Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Deuxième sous-partie. Les réseaux catholiques

L’interaction entre religieux et profane à travers l’exemple de l’histoire des sœurs marianites de Sainte-Croix

André Ligné

Texte intégral

1Les archives des Marianites renferment une masse imposante de documents laissant entrevoir que nombre de difficultés matérielles jalonnèrent l’histoire de ces religieuses au cours des XIXe et XXe siècles. Dans quelle mesure les multiples influences venues de l’extérieur du couvent ont-elles infléchi le cours de cette histoire ?

2De ces événements, nous nous proposons d’en considérer trois :

  • freins mis au développement de la congrégation
  • conséquences de la politique anticléricale française
  • adaptation au monde moderne.

Les freins mis au développement de la congrégation

  • 1 Pierre Foucault, « Le recrutement du clergé séculier dans le diocèse du Mans entre 1801 et 1869 », (...)
  • 2 Étienne et Tony Catta, Le T.R.P. Basile-Antoine Moreau et les origines de la congrégation de Saint (...)

3La fondation des sœurs Marianites de Sainte-Croix est à replacer dans le contexte du renouveau religieux post-révolutionnaire. La restauration catholique est particulièrement rapide dans l’ouest de la France1. Dans le département de la Sarthe, les congrégations religieuses, tant féminines que masculines, bénéficient grandement de l’enthousiasme ambiant. À Ruillé-sur-Loir, par exemple, le père Dujarié fonde deux communautés enseignantes : celle des sœurs de la Providence en 1806, puis celle des Frères de Saint-Joseph en 18202.

  • 3 Étienne et Tony Catta, op cit., t. I, p. 265 à 271.
  • 4 Étienne et Tony Catta, op. cit., t. I, chap. xi.

4Mais, au tournant des années 1830, son institut connaît de multiples difficultés qui conduisent l’évêque du Mans, Mgr Carron, à prononcer la séparation des patrimoines des deux communautés3. Son successeur, Mgr Bouvier, confie à Basile Moreau le soin de sauver l’institut des frères. Pourquoi le choix de cet homme déjà chargé de former des prêtres auxiliaires4, prédicateurs lors des missions paroissiales ? C’est que Basile Moreau est très estimé de Mgr Bouvier dont il a été l’élève au séminaire du Mans, puis collègue comme professeur de philosophie, alors que le futur évêque dirigeait l’établissement manceau.

5Bien qu’il en soit devenu sous-supérieur et qu’il dirige la communauté du Bon-Pasteur qu’il a fondée en 1833, Basile Moreau accepte la fonction proposée. Mais, très rapidement, ne pouvant assumer efficacement toutes ses charges partagées entre deux points du département distants de plusieurs dizaines de kilomètres, il procède au transfert des frères de Ruillé-sur-Loir dans une propriété dont il vient d’hériter. Peu après, les prêtres auxiliaires disposent d’un logement loué par leur fondateur, à proximité de celui des frères. Ces deux maisons sont alors situées sur la commune de Sainte-Croix-lès-Le Mans.

  • 5 Étienne et Tony Catta, op. cit., t. I, p. 311.

6En ce quartier limitrophe de la ville, ces communautés s’imbriquent et constituent les deux premières branches de la famille de Sainte-Croix5. Leur complémentarité apparaît concrètement lorsque des prêtres enseignent auprès de frères au sein du pensionnat fondé en 1836 par Basile Moreau et ouvert aux élèves du primaire et du secondaire. Très vite apparaît l’obligation de construire un ensemble de bâtiments pour accueillir les élèves. Mais, avec l’ouverture des premières classes, il devient nécessaire de recourir à du personnel chargé des services intérieurs : ménage, cuisine, entretien du linge des enseignants et des internes.

  • 6 Étienne et Tony Catta, op. cit., t. I, p. 371.
  • 7 Annales, t. I, p. 10, archives des Marianites.

7Basile Moreau ne veut que du personnel religieux, aussi s’adresse-t-il à des communautés de femmes. Mais les sœurs de la Providence de Ruillé, puis celles d’Évron, déclinent son appel. En cet automne 1838, Basile Moreau recrute alors quatre « bonnes filles de campagne6 » pour exécuter les tâches ménagères dans son établissement. Bien que n’ayant suivi aucune formation religieuse, elles sont appelées sœurs7 et forment le premier carré de ce qui allait devenir la congrégation des sœurs Marianites, troisième branche de la fondation mixte de Sainte-Croix.

  • 8 Résumé d’une lettre certifiée « copie conforme à l’original », archives des Marianites.

8Toutefois, la concrétisation du projet de Basile Moreau dépend de la réponse de son supérieur hiérarchique, Mgr Bouvier. Or, ce dernier rejette le plan global de la fondation qui lui est soumis : il accepte bien l’idée de regrouper des prêtres et des frères enseignants mais refuse que leur soit adjointe une communauté de religieuses8.

  • 9 Henriette Démaret et Marie-Hélène Olivereau, Sœurs de la Charité Notre-Dame d’Évron, Siloë, avril (...)

9L’opposition de l’évêque du Mans au projet de Basile Moreau s’explique avant tout par le fait que Mgr Bouvier a choisi de soutenir de toutes ses forces la société des Sœurs de la Charité Notre-Dame d’Évron. Il n’est pas sans connaître le travail apprécié des sœurs d’Évron, lui qui est né et a vécu dans un petit village de la Mayenne situé à quelques kilomètres de la basilique évronaise. Une de ses lettres-circulaires ne laisse aucun doute sur sa prise de position. Il y conduit une véritable campagne de communication en faveur des sœurs d’Évron en écrivant : « Les sœurs de la Charité rendent d’immenses services. Elles sont nombreuses dans notre diocèse ; nous désirons les voir se multiplier encore davantage9. » Pendant quinze ans, jusqu’à sa mort en 1854, Mgr Bouvier ne reviendra pas sur sa décision et fera constamment barrage aux demandes réitérées de Basile Moreau.

  • 10 Annales, t. I, p. 27 et 28.

10Un prêtre, ayant fait vœu d’obéissance, aurait dû se soumettre et accepter la décision de l’ordinaire diocésain. Mais Basile Moreau agit en passant outre les prérogatives de son évêque : il met peu à peu en place, unilatéralement, sa congrégation de religieuses. Il imagine un habit, adopté dès 1841 ; il forme un noviciat qu’il installe dans une annexe de son collège ; il remet à la communauté des constitutions qui la structurent ; il préside la première cérémonie de vêture le 4 août 1841, date que la tradition retient comme étant celle de la fondation de la congrégation des sœurs Marianites ; il désigne Léocadie Gascoin comme première supérieure générale, connue en religion sous le nom de Marie des Sept Douleurs10.

11Mais, en homme pragmatique, Basile Moreau ouvre des perspectives à sa communauté en s’appuyant sur la forte demande de personnel religieux venue du continent américain où la plupart des diocèses sont occupés par des prélats d’origine française. C’est en effet grâce à un réseau de relations entre des prêtres français et des prélats américains que l’histoire de la communauté à peine naissante, forte seulement d’une douzaine de novices, se noue sur le territoire américain.

  • 11 Étienne et Tony Catta, op. cit., t. I, chap. xix.

12En 1841, déjà, le père Moreau avait répondu favorablement à l’évêque de Vincennes, dans l’État de l’Indiana, qui demandait le concours de frères enseignants dans le but d’ouvrir des écoles dans son diocèse. Un premier détachement de six frères, conduits par le père Edouard Sorin, s’installe donc à l’extrême nord du diocèse, à South Bend, pour y fonder l’établissement de Notre-Dame du Lac11. Bientôt, le responsable de la mission demande du personnel féminin avec insistance.

  • 12 Étienne et Tony Catta, La T.R. Mère Marie des Sept Douleurs, Tours, Mame, 1958, p. 66.

13Devant ces demandes réitérées, Basile Moreau hâte la préparation religieuse de quelques-unes de ses « pieuses filles12 ». Et, le 30 mai 1843, lorsque les quatre premières missionnaires quittent Le Mans, elles emportent avec elles le texte fondateur, rédigé par Basile Moreau, qui donne à la congrégation son statut, sa règle de vie et son unité de part et d’autre de l’océan Atlantique.

14En empruntant le chemin détourné de l’Amérique, Basile Moreau poursuit en fait un objectif : en faisant reconnaître les Marianites aussi bien que les pères et les frères, par un grand nombre d’évêques américains, il pense que le Saint-Siège sera enclin à faire de sa société de religieux et de religieuses un institut de droit pontifical, qui ne relèverait donc plus de l’évêque du Mans, mais de Rome. C’était sans compter sur les prérogatives de Mgr Bouvier, plus que jamais disposé à faire échec au projet de Basile Moreau, se retranchant derrière le fait qu’un prêtre ne peut rien entreprendre sans le concours formel de son évêque.

  • 13 Basile Moreau, Lettre circulaire no 77, 25 mai 1856.

15La situation est clarifiée par le Saint-Siège peu après le décès de Mgr Bouvier, survenu en décembre 1854. Mais la décision prise par Rome est loin de donner totale satisfaction au dessein du père Moreau. En effet, la Sacrée Congrégation de la Propagande approuve définitivement les seules constitutions des pères et des frères de Sainte-Croix. Pour autant, Pie IX, à la différence de Mgr Bouvier, ne s’oppose pas au développement de la communauté féminine, mais il repousse à plus tard l’examen de leurs règlements et demande que les sœurs s’administrent à part13.

  • 14 Dossier Affaires des religieux, archives des Marianites.
  • 15 Étienne et Tony Catta, Basile Moreau…, t. II, chap. xxxiv.
  • 16 André Ligné, Naissance et évolution d’une congrégation religieuse : les sœurs Marianites de Sainte (...)

16Or, depuis quelques années, les membres de l’association mixte de Sainte-Croix gèrent leurs biens en commun14. En séparant religieux et religieuses en deux congrégations distinctes, la décision du pape engendre de graves difficultés à propos de la répartition des patrimoines15. À cause de cela, un différend financier éclate et perdure une dizaine d’années au cours desquelles vient se greffer un problème d’autorité au sein de la famille de Sainte-Croix16.

17Entrer dans le détail de toutes ces querelles nous entraînerait trop loin. Néanmoins, deux aspects sont à retenir. L’un a trait à la lutte pour le pouvoir qui se déroule entre le fondateur et l’un de ses émules, le père Sorin. Celui-ci s’affranchit peu à peu de l’autorité de son supérieur. Par d’habiles manouvres, il réussit à évincer Basile Moreau et à le remplacer comme supérieur général en 1867. Son objectif est de faire de Sainte-Croix une congrégation américaine dont il se présente comme le véritable fondateur. Il entraîne avec lui les pères et les frères qui le suivent aux États-Unis. En revanche, la supérieure générale des Marianites refuse obstinément de le faire.

  • 17 Edouard Sorin à Marie des Sept Douleurs, 28 novembre 1868, archives des Marianites.

18La décision de Marie des Sept Douleurs de rester au Mans nous conduit au second aspect de ces querelles et nous ramène au problème de la séparation des patrimoines. Pour se couper de la France, Edouard Sorin décide de vendre l’ensemble des bâtiments du collège du Mans17, sans tenir compte d’engagements antérieurs, en particulier celui d’assurer le logement des religieuses dans une aile de l’établissement. La condition des Marianites devient alors extrêmement difficile car elles se retrouvent purement et simplement à la rue au mois de mars 1869. Après vingt années de gestion conduite dans le cadre d’une communauté de biens, les voici sans le vivre et le couvert. Il leur faut cependant assurer la vie quotidienne des religieuses en place et prévoir la relève.

  • 18 Registre des délibérations du conseil général, 1867-1873, archives des Marianites.

19Toutefois, devant la détérioration des relations avec les religieux, la première supérieure générale avait fait preuve de prudence et était allée au-devant des événements. Dès le mois de mai 1867, elle avait acheté un bâtiment avenue de Paris (l’actuelle avenue Bollée), à quelques centaines de mètres de l’ancien collège établi par Basile Moreau. Contrainte et forcée, elle en acquiert un autre, contigu au premier, en 1869. La communauté n’ayant pas de fonds propres, le recours à l’emprunt devient alors systématique pour financer des travaux d’aménagement18.

  • 19 Dossier Chapitres généraux, archives des Marianites.

20Il va sans dire que les Marianites connaissent plusieurs années d’autant plus difficiles que celles-ci se placent dans le contexte de la guerre franco-prussienne de 1870-71. Il n’est donc pas question de recruter de jeunes sœurs et trouver de nouvelles recettes devient impératif. C’est alors que l’activité des religieuses s’oriente vers l’enseignement. Elles ouvrent au Mans une école primaire à La Butte, puis un pensionnat dans une des parties du bâtiment acquis avenue de Paris ; des religieuses sont envoyées pour accomplir des tâches ménagères dans divers lycées et collèges comme à Vendôme et Saint-Brieuc19.

  • 20 Dossier Correspondance avec le Saint-Siège, archives des Marianites.

21Ces contingences matérielles auraient pu anéantir la congrégation naissante. Mais la résignation et la grande abnégation dont a fait preuve Marie des Sept-Douleurs devant le poids des événements lui ont permis de les surmonter. Et, alors qu’elle luttait pour la sauvegarde de son petit groupe de religieuses, le Saint-Siège le reconnaissait officiellement le 19 février 1867. Il ne s’agissait cependant que d’une approbation temporaire, les constitutions et les règlements de la congrégation devant être mis à l’essai pendant dix ans. Ce laps de temps provisoire dura en réalité dix-huit années. Le pape Léon XIII met fin à l’instabilité qui avait jusqu’alors caractérisé l’histoire des Marianites en approuvant définitivement leurs constitutions le 28 octobre 188520.

Les conséquences de la politique anticléricale française

22Mais, en France, après les démarches accomplies pour obtenir l’approbation canonique par le Saint-Siège, les gestionnaires de toutes les congrégations religieuses doivent faire une demande d’autorisation légale auprès du gouvernement. Sans cette reconnaissance de la part du pouvoir politique, les congrégations ne peuvent bénéficier de la personnalité morale, c’est-à-dire qu’elles ne peuvent ni acheter, ni vendre, et de ce fait, ne peuvent se constituer un patrimoine.

23Or, un décret en date du 29 mars 1880 exige des congrégations religieuses non autorisées légalement à accomplir, dans un délai de trois mois, les démarches nécessaires pour être reconnues par le gouvernement. À défaut de le faire, elles seraient dissoutes. Il s’agit là de la première phase de la grande offensive anticléricale amorcée par la Troisième République qui affecte tout particulièrement l’histoire des sœurs Marianites.

  • 21 Dossier Correspondances diverses, télégramme daté du 30 avril 1880, archives des Marianites.

24Tout tient au fait que, lors de la parution du décret en mars 1880, Marie des Sept-Douleurs effectue la visite régulière des établissements de la congrégation implantés sur le continent américain. Alors qu’elle séjourne à La Nouvelle-Orléans, elle est succinctement informée, par voie de télégramme21, de la gravité de la mesure prise par le gouvernement. Un certain désarroi s’empare d’elle. Elle est tourmentée par l’idée de voir disparaître sa congrégation si elle ne respecte pas le délai fixé par le décret. Aussi se résoutelle à demander un sursis au gouvernement français afin d’achever sa visite et d’exécuter dans de bonnes conditions toutes les démarches à accomplir.

  • 22 Marie des Sept Douleurs à Mgr d’Outremont, 4 juin 1880, archives de l’évêché du Mans.

25Le 4 juin 1880, en même temps qu’elle écrit au ministre des Cultes, elle informe de sa démarche son supérieur hiérarchique, Mgr d’Outremont, évêque du Mans22. À ce moment, en son âme et conscience, la supérieure générale peut croire que tout est en ordre et que sa correspondance circonstanciée est suffisante pour sauver sa congrégation. Mais elle ne sait pas qu’en France son initiative arrive en plein cœur de l’épreuve de force engagée depuis le 29 mars entre les républicains et les catholiques.

  • 23 Archives Départementales de la Sarthe, 6V2, Direction de la Sûreté générale au député Anselme Rubi (...)

26La demande de sursis parvenue au ministère est examinée avec une bienveillance d’autant plus grande qu’un député sarthois écrit au ministre des Cultes « à l’effet d’appuyer la demande de la supérieure générale de la congrégation des sœurs Marianites de Sainte-Croix23 ». Mais, paradoxe ! Le député en question n’est autre que le maire du Mans, Anselme Rubillard, politiquement étiqueté radical et franc-maçon.

27L’incompréhension entre l’autorité diocésaine et les Marianites grandit alors, jusqu’au moment où Mgr d’Outremont s’abstient de toute relation avec la congrégation. Or, une formalité essentielle doit être remplie pour que la reconnaissance légale soit décrétée par le gouvernement : il faut que l’Église soit d’accord avec le désir de reconnaissance légale émis par la congrégation, autrement dit, il revient à l’évêque du Mans le soin de donner son agrément. Le ministère de l’Intérieur sollicite donc Mgr d’Outremont. Mais celui-ci refuse de signer les papiers exigés par la loi. Il s’en explique auprès du ministre de l’Intérieur et des Cultes, le 19 juillet 1881 :

  • 24 Lettre adressée à A. Rubillard par le ministère de l’Intérieur, le 19 juillet 1881, archives des M (...)

« Il est de ma dignité de ne pas intervenir dans la demande d’autorisation faite par les sœurs Marianites, de ne pas mettre ma signature et d’apposer le sceau de l’évêché sur des statuts qu’elles ont cru devoir adopter sans en référer préalablement à mon autorité épiscopale24. »

  • 25 Charles Moreau, Documents authentiques pour l’histoire de la vie et des œuvres du TRP Basile Morea (...)

28Le changement de prélat à la tête du diocèse ne s’accompagne pas d’une plus grande considération des autorités ecclésiastiques à l’égard des Marianites. Bien au contraire. Mgr Labouré, intronisé au mois de juin 1885, montre d’entrée que la congrégation lui est étrangère. Ainsi, la première visite que les ordinaires ont coutume de se réserver, ce n’est pas lui qui la fait, mais un simple prêtre qu’il mandate25. Malgré cette sorte de mise en quarantaine, la supérieure générale sollicite l’appui du sénateur Rubillard et réitère une demande de reconnaissance légale en 1886. Mais cette démarche se solde par un nouvel échec.

  • 26 Communication de J. Morange, colloque Des congrégations et de leur reconnaissance légale, tenu à S (...)

29Avec l’attitude de plus en plus anticléricale de la Troisième République, les gouvernements successifs font systématiquement obstacle à la reconnaissance légale des congrégations. C’est le cas en 1901 où la Chambre des députés rejette en bloc tous les dossiers de demande « en instance d’autorisation26 ». Le gouvernement leur délivre alors un récépissé, sous le couvert duquel la congrégation peut continuer à fonctionner, jusqu’à ce que le Parlement ait statué sur l’autorisation sollicitée.

  • 27 Dossier Correspondances diverses, archives des Marianites.

30En définitive, c’est par un décret pris en Conseil d’État le 6 septembre 1974, que la congrégation des sœurs Marianites de Sainte-Croix est reconnue civilement27.

« Aux mesures anticléricales touchant la reconnaissance légale des congrégations s’en ajoutent d’autres, sans aucun doute plus connues, et qui ont trait à l’enseignement. »

31La vocation d’enseignante chez les Marianites s’affirme en France au cours des années 1860, après la mort de Mgr Bouvier ; alors qu’elles avaient été jusque-là cantonnées dans des tâches auxiliaires dans les établissements tenus par les hommes de Sainte-Croix, elles ouvrent quelques écoles, au Mans, à Préval, à Saint-Rémy de Sillé et en Indre-et-Loire. Mais la politique conduite par le gouvernement vient rapidement troubler l’orientation apostolique des Marianites chargées de ces établissements scolaires. Ceux-ci leur échappent rapidement après l’adoption de deux lois.

  • 28 Ce passage s’appuie sur le travail d’Antoine Prost, L’enseignement en France, Paris, A. Colin, 196 (...)

32Avec la loi Goblet du 30 octobre 1886, les Marianites abandonnent quelques écoles au fil des ans, lorsque les directrices en place se retirent pour diverses raisons. Cette loi ne visant que les écoles publiques28, la congrégation conserve trois établissements privés en Indre-et-Loire. La deuxième vague de disparitions est beaucoup plus brutale. Elle est consécutive à la loi du 7 juillet 1904 qui interdit toute forme d’enseignement aux congrégations Dès le 10 juillet, un arrêté ministériel impose aux Marianites la fermeture du pensionnat rattaché à la maison mère du Mans, ainsi que ses écoles de la région tourangelle.

  • 29 Annales, t. I, p. 375.

33Le nombre d’établissements fermés est certes peu élevé mais l’application de la loi de juillet 1904 laisse un certain nombre de sœurs sans emploi. Aucune n’acceptant la sécularisation, douze d’entre elles s’embarquent pour New York, le 1er septembre29. Elles rejoignent le noviciat récemment ouvert dans la partie méridionale de Staten Island. Là, quelques-unes d’entre elles poursuivent leur apostolat d’enseignantes dans l’école attenante au noviciat. Les autres sont affectées aux services intérieurs de l’hôpital français de New York que les Marianites gèrent depuis une vingtaine d’années.

  • 30 Annales, t. I, p. 280, 302, 377 et 433.

34C’est à leur présence dans la capitale économique américaine depuis de nombreuses années que les Marianites doivent d’être sollicitées par la Société Française de Bienfaisance en 1885 afin de gérer l’hôpital français implanté dans cette ville. Rapidement l’établissement s’agrandit ; de nouveaux services sont créés. L’effectif des religieuses passe de quatre à l’origine, à seize trois ans plus tard pour atteindre la vingtaine en 190430. Bien entendu, les religieuses doivent suivre une formation à l’école d’infirmières attenante à l’hôpital et acquièrent une compétence devenue de plus en plus nécessaire avec les progrès de la médecine.

  • 31 Annales, t. I, p. 411.

35Ce remarquable développement, se révèle en fait être une aubaine pour les sœurs Marianites lorsqu’elles doivent surmonter les conséquences de la loi de juillet 1904. À ce moment, l’hôpital passait de quatre-vingts à cent six lits, ce qui supposait un accroissement du personnel. Leur reconversion réussie, certaines exilées reviennent au Mans quelques années après la première guerre mondiale. Ici, on a besoin de leur compétence pour répondre favorablement au désir du docteur Plaisant, chirurgien de l’hôpital du Mans, d’ouvrir une clinique privée dans une partie des locaux de la congrégation de l’avenue Léon Bollée31.

36Ainsi, la loi de juillet 1904 a joué un rôle déterminant dans l’histoire des Marianites : si les sœurs américaines restent alors enseignantes, les Françaises deviennent majoritairement hospitalières.

L’adaptation au monde moderne

37Un dernier facteur a fortement influencé l’évolution de la congrégation au cours de ces quarante dernières années : il s’agit de l’ensemble des mesures adoptées de 1963 à 1966 par les pères conciliaires au cours des quatre sessions de Vatican II. Les consignes données par le concile incitaient les congrégations à remettre leurs traditions en cause afin de s’adapter aux conditions nouvelles d’existence. Pour les Marianites, un renouveau semblait véritablement nécessaire lorsqu’on prend connaissance d’une adresse de la supérieure générale faite aux religieuses en juillet 1964 :

  • 32 Sœur Marie Gaetan Doriocourt aux religieuses, juillet 1964, archives des Marianites.

« Dans certaines maisons, il existe beaucoup de laxité, ce qui démontre un manque d’esprit de foi qui, vraiment, est lamentable32. »

38Il est évident qu’un certain malaise règne alors au sein de la congrégation où certaines religieuses semblent mal accepter les contraintes quotidiennes. Il faut souligner le fait que les premières constitutions édictées par Basile Moreau sont strictement appliquées depuis plus d’un siècle. Refondre ces règlements n’est pas une mince affaire. Aussi les Institutions religieuses disposent-elles d’une période d’expérimentation qui s’étale sur une dizaine d’années, de 1966 à 1977.

39Toutes les sœurs doivent alors se livrer à un travail auquel elles ne sont pas préparées, comme répondre à une série de questionnaires. Ceux-ci, élaborés par l’administration générale, portent sur l’organisation générale de la congrégation, le gouvernement et la vie commune. Mais la liberté d’expression ainsi accordée engendre une atmosphère empreinte d’inquiétude.

  • 33 Annales, t. II, p. 327 et 332.
  • 34 Annales, t. II, p. 116.
  • 35 Ibid.

40Devant cet esprit d’ouverture qui sollicite la réflexion, « des sœurs sont désorientées, voire même traumatisées33 ». Certaines ne comprennent rien à cette remise en question de la tradition, mais elles l’acceptent. En revanche, devant la possibilité qui leur est offerte de donner leur opinion, de jeunes sœurs montrent leur « impatience quant à la réalisation de certaines suggestions34 ». Les sessions du chapitre général qui se penche sur la première mouture des constitutions révisées en 1968 et en 1969, sont, aux dires de la supérieure générale de l’époque, « assez difficiles et assez pénibles. » Parmi tous les questionnaires proposés aux sœurs, celui de 1971 apparaît comme un bon exemple d’un travail d’où ressortent le sérieux et la profondeur de leur réflexion35. Son intérêt est double puisque, d’une part, dernier à embrasser tous les aspects du renouveau au sein de la congrégation, il se présente comme une sorte de bilan ; d’autre part, après cinq années d’expérimentation, les religieuses sont passées du stade de la passion à celui de la raison, ce qui rend leurs réponses plus fondées.

  • 36 Expression figurant dans la synthèse des réponses, p. 8, archives des Marianites.

41À la question : « Que pensez-vous des résultats du renouveau de notre vie religieuse en ce qui concerne l’obéissance ? » 80 % voient une évolution positive, en relation avec l’atmosphère du temps où l’on vante l’épanouissement de la personne. À côté de celles qui portent un regard positif sur la nouvelle situation, les sœurs du « Moyen âge36 » soulignent les dangers d’une obéissance responsable, car « il y a grand risque de tomber dans l’indépendance, de remplacer le sacrifice de soi par la recherche de soi-même ».

42Devant analyser le rôle du monde moderne sur la baisse des vocations à leur époque, les Marianites attribuent cette crise à trois causes. En premier, 90 % d’entre elles placent l’éducation des jeunes. Leurs arguments sont nombreux :

« Les jeunes, mal éduqués, ont perdu le sens de Dieu ; le climat familial est peu propice à l’éveil des vocations ; les jeunes jouissent d’une vie confortable qui met l’accent sur le succès matériel ; ils éprouvent moins le désir de la vie religieuse car d’autres moyens d’apostolat et de don d’eux-mêmes leur sont offerts à travers divers mouvements caritatifs. »

43Pour 8 %, les responsables de la crise des vocations sont « les moyens audio-visuels et les organes de presse qui avilissent le sacerdoce et la vie religieuse », cette dernière ayant été « dépréciée comme étant une vie manquée et non épanouissante, et la vie conjugale exaltée. » Très peu, 2 %, osent envisager la responsabilité des religieuses elles-mêmes dans cette crise qui est la résultante d’une politique trop longtemps conduite :

« Nous nous sommes tenues volontairement à l’écart du monde, méconnaissant ses valeurs et les changements dans tous les domaines ; aujourd’hui, le monde nous maintient à l’écart. »

  • 37 Constitutions et normes de la congrégation des sœurs Marianites de Sainte-Croix, archives des Maria (...)

44Les nouvelles constitutions sont approuvées par la Sacrée Congrégation des religieux le 15 septembre 198237. En pratique, quelles modifications sont apportées à la vie religieuse des Marianites ? Celle-ci est désormais réglée par 104 articles. Ces nouvelles « normes » présentent très peu de points communs avec les 1172 règles rédigées par le neveu du fondateur.

  • 38 Normes, art. 9, p. 27.
  • 39 Normes, art. 72 à 78, p. 65 et 66.
  • 40 Constitutions de 1982, art. 22, p. 36.

45Tout d’abord, il n’y est plus question d’encadrer chaque instant de la vie des religieuses. Au contraire, en précisant que les sœurs de chaque communauté locale participent à l’établissement de l’horaire journalier, les « normes » les rendent responsables de l’organisation de leurs journées38. Autre rupture avec la tradition, le droit d’expression, accordé durant la période d’expérimentation, est confirmé par l’instauration de l’élection des responsables39. Enfin, l’obéissance n’est plus vécue d’une manière aussi étroite qu’auparavant. Place est faite au « dialogue ouvert et confiant40 ».

  • 41 Constitutions de 1982, art. 23, 24, 26, p. 40 et 41.
  • 42 Annales, t. II, p. 148.

46En encourageant et en stimulant les sœurs individuellement, l’autorité cherche à développer chez elles des habitudes adultes41, car elles doivent prendre des décisions responsables dans le cadre de leurs nouvelles missions apostoliques. Ainsi, au printemps 1974, des sœurs Marianites en poste à Andouillé, dans la Mayenne, s’impliquent dans un conflit du travail en participant à un mouvement de grève des éducateurs en formation. L’une d’elles devient même déléguée du personnel, en tant que salariée42.

  • 43 Lettre-circulaire no 425 du 12 juin 1967, archives des Marianites.

47Ces divers assouplissements des règles traditionnelles ont pour effet de provoquer de nombreux départs de Marianites qui s’aperçoivent alors que la vie religieuse n’est pas le style de vie pour elles. Rien de surprenant à cela car quelques-unes de ces sœurs songeaient à quitter plus tôt la congrégation, mais ne se sentaient pas libres de le faire. Entre 1970 et 1974, la congrégation perd 67 jeunes sœurs, soit 12 % de son effectif global43 que la crise des vocations ne permettra jamais de combler.

  • 44 Lettre-circulaire no 435, 10 décembre 1968.

48A côté des nouvelles normes, les décisions prises au cours des chapitres apportent régulièrement des modifications dans la vie communautaire et personnelle des Marianites. En 1968, par exemple, l’autorisation est donnée aux sœurs de reprendre leur nom de baptême44. L’année suivante, les relations au sein de la congrégation sont modifiées avec l’adoption du tutoiement entre sœurs, et même avec les supérieures.

  • 45 Annales, t. II, p. 118, 135, 154.

49Signe le plus visible de l’insertion des sœurs dans la société moderne, l’habit religieux est l’objet de modifications successives à partir de 1964. Un nouveau costume simplifié est agréé par la Sacrée Congrégation des Religieux, en septembre 1966. Mais cet habit a une existence éphémère. Dès le mois de décembre 1968, une demande est faite, par un certain nombre de sœurs, de porter un habit laïc afin d’entrer plus facilement en relation avec les jeunes et les catholiques non pratiquants. La permission est accordée, mais limitée aux sœurs engagées dans certains apostolats. Elle est étendue à tous les membres de la congrégation en 197345.

  • 46 Annales, t. II, p. 191 et 335.

50Enfin, l’abandon d’un style de vie monastique pour une vie de service dans le monde, suppose de la part de ces religieuses une plus grande insertion dans la société. Pour répondre au renouveau demandé par les pères conciliaires, la vie communautaire se devait d’être plus réaliste. Afin d’être plus proches des problèmes rencontrées par les populations pauvres, les sœurs ont changé de style de vie. En France, les Marianites, désirant ne pas rester enfermées dans des structures périmées, sont sorties de leurs couvents pour s’ouvrir au monde ouvrier, rejoindre des cités nouvelles, vivre en HLM ou dans des maisons plus petites, situées autant que possible à proximité de leurs nouvelles activités professionnelles46.

Conclusion

51En résumé, la congrégation des sœurs Marianites de Sainte-Croix a connu une histoire peu banale, scandée par des épisodes assez singuliers qui la démarquent des nombreuses congrégations féminines françaises de vie active apparues au cours du XIXe siècle.

52Sur ses 160 ans d’existence, ses soixante premières années furent difficiles. D’autre part, il apparaît qu’elle ne doit son expansion qu’à la farouche volonté de la première supérieure générale qui a tout fait pour la sauver, par fidélité à la pensée de son fondateur, Basile Moreau. Enfin, le cours de son histoire a maintes fois été troublé par des contraintes extérieures au couvent : à cause de certains comportements humains, comme l’attitude d’évêques usant de leur omnipotence ; à cause de sévères mesures législatives imposées aux congrégations par le pouvoir civil ; à cause de la remise en question des traditions demandée par le concile Vatican II.

53C’est au moment où la congrégation était entrée dans une phase d’expansion soutenue qu’elle subit le sort commun à toutes les congrégations religieuses : elle est frappée de plein fouet par la crise des vocations. Si elle a, tant bien que mal, surmonté les nombreuses difficultés qui ont jalonné son histoire, ce nouveau défi apparaît comme le plus grave et le plus difficile à relever. Réussira-t-elle à le faire ? Sinon, en tenant compte des données démographiques actuelles, c’est-à-dire un effectif de 210 professes âgées, l’extinction de la congrégation est prévisible à l’horizon 2042, deux cents ans après la fondation de la première communauté.

Notes

1 Pierre Foucault, « Le recrutement du clergé séculier dans le diocèse du Mans entre 1801 et 1869 », La Vie Mancelle, no 102, Le Mans, février 1970.

2 Étienne et Tony Catta, Le T.R.P. Basile-Antoine Moreau et les origines de la congrégation de Sainte-Croix, Fides, 1950, t. I, p. 251 et 252.

3 Étienne et Tony Catta, op cit., t. I, p. 265 à 271.

4 Étienne et Tony Catta, op. cit., t. I, chap. xi.

5 Étienne et Tony Catta, op. cit., t. I, p. 311.

6 Étienne et Tony Catta, op. cit., t. I, p. 371.

7 Annales, t. I, p. 10, archives des Marianites.

8 Résumé d’une lettre certifiée « copie conforme à l’original », archives des Marianites.

9 Henriette Démaret et Marie-Hélène Olivereau, Sœurs de la Charité Notre-Dame d’Évron, Siloë, avril 2000, p. 247.

10 Annales, t. I, p. 27 et 28.

11 Étienne et Tony Catta, op. cit., t. I, chap. xix.

12 Étienne et Tony Catta, La T.R. Mère Marie des Sept Douleurs, Tours, Mame, 1958, p. 66.

13 Basile Moreau, Lettre circulaire no 77, 25 mai 1856.

14 Dossier Affaires des religieux, archives des Marianites.

15 Étienne et Tony Catta, Basile Moreau…, t. II, chap. xxxiv.

16 André Ligné, Naissance et évolution d’une congrégation religieuse : les sœurs Marianites de Sainte-Croix du Mans, thèse de doctorat, Université du Maine, 2005, p. 67 et suivantes.

17 Edouard Sorin à Marie des Sept Douleurs, 28 novembre 1868, archives des Marianites.

18 Registre des délibérations du conseil général, 1867-1873, archives des Marianites.

19 Dossier Chapitres généraux, archives des Marianites.

20 Dossier Correspondance avec le Saint-Siège, archives des Marianites.

21 Dossier Correspondances diverses, télégramme daté du 30 avril 1880, archives des Marianites.

22 Marie des Sept Douleurs à Mgr d’Outremont, 4 juin 1880, archives de l’évêché du Mans.

23 Archives Départementales de la Sarthe, 6V2, Direction de la Sûreté générale au député Anselme Rubillard.

24 Lettre adressée à A. Rubillard par le ministère de l’Intérieur, le 19 juillet 1881, archives des Marianites.

25 Charles Moreau, Documents authentiques pour l’histoire de la vie et des œuvres du TRP Basile Moreau, recueillis suivant l’ordre chronologique, p. 620.

26 Communication de J. Morange, colloque Des congrégations et de leur reconnaissance légale, tenu à Sceaux, le 31 mai 1991, Notes et études documentaires, p. 23.

27 Dossier Correspondances diverses, archives des Marianites.

28 Ce passage s’appuie sur le travail d’Antoine Prost, L’enseignement en France, Paris, A. Colin, 1968.

29 Annales, t. I, p. 375.

30 Annales, t. I, p. 280, 302, 377 et 433.

31 Annales, t. I, p. 411.

32 Sœur Marie Gaetan Doriocourt aux religieuses, juillet 1964, archives des Marianites.

33 Annales, t. II, p. 327 et 332.

34 Annales, t. II, p. 116.

35 Ibid.

36 Expression figurant dans la synthèse des réponses, p. 8, archives des Marianites.

37 Constitutions et normes de la congrégation des sœurs Marianites de Sainte-Croix, archives des Marianites.

38 Normes, art. 9, p. 27.

39 Normes, art. 72 à 78, p. 65 et 66.

40 Constitutions de 1982, art. 22, p. 36.

41 Constitutions de 1982, art. 23, 24, 26, p. 40 et 41.

42 Annales, t. II, p. 148.

43 Lettre-circulaire no 425 du 12 juin 1967, archives des Marianites.

44 Lettre-circulaire no 435, 10 décembre 1968.

45 Annales, t. II, p. 118, 135, 154.

46 Annales, t. II, p. 191 et 335.

Auteur

Docteur en Histoire, Université du Maine – CERHIO

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540