Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La foi dans le siècle

 | 
Stéphane Tison
, 
Hervé Guillemain
, 
Nadine Vivier

Préface

Texte issu de la thèse d’État de Brigitte Waché

René Rémond

Texte intégral

1C’est à Charles Pietri assurément qu’il revenait de présenter cette biographie de Monseigneur Louis Duchesne et pas seulement parce que ce beau travail d’érudition trouve naturellement sa place dans les publications de l’École française de Rome, ni parce que lui-même avait succédé à l’historien du christianisme ancien à la tête de ce grand établissement scientifique. Qui était plus qualifié pour apprécier l’étude sur l’éditeur du Liber pontificalis que le titulaire de la chaire du christianisme à la Sorbonne et l’auteur de la Roma christiana ? Une mort injuste nous prive à jamais de la poursuite d’une grande œuvre. C’est donc à défaut que le directeur de la recherche conduite par Brigitte Waché est appelé à présenter sa grande thèse.

2Brigitte Waché propose une biographie intégrale de ce prêtre breton qui eut principalement une activité d’enseignement, qui termina sa carrière à la tête d’un établissement dont la vocation était· scientifique, et qui fut lui-même un grand savant. Pour faire revivre tous les aspects de cette existence elle a conduit pendant une quinzaine d’années une investigation méticuleuse qui n’a laissé en dehors de sa prospection aucun fonds d’archives, qui a su tirer un parti méthodique des correspondances de Mgr Duchesne avec ses collègues, ses confrères, ses amis. Lui qui fut si exigeant sur le respect des règles de la critique historique n’aurait pas désavoué sa biographe qui s’est pliée à toutes les exigences d’une recherche rigoureuse et dont le travail est un monument d’érudition.

3En même temps que le portrait d’une personnalité riche et attachante, cette étude est une contribution d’importance à l’histoire d’un certain nombre d’institutions d’enseignement supérieur, séculières ou ecclésiastiques, auxquelles Mgr Duchesne appartint ou avec lesquelles il fut en relation à un moment ou à un autre de son cursus : le Collegium romanum, dont il fut l’élève avant que cet établissement ne devienne l’Université grégorienne ; l’École des Carmes, première ébauche de la reconstitution d’un enseignement supérieur ecclésiastique ; la Faculté de théologie de la Sorbonne avant son extinction au début des années 1880 ; les Instituts catholiques à partir de leur fondation après la loi de 1875 ; l’École pratique des Hautes études dont la 4e section compta Louis Duchesne au nombre de ses professeurs et surtout l’École française de Rome dont il dirigea les destinées plus d’un quart de siècle, de sa nomination en 1895 à sa mort en 1922 à l’École même, et à laquelle il imprima une impulsion dont le souvenir reste vivant aujourd’hui encore au second étage du Palais Farnèse. Singulier destin que celui de cet ecclésiastique maintenu à la tête d’une grande institution de la République laïque après que celle-ci a rompu toute attache avec l’Église catholique, alors que le seul fait d’appartenir à une congrégation privait ses membres du droit, reconnu à tous leurs concitoyens, d’enseigner et que l’incompatibilité était devenue la règle entre l’état ecclésiastique et la fonction publique. Or, Duchesne, à la différence de confrères en rupture avec l’Église qui trouvent un accueil empressé de l’Université, demeure un prêtre fidèle aux promesses de son sacerdoce. Cette situation exceptionnelle en fera pendant la première guerre un précieux intermédiaire entre la France et le Vatican : par ses relations et grâce à l’estime dont il jouit de part et d’autre il supplée partiellement à l’absence de relations officielles.

4En analysant son œuvre, en retraçant la démarche du savant, Brigitte Waché fait revivre aussi un âge de l’historiographie proche encore du temps où ont été codifiées les règles de la méthode historique. Mgr Duchesne part des textes dont il fait une lecture critique, puis les confronte avec les apports des fouilles archéologiques : la conjonction de ces deux approches renouvelle la connaissance et fait justice de légendes qui ne reposaient que sur des traditions, quand elles n’avaient pas trouvé leur origine dans quelque malentendu ou la lecture fautive d’un texte mal établi. Son œuvre, considérable, porte essentiellement sur les premiers siècles de l’histoire du christianisme, mais il ne s’est pas interdit quelques incursions sur des périodes plus récentes, en particulier quand sa compétence était sollicitée pour éclaircir quelque discussion : ainsi pour l’histoire des ordinations anglicanes au XVIe siècle dont la controverse sur leur validité était au cœur des pourparlers en vue d’une éventuelle réunion des Églises dans les années 1890, ou encore pour les relations avec l’Église d’Orient. Ses écrits associent des études d’une érudition pointue sur des sujets fort précis, notamment à l’occasion des recensions qu’il publie dans le Bulletin critique qu’il avait contribué à fonder, mais aussi de vastes synthèses comme les volumes de la grande Histoire ancienne de l’Église qui lui valurent des ennuis avec le Saint-Office.

5On touche là au trait le plus original de cette figure de prêtre et de cette œuvre scientifique. Si Mgr Duchesne s’inscrit dans la continuité des fondateurs de la critique historique, il est des premiers à introduire la rigueur scientifique dans l’histoire religieuse et à appliquer au traitement de ses sources les règles de la critique historique. Audacieuse en tout temps, l’entreprise l’était plus encore à l’époque où Mgr Duchesne publie l’essentiel de son œuvre : la crise moderniste avive les craintes des autorités religieuses et encourage tous les soupçons. Mgr Duchesne professe qu’il ne saurait y avoir incompatibilité entre une recherche honnête de la vérité historique et l’intérêt supérieur de l’Église, entre la conformité aux exigences de la méthode scientifique et la fidélité à la foi. L’Église n’a rien à gagner à entretenir de pieuses légendes. Aussi s’emploie-t-il à ruiner un certain nombre de traditions auxquelles étaient attachés les fidèles et les prêtres et qui faisaient remonter l’origine des diocèses de France à l’action directe des apôtres ou de leurs disciples immédiats. La réfutation de ces légendes suscita des animosités et des controverses que Brigitte Waché restitue avec exactitude.

6Si certains de ses écrits lui valurent des censures dont il souffrit et mirent à rude épreuve son intelligence et sa sensibilité, Brigitte Waché montre d’une façon qui paraît sans appel qu’il conserva dans l’ensemble l’estime de l’Église et resta toute sa vie un prêtre profondément attaché à son Église et convaincu qu’il n’avait pas à choisir entre la fidélité aux devoirs du savant et la fidélité à l’Église.

7Cette étude conduite avec une probité exemplaire intéresse de par la richesse de la personnalité du Directeur de l’École française et la variété de ses activités tout à la fois l’histoire de la connaissance historique, des institutions savantes, des relations entre le mouvement intellectuel et la vie religieuse, des rapports entre la République et l’Église. Autant de motifs qui concouraient à lui assigner sa place dans la collection des grandes thèses publiées par l’École française.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540