Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Pierre Michel (éd. réalisée, présentée et annotée par) : Correspondance générale d’Octave Mirbeau

Lausanne, L’Âge d’Homme, 2009, 1000 p., 78,00 euros

Samuel Lair

Texte intégral

1Il y a quatre ans, paraissait le deuxième volume de la Correspondance générale de Mirbeau, quelque deux ans après que le premier tome n’ouvre le feu. La régularité de métronome n’y est pas, mais la parution du nouvel opus, fût-elle longue à voir le jour, est de très bon augure pour le reste de la publication.

2Tout d’abord car L’Âge d’Homme ne faillit pas à sa tâche, et assure l’édition d’un bel ouvrage, soigné et égal à la présentation formelle des deux précédents, sertis de rouge. Ensuite, car l’éditeur Pierre Michel, à mesure que sa mission paraît trouver enfin son point d’aboutissement, ne cesse de découvrir un filon inépuisable : le gisement Huret-Mirbeau, dernier en date, pour l’heure, montre bien que la veine mirbellienne s’annonce toujours plus riche qu’on ne pensait. Quarante lettres de Mirbeau au jeune auteur de l’Enquête sur l’évolution littéraire de 1891 manquent ainsi au panorama des années 1895-1902 brossé dans le tome III, faute d’avoir pu être insérées à temps dans le troisième pan de l’œuvre colossale. Par conséquent, l’acquisition des deux volumes de correspondance récemment publiés ne fait aucunement doublon.

3De la même façon qu’à nos yeux la Correspondance générale n’est pas loin d’être le chef d’œuvre de Mirbeau, eu égard à l’incroyable richesse de son contenu et à l’intérêt représenté par la diversité de ses destinataires, l’édition de celle-ci, une fois achevée, restera peut-être le couronnement du rigoureux et inlassable travail de Pierre Michel. Ainsi tous deux, l’auteur et l’éditeur, forment-ils là une entreprise qui eut assez peu d’exemples et dont l’exécution a toutes les chances de n’avoir que de rares imitateurs, pour reprendre Rousseau. À l’heure où l’édition de certaines correspondances d’écrivains ahane péniblement pour finir par voir le jour de façon sélective, fragmentée, choisie, partisane ou partielle, à lui seul, Pierre Michel fait surgir du néant de l’oubli, un nouveau bloc de sept ans de l’existence d’un homme. Là où bien souvent le travail est assumé par un collectif de chercheurs, qui peinent à mettre en commun leurs connaissances et leurs efforts, Pierre Michel propose une édition exhaustive dont l’appareil critique est très important.

4Reste qu’il faut évoquer certaines spécificités de ce dernier ouvrage. Les années 1895-1902 sont celles des affaires, aussi bien que de l’Affaire. De fait se croisent dans le temps certaines correspondances relatives à la création de la pièce, à la réécriture de certaines scènes, aux séances de lecture publique ou au choix des comédiens, et certaines missives engagées où affleurent indignation ou manifestations d’encouragements à Zola. Mais l’éveil de Mirbeau face à l’injustice demande du temps. En 1895, dans un courrier à Alfred Vallette, l’affaire Dreyfus n’est qu’une banale intrigue militaire d’entente avec l’ennemi, qui se réduit à des « rapports d’espions », confortant assez bien Octave dans sa méfiance à l’égard de la Grande Muette. Par la suite, la constitution de l’équipe dreyfusarde fondatrice de L’Aurore en octobre 1897, autour d’Urbain Gohier, de Francis de Pressensé et de Clemenceau, qui devait en quitter la rédaction en 1899, nous rappelle que Mirbeau n’y entama qu’une collaboration épisodique (moins d’un an). Ces huit ans voient le début de la correspondance avec Anatole France, Laurent Tailhade, Joseph Reinach ou Alfred Dreyfus, mais aussi le fourmillement frénétique auprès de Jules Claretie, dont l’attitude oscille entre grandes promesses et petites lâchetés ; le ravissement face aux créations de Debussy, concomitant aux efforts déployés afin de ménager les susceptibilités de Maeterlinck ; les enthousiasmes suscités par le projet d’un Théâtre du Peuple ; en outre, on y découvre, plus surprenant, un Mirbeau inédit, qui peut travailler loin des affres de la création, en pleine extase et contentement de soi ; un Mirbeau colérique, qui menace même de recourir à la Justice, papier timbré à la main, face à l’impéritie des Letellier, par exemple. Cette impression de plénitude, somme toute assez peu durable, chez Mirbeau, témoigne néanmoins de l’espèce d’équilibre découvert par Octave à cette période de son existence, et il nous est donné de voir de façon privilégiée comment la correspondance est sans doute l’espace de la plus grande fidélité d’un écrivain à lui-même : il est loin, le temps des Grimaces, pour ce Mirbeau de 1899, qui annonce à Lucien Muhlfeld son départ imminent pour l’Algérie, où il doit mener une campagne contre l’antisémitisme – las, ce projet, comme nombre d’autres, relatifs à la bataille dreyfusarde, et qui avorteront, fut destiné à rester lettre morte. L’Affaire, selon la belle intuition de Péguy évoquant Notre Jeunesse, ne fut pas loin de révéler, à Mirbeau aussi, son vrai visage.

5De ce nouvel opus, il convient de souligner l’étonnante cohérence avec les deux précédents volumes, dont il vient valider certaines intuitions – la lecture des nouvelles lettres à Muhlfeld, par exemple, atteste la crédibilité de l’attribution de précédents courriers de Mirbeau au normalien dreyfusard, identité qui n’était que supposée dans le tome II. On s’étonne par surcroît qu’il y ait toujours si peu de déchets – même si leur définition en matière épistolaire reste chose malaisée ; notes de bottier, billets de remerciements convenus, réponses courtoises à un envoi, contrats d’éditeurs, rien de trivial ne dépare le lourd volume. Tout est de la plus belle eau, et comme à l’ordinaire, s’il arrive, par aventure, qu’un courrier se limite à une ligne signée de Mirbeau, le lecteur compense sa frustration par la lecture des vingt lignes de commentaire en annexe.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540