Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

L’historienne à la croisée du religieux, du social et du culturel

Jacques Prévotat

Texte intégral

1La thèse de Brigitte Waché est l’ouvrage fondamental qui éclaire et sous-tend un ensemble de travaux – près de quatre-vingts contributions ou ouvrages : diversité des centres d’intérêt et des domaines explorés ne constitue pas un obstacle à l’unité et à la solidité d’une œuvre que guide un ferme dessein. L’histoire religieuse contemporaine en constitue le socle, mais ce socle est suffisamment large pour accueillir et s’ouvrir à d’autres thèmes et d’autres champs de l’histoire contemporaine.

2Énumérons, pour en saisir l’originalité, quelques-uns des thèmes abordés dans cette œuvre : au premier rang, le catholicisme social – thème majeur – qui associe les mouvements d’apostolat social gravitant dans son orbite, telle cette Association catholique de la jeunesse française, dont l’influence, l’implantation, les réactions face aux crises du siècle, les méthodes et les formes de militantisme, donnent lieu à des analyses éclairantes. Autre thème, porté et développé par le travail autour de Duchesne, et remarquablement approfondi et maîtrisé, celui de l’histoire des idées, de la diversité des courants et des positions théologiques, entre autres celles du jésuite Louis Billot, ou encore des transformations de l’exégèse et des méthodes de la critique historique, dans leurs rapports avec la crise moderniste. C’est que celle-ci est constamment sous-jacente à l’ensemble de ce travail. Inséparable d’elle, de ses témoins et de ses acteurs, est aussi la réflexion sur la vie religieuse, la piété, la spiritualité, dans sa dimension contemplative et apostolique. Quelques études savantes de mariologie illustrent cet aspect. L’histoire des institutions – René Rémond l’observe dans la préface de la thèse – aussi bien celle de l’Institut catholique de Paris que celle d’autres établissements d’enseignement supérieur – École des Carmes à Paris et École française de Rome – figure en bonne place en raison de leurs liens étroits avec les multiples activités et responsabilités de Mgr Duchesne ; de même, histoire diplomatique, histoire des guerres et histoire des relations internationales relèvent encore des engagements du directeur de l’École française de Rome pendant la première guerre mondiale et l’immédiat après-guerre. D’autres aspects, en apparence plus éloignés, comme l’œcuménisme, avec l’étude de la question des ordinations anglicanes, ou l’histoire des missions ne sont pas étrangères aux préoccupations de Duchesne. En revanche, l’histoire religieuse urbaine, dont témoignent quelques chroniques consacrées à la vie religieuse de Paris au XIXe siècle, ouvre l’horizon à des enquêtes plus générales. Les analyses d’histoire locale elle-même, somme toute assez fréquentes, sont conçues dans un esprit de lien avec l’histoire générale, qui les rend fécondes et attrayantes : centrées sur le Grand Ouest français, hétérogènes, puisqu’y voisinent la direction du colloque sur Les militants catholiques dans l’Ouest (2004), avec les contributions autour de la fondation de la colonie agricole bretonne de Keremma par Louis Rousseau, pionnier du catholicisme social, elles n’en sont pas moins précises, topiques, clairement commentées et enrichissent autant notre connaissance du Grand Ouest que celle de notre histoire nationale.

3Plus directement mêlées aux tâches du métier d’historien et aux charges de l’enseignement, sont les études historiographiques qui ont surtout porté sur des questions relatives à la seconde guerre mondiale : « Les catholiques français à l’heure de Vichy », ou « face au nazisme ». Comptent aussi dans le même domaine des travaux de méthodologie historique, comme ce précieux manuel d’Initiation aux sources archivistiques de l’histoire du catholicisme français (1992), destiné aux étudiants et aux usagers des centres d’archives.

4C’est que Brigitte Waché s’est toujours efforcée de joindre à la recherche rigoureuse du savant le souci de la transmission du savoir qui est la tâche propre du professeur. Cette exigence pédagogique a pris des formes diverses : par exemple, l’initiative difficile mais bénéfique, de l’édition ou de la réédition de textes : ainsi la précieuse réédition du volume de Jean Touchard consacré à Louis Rousseau, pour laquelle elle a donné une belle préface, ou encore l’édition de l’œuvre d’un brillant et savant collègue, prématurément décédé, Pierre Foucault. Autre mission de l’enseignant à laquelle elle ne s’est pas dérobée : la rédaction de manuels destinés à aider les étudiants pour la préparation des concours de recrutement, soit en collaboration, soit en pleine responsabilité. À cet égard, il convient de saluer l’excellent manuel publié sous son seul nom en 2002 pour la préparation du CAPES et de l’Agrégation, Religion et culture en Europe occidentale au XIXe siècle, sobre, précis, argumenté, offrant, sous la forme de définitions aussi courtes que denses, des mises au point remarquables sur des questions aussi épineuses que les rapports entre la raison et la foi au XIXe siècle, ou la question de la crise moderniste au XXe siècle.

5Souci pédagogique, rigueur, art de clarifier les notions les plus embrouillées par des définitions limpides, érudition sans failles, sens de la complexité (« il ne suffit pas d’être catholique et de mener une action sociale pour être catholique social », Préface à Louis Rousseau, 1787-1856, 1998, p. vii), recherche hardie des expressions visibles et historiques des manifestations de foi vécue dans l’espace social et politique, capacité à résumer et faire comprendre des enjeux historiques de fond sont autant de traits qui résument l’apport de l’historienne. En témoigne à merveille, à propos de Duchesne, ce simple « paradoxe » qui identifie une personnalité : il a « contribué à une certaine sécularisation de l’histoire de l’Église, au niveau méthodologique comme au niveau institutionnel… et cette forme de sécularisation est le fait d’un ecclésiastique » (R.H.E.F., 217, 2000, p. 755).

6Brigitte Waché appartient à cette génération d’historiens qui, à la suite de René Rémond, a œuvré pour faire sortir l’histoire religieuse de son isolement et la réintégrer dans l’histoire générale, comme une discipline à part entière. En ce sens, l’objet historique « Duchesne » était particulièrement bien choisi. Duchesne, en effet, comme le démontre la thèse, a largement contribué à réintégrer l’histoire religieuse dans le champ scientifique, tandis que Brigitte Waché, pour sa part, aura largement contribué à restituer à l’histoire religieuse un statut spécifique et original au sein de l’histoire générale.

7Mais il est un point sur lequel il convient d’insister parce qu’il constitue la fine pointe d’une préoccupation méthodologique et d’une exigence scientifique. Charles Molette y fait allusion dans son introduction, en rappelant combien René Rémond soulignait que l’histoire religieuse ou l’histoire politique demeurerait incomplète si elle ne prolongeait pas ses analyses jusqu’à la question – décisive – de l’origine religieuse ou transcendante des engagements et des choix politiques des hommes.

  • 1 « L’histoire d’une âme… la formule est paradoxale dans la mesure où il y a peut-être une âme de l’ (...)

8C’était dire que tout historien du politique, surtout s’il intègre dans ses études la dimension religieuse, doit faire sa part, dans ses analyses et ses explications, aux motivations d’ordre philosophique ou théologique et au choix de valeurs qu’ils impliquent. À sa manière, sans doute différente, mais riche d’ouverture et de questions, Henri Gouhier formulait une exigence identique à l’égard de l’historien1.

9Cette exigence, présente dans l’œuvre de Brigitte Waché, signe une authentique historienne du religieux : pour comprendre l’action et le rôle du croyant dans la société, il importe de saisir de l’intérieur la démarche de foi qui le fait vivre et agir : à quel risque de myopie s’expose celui qui croit pouvoir brûler cette étape ! La conclusion de Monseigneur Louis Duchesne n’en parle pas seulement comme une nécessité inhérente à toute histoire religieuse, mais comme une loi générale du métier d’historien. À ce titre, la thèse sur Duchesne – que René Rémond qualifie fort justement de « biographie intégrale » – demeure un modèle. Elle fait comprendre combien s’étend et s’approfondit l’exigence du métier d’historien. Exigence, probité, modestie, belle leçon d’histoire !

Notes

1 « L’histoire d’une âme… la formule est paradoxale dans la mesure où il y a peut-être une âme de l’âme qui échappe à l’histoire, surtout lorsque cette âme vit en présence de Dieu, cette présence serait-elle dans le sentiment d’une absence. Ici est le grave problème de toute histoire religieuse : ce qui s’est passé dans l’âme de Paul sur le chemin de Damas échappe à l’histoire mais l’histoire ne serait pas ce qu’elle fut s’il ne s’était rien passé dans l’âme de Paul sur le chemin de Damas. Telle est la situation dont il faut s’accommoder. Dans la perspective d’une biographie intellectuelle et spirituelle, il faut reconnaître que, si l’érudition est nécessaire, elle n’est pas suffisante… », Préface à André Blanchet, Henri Bremond, 1865-1904, Aubier Montaigne, 1975, p. 9-10.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540