Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Deuxième sous-partie. Les réseaux catholiques

Le Bon-Pasteur du Mans : lieu de pénitence, d’éducation, de détention et d’apprentissage de la vie religieuse

Marinette Barré-Havard

Texte intégral

1La Ville du Mans a besoin d’un établissement pour prendre en charge des « filles et femmes perdues », c’est l’opinion de deux dames charitables – mesdames Brière et Paumier – qui réussiront à intéresser à leur projet Marie-Euphrasie Pelletier (fondatrice de la majorité des Bon-Pasteur de France) et Basile Antoine Moreau (fondateur de la congrégation de Sainte-Croix au Mans). Le Bon-Pasteur du Mans est officiellement ouvert le 3 mai 1833 dans une maison rue des Arènes. Il prendra ses quartiers définitifs, dans les lieux d’une ancienne fabrique de bougies, rue de Claircigny dès octobre 1833. Fruit de tensions entre ses deux fondateurs, l’institution religieuse rompt avec la congrégation de sa fondatrice pour rejoindre la congrégation mère et ainsi retrouver son indépendance après seulement 18 mois d’existence. L’établissement du Mans dépend de l’ordre Notre-Dame de Charité et du Refuge dont la maison mère est à Caen. Désormais, il ne devrait plus s’appeler Bon-Pasteur mais Refuge. Par quel mystère cet établissement gardera-t-il pendant toute son existence le nom de Bon-Pasteur ? Dans tous les courriers en partance du monastère, les sœurs apposeront toujours cette formule : « monastère Notre-Dame de Charité et du Refuge dit Bon-Pasteur ». La population mancelle, quant à elle cite, cet établissement comme étant celle du « Bon-Pasteur, la maison de correction pour filles ». Le Refuge est actif et accueille les

« filles et femmes qui, étant tombées dans le libertinage, s’en veulent retirer pour se convertir à Dieu, on y recevra (autant que la commodité et les moyens le permettront) toutes celles qui se présenteront pourvu qu’on reconnaisse en elles les qualités suivantes :

  1. qu’elles paraissent touchées de Dieu et veulent se convertir ;
  2. qu’elles entrent volontairement dans la dite maison ; car on ne sera point obligé d’en recevoir par force ni par contrainte :
  3. qu’on ait aucun doute qu’elles soient enceintes ou infectées de quelque maladie qui puisse causer du mal aux autres1 ».
  • 2 Il s’agit d’un ordre religieux qui a ses propres règles et constitutions, ses propres locaux au se (...)

2Le Refuge commence alors à s’organiser en lieux distincts. Deux lieux ouvrent simultanément lors de sa création : la classe des pénitentes et la classe des orphelines. La première peut se définir comme un lieu de rééducation et de pénitence pour toutes les « filles et femmes perdues ». La seconde se veut au départ un lieu de bonne éducation, de type pensionnat. Très vite, c’est la préservation qui récupère cette fonction, tandis que l’orphelinat se cantonne à la formation des filles aux métiers de domesticité ou d’ouvrière. Si les deux classes sont des pensionnats, la préservation s’adresse aux jeunes filles dites de bonne famille tandis que l’orphelinat s’adresse à des jeunes filles en difficulté issue de familles elles aussi en difficulté. Dans un second temps, dès 1850, il est demandé au Bon-Pasteur de se muer en lieu de détention pour les mineures par le biais de l’ouverture d’une colonie agricole. Enfin, le Bon-Pasteur est également un lieu d’apprentissage de la vie religieuse à travers son noviciat mais également avec les Madeleines2.

Le lieu de rééducation et de pénitence

3Le propre d’un Refuge est d’accueillir toute personne de sexe féminin qui veut se retirer du monde pour changer de vie, avec une prédilection pour l’accueil des filles et des femmes qui veulent quitter le monde de la prostitution ou s’éloigner d’une vie de débauche. Pour répondre à ce besoin, le Bon-Pasteur du Mans se dote d’un règlement qui définit cette population :

  • 3 Règlement pour la maison dite du Bon-Pasteur – brouillon, Archives départementales de la Sarthe (A (...)

« Chapitre premier : les pénitentes
Art. 1 la maison du Bon-Pasteur admet sur leur demande si elles sont majeures et maîtresses de leur fortune ou sur la demande des familles si elles sont mineures, les filles et femmes qui repentantes de leurs égarements désirent le corriger par la religion la retraite et le travail.
Elles prennent le titre de pénitentes
Leur admission est gratuite ou rétribuée suivant leurs moyens de fortune ou de condition eu égard aux circonstances.
Les pénitentes sont libres de quitter la maison quand elles le veulent ou quand il en a été décidé par leurs familles père mère ou tuteurs.
Elles peuvent être pareillement encloses sur décision de la supérieure
Art. 2 ne sont admises les personnes atteintes de maladies honteuses cutanées ou incurables3. »

  • 4 Yves Roumajon, Enfants perdus enfants punis, Robert Laffont, Paris, 1989, p. 208.

4Ces jeunes filles et femmes doivent « réapprendre à vivre autrement ». Le Refuge est conçu de telle façon que les lieux affectés au groupe de pénitentes soient sans communication possible avec les autres groupes le composant (Figure 1). Enfermées sans contact avec l’extérieur, leur journée de travail est scandée par les exercices religieux auxquels elles doivent se soumettre pour sauver leur âme. Elles entrent en communauté par des rituels décrits par Yves Roumajon : « Le sentiment profond de ces pieuses animatrices (les religieuses) était que la réadaptation pour le monde et donc la sortie de leurs pensionnaires, n’était pas la meilleure solution pour préparer leur avenir. Aussi obligeaient-elles chaque arrivante à sacrifier sa chevelure au même titre que les véritables postulantes4. » Les pénitentes, comme les autres pensionnaires de la maison, sont rendues anonymes par le port d’un costume « uniforme » fourni par la maison. L’attribution d’un prénom choisi par le Bon-Pasteur devient leur seule identité valide.

Figure 1. – Les différentes parties de l’établissement de Notre-Dame de la Charité. (Carte postale de E. de Sauverzac, photographe au Mans, no 9 sur une série de 15, entre 1900-1920, collection particulière.)

5Toute entrante se doit d’occuper un travail, juste rétribution de sa prise en charge par la communauté. Peu de traces subsistent sur les premiers travaux imposés aux jeunes. Nous savons qu’il existait des ateliers de confection d’habits religieux, de couture, de broderie, une blanchisserie très utilisée par les manceaux, une ferme nécessaire à l’approvisionnement de la communauté et du refuge. Si le travail est une composante essentielle de la rééducation de ces pénitentes pendant tout le XIXe siècle, les sources ne permettent pas en l’état de déterminer si un travail particulier leur est exclusivement attribué. Une évolution intervient certes lorsque l’école est rendue obligatoire. Mais quelque soit leur niveau scolaire, elles sont inscrites en apprentissage dès l’âge de douze ans. Là encore, il est difficile de déterminer la nature de cet apprentissage, les dossiers n’apportant que peu de précisions. Par contre ces mêmes dossiers nous apprennent que les filles qui ont plus de douze ans à leur entrée, sont inscrites dans les quinze jours suivants en apprentissage.

  • 5 Jusqu’en 1951, les classes porteront des noms de saints. Après cette date, aucun des groupes dans (...)
  • 6 Saint-Cœur de Marie regroupait les jeunes qui voulaient rester, les jeunes qui voulaient devenir r (...)
  • 7 Selon un témoignage, après 1951, les groupes sont composés de la manière suivante : les Alouettes (...)

6Ce groupe de pénitentes se divise en plusieurs classes, composées chacune d’un effectif de 50 à 60 jeunes, et portant un nom de saint5. La première classe portera le nom de Saint-Augustin, la deuxième qui apparaîtra en 1844 sera nommée Sainte-Thaïs, puis une classe Sainte-Pélagie est créée en 1854. Le choix des saints ne doit rien au hasard. Les trois vies sont celles de sujets ayant abandonné une vie « facile, aisée, de débauche » pour une vie monastique : ce que les religieuses demandent aux entrantes. Pour toutes ces pénitentes, l’aboutissement de la rééducation est l’admission dans la classe Saint-Cœur de Marie6. Elles deviennent alors des servantes de Dieu et ont sauvé leur âme7.

Un lieu de formation

  • 8 Notice sur Notre-Dame de Charité et du Refuge, 1849, p. 4.

7Dès sa création, le Bon-Pasteur du Mans a quelque peu aménagé ses principes fondamentaux. Il crée à proximité du refuge un orphelinat et une préservation pour s’ouvrir à l’éducation des jeunes filles dans le strict respect de la religion. La préservation est un pensionnat pour jeunes filles issues de familles irréprochables qui veulent donner une éducation vertueuse à leurs enfants. Les préservées sont « ces jeunes filles n’ayant point commis de faute, le règlement de cette classe n’est pas tout à fait le même : on les instruit, on forme leurs cœurs, les avertissant avec prudence des écueils qu’elles rencontreront dans la société ; leur donnant l’amour de l’ordre, du travail et les disposant à devenir des femmes sages et utiles8 ». L’établissement est décrit ainsi dans une brochure du Bon-Pasteur de Metz :

  • 9 ADS, fonds Calendini, 13F680, brochure du Bon-Pasteur de Metz.

« On enseigne dans ce pensionnat, les principes de la religion, la lecture, l’écriture, le calcul, l’orthographe, la géographie et l’histoire ; en s’appliquant néanmoins spécialement, chaque jour, aux travaux manuels qui conviennent aux femmes, tels que la couture, la broderie, les reprises, le raccommodage, etc. On admet dans cette classe que des enfants dont la conduite est irréprochable, et dont la famille est honnête9. »

8Au Mans, cette classe porte le nom de Sainte-Marie. Construite en 1842, elle ouvre ses portes le 3 mai.

  • 10 Coutumier Notre-Dame de Charité et du Refuge, quatrième partie, les directoires, p. 267.
  • 11 Ibid., p. 272.
  • 12 Ibid., p. 266.

9Même si ces jeunes filles sont confiées par leur famille au Refuge, elles ne peuvent pas sortir ni communiquer librement avec l’extérieur : toute visite au parloir ne se fait qu’en présence d’une religieuse. L’éducation est basée sur une solide connaissance « des vérités de la religion chrétienne10 ». Selon leur capacité, elles apprennent à lire écrire et compter. Elles doivent également observer un comportement calme, « parler d’un ton raisonnable et […] ne point faire de ris (rires) immodérés ». Le coutumier précise également qu’elles « auront chacune leur lit, et l’on ne souffrira point qu’elles couchent deux ensemble ; si la maîtresse s’en aperçoit, elle les punira11 ». Les préservées ont, elles aussi, la vêture significative de leur condition. Les religieuses espèrent que la famille va donner son accord pour qu’elles endossent « l’habit blanc et le petit voile, au moins les fêtes et les dimanches […]. Elles auront sous le voile un bonnet avec une petite dentelle ou toile frisée autour, et une guimpe de même toile que le voile, faite à notre façon12 ». La préservation en tant que telle, a continué après la Seconde Guerre mondiale à travers une classe qui regroupe les jeunes filles intellectuelles, de bonne réputation et de « bonne famille » ainsi que les nièces des religieuses.

10Les orphelines, quant à elles, sont placées par leur famille (père, mère, tuteur, sœur…) mais également par les autorités (municipales, préfectorales, policières, judiciaires…). Le règlement des orphelines de 1845-1852 nous les présente ainsi :

  • 13 ADS 72, série V, 6V26, règlement pour la maison dite du Bon-Pasteur au Mans.

« Les orphelines et l’enfant de sexe féminin qui se trouvent abandonnées par leurs parents sont admises dans la maison pour y être élevées et mise à même de gagner leur vie honnêtement dans le monde. Les orphelines ne sont pas admises avant l’âge de cinq ans accomplis13. »

  • 14 Notice sur Notre-Dame de Charité et du Refuge, 1849, p. 4.
  • 15 À l’origine, les apprentissages scolaires se font en dehors du temps de travail, puis le temps spé (...)

11Ces jeunes filles ne sont en fait pas toujours orphelines, même d’un seul parent. La lecture des registres nous apprend notamment qu’elles sont placées en raison de leur caractère difficile ou bien pour des problèmes de comportement, des mauvaises fréquentations qui font craindre pour l’avenir. Pour ces jeunes enfants et jeunes filles, il n’est pas question de repentir, d’amendement, mais bien d’éducation. La classe Saint-Louis de Gonzague, issue de la séparation entre les préservées et les orphelines en mai 1842, compte 34 enfants en 1849. Ces enfants « reçoivent les leçons qui sont en rapport avec leur âge. On les forme de bonne heure au travail, à la vertu […] le règlement de cette classe est approprié à de jeunes enfants et propre au développement physique et moral. Elles se lèvent plus ou moins tard selon les saisons et ont quatre récréations par jour14 ». Pour elles, l’école n’est pas une priorité. Le but de leur éducation est la préparation à un métier qui les fera vivre. Elles deviennent bien souvent domestiques, cuisinières, lingères, couturières, blanchisseuses15. Les dossiers nous montrent que les jeunes filles étaient très rapidement orientées vers l’apprentissage, dès 10 ans à la fin du XIXe siècle, à 12 ans au début du XXe siècle, puis à 14 ans ensuite. Une école ménagère ouvrira dans l’enceinte du Bon-Pasteur en 1953. Des cours sont mis en place pour la préparation des CAP de brodeuse lingère, blanchisseuse, coupe couture. Pour quelques-unes, un CAP d’employé de bureau ouvre cet éventail réduit de formations vers 1958. Mais jusqu’en 1979, pour toutes les jeunes qui ne pouvaient pas réussir un CAP, il y avait obligatoirement la classe de jardinage, les classes de broderie ou un atelier de confection. La possibilité de poursuivre ses études jusqu’au BEPC n’a été possible qu’à partir de 1963 et seulement pour une vingtaine de jeunes sur les 200 présentes.

Le Bon-Pasteur lieu de détention

12La colonie de Mettray accueille de jeunes garçons mais les autorités n’avaient aucun lieu de ce type pour placer les jeunes filles. Aussi dès 1845, le préfet de la Sarthe se souciant du sort des mineures incarcérées dans la prison du Mans, demande-t-il au Bon-Pasteur de devenir ce lieu de détention qui fait cruellement défaut. La création de la colonie agricole pour filles est en fait un des arguments favorables à la reconnaissance légale tant espérée par le Bon-Pasteur depuis 1845. Le Bon-Pasteur répond donc favorablement à cette demande et commence à accueillir des jeunes détenues avant même que l’autorisation légale ne soit accordée. Le Bon-Pasteur est reconnu d’utilité publique le 16 mars 1852 et la colonie ouvre ses portes officiellement le 17 juillet 1856. À partir de ce moment, le Bon-Pasteur est habilité par l’État à recevoir des jeunes filles de moins de 16 ans acquittées pour manque de discernement, mais condamnées à être élevées ou détenues dans une maison de correction ou dans une colonie agricole ou industrielle et ce jusqu’à leur vingtième année.

  • 16 Devilleneuve et Carelle, Lois annotées 1848-1854, troisième partie du Recueil général des lois et (...)
  • 17 Ibid., article 17.
  • 18 ADS, sérieY, 1Y66, liste des détenues de 1860 à 1871 (11 documents).
  • 19 ADS, série Y, 1Y66, traité entre la préfecture et le Bon-Pasteur pour les jeunes détenues, 17 juil (...)
  • 20 ADS, sérieY, 1Y66, liste des détenues de 1860 à 1871.
  • 21 ADS, série Y, 1Y66, traité entre la préfecture et le Bon-Pasteur pour les jeunes détenues, 17 juil (...)

13Le Refuge se dote donc d’un lieu spécifique à l’enfermement de ces jeunes détenues âgées de 6 à 16 ans, dont la seule perspective est la sortie à l’âge de vingt ans. Toutes les jeunes sont admises après décision judiciaire de placement en maison de correction. Le placement fait suite à des délits (vols et tentative, mendicité, vagabondage, incendies, mœurs, immoralité, blessures…) et donc à un jugement. La correction paternelle approuvée par un juge est également un motif de placement dans une colonie pénitentiaire. Les bases de fonctionnement sont données dans la loi de 1850. À leur arrivée à la colonie correctionnelle, « les jeunes détenues sont renfermées dans un quartier distinct et appliquées à des travaux sédentaires16 » pendant trois mois. Ensuite seulement, elles peuvent être admises aux travaux agricoles si leur conduite le permet. « Les jeunes filles détenues dans les maisons pénitentiaires sont élevées sous une discipline sévère et appliquées aux travaux qui conviennent à leur sexe17. » Les tableaux trimestriels18 qui font état de la situation des jeunes détenues permettent de constater qu’elles sont soumises à une formation conforme à l’engagement pris par le Bon-Pasteur de « faire enseigner à ces jeunes filles dans l’établissement, selon leur aptitude, les états de lingère, d’ouvrière en robe, de ravaudeuse ou de brodeuse et de les entretenir dans l’instruction religieuse et primaire19 ». Mission accomplie, toutes les jeunes sortent avec une qualification professionnelle20 (ouvrière, lingère, ravaudeuse, domestique, boulangère, vachère, couturière, domestique agricole, rarement brodeuse, formée au service domestique), c’est du moins ce qui ressort des documents transmis par le Bon-Pasteur à l’administration. En réalité peu de jeunes détenues arrivent avec une formation professionnelle et si elles en ont une, elles la perdent au profit d’une autre qualification (une giletière devient agricultrice, une domestique vachère, une piqueuse de bottines ouvrière). L’instruction primaire se limite à savoir lire écrire et compter. Les jeunes détenues ne subissent pas un internement oisif, elles doivent travailler pendant toute la durée de leur détention et le traité passé entre l’administration et le Bon-Pasteur stipule « que le produit du travail des jeunes détenues est abandonné entièrement à la communauté […]21 ».

  • 22 ADS, série V, 6V26, correspondance entre le monastère Notre-Dame de Charité et du Refuge et la pré (...)

14Le statut de la colonie évolue. En 1890, un courrier22 indique que la classe de jeunes détenues est supprimée. Le Bon-Pasteur n’est plus une colonie agricole, pas plus qu’une maison de correction ou une prison pour mineures. Cependant il continue à accueillir les jeunes filles placées au titre de la correction paternelle, puis par la suite, à la demande du Juge pour enfants au titre de l’ordonnance de 1945 ou de la protection de l’enfance et ce jusqu’à sa fermeture en 1979. Les témoignages oraux nous désignent le Bon-Pasteur comme un bagne pour enfants dans les années 1920. On parle ensuite de maison de correction. Que ce soit au titre de la correction paternelle, de l’ordonnance de 1945 ou au titre de la protection de l’enfance, le placement au Bon-Pasteur pouvait être vécu comme un emprisonnement dans la mesure où dès son entrée la jeune fille est coupée de l’extérieur : aucun courrier ne part sans avoir été lu, aucun ne rentre sans avoir été ouvert, aucune sortie n’est autorisée au cours des trois premiers mois, les vacances en famille sont exceptionnelles. Cette image de lieu d’enfermement durera jusqu’à la fermeture du Refuge.

Le Bon-Pasteur lieu d’apprentissage de la vie religieuse

15Bien entendu, comme tout monastère de son ordre, le monastère Notre-Dame de Charité et du Refuge a en charge la formation de ses novices. Recrutées à l’extérieur du monastère, les novices comme les religieuses ont un rôle précis à jouer dans le bon fonctionnement du Refuge. Aucune jeune fille ou femme ayant été accueillie au Refuge ne peut devenir religieuse de l’ordre Notre-Dame de Charité et du Refuge, les constitutions de l’ordre l’interdisent. Pour rester dans le monastère, elles peuvent intégrer un des deux « sous-monastères » accessibles : la classe des Madeleines s’ouvre aux pénitentes, tandis que la classe Saint-Cœur de Marie s’ouvre aux orphelines.

  • 23 Les missions apostoliques du Bon-Pasteur, Recherches historiques, tome II, Bon Pasteur d’Angers, A (...)
  • 24 Ibid., p. 68.
  • 25 Selon le témoignage de Sœur Marie-Françoise, les changements de nom sont intervenus en 1951. Les f (...)

16À leur majorité, les pénitentes peuvent quitter le Bon-Pasteur sans justification et de leur plein gré. À la lecture des registres et dossiers, on s’aperçoit que les sortantes, en grande majorité, sont remises à un membre de leur famille ou à leur tuteur. Pour toutes celles qui ne veulent plus sortir du Bon-Pasteur, il reste la possibilité de devenir Madeleine si toutefois elles peuvent prétendre être religieuses. Elles en font la demande à la supérieure du Monastère et intègrent la classe en temps que postulantes, puis comme novices pendant au minimum deux ans avant de devenir religieuses sous le vocable de Madeleines (du Calvaire, du Cénacle, du Saint-Suaire, de la Compassion…). La classe des Madeleines forme une communauté religieuse ayant ses propres locaux au sein du monastère Notre-Dame de Charité et du Refuge, indépendante dans son noviciat, ses règles et ses constitutions. Indépendante et cependant indissociable du monastère puisque la supérieure des Madeleines est également la supérieure du monastère. Dans cette classe les ex-pénitentes font l’apprentissage de la vie de religieuse, prononcent des vœux annuels pendant au moins vingt-cinq ans avant de pouvoir prononcer des vœux définitifs. La vie est rythmée par les prières, les offices, le travail, les repas et les pénitences. L’observance de la clôture y est stricte, « les parloirs sont rares et la correspondance réduite au minimum23 ». Il est interdit aux ex-pénitentes de se mélanger ou de côtoyer les autres pensionnaires et les sœurs de Notre-Dame de Charité et du Refuge à l’exception des sœurs désignées pour leur servir de maîtresses. Le travail est le gagne-pain indispensable et occupe de longues heures dans la journée. « Le travail, couture ou broderie, est parfois ingrat : on confie aux sœurs madeleines le plus difficile, la préparation du travail proposé aux jeunes24 ». Avant la Seconde Guerre mondiale, les Madeleines changent de nom. Sœur Marie-Françoise entrée au Bon-Pasteur en 1933 les désigne ainsi sous le nom de Sœurs de Béthanie25.

  • 26 Selon le témoignage de Sœur Marie-Françoise.

17Les pénitentes qui ne veulent pas quitter le Bon-Pasteur et ne peuvent pas prétendre devenir religieuses, ont la possibilité d’intégrer la classe Saint-Cœur de Marie. Elles vivent au rythme de la vie religieuse, et prononcent des vœux annuels. Leur situation les apparente à des sœurs oblates. Non cloîtrées, elles ont une petite vie de communauté et sont chargées des relations avec l’extérieur. Ce sont elles par exemple qui « portent le linge lavé avec une charrette26 ». Si en 1933, elles sont encore présentes et nommées comme telles, par contre leur classe disparaît en 1951. Sont-elles définitivement intégrées à la communauté religieuse ?

18Le Bon-Pasteur accueille aussi des pensionnaires à ses débuts et au moins pendant tout le XIXe siècle. Ces femmes, n’intègrent pas le Refuge mais vivent au rythme de la communauté pour une retraite religieuse dans un endroit ouvert à leur intention. Elles ne sont bien évidemment pas cloîtrées, entrent et sortent de la communauté à leur gré et selon l’accord qu’elles passent avec la supérieure. Certaines pensionnaires choisissent de venir finir leurs jours à la communauté et font don de tous leurs biens au monastère. Après la seconde guerre mondiale, les pensionnaires n’apparaissent plus dans les registres du refuge, si elles fréquentent encore le Bon-Pasteur c’est au sein de la communauté et leurs traces se trouvent dans les registres de la communauté et non du Refuge.

Le Bon-Pasteur lieu complexe

19Le refuge Notre-Dame de Charité dit Bon-Pasteur du Mans, est un lieu complexe. Il permet l’existence de groupes de vie très différents à l’intérieur de la même enceinte, dans des locaux géographiquement proches voire contigus. En plus de tous ces groupes de vie, il ne faut pas oublier le monastère en lui-même. Sans lui, le refuge n’existerait pas, mais sans refuge, le monastère n’a aucune raison d’être. Le rythme de vie se fait au rythme des offices religieux, des prières, des repas, du travail et de la saison. L’oisiveté étant la mère de tous les vices, les récréations sont courtes, et il est de bon ton de donner ce temps en travaux d’aiguilles. Le travail quel qu’il soit est accompagné de chants religieux, de lecture de vie de saints ou de silence mais pas de bavardages et ce encore en 1960. L’apprentissage scolaire n’est pas une priorité, excepté pour les préservées qui donneront au Bon-Pasteur ses lettres de noblesse.

20Si le Bon Pasteur du Mans a gardé une renommée de maison de correction, c’est en grande partie parce qu’il a été une prison pour mineures. Son éducation religieuse rigide dispensée derrière de hauts murs à l’abri des regards renforce cette image de prison. Il reste un lieu secret pour les parents des jeunes filles autant que pour les populations avoisinantes concernés, et à ce titre, il a toujours suscité la curiosité. Les sorties des jeunes filles en rang et en uniforme, en silence et étroitement surveillées, dans les rues du Mans, à partir des années 1960 n’ont fait qu’alimenter cette image de maison de correction.

21En 1979, le monastère Notre-Dame de Charité dit Bon-Pasteur ferme son Refuge. Faute de religieuses pour s’occuper des jeunes filles placées par les juges des enfants, le relais est passé à une association laïque. L’établissement qui a repris le Refuge quitte l’enceinte du monastère de façon définitive en 1985. Le monastère qui se doit toujours d’avoir un Refuge, adapte ses constitutions pour le transformer en maison de retraite pour religieuses et laïques, avec un personnel laïque. Sa mission d’accueil est maintenue même si elle s’est modifiée et ne s’adresse plus aux femmes perdues.

Notes

1 Règle et constitutions pour les religieuses de Notre-Dame de Charité, Imprimerie polyglotte vaticane, Rome, 1911, p. 84-85.

2 Il s’agit d’un ordre religieux qui a ses propres règles et constitutions, ses propres locaux au sein du monastère et qui est sous la direction de la mère supérieure du monastère. Il représente l’aboutissement du rôle salvateur du refuge puisqu’il accueille les jeunes filles qui veulent entrer en religion dans la continuité de leur placement au refuge.

3 Règlement pour la maison dite du Bon-Pasteur – brouillon, Archives départementales de la Sarthe (ADS), série V, 6V26.

4 Yves Roumajon, Enfants perdus enfants punis, Robert Laffont, Paris, 1989, p. 208.

5 Jusqu’en 1951, les classes porteront des noms de saints. Après cette date, aucun des groupes dans sa composition, n’a de ressemblance même lointaine avec les classes de pénitentes.

6 Saint-Cœur de Marie regroupait les jeunes qui voulaient rester, les jeunes qui voulaient devenir religieuses sans en avoir toute la possibilité. Ce sont des sœurs oblates non cloîtrées avec une petite vie de communauté, des tertiaires qui ne sont pas religieuses. Elles prononçaient des vœux annuels. Information recueillies auprès d’une sœur du Bon Pasteur du Mans, novice en 1933.

7 Selon un témoignage, après 1951, les groupes sont composés de la manière suivante : les Alouettes (les filles les plus dures), les Liserons (celles qui sont un peu limitées), les Bleuets (les intellectuelles et les nièces des « bonnes sœurs »), les Genêts (les rurales), le Nid (les petites), Clairval (les bleuets sans les nièces), les Tamaris (sans grosses déviances).

8 Notice sur Notre-Dame de Charité et du Refuge, 1849, p. 4.

9 ADS, fonds Calendini, 13F680, brochure du Bon-Pasteur de Metz.

10 Coutumier Notre-Dame de Charité et du Refuge, quatrième partie, les directoires, p. 267.

11 Ibid., p. 272.

12 Ibid., p. 266.

13 ADS 72, série V, 6V26, règlement pour la maison dite du Bon-Pasteur au Mans.

14 Notice sur Notre-Dame de Charité et du Refuge, 1849, p. 4.

15 À l’origine, les apprentissages scolaires se font en dehors du temps de travail, puis le temps spécifiquement consacré aux activités scolaires augmente.

16 Devilleneuve et Carelle, Lois annotées 1848-1854, troisième partie du Recueil général des lois et arrêts, article 4.

17 Ibid., article 17.

18 ADS, sérieY, 1Y66, liste des détenues de 1860 à 1871 (11 documents).

19 ADS, série Y, 1Y66, traité entre la préfecture et le Bon-Pasteur pour les jeunes détenues, 17 juillet 1856.

20 ADS, sérieY, 1Y66, liste des détenues de 1860 à 1871.

21 ADS, série Y, 1Y66, traité entre la préfecture et le Bon-Pasteur pour les jeunes détenues, 17 juillet 1856.

22 ADS, série V, 6V26, correspondance entre le monastère Notre-Dame de Charité et du Refuge et la préfecture à propos de l’aliénation d’un titre de rente, 20 mai 1890.

23 Les missions apostoliques du Bon-Pasteur, Recherches historiques, tome II, Bon Pasteur d’Angers, Angers, 1994, p. 69.

24 Ibid., p. 68.

25 Selon le témoignage de Sœur Marie-Françoise, les changements de nom sont intervenus en 1951. Les filles sont alors issues du groupe des préservées et non plus de celui des pénitentes. La Béthanie existait encore lors de la fermeture du Refuge fin 1979, mais comme elle fait partie intégrante de la communauté religieuse, impossible pour le moment de savoir si elle était encore fonctionnelle ou déjà en reconversion.

26 Selon le témoignage de Sœur Marie-Françoise.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Les différentes parties de l’établissement de Notre-Dame de la Charité. (Carte postale de E. de Sauverzac, photographe au Mans, no 9 sur une série de 15, entre 1900-1920, collection particulière.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteur

Doctorante, Université du Maine, CERHIO. Éducatrice spécialisée.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540