Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Première sous-partie. Formation et vocation ecclésiastique

Les sociétés de prêtres dans le diocèse de Lyon XIVe-XVIIIe siècle

Jean-Pierre Gutton

Texte intégral

  • 1 H. Manissadjian, « La communauté de prêtres de l’église de Sainte-Feyre (Creuse) », Cahiers d’Hist (...)
  • 2 R. Suaudeau, L’évêque inspecteur administratif sous la monarchie absolue, Paris, 1940.
  • 3 L. Welter, « Les communautés de prêtres dans le diocèse de Clermont du XIIIe au XVIIIe siècle », R (...)
  • 4 N. Lemaître, Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles de Rodez (1417-1563), Paris, 1988, e (...)
  • 5 S. Brunet, N. Lemaître (dir.), Clergés, communautés et familles des montagnes d’Europe, Actes du c (...)

1Les sociétés de prêtres qui, selon les régions, portent des noms divers (prêtres communalistes, méparts, familiarités, fadernes, prêtres-filleuls, enfants-prêtres, consortes…) ont peu retenu l’attention des juristes qui, au XVIIIe siècle, ont publié sur les affaires ecclésiastiques. À cette époque les sociétés de prêtres étaient en déclin1, assez largement à la suite de l’action des évêques de la réforme tridentine qui avaient tant fait pour les tenir en lisière. Il est d’ailleurs caractéristique que cette institution, bien oubliée après sa suppression par une loi du 24 août 1790 qui ne souleva pas de protestations de la part de l’Église, fasse essentiellement son apparition dans la bibliographie du XXe siècle dans un ouvrage consacré au rôle administratif des évêques de la monarchie absolue2. Après la Seconde Guerre mondiale, le sujet s’impose par des monographies dans des revues nationales ou locales. L’étude de Louis Welter consacrée au diocèse de Clermont a, dès 1949, le mérite d’insister sur quelques grands traits : apparition au Moyen Âge, déclin dès le XVIIe siècle, distinction d’avec les chapitres, rôle liturgique, mais aussi rôle social dans la paroisse3. L’utilisation des archives de la répartition des décimes, des procès-verbaux de visites pastorales, des minutes notariales et des pouillés a beaucoup fait progresser notre connaissance de ces institutions. Les travaux de Nicole Lemaître, dans sa thèse4 et dans divers articles, ont insisté, à partir de l’exemple rouergat, sur l’importance des années 1530 qui voient leur multiplication pour assurer les obits alors que le salut des âmes du Purgatoire est une préoccupation majeure. Plus récemment, ces études sont liées à la définition d’une religion des montagnes (fadernes du Val d’Aran par exemple) et aux travaux sur la communauté villageoise et l’argent des campagnes. Un colloque organisé à Clermont-Ferrand en septembre 2005 et consacré aux « Associations de prêtres en France du Moyen Âge à l’époque contemporaine », a également largement clarifié le sujet5.

2Les grandes lignes de cette histoire sont désormais assez bien connues. Les sociétés de prêtres apparaissent entre le XIIIe et le XVe siècles, grâce à des donations qui sont généralement multiples (et non unique comme pour un chapitre). Les sociétaires, en nombre variable mais rarement supérieur à la quinzaine, ne vivent pas en commun, ne forment pas un corps, mais ont un chef. L’entrée dans la société se fait par acte notarié et la condition de cette réception est d’être né et d’avoir été baptisé dans la paroisse – c’est le sens de l’appellation « prêtre filleul » – et de connaître le plain-chant. Dans le diocèse de Lyon, qui correspond avant 1742 aux actuels départements du Rhône, de la Loire, de l’Ain et à quelques franges de ceux de Saône-et-Loire, du Jura et de l’Isère, les sociétés de prêtres sont fidèles à ce schéma. Aussi bien ce diocèse fait-il partie des régions du royaume qui accueillent ce type d’institutions : un vaste V depuis Bretagne, Normandie, Maine et Anjou jusqu’à la Bourgogne, la Franche-Comté et la Lorraine, en passant par la Marche, le Limousin, l’Auvergne et le Rouergue et le diocèse de Lyon. Elles sont caractéristiques des bourgs et des petites villes au sein desquelles elles jouent le rôle d’intercesseurs proches des paroissiens. Il y a ainsi un double clergé : celui de la paroisse qui assure la distribution des sacrements et celui des sociétaires chargé des messes de fondations, mais qui collabore aussi à la liturgie paroissiale, lui donnant plus de faste, et récite au moins partiellement l’office canonial. Ce système permet de retenir sur place des jeunes gens, de renforcer la solidarité à l’intérieur de la communauté et de prendre une assurance pour l’au-delà. Bien entendu, la réforme catholique a contribué à rapprocher ces deux clergés et, en tout cas, à subordonner les prêtres sociétaires au curé de la paroisse. On le verra dans le document publié in fine.

  • 6 À titre de comparaison, dans le diocèse de Clermont, la proportion est du quart (S. Gomis). P. Fei (...)
  • 7 Saône-et-Loire, ar. Louhans. AD Rhône, 1 G 48, Recueil des visites pastorales du diocèse de Lyon a (...)
  • 8 Localité du Jura, arrondissement de Saint-Claude. AD Rhône, 1 G 48 et Recueil des visites pastoral (...)
  • 9 AD Rhône, 1 G 48.

3La présence des sociétés de prêtres est relativement forte. Dans ses travaux préparatoires à une thèse que la maladie ne lui a pas permis de mener à bien, Patrick Feillens avait repéré 82 paroisses ou annexes abritant au moins une société de prêtres. Le diocèse comportant quelque 800 paroisses, la couverture est donc de l’ordre de 10 % sachant qu’il est exceptionnel qu’une paroisse, telle celle de Saint-Chamond, ait deux sociétés6. Il peut donc y avoir une action importante de ces sociétaires d’autant que les sociétés de neuf paroisses exercent aussi dans une annexe ou une autre paroisse, fournissant notamment des vicaires. Ce sentiment que les sociétés de prêtres peuvent avoir un rôle pastoral non négligeable est conforté par le fait qu’un certain nombre de sociétaires sont aussi chanoines dans des collégiales situées dans le même lieu ou proches. Il y a là l’illustration de la relative proximité des sociétés de prêtres et des petits chapitres, même si la distinction est en principe rigoureuse. À Cuiseaux, c’est même l’ensemble des chanoines de la collégiale qui sont membres de la familiarité, partageant les revenus avec d’autres familiers qui ne sont pas chanoines7. Enfin, certains sociétaires peuvent être curé d’une autre paroisse : un sociétaire de Saint-Claude est curé de Septmoncel8. Ces situations sont évidemment des témoignages des efforts des évêques tridentins pour intégrer et contrôler les membres de ces sociétés à coup sûr peu portées à la réforme. Dans quelques cas, il y a même transformation de la société en chapitre collégial : à Bourg-en-Bresse en 1515, à l’occasion, il est vrai, de la création d’un éphémère évêché à Bourg ; à Châtillon-sur-Chalaronne en 1652 ; à Saint-Amour en 1632 ; à Villefranche-sur-Saône en 1687. Dans ce dernier cas, la communauté d’habitants n’a accepté la transformation qu’à la condition que la clause de l’obligation de la naissance et du baptême dans la paroisse soit maintenue. À Bourg, il en avait été de même, mais en 1613, après la visite pastorale, l’archevêque revient sur cette clause. Une fois de plus, la réforme catholique est en action9.

  • 10 J. P. Gutton, « Notes sur le recrutement du clergé séculier dans l’archidiocèse de Lyon (1589-1789 (...)

4Reste à dire qu’à l’intérieur du diocèse la répartition des sociétés de prêtres a des caractéristiques précises. Une société de prêtres sur deux est en Forez, surtout dans la montagne forézienne qui est alors la partie la plus riche de la province. C’est une région qui, anciennement, et jusqu’à une date très récente, fournit de nombreuses vocations10. Aussi trouve-t-on ici des sociétés de prêtres jusque dans de modestes villages. Inversement, la rareté des sociétés de prêtres en Beaujolais, Dombes, Bugey et Bas-Dauphiné conforte la réputation de tiédeur de ces terres. Le Lyonnais regroupe un dixième de ces sociétés, mais celles-ci sont majoritairement situées à l’ouest, proches du Forez, si bien qu’un tiers ouest du diocèse abrite 63 % de ces sociétés de prêtres. L’autre région assez bien dotée est la Bresse (19,8 % du total). Cela signifie que l’on retrouve, dans le diocèse de Lyon, à l’ouest la continuité avec le Massif Central et à l’est avec la Bourgogne et la Franche-Comté, trois provinces riches en sociétés de prêtres.

  • 11 Regard, « Les communautés de prêtres dans le diocèse de Lyon, XVIIe-XVIIIe siècles. La société de (...)

5Une connaissance plus précise des sociétés est rendue possible par des monographies lorsqu’un véritable fonds d’archives a été conservé. C’est le cas pour la société des prêtres de Saint-Pierre, à Saint-Chamond11. Dans cette ville de quelque 6 000 âmes à la fin de l’ancien régime, la société de prêtres recrute des enfants du pays fondant une rente. Mais, comme depuis 1684, le nombre des sociétaires a été limité à douze, on recrute aussi des surnuméraires qui ne sont pas forcément prêtres mais le deviendront et occuperont les places au fur et à mesure des vacances. L’attente peut durer une dizaine d’années et la réception est soumise à l’exercice du vicariat pendant un an. La société fonctionne donc comme une école de formation dont la vie est surveillée par les archevêques, particulièrement au travers d’un règlement datant de 1644. Les prêtres sociétaires ne demeurent pas forcément toute leur vie dans la société, certains accèdent à une cure ou à un canonicat. Cependant, même en cas de départ, ces anciens sociétaires conservent des liens forts avec la ville et la société, testant notamment en sa faveur, voire revenant dans la société l’âge venu pour l’un d’entre eux.

6C’est qu’un idéal communautaire anime la société. Les origines rapprochent ses membres. Pour l’essentiel les parents des sociétaires appartiennent au monde de l’échoppe et de la boutique. Sur le plan matériel, la distribution des revenus se fait sous une forme égalitaire et les vieux prêtres sont aidés s’ils en éprouvent le besoin. Il s’agit donc d’une institution au service des enfants de la ville. En retour, ceux-ci prient pour les vivants et, peut-être plus encore, pour les défunts de la communauté d’habitants. Les familles sont assurées d’une célébration régulière des messes fondées. Le règlement de 1644 précise, dans son article 16, que si un sociétaire doit, le même jour assurer « une messe haulte ou basse de fondation avec un service d’occasion comme enterrement, chantal, trentenier, ou autre de dévotion particulière », la fondation sera célébrée par le prêtre et l’autre messe par le sociétaire qui le suit en rang. L’article 9 du même règlement prévoit des « tables » des actes de fondations « affin que chacun scache précisement ce qu’il eschet à faire en son rang et y satisfaire ponctuellement ». Un « semeinier », qui devient, en 1684, un « hebdomadier » veille à la bonne gestion du calendrier des offices. Il fait aussi respecter ce qui est demandé par les fidèles, afin que « les riches, les médiocres et les simples ouvriers trouvent de quoy se contenter », particulièrement pour les enterrements. Ajoutons que les noms et les signatures des sociétaires sont souvent présents sur les registres paroissiaux, ce qui signifie qu’ils jouent un rôle important dans la distribution des sacrements. D’autre part, par testament de Pierre Brossy, en 1675, des prêtres sociétaires interviennent, l’un dans l’administration de l’hôtel Dieu de la ville et deux autres pour l’enseignement de la jeunesse dans des écoles gratuites.

7Les liens de la société de prêtres avec la communauté sont aussi largement confortés par le rôle de banque mutualiste qu’elle joue auprès des habitants. La société bénéficie de dons en argent ou en meubles, d’hypothèques sur des terres, de payement par un tiers (par cession de créances par le donateur). Ces fondations sont faites par les milieux mêmes (artisanat et commerce) qui donnent leurs fils à la société. Celle-ci les fait fructifier dans une économie de la rente, toutefois concurrencée par l’investissement en terres après les désillusions du temps de Law. On constate alors que, possédant quelque 80 ou 100 hectares, la société s’y intéresse de près au XVIIIe siècle au travers de baux de plus en plus précis. Cependant l’essentiel demeure toujours la rente. Les emprunteurs sont des artisans – cloutiers notamment – ou des laboureurs qui empruntent pour acheter de la terre ou régler des soultes familiales au moment d’une succession. On retrouve ici l’illustration de ces réseaux de prêts qui, dans la France de l’ancien régime, relativise le retard bancaire du royaume si souvent mis en avant par 1’historiographie du XXe siècle. En même temps, si les prières des sociétaires manifestent le lien entre vivants et morts de la communauté, les morts continuent d’entretenir des liens avec les vivants par les prêts fournis par leurs fondations obituaires. Les « profits » sont donc partagés entre les deux mondes. Cette gestion, à la fois financière et spirituelle, des intérêts de la communauté d’habitants suppose une véritable organisation administrative. Le boursier a la charge de percevoir le casuel mais la fonction essentielle est celle du procureur, nommé pour trois ans. Il conserve les titres de la société, recherche les nouveaux investissements possibles, contrôle, et au besoin poursuit, les débiteurs. Dans cette dernière tâche, on constate une fois encore le souci de ménager les intérêts des « clients » de la société de prêtres : le procureur demande la saisie des sommes dues par d’autres débiteurs à leurs débiteurs. Habile utilisation du lacis de dettes de la France d’ancien régime !

8Il faut encore s’interroger sur la manière dont cette institution aux fortes racines médiévales a pu se concilier avec la réforme catholique. Il est sûr que, dès le XVIe siècle, la vie de la société est entièrement liée à celle de la paroisse. Une transaction de 1589 entre le curé et les sociétaires précise : « Avec luy servent lesd. societtaires de vicaire soit pour la confession et administration du Saint-Sacrement. » Un règlement de 1644 fait obligation de choisir un vicaire parmi les sociétaires. Ce même règlement porte qu’ils doivent se comporter avec « modestie », ne jamais omettre la génuflexion devant le Saint-Sacrement, porter la soutane au quotidien, assister aux offices vêtus de leurs surplis. L’absentéisme est clairement combattu par ce texte encore puisqu’il porte que ceux qui seront pourvus d’un bénéfice ne seront pas admis dans la société. La « pallette », on dira la « pointe » dans un règlement de 1684, instaure des sanctions financières. Le système de la « pallette » prive d’une partie des revenus celui qui s’est absenté. La « pointe » est fondée sur le principe des jetons de présence. Cette lutte contre l’absentéisme connaît une chronologie qui est celle des progrès de la réforme catholique. La transaction de 1589 est muette sur le sujet. En 1631, le curé de Saint-Julien de Saint-Chamond se plaint auprès de l’archevêque car des sociétaires l’aident trop peu. Il est alors décidé que les sociétaires doivent assister aux messes de fondation et « a deffaut demeureront privez des portions qu’ils pourroient prétendre aux fondations, qui sont destinées à ceux que led. curé prendra et qui feront le service ». Et, avec le règlement de 1644, la « pallette » est instituée.

  • 12 AD Rhône, 1 G 52.
  • 13 Texte de cette ordonnance, confirmée par lettres patentes et enregistrée par le parlement de Paris (...)
  • 14 AD Loire, 5 E 1355, notaire Louis Finaz, 7 octobre 1781.

9Cependant, toutes ces acceptations des réformes voulues par l’Église au XVIIe siècle ne s’accompagnent nullement d’un déclin de la société. Boursiers et procureurs voient même leur indépendance renforcée à l’égard du curé. Lors de la visite pastorale du 5 mars 1658, au cours de laquelle rien n’est reproché à la société, l’archevêque constate « que les revenus de la société… périssent peu à peu faute qu’il y ait un procureur » et ordonne « que sera incessamment procédé… à l’eslection d’un nouveau procureur et qu’ils choisiront pour ce employ l’un d’entre eux12 ». Et, en 1690, une ordonnance de l’archevêque confirme la société, soulignant que « les offices divins y sont faits avec beaucoup plus de décence et de solemnité ». Les choses changent toutefois avec une ordonnance du cardinal de Tencin (1740-1758) du 1er juillet 174913. Les sociétés de prêtres, considérées comme « un mal universel et invétéré » sont désormais soumises à une forte réglementation qui aboutit à une mise en tutelle. Quatre ans de vicariat dans le diocèse sont exigés avant d’être reçu au nombre des « Prêtres Desserviteurs, dits Sociétaires ». Le curé voit son rôle renforcé et les marguilliers assurent la gestion des biens des sociétaires ; le rôle des sociétés doit n’être que liturgique sous le contrôle du curé. Le rythme des entrées s’était ralenti dès le début des années 1740 ; il n’y a plus d’entrée à partir de 1748. Et le volume des archives conservées s’amenuise après cette date. À la fin du siècle, la société doit demander aux marguilliers l’autorisation d’emprunter, autorisation qu’elle obtient, après examen des comptes14. Il est vrai que, dès avant 1749, des fondations avaient été faites à la fabrique pour exécution par la société, ce qui mettait déjà partiellement celle-ci sous le contrôle de celle-là !

10La seconde moitié du XVIIIe siècle est bien une période de déclin. Les offices des confréries ne sont plus systématiquement célébrés par les sociétaires ; les demandes de messes souffrent de la concurrence de communautés comme celles des capucins, des minimes… Dans sa fonction de prêteur, c’est le chapitre et 1’hôtel-Dieu qui font de l’ombre à la société. La société de prêtres de Saint-Chamond est un bon exemple de cette inadaptation croissante au siècle. La réforme catholique semble avoir été assez bien acceptée, dans le diocèse de Lyon, par les sociétés de prêtres. Il n’y a pas eu opposition de front en tout cas. Mais par contrecoup, par le poids qu’elle donne au curé de la paroisse, par les dévotions nouvelles mises en place, elle relègue les sociétés de prêtres au rang de structures du passé.

Document

Homologation de règlement fait entre les sieurs curé et prêtres de Saint-Just-en Chevalet du 16e juillet 1688.

  • 15 Bédien Morange était un membre important de la Compagnie du Saint-Sacrement.
  • 16 Jean Genebrier est curé de Saint-Just-en-Chevalet de 1678 à sa mort en 1708 (J. Canard, La société (...)

Bedien Morange15 prêtre docteur de la Maison et Société de Sorbonne, theologal de l’Eglise de Lyon prieur et Comte de Saint Jean hors les Murs de genève et vicaire général au Spirituel et temporel d’illustrissime et Reverendissime Messire Camille de neufville archevêque et Comte de Lyon primat de France, Commandeur des ordres du Roy et Son lieutenant général au gouvernement de Lyon province de lionnois, forets et beaujollois ; Scavoir faisons que vêu La Requête a nous présentée par Mre jean Genebrier16 curé de Saint Just en Chevalet en forets de ce diocese, par laquelle il nous auroit exposé que dès le trentieme de novembre mil six cent quatre vingt Luy et les prêtres Sociétaires de laditte parroisse de Saint Just en Chevalet seront convenus de quelques Statuts et règlements touchant le Service divin, l’ordre et la dissipline entre eux mais comme lesdits règlement ou Statut ne peuvent avoir de force ni de validité, qu’après düe homologation, que même il est porté expressemment qu’ils n’en sont convenus que Sous le bon plaisir de Mondit Seigneur l’archevêque ou de nous, Le dit Supliant Concluoit a ce qu’il nous plût vouloir faire la ditte homologation aux clauses, conditions et Mortiffications que nous jugerions a propos ainsi qu’il est plus au long contenû en la ditte Requête deuëment signée, vû aussy les dits Reglement et statut dont la teneur sensuit
Pardevant Le Notaire Royal apostolique demeurant a Lyon soussigné et en presence des témoins bas nommés personnellement Etablis Mre Jean Genebrier docteur de Sorbonne Curé de l’Eglise parroissiale de Saint Just en Chevalet païs de forêts diocese dudit Lyon d’une part, Mre jean veurier, pierre Morel et claude Laby prêtres sociétaires de la ditte Eglise et Mre pierre de Chartre prêtre chanoine de l’Eglise collégiale de Saint Nizier dud. Lyon agissant pour et au nom et comme ayant charge de Mres Etienne Guillot, pierre Villas, Claude Perret, Mathieu Roche et Michel Bissey aussi prêtres et Sociétaires de la ditte Eglise par procuration du vingt deux du present mois Receu Rozier Notaire Royal demeurant audit Saint Just, annexée aux presentes d’autre part lesquels De gré sous la protestation néanmoins de la part dudit Sr Curé que la ditte qualité de Societé ne puisse luy prejudicier les protestations contraires desdits prêtres et les droits respectifs des parties demeurant pour ce regard sauves, desirant de procurer le bon ordre dans le service de la ditte Eglise, pour la plus grande gloire de Dieu et une paix et union Sincere et Solide entre eux apres plusieurs Conferences et avoir tous assemblés, invoqués le Saint Esprit Sont convenus et demeurés d’accord de ce qui suit, Sous le bon plaisir et agrement de Monseigneur l’archevêque ou de Monsieur Son grand Vicaire
En premier Lieu que laditte Societé demeure reduite a l’avenir au nombre de huit prêtres
Societaires tous ceux qui y sont presentement receus y demeurant toutefois sans qu’ils en puissent être exclus en satisfaisant a leur devoïr ni qu’on en puisse recevoir d’autres jusqu’à ce que par leur déceds ou abandonnement la Reduction se trouve faitte au dessous dudit nombre de huit ou Ledit Sieur Curé qui en sera toujours le chef.
En second Lieu que nul ne pourra y etre receu qu’il ne soit né au dit lieu et parroisse du dit Saint Just, qu’il n’aye celebré sa premiere messe en la ditte eglise et qu’il ne soit suffisament instruit du plain chant avec les autres capacités requises et qu’il n’aye de plus servi pendant une année de vicaire en quelqu’Eglise parroissiale suivant les Reglements de ce diocèse.
En troisieme Lieu, Tous les prêtres qui seront receux au service de la ditte Eglise seront tenus de payer six mois après leur premiere messe La Somme de trente six livres pour les ornements d’icelle.
En quatrieme Lieu que les dits Societaires auront leur rang et séance suivant l’ordre de leur reception en sorte que les plus entiens receus precederont les autres sauf toutes fois que l’un des vicaires dudit Sieur Curé en son absence tiendra la premiere place et rang le plus honnorable aux offices et processions.
En cinquieme Lieu que pour satisfaire exactement aux fondations il sera mis un tableau dans la Sacristie de la ditte Eglise et chacun en fera les offices tour a tour demeurant reservé audit Sieur Curé de choisir ses vicaires ou des dits Sociétaires ceux que bon luy semblera pour officier dans les offices parroissiaux.
En sixieme Lieu que tout le revenu des dittes fondations sera distribué égallement entre lesdits Sociétaires, sauf que le dit Sieur Curé y prendra deux parts en disant ou faisant dire à son tour les messes des dittes fondations et quant au casuel pour sa reception et distribution sera nommé un receveur par le dit Sieur Curé sur trois des pretres Sociétaires qui luy seront proposés par la pluralité d’entre eux et pour le present a été par luy nommé et choisi Mre Michel Dubessy
En septieme Lieu que les Messes des trépassés du Lundy seront celebrées chacun a son rang et partagées comme dessus dit, ledit Sieur Curé y ayant deux parts.
En huitieme Lieu que les Messes de Dévotion seront dites a la volonté de ceux qui les feront celebrer sauf que ce ne pourra Etre au grand autel qu’avec l’agrement dudit Sieur Curé ou en son absence de son vicaire lequel agrément neanmoins ne sera réfusé qu’avec juste raison.
En neufvieme Lieu pour les prieres qui se font pour les deffunts dans le cimitière, dans l’Eglise ou Chapelle même le jour des Morts, ledit Sieur Curé nommera chaque mois ceux des dits sociétaires qui pourront les faire et nuls autres ne pourront s’y ingerer sans sa permission expresse et de tout ce qui reviendra des dittes prieres il en apartiendra un tiers au dit Sieur Curé Le surplus sera partagé egallement entre tous les dits Sociétaires.
En dixieme Lieu que les grandes Messes de devotion, quarentaine, obit seront celebrées par le dit Sieur Curé ou ses vicaires préferablement et lorsqu’ils ne pourront ou voudront le faire par les dits sociétaires chacun a son tour, les grandes Messes d’Enterrement Mariages et des femmes qui se presentent à l’Eglise apres leur acouchement demeurants entierement reservées audit Sieur Curé sauf l’assistence des autres pretres Sociétaires en toutes les dittes grandes Messes.
En onzieme Lieu que les absents des offices de fondation en tout ou en partie seront frustrés de deux sols, a prendre sur le premier casuel, qui accroitront aux présents, sinon en cas de maladie ou autre cause legitime Les absents des offices de Devotion seront frustrés de leur Retribution du dit office et ceux qui absenteront aux jours des fêtes sans cause légitime connue au dit Sieur Curé ou qui refuseront d’officier ou troubleront le cœur seront frustrés du casuel de toute la semaine suivante et ne sera toutefois imputé aux dits vicaires de leur absence quand ils seront au service de la parroisse et quant audit Sieur Curé il sera toujours censé present pour tous les dits casuels.
En douzieme Lieu les pentions et fondations seront reconnuës a commun frais et aucun ne pourra recevoir lesdits revenus desdittes fondations, si non avec un Rolle signé par ledit Sieur
Curé et quelques autres desdits Societaires.
En treizieme Lieu La queste de la passion demeurera entierement au dit Sieur Curé lequel consent qu’apres que Sa ditte queste sera parachevée en chaque hameau les Sociétaires en puissent faire une de leur part. Demeurant au Moyen de ce que Dessus tous procès et differents eteints entre les dittes parties tous depens domages et interets respectivement pretendus Compences meme Ceux de la Sentence observes par les dits Veurier, Mazet et Laly en la Sénechaussée de Roanne exercé a Montbrison de laquelle ils se sont departis et s’en departent encore d’abondant, comme aussi de l’arret sur Requête par eux obtenu le vingt quatre Septembre dernier et de tout ce qui s’en est ensuivi ; le tout ainsy arreté et promis observer sans y contrevenir directement ni indirectement a peine de tous depens domages et interets, obligations, soumissions, renonciations et clauses sans prejudice des pretentions reciproques des dits Sociétaires pour autres affaires que celles mentionnées En la presente transaction pour Raison des depences a l’Encontre de Mre Bussery seulement. Fait et passé a Lyon Etude de Mre françois Dufaisant avocat en parlement et es Cours de Lyon, le trentieme novembre mil six cent quatre vingt avant Midy, present a ce Le dit Sieur Dufaisant, Mre jean Claude Boucher procureur es dittes cours et jaques Prost clerc audit Lyon temoins qui ont signés a la cedde avec les parties Soit Scellé dans le trentieme jour apeine de nullité, cinquante livres d’amende et deffaut d’hipotheque ; signé prost notaire Royal et apostolique susdit.
Le Tout duement vu et consideré Nous vicaire general de lyon susdit pour la plus grande gloire de Dieu Le Bien, aventage, paix et union desdits Curé et Sociétaires avons aprouvés, Ratiffiés, Confirmés et homologués, aprouvons, ratifions, confirmons et homologuons par ces presentes lesdits Statuts et Réglements Contenus dans la transaction cy dessus, voulons qu’elle porte son plain et entier effet et que lesdits Reglement et Statut soient executés selon leur forme et teneur y avons pour cet effet interposé et interposons l’autorité et decret judiciel de Monseigneur L’archeveque, sauf en tous ses droits et de tous ses Successeurs et pour y avoir Recours a perpétuité les presentes seront enregistrées au greffe des insinuations eclesiastiques de ce diocese. Donné a lyon sous le scel du dit Seigneur archeveque ce seizieme juillet mil six cent quatre vingt huit Signe Morange vic general.

B. M. Lyon, Ms fonds général 1482, fol. II5-II7.

Notes

1 H. Manissadjian, « La communauté de prêtres de l’église de Sainte-Feyre (Creuse) », Cahiers d’Histoire, 1957, p. 227-242. En 1790, cette communauté, d’une vingtaine de prêtres à la fin du Moyen Âge, ne compte plus que deux prêtres.

2 R. Suaudeau, L’évêque inspecteur administratif sous la monarchie absolue, Paris, 1940.

3 L. Welter, « Les communautés de prêtres dans le diocèse de Clermont du XIIIe au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, 1949, t. XXXV, p. 5 à 35.

4 N. Lemaître, Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles de Rodez (1417-1563), Paris, 1988, en particulier p. 282 sq.

5 S. Brunet, N. Lemaître (dir.), Clergés, communautés et familles des montagnes d’Europe, Actes du colloque « Religion et montagnes », Tarbes, 30 mai-2 juin 2002, Paris, 2005. À l’initiative de Bernard Dompnier et Stéphane Gomis, auteurs d’une thèse : Les « enfants-prêtres » des paroisses d’Auvergne. XVIe-XVIIIe siècles, Clermont Ferrand, 2006.

6 À titre de comparaison, dans le diocèse de Clermont, la proportion est du quart (S. Gomis). P. Feillens, Les sociétés de prêtres dans l’ancien diocèse de Lyon du XIIIe au XVIIIe siècles, mémoire de DEA, J.-P. Gutton (dir.), Univ. Lyon 2, 1991.

7 Saône-et-Loire, ar. Louhans. AD Rhône, 1 G 48, Recueil des visites pastorales du diocèse de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, t. I, Lyon, 1926, p. 266-267.

8 Localité du Jura, arrondissement de Saint-Claude. AD Rhône, 1 G 48 et Recueil des visites pastorales du diocèse de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, t. I, Lyon, 1926, p. 192 et 198.

9 AD Rhône, 1 G 48.

10 J. P. Gutton, « Notes sur le recrutement du clergé séculier dans l’archidiocèse de Lyon (1589-1789) », Chrétiens et sociétés, Pauvreté, culture et ordre social, 2006, p. 143-153.

11 Regard, « Les communautés de prêtres dans le diocèse de Lyon, XVIIe-XVIIIe siècles. La société de prêtres de Saint-Pierre à Saint-Chamond. Etude de cas », Mémoire de Master 1, J.-P. Gutton (dir.), Univ. Lyon 2, 2005, 192 p. Le mémoire est réalisé à partir des archives de la cure de Saint-Chamond déposées aux Archives départementales de la Loire.

12 AD Rhône, 1 G 52.

13 Texte de cette ordonnance, confirmée par lettres patentes et enregistrée par le parlement de Paris le 11 août 1749 dans AD Rhône, 1 G 28, fol. 9 à 11. Dans la ville voisine de Saint-Étienne, l’ordonnance de Tencin donna lieu à un long combat juridique de la municipalité pour tenter de sauver la société de prêtres des églises Saint-Étienne et Notre-Dame. Les termes employés sont significatifs des liens entre la cité et la société : « intention de nos pères », « patrimoine », « retraite et azile qu’ils ont ménagé pour des descendans qui embrassent l’état ecclésiastique », nécessité d’avoir « un nombre proportionné de directeurs de conscience » dans une grande ville… A. M. Saint-Étienne, 4 GG 4 à 4 GG 6.

14 AD Loire, 5 E 1355, notaire Louis Finaz, 7 octobre 1781.

15 Bédien Morange était un membre important de la Compagnie du Saint-Sacrement.

16 Jean Genebrier est curé de Saint-Just-en-Chevalet de 1678 à sa mort en 1708 (J. Canard, La société de prêtres et les prêtres de Saint-Just-en-Chevalet, s. l., 1958).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540