Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Conclusion du colloque

Michel Leroy

Texte intégral

1À l’issue de cette journée dense, je voudrais d’abord remercier l’ensemble des organisateurs, des intervenants et des participants, dont beaucoup sont aussi des témoins et des acteurs. Les interventions et les échanges nous ont permis, à travers des thèmes et des parcours significatifs, de mieux connaître la fonction de recteur, ses missions et leur évolution. Bref, de jeter une lumière souvent inédite sur un sujet méconnu ou mal connu. Méconnu ou mal connu pour plusieurs raisons. D’abord, parce que les travaux de recherche et les publications sur les recteurs ne sont pas foison. Ensuite, parce que la fonction de recteur est mal identifiée :

  • À l’extérieur de nos frontières, où le recteur français n’a pas d’équivalent et où le titre correspond en général aux responsabilités de nos présidents d’université.
  • Au sein même de l’Éducation nationale, le recteur continue trop souvent d’incarner l’Administration, toujours sourde et quelquefois muette, toujours suspecte de n’avoir qu’une approche comptable et étroitement gestionnaire de l’enseignement, toujours prompte à supprimer des postes et en tout cas jamais en mesure, par impuissance ou par noirs desseins, d’assurer les moyens indispensables à la réussite des élèves : chaque rentrée, chaque préparation de rentrée obligent à rejouer sur le même théâtre, dans les mêmes instances, ces scènes convenues, ces dialogues inauthentiques, ces personnages stéréotypés. Nombre d’acteurs y trouvent d’ailleurs leur compte.
  • En dehors de l’Éducation nationale, la vision que l’on a du recteur est floue, déformée par une représentation glorieuse mais obsolète, celle du recteur de la Troisième République, recteur de l’université dont il présidait le conseil, exerçant surtout une magistrature morale, dans l’éclat parfois trompeur de la représentation sociale et des grandeurs d’établissement, « chargé d’ans et d’honneurs », selon les mots souvent cités de l’historien Paul Gerbod.

2Une illusion rétrospective, éventuellement teintée de nostalgie, pourrait laisser penser que le recteur a eu son heure de gloire, du « couronnement » de 1896 jusqu’au déclin de 1968, moment où le recteur, qui n’était plus inamovible depuis 1967, s’il le fut jamais, est « découronné », pour reprendre l’expression de Michel Allard dans son Essai sur la fonction rectorale. Les lois de décentralisation depuis 1983, les lois d’orientation sur les universités, celles de 1968, de 1984, et celle de 2007 sur les libertés et responsabilités des universités ; les lois d’orientation de 1989 et de 2005 qui renforcent l’autonomie des EPLE (établissements publics locaux d’enseignement), toutes ces avancées législatives auraient été autant de reculs des pouvoirs du recteur, en lui arrachant l’essentiel de ses prérogatives, au profit des collectivités territoriales d’une part, au profit des établissements publics du second degré et de l’enseignement supérieur d’autre part.

  • 1 Voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 1 : L’évolutio (...)

3Les recteurs se survivraient péniblement, ombres déchues de leurs grands ancêtres, tels que les refondateurs des universités, les vice-recteurs Octave Gréard ou Louis Liard, les recteurs du front, comme Charles Adam à Nancy ou Georges Lyon à Lille, les bâtisseurs des années glorieuses de la démocratisation de l’enseignement, comme Robert Mallet. Et cela, dans des carrières de plus en plus brèves, au rythme accéléré des alternances politiques, dans un espace de plus en plus restreint, entre le préfet de Région et le président du Conseil régional, sous la pression permanente des syndicats. En somme, « tout-puissant pour le mal, et à peu près impuissant pour le bien1 », selon la rude formule d’un de mes lointains prédécesseurs à Nancy, le recteur Guillemin.

4Dois-je dire que cette philosophie du déclin ne correspond nullement à ce que vit et ressent un recteur d’aujourd’hui ? Un recteur d’une académie telle que Nancy-Metz, une académie qui n’est pas parmi les plus grandes, a sous sa responsabilité plus de 530 000 élèves, apprentis et étudiants, 51 000 personnels gérés par un effectif de 500 personnes dans les services du rectorat (il y avait 8 personnes au milieu des années 50), avec un budget de plus de 2 milliards d’euros pour les quatre BOPA dont il a directement la charge, et qui ne tient pas compte du BOP de l’enseignement privé, ni de celui des constructions de l’enseignement supérieur et de la recherche, gérés au niveau central. Il délivre chaque année environ 40 000 diplômes, dont la moitié pour le baccalauréat. Je me reporte au discours de rentrée de Charles Adam, recteur de l’académie de Nancy, en novembre 1908 : il se félicitait de ce que les effectifs dans les facultés de Nancy atteignaient le chiffre de 2 001 étudiants, dont 589 étrangers. Les étudiants sont aujourd’hui 78 000 dans le ressort de l’académie. Ces données purement quantitatives suggèrent l’importance de la responsabilité du gestionnaire, le poids en particulier de la gestion des ressources humaines, les exigences et la complexité du dialogue social, accentuées par le puissant mouvement de déconcentration qu’a connu notre ministère dans les années 1990, et qui implique une gestion de proximité, de plus en plus fine et individualisée, faisant correspondre, au moins dans l’idéal, les profils et les postes. Vaste chantier qui reste encore largement à conduire, sinon à ouvrir.

5Ces données quantitatives ne disent rien de ce qui est pourtant l’essentiel, la dimension pédagogique de la fonction, ce qui lui donne sa spécificité et sa légitimité, ce qui justifie seul que le recteur soit recruté dans le monde de l’enseignement selon des critères qui ont été élargis depuis le décret du 21 mars 2001, modifiant le décret du 22 août 1854. Le recteur gestionnaire est d’abord un recteur pédagogue. Lorsque, avec l’appui de ses services et en concertation avec ses personnels, il élabore un projet académique, il définit une politique d’orientation, il fait évoluer la carte des formations, il arrête le plan académique de formation des personnels, il renforce les dispositifs de l’éducation prioritaire, il expérimente, il passe des contrats d’objectifs avec les EPLE et les circonscriptions du 1er degré, le recteur a pour souci premier d’améliorer la réussite des élèves, c’est-à-dire leur maîtrise des connaissances et des compétences, leur succès aux examens, leur insertion sociale et professionnelle.

6Ces données quantitatives ne disent rien non plus de la dimension politique de la fonction de recteur. Les lois de décentralisation et les enjeux considérables que représentent les questions d’éducation amènent le recteur à dialoguer avec une multiplicité de responsables, ceux des autres services de l’État, des collectivités, des branches professionnelles, car les stratégies éducatives sont de plus en plus des stratégies partagées. Toutefois, si le préfet est seul ordonnateur secondaire du budget de l’État, les décrets du 14 mars 1964, repris le 10 mai 1982, reconnaissent l’autonomie de l’autorité académique au sein de l’administration déconcentrée. La spécificité de l’action éducatrice est confirmée par le décret 29 avril 2004 relatif aux pouvoirs des préfets, à l’organisation et à l’action des services de l’État dans les régions et les départements. Cette subtile répartition des responsabilités exige de la part des représentants de l’État une forte cohérence dans le discours et dans l’action.

  • 2 Niveau Maurice, « Les aventures du métier de recteur : La direction de l’académie de Grenoble dans (...)

7À l’intersection de la verticale de l’État et de l’horizontale du territoire, le recteur est le représentant des ministres en charge de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, dont il doit appliquer les politiques. Il lui est aussi demandé de les adapter au contexte de son territoire académique, en dialoguant avec l’ensemble des partenaires. Loyal envers les orientations ministérielles qu’il est chargé de mettre en œuvre, le recteur doit aussi être capable de faire entendre la voix du terrain, d’informer et de conseiller. Il faut citer ici l’admirable texte de Christian Beullac sur l’art du commandement, adressé aux recteurs le 7 janvier 1980, et que rapporte le recteur Maurice Niveau : « Votre autonomie d’action est très importante […]. Je n’attends pas que vous obéissiez mais que vous réussissiez, car l’esprit doit toujours l’emporter sur la règle2. » De ce point de vue, la continuité est plus grande qu’on le pense souvent du recteur de la Troisième République au contemporain : loin d’être un rouage aveugle et passif d’un système centralisé, le recteur sait aussi se faire l’interprète des réalités académiques et des acteurs locaux. Cela est encore plus vrai aujourd’hui qu’hier.

8En effet, ce qui a pu être vécu et décrit comme une deminutio capitis, est bien plus profondément une réorientation des missions, une évolution de la fonction. Ces changements tiennent aux mutations internes à l’Éducation nationale et aux universités, à la massification de l’enseignement, à l’exigence accrue d’autonomie pour mieux répondre et de plus près aux besoins, pour mieux satisfaire à une demande sociale, économique et politique de plus en plus pressante et qui ne concerne plus une minorité, mais désormais l’ensemble des Français. Ces changements ressortissent également aux transformations du management public. Le recteur n’est plus ce recteur universitaire, primus inter pares, présidant le conseil d’université où il représentait le ministre, assumant des tâches de représentation plus que d’administration, tant il est vrai qu’il n’existait pas de véritable université avant la loi d’orientation de 1968. Plus qu’il ne gérait ou ne dirigeait, il exerçait un magistère de la parole, incarnant des valeurs plus qu’il ne portait un projet. Cette conception avait sa grandeur. Ces valeurs peuvent légitimement continuer d’inspirer ses successeurs. Mais cette position n’est plus en phase ni avec les besoins d’une administration qui a sous sa responsabilité 15 millions d’élèves et d’étudiants, encadrés par 1,2 million de personnes représentant la moitié de la Fonction publique, ni avec un ministère qui est en charge de l’avenir, c’est-à-dire de l’essentiel et du plus difficile.

9La décentralisation au profit des collectivités territoriales, l’autonomie donnée aux établissements, les traditions et les tropismes des territoires et des institutions, les stratégies et les intérêts des acteurs qui peuvent diverger : ces évolutions bien connues et ces caractéristiques fort communes justifient l’effort de cohérence territoriale, de continuité des parcours, de synthèse des actions et des projets que doit conduire le recteur. En particulier, l’articulation entre l’enseignement scolaire et l’enseignement supérieur est une condition majeure, pour réduire l’échec en université, pour satisfaire à l’objectif de 50 % d’une génération diplômée de l’enseignement supérieur. De même, l’élaboration et la mise en œuvre du contrat de projet État-Région imposent cet exercice de synthèse et de cohérence, entre les collectivités, entre les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, mené conjointement au nom de l’État par le préfet de Région et le recteur.

10Loin de l’image obsolète du fonctionnaire qui se contenterait d’appliquer docilement des consignes précises voire tatillonnes de son ministre (mais la réalité a-t-elle jamais correspondu à cette image facile ?), on ne saurait trop souligner que le recteur est bien davantage un animateur et un innovateur. Chef d’orchestre, sans doute, mais il doit donner l’impulsion, à travers le projet académique, qui traduit les orientations ministérielles en quelques objectifs adaptés aux particularités de l’académie et aux besoins identifiés des élèves ; à travers les contrats d’objectifs qui déclinent pour chaque EPLE les axes du projet académique, en fonction, là encore, des caractéristiques de l’établissement et de ses élèves. C’est un puissant outil, qui doit permettre, grâce aux actions qui accompagnent ces objectifs et que définissent les équipes éducatives, d’inscrire enfin les impulsions académiques dans cette boîte noire qu’est la classe, là où se joue l’essentiel. Non plus par les « inspections » et les « visites » que le décret du 17 mars 1808 recommandait aux recteurs, mais par la mobilisation des acteurs autour d’objectifs partagés, d’actions collectives et d’indicateurs transparents.

11Paradoxe ou ruse de l’histoire des recteurs : cette fonction qui a été conçue à l’origine comme un outil de centralisation, comme un moyen de contrôle et de surveillance, un instrument d’uniformité et de conformité, se trouve désormais en charge de faciliter l’expérimentation, de mettre en œuvre l’innovation. Reconnaissons que la culture centralisée propre à l’Éducation nationale ne s’accommode pas encore facilement de ce nouvel espace de liberté, qu’on n’innove pas par décret et qu’on n’expérimente pas par injonction rectorale ou ministérielle. Cependant, la Loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école, d’avril 2005, en son article 34, donne la possibilité aux EPLE d’expérimenter et confie au recteur le pouvoir de déroger en matière d’enseignement des disciplines, d’interdisciplinarité, d’organisation pédagogique de la classe, de l’école ou de l’établissement, en matière de coopération avec les partenaires du système éducatif… La loi institutionnalise son rôle de pilote de l’innovation et renforce son coeur de mission, la pédagogie, en le chargeant d’autoriser et d’évaluer l’expérimentation.

12 Le recteur de 2008 ne ressemble plus guère au recteur de 1808, qui a eu bien du mal à trouver sa place et sa légitimité dans la nouvelle organisation administrative et universitaire créée par Napoléon, entre le préfet et l’évêque ; bien différent également du rector magnificus tel que la Troisième République l’a illustré. Si son champ de compétences s’est modifié, il s’est déplacé plus qu’il n’a diminué. Je crois plus volontiers qu’il s’est étendu, à mesure de la place qu’occupent aujourd’hui les questions d’éducation et de formation dans les demandes et les préoccupations des Français, à la mesure des moyens qu’y consacre la nation. D’autant plus lourdes sont nos responsabilités, plus exigeantes nos missions. Ces transformations n’ont été possibles que parce que la définition même de la fonction par le décret fondateur est restée peu précise. En outre, cette fonction est par définition temporaire (le décret de 1808 fixait une période de cinq ans). Elle n’a jamais été enfermée dans un corps, avec la rigidité de statuts que cela supposerait. La nomination des recteurs par le président de la République en conseil des ministres en fait des emplois discrétionnaires. Alain Peyrefitte le rappelait en 1967 : « Il n’existe pas de corps de recteur d’académie comportant un statut particulier et comprenant des fonctionnaires titulaires. La fonction de recteur n’est pas une carrière mais une mission. » Cette précarité inhérente à l’emploi n’est pas une faiblesse mais une force. Cette souplesse dans la durée de la mission, dans la définition des attributions, et même dans les modalités de recrutement, a sans doute contribué à la permanence de la fonction ; elle a permis de l’adapter à des besoins renouvelés d’organisation et de management. Nul doute que la fonction évoluera encore pour répondre aux enjeux contemporains de l’éducation et aux besoins nouveaux d’un État modernisé.

Notes

1 Voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 1 : L’évolution d’une fonction administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP, 2006, p. 24-25 (selon les paroles rapportées par l’auteur de sa notice nécrologique dans l’Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, tome 1872).

2 Niveau Maurice, « Les aventures du métier de recteur : La direction de l’académie de Grenoble dans les années 1966-1969 », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie : deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 183-199.

Auteur

Recteur de l’académie de Nancy-Metz et ancien président de la Conférence des recteurs français, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres classiques, membre de plusieurs cabinets ministériels (Intérieur, Industrie), inspecteur général de l’Éducation nationale, docteur d’État ès lettres et sciences humaines (1991), recteur des académies de Poitiers (1994-1997), Amiens (2002-2004) et Nancy (depuis 2004).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540