Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Les voies d’une recherche

Monseigneur Charles Molette

Texte intégral

1Si l’on demande à Brigitte Waché comment elle conçoit l’axe de toute sa recherche historique, elle la résume ainsi : « Histoire culturelle et religieuse (XIXe-XXe siècles) en mettant notamment l’accent sur les relations entre religion et culture et sur le rôle des facteurs religieux dans la vie des sociétés. » Pour quelqu’un qui la connaît depuis plus de quarante ans (notre première rencontre remonte à décembre 1964), cette définition paraît obvie et témoigne de la lumière qu’elle-même estime pouvoir retrouver à travers tous les éléments qui ont jalonné sa carrière et sa production historique tout au long des diverses étapes de sa vie personnelle (et qui ont évidemment leur importance).

  • 1 C’était l’époque de son développement d’après-guerre : « les prépas et les bizuths se présentent e (...)

2L’inspiration spirituelle délibérée, très nette dans son cas, en éclaire sans doute le jaillissement. Elle a participé à des camps de vacances et à la vie du Centre Richelieu. Même si elle ne s’investissait pas directement dans toutes ses activités, du moins n’a-t-elle pas pu ignorer ce contexte1. Cependant, dans le même temps, elle diagnostique « que l’on est bien tenté parfois de vivre un peu dans la nostalgie des temps particulièrement forts : retraite ou pèlerinage » (« tel celui que je viens de faire », écrivait-elle le 15 septembre 1966). Elle laisse voir ici quelque chose qui marque sa personnalité : à cette époque elle a déjà une conscience très forte qu’elle n’a pas à céder à quelque engouement – surtout s’il lui venait de l’extérieur. Elle revendique certes un fort engagement personnel. Néanmoins, cette exigence intérieure reste son secret personnel même s’il marque un aspect capital de sa vie, dont elle trouve une illustration dans ses lectures (Jacques et Raïssa Maritain, par exemple). L’accomplissement de ses recherches historiques universitaires, en même temps qu’elle s’y donnera, la confortera personnellement dans cette voie.

3Ainsi se trouve-t-elle comme à l’unisson de son « patron » le regretté René Rémond dans l’exigence par laquelle lui-même évoquait naguère sa propre méthodologie dans le domaine de la recherche historique :

  • 2 René Rémond, Forces religieuses et attitudes politiques dans la France contemporaine, Colloque de (...)

« Il ne suffit pas d’observer, il faut encore comprendre. Les deux sont inséparables lorsqu’il s’agit de ce qui se situe dans l’intime même de la conscience. […] C’est à ce niveau qu’est la clé des choses, que se forment les mentalités, au niveau des théologies et des spiritualités. […] C’est aussi, il est vrai, le plan de réalité le plus difficilement accessible, celui qui requiert la formation intellectuelle la plus poussée, qui exige la connaissance des philosophies, la compréhension des théologies ; celui enfin qui suppose que l’on pénètre à l’intérieur de la conscience. Mais y a-t-il, à la réflexion, chose plus importante que de passer des comportements aux motivations et d’entrer dans le sanctuaire où s’élaborent les convictions, les sentiments, les attitudes2 ? »

4Cette exigence se manifeste déjà dans ce qui est sans doute un des premiers textes scientifiques de Brigitte Waché. C’était, à la Toussaint 1973, lors du « Colloque de Rueil », rencontre pluridisciplinaire (sur « La personnalité de l’Église ») qui était comme la féconde amorce d’une sorte de dialogue « interreligieux » très large, par la confrontation de diverses traditions religieuses, dans lesquelles était cherché le spécifique de chacune. Or, l’indianiste Olivier Lacombe, proche ami de Maritain (lequel venait en 1970 de publier De l’Église du Christ), a ouvert cette rencontre en posant la question : « En quel sens le philosophe [et donc aussi l’historien] peut-il parler de la personnalité de l’Église [sans faire de la théologie] ? » Apparaissait ainsi la difficile nécessité « de recourir à la médiation de l’expression de la foi de l’Église, prise certes dans son unité et son universalité, mais en tant que cette expression s’inscrit dans la trame de l’histoire humaine », restant bien évidemment posé « le problème du rapport de la personnalité de l’Église avec l’aspect du visage qu’elle donne d’elle-même, brûlée qu’elle est par le soleil de l’histoire ».

5Dans ce contexte, Brigitte Waché voulait essayer de dégager les « problèmes méthodologiques posés à l’occasion d’une polémique entre Duchesne et Chamard ». C’était dans la préparation de sa thèse sur Mgr Duchesne, le grand historien des premiers siècles de l’Église : il s’agissait de l’histoire d’une polémique de l’historien avec un moine de Ligugé, qui voulait défendre des traditions légendaires ébranlées par les travaux historiques de Duchesne. Sans méconnaître les hésitations de l’analyse de Duchesne, elle discernait et mettait en lumière la forme de « dogmatisme » de dom Chamard. Cet incident, Brigitte Waché le situait dans le contexte historiographique de l’époque, et très finement elle cherchait à comprendre, au milieu des « brûlures de l’histoire » (les difficultés de l’heure, les raisons personnelles des protagonistes), la rencontre de la raison et de la foi. Grave problème qui va courir tout au long du XXe siècle, et dont il semble parfois si difficile de l’appréhender sans être entravé par une sorte d’incapacité à percevoir les sources et l’enjeu des discussions d’hier, surtout si ces discussions demeurent encore aux prises avec bien des préjugés souvent même inconscients.

6L’intervention de Brigitte Waché lors de ce « Colloque de Rueil » (qu’elle devait reprendre peu après dans un colloque à l’École française de Rome) aura donc été pour elle comme le porche de sa vie de recherche dans laquelle elle a voulu : 1 ° ausculter la réalité de l’homme et du croyant, 2 ° le comprendre de l’intérieur et 3 ° transmettre alentour le fruit de toute cette élaboration.

  • 3 Ce sont d’ailleurs les répercussions de ce phénomène à l’œuvre dans la société française qui, dans (...)

7Ausculter le réel humain fut son point de départ et est resté pour elle l’exigence constante. Il y a déjà quarante ans (c’était en 1967), son diplôme d’études supérieures découlait, non pas d’une étiquette à appliquer ni d’une idée à justifier, mais de l’étude d’une réalité – la vie d’un homme et son activité. En effet, pour écrire l’histoire du Secrétariat social de Vendée (1908-1914), elle est partie des traces documentaires qu’en avait laissées celui qui en fut président-fondateur, Charles Gallet (1875-1951) ; ce dirigeant local de l’ACJF définissait ce mouvement (de jeunes laïcs) comme une « association catholique qui n’a demandé d’autorisation ni de reconnaissance à personne », mais qui, se voulant « association catholique », ne pourrait subsister si elle était désapprouvée (au nom de la foi de l’Église). L’auscultation des traces de son activité, telles que jaillissant de la conscience libre de ce « militant », permettait de retrouver la vie d’un homme (avec son inspiration) à travers les responsabilités qu’il avait assumées afin de répondre non à quelque embrigadement, mais aux initiatives que lui suggéraient ses convictions. Quant à la jeune étudiante, son travail de recherche l’amenait à prendre conscience du « rôle des facteurs religieux dans la vie des sociétés », puisque l’inspiration religieuse du fondateur du Secrétariat social de Vendée avait un retentissement dans la société civile elle-même ; or c’était à l’heure de la Séparation et ce phénomène social s’inscrivait dans une « évolution de lente dérive3. »

8Dans tout ce contexte de ses premiers travaux, on reconnaît sans doute le point de départ de l’attention qu’a portée Brigitte Waché, tout au long de l’histoire des XIXe-XXe siècles, à l’interférence du catholicisme social dans la société par les références culturelles et spirituelles de ses acteurs sociaux. Dès son arrivée à Saint-Étienne, par exemple, elle est amenée à étudier d’autres aspects locaux de ce courant profond découlant de l’impact humain et social de l’encyclique Rerum novarum. Ainsi son ouverture au catholicisme social lui faisait voir aussi l’intérêt de poursuivre des études d’histoire locale. Perspective qu’elle maintiendra bien évidemment en arrivant au Mans, où elle retrouvera aussi plusieurs aspects de la vie de ce courant qui retiendront son attention.

9Quant à ses recherches pour sa thèse de doctorat d’État (la « grande thèse » de l’ancien régime, qui requérait une quinzaine d’années de préparation, dont elle poursuivit l’élaboration tout en étant professeur au lycée Jacques Prévert, de Boulogne) sur Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922), historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome (aux éditions de l’École française, 1992), elles lui découvraient la complexité de la personnalité de Duchesne, tout en lui imposant l’exigence de le resituer dans son contexte.

10L’étude des conditions de sa formation renvoyait à celle du clergé français du XIXe siècle, en intégrant la dimension institutionnelle alors en pleine transformation, après la création de l’École des Carmes et à l’heure de la fondation des Instituts catholiques, dont Duchesne devait être un des premiers enseignants. Son itinéraire personnel requérait également de s’intéresser aux institutions publiques à l’origine ou aux premiers pas desquelles il avait été mêlé : l’École pratique des hautes études et l’École française de Rome. En outre, les responsabilités assumées par Duchesne à la tête de cet établissement entraînaient une diversification croissante de cette approche institutionnelle, incluant une dimension internationale. Et l’exemple de Duchesne montrait combien, à tous les niveaux, la vie des institutions était indissociable des hommes qui les marquaient de leur empreinte. D’où également l’importance des réseaux de sociabilité gravitant autour de ces institutions. Quant à l’étude de l’apport historique de Duchesne et de sa méthode, elle supposait une approche de l’évolution scientifique et historique de l’époque, en particulier l’apport des « sciences annexes » que sont la philologie et l’archéologie, ainsi que les problèmes posés par leur application à l’histoire de l’Église.

11À tout cela s’ajoute la situation très particulière du directeur de l’École française de Rome à la fois fonctionnaire de l’État français et ecclésiastique, en un moment crucial pour la société civile française et aussi pour la vie de l’Église catholique.

  • 4 Rapidement, en effet, elle eut à étendre ses investigations, par des études concernant aussi bien (...)

12D’une part, ce prêtre servannais, établi à Rome, est en effet fonctionnaire de l’État français avant, pendant et après la Séparation. Or, cette situation de celui qu’elle étudiait lui a aussi permis de rencontrer bien d’autres questions, même d’ordre politique, culturel et religieux, qu’elle aura l’occasion d’approfondir par des publications ultérieures, comme celle des relations entre la France et le Saint-Siège et la préparation de leur rétablissement pendant la Grande Guerre, aussi bien même que les problèmes relatifs aux missions ou à l’union des Églises4, qui ne sont d’ailleurs pas sans interférer eux aussi dans la vie politique ou culturelle elle-même.

  • 5 L’étude de Brigitte Waché, par sa rigueur même, oblige d’ailleurs à récuser un certain nombre d’ac (...)

13D’autre part c’est l’histoire des premiers siècles de l’Église à quoi s’intéresse Duchesne. Or, c’est au lendemain du concile du Vatican qui venait de promulguer la définition du dogme de l’infaillibilité pontificale et la constitution dogmatique sur la foi catholique, dont le 4e chapitre sur « la foi et la raison » provoque – tout au long de cette période de sa vie – des surenchères et même un climat de suspicions et dénonciations, qui sont connues sous le nom de la « crise moderniste5 ».

14La personnalité, l’itinéraire et les retombées de l’œuvre de Duchesne avaient tout naturellement orienté Brigitte Waché à s’intéresser à la rencontre entre le monde culturel et le monde religieux. De même ses travaux sur le catholicisme social, dont les germes étaient posés avant même la préparation de sa thèse (par les recherches de son diplôme d’études supérieures), prenaient ensuite une place croissante et renvoyaient aussi à la rencontre entre religion et société. Dans les deux cas, c’est la vie (à travers ses multiples manifestations) qui toujours est l’objet de son attention, celle des hommes comme celle des institutions et sociétés dans lesquelles ils évoluent et inscrivent la marque de leur action. Cette exigence d’analyse et de réflexion portée par Brigitte Waché dans l’exploitation des sources utilisées avait été remarquée lors de la soutenance de sa thèse : un des membres du jury notait en effet :

« Les documents auxquels vous avez recours, vous n’oubliez pas qu’ils sont des traces laissées par la vie ; et, par le document, c’est la vie d’où il jaillit qui vous intéresse ; c’est cette vie qui vous intéresse ; c’est cette vie que vous voulez retrouver. »

  • 6 Son attention constante aux traces laissées dans la société par la vie des hommes qui la composent (...)

15Or cette toile de fond ne peut que renvoyer à l’histoire religieuse : à travers les grands courants de la spiritualité ou de la pensée au XIXe siècle. Ainsi, c’est sur bien des aspects de la rencontre entre le domaine profane et le domaine religieux que débouchent constamment ces études6. Chez elle il apparaît qu’il incombe à l’historien de scruter sans préjugé la documentation laissée par la vie des hommes du passé pour montrer ce que fut cette tranche d’histoire qu’il étudie de première main. Il a aussi pour cela à la comprendre et à la comprendre pleinement.

16Comprendre l’homme dans le contexte de sa vie et de ses relations, à partir de l’auscultation de la vie appréhendée dans l’heuristique, tel est bien ce à quoi s’attache Brigitte Waché dans sa recherche historique, comme aussi dans sa direction des travaux et même dans les différentes tâches qu’elle est amenée à assumer. Lors de sa soutenance de thèse, il avait été rappelé que, en mai 1973, à propos de la communication qu’elle venait de donner sur « Les relations entre Duchesne et dom Chamard » au colloque sur Monseigneur Duchesne et son temps, deux participants du colloque « en descendant l’escalier du palais Farnèse disaient qu’elle avait soulevé “des problèmes fondamentaux” au point de vue méthodologique ».

17En effet, dès avant sa soutenance de thèse, elle avait déjà eu l’occasion de publier trois interventions sur ce genre de questions. Elle s’était rendu compte que bien des polémiques venaient d’une interprétation défectueuse, voire a priori tendancieuse : aussi, dès le départ, l’exigence d’un effort inlassablement poursuivi pour se dépouiller de tout préjugé afin de comprendre réellement ce qu’a fait un homme, ce qu’il a dit ou écrit, lui est toujours apparu indispensable pour que soit correctement lu et interprété tout document exhumé. Au cours de sa soutenance, je me rappelle la réflexion qui fut énoncée par un membre du jury :

« Votre respect pour nos contemporains est aussi vif que votre respect pour les hommes du passé que vous faites revivre. Et c’est pourquoi vous avez voulu bannir de votre thèse toute polémique. Si vous apportez une correction, c’est pour rectifier une erreur, ce n’est pas pour attaquer un auteur ; vous n’avez pas besoin de vous opposer à quelqu’un pour poser ce que vous affirmez. Vous ne parlez pas contre X ou Y, vous affirmez tout simplement ce qui fut, sans polémique. Vous nous donnez un texte fiable. »

18La vie même de Duchesne au milieu de ses contemporains, clercs et laïcs, avait été marquée de bien des difficultés. Et sa mort n’avait pas fait cesser les incompréhensions. Par son sujet même, la poursuite de cette étude fut donc une école pour son auteur. Cette expérience a contribué à rendre Brigitte Waché exigeante dans ses propres recherches – qu’il s’agisse de biographies à proprement parler, de monographies ou d’études plus amples, auxquelles elle a souhaité apporter le maximum d’intelligibilité.

  • 7 Jean Touchard, Aux origines du catholicisme social, Louis Rousseau, 1787-1856, Paris, A. Colin, 19 (...)
  • 8 Aspect qu’avait jadis analysé le regretté Jean-Baptiste Duroselle dans sa thèse sur Les débuts du (...)

19Il n’est pas jusqu’à ses attaches bretonnes qui ne lui donnent d’affiner en amont les premiers temps du catholicisme social. Car, en reprenant pour une réédition la « thèse complémentaire » de son oncle Jean Touchard7, sur leur commun ancêtre Louis Rousseau, elle affine, dans l’effervescence de la première moitié du XIXe siècle8, « la démarche spécifique du catholicisme social ». De plus, pour cette recherche, s’associant l’université de Brest ainsi que la Société d’études saint-simoniennes, elle s’est trouvée amenée à organiser à Plougastel-Daoulas, un colloque sur « Louis Rousseau, les saint-simoniens et la Bretagne ». De même, elle donne dans un ouvrage général sur Religion et politique une contribution sur « Le catholicisme social, famille d’esprit spécifique ». Et, à l’occasion du centenaire des Semaines sociales de France, elle présente aussi l’« Influence des guerres sur les Semaines sociales au moment des reprises », ainsi que « Les catholiques et la question sociale au milieu du XIXe siècle » à l’occasion du 150e anniversaire de Saint-Michel de Priziac ou « le catholicisme social et la jeunesse du Maine (1886-1914) », dans un ouvrage collectif publié par le Laboratoire d’histoire anthropologique du Mans. Autant de manifestations de ce courant et du souci de le comprendre de l’intérieur.

20Dans sa direction de travaux, elle manifeste aussi constamment son souci de comprendre ses thésards : « S’il écrit cela, il me faut d’abord le comprendre », ou bien : « Qu’a-t-il voulu dire ? Car s’il a entrepris et s’il poursuit son travail, c’est qu’il y prend intérêt ; a priori il n’y a aucune raison de penser qu’il serait idiot. Alors, comment pouvoir l’aider, puis le juger, si je n’ai pas tout tenté pour le comprendre ? » Cette préoccupation aide ses thésards eux-mêmes à mieux comprendre leur propre sujet au-delà des « brûlures de l’histoire » : c’est une sorte d’accouchement qu’elle accomplit ainsi pour les travaux qu’elle dirige.

  • 9 Gustave Cohen élu le 23 avril 1932 à la chaire d’histoire de la Littérature médiévale à la Sorbonn (...)

21Ce souci, qu’on pourrait qualifier de « sympathie méthodologique », l’incita encore à créer et animer au Mans, dans des rencontres régulières et conviviales, un séminaire d’histoire contemporaine avec ses doctorants, qui apprenaient ainsi à s’ouvrir les uns aux autres dans un climat d’amitié et avec une ferveur qui pour un aîné pourrait faire songer (n’en ai-je pas fréquenté les milieux à cette époque ?) à la naissance des premiers « groupes de travail » qui avaient éclos à la Sorbonne dans les années 1932-1935 et à leur rayonnement (on se souvient, par exemple, du groupe des « Théophiliens » surgi autour de Gustave Cohen9, ainsi que des premiers pèlerinages étudiants à Chartres « sur les pas de Péguy »).

  • 10 Ce séminaire « a centré les travaux de ses journées d’étude sur les réseaux de relation et les fam (...)
  • 11 Religion, culture et société, Cahier no 2, p. 9, LHAMANS, 2000.

22La première génération des doctorants de Brigitte Waché, dont aujourd’hui plusieurs se réunissent encore chaque année, a eu à cœur de publier leurs travaux en quatre fascicules, dont la couverture était de couleur verte : les trois premiers sous le titre significatif Religion, culture et société10. Dans la présentation que Brigitte Waché donnait à ces cahiers, elle laissait transparaître l’axe directeur de ces recherches. Ainsi, a-t-elle pu écrire : « À travers les diverses modalités de la rencontre entre religion, culture et société qu’illustrent ces communications, se dégage la dimension sociale du fait religieux et se confirme la nécessité pour l’historien qui s’intéresse aux différentes composantes de la vie en société de prendre en compte les valeurs de référence de nature religieuse qui, à travers des réseaux de relation spécifiques, contribuent à irriguer la vie sociale11. »

  • 12 Religion, culture et société, Cahier no 4, p. 8, LHAMANS, 2003.

23Puis, ses recherches d’histoire contemporaine s’ouvrant, avec sa collègue Nadine Vivier, en un séminaire commun Sociétés occidentales en mutation, un quatrième « cahier vert » parut, avec des études dégageant le rôle des crises dans les mutations socio-culturelles, à partir d’exemples régionaux ; occasion pour Brigitte Waché d’attirer l’attention sur la portée de telles recherches : « Ces diverses études, écrit-elle, soulignent, s’il en était besoin, l’intérêt de l’histoire locale lorsqu’elle est replacée dans le contexte général. En effet, ces différentes monographies ne constituent pas seulement des études de cas illustrant tel ou tel aspect de l’histoire générale. Par les nuances qu’elles apportent, elles amènent aussi à en affiner les conclusions. Par ailleurs, en incitant à mettre en regard des situations locales avec une situation d’ensemble, elles permettent de mieux percevoir les spécificités régionales12. »

24Toujours Brigitte Waché cherche donc à comprendre l’objet des études de ses doctorants, au-delà même de ce qu’ils en pressentaient initialement. Et en les faisant travailler ensemble, elle les amène aussi à affiner leur propre lecture. Elle leur communique son souci : « Il faut comprendre, il faut toujours comprendre. Je dois comprendre. » Autant de requêtes proférées sur tous les tons et qui reviennent sur ses lèvres comme un leit-motiv ; de plus, si cette exigence devient le ciment de l’amitié persévérante et fidèle que Brigitte Waché inspire à ses étudiants, c’est aussi, témoignent les intéressés, un souci qu’elle porte autour d’elle, jusques et y compris, dans l’exercice de ses responsabilités administratives.

25Ausculter le réel afin de retrouver la vie, comprendre l’homme dans le contexte de son existence, sa vie et ses relations, enfin rendre intelligible pour transmettre vivant le fruit de toute cette élaboration concernant un passé qui en son temps était palpitant de vie, telle est bien la raison d’être de tout travail historique, qu’il soit accompli dans le cadre universitaire ou destiné à quelque publication. Il ne s’agit pas, en effet, simplement de réflexions personnelles (qui, du fait de leur caractère privé, feraient partie de ce qui serait recouvert par les exigences du secret dû à la personne humaine). La recherche d’un « enseignant-chercheur » est accomplie pour être diffusée et transmise, et déjà à ses étudiants. Le fruit de cette recherche a évidemment pour condition d’être intelligible. Brigitte Waché a le souci de n’être pas hermétique ; elle a un souci de clarté, que lui facilite sans doute son esprit de synthèse. Déjà ce séminaire de recherche, que nous venons d’évoquer, n’a pu avoir l’impact qu’il a eu que par l’élan pédagogique qu’elle lui communiquait.

26C’est bien ce souci pédagogique qui l’a amenée à apporter sa participation à un ouvrage sur l’essor des nationalités durant la période 1850-1920 (Du printemps des peuples à la Société des nations. Nations, nationalités, nationalismes de 1850 à 1920, Paris, La Découverte, 1996) ou bien à un Dictionnaire de la France du XIXe siècle (Hachette, 2002). Elle s’est aussi intéressée à la documentation nécessaire à l’histoire, c’est-à-dire même explicitement à ses sources vives, à savoir les archives, qui sont des vestiges immédiats de la vie d’hommes qu’il importe à l’historien de discerner, d’ausculter et de comprendre pour la transmettre vivante. C’est ainsi qu’abordant à plusieurs reprises la question missionnaire sous divers aspects (enquêtes, diaires, correspondances, etc.), elle a eu à cœur d’en transmettre l’écho.

27Étant à Saint-Étienne, elle avait été invitée à fournir aux centres universitaires de la région lyonnaise un précieux manuel d’Initiation aux sources archivistiques de l’histoire du catholicisme français (Publications du DEA d’Histoire religieuse des Universités de Lyon 2-Lyon 3-Saint-Étienne, Lyon, 1992), qui présente les dépôts civils publics, les dépôts ecclésiastiques et religieux, les Archives vaticanes, montrant l’interpénétration de ces divers fonds pour une histoire rigoureuse du catholicisme français. D’ailleurs, elle a fait sienne la devise des archivistes de l’Église de France, Servata tradere viva (particulièrement nécessaire évidemment pour l’étude de l’histoire religieuse). Elle a voulu servir la vie de leur association aux travaux de laquelle elle a apporté une contribution non négligeable ; cette conviction et l’expérience qu’elle a acquise dans ce domaine l’ont même fait aussi solliciter pour une intervention à Lisbonne, où il lui était demandé d’intervenir sur la question « Archives religieuses et recherche historique ».

28Dans la multiplicité et la diversité des interventions pour lesquelles il fut fait ainsi appel à elle et auxquelles elle a répondu, on retrouve ainsi chez Brigitte Waché une des caractéristiques de René Rémond, qui ne savait pas se refuser, dès lors qu’il y avait un service à rendre, comme il a eu l’occasion de le faire, au titre de « sa double compétence d’historien et de témoin », pour répondre précisément à sa disciple qui, devenue professeur elle-même, organisait un colloque sur les Militants catholiques de l’Ouest. Et elle présente ce colloque en ces termes :

« Sur le plan méthodologique, deux aspects peuvent retenir l’attention. D’une part, ce colloque a une dimension pluridisciplinaire puisqu’il associe historiens, géographes, sociologues et politologue. D’autre part, il a voulu intégrer les témoignages de militants catholiques. Pour des raisons pratiques, ces derniers sont tous originaires du département de la Sarthe. Ils ont été associés à la préparation des travaux au cours de plusieurs rencontres à la fois sympathiques et enrichissantes. Les témoignages ont donné lieu à deux tables rondes consacrées l’une au monde rural, l’autre au monde ouvrier. Les textes en ont été retranscrits. Ils sont ici reproduits pour l’essentiel, après relecture par les différents intervenants. »

29Si en l’occurrence il parut nécessaire de transmettre par une publication le fruit de toute la recherche de ce colloque, consacré à la vie et aux responsabilités assumées dans la cité des hommes par ces « militants catholiques », c’est dans leur vie qu’il fallait les saisir. D’où sa préparation, organisée dans des « rencontres à la fois sympathiques et enrichissantes », qui en permit la réalisation. Et il y a aussi une autre transmission, que ce colloque fait apparaître c’est celle qui fut ainsi offerte aux contemporains : d’un côté aux thésards bien sûr, pour l’expérience et les exigences méthodologiques que ce commerce avec un maître estimé leur a transmises personnellement, et d’autre part encore aux « témoins » interviewés non seulement d’ailleurs sur leur tâche professionnelle, mais non moins sur leur vie d’hommes.

30Et puis, il ne faudrait pas oublier ici de revenir sur l’ouvrage qu’a publié Brigitte Waché sur Religion et culture occidentale au XIXe siècle, que ses recherches poursuivies pendant près de trente ans lui ont donné l’idée de composer, car elle pensait, et sans doute à juste titre, qu’elle pouvait fournir des repères solides pour le thème qu’avaient à étudier les candidats aux concours de CAPES et d’agrégation en 2002. C’était bien sûr un service qu’elle voulait rendre à la génération montante en lui transmettant un aspect de ses recherches d’histoire contemporaine (ce qui se révèle très vrai si l’on songe à l’affinement qu’effectivement elle apporte, par exemple, à la lecture usuelle de plusieurs sujets, tels pour ce qui concerne la Séparation ou le modernisme).

  • 13 Dans cet ouvrage elle se réfère à la dimension sociale de la culture, telle que l’a présentée Jean (...)
  • 14 Charles Molette, « L’histoire de l’Église, partie intégrante de l’histoire humaine », dans Przegla (...)

31Cependant, par la vue d’ensemble que suggère cette publication13, on peut comprendre que cette étude, nourrie de tant de recherches antérieures sur tant de questions qui ont marqué la société française tout au long du XIXe siècle, puisse aussi, en étant délibérément proche de la vie, apporter, bien au-delà des premiers destinataires, un regard renouvelé sur le monde d’aujourd’hui pour ce qui concerne la rencontre du domaine profane et du domaine religieux. Car ce qui est ainsi suggéré, c’est que, si dans la cité « l’Église n’y intervient plus d’une manière dominatrice ou impérative, mais d’une manière qui se veut normative et exemplaire, et par la médiation de la conscience de ses membres, le terrain sur lequel l’État est interpellé par l’Église n’est plus celui du bras séculier, mais celui de la liberté religieuse, selon l’adage – que va être amené à forger Paul VI – Nemo cogatur, nemo impediatur14 ». Ainsi, c’est à considérer la vie de la société contemporaine à l’heure de la mondialisation qu’elle nous invite, en nous aidant à lire la rencontre entre culture et religion dans la civilisation aux XIXe-XXe siècles. Transmettre ces perspectives, n’est-ce pas un service rendu à ses contemporains ? Serait-ce parce qu’elle a conscience de l’importance de cette étude qu’elle dit même que, si l’on songeait à mettre avec ses restes dans son cercueil un ouvrage de sa production historique, c’est celui-là qu’il faudrait choisir !

32Ce souci d’une transmission vivante déborde certes l’activité proprement intellectuelle qui est du domaine de l’instruction et du savoir, il a aussi son retentissement dans le domaine éducatif par la formation humaine qu’il implique jusque dans l’ordre de la vie personnelle et dans le contexte des relations humaines. Or cet aspect, qui n’est sans doute pas directement universitaire, n’est pas moins capital pour l’homme. Que l’évocation des travaux du professeur Brigitte Waché, enseignant-chercheur, amène donc à ouvrir ces horizons, n’est-ce pas d’ailleurs une perspective sur laquelle débouchent non seulement la seule considération de sa propre bibliographie, mais aussi l’apport humain sous-jacent aux diverses contributions ici rassemblées, et qui les prolonge ? Par-delà la constatation des « brûlures de l’histoire », il est nécessaire, rappelle Brigitte Waché, d’être attentif au pressentiment spirituel que donnent les traces matérielles qu’il s’agit de discerner, d’ausculter et de comprendre pour en retrouver vivante la trame profonde sous-jacente.

*

33En toute hypothèse, c’est sans doute l’honneur de l’Université de France de permettre et de favoriser le recours à – et le rayonnement de – ceux de ses membres, qui au jour le jour, dans le plus humble quotidien, assurent la promotion humaine de ceux et celles qui se tournent vers l’université implantée dans leur région.

  • 15 Mgr Pierre [fils du professeur Louis] Petit de Julleville, lors du banquet annuel du collège Saint (...)

34Au terme de cette rapide présentation de la bibliographie de Brigitte Waché, professeur des Universités, doyen de la faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines de l’Université du Maine (Le Mans), il serait sans doute ingrat de ne pas reconnaître cet aspect humain, que l’expérience lui a rendu cher. De plus, s’il est vrai que l’enseignement s’adresse à des êtres humains, qu’il me soit aussi permis de terminer par une note simplement humaine, en mettant sur les lèvres de cette enseignante le mot du fils d’un autre universitaire qui lui-même avait consacré sa vie à l’éducation et à qui ses anciens lui demandaient son secret : « Nous vous avons respectés et nous vous avons aimés15. »

35août 2007

Notes

1 C’était l’époque de son développement d’après-guerre : « les prépas et les bizuths se présentent en masse. Venez aider les responsables à les accueillir même si vous ne disposez que de quelques heures », dit le bulletin intérieur no 1, du 27 septembre 1965 sur « les conciles de Bury » (qui visent à inciter et former les membres à répondre à « l’éclatement des facultés » et en tenant compte de « l’expérience des militants et des responsables d’amphi »).

2 René Rémond, Forces religieuses et attitudes politiques dans la France contemporaine, Colloque de Strasbourg, 23-25 mai 1963. Cahier no 130 de la Fondation nationale des Sciences politiques, Paris, Colin, 1965, p. 350.

3 Ce sont d’ailleurs les répercussions de ce phénomène à l’œuvre dans la société française qui, dans la préface d’un Cahier de la Fondation nationale des Sciences politiques consacré à l’étude des élections de 1958, avaient incité son oncle Jean Touchard (1918-1971) à s’interroger sur la permanence et le renouvellement des notables locaux : « Il serait temps de se demander, écrivait-il alors, comment on devient un notable et comment on cesse de l’être ; le remplacement des notables radicaux par un nouveau réseau de notables ruraux provenant pour la plupart de la Jeunesse Agricole Catholique est peut-être un des faits majeurs de la politique française contemporaine. » (Jean Touchard, L’établissement de la cinquième République ; le référendum de septembre et les élections de novembre 1958, Paris, Colin, 1960, Cahier de la Fondation nationale des sciences politiques no 109, p. xxii.)

4 Rapidement, en effet, elle eut à étendre ses investigations, par des études concernant aussi bien l’histoire locale que l’histoire générale. Ainsi elle eut même à se familiariser avec le monde complexe du christianisme oriental. En effet, à partir de l’étude – qui lui fut occasionnellement demandée – de celui qui est devenu dom Emmanuel, un curé champenois de la fin du XIXe siècle, qui avait fondé une congrégation religieuse et s’était ouvert aux églises orientales, elle eut aussi à aborder des problèmes diplomatiques de la fin du XIXe siècle, notamment ceux qui touchaient à l’Empire ottoman et à la Russie, ainsi que leur interférence œcuménique dans le domaine religieux.

5 L’étude de Brigitte Waché, par sa rigueur même, oblige d’ailleurs à récuser un certain nombre d’accusations et de soupçons : elle l’amène à reconnaître le « Fidelis » délibéré de Duchesne (c’est le mot qu’il a demandé qu’il fût gravé sur sa sépulture), position qui le démarque des « modernistes ».

6 Son attention constante aux traces laissées dans la société par la vie des hommes qui la composent et qui, par l’inspiration religieuse qui les anime, veulent y être résolument actifs, l’amène même à discerner et y reconnaître la source d’une référence visible – par exemple par l’amitié qui les unit (ainsi, dans le cas d’Ozanam, fondateur des conférences de Saint-Vincent-de-Paul).

7 Jean Touchard, Aux origines du catholicisme social, Louis Rousseau, 1787-1856, Paris, A. Colin, 1968. Réédition par Brigitte Waché aux presses de l’Université du Maine, 1998, p. ix-xii.

8 Aspect qu’avait jadis analysé le regretté Jean-Baptiste Duroselle dans sa thèse sur Les débuts du catholicisme social en France, (1822-1870), Paris, 1951.

9 Gustave Cohen élu le 23 avril 1932 à la chaire d’histoire de la Littérature médiévale à la Sorbonne, avait à ce titre à faire étudier le « miracle de Théophile ». À la demande que lui avaient présentée en février suivant quelques étudiants : « Écrivez-nous une adaptation compréhensible et nous la jouerons », Cohen avait répondu favorablement. Or, à travers la préparation – parfois priante – de leur « jeu », comme à travers l’expression qu’ils donnaient à ces textes en les vivifiant de leur foi, plusieurs de ces étudiants laissaient passer quelque chose de la lecture qu’ils faisaient des textes du programme. Hanté qu’il était par ce que ses étudiants lui révélaient du « mystère » dont témoignaient les textes médiévaux, cette « grande clarté du Moyen Âge », Cohen, y reconnaissait un « reflet intérieur de la clarté de la grâce », selon l’expression de Jacques Maritain, que précisément Cohen rencontra aux États-Unis, où l’antisémitisme de l’heure l’avait obligé à s’exiler. C’est ainsi que, poursuivant sa route intérieure, Cohen en 1943 reçut des mains du père Ducatillon le baptême et la communion : « Jacques Maritain, que j’appelle le Doctor communis, étant mon parrain », note-t-il. Au retour de l’exil, Cohen rendit grâce à ceux qui lui avaient permis de partager leur foi, dans un « Message aux étudiants catholiques » (avec comme sous-titre du « Message » de Cohen : « Toute compréhension nous vient de l’amour », texte publié dans le numéro du 1er février 1946 de la Voix universitaire).

10 Ce séminaire « a centré les travaux de ses journées d’étude sur les réseaux de relation et les familles d’esprit, en cherchant à mettre en lumière leur rôle dans la structuration de la vie socio-culturelle, au niveau local, national ou international » (Brigitte Waché, Introduction au Cahier no 3, p. 5, LHAMANS, 2002).

11 Religion, culture et société, Cahier no 2, p. 9, LHAMANS, 2000.

12 Religion, culture et société, Cahier no 4, p. 8, LHAMANS, 2003.

13 Dans cet ouvrage elle se réfère à la dimension sociale de la culture, telle que l’a présentée Jean-François Sirinelli : « Comment les groupes humains représentent-ils et se représentent-ils le monde qui les entoure ? » Et elle montre que, en un siècle, l’interférence entre culture et religion est marquée par une évolution : les « retombées des Lumières » rencontrant l’imprégnation religieuse des sociétés, provoquent d’abord un cloisonnement puis aboutissent à l’installation de la sécularisation. Or, constate-t-elle, « ce contexte ne provoque pas la disparition de la religion, qui continue à marquer fortement les sociétés, mais appelle néanmoins un renouvellement des relations entre religion et culture ».

14 Charles Molette, « L’histoire de l’Église, partie intégrante de l’histoire humaine », dans Przeglad Tomistyezny, t. I, p. 49-74 (Varsovie 1984). Texte reproduit dans « L’histoire des croyants, mémoire vivante de l’histoire des hommes » (Mélanges Charles Molette, Paillart, Abbeville, 1989), p. 195-196.

15 Mgr Pierre [fils du professeur Louis] Petit de Julleville, lors du banquet annuel du collège Sainte-Croix de Neuilly, le 23 juin 1935, à l’occasion du 25e anniversaire de la refondation de cette institution, à laquelle il avait consacré sa vie durant un quart de siècle.

Auteur

Historien, ancien chercheur au CNRS, fondateur des Archives de l’Église de France.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540