Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Première sous-partie. La foi source de création culturelle

Cantiques mariaux et royauté de Marie dans l’hymnodie en langue française1 (XIXe-XXe siècles)

Jacqueline Lalouette

Texte intégral

  • 1 Nous utilisons le mot « cantique » dans son sens moderne, tel que l’a défini A. Gastoué : « On ent (...)
  • 2 Lorsque nous avons choisi ce sujet, nous ignorions que Jean Quéniart avait consacré une communicat (...)

1Pour ces Mélanges offerts à Brigitte Waché, nous avons choisi de fonder notre contribution sur l’étude d’une source encore trop peu utilisée par les historiens, y compris les historiens du religieux, les recueils de cantiques en langue française, en privilégiant un sujet précis, les cantiques mariaux2. Nous avons souhaité mener notre étude à partir de recueils publiés entre le Premier Empire et « le temps présent », afin de saisir l’évolution de la piété mariale, telle qu’elle s’exprime à travers le chant, sur une période assez longue. Le nombre de cantiques mariaux, que nous n’avions pas – il faut bien l’avouer – imaginé aussi élevé, et la variété des thématiques mariales nous ont conduite, après une présentation méthodologique générale, à resserrer notre étude sur un thème plus précis, la royauté de Marie. L’idée que Marie est souveraine dans les cieux et sur la terre est une croyance ancienne, qui a donné naissance à une fête spécifique, institutionnalisée par Pie XII en 1954, inspiré nombre de textes homélitiques et liturgiques, nourri la spiritualité de nombreux saints, fait naître des formes de dévotion, dont certaines frisent la mariolâtrie, quand elles n’y sombrent pas. À la conception originelle de la royauté de Marie, se sont ajoutées d’autres formes de royauté, la royauté de Marie dans les cœurs et sur la France. Ce sont ces différentes facettes de la piété mariale que nous avons analysées à partir de plusieurs centaines de cantiques relevés dans quatorze recueils, édités, ou réédités, entre 1811 et 1990.

Présentation des recueils et remarques méthodologiques

  • 3 Louis-Marie Grignion de Montfort a emprunté certains de ses cantiques à d’autres auteurs (Racine, (...)

2À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les cantiques en l’honneur de la Vierge occupent une place extrêmement importante dans l’hymnodie catholique en langue vulgaire, pouvant aller jusqu’à représenter plus du quart des textes d’un même volume ; il existe en outre des recueils spécialement conçus pour célébrer Marie, c’est le cas notamment des ouvrages composés pour le « mois de Marie ». Le nombre de cantiques mariaux recueillis s’avère donc fort élevé ; aussi, nous avons dû travailler sur un nombre restreint de volumes, une petite quinzaine, édités entre 1811 et 1990, qui, ensemble, renferment 542 cantiques mariaux. La première tâche devrait être d’identifier tous ces cantiques, afin d’examiner uniquement des textes différents en évitant les redites. Mais une difficulté immense surgit immédiatement : les auteurs de nouveaux recueils empruntent souvent des textes à leurs prédécesseurs, y compris à des auteurs des XVIIe et XVIIIe siècles, comme Laurent Durand (1629-1708), Simon-Joseph Pellegrin (1633-1745) ou Louis-Marie Grignion de Montfort3 (1673-1716), dont les cantiques connurent de nombreuses rééditions durant l’époque contemporaine. Les cantiques, souvent anonymes – bien que dans certains recueils soient mentionnés le nom de l’auteur des paroles ou de celui de la mélodie, parfois les deux –, cheminent de recueil en recueil, sous des titres différents et avec des variantes plus ou moins marquées ; les reconnaître, remonter au texte originel, mettre en lumière les emprunts et les variantes nécessite une lecture très attentive et une vigilance d’autant plus accrue que le nombre en est plus grand. Par ailleurs, les cantiques ne sont pas toujours désignés par leur incipit – ce qui permettrait de repérer assez vite les cantiques communs dans les tables des matières ; ils reçoivent souvent un titre, probablement donné par les auteurs des recueils. Or un titre identique d’une pièce de vers à l’autre ne signifie pas obligatoirement qu’il s’agit des mêmes cantiques : des expressions comme « Invocation à Marie », « Consécration à Marie », « Hommage à Marie », « Bonheur de servir Marie », « Assomption », etc. correspondent à de nombreux textes différents.

  • 4 Recueil de cantiques à l’usage des églises, des missions et des retraites, recueillis et mis en ord (...)
  • 5 Choix de cantiques sur des airs nouveaux pour toutes les fêtes de l’année, pour la première communi (...)
  • 6 Abbé Dubois, Cantiques de la jeunesse augmentés d’un choix de motets à l’usage des paroisses et de (...)
  • 7 Recueil paroissial de prières et de cantiques, destiné à rendre facile à tous les fidèles la partic (...)
  • 8 « Salve Regina », Recueil de cantiques (paroles et chants) par une réunion de professeurs à l’usag (...)

3Pour illustrer la complexité des processus d’écriture et de réécriture des cantiques, nous donnons quelques exemples. Dans un recueil publié à Avignon en 1822, se trouve un cantique intitulé « Consécration à Marie », composé de cinq strophes de huit vers, sans refrain ; ce texte est inclus dans un volume édité à Tours en 1855, sous le même titre, mais avec une organisation différente, de neuf strophes de quatre vers et un refrain4. Sous la forme avignonnaise, il figure dans un recueil de 1880, comprenant des cantiques mis en musique par le père Louis Lambillotte5. On en retrouve la première strophe dans un texte de six strophes, avec refrain, intitulé « Adressons notre hommage », inclus dans un recueil publié en 18966 ; ce titre fut également adopté pour les recueils de l’abbé Saurin, où ce cantique se compose de six strophes de quatre vers7. Autre exemple, sous le titre « Invocation à Marie », le recueil de cantiques mis en musique sur des airs nouveaux par le père Lambillotte contient un texte qui se trouve aussi reproduit dans le volume de l’abbé Saurin et dans un recueil publié en 19368. Là encore existent de fortes variantes, dans l’organisation des vers et le nombre de strophes ; en outre, dans une strophe commune, on peut repérer de fortes variantes. Ainsi les vers

  • 9 Choix de cantiques sur des airs nouveaux pour toutes les fêtes de l’année…, op. cit., p. 138.

Fils malheureux d’une coupable mère,
Bannis du ciel, les yeux baignés de pleurs,
Nous vous faisons, de ce lieu de misère,
Par nos soupirs, entendre nos douleurs9

4deviennent dans le volume de 1936 :

Fils malheureux par Ève, notre mère,
Bannis du ciel dans le vallon des pleurs,
Ah ! puisse au moins de cette vie amère
Monter vers vous le cri de nos douleurs !

  • 10 Dans la préface de la dixième édition de leur recueil de cantiques, postérieure à 1926, les abbés (...)
  • 11 Joseph Gélineau (1920-2008), qui appartenait à la Compagnie de Jésus, avait reçu sa formation musi (...)
  • 12 Dans l’avant-propos du recueil de cantiques sur des airs nouveaux, le père Lambillotte a souligné (...)

5Tout se passe comme si, à une époque où la propriété littéraire n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui, les auteurs de cantiques ou de recueils de cantiques puisaient à leur guise dans une sorte de vaste réserve de vers, pour agencer de nouvelles strophes, composer un refrain, bref, faire du neuf avec du vieux. Il se peut d’ailleurs, qu’au moins dans certains cas, ces variantes n’aient pas été le fruit de l’inspiration d’un auteur ou celui de la distraction d’un copiste, mais qu’elles aient été rendues obligatoires par l’adoption d’une nouvelle mélodie. Dans la première moitié du XIXe siècle, comme durant les XVIIe et XVIIIe, les cantiques se chantaient très souvent sur des airs d’ariettes, de vaudevilles, de rondes, etc. ; progressivement, ce mélange des genres fut de moins en moins bien admis et l’on cessa de prier Dieu ou d’invoquer Marie sur des airs profanes10. Il fallut composer de nouveaux airs – comme le firent le père Lambillotte, puis divers membres de la Schola cantorum, créée par Charles Bordes en 1894, puis Joseph Gélineau11, après la Seconde Guerre mondiale – ou emprunter des mélodies d’œuvres religieuses, ce qui nécessita peut-être des modifications dans les paroles pour faire coïncider les syllabes, longues ou brèves, et les temps, forts ou faibles12.

  • 13 Aloys Cunq dit Kunc (1832-1895) était organiste ; il fut nommé maître de chapelle de la cathédrale (...)
  • 14 L’abbé Pierre-Victor Huet (1878-1940), qui avait été ordonné prêtre en 1902, fut nommé maître de c (...)

6Dans ces conditions, identifier tous les cantiques, établir les rapprochements utiles en mettant en lumière les variantes et les emprunts, construire une sorte de généalogie ou d’archéologie des cantiques mariaux, représente un travail de grande ampleur, qui ne peut être mené par une personne seule, dans le cadre d’une contribution à un ouvrage collectif. Certains textes, comme « Reine de France » d’Aloys Kunc13 ou « Chez nous, soyez reine », du chanoine Huet14 sont aisément reconnaissables, mais il n’en va pas de même pour tous les cantiques et dresser un répertoire raisonné serait une véritable gageure.

  • 15 Jean Quéniart, art. cit., La dévotion mariale de l’an mil à nos jours…, op. cit., p. 314.
  • 16 Les textes en latin contenus dans les recueils n’ont pas été pris en compte. Le dernier volume exa (...)

7Dans l’impossibilité d’éviter les redites et les double emplois, nous avons opté pour une autre méthode de travail, consistant à apprécier l’importance des pièces mariales et à analyser leurs thématiques pour chaque recueil, sans exclure les pièces déjà présentes dans des recueils antérieurs. Pour le XIXe siècle, notre appréciation rejoint celle de Jean Quéniart, qui dit avoir été frappé « par la place restreinte qu’occupe la Vierge » dans divers recueils de cantiques édités entre 1773 et 1806, alors que la proportion des cantiques mariaux est nettement plus forte pour les recueils postérieurs à 187015. Nous observons la même évolution à partir des recueils que nous avons dépouillés, comme le montre le tableau ci-dessous16.

8Comparer tous ces recueils, qui connurent pour la plupart d’entre eux de nombreuses rééditions et une grande diffusion nationale, est d’ailleurs une entreprise quelque peu hasardée, car, en fonction de la date d’édition et du public auquel ils s’adressaient, ces volumes ne répondaient ni aux mêmes besoins ni aux mêmes usages. En outre, certains ne sont fondés sur aucune recherche littéraire ou musicale, alors que d’autres, comme Choix de cantiques sur des airs nouveaux, Nouveau recueil de cantiques et motets ou Missel noté de l’assemblée, sont le fruit d’un travail approfondi sur la poésie et la mélodie.

  • 17 « L’arche d’alliance, faite de bois incorruptible, est, d’après le sentiment d’un certain nombre d (...)
  • 18 « Les Pères reconnaissaient dans l’héroïne du Cantique une figure de Notre-Dame », ibid., p. 155.
  • 19 Apocalypse, 12,1. D’après de nombreux Pères, suivis par la tradition liturgique et iconographique, (...)

9Cette première approche des cantiques mariaux permet de constater que leurs thématiques sont extrêmement diversifiées. Il serait possible de les analyser sous l’angle de l’étude poétique, ou du moins lexicale, et de relever les métaphores les plus usuelles appliquées à la mère de Jésus ; elles relèvent le plus souvent du registre floral ou botanique (Marie est assimilée à un lis, une rose, une violette, parfois à un palmier), astral (elle est comparée au soleil, à la lune, à une étoile, qu’elle dépasse d’ailleurs souvent en splendeur et en rayonnement) ou marin (semblable à un phare, elle éclaire les flots de la vie ; pilote, elle guide l’esquif de ses dévots dans les tempêtes et arrache la nacelle du nautonnier aux flots déchaînés ; « étoile de la mer » ou « étoile du matin », elle indique au marin la route du port). Les emprunts à la Bible sont très fréquents : Marie est la tige de Jessé, la fille de Sion, la vierge d’Israël, l’arche d’alliance17, la tour de David ; toutefois, nous n’avons pas trouvé dans les cantiques de comparaisons avec la Sulamite du Cantique des cantiques18 et n’avons relevé que de rares références au verset de l’Apocalypse décrivant une femme, ayant « la lune sous les pieds et sur la tête une couronne de douze étoiles19 ». Les Litanies de Lorette constituent aussi une source d’inspiration de première importance, comme le montre cet extrait du recueil de 1811 :

  • 20 Abbé Pellegrin et autres auteurs, Cantiques spirituels sur les points principaux de la religion et (...)

Reine de la terre et des cieux
Des patriarches et des prophètes,
De tant d’ apôtres glorieux,
De tant de courageux athlètes
Reine à qui tous les confesseurs
Doivent l’honneur de leur victoire
Reine à qui tous les chastes cœurs
Et tous les saints doivent leur gloire20

  • 21 Voir Pierre Aubron (S.J.), L’œuvre mariale de saint Bernard, Les Cahiers de la Vierge, no 13-14, P (...)
  • 22 « Bonheur de servir Marie », Cantiques de Saint-Sulpice. Manuel des catéchismes de première commun (...)
  • 23 « Annonciation », ibid., p. 255.

10Il en est de même pour les célèbres antiennes et les prières mariales ou les homélies composés par saint Bernard21 : « reine des patriarches » (ou des « apôtres », des « prophètes », des « martyrs » etc.), « maîtresse du monde et Reine du Ciel », « Reine des Cieux », « Reine du monde », « reine de clémence » et diverses autres expressions venues de textes anciens figurent dans de nombreux cantiques. Les principales étapes de la vie de Marie, la Présentation de Marie au temple, l’Annonciation, la Visitation, etc. pourraient aussi servir de fil directeur ; elles ont inspiré les cantiques consacrés au Rosaire, à ses mystères joyeux, douloureux et glorieux, dans lesquels figure l’expression « Reine du Rosaire » ou « du Saint Rosaire ». Enfin, il serait possible de s’intéresser aux principaux traits de la personne et du rôle de la Vierge : sa conception immaculée fait d’elle « le plus parfait ouvrage sorti des mains du créateur22 » ; ayant engendré Dieu, son corps a été le théâtre d’une forme atténuée d’union hypostatique, qui la rend « plus sainte que les chœurs des anges23 ». Mère de Dieu, Marie est aussi mère des hommes ; indirectement associée à l’œuvre de rédemption, elle veille sur les âmes du Purgatoire ; elle a connu le privilège d’une Assomption et règne dans les cieux. Ces approches diverses ne sont pas exclusives et constituent un ensemble foisonnant, qu’il est impossible de présenter ici dans sa globalité.

  • 24 Pie XII, Ad cœli Reginam, § 7-19.
  • 25 Ibid., § 20. Entre autres exemples, on pense au couronnement de la Vierge par le Christ de la cathé (...)

11Nous avons donc choisi d’isoler un thème, celui de la royauté de Marie, laquelle est liée au dogme de l’Assomption. Celui-ci, on le sait, date du pontificat de Pie XII, qui, par l’encyclique Munificentissimus Deus du 1er novembre 1950, a proclamé que « Marie, l’Immaculée Mère de Dieu toujours Vierge, à la fin du cours de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste ». Puis, le 11 octobre 1954, Pie XII publia l’encyclique Ad cœli reginam pour « instituer la fête liturgique de “La Sainte Vierge Marie Reine” », qui se célèbre le 31 mai. Mais, comme l’Assomption, la royauté de Marie est une croyance beaucoup plus ancienne, dont les témoignages sont d’ailleurs abondamment rappelés dans l’encyclique de Pie XII, qui cite de très nombreux auteurs, de saint Ephrem à saint Alphonse de Liguori, en passant par saint Jérôme, saint Chrysologue, saint André de Crète, etc., sans omettre les célèbres textes liturgiques que sont le Salve Regina, les antiennes Ave, Regina cælorum et Regina cœli, lætare, ni les Litanies dites « de Lorette24 ». Dans Ad cœli reginam, le souverain pontife rappela aussi que, dans l’art chrétien, Marie fut souvent représentée « en Reine et en Impératrice, assise sur un trône royal, ornée d’insignes royaux, ceinte d’un diadème, entourée d’une cohorte d’Anges et de Saints » et que l’iconographie, pour traduire la dignité royale de la Vierge « est même allée jusqu’à représenter le Divin Rédempteur ceignant le front de sa Mère d’une couronne éclatante25 ». Il n’est donc pas étonnant de relever le thème de la royauté de Marie dans des recueils de cantiques bien antérieurs aux encycliques de 1950 et 1954.

Les diverses royautés de Marie

  • 26 Recueil de cantiques spirituels à l’usage des petits séminaires et autres maisons d’éducation …, op (...)
  • 27 D. Rimaud, C. Rozier, « Voyez à vos pieds la terre des humains », Cantiques et psaumes, préface de (...)

12L’étude des cantiques montre que la royauté de Marie se présente sous des facettes diverses : la Vierge est reine (ou souveraine) des cieux (ou du ciel) ; cette royauté céleste s’accompagne d’une royauté universelle : Marie est reine du monde, de la terre, « de l’abîme au plus haut des cieux », son « vaste et magnifique empire/dans tous les temps, dans tous les lieux/embrasse tout ce qui respire26 », elle est la « reine de partout27 ». Héritage de la spiritualité montfortaine, sa souveraineté s’étend au cœur des fidèles. Reine de la terre, Marie règne plus particulièrement sur la France, où sa royauté s’exerce de manière privilégiée sur tel ou tel sanctuaire. Enfin, sa dignité royale se rattache à des croyances ou des pratiques de piété (Marie est reine du Sacré-Cœur et reine du Saint-Rosaire), à une vertu, comme l’espérance, à la paix, la victoire, la grâce, la patience, etc.

Marie, reine des cieux et de la terre

  • 28 Voir B.M. Morineau, La souveraineté de Notre-Dame, Paris, Bloud et Gay, 1937 ; R.P. Clément Dillen (...)
  • 29 Voir Louis Pérouas, « Aperçus sur la réception par le peuple du chapitre viii de Lumen Gentium », (...)

13Conformément aux croyances traditionnelles et aux enseignements pontificaux, la Vierge est avant tout une souveraine céleste, présente auprès de Dieu, « en corps et en âme », selon l’expression consacrée. La royauté de Marie est un sujet délicat, qui n’a fait l’objet d’aucune définition, et qui repose sur des fondements théologiques eux-mêmes non définis, comme la maternité universelle de Marie, son rôle dans la médiation entre les hommes et Dieu ou dans l’œuvre de rédemption28. L’ensemble donna d’ailleurs lieu à bien des excès, voire à des dérives, souvent en matière d’orthopraxie et, parfois, d’orthodoxie29.

  • 30 R.P. Paul Renaudin, La doctrine de l’Assomption de la Très Sainte Vierge…, op. cit., p. 31.
  • 31 D’après certains textes, Marie est immortelle. L’encyclique Munificentissimus Deus ne se prononce (...)

14L’assomption de Marie lui a permis d’échapper « à la malédiction du retour à la poussière30 », que ce départ pour les cieux se soit produit avant ou après sa mort31. Dans certains cantiques, c’est vivante que Marie s’est envolée vers le ciel ; elle est alors dite « immortelle » :

Elle a fui vers les Cieux : chantons l’hymne nouvelle
Anges du Dieu vivant, touchez vos harpes d’ or !
De vos ailes de feu tout voilés devant elles,
Oh ! chantez pleins d’amour votre Reine immortelle
Vers vous, vers vous elle a pris son essor

  • 32 Abbé Saurin, « Assomption » (deux premières strophes), Recueil paroissial de prières et de cantiqu (...)

Sous ses pieds triomphants une vapeur légère
Flotte et d’un poids si doux semble s’enorgueillir ;
Marie avec splendeur abandonne la terre ;
Ainsi de ses destins l’ ineffable mystère
En s’expliquant devait donc s’accomplir32

15Au contraire, d’autres cantiques la montrent expirant :

  • 33 Louis-Marie Grignion de Montfort [L.M.G.M.], « Sur les mystères du Rosaire. L’Assomption », Cantiq (...)

Marie est morte par amour.
Elle est ressuscitée ;
Puis élevée au même jour
Jusqu’au ciel empyrée33

  • 34 Abbé Saurin, « Mois du Rosaire. Mystères glorieux », Recueil paroissial de prières et de cantiques (...)

Enfin, Jésus attire
Marie au saint séjour :
La Vierge Marie expire
Par un élan d’amour34.

16D’autres encore dépeignent les anges transportant la Vierge jusqu’au ciel, sans qu’il soit dit clairement s’ils transportent une personne vivante ou morte :

  • 35 Abbé Dubois, « Mystères du Rosaire. Mystères glorieux », Cantiques de la jeunesse augmentés d’un c (...)

Les saintes phalanges
D’un essor joyeux,
O Reine des anges
Vous portent aux cieux35

  • 36 Cantiques de Saint-Sulpice…, op. cit., p. 262.

Des anges à l’envi, la troupe t’environne
Et t’élève en triomphe à la gloire des cieux36

17En revanche, dans un autre texte mettant des anges en scène, Marie semble pleine de vie, les anges n’étant là que pour l’accompagner solennellement ; la scène décrite s’apparente beaucoup plus à une ascension qu’à une assomption, Marie semblant s’élever d’elle-même :

  • 37 Ibid., p. 248. Nous remercions Olivier Marin qui a attiré notre attention sur la comparaison entre (...)

Je la vois, ma libératrice
S’élever avec majesté ;
Et, toute belle de justice,
Des cieux effacer la beauté.
Tandis qu’aux pieds de cette Reine
J’entends frémir notre tyran,
Les Anges de leur souveraine
Escortent le char triomphant37.

  • 38 « L’Assomption de Marie », Recueil de cantiques à l’usage des églises, des missions et des retrait (...)
  • 39 D’après la classification de saint Denis l’Aréopagite, les Trônes appartiennent à la première hiér (...)

18« Reine des cieux » ou « reine du ciel » sont les expressions qui reviennent le plus fréquemment dans l’ensemble des cantiques, cette royauté céleste s’exprimant aussi sur un mode plus imagé : Marie est la reine « de la céleste cour », du « séjour des élus », des « esprits bienheureux » ; elle règne sur « les phalanges immortelles », « les séraphins », « les saints anges », « les trônes et les vertus38 » ou « les vertus39 ». Aux anges est souvent associée l’idée de « concerts mélodieux », de « chants harmonieux », de « louanges » et de « chœurs glorieux », cette dernière expression figurant dans le célèbre cantique « Les saints et les anges », dit aussi de l’Ave Maria.

19La fonction de souveraine de Marie est attestée par des objets symboliques comme le diadème ou la couronne, dont son front a été orné tantôt par Dieu le Père

  • 40 « Grandeurs de Marie », Recueil de cantiques spirituels à l’usage des petits séminaires et autres (...)

Ton front, par l’Éternel lui-même
Fut ceint d’un brillant diadème40

  • 41 Abbés J. et M. Delporte, Nouveau recueil de cantiques et motets populaires à l’unisson…, op. cit.,(...)

Du haut du ciel où Dieu lui-même
Ceint votre front du diadème41.

20tantôt par le Christ :

  • 42 Abbé Pellegrin, « Couronnement de Marie », Cantiques spirituels sur les quinze mystères du Rosaire (...)

C’est votre Fils, le Roi des Cieux
Dont la main vous couronne ;
Est-il d’éclat plus précieux
Que celui qu’il vous donne42 ?

  • 43 Abbé Dubois, « Mystères du Rosaire. Mystères glorieux », Cantiques de la jeunesse augmentés d’un c (...)

Ton fils te couronne
O Reine des cieux43.

21tantôt, enfin, par la Trinité :

  • 44 Laurent Durand, Cantiques de l’âme dévote, dits de Marseille, accommodés à des airs vulgaires, nou (...)

Enfin la Trinité couronne cette mère
D’un éclat plus brillant que celui du soleil44.

22Louis-Marie Grignion de Montfort, pour sa part, imagine une fête du couronnement de la Vierge, au cours de laquelle

  • 45 L.M.G.M., « Sur le couronnement de la Sainte Vierge » [« Dieu seul »], Cantiques des missions…, op (...)

Après Dieu tour à tour
Les anges couronnent sa tête45.

23Souveraine, Marie siège sur un trône, « que domine/le trône seul de l’Éternel », qui lui assure une position prééminente, au-dessus de tous les habitants du paradis. Les chrétiens qui chantent les « grandeurs de Marie » sont émerveillés par sa toute puissance :

  • 46 « Grandeurs de Marie », Recueil de cantiques spirituels à l’usage des petits séminaires et autres (...)

Tu vois, du haut du trône où tu t’assieds,
Les Bienheureux prosternés à tes pieds
[…]
Le ciel s’incline en ta présence
Dieu seul est au-dessus de toi46.

  • 47 Cantiques de Saint-Sulpice…, op. cit., p. 262.

Seule au-dessus des saints, quelle prééminence
Au-dessous de Dieu seul, quel rang ! Que de grandeurs47 !

  • 48 Ibid., p. 247.
  • 49 Abbé Pellegrin et autres auteurs, « En l’honneur de la Très Sainte Vierge », Cantiques spirituels (...)

24Si elle est inférieure à Dieu – et encore n’est-ce pas toujours le cas, comme nous le mentionnerons plus bas –, en revanche, Marie domine Satan, dont la tête est « le premier degré » de son trône48. Le fidèle qui se soumet aux lois de Marie devient le sujet d’une reine supérieure à tous les puissants de la terre et s’exclame, émerveillé : « Vous qui voyez à vos pieds tous les rois49. »

25Cette position prééminente ne diminue pas la bienveillance maternelle de la Vierge envers les hommes, comme en est persuadé le dévot qui exprime les « motifs de [sa] confiance en Marie » :

  • 50 « Motifs de confiance en Marie », Recueil de cantiques spirituels à l’usage des petits séminaires (...)

Je vois monter tous les vœux des mortels
Vers le trône de sa clémence50.

26À l’image de Marie Reine sont associés de très nombreux qualificatifs. Marie est « douce », « généreuse », « aimante », « tendre » et « pacifique », traits qui la rendent « aimable » et « chérie », alors qu’elle est par ailleurs « auguste » et « puissante ». Sa puissance est supérieure à celle de l’Enfer :

  • 51 « Grandeurs de Marie », Recueil de cantiques (paroles et chants) par une réunion de professeurs…, (...)

De concert avec les anges,
Nous voulons, Reine des Cieux,
Célébrer par nos louanges
Vos triomphes glorieux
[…]
Cette mère bien-aimée,
Qu’ici-bas nous acclamons,
Plus terrible qu’ une armée,
Met en fuite les démons51.

27et va toujours de pair avec sa compassion pour ses enfants :

  • 52 L.M.G.M., « Notre-Dame de Patience » [« Dieu seul »], Cantiques des missions…, op. cit., p. 124-12 (...)

Vous pouvez tout, puissante Reine,
Parlez, parlez :
Je suis guéri si vous voulez ;
D’un seul mot vous rompez la chaîne
[…]
Par la Mère le Fils pardonne
Elle est le port
Pour arriver à la Patrie ;
Elle est le port
Où l’on se sauve de la mort52.

  • 53 « Assomption », Recueil de cantiques (paroles et chants) par une réunion de professeurs…, op. cit. (...)

O Reine puissante !
Montrez-vous clémente ;
O Reine puissante !
Écoutez nos voix ;
Soyez-nous compatissante,
Nous suivrons vos douces lois53.

28Son pouvoir s’exerce auprès de Dieu et auprès de son fils pour soustraire les pécheurs au châtiment :

  • 54 Abbé Saurin, « À Notre-Dame des Victoires », Recueil paroissial de prières et de cantiques…,op. ci (...)

Toujours, Reine des Cieux,
Oui, toujours à nos cœurs
Ta bannière sera chère
[…]
Il s’est levé le jour de gloire,
Vos soupirs ont fléchi les cieux.
Marie, ô frères malheureux
Se montrera pour vous
Reine de la Victoire54.

  • 55 « En l’honneur de la Sainte Vierge », Recueil de cantiques à l’usage des églises, des missions et (...)

Vierge sainte, reine des cieux
À votre Fils portez nos vœux ;
Demandez-lui qu’il nous accorde
Miséricorde55.

29Cette association de Marie avec son fils pour sauver les humains en proie au péché inspire l’une des strophes d’un cantique contemporain bien connu, « Toute la famille humaine », au refrain implorant :

Sainte Vierge, ô notre Reine,
Garde-nous auprès de toi

  • 56 « Toute la famille humaine », Missel noté…, op. cit., p. 347.

Montre à la famille humaine
Le Sauveur entre tes bras.
Que sa grâce nous soutienne
Dans les luttes du trépas56.

  • 57 Seul Dieu doit être adoré, c’est-à-dire recevoir un culte de lâtrie ; le culte des saints est un c (...)

30Grâce à sa conception immaculée, Marie est « incomparable », « sainte », « bénie », « pure » et même « divine », sans que cette épithète soit toujours explicitement mise en relation avec sa maternité. Parfois, les cantiques sont en délicatesse avec l’orthodoxie ; si « mère divine » peut s’entendre comme une expression signifiant que Marie est la mère de Dieu, « Reine divine » sonne de manière plus ambiguë. Un « Hommage à Marie » offre des vers étonnants, que l’on pourrait aisément regarder comme une expression de mariolâtrie57 ; on pourrait aussi y lire une interprétation quelque peu aventureuse de la théologie mariale de saint Bernard ou de saint Bonaventure :

  • 58 Recueil de cantiques (paroles et chants) par une réunion de professeurs…, op. cit., p. 165. D’après (...)

O Reine divine
Du beau Paradis,
Dieu même s’incline
À vos pieds bénis58.

Marie, reine des cœurs

  • 59 Yves-Marie Hilaire, « Évolution du culte marial au XIXe siècle en France », La dévotion mariale de (...)
  • 60 L.M.G.M., Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge, édition du centenaire, 1842-1942, Calvai (...)
  • 61 Ibid., p. 87.

31À partir du milieu du XIXe siècle, la dévotion mariale a été fortement marquée par la spiritualité montfortaine. En 1842, comme le rappelle Yves-Marie Hilaire, fut découvert un manuscrit de Louis-Marie Grignion de Montfort, intitulé Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge. Édité en 1843, ce texte fut traduit en cinquante langues et connut des centaines de rééditions et de réimpressions59. Le royaume de la Vierge, y expose Grignion de Montfort, « est principalement dans l’intérieur de l’homme […] et nous pouvons l’appeler avec les saints la Reine des cœurs60 » ; la dévotion envers Marie, ajoute-t-il, « est tendre, […] comme d’un enfant envers sa bonne mère. Elle fait qu’une âme recourt à elle en tous ses besoins de corps et d’esprit, avec beaucoup de simplicité, de confiance et de tendresse61 ».

32Cette dévotion envers Marie reine des cœurs s’était d’ailleurs déjà répandue grâce à divers textes des Cantiques des missions relatifs à la « consécration à Marie ». Le chrétien consacré à la Vierge la regarde comme la reine de son cœur :

  • 62 L.M.G.M., « À Notre-Dame du Bon Secours », Cantiques des missions…, op. cit., p. 122 ; « Confiance (...)

Je promets pour vous plaire
O Reine de mon cœur,
De ne jamais rien faire
Qui blesse votre honneur62.

33Il se réjouit de vivre sous ses douces lois :

  • 63 L.M.G.M., « Hommage à la Sainte Vierge », Cantiques des missions…, op. cit., p. 134-135.

Qu’on est heureux
Sous votre Empire
Reine des Cieux
[…]
À vos douceurs
Tout doit se rendre
Reine des cœurs63.

34Ayant offert son propre cœur à la Vierge, il sait qu’en retour, cette mère aimante lui donne le sien, signe annonciateur d’une éternité heureuse :

  • 64 Abbé Saurin, « Vierge Marie », Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. cit., p. 407.

T’aimer sans cesse,
Auguste Reine de mon cœur.
T’aimer sans cesse,
Quelle douceur !
Tu nous donnes ton cœur : ce signe de tendresse
Bannit la crainte et la douleur :
Il est le gage
De ton amour pour le pécheur,
Et le présage de son bonheur64.

35L’idée de la maternité universelle de Marie s’exprime aussi dans ce contexte ; non sans évoquer la pieuse confiance du « Souvenez-vous », divers cantiques rappellent que la mère de Jésus est aussi celle de toute l’humanité souffrante :

  • 65 « À Notre-Dame de la Salette », ibid., p. 451.

Aimable reine,
Toute âme en peine,
Tout cœur souffrant,
Pécheur ou juste,
O Vierge auguste,
Est votre enfant65.

  • 66 L.M.G.M., Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge…, op. cit., p. 76-98.

36Tous les auteurs de cantiques n’observèrent peut-être pas la prudence de Louis-Marie Grignion de Montfort, qui veillait à l’orthodoxie de sa croyance et à l’orthopraxie de sa piété, distinguait attentivement les « mauvaises dévotions » des « bonnes dévotions66 », vénérait Marie, mais se gardait de l’adorer. Pour lui, Marie était un guide nécessaire pour les hommes, « pour arriver à leur dernière fin », Dieu ; il se rangeait « hardiment » derrière saint Bernard, pour dire « que nous avons besoin d’un médiateur auprès du Médiateur même, et que la divine Marie est celle qui est la plus capable de remplir cet office charitable », mais n’allait pas au-delà.

Marie, reine de France

  • 67 Toutefois, le père Duhaut, auteur d’un ouvrage intitulé Marie protectrice de la France (1906) rapp (...)
  • 68 Contrairement à ce que croit « l’imaginaire populaire et érudit » (Pierre Chaunu), le vœu de Louis (...)
  • 69 René Laurentin, Le vœu de Louis XIII…, op. cit., p. 13. Ce « dicton » vient certainement d’une par (...)

37Il est assez souvent question de la Patrie dans les cantiques, mais, jusqu’à une date avancée, ce mot désigne le ciel et non la France, car invoquer Marie sous le titre de « reine de France67 » est une forme de dévotion qui semble être apparue tardivement. Certes, en 1638, Louis XIII avait publié son célèbre vœu68, qui fut rappelé chaque année, le 15 août, dans toutes les églises du royaume et célébré par une procession solennelle. Pour autant, honorait-on Marie comme « reine de France » ? Nous n’avons relevé cette expression dans aucun des cantiques de Laurent Durand, l’abbé Pellegrin, Louis-Marie Grignion de Montfort ; mais, rappelle René Laurentin, il existait un vieux dicton latin Regnum Galliæ, Regnum Mariæ69.

  • 70 Voir Claude Langlois, « Le temps de l’Immaculée Conception. Définition dogmatique (1854) et événem (...)

38La célébration officielle du 15 août prit fin avec la Révolution ; elle fut rétablie par l’arrêté du 29 germinal an X, qui ordonna la publication d’un indult fixant quatre fêtes religieuses chômées, dont l’Assomption ; mais, le 19 février 1806, l’empereur institua la fête de la Saint-Napoléon, qui fut fixée au 15 août et concurrença ainsi la grande fête mariale. Après l’effondrement de l’Empire, la commémoration du vœu de Louis XIII reprit, mais ce renouveau ne donna pas naissance à la titulature de « Marie reine de France ». Aucun cantique composé sur ce thème ne figure dans les recueils de la Restauration, pas plus que dans ceux des années 1855, 1877 et 1880, ce qui peut paraître étrange, puisque, durant cette période, les grandes apparitions mariales de 1830, 1846, 1858, 1871 semblèrent faire de la France un pays privilégié par la Vierge, tandis que se multipliaient les confréries placées sous son patronage et qu’en divers lieux étaient érigées des statues monumentales de Marie, notamment à Lyon, au Puy, sous le vocable de Notre-Dame de France, et à Marseille70. Cela joua vraisemblablement un rôle dans l’augmentation du nombre de cantiques mariaux, mais semble avoir été étranger à l’émergence du thème de « Marie reine de France » dans les cantiques. Il conviendrait de dater très précisément la naissance de cette expression, de faire le rapprochement qui s’impose avec la dévotion au Christ-Roi, d’identifier les premières occurrences, qui pourraient peut-être se trouver dans des textes d’inspiration monarchiste.

  • 71 Mais Jean Quéniart signale qu’un cantique intitulé « Reine de France » figure dans un recueil de 1 (...)

39Dans les volumes que nous avons dépouillés, le thème de la royauté de Marie sur la France apparaît pour la première fois dans le recueil de l’abbé Dubois, qui compte quatre cantiques, respectivement intitulés « Sur ce beau royaume de France », « Notre-Dame de France », « Reine des Français », « Reine de France71 », auxquels l’on pourrait ajouter quelques autres textes où un lien est établi entre la France et la Vierge, sans que, cependant, celle-ci ne soit investie d’une dignité royale sur la France. Ce qui domine dans ces textes, c’est l’idée que la France, autrefois royaume très chrétien, s’anéantit dans l’incroyance et le péché et que l’intervention de la Vierge, dont le nom ne doit pas périr dans le cœur des Français, est nécessaire pour restaurer la foi, sans laquelle la France ne pourrait conserver sa grandeur.

  • 72 Abbé Dubois, « Notre-Dame de France », Cantiques de la jeunesse augmentés d’un choix de motets…, o (...)

O toi que nos aïeux
Nommaient leur souveraine
Aujourd’hui pourrais-tu
Rester sourde à nos voix ?
De la France aujourd’hui
N’es-tu donc plus la Reine ?
Oublierais-tu pour nous
Ton amour d’autrefois72 ?

  • 73 Abbé Saurin, « Sur ce noble pays de France », Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. (...)

Sur ce noble pays de France,
Veille toujours, Reine des Cieux ;
Garde-lui l’ antique vaillance,
La foi de nos premiers aïeux ;
Ne laisse pas sombrer aux écueils du rivage
Ce vaisseau protégé par ton blanc pavillon,
Que la France toujours sous les coups de l’orage
Reste la grande nation73.

40Sous le titre de « Reine des Français », la « reine du ciel, patronne de la France » reçoit les supplications « de tout un peuple à ses genoux en pleurs » :

  • 74 Ibid., p. 135. Le titre du cantique, qui vient certainement de l’abbé Dubois, auteur du recueil, et (...)

Reine du Ciel, ce titre séculaire
Du sol français ne s’effacera pas ;
Il est gravé sur le marbre et la pierre
Aux flancs noircis du bronze des combats74.

41Ce cantique compte deux strophes dont le caractère historique est plus précis, grâce à l’évocation du baptême de Clovis et, surtout, du vœu de Louis XIII :

  • 75 Abbé Saurin, Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. cit., p. 445.

Oublieras-tu les vœux de ce grand roi,
Qui te disait en t’offrant sa couronne :
« Reine du ciel, mon royaume est à toi75 ! »

42Pour cette thématique, trois cantiques sont particulièrement célèbres, « Venez chrétiens », « Notre-Dame de chez nous » et « Chez nous, soyez reine ». Le refrain du premier est un véritable appel de détresse lancé à Marie :

  • 76 Ensemble vers le Père, p. 140.

Reine de France, priez pour nous
Notre espérance, venez et sauvez-nous76.

43L’une des strophes insiste sur les fautes du pays et sur la nécessaire intervention de la Vierge :

Oui, notre cœur renaît à l’espérance
Quand à genoux nous disons votre nom ;
Car vous viendrez, vous sauverez la France
Et de Jésus nous aurons le pardon.

44La première strophe de « Notre-Dame de chez nous » est bien relative à la France :

  • 77 Ibid., p. 150-151.

O Notre-Dame de chez nous
Marie, reine de France,
Nous nous pressons à tes genoux
Tout vibrants d’espérance77.

45mais, signe des temps, tout comme le tutoiement d’ailleurs, dans la deuxième strophe, Marie devient « Notre-Dame de partout », patronage qui recoupe l’idée traditionnelle de la maternité universelle de Marie.

46Le plus célèbre de tous ces cantiques est sans doute « Chez nous, soyez reine », où la France n’est pas explicitement citée, mais, ce texte étant chanté en français par des Français, le « chez nous » où Marie doit régner « en souveraine » ne peut-être que la France.

  • 78 « Chez nous, soyez reine », Cantiques et psaumes, p. 140.

Chez nous, soyez reine
Nous sommes à vous ;
Régnez en souveraine
Chez nous, chez nous78.

47Si l’on en juge par l’édition de 1918 du recueil de l’abbé Saurin, la période de la Première Guerre mondiale n’a pas entraîné une augmentation significative des cantiques construits sur le thème de la royauté de Marie sur la France. Dans ce volume, sur 99 cantiques, cinq s’y rapportent plus ou moins directement, mais sans mention explicite du conflit en cours. Une strophe de « Sur ce noble pays de France », déjà cité plus haut, qui appelle la protection de Marie dans les périls, peut éventuellement s’entendre comme ayant un rapport direct avec la guerre déclenchée en 1914 :

  • 79 Abbé Saurin, « Sur ce noble pays de France », Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. (...)

Si l’orage parfois vient menacer nos têtes,
Vierge, que ton regard, comme un soleil vainqueur,
Dissipe le nuage, écarte les tempêtes :
Notre espoir le plus sûr est ton bras protecteur79.

48Il en va de même avec la dernière strophe de « ô toi, Mère chérie » ou avec la première de « Reine des Français », déjà cité :

  • 80 « Ô toi, Mère chérie », ibid., p. 444.

Des maux de la patrie
Arrête enfin le cours Et nous serons, Marie,
Tes vrais enfants toujours80

  • 81 « Reine des Français », ibid., p. 445.

Reine du Ciel, Patronne de la France,
Prends en pitié nos cruelles douleurs ;
Demande à Dieu de guérir la souffrance
De tout un peuple à tes genoux en pleurs81.

  • 82 « Chrétiens qui combattons », ibid., p. 416. Par ailleurs, Notre-Dame de la Victoire est une ancie (...)
  • 83 Abbé Saurin, « À Notre-Dame des Victoires », Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. c (...)

49Mais ces cantiques existaient avant le déclenchement des hostilités ; cependant leurs paroles ont pu faire l’objet d’une réinterprétation et le danger présenté l’Allemagne et ses alliés se substituer à celui que Satan – auquel s’étaient ajoutées les lois laïcisatrices de la République – incarnait traditionnellement. Les mêmes remarques s’appliquent au cantique « Chrétiens qui combattons82 » – car l’ennemi nommé dans le refrain est bien l’enfer et non Guillaume II – et « À Notre-Dame des Victoires83 ».

50Les cantiques en l’honneur de la Vierge inclus dans les recueils des cantiques des XIXe et XXe siècles forment un ensemble rendu complexe par les emprunts entre auteurs, les variantes, le remplacement d’anciens airs profanes par des nouvelles mélodies et la composition de nouvelles pièces, provoquée par une réflexion approfondie sur le cantique populaire, sujet que nous n’avons pu, faute de place, aborder ici. Étudiés sur une durée d’environ deux siècles, ils constituent un abondant fonds de pièces poétiques, d’une écriture souvent douteuse, tant sous l’angle de la théologie que sous celui du bon goût littéraire ; son importance est manifeste surtout dans la seconde moitié du XIXe siècle et la première du XXe. Les thèmes abordés, extrêmement diversifiés, se rattachent souvent à d’anciennes croyances, c’est le cas notamment de la royauté de Marie. La figure de « Marie Reine » fut particulièrement chère au cœur des Français : à la souveraineté sur le ciel et la terre ou sur les cœurs, s’est ajoutée la souveraineté sur la France ; quoique greffée sur un ancien vœu royal, celle-ci a vu naître tardivement, semble-t-il, l’expression de « Marie Reine de France », qui devait donner aux fidèles le sentiment d’appartenir à une communauté à la fois religieuse et nationale. Il serait d’ailleurs intéressant de savoir si la Pologne, l’Italie ou l’Espagne, etc. possèdent des cantiques équivalents.

Notes

1 Nous utilisons le mot « cantique » dans son sens moderne, tel que l’a défini A. Gastoué : « On entend couramment par “cantique”, depuis au moins deux siècles – bien que cette acception ne soit pas primitive –, une pièce chantée, divisée en strophes, accessible à la foule », Le cantique populaire en France. Ses sources, son histoire, augmentée d’une bibliographie générale des anciens cantiques et noëls, Lyon, Janin Frères, 1924, p. 1. Voir aussi Jacques Cheyronnaud, Musique, politique, religion. De quelques menus objets de culture, préface de Jean-Louis Fabiani, Paris, L’Harmattan, 2001. Le pluriel de l’adjectif « marial » peut être « mariaux » ou « marials », cette seconde forme prévalant dans les milieux ecclésiastiques, Maurice Grévisse, Le Bon usage. Grammaire française, douzième édition refondue par André Goosse, Paris-Gembloux, éditions Duculot, 1988, p. 879. Nous préférons adopter la forme « mariaux », plus euphonique, nous semble-t-il.

2 Lorsque nous avons choisi ce sujet, nous ignorions que Jean Quéniart avait consacré une communication à ce sujet, dans le cadre d’un colloque consacré à la dévotion mariale. Notre travail était déjà très avancé lorsque Yves-Marie Hilaire, que nous remercions, nous en a informée ; la communication de Jean Quéniart et notre propre travail présentent des recoupements, tout en étant assez différents. Voir Jean Quéniart, « Les cantiques à Marie : entre pastorale et piété », La dévotion mariale de l’an mil à nos jours, études réunies par Bruno Béthouart et Alain Lottin, Arras, Artois Presses Université, 2005, p. 313-322.

3 Louis-Marie Grignion de Montfort a emprunté certains de ses cantiques à d’autres auteurs (Racine, Fénelon, Laurent Durand, l’abbé Pellegrin). On reconnaît les cantiques de sa composition aux mots « Dieu seul », qui figurent à la fin.

4 Recueil de cantiques à l’usage des églises, des missions et des retraites, recueillis et mis en ordre par un curé de campagne, Tours, imprimerie de Bouserez, 1855, p. 106.

5 Choix de cantiques sur des airs nouveaux pour toutes les fêtes de l’année, pour la première communion, la confirmation, les missions et retraites […], par le R.P.L. Lambillotte, Paris, Librairie Poussielgue Frères, 1880, p. 144-145. Louis Lambillotte (1797-1855), membre de la Compagnie de Jésus, était organiste et compositeur ; il contribua à la restauration du chant grégorien. Site Musica et memoria.

6 Abbé Dubois, Cantiques de la jeunesse augmentés d’un choix de motets à l’usage des paroisses et des maisons d’éducation, Paris-Lille, 1896, p. 101. En 1949, les éditions Desclée et De Brouwer ont publié une nouvelle édition revue et augmentée de ce recueil.

7 Recueil paroissial de prières et de cantiques, destiné à rendre facile à tous les fidèles la participation aux prières et aux chants de l’Église, par l’abbé Saurin, nelle édition, Marseille, Direction des Publications Notre-Dame-du-Roc, 1918, p. 388-389.

8 « Salve Regina », Recueil de cantiques (paroles et chants) par une réunion de professeurs à l’usage des écoles et paroisses, Paris, J. de Gigord – Tours, Mame, 1936, p. 178.

9 Choix de cantiques sur des airs nouveaux pour toutes les fêtes de l’année…, op. cit., p. 138.

10 Dans la préface de la dixième édition de leur recueil de cantiques, postérieure à 1926, les abbés Delporte demandent encore « quel avantage » on peut trouver « à vouloir faire chanter Reviens, pécheur sur l’air de Femme sensible », abbés J. et M. Delporte, Nouveau recueil de cantiques et motets populaires à l’unisson [1913], Paris – Société Saint-Jean l’Évangéliste, 10e édition, s. d.

11 Joseph Gélineau (1920-2008), qui appartenait à la Compagnie de Jésus, avait reçu sa formation musicale à l’École César Franck. En s’inspirant de la musique grégorienne et à partir du psautier de la Bible de Jérusalem, il mit en musique les psaumes. Il composa de nombreux chants pour la communauté de Taizé et quelques cantiques très connus, comme « Le Seigneur est mon berger », voir La Croix, 11 août 2008.

12 Dans l’avant-propos du recueil de cantiques sur des airs nouveaux, le père Lambillotte a souligné l’importance de la prosodie, du phrasé et des coupures, de l’harmonie entre les syllabes et les temps, etc.

13 Aloys Cunq dit Kunc (1832-1895) était organiste ; il fut nommé maître de chapelle de la cathédrale de Toulouse en juin 1870. Il participa à la restauration du plain-chant et fonda la revue Musica sacra en 1874, http://www.musimem.com/kunc_pierre.htm.

14 L’abbé Pierre-Victor Huet (1878-1940), qui avait été ordonné prêtre en 1902, fut nommé maître de chapelle de la cathédrale Saint-Louis de Versailles en 1913 et devint chanoine honoraire en 1931. Il composa plusieurs cantiques, « désormais connus dans le diocèse de Versailles et ailleurs, et qui sont devenus comme le commentaire populaire de nos grandes festivités diocésaines ; son “Chez nous, soyez Reine”, dont la mélodie chantante fait actuellement le tour de la France, est certainement l’un des meilleurs à inscrire au palmarès », Semaine religieuse du diocèse de Versailles, 1er décembre 1940, p. 277-279. Nous remercions Mme Boton et Mathilde Guilbaud qui nous ont communiqué ces informations.

15 Jean Quéniart, art. cit., La dévotion mariale de l’an mil à nos jours…, op. cit., p. 314.

16 Les textes en latin contenus dans les recueils n’ont pas été pris en compte. Le dernier volume examiné, Missel noté de l’assemblée, est d’une organisation assez complexe ; outre des psaumes et des cantiques bibliques, il contient nombre de répons et de tropaires, qui ne peuvent pas vraiment être considérés comme des cantiques ; ceux-ci sont au nombre d’environ 400 (ce qui ferait un pourcentage de 5,25 %), mais il est délicat d’établir un décompte précis.

17 « L’arche d’alliance, faite de bois incorruptible, est, d’après le sentiment d’un certain nombre de pères, un des types les plus expressifs de la Très Sainte Vierge », écrit le R.P.D. Paul Renaudin, La doctrine de l’Assomption de la Très Sainte Vierge…, op. cit., p. 143.

18 « Les Pères reconnaissaient dans l’héroïne du Cantique une figure de Notre-Dame », ibid., p. 155.

19 Apocalypse, 12,1. D’après de nombreux Pères, suivis par la tradition liturgique et iconographique, cette femme de l’Apocalypse, qui était dans les douleurs de l’enfantement, désignait la mère du Messie ; en revanche, les exégètes contemporains « hésitent à proposer cette identification, même à titre secondaire. D’autres pensent cependant que l’auteur a songé à Marie en tant que figure de l’Église », Traduction œcuménique de la Bible, Nouveau Testament, Paris, éditions du Cerf et Les Bergers et les Mages, 1972, p. 793-794, note f.

20 Abbé Pellegrin et autres auteurs, Cantiques spirituels sur les points principaux de la religion et de la morale chrétienne à l’usage du catéchisme et des écoles chrétiennes, Paris, chez Mme Dubois, 1811, p. 95 ; « Litanies de la Très Sainte Vierge », Recueil de cantiques spirituels à l’usage des petits séminaires et autres maisons d’éducation, AMDG, Avignon, Fr. Seguin, 1822, p. 297-298. Mis en musique, le texte original des Litanies est aussi intégré dans sa forme originale dans des recueils de cantiques, par exemple dans le Missel noté de l’assemblée. Livre de chant pour la messe, les sacrements et autres célébrations, Brepols, Cerf, Chalet, Levain, 1990, p. 342-343.

21 Voir Pierre Aubron (S.J.), L’œuvre mariale de saint Bernard, Les Cahiers de la Vierge, no 13-14, Paris, éditions du Cerf, mars 1936.

22 « Bonheur de servir Marie », Cantiques de Saint-Sulpice. Manuel des catéchismes de première communion et de persévérance à l’usage des paroisses et des maisons d’éducation, Paris, Librairie Poussielgue Frères, 1877, p. 268.

23 « Annonciation », ibid., p. 255.

24 Pie XII, Ad cœli Reginam, § 7-19.

25 Ibid., § 20. Entre autres exemples, on pense au couronnement de la Vierge par le Christ de la cathédrale de Reims, ou à celui de Fra Angelico (Galerie des Offices de Florence). Il existait des représentations peintes ou sculptées antérieures à ces œuvres célèbres, voir Philippe Verdier, Le couronnement de la Vierge. Les origines et les premiers développements d’un thème iconographique, Paris-Montréal, 1980.

26 Recueil de cantiques spirituels à l’usage des petits séminaires et autres maisons d’éducation …, op. cit., p. 297, et Choix de cantiques sur des airs nouveaux pour toutes les fêtes de l’année…, op. cit., p. 187.

27 D. Rimaud, C. Rozier, « Voyez à vos pieds la terre des humains », Cantiques et psaumes, préface de Mgr Jean-Joseph Heintz, Paris, G. Lang, 1957, p. 114.

28 Voir B.M. Morineau, La souveraineté de Notre-Dame, Paris, Bloud et Gay, 1937 ; R.P. Clément Dillenschneider, « De la souveraineté de Marie », rapport de théologie dogmatique, et R.P. Barré, « De la souveraineté de Marie », rapport de théologie morale, Souveraineté de Marie. Congrès marial national-Boulogne-sur-Mer 1938, Paris, Desclée de Brouwer, 1938, p. 128-148 et p. 149-173.

29 Voir Louis Pérouas, « Aperçus sur la réception par le peuple du chapitre viii de Lumen Gentium », La dévotion mariale de l’an mil à nos jours…, op. cit., p. 432.

30 R.P. Paul Renaudin, La doctrine de l’Assomption de la Très Sainte Vierge…, op. cit., p. 31.

31 D’après certains textes, Marie est immortelle. L’encyclique Munificentissimus Deus ne se prononce pas sur la question de la mort de la Vierge, voir Maurice Bourjon et Bernard Meunier, s.v. « Marie », Dictionnaire critique de théologie, Jean-Yves Lacoste (dir.), Paris, Puf [1998], coll. Quadrige [2002], nelle édition, 2007, p. 852-853.

32 Abbé Saurin, « Assomption » (deux premières strophes), Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. cit., p. 412. Ce qualificatif d’« immortelle » figure aussi dans « Cantique à Marie », Choix de cantiques sur des airs nouveaux pour toutes les fêtes de l’année…, op. cit., p. 238.

33 Louis-Marie Grignion de Montfort [L.M.G.M.], « Sur les mystères du Rosaire. L’Assomption », Cantiques des missions, nelle édition, Nantes, L. Guéraud, 1849, p. 141. Ce cantique ne se trouve pas dans l’édition de 1716. À cette exception près, le recueil de 1849 reproduit fidèlement l’édition des Cantiques des missions de 1716 (Poitiers, J. Félix Faulcon).

34 Abbé Saurin, « Mois du Rosaire. Mystères glorieux », Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. cit., p. 435. Dans « Naissance de Marie », se trouve ce vers « De l’immortel, mortelle mère », Choix de cantiques sur des airs nouveaux pour toutes les fêtes de l’année…, op. cit., p. 248.

35 Abbé Dubois, « Mystères du Rosaire. Mystères glorieux », Cantiques de la jeunesse augmentés d’un choix de motets…, op. cit., p. 175 ; « Mystères glorieux. Assomption », D. Rimaud, C. Rozier, Cantiques et psaumes…, op. cit., p. 141.

36 Cantiques de Saint-Sulpice…, op. cit., p. 262.

37 Ibid., p. 248. Nous remercions Olivier Marin qui a attiré notre attention sur la comparaison entre l’ascension du Christ et l’assomption de la Vierge.

38 « L’Assomption de Marie », Recueil de cantiques à l’usage des églises, des missions et des retraites…, op. cit., p. 110.

39 D’après la classification de saint Denis l’Aréopagite, les Trônes appartiennent à la première hiérarchie des anges et les Vertus, à la deuxième ; d’après celles de saint Ambroise et du pape saint Grégoire, ils sont respectivement membres de la première et de la troisième. L’expression de « Reine des Vertus » peut avoir un double sens – et il n’est pas sûr que la typographie soit toujours un bon indice – car la Vierge est aussi reine des vertus, au sens de dispositions morales. « Vous devez dire de Marie qu’elle en est la Reine [des vertus], parce qu’elle les a pratiquées toutes dans un degré suréminent », P.M. Garénaux, La royauté de Marie, Paris, Pierre Téqui, 1936, p. 47. C’est dans ce sens qu’il faut entendre les vers du cantique « Que nos chants à jamais exaltent » : « Ah ! si Marie est reine des vertus/des pécheurs elle est le refuge », Choix de cantiques sur des airs nouveaux pour toutes les fêtes de l’année…, op. cit., p. 229.

40 « Grandeurs de Marie », Recueil de cantiques spirituels à l’usage des petits séminaires et autres maisons d’éducation…, op. cit., p. 295 ; « Grandeur de Marie », Choix de cantiques sur des airs nouveaux pour toutes les fêtes de l’année…, op. cit., p. 191.

41 Abbés J. et M. Delporte, Nouveau recueil de cantiques et motets populaires à l’unisson…, op. cit., p. 75.

42 Abbé Pellegrin, « Couronnement de Marie », Cantiques spirituels sur les quinze mystères du Rosaire, à l’usage des personnes associées à cette sainte confrérie, Paris, Nicolas Le Clerc, 1706, p. 285.

43 Abbé Dubois, « Mystères du Rosaire. Mystères glorieux », Cantiques de la jeunesse augmentés d’un choix de motets…, op. cit., p. 173.

44 Laurent Durand, Cantiques de l’âme dévote, dits de Marseille, accommodés à des airs vulgaires, nouvelle version corrigée et épurée par monsieur l’abbé de Lormont, Paris, Périsse Frères, 1856, p. 47.

45 L.M.G.M., « Sur le couronnement de la Sainte Vierge » [« Dieu seul »], Cantiques des missions…, op. cit., p. 128.

46 « Grandeurs de Marie », Recueil de cantiques spirituels à l’usage des petits séminaires et autres maisons d’éducation…, op. cit., p. 296.

47 Cantiques de Saint-Sulpice…, op. cit., p. 262.

48 Ibid., p. 247.

49 Abbé Pellegrin et autres auteurs, « En l’honneur de la Très Sainte Vierge », Cantiques spirituels sur les points principaux de la religion…, op. cit., p. 16 ; « Consécration à Marie », Recueil de cantiques spirituels à l’usage des petits séminaires et autres maisons d’éducation…, op. cit., p. 293.

50 « Motifs de confiance en Marie », Recueil de cantiques spirituels à l’usage des petits séminaires et autres maisons d’éducation…, op. cit., p. 286 ; Cantiques de Saint-Sulpice…, op. cit., p. 270.

51 « Grandeurs de Marie », Recueil de cantiques (paroles et chants) par une réunion de professeurs…, op. cit., p. 173. Sous le titre « De concert avec les anges », ce cantique figure dans le recueil de l’abbé Saurin, mais la strophe ici citée ne s’y trouve pas.

52 L.M.G.M., « Notre-Dame de Patience » [« Dieu seul »], Cantiques des missions…, op. cit., p. 124-125.

53 « Assomption », Recueil de cantiques (paroles et chants) par une réunion de professeurs…, op. cit., p. 167.

54 Abbé Saurin, « À Notre-Dame des Victoires », Recueil paroissial de prières et de cantiques…,op. cit., p. 415.

55 « En l’honneur de la Sainte Vierge », Recueil de cantiques à l’usage des églises, des missions et des retraites…, op. cit., p. 95.

56 « Toute la famille humaine », Missel noté…, op. cit., p. 347.

57 Seul Dieu doit être adoré, c’est-à-dire recevoir un culte de lâtrie ; le culte des saints est un culte de dulie ; au-dessus des saints, la Vierge reçoit un culte d’hyperdulie.

58 Recueil de cantiques (paroles et chants) par une réunion de professeurs…, op. cit., p. 165. D’après L.M.G.M., « quand on lit dans les écrits des saints Bernard, Bonaventure, etc., que dans le ciel et sur la terre tout, jusqu’à Dieu lui-même, est soumis à la Très Sainte Vierge, cela veut dire que l’autorité que Dieu a bien voulu lui donner est si grande qu’elle ait la même puissance que Dieu et que ses prières et ses demandes sont si puissantes auprès de Dieu qu’elles passent toujours pour des commandements auprès de Sa Majesté », cité par P.M. Garénaux, La royauté de Marie, Paris, Pierre Téqui, 1936, p. 117.

59 Yves-Marie Hilaire, « Évolution du culte marial au XIXe siècle en France », La dévotion mariale de l’an mil à nos jours…, op. cit., p. 45.

60 L.M.G.M., Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge, édition du centenaire, 1842-1942, Calvaire Montfort, Pontchâteau, 1942, p. 25.

61 Ibid., p. 87.

62 L.M.G.M., « À Notre-Dame du Bon Secours », Cantiques des missions…, op. cit., p. 122 ; « Confiance en Marie », Choix de cantiques sur des airs nouveaux pour toutes les fêtes de l’année…, op. cit., p. 175 ; abbé Dubois, « Je mets ma confiance », Cantiques de la jeunesse augmentés d’un choix de motets…, op. cit., p. 117.

63 L.M.G.M., « Hommage à la Sainte Vierge », Cantiques des missions…, op. cit., p. 134-135.

64 Abbé Saurin, « Vierge Marie », Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. cit., p. 407.

65 « À Notre-Dame de la Salette », ibid., p. 451.

66 L.M.G.M., Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge…, op. cit., p. 76-98.

67 Toutefois, le père Duhaut, auteur d’un ouvrage intitulé Marie protectrice de la France (1906) rappelle qu’au Moyen Âge l’expression « Notre-Dame » signifiait « notre souveraine », cité par A.L. de La Franquerie, La Vierge Marie dans l’histoire de France, préface de S.E. le cardinal Baudrillart, Bétous par Sorbets, chez l’auteur, 1939, p. 61.

68 Contrairement à ce que croit « l’imaginaire populaire et érudit » (Pierre Chaunu), le vœu de Louis XIII n’est pas lié à la conception ou à la naissance du dauphin, mais s’inscrit dans le contexte politico-militaire des années 1630, marqué par la guerre contre l’Espagne et la levée du siège de Corbie par les armées espagnoles. Il exista d’ailleurs plusieurs rédactions de ce vœu, dont la première remontait à 1630, voir René Laurentin, Le vœu de Louis XIII. Passé ou avenir de la France ?, préface de Pierre Chaunu, Paris, François-Xavier de Guibert, 2e édition, 2004. Prenant « la très saincte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale » de son royaume, Louis XIII lui consacra « particulièrement » sa personne, son État, sa couronne et ses sujets, et la supplia de lui inspirer « une sainte conduite », de défendre le royaume « contre l’effort de tous ses ennemis », et de faire en sorte qu’« il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire ». Il ordonna à l’archevêque de Paris et à tous les archevêques et évêques de France de rappeler le souvenir de ce vœu et d’organiser une procession solennelle chaque année, le 15 août.

69 René Laurentin, Le vœu de Louis XIII…, op. cit., p. 13. Ce « dicton » vient certainement d’une parole d’Urbain II, ainsi que le relate A. L. de La Franquerie : venu en France pour prêcher la première croisade, le pape fut frappé par le nombre de cathédrales, d’églises et d’abbayes consacrées à Marie et s’écria « Regnum Galliæ, Regnum Mariæ, nunquam peribit ! » (Le Royaume de France est le Royaume de Marie, il ne périra jamais), La Vierge Marie dans l’histoire de France…, op. cit., p. 61. Dans sa préface, le cardinal Baudrillart rappelle qu’en 1922, proclamant Notre-Dame de l’Assomption « patronne principale de la France », Pie XI rapprocha lui aussi les deux termes « Royaume de France, Royaume de Marie ».

70 Voir Claude Langlois, « Le temps de l’Immaculée Conception. Définition dogmatique (1854) et événement structurant », La dévotion mariale de l’an mil à nos jours…, op. cit., p. 372.

71 Mais Jean Quéniart signale qu’un cantique intitulé « Reine de France » figure dans un recueil de 1873, Le cantique paroissial, choix des meilleurs cantiques pour les catéchismes, la première communion, les fêtes de l’année, Jean Quéniart, art. cit., p. 320.

72 Abbé Dubois, « Notre-Dame de France », Cantiques de la jeunesse augmentés d’un choix de motets…, op. cit., p. 134.

73 Abbé Saurin, « Sur ce noble pays de France », Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. cit., p. 403. On note qu’ici Marie n’est pas dite explicitement « reine de France ».

74 Ibid., p. 135. Le titre du cantique, qui vient certainement de l’abbé Dubois, auteur du recueil, et non de l’auteur du cantique, ne correspond pas vraiment à ce qu’écrit celui-ci : le titre de « reine des Français » s’est substitué à celui de « patronne de la France ».

75 Abbé Saurin, Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. cit., p. 445.

76 Ensemble vers le Père, p. 140.

77 Ibid., p. 150-151.

78 « Chez nous, soyez reine », Cantiques et psaumes, p. 140.

79 Abbé Saurin, « Sur ce noble pays de France », Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. cit., p. 403.

80 « Ô toi, Mère chérie », ibid., p. 444.

81 « Reine des Français », ibid., p. 445.

82 « Chrétiens qui combattons », ibid., p. 416. Par ailleurs, Notre-Dame de la Victoire est une ancienne fête, instituée par Pie V après la bataille de Lépante, voir Baptistin Poujoulat, Histoire de Constantinople comprenant le Bas-Empire et l’Empire ottoman, Paris, Amyot, 1853, tome II, p. 108.

83 Abbé Saurin, « À Notre-Dame des Victoires », Recueil paroissial de prières et de cantiques…, op. cit., p. 415. Il ne faut pas oublier que Louis XIII avait posé la première pierre de l’église Notre-Dame des Victoires en 1629, en remerciement pour la prise de La Rochelle (1627).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122139/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540