Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Les recteurs et la fonction rectorale depuis 1945

Les grandes mutations de la fonction rectorale depuis 1945

Bernard Toulemonde

Volltext

  • 1 Condette Jean-François : Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 1 : L’évolution d’ (...)
  • 2 Gerbod Paul, La condition universitaire au XIXe siècle, Paris, PUF 1965, 720 p. 3.
  • 3 Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie, Deux cents ans d’histoire,(...)
  • 4 Gérard Patrick, « Le recteur d’académie », L’Actualité juridique-Droit administratif, 20 novembre (...)

1En soixante années, la fonction rectorale a profondément changé, et c’est peu dire ! À l’issue de la Deuxième Guerre mondiale, elle conserve les caractéristiques qu’elle a adoptées sous la Troisième République1. C’est une sorte de « port tranquille » pour « universitaires chargés d’ans et d’honneurs » qu’évoque l’historien Paul Gerbod2, une fonction d’autorité morale et de magistrature d’influence, symbolisée par la présidence du conseil de l’université, exercée par un notable, au sein d’une académie de grande étendue géographique, avec le concours d’une dizaine de collaborateurs. Ce recteur de la « Belle Époque » persiste jusqu’à la fin des années 1950 mais il subit alors des transformations qui n’ont pas cessé, fruits pour l’essentiel de deux grands tournants que l’on peut situer au milieu des années 1960 et au début des années 19803. Les mutations s’opèrent sur deux plans : celui des responsabilités croissantes confiées au recteur, qui dispose maintenant de pouvoirs considérables ; celui de sa position institutionnelle, qui accentue peu à peu, derrière l’universitaire, les traits d’un haut fonctionnaire, « manager » d’une académie insérée dans le tissu régional4.

Des responsabilités croissantes pour le recteur d’académie

2Le poids des responsabilités qui pèsent sur les recteurs est devenu écrasant. Plusieurs facteurs y conduisent et la nature même des fonctions rectorales s’en trouve modifiée.

Les facteurs de changement

3Dans le champ éducatif, au milieu des multiples bouleversements que vit la société française au cours de la soixantaine d’années qui s’écoulent depuis 1945, trois facteurs sont déterminants :

  • La démographie scolaire. Le baby-boom de l’après guerre, la démocratisation de l’enseignement et la croissance de la demande d’éducation provoquent une augmentation considérable des effectifs dans l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur. La première vague déferle dès le début des années 1960 dans les collèges et les universités. Les recteurs se transforment alors en chefs de chantier – c’est la période où l’on construit « un collège par jour » – et en bâtisseurs – avec la construction des campus universitaires. La deuxième vague grossit les lycées dans les années 1980, incitée par la volonté de conduire « 80 % d’une classe d’âge » au niveau du baccalauréat, puis dans les établissements d’enseignement supérieur. Les effectifs explosent5. Quelques chiffres tirés de comparaisons entre 1950 et 2007 permettent d’en prendre la mesure. Les élèves du secondaire ont été multipliés par 7 (passant de 800 000 à 5,5 millions), le nombre de bacheliers par 15. La seule académie de Créteil « produit » aujourd’hui autant de bacheliers que toute la France en 1950 (33 000), Lille plus encore (36 000) ! Les enseignants du second degré (28 000 en 1950) sont de nos jours quatorze fois plus nombreux (sans compter l’enseignement privé) et les deux académies de Lille et Versailles réunies en comptent autant que la France en 1950.
  • La déconcentration. Depuis le début des années 1960, le ministère de l’Éducation nationale transfère de très nombreuses compétences vers les académies, par vagues successives et pans entiers ! Cette déconcentration est facilitée par l’organisation particulière des services extérieurs de l’Éducation nationale, fondée sur un échelon suffisamment vaste sur le plan géographique et puissant sur le plan administratif pour constituer le berceau efficace des compétences transférées – à la différence des « services départementaux de l’Éducation nationale », selon le terme consacré, qui, contrairement à presque toutes les administrations et préfectures, n’est qu’un échelon léger, une sorte de ramification des services rectoraux. Parallèlement à ce mouvement, un glissement de compétences s’effectue des services académiques vers les collectivités territoriales, à l’occasion des mouvements de décentralisation de 1983-1986 et de 2004. En tout cas, la déconcentration réalisée dans l’enseignement des premier et second degrés est massive : la totalité de l’offre de formation (ouverture et fermeture des filières, sections, classes, options, y compris les BTS à la seule exception des CPGE), la gestion des personnels (à l’exception des recrutements en catégorie A) et les finances avec des enveloppes globales de postes et d’heures d’enseignement. Elle est même sans équivalent dans les autres administrations.
  • Le rythme des réformes. Sous l’effet de l’évolution de la société et des besoins économiques et sociaux comme des progrès de la technique, le rythme des réformes s’est accéléré. Le temps politique et médiatique est devenu celui de l’urgence et, par conséquent, les annonces succèdent aux annonces, alors même que le temps éducatif, lui, demeure un temps long…

La nouvelle nature des fonctions rectorales

  • 6 Décision no 36 du Conseil de modernisation des politiques publiques, 12 décembre 2007. Voir Jegouz (...)

4Ces différents facteurs ont provoqué un changement de nature des fonctions rectorales. Le recteur n’est plus un simple rouage dans une machinerie centralisée, usant de son influence pour obtenir l’application de décisions prises au ministère, ni même un médiateur sachant se faire le porte-parole discret de ses administrés auprès des autorités centrales. Il est doté désormais de pouvoirs propres considérables. Il est donc amené à conduire une politique et à définir des stratégies destinées à adapter les objectifs nationaux aux caractéristiques propres de son académie. De ce point de vue, l’académie est en avance sur les autres administrations et devance le souhait exprimé dans le cadre de la révision générale des politiques publiques de « faire du niveau régional le niveau de droit commun du pilotage des politiques publiques de l’État dans les territoires6 ». Le recteur est en effet en mesure d’assurer un véritable pilotage de son académie sur trois plans :

  • Le pilotage pédagogique. La pédagogie a toujours constitué le socle de la fonction rectorale, mais celui-ci s’est incontestablement enrichi : élaboration et mise en œuvre d’un « projet académique », animation pédagogique des établissements scolaires du second degré (qui eux-mêmes disposent d’une certaine autonomie dans le cadre de leur statut d’EPLE7), organisation des expérimentations pédagogiques, mise en place des réformes, évaluation des résultats. Pour accomplir cette mission, le recteur dispose, depuis 1990, des corps d’inspection territoriaux, placés sous son autorité et non plus sous celle de l’Inspection générale. Il est ainsi mis fin à la pratique antérieure d’une double filière hiérarchique, l’une représentée par les autorités académiques et consacrée aux affaires matérielles, concurrencée par une filière pédagogique constituée des corps d’inspection et des enseignants, s’occupant des questions pédagogiques8.
  • Le pilotage administratif. Le rectorat s’est considérablement étoffé, comptant plusieurs centaines de fonctionnaires, couramment 400 à 500 personnes. Le recteur est devenu un chef d’équipe qui dirige et anime ses services en « manager », et un chef d’une entreprise « multiservice ». Les tâches sont nombreuses et complexes. Que l’on songe, par exemple, parmi les multiples examens et concours, aux baccalauréats dont la sophistication est telle que mener les épreuves à bonne fin s’apparente à un miracle annuel. Quant à la gestion des personnels, elle absorbe un temps considérable, avec des règles et des procédures souvent rigides, fort éloignées d’une gestion des ressources humaines que, par contre, les recteurs sont en mesure d’assumer à l’égard des corps d’encadrement (chefs d’établissement, corps d’inspection, etc.).
  • Le pilotage financier. Depuis longtemps, grâce à une large globalisation des moyens d’enseignement (postes et heures), les recteurs ont pu procéder librement à la répartition de ces moyens au sein de leur académie. Plus récemment, la LOLF leur a confié des responsabilités très importantes. Ils sont en effet responsables de quatre Budgets Opérationnels de Programme (BOP : Enseignement public du premier degré ; Enseignement public du second degré ; Vie de l’élève ; Soutien à la politique d’éducation) et, comme on le sait, chaque BOP est assorti, dans cette nouvelle langue d’Ésope, d’un programme annuel de performances académiques (PAPA) et d’un rapport annuel (RAPA), qui sont élaborés par le recteur. Si l’on additionne ces quatre BOP, auquel il faudrait ajouter les dépenses qui relèvent de BOP encore centralisés (enseignement privé et enseignement supérieur), le budget académique avoisine, dans les grosses académies, le budget total du ministère de la Culture. Le pilotage de l’académie tend à délaisser les méthodes traditionnelles de management (instructions, réglementations…) et, avec l’animation et la concertation9, il emprunte désormais aux méthodes modernes du pilotage par projet, contrat et évaluation. Un long chemin, qui n’est pas encore totalement parcouru…

Le recteur : un haut fonctionnaire inséré dans le tissu régional

5Parallèlement à cette mutation dans l’importance et la nature des fonctions, la position institutionnelle des recteurs a, elle aussi, subi des mutations considérables depuis 1945. Le recteur est un universitaire, mais il adopte peu à peu les traits d’un haut fonctionnaire territorial, certes à part, mais tout de même inséré de plus en plus dans le tissu régional. Ces changements s’effectuent à deux niveaux : d’une part dans les relations avec le ministère, d’autre part au sein des académies.

Les relations avec le ministre et l’administration centrale

6Le poids des responsabilités et le changement dans la nature des fonctions se traduisent dans le choix des personnes appelées à les assumer d’une part, dans le mode de relations entretenu avec elles d’autre part.

  • Le choix des recteurs reste circonscrit aux universitaires, en dépit des multiples tentatives pour ouvrir cette fonction aux anciens élèves de l’École nationale d’administration. Depuis le décret de 1854 imposant la condition de doctorat, la tradition limite en fait le choix du gouvernement aux professeurs de faculté, seules personnes suffisamment légitimes pour assumer, à partir de la fin du XIXe siècle, la présidence du conseil de l’Université. Toutefois, dans le cadre de la réforme des doctorats et de leur harmonisation avec les standards internationaux, le doctorat d’État a disparu : le décret no 2001-245 du 21 mars 2001 lui a substitué en principe la plus haute distinction universitaire, l’habilitation à diriger les recherches et, à cette occasion, il a ouvert les fonctions rectorales à des personnalités qualifiées titulaires d’un doctorat et d’une expérience professionnelle de dix années dans l’enseignement, à raison de 10 % des emplois – ouverture utilisée en faveur des inspecteurs généraux.
  • En réalité, les changements ont porté sur le profil des personnes et sur la durée de leurs fonctions. Depuis la fin des années 1960 et surtout à partir de 1974, le recrutement des recteurs est marqué par la proximité politique plus ou moins accentuée selon les périodes. Parallèlement, alors que la fonction était très majoritairement confiée à des littéraires et à des scientifiques, les juristes et économistes, au profil plus « gestionnaire », deviennent, au fil des temps, de plus en plus nombreux. De même, les femmes font leur entrée dans un cénacle exclusivement masculin en 1973 avec Mme Alice Saunier-Seité et y occupent une place encore limitée10. Surtout, en 1967, le ministre de l’Éducation nationale, Alain Peyrefitte sonne la fin des « recteurs inamovibles11 » et rappelle que la fonction rectorale est une « mission » et non une carrière. Il est vrai que les recteurs restaient longuement en fonction dans la même académie, fréquemment 10 à 20 ans, de quoi faire rêver les recteurs d’aujourd’hui ! L’académie de Paris, par exemple, ne connaît qu’un seul recteur, Jean Sarrailh, de 1947 à 196112. La tradition voulait qu’ils accomplissent des fonctions rectorales, éventuellement dans d’autres académies et/ou entrecoupées des fonctions de direction à l’administration centrale, jusqu’à la limite d’âge, alors fixée à 70 ans. Cet excès d’immobilisme, qui ne répondait plus aux conditions nouvelles de la fonction, a pu laisser place ultérieurement à un excès de mobilité, dans certaines périodes et dans certaines académies.
  • Le mode de relations avec le ministère subit aussi des inflexions, avec un double mouvement. D’un côté, demeure la fonction rectorale de relais du ministre qui est même accentuée compte tenu des réformes entreprises. Le recteur se fait porte-parole du ministre et, inlassablement, fait un travail d’explication. À vrai dire, dans ce travail, le recteur est parfois bien seul, en particulier lors des tempêtes, devenues un rite annuel. D’un autre côté, les modalités de travail avec l’administration centrale sont moins marquées par le commandement que par le dialogue avec les responsables et ces modalités prennent selon les périodes des formes différentes : réunions de préparation des rentrées, contractualisation, dialogue de gestion. En tout état de cause, le pilotage central étant plus ou moins lâche selon les périodes et/ou les sujets, les recteurs disposent de très importantes marges de liberté dans la conduite de leur académie.

La position du recteur au sein de son académie

7Au sein de l’académie, plusieurs phénomènes modifient considérablement la position institutionnelle de la fonction rectorale tant au sein des institutions scolaires et universitaires qu’avec les autres services de l’État et la collectivité régionale.

8 Au sein des institutions scolaires et universitaires. On assiste à un déplacement du centre de gravité de la fonction rectorale, de l’université vers l’enseignement scolaire. L’érosion du lien avec la ou les universités est manifeste. En effet, on assiste à une montée inexorable de l’autonomie des universités. En 1968, le recteur est « découronné », il perd la présidence que la loi de 1896, contre le vœu des universitaires, lui avait confiée et devient chancelier des universités. Les lois ultérieures, de 1984 et de 2007, renforcent graduellement leur autonomie. Naturellement, les universités entretiennent des relations directes avec l’administration centrale de l’enseignement supérieur dont elles dépendent pour l’habilitation des diplômes et pour les moyens. En tant que chancelier des universités, le recteur exerce une fonction qui n’est pas qu’honorifique, mais tout de même limitée au contrôle de légalité et à la coordination des ordres d’enseignement. Il est vrai que, à certaines périodes et dans certaines académies, le recteur peut jouer un rôle de fédérateur, de négociateur (schéma U 2000 et U3M, contrats de projets État-Région), être tenu plus ou moins informé par le ministre de la politique universitaire et de la négociation des contrats quadriennaux, mais la tendance est à l’autonomie. D’une certaine manière, si le chancelier ne se détache pas de l’université, l’université, elle, se détache du recteur…

  • 13 Effroy Jacques, L’inspecteur d’académie en résidence départementale, hier, aujourd’hui, demain, Th (...)

9En conséquence, le recteur se concentre à nouveau sur son terrain d’élection des débuts du XIXe siècle : les lycées et le second degré, terrain qu’il n’a jamais abandonné, même si la gestion des collèges a été déléguée aux inspecteurs d’académie en 1987. S’y ajoute désormais l’enseignement primaire. Celui-ci avait échappé aux recteurs en 1854 pour être géré par les inspecteurs d’académie, placés alors en résidence dans chaque département et sous la surveillance des préfets, qui procèdent notamment à la nomination des instituteurs jusqu’au transfert de cette compétence aux autorités académiques en 194413.

10L’« académisation » de la gestion de l’enseignement primaire s’est effectuée en deux temps. Tout d’abord, à la fin des années 1990, avec la création d’une direction unique de l’enseignement scolaire et, par conséquent, la disparition de la Direction des écoles qui traditionnellement gérait directement le primaire. Avec les inspecteurs d’académie, la répartition des emplois d’instituteurs est confiée au recteur, au sein de son académie. Ensuite, la mise en place d’un Budget opérationnel de programme (BOP) « Enseignement primaire » par le recteur donne à celui-ci une responsabilité globale, non seulement financière, mais de définition d’objectifs et de résultats dans son académie. Les inspecteurs d’académie assistent désormais le recteur dans la mise en œuvre de la politique de l’enseignement primaire, comme ils l’ont toujours fait pour l’enseignement secondaire. Le centre de gravité de la fonction a donc sensiblement évolué au sein de l’académie.

11D’autres changements se produisent également dans la situation du recteur par rapport aux autres services de l’État et à la région.

12– Avec les autres services de l’État et les collectivités territoriales. On assiste à un décloisonnement progressif des services académiques et, finalement, à leur insertion dans le concert régional. L’académie a toujours bénéficié d’une forte autonomie par rapport aux pouvoirs locaux, quels qu’ils soient, sauf pendant la courte et sombre période de la loi Falloux (1850-1854), qui a cherché à domestiquer l’Université en la plaçant sous la coupe des préfets, des évêques et des notables locaux. Cette autonomie reposait sur deux fondements : d’une part, le caractère « supra-départemental » de la circonscription académique, mettant ainsi le recteur à l’abri des autorités administratives et politiques de droit commun, enfermées dans le département ; d’autre part, la volonté de protéger la liberté de l’enseignement et de la recherche de toute influence qui la briderait. Cette situation évolue sous l’effet de deux changements institutionnels récents et non encore parvenus à leur terme :

  • 14 Dans les années 1960, on assiste à la création d’une série d’académies par démantèlement des énorm (...)

13– L’émergence des circonscriptions d’action régionale, après une première expérimentation, avec les décrets du 14 mars 1964 et leur progressive montée en puissance. Cette nouvelle circonscription administrative a deux incidences sur les académies. D’une part, les académies sont coulées peu à peu dans le moule des circonscriptions d’action régionale, ce qui se traduit par la création de nouvelles académies, y compris plus récemment dans les départements-régions d’outre-mer14. D’autre part la question des relations du recteur avec le préfet de région se pose inévitablement. Après quelques tâtonnements, un équilibre est trouvé dans les décrets de 1964, puis de 1982 et 2004 sur les pouvoirs des préfets, qui exclut de leur autorité les missions relatives « au contenu et à l’organisation de l’action éducatrice ainsi qu’à la gestion des personnels et des établissements qui y concourent ». Le mode de relations n’est donc pas d’autorité mais de concertation, de coopération, de travail en commun sur les questions qui intéressent le préfet. Bien entendu, un équilibre, par définition, n’est pas nécessairement stable, les lignes bougent parfois insensiblement (en 1982, le préfet devient unique ordonnateur secondaire des dépenses de l’État), et les tentatives de remise en cause peuvent se produire. Bien avant l’installation des circonscriptions d’action régionale, la Quatrième République a connu des « super-préfets », dénommés préfets IGAME (inspecteurs généraux de l’administration en mission extraordinaire) : un décret de 1953 leur a donné autorité sur les recteurs, ce qui a soulevé un vif émoi dans la communauté universitaire et, après une tribune de Jacques Ellul dans Le Monde, intitulée « l’Université à Canossa », l’affaire a été classée…

  • 15 Toulemonde Bernard, « Vers un pilotage partagé du système éducatif ? », dans Le système éducatif e (...)

14– la montée en puissance d’une nouvelle collectivité territoriale : la région. Apparue en 1972, sous la forme d’un établissement public régional après l’échec du référendum de 1969, la région est transformée en collectivité territoriale en 1982 et reçoit d’importantes compétences dans le domaine de la formation et de l’éducation en 1983 puis en 2004, moment où elle est insérée dans la Constitution, et, surtout, dotée d’un régime électoral qui lui assure une forte légitimité politique. Or, comme on le sait, la décentralisation de l’éducation est fondée non pas sur des « blocs de compétences » mais sur un système de « compétences partagées » dans les domaines de la planification de l’offre de formation, de la formation professionnelle et de la gestion des lycées y compris les personnels techniques ouvriers et de service. Le recteur est donc l’interlocuteur de la région, avec laquelle il est nécessairement conduit à négocier et à s’entendre15. Force est là aussi de constater que les équilibres sont précaires. Compte tenu de l’état du système éducatif et de la volonté des élus régionaux d’assurer la réussite des jeunes, la ligne de démarcation qui réserverait la pédagogie aux autorités académiques et les questions matérielles aux collectivités territoriales tend à être repoussée par les nombreuses initiatives prises par les régions en direction des élèves. Peut-être même peut-on imaginer, sinon un acte III de la décentralisation, qui ne semble pas à l’ordre du jour, du moins une scène ii de l’acte II…

15De cette description des grandes mutations de la fonction rectorale depuis 1945, on peut tirer sans doute une leçon : celle de l’extraordinaire plasticité de la fonction, de l’extraordinaire faculté d’adaptation de la fonction rectorale aux circonstances de temps, qui ont profondément évolué nous l’avons vu, et aux circonstances de lieux – aucune académie ne ressemble à une autre ! On le doit sans doute à l’institution, qui n’a heureusement jamais fait l’objet d’une définition précise, mais aussi aux hommes et aux femmes qui l’ont assumé, qui ont su s’adapter.

Anmerkungen

1 Condette Jean-François : Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 1 : L’évolution d’une fonction administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP 2006, 451 p. ; tome 2 : Dictionnaire biographique, Lyon, INRP, 2006, 411 p. ; Condette Jean-François, « “Traîtres fatigués” ou élites administratives ? Une recherche en cours sur les recteurs d’académie de 1809 à 1940 », Histoire de l’éducation, no 97, 2003, p. 37 ; Allard Michel, Essai sur la fonction rectorale, Thèse, Droit, Lille 1971, 2 volumes, 583 p. ; Toulemonde Bernard, « L’administration des académies de 1808 à 1940 », dans L’administration territoriale de la France (1750-1940), Presses universitaires d’Orléans, 1998 p. 485.

2 Gerbod Paul, La condition universitaire au XIXe siècle, Paris, PUF 1965, 720 p. 3.

3 Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie, Deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, 316 p.

4 Gérard Patrick, « Le recteur d’académie », L’Actualité juridique-Droit administratif, 20 novembre 1996, p. 836-855.

5 Prost Antoine, Histoire de l’enseignement en France (1800-1967), Paris, Armand Colin, rééd. 1986, 524 p. ; Prost Antoine, Éducation, société et politiques : une histoire de l’enseignement en France de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 1992, 235 p.

6 Décision no 36 du Conseil de modernisation des politiques publiques, 12 décembre 2007. Voir Jegouzo Yves, « “Modernisation” de la déconcentration et décentralisation », Actualité juridique-Droit administratif, 2008, no 9, p. 433-435.

7 Décret no 85-924 du 30 août 1985 relatif aux établissements publics locaux d’enseignement.

8 Toulemonde Bernard, « La révolution silencieuse de l’après-89 », dans Rioux Jean-Pierre (dir.), Deux cents ans d’Inspection générale (1802-2002), Paris, Fayard, 2002, p. 357.

9 Toulemonde Bernard, « L’évolution de la fonction rectorale » dans Gilbert G. et Delcamp A. (dir.), La décentralisation 10 ans après, Colloque Sénat, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence (LGDJ), 1993 p. 147.

10 Le Morzellec Jöelle, « Les femmes dans la fonction rectorale », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie, Deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 263-274.

11 Chevalier Michel, « La fonction rectorale. La fin des recteurs inamovibles », La Revue administrative, janvier 1977, no 175, p. 10 et 11.

12 Il en allait de même dans l’administration centrale : Gaston Berger est directeur de l’Enseignement supérieur de 1947 à 1961.

13 Effroy Jacques, L’inspecteur d’académie en résidence départementale, hier, aujourd’hui, demain, Thèse de doctorat, Lettres, Paris XIII, 1985, 797 p. ; Bottin Yves et Marchal Jacques, « Inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’Éducation nationale », Actualité juridique-Droit administratif, 1996, p. 856.

14 Dans les années 1960, on assiste à la création d’une série d’académies par démantèlement des énormes académies de Paris et de Lille. Dans les années 1970, on procède à des ajustements et surtout à la réorganisation de la région parisienne. La France compte aujourd’hui 30 académies, certaines régions comportant deux (Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte-d’Azur) ou trois académies (Île-de-France).

15 Toulemonde Bernard, « Vers un pilotage partagé du système éducatif ? », dans Le système éducatif en France, Paris, La Documentation française, collection Les notices, seconde édition 2006, p. 41 ; Toulemonde Bernard, « Éducation et décentralisation », La Documentation française, collection Problèmes politiques et sociaux, no 934, 2007, 120 p.

Autor

Agrégé de droit, professeur honoraire à la faculté de droit de Lille II, directeur des affaires générales au Ministère de l’Éducation nationale (1982-1987), recteur des académies de Montpellier (1988-1991) et de Toulouse (1991-1992), conseiller du ministre Jack Lang (1992-1993), directeur de l’Enseignement scolaire (1998-2000), inspecteur général de l’Éducation nationale (1993-2005).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540