Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Première sous-partie. La foi source de création culturelle

Renouveau religieux et restauration du patrimoine architectural de 1815 à 1860 : l’exemple de la Normandie

Maylis Baylé

Texte intégral

1Pendant la Révolution française, la confiscation des biens du clergé, la fermeture des monastères, le culte de l’Être Suprême dans des églises paroissiales ou monastiques entraînèrent de très importantes destructions ou déprédations, tandis que de nombreux édifices religieux étaient fermés, laissés à l’abandon. Malgré le Concordat, la période impériale s’est avérée peu propice à la restauration et à la mise en valeur du patrimoine architectural religieux subsistant. C’est sous l’Empire que Cluny est transformée en carrière de pierres destinées à la construction des Haras nationaux. L’Abbaye-aux-Dames de Caen devient en 1810 atelier de mendicité ; l’église est divisée en deux étages par un plancher et compartimentée pour l’installation de l’atelier. L’abbatiale de Bernay, désaffectée, sert de caserne, de prison, de temple protestant. Même les édifices préservés pour le culte demandent restauration et beaucoup d’entre eux, jugés inutiles et superflus, sont carrément détruits : « Partout on voyait des restes d’églises et de monastères qu’on achevait de démolir » écrit Chateaubriand dans le Génie du Christianisme. L’ampleur des destructions frappe les esprits.

  • 1 Abbé Gervais de la Rue, Essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement, 2 vol. Caen (...)
  • 2 Voir Arcisse de Caumont (1801-1873) érudit normand et fondateur de l’archéologie française, Colloq (...)
  • 3 Léon Tolmer, Une belle figure sacerdotale : l’abbé Gervais de la Rue, historien normand (1751-1835 (...)

2L’intérêt pour le patrimoine ainsi dégradé et la volonté de sauver ce qui peut encore l’être se manifestent précocement en Normandie. Cela tient d’abord à la réaction contre la période révolutionnaire mais aussi à l’influence des érudits d’outre-Manche qui, dès la fin du XVIIIe siècle se penchent sur le passé monumental anglo-normand. Andrew Ducarel en 1767, John Sell Cotman en 1818 et, vers la même époque, A.W.N. Pugin apportent un appui manifeste aux travaux de Charles de Gerville et d’Arcisse de Caumont. Les Normands sont au fait des recherches de leurs homologues britanniques. Nombre d’entre eux, comme l’abbé de la Rue, ont séjourné en Angleterre pendant la Révolution et sont influencés par l’intérêt précoce manifesté par les Britanniques pour les monuments de leur passé. L’abbé de la Rue, historien et professeur à la faculté des arts de Caen avant la Révolution, se passionne en Angleterre pour la littérature médiévale. Après avoir eu en mains, avant 1789, les chartes originales des abbayes caennaises, il consulte longuement les archives de la Tour de Londres. Membre de la Société des Antiquaires de Londres, il étudie l’histoire anglo-normande et, revenu en Normandie, il publie deux volumes d’essais historiques sur la ville de Caen, une étude de la Tapisserie de Bayeux, et fait la part belle à l’histoire monumentale du duché de Normandie1. Il sera, avec Arcisse de Caumont2, l’un des fondateurs de la Société des Antiquaires de Normandie. Ami de Walter Scott, il contribue à l’essor d’un certain romantisme remettant à l’honneur le Moyen Âge3 et son influence est grande parmi les érudits caennais.

  • 4 Thierry Blot, Reconstruire l’Église après la Révolution. Le diocèse de Bayeux, Paris, éd. Du Cerf, (...)
  • 5 Id., p. 195 et 213.
  • 6 Bibliothèque municipale de Caen, FNE 282

3C’est pourquoi la Normandie est une région particulièrement bien choisie pour une enquête sur la prise de conscience de l’importance du patrimoine architectural religieux et de son histoire et sur l’attitude des différents responsables et décideurs, politiques, religieux, architectes et érudits. Du côté des ecclésiastiques, le jugement sur la valeur artistique de tel ou tel édifice varie beaucoup selon les personnalités. Mais dans le cadre du renouveau religieux qui marque la France après 1815, ils sont en général acquis à la restauration des églises et œuvrent pour qu’elles soient rendues au culte. Dans la période suivant immédiatement la restauration, les considérations utilitaires ou de prestige priment sur les considérations d’histoire et d’archéologie dans l’esprit des responsables religieux. L’évêque de Bayeux, Mgr Brault, qui a déjà bataillé sous l’Empire pour faire réparer sa cathédrale, fera de même sous la Restauration et obtiendra de reprendre le Grand Séminaire bâti au temps du célèbre Mgr de Nesmond4. Ses relations avec le préfet Comte de Montlivault, en poste en Calvados de 1817 à 1830, sont bonnes dans la mesure où ils œuvrent tous deux en faveur du renouveau religieux prôné par la monarchie. Les processions systématiquement organisées à partir de 1814 et surtout 18165 trouvent un écho dans leur représentation à l’intérieur des édifices reproduits dans nombre de gravures romantiques. Citons une lithographie montrant l’intérieur de l’Abbaye-aux-Dames en 1818 et illustrant l’ouvrage de T. de Jolimont6. Ces gravures témoignent d’une volonté de réunir toute documentation sur les monuments du passé mis en danger pendant la période révolutionnaire.

Enquête sur les monuments dignes d’intérêt

  • 7 Pierre Marot, L’essor de l’étude des Antiquités Nationales à l’Institut, du Directoire à la Monarc (...)
  • 8 M. Baylé, « La théorie de l’art d’Arcisse de Caumont », Arcisse de Caumont, Colloque international (...)
  • 9 Voir P. Chirol, « E.H. Langlois », Bulletin des Amis des Monuments rouennais, 1913-1914, p. 33-50, (...)

4Avec la prise de conscience progressive de la valeur artistique des monuments anciens et notamment médiévaux dans les premières décennies du XIXe siècle, les érudits comme Gerville et de Caumont s’efforcent de réunir la documentation la plus exhaustive possible sur les édifices existants en procédant à une enquête statistique. Cette enquête sur les édifices intéressants et en danger de destruction vient de plusieurs côtés. Dès 1810, le Comte de Montalivet, alors ministre de l’Intérieur, adresse en effet un questionnaire détaillé repris en 1819 par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres7. La méthode du questionnaire est également utilisée systématiquement par Arcisse de Caumont pour l’élaboration de son cours et de son Abécédaire8. Des listes de questions sont envoyées aux notables et aux ecclésiastiques qui répondent volontiers. L’Église et la Monarchie sont alors en parfaite entente et la mise en valeur des monuments religieux, leur étude scientifique, sont vivement encouragées car elles ne peuvent que favoriser la politique poursuivie. Le préfet de la Seine-Inférieure, de Vanssay, commande à un excellent artiste, Eustache Hyacinthe Langlois, un corpus de dessins des monuments subsistants9. Les travaux de Langlois – dessins, lavis, très précis dans l’exactitude architecturale et agrémentés de scènes romantiques, sont actuellement conservés aux Archives départementales de la Seine Maritime. Parmi ces édifices, l’abbaye de Jumièges, l’église de Graville-Sainte-Honorine, le Petit Quevilly etc.. Cela s’inscrit dans la politique nationale puisqu’en 1819 est créé un fonds annuel de 800 000 francs dépendant du ministère de l’Intérieur « pour la conservation d’anciens monuments ». Le thème est un terrain de rencontre de personnalités aussi différentes que Gerville, A. de Caumont, A. Le Prévost, Guizot.

  • 10 Dessins et lavis conservés à la British Library, ms. Add. 36422.
  • 11 Andrew Coltee Ducarel, Anglo-Norman Antiquities, Londres, 1767, traduction française, Caen, 1818, (...)
  • 12 Frontispice de l’édition française de Ducarel, 1818.
  • 13 Archives départementales du Calvados, F 5118, Notes Simon, T. III, p. 288.
  • 14 BN ms Lat 10077, f° 191 r°.

5L’époque est à la diffusion de nombreuses gravures d’édifices. Celles de John Sell Cotman, d’A.W.N. Pugin témoignent de l’intérêt des artistes et architectes anglais. Elles sont d’une très grande exactitude et constituent encore maintenant une documentation inestimable sur l’aspect des monuments religieux les plus importants vers 1818. Les peintres comme Bonnington en 1821, les architectes comme Buckler10 un peu plus tard multiplient les représentations de monuments normands. Les lithographies illustrant les livres de l’Abbé de La Rue, la traduction française de l’anglais Ducarel, parue en 1818, ou l’ouvrage de Théodore de Jolimont sont un peu plus approximatives mais complètent les précédentes. Enfin les gravures des Voyages pittoresques dans l’ancienne France dans la collection dirigée par Taylor et Nodier sont encore plus connues11. L’entreprise des voyages pittoresques s’inspire de la publication plus ancienne de B. de la Borde, Guettard et Bagnillet Description générale et particulière de la France (1784). Le premier volume, paru en 1820, est consacré à la Haute Normandie et abondamment illustré. Souvent ces gravures renforcent l’idée religieuse et politique de renouveau ecclésiastique et de restauration monarchique. Ainsi le chœur de l’Abbaye-aux-Dames, bien que présenté pour son architecture, abrite dans l’œuvre de Cotman une cérémonie religieuse confirmant que le sanctuaire n’est plus désaffecté. Tel autre document, plus fantaisiste, inscrit dans une architecture bien identifiable – la croisée du transept de la Trinité de Caen – une scène montrant la Reine Mathilde brodant la Tapisserie de Bayeux12. La légende alors en vogue qui fait de la souveraine la brodeuse du chef-d’œuvre récemment redécouvert et l’idée de situer la scène dans l’Abbaye-aux-Dames ne sont pas anodines. Les deux abbayes caennaises furent fondées par le couple ducal qui, quelques années plus tard, accède en 1066 à la couronne d’Angleterre ; ce sont des monastères bénédictins dont les religieux sont, pendant des siècles, issus de la haute noblesse ; aussi ces deux monuments représentent naturellement des symboles des relations entre la Monarchie et la restauration religieuse. Devenu préfet du Calvados, le Comte de Montlivault favorise une étude historique de l’Abbaye-aux-Dames et des tombeaux qui s’y trouvent. Il fait rechercher et ouvrir la boite de plomb contenant les restes de la Reine Mathilde, fait examiner le squelette de la reine, puis le fait inhumer à nouveau sous la pierre tombale romane retrouvée à l’entrée du chœur. En cela il reprend une initiative du Baron Méchin qui, dès 1810, avait fait rechercher la tombe de la reine13. Une lettre de Montlivault à Léchaudé d’Anisy14 précise le caractère d’opportunisme politique de cette initiative conforme aux directives du gouvernement de Louis XVIII.

Le rôle du clergé

  • 15 A. de Dion et M. Lasvignes, Cathédrale de Bayeux. Reprise en sous-œuvre de la tour centrale, Paris (...)
  • 16 Maylis Baylé, La Trinité de Caen, Paris-Genève, Arts et métiers graphiques, 1979, p. 28.

6Tout en restant informée des travaux des érudits, la hiérarchie ecclésiastique cherche rarement à se mêler des questions précises de style et de modalités de restauration. Son domaine – liturgie, orthodoxie de l’iconographie,- ne souffre cependant pas les éventuelles erreurs des architectes. Si la réfection des voûtes et toitures du chevet de la cathédrale de Bayeux adoptée par l’architecte Guy ne soulève pas les discussions malgré sa lourdeur, celle de la reconstruction presque intégrale de la tour de croisée prônée par Ruprich-Robert soulèvera un tollé. Evêque et érudits locaux feront bloc pour la préservation du profil séculaire de l’édifice et lui préféreront une reprise en sous-œuvre, prouesse technique qui permit une conservation plus respectueuse du passé15. Et quelques décennies plus tard, l’évêque de Bayeux ne ménage pas ses foudres à l’égard des responsables de l’insertion d’un tympan à la façade de l’Abbaye-aux-Dames de Caen, une œuvre du sculpteur Geoffroy Dechaume, alors célèbre, représentant la Trinité sous les traits de trois personnages semblables assis l’un à côté de l’autre. Le prélat regrettera de ne pas avoir été consulté16.

  • 17 Abbé Cochet, Les églises de l’arrondissement de Dieppe, Dieppe, 1843-46. Les églises de l’arrondis (...)
  • 18 Philippe Deschamps, « L’Abbé Cochet ; l’Abbé Langlois, et la formation archéologique du clergé dio (...)
  • 19 Abbé Aubert, « Le clergé et l’archéologie », Revue de l’Art chrétien, XX, 1875, p. 386-394.

7Les premiers savants passionnés d’archéologie monumentale sont souvent des prêtres. Comme on l’a vu plus haut, l’abbé de la Rue qui a fui en Angleterre pendant la Révolution et devient professeur et doyen de la Faculté des Lettres de Caen est l’un des premiers à s’intéresser à l’histoire des monuments. Il donne une impulsion nouvelle à l’érudition caennaise. À la génération suivante, l’abbé Decorde est l’historien du Pays de Bray et de ses monuments. L’abbé Cochet, célèbre comme fondateur de l’archéologie de terrain, est aussi un spécialiste d’architecture, auteur d’une foule de monographies d’édifices et de plusieurs répertoires des églises de la Seine-Inférieure17. Très jeune encore, il sauve de la destruction l’église de Saint-Jean d’Abbetot dont l’architecture romane et les fresques sont du plus haut intérêt. Son rôle comme inspecteur des Monuments Historiques et inspecteur des édifices diocésains, sa participation à la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure sont essentiels. Il a autour de lui quelques amis ecclésiastiques également intéressés à l’histoire monumentale. Sa correspondance avec l’abbé Langlois, professeur au petit séminaire du Mont-aux-Malades près de Rouen, témoigne d’échanges scientifiques et du rôle respectif des deux prêtres. Tout en fournissant nombre d’éléments de bibliographie à son ami, Langlois cherche à mettre en valeur l’église Saint-Thomas de Cantorbéry. Il s’efforce de former les futurs prêtres à la compréhension de l’intérêt architectural de leur église18. Dans cette période où très souvent le classement de nombreux édifices anciens n’est pas encore intervenu, les fabriques et les curés commettent souvent d’énormes bévues dans la restauration et dans l’aménagement du mobilier. Il conviendrait donc de fournir aux prêtres, dès le séminaire, une formation adéquate. Cochet, nommé inspecteur des monuments religieux du diocèse, informe l’archevêque de Rouen des problèmes causés par l’ignorance de certains curés : Mgr Bonnechose suit ces conseils et prodigue aux ecclésiastiques ses recommandations. La correspondance de Cochet et de Langlois et les relations du premier avec l’archevêché montrent que seule une partie du clergé comprend la nécessité de sauvegarder le passé monumental. Et la situation n’évolue guère avec le temps. C’est pour tenter d’alerter l’opinion ecclésiastique et laïque que l’abbé Aubert publie en 1875 dans la Revue de l’Art Chrétien, un long article sur le rôle du clergé et sa place dans l’opinion publique où il déplore à la fois le manque de formation du clergé dans ce que l’on appelle alors l’archéologie et l’excès de certaines restaurations voulues par les architectes et par la Commission des Monuments Historiques19. Une fois de plus, il recommande « une leçon par semaine d’archéologie monumentale ». La date de publication de l’essai de l’abbé Aubert dépasse le cadre chronologique de la présente étude mais elle met l’accent sur un problème récurrent depuis le début du siècle et devenu de plus en plus évident avec la multiplication des restaurations de grande envergure après 1850. Le phénomène de rénovation et de reconstruction connaît en effet plusieurs phases en Normandie comme dans le reste de la France. Les premières décennies sont surtout marquées par des réparations ponctuelles, parfois importantes, mais n’impliquant pas un remaniement majeur comme le retour à l’unité de style ou les restitutions souvent fantaisistes, trop fréquentes après 1840/50 sous l’influence de la Commission des monuments Historiques et de certaines personnalités comme Violletle-Duc ou Abadie.

Premières entreprises de restauration

8La nécessité de rétablir le culte dans des monuments en état d’abriter des offices et de présenter un aspect décent entraîne naturellement l’ouverture de chantiers de restauration. Certains édifices resteront désaffectés comme Saint-Nicolas de Caen, l’église de Touques ou l’abbatiale de Bernay, d’autres sont trop ruinés pour que l’on entreprenne quoi que ce soit et le statut de plusieurs anciens monastères devenus biens privés avec la vente des biens nationaux ne permet pas de retour en arrière. C’est le cas de Mortemer, de Jumièges, vendue à un marchand de bois, transformée en carrière de pierres et dont les ruines furent finalement sauvegardées par la famille Lepel-Cointet. Cependant les réparations des édifices diocésains et paroissiaux sont souvent précoces et réclamées par les autorités ecclésiastiques. On peut discerner deux époques dans ce domaine : la première est liée aux circonstances de la Restauration, à une volonté de restaurer, sans pour cela entreprendre des reprises excessives, avec une connaissance limitée des caractéristiques artistiques et historiques des monuments. Elle marque grosso modo les années 1815-1840. La remise en état de la Trinité de Caen (Abbaye-aux-Dames) par l’architecte Guy illustre ces méthodes. Il se contente de refaire dans un appareil différent de ce qui était la norme au XIe siècle les soubassements des portails et des piles, de supprimer les cloisons datant de l’atelier de mendicité et de rétablir le dallage. De son temps sont effectués les dégagements de tombeaux et l’examen de la sépulture de la reine Mathilde demandé par Montlivault. L’abbaye a été reconvertie en monastère hospitalier confié à un autre ordre qu’avant la Révolution, la nef de l’église est paroissiale, le chœur monastique ; on remet en état sans trop fignoler et sans s’inquiéter de questions archéologiques de style roman. Il s’agit essentiellement de rendre l’église présentable. En revanche, les gravures représentant l’église se multiplient et témoignent de l’intérêt des érudits. À la cathédrale de Bayeux, le principe est un peu le même. Les voûtes du déambulatoire vont être refaites par le même Guy et par Harou-Romain selon une technique très lourde et dommageable. L’intention de mise hors d’eau est louable et conforme au souhait de l’évêque. L’influence des premières études de spécialistes ne marque encore que quelques personnes tant dans le milieu des architectes que dans l’entourage des évêques. Les premières restaurations de la cathédrale de Lisieux sont limitées à l’essentiel.

9L’impression générale qui se dégage de cette période est celle de restaurations qui ne respectent pas toujours les techniques et les formes de la construction médiévale mais qui relèvent surtout d’une volonté de remise en état et ne visent pas à la réfection intégrale. À cette époque, l’érudition locale joue encore un rôle prépondérant dans l’opinion éclairée normande. Arcisse de Caumont fonde la Société des Antiquaires de Normandie et prodigue à partir de 1824 un cours d’Antiquités monumentales très suivi à Caen. L’activité de la Société des Antiquaires de Normandie amène à jeter un regard nouveau sur les monuments religieux, éléments du patrimoine architectural médiéval. Caumont élabore un classement chronologique des structures et de leur décor dont la teneur est mise à la disposition du public par la publication de l’« Abécédaire ou rudiments d’archéologie » qui sera réédité à plusieurs reprises. En Haute Normandie la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, créée un peu plus tard, a une influence comparable. Favorables à la sauvegarde et à la mise en valeur des monuments, ces instances qui ont en général l’oreille des autorités locales, politiques et ecclésiastiques, poussent rarement à des travaux excessifs.

Le tournant des années 1840

  • 20 Christiane Olde-Choukair, « Le chœur de la cathédrale de Sées et l’influence du style rayonnant », (...)
  • 21 Maylis Baylé, La Trinité de Caen, op. cit., p. 2. Éric Gustav Carlson, The abbey-Church of Saint-E (...)
  • 22 Abbé Auber, « Le clergé et l’archéologue », Revue de l’art chrétien, XX, 1875, p. 386-394.
  • 23 Jean-Michel Leniaud, Les cathédrales au XIXe siècle, Paris, Economica, 1993, p. 320.
  • 24 Id., p. 328-334.
  • 25 Elles ont été étudiées et publiées par Françoise Bercé, Les premiers travaux de la Commission des (...)

10Vers 1840, les conditions d’ensemble se modifient. La situation politique n’est plus la même. Le christianisme romantique et royaliste de la Restauration, la volonté de magnifier la dynastie capétienne ne sont plus l’un des moteurs de la mise en valeur des édifices. La création de la Commission des Monuments historiques amène à jeter un regard nouveau sur les monuments. Leur prise en charge en tant que témoignage architectural prime désormais sur les considérations religieuses et sur la volonté de les rendre au culte. Si les archéologues locaux, avec A. de Caumont, cherchent surtout à conserver le patrimoine sans excès de remaniements, toute une génération de membres de la Commission des Monuments Historiques, avec Viollet-le-Duc ou Mérimée, ou d’architectes en chef comme Ruprich-Robert, ne recule plus devant d’immenses programmes de restauration qui parfois sont de véritables reconstructions. On le voit bien avec les restaurations le plus souvent fidèles mais très importantes de Ruprich-Robert à la cathédrale de Sées20 ou dans les abbayes caennaises21. Parfois effrayés par l’ampleur des chantiers, les curés et les responsables religieux s’interrogent : l’abbé Aubert se fait l’écho de la perplexité des ecclésiastiques devant des travaux hors de proportion avec la nécessité de conservation22. Curés et prélats font parfois cause commune avec les érudits et notables locaux face à des projets inopportuns de la Commission. La croisée du transept de la cathédrale de Bayeux, objet de deux projets concurrents et très différents entre 1849 et 1855 soulève les passions23 tandis que le remaniement de la cathédrale d’Évreux suscite quelque vingt ans plus tard une vaste polémique impliquant l’Évêché et les Sociétés Savantes24. La doctrine de l’unité de style fait des ravages (moindres, il est vrai en Normandie qu’ailleurs). Les premières réunions de la Commission marquent un tournant25. On procède à l’inscription des édifices jugés importants dans la liste des Monuments Historiques, les décisions sont prises à Paris, les érudits locaux sont souvent mal vus par la commission. Les différends entre Mérimée et Arcisse de Caumont illustrent bien les difficultés rencontrées parfois par les provinciaux auprès de l’organisme parisien. En même temps, l’influence des ecclésiastiques locaux, leur rôle éventuel décroît le plus souvent : les décisions se prennent sans eux. Certes l’évêque de Bayeux se plaindra de l’œuvre de Geoffroy Dechaume à la Trinité de Caen : il s’agit là d’un point de doctrine et d’iconographie. En revanche on ne recense que peu d’interventions d’ecclésiastiques dans les processus de restaurations souvent très importantes à partir de 1840. Rappelons l’ampleur des travaux entrepris à Caen sur les deux abbatiales, à Sées dont le chœur est en partie rebâti, à Rouen où des programmes très lourds concernent la cathédrale, Saint-Maclou, Saint-Gervais entièrement remplacé par un pastiche roman. Nous sommes désormais loin du mouvement conjugué des autorités politiques, religieuses et scientifiques locales des décennies précédentes pour l ‘ étude et la sauvegarde des monuments anciens. Ces derniers relèvent désormais d’instances spécialisées essentiellement parisiennes.

Construction de nouvelles églises et romantisme néo-gothique

  • 26 Id., p. 110-111, 137 (premier projet), p. 331-332 : discussion sur le projet avec et sans tours apr (...)
  • 27 Sur Barthélémy, Pierre Chirol, J.-F. Barthélémy, architecte diocésain, 1799-1882, Rouen, Lainé, 19 (...)
  • 28 Voir Le pèlerinage et la basilique de Notre-Dame de la Délivrande, Art de Basse-Normandie, no 119, (...)
  • 29 Thierry Blot, op. cit. p. 195.
  • 30 Voir Pierre Chirol, La renaissance de l’architecture religieuse, op. cit.

11Cette période voit par ailleurs l’émergence du « gothic Revival » en Normandie. Grégoire, architecte diocésain de Rouen, achève en pastiche gothique la façade de Saint-Ouen de Rouen. Un premier projet ne comportant qu’une façade sans tours se heurte à la fois à l’opinion rouennaise et à celle des autorités locales et l’on se résout à élever les hautes tours occidentales visibles actuellement26. Par ailleurs, l’architecte Jacques Eugène Barthélémy27, met en chantier les églises néogothiques de la Délivrande et de Notre-Dame de Bonsecours. Barthélémy a été très marqué par la lecture d’Arcisse de Caumont et des Voyages pittoresques. Bonsecours représente le premier essai d’envergure en Normandie pour adapter à une nouvelle construction les connaissances acquises sur l’architecture gothique. Pèlerinage remontant au Moyen Âge, Notre-Dame de la Délivrande est l’un des centres du renouveau religieux sous la Restauration d’où partiront de nombreuses missions28. Il n’est pas indifférent que l’on organise sous Louis XVIII une procession de transfert en grande pompe de la statue mariale le 14 juillet29. L’importance croissante du pèlerinage amène très vite à décider de remplacer la chapelle du XIIe siècle par l’imposante basilique à deux tours actuellement visible. Devenu célèbre et fortement recommandé par l’abbé Cochet aux curés qui souhaitent reconstruire ou restaurer leur église, Barthélémy, architecte diocésain, bâtit ou restaure un nombre considérable d’églises paroissiales. A l’échelon diocésain et paroissial, les décennies postérieures à 1840 sont caractérisées par un extraordinaire effort de construction de nouveaux sanctuaires dans un style néogothique dont l’adoption est directement liée à la découverte du Moyen Âge et de son architecture dès les premières décennies du XIXe siècle. Le mouvement décrit plus haut et conjuguant nostalgie monarchique, ferveur religieuse, intérêt scientifique et romantisme littéraire trouve également son expression dans la réalisation de grands programmes d’architecture religieuse qui vont se poursuivre pendant tout le XIXe siècle30.

12La reconstruction romantique et un peu empirique des premières décennies du siècle fait place à une période où les rôles sont mieux balisés, où la centralisation administrative et le poids de la Commission des Monuments Historiques se font plus pesants tandis que la ferveur religieuse se tourne vers l’édification de nouveaux sanctuaires.

Notes

1 Abbé Gervais de la Rue, Essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement, 2 vol. Caen, 1820 ; Nouveaux essais sur la ville de Caen et son arrondissement contenant mémoires d’antiquités locales et annales militaires ; politiques et religieuses de la ville de Caen et de la Basse-Normandie, 2 vol., Caen, 1842 ; Recherches sur la Tapisserie représentant la Conquête de l’Angleterre par les Normands et appartenant à l’église cathédrale de Bayeux, Caen, 1824.

2 Voir Arcisse de Caumont (1801-1873) érudit normand et fondateur de l’archéologie française, Colloque international Caen, 2001, Actes recueillis et publiés par Vincent Juhel, Caen, Société des Antiquaires de Normandie, 2004.

3 Léon Tolmer, Une belle figure sacerdotale : l’abbé Gervais de la Rue, historien normand (1751-1835), Caen, 1937. Émile G. Léonard, L’abbé de la Rue, professeur et doyen de la Faculté des Lettres de Caen de l’Empire à la Monarchie de Juillet, Caen, 1937.

4 Thierry Blot, Reconstruire l’Église après la Révolution. Le diocèse de Bayeux, Paris, éd. Du Cerf, 1997, p. 286-287.

5 Id., p. 195 et 213.

6 Bibliothèque municipale de Caen, FNE 282

7 Pierre Marot, L’essor de l’étude des Antiquités Nationales à l’Institut, du Directoire à la Monarchie de Juillet, Paris, Institut, 1963.

8 M. Baylé, « La théorie de l’art d’Arcisse de Caumont », Arcisse de Caumont, Colloque international de Caen 2001, études recueillies par Vincent Juhel, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 2005, p. 111-126.

9 Voir P. Chirol, « E.H. Langlois », Bulletin des Amis des Monuments rouennais, 1913-1914, p. 33-50, Léon Coutil, E.H. Langlois de Pont-de-l’Arche, Rouen, 1924. Dessins classés aux Archives départementales de la Seine-Maritime sous la cote 4TP14.

10 Dessins et lavis conservés à la British Library, ms. Add. 36422.

11 Andrew Coltee Ducarel, Anglo-Norman Antiquities, Londres, 1767, traduction française, Caen, 1818, avec des lithographies de T. de Jolimont. John Sell Cotman, Architectural Antiquities of Normandy, Londres, 1822. A.W.N. Pugin et Le Queux, Specimens of Architectural Antiquities of Normandy, Londres 1827-1847. Taylor et Nodier, Voyages romantiques dans l’Ancienne France, I, Basse Normandie, 1820, II, Haute Normandie, 1860.

12 Frontispice de l’édition française de Ducarel, 1818.

13 Archives départementales du Calvados, F 5118, Notes Simon, T. III, p. 288.

14 BN ms Lat 10077, f° 191 r°.

15 A. de Dion et M. Lasvignes, Cathédrale de Bayeux. Reprise en sous-œuvre de la tour centrale, Paris, 1861.

16 Maylis Baylé, La Trinité de Caen, Paris-Genève, Arts et métiers graphiques, 1979, p. 28.

17 Abbé Cochet, Les églises de l’arrondissement de Dieppe, Dieppe, 1843-46. Les églises de l’arrondissement du Havre, Rouen, 1844. Les églises de l’arrondissement d’Yvetot, Dieppe, 1852. Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, Rouen, 1871. Sur l’abbé Cochet, voir Centenaire de l’abbé Cochet, Actes du Colloque international d’Archéologie (Rouen 1975), Rouen, Musée des antiquités de Seine-Maritime, 1978, notamment le fascicule 1, L’abbé Cochet et l’archéologie au XIXe siècle.

18 Philippe Deschamps, « L’Abbé Cochet ; l’Abbé Langlois, et la formation archéologique du clergé diocésain au XIXe siècle », Colloque Cochet, op. cit., fasc. 1, p. 29-33.

19 Abbé Aubert, « Le clergé et l’archéologie », Revue de l’Art chrétien, XX, 1875, p. 386-394.

20 Christiane Olde-Choukair, « Le chœur de la cathédrale de Sées et l’influence du style rayonnant », L’architecture normande au Moyen Âge, Colloque international de Cerisy-la-Salle (1994), M. Baylé (dir.), Caen-Condé-sur-Noireau, Presses universitaires de Caen, 2e éd., 2001, t. II, p. 159-173.

21 Maylis Baylé, La Trinité de Caen, op. cit., p. 2. Éric Gustav Carlson, The abbey-Church of Saint-Etienne at Caen in the eleventh and early Twelfth Centuries, Thèse manuscrite, Yale, 1968.

22 Abbé Auber, « Le clergé et l’archéologue », Revue de l’art chrétien, XX, 1875, p. 386-394.

23 Jean-Michel Leniaud, Les cathédrales au XIXe siècle, Paris, Economica, 1993, p. 320.

24 Id., p. 328-334.

25 Elles ont été étudiées et publiées par Françoise Bercé, Les premiers travaux de la Commission des Monuments Historiques 1837-1848, Paris, Picard, 1979.

26 Id., p. 110-111, 137 (premier projet), p. 331-332 : discussion sur le projet avec et sans tours après une forte réaction d’hostilité au premier projet présenté en exposition (18 nov. 1844).

27 Sur Barthélémy, Pierre Chirol, J.-F. Barthélémy, architecte diocésain, 1799-1882, Rouen, Lainé, 1947. La renaissance de l’architecture religieuse en France aux XIXe et XXe siècles, Rouen, Lainé, 1936. Jean-Michel Leniaud, op. cit., p. 611-612.

28 Voir Le pèlerinage et la basilique de Notre-Dame de la Délivrande, Art de Basse-Normandie, no 119, Caen, 1999.

29 Thierry Blot, op. cit. p. 195.

30 Voir Pierre Chirol, La renaissance de l’architecture religieuse, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540