Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Deuxième sous-partie. La foi catholique et le savoir scientifique

L’évêque Gautier d’Autun, un prélat faussaire ?

Olivier Bruand

Texte intégral

  • 1 Pour l’histoire des évêques d’Autun, on recourt classiquement à Gallia Christiana in ecclesiastica (...)
  • 2 Gallia christiana, c. 378, à la date de 1012.
  • 3 Pour le pouillé, Olivier Bruand, Le pouvoir sur la terre et les hommes en Autunois, VIIIe-mi XIe s (...)
  • 4 Carlrichard Brühl, „ Eine Fälschung auf dem Namen Karls der Einfältigen für das Nonnenkloster Sain (...)

1Gautier occupa le siège épiscopal au tournant des Xe et XIe siècle et fit une belle carrière, puisqu’on le retrouve dans l’orbite des grands abbés de Cluny Mayeul et Odilon, puis négociant avec le duc de Bourgogne Henri, frère d’Hugues Capet, pour enfin intervenir en faveur de ses protégés auprès du roi Robert1. En outre une lettre pontificale de Benoît VIII lui accorde la qualification flatteuse de summae religionis episcopus Augustodunensi, lui accordant ainsi une place privilégiée parmi tous les évêques d’Aquitaine, de Provence et de Bourgogne à qui on enjoint d’excommunier les envahisseurs des biens de Cluny2. Ce grand personnage, dont les origines demeurent obscures, fut aussi un administrateur sourcilleux de son diocèse et du temporel de son église, comme l’attestent les fragments conservés du pouillé qu’il fit établir vers 1000 ou son activité dont on retrouve de nombreuses traces dans les chartriers et cartulaires3. Certes il est difficile de reconstituer fidèlement l’ensemble de son action, mais les archives qui ont traversé les siècles, évidemment fort incomplètes, nous montrent néanmoins que Gautier a constamment mélangé les genres, se mêlant de haute politique comme d’administration locale concrète et c’est ce dernier point qui mérite ici l’attention. La présence dans les fonds autunois de faux diplômes carolingiens, bien analysés par des historiens allemands, indique des remaniements d’archives qu’on avait jusqu’ici mal datés et dans lesquels Gautier pourrait bien être impliqué4. Aussi, après un bref rappel des lignes directrices de sa carrière, on tentera d’élucider l’origine et le but des faux diplômes carolingiens qu’on trouve dans les dossiers de Saint-Symphorien, Saint-Andoche et Saint-Martin d’Autun.

L’épiscopat de Gautier

2On ne connaît pas exactement la date d’accession de Gautier au siège épiscopal, mais on sait qu’il succède à un évêque mal connu, Gérard qui occupa la charge de 968 à sans doute 976. Les origines familiales du nouveau prélat, mentionné pour la première fois en 977, sont demeurées dans l’ombre, mais c’est sans doute un homme assez jeune puisqu’il occupe le siège épiscopal jusqu’en 1018 au moins, voire 1024, et qui est à coup sûr issu de l’aristocratie locale. Des mentions éparses de son intervention ont été conservées dans des chartes qui intéressent l’église d’Autun comme les monastères de Cluny, Flavigny, Paray-le-Monial pour ne citer que les établissements les plus réputés et son action s’étend aux pagi d’Autun, mais aussi en Auxois, Beaunois et Chaunois.

  • 5 Gallia Christiana, op. cit., c. 376. A VII, XVI, XVII et XXX.
  • 6 F 23.

3Gautier est mentionné pour la première fois en 977/978 dans une affaire fort classique où il cède l’église Saint-Genesius de Flavigny et ses droits paroissiaux à Arlebaud de Semur5 ; en l’occurrence, il est dans la droite ligne de ses prédécesseurs qui ont maintenu le contrôle autunois sur l’abbaye soumise à la tutelle éduenne par Charles le Chauve6, mais il est aussi dans le droit fil des prélats de son époque qui considèrent le temporel des établissements à sa garde comme une réserve de revenus pour favoriser sa clientèle. Il est vrai qu’il cumule alors l’abbatiat de Flavigny avec l’évêché d’Autun et il avait peut être besoin de disposer sur place d’un client dévoué qui relayait son autorité.

  • 7 C 1628, C 1947.
  • 8 Gallia Christiana, c. 376 et 377, P 15.
  • 9 P 14, entre 980 et 987 pour Chaudenay ; P 16, 993, pour Blancey ; P 17, 993, pour Bessey et Malign (...)
  • 10 Gallia Christiana, c. 377.

4Il ne faut pas en faire pour autant un usurpateur invétéré des biens ecclésiastiques. Au contraire, on le voit faire des donations à divers établissements de la région, appuyer les restitutions de biens retenus en mains laïques et encourager la réforme des monastères qui avaient dérivé de la rigueur initiale. Il donne ainsi à Cluny trois autels de la montagne charolaise en 983, Montmelard, Trivy et Vaudebarrier et complète cette donation en 993 en confirmant les trois églises non sans y ajouter de nouvelles paroisses à Ajoux, Trades et Saint-Léger-sous-la Bussière, confiant une part notable de l’encadrement paroissial du sud-est de son diocèse à l’abbaye qui détient de nombreuses possessions et clients dans le secteur7. Sa politique est identique envers Flavigny à qui il accorde des dîmes de chapelles en 992, plus dix-neuf autels en 998 et il a aussi encouragé les débuts de Paray-le-Monial en accordant au nouvel établissement trois églises paroissiales et une chapelle8. Gautier est aussi attentif à la reconstitution des temporels et œuvre à la restitution des terres d’Église détournées de leur vocation première en passant un accord avec le duc de Bourgogne Henri qui rend à Saint-Symphorien dans un premier temps Chaudenay puis rajoute ensuite Blancey, Bessey et Maligny9. Enfin, il lance la réforme de Flavigny en 990, en renonçant à sa charge abbatiale au profit d’Heldric d’Auxerre, et, en 993, c’est au tour de la petite abbaye de Mesvres qui est placée sous l’égide de Cluny10.

  • 11 Maurice Chaume, op. cit., t. I.
  • 12 René de Lespinasse, Cartulaire de Saint-Cyr de Nevers, Paris, 1916, acte no 28, d’avril 986.
  • 13 SS 14, 16 et 17.
  • 14 Gallia Christiana, c. 377 et 378.

5Prélat soucieux des intérêts de son église et des diverses abbayes qui sont sous sa juridiction, Gautier entretient des relations fructueuses avec les grands établissements proches d’Autun comme Cluny, Paray-le-Monial, qui est une fondation comtale, ou Auxerre où la réforme des monastères est aussi à l’ordre du jour11. Mais cela ne le cantonne pas aux seuls intérêts autunois et lui permet aussi des ouvertures dans le domaine de la grande politique comme en témoigne sa présence en de grandes occasions ou sa souscription au bas d’actes qui émanent des puissants de l’époque. Ainsi, il est auprès du duc de Bourgogne Henri dès 986, pour souscrire une charte de donation de son collègue Eumène de Nevers ; ce n’est d’ailleurs pas tant la cession des biens qui compte, car il ne s’agit que de deux chapelles tenues en bénéfice et qui sont promises au chapitre nivernais, que la présence de Gautier dans un aréopage de souscripteurs qui représentent la quintessence des élites bourguignonnes, avec les évêques d’Auxerre, de Langres, le duc Henri, le comte Otte-Guillaume, son épouse Gerberge et de leur gendre, le gloriosus miles Landri, premier comte de Nevers12. En 991, Gautier est présent au synode de Saint-Basle qui traite du cas délicat de l’évêque Arnoul de Reims, accusé de trahison au profit des Lorrains, et si son rôle réel demeure inconnu, on augure qu’il était sur place pour soutenir le camp capétien avec lequel toute son action ultérieure marque de solides accointances. On a vu qu’il avait l’oreille du duc Henri de Bourgogne or ce dernier n’est autre que le frère d’Hugues Capet. Le prélat éduen en profite d’ailleurs en 993 pour obtenir des restitutions de terres en faveur de Saint-Symphorien13. Il est présent à Cluny en 994, lorsque Mayeul, renonçant à l’abbatiat, fait élire Odilon. À partir de 1004/1005, il semble être devenu un intermédiaire indispensable pour les donations d’importance dans toute la Bourgogne. Il intervient ainsi lors d’une donation du vicomte Eudes en faveur de Saint-Bénigne de Dijon et sert d’intermédiaire pour en obtenir une confirmation royale de Robert II. Le roi se fie encore à lui pour d’autres donations au même monastère en 1005 et 1006, d’autant plus aisément que Gautier est désormais bien introduit auprès du souverain qu’il rencontre à l’occasion d’une réunion sur la Meuse en 1006, où il est venu de concert avec le duc Otte-Guillaume14.

  • 15 Ibidem.
  • 16 A III, 2e partie.
  • 17 F 27. André Déléage, bon connaisseur des sources locales, dans son édition du cartulaire de Saint- (...)

6Les dernières années de son épiscopat témoignent d’une activité qui ne faiblit pas ; à la demande de l’abbé Heldric, il approuve en 1006 une concession de biens de Flavigny à un chevalier qui est aussi le délégué local de ce prélat, plus souvent à Auxerre que sur place. Gautier encourage en 1012 un échange de terres entre Saint-Bénigne de Dijon et Flavigny en accord avec son collègue Brunon de Langres15. Enfin, il approuve en 1014 la donation du chanoine Hugues à sa cathédrale en présence du comte-évêque Hugues de Chalon-Auxerre16. On a en outre déjà signalé plus haut l’épithète avantageuse que lui accorde une lettre du pape Benoît VIII. Traditionnellement on considérait que Gautier était décédé en 1014, mais il faut repousser cette date à 1018 au moins où il obtient un précepte royal qu’il souscrit et qui confirme la chapelle Saint-Jean l’évangéliste d’Autun à la communauté de Flavigny17.

  • 18 Olivier Bruand, Le pouvoir…, op. cit., p. 20-21.

7Apparemment, sa carrière est donc bien remplie et son action peut être bien suivie d’autant plus qu’il est probablement à l’origine du pouillé de son diocèse dont il ne subsiste que des fragments. Cependant, force est de constater que de nombreuses lacunes émaillent nos sources. Ainsi, on ne sait rien de ses relations avec le fondateur de Paray, le comte Lambert de Chalon, ou avec le frère de ce personnage, Robert, qui n’était autre que le vicomte en charge de l’Autunois. On est tout aussi peu éclairé sur ses rapports avec Hugues de Chalon-Auxerre, fils de Lambert qui est pourtant son exact contemporain. Enfin les cartulaires autunois sont eux-mêmes incomplets à commencer par celui de la cathédrale qui est fort laconique sur toute la période de son épiscopat18. Cela suffit néanmoins pour prendre l’envergure du personnage et lui accorder une gestion attentive de son diocèse. Reste alors à envisager si Gautier a été partie prenante dans les remaniements d’archives autunoises mentionnés plus haut.

Le dossier de Saint-Symphorien

  • 19 Idem, « Autour des actes 2 et 4 du cartulaire de Saint-Symphorien d’Autun ou du bon usage de la fal (...)
  • 20 Irmgard Fees, op. cit., note 4. André Déléage, Cartulaire de Saint-Symphorien, op. cit., G. Tessie (...)

8C’est en reprenant l’étude du dossier de Saint-Symphorien que nous en sommes venus à soupçonner Gautier de manipulations d’archives. Sans détailler l’ensemble d’une démonstration déjà donnée par ailleurs, rappelons les étapes du dossier19. Tout est parti d’une analyse d’Irmgard Fees qui a remis en cause l’authenticité de l’acte 2 du cartulaire de Saint-Symphorien qui avait été pourtant accepté par André Déléage ainsi que par Georges Tessier, même si ces derniers avaient relevé quelques incohérences formelles et s’étaient interrogés sur l’existence d’un comte Adalhard d’Autun, attesté nulle part ailleurs20. En réalité, ce pseudo diplôme de Charles le Chauve est un faux, postérieur au censier sommaire que constitue l’acte 4 du même cartulaire qui donne un aperçu du temporel dans le premier quart du Xe siècle. Or, cet acte 2 montre que Saint-Symphorien détient à la date de sa confection des possessions bien plus importantes que celles de l’acte 4, ce qui revient à dire qu’il a été forgé pour garantir les biens de l’abbaye après une restauration du temporel. Cela suffit-il à incriminer Gautier qui s’est certes occupé de faire restituer Blancey, Bessey et Maligny ? À première vue, rien ne permet de le dire et d’ailleurs Irmgard Fees ne date pas précisément ce faux Charles le Chauve, se contentant de fixer sa confection entre le milieu du Xe siècle et la période de rédaction du cartulaire entre 1112 et 1140.

9Il nous semble que cette fourchette peut pourtant être resserrée. Attribuer son élaboration à la deuxième moitié du XIe siècle, voire plus tard paraît difficile, car l’acte est caractéristique d’un comportement que ne sauraient approuver les tenants de la réforme grégorienne ainsi que les premiers réformateurs formés dans les milieux clunisiens. N’oublions pas qu’il s’agit d’un pseudo diplôme royal en faveur d’un abbé laïque qui cumulerait cette charge avec la fonction comtale, un comportement qui semble passé de mode au-delà de 1050, à une date où tout contrôle un peu étroit de l’Église par les autorités locales est vite taxé de simonie. Il faudrait donc attribuer la falsification aux services de la chancellerie épiscopale, car Saint-Symphorien est un petit établissement soumis à la juridiction de l’évêque qui ne pouvait ignorer la confection d’un faux carolingien, fabriqué à l’aide de modèles qui se trouvaient assurément dans les archives épiscopales plutôt que dans le scriptorium d’une modeste communauté canoniale. Les candidats en lice sont alors les évêques qui ont occupé le siège éduen à l’époque, à savoir Rotmond (935-968), Gérard (968-v. 976), Gautier (v. 976-1018) ou Helmuin (1018/1024-1054 ?) ; mais le premier d’entre eux, un laïque promu prêtre sur le tard, n’a guère encouragé la reconstitution des temporels et le second n’a siégé que quelques années sans que les dossiers autunois nous livrent la moindre action notable à porter à son crédit. L’étau se resserre alors autour des deux suivants qui paraissent de meilleurs postulants.

  • 21 Maurice Chaume, op. cit., p. 452-462 ; Laurent Theis, Robert le Pieux, le roi de l’an mil, Paris, (...)

10Il faut alors s’interroger sur l’objectif poursuivi par le faussaire. Un faux diplôme carolingien n’a d’intérêt que dans la mesure où il garantit solidement les droits de Saint-Symphorien en en faisant éventuellement reconnaître l’authenticité par les pouvoirs en place. À ce jeu la candidature de Gautier apparaît la plus vraisemblable, car d’une part il a bien encouragé les restitutions de terres à l’abbaye, d’autre part il est en relations directes avec le roi Hugues Capet comme avec son frère le duc Henri de Bourgogne, tous deux favorables à la réforme des établissements religieux qu’ils ont encouragée aussi à Saint-Germain d’Auxerre21. Présenter à l’un des deux un diplôme carolingien, sans d’ailleurs forcément en demander la confirmation, c’était inscrire leur action dans la continuité des grands souverains, leur reconnaître en quelque sorte le bénéfice de la légitimité carolingienne. Les arguments appuyés sur le contexte politique poussent donc à voir la main de Gautier derrière ce faux diplôme, sans pouvoir encore déterminer à quelle occasion, il aurait ordonné cette manipulation d’archives.

  • 22 SS 2 : Eae siquidem res nominatim expressae sunt : in pago Alsense videlicet in villa Blanziaco ma (...)

11Pourtant une étude plus attentive du cartulaire permet de retrouver une date précise. L’acte 4 du cartulaire, qui est le censier de la mense conventuelle au début du Xe siècle mentionne Blancey, Bessey et Maligny parmi les biens qui sont affectés aux frères, tandis que le pseudo Charles le Chauve ne connaît apparemment que Blancey, ce qui pourrait signaler que les biens des deux autres localités sont aux mains de laïques à la date de confection du faux diplôme. Or, les actes 16 et 17 du même cartulaire, tous deux de 993, portent justement sur la restitution de ces biens aux frères de Saint-Symphorien. Dans l’acte 16, Blancey semble avoir été retenu par un client de l’évêque, un abbé Gautier inconnu par ailleurs, qui rétrocède le bien à l’abbé de Saint-Symphorien ; cette cession, à l’initiative de l’évêque et qui est souscrite par le duc Henri, se déroule entre 29 mars et le 10 mai 993 et si le bien figure au pseudo Charles le Chauve, c’est que la falsification a été établie après cette restitution. L’acte 17 enregistre le 10 mai 993 la restitution de Bessey et de Maligny par le duc Henri qui en profite pour demander la fondation d’une messe anniversaire pour lui et son épouse. Dès lors pourquoi cette restitution ne figure-t-elle pas au faux diplôme ? En réalité, elle est bel et bien inscrite, mais sous une forme fort elliptique, l’acte signalant juste après Blancey, deux églises beaunoises qui sont certainement Bessey et Maligny22. Les services de la chancellerie épiscopale ont fait montre d’une prudence de rédaction de bon aloi en omettant de citer des biens que le duc Henri avait usurpés, car il n’aurait guère été diplomatique de souligner les abus d’un personnage qui est un bienfaiteur de Saint-Symphorien en même temps qu’un allié de poids pour l’évêque Gautier. Quoi qu’il en soit, cette prudence de rédaction montre bien que le faux Charles le Chauve a été établi au printemps 993, sans doute au moment de la récupération de Blancey, Bessey et Maligny, ou juste après. Gautier en faisant rédiger son diplôme carolingien, faisait coup double ; d’une part il interdisait de nouvelles usurpations au détriment du temporel de Saint-Symphorien, d’autre part, il avait un beau document qui permettait au duc Henri d’inscrire sa démarche dans le retour à un ordre voulu par Charles le Chauve. Mais Gautier ne s’est-il contenté que de la seule manipulation de ce dossier ou doit-on également voir sa main dans l’existence de faux actes carolingiens dans les archives de Saint-Andoche et de Saint-Martin ?

Le dossier de Saint-Andoche

  • 23 Philippe Lauer, Recueil des actes de Charles III, roi de France (893-923), dans Chartes et diplôme (...)
  • 24 Léonce Lex, « Documents… », op. cit.
  • 25 Recueil des actes de Charles le Simple…, no 37 : In Augustudunensi pago, ad Aziacum villam mansus (...)
  • 26 Olivier Bruand, Le pouvoir…, op. cit., p. 26-28.

12Dans les archives de Saint-Andoche on trouve aussi un faux diplôme carolingien, attribué à Charles le Simple, qui aurait été rédigé en 90123. La manipulation est ici patente car on détient encore le montage d’archives dans son intégralité dans un manuscrit du Xe siècle24. Il est conservé sous la forme d’un cahier et présente successivement un acte de l’évêque Jonas d’Autun, de mai/juin 859 qui donne une liste des possessions, le faux Charles le Simple qui reprend le temporel décrit par Jonas tout en y rajoutant des donations ultérieures et enfin un diplôme de Raoul de 930, fort imprécis, mais qui confirme à la communauté les privilèges accordés par les souverains antérieurs. L’acte de 901 a été inséré soigneusement à sa fausse date chronologique pour donner ainsi de l’authenticité au dossier, mais le faussaire a voulu trop en faire ; passe encore qu’il ait inséré à son texte des donations de l’évêque Adalgaire, décédé en 893 et qui sont certainement authentiques, mais l’affaire devient rocambolesque quand il impute à Charles le Simple en 901 la confirmation d’une donation à Azye de la comtesse Ermengarde, belle-soeur de l’évêque Walon (893-910), car ladite terre n’est donnée à Saint-Andoche que lorsque la comtesse, déjà veuve, fait une donation pour son salut, alors même que c’est son fils Hervé qui est sur le siège épiscopal d’Autun (910-v. 934/935)25. Comprenons bien, cette donation qui est à dater des années 920 n’est pas fausse, mais elle indique clairement que la source qui nous l’a conservée n’est pas digne de foi26. Cela peut même constituer un premier élément de datation, qui nous indique que ce faux diplôme a été confectionné à une date postérieure aux années 920, et sans doute plusieurs années après, car pour que l’affaire soit crédible, il valait mieux que le souvenir de la donation d’Ermengarde se soit fondu dans les mémoires avec l’ensemble des autres acquisitions de Saint-Andoche.

  • 27 Carlrichard Brühl, op. cit.
  • 28 Léonce Lex, « Documents… », op. cit., no XIV, qui mentionne certes la confirmation de privilèges a (...)

13En analysant le cahier d’archives, Carlrichard Brühl conclut sur des critères paléographiques à une falsification de la fin du Xe siècle, non sans apporter d’utiles précisions sur la datation respective des diplômes de Raoul et du faux Charles le Simple27. Longtemps on a cru que le texte de Raoul était suspect et que celui de Charles le Simple pouvait être crédité d’un fond sincère remanié. L’argument employé tenait à des ornières historiographiques, car on avait remarqué que Raoul s’en tenait à des formules générales non sans reprendre tout un passage du texte attribué à Charles le Simple, ce qui permettait d’entonner aisément l’antienne sur la décadence post carolingienne, avec des souverains qui n’étaient même plus capables de fournir des actes précis et se contentaient d’un triste recopiage sans pouvoir avoir accès aux réalités locales. En vérité, cette interprétation ne tient pas, car c’est le contraire qui est vrai. L’acte de Raoul, certes évasif, est authentique et d’ailleurs établi à l’occasion du passage du souverain au monastère lors du Carême28. Si le roi ne détaille pas le temporel, c’est qu’il est venu de concert avec l’évêque Hervé qui avait la juridiction sur cette communauté féminine ; or, ce dernier ne tenait peut être pas à être trop précis dans la description du temporel, car il était susceptible de le modifier pour les besoins de sa clientèle. Un acte royal aurait alors pu entraver son action par sa valeur intangible. De cette démonstration, il ressort que le faux Charles le Simple est bien postérieur au Raoul et qu’il ne peut donc pas avoir été rédigé avant 930.

  • 29 Cf. supra note 23.

14Faut-il pour autant imputer la falsification à Gautier d’Autun ? Il est l’évêque qui siège à la fin du Xe siècle et il a son actif la manipulation du dossier de Saint-Symphorien. Il y a donc de lourdes présomptions que le choix d’un souverain carolingien pour soi-disant rédacteur ne fait que renforcer. Cela confirme à nouveau le renom dont jouissent les derniers « grands » Carolingiens du siècle précédent, qui apparaissent avec le recul et la mythification comme des souverains puissants, bons défenseurs des biens d’église. Ils constituent dès lors un modèle pour un prélat imprégné d’idéal réformateur, proche de Cluny, et qui sait en outre que les souverains de son temps, qu’il s’agisse des derniers Carolingiens comme Lothaire ou Louis V, ou des premiers Capétiens, aiment à imiter, en se posant aussi comme des réformateurs. Au-delà de l’analyse codicologique, le contexte politique et religieux des années 980/1000 plaide aussi pour que Gautier ait été partie prenante dans la confection du faux Charles le Simple, ce qui était pour lui facile à réaliser car ce faux est établi en utilisant un acte antérieur de Charles le Chauve de 859 en faveur de Saint-Andoche, conservé justement dans les archives épiscopales autunoises, qu’il aurait alors complété et amélioré29. Par prudence toutefois, il n’aurait pas repris le même souverain, afin d’intégrer les ajouts postérieurs au temporel, sans pourtant faire montre d’une grande rigueur chronologique, tout simplement parce qu’il n’était plus d’une génération en mesure de se souvenir précisément des dates des diverses donations ; un homme qui vivait vers 980/1000 pouvait s’abuser et croire qu’en imputant au Charles le Simple de 901 la confirmation d’une donation des années 920, il avait produit un acte vraisemblable, car il ne s’était pas trompé de règne, alors qu’un scribe des années 940/950, conservant le souvenir de la donation d’Ermengarde n’aurait pas commis cette erreur. Voilà qui nous ramène à nouveau vers la période d’activité de Gautier qui, dans le cas de Saint-Martin, aurait encore commis un autre faux, au nom de Charles le Gros.

Le dossier de Saint-Martin

  • 30 L’acte faux est SM 6, l’authentique SM 7 ; Jacques-Gabriel Bulliot considérait que l’acte 6 de son (...)

15Dans les archives du monastère de Saint-Martin, on trouve aussi un faux carolingien imputé à Charles le Gros et publié au cartulaire sous le numéro 6. Ici le faussaire ne s’est pas embarrassé de scrupules pour fabriquer son texte car il a eu recours à un autre diplôme de Charles le Gros en faveur de l’établissement qui est une confirmation en termes généraux des privilèges accordés par ses prédécesseurs et daté du 16 juin 885 à Ponthion ; il a repris la même date tout en prétendant que l’acte avait été établi à Aixla-Chapelle et a tranquillement recopié l’eschatochole. Dans le dispositif, il a rajouté la libre élection de l’abbé et l’énumération d’un certain nombre de terres du temporel, en ajoutant pour faire bonne mesure que le souverain avait accordé son texte pour permettre à des moines venus d’Aquitaine de vivre en sécurité loin du péril normand30.

  • 31 SM 10 et 11 et t. 1, p. 169 et 174.

16Avant d’attribuer ce troisième faux diplôme carolingien à Gautier, il faut d’abord tenter de le dater et de voir l’usage qu’on pouvait en faire. La forme du texte laisse croire qu’il était destiné à remplacer le diplôme authentique de Charles le Gros qu’on ne pouvait présenter en même temps sans avouer la supercherie, ce qui nous apprend qu’il s’agit bien d’un texte destiné à appuyer la réforme de la communauté et à garantir son temporel. Or, parmi les personnes qui se sont montrées attentives à la remise en ordre de la communauté et de ses biens, Jacques-Gabriel Bulliot cite le roi Raoul qui accorde un diplôme de confirmation des privilèges antérieurs avec une énumération du temporel en 924, Louis IV qui à l’occasion d’un plaid tenu à Autun en 949 intervient pour faire cesser une querelle interne et fait procéder à l’élection de l’abbé Humbert, et enfin l’évêque Gautier qui serait selon l’érudit éduen un ancien de la maison31.

  • 32 Ibidem, t. 1, p. 163-167.

17Le faux diplôme signale des possessions à la Celle-en-Morvan, Thil-sur-Arroux, La Grande Verrière en Autunois, Girolles en Avallois, Chambord en Nivernais et Bargemont dans le pagus de Fréjus. Ce temporel est assez différent de celui de celui que Charles le Chauve avait accordé en 875 et 877, qui cite néanmoins Girolles et la Grande Verrière. Mais surtout, il est beaucoup moins étendu, ce qui laisse à penser que nombre de biens ont été récupérés ou usurpés par les puissants locaux. La liste des biens est plus proche de celle que donne le diplôme de Raoul en 924, qui mentionne notamment Bargemont, mais le faux Charles le Gros demeure moins complet puisque là où Raoul donne vingt-deux toponymes, le faux n’en cite que six. Raoul prétend avoir confirmé le temporel établi par ses prédécesseurs, aussi il est peu vraisemblable que le pseudo Charles le Gros lui ait été présenté pour obtenir l’élargissement du domaine de Saint-Martin, car le texte aurait alors revendiqué toutes les terres citées par Raoul et qui n’étaient pas signalées dans les actes antérieurs de Charles le Chauve. Il semble plus vraisemblable d’admettre que la liste restreinte du faux a été partiellement reprise sur l’acte de Raoul, donc après 924. À l’appui de cette supposition, on relève aussi que nulle part il n’est question de la libre élection de l’abbé dans l’acte de Raoul, ce qui n’est d’ailleurs pas une surprise la première moitié du Xe siècle étant plutôt une période où les monastères urbains comme Saint-Martin sont soumis à une tutelle de l’évêque Hervé et sa famille, les Vergy32.

  • 33 SM 11.

18Le diplôme de Louis IV en 949 est le premier à signaler la libre élection de l’abbé qui est certes présentée comme une tradition garantie par un privilège pontifical, mais qui manifestement n’est pas rigoureusement appliqué, puisque à l’occasion de la venue à Autun du roi et des Grands de Bourgogne, avec à leur tête Hugues le Noir et le comte Gilbert de Vergy, l’évêque de Chalon Hildebold et les moines de Cluny en ont profité pour s’élever contre la déchéance de Saint-Martin ; sans en accuser directement les laïques susnommés, cette intervention a tout de même eu pour effet d’entraîner la démission du prieur ou de l’abbé en charge et la libre élection par la communauté d’un nouvel abbé Humbert33. Si le faux date de cette époque, on s’expliquerait alors que le temporel ait alors été cruellement amputé ; si l’intervention de Louis IV a permis un retour à une vie régulière plus normale, elle n’a pas eu pour effet de faire revenir toutes les terres détournées dans le giron de la communauté, car le roi pouvait appuyer les clunisiens, mais devait aussi ménager les Grands. On aurait donc transigé, en redonnant un peu de liberté à la communauté, sans pour autant lui rendre son patrimoine foncier d’origine. Si c’est le cas, le faux Charles le Gros serait postérieur à 949.

19Cela doit-il nous conduire jusqu’à Gautier ? La réponse précise est impossible, car les actes de Saint-Martin s’arrêtent là, mis à part une charte de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle. La confection du faux Charles le Gros peut avoir été faite à n’importe quelle date après 949, mais elle serait plutôt l’œuvre d’un prélat restaurateur, ce que n’étaient pas vraiment les prédécesseurs de notre évêque. Quoi qu’il en soit, si Gautier n’est pas l’auteur de ce faux qu’on daterait alors des environs de 950, il en a alors eu connaissance par les archives épiscopales et s’en est sans doute inspiré pour Saint-Symphorien ou Saint-Andoche. Et s’il en est l’auteur, il n’est ni le premier ni le dernier prélat qui a amélioré ses archives pour faire valoir ses droits.

Conclusion

  • 34 Pour Nevers, Cartulaire de Saint-Cyr, op. cit., no 15 pour garantir à l’église de Nevers l’abbaye (...)

20Finalement Gautier est-il un faussaire ? La réponse est évidente dans le cas de Saint-Symphorien, probable pour Saint-Andoche, vraisemblable pour Saint-Martin. Mais il faut mesurer exactement ce que représentent ces faux. C’est parce qu’il est un grand évêque, soucieux de la puissance et du renom de son église, qu’il s’autorise un comportement que d’autres prélats notables ont pratiqué avec le même opportunisme. On a ainsi la trace de faux Charles le Gros à Nevers34. Mais ce qu’il y a de plus important, c’est qu’on recourt systématiquement à la création de faux diplômes carolingiens de la fin de la grande période de la dynastie. Le renom de Charles le Chauve, de Charles le Gros ou même de Charles le Simple est non seulement intact, mais il est magnifié par le souvenir. Le monde de la fin du Xe siècle se rêve comme un ordre carolingien, aussi rois et grands sont prêts à s’incliner devant un diplôme de ces illustres souverains. On ne cherche pas à faire naître un ordre nouveau, mais à reconstruire ce qui a existé. En cela, on est bien au cœur de la mentalité médiévale, car toute nouveauté, toute réadaptation est d’autant plus légitime qu’elle prend sa source dans le passé. C’est la force de personnages comme Gautier qui en ayant pleinement conscience, n’ont pas hésité à s’en servir pour défendre leur Église. Pour l’époque, c’est de la bonne politique et non de la falsification.

Notes

1 Pour l’histoire des évêques d’Autun, on recourt classiquement à Gallia Christiana in ecclesiasticas provincias distributa, t. IV, province de Lyon, diocèse d’Autun, rééd. Paris-Bruxelles, 1876, p. 315-507, où des informations sur l’épiscopat de Gautier sont signalées aux colonnes 376-378, 432-439, 451, 458. On a aussi les ouvrages de Jean Berthollet, L’évêché d’Autun. Étude historique et descriptive, Autun, 1947, et Jean Régnier, Les évêques d’Autun, publié sous le patronage de la société éduenne des Lettres, Sciences et Arts, Autun, 1988. Pour l’histoire locale, la meilleure source demeure Maurice Chaume, Les origines du duché de Bourgogne, t. 1, Dijon, 1925, t. 2 et t. 3, 1931.

2 Gallia christiana, c. 378, à la date de 1012.

3 Pour le pouillé, Olivier Bruand, Le pouvoir sur la terre et les hommes en Autunois, VIIIe-mi XIe siècle, Habilitation à diriger les recherches, université de Paris IV-Sorbonne, 2005, p. 52-70 ; idem, « Les fragments de pouillé du diocèse d’Autun des environs de l’an mil : contribution à une réflexion sur l’époque de fixation des cadres paroissiaux », à paraître dans le Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France de 2006 ; id., Les églises dans les paysages médiévaux. L’exemple du Charolais (Xe-XIe siècle), dans Jean-René Bertrand, Rita Compatangelo-Soussignan, Actes du colloque international coorganisé par le CESAM (Le Mans) et le COST (Oxford), Marqueurs des paysages et systèmes socio-économiques : de la construction des paysages préindustriels à leur perception par les sociétés contemporaines – Landmarks and socio-economic systems : constructing of preindustrial landscapes and their perception by contemporany societies, Le Mans, Université du Maine, 7-9 décembre 2006, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 45-53. Pour les cartulaires autunois, cf. Anatole de Charmasse, Cartulaire de l’église d’Autun, Paris/Autun, 1865, reprint Genève, 1978, désormais abrégé A. Jacques Gabriel Bulliot, Essai historique sur l’abbaye de Saint-Martin d’Autun de l’ordre de Saint-Benoît, t. 1, texte, LXIV plus 427 pages, t. 2, chartes et pièces justificatives, 449 pages, Autun, 1849, désormais SM. André Déléage, Recueil des actes du prieuré Saint-Symphorien d’Autun de 696 à 1300, Autun, 1936, désormais SS. Léonce Lex, « Documents originaux antérieurs à l’an mille conservés aux archives de Saône-et-Loire », dans Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Chalon-sur-Saône, 7, 1880, p. 266-267 qui recense parmi les documents de la fin du Xe siècle conservés aux archives départementales sous la cote H 675 le fond de Saint-Andoche. A. Bernard, A. Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, t. 1, jusqu’en 953, Paris, 1876, t. 2, 954-987, ibidem, 1880, t. 3, 987-1027, ibid., 1884, t. 4, ibid., 1888, désormais C. Ulysse Chevallier, Cartulaire du prieuré de Paray-le-Monial, ordre de Saint-Benoît, suivi d’un appendice des chartes et visites de l’ordre de Cluny, Paris, 1890, désormais P. Constance B. Bouchard, The Cartulary of Flavigny, 717-1113, The Medieval Academy of America, 99, Cambridge-Massachussets, 1991, désormais F.

4 Carlrichard Brühl, „ Eine Fälschung auf dem Namen Karls der Einfältigen für das Nonnenkloster Saint-Andoche zu Autun “, dans Historisches Jahrbuch, 91, 1971, p. 384-393. Idem, „ Die Urkunden Karls der Einfältigen und Rudolf von Westfranken für das Nonnenkloster Saint-Andoche zu Autun “, dans idem, Aus Mittelalter und Diplomatik, Gesammelte Aufsätze 2, Hildesheim, Munich, Zurich, p. 838-850. Irmgard Fees, „ Die Urkunde Karls des Kahlen für das Kloster Saint-Symphorien zu Autun : eine Fälschung “, dans Francia, 24/1, 1997, p. 65-82.

5 Gallia Christiana, op. cit., c. 376. A VII, XVI, XVII et XXX.

6 F 23.

7 C 1628, C 1947.

8 Gallia Christiana, c. 376 et 377, P 15.

9 P 14, entre 980 et 987 pour Chaudenay ; P 16, 993, pour Blancey ; P 17, 993, pour Bessey et Maligny.

10 Gallia Christiana, c. 377.

11 Maurice Chaume, op. cit., t. I.

12 René de Lespinasse, Cartulaire de Saint-Cyr de Nevers, Paris, 1916, acte no 28, d’avril 986.

13 SS 14, 16 et 17.

14 Gallia Christiana, c. 377 et 378.

15 Ibidem.

16 A III, 2e partie.

17 F 27. André Déléage, bon connaisseur des sources locales, dans son édition du cartulaire de Saint-Symphorien, op. cit., donne 1024 comme date de son décès, alors que la Gallia Christiana, c. 378, cite un martyrologe ancien d’Autun, tiré d’un obituaire d’Auxerre qui le fait mourir en 1014. L’acte de Flavigny n’étant pas suspect et l’indiction correcte, c’est probablement la Gallia Christiana qui a reproduit une erreur ancienne.

18 Olivier Bruand, Le pouvoir…, op. cit., p. 20-21.

19 Idem, « Autour des actes 2 et 4 du cartulaire de Saint-Symphorien d’Autun ou du bon usage de la falsification pour défendre un temporel monastique », dans Alain Guerreau (éd.), Actes du colloque international André Déléage, fondateur de l’histoire de la société médiévale bourguignonne, Cluny, 7-9 septembre 2003, sous presse.

20 Irmgard Fees, op. cit., note 4. André Déléage, Cartulaire de Saint-Symphorien, op. cit., G. Tessier, Recueil des actes de Charles II le Chauve, dans Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1943.

21 Maurice Chaume, op. cit., p. 452-462 ; Laurent Theis, Robert le Pieux, le roi de l’an mil, Paris, 1999, p. 94-95 ; Yves Sassier, « Patrimoines d’églises et pouvoirs locaux en Auxerrois (début Xe-fin XIe siècle) », dans Dominique Barthélemy, Olivier Bruand, Les pouvoirs locaux dans la France du centre et de l’ouest, VIIIe-XIe siècle. Implantation et moyens d’action, Rennes, 2004, p. 175-192.

22 SS 2 : Eae siquidem res nominatim expressae sunt : in pago Alsense videlicet in villa Blanziaco mansi XX cum ecclesia una ; et in pago Belnense ecclesiae duae ; et in villa etc. Blancey est bel est bien en Auxois tandis que Bessey et Maligny sont effectivement beaunoises. Pour l’ensemble des possessions signalées dans l’acte on a toujours le nom de la villa et du pagus, sauf dans ce cas où le rédacteur est demeuré volontairement dans le flou.

23 Philippe Lauer, Recueil des actes de Charles III, roi de France (893-923), dans Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1949, no 37. L’éditeur avait accepté cet acte, parce que l’année du règne et l’indiction concordaient, non sans relever une incohérence puisque l’acte de 901 aurait été établi à la demande de l’évêque Adalgaire décédé en 893 (sic !). Il avait remarqué aussi que cet acte recopiait en grande partie un acte de Charles le Chauve en faveur de Saint-Andoche du 14 juin 859.

24 Léonce Lex, « Documents… », op. cit.

25 Recueil des actes de Charles le Simple…, no 37 : In Augustudunensi pago, ad Aziacum villam mansus unus cum servientibus, pratis, campis, silvis, quem Hermegardis comitissa sancto Andochio, pro remedio sue anime et filiorum illius dedit.

26 Olivier Bruand, Le pouvoir…, op. cit., p. 26-28.

27 Carlrichard Brühl, op. cit.

28 Léonce Lex, « Documents… », op. cit., no XIV, qui mentionne certes la confirmation de privilèges antérieurs, mais sans citer aucun nom de souverain :… qui [les moniales] cum proprio episcopo, cognomento Heriveo, accedentes ad nostram sublimitatem precati sunt ut decreta et precepta quae ab antecessoribus nostris, Francorum regibus, de rebus earumdem fuerant adsecute renovaremus, et, juxta regiam consuetudinem, ex predicti loci rebus nostrae auctoritatis praeceptum fieri juberemus.

29 Cf. supra note 23.

30 L’acte faux est SM 6, l’authentique SM 7 ; Jacques-Gabriel Bulliot considérait que l’acte 6 de son édition était suspect. P. Kehr, l’éditeur des actes de Charles le Gros dans les MGH, Monumenta Germaniae Historica, Die Urkunden der Deutschen Karolinger, II, Die Urkunden Karls III, Berlin, 1937 a publié l’acte authentique sous le no 122 et le faux sous le no 185, en constatant qu’une phrase de celui-ci sur les dîmes est reprise d’un acte de Charles le Simple du 26 juin 900 et que le texte a forcément été forgé avant 1059. Pour le détail, cf. Olivier Bruand, Le pouvoir…, op. cit., p. 23-26.

31 SM 10 et 11 et t. 1, p. 169 et 174.

32 Ibidem, t. 1, p. 163-167.

33 SM 11.

34 Pour Nevers, Cartulaire de Saint-Cyr, op. cit., no 15 pour garantir à l’église de Nevers l’abbaye de Saint-Pierre d’Yzeure et 16 qui accorde à l’abbaye de Cusset la libre élection de l’abbesse.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540