Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Troisième sous-partie. Mémoire des guerres et expression religieuse

De l’exercice illégal de la médecine et de la pharmacie en Sarthe au XIXe siècle

Gwenaëlle Jouan-Chapuis

Texte intégral

1Les campagnes sarthoises du XIXe siècle sont parcourues par de multiples colporteurs et guérisseurs de toutes sortes, qui vendent leurs potions et prodiguent leurs « soins ». La médecine populaire est vivace, mais elle est aussi vivement remise en question, corrélativement avec l’explosion des progrès médicaux qui renforcent la position des professionnels de la santé. Ces empiriques ambulants rencontrent dans les tournées de nombreuses sœurs de charité, accusées des mêmes maux, ceux d’exercer illégalement l’art de la médecine et de la pharmacie.

Le charlatanisme en Sarthe.

2Le charlatanisme est au XIXe siècle un phénomène courant, malgré des interventions étatiques et la mobilisation des professionnels de la santé. La législation est assez mal appliquée, ce qui engendre des procès et l’intervention des sociétés de médecins et de pharmaciens.

La législation

  • 1 J.-P. Goubert, « L’art de guérir, médecine savante et médecine populaire dans la France de 1790 », (...)
  • 2 Ibid.

3Depuis des siècles, médecins et pharmaciens sont concurrencés par des marchands forains, des colporteurs, des hongreurs qui, sans connaissances spécifiques, jouent le rôle du médecin ou du pharmacien. Ces empiriques paraissent fort nombreux dans les campagnes françaises du début du XIXe siècle où ils exercent une médecine naturelle à base de saignées, de vomitifs, de remèdes simples ou composés1. Socialement et géographiquement plus proches des ruraux, ils jouissent de leur confiance, ils sont appelés les premiers en cas de maladie ou d’accident. Le recours aux professionnels reste l’apanage d’une minorité qui s’affirme éclairée2.

4La frontière entre médecine savante et médecine populaire se définit au XIXe siècle, les médecins et les pharmaciens obtenant une réglementation de leurs professions. Deux lois de l’an XI réglementant les études médicales et pharmaceutiques interdisent la pratique de la médecine, de la chirurgie, de l’art des accouchements, de la pharmacie à toute personne qui ne serait pas reçue par les formes prescrites par ces lois.

  • 3 Bulletin des lois de la République, an XI.

5La loi du 19 ventôse an XI édicte en son article premier qu’« à compter du 1er vendémiaire de l’an XII, nul ne pourra embrasser la profession de médecin, de chirurgien ou d’officier de santé, sans être examiné et reçu comme il sera prescrit par la présente loi », et l’article XXXV prévoit des sanctions pour « … tout individu qui continuerait d’exercer la médecine ou la chirurgie, ou de pratiquer des accouchements, sans être sur les listes, et sans avoir de diplôme, de certificat, ou de lettre de réception3 ».

  • 4 Ibid.

6La loi du 21 germinal an XI édicte quant à elle, en son article XXV, que « nul ne pourra obtenir de patente pour exercer la profession de pharmacien, ouvrir une officine de pharmacie, vendre ou débiter aucun médicament s’il n’a été reçu suivant les formes voulues jusqu’à ce jour » ; deux articles prévoient des sanctions, l’article XXXIII : « […] les épiciers et droguistes ne peuvent vendre aucune composition ou préparation pharmaceutique sous peine de 500 francs d’amende » et l’article XXXVI : « Tout débit au poids médicinal, toute distribution de drogues et préparations médicamenteuses sur des théâtres ou étalages, dans les places publiques, foires et marchés […] sont sévèrement prohibés. Les individus qui se rendraient coupables de ce délit seront poursuivis par mesure de police correctionnelle et punis conformément à l’article 83 du code des délits et des peines4. »

  • 5 Archives départementales de la Sarthe (A.D.S. ensuite), 5 M 21, lettre du préfet au sous-préfet de (...)

7Une loi ne suffit cependant pas à faire disparaître des campagnes tous les empiriques et charlatans qui continuent leurs pratiques considérées comme criminelles par les professionnels. Le 22 novembre 1823, le préfet de la Sarthe reçoit une circulaire du ministère de l’Intérieur lui faisant remarquer que « les dispositions de la loi du 21 germinal an XI […] n’étaient pas exécutées partout avec l’exactitude et la sévérité convenables ». C’est un véritable rappel à l’ordre qui est lancé à tous les maires du département ; il leur est recommandé de « ne rien négliger pour s’assurer qu’aucune personne, autre que celles munies d’un titre légal » ne puisse vendre des substances médicamenteuses, et de « faire, de temps à autre des visites chez les pharmaciens et épiciers ». Cependant le charlatanisme ne cesse pas : en 1866, le préfet intervient de nouveau auprès de ses subordonnés directs afin que ceux-ci mènent une surveillance active et sévère à l’égard des empiriques5.

L’action judiciaire

  • 6 Il s’agit des tribunaux de La Flèche, du Mans, de Mamers et de Saint-Calais.

8L’analyse des audienciers des quatre tribunaux correctionnels de la Sarthe6 révèle que les procès pour exercice illégal de la médecine ou de la pharmacie sont relativement peu nombreux, excepté à la fin des années 1850. Le recensement ne fait apparaître qu’un seul, voire deux procès par an dans chaque tribunal, soit un nombre maximum de huit procès par an pour tout le département. Ainsi à Saint-Calais, vingt-quatre jugements sont rendus sur la période allant de 1840 à 1865, soit, en moyenne, un procès par an. Au Mans, 32 jugements sont rendus pour la même période, soit 1,3 procès par an en moyenne.

9Sur 118 procès répertoriés, 78 intéressent l’exercice illégal de la médecine, soit 66,1 % ; vingt concernent la pratique illégale des accouchements, soit 16,94 % ; seulement quatorze procès pour exercice illégal de la pharmacie sont rendus, soit 11,86 %. Les autres procès sont « mixtes », et il n’existe qu’un seul procès pour homicide par imprudence.

10Les peines sont variables, allant de la simple amende à plusieurs mois d’emprisonnement. Sur 92 verdicts, 68,48 % condamnent l’inculpé à une peine d’amende, 25 % le condamnent à une peine d’emprisonnement, et 6,52 % prononcent l’acquittement. Les peines infligées sont relativement douces : 74,6 % des amendes infligées sont inférieures à 100 francs, et la moitié sont des peines de 15 francs ; seulement 11,2 % sont d’un montant supérieur ou égal à 500 francs. Quant aux peines d’emprisonnement, 43,48 % n’excèdent pas quinze jours, 43,48 % sont prononcées pour une durée d’un mois à un an, seulement trois condamnations pour plus d’un an sont rendues. Les peines apparaissent plus sévères à partir des années 1870 malgré une nette baisse du nombre de procès. Ainsi, à Saint-Calais, seules deux affaires sont traitées pour la période 1871-1897. Est-ce là un signe de la disparition du charlatanisme dans les campagnes ?

  • 7 Ont été recensés les métiers de teinturier, cultivateur, foulonnier, jardinier, charron, tisserand (...)
  • 8 A.D.S., 5 M 21, lettre du sous-préfet au préfet, 24 septembre 1885.
  • 9 A.D.S. 5 M 21, lettre du sous-préfet au préfet, 10 avril 1879.

11Les prévenus sont en grande majorité des hommes, ils représentent 82,57 % des inculpés. La moitié de ces prévenus exercent le métier d’affranchisseur, c’est-à-dire de hongreur (27,6 %), d’épicier, de pharmacien ou de jugeur d’eaux. L’autre moitié est composée de petits artisans, marchands et journaliers7. Il n’y a pas de notables, excepté les pharmaciens condamnés pour exercice illégal de la médecine, et deux officiers de santé non reçus dans le département. Les charlatans sont des hommes du peuple, appréciés par les campagnards. Ainsi, la famille Jousse, condamnée pour exercice illégal de la médecine et de la pharmacie par le Tribunal correctionnel de Saint-Calais le 4 juillet 1885 est « très estimée dans le pays », selon les propres termes du sous-préfet8. En effet, les sous-préfets émettent une opinion au préfet lors des recours en grâce, la plupart des contrevenants jouissent de la sympathie des sous-préfets, à l’exception de certains qui abusent de la confiance des populations. Même le sieur Roger, responsable de l’amputation d’une jambe d’un jeune homme de Connerré mérite l’indulgence car il a déjà sauvé plusieurs personnes de la noyade9.

  • 10 A.D.S., 5 M 21, voir par exemple l’affaire Callu, épicier au Grand-Lucé, en 1886.

12On peut distinguer différents types de procès. Les épiciers sont condamnés pour avoir vendu des produits pharmaceutiques dans leur magasin, ce qui leur est interdit depuis la loi de l’an XI10. Quant aux pharmaciens, il leur est reproché de pratiquer des consultations, ce qui est réservé aux seuls médecins, et les hongreurs sont accusés de pratiquer la médecine vétérinaire sur des humains. La pratique de l’art des accouchements est reprochée aux femmes non diplômées, dénoncée par les sages-femmes établies.

13Quelques années ressortent, 1838, 1858-1860, où le nombre des procès rendus par un seul tribunal peut atteindre jusqu’à six par an, comme au Mans et à Saint-Calais en 1858. Ces pics s’expliquent par les mobilisations des sociétés de médecins et de pharmaciens présentes en Sarthe.

L’action des professionnels

14La première société fondée en Sarthe est la Société de médecine de la Sarthe autorisée par le ministère de l’Intérieur le 17 mars 1828. Cette association composée de médecins, de chirurgiens, de pharmaciens du Mans et de la Sarthe est avant tout une société savante où les membres exposent leurs découvertes, leurs observations sur les pathologies soignées. Naturellement, les pratiques abusives et le charlatanisme sont évoqués au cours des séances de réunion de la Société, ce qui fait l’objet de débats parfois houleux. Pour éviter de perturber ainsi les séances, il est décidé de la création d’une nouvelle société : l’Association Médicale de la Sarthe (AMS) en décembre 1842. Cette dernière a pour but de rallier les médecins et pharmaciens du département pour la défense « de la dignité et des intérêts professionnels et la répression du charlatanisme ».

  • 11 Bulletin de l’AMS, 1844, p. 1.
  • 12 Ibid., 1844, p. 2.
  • 13 Ibid., 1843, p. 1.
  • 14 Ibid., 1847, p. 7.
  • 15 Ibid., 1844. p. 3.
  • 16 Ibid., 1849. p. 5.
  • 17 Ibid., 1847, p. 1.
  • 18 Ibid., 1855, p. 8.
  • 19 Ibid., 1845, p. 1.

15Les allocutions du président de l’AMS pour l’ouverture des séances sont énergiques et pleines de hargne envers les empiriques. Tous les ans, il rappelle que la profession est « assaillie et déborde de tous cotés par le charlatanisme11 ». Il s’en prend au Ministère Public en estimant que « la législation actuelle sur l’exercice de la médecine et de la pharmacie est non seulement imparfaite, elle est tombée en désuétude, nous dirions presque dans l’oubli le plus complet12 ». Pour combattre l’« hydre du charlatanisme13 », il faut unir tous les professionnels pour qu’ils s’élèvent « au rang d’auxiliaires officieux de la magistrature14 ». Cette lutte engagée contre les charlatans est portée sous la bannière de l’intérêt social, de l’intérêt de la santé publique. Il s’agit d’établir une ligne d’honneur entre les empiriques qui exploitent la crédulité des gens et la médecine « digne de ce titre15 », « la chasse aux charlatans est une mission sociale et humanitaire16 ». Cependant, une autre impression ressort de ces allocutions, celle que les charlatans concurrencent les médecins, qui ont payé, parfois fort cher, leurs études. Sauf exception, la compétence des empiriques n’est jamais remise en cause, mais on leur reproche d’abuser de « l’ignorance du plus grand nombre, de prôn[er] et de vend[re] cher leurs arcanes dont ils savent toute l’impuissance17 ». Il est donc reproché aux empiriques de profiter de l’ignorance de populations pour leur vendre des produits inoffensifs, plus que l’exercice illégal de la médecine ou de la pharmacie, c’est donc l’escroquerie qui est dénoncée. En fait, il semble que l’AMS veuille combattre l’empirisme pour des questions financières, l’intérêt de la santé étant alors secondaire. Le président lui-même déclare que ces charlatans « neutralisent et déprécient [1a] profession », et les qualifie de « coupables et indignes concurrents18 ». En 1845, le président clame que « l’art de guérir n’est plus un art humanitaire, digne et honoré […], il tombe de plus en plus à l’état de métier et prend incessamment la forme et des allures d’une industrie plus ou moins lucrative19 ». Les conflits entre les pharmaciens et les médecins de cette association en sont une autre preuve : les pharmaciens dénoncent les agissements de certains médecins qui vendent des produits médicamenteux.

  • 20 Ibid., 1845, p. 19.
  • 21 Ibid., 1844, p. 3.
  • 22 Ibid., 1847, p. 7.

16L’action de l’AMS sur le plan judiciaire consiste à signaler tous les cas d’exercice illégal de la médecine et de la pharmacie, de « dénoncer les contraventions dangereuses et flagrantes20 ». Ces plaintes doivent être appuyées sur des preuves concrètes21. La commission rappelle en 1849 « qu’avant de se charger d’une plainte, elle doit constater qu’elle est dans les conditions qui sont nécessaires à la réussite des poursuites22 ».

  • 23 Ibid., 1849, p. 16.
  • 24 Ibid., 1847, p. 22.
  • 25 Ibid., 1845, p. 10.
  • 26 Ibid., 1847, p. 7.
  • 27 Ibid., 1858, p. 7-9.
  • 28 Ibid., 1863, p 5.
  • 29 Ibid., 1869, p. 3.

17Le bulletin de l’AMS relate quelques-unes des affaires jugées, suit les instructions du parquet, et semble assez contente des résultats obtenus en quelques années d’existence. Ainsi, en 1847, « l’hydre du charlatanisme, effrayée, terrassée même par le glaive de la loi, n’ose plus élever qu’en secret ses têtes hideuses23 ». Cet enthousiasme ne correspond pas à une recrudescence des procès dans les années 1840, seuls huit procès sont recensés pour la période 1843-1847. En fait, la commission chargée de la lutte contre le charlatanisme recourt aux menaces plus qu’à une action directe devant les tribunaux. Dès le 17 juin 1844, elle adresse une circulaire aux maires, juges de paix, commissaires de police afin de leur faire connaître son existence et de les seconder dans la tâche entreprise24. Ainsi, par exemple, en juillet 1847, l’AMS écrit à un maire du canton de La Flèche pour lui demander de faire cesser un délit d’exercice illégal de la médecine dans sa commune25. Cette tiédeur est fortement critiquée par certains membres qui souhaiteraient ester en justice plutôt que de parlementer26. Cette voie n’est pas suivie, bien au contraire, l’AMS abandonne la lutte au début des années 1860. « Le corps médical est trop élevé dans la hiérarchie sociale pour se rencontrer même devant la justice avec de tels adversaires27. » Les bulletins de la décennie 1860 continuent à présenter les cas d’exercice illégal de la médecine et de la pharmacie, tout en estimant que la poursuite judiciaire est « une chimère28 ». En 1866, le Dr Mordret déclare que le monopole médical ne peut être efficacement défendu, et que les poursuites judiciaires font un piédestal aux coupables29. Excepté en 1877 où l’AMS émet le vœu que l’exercice illégal de la médecine soit mieux et plus complètement défini par la loi, il n’est plus question de charlatans, d’empiriques ni de procès.

18Les religieuses, sœurs de charité au service d’un bureau de bienfaisance ou hospitalières desservant un hospice, ne sont pas non plus des professionnels de la santé, n’ayant pas été reçues par une des écoles de médecine de France. On peut donc les qualifier d’empiriques, mais qu’en est-il exactement ?

Les religieuses : des empiriques ?

19La position des professionnels de la santé oscille entre répression et conciliation, les sœurs étant indispensables au fonctionnement des hôpitaux, ils ne peuvent s’aliéner le milieu congréganiste. Pourtant, des plaintes contre les religieuses surgissent, plaintes pouvant déboucher sur une action judiciaire ou sur des scandales.

Des plaintes…

  • 30 P. Delaunay, Histoire de la Société de Médecine du Mans et des société médicales de la Sarthe, Le (...)
  • 31 Archives diocésaines, dossier Evron, lettre du 11 juin 1844.
  • 32 Ibid.
  • 33 Bulletin de l’AMS, 1845, p. 11.
  • 34 A.D.S., 5 M 21, lettre du préfet à l’évêque, 26 décembre 1843.
  • 35 Ibid.
  • 36 A. dioc., doss. Evron, lettre de l’évêque au préfet, 14 janvier 1846.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid., lettre au préfet, 14 janvier 1846.
  • 40 Ibid., lettre du maire de Valeunes, 22 décembre 1845 et lettre du Dr Gendron. 13 janvier 1844.
  • 41 A. dioc. doss. Ruillé, copie de la lettre de l’évêque au préfet, 11 janvier 1844.
  • 42 Lettre de l’évêque au préfet, 14 janvier 1846.
  • 43 A.D.S., 5M 21, lettre de l’évêque au préfet, 16 janvier 1844.

20Le 11 juin 1844, l’évêque du Mans reçoit une lettre de l’Association Médicale de la Sarthe l’informant de son existence et lui demandant d’utiliser sa « haute influence » pour montrer aux religieuses « les véritables limites dans lesquelles peut s’exercer utilement et innocemment leur touchant ministère30 ». Les sœurs bénéficient d’une certaine tolérance de la part des médecins, elles sont qualifiées de « saintes filles ». Mais cette tolérance reste contenue, les religieuses doivent rester d’« utiles auxiliaires » et se borner à exécuter les ordonnances des médecins31. Le 18 juin, le prélat assure son concours pour amener les religieuses soumises à son autorité à la stricte observation des lois32. Pourtant, dès 1841, le Jury médical avait demandé à l’évêque, par l’intermédiaire du préfet, de bien vouloir faire cesser des délits de ventes et de prescriptions commis par les sœurs de Marillé, de Ruillé, de Poncé, de Lhomme, de Château-du-Loir et de Saint-Vincentdu-Lorouer33. Cette réclamation est réitérée en décembre 184334, puis de nouveau en 1845. Le 13 décembre 1845, le préfet avertit Mgr Bouvier de plaintes reçues par le Jury médical lors de visites contre les sœurs de Laigné-en-Belin, d’Yvré-l’évêque, de Vallennes, de Téloché, de Ballon, de Château-du-Loir, du canton de Sablé et de celui de La Chârtre35. Ces religieuses sont accusées de vendre des médicaments, les vendre chers, et ce au détriment des pharmaciens diplômés36. Mgr Bouvier ne répond au préfet qu’après avoir obtenu des informations sur ces affirmations, il demande donc aux curés des paroisses citées de mener une enquête37. Les réponses envoyées sont unanimes : les sœurs donnent gratuitement des remèdes aux malades, les quelques ventes effectuées sont faites à des prix proportionnés aux moyens des malades, et ont pour but de faciliter l’achat de remèdes pour les indigents38. Ainsi, une supérieure d’un établissement du canton de Sablé avoue avoir vendu quelques fois des remèdes, « mais dans des cas de nécessités, quand on ne pouvait en trouver chez le médecin, et parce qu’elle avait été portée à cela par un pharmacien de Sablé qui lui avait assuré qu’à la distance où elle était de toute pharmacie, elle pouvait le faire légalement39 ». En effet, toutes les communes ne disposent pas d’officines tenues par un pharmacien diplômé, le malade ou sa famille doit alors marcher plusieurs heures avant de trouver les remèdes prescrits, ce qui entraîne perte de temps et d’argent pour ces indigents. Les sœurs, implantées dans toute la Sarthe sont géographiquement plus proches, donc vendent et distribuent les remèdes, ce qui concurrence les pharmaciens, mais cette concurrence est elle aussi âpre qu’ils le disent ? Toutes les enquêtes menées montrent des religieuses distribuant gratuitement des remèdes, dans l’intérêt des pauvres. Outre les curés, certains maires ou médecins cautionnent l’action des religieuses, tel le maire de Valennes ou le Dr Gendron de Château-du-Loir40. Des particuliers encouragent aussi les religieuses, comme la comtesse de Nonant, de Lhomme, qui entretient à ses frais la pharmacie des sœurs de cette commune41. Contrairement à la demande du préfet, l’évêque soutient ses congréganistes, et qualifie les plaintes d’« exagérées42 ». Il défend les sœurs, montre l’utilité de leur action, réprouve les agissements des pharmaciens diplômés qui vendent leurs produits à « des prix exorbitants », et enfin demande au préfet de « laisser les sœurs agir comme par le passé43 ».

  • 44 Voir l’extrait du registre des délibérations de l’École de médecine de Paris du 29 janvier 1802 da (...)
  • 45 A. dioc., doss. Evron, lettre du préfet à l’évêque, 13 décembre 1845.
  • 46 A. dioc., doss. Evron, lettre du curé de Chateau-du-Loir à l’évêque, 19 décembre 1845. Il reprend (...)
  • 47 A.D.S., 5 M 21, délibération de la commission administrative, 10 juin 1820.
  • 48 A. dioc., doss. Ruillé, lettre du Dr Gendron, 13 janvier 1844.
  • 49 A. dioc., doss. Ruillé, copie de la lettre de l’évêque au préfet, 11 janvier 1844.
  • 50 A H Savigné, no 10, délibération du 9 septembre 1843.
  • 51 A.D.S., 5 M 21, lettre du médecin de Bazouges au préfet, septembre 1855.

21Les sœurs hospitalières sont aussi accusées d’outrepasser leurs devoirs en vendant à l’extérieur des établissements publics, hospices et bureaux de bienfaisance, des substances pharmaceutiques. C’est le cas des sœurs de Ballon et de Château-du-Loir qui loin de se conformer à l’instruction rédigée par la faculté de médecine de Paris, approuvée par le gouvernement en l’an XI44, détournent les pharmacies hospitalières de leur fonction première45. Les pharmaciens dénoncent cette concurrence faite par les sœurs. En fait, ce sont les administrateurs eux-mêmes qui autorisent les sœurs à vendre ou à donner au dehors quelques remèdes aux pauvres, « vouloir la destruction d’un tel établissement, c’est agir selon la lettre de la loi mais contre son esprit46 » affirme le curé de Château-du-Loir. Il est vrai que les sœurs sont sous la responsabilité de la commission administrative, les plaintes devraient donc être adressées aux administrateurs et non aux religieuses. En 1820, une plainte est adressée ainsi aux administrateurs de l’hospice de Château-du-Loir par le pharmacien nouvellement installé en ville, il reçut une fin de non-recevoir : « Les sœurs se conforment uniquement au règlement intérieur, il ne peut être question de faire venir quelqu’un d’étranger à la maison47. » En 1844, les deux pharmaciens de cette ville réitèrent leur mécontentement, ils se heurtent de nouveau à l’opposition des administrateurs et du médecin de l’établissement qui confirme que « la clientèle de l’hospice est très restreinte […], clientèle de gens à demi pauvres et qui trouvent chez les sœurs des médicaments à meilleur marché que chez Messieurs les pharmaciens48 ». Quant aux sœurs des bureaux de bienfaisance, elles obtiennent de leur part des subventions pour entretenir leur pharmacie, c’est le cas à Saint-Vincent-du-Lorouer49, à Savigné-l’évêque50, à Bazouges ou encore à La Chapelle-d’Aligné51.

  • 52 A.D.S., 5 M 21, lettre du sous-préfet au préfet, 17 janvier 1854.
  • 53 A.D.S., 5 M 21, lettre du sous-préfet au préfet, 13 septembre 1855.
  • 54 A.D.S., 5 M 21, lettre du sous-préfet au préfet, 7 septembre 1855.

22Quant aux autorités, elles ne sont pas toutes convaincues de l’utilité de ces plaintes. Bien au contraire, en 1854, un sous-préfet demande à son supérieur comment le maire de la commune de Vaas pourrait « créer une espèce de pharmacie telle qu’en tiennent habituellement les sœurs de charité […] pour leur permettre de rendre encore plus de services52 ». En 1855, le maire de Parcé demande que la supérieure des sœurs de charité de sa commune soit autorisée à donner des soins aux malades et au besoin, de pratiquer des saignées53. Cette requête, bien qu’illégale, est approuvée par le sous-préfet, vu « les besoins de la nombreuse population pauvre de Parcé où qu’il n’y a qu’un vieil officier de santé ignare54 ».

… aux condamnations…

  • 55 P. Delaunay, Histoire de la Société […], op. cit., cf. note 29, p. 133.
  • 56 Ibid.
  • 57 P. Delaunay, Histoire de la Société […], op. cit., cf. note 29, p. 135.
  • 58 P. Delaunay, Histoire de la Société […], op. cit., cf. note 29, p. 136. Depuis 1850, la situation (...)
  • 59 P. Delaunay, Histoire de la Société […], op. cit., cf. note 29, p. 136, vérifié par les audiencier (...)
  • 60 A. Cong. Evron, doss. circulaires, circulaire du 20 mai 1858.
  • 61 Ibid., p. 3.
  • 62 P. Delaunay, Histoire de la société […], op. cit., et note 30, p. 137.
  • 63 Ibid., mais ce procès ne figure dans les plumitifs des jugements, ce qui ne remet pas en cause les (...)
  • 64 Ibid.

23Malgré ces marques de sympathie, la situation s’envenime sous l’influence de la Société des Pharmaciens du Mans, société issue d’une scission de la Société de Médecine en 1839. Cette association a pour but de défendre les intérêts professionnels des pharmaciens sarthois. En 1853, elle rédige une adresse pour protester contre l’exercice illégal de la pharmacie par les herboristes, épiciers, vétérinaires et congréganistes55. De 1854 à 1857, elle multiplie ses requêtes, principalement contre les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul56. Devant l’inutilité de ses plaintes auprès du préfet et de l’évêque, la société change de tactique, constitue une société départementale en 1857, ayant pour but « la recherche et la répression par tous les moyens légaux des abus qu’engendre l’exercice illégal de la pharmacie sous toutes ses formes et dans toutes ses nuances57 ». Le ton est donné, la modération n’est plus de mise. Quelques mois seulement après sa fondation, la société engage des procès, porte plainte auprès du parquet contre les agissements des sœurs de Ruilllé tout en refusant le 6 avril 1858 un arrangement à l’amiable58. Le 17 avril 1858, le tribunal correctionnel de Saint-Calais condamne les délinquantes à 10 francs d’amende et aux dépens59. La communauté d’Évron, inquiète de cette condamnation, envoie le 20 mai 1858, une circulaire à toutes ses religieuses pour les informer de ce qu’elles peuvent légalement faire et de ce qu’il leur est interdit60. Sœur Lecottier, supérieure générale, prie ses sœurs de se soumettre « avec une sainte résignation », et ce « pour l’honneur de [la] Congrégation61 ». Malgré cette interdiction, les sœurs continuent à vendre des remèdes ; la Société des Pharmaciens reste sur ses positions en refusant, comme aux sœurs de Ruillé, tout négociation avec la supérieure des religieuses de Changé62. Pourtant, le tribunal correctionnel du Mans déboute les pharmaciens le 11 juin 185863. Sur appel, ils obtiennent la condamnation de cette supérieure, par arrêt du 9 août 1858, la cour d’appel d’Angers casse le jugement du tribunal du Mans : la sœur est sanctionnée d’une amende de 25 francs64.

  • 65 A.D.S., 1 U 556.
  • 66 P. Delaunay, Histoire de la société […], op. cit., cf. note 30, p. 137, et Bulletin de la société (...)
  • 67 Archives municipales du Mans, 2 Q 3325.
  • 68 A.D.S., 4 U 344.
  • 69 Bulletin de l’AMS, 1860, p 19.

24Forts de cette seconde réussite, les pharmaciens obtiennent la condamnation de sœur Lecouturier, supérieure des sœurs de La Suze le 27 août 1858 mais sœur Lecottier, supérieure générale est acquittée65. Les Filles de la Charité sont aussi visées, à la fin de 1858, une erreur d’une des sœurs préposées à la pharmacie du Bureau de Charité de la ville du Mans, ayant amené un empoisonnement mortel, permet à la Société de demander au préfet d’interdire aux religieuses, même avec le prête-nom d’un pharmacien, les manipulations pharmaceutiques66. Protestation infructueuse67. Cette campagne menée tambour battant par le pharmacien explique la hausse sensible du nombre des procès dans les années 1858-1860. Dans toute la Sarthe, des congréganistes sont condamnées, le tribunal de Mamers inflige une amende de 25 francs à sœur Leconte pour avoir vendu « le 13 janvier au prix de 5,50 francs une bouteille et demie d’élixir, du sel d’Epsum, 4 paquets de fleurs pectorales, et un autre jour du sulfate de quinine et un sirop composé pour les prix de 5 francs68 ». Le 22 juin 1859, le tribunal de La Flèche condamne une sœur de Poillé pour vente de sulfate de quinine et de sulfate de magnésie69.

  • 70 P. Delaunay, Histoire de la société […], op. cit., cf. note 29, p. 142, la circulaire, imprimée pa (...)

25À partir de 1862, la société tombe en sommeil, et les plaintes avec elle. Il faut noter une résurgence en 1873 où le syndicat de la Société des pharmaciens du Mans et de la Sarthe adresse une circulaire aux communautés religieuses, médecins homéopathes, herboristes, épiciers, pour les mettre en garde70.

… et au scandale

  • 71 Bulletin de l’AMS, 1864, p. 5.
  • 72 Ibid.
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid.
  • 75 Ibid.
  • 76 Ibid.
  • 77 L’Union Sarthoise, 28 juillet 1864, p. 2.
  • 78 Bulletin de l’AMS, 1864, p. 23.

26En 1864, une terrible épidémie d’angine couenneuse et gangreneuse frappe les localités de Montfort-Pont-de-Gênnes, Lombron et Yvrél’Évêque71. Une sœur de Soulitré, sœur Victorine, institutrice de la congrégation de Briouze s’érige alors en médecin, et traite « plus de cinquante malades par jour, dit-on72 ». L’Association médicale s’empare de l’affaire aussitôt : après renseignements pris auprès des médecins de ces communes, elle écrit à l’évêque, qui promet de défendre à sœur Victorine la poursuite de ses activités73. Cependant, Mgr Fillion refuse de rappeler la sœur à sa communauté mère, et le préfet adopte la même ligne de conduite74. Le procureur impérial refuse de poursuivre l’affaire, l’ordre public n’étant pas intéressé à la répression des faits commis par la sœur75. Ulcéré, le président déclame : « Mais quand une sœur, foulant aux pieds la modestie de la femme et de la religieuse, pousse l’orgueil jusqu’à usurper un rôle qui n’est pas le sien […], quand la conscience de cette sœur ne lui crie pas qu’elle fait mal, quand ses supérieurs ecclésiastiques, avertis par déférence, sont impuissants à faire cesser le scandale, quand l’autorité civile faiblit76 … » Il s’en suit une vive polémique dans les colonnes du journal L’Union Sarthoise, entre le président, le Dr Guiet et le curé de Monfort, Cadet. Ce dernier, ainsi que les autres prêtres du doyenné de Monfort soutiennent sœur Victorine « contre les calomnies de l’Association Médicale de la Sarthe77 ». Devant l’ampleur des insultes échangées entre les deux protagonistes, l’évêque fait rappeler sœur Victorine, ce qui stoppe le scandale78.

  • 79 Bulletin de l’AMS, 1867, p. 4.
  • 80 A.D.S., 5 M 21, lettre du Dr Ragonneau au préfet, 1830.

27Pour éviter un nouvel esclandre, en 1867, l’évêque donne son assurance de provoquer le retrait d’une sœur désignée comme pratiquant illégalement la médecine et la pharmacie79. Excepté ce scandale, les médecins restent plus en retrait dans ces conflits ; quelques disputes sont effectives, comme celle qui oppose le Dr Ragonneau de Monfort aux sœurs de l’hospice de cette ville ; mais elles restent floues et sans grands effets secondaires80.

  • 81 Par exemple, A. dioc, doss. Ruillé, lettre du curé de Ruillé, 5 janvier 1844.
  • 82 Voir le conflit de 1850 avec le pharmacien de La Chârtre, note 52.
  • 83 A. dioc. doss. Ruillé, lettre du curé de Ruillé, 5 janvier 1844.

28S’il est indéniable que les religieuses bafouent la loi de germinal sur la vente des substances pharmaceutiques, il faut avouer que les pharmaciens semblent abuser du monopole attribué par cette même loi pour vendre leurs produits à des prix non accessibles par les pauvres. Dans plusieurs lettres, favorables aux sœurs, certes, il est dénoncé la « jalousie » des pharmaciens81, leur cupidité82 : « Ce n’est qu’une misérable chicane qu’on veut susciter aux sœurs, et toujours pour entraver les bonnes œuvres auxquelles elles se dévouent habituellement83. »

29Les professionnels de la santé ne sont pas de vifs adversaires, les sœurs bénéficient d’une certaine sympathie de leur part, excepté quelques conflits limités dans le temps et dans l’espace. La lutte contre les charlatans, congréganistes ou non, paraît bien trop gigantesque pour être poursuivie. Cette tactique semble avoir réussi, les médecins s’imposant comme les seuls véritables guérisseurs, alliés aux sœurs qu’ils protègent tout en les canalisant. Les lois de la fin du XIXe siècle sur l’assistance médicale gratuite, la laïcisation des établissements publics profitent aux pharmaciens, et les dépôts de médicaments des bureaux de bienfaisance disparaissent. La médecine populaire fait place à une médecine savante.

Notes

1 J.-P. Goubert, « L’art de guérir, médecine savante et médecine populaire dans la France de 1790 », Annales E.S.C., juil.-déc. 1977, p. 909.

2 Ibid.

3 Bulletin des lois de la République, an XI.

4 Ibid.

5 Archives départementales de la Sarthe (A.D.S. ensuite), 5 M 21, lettre du préfet au sous-préfet de Saint-Calais, octobre 1866.

6 Il s’agit des tribunaux de La Flèche, du Mans, de Mamers et de Saint-Calais.

7 Ont été recensés les métiers de teinturier, cultivateur, foulonnier, jardinier, charron, tisserand, maçon, carrier, marchand forain.

8 A.D.S., 5 M 21, lettre du sous-préfet au préfet, 24 septembre 1885.

9 A.D.S. 5 M 21, lettre du sous-préfet au préfet, 10 avril 1879.

10 A.D.S., 5 M 21, voir par exemple l’affaire Callu, épicier au Grand-Lucé, en 1886.

11 Bulletin de l’AMS, 1844, p. 1.

12 Ibid., 1844, p. 2.

13 Ibid., 1843, p. 1.

14 Ibid., 1847, p. 7.

15 Ibid., 1844. p. 3.

16 Ibid., 1849. p. 5.

17 Ibid., 1847, p. 1.

18 Ibid., 1855, p. 8.

19 Ibid., 1845, p. 1.

20 Ibid., 1845, p. 19.

21 Ibid., 1844, p. 3.

22 Ibid., 1847, p. 7.

23 Ibid., 1849, p. 16.

24 Ibid., 1847, p. 22.

25 Ibid., 1845, p. 10.

26 Ibid., 1847, p. 7.

27 Ibid., 1858, p. 7-9.

28 Ibid., 1863, p 5.

29 Ibid., 1869, p. 3.

30 P. Delaunay, Histoire de la Société de Médecine du Mans et des société médicales de la Sarthe, Le Mans, Monnoyer, 1913, p. 154.

31 Archives diocésaines, dossier Evron, lettre du 11 juin 1844.

32 Ibid.

33 Bulletin de l’AMS, 1845, p. 11.

34 A.D.S., 5 M 21, lettre du préfet à l’évêque, 26 décembre 1843.

35 Ibid.

36 A. dioc., doss. Evron, lettre de l’évêque au préfet, 14 janvier 1846.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Ibid., lettre au préfet, 14 janvier 1846.

40 Ibid., lettre du maire de Valeunes, 22 décembre 1845 et lettre du Dr Gendron. 13 janvier 1844.

41 A. dioc. doss. Ruillé, copie de la lettre de l’évêque au préfet, 11 janvier 1844.

42 Lettre de l’évêque au préfet, 14 janvier 1846.

43 A.D.S., 5M 21, lettre de l’évêque au préfet, 16 janvier 1844.

44 Voir l’extrait du registre des délibérations de l’École de médecine de Paris du 29 janvier 1802 dans la circulaire du ministère de l’Intérieur du 31 janvier 1840. A.D.S., 1 X1.

45 A. dioc., doss. Evron, lettre du préfet à l’évêque, 13 décembre 1845.

46 A. dioc., doss. Evron, lettre du curé de Chateau-du-Loir à l’évêque, 19 décembre 1845. Il reprend là les idées du Dr Gendron.

47 A.D.S., 5 M 21, délibération de la commission administrative, 10 juin 1820.

48 A. dioc., doss. Ruillé, lettre du Dr Gendron, 13 janvier 1844.

49 A. dioc., doss. Ruillé, copie de la lettre de l’évêque au préfet, 11 janvier 1844.

50 A H Savigné, no 10, délibération du 9 septembre 1843.

51 A.D.S., 5 M 21, lettre du médecin de Bazouges au préfet, septembre 1855.

52 A.D.S., 5 M 21, lettre du sous-préfet au préfet, 17 janvier 1854.

53 A.D.S., 5 M 21, lettre du sous-préfet au préfet, 13 septembre 1855.

54 A.D.S., 5 M 21, lettre du sous-préfet au préfet, 7 septembre 1855.

55 P. Delaunay, Histoire de la Société […], op. cit., cf. note 29, p. 133.

56 Ibid.

57 P. Delaunay, Histoire de la Société […], op. cit., cf. note 29, p. 135.

58 P. Delaunay, Histoire de la Société […], op. cit., cf. note 29, p. 136. Depuis 1850, la situation semble être rompue entre les pharmaciens et la supérieure générale de la Providence. En effet, cette année-là, le pharmacien de La Chartre proposa à la supérieure de lui délivrer un dépôt de médicaments qu’elle pourrait vendre à son profit : la réponse est claire, « il n’en tirerait jamais dans nos vues de faire de nos soeurs des commis ou des agents comptables de MM les pharmaciens », A. dioc., doss. Ruillé, lettre de la supérieure générale à l’évêque, 24 février 1854.

59 P. Delaunay, Histoire de la Société […], op. cit., cf. note 29, p. 136, vérifié par les audienciers.

60 A. Cong. Evron, doss. circulaires, circulaire du 20 mai 1858.

61 Ibid., p. 3.

62 P. Delaunay, Histoire de la société […], op. cit., et note 30, p. 137.

63 Ibid., mais ce procès ne figure dans les plumitifs des jugements, ce qui ne remet pas en cause les affirmations du Dr Delaunay, plusieurs cas semblables ont été découvert pendant les recherches.

64 Ibid.

65 A.D.S., 1 U 556.

66 P. Delaunay, Histoire de la société […], op. cit., cf. note 30, p. 137, et Bulletin de la société des Pharmaciens, 1860, p. 14.

67 Archives municipales du Mans, 2 Q 3325.

68 A.D.S., 4 U 344.

69 Bulletin de l’AMS, 1860, p 19.

70 P. Delaunay, Histoire de la société […], op. cit., cf. note 29, p. 142, la circulaire, imprimée par Monnoyer le 31 juillet 1873, n’a pas été retrouvée.

71 Bulletin de l’AMS, 1864, p. 5.

72 Ibid.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Ibid.

76 Ibid.

77 L’Union Sarthoise, 28 juillet 1864, p. 2.

78 Bulletin de l’AMS, 1864, p. 23.

79 Bulletin de l’AMS, 1867, p. 4.

80 A.D.S., 5 M 21, lettre du Dr Ragonneau au préfet, 1830.

81 Par exemple, A. dioc, doss. Ruillé, lettre du curé de Ruillé, 5 janvier 1844.

82 Voir le conflit de 1850 avec le pharmacien de La Chârtre, note 52.

83 A. dioc. doss. Ruillé, lettre du curé de Ruillé, 5 janvier 1844.

Auteur

Professeur certifiée d’Histoire-Géographie, titulaire d’un DEA de l’Université du Maine.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540