Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Brigitte Waché à l’université du Maine

Nadine Vivier

Texte intégral

1Brigitte Waché a pris sa retraite. Son absence n’a pas changé le paysage sonore car elle n’avait pas d’éclat de voix, au contraire, son égalité d’humeur, sa patience et son sourire s’alliaient à une grande discrétion. Et c’est justement tout cela qui nous manque. Il ne s’agit en aucune façon de regretter les années passées, une sorte de bon vieux temps par comparaison au temps présent. Brigitte Waché a bien préparé sa succession et elle a tout lieu d’être satisfaite d’avoir laissé sa chaire à Dominique Avon. L’atmosphère est restée tout aussi cordiale, ainsi que le plaisir de travailler ensemble. Et malgré tout, la présence chaleureuse de Brigitte nous manque, d’autant que, accaparée par ses nombreuses activités de jeune retraitée, elle revient rarement. Ses quinze années à l’Université du Maine ont marqué : elles ont contribué à réorienter durablement les thèmes de recherche en les ancrant dans le grand Ouest et en créant un pôle d’histoire religieuse ; elles ont conforté un état d’esprit ouvert et portant une grande attention aux étudiants ; enfin ses trois dernières années furent en partie consacrées à la gestion de la faculté des Lettres. Toujours animée d’une foi, religieuse sans doute, mais aussi d’une foi dans ses semblables, elle s’est donnée sans compter.

La création d’une chaire d’histoire culturelle et religieuse

  • 1 J.-M. Constant, L’Histoire de l’université du Maine, Rennes, PUR, 2007, p. 87, 94-96 ; 101 et suiv

2L’arrivée de Brigitte Waché à l’université du Mans a signifié un tournant dans l’orientation des thèmes de recherche. Depuis la création du collège littéraire universitaire en 1965 puis celle de l’université en 1977, l’histoire contemporaine avait oscillé entre histoire économique (François Dornic, Marc Auffret) et histoire des relations internationales (Jean-Claude Allain, Élisabeth Du Réau). L’université avait conscience de l’importance des centres de recherche, mais ceux-ci avaient tendance à se disperser, ce qui les rendait fragiles. L’équipe constituée par Jean-Claude Allain n’avait pas survécu à son départ en 1985. Puis la contractualisation à partir de 1992 obligea les laboratoires à s’intégrer dans une politique globale de recherche de l’université et pour cela à se regrouper1. Une thématique cohérente et resserrée devenait aussi nécessaire. Jean-Marie Constant réussit à créer en 1995 le Laboratoire d’Histoire Anthropologique du Mans (LHAMANS) : ses thèmes furent centrés sur les acquis de l’équipe très dynamique d’histoire moderne, une histoire sociale plus ancrée à l’Ouest de la France. Jean-Marie Constant a donc vu dans la candidature de Brigitte Waché l’opportunité d’une réorientation des recherches en histoire contemporaine, assurant la cohérence de l’équipe de recherche.

  • 2 Religion, culture et société (travaux du séminaire d’histoire contemporaine dirigé par B. Waché), L (...)

3Brigitte Waché a pleinement joué son rôle d’enseignant et de chercheur en suscitant chez les étudiants un enthousiasme pour la recherche en histoire religieuse. Ses cours ont toujours été très suivis, que ce soit les « amphis » de première année ou le cours d’histoire culturelle en licence. Dès son arrivée au Mans, elle a réussi à constituer rapidement autour d’elle une équipe de jeunes chercheurs en maîtrise puis en DEA et doctorat qui fournissait un travail important. Le séminaire de recherche avait pour temps fort des journées du samedi. Moment intense d’échanges scientifiques où chacun tour à tour présentait ses recherches ; des chercheurs extérieurs étaient parfois invités. L’atmosphère chaleureuse et conviviale qui y régnait explique le succès de ces journées et l’indéfectible fidélité de la plupart de ces jeunes ; quelques-uns le prouvent par leur contribution à ce volume d’hommage. Brigitte fut donc « le maître » qui savait faire partager sa curiosité intellectuelle, l’inspiratrice de vocations, communiquant son enthousiasme. Et elle le fit sous cette forme originale d’une communauté de travail. Et elle eut le souci de valoriser rapidement les recherches des étudiants en les incitant à rédiger des articles qu’elle réunit dans quatre livrets publiés entre 1998 et 20032.

Un esprit ouvert, pour une université ouverte

4L’autre professeur d’histoire contemporaine, Marc Auffret étant gravement malade, Brigitte Waché assuma quasiment tout le suivi des maîtrises de contemporaine de 1995 à 1998, en un temps où elles étaient très nombreuses. À la mort de Marc Auffret, ayant toujours le souci de la cohérence du laboratoire de recherche LHAMANS, Jean-Marie Constant qui le dirigeait et Brigitte Waché ont souhaité, en accord avec la commission de spécialistes, renforcer l’histoire sociale en sélectionnant ma candidature. À la spécialité d’histoire religieuse et culturelle de Brigitte répondait la mienne, histoire économique et sociale ; deux versants complémentaires, l’intellectuel et le matériel. Si j’ai alors choisi d’aller à l’université du Maine, c’est certainement en me rendant aux arguments convaincants de Jean-Marie Constant ; c’est aussi avec la conviction que Brigitte et moi travaillerions bien ensemble, en évitant ces tensions et rivalités si fréquentes. En fait, l’audition devant la commission de spécialistes n’était pas notre première rencontre. Neuf ans plus tôt, nous avions suivi le même parcours des candidats aux postes de maîtres de conférences : elle avait été élue à Saint-Étienne et moi à Paris-Nord. Nos chemins ne s’étaient plus croisés mais j’avais gardé de ces brèves rencontres une impression très favorable qui me poussa vers Le Mans. Heureuse inspiration !

5Car peu à peu, nous avons été amenées à travailler étroitement ensemble. Nos deux séminaires de maîtrise fusionnèrent bientôt en un seul. Cette évolution était liée à la tendance générale à réaliser des économies d’heures, mais aussi à la volonté commune d’ouvrir l’horizon des étudiants de l’université du Maine qui ont besoin de parfaire une culture générale. Pour moi, ce séminaire commun fut une grande satisfaction. La sûreté de jugement de Brigitte, sa vaste culture et sa probité m’ont aidée et confortée dans les directions des travaux d’étudiants et j’ai su apprécier ses lectures attentives des mémoires et thèses.

6Toutefois, je ne peux me défaire d’un sentiment de culpabilité car j’ai contribué à l’abandon des séminaires du samedi. Je savais en apprécier toutes les qualités, surtout lorsque la journée se déroulait dans un cadre patrimonial comme Asnières-sur-Vègre. Mais en même temps, l’évolution générale les rendait de plus en plus difficiles : désertification de l’université le samedi, éloignement géographique des doctorants pour exercer une activité rétribuée et s’engager dans une vie de famille. J’espère donc ne pas avoir été seule responsable de l’espacement de ces rencontres devenues annuelles. Pour Brigitte, ces journées restent des pierres blanches, jalons indispensables dont on est sûr qu’ils font son bonheur.

7En portant un regard sur ces dix ans de coopération, une idée se fait jour. Peut-être notre entente est-elle due en partie à un fonds commun dans notre formation. Son maître, René Rémond, et le mien, Philippe Vigier, ont été très liés durant les années où ils ont dirigé l’université de Nanterre. Ils partageaient les mêmes convictions qu’ils nous ont sûrement inculquées. Ils se battaient pour une université rénovée dans les années 1970, qui devait rester innovante, sur des bases raisonnables, pour une université ouverte. Ils concevaient aussi le rôle du professeur avec ses grandeurs et servitudes : assumer les cours les plus lourds, les amphis de première année et les préparations aux concours du Capes et de l’agrégation ; assumer aussi des charges administratives. Il faut ajouter que ces conceptions étaient aussi celles de Jean-Marie Constant qui dirigea le département d’histoire jusqu’en 2004, et la faculté des Lettres de 1987 à 1997. Et il l’a fortement encouragée à suivre ses traces.

Le Doyen de la Faculté des Lettres

8Le fardeau des tâches administratives n’a pas rebuté Brigitte Waché qui en a assumé une large part. Elle ne s’est jamais mise en avant, n’a pas sollicité ces charges, mais son sérieux a incité ses collègues à la solliciter de plus en plus : chargée du suivi des échanges avec l’université de Paderborn, vice-doyen à la recherche, elle devint de 2004 à 2007 doyen de la faculté des Lettres. La conjoncture était difficile en un temps de réforme du cursus universitaire (LMD) et de réforme financière (LOLF) assortie de restrictions budgétaires. Il fallait à la fois convaincre les enseignants-chercheurs de modifier leurs habitudes et négocier avec les autres facultés une balance équitable pour les Lettres, Langues et Sciences Humaines. Et là j’avoue avoir souvent admiré le travail de Brigitte, surtout pendant les réunions du conseil d’administration de la faculté. En étudiant longuement les dossiers pour comprendre les méthodes spécifiques de chaque département, pas toujours rationnelles, en essayant de trouver des solutions pour les harmoniser, elle fit preuve d’une remarquable patience et d’une grande pugnacité pour maintenir le cap contre vents et marées, toujours guidée par la volonté d’équité, le respect des textes et d’une déontologie à laquelle aucune entorse ne pouvait être concédée. Cela lui coûta bien des états d’âme. Si elle pouvait avoir la satisfaction du devoir accompli, elle se plaignit néanmoins que le statut de doyen ait modifié ses relations aux autres enseignants. Bien qu’elle ait continué à dispenser ses enseignements, elle avait l’impression d’être quelque peu enfermée en une tour d’ivoire. Il faut dire qu’en ces années-là, les tâches administratives sont devenues accaparantes, voire écrasantes.

9Malgré ces charges, son activité de chercheur ne s’est pas tarie.

L’ancrage des recherches dans le Grand Ouest 1995-2007

  • 3 B. Waché, Préface à la deuxième édition dans J. Touchard, Aux origines du catholicisme social. Lou (...)

10Durant toutes ces années à l’université du Maine, les recherches de Brigitte Waché se sont tournées vers le catholicisme social et vers la diffusion dans la société des valeurs religieuses. Elles se sont ancrées dans les territoires du grand Ouest. Ceci est une conséquence de son implication à l’université, tout en coïncidant avec ses attaches en Bretagne, dans sa terre familiale de Keremma. « S’il y a bien un lieu où les liens de solidarité familiale sont très forts, c’est bien à Keremma, chez les descendants de Louis Rousseau3. »

  • 4 Première édition Paris, Librairie Armand Colin, 1968.
  • 5 B. Waché, préface dans J. Tulard, op. cit., p. vi.

11En 1998, Brigitte Waché décida de republier la belle étude de son oncle, Jean Touchard – devenue introuvable – sur leur ancêtre Louis Rousseau4. Jeune marin, Louis Rousseau est fait prisonnier lors de l’expédition de Saint Domingue en 1806 et il reste huit années en captivité en Angleterre, temps de méditation pour lui. De retour dans sa Beauce natale, il réfléchit à la façon de rendre ses entreprises plus productives : son exploitation agricole et sa brasserie. Son esprit de réforme et d’utopie le pousse à partir s’installer en Bretagne en 1822 pour tenter de fonder une exploitation agricole rentable sur des terres neuves. Il fixe les dunes, construit une digue, assèche les marais. Ses deux buts indissociables sont une réforme économique, et surtout une réforme sociale et morale. Pour cela, il se rapproche du saint-simonisme, du fouriérisme, puis du catholicisme auquel il revient avec éclat en 1834. Homme d’action, il essaie de faire passer ses convictions dans les faits. Il est l’un des hommes à l’origine du catholicisme social. Il est constamment à la recherche d’une société exemplaire, une communauté harmonieuse : c’est le projet de « tribu chrétienne » qu’il propose dans son ouvrage de 1841, La Croisade du XIXe siècle. « La tribu chrétienne est, aux yeux de Louis Rousseau, la forme accomplie de l’association qui suppose à la fois une organisation économique rationnelle et une harmonie sociale5. »

12Dans les trente années qui ont suivi ce travail de Jean Touchard, l’appréciation de l’utopie a changé. Le dédain dont étaient accablés ces utopistes, par opposition au marxisme, dit scientifique, s’est considérablement amoindri après l’effondrement de l’URSS. Aussi était-ce une raison supplémentaire pour revenir à Louis Rousseau. Brigitte organisa un colloque à Daoulas en 2005 auquel elle associa largement les membres du LHAMANS, au milieu de participants venus de l’université de Brest, de l’UMR LIRE et des centres d’études saint-simoniennes. Le but était, grâce aux avancées récentes de la recherche, de remettre ce personnage dans le contexte de son époque où fleurissaient les expériences utopiques : que ce soit les utopistes en Bretagne, terre à transformer en ce début du XIXe siècle, ce qui exalte les imaginations ; ou encore les utopistes ailleurs en France qui essaient de mettre en valeur de nouvelles terres. On voit ainsi comment les idées du saint-simonisme, du fouriérisme et du catholicisme social s’entremêlaient. Séduit un temps par le saint-simonisme dont il retient le goût du progrès, l’attachement au développement de la production, Louis Rousseau se détourne vers le fouriérisme qui « donne la liberté de vivre en travaillant ». Il est en même temps profondément convaincu de l’efficacité sociale de la religion catholique qui permettra le développement agricole et l’équilibre social. C’est le message qu’il veut transmettre dans ses écrits à l’Université catholique, qu’il reprend ensuite dans La Croisade du XIXe siècle (1841).

  • 6 Recension de Bruno Béthouart dans la Revue Historique, 2005/4, no 636, p. 943.
  • 7 R. Rémond, Conclusion, dans Militants catholiques de l’Ouest, Rennes, PUR, 2004, p. 243.
  • 8 Recension de l’ouvrage par Alain-René Michel dans Vingtième siècle, revue d’histoire, 2005/3, no 8 (...)

13Toujours dans cette lignée du catholicisme social et de la volonté d’ancrage dans l’Ouest, un des moments les plus réussis fut l’organisation du colloque sur les Militants de l’Ouest. La publication qui en est issue fut remarquée et très positivement accueillie6. « Son sujet est un véritable objet d’histoire. Il n’est pas totalement neuf : il y a eu sur lui des travaux en ordre dispersé, le champ est un peu défriché7 » ; pourtant, c’est un sujet fort important car si les militants catholiques n’ont été numériquement qu’une minorité, leur influence fut déterminante dans la modernisation de la société française (JOC et JAC en particulier). C’est donc une ouverture sur l’histoire culturelle et politique de la société. Par une approche pluridisciplinaire et par le recours aux témoignages de militants utilisés avec une grande rigueur, ce travail ouvrait de nouvelles approches sur des champs mal connus : la mobilisation en faveur de l’école libre, le militantisme traditionnaliste. « Richesse et diversité de l’inventaire, clefs d’interprétation et pistes de recherche, autant de qualités qui font de cette étude régionale un incontournable instrument de travail8. »

14Ces deux colloques furent des temps forts par lesquels Brigitte sut mobiliser et animer le LHAMANS ; mais ce ne fut pas toute son activité, bien entendu. La liste de ses publications montre ses autres préoccupations, tournées vers un horizon national ou international. Citons encore toutefois un projet qui lui tenait à cœur. Avec Pierre Foucault, maître de conférences qui achevait – au moment de son décès brutal – la préparation d’une habilitation sur le clergé du Maine, elle avançait une étude sur Monseigneur Bouvier, remarquable évêque du Mans ayant une position toute en nuances entre l’ultramontanisme et sa volonté de conserver une certaine autonomie.

  • 9 Monseigneur Louis Duchesne (1843-1912), historien de l’Église, directeur de l’École française de Ro (...)

15Les qualités d’historienne de Brigitte avaient été vite reconnues, ce dont témoignent les écrits de René Rémond et Mgr Molette qui ouvrent le présent volume, reconnues aussi au-delà du milieu universitaire puisque l’ouvrage de publication de sa thèse sur Mgr Duchesne fut couronné par l’Académie française9. Un autre hommage lui est rendu par Jacques Prévotat qui rappelle l’ensemble de ses travaux et donne ici le sentiment général de notre communauté d’historiens.

Notes

1 J.-M. Constant, L’Histoire de l’université du Maine, Rennes, PUR, 2007, p. 87, 94-96 ; 101 et suiv.

2 Religion, culture et société (travaux du séminaire d’histoire contemporaine dirigé par B. Waché), LHAMANS, 1998 à 2003.

3 B. Waché, Préface à la deuxième édition dans J. Touchard, Aux origines du catholicisme social. Louis Rousseau (1787-1856), Université du Maine, Le Mans, 1998, p. i.

4 Première édition Paris, Librairie Armand Colin, 1968.

5 B. Waché, préface dans J. Tulard, op. cit., p. vi.

6 Recension de Bruno Béthouart dans la Revue Historique, 2005/4, no 636, p. 943.

7 R. Rémond, Conclusion, dans Militants catholiques de l’Ouest, Rennes, PUR, 2004, p. 243.

8 Recension de l’ouvrage par Alain-René Michel dans Vingtième siècle, revue d’histoire, 2005/3, no 87, p. 217-218.

9 Monseigneur Louis Duchesne (1843-1912), historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome, Rome, École française de Rome, 1992.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540