Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Première sous-partie. La foi source de création culturelle

Trois chœurs de l’Ouest à la veille de la Révolution (Le Mans, Sées, Laval)

Sylvie Granger

Texte intégral

1Les religions suscitent des pratiques culturelles qui leur sont propres. Parmi celles suscitées et vitalisées par la religion catholique, les pratiques musicales avaient un poids particulier, à la fois par leur rôle dans la liturgie et par la quantité d’exécutants qu’elles nécessitaient et conséquemment faisaient vivre. Ceux-ci restent inégalement connus : en dehors des principales cathédrales, les corps de musique des églises de la France moderne ont été peu étudiés. Souvent faute de sources.

  • 1 Démarrée sous l’impulsion de Bernard Dompnier (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), avec l (...)

2Ce problème est partiellement résolu si l’on place l’observation à l’extrême fin de l’Ancien Régime. Par centaines, musiciens et musiciennes perdent leur emploi lorsque, fin 1790, disparaît le chapitre ou le monastère qui les salariait. Dans l’espoir d’obtenir une indemnité, ils entament alors des démarches, rassemblent attestations et certificats, rédigent des requêtes. Envoyés au Comité ecclésiastique à Paris, ou restés au département, ces dossiers livrent un éclairage sans égal sur les musiciens en exercice dans les institutions religieuses du royaume en 1790, leur itinéraire passé, leurs revenus, leur mode de vie… Une enquête nationale est en cours à partir des papiers du Comité ecclésiastique (série DXIX aux Archives nationales) et des documents équivalents inégalement conservés dans les séries L des archives départementales1. Dans ce cadre, je propose de faire ici le point sur la structure musicale des trois principales églises d’une petite zone géographique assez homogène, dans laquelle furent taillés les départements de Mayenne, Orne et Sarthe.

  • 2 En 1790, la cathédrale de Sées est dédiée à Notre-Dame, mais ce depuis 1786 seulement. Avant cette (...)
  • 3 AN : G8 516/532, pouillé de 1760, revenus nets en livres.

3De ces trois églises, deux ont le statut de cathédrale : Saint-Julien du Mans et Notre-Dame de Sées2. La troisième est la collégiale Saint-Tugal, première église de Laval. Le diocèse de Sées est plus petit que celui du Mans, qui englobe le Bas-Maine (c’est pourquoi Laval n’est pas alors siège d’évêché). La richesse des trois chapitres est inégale : les revenus relevés trente ans plus tôt allaient de 48 000 livres pour Saint-Julien à 9 330 pour Saint-Tugal, en passant par 14 000 pour le chapitre de Sées3. La taille des trois compagnies respecte cette gradation : 40 prébendes au Mans, 24 à Sées, 12 à Laval.

  • 4 La Musique à la cathédrale du Mans du Moyen-Age au XXIe siècle, ouvrage collectif, Le Mans, Psallet (...)
  • 5 Louis Saget, « La psallette Saint-Tugal de Laval (1444-1790) », Province du Maine, 1986, p. 7-24. (...)

4Ces contrastes de statut et de puissance se traduisent-ils dans l’armature musicale des trois églises ? Leur histoire musicale a été jusqu’alors inégalement étudiée : copieusement pour la cathédrale mancelle4, partiellement pour la collégiale lavalloise5, laconiquement pour la cathédrale de Sées.

5La simple comparaison des effectifs apporte une première réponse, affinée par celle de la répartition des fonctions au sein des trois chœurs. Mais le plus éclairant est l’observation du profil des musiciens (âge, ancienneté, origines). Quant aux gages, ils traduisent logiquement les disparités relevées au fil de notre investigation au cœur de ces mondes sonores nés pour la célébration religieuse.

Trois structures musicales graduées

Du simple au double

6La hiérarchie dictée par la richesse est doublement respectée, dans les effectifs adultes comme dans ceux des garçons éduqués au sein de chacune des psallettes.

Cathédrale Saint-Julien, Le Mans

Cathédrale Notre-Dame, Sées1

Collégiale Saint-Tugal, Laval

Musiciens adultes

12

9

6

Enfants de chœur

8

6

4

Total effectifs musicaux

20

15

10

1. Mythifiant en 1828 la cathédrale de Sées d’avant la Révolution, Maurey d’Orville lui attribue 10 musiciens et 8 enfants de chœur. Pourtant, le dossier « Gagistes du chapitre de Sées » est sans ambiguïté, et le maître de psallette, le 4 novembre 1790, évoque « les six enfants de chœur qu’il est obligé d’instruire » [A.D. 61 : L 1352].
Tableau 1. – Les effectifs musicaux dans trois églises de Maine-Normandie en 1790.

7Le principe de gestion des enfants de chœur est partout à peu près le même : recrutement vers l’âge de sept ans, formation et utilisation durant une dizaine d’années, puis délivrance d’un pécule destiné suivant les cas à financer un autre apprentissage, ou à accompagner la quête d’un poste musical disponible, proche ou lointain. Dès qu’un grand enfant de chœur a mué, on procède au recrutement d’un nouveau garçonnet. Dans un chœur il y a donc souvent un jeune adulte qui ne peut plus chanter parmi les dessus, et un nouveau en phase d’apprentissage. On mesure la fragilité du dispositif lorsque, comme à Laval, la psallette ne compte que quatre garçons.

  • 6 Le chapitre de Saint-Tugal déclare en juillet 1790 lui avoir, depuis une date non précisée, « assu (...)
  • 7 René Morzel « a toujours reçu du ci-devant chapitre des secours suffisants pour subsister » [AN : (...)

8De Laval au Mans, les effectifs adultes vont du simple au double. Toutefois, le chapitre lavallois entretient en sus deux autres musiciens. Ils ne sont pas comptabilisés ici, car en 1790 ils ne remplissent plus leurs fonctions : l’un, Jean Josset, à cause de son âge6, l’autre, René Morzel, pour une raison que nous découvrirons plus loin7. Concentrant le regard sur les 27 adultes réellement actifs en 1790, observons leur répartition entre les postes de travail : pour entendre les nuances entre ces trois chœurs…

Fonctions musicales

Cathédrale Saint-Julien, Le Mans

Cathédrale Notre-Dame, Sées

Collégiale Saint-Tugal, Laval

Maître de Musique

1

1

1

Organiste

1

1

1

Serpent

3

2

/

Autres instrumentistes

1

/

/

Chanteurs

6

5

4

Total

12

9

6

Tableau 2. – Effectifs des diverses fonctions musicales dans trois églises de Maine-Normandie en 1790.

9Les deux fonctions majeures d’encadrement sont assurées dans les trois églises : chacune a un maître de musique et un organiste. La première différence se lit au niveau des instrumentistes.

Violoncelle et serpents

  • 8 Michel Boyer, Notice biographique sur François Pichon, ancien maître de musique au Mans, Le Mans, (...)

10Seule la cathédrale du Mans bénéficie à plein temps d’un instrumentiste spécialisé dans les cordes : François Pichon (1741-1836), d’abord violoncelliste, mais qui, selon Michel Boyer, l’un de ses contemporains lui aussi musicien, « n’était guère moins habile sur le violon8 ».

  • 9 Selon le pouillé de 1760 : 7 200 livres de revenus annuels à Saint-Pierre contre 9 300 à Saint-Tug (...)
  • 10 AD53 : B 428, 1747, condamnation pour dettes de Vincent Brassard, musicien. Affaire analysée par J (...)
  • 11 AD61 : L 1352.

11Chacune des cathédrales rétribue des joueurs de serpent, alors que la collégiale semble ne pas en disposer. Lacune curieuse, car le serpent est alors si copieusement utilisé dans les célébrations religieuses qu’il symbolise l’Église sur des gravures révolutionnaires. À la collégiale Saint-Pierre-la-Cour du Mans, dont les revenus étaient inférieurs à ceux de Saint-Tugal9, il y a en 1790 un jeune serpentiste en exercice et deux anciens entretenus par le chapitre. La logique pousse à penser que l’un des chantres de Laval savait jouer du serpent, et tel avait probablement été le rôle de Jean Josset avant sa retraite. On sait en effet que dans sa jeunesse il avait reçu en dépôt « un serpent, instrument servant à la muzique », provenant d’un collègue en délicatesse avec la justice10. On avait donc entendu, au moins sporadiquement, le son du serpent à Saint-Tugal. À l’inverse, formés au chant durant leurs années d’enfant de chœur, les instrumentistes des cathédrales chantaient en cas de besoin. À Sées, le serpent René Coudray expose qu’il devait « chanter, emboucher le serpent et jouer du basson11 ». La plupart de ces hommes sont polyvalents.

Psalteur, chantre ou musicien ?

12La seconde différence entre les trois chœurs vient des voix. Leur nombre total est régulièrement décroissant : 6 au Mans, 5 à Sées, 4 à Laval. Les chiffres sont faibles, rendant toute absence problématique. Or l’absentéisme des chantres était un mal endémique des chœurs, ou du moins un sujet de plainte récurrent pour les chanoines, partout relevé au fil des registres capitulaires dépouillés.

  • 12 Guillaume Couriot a auparavant été rémunéré par les chanoines de Bourges pour avoir « chanté dans (...)

13Au-delà du nombre, les mots diffèrent pour désigner ces chanteurs. Chacune des deux cathédrales possède un chantre haute-contre, dont la voix aiguë tranche sur celle des basse-contre, registre le plus grave des voix d’hommes (3 au Mans, 4 à Sées). Entre les deux, Le Mans déclare une basse-taille. Quant aux choristes de Saint-Tugal, ils sont dits psalteurs, ou chantres, sans plus de précision. L’alternance constante des deux termes montre qu’ils sont ici devenus synonymes. Ces mots ne sont pas inconnus dans les églises voisines. Mais lorsqu’il s’agit de plaider pour obtenir une pension, presque tous les chantres du Mans ou de Sées précisent leur registre vocal. Le seul pour lequel je ne l’ai pas trouvé est Guillaume Couriot, au Mans, qui se dit obstinément musicien. Plus large, ce terme suggère une pratique instrumentale, et c’est probablement ce que Couriot a voulu insinuer, se conférant ainsi une « plus-value ». Pourtant aucun instrument n’est jamais mentionné à son sujet, et le verbe chanter lui est bien accolé, ailleurs12. Signalons enfin que les chanteurs de Sées sont parfois désignés comme chantres-musiciens ou comme musiciens-basse-contre, musiciens-haute-contre.

14Ces fluctuations cachent-elles des différences qualitatives ? Ma conclusion sur ce point tend plutôt à incriminer avec prudence un biais documentaire : on n’emploierait pas exactement la même terminologie – ou les mêmes stratégies – dans chacune des administrations départementales naissantes… Au Mans et à Sées, on tenterait de valoriser les compétences, à Laval, on tendrait à les niveler.

De l’individuel au collectif : portraits croisés

15S’il est malaisé d’évaluer la réalité sonore de ces trois chœurs, en revanche on a assez d’éléments biographiques sur les individus qui les composent pour en tracer des portraits bien différenciés.

L’âge du chœur

  • 13 François-Pierre Collet a été reçu comme organiste de Saint-Tugal le 29 mai 1789. Né le 8 mai 1773, (...)

16L’âge moyen des 27 musiciens observés dépasse de peu 36 ans au milieu de 1790. Le plus jeune a 17 ans et deux mois : c’est François-Pierre Collet qui, après dix ans à la psallette, vient tout juste d’être embauché par la collégiale de Laval13. Le plus âgé a 52 ans, c’est le haute-contre de Sées Martial-Silvestre Barotte, dit Joinville. Ces deux cas sont révélateurs de la situation générale. La moyenne d’âge étant de 36 ans au Mans, c’est en effet Saint-Tugal de Laval qui en 1790 possède le chœur le plus jeune (31 ans et demi), et la cathédrale de Sées le plus âgé (39 ans et 8 mois). Mais si l’observation s’était placée un ou deux ans plus tôt, elle aurait abouti au classement inverse : avant le changement d’organiste et la retraite de Josset et de Morzel, la moyenne d’âge du chœur lavallois approchait de cinquante ans.

17Quant aux maîtres de musique de 1790, ils sont tous trois à peu près du même âge : 45 ans à Laval et au Mans, 41 ans à Sées.

18L’observation de détail fait émerger un phénomène que je peine à expliquer : la rareté des trentenaires (3 sur 27 seulement) alors que les quadragénaires sont 9 et les moins de trente ans 12. Peut-on hasarder que ces églises, et plus particulièrement les cathédrales de Sées et du Mans, sont considérées comme des étapes, où l’on vient volontiers débuter une carrière, mais que l’on quitte ensuite si on se sent animé de quelque ambition ? Ce fut notoirement le cas de Jean-François Lesueur, qui exerça tour à tour à Sées, Dijon, Le Mans et Tours, avant d’accéder à son but suprême : Paris ! Seuls y resteraient au-delà de leurs premières armes ceux qui, satisfaits ou résignés, sont implantés localement et ne repartiront pas.

Anciens et nouveaux venus

  • 14 C’est le cas à Sées, ce qui est d’autant plus précieux que la série de registres capitulaires cons (...)

19Depuis combien de temps ces hommes occupaient-ils le poste où 1790 les a surpris ? Leur date d’engagement est précisée dans les tableaux dressés par l’administration, ou dans les dossiers de carrière, qui parfois comportent une copie certifiée conforme de la conclusion capitulaire ayant décidé l’embauche14. Ce qui permet de calculer les durées moyennes d’ancienneté en juillet 1790 : 9 ans 7 mois à Laval, 9 ans 9 mois au Mans, 15 ans 8 mois à Sées.

  • 15 BM Laval : ms 347, f° 163 v.

20Très logiquement, ce classement fait écho à celui de la structure par âges. Deux ans plus tôt, la collégiale lavalloise alignait un chœur vieillissant, où l’ancienneté moyenne dépassait les vingt ans. Mais, en plus du grand enfant de chœur promu organiste, deux jeunes gens ont été recrutés récemment pour pallier le déclin de Josset et de Morzel, l’un en septembre 1788, l’autre à Noël 178915. Les cathédrales, à côté de quelques hommes stabilisés depuis plus de vingt ans (2 au Mans, 3 à Sées), ont aussi su attirer de nouveaux talents. À Sées, 5 musiciens sur 9 sont présents depuis moins de quinze ans, dont le maître lui-même, arrivé il y a peu (mars 1789). Au Mans, ce sont 9 musiciens sur 12 qui sont là depuis moins de dix ans. Trois d’entre eux sont un legs de la révolution musicale déclenchée par Lesueur en 1782 :

  • 16 René-Pierre Nepveu de la Manouillère, Mémoires, publiés par G. Esnault, Le Mans, Pellechat, 1877-1 (...)

« Comme il se plaignait qu’il n’y avait point de musiciens pour rendre sa musique, dans quinze jours, on a arrêté ou fait venir trois musiciens, dont une haute-contre qui est bon musicien, mais dont la voix est faible ; il est jeune16… »

21Ce bon musicien à la voix faible, c’est Jean Barillet, né près de Paris et précédemment en poste à Saint-Martin de Tours puis à la cathédrale de Blois. En 1790, il chante toujours la haute-contre à Saint-Julien, tout en enseignant la guitare en ville.

Hommes du cru ou migrants venus de loin ?

22L’évocation de ce Parisien venu chanter au chœur du Mans invite à s’interroger sur l’ampleur respective des aires de recrutement des trois églises.

Lieux de naissance des musiciens exerçant dans trois églises de Maine-Normandie en 1790.

23Éloquente, cette carte montre les nettes variations dans la part du recrutement endogène : un quart de l’effectif au Mans, la moitié à Sées, la totalité à Laval ! À Saint-Tugal, celui qui vient de plus loin est le psalteur Julien-Grégoire Turmeau, né à 30 kilomètres au nord de Laval. La collégiale lavalloise vit en autarcie sur les ressources musicales locales. On n’observe aucun échange entre l’est et ouest du diocèse du Mans, et les rares hommes du Maine exerçant en 1790 à Saint-Julien viennent tous du Haut-Maine.

  • 17 Michel Boyer, « Notice biographique, musicale et littéraire sur François Marc, Maître de chapelle (...)

24Moins strictement alimentées localement, les deux cathédrales comptent en leur chœur des hommes venus d’ailleurs : Parisiens (3 au Mans, 1 à Sées), Picards (2 à Sées, 1 au Mans), Poitevin, Tourangeau… Ce sont les maîtres qui ont les origines les plus lointaines : par un hasard insolite, alors que les hommes du Sud sont rares dans les chœurs au nord de la Loire, on en trouve deux ici à la direction. Le maître de Sées, Michel-Ange Catino, vient du Comtat Venaissin. Celui du Mans, François Marc, est né à Montpellier. Si son patronyme est moins typé, son enfance languedocienne lui avait légué un bel accent, qui venait « assaisonner » un caractère emporté et joyeux, au témoignage de Boyer17.

Échelle des salaires, échelle des talents ?

  • 18 La rémunération d’un musicien d’Église comporte un fixe, augmenté de sommes casuelles difficiles à (...)

25Ces contrastes accumulés se retrouvent-ils dans les rémunérations ? Il n’est guère risqué de répondre oui. Les chiffres le prouvent18.

Tableau 3. – Rémunération des musiciens exerçant dans trois églises de Maine-Normandie en 1790 (en livres par an).

26Ces chiffres ne sont pas tous comparables entre eux. Les gages des maîtres de musique, qui accusent des écarts spectaculaires, incluent le budget de fonctionnement du pensionnat dont ils ont la direction. Le maître du Mans, qui a deux fois plus d’enfants de chœur à entretenir, ne gagnait donc pas, dans la réalité, quatre fois plus que celui de Laval. Cependant, même si leurs charges respectives ne sont pas chiffrées, François Marc au Mans était certes plus à l’aise. D’autant qu’il bénéficiait en sus d’avantages en nature, et que certains frais liés au pensionnat étaient pris en charge directement par le chapitre :

  • 19 AD 72 : L 360, Comptes de la cathédrale du Mans pour 1790.

M. Marc, Me de Musique, à la charge de nourrir et entretenir 8 enfants de chœur, jouit du lieu de la Malmare, est logé, meublé, et reçoit en outre......................................................................................... 3 500#
Entretien des 8 enfants de chœur, livres, papier, encre et plumes, le tout évalué à 600#
M. Huet, grand-mairien des enfants de chœur.............................. 200#
M. Le Sueur pour raser les enfants de chœur................................ 24#19

  • 20 À Laval, le premier chantre, François Clément, reçoit en plus 60 livres « pour la place de sous-sa (...)
  • 21 Sans doute ne s’agit-il pas d’un poste à temps plein : le niveau de gages de l’organiste lavallois (...)
  • 22 François Verron, 513 livres [AD 86 : L 233].

27Pour les autres postes, les niveaux de rétribution sont plus facilement lisibles. Le chapitre manceau a uniformisé (peut-être artificiellement) les gages de tous ses musiciens autour de 700 livres. Les deux autres chapitres appliquent une grille salariale interne plus nuancée20. La hiérarchie des trois églises est clairement manifestée par les appointements de leurs organistes, celui du Mans touchant 3,5 fois ce que reçoit son collègue de Laval21. Et pourtant, la cathédrale mancelle paie moins que celles de Tours ou d’Angers, dont les organistes en 1790 ont 800 livres d’honoraires. Avec 504 livres, l’organiste de Sées, quant à lui, se trouve au niveau de celui de la cathédrale de Poitiers22. Rémunérés moitié moins que leurs collègues des autres églises, les psalteurs lavallois complètent leurs revenus en étant tissiers de toile.

28La grande mobilité d’une partie du monde de la musique induit un marché de l’emploi où l’offre et la demande jouent souplement. Il est logique que les meilleurs partent monnayer leur talent auprès des chapitres les plus généreux. Et qu’inversement aucun artiste ne vienne de loin chanter dans un chœur impécunieux. Surgit alors une vaste question : ces écarts de rémunération se traduisaient-ils par des différences de qualité musicale finale ? Question qui rejoint celle née des fluctuations de la terminologie désignant les chanteurs.

29Dans toutes les églises, les musiciens de profession étaient entourés de cohortes de clercs, chapelains, prêtres habitués, sans parler des chanoines, qui étoffaient la puissance sonore du chant. Ainsi s’explique que l’on ait pu se contenter d’effectifs salariés aussi réduits dans des sanctuaires aussi vastes. Doit-on imaginer que, se contentant de ce rôle-clé de structuration du chant collectif, les psalteurs de Laval aient juste psalmodié avec les clercs présents au chœur, et jamais exécuté de motets polyphoniques, ni de parties solistes ? Ce qui expliquerait à la fois leurs gages si faibles et l’absence de précision sur leur registre vocal.

  • 23 Isidore Boullier, Mémoires ecclésiastiques concernant Laval et ses environs pendant la Révolution,(...)
  • 24 AD 53 : L 928, requête de Mathurin Leprêtre au Directoire du Département, 7 ventôse an II (25 févr (...)

30Pourtant il semble que les types de répertoire aient été à peu près les mêmes dans toutes les grandes églises du royaume, avec des adaptations fines au cas par cas par le maître de musique, en fonction des troupes à sa disposition. Au milieu du XIXe siècle, Isidore Boullier, qui par sa famille avait bien connu le Saint-Tugal d’avant la Révolution, rapporte : « L’office divin s’y célébrait avec beaucoup de dignité ; les cérémonies y étaient brillantes, le chant très soigné23. » Même avec l’amplification nostalgique de règle dans ce genre de littérature, il n’aurait pu, à mon sens, parler de cérémonies brillantes ni de chant très soigné si la collégiale avait ignoré les pièces polyphoniques. Il reste qu’il existait entre ces trois chœurs des contrastes de puissance incontestables au vu des effectifs, et que la maigreur de ceux-ci à Laval limitait forcément les possibilités dans le choix du répertoire. À quoi s’ajoutaient, peut-être, des disparités dans la qualité d’exécution. Le plus significatif parmi tous les critères examinés me semble finalement celui de l’origine géographique. La collégiale lavalloise recrute sur un bassin exclusivement local, mais avec deux filières distinctes. En 1790, son maître de musique et son organiste, comme le vieux chantre retraité Jean Josset, sont dits « cy-devant enfant de chœur », ce qui indique une formation, longue, au sein de la psallette collégiale elle-même. Aucun des quatre psalteurs lavallois de 1790 n’est ainsi qualifié, ce qui laisse supposer plutôt un apprentissage sur le tas, une fois recruté à l’âge adulte sur la qualité de leur voix. À Laval ou ailleurs, de tels chantres ne se hasarderont pas, comme leurs collègues des grandes églises armés d’un solide bagage musical acquis en dix ans de psallette, à se porter candidats à des postes vacants ailleurs en France. Toutefois, ce raisonnement est à nuancer de facteurs variés et subtils : histoire familiale, ancrage conjugal, poly-activité lucrative… tout cela peut aussi justifier que l’on reste dans un petit chapitre pauvre, quelque talent qu’on ait. Sans parler du souci de l’avenir qui pouvait stabiliser un chantre dans une église médiocre si elle promettait de le garder « pour toute la vie sain et malade24 ». Promesse que 1790 fit voler en éclats.

*

31Il faut en quelques mots évoquer le sort des musiciens d’Église après cette date. Paradoxalement, les chétifs chantres de Laval souffrent moins : ils activent leur métier à tisser, jamais abandonné. Ceux des cathédrales, que leur poste au chœur suffisait antérieurement à nourrir, n’ont pas à leur disposition un métier de substitution, sauf les leçons particulières dont le marché se trouva vite saturé. Les démarches pour obtenir des secours officiels sont lentes à aboutir.

32Alors les musiciens se débattent, improvisent, valorisent leurs autres compétences, réveillent leurs réseaux de relations. Ils se reconvertissent essentiellement dans trois voies : l’enseignement, le commerce et l’administration. Au Mans, Jean Barillet, le haute-contre à la voix faible, propose des leçons de géographie, avant d’ouvrir un pensionnat avec son fils ; l’organiste René Coindon reprend le commerce de drap de ses beaux-parents, et le serpent Jean-Baptiste Cartier monte un magasin de musique et de tissu ; tandis que Firmin Durand obtient une place de commis au Département tout en jouant du basson dans la Garde Nationale. À Sées, on voit l’organiste Pitel se déclarer instituteur, le basse-contre Jean Ailbout marchand, et le haute-contre Martial Barotte dit Joinville, garde-champêtre ! À Laval, l’ex-psalteur-tissier François Clément est dit commis lors de son décès en l’an X, tandis que l’ancien maître de psallette, « le républicain Le Bourdais », devenu juge au tribunal du district, est nommé en brumaire an III membre du nouveau comité de surveillance.

  • 25 AN : D XIX/091/787/02, 15 juin 1791.

33Il est temps de dire pourquoi le malheureux René Morzel n’était plus d’un grand secours au chœur de la collégiale lavalloise plusieurs mois déjà avant 1790 : « l’aliénation de son esprit » l’en empêchait. Le Directoire du district estimant que ses « accès de folie peuvent devenir dangereux » demande à ce qu’il soit « tiré de la société » et « placé dans une maison de secours », avec toutefois une pension de 200 livres25.

34Au-delà de ce cas tout à fait particulier, on mesure la faiblesse structurelle du corps de musique de cette petite collégiale à bout de souffle, qui ne pouvait compter finalement que sur deux chantres de quelque expérience, appuyés de deux débutants peu formés. À côté d’elle, les chœurs des cathédrales de Sées et du Mans apparaissent solides et dynamiques, tant il est vrai que tout est relatif…

Annexe

Fonctions musicales

Cathédrale Saint-Julien, Le Mans

Cathédrale Notre-Dame, Sées

Collégiale Saint-Tugal, Laval

Maître de Musique

François Marc [Montpellier]

Michel-Ange Catino [Cavaillon]

François-Jean (le) Bourdais [Laval]

Organiste

René Coindon [Poitiers]

Jacques-Guillaume Pitel [Sées]

François-Pierre Colet [Laval]

Serpent

1- Jean-Baptiste Cartier
[Tours]
2- Antoine-Firmin Durand [Amiens]
3- René Lemercier
[Ségrie]

1- René-François Coudray [Sées]
2- Jean-René Élie [Sées]

/

Autres instrumentistes

François Pichon (violoncelle, violon) [Mayet]

/

/

Chanteurs

1- Martin-Antoine Arnoult [Houilles]
2- Jean Barillet [Ivry]
3- André-Louis Clause [Houilles]
4- Guillaume Couriot [Brûlon]
5- Jean-Baptiste François
[lieu de naissance non connu]
6- Pierre Villette [Sées]

1- Jean Ailbout [Mortagne-au-Perche]
2- Martial-Sylvestre Barotte, dit Joinville [Paris]
3- Joseph Breton [Beauvais]
4-Michel Deshayes [Boitron près de Sées]
5-François-Louis Scard [« en Picardie »]

1- François Clément [ Laval]
2- Mathurin Leprêtre [Le Genest]
3- Julien-Grégoire Turmeau
[St-Georges de Buttavent]
4- Mathurin Griveau [Laval]

Enfants de chœur

8

6

4

Total des effectifs

12 + 8 = 20

9 + 6 = 15

6 + 4 = 10

Le personnel musical dans trois églises de Maine-Normandie en 1790, liste nominale
[entre crochets après chaque nom : le lieu de naissance].

Notes

1 Démarrée sous l’impulsion de Bernard Dompnier (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), avec le Centre de Musique baroque de Versailles, cette enquête associe des chercheurs répartis dans diverses universités françaises, dont l’Université du Maine. Les premiers résultats ont fait l’objet de publications : « Les Musiciens d’Église en 1790. Premier état d’une enquête sur un groupe professionnel », Annales historiques de la Révolution française, 2005, no 2, p. 57-82 ; et un numéro spécial de la Revue de Musicologie, no 94/2, février 2009.

2 En 1790, la cathédrale de Sées est dédiée à Notre-Dame, mais ce depuis 1786 seulement. Avant cette date, elle l’était aux saints Gervais et Protais. Maurey d’Orville, Recherches historiques sur la ville, les évêques et le diocèse de Séez, Caen, Chalopin & Mancel, 1828, 415 p. ; Henri Marais et Henri Beaudoin, Essai historique sur la cathédrale et le chapitre de Séez, Alençon, Thomas & Mention, 1876, 450 p.

3 AN : G8 516/532, pouillé de 1760, revenus nets en livres.

4 La Musique à la cathédrale du Mans du Moyen-Age au XXIe siècle, ouvrage collectif, Le Mans, Psallette-Édition, 2007, vol. 1, 262 p.

5 Louis Saget, « La psallette Saint-Tugal de Laval (1444-1790) », Province du Maine, 1986, p. 7-24. Jean-Marie Poirier, Musicque & Joüeurs d’Instrumens, Musique et société à Laval sous l’Ancien Régime, SAHM, 1994, 217 p.

6 Le chapitre de Saint-Tugal déclare en juillet 1790 lui avoir, depuis une date non précisée, « assuré une pension viagère de 300 livres à raison de son long service, et de ses infirmités » [BM Laval : ms 347, f° 163 v°]. Jean Josset meurt le 23 décembre 1790.

7 René Morzel « a toujours reçu du ci-devant chapitre des secours suffisants pour subsister » [AN : D XIX/091/787/02].

8 Michel Boyer, Notice biographique sur François Pichon, ancien maître de musique au Mans, Le Mans, Fleuriot, 1836, 8 p.

9 Selon le pouillé de 1760 : 7 200 livres de revenus annuels à Saint-Pierre contre 9 300 à Saint-Tugal.

10 AD53 : B 428, 1747, condamnation pour dettes de Vincent Brassard, musicien. Affaire analysée par J.-M. Poirier, Musicque & Joüeurs d’Instrumens, ouvrage cité, p. 137-138.

11 AD61 : L 1352.

12 Guillaume Couriot a auparavant été rémunéré par les chanoines de Bourges pour avoir « chanté dans notre église pendant quelques mois » (A.D. 18 : 8G 208, 2 juin 1780).

13 François-Pierre Collet a été reçu comme organiste de Saint-Tugal le 29 mai 1789. Né le 8 mai 1773, il a donc bien 17 ans lorsque le chapitre dresse la liste de son personnel durant l’été 1790 (et non 19 ans comme l’indique cette liste) [BM Laval : ms 347, f° 163 v°]. Les âges des musiciens lavallois sont tous connus avec exactitude. La réalité des actes de baptême ne coïncide pas toujours avec les indications recopiées par les divers greffiers : ainsi François Clément, né le 8 janvier 1755, est donné comme ayant 36 ans par la liste capitulaire de l’été 1790 (ce qui reste cohérent), mais 47 ans par la liste envoyée à Paris en mai 1791 (ce qui suggère une erreur de recopie de dix ans).

14 C’est le cas à Sées, ce qui est d’autant plus précieux que la série de registres capitulaires conservée aux AD de l’Orne souffre de lacunes (le dernier registre, en particulier, manque).

15 BM Laval : ms 347, f° 163 v.

16 René-Pierre Nepveu de la Manouillère, Mémoires, publiés par G. Esnault, Le Mans, Pellechat, 1877-1878, 3 vol, tome 2, p. 44.

17 Michel Boyer, « Notice biographique, musicale et littéraire sur François Marc, Maître de chapelle de la cathédrale du Mans », Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe, 1850-1851, p. 415-443. Pour une mise au point récente sur François Marc : Sylvie Granger, « Au service de sainte Cécile : Chantres, musiciens et maîtres aux XVIIe et XVIIIe siècles », La musique à la cathédrale du Mans… ouvrage cité, p. 114-115 et 121-123.

18 La rémunération d’un musicien d’Église comporte un fixe, augmenté de sommes casuelles difficiles à estimer, « sa part aux obits, fondations et faux bourdons », selon la formule du chapitre de Sées, à quoi peuvent s’ajouter des aides diverses (comme au Mans une « allocation-logement » de 9 livres par trimestre). Lors des démarches auprès de la nouvelle administration, on s’est efforcé de rassembler ces sommes disparates afin de présenter un total clair. C’est ce total qui est utilisé ici. L’information manque pour le violoncelliste manceau.

19 AD 72 : L 360, Comptes de la cathédrale du Mans pour 1790.

20 À Laval, le premier chantre, François Clément, reçoit en plus 60 livres « pour la place de sous-sacristain », ce qui lui fait 420 livres en tout [BM Laval : ms 347, f° 163 v°].

21 Sans doute ne s’agit-il pas d’un poste à temps plein : le niveau de gages de l’organiste lavallois est celui qu’on observe là où l’orgue n’est touché qu’aux dimanches et fêtes.

22 François Verron, 513 livres [AD 86 : L 233].

23 Isidore Boullier, Mémoires ecclésiastiques concernant Laval et ses environs pendant la Révolution, Laval, 1841 ; et Recherches historiques sur l’église et la paroisse de la Trinité de Laval, sur le prieuré de Prix et sur le chapitre de Saint-Tugal, Laval, 1845.

24 AD 53 : L 928, requête de Mathurin Leprêtre au Directoire du Département, 7 ventôse an II (25 février 1794).

25 AN : D XIX/091/787/02, 15 juin 1791.

Table des illustrations

Légende Lieux de naissance des musiciens exerçant dans trois églises de Maine-Normandie en 1790.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Tableau 3. – Rémunération des musiciens exerçant dans trois églises de Maine-Normandie en 1790 (en livres par an).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/122127/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540