Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Arlette Bouloumié (sous la dir. de) : Écritures insolites

Cahier n° 33 de Recherches sur l’imaginaire, P.U. Angers, 2008, 239 p.

Jean-Marie Paul

Texte intégral

1L’ouvrage est divisé en quatre sections : « Insolite et langage », « Insolite et humour », « Insolite et pressentiment d’un autre monde », « Insolite : une poétique de l’écart ». Ces titres sont des plus utiles en indiquant une dominante aisément repérable mais l’insolite étant par nature protéiforme les frontières sont si peu hermétiques que les auteurs étudiés ont tous comme une marque de complicité avec leurs voisins pourtant si différents au premier abord. Ce qui frappe dans cet ouvrage sans paraître nullement insolite, c’est que treize des quinze articles qu’il regroupe traitent d’auteurs des xixe et xxe siècles. C’est déjà un enseignement précieux, car cette présence hégémonique ne nous semble nullement le fruit du hasard ou de la personnalité des auteurs des différentes contributions. L’insolite se manifeste comme un phénomène de civilisation qui témoigne d’un désarroi sans remède historique prévisible. Il est une manière parfois légère, parfois aigre-douce, mais presque toujours grave et tristement décapante de marquer sans dogmatisme la fragilité des repères et la fin des certitudes. Il existe certes de tout temps et l’on pourrait aisément trouver dans des siècles plus reculés d’autres exemples d’œuvres qui en relèvent mais l’on ne tarderait pas à constater qu’il n’envahit la littérature qu’en des temps troublés, tels la guerre de Trente ans, où l’homme désespère pour les voir bafouées des valeurs auxquelles il a cru. L’œuvre de Shakespeare en est aussi un formidable réservoir.

2Dans « La Centauresse de Zeuxis », tableau « magnifiquement décrit par Lucien », Laurent Gourmelen, dont la patiente érudition captive l’attention, réfléchit à la nature prodigieusement insolite du centaure et de son destin traditionnel. De ce caractère extrême et de l’étude des sources, il dégage une leçon morale et esthétique. L’insolite doit rester porteur de sens et son créateur ne pas oublier les limites et les dangers de la transgression qu’il s’autorise. Fleur Vigneron s’est consacrée au Livre des prouffitz champestres et ruraulx de Pierre de Crescens, ouvrage traduit du latin, qui permet au philologue d’étudier calques et emprunts, mais aussi ces mots nouveaux forgés par la dérivation, qui s’avère être la source la plus féconde de productions insolites. Le mot insolite a une durée de vie transitoire. Il est condamné à disparaître ou à être assimilé, à rentrer dans le rang, ce qui pourrait être une des problématiques de toute épiphanie insolite.

3Nous en avons fini avec les siècles passés. La manipulation de la langue à des fins insolites reste cependant un des procédés préférés des auteurs. En passant en revue les « Alphabets insolites, ou le B.A. – BA de la littérature », Jacques Poirier s’est attaché avec prédilection à la prolifération des « dictionnaires insolites » souvent dus à la plume des plus grands auteurs, à commencer par Flaubert. Nous découvrons comment des mots « à partir d’une étymologie saugrenue, finissent par retrouver leur signification véritable », tout au moins pour qui sait les forger ou les entendre puisque l’insolite tient à « l’horizon de pensée de l’observateur ». Dans l’insolite, le jeu n’est pas gratuit. Jacques Lardoux le prouve surabondamment avec la « Genèse du bestiaire amoureux de Robert Desnos ». L’invention verbale de Desnos n’en est pas restée à des comptines légères et primesautières, elle multiplie métaphores et aphorismes animaliers, joyeusement dérisoires mais aussi vaguement inquiétants. Tout dit la liberté et l’amour pour parodier un titre de Desnos : « La faune mais aussi la flore, la nature entière auront participé au même hymne à la vie ». Il arrive pourtant que la cruauté soit de la partie. Médée entre en scène. Chez Desnos aussi, la mort n’est jamais bien loin de l’amour. Elle rattrape le poète dans la vie comme dans l’œuvre.

4Les « Étrangetés syntaxiques chez Julio Cortazar » ne sont pas une banale distorsion des normes grammaticales. La syntaxe ne peut dire qui est qui quand nul ne le sait. « En désaccordant les déictiques, dit et démontre Francis Berthelot, Cortazar souligne la séparation qui s’opère entre ses héros ». Cela vaut pour le lecteur sciemment perturbé comme pour chacun de nous dans une situation « paradoxale » que seule peut rendre une écriture également « paradoxale ». Les signes de la subversion sont tout aussi inquiétants, personne ne s’en étonnera, chez Nerval, dont traite Chiwaki Shinoda, essentiellement à partir d’Aurelia. Celui-ci ne doute pas que « la description des démences s’enchaîne jusqu’à la fin ». Nulle trace de salut dans son interprétation. Les chimères de la folie succèdent impitoyablement à la moquerie et à l’auto sarcasme. Jonathan Ruiz de Chastenet dans « Une transposition incongrue : le mythe de Salomé revu par Jules Laforgue » nous montre comment celui-ci, sous un mode apparemment très critique, inattendu, voire cocasse, « propose en fait une démystification au travers du travestissement qu’il accomplit de ce sujet de choix ». Chez Laforgue, comme chez Nerval, la pureté n’a pas place dans un « réel avilissant ». La lecture de « La mort envisagée : l’insolite dans les Poèmes (Nouvelle série) d’Emile Verhaeren » à laquelle nous convie David Galand, ajoute, si possible, une note déchirante de mélancolie et de désespoir, « l’écoute d’un cri », aux sombres visées de l’insolite. Avec le poète des « Flambeaux noirs » nous passons du « temps cassé à la mort ». Plus décisif encore est ce rappel insistant, que suggère Verhaeren à son interprète : la modernité poétique « est d’abord et avant tout une relation attentive à la mort imminente ». L’atmosphère est plus légère dans « L’insolite selon André Dhôtel » que nous découvrons à la suite de Jean Arrouye. « L’insolite étant ce qui rompt les habitudes », celui qu’il distingue ne saurait qu’être entraîné loin de ses aîtres », ce qu’attestent les aventures de Gaspard, héros du Pays où l’on n’arrive jamais. Dans la transgression des règles naturelles, l’insolite prend ici un visage bienveillant, comme un fantastique inversé, sans que l’auteur, bien sûr, nous demande d’y croire.

5La déstabilisation de notre univers redevient inquiétante dans « Une rencontre insolite de René Char », avec une figure de femme indéfinissable, Madeleine, troublante et insaisissable. Il est une « souffrance maïeutique », commente Linda Rasoamanana, la rencontre « est moins celle de la vie que de l’écriture ». Mais l’insolite création ou réminiscence poétique se paie du prix du « retrait » et de la « dépossession ». Bien qu’il ne soit pas exclusivement le romancier des détresses extrêmes, on serait surpris que Zola vînt nous rassurer. Au cœur des vies ordinaires et du monde familier, observe Yannick Lemarié dans « Les sons, le réel insolite et le doute dans l’œuvre de Zola », il sait débusquer et exhiber l’insolite, le détail ou le comportement inattendus qui annihilent nos certitudes. L’insolite s’installe au cœur de la banalité, ce qui tend peu à peu à devenir une règle générale. La recherche de la banalité n’est pas, il est vrai, le souci principal de Villiers de l’Isle-Adam, auteur qui se prête par excellence au thème de ce recueil et notamment avec ses Histoires Insolites, dont Alain Néry suit le parcours « de l’insolite à l’innommable ». L’insolite n’est pas forcément confusion et Alain Néry y perçoit au contraire un « dessein pensé » et une « démarche ordonnée ». « L’insoutenable » et « la stupeur » n’en sont pas moins ses fidèles compagnons. « Les Histoires insolites ressortissent à l’innommable ». Villiers ne prétendait pas travestir la réalité…

6Dans « Des vies insolites : les Vies imaginaires de Marcel Schwob » Bruno Fabre fait ressortir l’originalité d’une tentative ou d’une expérimentation qui va à rebours de la méthode historique traditionnelle. Schwob a été attiré par les oubliés de l’histoire et a bouleversé la hiérarchie des événements signifiants dans la vie de ceux qui l’étaient moins. Ce renversement des perspectives induit une disqualification du sens obvie et une surexposition du détail apparemment accidentel. C’est l’insolite qui est lourd de signification, l’approche « scientifique » qui, a contrario, devient suspecte ou, à tout le moins, inutile. Nous ne changeons pas tellement de registre avec l’article de Sylvie Ducas : « Ecrire l’insolite pour Antoine Volodine ou l’art du bobard dans Bardo or not Bardo ». Ici, c’est le roman traditionnel qui est « dynamité ». La déstructuration des procédés traditionnels ne relève pas seulement d’une recherche esthétique. Esthétique « et surtout éthique et politique » vont de pair. L’insolite est noir. Dans une catastrophe « post-apocalyptique », les livres de Volodine sont « construits sur ce qui reste quand il ne reste rien ». L’écrivain ne saurait dire plus clairement le néant ou le non-sens d’une civilisation. Studer, le héros de Friedrich Glauser, n’aurait pas sa place chez Volodine. Anne-Marie Baranowski nous le présente au contraire dans « L’image insolite de la Suisse et du personnage du détective dans les romans policiers de Friedrich Glauser » comme un homme normal doué d’humanité. Et c’est en cela qu’il détonne dans un monde de canailles. Normal, il échappe à la norme, celle des hommes ou de la société, et devient insolite. L’homme « sain » est condamné à « la marginalisation, la mise à l’index, l’insécurité, l’isolement ». L’insolite révèle la pathologie du monde. Ce pourrait être du Schopenhauer. Nous ne sommes pas si loin de Volodine.

7L’ouvrage coordonné par Arlette Bouloumié offre une multitude de perspectives qui ne s’avèrent jamais disparates. Par nature, l’insolite ne saurait être défini de manière définitive. Dans chacune des contributions, nous le voyons travailler à la dislocation du logos, celui qui règle la marche de l’univers et le fonctionnement du discours. Les très nombreuses occurrences du préfixe « dé », commandant un substantif ou un verbe, rendent compte fidèlement des résultats de son travail. La place laissée à l’espérance est mince, elle témoigne tout au plus d’une volonté de ne pas désespérer malgré tout. Le hasard ou le miracle qui relèvent eux aussi de l’insolite ne font que de rares apparitions, sans que nul auteur ne nous demande de croire au merveilleux. L’insolite tend à se faire sinistre et s’inscrit dans l’histoire du pessimisme.

8Par la richesse des différents articles et l’étendue du champ de recherche, ce recueil prend place parmi les meilleurs ouvrages consacrés à l’insolite. Et le lecteur disposera en outre des très riches et très variés comptes rendus d’ouvrages qu’offre la revue.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540