Version classiqueVersion mobile

La consistance du social

 | 
Danilo Martuccelli

Chapitre III. La sagesse sociologique

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Comme le résume Berthelot, dans les grandes traditions intellectuelles, que ce soit chez Durkheim (...)

1L’ontologie limite l’éventail des perspectives possibles, puisqu’elle régule le type d’entités susceptibles d’entrer dans une explication, en fonction justement de la manière dont elle définit la réalité. Pourtant, il est souvent de mise d’affirmer que les affaires ontologiques n’ont pas véritablement de raison d’être dans le développement ordinaire d’une discipline. À tort ou à raison alors, la plupart des sociologues se détournent d’une réflexion première ou ontologique, et ne se centrent, lorsque cet espace est abordé, que sur des considérations avant tout épistémologiques1.

  • 2 Sur ce point, la plus grande prudence s’impose puisque différentes démarches sont possibles ; leur (...)

2Cependant, la relation entre une ontologie et une épistémologie n’implique ni subordination, ni surtout dissociation radicale. En fait, tout dépend de la manière de cerner la dimension ontologique de la vie sociale. Nous ne l’avons pas caractérisée, comme c’est si souvent le cas, par la question de l’être comme interrogation sur ce qui est tenu pour la réalité. Ayant caractérisé l’ontologie de l’intermonde par une série des consistances, il nous faut maintenant envisager les relations entre la connaissance et l’action au sein de ce dernier. Néanmoins, si cette analyse postule un ensemble de caractéristiques ontologiques spécifiques à la vie sociale, cette reconnaissance ne mène pas nécessairement à séparer les sciences sociales des autres sciences, mais à tenir constamment compte, autant au niveau de l’explication que dans l’étude de l’action, du regard spécifique qu’elle nous force à adopter2.

De la sagesse

3Le problème de l’action doit être abordé en privilégiant les conséquences que le différentiel de consistances sociales pose à l’analyse. Le mouvement est circulaire : une fois les grandes caractéristiques ontologiques de l’intermonde tirées à partir du problème de l’action (chapitre I), il s’agira ici d’étudier ce dernier au sein de l’intermonde. Cela ne contraint pas à une inflexion des problématiques strictement épistémologiques vers des considérations de nature purement pratiques. Il s’agit plutôt d’en appeler à une forme de regard spécifique, une attitude équidistante entre un souci proprement épistémique et une préoccupation purement stratégique – une attitude intellectuelle particulière, une « sagesse ».

Souci épistémique, souci pratique

4Le « monde » du scientifique s’organise autour d’une problématique différente de celle de l’acteur qui, pour suivre Schütz, étant toujours « dans le monde » et « parmi les choses », les organise à partir d’une perspective spécifique. Bien entendu, le niveau des analystes n’est jamais entièrement coupé de celui des acteurs. La connaissance sociologique est un savoir de deuxième degré (c’est-à-dire qu’elle est faite de constructions autour de constructions élaborées par ceux qui agissent dans la vie sociale), mais, à son tour, le savoir de deuxième degré propre à la sociologie informe le niveau pratique (ce que Giddens a caractérisé comme la « double herméneutique »). Pourtant, la frontière entre les deux niveaux n’en est pas moins possible et pertinente.

5En tout cas, la distinction permet d’établir une différence entre des connaissances indigènes, ponctuelles et factuelles, utiles aux acteurs, et la connaissance comme une forme de savoir permettant de formuler une argumentation soumise à la révision critique et opérant à l’aide de catégories épistémologiques. Ce qu’elle étudie passe alors par les fourches caudines des formalisations scientifiques précédentes, empêchant d’emblée un saisissement direct des faits sociaux, mais surtout déplaçant le centre de l’intérêt d’un problème pratique immédiat vers une problématique scientifique médiate. Néanmoins, par cette voie, le risque est réel d’établir une différence trop grande entre la connaissance indigène des acteurs, soumise aux impératifs de la pratique, et le savoir sociologique dont le but, dans sa vocation scientifique, serait tout autre.

  • 3 Granger a bien distingué entre une rationalité épistémique, concernant la nature même de la connai (...)

6En réalité, plus qu’une coupure étanche et unique entre le niveau des analystes et le niveau des acteurs, la connaissance sociologique est parcourue par une tension opposant deux « pôles » idéaux, deux « intérêts », deux « rationalités » selon le niveau d’identification implicite auquel se place l’analyste. D’un côté, il définira sa position à distance des acteurs sociaux, sa démarche se définissant par la volonté de dégager des explications des phénomènes, souvent en dehors de toute considération pratique immédiate. De l’autre côté, à l’inverse, la connaissance sociologique se définit, en dépit de sa spécificité, par une interrogation plus proche du niveau et des intérêts des acteurs. Elle produit alors un type de connaissance qui n’abolit nullement la différenciation entre les analystes et les acteurs, mais imprègne la connaissance sociologique de soucis particuliers. Autrement dit, tout en ayant une vocation centrale pour l’action, les connaissances sociologiques peuvent se classer selon le primat d’un souci épistémique ou d’un souci pratique stricto sensu3. Certes, cette distinction recoupe par moments celle qui existe entre les connaissances des analystes et celles des acteurs, mais elle s’en distingue cependant. La distinction entre le souci épistémique et le souci pratique opère au cœur de la connaissance sociologique elle-même. En circulant de l’un à l’autre, le savoir sociologique s’appuie sur des considérations argumentatives différentes.

7Le type de raisons mobilisées pour établir ce que l’on tient pour vrai dans une communauté scientifique, n’est nullement le même selon que l’on part d’un souci épistémique ou d’un souci pratique. Dans le premier cas, la réfutation recherchée n’est pas de nature pratique, mais elle consiste en une mise à l’épreuve d’une proposition, à partir de cohérences internes ou de mises en relation avec d’autres données disponibles. L’interprétation n’est pas jugée vraie ou fausse en fonction de son seul accord avec le monde réel, mais en fonction d’un ensemble de réfutations intellectuelles plus ou moins conventionnelles ayant force de falsifiabilité au sein d’une communauté scientifique. Autrement dit, la vérité suppose adopter l’attitude d’un observateur extérieur, qui, par simplification du réel, essaye de parvenir à une description, une explication, une formalisation.

8Tout autre est le deuxième cas. La connaissance sociologique, tout en se différenciant du savoir spécifique aux acteurs, s’oriente vers des connaissances essentiellement tournées vers des problèmes spécifiques à l’ordre de la pratique. L’attention se porte vers des descriptions des situations qui, en précisant quelques facteurs, permettent de déployer différentes stratégies capables d’en dépasser les obstacles. La connaissance dans son positionnement face à l’action s’enracine dans une conception forte de la contrainte (ou de la nécessité), et dans une confiance dans la véracité ultime, même rare, des chocs avec la réalité. Une ligne de partage majeure s’établit ainsi entre des descriptions susceptibles de connaître un échec, pratique ou intellectuel, et des descriptions, bien plus nombreuses, et pouvant atteindre un niveau fort élevé de généralité, à l’abri de toute invalidation directe, pratique ou intellectuelle. Dans l’ordre de la pratique, le problème initial est la réalisation d’actions dont la formidable viabilité de formes, de types de conduite, et de croyances rend hautement problématique la limitation en termes d’adaptation ou d’accord. Bien entendu, il existe des situations où les certitudes pratiques disparaissent, s’effondrent, ou sont corrigées, à la suite de ce que parfois, mais seulement parfois, nous comprenons comme des collisions effectives. Pourtant, il ne s’agit là que de cas particuliers. Pour l’essentiel, comme nous l’avons développé dans le chapitre précédent, notre rapport au monde et aux autres en fait largement l’économie, puisqu’il repose sur des certitudes pratiques peu problématisées et rencontrant rarement de véritables écueils.

9En se plaçant de manière imaginaire au niveau de l’acteur, le but de la connaissance dégagée se mesure dans la valeur ajoutée à l’action, dans la capacité à déjouer les coercitions qui pèsent sur elle. L’acteur est contraint d’agir dans un intermonde tour à tour trop permissif ou trop contrôlé. L’analyste, lui, est contraint à des argumentations maîtrisées intégrant toujours des contre-exemples, puisque son intérêt de connaissance est subordonné à des considérations pratiques. Le but de la connaissance, tout en se devant de respecter les critères intellectuels propres à une discipline scientifique, est d’augmenter le niveau de pratique possible des acteurs.

10Pourtant, une séparation radicale entre le souci épistémique et le souci pratique n’est pas plus acceptable que l’idée d’une discontinuité radicale entre la connaissance des analystes et le savoir des acteurs. Si tel était le cas, il serait en quelque sorte légitime d’abandonner toute motivation pour la vérité au profit du seul intérêt pour des considérations stratégiques ou pratiques. La spécificité de l’intermonde invite tout simplement à orienter le problème de la connaissance vers une forme particulière de tension entre ces divers ordres.

Qu’est-ce que la sagesse ?

  • 4 En dépit de considérations souvent innovantes, c’est la principale limite de la manière dont Maxwe (...)
  • 5 C’est la position de Flyvbjerg, pour qui les sciences sociales devraient s’inspirer étroitement de (...)

11La sagesse sociologique est une attitude, davantage qu’une méthode de recherche ou qu’une position épistémologique. Elle ne consiste pas à chercher une ligne de conduite, ni à rejeter la dimension proprement scientifique de la sociologie4, ni à réduire la sociologie à une variante de la phronésis aristotélicienne5. Elle met au centre de la réflexion le caractère élastique de l’intermonde et donc elle n’oublie, à aucun moment de l’analyse, que les mobiles comme l’environnement de l’action sont réciproquement mouvants. La vérité pratique des énoncés y apparaît comme un horizon problématique, puisqu’on postule que le différentiel de consistances sociales ne se prête, dans sa relation à l’action, ni à des mesures définitivement stables ni à des représentations constamment mouvantes. L’action – ce qu’il faut tôt ou tard étudier – se fraye un chemin entre ce qu’éprouve ou vise l’individu et son déroulement effectif dans l’intermonde.

12La sagesse sociologique, en précisant une attitude générale à établir entre la connaissance et l’action, envisage autrement les relations entre les savoirs sociologiques et le sens pratique des acteurs. Si on laisse de côté des positions dogmatiques, d’ailleurs le plus souvent tenues par des spécialistes peu confrontés aux pratiques des choses, la sagesse sociologique apparaît comme une combinaison indissociable de deux attitudes. D’un côté, l’analyste croit (ou adhère) à des vérités plus ou moins générales, établies et apprises, dont le véritable statut épistémologique peut être (et il l’est parfois) objet de vives polémiques. De l’autre côté, il sait, surtout lorsqu’il a une expérience de l’intervention sociale, que la connaissance se décline dans des contextes différents, au milieu de coercitions diverses, faisant de chaque situation un cas particulier, où peuvent proliférer bien des anomalies au regard de propositions théoriques générales. Aucun analyste n’est véritablement équidistant face à ces deux extrêmes, et certains ne sont même pas vraiment conscients de cette tension. Parfois même, comment le nier, la tension cède à des perspectives unilatérales. Comme nous le verrons, les analystes soit se replient alors vers un modèle de scientificité cumulative, déductive, causale, visant même au dégagement de véritables lois, soit, exactement à l’inverse, sombrent dans l’éclectisme le plus désabusé qui, à son tour, alimente un affolement empirique niant toute transposition de connaissances.

13Pour la sagesse, la réflexion doit être informée d’un bout à l’autre, par les spécificités de l’étude de l’action au sein de l’intermonde. Tout en tenant compte de projets épistémologiques distincts, son objectif principal n’est donc nullement d’épurer les modèles d’explication afin d’établir la nature de la vérité, ou les méthodes nécessaires pour l’acquérir, mais plutôt de définir, d’où le mot de sagesse d’ailleurs, une attitude spécifique vis-à-vis des relations possibles entre la connaissance et l’action. Cette sagesse sociologique fonctionne très souvent en établissant des analogies entre différentes situations, ramenant le plus inconnu ou lointain au plus familier et proche. Elle passe souvent par des généralisations pratiques, basées sur un certain nombre de faits connus, choisis en fonction de leur capacité à fournir des connaissances pour orienter l’action. Véritable travail de Sisyphe : dans un seul et même mouvement, la sagesse ne cesse de montrer l’impossibilité de toute prévisibilité achevée du comportement humain, tout en cherchant, partout et toujours, la manière de réduire l’imprévisibilité de l’intermonde.

14La sagesse reconnaît que dans la pratique, nous opérons à la fois par des inférences successives – de quelques cas particuliers, nous avançons vers des généralisations –, et des applications partielles de connaissances obtenues ailleurs. Dans cette activité, la connaissance produite tient autant à l’application de méthodes qu’à l’« art » de l’interprétation, ou à des positionnements critiques ou moraux. À ce jeu, les explications locales sont moins des illustrations (ou des applications) de modèles généraux, que le fruit d’un travail analogique constant, opérant souvent par le jeu des métaphores. Cette possibilité et ces pratiques ordinaires ne peuvent pas ne pas interroger la connaissance sociologique, reposant ainsi les conséquences pour l’action des caractéristiques de l’intermonde.

15La sagesse informe donc un type spécifique de regard analytique, qui est une forme de « précipité » intellectuel commandant une attitude générale vis-à-vis de la connaissance et de l’action. Pour évaluer et orienter leur action, les acteurs font le plus souvent recours à leur sens pratique, essentiellement formé à partir d’un nombre limité d’expériences passées, et donnant ainsi aux situations présentes un poids déterminant au moment d’engager l’action. En revanche, la sagesse sociologique, celle des analystes (ou de certains acteurs) peut, face à une situation, puiser dans un répertoire plus large, acquis entre autres par une socialisation professionnelle, relativisant lors de l’engagement de l’action le poids de l’événement présent. Bien entendu, à ce jeu, les bons praticiens sociaux peuvent sans doute se révéler bien meilleurs maîtres du jeu que les sociologues – dont la naïveté pratique n’est plus à démontrer. Il n’en reste pas moins, que ces derniers disposent toujours d’un répertoire d’histoires et de situations-types leur permettant, sinon toujours de mieux comprendre un événement, au moins de le saisir à partir de toute une série de déclinaisons en termes de consistances, augmentant par là, grâce à cette distanciation réflexive, leur « compréhension ».

16Attitude cognitive et pratique spécifique, la sagesse ne doit à aucun moment oublier le problème cardinal du transfert des principes d’action. Il ne s’agit nullement d’une nouveauté. Mais le postulat fait quant à la nature de la vie sociale, contraint à l’aborder de manière particulière. Non que les situations soient semblables mais parce que, en dépit de leurs différences, les solutions éprouvées ailleurs peuvent, souvent, se rejouer avec bonheur ici. Et pourtant, la sagesse n’oublie pas non plus, que d’autres solutions, mais pas n’importe lesquelles, sont toujours pratiquement envisageables. Pourtant, le but principal de l’analyse ne doit pas être de viser à constituer un catalogue de solutions, ni même une démarche stratégique de résolution de conflits ou de problèmes, mais à relayer sans arrêt, auprès des acteurs, l’idée de ce jeu particulier d’ouverture intrinsèque rendu possible par la malléabilité résistante de l’intermonde. L’analyste doit ainsi systématiquement rappeler que le possible excède toujours l’inévitable, mais que la nécessité n’en impose pas moins des limites. Les problèmes structurels ne se ressoudent pas nécessairement par des actions locales, mais les initiatives locales sont toujours ouvertes. C’est pourquoi, comme attitude générale vis-à-vis de l’action, la sagesse se fie autant à la dissolution des apories dans et par l’intermonde qu’elle s’efforce de leur trouver, jusqu’à l’épuisement, des réponses sous forme de dépassements, de synthèses, de résolutions ou de consensus. Et si elle accepte, comme postulat, l’infinie pluralité des voies d’action et rejette alors l’inutile quête de la one best way, elle n’en croit pas moins à l’existence, même problématique, d’un différentiel de succès entre les actions.

17Cette attitude, en accord avec la caractérisation de l’intermonde, introduit une série de « questions » au travers desquelles, nous allons croiser des développements étayés à partir d’autres perspectives. Notre but se limitant à rendre explicite quelques conséquences de cette démarche, nous en aborderons quatre. En tout premier lieu, il est nécessaire de revenir sur la centralité – explicite ou implicite – de la question de l’explication dans la sociologie. En deuxième lieu, dans le moment analytique à proprement parler d’une recherche, il est impératif d’étudier les déclinaisons des consistances en fonction des diverses places, situations ou dimensions des acteurs étudiés. En troisième lieu, il est nécessaire d’envisager la question de la vérité comme un mélange constant des vérités-épaisses et légères dans lequel se déroule la vie sociale. Enfin, la sagesse invite à être attentifs, peut-être davantage que ne l’est habituellement la pratique ordinaire de la sociologie, à la question de la question, en fait, à la signification des interrogations posées.

La question de l’explication

18De manière fort schématique, il est possible de repérer trois grands projets explicatifs dans la sociologie, transversaux aux écoles ou aux méthodologies, se construisant autour des régularités, des contextualisations ou des interprétations. Leur cohabitation, pour constante qu’elle se révèle dans le temps, n’en est pas moins problématique et objet de discussions réitérées, même si c’est bien la permanence de leur coexistence conflictuelle qui doit rester un objet central de la réflexion. Bien entendu, la représentation schématique que nous allons donner ne rendra certainement pas compte de la richesse et de la diversité des postures théoriques, et encore moins, de la pluralité des méthodologies disponibles. Néanmoins, elle cerne, à un haut niveau d’abstraction, y compris dans son évidente continuité historique, le socle de la connaissance sociologique et de ses débats.

La quête de régularités

  • 6 Dans ce qui suit, les notions de « loi », « cause » ou « explication » sont associées à l’idée de (...)

19La première grande démarche consiste à dégager à l’aide d’une série de modélisations aussi robustes que possibles, sinon vraiment des lois, au moins, de fortes régularités6. Les analystes s’efforcent d’expliquer les phénomènes sociaux à l’aide de généralisations qui ne seraient pas foncièrement différentes dans leur nature épistémologique de celles qui sont à l’œuvre dans les sciences naturelles. Pour dégager des régularités solides, les démarches peuvent être diverses, mais c’est souvent le contrôle systématique des conditions antérieures et l’étude des conséquences qui fonde la pertinence des résultats. En fait, la notion de « cause » se présente de manière bien diverse dans ces travaux. Parfois, une cause est associée aux conditions initiales mentionnées dans l’explication d’un phénomène (les antécédents) ; d’autres fois, on appelle cause, une régularité de comportement (explication causale psychologique); la cause est aussi une forme de généralisation probabiliste où la prédiction s’appuie sur une loi statistique qui permet avec une haute probabilité, mais non pas avec certitude, d’expliquer le déroulement d’un phénomène ; enfin, et de manière non exhaustive, la cause est aussi un ensemble de « forces » qui, au sein d’un champ ou configuration, modèlent la conduite des acteurs. L’étude des causes ne doit pas alors se cantonner uniquement à des entités observables, mais doit, au contraire même, cerner des éléments éloignés de l’expérience immédiate, plus « profonds », et qui seraient au fondement de l’explication de ce que l’on observe.

  • 7 Sur la possibilité des lois en sociologie, cf. Charles-Henri Cuin, Ce que (ne) font (pas) les soci (...)

20Dans les conceptions les plus ambitieuses, la connaissance du monde social invoque même l’existence de lois générales supposées régir le comportement humain, produites de préférence à l’aide de procédures quantitatives, systématiques et reproductibles, garantes du caractère contrôlé des observations, permettant d’établir la validité universelle des conclusions établies7. Le but est de dégager des relations intemporelles entre variables, en montrant par exemple la co-variation entre différents phénomènes. Une fois ces corrélations statistiques établies, il s’agit de chercher la causalité à l’œuvre parmi les variables – et de ne retenir vraiment une relation statistique comme significative que lorsqu’elle peut être interprétée en termes de relation causale.

21Le dégagement des régularités ne prend pas seulement la forme d’une analyse causale du type (si A, alors B ; ou plutôt, si A, alors le plus souvent B), mais inclut également d’autres types d’explications. Pensons, par exemple, aux raisonnements fonctionnalistes où le but est moins d’établir une co-variation entre phénomènes, que de dégager la structure des relations entre les membres d’un groupe, qui dicte de par la « force » des choses l’orientation des actions. Les effets des règles structurales cherchées sont conçus comme formant des systèmes cohérents de contraintes, orientant fermement et durablement l’action au sein d’un ensemble social.

  • 8 Quant au caractère de « truisme » de bien des généralités sociologiques, cf. Jean-Claude Passeron,(...)
  • 9 Raymond Boudon, La place du désordre, Paris, PUF, 1984, p. 78.

22Si ces modèles – et d’autres du même type – sont profondément différents dans la notion même de régularité qu’ils développent, des insuffisances communes les rassemblent. En tout premier lieu, la réalité des lois sociologiques se heurte à bien des difficultés. On ne peut qu’être frappé en effet par la modestie, voire par la généralité, plus ou moins vide, des informations qu’elles transmettent le plus souvent8. Et pourtant, et malgré cette humilité, bien d’entre elles ne sont aucunement généralisables, parce que, comme Boudon le résume bien, les difficultés épistémologiques sont de trois ordres : « caractère local des lois, incertitude sur les frontières de leur zone de validité, difficulté de décider de l’ensemble des conditions effectivement présentes dans une situation concrète9 ».

  • 10 Pensons, par exemple, à la notion d’« espace social » développée par Bourdieu. Le privilège qu’il (...)
  • 11 Les exemples sont nombreux et divers. Ils sont repérables dans différents domaines et à divers niv (...)
  • 12 Une situation que l’on peut aussi exprimer en tenant compte des discussions tournant depuis plusie (...)

23Mais ce qui pose problème pour les lois ne vaut pas nécessairement pour les relations causales ou structurales. Et pourtant, ici aussi des difficultés existent, certes autrement, mais existent tout de même, à propos des régularités établies10. Quand peut-on vraiment affirmer que les mêmes causes entraînent les mêmes effets ? Dès qu’une affirmation de ce type est mobilisée, il faut immédiatement introduire des corrections contextuelles (« toutes choses égales par ailleurs »…) visant à prémunir la régularité établie des innombrables contre-exemples factuels. Mais comment ne pas réaliser que pour presque chaque affirmation ou observation faite, il est possible de trouver un constat sinon toujours opposé, au moins fortement différent ? Comment ne pas reconnaître que les conditionnements sociaux n’opèrent que jusqu’à un certain niveau de description jugé arbitrairement satisfaisant au vu de critères divers, mais qu’il suffit souvent d’approfondir davantage pour voir se défaire leur pertinence ?11 Bien des études comparatives ont en effet montré comment les mêmes processus peuvent mener à des conséquences différentes ou comment des conditions initiales différentes peuvent, de toute évidence, avoir la même conséquence12.

24Bien entendu, cela n’enlève pas tout intérêt aux régularités établies. Les généralisations sociologiques étant probabilistes, elles ne sont pas foncièrement différentes de celles qui existent dans d’autres sciences. En tout cas, les analyses causales probabilistes tiennent parfaitement bien compte de la possibilité de contre-exemples, voire se satisfont de corrélations imparfaites. L’existence de cas déviants est intégré intellectuellement dans ces démarches, s’expliquant soit par les variations contingentes de la vie sociale, soit par l’effet de variables qui n’ont pas été incluses lors de l’analyse, soit encore par des problèmes relevant de la mesure des variables en question. L’existence d’anomalies ou de cas déviants n’invalide pas ainsi forcément, aux yeux des tenants de ces démarches d’analyse, le bien fondé de leurs raisonnements. Bien sûr, on peut, à l’inverse juger ces régularités insatisfaisantes, puisque l’analyse ne peut jamais affirmer véritablement le caractère nécessaire du résultat final.

25Néanmoins, la difficulté à dégager un concept stable de régularité ne doit pas nier la validité relative de ces efforts. D’autant plus que si bien des prétendues régularités sociologiques se caractérisent par une valeur épistémologique faible ou discutable, en revanche, elles possèdent une capacité certaine à constituer un repère d’action. En tout cas, cela oblige à ne pas prendre ces modèles, à prédiction fort limitée, à explication sujette à discussion, et parfois à faible capacité descriptive, pour le modèle exclusif de connaissance.

  • 13 David Hume, Enquête sur l’entendement humain (1748), Paris, Flammarion, 1983, p. 88 et suiv.

26Comment négliger alors le fait que les régularités tiennent autant de la réassurance psychique que de la vertu épistémologique ? Bien des régularités apparaissent davantage comme une affaire de vraisemblance ou de persuasion que véritablement comme le fruit de démonstrations rigoureuses. Pourquoi faisons-nous confiance à des régularités pleines d’anomalies, ou n’arrêtons-nous pas de faire des généralisations que nous savons peu fondées ? On connaît à ce sujet la réponse de Hume : ces attitudes, dans la mesure où elles s’appuient de près ou de loin sur des inductions, n’ont aucun pouvoir de justification, mais procèdent véritablement de l’accoutumance ou de l’habitude13. Ce serait donc la similitude entre les situations qui nous permettrait d’établir, pour des raisons avant tout psychologiques, des régularités entre les phénomènes. Dans ce sens, les régularités dans les sciences sociales ne seraient souvent rien d’autre qu’une corrélation que l’usage transforme en cause ; des descriptions que la pertinence phénoménologique, et l’utilisation répétée d’un récit événementiel, ont transformées en contrainte insurmontable.

L’impératif de la contextualisation

  • 14 Pour Aron, par exemple, et au-delà de la distinction qu’il établit entre causalité historique, où (...)

27D’autres démarches font des contextes historiques une donnée décisive de toute analyse sociologique. Il ne peut alors s’agir, tout au plus, que d’étudier des situations historiques concrètes à l’aide de modèles plus ou moins généraux, mais qui reconnaissent tous les limites de la prédiction, de la régulation, et de la précision quantifiable dans les sciences sociales. Face à une causalité susceptible d’établir des relations régulières entre événements (si A, alors B), les sciences sociales devraient se limiter à cerner des causalités singulières propres à un phénomène donné. Autrement dit, les causalités cessent d’être conçues comme des régularités, et sont indexées sur une configuration historique particulière, rendant toute généralisation plus ou moins probabiliste14. Pour les tenants de cette position, et en dépit de leurs profondes divergences théoriques et méthodologiques, la vie sociale n’est sujette qu’à des régularités historiques.

  • 15 Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, op. cit.
  • 16 Jean-Claude Passeron, « Weber et Pareto : la rencontre de la rationalité dans l’analyse sociologiq (...)

28Sur ce registre, Passeron a dégagé deux grandes spécificités-limitations des sciences sociales. Tout d’abord, étant donné leur caractère irréductiblement historique, il existe dans ces disciplines une difficulté majeure à établir des énoncés contrefactuels. La preuve serait particulièrement difficile à apporter puisque les contextes ne sont jamais égaux, et leurs différences trop variées, ou riches, pour qu’un protocole de validation puisse les énoncer dès le départ et d’une manière finie. Le raisonnement sociologique ne saurait alors être rien d’autre qu’un enrichissement permanent des explications à l’aide de nouveaux cas permettant d’élargir leur rayon de pertinence. Il est enraciné dans des contextes historiques, indexé sur des configurations impossibles à caractériser par des descriptions définitives15. Il ne s’agit pas forcément de dénier toute possibilité aux démarches de type hypothético-déductives ou formelles dans les sciences sociales, mais d’insister sur le fait que l’apport démonstratif de ces raisonnements « reste tributaire du raisonnement d’ensemble qui doit, pour répondre à une question causale ou interprétative, les restituer aux cadres d’une intelligibilité sociologique, c’est-à-dire à un contexte16 ».

  • 17 Jean-Claude Passeron, « Formalisation, rationalité et histoire », dans Jean-Yves Grenier, Claude G (...)
  • 18 Jean-Michel Berthelot, Les vertus de l’incertitude, Paris, PUF, 1996, p. 140.
  • 19 Jean-Michel Berthelot, « Programmes, paradigmes, disciplines : pluralité et unité des sciences soc (...)

29Mais une deuxième spécificité-limitation découle du fait qu’aucune preuve empirique ne peut véritablement trancher un débat épistémologique, puisqu’elle ne prend sens qu’à l’intérieur des théories définissant différemment le rapport entre les faits et les énoncés. Se crée ainsi une irréductible pluralité théorique qui découle du « statut logique des langages théoriques », et met définitivement à bas l’« illusion de la monosémie conceptuelle des langages de la description historique17 ». Pour Passeron, la sociologie n’atteindrait ainsi que de la « véridicité », puisque le savoir produit repose sur une multiplicité de formes de preuve, propres aux différents cadres théoriques, plaçant les théories dans une arène concurrentielle permanente. Tout au plus, et au-delà de victoires partielles (pour beaucoup dues à des atouts extra-épistémologiques et s’expliquant par l’état d’une collectivité scientifique à un moment donné), les diverses théories se caractérisent par des compétences de description et de comparaison diverses ne pouvant mener qu’à des explications présomptives. C’est pourquoi, comme le reconnaît Berthelot, puisque « la structuration rationnelle des faits s’opère en sociologie sous faible contrainte18 », l’invalidation est toujours problématique, et l’articulation entre les données existantes et les interprétations est le fruit d’un travail chaque fois particulier de « compossibilité19 ».

  • 20 Jean-Claude Passeron, « Weber et Pareto : la rencontre de la rationalité dans l’analyse sociologiq (...)
  • 21 Jacques Revel, « Les sciences historiques », dans Jean-Michel Berthelot (éd.), Epistémologie des s (...)
  • 22 Jean-Claude Passeron, « Formalisation, rationalité et histoire », op. cit., 2001, p. 243.

30Les descriptions causales des événements ne le sont donc que sous certaines conditions, et surtout, elles ne peuvent pas assurer, y compris dans des situations se rattachant à la situation idéal-type, une relation constante et régulière entre les deux termes20. La cause d’un événement n’est de facto qu’une reconstruction a posteriori et à rebours d’interprétations plus ou moins plausibles21. Le pouvoir explicatif des modèles « reste solidaire de raisonnements sociologiquement ou historiquement particularisés qui peuvent seuls définir les conditions de leur pertinence en fonction du contexte22 ». C’est cela qui détermine les sciences sociales comme un espace non-poppérien : il est impossible de parvenir à établir une série de déterminations restrictives suffisamment univoques et constantes pour rendre falsifiable, au sens fort du terme, une proposition sociologique. L’unicité historique des contextes empêcherait même la production des énoncés universels susceptibles d’être invalidés empiriquement : les contextes initiaux étant historiquement irréductibles, toute démarche de type popperien s’avérerait infructueuse.

31Or, le problème majeur ne découle pas principalement du fait que les théories scientifiques, au sein de divers paradigmes, décrivent à terme des mondes et des objets incommensurables mais plutôt du fait que ces connaissances doivent faire leurs preuves vis-à-vis d’un intermonde social doté d’une diversité des consistances. C’est ici que se situe la difficulté centrale.

  • 23 Spécificité ontologique de la vie sociale qui rend compte pour beaucoup de la singularité analytiq (...)

32Comprenons-nous bien. Si la vie sociale est appréhendée par des visions qui sont, elles, profondément historiques, le transfert des catégories, lui, est toujours de rigueur. Un des paradoxes majeurs des sciences sociales découlant directement du propre de l’intermonde, réside dans le caractère historique de toutes les catégories d’analyse, et la possibilité quasi infinie d’application des mêmes catégories en dehors de leur contexte historique de production. C’est pourquoi si le problème de la généralisation abusive est un des plus épineux, encore faut-il comprendre qu’il trouve sa dernière raison d’être dans le propre de la vie sociale, et qu’il est une conséquence inévitable de son élasticité constitutive23.

  • 24 D’ailleurs, rares sont les perspectives acceptant véritablement de limiter la connaissance sociolo (...)

33Dans un seul et même mouvement, les sciences sociales sont ainsi contraintes à la fois d’affirmer le caractère historique de toute représentation et de reconnaître pratiquement leur possibilité de transfert presque illimitée. Toute proposition devrait donc, dans une situation idéale de vérité, toujours être strictement contextualisée par un terrain. Les monographies deviennent alors le seul outil légitime de la connaissance sociologique, dans la mesure où elles ne reposent que sur des analyses hic et nunc, interdisant toute généralisation des résultats en dehors du contexte de la recherche. Mais dans la pratique il est impossible d’empêcher l’extrapolation, souvent heureuse, des résultats de recherches. Pour la plupart des études sociologiques, le problème est de parvenir, de manière implicite ou explicite, à exorciser le danger d’études cantonnées à une irréductible singularité des contextes24.

34En bref : dans la vie sociale, pratiquement toutes les affirmations dépassent, par vocation, le cadre étroit des observations dont elles sont tirées, et dans ce sens, elles introduisent inévitablement dans la vie sociale de nouvelles sources de désaccords virtuels.

35Le problème principal n’est pas de savoir pourquoi des vérités ayant une genèse historique indéniable, ont néanmoins une valeur trans-historique. La reconnaissance de l’historicité de la vérité ne mène nullement au relativisme : qu’une vérité soit produite de telle ou telle manière, à telle ou telle période, par tel ou tel individu, ne dit rien quant à la valeur proprement épistémologique de la vérité ainsi dégagée même si elle nous permet de comprendre son processus de production ou de découverte. Le problème cardinal pour la vérité ne provient pas du lien entre la vérité et sa genèse, et de la réduction de la première à la deuxième, un mouvement si fréquent dans les interprétations relativistes. Le problème majeur, dans les sciences sociales, provient de la capacité de circulation des représentations hors de leur contexte de production et surtout de leur capacité à inspirer, avec succès, des actions dans de nouveaux contextes. C’est moins la genèse de la vérité que sa forte capacité de transfert qui est le réel problème en sociologie. La difficulté ne réside nullement dans le fait que la réalité puisse être soumise à n’importe quelle interprétation dans la mesure où les faits n’existeraient pas. Ce mouvement inutile de balancier, après avoir voulu faire de la réalité un couperet évident, lui ferait désormais jouer un rôle neutre et muet, pouvant s’accommoder à tout moment de n’importe quelle description. Le problème est entre les deux : la vie sociale résiste mais, étant donné sa consistance, elle ne résiste que partiellement et d’une manière spécifique.

36À l’encontre donc de ce qu’affirme l’historicisme génétique de la connaissance sociologique, il faut en quelque sorte renverser le point de départ. Nous n’arrêtons pas de faire des extrapolations et des généralisations à partir de l’étude de quelques cas, dans nos actions pratiques comme dans nos analyses. Le paradoxe de la sociologie est que la vérité d’une connaissance est supposée être directement proportionnelle à sa contextualisation, et qu’en revanche, son usage, voire son intérêt, est à l’inverse proportionnel à son extension au-delà de son strict contexte supposé de pertinence.

La prolifération des interprétations

  • 25 Pour une présentation synoptique de ces possibilités cf. Alasdair Macintyre, Après la vertu (1981) (...)

37Cette famille de démarches souligne l’arbitraire des interprétations de trois manières différentes. La première s’enchaîne avec une volonté proprement morale, ayant une longue histoire culturelle en Occident, faisant de l’individu le maître et seigneur du sens de sa vie. À suivre l’inspiration de ces travaux, aucune organisation, aucun régime ne peuvent parvenir à un dressage absolu des individus. La redéfinition des situations par les acteurs est constante, les échanges de communication (et ses ratages) trop ouverts, l’interdépendance à distance des phénomènes trop prononcée pour que l’on puisse encore bâtir notre imaginaire social autour de représentations-mirages de la rationalisation correspondant à un autre âge de la modernité. Cela n’empêche nullement le développement des sciences sociales, à condition de donner un rôle plus ou moins fondamental à la « liberté » – ce que chaque étude fera à sa manière25. En tout cas, et c’est la raison la plus souvent invoquée, le caractère ouvert de toute innovation ou invention humaine fait de sa prédiction, par définition même, une contradiction dans les termes.

  • 26 Zygmunt Bauman, Legislators and Interpreters, Cambridge, Polity Press, 1987 ; aussi, Georges Balan (...)

38Pour les partisans de ces prises de position, les échecs répétés de la sociologie à prévoir la conduite humaine, l’importance des contre-exemples et des contingences historiques devraient mener à une relativisation des vertus du « déterminisme ». Le doute et l’incertitude seraient dès lors de mise. La sociologie devrait même se déprendre des catégories d’analyses organisées autour des concepts d’ordre ou de totalité. Le savoir sociologique s’autodécernait un rôle de « législation », pour reprendre l’expression de Bauman, puisqu’à l’aide de notions de jugement et de vérité, il était supposé avoir une autorité suffisante pour trancher de manière non arbitraire les disputes potentielles. Or, la fin de cet univers de certitudes pratiques et intellectuelles suppose le déplacement du savoir vers un rôle plus modeste, tout au plus d’« interprétation26 ».

  • 27 Outre les travaux désormais classiques de Kuhn, Feyerabend ou encore de Geertz, cf. notamment Jean (...)
  • 28 Rorty écrit à propos des pragmatistes que leur désir est de « remplacer la distinction entre appar (...)
  • 29 C’est bien entendu la position des tenants du programme dit fort. Cf. Barry Barnes, David Bloor, « (...)

39Mais c’est sans doute dans les travaux post-modernes que cette vision a connu une deuxième grande expression, extrême d’ailleurs, puisque la contingence prônée du monde y ouvrira parfois la voie à une représentation purement arbitraire de la connaissance. L’ébranlement de la confiance métaphysique dans une certaine conception de la réalité sociale et de la vérité mène alors à une pure interprétation d’événements et de signes. La réalité n’étant constituée que par des discours incommensurables27, l’utilité pratique devient le critère ultime de discrimination entre les diverses représentations28. La réalité sociale n’y devient qu’un champ de représentations, et la science n’est plus qu’une affaire de rhétorique. L’acceptation de la vérité ne découlerait pas ainsi des tests acceptés ou des argumentations basées sur des faits établis, mais ne serait que le résultat de stratégies rhétoriques grâce auxquelles les « gagnants » parviennent à imposer leurs vues aux « perdants29 ». Mieux. La conscience du caractère aléatoire et arbitraire des représentations accompagne une crise générale de l’idée même de représentation, à laquelle conduit la dissolution de la croyance dans l’accord entre le langage et le monde. Les métaphores employées dans la vie sociale ne pourraient même pas être validées sur la base des faits, puisque les faits ne résultent que de l’emploi de métaphores. Il ne s’agirait alors que de bien les « choisir ».

  • 30 Richard Brown, Clefs pour une poétique de la sociologie (1977), Arles, Actes Sud, 1989, p. 92-113.

40Enfin, et troisièmement, la sociologie, dans sa vocation à cerner la contingence du monde, se rapproche parfois d’une attitude artistique. Elle devient une forme d’écriture – une variante du « réalisme symbolique », désignant une forme spécifique de connaissance. En fait, plus largement, la sociologie elle-même ne devient qu’un « texte » à lire à l’aide d’outils proprement littéraires30. Le but de l’étude serait de décrire des phénomènes peu familiers par le recours à des analogies avec d’autres phénomènes qui, eux, le sont. Et, quelles que soient les vertus épistémologiques de cette activité, elle n’en repose pas moins sur des raisonnements à faible contrainte – le but étant justement d’accentuer les capacités créatrices. Parfois, pour certains, la quête de cette liberté d’énonciation est telle que les sciences sociales deviennent un avatar de la littérature, plus une activité expressive qu’un exercice de confrontation empirique avec la réalité. L’originalité, c’est-à-dire l’apport d’un écart d’interprétation, devient alors l’aune de jugement majeur d’une perspective.

  • 31 Nous suivons ici la lecture proposée par Jürgen Habermas, Connaissance et intérêt (1967), Paris, G (...)
  • 32 Willard van Orman Quine, Le mot et la chose (1960), Paris, Flammarion, 1977.

41Ces excès ne sont pas nécessaires. Par contre, interpréter une réalité à partir d’une nouvelle grille ou dans un nouveau contexte est une source majeure de connaissance dans la vie sociale. C’est ce que Peirce a caractérisé comme l’« abduction » – le travail de re-description (ou de re-contextualisation) permis par de nouvelles théories31. L’analyse part d’un cadre particulier d’interprétation à partir duquel on observe ou éclaire certains phénomènes, mais permet de nouvelles interprétations ou des corrections du cadre initialement posé. Évidemment toutes les interprétations ne se valent pas entre elles, mais bien des découvertes dans les sciences sociales prennent cette forme. L’abduction comme mécanisme de généralisation reconnaît ainsi (d’où ses risques d’ailleurs) que le travail de recontextualisation n’est jamais achevé et que d’autres mises en contextes sont toujours possibles. Mais à l’encontre d’une vision essentialisant la contingence de nos regards, certaines recontextualisations sont plus vraisemblables que d’autres. En tout cas, la reconnaissance du caractère ouvert de futures interprétations possibles de la vie sociale ne veut absolument pas dire que toutes les interprétations ont la même vertu explicative. Certes, dans les sciences sociales, comme dans d’autres disciplines, il existe une sous-détermination des théories par les faits, puisque, dans certaines limites, les mêmes faits peuvent être interprétés par diverses théories32. Mais cela ne veut aucunement dire, comme cela est parfois compris, que tous les faits sont engendrés par les théories, ou que la vie sociale baigne dans un arbitraire radical.

42Bien entendu, le travail d’observation et d’interprétation n’est jamais vierge, puisqu’il s’appuie sur les travaux précédents d’une collectivité scientifique, dont la fortune atteste en quelque sorte de sa fidélité empirique. Bien sûr, les constructions intellectuelles ne reposent pas sur des faits objectifs indiscutables, et à bien y regarder, il est vrai que la charge métaphysique des différentes théories ou la part des connaissances empiriques qu’elles intègrent directement, peut être plus ou moins grande. Mais si d’autres raisons interviennent dans la construction de ces théories, aucune d’entre elles ne prend de liberté absolue face aux faits. Comment faire semblant d’oublier que les sciences sociales disposent d’un arsenal important de preuves, allant des variations concomitantes, simulation, modélisation, statistiques descriptives et analytiques, au recours maîtrisé à l’analogie proprement dite ? Comment nier que suite à une discussion argumentative ou empirique, voire à la découverte de nouveaux faits (c’est-à-dire d’événements validés comme tels au sein d’une communauté scientifique), une explication peut être abandonnée au profit d’une autre jugée meilleure, à l’aune de certains critères ?

43La véracité des contingences ne mène nullement à une dégradation de la sociologie en un « discours » ou une « écriture » du social, dans une arène de confrontations, sans preuves reconnues, d’affirmations arbitraires. Au contraire même, elle force l’analyse à augmenter constamment le degré de précision et de corroboration empirique au détriment de formules verbales générales et imprécises. Le problème est moins une affaire de tout ou de rien, que le degré de liberté métaphorique jugé légitime dans une discipline.

44Mais enfin et notamment d’un point de vue pratique, comment contester que la vie sociale n’est pas aléatoire, qu’elle repose sur maintes répétitions, que le plus souvent nos interprétations les plus tacites des conduites des autres s’avèrent probantes ? Il y a des gestes et des parcours quotidiens que nous faisons à peu près de la même manière, et qui obtiennent toujours, à nos yeux, les mêmes résultats. Et surtout, nous ne pouvons pas opérer, intellectuellement et pratiquement, sans nous appuyer sur quelques principes de taxinomie et sans escompter quelques régularités. Cette attitude fait désormais partie de nos évidences de sens les plus profondément enracinées. Elle est autant une habitude de l’esprit qu’une possibilité de l’intermonde.

Un triangle épistémologique ?

  • 33 Ruwen Ogien, Les causes et les raisons, op. cit., p. 50.

45Les sciences humaines et sociales oscillent donc, sans que cela puisse être interprété comme un signe d’immaturité scientifique, entre le constat de certaines régularités et une multiplicité de facteurs plus ou moins contingents pouvant les briser à tout moment, d’autant plus qu’il est fort improbable que des situations-types se reproduisent. Dans le bilan fort juste d’Ogien : « La difficulté épistémologique tout à fait propre aux sciences humaines est donc assez bien identifiée. C’est une difficulté qui fait de ces sciences un mélange assez curieux de platitudes ou de généralités irréfutables et d’observations assez intéressantes mais chaotiques des faits singuliers33 ».

  • 34 Cette situation, d’ailleurs, n’est pas exclusive aux sciences sociales d’un point de vue stricteme (...)

46Il faut se garder de choisir entre ces trois projets épistémologiques dont aucun ne s’impose. Ni une régularité univoque désormais démentie par bien des études ; ni une contextualisation absolue et radicale, et de facto impossible ; ni le glissement dans la représentation d’un monde social incertain. La connaissance sociologique est un étrange « métissage » de régularités, de contextualisations et d’interprétations, en fait, elle circule dans un espace intellectuel particulier34. Il n’y a aucune raison d’évacuer d’emblée toute possibilité nomologique dans les sciences sociales, ou tout recours à la modélisation, mais il n’y a pas, non plus, et à l’inverse, à réduire la sociologie à une démarche de validation « rigoureusement » scientifique, en abandonnant les « facilités » de l’exemplification ou de l’analogie, et encore moins à affirmer que la vie sociale serait soumise à des contingences imposant le doute comme horizon définitif. Bien sûr, on peut privilégier une explication par les causes ou par les raisons, ou opter pour une conception rationnelle ou normative, mais la plupart des travaux sociologiques alternent et combinent de façon assez hybride des modèles divers d’explication.

  • 35 Wolf Lepenies, Les trois cultures (1985), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 19 (...)
  • 36 Les auteurs ayant donné ce type de représentation de l’espace intellectuel de la sociologie sont n (...)

47D’ailleurs, les trois projets que nous avons schématiquement présentés peuvent être, jusqu’à un certain point, mis en relation avec d’autres classifications s’appuyant sur les types d’inférences possibles (déduction, induction, abduction), en fonction des pôles explicatifs à l’œuvre dans les sciences sociales, ou encore autour de quelques grands mouvements intellectuels (positivisme, herméneutique, post-modernité). En fait, ces diverses distinctions, sans se réduire, participent de ce continuum en tension, que Lepenies a su fort bien décrire en montrant la tension originale de la sociologie entre une vocation scientifique et une nostalgie littéraire35. Derrière cette tension, on retrouve en effet sans grande difficulté, la triple orientation constitutive de la sociologie : entre une vocation scientifique, un souci humaniste et une aspiration artistique36. Les correspondances entre auteurs, pour partielles ou imparfaites qu’elles soient, témoignent de la vitalité de ce tripode intellectuel au sein d’une discipline qui n’en a pas moins gardé une réelle unité.

48La connaissance sociologique est ainsi faite d’intuitions, de lectures d’ouvrages, de constats empiriques, de témoignages personnels, d’illustrations tirées d’œuvres de fiction, surtout de résultats obtenus par des méthodes foncièrement différentes… mais qui, mesurés à l’aune de l’action, n’en possèdent pas moins des vertus différentielles. Ce qui caractérise donc le plus durablement le savoir sociologique c’est justement la circulation, plus ou moins contrôlée, d’énoncés à vocation épistémologique diverse. Et cela n’est pas dû, à la différence de ce que certaines démarches laisseraient entendre, à des raisons conjoncturelles tenant à la limite actuelle de nos connaissances. Et cela n’est pas dû, non plus, à une liberté métaphysique des individus, supposée rendre imprévisible leurs conduites. La raison ultime réside dans la manière sui generis dont les coercitions opèrent dans la vie sociale, et dans leur caractère irrégulier et intermittent. La sagesse rejoint ainsi cette famille hétérogène de perspectives qui, tout en reconnaissant le caractère hybride des explications sociologiques, n’en garde pas moins la volonté d’établir de nécessaires distinctions et hiérarchies entre les diverses explications avancées.

Expliquer

  • 37 Pour une convaincante critique d’une réduction matérialiste forte établissant une correspondance s (...)

49Revenons sur la difficulté proprement épistémologique de l’explication dans la sociologie. Elle procède du fait que l’attribution s’appuie sur quelques régularités induites à partir des réactions des individus devant tel ou tel type de circonstance ou de l’hypothèse compréhensible et souvent immédiate des raisons ou des motivations qu’a eues un individu d’agir d’une certaine manière. La plupart de nos inférences inductives pratiques s’appuient soit sur des explications renvoyant à une série de mécanismes causaux plus ou moins complexes, soit sur des interprétations parfois évidentes et n’ayant pas vraiment besoin de vérification (si le conducteur d’une voiture s’arrête devant un feu rouge, on peut conclure qu’il est en train de respecter le code de la route). Mais au-delà de leur plausibilité, les unes comme les autres sont susceptibles de connaître un nombre plus ou moins élevé d’exceptions. En tout cas, il est difficile d’établir des corrélats nécessaires et permanents entre une situation et une action ou entre un état mental et une conduite, permettant une fois pour toutes, et par avance, de régler la relation entre l’antécédent et la conséquence. Face à une même situation, les conduites peuvent diverger, et un même état mental peut avoir des traductions comportementales fort diverses, au point que les variations individuelles observables ne sont qu’en partie explicables en fonction des contextes ou des états physiques37.

50L’explication ne se réduit nullement à l’explication causale. Mais d’une manière ou d’une autre, c’est bien en y faisant référence qu’est jugée, en dernière analyse, la pertinence d’une connaissance sociologique. Et à ce sujet, une des difficultés majeures de l’explication procède du travail d’imputation causale à proprement parler. La chaîne de causalité en est souvent tellement longue qu’il est difficile de dégager des cheminements nécessaires. Les liens entre les actions et les événements sont soumis à une complexité croissante dès que l’on s’éloigne des références plus ou moins immédiates. Dès que l’on en prend acte, bien des facteurs explicatifs du déroulement d’un phénomène ne se trouvent pas forcément à l’endroit et au niveau où il se manifeste. Certes, on peut toujours s’efforcer de montrer, notamment à l’aide de techniques statistiques, la prépondérance d’un facteur sur un autre, mais l’explication obtenue n’apparaît que comme une des voies possibles, parmi d’autres, de l’intelligence de la vie sociale. Ce à quoi vient s’ajouter la difficulté à cerner le processus même causal. Du coup, bien des explications attribuent des pouvoirs causaux soit à des entités sociales (les institutions, les classes) soit à un mode d’agencement du social (interdépendance, champ) dont les processus exacts d’influence et d’opération restent souvent opaques.

51D’un côté donc, l’inférence causale est une routine de l’esprit (« A fait ceci parce que cela »), mais de l’autre côté, les chaînes causales sont tellement complexes dans leur déroulement, ou multiples dans leurs motivations, qu’il est souvent difficile d’établir une parenté étroite (et encore moins nécessaire) entre deux phénomènes. Cela ne les invalide pas, mais oblige à reconnaître que tout enchaînement explicatif d’événements est susceptible de connaître des variations importantes. La plupart de nos causalités, considérées d’un point de vue pratique, sont ainsi des habitudes narratives devenues familières. Le plus souvent notre explication ou notre interprétation des conduites passe par un récit, souvent sous la forme d’une trame permettant, à l’aide de principes narratifs plus ou moins consensuels dans un groupe social, ou dans un milieu de recherche, d’établir une filiation entre les événements permettant justement, et par là même, de les transformer en épisodes d’une intrigue. Bien entendu, le réalisme ontologique permet de reconnaître l’effet causal des facteurs sociaux en dehors de leur perception, mais pour participer de l’intelligence d’un phénomène, une « cause » doit nécessairement être prise en charge dans un énoncé lui donnant justement un statut de causalité.

  • 38 Charles Tilly, « History and Sociological Imagining », dans Kai Erikson (ed.), Sociological Vision (...)

52Mais l’explication ne se limite pas uniquement à la capacité de rendre compte des raisons ou des motivations d’une conduite. Les régularités explicatives peuvent aussi être cherchées du côté de mécanismes sociaux spécifiques qui génèrent les structures, les processus ou les séquences. Les orientations d’action ne sont pas négligées, mais ce n’est pas à ce seul niveau, avant tout cognitif, que l’on cherche l’explication d’un phénomène. Le raisonnement prend acte, au travers de son caractère épistémologique hybride ainsi reconnu, voire revendiqué (à savoir la relation entre mécanismes sociaux, événements idiosyncrasiques et puissantes contingences38), du caractère « complexe » de l’inscription de bien des actions dans la vie sociale. Cette voie ne nie nullement la répétition observable des actions (ou si l’on préfère, la réitération des conduites), mais elle est fort sensible à l’ouverture historique possible des trajectoires. Pour en rendre compte, le recours à une forme de récit est souvent de mise, mais il n’existe a priori aucune raison de réduire le moment proprement explicatif des sciences sociales à sa seule mise en intrigue narrative (puisque d’autres formes de présentation de résultats sont envisageables) même si le modèle du récit jouit d’un privilège certain au moment d’expliciter l’action efficiente d’une causalité ou d’une configuration.

  • 39 Jon Elster, Proverbes, maximes, émotions (1999), Paris, PUF, 2003, p. 25.
  • 40 On pourra trouver des réflexions différentes, mais soulignant ce même principe, dans d’autres pers (...)

53L’explication par les mécanismes se place entre les lois et les descriptions puisqu’ils sont « des structures causales aisément reconnaissables et qui interviennent fréquemment, et qui sont déclenchés sous des conditions en général inconnues ou avec des conséquences indéterminées39 ». En bref, l’intérêt des mécanismes est qu’en prenant acte de la défaillance de la plupart des généralisations, ils proposent un type d’explication moins satisfaisant mais plus en accord avec l’état de nos connaissances. Surtout, les mécanismes permettent de rendre compte de pourquoi et comment quelqu’un a fait ce qu’il a fait. À un niveau proprement épistémologique, les mécanismes renoncent au dégagement de déterminations nécessaires et suffisantes, au profit de raisonnements qui mélangent au gré des situations à la fois de la nécessité et de la contingence, sans qu’il soit possible une fois pour toutes d’établir qu’il s’agit ici d’éléments nécessaires, et là de facteurs seulement contingents. Tout au plus, la connaissance, dans le pari qui la constitue, est-elle contrainte de poser certains éléments comme significatifs (sous couvert de révisions futures40).

54La plupart des études s’engageant dans cette voie cernent le rôle des causes dans un monde social qui apparaît soumis à un nombre important de forces génératives à action conjointe, opposée, efficace, momentanée, bref, à une complexité de facteurs interagissant entre eux. Ces démarches sont ainsi souvent contraintes de reconnaître la fréquente neutralisation de « forces » dans la vie sociale, le caractère ouvert des systèmes sociaux, ou encore, les différents effets non intentionnels produits par l’engrenage possible des événements. L’explication ne peut ainsi souvent qu’être du type « si A alors parfois B, C ou D ». Le « pourquoi » se décline ainsi dans une série plus ou moins ouverte de « parce que… ».

  • 41 Roy Bhaskar, A Realist Theory of Science, Harvester, Hemel Hempstead, 1978, chapitre ii.
  • 42 Pour certains d’ailleurs, cette situation ne serait nullement spécifique aux sciences humaines et (...)

55Dans ce sens, construire des configurations, des systèmes, des champs est une voie féconde pour la connaissance. Mais il ne s’agit là que d’îlots épistémologiques qui, malgré leur volonté de fermeture, n’en sont pas moins soumis à une limite majeure fort bien énoncée par Bhaskar : les « lois » générales exigent pour être valides des systèmes clos, fortement soumis à un contrôle expérimental, ce qui les rend problématiques dès que l’on a affaire à des systèmes ouverts comme c’est le plus souvent le cas dans la vie sociale41. C’est d’ailleurs ce qui rend compte du difficile (ou impossible) passage de l’explication à la prédiction ; les sciences sociales devant se contenter d’explications rétrospectives. Dans la vie sociale en effet, les systèmes ouverts sont fréquents, puisque la plupart des situations sont soumises à un grand nombre de mécanismes générateurs susceptibles d’ailleurs de se neutraliser les uns les autres. Du coup, la prévision d’une proposition sociologique est toujours sujette à caution. Bien entendu, rétrospectivement il est possible d’expliquer l’écart par une interférence peu probable. Mais l’impossibilité d’un traitement expérimental exhaustif, permettant de reproduire à l’identique une expérience pratique réussie avec suffisamment de précision et de détails, apparaît comme une limite insurmontable42. La vie sociale serait soumise à une multiplicité de séries causales indépendantes, susceptibles de s’entrecroiser. Le caractère fortuit de leur rencontre, d’autant plus qu’il s’agit de séries causales elles-mêmes hétérogènes, rend les possibilités de prévision particulièrement aléatoires. La conséquence intellectuelle la plus importante à tirer de ces réflexions est que la notion de causalité ne peut plus s’articuler uniquement avec une conjonction constante de phénomènes (un antécédent et une conséquence), mais doit davantage être associée à une explication de nature générative, capable de rendre compte véritablement de la nécessité de la connexion établie entre eux. L’important est de parvenir à expliquer comment sont produites les régularités constatées grâce au mécanisme générateur des pratiques.

56La causalité s’en trouve profondément complexifiée. Des études s’intéressent aux petites variations qui entraînent de grands changements, ou, à l’inverse, aux grandes variations qui n’en ont que de minimes. Il ne s’agit ni de dire que les mêmes causes produisent les mêmes effets, ni de nier toute relation entre les unes et les autres, mais de comprendre le différentiel de consistance de la vie sociale. Dans certaines situations, dont les trajectoires de précarité sont par exemple une bonne illustration, il suffit de perturbations plus ou moins significatives (mort d’un parent proche, séparation, maladie…) pour que des différences majeures se dessinent entre les expériences. En revanche, dans d’autres situations, ces mêmes perturbations, lorsqu’elles sont reconnues ou éprouvées en tant que telles (ce qui n’est pas d’ailleurs toujours le cas), n’entraînent pas ce type d’effets – notamment à cause de la nature du maillage de supports entourant l’individu. Bien entendu, à posteriori l’analyse peut bel et bien montrer ce différentiel d’action causale, et donc en rendre compte, plus ou moins précisément, en fonction des situations. Il n’y a là rien d’obscur ou de mystérieux. Par contre, cela donne un statut particulier à la généralisation.

57Le but est toujours la découverte d’explications sociales communes au-delà de la diversité des situations. Tout en reconnaissant qu’un enchaînement causal peut être altéré par des processus que l’on peut caractériser comme contingents, il s’agit d’insister sur le fait que la contingence ainsi produite est loin d’échapper à toute analyse. L’objectif est double : dissocier la causalité de l’idée de loi, et préserver le bien fondé de l’explication dans la sociologie. Et à l’intérieur de cet espace, le danger est aussi double : soit de parvenir à circonscrire des domaines ayant des causalités si restreintes qu’elles perdent tout intérêt, soit de se limiter à souligner des mécanismes générateurs si globaux qu’ils s’avèrent de très faible utilité pratique. Mais dans tous les cas de figure, l’explication passe par l’énonciation explicite des raisons rendant tel ou tel facteur, cause ou motivation, plutôt que tel ou tel autre, responsable de l’événement étudié.

58On peut à bien des égards regretter cet état d’impureté épistémologique. Mais c’est bien l’état réel de l’explication dans la sociologie. Certes, on doit sans arrêt s’efforcer d’en éliminer les interprétations les plus fallacieuses. Mais on ne parviendra jamais à oblitérer entièrement l’espace des approximations parce que dans sa relation à l’action, et suite à la possibilité irrépressible de formes simultanément contradictoires, la connaissance est confrontée à des défis spécifiques. Mais du coup, et sans que cela soit toujours suffisamment reconnu, cette révision opère un déplacement crucial. En quelque sorte, le fondement ultime de l’explication, au travers du constat précédent, ne vise pas seulement à établir un modèle mixte combinant des facteurs causaux (des régularités) et des raisons d’agir contextuelles, les uns et les autres pris par une contingence irréductible, mais remet en jeu un niveau proprement ontologique que l’épuration en termes de problématique épistémologique était censée avoir définitivement évacué.

La question de l’analyse

59Pour la sagesse, la sociologie ne saurait se réduire à l’explication. Bien entendu, il ne s’agit nullement d’abandonner la volonté d’explication d’un phénomène, mais de prendre acte du besoin de prolonger ou d’infléchir cette interrogation. Il ne suffit pas en effet de savoir d’un point de vue cognitif pourquoi quelqu’un fait ce qu’il a fait, ou si l’on préfère, comment s’établit un enchaînement vraisemblable entre les raisonnements et les événements (par exemple lorsqu’on corrèle la présence d’une crise économique à des poussées de xénophobie). Il faut s’attarder aussi sur les processus sociaux concrets par lesquels les événements prendront forme dans et par l’intermonde. L’objectif n’est pas alors seulement d’expliquer les causes ou les raisons d’un événement (même si, au moins implicitement, toute étude sociologique comporte toujours une dimension de ce type) mais de rendre compte de la manière dont opère un différentiel de consistances. Le but proprement analytique de toute étude, en tant que moment spécifique de la recherche, est la prise en considération des malléabilités de l’intermonde, à partir de leurs conséquences pour et par l’action, en dégageant une taxinomie des consistances sociales.

60Tout élément ou événement de la vie sociale est, lors de sa manifestation active, caractérisé par un degré spécifique de consistance. Le moment analytique à proprement parler (c’est-à-dire, la décomposition des réalités complexes en éléments simples) doit ainsi établir une classification des contextes en fonction de leur degré de codification ou de coercition. Pour cela, trois grands aspects doivent être envisagés. Le premier concerne les divers processus par lesquels les coercitions de la vie sociale s’éprouvent en fonction notamment de quelques grandes places sociales. Le deuxième doit établir des distinctions en fonction des situations sociales (rôles et liant). Le troisième vise à cerner la consistance des différentes dimensions constitutives de l’acteur que l’on étudie. Dans les trois cas (places, situations et dimensions), c’est à partir de la problématique générale de l’intermonde, de son mode d’être, que doivent se définir les composantes de l’étude.

Places

  • 43 Danilo Martuccelli, Dominations ordinaires, op. cit., chapitre iv.

61Nous reviendrons longuement sur ce point dans le prochain chapitre, limitons-nous donc ici à souligner une exigence majeure introduite par l’idée d’intermonde43. L’élasticité dans laquelle plonge la vie sociale en appelle à des études précises visant, au-delà d’une cartographie sociale nécessaire mais sommaire, à rendre compte de la nature réelle et polymorphe des protections ou des risques associés aux différentes places. Certes, l’élasticité interdit de concevoir des places totalement imperméables au changement, mais elle n’empêche pas l’existence d’un important dégradé positionnel. La place protégée dont jouissent les groupes supérieurs leur permet, par exemple, soit de différer leur réajustement aux changements sociaux bien plus longtemps que d’autres acteurs, soit de disposer d’une série de filtres les amortissant durablement et souvent de manière socialement invisible. Une place privilégiée se définit ainsi, largement, par la capacité structurelle d’un groupe social à être moins affecté qu’un autre par un changement, parce que ses membres peuvent, individuellement ou collectivement, reporter davantage les risques ou les conséquences du changement sur les autres groupes sociaux.

  • 44 Ulrich Beck, La société du risque (1986), Paris, Aubier, 2001. Les risques sont fort divers mais s (...)

62Deux processus majeurs se rejoignent alors. D’une part, la prise de conscience croissante de nos limites d’intervention sur le monde social fait basculer en partie les stratégies de puissance vers des logiques ancrées sur la protection. D’autre part, et de manière tout aussi importante, cette inflexion est à mettre en rapport avec les progrès des capacités de perception et d’anticipation des menaces et des risques futurs. Double processus qui favorise l’individualisation des inégalités sociales à l’intérieur d’une même catégorie sociale. C’est dans ce sens précis, que les inégalités, pour structurelles qu’elles sont, ne définissent plus forcément des places stables et bien délimitées, mais tendent à se diffuser par des logiques temporelles, spatiales et sociales44.

63L’élasticité foncière de l’intermonde rend considérablement plus complexe le problème de la protection dans les sociétés capitalistes avancées. Elle apparaît comme un mélange d’éléments institutionnels, cognitifs et émotionnels, comme le fruit d’une structure de la personnalité et d’une situation sociale… Pour autant, et contre toute attente sociologique, il faut préserver dans l’analyse son caractère composite. Au sein de l’intermonde, la protection est bel et bien un tout : une situation et une pratique. Même si elle ne fait pas toujours système, elle est caractérisée par une profonde connivence entre divers éléments. Elle procure un sentiment d’indépendance vis-à-vis des autres, un sentiment d’impunité à la fois physique et moral. Physique, puisque l’on se vit, à tort ou à raison, à l’abri des menaces immédiates. Moral, puisque l’environnement dans lequel on circule permet de suspendre tout sentiment de culpabilité individuelle quant au malheur des autres. Et d’ailleurs, c’est la reconnaissance de cette réalité qui contraint de plus en plus la sociologie à octroyer un rôle analytique majeur aux dimensions purement intérieures des individus. La manière dont ils éprouvent l’intermonde, à partir d’une place sociale, est une source précieuse pour l’étude de son différentiel de consistances.

64La protection donne en dernier ressort à l’individu une insouciance à l’égard des circonstances extérieures, du fait de sa place sociale. D’ailleurs, moins cette insouciance est remise en cause, moins l’acteur doit intervenir directement pour se maintenir à l’abri du monde, et plus elle se présente comme une forme importante de privilège. Cette insouciance apparente ne doit toutefois jamais faire oublier les capacités d’action dont sont capables les groupes sociaux pour parvenir à se protéger des dangers du monde. Tout en restant dormantes, elles n’en sont pas moins activables ; tout en étant invisibles, elles n’en sont pas moins actives.

65Les univers sociaux sont de moins en moins régulés par les seules résistances immédiates que les individus peuvent déclencher ou contourner par leur propre comportement, et de plus en plus sanctionnés et déterminés par des mécanismes lointains de régulation sociale. Être à l’abri du monde suppose la capacité de pouvoir agir en amont de la décision des autres, mais aussi, et plus modestement, la capacité de se mettre relativement à l’abri de l’engrenage des décisions prises par les autres, en faisant reposer sur eux les risques de la vie sociale. L’analyse doit ainsi rendre compte des manières différentielles dont les acteurs font face aux diverses coercitions. Et pourtant, cette nécessaire étude ne doit jamais faire l’impasse sur la porosité essentielle des places dans l’intermonde. Ce qui rend nécessaire lors des études précises, comme nous le développerons dans le chapitre suivant, de distinguer à ce niveau d’analyse entre positions structurelles et états sociaux.

66La prise en considération du différentiel des consistances sociales au niveau des places invite ainsi à reconnaître l’existence, quelque peu surprenante, d’individus ou de groupes opérant dans des univers sociaux qui leur donnent la possibilité de se sentir – ou non – à l’abri des secousses extérieures. Le problème principal est ainsi moins de cerner exclusivement ce qui détermine de manière causale une conduite (environnement, socialisation, raisons), que d’expliciter les diverses consistances positionnelles à partir desquelles les acteurs agissent et éprouvent la vie sociale. C’est dire que l’analyse au niveau des places force à distinguer deux registres différents d’action. D’une part, l’action, au sens habituel du terme, qu’un individu peut effectuer à partir d’une position sociale, c’est-à-dire impliquant un écart entre un état initial et un état final. Mais d’autre part, il faut également prendre acte, comme faisant partie de l’action, des facteurs dont disposent les acteurs du fait de leur positionnement. Pour statiques ou peu visibles qu’ils soient, ils n’en sont pas moins des éléments toujours actifs d’une place sociale.

  • 45 Danilo Martuccelli, Maristella Svampa, La plaza vacía, op. cit.

67En fait, derrière ce niveau d’analyse loge un problème bien plus fondamental qui n’est autre que la dialectique entre le « haut » et le « bas » d’une société. Du fait que tout phénomène social se décline au travers d’une série de consistances, il faut que l’analyse soit chaque fois capable de signaler, pour les différents niveaux de la réalité, la nature et l’étendue du processus étudié. C’est ce que nous avons fait lors d’une recherche à propos de la manière dont une tradition politique informait différemment le corps social selon qu’il s’agissait de l’action du leader, des militants, des syndicalistes, des électeurs populaires ou encore de marginaux urbains45. Nous reviendrons sur ce point, mais la spécificité ontologique de l’intermonde contraint notamment à récuser toute vision mécaniciste de l’exercice du pouvoir au profit d’une série d’études cernant les myriades de diffractions par lesquelles il passe, s’impose, se filtre, se dilue, se perd. Le problème n’est pas ainsi uniquement que le trajet du pouvoir n’a été pour l’essentiel étudié que dans un seul sens (descendant), c’est, bien plus profondément, son mode opératoire réel qui a été escamoté puisqu’il était supposé se répandre de manière uniforme et immédiate sur toute la société.

Situations

  • 46 Par d’autres biais nous rejoignons ici l’effort entrepris par d’autres sociologues en France dans (...)
  • 47 Danilo Martuccelli, Grammaires de l’individu, op. cit., chapitre ii.

68Mais il n’y a pas que les places qui doivent être soumises à cet examen. Au sein d’un intermonde unique, il faut aussi parvenir à différencier les situations à partir de leur différentiel de consistances sociales46. Et au-delà de la diversité des classements, il s’agit toujours de parvenir à cerner les conséquences induites par l’intermonde, tant sur le déroulement de l’action que sur les manières dont les individus éprouvent la vie sociale. Afin de rester proche de l’usage habituel de la notion de situation, le différentiel de consistances peut être précisé notamment à travers deux grandes notions – les rôles et le liant47.

Rôles

  • 48 Dans un sens proche, cf. François De Singly, Les uns avec les autres, Paris, Armand Colin, 2003 ; (...)
  • 49 Comme l’écrivait déjà Goffman en 1963, les interactions ont une structure définie imposant certain (...)

69Même si elle n’est nullement la seule notion, le rôle se révèle un outil précieux pour établir un agencement analytique entre les structures et l’action48. Son intérêt central provient de la labilité qu’elle reconnaît à une situation donnée et aux coercitions qu’elle n’oublie pas de souligner. Les individus n’agissent nullement dans l’incertitude, comme en témoigne l’importance des routines ou des prévisibilités du quotidien. Et pourtant, il est également vrai qu’il leur arrive d’agir dans des situations ambiguës et au travers de préférences inconsistantes. Si les unes et les autres sont simultanément possibles, c’est parce que la vie sociale échappe à toute clôture définitive. Même lorsque le cadre social commun est partagé et les règles clairement énoncées, il reste une ambiguïté foncière, autorisant toujours des écarts plus ou moins importants. En fait, les rôles, comme toute autre typification sociale, ne sont qu’un clair-obscur particulier de permissivité et de contrainte49.

  • 50 C’est d’ailleurs sur ce genre de possibilités que nous nous sommes appuyés dans le chapitre précéd (...)

70Les rôles sociaux sont un formidable outil de description structurelle de l’environnement social. Et dans ce sens, leur importance pour comprendre l’action ne réside pas dans l’explication qu’ils apportent quant aux processus de fabrication psychosociale des acteurs (Mead), aux raisons normatives d’agir (Parsons) ou à leurs stratégies interactives d’usage (Goffman), mais bel et bien dans la différenciation des situations qu’ils permettent en fonction justement de leur degré de consistance50. Dans les rapports sociaux propres aux organisations surtout, les rôles permettent d’évacuer l’opposition entre des situations structurées et non-structurées. Toutes les situations sont élastiques. La ligne majeure de partage ne passe donc pas entre la stabilité et l’incertitude, mais entre des situations ayant des consistances différentes et rencontrant de manière fluctuante des coercitions diverses. Dans ce sens, les actions ne se confondent jamais totalement avec la définition de la situation imposée, par exemple, par un cadre organisationnel, parce que la vie sociale échappe à des clôtures définitives. Et pourtant, s’il faut garder la notion de rôle, c’est pour bien montrer que l’ouverture contextuelle n’est jamais aussi grande que ne le laissent entendre ceux pour qui la vie sociale ne serait que le résultat de stratégies diverses correspondant à des estimations raisonnables de ce que ferait chaque acteur en fonction de ce qu’est son intérêt dans une situation.

71Bien entendu, dans la vie sociale, en fonction des contextes, les individus font face à des situations se définissant par un degré de coercition et de codification relationnelle divers – ce qui invite l’analyse à différencier, par exemple, des modèles du type du rôle-rouage et des situations où les rôles sont en émergence, en passant par toute une série des contextes intermédiaires. Cependant, dans toutes les situations, autant les plus « fluides » que les plus « rigides », une certaine ouverture est toujours de rigueur, et le différentiel de rigidité et de plasticité est tout relatif.

72Voilà qui interdit d’ailleurs le glissement de la sociologie vers une simple étude des situations. Toute analyse strictement situationnelle s’appuie en effet sur une illusion. Celle selon laquelle il suffirait de connaître la teneur supposée d’une situation pour pouvoir expliquer, presque en retour, l’action d’un acteur et sa trajectoire dans le monde. Cette fiction intellectuelle vise, encore et toujours, d’abord à accoupler l’action à une situation, ensuite à faire de cette action la meilleure réponse possible à cette situation, enfin, et à terme, à la considérer comme étant la seule envisageable. La volonté de différencier entre différents idéaux-types, en fonction de différentes consistances contextuelles, ne doit pas se solder par l’évacuation du critère commun ultime de toutes les situations – l’irréductible malléabilité résistante de l’intermonde.

Liant

73Mais cet aspect n’est pas le seul à prendre en considération au niveau des situations. Obnubilée par le problème de l’ordre social et la standardisation des conduites ou des situations qu’il entraîne, l’analyse sociologique a largement négligé d’autres aspects contextuels. Parmi ceux-ci, la notion de « liant », défini comme l’ensemble de traits situationnels singuliers enveloppant l’action, lui a fait particulièrement défaut. En rigidifiant la coupure entre la chaleur de la communauté et la froideur de la société, la plupart des sociologues se sont intellectuellement interdits la prise en compte d’une dimension échappant aux interactions sociales parce que les enveloppant d’emblée.

74La reconnaissance du liant permet de souligner l’autonomisation de l’enrobant situationnel. Les situations baignent dans des malléabilités contextuelles relativement indépendantes de leurs conditions de production ou de gestion par les acteurs. Le volontarisme constructiviste laisse paradoxalement échapper, sous couvert de pertinence ontologique, une dimension majeure de la réalité sociale. Le liant n’est pas un domaine constitué dans et par l’action. Au contraire même, les diverses conduites baignent dans des liants différents qui peuvent, dans certaines limites, être l’objet d’une action, mais qui, le plus souvent, restent au dehors des différentes conduites, tout en les enveloppant.

75Cette réalité n’est pas mystérieuse. D’ailleurs, la sociologie n’a pas cessé de la rencontrer, et en quelque sorte d’y buter, la nommant de diverses manières, souvent insatisfaisantes. Ici, il s’agit d’une « atmosphère » qui vient s’ajouter aux échanges ; là, c’est d’un « climat » dont on parle afin de désigner ce domaine imprécis surplombant les actions ; d’autres fois encore, on l’associe à la « confiance ». Dans tous les cas, à l’inachèvement de la standardisation rationalisée des conduites (objet de l’analyse en termes de rôles) doit s’ajouter l’existence de singularités situationnelles plus ou moins grandes. Les rôles sociaux ne sont donc pas exclusivement des variantes particulières d’un modèle général, ils en sont aussi des variantes uniques. Un des problèmes analytiques majeurs de la sociologie provient justement de son incapacité à reconnaître le bien fondé de cette distinction. Et pour le faire, la notion de liant est utile.

76Des rôles sociaux semblables définissent des situations semblables avec, cependant, des liants divers qui les rendent singuliers. Le liant est irréductible aux échanges. C’est ainsi qu’au sein de n’importe quelle organisation moderne rationalisée, les individus font l’épreuve de la diversité des situations en dépit de leur standardisation croissante. Aucune chambre d’hôpital ne ressemble à une autre, aucune classe n’est identique à une autre, ou encore, comme les témoignages des acteurs de théâtre en attestent, le « climat » des salles n’est jamais le même – même lorsqu’on joue le même rôle. Très souvent on a prétendu que ces aspects n’avaient qu’une fonction subalterne et mineure, et surtout, que ces variations pouvaient entièrement s’expliquer par des dimensions proprement interactives. Pourtant, en dépit de leurs similitudes structurelles, elles possèdent d’emblée un supplément ou un déficit d’élasticité. Certes, elles ne se manifestent que lors des interactions et par elles, mais elles définissent un autre espace analytique. Malgré l’imprécision des mots, il faut reconnaître qu’être avec un autre, notamment dans l’espace privé, tient autant d’une atmosphère globale que de pratiques communes. Ce liant dote d’une élasticité incroyable les relations avec autrui, au point que nous finissons par y vivre, sans même nous en apercevoir. Il tient donc de la confiance, mais il ne peut aucunement s’y réduire, car souvent, à cause de son efficacité symbolique, il maintient justement les interactions en dépit des méfiances réciproques.

  • 51 Par exemple, un enseignant, exerçant en principe un même rôle professionnel, peut connaître des va (...)

77Les relations sociales ont des liants différents. D’une part, mais c’est l’évidence même, en fonction de la diversité des relations engagées. Il est clair que les relations amicales ou familiales possèdent, par exemple, une plus grande malléabilité que les interactions strictement professionnelles. Elles se déploient à l’intérieur d’un domaine particulier de partage de temps, tout autant que de dispute et de critique, dont l’élasticité garantit la pérennité. D’autre part, parce qu’au sein d’interactions sociales standardisées, les individus font l’expérience de situations dotées de malléabilités diverses51. Si la standardisation de bon nombre de situations sociales empêche de prendre conscience de cette dimension, dans bien d’autres cas, les acteurs sont obligés de reconnaître la diversité des liants les unissant aux autres.

78Autrement dit, le liant définit un domaine de résistance sui generis, mi-affectif, mi-symbolique, mi-intuitif. Les individus y opèrent avec une conscience plus ou moins claire de ce qu’ils peuvent ou non se permettre vis-à-vis des autres. Le liant contraint à orienter le regard, au-delà des pures stratégies interactives, vers la qualité des relations. Dans ce sens, il peut être partiellement associé à un élargissement de notre sensibilité aux contextes. Ce qui fait aussi la différence entre les situations, c’est la nature du liant entre les individus. Remarquons que si la conception du lien social nous est si familière, c’est parce que tout simplement, et implicitement, notre sens commun épouse une conception mécaniste de l’ordre social – en supposant des barrières constantes et immédiates, un flux permanent d’actions et de réactions. Dès que l’on abandonne cette représentation, on voit se dessiner la spécificité du problème du liant.

79Nous faisons au quotidien l’expérience de maintes interactions dotées de différents types de liant. Pour un même rôle social, en fonction de notre interlocuteur, de notre histoire commune, d’emprises réciproques, d’affaires d’« épidermes » comme on dit parfois, des interactions apparemment semblables en viennent à se différencier considérablement. Les relations ne sont pas seulement plus ou moins difficiles en fonction de leur stabilité ou incertitude. Parfois, il faut même à proprement parler renverser le raisonnement. C’est en fonction de la nature du liant que les rôles sociaux sont plus ou moins difficiles à jouer, quelles que soient par ailleurs leur stabilité ou leur incertitude : c’est le liant qui décidera s’ils sont, en dernière analyse, praticables.

Dimensions

  • 52 Danilo Martuccelli, Grammaires de l’individu, op. cit.

80À ces deux grandes séries analytiques de déclinaisons, il faut en ajouter une troisième visant à cerner le différentiel de consistances constitutif des dimensions de l’acteur étudié. Pour le montrer, prenons l’exemple de l’individu lui-même52.

81Pendant longtemps, il n’a semblé possible de développer à son sujet que deux stratégies intellectuelles. Pour la première, fort classique, il s’agit de rendre compte des conséquences du changement au niveau de l’individu. Pour la deuxième, à l’inverse, il sert de point de départ pour tirer des éléments de compréhension de la vie sociale. Or, on peut aussi considérer que l’analyse doit se pencher sur le différentiel de consistances que prend chacune des grandes dimensions constitutives de l’individu. La stratégie d’étude peut ainsi souvent adopter une démarche compréhensive et s’intéresser à des aspects de plus en plus intimes mais l’objet de l’analyse reste toujours la matière sociale. Qu’il s’agisse des dimensions externes ou internes, l’analyse doit chaque fois viser à cerner les types de consistances sociales à l’œuvre au travers de la dynamique entre les textures et les coercitions. Dans un seul et même mouvement, l’étude peut alors à la fois être une sociologie du subjectif et une sociologie de l’objectivité sociale. Non pas pour affirmer un lien dialectique entre les deux (sous la forme bien connue de l’intériorisation de l’extériorité et de l’extériorisation de l’intériorité) mais pour saisir l’objectif ou le subjectif comme des variantes induites par une consistance sociale commune. Tout en étant ainsi l’objet précis de l’étude, l’individu lui-même, en tant que tel, ne devient à aucun moment le foyer central de l’analyse. Mais dans un découpage analytique de ce type, le primat est octroyé aux dimensions elles-mêmes et non pas aux positions ou aux situations sociales. Le nécessaire éclaircissement de ces dimensions doit se faire, en tout cas dans un premier moment, indépendamment des unes et des autres. Ce qui doit donc être systématiquement étudié, ce n’est pas l’individu, sa position ou sa situation, mais ce qui constitue en propre la consistance de chacune de ces dimensions.

82Le saisissement des individus se complexifie dès lors. Il devient moins uniforme. Il oblige surtout à différencier les problèmes en fonction des dimensions : à mieux définir la nature exacte des appuis des individus dans le monde (supports), à établir des différenciations entre les contextes d’action (rôles), à cerner la nature politique de leurs demandes d’égards interactifs (respect), à tenir compte des effets de la prolifération d’un discours sur soi induit par la culture moderne (identité), à s’attarder sur les principales manifestations de l’approfondissement de leurs compétences réflexives (subjectivité). Certes, chacun de ces processus connaît à la fois des traductions intérieures et extérieures qu’il s’agit de scruter, mais la vocation première de l’analyse est de les cerner, les unes comme les autres, à partir de leurs consistances sociales. C’est la prise en considération de ces dernières qui explique en dernier ressort que les dimensions retenues ne se déploient pas du plus externe ou objectif au plus intime ou subjectif, mais que chacune d’entre elles intègre les deux aspects.

83La problématique de l’articulation de ces dimensions se vide de son acuité, voire de sa pertinence, évitant un réalisme naïf qui, sous couvert de vraisemblance psychologique, ramène le lieu analytique de l’interprétation sociologique à l’individu lui-même. Ce que jadis on abordait de manière longitudinale au travers du processus de fabrication de l’individu (la socialisation), serait désormais à étudier de manière latitudinale dans la manière dont l’individu « se » bricole. En revanche, l’étude par les dimensions engage dans une autre voie. Dans ce sens, par exemple, les identités ne sont pas à cerner en fonction du niveau d’unité ou de décentration permises à l’individu, mais au travers de l’étude du degré de labilité propre aux différentes identifications possibles, allant d’un noyau « dur » (notamment les composantes de l’état civil) à des éléments plus « évanescents » (intimes ou biographiques). En bref, pour cette dimension comme pour les autres, il ne faut pas faire revenir le lieu de l’analyse au niveau de l’individu lui-même, mais cerner pour chaque dimension le propre du différentiel de consistances la constituant. L’origine de la pluralité et de la diversité se situe ainsi dans la nature spécifique de la vie sociale. Ce n’est pas l’acteur qui est bricoleur mais bel et bien l’intermonde qui est élastique.

84Derrière ces stratégies de déclinaison des consistances sociales selon les places, les situations ou les dimensions, se trouve une même volonté analytique. L’intermonde étant malléable, le moment analytique à proprement parler doit, au-delà des mécanismes explicatifs invoqués, disposer d’une série de modèles permettant de comprendre, par le jeu de consistances diverses, les manières effectives dont opèrent les limites de la vie sociale.

La question de la vérité

85Pour la sagesse, le problème principal n’est pas la relation entre nos connaissances et la réalité, mais la relation entre la connaissance et l’action dans l’intermonde. Pourtant, que la preuve de l’échec de nos actions soit complexe et rarement immédiate et directe, ne veut à aucun moment dire que toutes nos connaissances sont également faillibles. Ou plutôt, elles le sont, mais pas également. La complexité du démenti apporté par la réalité ne mène nullement au relativisme.

Action, connaissance, vérité

86La distinction introduite entre l’étude des coercitions et celle du choc avec la réalité s’explicite ici davantage. L’étude des coercitions peut très légitimement prendre des distances avec le seul niveau de l’expérience de l’acteur, grâce à l’établissement de certaines corrélations, à des études sur les divers processus de socialisation, ou aux différentiels de ressources structurelles qui, même si elles ne sont pas toujours perçues par les acteurs, n’en sont pas moins actives. L’étude du choc avec la réalité, en revanche, doit s’efforcer de décrire le monde à partir des expériences d’entraves effectivement reconnues par les acteurs. Ici, le sens visé par un individu, ou son expérience, est un niveau incontournable de l’analyse.

87Une distinction doit ainsi toujours rester claire entre deux utilisations possibles de la notion de vérité. D’un côté, la vérité désigne ce qui est considéré comme réel, comme ayant existé ou existant. Une relation étroite et problématique s’établit toujours ainsi entre le « vrai » et le « réel ». De l’autre côté, la vérité, saisie cette fois au sein d’un intermonde élastique, désigne davantage les manières dont les « choses » sociales opèrent, leur caractère tour à tour intermittent et régulier. L’abandon ou la mise en question de la première signification de l’idée de vérité n’amènent le plus souvent qu’à des absurdités sociologiques. Bien entendu, on peut critiquer les croyances propres à un groupe à une période donnée, mais elles sont tellement partie prenante de leur appréhension de la réalité que la critique risque de laisser constamment de côté des éléments majeurs de la vie sociale.

88Dans l’ordre de la pratique, afin d’établir si l’évaluation effectuée par un acteur est en elle-même « vraie » ou « fausse », il faut souvent savoir si, dans les conditions spécifiques où se déroule son action, les fins qu’il escomptait ont été atteintes. Mais comme bien des descriptions peuvent s’avérer, au moins dans un premier temps, opérationnelles, la vérité ou l’erreur ne sont que le fruit d’adéquations par définition temporaires, qui empêchent d’établir une fois pour toutes une vérité à partir de laquelle on pourrait interpréter, sans défaillance épistémologique, les erreurs. La vérité, pour garantie qu’elle puisse s’avérer en fonction de l’expérience passée, n’est jamais une nécessité.

89Le principal problème est donc de s’intéresser aux différentes situations qui rendent les diverses formes d’action momentanément « vraies ». Or, hormis dans quelques situations, là où l’échec d’une action prouve pratiquement à l’acteur, comme aux autres, son erreur, l’essentiel de la vie sociale se déroule à l’abri de ce type de considérations. Le déroulement d’une action, peut ou non connaître la réussite du point de vue des acteurs, sans que, pour autant, cette « réussite » ne permette de stipuler une fois pour toutes qu’il correspond à ce que sont objectivement les choses. D’ailleurs, il faut soigneusement distinguer deux types de distorsions. Le premier est fait de distorsions repérées par l’analyse sociologique et définies par leur écart à ce qui est à un moment donné une représentation dominante, ou jugée adéquate. Le second type renvoie à des distorsions qui rencontrent effectivement une sanction dans la réalité, et qui peuvent pourtant très bien être en accord avec une représentation majoritaire ou jugée correcte. Une double conclusion s’impose : d’une part, il n’y a pas d’étalon permanent de vérité et d’autre part, il existe un étalon ultime de vérité.

90Comprenons-nous bien : la plupart du temps, les individus ont la capacité à faire le tri entre des représentations purement imaginaires et celles qui, au contraire, cernent des dimensions de la réalité. Et pourtant, cette ligne de division proprement cognitive n’épuise pas la totalité du problème, puisque dans l’ordre de l’action, la nature spécifique de l’intermonde brouille (ou est susceptible de brouiller à tout moment) le bien-fondé pratique de cette démarcation – sans que cela ne doive se traduire par un brouillage de nos distinctions entre la réalité et l’imaginaire. Il existe indépendamment de nos représentations, mais la manière dont nous le rencontrons lors de nos actions est complexe. C’est pourquoi si le démenti définit en dernière instance ce qu’est la réalité, le caractère complexe des démentis les empêche, paradoxalement, d’en faire la figure exclusive du principe de vérité.

91La malléabilité résistante de l’intermonde l’empêche d’être ce tribunal infaillible et immédiat dont les bornes permettraient de trancher de manière univoque entre croyances fausses et vraies. Le rapport à l’expérience et à l’action est dès lors toujours problématique. Il n’y a pas de possibilité de contrôle objectif permettant de trancher définitivement sur la vérité d’une représentation. Pour important que soit le travail d’épuration conceptuel des sciences sociales, les catégories sociologiques ne seront jamais exactes, puisqu’une partie non négligeable des vertus pratiques des catégories procède justement du caractère instable de leurs significations.

92Néanmoins, la complexité du démenti que l’intermonde oppose à nos actions n’empêche pas, pour autant, d’établir une démarcation entre différents types de croyances pratiques. Que cela ne puisse pas s’établir d’une manière définitive et abstraite n’empêche nullement (au contraire même) les efforts de classement des vérités. L’intérêt de cette distinction n’est pas ainsi forcément de trancher entre des propositions contraires, mais de problématiser la compréhension de leurs trajectoires dans et par l’intermonde. Le problème n’est donc pas tant le caractère falsifiable ou non de nos représentations scientifiques (difficulté proprement épistémologique à établir des tests définitifs), mais la complexité faillible de nos actions – le fait que des représentations jugées historiquement comme fausses peuvent alimenter des actions réussies.

Les deux pôles de la vérité

93La sagesse sociologique commence donc avec le renoncement à la prétention de disposer de vérités susceptibles d’établir une adéquation essentielle entre une connaissance et l’action dans l’intermonde. Elle garde sans arrêt à l’esprit le problème induit par la coexistence de descriptions et d’actions qui conviennent et d’autres qui cessent de marcher, se « fatiguent », et dont le critère ultime de jugement n’est que leur temporaire efficacité pratique. La valeur d’une représentation ou l’efficacité d’une pratique sont dépendantes de la malléabilité d’un contexte. C’est dire que le problème est moins la frontière définitive entre la vérité et l’erreur, qu’une échelle entre diverses « espèces » de vérités rendant compte du rapport entre l’action et la connaissance. Tout au plus, et de manière schématique, il est possible de tracer une tension entre deux figures-types.

94D’une part, la vie sociale se déroule au milieu d’une série d’interprétations opposées, retenant plus ou moins l’attention, s’avérant plus ou moins plausibles. Les interprétations avancées définissent un rapport trop ouvert avec la réalité pour qu’elle puisse être l’objet de jugements définitifs. En quelque sorte, la vie sociale se pratique à l’intérieur de ce qu’il n’est pas exagéré d’appeler des « parenthèses de vérité ». Il s’agit en quelque sorte de vérités-labiles. Une partie seulement, mais une partie importante des sciences sociales, propose des descriptions de ce type, et leur prolifération guette constamment la sociologie. La vie sociale s’y déroule dans un champ d’oppositions à géométrie variable, sans autre fondement ultime que celui que donne la variabilité historique et contextuelle des « forces » en présence. Elle se présente alors comme une suite ininterrompue d’interprétations qui, en dépit de leur diversité virtuelle, sont simultanément acceptables. Puisque les erreurs peuvent être pendant fort longtemps opérationnelles, l’analyse doit tenir constamment compte de la labilité virtuelle de nos descriptions du monde social, en empêchant des formulations catégoriques à l’aide de tests définitifs.

95D’autre part, il existe, au moins en principe, des vérités résultant de notre rapport à l’intermonde sous l’angle du choc avec la réalité. Nous savons par expérience, pratique et intellectuelle, que dans notre rapport à l’intermonde « n’importe quoi » ne marche pas et que parfois les actions rencontrent effectivement des limites importantes. Mais si cette situation peut donner lieu à des vérités-épaisses, il s’agit d’un critère insuffisant pour caractériser toutes les significations possibles de la vérité dans une vie sociale qui doit intégrer aussi des éléments normatifs ou des seuils de satisfaction subjectifs. D’ailleurs, et surtout, il ne peut s’agir que d’une idée limite puisque, comme nous l’avons établi dans le chapitre précédent, contrairement à ce que laisse supposer un critère pragmatique peu problématisé, la réussite ou l’échec de nos actions sont loin d’être évidentes ou définitives au sein de l’intermonde. Le choc avec la réalité n’est qu’une idée régulatrice, mais elle tire sa force du fait que nous vivons au sein d’un monde auquel nous prêtons le plus souvent, pour des raisons culturelles diverses, des capacités de coercitions que nous supposons actives et stables.

96Cette distinction entre vérités-labiles et vérités-épaisses, si elle cerne avant tout un problème pratique, n’en a pas moins des équivalences du côté de la connaissance scientifique elle-même. La vérité est le résultat de ce que les chercheurs s’accordent, à partir des exigences variables de normativité scientifique, à considérer comme étant réel et vrai. Dans ce sens, la vérité est un idéal au sein d’une communauté de chercheurs, pour qui il est impossible de dire que toutes les interprétations se valent. La vérité scientifique est un ensemble de propositions, acceptées comme vraies, ou vraisemblables, parce qu’elles ont su résister (ou sont supposées avoir résisté) à une série de tests empiriques, de controverses rationnelles, ou d’utilisations pratiques. En fait, il s’agit toujours de la même conception. La vérité d’une connaissance est établie en fonction des résistances déjouées dans une communauté scientifique – elles-mêmes faisant référence à des résistances réelles. Il existe donc des vérités-épaisses ou des vérités-labiles, dans le domaine proprement scientifique comme dans celui de l’action, même si, dans chaque domaine la forme et la nature des oppositions sont différentes. Rien ne l’atteste mieux que les métaphores entre les sciences dites « dures » et « molles » qui, dans leur caractérisation même, y font imaginairement référence.

97Dans tous les cas de figure, la réalité est toujours ce qui résiste. Mais elle n’est ni immédiate ni univoque dans ses oppositions. C’est ce qui ouvre justement le problème de la vérité dans son rapport spécifique à l’action, étant donné la multiplicité des formes pratiques d’opposition. La sagesse force alors à apprendre (en fait à reconnaître) que nous circulons au milieu de contradictions, sachant reconnaître parfois des vérités s’appuyant sur des ressemblances pratiques seulement analogiques ou superficielles, ou sur des interprétations impossibles à invalider définitivement. La sagesse invite à reconnaître que la preuve se fait dans l’intermonde d’une manière particulière, exigeant la recherche d’un équilibre, irrémédiablement conjoncturel, entre épaisseurs et labilités. Parce que les vérités acquises ne sont jamais entièrement accolées à des épreuves durables et constantes de choc avec la réalité. Parce que les vérités énoncées ne sont jamais entièrement indépendantes d’interprétations à vérité labile, appuyant de surcroît leur valeur sur la persuasion induite par des effets stylistiques ou littéraires, voire sur leur proximité avec un certain esprit du temps.

  • 53 Pourtant, et en dépit de leur labilité, il est simplement faux de laisser entendre que ces vérités (...)

98C’est sur ce point que l’épistémologie « dure » et la sagesse diffèrent le plus. Pour la première il s’agit toujours d’engager un nécessaire et inépuisable travail de chirurgie analytique visant à durcir nos explications. Pour la deuxième, parfois presque à l’opposé, il s’agit de reconnaître, par une attitude générale, le fait que lors de l’action les différentiels de vérité à l’œuvre sont un mélange impossible à démêler entièrement53. Il s’agit d’accepter comme problématique ce qui est problématique, le caractère limité, dans l’espace et dans le temps, de la réussite (elle-même objet susceptible de controverse) d’une action. Autrement dit, il y a de bonnes et de moins bonnes descriptions, avec un taux différentiel de réussite, dépendant en dernière analyse des coercitions ou des chocs rencontrés dans la vie sociale. Mais les multiples figures kaléidoscopiques qu’elles peuvent prendre en fonction des contextes rendent indécidables, dès le départ et une fois pour toutes, l’affirmation de l’existence de vérités épaisses durables et définitives.

Circulation des vérités

  • 54 Des constats de ce type ne sont pas rares dans les études d’épistémologie : « Notre connaissance d (...)

99Le problème principal provient donc du fait que des interprétations peuvent être fructueuses empiriquement au-delà de leur vérité supposée, puisque la validation des interprétations fournies, le test de la réalité, sont d’une nature particulière. D’ailleurs, même dans le domaine proprement scientifique, la mauvaise interprétation n’est chassée ni immédiatement ni durablement par la bonne interprétation54. À la limite, mais seulement à la limite, le critère le plus fort de vérité n’est autre ainsi que celui qui provient d’un choc avec la réalité.

100De manière schématique donc, les vérités disponibles au sein d’une communauté de chercheurs ou dans nos rapports à l’action en un moment « t », prennent la forme d’un continuum s’étendant entre les deux pôles qui viennent d’être distingués. D’une part, un espace d’interprétation assez large, alimenté par une dynamique de production de savoir et d’échanges symboliques divers, qui s’accroît de manière exponentielle dans la modernité, et dont la validité ultime en termes de vérité est pour le moins difficile à établir. D’autre part, des vérités obtenues à l’issue de démentis pratiques directs ou de « tests » scientifiques, certes, inévitablement contextualisés, mais qui tendent à être généralisés parce qu’ils sont reconnus dans leur efficacité.

101L’imagination sociologique possède bel et bien des limites, mais comment ne pas réaliser que bien des explications, autant celles du sens commun que celles des spécialistes, ne sont souvent que des affirmations sans test fort, sans choc avec la réalité. Très souvent en effet à la racine de la réduction de l’explication au seul moment cognitif ou interprétatif, se trouvent des actions qui ne rencontrent pas, directement ou activement, d’opposition dans l’intermonde. Il s’agit alors de vérités-labiles au sens que nous avons donné à ce terme, à plus ou moins forte vraisemblance ou véracité interprétatives, mais qui n’épuisent pas, en tant que telles, l’interrogation sociologique. Ainsi, la réponse au « pourquoi », pour significative qu’elle s’avère en termes de causes ou de raisons, doit prendre acte du besoin de prolonger l’analyse afin de rendre compte des manières précises dont les actions s’effectuent, grâce à la forte comparabilité pratique virtuelle des situations.

  • 55 Jürgen Habermas, Vérité et justification, op. cit., p. 188.

102En résumé : la connaissance opère, dans sa relation à l’action, à l’intérieur d’un espace allant de ce qu’il faut nommer des parenthèses de vérités (ou des vérités-labiles) jusqu’à des situations où nos actions se cognent avec le monde (vérités-épaisses). Le résultat est une forme de raisonnement qui, pour certains, restera à jamais entachée d’impureté, mais qui suffit pour établir une vraie différence entre des préjugés pratiques et une connaissance informée par une attitude de sagesse. En tout cas, la plupart de nos connaissances circulent de facto au sein d’un espace sui generis, où, plutôt qu’en termes de tout ou rien, il faut raisonner en termes de gradation, afin de ne pas « assimiler la vérité ni à la certitude pratique ni à l’assertabilité garantie55 ». C’est dans cet entre-deux dicté par les consistances sociales que se place la vérité, dans ce qu’elle comporte d’exigence dans la relation entre la connaissance et l’action. La représentation ultime à retenir est celle d’une série de cercles concentriques, d’une surface de vérité où circulent nos connaissances, au gré des contextes et des besoins.

103La problématique de la relation entre l’action et la connaissance au sein de l’intermonde ne distingue donc pas entre, d’un côté, des énoncés vrais tirés d’observations, et de l’autre, des énoncés qui ne s’appuient pas directement sur des faits observés. Quelle que soit la pertinence de cette séparation dans d’autres disciplines, il s’agit plus, dans la sociologie, d’un continuum que d’une rupture ou d’une séparation nette. Répétons-le, toute connaissance sociologique s’appuie sur des éléments mélangeant, certes à des doses diverses, mais mélangeant toujours, des éléments rhétoriques ou narratifs, des éléments tirés d’observations, et des éléments inférés à partir d’autres connaissances – articulant donc à la fois des vérités labiles et des vérités épaisses.

La question de la question

104Dans sa relation à l’action, la sagesse souligne avec force un critère d’évaluation spécifique de la connaissance. À côté d’indispensables considérations épistémologiques, il faut être également sensible au caractère significatif des questions adressées.

  • 56 Pour un vibrant réquisitoire dans ce sens, cf. Alain Caillé, La démission des clercs, Paris, La Dé (...)
  • 57 « Avant tout il faut savoir poser des problèmes. Et quoi qu’on dise, dans la vie scientifique, les (...)
  • 58 Danilo Martuccelli, « La production des connaissances sociologiques et leur appropriation par les (...)

105Il est juste de reconnaître avec Weber que le choix d’une problématique intellectuelle peut être subjective et arbitraire, mais que la démonstration, elle, doit être rigoureuse. À condition de ne pas oublier, dans l’évaluation des connaissances produites, de tenir compte de l’intérêt (intellectuel, politique, pratique) des questions posées56. Bien entendu, cette préoccupation n’est nullement étrangère à la pensée sociologique et elle est même consubstantielle à l’esprit scientifique (le « sens du problème » dont parle Bachelard)57. Pourtant, elle a été largement négligée ou subordonnée au profit d’autres considérations jugées plus nobles. Or, ce n’est que lorsqu’on tient compte, dès la production des connaissances, non pas forcément du problème de l’intervention sociale mais de l’intérêt (non réductible à la seule « utilité » escomptée) de l’interrogation sociologique que se dégage le mieux la véritable acuité de la question posée58.

106Bien entendu, il ne revient nullement à un pouvoir central, ni même vraiment à une communauté scientifique, d’instituer une fois pour toutes ce qui est « intéressant » ou ce qui ne l’est pas. Il n’y a pas de méthode pour trancher ce problème. Mais on doit avoir présent à l’esprit ce critère de jugement, surtout lors de la production de connaissances. Et il n’est nullement évident que, dans les sciences sociales, le propre de l’activité scientifique soit de s’attarder sur des questions, peut-être secondaires, mais auxquelles elles peuvent pourtant répondre, à l’inverse de la métaphysique ou de l’essai qui, s’interrogeant sur l’essentiel, se révèlent incapables d’atteindre une quelconque vérité. L’intérêt de la question posée est partie prenante de la vertu de la réponse apportée. Il ne s’agit pas de sacrifier l’intérêt fondamental à la vérité possible. Une chose est la nécessaire transformation d’un problème en question, et d’une question en traitement méthodologique, et autre chose l’autonomisation de ce processus en dehors de toute problématique en termes d’intérêt significatif – intellectuel ou social. D’ailleurs, au-delà de leurs possibles vertus méthodologiques, les problèmes insignifiants ne génèrent pas nécessairement de meilleures connaissances…

  • 59 De ce point de vue, il ne serait pas inutile que les sciences sociales s’imposent un critère de ju (...)

107En tout cas, l’intérêt exclusif pour la pertinence des réponses obtenues à la suite de protocoles méthodologiques reconnus risque à tout moment de vider de sens la quête sociologique. La sagesse sait qu’une théorie vaut plus parfois pour les questions qu’elle pose que pour les réponses qu’elle apporte. Il est inutile à ce sujet d’opposer stérilement un souci proprement épistémologique et une préoccupation de sagesse, et pourtant, il est nécessaire de reconnaître les possibles tensions entre les deux. À la différence d’une évaluation strictement épistémologique, se désintéressant largement à la fois et du problème du sens et de la question de la signification sociale des connaissances, la sagesse, comme attitude générale, en fait un pivot de sa réflexion. Mais la reconnaissance de cette tension ne doit jamais se traduire par une rupture doublement stérile puisque menant d’un côté vers des affirmations tôt ou tard purement idéologiques et de l’autre côté vers des conclusions tôt ou tard simplement insignifiantes. Il suffit alors de faire le pari, que dans l’état actuel des connaissances sur la vie sociale et de la combinaison épistémologique impure des savoirs la constituant, la reconnaissance en tant que telle de la vertu de l’intérêt de la question posée permet d’informer, sinon forcément les connaissances les plus solides, en tout cas les moins triviales que nous puissions fournir sur la vie sociale59.

108C’est pourquoi d’ailleurs ce qui est ainsi parfois rejeté comme s’agissant de réponses « fausses », historiquement « datées » et définitivement « dépassées », peut, au contraire, être préservé comme « connaissance » par la sagesse. C’est que leur valeur ne se mesure pas uniquement par leurs vertus méthodologiques ou leur vérité, mais provient aussi de leur capacité à faire sens, parfois à apporter des repères globaux et significatifs. La valeur de ces études ne procède ni de leurs seules vertus heuristiques, ni du seul rôle de légitimation intellectuelle qu’elles jouent. Même lorsque bien des constats empiriques établis par la sociologie classique sont démentis, on continue non seulement à se servir de ces élaborations intellectuelles comme modèle de travail, mais aussi comme interrogation. La sagesse sociologique reconnaît le besoin de représentations d’ensemble de la vie sociale. Elle sait qu’elles disposent d’un statut de vérité particulier mais elle n’hésite pas à accepter tout ce que ces conflits de macro-représentations font peser sur les analyses de la vie sociale. Et quelle que soit la méfiance que l’on peut avoir à leur égard, elles n’en ont pas moins, parfois, une réelle valeur heuristique. Ce que la sagesse rejette ce n’est donc pas le caractère progressif des connaissances, mais la défense d’une certaine conception cumulative du savoir, privilégiant une lecture de l’histoire comme un exercice judiciaire où toutes les connaissances pourraient se valider définitivement comme vérités ou s’invalider comme erreurs.

109Étant données la production de sens qui définit les sciences sociales (y compris lorsqu’on le regrette) et l’ouverture de son espace explicatif (y compris lorsqu’on s’efforce de le fermer), la sagesse prend acte de l’importance de la pertinence historique d’une question dès et dans la production des connaissances.

110Agir et penser dans un intermonde élastique, au travers des diverses dimensions que nous avons distinguées, suppose ainsi à terme de développer une sagesse grâce à laquelle l’engagement dans le monde est constamment tempéré par une bonne dose de détachement intellectuel. Cette vision allie une demande rigoureuse d’information et un profond désintérêt pour les indicateurs et les données ; une confiance inébranlable quant au bien-fondé de nos capacités d’action et le sentiment le plus charnel de l’insuffisance incontournable de nos décisions et de nos actions ; le désir intellectuel de classer le monde et la certitude pratique de l’incertitude de toute mesure ; la conscience de la faiblesse structurelle des actions directes comme celle de la pertinence de moyens indirects ou obliques ; le sentiment, contradictoire, que tout aurait pu être différent mais que désormais rien ne le sera plus entièrement ; une compréhension dynamique des limites dynamiques ; enfin et surtout, la conviction résolue du changement, par la certitude dans l’impossibilité du statu quo.

Notes

1 Comme le résume Berthelot, dans les grandes traditions intellectuelles, que ce soit chez Durkheim ou chez Weber, « l’ontologie reste arrimée à des intérêts épistémologiques (de fiabilité et de pertinence de la connaissance) et ne dépasse pas la postulation initiale de propriétés génériques revendiquées ou exclues ». Cf. Jean-Michel Berthelot, « Sociologie et ontologie », dans Pierre Livet, Ruwen Ogien (éds.), L’enquête ontologique, Raisons pratiques, n ° 11, p. 76. Le vecteur épistémologique devrait ainsi en être le vecteur principal, et au fond, le vecteur souhaitable puisque menant à un développement de la sociologie sous forme de programmes de recherche.

2 Sur ce point, la plus grande prudence s’impose puisque différentes démarches sont possibles ; leur ouverture témoignant de la relative indépendance des affaires ontologiques et épistémologiques. En tout premier lieu, une perspective défendant au nom de la distinction ontologique entre les sciences de la nature et les sciences de l’esprit, une division épistémologique, plus ou moins radicale, entre les disciplines. Ensuite, et exactement à l’opposé, pour tous les partisans du monisme – le monde naturel et social étant soumis à une même ontologie –, ils devraient être étudiés par une seule et même épistémologie. En troisième lieu, et il suffit à cet égard de penser à Durkheim, on peut défendre à la fois une double ontologie et se prononcer néanmoins pour un monisme épistémologique. Enfin, et même si cette posture est en apparence étrange, on pourrait légitimement défendre la thèse d’une similitude, ou en tout cas d’une continuité ontologique, entre le monde naturel et le monde social (ce que bien des positions contemporaines s’efforcent de faire autour d’une conception stratifiée de la réalité) tout en défendant, en même temps, une certaine forme de diversité épistémologique.

3 Granger a bien distingué entre une rationalité épistémique, concernant la nature même de la connaissance, et une rationalité d’action ou pratique, soumise elle, à des considérations d’un tout autre ordre. Cf. Gilles-Gaston Granger, « Les trois aspects de la rationalité économique », dans Louis-André Gérard-Varet, Jean-Claude Passeron (éds.), Le modèle et l’enquête, op. cit., 1995, p. 567-580.

4 En dépit de considérations souvent innovantes, c’est la principale limite de la manière dont Maxwell a mobilisé la notion de sagesse. Dans sa volonté d’opposer la « connaissance » à la « sagesse », et ceci dans toutes les disciplines scientifiques, il finit par donner à cette dernière un statut incertain. Elle ne devient qu’une orientation de savoir, donnant la priorité à la recherche des solutions pour les problèmes humains, plutôt qu’à la connaissance pour la connaissance. Cf. Nicholas Maxwell, From Knowledge to Wisdom, Oxford, Basil Blackwell, 1984.

5 C’est la position de Flyvbjerg, pour qui les sciences sociales devraient s’inspirer étroitement de la phronésis d’Aristote, afin de devenir des disciplines articulant la « pédagogie » et la « politique » et dont le but principal serait d’éclairer le débat public. L’accent est ainsi davantage porté sur les objectifs de la science sociale que véritablement sur la nature et les limites des connaissances produites (même si l’auteur privilégie la description des cas concrets comme voie principale pour nourrir les débats). Cf. Bent Flyvbjerg, Making Social Science Matter, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

6 Dans ce qui suit, les notions de « loi », « cause » ou « explication » sont associées à l’idée de régularités. Si d’évidentes différences sont à introduire entre ces termes, il n’est pas néanmoins indu de leur reconnaître une vocation épistémologique commune.

7 Sur la possibilité des lois en sociologie, cf. Charles-Henri Cuin, Ce que (ne) font (pas) les sociologues, Genève, Droz, 2000, p. 78-79.

8 Quant au caractère de « truisme » de bien des généralités sociologiques, cf. Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991, p. 369.

9 Raymond Boudon, La place du désordre, Paris, PUF, 1984, p. 78.

10 Pensons, par exemple, à la notion d’« espace social » développée par Bourdieu. Le privilège qu’il a toujours octroyé à l’analyse des correspondances multiples vient de l’affinité qu’il décèle entre cette méthode d’analyse mathématique et la pensée sociale en termes de Champ. Ici, ce sont les relations fonctionnelles et structurales qui rendent compte, non pas de la réalité, mais de la prédictibilité probabiliste de conduites, à l’aide des mesures s’appuyant sur les pratiques accomplies dans le passé. C’est à partir de cette construction du champ qu’il est possible d’énoncer le probable, l’impossible, voire le certain et le nécessaire. La pratique d’un agent, au sein d’un champ, dépend de la pratique de tous les autres agents, en fait, des relations entre sa position dans le champ et toutes les autres positions. Cependant, en couplant la théorie du champ avec la théorie de l’habitus, Bourdieu a aussi ouvert la voie à une étude plus « flexible » puisque devant rendre compte de la diversité des niveaux d’imprécision ou d’irrégularité – par désaccord – existant entre les agents et leurs positions. Et c’est bel et bien cet assouplissement qui finit par faire métastase, mettant à mal l’intime dépendance du modèle avec l’idée d’ordre social. Cf. Danilo Martuccelli, Sociologies de la modernité, Paris, Gallimard, 1999, chapitre iii.

11 Les exemples sont nombreux et divers. Ils sont repérables dans différents domaines et à divers niveaux. Dans le domaine de l’histoire économique, par exemple, et à la suite d’un long travail critique, Bairoch conclut à l’inexistence « de ‘lois’ ou de règles en économie qui soient valables pour toutes les périodes de l’histoire ou pour chacun des divers systèmes économiques » puisqu’à des structures et situations différentes correspondent des processus et des évolutions diverses (cf. Paul Bairoch, Mythes et paradoxes de l’histoire économique (1993), Paris, La Découverte, 1999, p. 224). Mais on pourra aussi évoquer, en dépit de vives discussions, les études portant sur des individus résilients, capables de développer des résistances inégales face aux divers malheurs d’une existence, défiant ainsi toute causalité rigide et constante octroyée au passé. Cf. Boris Cyrulnik, Un merveilleux malheur, Paris, Odile Jacob, 1999.

12 Une situation que l’on peut aussi exprimer en tenant compte des discussions tournant depuis plusieurs décennies autour de la « direction » de la causalité. Celle-ci peut, dans certains domaines être, sinon univoque, au moins linéaire, mais dans bien d’autres domaines, les formes de la causalité sont à double sens, définissant une attirance-répulsion entre les causes et les effets, ou encore, ayant des issues différentes en fonction des situations.

13 David Hume, Enquête sur l’entendement humain (1748), Paris, Flammarion, 1983, p. 88 et suiv.

14 Pour Aron, par exemple, et au-delà de la distinction qu’il établit entre causalité historique, où la notion de « cause » ne désigne, et de manière fort labile, qu’une séquence chronologique d’événements, et causalité sociologique, qui elle, viserait à cerner les phénomènes sociaux en termes de régularité, cette attitude devrait permettre de reconnaître l’incertitude foncière dont est fait l’avenir lors de l’action. Cf. Raymond Aron, Introduction à la philosophie de l’histoire (1938), Paris, Gallimard, 1957. Cf. aussi les commentaires sur l’« imputation causale singulière » de Paul Ricœur, Temps et récit (1983), t-1, Paris, Seuil, 1991, p. 322-339.

15 Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique, op. cit.

16 Jean-Claude Passeron, « Weber et Pareto : la rencontre de la rationalité dans l’analyse sociologique », dans Louis-André Gérard-Varet, Jean-Claude Passeron (éds.), Le modèle et l’enquête, op. cit., p. 131.

17 Jean-Claude Passeron, « Formalisation, rationalité et histoire », dans Jean-Yves Grenier, Claude Grignon, Pierre-Michel Menger (éds.), Le modèle et le récit, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001, p. 220. Sur ce point, plus largement, cf. Thomas S. Kuhn, La structure des révolutions scientifiques (1962), Paris, Flammarion, 1972.

18 Jean-Michel Berthelot, Les vertus de l’incertitude, Paris, PUF, 1996, p. 140.

19 Jean-Michel Berthelot, « Programmes, paradigmes, disciplines : pluralité et unité des sciences sociales », dans Jean-Michel Berthelot (éd.), Epistémologie des sciences sociales, Paris, PUF, 2001, p. 489.

20 Jean-Claude Passeron, « Weber et Pareto : la rencontre de la rationalité dans l’analyse sociologique », dans Louis-André Gérard-Varet, Jean-Claude Passeron (éds.), Le modèle et l’enquête, op. cit., p. 113-114. Ou pour l’exprimer autrement, le travail sociologique s’appuie ainsi, par exemple, sur ce que Livet appelle des « inférences révisables », dont la validité dépend étroitement d’un contexte, et dont toute variante d’une prémisse nous obligerait à réviser l’inférence posée, interdisant la transitivité immédiate des raisonnements. Ce sont des correspondances établies entre les contextes que provient à terme le savoir social. « Comprendre un cas, c’est donc construire peu à peu un réseau de normalités et d’exceptions, c’est-à-dire de contextes différents mais reliés, qui suspendent certaines inférences et en déclenchent d’autres ». Cf. Pierre Livet, « Action et cognition en sciences sociales », dans Jean-Michel Berthelot (éd.), Epistémologie des sciences sociales, op. cit., p. 312.

21 Jacques Revel, « Les sciences historiques », dans Jean-Michel Berthelot (éd.), Epistémologie des sciences sociales, op. cit., p. 52 et suiv.

22 Jean-Claude Passeron, « Formalisation, rationalité et histoire », op. cit., 2001, p. 243.

23 Spécificité ontologique de la vie sociale qui rend compte pour beaucoup de la singularité analytique de la sociologie pouvant toujours quelque peu opérer à l’aide d’affirmations décontextualisées et d’argumentations « flottantes ». Cf. Jean-Michel Berthelot, Les vertus de l’incertitude, op. cit., surtout chapitre iv.

24 D’ailleurs, rares sont les perspectives acceptant véritablement de limiter la connaissance sociologique à une étude monographique ponctuelle dont les résultats ne devraient pas, parce qu’ils ne le pourraient pas, être transférés ailleurs. Cf. Erhard Friedberg, Le pouvoir et la règle, Paris, Seuil, 1993.

25 Pour une présentation synoptique de ces possibilités cf. Alasdair Macintyre, Après la vertu (1981), Paris, PUF, 1997, p. 92-105.

26 Zygmunt Bauman, Legislators and Interpreters, Cambridge, Polity Press, 1987 ; aussi, Georges Balandier, Le désordre, Paris, Fayard, 1988.

27 Outre les travaux désormais classiques de Kuhn, Feyerabend ou encore de Geertz, cf. notamment Jean-François Lyotard, Le différend, Paris, Minuit, 1983.

28 Rorty écrit à propos des pragmatistes que leur désir est de « remplacer la distinction entre apparence et réalité par celle qui sépare les descriptions du monde et de nous-mêmes qui sont les moins utiles et celles qui le sont davantage », cf. Richard Rorty, L’espoir au lieu du savoir, Paris, Albin Michel, 1995, p. 24.

29 C’est bien entendu la position des tenants du programme dit fort. Cf. Barry Barnes, David Bloor, « Relativism, Rationalism and the Sociology of Knowledge », dans Martin Hollis, Steven Lukes (eds.), Rationality and Relativism, Cambridge, MIT Press, 1982, p. 21-47 ; Bruno Latour, La science en action, Paris, La Découverte, 1989.

30 Richard Brown, Clefs pour une poétique de la sociologie (1977), Arles, Actes Sud, 1989, p. 92-113.

31 Nous suivons ici la lecture proposée par Jürgen Habermas, Connaissance et intérêt (1967), Paris, Gallimard, 1976, p. 124-146.

32 Willard van Orman Quine, Le mot et la chose (1960), Paris, Flammarion, 1977.

33 Ruwen Ogien, Les causes et les raisons, op. cit., p. 50.

34 Cette situation, d’ailleurs, n’est pas exclusive aux sciences sociales d’un point de vue strictement épistémologique. Fagot-Largeault, après un long examen, et s’appuyant sur des considérations de plusieurs spécialistes des sciences de l’ordre vivant, en conclut : « Les méthodes de recherche dans les sciences ‘bio’ sont plurielles. Les généralisations y sont périlleuses. L’art de la preuve y est délicat. Les praticiens doivent manier avec jugement les subtilités de l’inférence statistique. Ce n’est pas une tare, c’est un enrichissement. /…/Les ‘sciences naturelles’ (sciences de la terre, sciences de la vie), loin d’être restées en-deçà des accomplissements de la philosophie naturelle, ont en se développant contribué à en diversifier le paradigme. Le fait qu’elles tâtonnent entre monstration et démonstration (importance des techniques d’imagerie), entre généralisation empirique-inductive et démarche hypothético-déductive, ‘entre loi et histoire’, entre histoire et théorie, dans le ‘mélange de contraintes et d’histoire qui a façonné l’univers’, est plutôt un signe de leur lucidité épistémologique ». Cf. Anne Fagot-Largeault, « L’ordre vivant » dans Daniel Andler, Anne Fagot-Largeault, Bertrand Saint-Sernin, Philosophie des sciences, t. 1, Paris, Gallimard, 2002, p. 550.

35 Wolf Lepenies, Les trois cultures (1985), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990.

36 Les auteurs ayant donné ce type de représentation de l’espace intellectuel de la sociologie sont nombreux. Cf. les réflexions à cet égard de Neil J. Smelser, « Sociology as Science, Humanism and Art », dans Kai Erikson (ed.), Sociological Visions, Maryland, Rowman & Littlefield Publishers, 1997, p. 17-29. D’autres fois, c’est plutôt la tension entre la science et la littérature – ou les humanités – qui a été soulignée, que ce soit d’un point de vue historique, cf. Bruce Mazlich, A New Science : The Breakdown of Connections and the Birth of Sociology, New York, Oxford University Press, 1989 ; ou en termes proprement intellectuels, cf. Donald N. Levine, The Flight from Ambiguity, Chicago, University of Chicago Press, 1985, ou encore, Robert K. Merton, On Theoretical Sociology, New York, The Free Press, 1967. Pour une vision élargie sur ce point cf. la mise en perspective proposée par Alan Wolfe, « The Two Faces of Social Science », dans Kai Erikson (ed.), Sociological Visions, op. cit., p. 31-56.

37 Pour une convaincante critique d’une réduction matérialiste forte établissant une correspondance stricte entre états mentaux et états physiques, cf. Ruwen Ogien, « Pourquoi estil si difficile d’être purement matérialiste », dans Pierre Livet, Ruwen Ogien (éds.), L’enquête ontologique, op. cit., p. 237 et suiv.

38 Charles Tilly, « History and Sociological Imagining », dans Kai Erikson (ed.), Sociological Visions, op. cit., p. 67-81.

39 Jon Elster, Proverbes, maximes, émotions (1999), Paris, PUF, 2003, p. 25.

40 On pourra trouver des réflexions différentes, mais soulignant ce même principe, dans d’autres perspectives intellectuelles. C’est ainsi par exemple qu’au sein du réalisme critique, Lawson parle de demi-régularités ou de demi-lois pour caractériser justement les régularités partielles d’un événement indiquant l’actualisation, non universelle, d’un mécanisme ou d’une tendance sur une région de l’espace-temps. Il s’agit alors de comprendre comment et pourquoi certains mécanismes sont apparus, et comment ils se reproduisent dans une situation et pas dans d’autres. Cf. Tony Lawson, « Economic Science without Experimentation » (1997), dans Margaret Archer et al. (eds.), Critical Realism, op. cit., p. 144-169.

41 Roy Bhaskar, A Realist Theory of Science, Harvester, Hemel Hempstead, 1978, chapitre ii.

42 Pour certains d’ailleurs, cette situation ne serait nullement spécifique aux sciences humaines et sociales. Pour une lecture critique des travaux de Bhaskhar dans ce sens, cf. Ted Benton, « Realism and Social Science : Some comments on Roy Bhaskhar’s ‘The Possibility of Naturalism’ » (1981), dans Margaret Archer et al. (eds.), Critical Realism, op. cit., p. 297-312. En effet, dans les sciences naturelles aussi, le dégagement des conclusions n’empêche pas la présence d’événements imprévisibles, même si ces derniers n’invalident pas forcément les « lois » de la nature. Néanmoins, la potentialité de prédiction des sciences naturelles, encore fortement enracinée au niveau de certaines représentations spontanées de la science, est de moins en moins partagée par bon nombre des scientifiques. En tout cas, dans bien des domaines, le degré de prévisibilité entre les unes et les autres n’est pas foncièrement différent. Les sciences naturelles aussi privilégient désormais la non-linéarité sur la linéarité, la complexité sur la simplification, l’impossibilité d’extraire le « mesureur » de ce qui est mesuré, les problèmes introduits par la flèche du temps, les conceptions d’une nature moins mécanique et plus active et créative, basée sur l’auto-organisation, en fait, d’un univers décrit comme plus instable, dans lequel les perturbations jouent un rôle majeur dans l’émergence de réalités de plus en plus complexes. En réalité, les systèmes stables ou en équilibre qui jadis étaient supposés décrire toute la réalité, ne sont désormais conçus que comme un segment particulier et limité de la réalité. L’existence de systèmes éloignés de l’équilibre oblige à reconnaître le caractère incertain du futur et l’irréversibilité des phénomènes. Cette épistémologie ouvrirait ainsi vers de nouvelles représentations de la société. Cf. Rapport de la Commission Gulbenkian, Ouvrir les sciences sociales, Paris, Descartes & Cie, 1996, p. 67 et suiv. Comme l’indique le rapport : « l’analyse scientifique fondée sur les dynamiques du non-équilibre, avec son insistance sur les futurs multiples, la bifurcation et le choix, la dépendance historique et, pour certains, l’incertitude inhérente et intrinsèque, correspond bien à certaines traditions importantes des sciences sociales » (ibid., p. 70). Cf. aussi John Urry, Global Complexity, op. cit.

43 Danilo Martuccelli, Dominations ordinaires, op. cit., chapitre iv.

44 Ulrich Beck, La société du risque (1986), Paris, Aubier, 2001. Les risques sont fort divers mais schématiquement il n’est pas impossible d’en distinguer, à l’instar de Beck, deux grandes familles. La première souligne une structure charnière à un nouveau type de société, dans laquelle les risques sont produits par une dynamique endogène, par l’application de la modernisation industrielle à la société elle-même – les catastrophes écologiques en étant une illustration importante. La deuxième, bien qu’évoquée aussi par Beck lui-même, est pourtant dévalorisée analytiquement par l’auteur, puisque plus traditionnelle dans sa portée, fait référence à des situations, plus ou moins maîtrisables, dans lesquelles, par le biais de luttes souvent opaques, les individus reportent sur les autres les risques de l’existence. Cependant, l’intermonde oblige à introduire quatre nuances importantes. D’abord, et contrairement à Beck, le deuxième type de risque est, d’un point de vue sociologique, plus important que le premier puisqu’il introduit un différentiel positionnel. De plus, la distinction entre les deux types de risque est loin d’avoir toujours la clarté énoncée par l’auteur. En troisième lieu, il est difficile d’être en accord avec Beck et d’accepter la possibilité, parfois évoquée, d’éliminer ou de parvenir à la maîtrise de ces différents risques par la constitution d’un savoir scientifique orienté vers l’autocontrôle et l’autolimitation. (Beck est d’ailleurs revenu sur cette illusion en reconnaissant le caractère fondamentalement ambivalent de la modernité. Cf. Ulrich Beck, « The Reinvention of Politics : Towards a Theory of Reflexive Modernization », dans Ulrich Beck, Anthony Giddens, Scott Lash (eds.), Reflexive modernization, Cambridge, Polity Press, 1994). Enfin, et comme d’habitude dans la sociologie, l’effet des risques est conçu, en dépit de la juste autonomisation de la problématique de sa perception, comme opérant, étrangement, encore et toujours, d’une manière immédiate, directe, et durable.

45 Danilo Martuccelli, Maristella Svampa, La plaza vacía, op. cit.

46 Par d’autres biais nous rejoignons ici l’effort entrepris par d’autres sociologues en France dans les dernières années. La volonté de « sérier » des types de situations se présente aussi comme une perspective se voulant en quelque sorte intermédiaire, entre une position générale et abstraite, peu sensible aux variantes locales ou indexicales, et une position radicale niant toute commensurabilité entre les contextes, puisqu’elle croit possible d’établir des équivalences et des comparaisons entre les situations. Cf. Nicolas Dodier, « Les appuis conventionnels de l’action. Éléments de pragmatique sociologique », Réseaux, 65, 1993, p. 63-86 ; Nicolas DODIER, « Une éthique radicale de l’indexicalité », dans Michel De Fornel, Albert Ogien, Louis Quéré (éds.), L’ethnométhodologie, Paris, La Découverte, 2001, p. 315-330.

47 Danilo Martuccelli, Grammaires de l’individu, op. cit., chapitre ii.

48 Dans un sens proche, cf. François De Singly, Les uns avec les autres, Paris, Armand Colin, 2003 ; Jean-Claude Kaufmann, L’invention de soi, Paris, Armand Colin, 2004.

49 Comme l’écrivait déjà Goffman en 1963, les interactions ont une structure définie imposant certaines obligations mais elles représentent aussi « une petite habitation étroite où il y a plus de portes et plus de raisons psychologiquement normales pour sortir de tout ce que peuvent imaginer tous ceux qui sont toujours loyaux envers la société situationnelle ». Cf. Erving Goffman, Behavior in Public Places, Glencoe, Il., The Free Press, 1963, p. 341. Mais la raison ultime de cet état de fait ne découle pas des compétences de cadrage des acteurs, donc à terme de leurs compétences proprement cognitives, mais bel et bien du mode d’être spécifique de la vie sociale.

50 C’est d’ailleurs sur ce genre de possibilités que nous nous sommes appuyés dans le chapitre précédent pour différencier quatre grands types de contextes de rôles afin d’étudier les figures d’action qu’ils engagent.

51 Par exemple, un enseignant, exerçant en principe un même rôle professionnel, peut connaître des variations extrêmes en fonction des classes, y compris lorsque celles-ci possèdent une grande similitude sociale. En tout cas, ce même enseignant sait qu’il ne peut pas tolérer les mêmes choses dans des classes différentes, puisque le liant est chaque fois différent. Pour une analyse des incidents scolaires interprétables en partie dans ce sens, cf. Anne BARRERE, « Un nouvel âge du désordre scolaire : les enseignants face aux incidents », Déviance et Société, 2002, vol. 26, n ° 1, p. 3-19. D’ailleurs, la diversité du liant est dans certains cas le fruit des interactions précédentes ; c’est ainsi, par exemple, que dans les interactions scolaires on a pu insister sur l’importance déterminante de la première heure de cours pour définir l’« ambiance » durable d’une classe.

52 Danilo Martuccelli, Grammaires de l’individu, op. cit.

53 Pourtant, et en dépit de leur labilité, il est simplement faux de laisser entendre que ces vérités ne sont sujettes à aucune limite. Quel que soit le degré de labilité à l’œuvre, les contraintes professionnelles (d’ailleurs différentes selon les périodes, les pays ou les domaines d’étude) en action dans un milieu de recherche, empêchent, pour l’essentiel, le glissement de la sociologie dans le pur essayisme, en dehors de tout contrôle interprétatif, où les affirmations sont d’autant plus péremptoires qu’elles vont souvent à l’encontre des données établies.

54 Des constats de ce type ne sont pas rares dans les études d’épistémologie : « Notre connaissance de l’ordre humain a donc un caractère mixte : elle prend, par endroits, la forme d’un savoir scientifique ; et, dans des cas plus nombreux, elle conserve l’allure du récit (particulier, exemplaire ou parfois générique) ». Cf. Bertrand Saint-Sernin, « La causalité », dans Daniel Andler, Anne Fagot-Largeault, Bertrand Saint-Sernin, Philosophie des sciences, t. 2, Paris, Gallimard, 2002, p. 922.

55 Jürgen Habermas, Vérité et justification, op. cit., p. 188.

56 Pour un vibrant réquisitoire dans ce sens, cf. Alain Caillé, La démission des clercs, Paris, La Découverte, 1993.

57 « Avant tout il faut savoir poser des problèmes. Et quoi qu’on dise, dans la vie scientifique, les problèmes ne se posent pas d’eux-mêmes. C’est précisément ce sens du problème qui donne la marque du véritable esprit scientifique. Pour un esprit scientifique toute connaissance est une réponse à une question. S’il n’y a pas de question, il ne peut y avoir connaissance scientifique ». Cf. Gaston Bachelard, La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 1965, p. 14 (C’est Bachelard qui souligne).

58 Danilo Martuccelli, « La production des connaissances sociologiques et leur appropriation par les acteurs », Éducation et sociétés, n ° 9, 1, 2002, p. 27-38.

59 De ce point de vue, il ne serait pas inutile que les sciences sociales s’imposent un critère de jugement supplémentaire, que l’on pourrait dénommer comme la « bourse de Colbert » : dans la production de données, il faut toujours choisir la méthode la moins onéreuse (et ceci d’autant plus que la recherche s’appuie sur des fonds publics) à l’aune de la pertinence de la question cherchée. Après tout, une trivialité reste toujours une trivialité même si elle est « établie » par des milliers de questionnaires, des centaines d’entretiens ou des années de séjour sur le terrain…

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search