Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Anna Kukulka-Wojtasik : La dame et l’amour au Moyen Âge. Symbolique du portrait amoureux dans la littérature courtoise du xiie siècle

Université de Varsovie, 2007, 303 p.

Élisabeth Pinto-Mathieu

Texte intégral

1Comme indiqué par son titre, l’ouvrage d’Anne Kukulka-Wojtasik a pour objet d’étude le portrait – au sens large- de la dame, en corrélation avec l’amour courtois. Après une introduction qui revient sur l’art du portrait, ses origines antiques et ses grands traités médiévaux – dont l’Ars versificatoria de Mathieu de Vendôme, qui considère la description comme l’objet suprême de la poésie - le livre comporte trois grandes parties : le roman antique, à savoir les romans de Thèbes, Enéas et Alexandre, les troubadours et les trouvères – Guilhelm IX, Bernart de Ventadorn, Gace Brulé et Conon de Béthune – et le roman arthurien, partie la plus volumineuse de l’ouvrage, qui va de Marie de France à Chrétien de Troyes. Chaque partie est précédée d’une introduction, qui présente le genre littéraire à suivre. Une bibliographie sélective ainsi qu’un index des noms concluent l’ouvrage.

2Anna Kukulka-Wojtasik montre bien que dans le Roman de Thèbes, les héros potentiellement amoureux ne se « voient » pas. C’est le narrateur qui est l’auteur de portraits à vocation avant tout sociale : les descriptions des deux filles du roi Adraste sont celles de jeunes princesses à marier. Pour autant, le Roman de Thèbes comporte des motifs appelés à devenir topiques dans les œuvres ultérieures, tels les yeux rieurs, hyperbole d’une beauté de la dame que l’on ne peut exprimer. Trois figures féminines marquent le Roman d’Eneas, Didon, dont le portrait n’est jamais fait, Camille, vierge amazone à la beauté aussi triomphante qu’énigmatique en termes de finalité romanesque et enfin Lavine, privée de portrait et dont l’amour pour Eneas ne ressortit pas, selon l’auteure, de la fin amor. C’est le Roman d’Alexandre qui clôt cette partie, roman de conquête dans lequel les femmes occupent une place de choix, des filles aquatiques et filles fleurs aux Amazones, en passant par Roxane.

3La seconde partie s’ouvre sur les chansons du plus illustre des troubadours, Guilhem IX, dont Anna Kukulka-Wojtasik fait remarquer qu’elles « possèdent ce caractère double où le sublime de la vénération se mêle à la crudité du désir » (p. 101). L’auteure entreprend alors une analyse littéraire extrêmement précise des chansons de Bernart de Ventadorn, qui font essentiellement de la dame un être de désir, au corps immuable et idéalisé quoique mal défini. La dame de Ventadorn est à la fois déesse et méchante, mala domna au cor de peira dura. Les deux poètes choisis pour illustrer l’univers des trouvères sont Gace Brulé et Conon de Béthune. L’amour apparaît chez le premier comme un don inaliénable ; il inspire timidité et respect à l’homme lige qui l’éprouve, soumis au haut seignorage de la dame, divinité inaccessible qui trône paisiblement. Chez Conon au contraire, l’amour cesse d’être ce don mystique qui permet à l’amant de devenir meilleur pour n’être plus qu’une passion humaine, fragile et instable qui, déçue, se change facilement en haine, vengeance et dénigrement.

4Chez les romanciers d’oïl de la seconde génération, les portraits gagnent en ampleur mais restent redevables à la lyrique occitane et au roman antique, où ils puisent plusieurs motifs descriptifs. Des Lais de Marie de France, l’auteure ne retient que ceux qui relatent une histoire d’amour complète. Dans leur univers féerique, l’amour peut précéder la première entrevue (Lanval, Yonec), sa naissance peut demeurer inexpliquée, être d’origine surnaturelle ou due à la valeur chevaleresque (Milun). Huit lais sont racontés très en détail ; parmi eux, Anna Kukulka-Wojtasik distingue ceux qui se ferment sur un dénouement heureux de quatre autres, clos de manière tragique. Il est bien montré que, malgré leur apparence schématique et stéréotypée, ces portraits ne se ressemblent pas mais possèdent une valeur hautement symbolique. Selon les lais, les portraits émanent de la narratrice, de l’ami ou d’une personne autorisée.

5Erec et Enide bénéficie d’un long résumé et renvoie à l’article de Marie-Madeleine Castellani sur La description du héros masculin dans Erec et Enide. Le portrait d’Enide en trente vers, le plus long de tous ceux de Chrétien de Troyes, se limite à la tête de l’héroïne, rappelant par là même les portraits d’Antigone ou de Camille dans les romans antiques. Mais Enide rougit quand Erec la regarde ; le regard masculin, empreint de désir, inaugure alors un nouveau portrait, celui des hanches, de la gorge blanche ou des bras. Dans Cligès, Anna Kukulka-Wojtasik voit « un roman à thèse qui se propose de socialiser l’amour en le rendant compatible avec les devoirs sociaux découlant des lois féodales et religieuses ». Cette troisième partie se clôt sur d’autres célèbres figures féminines des romans de Chrétien : Laudine dans Le Chevalier au lion, Guenièvre, belle, capricieuse, autoritaire et cruelle dans Le Chevalier de la Charrette, Blanchefleur dans le Conte du Graal. Aucun de ces portraits ne se répète ; tous diffèrent et leur art est dicté tout autant par la rhétorique de l’époque que par l’originalité de l’auteur. La conclusion de l’ouvrage relève qu’« attribuer la naissance de l’amour à la perception visuelle de la beauté signifie reconnaître à l’amour une naissance quasi divine car la vue est le plus noble des sens humains ».

6Les 303 pages de l’ouvrage d’Anna Kukulka-Wojtasik, agrémentées d’une quinzaine d’illustrations en couleur se lisent d’une traite. Le lecteur s’y voit convié à la visite guidée d’un important corpus lyrique et romanesque, dont les figures féminines, les descriptions et l’amour constituent les haltes. Pédagogique, l’ouvrage peut offrir un panorama très riche à des étudiants, polonais comme français.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540