Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Les recteurs et la fonction rectorale depuis 1945

La nomination des recteurs. Un enjeu majeur pour la mise en œuvre des politiques éducatives dans les années 1980

Florence Dinet

Texte intégral

  • 1 Voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 1 : L’évolutio (...)
  • 2 Voir Durand-Prinborgne Claude, « Le recteur : de la déconcentration à la décentralisation », dans (...)
  • 3 Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise et Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques (...)

1Haut fonctionnaire d’État nommé en Conseil des ministres, le recteur est le représentant du ministre de l’Éducation nationale au sein d’une académie. À ce titre, il doit mettre en œuvre les politiques éducatives voulues par son ministère de tutelle. La période ouverte par l’élection présidentielle de 1981 a été nommée « alternance » par les spécialistes de l’histoire politique comme par les constitutionnalistes. Cette décennie présente aussi l’intérêt d’être celle de la première « cohabitation » de 1986 à 1988. Alors que se met progressivement en place la décentralisation, il peut être intéressant de voir ce que révèlent les mouvements des recteurs lors de cette alternance et de cette cohabitation, deux événements originaux dans la Ve République. Trois ministres se succèdent entre 1981 et 1988 à la tête du ministère de l’Éducation nationale : Alain Savary (22 mai 1981-17 juillet 1984), Jean-Pierre Chevènement (19 juillet 1984-20 mars 1986) et René Monory (20 mars 1986-12 mai 1988). Ces changements entraînent des mouvements de recteurs plus nombreux, plus fréquents aussi1. Or les tâches et missions des recteurs évoluent au cours des années 1980 dans la continuité des transformations de la décennie précédente, mais aussi dans le nouveau contexte créé par la décentralisation2. Parmi les nombreux recteurs dont les témoignages ont été recueillis par l’équipe du Service d’histoire de l’éducation, trente-six ont exercé leur mission durant ces années3. Ces entretiens, confrontés aux sources écrites, permettent l’analyse du mouvement des recteurs et en font apparaître les motifs et les enjeux.

  • 4 Voir Mignaval Pierre, « Les mutations de la fonction rectorale depuis un demi-siècle », dans Conde (...)

2Doit-on voir simplement dans ces mouvements rectoraux une banalisation d’un « système des dépouilles à la française », une politisation liée aux seules alternances et aux changements de majorité4 ? Cette indéniable politisation des nominations est-elle plutôt à mettre en relation avec l’ambition réformatrice de chacun des ministres de l’Éducation nationale ? Les nouveaux défis de la décentralisation, l’évolution des missions rectorales peuvent-ils aussi rendre compte de l’importance de ces mouvements ?

Les mouvements rectoraux dans les années 1980

3Sans conteste, même si les années 1970 avaient déjà vu une accélération des rotations au sein de la plupart des académies, la circulaire d’Alain Peyrefitte de 1967 venant d’ailleurs rappeler que la fonction rectorale était une « mission » et non une carrière, les années 1980 voient les successions rectorales adopter un rythme plus accéléré.

La précision des données chiffrées

  • 5 Le recteur Bertrand Saint-Sernin remplace le 19 mars 1987 le recteur de Créteil, Raymond Sueur.

4L’analyse statistique des mouvements rectoraux entre 1981 et 1988 révèle des changements fréquents, parfois brutaux, des recteurs et de leurs collaborateurs dans les vingt-six académies. Entre 1981 et 1986, quarante-huit mouvements de recteurs sont décidés : vingt-six par le ministre Alain Savary entre 1981 et 1984, puis vingt-deux par son successeur, Jean Pierre Chevènement, de 1984 à 1986. De 1986 à la réélection de François Mitterrand, le ministre René Monory, dans le gouvernement de Jacques Chirac, opère à son tour vingt et un mouvements en deux années, l’académie de Créteil connaît même deux changements5.

  • 6 Treize nouveaux recteurs : Jean-Claude Lombois (Aix-en-Provence), Christian Gras (Amiens), Jean-Cl (...)
  • 7 Rolande Gadille démissionne et est remplacée dans l’académie de Reims par Christian Forestier le 1 (...)
  • 8 Les recteurs Jean-Pierre Chaudet en Guyane, Henri Legohérel à Besançon, Bertrand Saint-Sernin à Na (...)
  • 9 Démission du recteur Jacques Dehaussy de l’académie de Créteil, remplacé par Christian Bècle le 1e (...)
  • 10 Jacques Farran, nommé le 1er janvier 1979, est remplacé le 16 janvier 1984 par Jacques Vaudiaux da (...)
  • 11 Michèle Gendreau-Massaloux devient conseillère à l’éducation auprès du Président de la République. (...)
  • 12 Ce sont Bernard Bach et Gabriel Bianciotto. Pour les « nouveaux », deux recteurs, André Legrand et (...)
  • 13 Jacques Georgel est le premier recteur de l’académie de la Réunion, créée le 1er décembre 1984.
  • 14 Ne sont plus recteurs sous Jean-Pierre Chevènement : Christian Forestier, Claude Durand-Prinborgne (...)

5Alain Savary nomme le 6 août 1981 treize « nouveaux » recteurs en remplacement des recteurs démis dès le 30 juillet 19816. Deux autres changements ont lieu avant la fin de l’année, l’un en novembre, l’autre en décembre7. L’année suivante, cinq académies changent de recteur et pour quatre d’entre eux, c’est leur premier poste8. Sur les quatre changements intervenus en 1983, il y a une démission9. L’année suivante, on compte deux mouvements10 dont une promotion11. Toutefois, dans la première des périodes étudiées, quelques recteurs sont maintenus à leur poste, ceux de Caen, Clermont-Ferrand, Lyon et Poitiers. Jean-Pierre Chevènement nomme quatre recteurs le 22 août 198412. Quatre autres nominations interviennent avant la fin de l’année. Pour l’une, il s’agit du recteur de la Réunion13. Dans les quatorze mouvements14 qui se produisent en 1985, onze concernent des recteurs nommés ou maintenus par Alain Savary.

  • 15 Les nouveaux nommés sont Charles Zorgbibe, Édouard Bridoux, Jean-Pierre Poussou, Pierre Lostis, Ra (...)
  • 16 Gabriel Catayée (Guyane), Bertrand Saint-Sernin (Créteil), André Varinard (La Réunion), Christian (...)
  • 17 Le recteur Gabriel Bianciotto, nommé en 1984 à Poitiers par Jean-Pierre Chevènement, est remplacé (...)
  • 18 Maurice Niveau avait déjà été recteur, d’abord à Grenoble (1966-1975) puis à Lille (1976-1978). En (...)

6Le mouvement sous René Monory s’effectue en trois vagues qui s’étalent sur cinq mois15 mais affectent au total, en 1986 comme en 1981, la moitié des académies. Au cours de l’année 1987, sept nominations ont lieu en neuf mois16, puis une en janvier 198817. Huit académies restent stables durant la cohabitation : Besançon, Grenoble, Lyon, Nancy-Metz, Paris, Rennes, Rouen et Strasbourg. Seule, entre 1981 et 1988, l’académie de Lyon conserve son recteur en la personne de Maurice Niveau18.

  • 19 Rappelons ici que Jean-Pierre Chevènement doit gérer les conséquences de la « guerre scolaire » ra (...)

7L’étude de ces mouvements rectoraux appelle trois observations. Tout d’abord, une différence d’intensité dans le rythme : juillet 1981 est en effet le paroxysme du phénomène. Ensuite la relative stabilité d’un certain nombre d’académies qui peut s’expliquer par l’appui d’élus de stature nationale, mais aussi par la reconnaissance de la bonne gestion d’une académie. En troisième lieu, a contrario, l’appartenance d’un nouveau ministre à la même majorité que son prédécesseur n’est pas toujours une garantie pour le recteur de son maintien dans l’académie19, ni même dans la fonction. Jean-Pierre Chevènement, qui arrive après la démission d’Alain Savary, est chargé d’apaiser les esprits mais souhaite aussi marquer sa différence. Cela peut alors expliquer les nouvelles nominations ou les déplacements dans les académies. La politisation des nominations, apparaît donc accentuée dans cette période : c’est la vision qu’en donne la presse de l’époque. Les témoignages oraux des acteurs reprennent les modalités de ces changements, leurs réactions sur le moment, leurs souvenirs et leurs analyses a posteriori.

Actualité de la presse écrite et témoignages des recteurs

  • 20 Fallot Évelyne, « La valse des recteurs », L’Express du 31 août 1981.

8La presse de l’époque se fait l’écho des vastes bouleversements qui affectent désormais la haute administration de l’Éducation nationale. L’Express par exemple, publie, au cours de l’été 1981 un article intitulé : « La valse des recteurs20. » Son auteure emploie des termes forts tels que « limoger » et « chambardement spectaculaire » pour décrire la situation. Elle émet deux hypothèses pour justifier ce vaste mouvement rectoral : « Il est de moins en moins rare d’observer que des recteurs en fonction s’enrôlent dans des partis ou doivent leur poste à leur engagement politique […]. Ce sont évidemment ces recteurs-là qui encombraient le plus le nouveau responsable socialiste de l’Éducation nationale. » Mais aussi, « à politique nouvelle, hommes nouveaux », lui confie un responsable du cabinet Savary qui poursuit : « Nous avons remplacé les plus engagés dans l’ancienne majorité, les plus motivés. » De même en mars 1987, Le Monde fait paraître un article intitulé : « L’État Chirac. Des têtes qui roulent, en silence. » Il y est écrit :

  • 21 Greisalmer Laurent, « L’État Chirac. Des têtes qui roulent, en silence », Le Monde du 17 mars 1987

« Une cuillerée pour les préfets, une cuillerée pour les recteurs, une cuillerée pour les ambassadeurs […]. Invariablement, chaque mercredi, Matignon administre à la haute fonction publique une option médicamenteuse désagréable à ses adversaires politiques. À petites lampées, le conseil des ministres, sous l’œil désapprobateur de François Mitterrand, absorbe sa ration de fortifiant, bourrée de vitamines chiraquiennes. À petits pas – mais sans flâner – l’État Chirac s’épanouit, prend ses aises21. »

  • 22 Témoignages des recteurs Joël Bourdin du 7 juin 2006, Loïc Sparfel du 2 février 2007 et Henri Lego (...)
  • 23 Témoignage du recteur Claude Durand-Prinborgne du 2 juin 2006.
  • 24 Témoignage du recteur Henri Legohérel du 6 juin 2006.
  • 25 Témoignage du recteur Henri Legohérel du 6 juin 2006 ; article du journal Le Monde du 22 janvier 1 (...)
  • 26 Témoignages des recteurs Claude Durand-Prinborgne du 2 juin 2006, Jacques Georgel du 20 novembre 2 (...)

9La décision de démettre les hauts fonctionnaires apparaît comme légitime aux recteurs interviewés, et le plus souvent comme une décision acceptée22. La plupart de ceux qui sont remerciés en 1981, pour avoir désapprouvé publiquement et parfois annoncé leur refus d’appliquer les nouvelles orientations politiques, le reconnaissent. Ils ont pu utiliser la conférence informelle des recteurs comme plateforme de contestation23. Les témoins se font l’écho des tensions et des clivages politiques qui, depuis 1978, se sont exacerbés. Des universitaires ont lancé des appels en faveur de Valéry Giscard-d’Estaing. Certains se souviennent du ton et de la violence des propos de Paul Quilès, lors du congrès du parti socialiste à Valence en octobre 198124. Encouragés par l’élection de François Mitterrand, les syndicats réclament parfois le départ des recteurs qu’ils ont affrontés25. Les interventions viennent aussi des élus locaux26.

  • 27 Témoignages de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux du 25 janvier 2007 et du recteur Claude Lamb (...)
  • 28 Témoignages des recteurs Joël Bourdin du 7 juin 2006, Loïc Sparfel du 2 février 2007, Michèle Gend (...)
  • 29 Témoignage du recteur Joël Bourdin du 07 juin 2006.
  • 30 Témoignage du recteur Claude Durand-Prinborgne du 24 juin 2006.
  • 31 Témoignage du recteur Bernard Toulemonde du 9 février 2005.
  • 32 Témoignage du recteur Joël Bourdin du 7 juin 2006.
  • 33 Témoignage du recteur Bertrand Saint-Sernin du 15 novembre 2005.
  • 34 Voir les treize recteurs savarystes éliminés et le témoignage du recteur Marcel Bonvalet en novemb (...)

10Dans cette atmosphère parfois tendue, la passation de pouvoir peut être difficile, voire rocambolesque : rectorat vide, appartement occupé, voiture non disponible, obligation parfois de plier bagage dans les vingt-quatre heures et en pleine année scolaire, ce qui pose problème pour la scolarité de leurs propres enfants27. Les recteurs regrettent de ne pas avoir pu partir « honorablement », parfois sans avoir eu le temps de réunir les personnels. Si certains sont prévenus par un appel téléphonique du Cabinet, provenant le plus souvent d’un proche collaborateur du ministre, d’autres apprennent la décision par la radio ou le journal28. Les recteurs démis en gardent souvent un sentiment d’amertume, qui s’exprime de manière plus ou moins forte à travers le choix des mots : ils parlent de « chasse aux sorcières », de « purges politiques29 ». Même les recteurs restés en poste ou nommés par la gauche se souviennent de « charrettes30 » et de « lessivage31 ». Ils sont « virés, débarqués32 », « remerciés33 » plus souvent que simplement « remplacés ». La politisation est donc connue et reconnue lors d’une alternance et d’une cohabitation. Mais elle a choqué davantage en 1981, par son ampleur autant que par ses modalités. Les changements effectués par Jean-Pierre Chevènement en 1984 rendent aussi les recteurs amers34.

  • 35 Témoignage du recteur Bernard Toulemonde du 9 février 2005.
  • 36 Témoignages du recteur Jean-Claude Cubaud en juin 2006 et de la rectrice Michèle Sellier du 6 févr (...)
  • 37 Recteurs Marius-François Guyard, Claude Roche, et Claude Durand-Prinborgne limogé devant ses pairs (...)
  • 38 44 mouvements sous Valéry Giscard-d’Estaing, 24 sous René Haby, 20 sous Christian Beullac. Voir l’ (...)

11En 1986, au moment de la cohabitation, « le lessivage est quasi complet », rapporte un témoin35. Et pourtant selon d’autres, le ministre se veut consensuel et veille à ce que les nouveaux recteurs entretiennent des rapports cordiaux avec les recteurs maintenus36. Le phénomène n’est toutefois pas si nouveau. Il aurait débuté sous le septennat de Valéry Giscard-d’Estaing, et les recteurs « limogés » avant l’alternance par la décision d’Alice Saunier-Seité en témoignent37 pour la période difficile de la mise en œuvre de la réforme Haby et des lois sur l’enseignement supérieur, marquées, elles aussi, par de très forts mouvements d’opposition et de désaccords, y compris au sein de la majorité38.

12Au-delà de la conjoncture politique nouvelle créée par l’arrivée d’une nouvelle majorité aux affaires, les choix majeurs pour l’Éducation effectués par chacun des ministres doivent être rapidement rappelés afin de comprendre si les nouveaux enjeux éducatifs de la période éclairent aussi.

Alternance politique et enjeux éducatifs

  • 39 Robert André, Système éducatif et réformes, Nathan, Paris, 1993, p. 119 à 163.

13Nommé le 22 mai 1981, Alain Savary prend au début de l’été une série de mesures applicables dès la rentrée suivante. Parmi elles, la création des Zones d’éducation prioritaire, pour réduire l’échec scolaire et mieux assurer l’égalité des chances, est restée la plus emblématique. Succédant à Alain Savary en juillet 1984, Jean-Pierre Chevènement veut ouvrir l’école sur les nouvelles technologies et l’entreprise, projet déjà amorcé par Christian Beullac. Il crée en décembre 1985 les baccalauréats professionnels. Il affiche l’ambition de mener 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat et donne la priorité à une meilleure orientation des élèves. En 1986, la cohabitation ne semble pas remettre en cause fondamentalement les grandes orientations précédentes en matière éducative. Le ministre René Monory poursuit par conviction le développement de l’enseignement technologique et professionnel, et ce d’autant plus que le contexte économique national se dégrade39.

  • 40 Une analyse comparable pour les changements intervenus au sein de l’Inspection générale a été prop (...)

14Ces quelques exemples marquants des nouvelles politiques éducatives des années 80 ne peuvent toutefois pas, à eux seuls, rendre compte des mouvements rectoraux. Il est permis, dès lors, d’envisager une autre explication, comme celle d’une nécessaire adaptation des recteurs aux exigences nouvelles d’une fonction qui évolue rapidement40.

Les recteurs des années quatre-vingt : portrait de groupe

15Il est alors important de mieux connaître les recteurs des années 1980, de tenter de voir sur quels critères ils sont choisis et d’analyser le processus complexe de leur nomination. Sont-ils finalement différents de leurs prédécesseurs dans leurs caractéristiques principales ?

De nouveaux profils ?

  • 41 Témoignage de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux en février 2007, du recteur Claude Durand-Pri (...)
  • 42 Témoignage de la rectrice Michèle Gendreau Massaloux en février 2007, du recteur Marcel Bonvalet e (...)
  • 43 Témoignage de la rectrice Michèle Sellier du 6 février 2007, du recteur Niveau du 16 juin 1995.
  • 44 Témoignages de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux du 5 février 2007 et du recteur Jean-Claude (...)
  • 45 Témoignages du recteur Jacques Georgel du 20 novembre 2006, de la rectrice Michèle Sellier du 6 fé (...)

16Le processus de nomination fait habituellement intervenir plusieurs acteurs : le ministre de l’Éducation nationale, le Premier ministre qui valide et peut proposer ou même imposer un nom, mais c’est bien le président de la République qui, en dernier ressort, nomme le recteur en conseil des ministres. Ce va-et-vient entre le ministère de l’Éducation nationale, Matignon et l’Élysée perdure. Mais comment devient-on recteur ? Les témoignages entendus confirment la complexité des facteurs qui entrent en jeu pour être un jour « approché » ou « pressenti » et pour entrer, soit dans la période d’attente d’une nomination, soit très vite dans la fonction41. À écouter les témoignages oraux des recteurs, les réseaux de relations, d’amitié ou simplement d’estime professionnelle ne relèvent pas de la seule appartenance politique, mais plutôt d’une sensibilité partagée depuis longtemps. Le ministre Savary renvoie bien les « frondeurs », comme nous l’avons déjà évoqué, mais ne privilégie pas pour autant les « encartés42 ». Il dit aux nouveaux nommés de ne pas faire de politique mais d’appliquer la politique de la majorité présidentielle en matière éducative43. Le recteur demeure, dans cette première alternance, un haut fonctionnaire soumis à la neutralité, à la réserve et aux obligations du service public. La première cohabitation ne modifie pas non plus radicalement ces règles. Le président de la République François Mitterrand ne s’oppose pas de manière frontale aux nominations du Premier ministre Jacques Chirac, même s’il lui arrive de montrer son étonnement lors d’une éviction ou d’en retarder l’échéance44. À ces différents décideurs institutionnels peuvent s’ajouter les interventions plus ou moins efficaces des élus locaux de stature nationale, qui peuvent suggérer ou soutenir une nomination, ou intervenir en faveur d’un maintien, parfois au-delà des clivages politiques45.

  • 46 Trois femmes rectrices sous Valéry Giscard-d’Estaing : Alice Saunier-Seité, Yvonne Lambert-Faivre, (...)

17Les recteurs nouveaux sont-ils différents ? Quels sont les éléments de permanence mais aussi les possibles infléchissements dans les profils ? Les recteurs sont bien sûr des universitaires, le statut l’impose. Ils ont fait la preuve de leurs compétences en exerçant la présidence d’une université, au sein de leur laboratoire de recherche, ou ont su gérer des rentrées universitaires difficiles. Puis, plusieurs fois recteurs, ils acquièrent l’expérience du terrain. Ils sont plutôt choisis parmi les juristes, des hommes d’action et de conviction, parcourant leur académie pour être connus et reconnus, à l’écoute des difficultés locales tout en faisant appliquer les décisions nationales, faisant accepter leur autorité sans l’imposer. Déjà esquissé dans la période précédente, ce profil de recteur se confirme et s’affirme dans les années 1980. C’est un homme de terrain, un gestionnaire et un négociateur. Homme, mais les femmes ? Elles sont, comme pour les périodes précédentes encore très peu nombreuses46, et se comptent pour la période sur les doigts d’une seule main ! Pas de réelle rupture donc, mais plutôt des infléchissements des profils rendus nécessaires, et qui sont mieux mis en lumière par les nouveaux chantiers ouverts : ceux de la décentralisation et de la régionalisation.

De nouveaux chantiers : décentralisation et régionalisation

  • 47 Témoignages de Jacques Georgel du 20 novembre 2007, de Claude Durand-Prinborgne du 24 juin 2005 et (...)
  • 48 Témoignage du recteur Armand Frémont du 24 mars 2003.
  • 49 Témoignage du recteur Armand Frémont du 24 mars 2003.

18La décentralisation et la régionalisation multiplient les acteurs de terrain dont doit tenir compte le recteur, ce dernier devant réussir à trouver sa place, entre le préfet de région, les préfets, les élus locaux et les diverses collectivités territoriales. Il essaie d’instaurer un climat de confiance avec le premier tout en préservant ses prérogatives47. On retrouve cette même nécessité lorsqu’il s’agit des élus locaux. Les ministres veulent réussir la décentralisation, et c’est le recteur qui est chargé sur le terrain de faire l’inventaire des établissements avant leur dévolution aux collectivités48. Mais l’enjeu majeur pour la région est la construction d’établissements (ou leur fermeture), ce qui oblige les élus à suivre l’évolution de la carte scolaire et celle des effectifs. Les représentants politiques de la région doivent travailler avec le recteur qui possède seul l’expertise pédagogique indispensable. La régionalisation met ainsi en place un jeu complexe, qui n’est pas exempt de pressions et de tensions mais repose avant tout sur la concertation et la négociation. En ces débuts de la régionalisation, le recteur semble conserver un réel pouvoir, dans la mesure où il reste maître des ouvertures de classe, des choix de filières et du recrutement des personnels49. Dès lors, si le recteur est un négociateur, il a le monopole sur le traitement des questions pédagogiques.

Des responsabilités renouvelées

  • 50 Article du journal Le Monde du 12 septembre 1981, qui présente la rentrée du nouveau recteur Danie (...)
  • 51 Témoignages de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux du 25 janvier 2007, du recteur Christian Bèc (...)

19En 1981, Alain Savary donne pour mission à ses recteurs d’aller sur le terrain. Si cet aspect de la fonction n’est pas nouveau, il est renforcé par la création des zones d’éducation prioritaire (ZEP). Le ministre a besoin d’hommes sillonnant leur académie, qui visitent les établissements scolaires afin de mieux répartir les moyens financiers et humains, et de lutter contre l’échec scolaire50. Les recteurs de cette période disent avoir trouvé sur le terrain une ambiance favorable. Les équipes administratives et les enseignants sont prêts à mettre en place des projets innovants. Les entretiens décrivent cette atmosphère, le volontarisme des acteurs, leur enthousiasme et leur certitude de pouvoir changer les choses51.

  • 52 Témoignages de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux du 25 janvier 2007, du recteur André Legrand (...)
  • 53 Terme utilisé par le recteur Claude Lambert dans son entretien du 28 juin 2006. Voir aussi l’entre (...)
  • 54 Témoignage du 6 février 2007.
  • 55 Sellier Michèle, « Quelques réflexions sur la fonction de recteur », dans Administration et Éducat (...)
  • 56 Témoignage du recteur Armand Frémont du 24 mars 2005.

20Les témoignages52 s’accordent sur la liberté d’action laissée par les ministres à leurs représentants. Leurs relations sont fondées sur la loyauté et la confiance. Beaucoup affirment qu’une marge de manœuvre « certaine53 » existe pour adapter aux spécificités locales les politiques nationales. Toutes les académies ne peuvent pas être traitées uniformément. De plus, comme le rappelle la rectrice Michèle Sellier, les décisions sont quotidiennes mais il n’est pas possible d’en rendre compte quotidiennement au ministère. Dans ces tâches renouvelées, le recteur doit faire preuve d’initiative et de pragmatisme. À Orléans, la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux lance les projets d’établissements. À Reims, la rectrice Michèle Sellier, pour améliorer les résultats scolaires, mène une action en faveur de l’orientation en réunissant les professeurs principaux des classes de troisième. Elle crée un BTS par apprentissage et obtient de l’université de Reims l’ouverture d’une troisième année pour ces étudiants54. Elle développe l’enseignement technologique et professionnel et le modernise55. À Grenoble, le recteur Frémont associe une visite d’établissement à celle d’une entreprise56. Ces quelques exemples illustrent les mutations de la fonction rectorale. Ce sont bien des tâches nouvelles qui sont proposées à des hommes nouveaux dans les années 80.

  • 57 Chapus René, Droit administratif général, Montchrétien, 3e édition, 1988, tome 2, p. 136.
  • 58 Sellier Michèle, art. cit.
  • 59 Témoignages de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux du 25 janvier 2007 et du recteur André Legra (...)

21L’analyse confirme l’évidence, amplement répétée par les journalistes et les experts : il y a bien une politisation accentuée, imputable aux deux phénomènes majeurs de cette décennie, l’alternance politique et la cohabitation. Toutefois, ce constat est partiel et réducteur. Les nouvelles politiques éducatives des années 1980, portées par les ministres de l’Éducation nationale dans le contexte de la décentralisation, ont nécessité des hommes nouveaux capables de répondre aux exigences renouvelées de la fonction rectorale. Acceptant d’être révocables, les recteurs sont avertis de la précarité de leur mission. Selon René Chapus : « Les emplois des recteurs sont situés au point de jonction entre la politique et l’administration, ils doivent être occupés par des personnes ayant, notamment en raison de leur orientation politique, la confiance du gouvernement, et cela de façon que sa politique générale soit mise en œuvre, au plus haut niveau, avec le minimum de risques de déformation ou de blocage57. » Ainsi, les nominations sont à la discrétion du pouvoir. La rectrice Michelle Sellier le confirme avec humour : « Il [le recteur] ne doit jamais oublier qu’il n’est assuré de rester en fonction que jusqu’au mercredi suivant. Il peut à chaque conseil des ministres être remercié : telles sont les règles du jeu58. » S’attachant à leur mission, ces hommes et ces femmes qui aiment agir et faire, regrettent toutefois cette instabilité59. Ils considèrent généralement que le maintien dans la même académie pendant au moins trois ans est le temps nécessaire pour faire aboutir les actions engagées et en voir les premiers résultats. L’évolution de la fonction, commencée sous Alain Peyrefitte, se confirme donc : être recteur n’est plus une fin de carrière, encore moins une carrière. Être recteur est devenu une mission, que tous s’accordent à considérer comme une étape enrichissante de leur parcours dans une haute fonction publique qui doit mettre en œuvre les orientations politiques décidées au sommet de l’État et auxquelles ils adhèrent, quitte à devoir partir quand ces orientations sont modifiées.

Notes

1 Voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 1 : L’évolution d’une fonction administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP, 2006, 452 p.

2 Voir Durand-Prinborgne Claude, « Le recteur : de la déconcentration à la décentralisation », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie : deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 209-220.

3 Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise et Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques de l’Éducation depuis la Libération ; tome 5 : Inventaire de cinquante entretiens : la fonction rectorale, Lyon, INRP, 2008, 193 p.

4 Voir Mignaval Pierre, « Les mutations de la fonction rectorale depuis un demi-siècle », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie : deux cents ans d’histoire, op. cit., p. 291-303.

5 Le recteur Bertrand Saint-Sernin remplace le 19 mars 1987 le recteur de Créteil, Raymond Sueur.

6 Treize nouveaux recteurs : Jean-Claude Lombois (Aix-en-Provence), Christian Gras (Amiens), Jean-Claude Martin (Bordeaux), Michel Migeon (Grenoble), Claude Durand-Prinborgne (Lille), André Legrand (Limoges), Maurice Bonvalet (Nantes), Paul Verdier (Nice), Michèle Gendreau-Massaloux (Orléans), Paul Rollin (Rennes), Christian Bècle (Rouen), Pierre Deyon (Strasbourg), André Casadevall (Versailles). Ils remplacent respectivement Loïc Sparfel, Joseph Verguin, Hugues Tay, Henri Touchard, Denis Quivy, Yves Saudray, Paul Pastour, Pierre Delorme, Jean Garagnon, Joël Bourdin, Pierre Magnin et Pierre Albarède.

7 Rolande Gadille démissionne et est remplacée dans l’académie de Reims par Christian Forestier le 10 novembre 1981. En Corse, le recteur Ferrari est remplacé par Antoine Ottavi le 5 décembre 1981.

8 Les recteurs Jean-Pierre Chaudet en Guyane, Henri Legohérel à Besançon, Bertrand Saint-Sernin à Nancy-Metz, Pierre Tabatoni à Paris, Claude Chalin à Toulouse sont respectivement remplacés par Bertène Juminer, Jean Gallot, Claude Chalin, Hélène Ahrweiler et Daniel Levier. Seul Claude Chalin a l’expérience d’un rectorat.

9 Démission du recteur Jacques Dehaussy de l’académie de Créteil, remplacé par Christian Bècle le 1er septembre 1983.

10 Jacques Farran, nommé le 1er janvier 1979, est remplacé le 16 janvier 1984 par Jacques Vaudiaux dans l’académie de Montpellier.

11 Michèle Gendreau-Massaloux devient conseillère à l’éducation auprès du Président de la République. Elle est remplacée par Monique Auge-Lafon, nommée le 23 mars 1984 dans l’académie d’Orléans.

12 Ce sont Bernard Bach et Gabriel Bianciotto. Pour les « nouveaux », deux recteurs, André Legrand et Jean-Claude Maestre sont déplacés. Christian Bècle et Paul Rollin, très proches d’Alain Savary, ne reçoivent pas d’affectation nouvelle mais Paul Rollin redevient recteur à Versailles en décembre 1985. Christian Bècle est nommé au Cabinet de Laurent Fabius.

13 Jacques Georgel est le premier recteur de l’académie de la Réunion, créée le 1er décembre 1984.

14 Ne sont plus recteurs sous Jean-Pierre Chevènement : Christian Forestier, Claude Durand-Prinborgne, Claude Chalin, Marcel Bonvalet et André Casadevall. Christian Forestier est nommé Inspecteur général et Claude Durand-Prinborgne devient directeur des Enseignements scolaires.

15 Les nouveaux nommés sont Charles Zorgbibe, Édouard Bridoux, Jean-Pierre Poussou, Pierre Lostis, Raymond Prieur, Nicole Ferrier-Caverivière, Armel Pecheul, Jean-Louis Boursin, Maurice Quenet, Didier Linotte, Denise Flouzat. Deux d’entre eux, Raymond Prieur et Jean-Louis Boursin, avaient été recteurs sous René Haby. Jean-Claude Maestre et Jean-Claude Dischamps sont déplacés.

16 Gabriel Catayée (Guyane), Bertrand Saint-Sernin (Créteil), André Varinard (La Réunion), Christian Verlaque (Corse), Christian Labrousse (Reims), Jean-Pierre Chaudet (Clermont-Ferrand), Pierre Magnin (Versailles) remplacent respectivement Bertène Juminer, Raymond Prieur, Jacques Georgel, Georges Lescuyer, Michèle Sellier, Jacques Vilaine, Paul Rollin.

17 Le recteur Gabriel Bianciotto, nommé en 1984 à Poitiers par Jean-Pierre Chevènement, est remplacé par Henri Legohérel le 4 janvier 1988.

18 Maurice Niveau avait déjà été recteur, d’abord à Grenoble (1966-1975) puis à Lille (1976-1978). Entretien du 16 juin 1995.

19 Rappelons ici que Jean-Pierre Chevènement doit gérer les conséquences de la « guerre scolaire » rallumée par le projet de loi sur un grand service public unifié.

20 Fallot Évelyne, « La valse des recteurs », L’Express du 31 août 1981.

21 Greisalmer Laurent, « L’État Chirac. Des têtes qui roulent, en silence », Le Monde du 17 mars 1987.

22 Témoignages des recteurs Joël Bourdin du 7 juin 2006, Loïc Sparfel du 2 février 2007 et Henri Legohérel du 6 juin 2006.

23 Témoignage du recteur Claude Durand-Prinborgne du 2 juin 2006.

24 Témoignage du recteur Henri Legohérel du 6 juin 2006.

25 Témoignage du recteur Henri Legohérel du 6 juin 2006 ; article du journal Le Monde du 22 janvier 1982 ; témoignages du recteur Pierre Magnin du 8 novembre 2005, du recteur Paul Pastour du 17 octobre 2006.

26 Témoignages des recteurs Claude Durand-Prinborgne du 2 juin 2006, Jacques Georgel du 20 novembre 2006 et Armand Fremont du 17 mars 2005.

27 Témoignages de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux du 25 janvier 2007 et du recteur Claude Lambert du 28 juin 2006.

28 Témoignages des recteurs Joël Bourdin du 7 juin 2006, Loïc Sparfel du 2 février 2007, Michèle Gendreau-Massaloux du 25 juin 2007 et Pierre Magnin du 8 novembre 2005.

29 Témoignage du recteur Joël Bourdin du 07 juin 2006.

30 Témoignage du recteur Claude Durand-Prinborgne du 24 juin 2006.

31 Témoignage du recteur Bernard Toulemonde du 9 février 2005.

32 Témoignage du recteur Joël Bourdin du 7 juin 2006.

33 Témoignage du recteur Bertrand Saint-Sernin du 15 novembre 2005.

34 Voir les treize recteurs savarystes éliminés et le témoignage du recteur Marcel Bonvalet en novembre 2006.

35 Témoignage du recteur Bernard Toulemonde du 9 février 2005.

36 Témoignages du recteur Jean-Claude Cubaud en juin 2006 et de la rectrice Michèle Sellier du 6 février 2007.

37 Recteurs Marius-François Guyard, Claude Roche, et Claude Durand-Prinborgne limogé devant ses pairs en 1978 (témoignage du 2 juin 2006).

38 44 mouvements sous Valéry Giscard-d’Estaing, 24 sous René Haby, 20 sous Christian Beullac. Voir l’article de Gerard Patrick, « Le recteur d’académie », L’actualité juridique-droit administratif, 20 novembre 1996.

39 Robert André, Système éducatif et réformes, Nathan, Paris, 1993, p. 119 à 163.

40 Une analyse comparable pour les changements intervenus au sein de l’Inspection générale a été proposée par Frank Marie-Thérèse, « Les mutations des années 1980 », dans Rioux Jean-Pierre (dir.), Deux cents ans d’inspection générale, 1802-2002, Paris, Fayard, 2002, p. 319-336.

41 Témoignage de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux en février 2007, du recteur Claude Durand-Prinborgne du 24 juin 2006, du recteur Armand Frémont du 24 mars 2003.

42 Témoignage de la rectrice Michèle Gendreau Massaloux en février 2007, du recteur Marcel Bonvalet en novembre 2006.

43 Témoignage de la rectrice Michèle Sellier du 6 février 2007, du recteur Niveau du 16 juin 1995.

44 Témoignages de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux du 5 février 2007 et du recteur Jean-Claude Cubaud en juin 2006.

45 Témoignages du recteur Jacques Georgel du 20 novembre 2006, de la rectrice Michèle Sellier du 6 février 2007 et du recteur Armand Fremont du 24 mars 2003.

46 Trois femmes rectrices sous Valéry Giscard-d’Estaing : Alice Saunier-Seité, Yvonne Lambert-Faivre, Rolande Gadille ; trois sous Alain Savary et Jean-Pierre Chevènement : Michèle Gendreau-Massaloux, Michèle Sellier et Hélène Ahrweiller ; quatre sous René Monory, dont deux nommées par le ministre : Nicole Ferrier-Caveriviere, Denise Flouzat. Bertène Juminer et Michèle Sellier, nommées sous Alain Savary, restent en poste respectivement jusqu’au 18 février 1987 et jusqu’au 2 juillet 1987.

47 Témoignages de Jacques Georgel du 20 novembre 2007, de Claude Durand-Prinborgne du 24 juin 2005 et de Michèle Sellier du 6 février 2007.

48 Témoignage du recteur Armand Frémont du 24 mars 2003.

49 Témoignage du recteur Armand Frémont du 24 mars 2003.

50 Article du journal Le Monde du 12 septembre 1981, qui présente la rentrée du nouveau recteur Daniel Gras à Amiens ; article du Quotidien de Paris du 18 septembre 1981 qui relate la rentrée à Lille du recteur Claude Durand-Prinborgne, ainsi que son témoignage du 24 juin 2005.

51 Témoignages de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux du 25 janvier 2007, du recteur Christian Bècle du 12 octobre 2000 et du recteur André Legrand du 23 novembre 2005.

52 Témoignages de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux du 25 janvier 2007, du recteur André Legrand du 23 novembre 2006, du recteur Claude Lambert du 28 juin 2006, du recteur Jacques Georgel du 20 novembre 2007, du recteur Daniel Bancel du 5 décembre 2005.

53 Terme utilisé par le recteur Claude Lambert dans son entretien du 28 juin 2006. Voir aussi l’entretien du recteur André Legrand du 23 novembre 2006.

54 Témoignage du 6 février 2007.

55 Sellier Michèle, « Quelques réflexions sur la fonction de recteur », dans Administration et Éducation, no 45, 1er trimestre 1990, p. 47. Il existait encore un CAP de remaillage en 1984 dans l’académie de Reims.

56 Témoignage du recteur Armand Frémont du 24 mars 2005.

57 Chapus René, Droit administratif général, Montchrétien, 3e édition, 1988, tome 2, p. 136.

58 Sellier Michèle, art. cit.

59 Témoignages de la rectrice Michèle Gendreau-Massaloux du 25 janvier 2007 et du recteur André Legrand du 23 novembre 2006.

Auteur

Professeur bi-admissible au collège Daniel Mayer de Paris (XVIIIe arrondissement), enseignant-chercheur associé au Service d’histoire de l’éducation (SHE-INRP-ENS, 45, rue d’Ulm, Paris) depuis 2005 au sein de l’Équipe « Enquête orale ».

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540