Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Les recteurs et la fonction rectorale depuis 1945

Le recteur de Paris des années 1970 aux années 2000. Un recteur spécifique ?

Marie Stern

Texte intégral

  • 1 Recherche menée par l’équipe des chercheurs du Service d’histoire de l’éducation de l’INRP en char (...)
  • 2 Mignaval Pierre, « Les mutations de la fonction rectorale depuis un demi-siècle selon le témoignag (...)
  • 3 Dans l’ordre chronologique d’exercice du rectorat de Paris : Pierre Tabatoni (1979-1982), Hélène A (...)
  • 4 Il s’agit dans l’ordre chronologique de Jacques Bompaire (1969-1970), Jacques Dehaussy (1969-1976) (...)
  • 5 Pascal Jardin (1998-2002).
  • 6 Jacques Mouha, secrétaire général de la chancellerie des universités (1970-1980) ; Pierre Maurel, (...)
  • 7 Dans l’ordre chronologique : à Créteil : Jean Saurel, Jacques Dehaussy, Jean-Claude Maestre, Bertr (...)

1Cette question a émergé au cours d’une recherche d’histoire orale sur les évolutions récentes de la fonction rectorale1. Au fil de ce travail, sont apparues de plus en plus précises les mutations de la fonction rectorale, au gré de celles des grandes évolutions de l’École et de la société française2. Parmi ces évolutions, la décentralisation a joué un rôle important. Dès lors, la question de la spécificité de l’exercice de la fonction de recteur à Paris s’est posée en termes de similitude et d’altérité par rapport aux autres rectorats. Elle s’inscrit dans une réflexion plus large à mener sur l’existence d’une exception parisienne en matière de gestion administrative. Elle a été posée à treize responsables de l’académie de Paris : d’abord aux quatre recteurs qui se sont succédé à ce poste pendant plus de vingt ans de 1979 à 2002, Pierre Tabatoni, Hélène Ahrweiler, Michèle Gendreau-Massaloux et René Blanchet3 ; puis à cinq recteurs adjoints ou vice-chanceliers4, à un directeur de l’académie5 et à plusieurs directeurs de cabinet et secrétaires généraux6. Les propos tenus et recueillis par les acteurs de cette académie ont été croisés avec ceux des recteurs d’autres académies, en particulier de treize recteurs des académies limitrophes de Créteil et de Versailles, pour leurs liens institutionnels avec les recteurs de Paris7. Ce corpus d’archives orales a formé la principale source, complétée par divers documents écrits constitués de notes, de décrets, de rapports administratifs ou parlementaires portant sur l’académie de Paris pendant cette période ainsi que d’ouvrages ou articles récents sur la fonction rectorale.

2La question de la représentativité du panel – quatre recteurs et neuf adjoints ou collaborateurs – apparaît légitime. Dans le cadre chronologique de cette enquête orale, le nombre de recteurs interrogés ne pouvait pas être élargi. Robert Mallet, qui avait précédé Pierre Tabatoni à ce poste était décédé quand l’enquête a commencé ; Maurice Quénet était en poste à son achèvement. Malgré son apparente modicité, ce panel est rendu signifiant par les personnalités de ces quatre recteurs ainsi que par la continuité temporelle dans l’exercice de leur fonction pendant une période marquée par une transformation des missions rectorales à l’échelle nationale. Les quatre recteurs de Paris, de même que les autres témoins entendus, ont tous mis en évidence le caractère original de l’administration de l’académie de Paris. Ils ont précisé l’existence de domaines de compétence propres au recteur de Paris. La confrontation des témoignages recueillis apporte des éléments de réponses aux interrogations suivantes : y a-t-il, dans l’exercice de la fonction de recteur depuis les années 1970, le maintien d’une exception parisienne alors qu’en province, le pouvoir des recteurs s’est trouvé modifié par la décentralisation ? Quelle perception ces recteurs et témoins ont-ils de la fonction de recteur de Paris ? L’évolution des champs d’intervention de ce recteur s’est-elle effectuée au même rythme et selon les mêmes modalités qu’en province ? Si le recteur de Paris exerce la même fonction que ses collègues, comment expliquer les particularités de sa tâche ? Quelle est la part de l’histoire de l’académie, de celle de la centralité politique et intellectuelle parisienne, de la proximité géographique de l’académie avec le pouvoir central dans les champs d’intervention et de compétence propres au recteur de Paris ? Quel est le rôle des individus et du contexte institutionnel dans le choix des personnalités nommées à ce poste ? Nous répondrons en établissant les quelques analogies mais aussi les différences entre le recteur de Paris et ceux des autres académies, puis en précisant les missions particulières de ce poste dans la ville capitale où siègent les institutions de l’État, avant de montrer que progressivement la fonction se rapproche de celle exercée par les autres recteurs.

La singularité de la fonction de recteur de Paris

  • 8 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.

3Selon Michèle Gendreau-Massaloux, « la fonction exercée par le recteur de Paris n’est pas tout à fait de même nature que celle d’un recteur ordinaire8 ». Les quatre recteurs de Paris ont tous témoigné de l’originalité du poste. Quelle est la part des points communs et de la singularité, qu’il s’agisse de leur cursus antérieur à leur nomination au poste de recteur de Paris, de la gestion des politiques éducatives et de la structure administrative dont ils disposent ?

Le choix de profils rectoraux spécifiques ?

  • 9 Il s’agit de Jacques Béguin, de Jean-Claude Cubaud, de Jean-Claude Dischamps, de Michel Leroy et d (...)
  • 10 Il s’agit de Jean-Claude Dischamps, de Christian Forestier, d’Henri Legohérel, de Claude Mesliand (...)

4Le recteur de Paris a l’expérience de la gestion administrative. Comme les autres recteurs, ceux de Paris ont exercé des responsabilités administratives avant d’être nommés recteurs, mais ceci toujours à un très haut niveau. Avant de devenir recteur de Paris, Pierre Tabatoni a dirigé le cabinet d’Alice Saunier-Seité, ministre des Universités et de la Recherche scientifique de 1977 à 1979. Si plusieurs recteurs de province ont exercé la fonction de chargé de mission ou de conseiller de cabinets ministériels9, il est le seul à avoir dirigé un cabinet ministériel. Hélène Ahrweiller a présidé l’université de Paris I de 1976 à 1981. Plusieurs recteurs de province ont aussi présidé une université avant d’accéder à cette fonction10, mais elle est la seule à avoir déjà présidé une université parisienne. Michèle Gendreau-Massaloux a été vice-présidente de l’université de Limoges, dans les années 1970, puis recteur de l’académie d’Orléans-Tours de 1981 à 1984. Enfin, René Blanchet a été recteur de trois académies de province (Nice, Montpellier et Aix-Marseille) pendant une période assez longue, entre 1989 et 1998.

5Leurs adjoints ont aussi exercé de hautes responsabilités administratives, fort similaires à celles de nombreux recteurs de province. Jacques Bompaire a été doyen de la faculté des lettres de Nantes et Jacques Dehaussy de celle de droit et de sciences économiques de Dijon avant qu’ils ne secondent Robert Mallet en 1969. Maurice Garden a été vice-président de l’université de Lyon II puis a travaillé à la direction de la Recherche au ministère de l’Éducation nationale avant d’être nommé vice-recteur en 1993. Alain Dubrulle a été le premier président de l’université du Littoral, avant d’être nommé vice-chancelier en 1999. Pascal Jardin a été membre du cabinet de Jean-Pierre Chevènement quand ce dernier était ministre de l’Éducation nationale ; il a exercé les fonctions d’inspecteur d’académie, avant d’accéder au poste de Directeur de l’académie de Paris en 1998.

  • 11 Littérature espagnole pour Michèle Gendreau-Massaloux, littérature grecque classique pour Jacques (...)
  • 12 Hélène Ahrweiler, entretien du 31 mars 2005 et René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

6Le recteur de Paris est un professeur d’université. À l’instar de la plupart des recteurs de province, les recteurs de Paris sont choisis parmi des universitaires dont les qualités intellectuelles et scientifiques sont reconnues. Pierre Tabatoni a fondé l’Institut d’administration des entreprises à Aix-en-Provence au milieu des années 1950 puis l’université de Paris-Dauphine au début des années 1970. Hélène Ahrweiler a été vice-présidente de la Conférence des présidents d’université dans ces mêmes années 1970. Michèle Gendreau-Massaloux, Jacques Bompaire et René Blanchet sont des normaliens, caciques de l’agrégation dans leur discipline, avant de devenir d’éminents universitaires et chercheurs11. Ces remarquables parcours ont été des atouts pour exercer un pouvoir d’influence auprès des universitaires parisiens12.

7D’autres aspects ne distinguent guère le recteur de Paris des autres recteurs. Si tant est que Paris soit une « grande » académie, alors, pas plus qu’en province, on n’entre forcément dans la carrière rectorale par une petite académie avant d’obtenir une grande. En effet, des quatre recteurs du panel, deux d’entre eux ont fait leurs premières armes en province avant d’être nommés à Paris, les deux autres ont exercé directement la fonction de recteur de Paris. Les recteurs, à Paris comme en province, peuvent rester en place lors des changements de majorité. Si les quatre recteurs de Paris ont tous connu une alternance politique, seules deux d’entre elles ont mené au remplacement du recteur et ceci avec un délai : Hélène Ahrweiler n’a succédé à Pierre Tabatoni que plus d’un an et demi après l’alternance de 1981. Vingt ans plus tard, René Blanchet a été remplacé par Maurice Quenet en décembre 2002, sept mois après les élections présidentielles et législatives. Michèle Gendreau-Massaloux, nommée sous un gouvernement de gauche, est restée en place pendant la cohabitation de 1993 à 1998.

  • 13 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.
  • 14 Pierre Tabatoni, entretien du 5 juillet 2005. Il s’attribue cette remarque lors d’un entretien sol (...)
  • 15 Pascal Jardin, entretien du 3 octobre 2007 ; Alain Dubrulle, entretien du 9 octobre 2007.
  • 16 Jacques Georgel est nommé à la demande d’Alain Savary (entretien du 2 novembre 2006), Alain Dubrul (...)

8Plus que ses collègues, le recteur de Paris est choisi pour sa proximité avec le pouvoir central. « Tous sont des politiques, proches des politiques13. » Les témoignages font ressortir cette particularité. Pierre Tabatoni a évoqué ses liens amicaux et universitaires avec le Premier ministre, Raymond Barre. Il concevait son pouvoir de recteur comme un pouvoir d’influence auprès du gouvernement à tel point que sa fonction devient « un peu vide14 » quand arrive l’alternance de 1981. D’ailleurs, en l’absence de relais rue de Grenelle ou à Matignon, le travail se fait sans lui par des adjoints nommés en 1981 jusqu’à son départ en décembre 1982. Hélène Ahrweiler, parfois conviée aux déjeuners de l’Élysée et à participer aux voyages à l’étranger du président de la République, garde un souvenir précis des propos échangés avec ce dernier. Michèle Gendreau-Massaloux a exercé la fonction de conseiller pour les Affaires éducatives puis de secrétaire général adjoint de la Présidence de la République avant d’être nommée recteur de Paris au début de second mandat de François Mitterrand. René Blanchet était un « proche, un très proche d’Allègre15 », ministre de l’Éducation, selon ses deux adjoints. Cette proximité avec le ministre de l’Éducation nationale concerne aussi la plupart des vice-chanceliers16. Ainsi, une relation de confiance entre les autorités de l’État et le recteur de Paris apparaît comme une condition de l’exercice de la fonction. C’est pourquoi, la nomination du recteur de Paris se décide au sommet de l’État. Elle fait non seulement l’objet d’un arbitrage entre le ministre de l’Éducation et celui des Universités, mais aussi entre ces ministres, le Premier ministre et le Président de la République. La nomination des recteurs de province ne demande pas forcément autant de « feux verts ».

Une spécificité parisienne dans l’application des politiques éducatives ?

  • 17 Pierre Tabatoni, entretien du 4 juillet 2005.

9Michèle Gendreau-Massaloux évoque l’existence « de parties communes et de parties hétérogènes » dans le travail du recteur de Paris. D’abord, à la différence de ses collègues de province, le recteur de Paris n’applique pas personnellement la politique ministérielle dans l’enseignement primaire et secondaire, du moins au début de la période. Certes, il en est responsable. Il préside les commissions paritaires, reçoit les représentants des parents d’élèves et des syndicats. Il se rend dans les établissements en cas d’événement exceptionnel mais il délègue la gestion quotidienne au directeur des services académiques. D’ailleurs, en 1979, Pierre Tabatoni, à propos de sa visite chez Christian Beullac à la suite de sa nomination, affirme qu’il n’a reçu qu’une seule instruction du ministre : « Ne vous occupez pas de l’enseignement secondaire17. » Cette particularité a largement perduré jusqu’à la réforme initiée à la fin des années 1990 par Claude Allègre et mise en place par René Blanchet (3e partie).

  • 18 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.
  • 19 Hélène Ahrweiler, entretien du 15 mars 2005.

10Dans l’enseignement supérieur, le recteur de Paris vise des objectifs de longue durée qui lui sont propres. Si les missions de chancelier sont comparables à celles des recteurs de province, les quatre recteurs de notre enquête, chacun à sa façon, se sont attachés « à apporter de la cohérence à un paysage universitaire balkanisé18 » par la partition du début des années 1970. Ils se sont aussi attachés à soutenir le rayonnement international des universités parisiennes. Ainsi, Pierre Tabatoni, par son parcours professionnel, connaît bien le système universitaire européen et américain. Ses réseaux internationaux lui permettent de rendre de nombreux services à ses collègues parisiens. Il y voit la raison principale de sa nomination quand il évoque la perception qu’avait Alice Saunier-Seité, ministre des Universités, du profil du recteur de Paris. Elle lui a dit : « Ce que l’on veut pour le recteur de Paris, ce sont des relations internationales. » Pareillement, Hélène Ahrweiler déploie beaucoup d’énergie pour faciliter les partenariats entre universités parisiennes et étrangères : « J’étais d’ailleurs toujours à signer des accords avec les universités étrangères19. »

Une administration un peu différente pour le recteur de Paris

  • 20 Loi Fortoul du 14 juin 1854, qui redessine la carte des académies. Pour plus de précision, Condett (...)
  • 21 Décret du 22 décembre 1971 portant modification de la circonscription académique de Paris à compte (...)
  • 22 Jacques Dehaussy, entretien du 12 mai 2005.
  • 23 Jacques Mouha, entretien du 26 avril 2006.
  • 24 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

11D’abord parce qu’il est à la tête d’une académie qui a été très vaste même si elle est aujourd’hui réduite à la seule ville de Paris. En effet, le ressort de l’académie de Paris a comporté jusqu’à une vingtaine de départements pendant plus d’un siècle de 1854 à 1962, ce qui représentait plus du quart du territoire national20. De plus, jusqu’en 1920, le recteur de Paris en titre était le ministre de l’Instruction publique, le travail effectif de recteur étant assuré par un vice-recteur. Avec les débuts de l’explosion scolaire et universitaire dans les années 1960, la partition de l’académie de Paris s’effectue en plusieurs étapes de 1962 à 1972. Les académies de Reims et d’Orléans-Tours sont créées en 1962, celles de Rouen et d’Amiens en 1964. C’est en 1972 que l’académie de Paris ne recouvre plus que la ville de Paris avec la création des académies de Créteil et de Versailles21. Comment nos témoins analysent-ils cette dernière contraction ? Selon Jacques Dehaussy22, « Olivier Guichard voulait faire un acte de déconcentration en Île-de-France » ; selon Jacques Mouha23, le découpage de l’académie en trois visait à « réduire le pouvoir du recteur de Paris » et selon Pierre Maurel, le pouvoir central n’a pas intérêt à avoir une académie puissante « qui fasse de l’ombre au ministre24 ».

  • 25 Cas de Pascal Jardin qui a été choisi par René Blanchet.
  • 26 Jacques Bompaire, entretien du 4 décembre 2006.
  • 27 La note de service, signée Robert Mallet, en date du 18 juillet 1969, répartit les responsabilités (...)
  • 28 Pierre Tabatoni, entretien du 4 juillet 2005.

12Ainsi, l’organisation administrative du rectorat de Paris est largement le produit de l’histoire. Pour mener à bien sa tâche, le recteur dispose de moyens accrus avec deux « adjoints », qu’il ne choisit pas, sauf exception25, disposant chacun d’un secrétaire général et d’une administration. À la fin des années 1960, sous l’autorité de Robert Mallet, selon Jacques Bompaire, « c’était trois recteurs sur le même plan26 ». À cette époque, le vice-chancelier n’est pas qualifié d’adjoint. Il se fait parfois appeler recteur ou vice-recteur. Toutefois, les attributions de chacun sont bien délimitées et définies dans une note de service27. Dans les années 1970, les deux adjoints se spécialisent : l’un dirige les services de l’Enseignement scolaire, l’autre s’occupe de la Chancellerie des universités parisiennes. Le résultat final obtenu est que le poste de recteur n’est pas un poste de gestion directe comme en province. Selon Pierre Tabatoni : « Le recteur occupe un poste de coordination sommaire28. »

  • 29 Hélène Ahrweiler, entretien du 31 mars 2005.
  • 30 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.
  • 31 Le vice chancelier gère les flux d’étudiants, s’occupe des locaux universitaires, de leur redéploi (...)

13La répartition des rôles entre le recteur et ses adjoints se précise dans les années 1980 selon Hélène Ahrweiler qui témoigne de la responsabilité d’ensemble du recteur : « Il y avait le vice-chancelier qui s’occupait des universités, le directeur des services académiques qui s’occupait des écoles, il y avait le recteur qui s’occupait de tout29. » Pourtant, jusqu’à la réforme de 1999, le vice-chancelier ne se considère pas forcément comme un adjoint « et quelquefois, il se faisait appeler recteur. C’était très confus, et le recteur n’avait pas autorité sur le vice-chancelier » selon René Blanchet30. Il n’y a donc pas, à Paris, pendant les décennies 1980 et 1990, d’unité de gestion d’autant que si le recteur et le vice-chancelier31, siègent en Sorbonne, le directeur est installé au nord de Paris, d’abord rue Curial, puis avenue Gambetta.

  • 32 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.
  • 33 Notamment le recrutement des professeurs de l’enseignement supérieur, le traitement, la vérificati (...)

14Le cabinet du recteur est plus étoffé que dans les académies de province du fait d’une lourde charge de travail liée à la gestion et la valorisation du patrimoine de la Chancellerie, à l’ampleur des activités de représentation ainsi qu’à la densité des établissements qu’il faut gérer. Le cabinet du recteur est installé en Sorbonne. Le directeur de cabinet est, selon Pierre Maurel « l’homme des dossiers que ne traite pas l’administration […] qui rayonne sur l’ensemble du cabinet du recteur32 ». Le secrétaire général de la chancellerie cumule deux attributions. Comme ses collègues de province, il gère les divisions administratives pour les missions de l’État auprès des universités33. De plus, il gère l’établissement public de la Chancellerie en charge du patrimoine des universités de Paris. Un deuxième secrétaire général siège dans les locaux de l’administration scolaire.

  • 34 Le CORIF facilite la coordination des recteurs sur certains dossiers communs comme le mouvement de (...)
  • 35 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.
  • 36 Armand Frémont, entretien du 5 avril 2005.

15Dernière particularité administrative, le recteur de Paris préside le CORIF mis en place par Robert Mallet à la suite de la partition de 1972 en trois académies. Ce comité de coordination des recteurs d’Île-de-France34 se réunit tous les mois le plus souvent en Sorbonne quoique René Blanchet ait organisé « un dispositif tournant dans les trois académies35 ». Le recteur de Paris, y vient accompagné de ses deux adjoints et du secrétaire général de la chancellerie. Force est de constater que les rapports ne sont pas hiérarchiques entre les trois recteurs comme nous le disent Pierre Tabatoni et René Blanchet ainsi que la plupart des recteurs des académies périphériques. Selon Armand Frémont, « Michèle Gendreau-Massaloux nous laisse maîtres dans nos académies36 ». Enfin, les trois recteurs font souvent une conférence de presse de rentrée conjointe tant les dossiers à régler sont souvent proches.

L’originalité des modes de gouvernance du recteur de l’académie de Paris

16Malgré un certain nombre de convergences, notamment le cursus antérieur à la nomination au poste de recteur, le recteur de Paris occupe une fonction bien spécifique : il gère une académie unique, du fait de l’attention que lui porte le pouvoir politique, de son histoire, de ses établissements scolaires et universitaires de renom et de son homothétie avec la capitale. Tout cela implique des missions et une gouvernance bien spécifiques.

Des rapports plus étroits avec le ministre de l’Éducation nationale

  • 37 À l’époque d’Alain Savary, Michèle Gendreau-Massaloux, recteur de l’Académie d’Orléans-Tours, étai (...)
  • 38 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.
  • 39 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.
  • 40 Voir l’évocation d’une conférence de presse de rentrée, au cours de laquelle Michèle Gendreau-Mass (...)

17Il est plus souvent consulté que ses collègues par le ministre sur les questions éducatives, même si cette pratique n’est pas exclusive37. René Blanchet considère que « le recteur de Paris est un conseiller de proximité du ministre38 ». Pour ce qui le concerne, il explique cette particularité par une alchimie associant ses liens personnels avec Claude Allègre, son expérience acquise dans la fonction et la proximité géographique du rectorat avec la rue de Grenelle. Cependant, ces rapports sont parfois empreints d’une certaine méfiance réciproque. D’une part, les ministres successifs ont une perception souvent suspicieuse du recteur de Paris, ce qu’exprime ainsi Michèle Gendreau-Massaloux : « Le recteur de Paris […] a des activités qui échappent un peu au ministre39. » De l’autre, ils relèvent de l’appréhension que le recteur peut avoir de porter ombrage au ministre notamment sur le terrain médiatique. Hélène Ahrweiler nous confie « on me disait souvent : oh, laissez cette chose être annoncée par le ministre » et Michèle Gendreau-Massaloux dit quelle prend soin de renoncer aux annonces anticipant celles du ministre40.

  • 41 Témoignage de Michèle Gendreau-Massaloux à Orléans-Tours, de Jacques Georgel à la Réunion ou de Cl (...)
  • 42 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.

18Cette proximité incite le recteur de Paris à une certaine prudence quand il prend des initiatives ou des décisions, alors qu’en province, plusieurs recteurs ont témoigné de marges de manœuvre importantes41. Michèle Gendreau-Massaloux se souvient d’un certain degré d’autonomie vis-à-vis du ministère quand elle était à Orléans, mais rapporte qu’à Paris elle ne pouvait rien décider sans avoir beaucoup consulté et pris quelques précautions auprès du cabinet du ministre de l’Éducation nationale. Elle se méfiait de la tentation du double jeu des forces syndicales incarnées souvent par les mêmes représentants à l’échelon académique et à l’échelon national. D’où un travail de coordination beaucoup plus précis qu’en province entre le recteur et le cabinet du ministre afin d’éviter que n’apparaissent d’éventuelles divergences42.

  • 43 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

19Dans certaines circonstances, le recteur de Paris occupe une place qui le distingue de ses collègues. Lors des réunions mensuelles des recteurs au ministère de l’Éducation nationale, il ne vient pas seul mais accompagné de ses deux adjoints. De plus, le recteur de Paris est souvent associé à la communication du ministre quand ce dernier veut montrer que sa politique s’incarne sur le terrain. « On préparait les sorties du ministre » nous dit Michèle Gendreau-Massaloux ; le recteur de Paris peut « expérimenter » la politique ministérielle selon René Blanchet. Enfin, et de façon plus informelle, le recteur de Paris exerce une certaine influence sur ses collègues. Selon René Blanchet, « en principe, le recteur de Paris est président d’honneur de la Conférence des recteurs […] ; cela veut dire que c’est en Sorbonne qu’il accueille les réunions de la conférence ». Cela veut dire aussi que « ses collègues lui téléphonent souvent, quand ils sont embêtés43 ».

Une académie chargée de symboles et des fonctions spécifiques

  • 44 Jacques Bompaire, entretien du 4 décembre 2006.
  • 45 Hélène Ahrweiler, entretien du 31 mars 2005.
  • 46 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.
  • 47 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

20Les activités de représentation ont longtemps occupé une place primordiale. Jacques Bompaire constate que le poste de Robert Mallet est avant tout honorifique : « Ce n’est pas lui qui faisait le travail, c’étaient les adjoints, tous les services44. » À l’époque d’Hélène Ahrweiler, selon ses dires, « le rectorat est une affaire de représentation, de relations publiques […] ; j’étais occupée constamment45 ». Son secrétaire général confirme : « Madame Ahrweiler a eu la politique internationale la plus importante […] ; elle avait un entregent extraordinaire46. » Il apparaît aussi, au fil des témoignages, que le recteur de Paris est un ambassadeur de la culture française qui « porte la parole de l’université française à travers le monde47 », même si la fonction de représentation est devenue progressivement moins ostensible qu’il y a vingt ans, notamment sous René Blanchet.

  • 48 Qualificatif dont Alain Savary aurait affublé Hélène Ahrweiler d’après le témoin, entretien du 15 (...)
  • 49 Le château de Ferrières, en Seine et Marne, a été construit au milieu du XIXe siècle par le grand (...)
  • 50 Alain Dubrulle, entretien du 9 octobre 2007.

21Le recteur gère également un patrimoine d’une ampleur et d’une renommée qui n’existe pas dans les autres académies. Ce patrimoine, composé des legs à l’université de Paris, est resté le bien commun des universités parisiennes lors de la partition de 1972. Il est géré par l’établissement public de la Chancellerie des universités créé à l’époque de Robert Mallet dont l’objectif principal est de rendre les revenus de ces legs utiles aux étudiants. Néanmoins, selon les témoignages, la gestion des biens de la Chancellerie n’est guère aisée pour ces universitaires peu rompus à la fonction d’« agent immobilier48 ». Hélène Ahrweiler regrette que l’université, « qui avait tellement de patrimoine, n’a jamais su l’exploiter » et que la chancellerie n’ait pas su valoriser le château de Ferrières : « On n’a jamais trouvé une utilisation de Ferrières digne de l’histoire des Rothschild, ni de l’histoire de l’université49. » Alain Dubrulle constate que « la Chancellerie, c’est assez complexe […]. On gère énormément d’argent, on gère des bourses, des moyens pour la recherche50 ». Cependant, quelques opérations ont été source de fierté pour les recteurs. Hélène Ahrweiler a cédé des locaux rue Suger à la Fondation de la Maison des sciences de l’homme pour accueillir des chercheurs étrangers. Michèle Gendreau-Massaloux a mené à bien la restauration de la villa Finaly de Florence.

  • 51 Distinction honorifique instituée par décret en 1918 et décernée « à des personnalités de national (...)
  • 52 Hélène Ahrweiler, entretien du 15 mars 2005.
  • 53 Pierre Tabatoni, entretien du 4 juillet 2005.
  • 54 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

22Le recteur de Paris veille aussi au prestige de la Sorbonne. Il soigne alors l’image de ce haut lieu chargé d’histoire et de symboles dont la destination culturelle prend de multiples formes. La Sorbonne appartient à la Mairie de Paris et ses locaux sont gérés en commun par le rectorat et les universités résidentes mais la plupart des cérémonies, qu’elles soient culturelles ou diplomatiques, sont conduites par le recteur. La remise des titres de Docteur Honoris Causa51, « à des gens qui devaient être utiles pour l’université52 » selon Hélène Ahrweiler, c’est-à-dire à des étrangers de tout premier plan, grands scientifiques ou personnalités politiques, est une tâche très diplomatique. La préparation en est confiée au directeur de cabinet, en coordination avec plusieurs ministères, principalement le Quai d’Orsay. Pierre Tabatoni évoque une dizaine de cérémonies par an honorant des personnalités aussi prestigieuses que la reine mère d’Angleterre ou le Premier ministre indien Indira Gandhi53. Michèle Gendreau-Massaloux relate la remise du diplôme à Nelson Mendela qui lui a déclaré que « c’était le plus beau moment de sa vie » ou à Abdou Diouf qui insiste sur « un moment exceptionnel de sa vie ». À ces cérémonies, plusieurs ministres peuvent être présents, le président de la République parfois. Le grand amphithéâtre de la Sorbonne est aussi le passage obligé des chefs d’État ou de gouvernement en visite officielle à Paris, surtout dans les années 1980 et 1990. Selon, Michèle Gendreau-Massaloux, ils sont presque tous venus. La visite de Mikhaïl Gorbatchev en juillet 1989 a constitué « un événement considérable54 » se souvient son secrétaire général. Lors de ces visites, le recteur ne se cantonne d’ailleurs pas à la représentation. Il lui arrive de défendre le symbole culturel et intellectuel que représente la Sorbonne. Ainsi, Hélène Ahrweiler peut obtenir du Premier ministre japonais, Nakasone Yasuhiro, de faire son discours en français, Michèle Gendreau-Massaloux de Mikhaïl Gorbatchev qu’il accepte de répondre à des questions libres auxquelles il n’a pas l’habitude de se prêter. En conséquence, sans s’attarder sur les multiples occasions au cours desquelles le recteur de Paris ouvre le grand amphithéâtre de la Sorbonne et y préside un événement, ce dernier apparaît bien comme un notable d’envergure internationale à la différence des recteurs de province davantage intégrés dans des sociabilités régionales.

Des situations éducatives plus délicates à gérer qu’en province ?

  • 55 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.
  • 56 Hélène Ahrweiler a évoqué des pressions fortes pour inscrire certains enfants de personnalités trè (...)

23La pratique des recommandations y est aussi sans commune mesure avec ce qui se passe dans les autres académies. Le recteur de Paris reçoit de très nombreuses demandes de dérogation à la carte scolaire assorties parfois de pressions politiques afin d’affecter dans les bons lycées parisiens, depuis la sixième jusqu’aux classes préparatoires aux grandes écoles, des élèves dont les parents occupent d’éminentes fonctions dans le public comme dans le privé. « Ce nombre effarant d’interventions55 », n’est pas simple à gérer et chaque recteur y est allé de son anecdote sur le sujet56. René Blanchet recevait 3 000 lettres par an, qui toutes recevaient une réponse. Pour autant, il ne « lâchait » qu’une centaine de dérogations.

24Le maintien de l’ordre à Paris nécessite également beaucoup de doigté et de sang-froid. C’est l’un des dossiers que le recteur suit avec la plus grande vigilance en coordination avec le préfet de police. L’enjeu de la sécurité de la Sorbonne est bien plus prégnant que celui d’autres rectorats ou universités car les répercussions d’une éventuelle occupation des lieux dépassent de beaucoup le cadre local. Cependant, à l’instar ses collègues de province, pour pallier ce risque, et parfois y remédier, les recteurs affirment avoir cherché à concilier fermeté et sens du dialogue, voire concertation face au « bouillonnement de la jeunesse ».

  • 57 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.
  • 58 Pascal Jardin, entretien du 3 octobre 2007.

25Le recteur de Paris accorde un soin tout particulier à sa communication. Hélène Ahrweiler et René Blanchet s’appuient sur un conseiller en communication pour régir leurs relations avec les medias. Pour autant, il communique peu dans la presse contrairement aux recteurs de province et fait attention à ne pas anticiper les annonces du ministre surtout quand elles ont une résonance nationale, ce que Michèle Gendreau-Massaloux exprime avec force : « Une des différences avec la période d’Orléans-Tours où il y avait Ouest-France toujours derrière moi quand je me déplaçais […] ; à Paris, le statut du recteur est tel qu’il risque de porter ombrage, quand il fait une communication trop forte, aux attributs du ministre […] donc j’ai toujours préféré ne pas communiquer ou communiquer très peu57. » Le soin apporté à la communication tient aussi à l’absence de presse locale à Paris. « La presse locale, c’est TF1, Le Monde58 » note Pascal Jardin. En conséquence, d’éventuels problèmes dans l’académie ont immédiatement un écho national.

26Ainsi, les modalités d’exercice du pouvoir et l’accomplissement de missions spécifiques distinguent le recteur de Paris de ses collègues de province. S’il exerce un pouvoir d’autorité dans son académie tout à fait comparable à celui de ses collègues, il exerce aussi « un pouvoir d’influence » qui contribue au rayonnement des universités parisiennes, de la ville de Paris et de la République française. Pourtant, si les années passées à ce poste, dans la mémoire des quatre recteurs qui ont témoigné, restent un temps fort de leur carrière, elles ne constituent pas vraiment celui de leur vie professionnelle dont ils sont le plus satisfaits, à la différence de bon nombre de recteurs de province.

Une gestion de l’espace parisien qui se rapproche progressivement des autres académies

  • 59 Hélène Ahrweiler, entretien du 31 mars 2005.
  • 60 Lettre du 4 mars 1998, adressée par le ministre au recteur Blanchet JRC/no 98.66.

27La politisation de la fonction rectorale devient une réalité parisienne à la fin des années 1970, après le départ de Robert Mallet. Les alternances gouvernementales affectent rapidement les collaborateurs immédiats du recteur. Hélène Ahrweiler constate que ses adjoints sont remplacés quand il y a changement de gouvernement ou même de ministre59. Cependant, c’est avec un décalage dans le temps, et en tenant compte des réalités locales, que les missions et l’action du recteur de Paris se rapprochent de celles des recteurs de province. En 1998, René Blanchet, installé par le ministre en personne lors d’une cérémonie officielle, est pourvu d’une lettre de mission de Claude Allègre qui énonce les priorités suivantes : « Dans le domaine de l’enseignement scolaire, j’entends restaurer le rôle du recteur de Paris en revenant à un système proche du droit commun […]. Dans le domaine universitaire, vous aurez à participer à l’élaboration et au suivi du plan U3M60 ».

La décentralisation s’impose tardivement dans l’académie de Paris

  • 61 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.
  • 62 Ibid. ; « j’allais d’inauguration en inauguration ».
  • 63 Robert Mallet a rénové la Sorbonne après mai 1968, Hélène Ahrweiler a eu une gestion dynamique du (...)
  • 64 Alain Dubrulle, entretien du 9 octobre 2007.
  • 65 « Voyage au bout de… l’immobilier universitaire », Rapport d’information de la commission des affa (...)

28Ce décalage, par rapport aux autres académies, s’explique selon Michèle Gendreau-Massaloux parce ce que « la région n’est pas chez elle à Paris61 » en raison de « l’antagonisme traditionnel » et la méfiance dans le partage des compétences entre le maire de Paris et le président de la région Île-de-France, quelle que soit la couleur politique des deux élus. Pourtant, dans un contexte d’intensification de la rénovation des lycées parisiens62, ainsi que de recomposition des sites universitaires impliquant l’État et le préfet, le recteur de Paris et le CORIF, le maire de Paris et le président de la région Île-de-France sont amenés en s’entendre au cours de la décennie 1990. La concertation est aussi de mise alors que s’ouvre le long et onéreux chantier du désamiantage de Jussieu d’après Michèle Gendreau-Massaloux et René Blanchet. Ce tournant se concrétise notamment avec le volet universitaire des contrats de plan entre l’État et la Région. Le recteur de Paris devient un grand bâtisseur, à l’image des recteurs de province engagés plus précocement dans ce type d’action du fait de la décentralisation. Ce rôle n’est pas nouveau63 mais il prend de l’ampleur à la fin des années 1990 avec le plan U3M. De fait, Paris, à la différence de bon nombre d’académies de province, était resté à l’écart du plan Université 2000, au début de cette décennie d’après Alain Dubrulle64. Son constat est confirmé par un rapport du Sénat : « Dans Université 2000, la région ne s’était pas impliquée, Paris ne s’était pas impliqué65. »

  • 66 Selon ce rapport du Sénat, le financement d’U3M en Île-de-France a porté sur un montant de 9 milli (...)
  • 67 Alain Dubrulle, entretien du 9 octobre 2007.
  • 68 Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche, Inspection générale de l’administration de l’ (...)
  • 69 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.
  • 70 Alain Dubrulle, entretien du 9 octobre 2007.

29Le plan U3M en Île-de-France visait à redynamiser l’enseignement supérieur et la recherche ainsi qu’à accroître les capacités d’accueil en étudiants. Le projet, priorité du ministre pour Paris et pour la région, était pourvu d’un imposant budget66. Il instaurait des partenariats avec les collectivités territoriales et concernait les trois académies franciliennes, ce qui en faisait un projet nouveau et « ambitieux67 ». L’élaboration du plan, coordonnée par René Blanchet, a donné lieu à une note de l’Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale qui relève la nouveauté de la démarche, marquée par « la mise en place d’une procédure de concertation et de décision en Île-de-France entre différents partenaires […] dont le recteur de Paris est devenu rapidement la cheville ouvrière68 ». En effet, René Blanchet a dû mobiliser, pour qu’ils travaillent ensemble autour de ce projet, des acteurs aussi divers que les deux autres recteurs d’Île-de-France, les présidents des universités parisiennes et franciliennes, les représentants de l’État (préfet de région, ministre), de la ville de Paris, des départements voisins et de la région Île-de-France, sans oublier ceux de la DATAR. De la sorte, le plan U3M a contribué à combler le retard pris par l’académie de Paris dans ses relations avec les collectivités territoriales en comparaison à celles installées en province, qui avaient été confrontées une décennie plus tôt aux procédures et aux circuits de décision résultant des lois de décentralisation. Il a donné au recteur des attributions qui ont été une source de « grande satisfaction sur le plan professionnel » puisque René Blanchet convient, à propos de la construction des bâtiments universitaires de la ZAC rive-gauche, que « cela a été absolument passionnant pour moi69 ». Enfin, la fonction de vice-chancelier sort aussi renforcée de la décentralisation par un travail de coordination accru avec les académies périphériques70.

La réforme de l’administration du Rectorat

  • 71 Ministère de l’Éducation nationale, Inspection de l’administration, groupe Île-de-France (présenté (...)
  • 72 J. Simon, chef du service de l’Inspection générale de l’administration, lettre au ministre de l’Éd (...)
  • 73 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.

30Un premier projet de restructuration et de modernisation administrative du rectorat de Paris remontait aux années 1980. En 1988, un rapport de l’Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale avait attiré l’attention sur la lourdeur administrative de l’organisation bicéphale de l’académie qui tenait le recteur éloigné de la gestion de l’enseignement primaire et secondaire. Il révélait que le cloisonnement des services ne facilitait ni l’information du recteur, ni la rationalisation de la gestion. De plus, « l’autorité du recteur n’est pas perçue comme une puissance animatrice, un centre de conseil, d’information, d’aide71 ». Dans un courrier au ministre, Jacky Richard confirmait « l’inadaptation des structures actuelles de l’académie de Paris qui génèrent des dysfonctionnements caractéristiques compromettant la bonne marche des services, et au-delà, le fonctionnement du système éducatif72 ». La réforme du rectorat devait donc aplanir les problèmes de communication entre le palais rectoral et les services. Elle devait aussi octroyer au recteur la même autorité que ses collègues de province sur les services des enseignements primaire et secondaire. Elle visait, également et plus structurellement, à faire reculer le poids de la tradition pesant sur la fonction rectorale à Paris qui reflétait, selon Michèle Gendreau-Massaloux, « un temps ancien de l’éducation, plus tourné vers le passé que vers les défis à relever73 ».

  • 74 Décret du 27 octobre 1999 portant organisation de l’académie de Paris, Journal officiel de la Répu (...)
  • 75 Pascal Jardin, entretien du 3 octobre 2007.
  • 76 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.
  • 77 Pascal Jardin, entretien du 3 octobre 2007.

31C’est par la volonté politique du ministre Claude Allègre et celle de René Blanchet, qu’un décret est venu clarifier la structure administrative du rectorat. Sans que des procédures classiques d’unité de gestion auprès du recteur aient été adoptées, le décret du 27 octobre 1999 décide la répartition des pouvoirs entre le recteur et ses adjoints74. Les titres de ses adjoints sont précisés : l’un est officiellement vice-chancelier des universités de Paris, l’autre directeur de l’académie. Le décret « restaure l’autorité du recteur sur les services de l’académie75 », d’autant que l’article 1 stipule que le recteur exerce les fonctions de directeur des services départementaux de l’éducation. Il détient donc la réalité du pouvoir décisionnel. Selon René Blanchet, la réforme « a amélioré incontestablement le fonctionnement avec une autorité unique, donc qui est toujours un recours. Elle a renforcé le pouvoir du recteur, mais surtout, elle a responsabilisé le vice-chancelier et le directeur, qui avaient évidemment leur autonomie76 ». Toutefois, par-delà le schéma institutionnel, il y a son application et les relations entre les hommes. René Blanchet compose avec ses adjoints, Alain Dubrulle et Pascal Jardin, « une équipe soudée77 », basée sur la confiance. Les trois hommes se réunissent une fois par semaine et sont en contact permanent. L’unité de ce trinôme est matérialisée sur la plaque de marbre située dans la salle des actes du palais rectoral sur laquelle sont inscrits les noms de tous les recteurs de Paris. René Blanchet y a fait graver, pour la première fois, auprès du sien, le nom des deux adjoints qui ont travaillé sous sa responsabilité.

Les pratiques rectorales se sont rééquilibrées en faveur du secondaire

  • 78 Hélène Ahrweiler, entretien du 15 mars 2005.

32L’évolution a été progressive. Longtemps, la priorité du recteur de Paris est restée focalisée sur l’université. Les recteurs ont peu parlé de la gestion de l’enseignement primaire et secondaire qu’ils déléguaient largement à leurs adjoints. Cependant, ils ont été amenés à s’impliquer davantage dans le secondaire en raison des résultats modestes de l’académie de Paris, notamment aux examens, du retard pris dans l’enseignement technique et professionnel et de l’acuité des problèmes d’affectations au moment des rentrées scolaires. Hélène Ahrweiler est la première à évoquer son action dans les premiers ordres d’enseignement. Elle pensait « qu’il fallait que le recteur voie quand même les proviseurs, les écoles secondaires et les écoles élémentaires78 ». Une fois par an, elle réunissait tous les chefs d’établissement de l’enseignement secondaire au château de Ferrières.

  • 79 Blanchet René, La vie des élèves et des établissements scolaires, Paris, La documentation français (...)
  • 80 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.
  • 81 Libération, Alain Auffray, 18 mai 1998 : « À Paris, capitale incontestée de la ségrégation scolair (...)

33Le principal tournant date de René Blanchet. Il s’effectue à la demande du ministre mais aussi parce que le recteur s’intéresse aux affaires scolaires. Il a ainsi rédigé deux rapports dont il applique les principes à titre expérimental à Paris, l’un sur la vie des élèves et des établissements scolaires et l’autre sur les chefs d’établissement79. Il trouve le temps de suivre les dossiers scolaires : « J’allais très souvent à Gambetta. Ça, mes prédécesseurs ne le faisaient pas80. » Parmi les orientations prioritaires, René Blanchet et Pascal Jardin ont évoqué le renforcement de l’enseignement professionnel, le recrutement des emplois jeunes… et un meilleur respect de la carte scolaire81 à l’intérieur de l’académie mais aussi avec les académies périphériques. La dimension pédagogique dans le travail du recteur de Paris, inscrite dans une démarche de projet, son investissement personnel dans la mise en œuvre des directives ministérielles ont donc été renforcés, sans doute au détriment de la représentation. René Blanchet nous dit avoir réduit les voyages et missions qui n’avaient pas de dimension pédagogique.

  • 82 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

34Si René Blanchet a pu dire que « le rectorat de Paris est devenu un rectorat presque comme les autres82 » c’est qu’il n’y a plus guère à Paris d’enjeux locaux, différents des enjeux nationaux, dans la mise en œuvre des politiques éducatives. Pourtant, le poste de recteur de Paris reste un poste spécifique, unique et prestigieux au sein de la haute fonction publique. La normalisation effectuée dans l’académie de Paris demeure inégale, sans doute plus poussée à la direction de l’enseignement scolaire, qu’à la chancellerie des universités, dotée d’un établissement public et d’un organe de concertation avec les rectorats de Créteil et de Versailles. Les quatre recteurs qui ont témoigné, ont tous eu le sentiment d’exercer un emploi singulier, fondé sur des missions propres et d’avoir été à la tête d’une académie capitale aux deux sens du mot. S’ils se sont sentis quasi obligés à la réussite du fait de leur proximité avec les institutions étatiques, ils ont souligné la nécessité acceptée de développer des qualités d’administrateur à l’échelle académique puis régionale, au fil des dernières décennies. Progressivement rompus aux négociations imposées par la décentralisation, ils ont élargi leurs champs d’intervention. Néanmoins, ils ont poursuivi, tout en les renouvelant chacun à sa manière, les rôles anciens du recteur de Paris, déployant des talents diplomatiques et de représentation au service du rayonnement intellectuel et culturel du système éducatif français.

Notes

1 Recherche menée par l’équipe des chercheurs du Service d’histoire de l’éducation de l’INRP en charge de la collecte de sources orales sur la prise de décision au ministère de l’Éducation nationale. Dans ce cadre, ont été recueillis les témoignages oraux de cinquante recteurs, ayant exercé leur fonction des années 1960 aux années 2000. Ils sont présentés dans Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise et Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques de l’éducation depuis la libération, tome 5, Inventaire de cinquante entretiens. La fonction rectorale, Lyon, INRP, 2008.

2 Mignaval Pierre, « Les mutations de la fonction rectorale depuis un demi-siècle selon le témoignage des recteurs », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie. Deux cents ans d’histoire, Paris, éditions Cujas, 2008, p. 291-303.

3 Dans l’ordre chronologique d’exercice du rectorat de Paris : Pierre Tabatoni (1979-1982), Hélène Ahrweiler (1982-1989), Michèle Gendreau-Massaloux (1989-1998) et René Blanchet (1998-2002).

4 Il s’agit dans l’ordre chronologique de Jacques Bompaire (1969-1970), Jacques Dehaussy (1969-1976), Jacques Georgel (1981-1982), Maurice Garden (1993) et Alain Dubrulle (1999-2002).

5 Pascal Jardin (1998-2002).

6 Jacques Mouha, secrétaire général de la chancellerie des universités (1970-1980) ; Pierre Maurel, directeur de cabinet de Pierre Tabatoni (1980-1982) puis secrétaire général chargé de l’Enseigne ment supérieur et de la Chancellerie des universités de Paris (1982-1991) ; Jean-Michel Coulais, directeur de cabinet d’Hélène Ahrweiler, de Michèle Gendreau-Massaloux puis de René Blanchet (1982-2002).

7 Dans l’ordre chronologique : à Créteil : Jean Saurel, Jacques Dehaussy, Jean-Claude Maestre, Bertrand de Saint-Sernin, Christian Forestier, Claude Lambert, André Lespagnol ; à Versailles : Jean Sirinelli, Pierre Magnien, Michel Alliot, Christian Forestier, Daniel Bancel, Armand Frémont.

8 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.

9 Il s’agit de Jacques Béguin, de Jean-Claude Cubaud, de Jean-Claude Dischamps, de Michel Leroy et de Bernard Toulemonde selon les compte-rendus des entretiens de recteurs, répertoriés dans Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise et Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques de l’éducation depuis la libération, tome 5, op. cit.

10 Il s’agit de Jean-Claude Dischamps, de Christian Forestier, d’Henri Legohérel, de Claude Mesliand et de Louis-Loïc Sparfel.

11 Littérature espagnole pour Michèle Gendreau-Massaloux, littérature grecque classique pour Jacques Bompaire et géologie pour René Blanchet.

12 Hélène Ahrweiler, entretien du 31 mars 2005 et René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

13 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

14 Pierre Tabatoni, entretien du 5 juillet 2005. Il s’attribue cette remarque lors d’un entretien sollicité auprès d’Alain Savary à qui il voulait demander de mettre fin à sa fonction de recteur de Paris.

15 Pascal Jardin, entretien du 3 octobre 2007 ; Alain Dubrulle, entretien du 9 octobre 2007.

16 Jacques Georgel est nommé à la demande d’Alain Savary (entretien du 2 novembre 2006), Alain Dubrulle de celle de Claude Allègre (entretien du 9 octobre 2007).

17 Pierre Tabatoni, entretien du 4 juillet 2005.

18 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

19 Hélène Ahrweiler, entretien du 15 mars 2005.

20 Loi Fortoul du 14 juin 1854, qui redessine la carte des académies. Pour plus de précision, Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1800 à 1940, tome 1, L’évolution d’une fonction administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP, 2006.

21 Décret du 22 décembre 1971 portant modification de la circonscription académique de Paris à compter du 1er février 1972.

22 Jacques Dehaussy, entretien du 12 mai 2005.

23 Jacques Mouha, entretien du 26 avril 2006.

24 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

25 Cas de Pascal Jardin qui a été choisi par René Blanchet.

26 Jacques Bompaire, entretien du 4 décembre 2006.

27 La note de service, signée Robert Mallet, en date du 18 juillet 1969, répartit les responsabilités entre Robert Mallet, Jacques Bompaire et Jacques Dehaussy. Ainsi, à titre d’exemple, Jacques Bompaire est en charge, notamment des départements de Paris, Seine-Saint-Denis et Val-d’Oise, des problèmes de construction, d’organisation et de fonctionnement des grandes écoles.

28 Pierre Tabatoni, entretien du 4 juillet 2005.

29 Hélène Ahrweiler, entretien du 31 mars 2005.

30 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

31 Le vice chancelier gère les flux d’étudiants, s’occupe des locaux universitaires, de leur redéploiement et du patrimoine de la Sorbonne. Il dispose de 250 à 300 personnes pour les missions d’État et d’une cinquantaine pour la chancellerie dans les années 1980 selon Pierre Maurel.

32 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

33 Notamment le recrutement des professeurs de l’enseignement supérieur, le traitement, la vérification des actes des universités de Paris intra muros, la tutelle du CROUS, l’inscription des étudiants…

34 Le CORIF facilite la coordination des recteurs sur certains dossiers communs comme le mouvement des professeurs, la gestion des flux d’étudiants entre les universités d’Île-de-France et de Ravel, créé au début des années 1990, ainsi que la carte scolaire de part et d’autre du périphérique.

35 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

36 Armand Frémont, entretien du 5 avril 2005.

37 À l’époque d’Alain Savary, Michèle Gendreau-Massaloux, recteur de l’Académie d’Orléans-Tours, était très fréquemment consultée par le ministre, entretien du 29 janvier 2007.

38 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

39 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.

40 Voir l’évocation d’une conférence de presse de rentrée, au cours de laquelle Michèle Gendreau-Massaloux a annoncé, en compagnie des recteurs de Versailles et de Créteil (Armand Frémont et Maurice Quénet), la création de quatre universités avant le ministre Lionel Jospin, ce qui a été mal perçu par ce dernier.

41 Témoignage de Michèle Gendreau-Massaloux à Orléans-Tours, de Jacques Georgel à la Réunion ou de Claude Lambert aux Antilles-Guyane.

42 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.

43 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

44 Jacques Bompaire, entretien du 4 décembre 2006.

45 Hélène Ahrweiler, entretien du 31 mars 2005.

46 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

47 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

48 Qualificatif dont Alain Savary aurait affublé Hélène Ahrweiler d’après le témoin, entretien du 15 mars 2005.

49 Le château de Ferrières, en Seine et Marne, a été construit au milieu du XIXe siècle par le grand architecte britannique Paxton pour la famille Rothschild. Depuis 1977, suite au legs des Rothschild, il est administré par la chancellerie des Universités de Paris.

50 Alain Dubrulle, entretien du 9 octobre 2007.

51 Distinction honorifique instituée par décret en 1918 et décernée « à des personnalités de nationalité étrangères en raison des services rendus aux arts, aux lettres, aux sciences et techniques, à la France ou à l’établissement qui décerne le titre ».

52 Hélène Ahrweiler, entretien du 15 mars 2005.

53 Pierre Tabatoni, entretien du 4 juillet 2005.

54 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

55 Pierre Maurel, entretien du 5 mars 2007.

56 Hélène Ahrweiler a évoqué des pressions fortes pour inscrire certains enfants de personnalités très connues. Michèle Gendreau-Massaloux ne répondait pas aux demandes d’intervention mais laissait les chefs d’établissement se débrouiller, ce dont une certaine presse s’emparait.

57 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.

58 Pascal Jardin, entretien du 3 octobre 2007.

59 Hélène Ahrweiler, entretien du 31 mars 2005.

60 Lettre du 4 mars 1998, adressée par le ministre au recteur Blanchet JRC/no 98.66.

61 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.

62 Ibid. ; « j’allais d’inauguration en inauguration ».

63 Robert Mallet a rénové la Sorbonne après mai 1968, Hélène Ahrweiler a eu une gestion dynamique du patrimoine et Michèle Gendreau-Massaloux a lancé la rénovation de la villa Finaly et de la Cité internationale.

64 Alain Dubrulle, entretien du 9 octobre 2007.

65 « Voyage au bout de… l’immobilier universitaire », Rapport d’information de la commission des affaires culturelles du Sénat, no 213, mars 2003.

66 Selon ce rapport du Sénat, le financement d’U3M en Île-de-France a porté sur un montant de 9 milliards de francs dont 4 milliards ont été financés par l’État, ce qui représentait le quart du budget national d’U3M, 2 milliards par la région, le reste par d’autres collectivités locales. La ville de Paris a fourni 150 000 m2 de terrains.

67 Alain Dubrulle, entretien du 9 octobre 2007.

68 Ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche, Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la Recherche, Rapport rédigé par Lebel Nicole et Zahn Jean-François (Inspecteurs généraux), Note sur la préparation et le suivi du schéma U3M et sur le contrat de plan 2000-2006 en Île-de-France.

69 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

70 Alain Dubrulle, entretien du 9 octobre 2007.

71 Ministère de l’Éducation nationale, Inspection de l’administration, groupe Île-de-France (présenté par Moreau Jean-Louis Moreau, Vareille Jean et Wiener Céline), Rapport relatif à l’administration de l’enseignement dans l’académie de Paris, 1988.

72 J. Simon, chef du service de l’Inspection générale de l’administration, lettre au ministre de l’Éducation nationale en date du 3 octobre 1988.

73 Michèle Gendreau-Massaloux, entretien du 5 février 2007.

74 Décret du 27 octobre 1999 portant organisation de l’académie de Paris, Journal officiel de la République française du 31 octobre 1999.

75 Pascal Jardin, entretien du 3 octobre 2007.

76 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

77 Pascal Jardin, entretien du 3 octobre 2007.

78 Hélène Ahrweiler, entretien du 15 mars 2005.

79 Blanchet René, La vie des élèves et des établissements scolaires, Paris, La documentation française, 1998 ; Blanchet René, La revalorisation du rôle des chefs d’établissement de l’enseignement secondaire, Ministère de l’Éducation nationale, de la recherche et de la Technologie, 1999.

80 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

81 Libération, Alain Auffray, 18 mai 1998 : « À Paris, capitale incontestée de la ségrégation scolaire, l’écart entre “bons” et “mauvais” établissements ne cesse de se creuser […]. L’académie voudrait changer les habitudes prises par les parents privilégiés et les proviseurs » ; Libération, Alain Auffray, le 9 septembre 1999 : « À Paris, le recteur lutte contre les inscriptions inégalitaires. »

82 René Blanchet, entretien du 22 mai 2007.

Auteur

Agrégée d’histoire, professeure de chaire supérieure en classes préparatoires au haut enseignement commercial au lycée Carnot de Paris, professeure associée de recherches au Service d’histoire de l’éducation (SHE-INRP-ENS, 45, rue d’Ulm), membre de l’équipe de recherche, « Histoire et archives orales de l’enseignement » du SHE (1999-2008).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540