. Poisson, « Les débuts de la Ligue de défense patriotique religieuse et sociale », Forces sociop (...)
  • 22 En décembre 1925, la LDPRS revendique 8364 membres cotisants répartis dans 125 sections communales (...)
  • 23 Semaine catholique du diocèse de Séez, 30 mai 1924.
  • 24 Il est un dirigeant historique de l’ACJF de l’Orne.
  • 25 La majorité de ces groupes se situe dans la moitié ouest du diocèse, la partie la plus pratiquante (...)
  • 26 Notes de travail sur le conseil diocésain du 11 oct. 1927, Fonds Halbout, APF.
  • 27 Lettre d’Émile Halbout à l’abbé Boudon, 10 déc. 1927, ibid.

12L’Association connaît un relatif regain d’activité quand, en 1924, le Cartel des gauches fraîchement élu relance une politique anticléricale20. Mgr Bardel conduit la constitution de groupes de défense catholique, bientôt affiliés à la Fédération nationale catholique21. Entre autres, il charge l’ACJF de fournir, localement, les impulsions nécessaires à la constitution d’unions paroissiales ou cantonales. L’abbé Boudon et René Normand lancent plusieurs appels aux jeunes catholiques afin de les mobiliser contre les projets du cabinet Herriot. L’ACJF devient l’un des moteurs de la constitution de l’Union catholique de l’Orne, rapidement rebaptisée Ligue de Défense patriotique religieuse et sociale de l’Orne (LDPRS)22, et organise les premières grandes conférences catholiques de l’automne 1924. Seulement, cet investissement se fait au détriment de la réorganisation finale du mouvement. Les objectifs d’octobre 1922 passent, en partie, au second plan. De fait, l’ACJF perd de son attrait, un mouvement de jeunesse dirigé par des jeunes pour des jeunes et présente l’image d’une organisation destinée à fournir les futurs cadres de la LDPRS. En outre, Mgr Bardel désire une certaine dépendance de l’ACJF envers la Ligue. En mai 1924, l’abbé Boudon est désigné directeur diocésain des œuvres d’hommes et de jeunes gens. Les œuvres sont « organisées et réalisées selon un plan voulu » et « se hiérarchisent23 ». René Normand envisage même une direction commune. Dès juillet 1925, les deux mouvements partagent un bulletin mensuel identique, Le Trait d’union. Cependant, les articles consacrés à l’ACJF et destinés à un public d’adolescents et de jeunes adultes y sont peu attrayants. Les congrès diocésains de cette époque sont autant d’aveux de dysfonctionnements. Les dirigeants constatent l’apathie des groupes et leurs négligences. En septembre 1925, Joseph Goyet24, vice-président départemental, note que les militants participent à la vie de leur paroisse et distribuent la presse catholique. Mais il rappelle à l’ordre les trop nombreuses sections qui ne répondent pas aux enquêtes, ne sont plus abonnées aux Annales ou ne l’étudient pas, n’ont pas désigné de correspondant chargé de la liaison avec le comité diocésain et ne perçoivent plus les cotisations. Il s’avère que l’activité de l’ACJF est portée par quelques militants convaincus et cinq groupes, notamment ceux d’Alençon. Ceci étant, le nombre des sections et des membres augmentent sensiblement car Mgr Pasquet, successeur de Mgr Bardel en 1926, demande à tous les patronages d’ouvrir un cercle d’études affilié à l’ACJF. En décembre 1926, il existe 18 groupes ; un an plus tard, ils sont 21 regroupant 181 membres cotisants25. Le jour de son élection, en remplacement de René Normand, Émile Halbout se rend à l’évidence : « On sait que le nombre de groupe est de 21 – mais on n’a pas exactement leurs noms26 … » Plus tard, il déplore, à propos de comptes-rendus d’activité : « … nous ne pouvons mettre en avant dans le Bulletin [diocésain des œuvres d’hommes et de jeunes gens] des groupes qui n’ont pas abouti à des réalisations pratiques ou qui ne marchent qu’à moitié. Ça déconsidère un peu l’Association, lorsqu’on voit dans le Bulletin de novembre [1927] que cinq groupes seulement ont pris part au concours diocésain… (et que certaines copies fourmillaient d’erreurs théologiques !)27 ».

Émile Halbout, l’incarnation d’un renouveau au service de la spécialisation

13Plus que tout autre dirigeant diocésain, Émile Halbout a marqué durablement la vie de l’ACJF. Président de 1927 à 1942, il a la charge de mener à bien plusieurs chantiers de taille : relancer le mouvement dans le diocèse, créer un journal attractif destiné aux jeunes catholiques et donner l’impulsion aux nouvelles formes d’apostolat que sont les mouvements spécialisés. Issu d’une famille religieuse et pratiquante, Émile Halbout fréquente dès son enfance – il est né en 1905 – les organisations catholiques de la région de Flers. Au début des années 1920, séduit par les idées du catholicisme social, il s’inscrit à l’ACJF. Les raisons immédiates de son élection à la présidence nous restent mystérieuses. Jusqu’à son arrivée, l’usage voulait qu’un des vice-présidents succède au président sortant. Or, l’impétrant n’appartient pas au comité de direction ; il est tout au plus président de l’important patronage de sa paroisse. Il semble que Mgr Pasquet et l’aumônier diocésain aient voulu marquer une rupture. Fin 1927, René Normand, atteint par la limite d’âge, doit être remplacé. L’abbé Boudon suggère Émile Halbout pour prendre la tête de l’Association. À l’été 1927, deux mois avant l’élection, les deux hommes en discutent déjà.

  • 28 G. Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe sièc (...)
  • 29 Sont (ré)élus : Édouard Mars, Joseph Goyet et Henri Milcent (Aube), vice-présidents, Louis Tréhard (...)
  • 30 Brouillon du discours du 11 octobre 1927, Fonds Halbout, APF. Édouard Mars et Joseph Goyet sont vi (...)

14Il faut garder à l’esprit que son élection intervient à un moment particulier. La Jeunesse catholique traverse une période d’apathie à laquelle l’évêché espère enfin mettre un terme. Surtout, l’ACJF accompagne une mutation historique des œuvres de jeunesse, l’organisation progressive des mouvements spécialisés28. Les raisons du choix d’Émile Halbout se trouvent assurément ici. L’abbé Boudon connaît ses fortes convictions spirituelles, étayées par une solide connaissance de la religion, sa force de caractère, de travail et d’enthousiasme. Le 11 octobre 1927, Mgr Pasquet convoque les responsables et les aumôniers des groupes d’ACJF ; leur présence est exigée. En assemblée générale, il réitère sa demande faite à chaque patronage d’organiser un cercle d’études ou une section d’ACJF. Un patro sans groupe d’études est « un corps sans âme » lance-t-il. Pourtant élu président à l’unanimité29, Émile Halbout est mal à l’aise et sait que son arrivée est à contre-courant : « … cet honneur et cette charge revenaient de droit à l’un des vice-présidents du CD [comité diocésain], en particulier notre ami Édouard Mars et à l’énergique Joseph Goyet que tout le monde réclamait comme président30 ».

  • 31 Gérard Cholvy précise : « L’ACJF a dû admettre le caractère spécifique de la JOC, et la JOC reconn (...)
  • 32 E. Poisson, « Émile Halbout, les premiers pas d’un jeune militant chrétien », dans L. Cotard-Lambe (...)

15Dès les premières semaines, le tandem formé par l’abbé Boudon et Émile Halbout travaille d’arrache-pied. Dans un premier temps, il leur faut accompagner, mais de loin, les premiers pas de la JOC. Celle-ci se construisant en marge de l’ACJF31, le nouveau président lui consacre peu d’énergie. Ils suivent le mouvement, l’encadrent sans donner l’impulsion nécessaire afin que la JOC s’implante rapidement dans le diocèse. Émile Halbout anime les premières réunions du groupe de Flers et sert de relais avec le siège national, sans plus. Pourtant conscient du problème de déchristianisation des milieux industriels, il conçoit la JOC comme une œuvre de protection des plus jeunes et comme une œuvre de conquête et de fierté professionnelle à l’instar de la JAC. Les premières sections demeurent embryonnaires si bien qu’en octobre 1928, les deux groupes existants, après dix mois de fonctionnement, ne sont pas encore prêts pour la réception. Il faut attendre février 1930, quand Émile Halbout provoque une réunion avec les militants flériens de la première heure pour relancer la propagande (sans l’aide d’un aumônier) et établir un véritable calendrier d’action32. En fait, lui et l’abbé Boudon consacrent l’essentiel de leur énergie à la réorganisation de l’ACJF et à la mise en place de la JAC.

  • 33 Discours d’Émile Halbout au congrès de Domfront, 28 octobre 1928, Fonds Halbout, APF.
  • 34 Lettre de l’abbé Boudon à Émile Halbout, mars 1928, ibid.
  • 35 Note de travail d’Émile Halbout sur les unions cantonales, s.d. (certainement 1928), ibid.
  • 36 Ibid.

16L’atonie des groupes de jeunesse catholique s’explique, dans une large mesure, par des raisons structurelles : « … nous avons une poussière de groupes, mais non un véritable mouvement d’ensemble33 » analyse Émile Halbout. Le schéma de réorganisation, spécifique au milieu rural, a été élaboré par le conseil fédéral de l’ACJF. Il doit permettre de capter un maximum de jeunes souvent isolés dans leur paroisse, et de laisser une large place aux initiatives de terrain, tout en maintenant une cohérence diocésaine. Partout où cela est possible, les comités diocésains constituent des groupes paroissiaux ou cantonaux. L’abbé Boudon complète : « Avec des régions aussi différentes que sont nos arrondissements, il faut décentraliser nettement […] sinon nous perdrons beaucoup de temps, nous n’encouragerons pas les initiatives de bons jeunes gens34… » En effet, l’un des écueils auquel doit faire face le nouveau président, concerne la différence des pratiques religieuses entre l’ouest (le Bocage) et l’est (en particulier le Perche) de l’Orne. « C’est l’arrondissement de Domfront qui donne le plus d’espoir, malgré la dispersion des hameaux à travers la campagne35. » Dans l’est, « il faut surtout compter sur les groupes interparoissiaux36 ». En parallèle, la recherche et la formation des dirigeants sont indispensables en vue d’atteindre la masse. Sous la bienveillance d’un aumônier, les rôles sont clairement distribués : le président, le plus âgé, doit être capable d’animer une discussion sans notes et de concevoir la propagande. Les vice-présidents et les secrétaires mettent en valeur les comptes-rendus de réunion, les tracts, tiennent la bibliothèque, repèrent les jeunes susceptibles de les rejoindre. Le correspondant se charge de toutes les relations avec les différents comités et les autres cercles. Cette réorganisation n’est pas sans provoquer des désaccords entre l’abbé Boudon et Émile Halbout, sur l’urgence de la mise en place d’unions cantonales ou la correspondance avec les jeunes isolés des villages ruraux.

  • 37 La méthode d’Émile Halbout fait l’objet d’une publication dans les Annales en 1929. E. Poisson, «  (...)
  • 38 Les réponses des uns et des autres sont autant de précieux témoignages sur l’environnement culture (...)
  • 39 Jean Launay lui répond fin janvier 1928 : « Je conçois l’ACJF comme très utile, presque nécessaire (...)
  • 40 En février 1929, le secrétariat diocésain reçoit 129 cartes de nouveaux militants. Dix mois plus t (...)
  • 41 Le 7 décembre 1930, la première section JAC (Saires-la-Verrerie) est officiellement reçue.

17Émile Halbout consacre à ces derniers une large partie de son temps. Il projette de contacter un maximum de jeunes catholiques afin de les inviter à rejoindre la Jeunesse catholique et tisser un vaste réseau de correspondants et de propagandistes. D’abord empirique, sa méthode de prise de contact s’affine et devient un modèle au sein de l’ACJF37. Entre janvier et mars 1928, il écrit à plus de 150 jeunes. Il leur demande s’ils connaissent l’ACJF, s’ils sont intéressés d’y participer, s’ils souhaitent recevoir des cours d’enseignement agricole. Il les interroge également sur leur vie professionnelle et sur la manière dont la religion pourrait l’améliorer. Chaque mois, il leur fait parvenir un questionnaire ou une enquête sur leur vie spirituelle et professionnelle, la vie religieuse dans leur paroisse38… Grâce à cet imposant échange épistolaire, il fait la connaissance des futurs cadres de la JAC, dont Jean Launay, futur président39. Durant l’année 1928, les membres du comité de direction visitent l’ensemble des patronages du diocèse et multiplient les congrès destinés à susciter l’émulation entre les groupes, lancer des mots d’ordre, échanger entre jeunes catholiques, rencontrer les dirigeants et poser les premiers jalons de la JAC. Ceux d’Alençon, le 18 mars 1928, et de Domfront, du 20 au 24 juin 1928, marquent un renouveau de l’Association40. À l’occasion du pèlerinage de Notre-Dame-des-Champs, le 25 mai 1930, à Sées, 500 jeunes ruraux acclament le programme de la JAC. Le 30 novembre, sous la présidence de Mgr Pasquet, le conseil diocésain de la Jeunesse catholique rassemble 80 militants représentant 30 cantons sur les 36 que compte le département et acclame Jean Launay41.

  • 42 Lettre de Maurice Renault à Émile Halbout, 16 décembre 1928, Fonds Halbout, APF.
  • 43 Il s’agit du futur graveur et maître verrier.

18Un dernier grand chantier occupe l’aumônier diocésain et Émile Halbout, le lancement d’un journal catholique destiné à la jeunesse ornaise et rédigé par elle. Depuis 1925, il n’existe plus de publication diocésaine, les chroniques de l’ACJF paraissant dans Le Trait d’union, puis le Bulletin diocésain des œuvres d’hommes et de jeunes gens. Ce regroupement n’a pas été sans conséquence sur l’activité de la Jeunesse catholique. Un militant du Perche précise que « les nouvelles des groupes que l’on […] trouvait [dans feu le Bulletin de la Fédération des Jeunes catholiques de l’Orne] avaient un don de stimuler, d’encourager. Je suis en mesure d’affirmer que sa disparition jeta un froid, une impression d’isolement, de dégoût42 ». Le comité diocésain réfléchit sur le projet de La Voix des Jeunes pendant toute l’année 1928. Les activités des mouvements de jeunesse doivent prendre une part substantielle mais, cela suppose l’envoi régulier de comptes-rendus par les correspondants. La présentation se veut soignée et attractive avec des photos et des illustrations signées de Jean Chaudeurge43. Le premier numéro sort en mars 1929. Sous le titre « Entraîner ! Conquérir ! », l’abbé Boudon, rédacteur en chef, invite ses lecteurs à braver le qu’en-dira-t-on et à rejoindre les rangs de la Jeunesse catholique. Le succès est immédiat grâce aux isolés – qui le sont de moins en moins. En juin 1929, le mensuel compte 1 005 abonnés, en décembre 1500, en juillet 1931, 2 000.

  • 44 En 1934, le mensuel est couplé au journal diocésain, La Voix catholique, avant d’être remplacé par (...)
  • 45 De nombreux jeunes catholiques, à titre personnel, issus de l’ACJF, de la JAC et de la JOC, ont fa (...)

19Toutefois, le dynamisme de l’ACJF, au début des années 1930, marque avant toute chose la victoire des mouvements spécialisés, en particulier de la JAC. Si des sections se constituent en campagne, c’est pour mieux s’affilier à la Jeunesse agricole par la suite. Une nouvelle fois, l’Association s’éclipse derrière ce qu’elle a contribué à initier. Au fil des numéros de La Voix des Jeunes44, les chroniques consacrées aux groupes d’ACJF disparaissent au profit de celles sur la JAC. Et si, en 1936, l’ACJF fait à nouveau parler d’elle sur la place publique, c’est en raison du cinquantième anniversaire de sa fondation et de la candidature de Georges Bidault, ancien vice-président fédéral, aux législatives dans l’arrondissement de Domfront45. Par contre, la vie spirituelle et intellectuelle demeure intense. Ainsi, les retraites de conscrits restent une des préoccupations majeures. Chaque année, 200 à 300 jeunes en partance pour le service national y participent.

  • 46 Entre autres, citons Édouard Mars, dirigeant du Parti démocrate populaire de l’Orne, dans les anné (...)

20À la veille du second conflit mondial, l’ACJF de l’Orne présente un bilan en demi teinte. Souvent victime d’un contexte ou de décisions contraires à son épanouissement, elle a consacré une large partie de son énergie à se reconstruire et se redéfinir. Il faut aussi garder à l’esprit qu’en son sein, les freins ont été nombreux : manque d’ambition et de pugnacité des dirigeants pendant les années 1920, absence de rigueur et de méthode chez beaucoup de militants… En revanche, l’association diocésaine, marquée par une forte spiritualité, a été présente et très active à chaque grande étape de son histoire. Les premières organisations agricoles modernes du département lui sont redevables ainsi que les mobilisations catholiques de 1924 et 1925. Et, si au tournant des années 1920 et 1930, elle joue une dernière fois son rôle de catalyseur, c’est au profit d’un mouvement massif qui se prolonge sur plusieurs décennies, la Jeunesse agricole catholique. Enfin, c’est une question que nous n’avons pas abordée, l’ACJF a été une formidable école de formation intellectuelle pour un grand nombre de militants que l’on ne cesse de croiser dans différentes organisations et corps constitués, notamment après l’Occupation46.

Notes

1 G. Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècles), Cerf, 1999, p. 77 sq.

2 Il est l’un des pionniers du catholicisme social en France.

3 En 1885, le préfet de l’Orne a refusé la démission de Mgr Trégaro qui souhaitait vivement retrouver l’armée en tant qu’aumônier militaire, puis a fait suspendre les traitements de deux prêtres du diocèse.

4 E. Poisson, « L’ACJF dans l’Orne au tournant des XIXe et XXe siècles », dans B. Waché (dir.), Militants catholiques de l’Ouest. De l’action religieuse aux nouveaux militantismes XIXe-XXe siècles, PUR, 2004, p. 47-48.

5 . À propos des patronages normands créés à la fin du XIXe siècle, Nadine-Josette Chaline écrit que la grande majorité d’entre eux ont été créés sur initiative individuelle de prêtres soucieux de « préserver les jeunes garçons quittant le catéchisme ». N.-J. Chaline, Histoire religieuse de la Normandie, Chambray, CLD, 1981, p. 279.

6 En 1900, les dirigeants des Philippins de Rouen, œuvre de jeunesse importante et influente, fondent la revue La Source. Avec la multiplication des patronages et autres cercles de jeunesse, sa rédaction lance l’idée d’une fédération régionale des œuvres des jeunes catholiques englobant les « deux » Normandie.

7 . Les dirigeants de l’UPJCN et de La Source, issus pour la plupart des Philippins, sont largement influencés par les idées du Sillon et ne souhaitent pas décevoir les représentants nationaux, également présents lors du congrès. En fait, les congressistes optent pour le statu quo puisqu’ils refusent aussi l’adhésion au mouvement de Marc Sangnier.

8 E. Poisson, « L’ACJF dans l’Orne au tournant des XIXe et XXe siècles », op. cit., p. 49-50.

9 À partir de septembre 1905, lors d’un grand congrès annuel, Mgr Bardel réunit l’ensemble de son clergé et des responsables d’œuvres. Homme d’organisation, il souhaitait mettre plus de cohérence dans la gestion de son diocèse afin, notamment, d’endiguer une indifférence religieuse croissante.

10 Ce congrès est aussi l’occasion d’organiser l’Union diocésaine de la Jeunesse catholique de l’Orne.

11 Ces retraites devaient fortifier les âmes des appelés afin qu’ils puissent affronter les dangers de la caserne.

12 En janvier 1908, ces syndicats et ces mutuelles se regroupent au sein de la Fédération agricole de l’Orne. L’abbé Onfray en est le secrétaire général pendant vingt ans. E. Poisson, « L’exemple ornais d’un syndicalisme agricole d’inspiration chrétienne, 1887-1939 », Revue de la Société historique et archéologique de l’Orne, n ° 3, « Agriculture et paysans dans l’Orne 1800-1940 », sept. 2001, p. 61-85.

13 Lettre de l’abbé Lesieur à Émile Halbout, 15 mars 1928, Fonds Halbout, Archives du Pays de Flers (APF).

14 L. Baron, Pendant la grande guerre. Âmes de jeunes normands, Éd. Toutain, 1921.

15 La Fédération reçoit la bénédiction de Mgr Bardel le 4 octobre 1921. Elle regroupe l’Union diocésaine de la Jeunesse catholique, l’Union diocésaine des patronages et l’Union diocésaine gymnastique et sportive. Elle est affiliée à l’Union des associations ouvrières catholiques. Sa direction (le comité fédéral) est composée de dix ecclésiastiques et des présidents de l’ACJF et de l’Union diocésaine gymnastique et sportive.

16 Bulletin de la Fédération des Jeunes catholiques de l’Orne, no 1, oct. 1921.

17 Celui de La Ferté-Macé, parmi les plus dynamiques avant la guerre, n’est définitivement reconstitué qu’en octobre 1925.

18 Fin 1923, seuls les trois groupes d’Alençon sont en règle.

19 L’UAO succède à la Fédération agricole de l’Orne après la guerre. Jean de l’Escaille, secrétaire de l’ACJF de l’Orne, est aussi secrétaire adjoint de l’UAO.

20 Pour le contexte général, voir, entre autres, G. Cholvy et Y.-M. Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine 1880-1930, t. 2, Éditions Privat, Paris, 1986.

21 E. Poisson, « Les débuts de la Ligue de défense patriotique religieuse et sociale », Forces sociopolitiques, mouvements et mobilisations des catholiques ornais 1901-1939, mémoire de DEA sous la direction de B. Waché, Université du Maine, Le Mans, 1997, usage réservé, ainsi que C. Bonafoux-Verrax, À la droite de Dieu. La Fédération nationale catholique, 1924-1944, Fayard, Paris, 2004. Sans oublier G. Bourdin, « Politique et religion dans l’Orne 1900-1936 », Le Pays Bas-normand, n ° 2, Flers, 1974.

22 En décembre 1925, la LDPRS revendique 8364 membres cotisants répartis dans 125 sections communales et cantonales, Semaine catholique du diocèse de Séez, 11 déc. 1925.

23 Semaine catholique du diocèse de Séez, 30 mai 1924.

24 Il est un dirigeant historique de l’ACJF de l’Orne.

25 La majorité de ces groupes se situe dans la moitié ouest du diocèse, la partie la plus pratiquante ; l’est, en particulier le Perche, demeure une terre de mission.

26 Notes de travail sur le conseil diocésain du 11 oct. 1927, Fonds Halbout, APF.

27 Lettre d’Émile Halbout à l’abbé Boudon, 10 déc. 1927, ibid.

28 G. Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècles), op. cit., p. 205 sq. Lors du congrès national de Rouen, en avril 1927, l’ACJF décide de porter ses efforts vers le monde ouvrier et demande de créer, partout où cela est nécessaire, des commissions ouvrières. La Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) est fondée en 1926, indépendamment de l’ACJF ; la reconnaissance mutuelle n’intervient qu’en septembre 1927. Son premier secrétaire général est Jean Mondange, ancien de la Jeunesse catholique de Mondeville. La Jeunesse agricole catholique (JAC), véritable « fille de l’ACJF » selon Gérard Cholvy, est fondée en 1929.

29 Sont (ré)élus : Édouard Mars, Joseph Goyet et Henri Milcent (Aube), vice-présidents, Louis Tréhard (Sées), secrétaire et Henri Desguets (Sées), trésorier.

30 Brouillon du discours du 11 octobre 1927, Fonds Halbout, APF. Édouard Mars et Joseph Goyet sont vice-présidents depuis le début des années 1920.

31 Gérard Cholvy précise : « L’ACJF a dû admettre le caractère spécifique de la JOC, et la JOC reconnaîtra qu’elle ne peut exister contre l’ACJF, dont l’implantation doit lui faciliter la tâche et dont la caution est indispensable dans la plupart des diocèses. » G. Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècle), op. cit., p. 207-208.

32 E. Poisson, « Émile Halbout, les premiers pas d’un jeune militant chrétien », dans L. Cotard-Lambert (dir.), Émile Halbout. Du Bocage flérien à Paris, destin d’un homme engagé, CAPF, Archives et Médiathèque du Pays de Flers, p. 23. Voir également la version longue dactylographiée, APF.

33 Discours d’Émile Halbout au congrès de Domfront, 28 octobre 1928, Fonds Halbout, APF.

34 Lettre de l’abbé Boudon à Émile Halbout, mars 1928, ibid.

35 Note de travail d’Émile Halbout sur les unions cantonales, s.d. (certainement 1928), ibid.

36 Ibid.

37 La méthode d’Émile Halbout fait l’objet d’une publication dans les Annales en 1929. E. Poisson, « Émile Halbout, les premiers pas d’un jeune militant chrétien », Émile Halbout. Du Bocage flérien à Paris, destin d’un homme engagé, op. cit., p. 26.

38 Les réponses des uns et des autres sont autant de précieux témoignages sur l’environnement culturel des jeunes catholiques bas-normands pendant l’entre-deux-guerres.

39 Jean Launay lui répond fin janvier 1928 : « Je conçois l’ACJF comme très utile, presque nécessaire à tout jeune catholique pour […] conserver, fortifier, embellir ce qu’il a de plus cher comme chrétien et comme terrien, la paroisse, la famille et l’amour de la terre. » Lettre de Jean Launay à Émile Halbout, 26 janvier 1928, Fonds Halbout, APF.

40 En février 1929, le secrétariat diocésain reçoit 129 cartes de nouveaux militants. Dix mois plus tard, 52 groupes sont rattachés ou affiliés à l’ACJF et chaque canton du Bocage compte un propagandiste actif.

41 Le 7 décembre 1930, la première section JAC (Saires-la-Verrerie) est officiellement reçue.

42 Lettre de Maurice Renault à Émile Halbout, 16 décembre 1928, Fonds Halbout, APF.

43 Il s’agit du futur graveur et maître verrier.

44 En 1934, le mensuel est couplé au journal diocésain, La Voix catholique, avant d’être remplacé par une rubrique jeunesse, JAC et JOC disposant de leur propre publication.

45 De nombreux jeunes catholiques, à titre personnel, issus de l’ACJF, de la JAC et de la JOC, ont fait campagne pour Georges Bidault. Voir G. Bourdin, « Politique et religion dans l’Orne (1900-1936) », op. cit., et E. Poisson, « Le Parti démocrate populaire dans l’Orne (1925-1939) », Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, sept. 2006, p. 73-94.

46 Entre autres, citons Édouard Mars, dirigeant du Parti démocrate populaire de l’Orne, dans les années 1930 puis, membre d’un des premiers réseaux de Résistance dans l’Ouest ou encore Émile Halbout, député de l’Orne, de 1946 à 1973.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540