Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Les recteurs et la fonction rectorale depuis 1945

Robert Mallet. Un poète aux commandes de deux rectorats

Bruno Poucet

Texte intégral

1Robert Mallet a été recteur à deux reprises, dans la jeune académie d’Amiens recréée en 1964 d’abord, dans la prestigieuse académie de Paris ensuite. Or, dans les deux cas, il eut à être fondateur. À Amiens, il lui a appartenu de créer une académie qui avait disparu depuis 1854 et se trouvait démembrée entre Lille et Paris : il fallait construire une unité. À Paris, c’était l’inverse : il fallait démembrer ce qui devenait un monstre alors même que naissait la région Île-de-France. Passer d’une petite et jeune académie à l’académie la plus prestigieuse et longtemps la plus vaste de France, placée sous le regard direct du ministre, n’est évidemment pas une sinécure, surtout lorsqu’on exerce ses fonctions pendant onze ans, pendant une période particulièrement difficile, alors que le monde universitaire est en pleine ébullition. Être recteur au moment où la fonction change profondément demande des capacités d’adaptation et d’abnégation peu communes. De grand notable inamovible de la République, le recteur devient le responsable actif et politique d’un ensemble de services académiques de plus en plus complexes. S’il s’occupe davantage du second degré, voire même du premier degré, il exerce une magistrature morale sur l’enseignement supérieur qui s’émancipe lentement de la tutelle de l’État.

  • 1 Lardoux Jacques, Du terroir à la Terre : Robert Mallet, recteur, écrivain, mondialiste, Rennes, La (...)

2Le recteur Mallet est, disons-le, pour le moins atypique. Entré tardivement dans la carrière universitaire, professeur d’université peu de temps, il prend ses fonctions au moment où le métier de recteur change profondément. C’est la fin du recteur inamovible dont il est, d’une certaine manière, l’un des derniers exemples. Recteur bâtisseur et inventeur, il doit se couler progressivement dans le moule du recteur gestionnaire, ce qui n’est pas évident dans une académie aussi remuante que celle de Paris, dans les années qui suivent les événements de 1968. Écrivain et poète plus que grand universitaire, Robert Mallet était considéré parfois avec une certaine suspicion, comme il l’a expliqué lui-même ultérieurement : « J’ai souvent été contesté comme recteur contestataire. Selon les gens de l’Éducation nationale, ce n’était pas parce que j’avais rencontré de grands écrivains que je faisais partie de l’élite universitaire. Et, pour les politiques, je restais un poète1. » Poète ou recteur ?

Un itinéraire atypique pour un futur recteur d’académie

3Robert Mallet a une formation qui ne le destine pas nécessairement à exercer de hautes charges au sein de l’Éducation nationale. Juriste, il fait des études littéraires ; homme d’action, il devient homme de lettres ; poète, il devient enseignant du supérieur puis doyen de faculté, sur le tard et Outremer. Sa rencontre avec Edgar Faure et les événements de 1968 lui facilitent l’accès au poste de recteur de Paris après un passage remarqué à Amiens.

Hommes de lettres et homme d’action

  • 2 Archives nationales, CAC 2008 0243, article 75, dossier de carrière de Robert Mallet où nous puiso (...)

4Robert Mallet, né à Paris le 15 mars 1915, est d’ascendance picarde, puisque son arrière-grand-père a été maire d’Abbeville (Somme)2. Le berceau de sa famille paternelle se trouve, en effet, dans le village de Bray-lès-Mareuil où il a été enterré le 7 décembre 2002 et où il avait coutume de résider pendant les vacances. Le futur recteur est en réalité parisien. Il passe son enfance dans la Capitale, fait ses études au collège Sainte-Croix de Neuilly, où il s’essaie aux rimes. En 1933, il obtient le baccalauréat latin-grec, entre en hypokhâgne au Lycée Louis-le-Grand, mais échoue dans sa tentative d’intégrer l’École normale supérieure. Il poursuit alors ses études à l’université de Paris et obtient une licence libre ès lettres en 1937 et, tradition familiale oblige (son père était avocat), sa licence en droit. En 1938, il est inscrit au barreau de Paris et soutient en 1939 une thèse en droit intitulée Étude d’économie comparée sur le retour à la terre. Toutefois, il approche très tôt le milieu littéraire. En effet, alors qu’il est en lettres supérieures au lycée Louis-le-Grand, il est proche de François Valéry, le fils du poète. En 1936, il publie un premier recueil de poésie, Sincérités.

  • 3 Née en 1910, décédée en 2004 ; elle était membre du prix Médicis et a publié romans et essais, a a (...)

5Il fait son service militaire dans l’infanterie en octobre 1938, comme seconde classe, puis suit le peloton des élèves officiers de réserve à l’École militaire de Saint-Cyr. Il en sort aspirant au moment où est déclarée la guerre. Lieutenant d’infanterie, il est blessé par un éclat d’obus pendant l’offensive de septembre 1939 et il est alors déclaré inapte pour le service mais rejoint volontairement son régiment, le 18 juin 1940. Une nouvelle fois blessé, cette fois à la tête au cours d’un engagement au côté d’une équipe de génie dans la Loire, il est trépané. Cette conduite courageuse lui vaudra, outre la Croix de Guerre, la nomination au grade de chevalier de la Légion d’honneur, à titre militaire, en 1943. Prisonnier de guerre, il s’évade, reprend ses études de lettres en s’intéressant à Francis Jammes qu’il avait découvert pendant son séjour à l’hôpital. À Vichy, où il travaille au ministère de l’Information, il entre en résistance et joue le rôle d’agent double, transmettant des informations à un réseau de renseignements. Il se marie en 1944 avec Francine Leullier, enseignante de lettres qui fera elle-même une carrière littéraire3. Ils auront deux garçons en 1945 et 1949.

6Le retour à la paix marque son entrée définitive dans la carrière littéraire et l’abandon de l’ambition familiale d’en faire un avocat. En 1947, il soutient une nouvelle thèse de doctorat, en lettres, cette fois, sur Francis Jammes (Francis Jammes, sa vie, son œuvre, le Jammisme) puis trouve un emploi au contrôle artistique des émissions de radio et entre comme conseiller littéraire aux éditions Gallimard à partir de 1949, collaborant notamment à la Nouvelle Revue Française. Il publie poèmes, pièces de théâtre et essais, travaille à l’édition critique de correspondances littéraires (Claudel, Valéry, Gide, Jammes). Il édite les œuvres de Valéry Larbaud (dans la collection de la Pléiade en 1957), les œuvres complètes de Claudel (NRF), produit des émissions littéraires à la radio (dont ses célèbres entretiens de 1950 avec Paul Léautaud). Il est enfin chroniqueur au Figaro littéraire, dirige chez Gallimard la Bibliothèque idéale et Jeunes poètes, donne des conférences à l’étranger, dans le cadre de l’Alliance française.

Enseignant et doyen à Tananarive

  • 4 Archives nationales, CAC 2008 0243, article 75 : dossier de carrière de Robert Mallet, lettre de d (...)

7C’est à la rentrée universitaire 1959 que le cours des choses change. En effet, cette année-là, il fait une demande pour entrer dans la carrière universitaire, avec le souhait d’aller Outre-mer4. Cela ne se fait pas sans difficulté. Comme le précise le rapporteur de son dossier de candidature d’inscription à la liste d’aptitude à l’enseignement supérieur :

  • 5 Ibid., Rapport du professeur Guyon, de la faculté des lettres d’Aix en Provence, 9 juin 1959.

« La candidature de Robert Mallet pose à notre conscience universitaire un cas difficile. Ni par les études qu’il a faites, ni par les carrières qu’il a suivies, M. Robert Mallet n’a jamais été exactement l’un des nôtres […]. Cette longue et persistante indifférence au métier d’enseignant, a, il faut le reconnaître, quelque chose d’un peu inquiétant ; ce refus prolongé de jouer le jeu ne prédispose peut-être pas à l’indulgence ceux qui l’ont sagement joué. Pourtant, tout bien pesé, c’est avec une ferme conviction que je vous propose de répondre favorablement à la demande qui nous est présentée5. »

8Et le rapporteur de préciser les raisons de son soutien à cette candidature : c’est un chercheur de grande qualité, un écrivain et tout simplement un homme de haute valeur. Le Conseil consultatif des universités se montre sensible aux arguments et, en juin 1959, Robert Mallet est inscrit sur la liste d’aptitude, pouvant être candidat à un poste d’enseignant titulaire.

  • 6 À partir du 1er novembre 1961, décret du 19 mars 1962.

9Il intègre juridiquement l’université d’Aix-en-Provence comme maître de conférences de littérature moderne mais il est détaché immédiatement à Madagascar puisque l’université française parraine celle de Tananarive. Il est chargé, à partir du 1er janvier 1960, d’un enseignement de littérature moderne à l’École supérieure des lettres de l’Institut des Hautes études de Tananarive. L’année suivante, il est nommé professeur titulaire de la chaire de littérature française de la toute nouvelle faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Madagascar6. Ce sera pour lui un moment très important dans son existence. C’est là, également qu’il entreprend une carrière administrative qui le prépare à ses futures fonctions. En novembre 1961, fondateur avec d’autres, de la faculté des lettres, il en devient le premier doyen, adapte les contenus d’enseignement aux besoins de la jeune République malgache (fondée en 1960), crée l’Institut de langue et littérature malgaches, une radio universitaire. Fondateur, avec d’autres, de l’Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française (AUPELF), il poursuit, malgré tout, son œuvre poétique et publie un premier roman, Région inhabitée, en 1962.

  • 7 Archives nationales, CAC 2008 0243, article 75, décret de nomination signé Charles de Gaulle et Ch (...)
  • 8 Lardoux Jacques, Du terroir à la Terre, op. cit., p. 76. Ainsi, Le Poème du sablier (1971), Quand (...)
  • 9 Université de Picardie Jules Verne, Bibliothèque universitaire, section lettres, Fonds Robert Mall (...)

10C’est le 17 juin 1964 qu’il est appelé à être le premier recteur de la nouvelle académie d’Amiens7. Et, selon son témoignage, il aurait pu aussi être recteur à Tananarive ou à Rouen et choisit finalement Amiens parce que c’est son « pays » et qu’il s’agissait de « la fondation de l’université d’Amiens et de Picardie8 ». De fait, ce sera le grand œuvre du recteur, objet de ses préoccupations constantes, qui le fera renoncer à ses fonctions de conseiller littéraire, même s’il continue à être attentif aux écrivains qu’il connaît de près (Claudel, Léautaud, Francis Jammes) et à écrire des préfaces. De plus, selon son témoignage, et les publications de l’époque, il ne cesse pas « d’écrire des poèmes et de rédiger des morceaux de journal. […] Mais, j’estime que fonder une université vaut bien le sacrifice de quelques publications9 ». Il s’agit, en effet, désormais de refonder une académie et de créer une université.

Un recteur refondateur : l’académie d’Amiens

  • 10 Le décret de création des circonscriptions d’action régionale est daté du 14 mars 1964, celui de l (...)
  • 11 FM 54, Copie de la lettre du recteur Le Moal de Rennes à Olivier Guichard du 24 mars 1970 où il re (...)
  • 12 Coutant Stéphane, Naissance et constitution de l’université de Picardie (1960-1971), DEA en science (...)
  • 13 Fondation des sciences politiques, Fonds Debré 2DE 41, Le Courrier Picard, no spécial « Amiens, re (...)

11Son entrée en fonction se situe à un moment stratégique pour une double raison, nationale et locale. Nationalement, le tout nouveau recteur est nommé10 alors même que le « métier » de recteur a changé : par le décret du 14 mars 1964, le recteur cesse d’être inamovible, au grand dam de certains de ses nouveaux collègues11. Localement, il est nommé au moment même où les circonscriptions d’action régionale sont établies. La création de l’académie est l’aboutissement d’un projet vieux de quasiment dix ans qui aboutit grâce à la ténacité du représentant de l’État, le préfet Henri Larrieu, et des élus locaux, député, maire de la ville d’Amiens, président du Conseil général – le ministre Max Lejeune – les maires de Saint-Quentin et Beauvais et certains représentants du monde économique12. C’est dire si la création est attendue des élites locales alors même que le pouvoir hésite à ne faire qu’une circonscription académique avec Rouen13. En mai 1964, un plan de développement régional met en tête des actions à mener, le développement de l’enseignement, notamment d’une Université autonome. Avec le recteur Mallet, la Picardie allait trouver l’homme de la situation. Il se plaisait à rappeler qu’il était le douzième recteur de l’académie d’Amiens. Il inscrit en cela son action dans une longue tradition qui commence en 1808 et s’interrompt quarante ans plus tard. Mais, en tant que futur chancelier de l’université de Picardie, c’est bien plus haut dans le temps qu’il inscrit les origines de l’université. Il l’a fait remonter au temps de la « nation picarde » de la Sorbonne, au Moyen Âge.

S’installer, organiser, impulser

  • 14 Verdier Claude, En toute amicalité, 40 années de vie associative au Rectorat d’Amiens (1966-2006), (...)

12Lorsqu’il prend officiellement ses fonctions, le 1er octobre 1964, le recteur doit tout d’abord s’installer et créer une administration, ce qui nécessite de recruter le personnel et de le loger. Le bâtiment a été fourni, à titre provisoire, par la municipalité : un ancien hospice de vieillards. Le bureau du recteur est dans l’ancienne salle d’opération. Le personnel administratif comporte nombre d’anciens militaires et du personnel débutant. La montée en puissante se fait rapidement et, de quarante employés en 1964, le rectorat atteint les cent personnes l’année suivante. Le recteur contribue ainsi, avec ses deux secrétaires généraux successifs, à créer une véritable administration. En 1965, une Gazette du rectorat est fondée ainsi qu’une Association des personnels dont il est le président d’honneur14.

  • 15 FM 36/2, Rapport du 14 novembre 1967 au préfet.

13Il découvre un ressort académique (Aisne, Oise, Somme) sous-scolarisé par rapport aux départements voisins. Les postes ne sont pas tous pourvus dans le second degré et l’on manque de maîtres auxiliaires, de surveillants mais aussi de constructions pour accueillir les nouveaux élèves, d’autant que la réforme de 1959 prolongeant la scolarité obligatoire à seize ans entre dans les faits15. Bref, à chaque rentrée, on frôle la catastrophe et les conditions d’une bonne scolarisation ne sont pas présentes. C’est dire l’ampleur de la tâche.

  • 16 FM 35/2, Lettre du 30 décembre 1966 au directeur de l’équipement au ministère.
  • 17 FM 35/2, Lettre du 28 octobre 1965 à M. Théron, directeur de la pédagogie.
  • 18 FM 35/2, Lettre du 9 septembre 1966 à Pierre Laurent, secrétaire général du ministère.
  • 19 FM 36/1, Lettre du 8 février 1967 à l’inspecteur d’académie où il précise : « L’esprit d’émulation (...)

14Être recteur, c’est bien entendu, aussi, de nombreuses réunions au ministère ou localement avec les élus et les pouvoirs constitués. C’est recevoir, autant que faire se peut ceux qui le demandent ou répondre au courrier. C’est ensuite faire travailler ensemble trois inspections académiques qui avaient chacune leurs habitudes, en fonction de leur circonscription de rattachement (Lille, Reims et Paris). Le recteur organise ainsi une coordination régionale en réunissant, une fois par mois, les trois inspecteurs. Il faut créer les institutions adéquates : transformer le CDDP en CRDP, obtenir les corps d’inspection régionaux nécessaires, un ingénieur conseiller technique chargé des constructions16, s’assurer que les personnels enseignants ou de surveillance sont en nombre suffisant, en particulier dans les CEG, alors même que le département de l’Oise doit faire face à un afflux démographique très net17, créer un échelon régional de l’éducation professionnelle18. Il faut être présent sur le terrain, par des tournées, des visites d’établissement, la participation aux conseils d’administration. Réunir les professeurs par discipline pour créer une conscience académique, s’intéresser à la pédagogie et encourager les initiatives lui paraît faire partie intégrante de sa fonction, avec une attention très grande vis-à-vis des élèves19 : la question pédagogique intéresse le recteur au point qu’il crée une Commission de recherches pédagogiques qui soutient les expériences originales de rénovation des pratiques.

  • 20 FM 34/1, Lettre du 12 février 1965 rappelant cet impératif à la directrice du collège de Soissons.
  • 21 FM 36/1, Lettre au préfet de l’Oise du 19 avril 1967.

15Il lui faut aussi affirmer son existence symbolique par rapport aux institutions existantes : préfecture, élus, autorités universitaires lilloises. Cela s’exprime dans le protocole auquel il est attaché de façon sourcilleuse : les cérémonies officielles, telle que l’inauguration d’un collège ou d’un lycée, se font en toge jusqu’en 196820. Par ailleurs, il anticipe l’existence de la future Université de Picardie en organisant une rentrée solennelle, là aussi en toge, du Centre universitaire de Picardie en 1965, puis les années suivantes. Le recteur sait également être très moderne et utiliser les médias. Robert Mallet joue enfin, par rapport aux maires, une autre partition. En tant que représentant des universitaires, il est présent, soit comme président, soit comme membre, dans différentes sociétés ou associations culturelles de la ville d’Amiens. Cela lui permet d’être un homme d’influence en matière d’urbanisme, alors que la capitale régionale poursuit sa reconstruction. Il lance, et ce sera l’une de ses préoccupations constantes, un « Inventaire de notre patrimoine d’art et d’histoire21 » consistant à répertorier tous les monuments et les richesses artistiques de la région. Les instituteurs sont mis à contribution.

Une invention : l’Université de Picardie

  • 22 Le Courrier Picard, 21 décembre 1965.

16Lorsque le recteur prend ses fonctions, existe un Centre universitaire vieux d’une vingtaine d’années (1941) comprenant des institutions en médecine, en sciences, en lettres et en droit. L’ensemble de ces institutions est sous la tutelle de l’Université de Lille. Il faudra, selon la réglementation en vigueur, transformer deux collèges universitaires en faculté pour créer l’Université de Picardie. Toutefois, la question est de savoir si l’université naissante sera ou non concurrencée par des universités de la petite couronne parisienne, auquel cas l’avenir de celle d’Amiens apparaît très compromis. Le recteur Mallet impose les droits de la future Université de Picardie et organise ainsi une rentrée solennelle du Centre universitaire de Picardie, le 27 février 1965, au son du traditionnel chant « Réveillez-vous, Picards et Bourguignons ». Le recteur fait imprimer un Guide de l’étudiant qui n’a rien à envier à celui de l’université « mère » et fixe un triple plan d’action : améliorer ce qui existe, implanter une nouvelle structure, préserver des possibilités d’avenir. Bref : le présent, la perspective et la prospective22.

  • 23 FM 34/2, Lettre du 29 décembre 1965 à l’inspecteur général Seite.
  • 24 FM 35/1, Lettre du 6 avril 1966 au directeur du CSU.
  • 25 FM 36/1, Lettre du 4 avril 1967 au président de la CTI.
  • 26 FM 37/1, Lettre au ministre du 6 février 1968.

17D’abord, et ce n’est pas simple, compte tenu des destructions de la guerre, il faut loger les cours et l’administration universitaire. Le choix est fait, en attendant la construction du campus, de poursuivre ce qui avait été fait avant lui, c’est-à-dire d’édifier, à titre provisoire, au centre-ville, de nouveaux bâtiments pour accueillir des étudiants et des laboratoires scientifiques, mais également pour nourrir et loger les étudiants. Toutefois, l’affaire s’avère souvent assez compliquée. Pour la faculté des sciences, il s’agit à la fois d’organiser la vie quotidienne (accueillir les étudiants) et de ne pas obérer l’avenir (construire la faculté définitive sur le Campus). En définitive, il trouve une solution en modifiant le plan prévu de telle manière que les laboratoires soient directement implantés sur le futur campus, libérant ainsi des locaux dans les bâtiments provisoires23. Il obtient temporairement gain de cause auprès des autorités supérieures24. Le recteur souhaite voir se mettre en place des enseignements nouveaux, tel un certificat de littérature américaine, et se préoccupe de ce que les étudiants aient une pratique sportive minimale obligatoire pour se présenter aux examens25. Robert Mallet a également la volonté de créer des instituts de recherche, alors que rien n’est prévu au Ve plan : institut de recherche historique et préhistorique, de biologie appliquée, de conversion de l’énergie, d’urbanisation des milieux ruraux, centre d’études médiévales à Laon, centre d’études d’archives à la faculté des lettres26.

  • 27 FM 34/2, Lettre du 10 décembre 1965 au maire adjoint de Saint-Quentin.
  • 28 FM 38/2, Lettre du 27 décembre 1965 à la direction des enseignements supérieurs, concernant l’enga (...)
  • 29 Le Courrier Picard, 7 novembre 1964.
  • 30 FM 37/2, Lettre du 25 septembre au préfet.

18Un recteur très actif, mais pour quelle Université ? S’agit-il de créer, en effet, une université sise entièrement à Amiens ou de proposer un déploiement d’implantations universitaires sur toute la région afin que l’on puisse réellement parler de l’Université de Picardie et non de l’Université d’Amiens ? C’est sur ce second point qu’il insiste, y compris auprès de certains élus, qui trouvent que la dépense est bien élevée27, alors que la ville centre soutient fortement financièrement cette création28. Aussi, dès le 7 novembre 1964, le tout nouveau recteur manifeste sa volonté de ne pas tout centraliser sur Amiens en inaugurant à Saint-Quentin un collège universitaire scientifique de 50 étudiants29. Il rappelle au préfet, plus tard, sa volonté de ne pas répéter les erreurs de Paris en concentrant tout sur la ville centre pour préférer un maillage régional tant pour les facultés que pour les centres de recherche30.

  • 31 Archives nationales, CAC, 574 AP 4 et 5, Fonds Domerg. Le 17 janvier 1964, dans une note à Charles (...)
  • 32 FM 36/1, Lettre du 28 février 1967 au maire d’Amiens.

19Très vite, il prend la mesure de la situation et voit grand. Alors même que les plus hautes autorités hésitent sur ce qu’il convient de faire31, accompagner ou contenir le flot montant des étudiants, le 15 avril 1965, il leur adresse un Rapport de prospective universitaire d’Amiens, dans le cadre du Ve plan. Et il n’aura de cesse de convaincre les autorités locales de « créer l’agglomération du grand Amiens, ville européenne qui saura concilier tous les impératifs de l’équipement moderne : résidentiel, commercial, culturel, universitaire et sportif, dans un esprit de solidarité urbaine et architecturale dont je puis vous assurer qu’il sera unique en France32 ».

  • 33 FM 37/2, Lettre du 13 juillet 1965 à Roger Dumoulin, président de la Chambre de commerce et d’indu (...)
  • 34 FM 31/1, Lettre du 23 juillet 1965 au directeur du centre national du CNOUS où il lui demande de r (...)
  • 35 FM 36/1, Lettre du 4 avril 1967 au délégué général de l’association Cobaty.
  • 36 FM 36/1, Lettre du 28 février 1967 au maire d’Amiens.

20Il s’agit de créer, aux marges de la ville, mais non à l’extérieur, comme dans les campus américains, une véritable ville où les implantations universitaires de toute nature (les quatre facultés traditionnelles de lettres, sciences, droit et médecine, instituts universitaires de technologie, institut de la betterave, un temps évoqué, centre de l’enfance inadaptée, éventuellement école de commerce33, CROUS34) voisineraient avec des implantations administratives (rectorat, inspection académique, CRDP, CREPS, bibliothèque départementale, archives départementales, bureau de documentation archéologique, hôpital civil universitaire et militaire, institut médico-professionnel, maison des jeunes, chambre régionale de commerce et d’industrie, village d’étudiants, commerces), avec un temple œcuménique. Il pense aussi à la construction d’un habitat de standing pour attirer les universitaires et leur famille. Bref, il s’agit de créer, selon les mots du recteur, une cité culturelle, « non pas un campus hors la ville, mais un campus citadin, plaqué aux flancs même de la cité, afin d’en devenir aussi vite que possible, un des nouveaux quartiers moteurs, en unissant le destin de l’Université à celui de la nouvelle capitale régionale35 ». Il faut bien entendu prévoir l’acquisition de terrains (d’abord 110 hectares et des réserves foncières de 800 hectares à l’horizon 2000), construire le réseau routier et les équipements (accès ferroviaire, centrale électrique, etc.). Il s’agit donc bien de participer à la définition d’un nouveau plan directeur d’Amiens, de faire de cette ville au riche passé industriel, une ville universitaire à dimension européenne36.

  • 37 Coutant (Stéphane), « Naissance et constitution de l’université de Picardie (1960-1971) », op. cit (...)
  • 38 FM 31/1, Lettre d 26 juin 1965 à l’inspecteur général Grisborne.
  • 39 FM 31/2, Lettre du 25 novembre 1965 à l’inspecteur général des bibliothèques.
  • 40 FM 34/2, Lettre du 7 février 1966 à l’architecte du campus : il lui demande de préparer une « esqu (...)

21L’Université est fondée le 24 octobre 196837, dans sa forme provisoire puis définitivement en 1971. En revanche, le campus peine à sortir de terre. Les obstacles ne manquent pas ; le 26 juin 1965, le recteur apprend que le Creps est prévu pour le plan suivant. Il proteste auprès des autorités compétentes du secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports38. Sans succès. Un peu plus tard, il doit exiger le maintien des crédits prévus pour les bibliothèques39. Il s’agit d’une bataille incessante car le recteur propose et l’administration centrale dispose. Elle approuve ou fait traîner (report de crédits, retard dans les opérations à cause des lourdeurs d’une administration centralisée et cloisonnée) et le recteur, en l’attente de décisions qui sont longues à venir, tente souvent de gagner du temps40.

  • 41 FM 34/2, Lettre au directeur des enseignements supérieurs, M. Aigrain du 20 janvier 1966.
  • 42 FM 41/2, Rentrée solennelle du Centre universitaire de Picardie, 10 décembre 1966, discours de M. (...)
  • 43 Voir le sentiment du recteur en 1994, dans Hommage à Robert Mallet, op. cit., p. 29-39.

22Il y a plus grave et qui touche au fond même du projet. Robert Mallet proteste lorsque les décisions ministérielles ne lui paraissent pas en adéquation avec ce que les prévisionnistes du plan calculent. Il était prévu et approuvé par les plus hautes autorités de l’État (cabinet du Président de la République, en l’espèce Jacques Narbonne) que l’Université de Picardie servirait à décongestionner celles de Paris et de Lille, tout en accueillant les étudiants des anciennes colonies. Or, en 1966, écrit-il, « il ressort des chiffres qui me sont imposés que l’on a décidé de cristalliser l’académie d’Amiens dans ses effectifs de démarrage (4 500 étudiants), en ne lui accordant pas même les moyens qui lui permettraient d’accueillir la moitié des étudiants de son académie d’ici trois ans41 ». Tout cela, il le dit publiquement, de façon à peine voilée, dans son discours de rentrée universitaire, où il reconnaît que « je dus donc revenir plusieurs fois à la charge pour réclamer qu’on voulût bien donner à l’Université les moyens d’être à la mesure de son avenir, alors qu’elle n’avait encore que les dimensions d’un nouveau-né42 ». En définitive, les premiers bâtiments du campus sont livrés pour la rentrée de 1967 : d’abord des résidences, selon des procédés industrialisés, puis, quelque temps après, un restaurant, les IUT, les facultés de lettres et de droit, enfin. En revanche, les facultés scientifiques et médicales ne quitteront pas le centre-ville. Le projet initial n’aboutira pas, sous la forme prévue. Des universités parisiennes sont créées dans la banlieue, la ville d’Amiens ne se développe pas du côté du Campus et à partir de 1975, le processus reçoit un coup d’arrêt, pendant une quinzaine d’années, crise économique et choix politique obligent43.

Réformer l’Université

  • 44 FM 31/1, Lettre du 20/11/1964, remerciant le président Bernard Delemotte de lui avoir adressé un e (...)
  • 45 FM 31/2, Lettre du 28 octobre 1965 à Charles Bignon.
  • 46 FM 36/1, Lettre au médecin inspecteur de la santé du 6 septembre 1967.
  • 47 FM 37/2, Note du 14 décembre 1968 ; Lettre au ministre du 7 août 1968 et au directeur de cabinet d (...)

23Le recteur est aussi un réformateur. Il prend clairement position dans le débat en faveur d’une évolution de l’université. Il a le souci de bonnes relations avec le monde étudiant et ses représentants : AGEA-UNEF et Fédération nationale des étudiants de France44. Il va plus loin que la courtoisie et associe les étudiants à la gestion administrative, mais s’oppose clairement au maintien de traditions qu’il juge « périmées », tel le bizutage45. Il décide ainsi d’adopter une attitude libérale face aux revendications étudiantes. L’une d’entre elle est récurrente : il s’agit du droit de visite dans les résidences, non mixtes à l’époque. Robert Mallet estime que la réglementation doit changer. Une commission nationale pourrait être créée à cet effet46. Il prend en tout cas position dans Le Monde du 26 mai et déclare « le droit de visite fait partie des revendications qui dépassent le cadre étroit de la liberté sexuelle. […]. Ce n’est pas vers moins de morale que l’on doit aller, mais vers une morale différente. […]. Faisons évoluer le contrat pour qu’il soit honoré ». Il se montre également à l’écoute de leurs inquiétudes, même s’il n’approuve pas le chahut et la manifestation lors de la venue de l’ambassadeur des USA en avril 1967 à Amiens. Par ailleurs, il associe, dès le début de 1968, les étudiants au conseil des établissements d’enseignement supérieur et crée – expérience inédite en France – un bureau de liaisons universitaires comprenant autant d’étudiants que de professeurs. Il ouvre sur le campus une Maison des franchises, bâtiment consacré à la « libre expression » des étudiants, où est installé un panneau : « Tout peut se dire, tout peut se contredire, dans le respect de l’autre47. »

  • 48 Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique, Pour une école nouvelle, actes (...)

24Le recteur obtient que le colloque de l’Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique soit organisé à Amiens du 15 au 17 mars 1968. Il ne se contente pas de l’accueillir, de prononcer l’allocution d’ouverture où il déclare que « la meilleure façon d’éviter les révolutions, c’est encore de les faire », mais il participe activement à sa préparation en présidant la commission « Éducation artistique et culturelle débouchant sur des établissements d’enseignement supérieur ». Le colloque, dans son ensemble, aura un grand retentissement48 et rassemblera une bonne partie des réformateurs de l’éducation.

  • 49 FM 37/2, Lettre du 11 septembre à Maria Wrigley.
  • 50 FM 113/1, Lettre du 14 mai 1968 à Michel Alliot, directeur de cabinet du ministre de l’Éducation n (...)
  • 51 FM 37/1, Lettre du 12 juin 1968.

25Les événements de 1968 ne l’étonnent pas outre mesure même si, droit de réserve oblige, il ne les commente pas. Concerné de près puisque son fils a été blessé au cours des événements, il estime qu’il a pu maintenir l’ordre tout en s’associant « au désir de réforme manifesté par les étudiants qui se sont comportés avec discipline et courtoisie49 ». Toutefois, il pense que des solutions urgentes doivent être trouvées car il s’agit d’une « remise en question de l’architecture50 ». Dans la tourmente, le recteur reste un réformateur et, dans une lettre aux cadres intermédiaires de son administration, il estime que le « principe de novation doit trouver droit de cité par la mise en place progressive et légale d’organismes de participation » et que par ailleurs, « il faut respecter la pensée d’autrui, même si celle-ci a pris une forme un peu virulente51 ». Alors qu’Edgar Faure est ministre de l’Éducation nationale, entre février et juin 1969, Robert Mallet est chargé, au niveau national, d’animer les travaux d’une commission de la vie étudiante : cela concerne aussi bien le statut étudiant que les ressources, le logement, l’animation culturelle, l’accueil et l’information des étudiants français et étrangers. Il préside également une commission du télé-enseignement universitaire. On peut penser que cette activité n’est pas étrangère à sa nomination parisienne.

Un « recteur-poète52 » à la tête de l’académie de Paris

  • 52 FM 66, Note du 15 septembre 1969.

26Après avoir refusé, en juillet 1967, d’être nommé directeur de la Télévision, Robert Mallet est nommé recteur de l’académie de Paris, le 30 mai 1969, par un décret signé du Président de la République « intérimaire » Alain Poher et du ministre Edgar Faure qui le connaissait bien, pour avoir travaillé avec lui à la préparation de la loi d’orientation de 1968. Il succède ainsi au recteur Roche qui avait eu maille à partir avec les étudiants en 1968. C’est dire si le nouveau recteur est attendu tant par les étudiants que par les enseignants. À Paris, l’enseignement supérieur occupe, là encore, une bonne part de ses activités, même s’il se consacre aussi beaucoup à l’enseignement secondaire. Par ailleurs, le rayonnement international de Paris et de son université, entraîne inévitablement une vie mondaine et culturelle plus intense qu’en province. Réceptions et déjeuners se succèdent alors que le recteur participe aussi à de nombreux voyages et délégations à l’étranger. Ce n’est pas pour lui déplaire, même si – il le répète à maintes reprises à ses proches – la tâche lui paraît écrasante. Il ne faut pas oublier, enfin, la place particulière qu’occupe le recteur de Paris, par ses liens plus étroits qu’en province avec les bureaux ministériels et le ministre lui-même.

  • 53 La grande académie de Paris comprenait les départements de la Seine, de Seine-et-Oise, de Seine-et (...)
  • 54 FM 66, Lettre à P. Purcell du 16 février 1971.

27Il s’agit aussi d’une académie d’une tout autre taille que celle d’Amiens, même si elle vient d’être une dernière fois démembrée par la partition de Versailles et Créteil53. Le décret de modification n’intervient cependant effectivement qu’en 1971. L’académie est donc désormais plus prestigieuse que gigantesque. Mais, en ces temps très proches de 1968, elle demande particulièrement de doigté afin d’éviter d’attiser une agitation étudiante larvée prête à s’engager à la moindre provocation. Et Robert Mallet regrette d’être « obligé d’ajouter à ses fonctions d’administrateur celles de préfet de police de l’université – hélas54 ».

  • 55 Recteur de l’académie de Nancy (1967-1969), puis de l’académie de Paris (1969-1970), de Nantes (19 (...)
  • 56 Ibid, p. 54-56. Recteur-adjoint de Paris (1969-1973), puis recteur de l’académie de Créteil (1976- (...)

28Le recteur dispose, à la différence de l’académie d’Amiens, non seulement de ses propres murs, en l’espèce un bâtiment prestigieux (une partie de la Sorbonne jouxtant la rue des Écoles), mais surtout d’une administration à la mesure de l’importance de l’académie. Deux recteurs adjoints – Jacques Bompaire55 et Jacques Dehaussy56, trois secrétaires généraux, un chargé de mission et le directeur de cabinet représentent l’état-major proche. Cette administration est en place depuis longtemps et a ses habitudes de travail, le nouveau recteur ne se trouvant pas dans la situation de créer de toutes pièces une administration. Il doit ici composer avec une situation existante, alors qu’à Amiens l’administration était celle qu’il avait inventé. Très vite, il essaie de s’entourer de collaborateurs appréciés : l’ancien inspecteur d’académie de l’Oise, M. Prum est chargé de mission alors que Jacques Mouha devient en 1970 secrétaire général de l’académie de Paris.

La partition de l’université de Paris et l’importance des constructions

  • 57 FM 66, Lettre de R. Mallet au secrétaire général de l’AUPELF du 4 novembre 1969.
  • 58 FM 66, Note du 10 mars 1970.

29Pendant son rectorat, Robert Mallet a notamment à procéder à la partition des cinq facultés de l’université de Paris. Le 10 mars 1970, le ministre de l’Éducation nationale, Olivier Guichard, divise l’université de Paris en treize universités pluridisciplinaires et non pas en quinze entités, comme il avait été un moment envisagé57. Symboliquement, le recteur fait d’ailleurs transférer de son bureau de recteur dans le salon d’honneur de la chancellerie des universités, le portrait de Richelieu par Philipe de Champaigne58. Paradoxe ultime : le nouveau recteur de Paris contribue ainsi, d’une certaine manière, à défaire ce que l’ancien recteur d’Amiens avait essayé de construire. Il doit même assurer la vacance du rectorat de Versailles pendant la première moitié de l’année 1972. Cette réorganisation se fait non sans mal, même s’il organise une coordination des doyens et des présidents des assemblées constitutives, lors d’une session de rentrée en août 1970. Certains doyens résistent à la réorganisation : en septembre 1970, il doit ainsi demander au ministre d’accepter la démission du prestigieux doyen de la faculté des sciences, le professeur Zamanski, hostile au démembrement de la faculté. La partition entraîne la mise en place de conseils d’université et d’élections dans chaque UFR. Elles se déroulent progressivement au début de l’année 1971 et environ 20 % des étudiants y participent. Il s’agit aussi de rendre possible la vie universitaire en évitant des blocages trop fréquents et en ne cédant pas à la provocation, sans pour autant exclure la fermeté, comme le recteur le fait à maintes reprises à propos de Vincennes, lorsque tel responsable administratif est séquestré ou lorsqu’il faut déplacer les locaux à Saint-Denis. Au-delà de ce cas particulier, il est nécessaire de rétablir une véritable confiance entre les enseignants et les étudiants et d’édifier une nouvelle institution universitaire. Malgré les difficultés et les aléas, le recteur s’y emploie avec un certain succès.

  • 59 FM 66, Lettre du 3 juillet 1970.
  • 60 FM 67, Lettre de R. Mallet au chef du service construction du rectorat du 8 mai 1972.
  • 61 FM 66, Lettre de R. Mallet au ministre du 4 septembre 1970 où il soumet des propositions et lettre (...)
  • 62 FM 66, Note de R. Mallet à l’attention de M. Gauthier du 24 décembre 1969.
  • 63 Une véritable amitié se nouera. Il achètera une maison presque en ruines dans le même village d’Ar (...)

30Qui dit partition dit également remodelage des anciennes implantations, partage des locaux, et construction de nouvelles implantations universitaires. Remodeler la Sorbonne, c’est pour certains administrateurs épris de modernisme, araser une partie des bâtiments du quadrilatère historique – entre la chapelle, la rue Saint-Jacques, la rue Cujas et la rue de la Sorbonne – afin de les remplacer par des bâtiments modernes, plus fonctionnels et de plus grande capacité. Le recteur ne le souhaite pas, autant pour des raisons pédagogiques et politiques qu’architecturales, car cela risquerait, à ses yeux, de défigurer l’unité architecturale du Quartier latin59. Implanter les locaux administratifs du rectorat dans les locaux de l’ancienne École polytechnique pourrait être une solution : il s’y porte candidat mais sans succès60. Le partage des locaux de l’ancienne université de Paris n’est évidemment pas sans poser de difficultés entre les nouvelles universités61. En attendant la construction de nouveaux locaux, tel celui de la faculté de Tolbiac, des lycées accueillent des étudiants : Montaigne, Louis-le-Grand ou Lavoisier. Il faut également procéder au choix des terrains et des lieux d’implantation : Villetaneuse ou Boissy-Saint-Léger qui a les préférences du ministre62 ? Ce sera finalement Villetaneuse mais également Créteil. Le recteur aurait souhaité que Boissy-Saint-Léger soit également construit afin de désengorger les autres centres. Appuyé à partir de 1970 par Madame Laroque, secrétaire générale, chargée de la planification et des constructions, il doit procéder au choix des architectes. On retrouve ainsi l’un de ceux qui a participé à la construction de l’université de Picardie, M. Denis Sloan qui est en effet chargé de la construction de l’ensemble universitaire de Créteil63. Il s’agit aussi de payer les entreprises dans les délais, ce qui est loin d’être toujours le cas. Il faut enfin gérer et entretenir le patrimoine historique de la Sorbonne et le mettre en valeur ; il fait ainsi procéder à la réfection de la chapelle de la Sorbonne et organise une exposition sur l’histoire de l’université de Paris, envisageant un moment d’y installer un musée permanent sur son histoire.

L’Enseignement secondaire, les activités internationales et le patrimoine

  • 64 FM 66, Lettre du 6 janvier 1970 : il n’hésite pas à recommander au ministre la nomination dans l’o (...)
  • 65 FM 66, Lettre de R. Mallet au proviseur du 18 novembre 1969 où il le remercie de son action.
  • 66 FM 67, Il adresse ainsi une lettre d’admonestation à un CPE qui a frappé un élève au lycée de R. 1 (...)
  • 67 FM 67, Lettre de R. Mallet à Olivier Guichard du 17 mai 1971.

31Une certaine agitation règne encore dans les lycées lorsque le recteur prend ses fonctions. Soucieux de maintenir l’ordre et de défendre l’Éducation nationale de l’agitation des meneurs révolutionnaires, il lui faut user de diplomatie pour ne pas aggraver la situation et pour soutenir le personnel aux avants postes64 – tel est le cas, en particulier lorsqu’il y a des incidents au lycée Jacques Decour, peu après la rentrée des classes de 196965. Se pose aussi la question du refus de l’inspection de la part d’un certain nombre de professeurs ou d’incidents violents avec des élèves66. Il faut également gérer la nomination des professeurs de l’enseignement secondaire alors qu’il manque, à chaque rentrée, de nombreux enseignants. La préparation de la rentrée se fait donc souvent dans des conditions difficiles, demandant de la part du personnel administratif un gros effort afin que l’essentiel soit prêt à temps. Cela étant, il reste attentif aux questions pédagogiques et s’efforce d’encourager les initiatives, par exemple dans l’enseignement précoce des langues vivantes ou celui des arts ou du patrimoine. Il faut également réorganiser l’administration académique du département de la Seine et mettre en œuvre les réformes des premier et second degrés décidées depuis les années 1963. Il suggère ainsi au ministre la nomination de l’un de ses anciens collaborateurs, Pierre Prum, ancien inspecteur d’académie de l’Aisne, pour organiser la réforme tout en dialoguant avec les enseignants, les parents et les élus67.

  • 68 FM 1, « Propositions pour défendre le domaine de la langue française » (1981).

32Les activités du recteur au niveau international sont nombreuses et variées et auréolées d’un réel prestige. On se limitera à quelques exemples, particulièrement significatifs, au-delà des activités protocolaires inhérentes à la fonction. Défenseur de la francophonie, il participe à des colloques ou à des manifestations, à Tananarive, par exemple en 1971, mais aussi en Tunisie, au Japon, en Chine, en Roumanie, en Italie. Membre du Conseil international de la langue française, il milite pour des mesures drastiques afin de sauvegarder le rayonnement de la langue française dans le domaine scientifique, de renforcer le rôle de l’INALCO, de créer un Office de la langue française, chargé de coordonner et de faire converger les initiatives éparses68. Devenu président de l’AUPELF en 1972, il fonde en 1974, le MURS (Mouvement universel de la responsabilité scientifique) qu’il préside jusqu’à son départ à la retraite. Il est également président du Comité des mondialistes français.

  • 69 FM 66, Lettre de R. Mallet à Jean Estienne du 9 décembre 1969 ; lettre au conservateur des Bâtimen (...)
  • 70 FM 67, Lettre de R. Mallet au ministre Robert Poujade du 16 mai 1972.
  • 71 Ainsi en 1971 paraît un recueil d’aphorismes, Apostilles ou L’Utile et le futile (NRF).
  • 72 Michel Droit a obtenu 19 voix, Robert Mallet 13, il y a eu 4 bulletins nuls.
  • 73 FM 132, Lettre d’Etiemble à R. Mallet du 6 mars 1980.

33À Amiens, on l’a vu, le recteur Mallet s’était montré soucieux de la défense du patrimoine et poursuit son engagement à Paris. Il rejoint ainsi une association pour l’embellissement du site de Notre-Dame et veille à empêcher la réalisation du projet de voie express rive gauche, ce qui ne ravit pas son plus chaud partisan, le Président Pompidou. Il garde un œil sur ce qui se passe à Amiens. Le patrimoine bâti (sauvegarde du quartier ancien d’Amiens), mais aussi le patrimoine naturel suscitent son intérêt69. Il s’oppose à l’aménagement prévu de la baie de Somme et à son bétonnage, alors que la côte est encore sauvage70. Cela lui vaudra de siéger à partir du 22 février 1980 dans le Haut Comité à l’environnement. Il n’abandonne pas pour autant son activité littéraire71, est élu membre de diverses académies locales. Le 6 mars 1980, battu par Michel Droit, il échoue dans sa volonté d’entrer à l’Académie française72. Il le vit assez mal, même si Etiemble et bien d’autres le félicitent de cet échec : « Être éliminé par Michel Droit, cela ne pouvait pas arriver à n’importe qui73 ! » Ajoutons que les honneurs ne lui font pas défaut puisqu’il est titulaire de nombreuses décorations, les unes obtenues à la guerre, telle la Légion d’Honneur (commandeur) ou la Croix de guerre, d’autres dans le cadre de son activité littéraire, Les Arts et lettres (commandeur), d’autres enfin dans son activité de recteur, les palmes académiques (commandeur) ou de son activité à l’étranger, le mérite Malgache (commandeur).

Fin de carrière

  • 74 Georges Pompidou le trouvait trop laxiste. De fait, les archives présidentielles montrent que son (...)
  • 75 Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise et Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques (...)

34Si les recteurs savent que leur nomination est entièrement entre les mains du Gouvernement et qu’il peut être mis fin à leur mission de façon discrétionnaire, les choses ne se passent pas toujours de manière très « amicale ». C’est le cas pour Robert Mallet qui a vécu la fin de son rectorat comme un véritable congédiement. Certes, contrairement à beaucoup de ses collègues, il est resté finalement en fonction jusqu’en 1980, soit seize ans pour ces deux rectorats, alors même que Georges Pompidou a essayé, à plusieurs reprises, de le congédier74. Alice Saunier-Seité y réussira avec plus de succès et sans aucune élégance, semble-t-il, du moins, selon l’intéressé qui apprend la veille du Conseil des ministres, par une indiscrétion, son remplacement par Pierre Tabatoni75 et l’annonce erronée de sa mise à la retraite alors même qu’il peut encore exercer quatre ans de vie active. Il est surtout congédié sans qu’on lui propose une quelconque nouvelle mission. Et de commenter à l’un de ses amis recteurs :

  • 76 FM 131, Lettre de R. Mallet au recteur Saint Sernain (Nancy-Metz) du 10 mai 1980. FM 132, Lettre d (...)

« Et voilà : 17 années de rectorat dont 11 à Paris, avec un congédiement assimilable à une révocation (dans la forme, car il est évident que j’étais prêt, sinon désireux, de quitter mes fonctions parisiennes). Je récupère, en tout cas, la liberté d’expression que je souffrais de ne plus avoir depuis le règne de ministres infaillibles et ombrageux qui ne supportent pas les avis différents des leurs. Je le dis sans la moindre amertume. Ce sont les systèmes que je récuse, et non les hommes. Il est vrai que ce sont certains hommes, certaines femmes qui les instaurent. En l’occurrence, on peut précisément espérer que leur remplacement permettra à d’autres méthodes d’être pratiquées76. »

  • 77 FM 132, Lettre du professeur Jean Bernard à R. Mallet du 30 avril 1980.
  • 78 Ellynn (1985) ; Les Rives incertaines (1993).
  • 79 Cette plume qui tournoie (1988) ; Semer l’arbre : Poèmes (1991).

35Il regrette alors la politisation du corps rectoral qui éloigne la fonction de la grande tradition universitaire. Au-delà de la muflerie de son renvoi, qu’il dénonce auprès de ses amis, on peut relever une rupture vécue comme telle et conforme à la réalité, puisqu’il est l’un des derniers recteurs à avoir dirigé très longuement une académie, la circulaire Peyrefitte de 1967 venant ensuite rappeler que la fonction rectorale n’est qu’une mission temporaire. Pour autant, sa carrière universitaire ne prend pas fin puisqu’il a la possibilité de la poursuivre jusqu’à 68 ans. Il retrouve alors un poste de professeur qu’il n’a jamais occupé. Jadis rattaché administrativement à la faculté de Nanterre, son poste avait été, entre-temps, attribué à un autre collègue. Il est alors élu, le 30 avril 1980, à l’université de Paris VII, en tant que professeur de littérature contemporaine à l’unanimité par le conseil de l’université77. Il exerce peu ses fonctions puisqu’au bout de quelques mois, il est déchargé de tout enseignement. En revanche, Alain Savary le nomme, compensation honorifique, pour trois ans, vice-président du Conseil supérieur de l’Éducation nationale – alors même qu’en septembre 1983, il est définitivement admis à faire valoir ses droits à la retraite. Poursuivant son activité littéraire, il publie plusieurs romans78 et recueils de poèmes79, continue la rédaction de son journal, intègre le jury du prix Renaudot jusqu’à sa démission en 1988. Il mène également un actif combat de défenseur de la nature puisqu’il crée en 1990 une association de défense de la Baie de Somme afin de préserver le caractère sauvage du littoral (Pour le littoral picard et la baie de Somme). Ce sera l’un de ses derniers combats. C’est à Paris qu’il décède le 4 décembre 2002, après avoir fait don, en 2001, de l’essentiel de ses papiers d’écrivain et de recteur à la bibliothèque de l’université de Picardie Jules Verne.

  • 80 FM 67, Lettre de R. Mallet à J. Majault, directeur adjoint de l’INDRP, 29 février 1972.

36Robert Mallet joue ainsi un rôle administratif important à un moment charnière de l’histoire du système éducatif français, alors que celui-ci se transforme en profondeur sous la double influence des réformes décidées par le pouvoir politique et de la massification des effectifs, alors que la fonction rectorale traditionnelle est en train de disparaître. Le poète a aussi été un recteur réformateur. Poète, il l’a été bien entendu par son propre talent littéraire mais aussi parce qu’il était un créateur : créateur d’une nouvelle académie, d’une université pluridisciplinaire, réorganisateur de la circonscription académique de Paris ainsi que de la partition des universités parisiennes. Recteur, il était aussi humaniste et essayait de ne pas réduire l’administration des hommes à celles des choses. Le recteur n’effaçait pas le poète. C’était une autre époque aussi où le gestionnaire ne s’imposait pas à l’administrateur. Et l’on peut dire ainsi que le recteur Mallet avait raison d’écrire à Joseph Majault : « Celui qui pratique la poésie comme une discipline de l’affectivité est en mesure de saisir la nécessité de mettre de l’ordre dans les faits affectifs et de la sensibilité dans l’administration, sans pour autant sacrifier la rectitude d’une gestion à quelque esthétisme que ce soit80. » Du moins, est-ce l’image que nous retenons de ce poète, improbable, mais fondamentalement recteur.

Notes

1 Lardoux Jacques, Du terroir à la Terre : Robert Mallet, recteur, écrivain, mondialiste, Rennes, La Part Commune, 2003, p. 92.

2 Archives nationales, CAC 2008 0243, article 75, dossier de carrière de Robert Mallet où nous puisons l’essentiel des informations.

3 Née en 1910, décédée en 2004 ; elle était membre du prix Médicis et a publié romans et essais, a animé des émissions littéraires radiophoniques. En 1964, elle se sépare de Robert Mallet mais refuse le divorce.

4 Archives nationales, CAC 2008 0243, article 75 : dossier de carrière de Robert Mallet, lettre de demande d’inscription sur la liste d’aptitude à l’enseignement supérieur du 21 mai 1959 où il demande à aller à Abidjan ; lettre au ministre du 2 septembre 1959 où il demande à aller à Tananarive. Il doit passer une visite médicale qui le déclare apte.

5 Ibid., Rapport du professeur Guyon, de la faculté des lettres d’Aix en Provence, 9 juin 1959.

6 À partir du 1er novembre 1961, décret du 19 mars 1962.

7 Archives nationales, CAC 2008 0243, article 75, décret de nomination signé Charles de Gaulle et Christian Fouchet.

8 Lardoux Jacques, Du terroir à la Terre, op. cit., p. 76. Ainsi, Le Poème du sablier (1971), Quand le miroir s’étonne (1974), L’Espace d’une fenêtre (1978).

9 Université de Picardie Jules Verne, Bibliothèque universitaire, section lettres, Fonds Robert Mallet, (désormais FM), 34/2 : Lettre du 6 janvier 1966 à C. Vacavant.

10 Le décret de création des circonscriptions d’action régionale est daté du 14 mars 1964, celui de l’académie du 9 juin avec effet au 1er octobre.

11 FM 54, Copie de la lettre du recteur Le Moal de Rennes à Olivier Guichard du 24 mars 1970 où il refuse une mutation sur un nouveau rectorat considérant qu’il s’agit d’une « menace à l’indépendance indispensable de la fonction rectorale ».

12 Coutant Stéphane, Naissance et constitution de l’université de Picardie (1960-1971), DEA en sciences de l’éducation (B. Poucet, dir.), Amiens, Université de Picardie Jules Verne, 2003, p. 24-31.

13 Fondation des sciences politiques, Fonds Debré 2DE 41, Le Courrier Picard, no spécial « Amiens, retrouve son académie » [1964]. De fait une étude sur la carte universitaire du 15 avril 1961 prévoit la création d’une académie de Rouen-Amiens (Seine-Maritime, Somme, Eure, Oise – l’Aisne serait rattachée à Reims).

14 Verdier Claude, En toute amicalité, 40 années de vie associative au Rectorat d’Amiens (1966-2006), Amiens, CRDP, 2006, p. 15-23.

15 FM 36/2, Rapport du 14 novembre 1967 au préfet.

16 FM 35/2, Lettre du 30 décembre 1966 au directeur de l’équipement au ministère.

17 FM 35/2, Lettre du 28 octobre 1965 à M. Théron, directeur de la pédagogie.

18 FM 35/2, Lettre du 9 septembre 1966 à Pierre Laurent, secrétaire général du ministère.

19 FM 36/1, Lettre du 8 février 1967 à l’inspecteur d’académie où il précise : « L’esprit d’émulation ne me semble pas devoir être stimulé par l’énoncé public des notes devant les élèves. »

20 FM 34/1, Lettre du 12 février 1965 rappelant cet impératif à la directrice du collège de Soissons.

21 FM 36/1, Lettre au préfet de l’Oise du 19 avril 1967.

22 Le Courrier Picard, 21 décembre 1965.

23 FM 34/2, Lettre du 29 décembre 1965 à l’inspecteur général Seite.

24 FM 35/1, Lettre du 6 avril 1966 au directeur du CSU.

25 FM 36/1, Lettre du 4 avril 1967 au président de la CTI.

26 FM 37/1, Lettre au ministre du 6 février 1968.

27 FM 34/2, Lettre du 10 décembre 1965 au maire adjoint de Saint-Quentin.

28 FM 38/2, Lettre du 27 décembre 1965 à la direction des enseignements supérieurs, concernant l’engagement financier de la ville pour la construction de la faculté de médecine et du CHU ; FM 34/2, Lettre du 28 avril 1969 au ministre de l’EN.

29 Le Courrier Picard, 7 novembre 1964.

30 FM 37/2, Lettre du 25 septembre au préfet.

31 Archives nationales, CAC, 574 AP 4 et 5, Fonds Domerg. Le 17 janvier 1964, dans une note à Charles de Gaulle, J. Narbonne, à l’encontre de Christian Fouchet, estime qu’il faut procéder à une sélection fondée sur le mérite intellectuel. Voir aussi les notes des 18 mars et 17 juin 1964.

32 FM 36/1, Lettre du 28 février 1967 au maire d’Amiens.

33 FM 37/2, Lettre du 13 juillet 1965 à Roger Dumoulin, président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Amiens ; FM 31/1 et note du 28 novembre 1968.

34 FM 31/1, Lettre du 23 juillet 1965 au directeur du centre national du CNOUS où il lui demande de renoncer à construire un bâtiment définitif en centre ville alors même que le principe du campus est adopté.

35 FM 36/1, Lettre du 4 avril 1967 au délégué général de l’association Cobaty.

36 FM 36/1, Lettre du 28 février 1967 au maire d’Amiens.

37 Coutant (Stéphane), « Naissance et constitution de l’université de Picardie (1960-1971) », op. cit., p. 96 et suiv.

38 FM 31/1, Lettre d 26 juin 1965 à l’inspecteur général Grisborne.

39 FM 31/2, Lettre du 25 novembre 1965 à l’inspecteur général des bibliothèques.

40 FM 34/2, Lettre du 7 février 1966 à l’architecte du campus : il lui demande de préparer une « esquisse du plan masse » afin de « gagner du temps », alors même que le programme n’est pas encore approuvé par l’administration.

41 FM 34/2, Lettre au directeur des enseignements supérieurs, M. Aigrain du 20 janvier 1966.

42 FM 41/2, Rentrée solennelle du Centre universitaire de Picardie, 10 décembre 1966, discours de M. le recteur, p. 8.

43 Voir le sentiment du recteur en 1994, dans Hommage à Robert Mallet, op. cit., p. 29-39.

44 FM 31/1, Lettre du 20/11/1964, remerciant le président Bernard Delemotte de lui avoir adressé un exemplaire du journal d’informations du syndicat, il propose à ce dernier une rencontre « si vous le jugiez nécessaire ou même souhaitable ». Il souscrira, d’ailleurs, à titre personnel un abonnement à la revue et soutiendra cette association, comme les autres, alors même que l’UNEF était privée de subventions au plan national.

45 FM 31/2, Lettre du 28 octobre 1965 à Charles Bignon.

46 FM 36/1, Lettre au médecin inspecteur de la santé du 6 septembre 1967.

47 FM 37/2, Note du 14 décembre 1968 ; Lettre au ministre du 7 août 1968 et au directeur de cabinet du 25 juillet 1968.

48 Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique, Pour une école nouvelle, actes du colloque national d’Amiens, Paris, Dunod, 1969.

49 FM 37/2, Lettre du 11 septembre à Maria Wrigley.

50 FM 113/1, Lettre du 14 mai 1968 à Michel Alliot, directeur de cabinet du ministre de l’Éducation nationale.

51 FM 37/1, Lettre du 12 juin 1968.

52 FM 66, Note du 15 septembre 1969.

53 La grande académie de Paris comprenait les départements de la Seine, de Seine-et-Oise, de Seine-et-Marne, de l’Oise, de la Marne, de l’Eure-et-Loire, du Cher, du Loiret, du Loir-et-Cher.

54 FM 66, Lettre à P. Purcell du 16 février 1971.

55 Recteur de l’académie de Nancy (1967-1969), puis de l’académie de Paris (1969-1970), de Nantes (1971), voir Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise et Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques de l’éducation depuis la Libération, tome 5 : La Fonction rectorale, Paris, INRP, 2008, p. 39-40.

56 Ibid, p. 54-56. Recteur-adjoint de Paris (1969-1973), puis recteur de l’académie de Créteil (1976-1983).

57 FM 66, Lettre de R. Mallet au secrétaire général de l’AUPELF du 4 novembre 1969.

58 FM 66, Note du 10 mars 1970.

59 FM 66, Lettre du 3 juillet 1970.

60 FM 67, Lettre de R. Mallet au chef du service construction du rectorat du 8 mai 1972.

61 FM 66, Lettre de R. Mallet au ministre du 4 septembre 1970 où il soumet des propositions et lettre du 22 octobre 1970 où il est amené à faire libérer partiellement une des salles des archives de la Sorbonne.

62 FM 66, Note de R. Mallet à l’attention de M. Gauthier du 24 décembre 1969.

63 Une véritable amitié se nouera. Il achètera une maison presque en ruines dans le même village d’Ardèche que ce dernier à Sceautres et y passera des vacances.

64 FM 66, Lettre du 6 janvier 1970 : il n’hésite pas à recommander au ministre la nomination dans l’ordre de la Légion d’honneur de M. Bouchara, proviseur du lycée Balzac qui « a eu à faire face à des menées révolutionnaires dans son établissement et il a fait preuve en l’occurrence d’une énergie et d’une intelligence que je ne saurais trop louer ».

65 FM 66, Lettre de R. Mallet au proviseur du 18 novembre 1969 où il le remercie de son action.

66 FM 67, Il adresse ainsi une lettre d’admonestation à un CPE qui a frappé un élève au lycée de R. 16 décembre 1971.

67 FM 67, Lettre de R. Mallet à Olivier Guichard du 17 mai 1971.

68 FM 1, « Propositions pour défendre le domaine de la langue française » (1981).

69 FM 66, Lettre de R. Mallet à Jean Estienne du 9 décembre 1969 ; lettre au conservateur des Bâtiments de France du 27 octobre 1970.

70 FM 67, Lettre de R. Mallet au ministre Robert Poujade du 16 mai 1972.

71 Ainsi en 1971 paraît un recueil d’aphorismes, Apostilles ou L’Utile et le futile (NRF).

72 Michel Droit a obtenu 19 voix, Robert Mallet 13, il y a eu 4 bulletins nuls.

73 FM 132, Lettre d’Etiemble à R. Mallet du 6 mars 1980.

74 Georges Pompidou le trouvait trop laxiste. De fait, les archives présidentielles montrent que son remplacement a été à plusieurs reprises envisagé.

75 Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise et Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques de l’éducation depuis la Libération, tome 5 : La Fonction rectorale, op. cit., p. 145-147. Professeur de droit à Paris IX-Dauphine, mais surtout directeur de cabinet du ministre des Universités. Il n’est pas nommé recteur en 1979, comme le texte l’indique, mais en 1980.

76 FM 131, Lettre de R. Mallet au recteur Saint Sernain (Nancy-Metz) du 10 mai 1980. FM 132, Lettre du professeur Jean Bernard à R. Mallet du 30 avril 1980 ; Mallet au recteur Saint Sernain (Nancy-Metz) du 10 mai 1980.

77 FM 132, Lettre du professeur Jean Bernard à R. Mallet du 30 avril 1980.

78 Ellynn (1985) ; Les Rives incertaines (1993).

79 Cette plume qui tournoie (1988) ; Semer l’arbre : Poèmes (1991).

80 FM 67, Lettre de R. Mallet à J. Majault, directeur adjoint de l’INDRP, 29 février 1972.

Auteur

Professeur des universités en sciences de l’éducation à l’Université de Picardie-Jules Verne, spécialiste d’histoire de l’éducation ; membre du laboratoire PIPS/RIICE de l’Université Picardie-Jules-Verne. Rédacteur en chef de Carrefours de l’éducation, revue semestrielle de sciences de l’éducation.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540