Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Première sous-partie. Formation et vocation ecclésiastique

La formation du clergé dans le Maine au XIXe siècle

Pierre Foucault

Texte intégral

  • 1 Sur toutes ces tractations et les premières années du séminaire, voir les indications données par (...)
  • 2 Mémoires du chanoine Livet, Archives de la Sarthe (ADS), 13 F 1923, p. 6. Tessé est rendu à l’évêq (...)

1Après la Révolution, le grand séminaire du diocèse du Mans est d’abord installé, contre le gré de Mgr de Pidoll, mais sur la pression du préfet Auvray, dans l’ancien hôtel de Tessé. Sous la Restauration, l’évêque du Mans qui n’a pas renoncé à ses premiers souhaits (l’ancien collège de l’Oratoire, l’ancien séminaire de la Mission ou l’ancienne abbaye bénédictine Saint-Vincent) obtient en 1816 de pouvoir installer son grand séminaire à Saint-Vincent. Le séminaire de philosophie reste temporairement à Tessé1. Mais en 1832, les autorités civiles ayant réquisitionné cette maison pour loger les troupes destinées à maintenir l’ordre dans l’Ouest, à la suite de la tentative de soulèvement de la duchesse de Berry, tous les élèves sont regroupés à Saint-Vincent, devenu unique grand séminaire diocésain2. À sa création, en 1855, le nouvel évêché de Laval obtient l’édification d’un établissement similaire dans la ville de Laval, selon un projet aussi grandiose qu’onéreux qui ne sera véritablement achevé qu’à la fin du siècle.

Les études

  • 3 Chanoine Paumard, Mémoires, cahier 1, p. 116, Archives historiques du diocèse du Mans (Adlm).

2Dès la fin du Premier Empire, la durée des études au grand séminaire s’étend sur quatre ans : une année de philosophie et trois de théologie. En 1843, la création d’une seconde année de philosophie, décidée par Mgr Bouvier, les fait passer à cinq ans3. Ce sera leur durée jusqu’au XXe siècle. Toutefois, l’obligation du service militaire imposée aux séminaristes par la loi de 1889 recule le temps de l’ordination sacerdotale.

  • 4 La promotion des professeurs se traduit par le passage de la chaire de philosophie à celle de théo (...)

3Dans l’ensemble des études, la philosophie ne jouit au séminaire d’aucune autonomie : elle est perçue comme la « servante » de la théologie, dont elle prépare la voie en posant les grandes questions auxquelles cette dernière, « science reine », apporte les réponses définitives4. Elle représente aussi un terrain d’exercice, permettant d’acquérir logique et cohérence du raisonnement.

  • 5 Theologica dogmatica : cours donnés de 1881 à 1884 par l’abbé Mignon pris en notes par l’abbé Chamb (...)

4L’enseignement théologique se divise en deux branches : la théologie dogmatique et la théologie morale. La première s’attache à l’exposé méthodique des vérités de la foi, que le prêtre doit enseigner aux fidèles au catéchisme et dans la prédication. Si l’on en juge par le contenu des cours dispensés au Mans entre 1881 et 1884, l’enseignement s’articule autour de trois pôles essentiels : la Trinité, l’Incarnation, les sacrements, présentés selon un cycle triennal5. La théologie morale dégage les règles de la conduite humaine découlant de la Révélation. Elle doit permettre au futur pasteur et confesseur de conseiller et de guider les fidèles dans leur vie. Outre la présentation des principes qui doivent régir la conduite individuelle et sociale, elle étudie leur application concrète, présentée sous la forme de « cas de conscience » à résoudre.

  • 6 Le premier professeur d’Écriture sainte apparaît en 1820 : l’abbé Lottin, qui maîtrise le grec et (...)
  • 7 L’abbé Legendre (entre 1878 et 1894) « lit une phrase de notre auteur, la traduit en français, pas (...)
  • 8 Interrogé par l’abbé Ragot, chargé de l’enseignement de l’Écriture sainte, le sulpicien Le Hir qui (...)
  • 9 Dans la lettre citée ci-dessus, M. Le Hir écrit : « Quelqu’intérêt qui s’attache aux questions d’i (...)

5À côté des deux piliers essentiels que sont la philosophie et la théologie, une place mesurée est faite à l’étude de l’Écriture sainte6. Les buts visés par cet enseignement demeurent longtemps flous et dans l’entière dépendance des connaissances et des centres d’intérêt de ceux qui l’enseignent. Tantôt il s’agit de donner une traduction des textes sacrés aussi exacte que possible7. Tantôt on y puise des matériaux pour étayer l’enseignement dogmatique et moral dispensé par la théologie, à moins que l’on y recherche des aliments pour la piété personnelle8. Quelques livres seulement font l’objet de ces études : les psaumes, les évangiles et les épîtres de saint Paul. Les étudiants n’ont qu’une vue sommaire de l’Ancien Testament et une partie du nouveau Testament reste dans l’ombre. La critique scientifique des textes est longtemps ignorée ; la plupart des professeurs n’ont pas la formation pour assurer ce type d’enseignement et leurs conseillers les en dissuadent d’ailleurs9. Ce n’est, semble-t-il, qu’à partir de 1877 qu’est proposée au Mans une introduction générale à l’Écriture sainte. Aussi les séminaristes sont-ils le plus souvent déçus par l’enseignement scripturaire qui leur est donné.

6D’autres matières viennent progressivement compléter la formation des étudiants ecclésiastiques.

  • 10 Chanoine H. Bruneau : « Centenaire du sacre de Mgr Bouvier », Province du Maine, 2e série, 1934, p (...)
  • 11 Lettre du 16 février 1835 aux administrateurs des jardins du Roi, in chanoine Bruneau, op. cit., p (...)
  • 12 À Vibraye, en 1873, l’abbé Paumard (formé à cette époque) organise des réunions pour les hommes : (...)

7Supérieur du grand séminaire du Mans à partir de 1820, M. Bouvier donne la mesure de son intérêt pour le monde moderne, en fondant un cours de science, consacré à la géologie. Devenu évêque du Mans, il y fait ajouter un cours de physique en 1835 et, en 1843, l’astronomie et la chimie. À ce moment-là, la moitié des études faites par les « philosophes » est orientée vers les disciplines scientifiques. Un laboratoire est créé ; des sorties sur le terrain sont organisées, des collections rassemblées. Assuré d’abord par des professeurs laïques, l’enseignement des sciences revient bientôt à des prêtres qui sont allés se former dans ce but auprès des facultés10. En organisant cet enseignement, Mgr Bouvier poursuit plusieurs objectifs : compléter l’instruction défectueuse de son clergé dans le domaine scientifique ; montrer que l’on peut unir science et religion, au moment précisément où la première est utilisée contre elle par les adversaires de l’Église ; enfin, « faire descendre dans les masses au moins quelques parties de ces belles connaissances11 » grâce à des prêtres transformés en vulgarisateurs scientifiques12.

  • 13 Chanoine Legendre, Mgr Gouin, sa vie et son œuvre.

8Acclimaté à Laval lors de l’ouverture du grand séminaire, cet enseignement scientifique en est exclu vers 1870 ; il subit le même sort au Mans en 187713. Cette disparition paraît surtout trouver son application dans une hégémonie renforcée de la philosophie et de la théologie. En effet, c’est le moment où les deux établissements adoptent la doctrine thomiste : son enseignement exige de tous des efforts plus soutenus et leurs partisans affichent volontiers leur dédain pour les sciences.

  • 14 Abbé Pichon, Notice sur l’abbé Chevereau, Le Mans, Leguicheux-Gallienne, 1880, 15 p.

9En 1834, Mgr Bouvier fait également établir un cours d’archéologie en vue d’intéresser le clergé aux monuments dont il est dépositaire. Cet enseignement est assuré par l’abbé Chevereau, professeur de théologie et membre de la Société archéologique fondée au Mans l’année précédente. Ce cours ne survit pas à la nomination du professeur au poste de vicaire général en 184214.

  • 15 E. Sevrin, Dom Guéranger et Lamennais, Paris, Vrin, 1933, p. 186.
  • 16 « Vous ferez l’histoire de votre paroisse, en remontant aussi haut que possible, pourvu que vous n (...)
  • 17 Ordo diocésain.
  • 18 Chanoine Legendre, Mgr Gouin, sa vie et son œuvre (1839-1917), op. cit.
  • 19 L’abbé de Meissas, du clergé de Paris, avait soutenu la non apostolicité de saint Julien, premier (...)
  • 20 E. Laurain, « M. l’abbé Angot », BCHAM, t. 34, 1918.

10En 1831, l’abbé Guéranger, futur restaurateur de Solesmes, avait vainement espéré la création d’une chaire d’histoire ecclésiastique en sa faveur15. Mgr Bouvier se contente d’abord d’encourager son clergé à tenir des chroniques paroissiales16. L’enseignement de l’histoire de l’Église n’est fondé au séminaire qu’après 185017. Au moment de la réorganisation des études en 1877, il disparaît18, pour renaître périodiquement au gré de la bonne volonté du supérieur et de l’existence de professeurs compétents ou d’un « bon esprit19 ». Cette discipline n’est pas mieux considérée à Laval où, pendant longtemps, les élèves sont seulement invités à s’y former par des lectures personnelles20. On ne commence à la considérer comme une matière digne d’attention qu’au début du XXe siècle.

11Au Mans, en même temps que la mise en place d’un enseignement d’histoire de l’Église, intervient la création d’un cours de droit canon ; sa stabilité est mieux assurée que celle du cours d’histoire. En raison du renforcement de l’ultramontanisme, il s’affirme comme une discipline à part entière. À partir de 1880, il dispose toujours d’une chaire au Mans et à Laval.

  • 21 On ignore ce qu’il en est à Laval.
  • 22 La mention qui en est faite dans l’Ordo ne permet pas de préciser s’il s’agit d’étudier les auteur (...)
  • 23 Nous possédons un cahier de notes prises par l’abbé Berthonnier en 1905 à l’occasion de ses cours.

12L’apprentissage de l’exécution des cérémonies du culte et de l’administration des sacrements tient lieu d’enseignement liturgique. À partir de 1900, il prend la forme d’un cours expliquant l’histoire et le sens des rites21. À la même époque existe à Laval un enseignement sur l’éloquence sacrée22. Au Mans, l’abbé Deshayes, sous-supérieur et professeur de théologie morale dispense un « cours de sociologie » sur la question sociale (travail, salaire, rôle du clergé dans ce domaine) dans l’esprit de Rerum novarum. Il incite ses élèves à s’instruire par la lecture des ouvrages théoriques, mais aussi à découvrir autour d’eux la vie et les préoccupations des patrons et des ouvriers23.

13À côté des disciplines fondamentales : philosophie, théologie, Écriture sainte, la liste des enseignements dispensés s’étoffe donc au cours du siècle en y intégrant le droit canon, et avec beaucoup plus de retard et d’hésitation l’histoire ecclésiastique. Les centres d’intérêt variables du corps professoral ainsi que les demandes du clergé conduisent à accorder une place, au moins momentanément, à des enseignements plus pratiques, tels que la liturgie, l’éloquence ou l’étude de la question sociale. Le reflux des sciences paraît correspondre à la volonté de recentrer l’effort sur les matières spécifiques à la formation ecclésiastique qui sont abordées de façon plus approfondie. Il a pour conséquence négative d’enfermer davantage les prêtres dans une sorte de ghetto culturel.

  • 24 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? : la vie religieuse des populations du diocèse (...)
  • 25 Enquête sur les grands séminaires, 1835. A.N. F19 3955.
  • 26 Papiers Lochet, Adlm.
  • 27 À Bourges, il est enseigné en 1854, mais il disparaît au bout de quelques années (Christian Dumoul (...)

14Si on la compare avec les études proposées dans les autres séminaires français, la situation du Mans paraît plutôt satisfaisante dans la première partie du siècle : cela tient précisément à l’attention précoce portée à partir de 1820 aux disciplines scientifiques. Le programme d’Arras leur donnait droit de cité dès 1809, mais il n’avait pu être tenu24. En 1835, on ne comptait encore que 12 séminaires à leur accorder une place dans leur enseignement25. Le clergé local prend alors conscience de cette supériorité et en tire quelque satisfaction. « Sous tous les rapports, mieux vaut le séminaire du Mans que celui de Paris », écrit l’abbé Bouvet à M. Lochet qui, en 1838, envisage de devenir prêtre. « Au Mans, les études sont plus fortes qu’à Paris ; au Mans il y a du progrès et amour des sciences26. » De la même façon, le droit canon apparaît à une date relativement précoce, pour ne pas disparaître27.

15Dans la seconde partie du siècle, ni Le Mans ni Laval ne maintiennent cette avance. Ils s’intègrent sans éclat dans le peloton des séminaires français dont l’enseignement s’uniformise sous la pression de l’influence romaine ; la seule note originale vient de l’enseignement « sociologique », assuré au Mans par l’abbé Deshayes.

  • 28 Chanoine Paumard, Mémoires, cahier I, p. 113, Adlm.
  • 29 Semaine du Fidèle, 28 décembre 1930.

16Les cours magistraux sont rares. Avant 1880, deux heures par jour pendant six jours, le rythme de Saint-Sulpice28. En 1880, pour Le Mans tout au moins, une réforme des études entraîne leur extension. Désormais les théologiens assistent à deux heures quotidiennes de dogme, auxquelles s’ajoutent chaque semaine, deux heures d’Écriture sainte, deux autres de droit canon, une de morale et une autre de liturgie. On passe donc à trois heures de cours quotidiennes et de douze à dix-huit chaque semaine29 ; c’est un renforcement substantiel.

  • 30 Pour Le Mans, discours de M. Legendre pour le jubilé sacerdotal de M. Gouin, Semaine du Fidèle, 31 (...)
  • 31 J.-B. Bouvier rédige en latin les passages scabreux de son complément du traité sur le mariage, de (...)
  • 32 En 1857, lors de l’examen des vicaires à Laval, 19 sur 70 (27 %) se révèlent de piètres latinistes (...)

17Dogme et morale sont enseignés en latin jusqu’à la première guerre mondiale au moins30. Langue sacrée, hermétique pour la plupart des laïcs, son emploi présente quelques avantages31, même si tous les séminaristes ne la manient pas avec une aisance suffisante au moins jusqu’à la moitié du siècle32.

  • 33 Ordonnance de Mgr de La Myre, 3 avril 1822, Adlm. La décision de les organiser est prise sur le co (...)
  • 34 En 1824, sur la religion, la Trinité, l’incarnation, les actes humains, le mariage (programme cons (...)
  • 35 En 1882, au Mans, on traite du darwinisme et du Concordat (Semaine du Fidèle, 1er mai 1932) ; mais (...)
  • 36 Semaine religieuse de Laval.
  • 37 Selon l’abbé Pichon, le nombre des séminaristes qui soutenaient les thèses variait chaque année su (...)

18Comment contrôle-t-on les progrès intellectuels des séminaristes ? À partir de 1822, des thèses publiques solennelles sont organisées au séminaire du Mans, à la fin de l’année scolaire33. En présence d’interrogateurs ecclésiastiques et devant toute la maison rassemblée, les meilleurs soutiennent en latin, selon les règles de la scolastique, des thèses sur les grands sujets de la morale et de la foi34. Ces exercices, interrompus en 1849, ne sont repris qu’à partir de 1878 au Mans, et créés à Laval en 188035, avec le désir d’imiter ce qui se fait dans les séminaires romains où un certain nombre de jeunes professeurs sont allés achever leurs études. En plus des sujets religieux traditionnels, l’émergence de questions nouvelles traduit le souci de traiter des grands problèmes de l’actualité36. Si les séminaristes désignés pour cet exercice en tirent une certaine notoriété qui peut être bénéfique pour leur future carrière ecclésiastique, les risques encourus sont minimes et la majeure partie des séminaristes en sont réduits à la figuration37.

  • 38 Chanoine Paumard, Mémoires, Cahier 17, p. 98, Adlm.
  • 39 MgrLegendre, Mgr A. Gouin, sa vie et son œuvre, op. cit.
  • 40 Semaine religieuse de Laval, 1879. Dans le diocèse d’Arras, cette invitation n’apparaît qu’en 1897 (...)
  • 41 Registre du conseil, 26 octobre 1906, Adlm.

19Pour les autres, l’acquisition des connaissances n’est longtemps vérifiée que d’une manière sommaire, à l’occasion de deux examens oraux annuels, en février et juin, auxquels s’ajoute une composition écrite à Pâques. Après 1850, cette dernière est plus ou moins abandonnée et sa disparition coïncide avec la régression de la qualité des études au Mans38. À partir de 1880, les choses redeviennent plus sérieuses, avec « répétitions » tous les lundis, examens semestriels de philosophie et de théologie, examens annuels pour l’Écriture sainte et le droit canon39. À Laval, à partir de 1879, les meilleurs élèves sont encouragés à passer le baccalauréat de théologie, organisé par l’Université catholique d’Angers40 ; en 1906, le conseil épiscopal invite même les séminaristes à préparer des licences de théologie auprès de la même université41.

L’écho des grands débats ecclésiastiques

Rigorisme et morale liguorienne

  • 42 La ligne de partage se fait sur la question du « probabilisme » et sur l’administration des sacrem (...)

20Dans le premier tiers du XIXe siècle, un conflit se développe dans les rangs du clergé français, en ce qui concerne l’application des règles de la morale et la pratique des sacrements42.

  • 43 Notice sur M. Hamon, Le Mans, Gallienne, 1950, 6 p.
  • 44 Alphonse de Liguori, né à Naples en 1696, prêtre en 1726, fonde une congrégation qui se donne pour (...)
  • 45 Jean-Baptiste Bouvier apparaît comme l’un des promoteurs de la doctrine de Liguori en France. Dès (...)

21Au Mans, l’affrontement se matérialise à travers l’enseignement dispensé par deux professeurs entre 1812 et 1834. Joseph Hamon, originaire de Saint-Denis-de-Gastines, dans le nord-ouest de la Mayenne, formé hâtivement au séminaire sulpicien d’Angers après la Révolution, enseigne, à partir de 1812 une théologie morale sévère, marquée par l’influence janséniste43. Il part en guerre contre Alphonse de Liguori44 dont la doctrine commence alors à se diffuser en France et dont il critique la mansuétude. À la même époque, Jean-Baptiste Bouvier, professeur de théologie dogmatique, lui aussi mayennais et tout aussi rapidement formé, en appelle au contraire à l’autorité d’Alphonse de Liguori pour recommander au clergé plus de souplesse et de compréhension dans l’application des principes45. Ces contradictions font sourire les séminaristes mais embarrassent le jeune clergé dans l’exercice de son ministère.

22De même que la doctrine finit généralement par s’imposer, M. Bouvier l’emporte localement aussi. Supérieur du séminaire à partir de 1820, auteur de manuels philosophiques et théologiques qui, employés dans plus de soixante séminaires en France, acquièrent bientôt une dimension nationale, évêque du Mans à partir de 1834, il promeut bientôt le sévère M. Hamon chanoine titulaire, ce qui, du même coup, l’empêche de poursuivre son enseignement au séminaire et permet de le remplacer par un disciple de l’évêque. Toutefois, cela ne suffit pas à annihiler du jour au lendemain son influence sur le clergé manceau.

L’influence de Lamennais

  • 46 Citons entre autres : l’abbé Lottin, professeur d’Écriture sainte, qui sera secrétaire de l’évêché (...)

23Alors que déroule cette bataille autour des principes de la théologie morale, un autre front s’ouvre autour des idées de Lamennais qui, dans le diocèse du Mans comme dans bien d’autres diocèses, séduisent les jeunes prêtres souvent les plus ouverts et les plus généreux46.

  • 47 Abbé Bruneau, « Lamennais et le diocèse du Mans », Province du Maine, t. XI, p. 117 et suiv.
  • 48 E. Sevrin, Dom Guéranger et Lamennais, Paris, Vrin, 1933, p. 318.

24Entre 1825 et 1832, la moitié des professeurs du séminaire (ceux de philosophie, de dogme et d’Écriture sainte) se proclament mennaisiens47. Sans être hostile, le supérieur, l’abbé Jean-Baptiste Bouvier, rejette cependant la théorie du « sens commun48 ».

  • 49 F. Epineau, Mémoires d’un vicaire de campagne écrits par lui-même, Paris, Royer, 1843 (2e édition) (...)
  • 50 Charles Moreau, Le R. P. Basile Moreau, p. 33.
  • 51 E. Sevrin, op. cit., p. 258. Mgr Bouvier ne résiste pas à la tentation de décocher, à cette occasi (...)

25Les enseignants s’efforcent de faire partager leur enthousiasme aux élèves. Un séminariste de l’époque témoigne : « Notre professeur [de philosophie], après avoir donné des raisons invincibles contre M. de Lamennais, tourna pour lui et nous donna des raisons invincibles contre Descartes49. » Il envisage même un moment de faire débattre de la théorie du sens commun lors des exercices publics de fin d’année50. Cependant, la plupart des séminaristes se montrent peu sensibles aux dimensions intellectuelles du débat : « Ces disputes oiseuses et contradictoires, qui durèrent toute l’année scolaire, nous apprirent bien peu de choses », relève le même témoin. Par contre, dans le domaine spirituel, il en va autrement ; l’austérité de Lamennais « attirait les cœurs » et sur le plan disciplinaire, il sert l’ultramontanisme. Aussi la publication des encycliques Mirari vos en 1832 et Singulari nos deux ans plus tard, tout en affectant douloureusement les partisans manceaux du maître de La Chesnaie n’entame-t-elle pas leur fidélité à l’Église51.

Gallicanisme et ultramontanisme

26L’affrontement entre tenants des positions gallicanes et ultramontaines prend un relief particulier dans le diocèse, tant à cause de la notoriété intellectuelle acquise par Mgr Bouvier, qui le fait apparaître comme l’un des porte-parole du gallicanisme, que de la personnalité et de l’intransigeance des tenants locaux de l’ultramontanisme ; les Guéranger, Lottin, Moreau, etc., le plus souvent anciens disciples de Lamennais.

  • 52 « Parmi ces anciens usages, connus sous le nom de libertés, il y en a auxquels le pouvoir civil es (...)
  • 53 « Il y aurait contradiction et tyrannie dans un temps où la liberté de pensée est exploitée avec t (...)
  • 54 « Les évêques se sont maintenus dans l’usage qu’ils avaient autrefois de faire par eux-mêmes beauc (...)
  • 55 Sur cette question, voir : Chanoine Sifflet, Les évêques concordataires du Mans. Mgr Bouvier, II, (...)

27En réalité, dans ses manuels de théologie, Mgr Bouvier soutient des positions modérées : il limite au maximum les prétentions du gallicanisme politique52 et refuse l’enseignement obligatoire des quatre Articles dans les séminaires53. Par contre, il défend les prérogatives des évêques français, consacrées par la tradition et le maintien des coutumes locales, liturgiques et autres54. Venu à Rome pour sauver sa Théologie menacée par les foudres de l’Index sur dénonciation des ultramontains en 1852, il accepte d’éliminer toutes les assertions qui peuvent encore aller à l’encontre de l’autorité pontificale, mais il persévère dans la défense « des usages locaux qui n’ont rien de contraires aux maximes fondamentales55 ». Dans la pratique, ce prétendu « gallican » se montre des plus soumis et des plus respectueux du pape et si plusieurs conflits éclatent dans le diocèse, c’est davantage le fait de l’acharnement de ses adversaires à se justifier que de l’attachement de l’évêque aux principes qui lui sont prêtés.

  • 56 Lettre du préfet de la Mayenne au ministre, 17 février 1835, A.N., F19 2534.
  • 57 Lettre du 14 juin 1852, cit. in G. Barrier, Un ami de Rome et du pape au XIXe siècle, Mgr Sauvé, L (...)
  • 58 L’abbé Moriceau, vicaire à Laval, écrit à Louis Veuillot en 1852 : « Dans notre diocèse où se mani (...)

28Le séminaire est peu touché par ces querelles. Les manuels de Mgr Bouvier sont, bien entendu, à la base de l’enseignement dans la maison. Mais au début des années 1830, ses positions sont si en retrait du gallicanisme traditionnel qu’on le présente volontiers comme « imbu des idées ultramontaines56 ». Après son élévation à l’épiscopat, c’est à un professeur de théologie ultramontain, M. Heurtebize, qu’il confie la direction du séminaire. En 1852, un autre professeur de la maison et futur évêque du Mans, l’abbé Charles Fillion, assure : « Nous sommes loin d’enseigner au séminaire rien qui approche du gallicanisme, Mgr le sait et ne le trouve pas mauvais57. » Réalisme épiscopal et convictions profondes soutenues par la lecture assidue de L’Univers58 se conjuguent pour amener les jeunes clercs à adopter, sans grand débat, les positons ultramontaines.

L’adoption de la philosophie thomiste

  • 59 Entre 1870 et 1905 une trentaine de jeunes prêtres de chacun des deux diocèses vont achever leurs (...)

29Son zèle « romain » pousse le jeune clergé à se passionner pour tout ce qui vient de la ville éternelle. Ainsi en va-t-il au thomisme, enseigné dans les universités romaines, qu’il découvre soit à l’occasion de ses études sur place59 soit à travers ses lectures, et qu’il veut bientôt substituer au cartésianisme, base de la philosophie enseignée en France dans les séminaires jusqu’au milieu du siècle.

  • 60 G. Barrier, Un ami de Rome et du pape au XIXe siècle, Mgr Sauvé, op. cit., t. II, p. 139.
  • 61 Lettre de Mgr Le Hardy du Marais à l’occasion de la publication de l’encyclique Æterni patris, 1er(...)

30Au séminaire de Laval, entre 1861 et 1870, l’abbé Thuault, jeune et brillant professeur, prend contact avec les théologiens italiens en vogue tels Liberatore ou Sanseverino. Simultanément, en ville, l’abbé Sauvé son ami, se donne pour mission de faire découvrir les richesses de la Somme théologique aux vicaires qui sont souvent les espoirs du diocèse60. À la fin des années 1860, le manuel de Sanseverino « selon l’esprit de saint Thomas » remplace les Institutions philosophiques de Mgr Bouvier au grand séminaire. Les jeunes professeurs, gagnés par l’enseignement de l’abbé Thuault, se rallient à la « nouvelle » philosophie61. Ainsi, à Laval, la conversion au thomisme est acquise une dizaine d’années avant que Léon XIII n’en recommande l’adoption dans tous les séminaires par l’encyclique Æterni patris de 1879. Toutefois, certaines indications, tirées notamment de la Semaine religieuse, suggèrent des réticences dans les rangs du clergé, liées au zèle intempestif des néophytes du thomisme, plus qu’à l’amour du cartésianisme.

  • 62 Sur toute cette question, voir : Notice sur l’abbé Ragot, dans la Semaine du Fidèle, juin 1876 ; C (...)
  • 63 Chanoine Jules de Bellune, op. cit., p. 245.
  • 64 Sur cette crise du séminaire, voir Ambroise Ledru, Notes et souvenirs, op. cit.

31Le même processus commence au Mans à la même époque et presque de la même façon. René Ragot qui est allé achever ses études à Rome devient professeur de philosophie au séminaire du Mans en 1863 et y introduit le thomisme ; il est bientôt rejoint par un autre prêtre, l’abbé Gouin qui rêve de convertir tout le séminaire à la pensée ramenée de Rome. Mais le supérieur, l’abbé Coupris et la plupart des autres professeurs se refusent à un changement aussi radical. Cependant l’abbé Gouin, persuadé de la justesse de ses vues, n’est pas homme à renoncer : tandis que l’abbé Ragot, malade, doit quitter la maison, il commence un efficace travail de sape, tant auprès des séminaristes que du jeune clergé du Mans. Et l’arrivée au Mans de Mgr d’Outremont, après le décès de Mgr Fillion en 1875, lui permet de triompher62. Il persuade le nouvel évêque qui a lui-même fait sa théologie à Rome, de la nécessité d’une réforme des études63. Le supérieur Coupris, soumis à de multiples pressions et considéré comme responsable du désordre de la maison, doit démissionner en 1877. Il est remplacé par un prêtre souffreteux, l’abbé Panhèleux qui, dans la pratique, délègue la plupart de ses pouvoirs à l’abbé Gouin promu sous-supérieur. L’ancien corps professoral est « démissionné » sans ménagement, les ouvrages de Mgr Bouvier sont proscrits tandis que la Somme théologique devient le manuel de base64.

  • 65 Voir Ch. Legendre, op. cit., p. 24.

32Durant plusieurs années, ce conflit nourrit au séminaire une atmosphère de délation et de division. Il a des prolongements dans le dispositif pastoral diocésain, où les partisans des deux camps en présence subissent les contrecoups de leurs choix. Promu supérieur du séminaire en 1884, M. Gouin se retire en 1895, ses anciens adversaires l’ayant supplanté à cette date dans l’entourage épiscopal, mais il n’est pas pour autant question de remettre en cause l’enseignement du thomisme qui s’est définitivement implanté dans l’intervalle. Et l’ambiance polémique dans laquelle il s’est imposé semble avoir eu un effet stimulant sur le travail intellectuel du jeune clergé en le poussant hors de ses routines habituelles65.

L’impact limité du modernisme

  • 66 Semaine religieuse de Laval, 26 janvier 1918.
  • 67 Notamment L’inspiration des Écritures, en 1896, et Leçons d’introduction générale aux Saintes Écri (...)

33À la fin du siècle, le modernisme ne laisse pas le clergé local indifférent. À Laval, le corps professoral se trouve en première ligne dans la polémique avec le supérieur l’abbé Daligault, le professeur de dogme Félix Poirier qui se pose, « dès la première heure, en adversaire déclaré des folles théories66 », tandis que l’abbé Chauvin chargé de la chaire d’Écriture sainte entre 1882 et 1897 publie une série d’opuscules pour défendre la doctrine orthodoxe en matière scripturaire67. En 1903, il est récompensé par une nomination à la Commission biblique.

  • 68 Abbé Charles Girault, « Souvenirs et impressions », Province du Maine, t. 33 (1953), p. 214-222.

34Au Mans, les professeurs restent sans problème fidèles à la tradition de l’Église mais certains séminaristes découvrent avec intérêt les idées nouvelles. L’abbé Charles Girault, futur historien des biens nationaux sarthois, ordonné prêtre en 1904, en témoigne dans ses Souvenirs et impressions : « On était alors en pleine crise moderniste dont une manifestation était l’effort tenté par de jeunes abbés et professeurs, pour adapter l’enseignement ecclésiastique aux méthodes scientifiques et accorder la culture catholique aux besoins intellectuels et moraux de l’heure. Nous fûmes quelques-uns à profiter de ces loisirs (le temps du séminaire) pour lire les ouvrages de Batiffol, Duchesne, Lagrange, Mignot, Houtin, Loisy, etc.68. »

35À l’heure du serment anti-moderniste, cette sympathie ne débouche sur aucune défection doctrinale, mais le jeune clergé manceau retiendra de ses lectures les leçons de la critique qu’il pourra mettre en œuvre dans ses travaux consacrés à l’histoire locale.

Conclusion

36Au cours du siècle, le contenu de l’enseignement se trouve profondément modifié sur quelques points importants, avec l’intégration de la morale liguorienne, les acquis de l’ultramontanisme et l’adoption du thomisme en philosophie qui tous marquent le renforcement des influences romaines sur le clergé français.

  • 69 Lettre de l’abbé Morin, 9 juin 1935, Papiers Lochet, Adlm.
  • 70 Abbé Epineau, Mémoires d’un curé de campagne écrits par lui-même, 1843, p. 41.

37Dans la conception des études elles-mêmes, le point de vue se transforme. On vise d’abord à donner aux séminaristes un savoir théologique minimum, indispensable pour l’exercice des fonctions sacerdotales. Il s’agit alors de mémoriser des principes. Conçue de cette façon, l’étude a « quelque chose de bien aride, d’ennuyeux, pour ce qui regarde cette suite de propositions qui se retrouvent dans les auteurs scolastiques69 », enseignement « plus verbeux qu’instructif70 ». La vie intellectuelle personnelle est peu stimulée, la paresse très répandue ; d’ailleurs les professeurs se méfiaient volontiers de la soif de connaissance manifestée par certains de leurs élèves.

  • 71 Un mémoire anonyme inspiré par l’évêque pour justifier la demande d’agrandissement du séminaire Sa (...)
  • 72 Ce n’est pas un phénomène général. Dans le diocèse de Belley par exemple, Philippe Boutry voit au (...)

38Jean-Baptiste Bouvier manifeste un souci d’approfondissement et de modernisation des études qu’il ne parvient pas toujours à concrétiser71. Après sa mort, le triomphe de l’ultramontanisme semble facilement tenir lieu de tout. Il coïncide au Mans avec un affaiblissement marqué de la qualité des études72, tandis qu’à Laval on est surtout mobilisé par la mise sur pied des nouvelles institutions.

39C’est vers la fin des années 1870 et au cours des années 1880 que des progrès irréversibles se manifestent, sans toutefois mettre en cause le caractère très théorique de ces études. Plusieurs éléments y contribuent. Le grand séminaire bénéficie de l’amélioration de la qualité des études secondaires, ainsi que d’une formation plus spécialisée de ses propres professeurs. Les grands débats tels ceux que soulèvent le darwinisme ou la critique des textes sacrés montrent l’urgence d’une mise à niveau des connaissances du clergé. Les accusations d’obscurantisme volontiers proférées contre l’Église apparaissent aussi comme un défià relever. Enfin les querelles nées à propos de l’introduction du thomisme, puis les problèmes de fond soulevés par le modernisme aiguisent la réflexion et stimulent l’esprit critique. À la fin du siècle, d’assez nombreux élèves accèdent à une vie intellectuelle personnelle qui, après une éclipse de près d’un siècle, redevient un élément caractéristique de l’image du prêtre.

Notes

1 Sur toutes ces tractations et les premières années du séminaire, voir les indications données par l’abbé Pichon dans Essai historique sur les séminaires du Mans 1802-1875, Le Mans, Leguicheux-Gallienne, 1879, 190 p.

2 Mémoires du chanoine Livet, Archives de la Sarthe (ADS), 13 F 1923, p. 6. Tessé est rendu à l’évêque du Mans en 1836. Après la tentative infructueuse de Mgr Bouvier d’y établir un petit séminaire, il devient, de 1848 à 1905, le palais épiscopal.

3 Chanoine Paumard, Mémoires, cahier 1, p. 116, Archives historiques du diocèse du Mans (Adlm).

4 La promotion des professeurs se traduit par le passage de la chaire de philosophie à celle de théologie.

5 Theologica dogmatica : cours donnés de 1881 à 1884 par l’abbé Mignon pris en notes par l’abbé Chambois, séminariste manceau (Médiathèque, Le Mans, manuscrit 545).

6 Le premier professeur d’Écriture sainte apparaît en 1820 : l’abbé Lottin, qui maîtrise le grec et l’hébreu.

7 L’abbé Legendre (entre 1878 et 1894) « lit une phrase de notre auteur, la traduit en français, passe à une autre, en fait autant et ainsi de suite pendant une heure » (Lettre d’E. Chambois, le 1er juin 1880, in A. Ledru, Notes et souvenirs, publiés par Julien Chappée, Le Mans, Au Cogner, p. 132).

8 Interrogé par l’abbé Ragot, chargé de l’enseignement de l’Écriture sainte, le sulpicien Le Hir qui fait alors autorité en France, lui conseille en 1866 : « En expliquant avec quelque précision les discours de saint Jean, on développe un enseignement dogmatique fort intéressant. On peut prendre dans saint Mathieu ou dans saint Luc quelques points capitaux de la morale… On peut s’arrêter au discours après la Cène, pour développer ce que la vie chrétienne a de plus relevé et de plus intime » (Ch. Legendre, Mgr Gouin, sa vie, son œuvre, Angers, Siraudeau, 1917, p. 17-18).

9 Dans la lettre citée ci-dessus, M. Le Hir écrit : « Quelqu’intérêt qui s’attache aux questions d’introduction, j’incline à penser qu’elles ne doivent pas occuper la première place dans un cours fait pour tout un séminaire. Elles demandent, pour être traitées à fond, des élèves choisis et, dans le professeur, de longues études et un long usage de l’enseignement. »

10 Chanoine H. Bruneau : « Centenaire du sacre de Mgr Bouvier », Province du Maine, 2e série, 1934, p. 97-103, et Chanoine Paumard, Mémoires, cahier 1, p. 116.

11 Lettre du 16 février 1835 aux administrateurs des jardins du Roi, in chanoine Bruneau, op. cit., p. 98.

12 À Vibraye, en 1873, l’abbé Paumard (formé à cette époque) organise des réunions pour les hommes : il y procède à des expériences de physique, montre les applications de la chimie, présente le corps humain (Mémoires, cahier 15, p. 125, Adlm).

13 Chanoine Legendre, Mgr Gouin, sa vie et son œuvre.

14 Abbé Pichon, Notice sur l’abbé Chevereau, Le Mans, Leguicheux-Gallienne, 1880, 15 p.

15 E. Sevrin, Dom Guéranger et Lamennais, Paris, Vrin, 1933, p. 186.

16 « Vous ferez l’histoire de votre paroisse, en remontant aussi haut que possible, pourvu que vous ne disiez que la vérité bien exacte » (Circulaire au clergé, 1er avril 1835, Adlm).

17 Ordo diocésain.

18 Chanoine Legendre, Mgr Gouin, sa vie et son œuvre (1839-1917), op. cit.

19 L’abbé de Meissas, du clergé de Paris, avait soutenu la non apostolicité de saint Julien, premier évangélisateur du Maine, lors du congrès archéologique de France tenu au Mans en 1878. Poussé par l’abbé Gouin, supérieur du grand séminaire, l’abbé Pottier répliqua dans un article publié par la Revue historique et archéologique du Maine, en 1880, pour défendre la tradition locale ; en 1882, il est préféré à des prêtres plus compétents pour enseigner l’histoire ecclésiastique au séminaire (A. Ledru, Notes et souvenirs, p. 133-144).

20 E. Laurain, « M. l’abbé Angot », BCHAM, t. 34, 1918.

21 On ignore ce qu’il en est à Laval.

22 La mention qui en est faite dans l’Ordo ne permet pas de préciser s’il s’agit d’étudier les auteurs ou de s’entraîner à la prédication.

23 Nous possédons un cahier de notes prises par l’abbé Berthonnier en 1905 à l’occasion de ses cours.

24 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? : la vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), Publications de l’Université de Lille 3, t. I, p. 182.

25 Enquête sur les grands séminaires, 1835. A.N. F19 3955.

26 Papiers Lochet, Adlm.

27 À Bourges, il est enseigné en 1854, mais il disparaît au bout de quelques années (Christian Dumoulin, Un séminaire français au XIXe siècle : le recrutement, la formation, la vie des clercs à Bourges, Paris, Téqui, 1977, p. 362) ; à Lyon, en 1876 (J. Soulcie, La formation des clercs au séminaire Saint-Irénée de Lyon, de 1659 à 1905, 2 vol. dactyl., Lyon, 1955), et Belley en 1878 (Philippe Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, p. 258).

28 Chanoine Paumard, Mémoires, cahier I, p. 113, Adlm.

29 Semaine du Fidèle, 28 décembre 1930.

30 Pour Le Mans, discours de M. Legendre pour le jubilé sacerdotal de M. Gouin, Semaine du Fidèle, 31 juin 1913. Pour Laval, la Semaine religieuse de Laval note à propos de l’abbé Félix Poirier (26 janvier et 2 février 1918) : « C’est en latin qu’il s’exprimait toujours. […] Ses élèves se souviennent avec quelle aisance il parlait la langue latine et la théologie. »

31 J.-B. Bouvier rédige en latin les passages scabreux de son complément du traité sur le mariage, destiné aux confesseurs. Au début du XXe siècle, l’abbé Deshayes, chargé du rapport sur l’établissement de nouveaux statuts synodaux pour Le Mans, signale qu’un certain nombre de prêtres souhaitent les voir formulés en latin, pour dérober certains passages à l’indiscrétion de lecteurs non avertis (Adlm, dossier Mgr de Bonfils).

32 En 1857, lors de l’examen des vicaires à Laval, 19 sur 70 (27 %) se révèlent de piètres latinistes, d’après le rapport du jury. Vingt ans plus tard, ils ne sont plus que 4 sur 62 (6,5 %) dans ce cas (Adlm, Notes des examens des vicaires).

33 Ordonnance de Mgr de La Myre, 3 avril 1822, Adlm. La décision de les organiser est prise sur le conseil de J.-B. Bouvier, alors supérieur du grand séminaire.

34 En 1824, sur la religion, la Trinité, l’incarnation, les actes humains, le mariage (programme conservé en 3 J 1, ADS). En 1828, sur l’Eucharistie, la grâce, le décalogue, les péchés selon saint Augustin (Médiathèque, fonds Maine, 338).

35 En 1882, au Mans, on traite du darwinisme et du Concordat (Semaine du Fidèle, 1er mai 1932) ; mais il est vrai que Mgr Wicart, évêque de Laval, avait condamné le darwinisme dans un avis du 23 novembre 1867. En 1883, les thèmes abordés sont la philosophie naturelle, les relations entre l’Église et l’État (Semaine du Fidèle, 7 juillet 1883). En 1886, à côté des thèses sur la grâce et l’Eucharistie, la question de l’établissement de la religion chrétienne face à la critique rationaliste est à l’ordre du jour.

36 Semaine religieuse de Laval.

37 Selon l’abbé Pichon, le nombre des séminaristes qui soutenaient les thèses variait chaque année suivant l’aptitude de ceux qui étaient capables de se tirer honorablement de ces exercices publics (Essai sur les séminaires du Mans, op. cit.). Quant au chanoine Jules de Bellune, il précise : « Tout était prévu d’avance, jamais de surprise. Les attaquants avaient grand soin de fournir à leurs adversaires de bonnes occasions de triompher » (Mgr d’Outremont : sa vie, sa doctrine spirituelle, Tours, Mame, 1900, p. 246).

38 Chanoine Paumard, Mémoires, Cahier 17, p. 98, Adlm.

39 MgrLegendre, Mgr A. Gouin, sa vie et son œuvre, op. cit.

40 Semaine religieuse de Laval, 1879. Dans le diocèse d’Arras, cette invitation n’apparaît qu’en 1897 (Y.-M. Hilaire, op. cit., t. II, p. 729).

41 Registre du conseil, 26 octobre 1906, Adlm.

42 La ligne de partage se fait sur la question du « probabilisme » et sur l’administration des sacrements de pénitence et d’eucharistie. Voir J. Guerber, Le ralliement du clergé français à la morale liguorienne, Rome, Université grégorienne, 1973, 378 p.

43 Notice sur M. Hamon, Le Mans, Gallienne, 1950, 6 p.

44 Alphonse de Liguori, né à Naples en 1696, prêtre en 1726, fonde une congrégation qui se donne pour but de « prêcher les gens ignorants des campagnes ». C’est en pensant à eux sans doute, et aux prêtres qui en ont la charge, qu’il développe une théologie morale qui connaît un grand succès en Italie à partir de 1748. Mort en 1787, il fut béatifié en 1816, canonisé en 1839, et proclamé docteur de l’Église en 1871 (Dictionnaire de théologie catholique, t. I, col. 906-919).

45 Jean-Baptiste Bouvier apparaît comme l’un des promoteurs de la doctrine de Liguori en France. Dès la première édition de son Tractatus de contractibus en 1819 (Le Mans, Monnoyer, 1819), il a recours une vingtaine de fois à l’autorité de l’auteur italien pour justifier ses propres déclarations. La manière discrète dont il procède en faisant appel, dans ses manuels, aux solutions proposées par Liguori plutôt qu’en dissertant sur la valeur de ses principes, fait que son rôle dans la diffusion de la théologie de Liguori est passé plus inaperçu. Néanmoins, il précède l’ouvrage de Bruno Lanteri, Réflexions sur la sainteté et la doctrine du bienheureux Liguori, publié à Lyon en 1823, et plus encore Justification de la théorie morale du bienheureux Alphonse de Liguori, ouvrage publié par l’abbé Gousset, professeur de morale au séminaire de Besançon, auquel est souvent attribué tout le mérite de la popularisation de la pensée de Liguori en France (J.-B.Guerber, op. cit., p. 303-304). Sur la diffusion du liguorisme, voir Gilbert Humbert, « L’éveil de la francophonie à la pensée d’Alphonse de Liguori », Mélanges Charles Molette, Abbeville, Paillart, 1989, p. 685-695.

46 Citons entre autres : l’abbé Lottin, professeur d’Écriture sainte, qui sera secrétaire de l’évêché en 1830, l’abbé Moreau, futur fondateur de la congrégation de Sainte-Croix, les abbés François Bouvier et Bouvet, professeurs de philosophie, ainsi que l’abbé Guéranger futur restaurateur de l’ordre bénédictin.

47 Abbé Bruneau, « Lamennais et le diocèse du Mans », Province du Maine, t. XI, p. 117 et suiv.

48 E. Sevrin, Dom Guéranger et Lamennais, Paris, Vrin, 1933, p. 318.

49 F. Epineau, Mémoires d’un vicaire de campagne écrits par lui-même, Paris, Royer, 1843 (2e édition). Il a été ordonné prêtre en 1828.

50 Charles Moreau, Le R. P. Basile Moreau, p. 33.

51 E. Sevrin, op. cit., p. 258. Mgr Bouvier ne résiste pas à la tentation de décocher, à cette occasion, quelques traits contre les partisans les plus avérés de Lamennais, « “hommes légers”, qui croient faussement le système de philosophie récemment introduit, où se trouvent des doctrines vaines, futiles, incertaines » (Lettre pastorale du 1er août 1834, accompagnant la publication de Singulari nos dans le diocèse). Plusieurs vont s’en souvenir.

52 « Parmi ces anciens usages, connus sous le nom de libertés, il y en a auxquels le pouvoir civil est intéressé et qu’il conserve, sans troubler la bonne harmonie qui règne entre le pape et lui, comme nous conservons les nôtres, sans préjudice de nos relations filiales avec celui que nous vénérons comme notre souverain dans l’ordre spirituel », explique Mgr Bouvier dans la minute d’une lettre adressée au ministre Martin du Nord, en mars 1845 (Adlm, Dossier enseignement).

53 « Il y aurait contradiction et tyrannie dans un temps où la liberté de pensée est exploitée avec tant d’excès à exiger que de pures opinions soient enseignées comme des vérités [….] De graves inconvénients surgiraient infailliblement si, comme certains le demandent, le gouvernement entreprenait de les faire enseigner. Certainement, il ne réussirait pas. » (ibid.)

54 « Les évêques se sont maintenus dans l’usage qu’ils avaient autrefois de faire par eux-mêmes beaucoup de choses pour lesquelles il faut actuellement, selon le droit commun, recourir à Rome. Cependant, nous n’avions pas la prétention de nous maintenir dans des usages qu’il réprouverait formellement par son autorité suprême. (ibid.)

55 Sur cette question, voir : Chanoine Sifflet, Les évêques concordataires du Mans. Mgr Bouvier, II, p. 358 à 470 ; Jean Maurain, Le Saint-Siège et la France, de décembre 1851 à avril 1853, Paris, Félix Alcan, 1930, en particulier p. 75-77 et 140-141 ; dossier Lottin aux Archives diocésaines du Mans (il en existe une copie incomplète aux Archives de la Sarthe), en particulier les lettres reçues de l’un des agents les plus actifs de l’ultramontanisme en France, le père Mathurin Gaultier (1803-1869), membre de la congrégation des Pères du Saint-Esprit.

56 Lettre du préfet de la Mayenne au ministre, 17 février 1835, A.N., F19 2534.

57 Lettre du 14 juin 1852, cit. in G. Barrier, Un ami de Rome et du pape au XIXe siècle, Mgr Sauvé, Laval, Chailland, 1898, t. I, p. 320.

58 L’abbé Moriceau, vicaire à Laval, écrit à Louis Veuillot en 1852 : « Dans notre diocèse où se manifestait, il y a quelques années, le plus d’éloignement, la liturgie romaine est accueillie avec une joie à peu près universelle et la lecture de L’Univers est pour beaucoup dans ce changement des idées ». Cit. dans Michel Denis, Les Royalistes de la Mayenne et le monde moderne, XIXe-XXe siècles, Paris, Klincksieck, 1977, p. 431.

59 Entre 1870 et 1905 une trentaine de jeunes prêtres de chacun des deux diocèses vont achever leurs études à Rome.

60 G. Barrier, Un ami de Rome et du pape au XIXe siècle, Mgr Sauvé, op. cit., t. II, p. 139.

61 Lettre de Mgr Le Hardy du Marais à l’occasion de la publication de l’encyclique Æterni patris, 1er novembre 1879.

62 Sur toute cette question, voir : Notice sur l’abbé Ragot, dans la Semaine du Fidèle, juin 1876 ; Ch. Legendre, Mgr Gouin, sa vie son œuvre, op. cit. ; Chanoine Paumard, Mémoires, Cahier 17, p. 98-126.

63 Chanoine Jules de Bellune, op. cit., p. 245.

64 Sur cette crise du séminaire, voir Ambroise Ledru, Notes et souvenirs, op. cit.

65 Voir Ch. Legendre, op. cit., p. 24.

66 Semaine religieuse de Laval, 26 janvier 1918.

67 Notamment L’inspiration des Écritures, en 1896, et Leçons d’introduction générale aux Saintes Écritures, en 1898.

68 Abbé Charles Girault, « Souvenirs et impressions », Province du Maine, t. 33 (1953), p. 214-222.

69 Lettre de l’abbé Morin, 9 juin 1935, Papiers Lochet, Adlm.

70 Abbé Epineau, Mémoires d’un curé de campagne écrits par lui-même, 1843, p. 41.

71 Un mémoire anonyme inspiré par l’évêque pour justifier la demande d’agrandissement du séminaire Saint-Vincent met en avant l’allongement des études cléricales pour les rendre de plus en plus solides et en rapport avec l’état de la société (Dossier Saint-Vincent, Adlm).

72 Ce n’est pas un phénomène général. Dans le diocèse de Belley par exemple, Philippe Boutry voit au contraire coïncider renouveau intellectuel et diffusion de l’ultramontanisme (Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, p. 199-209).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540