Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Les recteurs de la Troisième République. Développer et réformer l’Instruction publique

Un universitaire de « combat ». Charles Bayet, recteur d’académie puis directeur au Ministère (1849-1918)

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Sur Albert Bayet, voir : Feraud Francis-V., Bayet Christiane et Monique, La vraie légende d’Albert (...)
  • 2 Archives nationales, F17 25240. Né en 1880 à Lyon, normalien (1898), reçu 1er à l’agrégation des l (...)
  • 3 Charle Christophe, La République des Universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994, 506 p.
  • 4 Voir Verger Jacques (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986, 432 p.

1Si l’on connaît la personnalité et le rôle politique joué par Albert Bayet, qui fut à la fois un brillant universitaire et un intellectuel engagé, membre influent de la Ligue des Droits de l’Homme, animateur de l’aile gauche du Parti radical-socialiste1, il n’en va pas de même pour son père, Charles, qui eut pourtant une carrière universitaire de premier plan. Les activités multiformes du fils2 sont ainsi à l’origine d’une éclipse presque totale des combats livrés par le père. Normalien, professeur d’Antiquités et d’Histoire du Moyen Âge à la faculté des lettres de Lyon, Charles Bayet travaille au développement des approches artistiques de l’histoire et combat pour imposer les sciences auxiliaires, indispensables à la bonne formation de l’étudiant. Nommé recteur de l’académie de Lille en 1891, il réalise dans la France septentrionale un important travail de bâtisseur avant d’être nommé à la direction de l’Enseignement primaire en 1896, en remplacement de Ferdinand Buisson. Il occupe six années durant ce poste avant de prendre la redoutable succession de Louis Liard à la tête de l’Enseignement supérieur, entre 1902 et 1914. Dans ces multiples fonctions, pendant près de quarante ans, Charles Bayet apparaît comme un constructeur qui travaille à la promotion de l’enseignement public mais aussi comme un rénovateur convaincu. Originaire de Belgique, il consacre sa vie à l’enseignement français et ne transige pas avec son patriotisme. Par deux fois, il demande à s’engager dans l’armée, en 1870 tout d’abord, pour combattre l’envahisseur prussien, puis en 1914 pour défendre sa patrie d’adoption. Charles Bayet incarne ainsi cette République des universitaires3 qui s’affirme sous la Troisième République, bénéficiant de la profonde réforme de l’enseignement supérieur4.

Les combats de Charles Bayet pour la promotion d’une discipline universitaire

2Toute son existence, Charles Bayet la consacre à l’Instruction publique, réalisant ainsi un véritable sacerdoce au service de l’enseignement d’État. Les années 1849-1891 constituent une première période, assez facilement identifiable, où Charles Bayet se consacre à l’enseignement supérieur, tout d’abord en tant qu’étudiant puis comme professeur. Il mène alors un combat personnel pour la reconnaissance de ses aptitudes, par la conquête de diplômes, puis d’un statut par l’obtention d’une chaire, tout en travaillant à l’affirmation dans l’université d’approches liées à l’histoire de l’art, à l’épigraphie et à l’archéologie.

Un jeune normalien patriote

  • 5 Archives municipales de Liège, État civil, acte de naissance signé le 26 mai 1849 par son père.
  • 6 Voir Witte Els et Craeybeckx Jan, La Belgique politique de 1830 à nos jours : les tensions d’une d (...)
  • 7 Archives nationales, 61 AJ/10, Registres d’inscription de la promotion 1868, p. 229.

3Le futur enseignant est né à Liège5, en Belgique, le 25 mai 1849. Son père, Adolphe Bayet, est un avocat qui a reçu la Croix de Fer pour sa participation aux combats révolutionnaires d’août et septembre 1830 amenant l’affranchissement de la Belgique et la destruction de la tutelle du roi des Pays-Bas6. Il devait cependant décéder très tôt laissant son épouse, Clémence Lemonnier, dans une situation difficile. Après avoir suivi les cours de diverses institutions scolaires belges7, Charles est envoyé chez un oncle établi en France. Il entre alors au lycée de Nîmes et se fait remarquer par ses bons résultats mais aussi par une certaine tendance à l’indiscipline.

  • 8 Bayet Charles, « L’enseignement secondaire et la circulaire du 28 mars 1888 », Revue International (...)

« Je n’ai commencé à travailler au lycée, où j’étais classé comme un indiscipliné incorrigible […], que le jour où j’ai rencontré en rhétorique un homme qui voulait avant tout être l’ami de ses élèves […]. Les pensums, les réprimandes désobligeantes, les retenues, le séquestre m’avaient inspiré l’horreur de tout ce qui se faisait au lycée. Je me suis mis aux discours et aux vers latins littéralement pour lui être agréable, et trois ans après, grâce à lui, j’étais reçu à l’École normale. Combien de cancres indécrottables aux yeux de l’administration deviendraient de bons élèves si on encourageait les professeurs à les convertir et si on ne prenait point plaisir à restreindre leur rôle8 ? »

  • 9 Parmi ses camarades de promotion : Gaston Bizos (futur recteur), Gustave Bloch (futur professeur e (...)

4Reçu bachelier, il prépare au lycée de Nîmes, le concours d’entrée à l’École normale supérieure. Reçu dixième sur dix-huit admis au concours de 1868, il « monte » à Paris et commence sa formation rue d’Ulm aux côtés, entre autres, de Gaston Bizos, Gustave Bloch, Maxime Collignon et Jean Richepin9. Il se lie d’amitié, au sein des promotions antérieures, avec Alphonse Aulard, qui devait devenir le beau-père de son fils Albert et le grand spécialiste de la Révolution française que l’on connaît. Le jeune normalien se fait remarquer par son goût pour l’histoire. L’un de ses professeurs note ainsi, en janvier 1869 :

  • 10 Archives nationales, 61 AJ/28, Notes des maîtres de conférences, École normale supérieure, janvier (...)

« Bon devoir sur la Constitution d’Athènes de l’époque de Solon à celle de Clisthène […]. Monsieur Bayet qui était le premier en histoire dans la composition d’entrée à l’École, a maintenu et confirmé l’opinion première que j’avais de lui. Il est intelligent […] et n’écrit rien sans être remonté aux sources, aux textes grecs et latins10. »

  • 11 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, « Notice nécrologique », année 1919, p. (...)

5Cette scolarité est cependant stoppée par la guerre franco-prussienne. Bien que d’origine belge, Charles Bayet s’engage comme simple soldat en janvier 1871 et participe aux opérations de l’Armée du Nord, dirigée par le général Faidherbe, au sein du 6e bataillon de la Légion étrangère. « Égaré en pleine bataille11 », dans le froid, il est recueilli par une patrouille et intègre le quartier général de Faidherbe qui récompense son courage en le faisant nommer sous-lieutenant. La capitulation française et la signature du traité de Francfort marquent profondément le normalien, qui garde en mémoire le souvenir du sacrifice de ses camarades. Il partage alors la déception du général Faidherbe, qui écrit en 1871 :

  • 12 Faidherbe Louis, Campagne de l’armée du Nord (1870-1871), Paris, Dentu, 1871, p. 72-73.

« La démocratie française a été vaincue parce qu’ayant cessé d’être digne et pure, et, par suite, estimable, elle n’avait plus de force d’expansion, de propagande chez les autres peuples, qu’elle excitait la défiance de beaucoup d’honnêtes gens et d’hommes de valeur, scandalisés par sa licence, et qu’elle s’est trouvée ainsi isolée et abandonnée au milieu des puissances aristocratiques de l’Europe […]. La démocratie est momentanément abattue parce que, nous le répétons, elle était devenue immorale et par suite impuissante. Le vrai démocrate est celui qui cherche à moraliser le peuple en l’instruisant […] et qui lui donne le bon exemple12. »

6Les convictions de Charles Bayet, consacrant toute son énergie à la diffusion de l’instruction et de la morale dans le peuple, sortent renforcées de l’épreuve tragique. C’est de l’enracinement de la République, fondée sur la morale kantienne du devoir, que peut venir la régénération de la nation. Le 20 août 1899, alors qu’il est désormais directeur de l’Enseignement primaire, Charles Bayet, représente le ministre lors d’une émouvante cérémonie à Laon (Aisne), qui doit inaugurer un monument en hommage à trois instituteurs fusillés par les Prussiens en 1870. Il déclare alors au millier d’instituteurs massés dans la cour de l’école normale :

  • 13 Bayet Charles, « Discours prononcé à l’inauguration du monument des trois instituteurs de l’Aisne  (...)

« Parmi ceux qui m’écoutent, beaucoup sortaient à peine de l’adolescence lorsqu’ils ont vu le sol de la Patrie envahi par l’étranger. À l’âge ordinaire des illusions, des enthousiasmes et des longs espoirs, ils ont subi l’humiliation et la défaite ; entrés dans la vie active à une heure sombre de notre histoire, ils en gardent l’amer souvenir qui jamais ne s’effacera de leur âme. Du moins peuvent-ils se rendre cette justice que, mal préparés à faire leur devoir, ils ont essayé de le remplir et que, si leurs forces n’ont point égalé leur volonté, ils n’ont jamais désespéré de la France […]. Aux générations de maîtres futurs qui s’y succéderont, il [l’instituteur] dira quel est leur devoir, surtout il leur rappellera que les enfants qui leur sont confiés seront plus tard des citoyens et des soldats, c’est-à-dire qu’ils devront être également prêts à combattre pour la France lorsqu’elle sera menacée et à sauvegarder tout ce qui fait, dans la paix, sa grandeur et sa force : la liberté, l’égalité, la solidarité, la justice. Dans une démocratie républicaine comme la nôtre, héritière de tant de gloires et d’héroïsmes, dans ce pays dont les armées ont tant de fois combattu pour le droit, la notion du soldat est aujourd’hui plus que jamais indissolublement liée à la notion du citoyen. Nous demandons à nos instituteurs de ne jamais les séparer et de se montrer ainsi les dignes interprètes de cette religion de la patrie dont nous avons voulu que l’école fût comme le foyer. Aux heures d’épreuves et de tristesse, nous nous reprenons toujours à espérer en regardant du côté de l’École, nous nous disons que là, avec ce qu’il y a de plus vivant, de meilleur, de plus sain dans notre démocratie, se pétrit la France de demain, qui vaudra mieux que la nôtre parce qu’elle aura l’âme plus ferme, la raison plus lucide et qu’elle aura cheminé plus avant dans la voie de la vérité et du progrès […]. Soyez toujours unis mes amis pour combattre le bon combat, le combat du vrai, du juste, du bien contre l’ignorance et le mal13. »

  • 14 Bulletin des Lois de la République Française, 12e série, supplément, 1871, décret du 29 septembre (...)

7Après la suspension des hostilités, Charles Bayet reprend ses études avec la même détermination. Ses faits d’armes lui valent d’être naturalisé français14 par un décret du 29 septembre 1871. L’un de ses enseignants de troisième année, après une leçon d’agrégation, note dans le registre de l’École normale :

  • 15 Archives nationales, 61 AJ/30, Note des enseignants, second trimestre 1871-1872 (troisième année).

« Bayet est professeur et professeur d’histoire […]. Sa leçon est intéressante. Il sait lui donner le mouvement et la vie. Quoique la composition de géographie […] comporte d’excellentes parties, quelques échappées imprévues qu’il faut surveiller […]. Je le crois plus historien que géographe. Cependant, a fort satisfait Monsieur Himly à l’examen par son improvisation intéressante sur le Mississippi […]. Outre qu’il sera bon professeur, il deviendra savant parce qu’il ne croira jamais l’être assez et il marchera loin parce qu’il ne se persuadera jamais être arrivé15. »

8Licencié d’histoire, il passe avec succès l’agrégation en 1872. Le lycéen est désormais un membre de la communauté universitaire française.

La conquête d’une chaire

9Le goût de Charles Bayet pour l’histoire lui fait désirer une formation complémentaire et le jeune agrégé ne semble pas avoir souhaité une affectation rapide dans un établissement secondaire. Il utilise efficacement ses relations parisiennes pour obtenir sa nomination comme membre de l’École française d’Athènes à partir du 1er octobre 1873. Un décret récent exige cependant des futurs membres de l’École qu’ils fassent tout d’abord un séjour d’un an à la Villa Médicis de Rome, nouvellement créée. Charles Bayet passe alors un an en Italie et suit les cours d’archéologie professés par Albert Dumont. Multipliant les voyages archéologiques à partir de Rome puis d’Athènes, qu’il rejoint en 1874, Charles Bayet est chargé d’une importante mission de fouilles au Mont Athos en compagnie de l’abbé Duchesne.

  • 16 Revue Historique, tome 1918, « Charles Bayet : Notice nécrologique », p. 406.

« Il visita le Mont Athos et Salonique de février à juin 1874, au moment même où l’on démolissait les remparts de la ville basse, et nos voyageurs purent sauver de la destruction un grand nombre de textes. Au Mont Athos et à Salonique où dominent les souvenirs byzantins en même temps que les antiquités classiques, Bayet étudiait les mosaïques et les peintures des églises. Il découvrit ainsi le champ d’études dans lequel il allait s’engager16. »

  • 17 Duchesne Louis et Bayet Charles, Mémoire sur une mission au Mont Athos, Paris, Imprimerie National (...)
  • 18 Académie des Inscriptions et Belles Lettres, année 1918, séance du 20 septembre 1918, p. 325.

10Le futur historien de la civilisation byzantine relève ainsi plus de 200 textes et inscriptions que l’on peut consulter dans le mémoire édité en 187717. « Chemin faisant, les deux voyageurs recueillirent les inscriptions de l’époque grecque ou hellénistique qu’ils rencontraient ; l’Épire, la Thessalie, la Macédoine, La Chalcidique, leur en fournirent un grand nombre18. » Revenu en France en 1876, Charles Bayet est nommé chargé de cours complémentaire d’Antiquités chrétiennes à la faculté des lettres de Lyon. Son passage par les écoles de prestige est un très efficace accélérateur de carrière puisqu’il évite ainsi un séjour plus ou moins prolongé dans l’enseignement secondaire. Il bénéficie, à ce niveau, de la volonté républicaine de promotion et de rénovation de l’enseignement supérieur qui se traduit par la création de postes plus nombreux dans des spécialités autrefois absentes des facultés.

  • 19 Bayet Charles, Cours d’Antiquités Chrétiennes, Leçon d’ouverture, 11 janvier 1877, Lyon, Imprimeri (...)
  • 20 Ibid., p 5.

11La leçon d’ouverture de son cours d’Antiquités chrétiennes, qu’il prononce le 11 janvier 1877, insiste sur l’importance de cette spécialité et sur ses nombreux apports19. Après avoir remercié le ministre pour cette création, il justifie l’implantation lyonnaise en rappelant le très lointain enracinement du christianisme dans la région et l’importance des martyrs lyonnais. Cette nouvelle discipline des Antiquités chrétiennes peut, selon lui, se diviser en trois branches qui sont l’épigraphie, l’archéologie figurée et l’étude des textes. L’épigraphie, qui est « une des parties les plus importantes20 », s’attache à l’étude des inscriptions et permet de montrer l’importance des échanges entre civilisations. « Les divisions ne correspondent pas aussi exactement qu’on pourrait le croire aux divisions d’Orient et d’Occident. Ce fut en effet par l’hellénisme que la doctrine chrétienne se propagea d’abord en Occident, et pendant longtemps, elle porta les traces de cette origine […]. En Gaule aussi bien qu’en Italie, des faits attestent l’influence de l’Orient. » La science épigraphique, d’abord développée Outre-Rhin est donc fondamentale en histoire et doit se développer en France.

12Il faut aussi, lorsque l’on étudie cette période, accorder beaucoup d’attention aux monuments architecturaux (églises, cathédrales…) et aux « monuments figurés » que sont les peintures, les fresques, les mosaïques mais aussi les sculptures. « Les peintures et les sarcophages des premiers siècles ne sont pour ainsi dire que la traduction des homélies et des écrits des Pères. L’art chrétien est à l’origine un catéchisme qui s’adresse aux yeux. » Il est enfin très utile d’avoir recours aux textes et c’est à l’aide des textes qu’il faut interpréter les monuments d’art et commenter les inscriptions. « On ne saurait être bon archéologue sans une lecture constante des œuvres de la littérature chrétienne. »

  • 21 René-Victor Cagnat, Pierre Jouguet, parmi d’autres, jouent aussi un grand rôle dans la promotion d (...)
  • 22 Bayet Charles, Recherches pour servir à l’histoire de la peinture et de la sculpture chrétiennes e (...)

13Le jeune chargé de cours devient alors l’un des grands acteurs du développement des sciences annexes de l’histoire, en particulier de l’épigraphie21. Tout en enseignant à la faculté, Charles Bayet travaille à la rédaction de ses thèses de doctorat qui sont soutenues en Sorbonne alors qu’il a à peine 30 ans. Sa recherche principale a pour titre Recherches pour servir à l’histoire de la peinture et de la sculpture chrétiennes en Orient avant la querelle des iconoclastes22 et la brillante soutenance, réalisée le 24 avril 1879, fait de lui l’un des spécialistes incontesté de l’histoire du monde byzantin.

  • 23 Ibid., p. 2.

« La peinture et la sculpture chrétiennes en Orient avant les iconoclastes n’ont encore fait l’objet d’aucune monographie spéciale. On était rebuté sans doute par le petit nombre d’œuvres qui subsistent pour les premiers temps. Le contraste est trop grand avec Rome : là, depuis le jour où les catacombes ont commencé à être connues, chaque nécropole, chaque galerie nouvelle est venue enrichir le trésor de la science. Aussi quelques découvertes qu’on puisse faire ailleurs, Rome sera toujours le centre et comme la grande école de l’archéologie chrétienne […]. Mais il serait injuste de ne pas appliquer à d’autres pays l’expérience que Rome seule peut donner ; l’examen même des catacombes doit appeler à étudier des recherches du côté de l’Ouest. Que de traces n’y rencontre-t-on pas des influences orientales, depuis la forme des tombes […] jusqu’à ces épitaphes rédigées en langue grecque […]. Quand on demande à démêler dans ce fond commun, la part de l’Orient, il semble que le plus souvent ce fut de lui que vint l’initiative. L’Orient crée les types et les symboles ; l’Occident les accepte […].L’Orient donne l’exemple et il imagine un style et des sujets nouveaux23. »

14On crée alors pour lui, à la faculté lyonnaise, une chaire d’archéologie et d’histoire du Moyen Âge qu’il occupe de façon continue entre 1881 et 1891. Le normalien est devenu un professeur lyonnais, titulaire de sa chaire à l’âge de 32 ans.

Le professeur d’université et la promotion de l’histoire de l’art

  • 24 Genet-Delacroix Marie-Claude, « L’enseignement supérieur de l’histoire de l’art de 1863 à 1940 », (...)
  • 25 Annuaire de la faculté des Lettres de Lyon, Paris, Ernest Leroux Éditeur, tome 1883.

15Charles Bayet associe étroitement sa mission d’approfondissement du savoir scientifique par la recherche et son métier d’enseignant. Il s’efforce également de promouvoir l’histoire de l’art qui, à l’époque, occupe une place extrêmement limitée dans l’université24 et joue, dans l’affirmation des études byzantines, un rôle de pionnier. Tout en initiant ses étudiants de licence à l’histoire de l’art et aux questions d’Orient, Charles Bayet prépare, le plus souvent, les étudiants d’agrégation à leur programme d’histoire médiévale. En 1883, le professeur Bayet donne un cours public, le mercredi, qui porte sur l’histoire générale du Moyen Âge (14 h-15 h 30) ; le jeudi est consacré aux cours et conférences pour l’agrégation (16 h-17 h 30) tandis que le samedi voit deux séquences, l’une (13 h-14 h) consacrée à la paléographie du Moyen Âge et l’autre (17 h-18 h 30), destinée aux exercices pratiques de licence et d’agrégation25.

  • 26 Bayet Charles, « Allocution d’ouverture de la conférence d’archéologie du Moyen Âge à la faculté d (...)

16Charles Bayet tient cependant constamment à replacer son enseignement dans un cadre plus large, s’engageant dans un vaste débat sur la mission des facultés des lettres dans la nation. En 1883-1884, dans son allocution d’ouverture de la conférence d’archéologie du Moyen Âge, il insiste ainsi sur les missions des facultés, qui doivent certes former les futurs enseignants, mais aussi accueillir les personnes intéressées par la culture, en dehors de tout souci professionnel26. Il faut également réserver une large place, dans la pédagogie, aux exercices pratiques, aux séances « où vous travaillez devant nous et sous une direction qui ne sera point oppressive ni intolérante. C’est qu’en effet vous n’êtes pas ici pour subir passivement les leçons de vos maîtres ; votre premier devoir est de faire œuvre personnelle et de vous exercer aux études historiques ». Il est alors fondamental de développer les sciences auxiliaires de l’histoire, en particulier l’épigraphie et l’histoire de l’art.

« Si l’on excepte le Collège de France, l’histoire de l’art en général n’est guère enseignée que dans quelques écoles spéciales ; l’histoire de l’art antique, plus favorisée, a conquis droit de cité dans un certain nombre de facultés ; quant à l’art du Moyen Âge, je ne lui connais d’autre chaire que celle de l’École des Chartes. »

17Charles Bayet remercie alors chaleureusement Albert Dumont, son professeur à l’École de Rome et son ancien directeur à l’École d’Athènes, désormais directeur de l’Enseignement supérieur et qui a autorisé l’ouverture de ce cours.

  • 27 Revue Historique, 1918, « Charles Bayet : Notice nécrologique », p. 407.
  • 28 Il publie ainsi : Bayet Charles, « Y a-t-il eu des états généraux en 1313 ? », Revue historique, t (...)
  • 29 En 1883, Charles Bayet livre une étude sur « L’élection de Léon III : la révolte des Romains en 79 (...)
  • 30 Revue Historique, 1918, « Charles Bayet : Notice nécrologique », p. 405-407.

18À cette fonction enseignante, Charles Bayet associe constamment une fonction de recherche et de diffusion du savoir par l’écrit. Les dix années de professorat lyonnais (1881-1891) sont importantes car son entrée dans les fonctions administratives, après 1891, l’empêche de poursuivre réellement sa tâche de chercheur. « Son séjour à Lyon est la période scientifique de son existence27. » En dix ans, il multiplie les articles et les comptes rendus dans les revues spécialisées telles la Revue Historique28, la Revue critique ou le Bulletin de Correspondance Hellénique. Il réalise également plusieurs études pour l’Annuaire de la faculté des Lettres de Lyon29, tout en publiant un certain nombre d’ouvrages. Charles Bayet, qui enseigne également quelques heures par semaine à l’École des Beaux-Arts, tient beaucoup à développer l’enseignement artistique dans le système scolaire et universitaire. À ce titre, il publie, en 1883, L’art byzantin et réunit dans cet ouvrage les « éléments épars qu’il avait découverts au cours de ses voyages en Orient30 ». En 1886, il poursuit son combat disciplinaire et publie un important Précis d’histoire de l’art puis, en 1893, un Précis élémentaire d’histoire de l’art destiné à l’enseignement secondaire des jeunes filles. La préface de l’ouvrage de 1886 fait le constat du discrédit de l’histoire de l’art :

  • 31 Bayet Charles, Précis d’histoire de l’art, Paris, Quentin, Librairies-Imprimeries, quatrième éditi (...)

« L’histoire de l’art n’occupe pas encore dans notre enseignement, à ses divers degrés, la place qu’il serait juste de lui accorder. Un homme d’esprit cultivé, après de longues études sur les matières les plus variées, peut n’en avoir aucune idée précise. Ce petit livre fort élémentaire s’adresse à la jeunesse de nos écoles et à cette partie du public qui voudrait acquérir quelque connaissance du développement artistique sans compulser un grand nombre de volumes spéciaux31. »

  • 32 Bayet Charles, chapitres sur le christianisme en Gaule, les invasions barbares, sur l’Église et la (...)

19Divisé en quatre livres, l’ouvrage est illustré de superbes dessins qui tentent de donner au lecteur une vue très complète des formes architecturales et de l’évolution des techniques picturales. C’est beaucoup plus tard, en 1907, alors qu’il est désormais directeur de l’Enseignement supérieur qu’il publie une étude sur Giotto. Charles Bayet devait encore donner à la science historique plusieurs chapitres sur le christianisme en Gaule, sur les invasions barbares, sur l’Église et la civilisation franque dans l’Histoire de France d’Ernest Lavisse32 (1903). Il ne peut cependant achever, par manque de temps, le volume consacré aux Mérovingiens et aux carolingiens.

  • 33 Bayet Charles, L’art byzantin, Paris, May et Motteroz, seconde édition, 1893, 320 p. (nombreuses i (...)
  • 34 Annuaire de l’École normale supérieure, « Charles Bayet : Notice nécrologique », tome 1919, p. 33 (...)

20À chaque fois, ses approches sur l’histoire byzantine et sur l’histoire de l’art apparaissent novatrices et tendent à montrer que c’est l’Orient et non Rome qui fut la grande source de l’art chrétien primitif, la capitale de l’Empire romain d’Occident ayant beaucoup emprunté aux arts et aux techniques byzantines. « L’art byzantin est donc original […]. Il est constitué au VIe siècle par la réunion d’éléments antiques, orientaux et chrétiens33. » Synthèse féconde d’influences très diverses, cet art a ensuite, à son tour, profondément marqué l’Occident et en particulier l’Italie. Charles Bayet est donc à ce niveau un « initiateur34 ».

Les premiers combats pour la réforme de l’Instruction publique (1889-1896)

21Élu par ses pairs, doyen de la faculté des lettres de Lyon en 1889, Charles Bayet fait progressivement son apprentissage des usages et des rouages de l’administration. En 1891, il est ensuite nommé recteur de l’académie de Lille et reste dans la métropole du Nord jusqu’en 1896, date à laquelle il est nommé directeur de l’Enseignement primaire. Ces années charnières sont pour lui des années de transition où sa carrière prend une direction nouvelle.

Charles Bayet, doyen de la faculté des lettres de Lyon (1889-1891)

22Ces années de décanat l’initient en fait aux fonctions administratives et le font travailler en étroite collaboration avec le recteur, au sein du conseil académique. Un doyen de faculté, à l’époque, dispose de très peu de personnel administratif, souvent un commis au secrétariat, et doit consacrer de nombreuses heures à étudier les multiples circulaires ministérielles et rectorales qu’il reçoit mais aussi à rédiger à son tour de très nombreux rapports. Il doit à la fois représenter sa faculté à l’extérieur, auprès du ministère ou des élites régionales, défendant ainsi les projets pédagogiques et les demandes de moyens supplémentaires de son institution, tout en devenant le relais de l’État dans sa faculté, veillant au bon déroulement des études et des examens, animant aussi son équipe enseignante.

  • 35 Archives nationales, F17 40050, Légion d’Honneur, Instruction publique, dossier Charles Bayet.

23Agrégé à 23 ans, docteur à 30 ans, professeur à 32 ans, Charles Bayet est élu au décanat à l’âge de 40 ans. Cette promotion est d’ailleurs consacrée par sa nomination comme chevalier de la Légion d’Honneur, le 12 juillet 1891. Le recteur lyonnais le décrit alors ainsi dans la notice confidentielle le concernant : « Après trois années de décanat bien remplies […] ; s’est dévoué à sa faculté et l’a mise à son rang. Intelligence prompte et ardente, grand talent de professeur35. » Cette reconnaissance professionnelle et sociale lui vaut d’ailleurs d’être élu, la même année, membre correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

  • 36 Annuaire statistique de la France, tome 1880, « Année scolaire 1878-1879 », p. 250.

24Le doyen Bayet multiplie les combats pour développer sa faculté, n’hésitant pas à venir à Paris pour rencontrer ses anciens camarades normaliens devenus de puissants représentants du monde universitaire français ou pour fréquenter les couloirs du ministère où il dispose aussi d’appuis multiples. La faculté lyonnaise qu’il dirige est déjà une institution importante qui apparaît comme l’une des plus dynamiques de France, avec celles de Lille, de Bordeaux et de Toulouse, même si elle est bien évidemment de taille réduite face aux facultés parisiennes. Pour l’année 1878-1879, la faculté des lettres ne déclare encore que 503 inscriptions soit environ 120 à 130 étudiants36, chaque étudiant devant prendre quatre inscriptions par an.

  • 37 Almanach National, 1881, « Académie de Lyon », p. 712-713.
  • 38 Annuaire de la Faculté des Lettres de Lyon, Paris, E. Leroux Éditeurs, 1885, fascicule 1, liste de (...)
  • 39 Almanach National, 1890, « Liste des enseignants de la faculté des lettres de Lyon », p. 743-744.

25L’équipe enseignante, qui compte treize enseignants37 (dont dix chaires) en 1881, s’enrichit progressivement de nouveaux titulaires qui viennent diversifier les champs disciplinaires. En 1885, l’institution compte vingt enseignants dont dix professeurs et sept maîtres de conférences alors qu’elle reçoit 109 étudiants régulièrement inscrits (31 en philosophie, 43 en littérature et philologie, 22 en histoire et 13 en langues vivantes38). 21 professeurs de collège et chargés de cours de l’académie suivent aussi certains cours tandis que 69 correspondants échangent avec les enseignants des devoirs plus ou moins réguliers. En 1890-1891, pour la dernière année passée par Charles Bayet à Lyon, la faculté compte désormais vingt-cinq enseignants dont treize professeurs titulaires et huit maîtres de conférences39. Le doyen Bayet poursuit durant son décanat les efforts engagés par son prédécesseur, en vue de développer l’institution littéraire lyonnaise, réclamant subventions et créations de postes, œuvrant à la diversification des cours proposés.

26Cette réussite professionnelle ne se fait pas en sacrifiant sa vie familiale. Marié juste avant sa nomination lyonnaise, Charles Bayet devient rapidement le chef d’une famille nombreuse. Son épouse, Anne de Behr, met en effet au monde cinq enfants. Marie (1877-1961), Paule (1878-1966), Albert (1880-1961), Jean (1882-1915) et Louis (1885-1958) viennent agrandir progressivement la cellule familiale. Dans le récit biographique qu’elles consacrent à leur père Albert, Christiane et Monique Bayet évoquent brièvement le souvenir de leurs grands-parents.

  • 40 Feraud Francis-V., Bayet Christiane et Monique, La vraie légende d’Albert Bayet, op. cit., p. 182- (...)

« On était strict sans être dur : voici ton médicament ; prends-le ; si tu pleures, une claque ; si tu ne pleures pas, une pastille de chocolat […]. Ma grand-mère, que nous, ses petits enfants, nous appelions Minou, était une femme à l’esprit tranchant, agressive, intelligente, catholique et voltairienne. Elle était célèbre dans la famille pour ses démêlés avec le curé de la paroisse quel qu’il fut […]. De mon grand-père […], on m’a dit qu’il était un très bel homme ; je ne l’ai pas connu40. »

  • 41 Voir Cabanel Patrick et Encreve André (dir.), Les protestants, l’école et la laïcité (XVIIIe-XXe s (...)
  • 42 Mayeur Françoise, « Les protestants dans l’Instruction Publique au début de la Troisième Républiqu (...)
  • 43 Feraud Francis-V, Bayet Christiane et Monique, La vraie légende d’Albert Bayet, op. cit., p. 189.

27À la maison, Charles Bayet apparaît souvent comme le pater familias qui sanctionne ou rappelle les devoirs de chacun. Fidèle aux principes du kantisme, il tente d’inculquer à ses enfants les grands principes qu’il tire de sa religion protestante41, sans jamais pour autant, faire œuvre de prosélytisme. Il confirme cette forte influence des milieux protestants dans le monde de l’Instruction Publique des débuts de la Troisième République autour, entre autres, de Félix Pécaut, de Ferdinand Buisson, de Jules Steeg et de Louis Liard, alors que les « catholiques fervents ne pouvaient guère prêter la main à ce qui apparaissait en beaucoup de points comme une dépossession de l’Église42 », par la politique républicaine de laïcisation qui vient d’être lancée. Très attentif à la réussite scolaire de ses enfants, Charles Bayet, suit de près leurs études et voit avec joie les premiers succès universitaires et littéraires de ses fils. Trois de ses enfants devaient d’ailleurs, par leur mariage, rester à l’intérieur du monde de l’Instruction publique. Marie épouse en 1902 Louis Hourticq, futur inspecteur général de dessin, tandis que Paule se marie avec Arthur Kleinclausz, futur doyen de la faculté de Lyon. Albert devait épouser Andrée Aulard, la fille du professeur d’histoire en Sorbonne. Cette union ne semble d’ailleurs pas avoir reçu un accueil chaleureux de la part de Charles Bayet qui s’oppose longtemps au mariage de son fils avec la fille de son ancien camarade de l’E.N.S. « Il y avait là des passions politiques […]. Alphonse Aulard, historien de la Révolution française, était un homme de gauche irréductible […]. Les Bayet étaient ce que l’on appelle des gens de droite43. » Après plus de cinq années de conflits, le mariage est célébré le 22 février 1905.

L’engagement dans les luttes pour la réforme de l’Instruction publique

  • 44 Bayet Charles, « Quelques remarques sur le rôle des Facultés des lettres », Revue Internationale d (...)

28Doyen respecté, Charles Bayet consacre davantage de temps, à partir de 1889-1890, à un examen attentif du système scolaire. On voit nettement, à suivre ses écrits, que ses préoccupations changent de terrain et se déplacent progressivement vers la nécessaire réforme des structures éducatives. Le gestionnaire et le réformateur prennent peu à peu le pas sur l’historien. De 1887 à 1890, Charles Bayet rédige successivement trois études sur l’évolution récente de l’enseignement en France. En 1887, il publie dans la Revue Internationale de l’Enseignement44, un plaidoyer très intéressant en faveur d’une diversification des missions attribuées aux études littéraires à l’Université, texte qui est aussi une réponse à diverses attaques qui visent sa politique à la faculté des lettres de Lyon. En effet, depuis 1883, la faculté propose « un enseignement pédagogique qui groupe les cours et conférences que des instituteurs déjà brevetés, des candidats à la direction et au professorat des écoles normales auraient intérêt à suivre ». Cette initiative s’est attirée les foudres de nombreux universitaires qui considèrent que l’enseignement supérieur n’a pas à se mélanger avec les autres niveaux.

  • 45 Ibid., p. 254.

« Pour beaucoup, je le crains, l’enseignement supérieur a une valeur métaphysique ; à leurs yeux, il ne domine pas seulement les autres enseignements, il n’a rien de commun avec eux, ni chair, ni sang. De là l’indignation des partisans de cette théorie le jour où ils virent pénétrer dans les salles des Facultés des jeunes gens qui venaient du lycée et dont quelques-uns aspiraient à y retourner comme professeurs45. »

  • 46 Ibid., p. 254.

29À cette critique, s’ajoute une volonté élitiste que Charles Bayet condamne. « L’enseignement supérieur serait la prolongation et le perfectionnement de l’enseignement classique, tel qu’il se donne dans les lycées et les collèges. Nul n’entre ici s’il ne veut étudier le grec et le latin, telle est la devise que nous devrions inscrire sur la porte d’entrée de nos bâtiments46. » Cette définition restrictive ferme alors la porte à tous ceux qui ont le goût de l’étude et sont curieux des problèmes contemporains. Charles Bayet s’empresse de défendre l’ouverture des facultés à un public plus large. Il est urgent, dans l’intérêt même du latin et du grec, que l’on cesse de l’imposer comme un pensum à toute la jeunesse. Une organisation sérieuse de l’enseignement secondaire spécial et moderne permettrait d’alléger les classes traditionnelles. « Le professeur pourra alors les faire marcher d’un pas plus rapide et la queue des traînards qui entrave tous ses efforts et lasse son zèle ne comprendra plus comme aujourd’hui les neuf dixièmes de la classe. » Dans le même temps, les élèves issus de l’enseignement moderne, une fois arrivés en faculté, se rendront vite compte que les « langues anciennes sont des instruments de travail que rien ne remplace et ils décideront de leur consacrer du temps ». Fermer les portes des facultés à tous les étudiants qui n’ont pas fait leurs humanités, c’est faire preuve d’une hostilité dangereuse envers toute éducation moderne.

« Un simple instituteur, sans autre ambition que de rester tel, peut avoir intérêt à suivre par exemple quelques leçons d’histoire dans une faculté. Il y constatera que l’histoire est une science […] très difficile, que les opinions qu’il trouve dans les manuels dont il se sert, et que volontiers, il considère comme des dogmes, ne sont que des probabilités. Il s’habituera à mettre plus de réserve dans ses jugements. »

30À cet intérêt scientifique s’ajoute enfin une nécessité politique : « Notre corps enseignant manque d’unité et de concorde ; il se divise en castes qui se jalousent sans raison. » Les opposants à cette ouverture signalent alors qu’en multipliant les cours destinés à la préparation des grades, les facultés finiront par délaisser leur mission fondamentale de recherche scientifique :

« L’enseignement supérieur doit rester, sous peine de s’amoindrir, le foyer de la haute culture, des libres recherches, l’asile des travailleurs qui aiment la science pour la science elle-même et non pas seulement pour le parti qu’on en tire quand on l’enseigne. Il ne doit pas devenir une vaste fabrique avec des rayons spéciaux pour chaque article, professeurs, instituteurs […] où l’État puisse venir s’approvisionner de fonctionnaires au plus juste prix. »

31Charles Bayet s’empresse de réfuter cet argument, montrant que la leçon au milieu des étudiants est un acte scientifique qui permet de faire progresser la réflexion par le débat.

  • 47 Bayet Charles, « L’Enseignement secondaire et la circulaire du 28 mars 1888 », Revue International (...)

32En 1889, il poursuit sa réflexion, s’intéressant cette fois aux collèges et aux lycées dans un article publié par la Revue internationale de l’Enseignement. Il y commente les réponses obtenues par le ministère à la consultation des académies sur les modifications à apporter au régime scolaire des établissements. Une circulaire, « qui a fait du bruit dans l’Université47 », a en effet demandé aux recteurs, le 28 mars 1888, de rassembler les avis des membres de l’Instruction publique sur cette nécessaire réforme. Une commission est ensuite nommée le 12 juillet pour faire la synthèse des rapports, dirigée par Jules Simon. Charles Bayet, dès le début de son article, se déclare partisan d’une réforme radicale, qui ne soit pas une nouvelle réformette, trop prudente comme celles entreprises en 1880 et en 1884. Il apparaît très lucide sur les blocages institutionnels qui empêchent l’Instruction publique de se transformer :

  • 48 Ibid., p. 361.

« Le Conseil supérieur s’était occupé des programmes avec la louable intention de les alléger et de les mieux coordonner. Mais, comme dans cette haute assemblée, toutes les sciences étaient défendues par des représentants attitrés, chacun s’y est montré d’abord disposé à faire des sacrifices aux dépens du prochain ; il a fallu recourir à des compromis […] et finalement les programmes sont sortis de cette épreuve plutôt accrus que diminués48. »

33Il faut trancher et surtout faire appliquer les décisions dans les établissements où les textes officiels sont trop vite rangés dans les boîtes à archives. Les chefs d’établissement préfèrent en effet la routine à l’innovation. Très sévère envers cette catégorie de personnels, Charles Bayet propose un changement dans leur mode de recrutement.

« Comment se fait-il qu’on ne se soit pas encore avisé d’exiger quelque garantie précise de ceux qui ont la tâche lourde et complexe de diriger les établissements d’enseignement secondaire ? J’ai connu des candidats plusieurs fois malheureux aux concours d’agrégation qui, en désespoir de cause […], ont fait leur chemin dans l’administration. Ils auront plus tard la satisfaction de régenter des agrégés. Qu’un professeur soit fatigué d’enseigner, ennuyé de corriger des copies et des compositions, qu’il souffre de la gorge, l’administration lui apparaît comme un refuge providentiel. Pourvu d’un provisorat, il s’y installe en homme désabusé des choses de ce monde et qui n’a plus d’autre ambition que de vivre tranquille. »

34Il serait bien plus raisonnable que les enseignants puissent élire, pour un temps déterminé, leur chef parmi une liste de deux ou trois candidats retenus par le conseil du lycée. Ce chef d’établissement serait obligé d’exercer une autorité partagée avec l’intendant et un secrétaire « intelligent, capable de rédiger, sur ses indications, des rapports et des lettres ». Le proviseur doit être un éducateur, « l’âme de la maison ». Il faut aussi songer à revoir le mode de recrutement des professeurs qui ne fait pas une place assez importante à la formation pédagogique. Les élèves professeurs doivent être formés, recevoir des cours sur l’organisation de l’enseignement, son histoire, son fonctionnement et doivent réaliser des stages dans les classes. Dans le même temps, il faut revoir leur mode d’évaluation car les inspections, très rares, sont aléatoires. Il est urgent, note enfin Charles Bayet, d’alléger les programmes et de songer à réformer le baccalauréat.

« Au terme des études, il faudrait enfin placer une autre porte de sortie que le baccalauréat […]. Les exigences des grandes écoles et l’obsession du baccalauréat empêchent, pour ainsi dire, la jeunesse française de vivre et de respirer […]. Le baccalauréat tue l’enseignement secondaire dans les classes supérieures. À partir de la troisième, la plupart des élèves commencent à y songer ; ils n’écoutent plus le professeur que lorsqu’il les y prépare. Il n’y a point de plan d’études, si merveilleusement élaboré fut-il, qui ne puisse résister à l’action destructrice de ce monstre scolaire. »

  • 49 Ibid., p. 376.

35Le doyen propose alors qu’on réforme l’examen, en tenant compte du travail antérieur49.

  • 50 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Enseignement secondaire : instructions, pro (...)
  • 51 Bayet Charles, « L’enseignement secondaire et le Conseil supérieur de l’Instruction publique », Re (...)

36Le Conseil Supérieur de l’Instruction publique, en 1889-1890, s’appuyant sur les synthèses académiques, réalise une œuvre importante. Les programmes sont modifiés mais aussi la vie disciplinaire des établissements50. C’est sur ces thèmes que le doyen Bayet donne, en 1890, un nouvel article à la Revue Internationale de l’enseignement où il se montre un défenseur résolu de la réforme. « L’organisation de l’enseignement secondaire est un des problèmes les plus graves de notre époque […]. L’ardeur de la discussion […], la diversité des solutions proposées ont prouvé combien il était difficile de s’entendre même sur les principes essentiels, à plus forte raison sur les détails de l’organisation51. »

37La sagesse demande que l’on puisse concilier les deux logiques, en gardant une part importante aux humanités classiques, mais en introduisant progressivement de nouvelles matières plus scientifiques. Commentant les modifications de programmes, le doyen lyonnais s’arrête ensuite sur l’aspect pédagogique de la réforme pour souhaiter que l’enseignement prenne « une forme vivante ». Le cours magistral perpétuel tourne au monologue inutile.

« La leçon, lorsqu’elle est mal entendue, devient le fléau de nos classes […]. Parfois pour obliger à plus d’attention, le professeur dicte son cours alors qu’il ne devrait dicter qu’un sommaire très bref. Cette méthode me paraît détestable. Il serait temps qu’on se pénétrât de cette idée que l’imprimerie a été inventée. Il existe des manuels […]. La leçon aurait alors pour but, non de répéter ce qui se trouve dans le manuel, mais de l’expliquer, de le compléter, de le rectifier […]. Elle pourrait être à la fois plus courte, plus originale et plus fructueuse. On gagnerait du temps pour les interrogations ; or, c’est par l’interrogation que le professeur pénètre dans l’esprit de l’élève […]. On aurait tort d’objecter qu’une pareille méthode s’accorde mal avec la discipline : pour être maître d’une classe, le vrai secret est d’intéresser les élèves, non de les terroriser ni de les endormir. »

38Charles Bayet demande également que l’on utilise les programmes avec souplesse. Ils ne sont là que pour baliser le chemin mais doivent laisser l’enseignant libre de ses choix pédagogiques. « Il importe donc que les proviseurs et les inspecteurs ne les considèrent pas comme des tables de la loi dont on ne saurait s’écarter sans crime. » L’enseignant ne doit pas en arriver « à faire sa classe comme un soldat fait l’exercice, d’une façon passive, machinale, sans y mettre ce qu’on a de meilleur en soi ».

  • 52 Ibid., p. 238.

39La seconde partie de la réflexion de Charles Bayet est consacrée à l’éducation et aux emplois du temps. « Depuis longtemps, on ne s’en était pas assez préoccupé, et nos collèges conservaient, au milieu de tant de révolutions sociales, le caractère semi-monacal, semi-militaire qu’ils tenaient de l’Ancien Régime et du Premier Empire52 » et Charles Bayet demande un assouplissement du régime disciplinaire. C’est par leur influence morale que les maîtres peuvent faire régner la concorde. Il faut cependant bien garder à l’esprit que :

« Le lycée a ses lois comme la société ; qu’on les explique fort bien, mais que jamais on n’en masque le caractère obligatoire. D’ailleurs, si le collège est l’école de la vie, il faut y habituer l’enfant à l’effort, à la discipline […]. L’enfant a besoin d’être conduit. Il ne s’agit donc pas de tout discuter avec l’élève mais de lui montrer ses droits et ses devoirs en conservant la notion du principe d’autorité. »

  • 53 Voir Condette Jean-François, « Les lycéens revendiquent le droit à la parole : la nécessaire réfor (...)

40Le doyen lyonnais se réjouit des nouvelles libertés conquises par les lycéens qui, depuis l’arrêté du 5 juillet 1890, peuvent désormais causer au réfectoire. Le nouveau conseil de discipline, composé du proviseur, du censeur, de cinq professeurs, d’un surveillant général et de deux maîtres répétiteurs élus par leurs collègues, doit prendre une place fondamentale et se réunir tous les trois mois pour prendre connaissance de « l’état moral de l’établissement », pour sanctionner les trublions mais aussi pour récompenser les meilleurs53.

  • 54 Bayet Charles, « L’enseignement secondaire et le conseil supérieur de l’Instruction publique », ar (...)

41La fin de l’article est consacrée à la réforme du baccalauréat. Sa suppression ne réglerait rien car toutes les écoles supérieures s’empresseraient de créer un examen d’entrée mais il faut y faire davantage de place aux disciplines nouvelles. « C’est que si le baccalauréat est un malade, il est plus commode de l’achever que de travailler à sa guérison54. » Il faut surtout le rendre moins aléatoire. Désormais, les admissibles ayant échoué à l’oral jouiront du bénéfice de cette admissibilité l’année suivante. Les élèves seront aussi libres de présenter un livret scolaire qui permettra de montrer leur travail au lycée. L’universitaire lyonnais émet cependant une réserve finale sur la réforme : « Dans une œuvre de ce genre, les rapports, les décrets, les arrêtés ne sont que le point de départ, le mouvement initial de la réforme ; c’est à l’administration de veiller à ce que les chefs de nos établissements l’appliquent, non pas en fonctionnaires d’une bureaucratie, mais en véritables éducateurs. » Moins d’un an plus tard, Charles Bayet, devenu recteur de l’académie de Lille, allait pouvoir œuvrer en ce sens. Il est fort probable aussi que l’échec de sa candidature à la Sorbonne en 1889, sur une chaire d’histoire, l’ait décidé à choisir la voie administrative.

Le recteur Charles Bayet à la tête de l’académie de Lille (1891-1896)

  • 55 Bayet Charles, Discours prononcé à la rentrée solennelle des facultés de Lille, 21-11-1891, Lille, (...)
  • 56 Archives départementales du Nord (AD du Nord), 2 T 105 à 110, Procès-verbaux du conseil académique (...)
  • 57 AD du Nord, 2 T 105, session du conseil académique du 25 juin 1891.

42Si les années 1889-1891 apparaissent comme des années de transition, Charles Bayet s’intéressant de plus en plus aux questions générales d’enseignement, sa nomination comme recteur de l’académie de Lille, par le décret du 3 janvier 1891, constitue à coup sûr une rupture. Il est désormais un administrateur à la tête de l’une des plus lourdes académies de France. Lors de la séance solennelle de rentrée des facultés, le 21 novembre 1891, il insiste cependant sur le lien avec ses anciennes fonctions : « Le seul titre que je puisse invoquer à la confiance de mes collaborateurs est d’avoir enseigné pendant 15 ans dans une faculté et de rester professeur du fond de l’âme. Ils m’honoreront beaucoup et rendront ma tâche plus facile s’ils veulent bien me considérer, avant tout comme un collègue et un ami55. » L’examen des procès-verbaux des deux sessions annuelles du conseil académique montre un Charles Bayet qui consulte beaucoup son entourage, les inspecteurs d’académie, les chefs d’établissement et les universitaires, tout en se gardant la décision finale56. Lors de sa première réunion du conseil académique, il déclare qu’il s’inspirera des méthodes de son prédécesseur, Henri Couat, et « sollicite le concours du conseil académique […], qui est particulièrement précieux pour un recteur qui débute57 ».

  • 58 Voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie de 1808 à 1940, tome 1 : L’évolution d’une fo (...)
  • 59 Voir Condette Jean-François, « Stimuler ou contraindre ? Les recteurs d’académie et l’enseignement (...)

43Lorsque Charles Bayet prend la tête de l’académie septentrionale, en 1891, la fonction rectorale est entrée dans une période de grande stabilité. Après l’épisode délicat des rectorats départementaux, entre 1850 et 1854, la loi du 14 juin 1854 est venue réaffirmer de manière forte les prérogatives de l’État sur les structures scolaires, mettant en place seize grandes académies58. Celle de Douai, dont le siège est transféré à Lille en 1888, compte cinq départements. Outre le Nord et le Pas-de-Calais, le recteur Bayet a autorité sur les Ardennes, l’Aisne et la Somme. La réorganisation de 1854 a aussi modifié les missions du recteur, concentrant ses attributions sur le secondaire et le supérieur, la Troisième République n’apportant pas de modifications majeures, sauf pour renforcer le rôle du recteur dans l’animation de l’enseignement supérieur par la présidence du conseil général des facultés (1885) puis du conseil de l’université (1896)59. Le décret du 22 août 1854, toujours en vigueur en 1891, confirme aussi la perte presque totale des pouvoirs du recteur sur l’enseignement primaire, pouvoirs dévolus aux préfets et aux inspecteurs d’académie. Les attributions du recteur comprennent : « La direction et la surveillance des établissements d’enseignement supérieur ; la direction et la surveillance des établissements publics d’enseignement secondaire ; la surveillance de l’enseignement secondaire libre ; le maintien des méthodes de l’enseignement primaire public (article 17). »

  • 60 Condettte Jean-François, Une Faculté dans l’histoire : la Faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1 (...)
  • 61 AD du Nord, 2T 106, session du conseil académique de juin 1892.

44Charles Bayet passe ainsi de la gestion d’une faculté de vingt-cinq enseignants et de quelques centaines d’étudiants à la direction d’une vaste académie qui compte quatre facultés publiques regroupées depuis 1887 dans la métropole lilloise (Médecine, Sciences, Droit, Lettres). Ces quatre facultés comptent 925 étudiants en 1891-1892 et 1 356 en 1895-189660. Les rapports du conseil académique, en juin 1892, permettent de saisir l’importance du nombre des établissements secondaires61. Le département de l’Aisne compte deux lycées, celui de Saint-Quentin (314 élèves) et celui de Laon (288 élèves) mais aussi trois collèges de garçons (Soissons, Château-Thierry, La Fère), deux collèges de filles (La Fère et Saint-Quentin) et deux cours secondaires de filles (Laon et Soissons) alors qu’il existe aussi six établissements secondaires libres (deux libres et quatre institutions ecclésiastiques). Le département des Ardennes compte un lycée, celui de Charleville (299 élèves) et un collège à Sedan (285 élèves). Des cours secondaires de jeunes filles existent au lycée de Charleville mais aussi à Sedan. Il y a aussi trois institutions libres. Le département du Nord, le plus lourd à gérer, compte quatre lycées : Douai (361 élèves), Lille (646), Tourcoing (262) et Valenciennes (362). Il faut aussi s’occuper de dix collèges communaux (Armentières, Avesnes, Cambrai, Cassel, Le Cateau, Condé, Dunkerque, Maubeuge, Le Quesnoy et Saint-Amand) pour un total de 1 462 élèves. Les villes d’Armentières, de Cambrai, Lille et Valenciennes possèdent aussi un collège de jeunes filles tandis que Dunkerque et Douai ont des cours secondaires féminins. Les établissements libres sont au nombre de vingt-trois dont dix-huit ecclésiastiques pour 4 523 élèves.

45Le département du Pas-de-Calais n’a sur son sol qu’un lycée, celui de Saint-Omer (216 élèves) pour cinq collèges (1 153 élèves : Arras, Béthune, Boulogne-sur-Mer, Calais, Saint-Pol). Les cours secondaires de jeunes filles sont quatre : Arras, Béthune, Calais, Saint-Omer. Il y a aussi dix-sept établissements libres dont quatre laïques et treize ecclésiastiques. Le département de la Somme enfin, comprend le lycée d’Amiens (434 élèves) et deux collèges : Abbeville (216 élèves) et Péronne (75 élèves). Le lycée de jeunes filles d’Amiens et le collège de jeunes filles d’Abbeville complètent le dispositif. On compte aussi sept établissements secondaires libres dont quatre ecclésiastiques et trois laïques. Au total, le recteur Bayet a donc autorité sur 38 établissements secondaires publics et doit surveiller de façon plus lointaine 56 établissements libres.

46Les sessions de juin du conseil académique sont consacrées à l’enseignement secondaire, département par département, avec un rapport très détaillé des inspecteurs d’académie. Les 27 et 28 juin 1892, le conseil examine ainsi la délicate question des frais d’études et de pensions, suite à la circulaire du ministre Léon Bourgeois du 25 septembre 1891 qui demande une enquête sur les conséquences de la hausse des tarifs décidée par le décret du 1er octobre 1887. Charles Bayet a mis son équipe au travail, demandant des rapports complets sur la question aux proviseurs et des synthèses aux inspecteurs d’académie. Après avoir beaucoup discuté, le recteur arrête sa position et écrit une lettre de trois pages au ministre :

  • 62 Archives départementales du Nord, 2 T 106, conseil académique, 27 et 28 juin 1892.

« Je ne puis m’empêcher de reconnaître le bien-fondé des observations qui ont été faites […]. On y prévoyait que le relèvement des tarifs serait défavorable au recrutement des lycées de la région du Nord où le parti clérical attire déjà dans ses écoles la grande majorité des enfants qui se destinent aux études secondaires […]. L’effet a malheureusement justifié ces appréhensions. Sans prétendre que les tarifs soient l’unique cause ni même la cause principale de la diminution des effectifs scolaires, je suis convaincu qu’ils ont été exploités contre nous. Aussi suis-je d’avis, Monsieur le Ministre, qu’il y a lieu de revenir à une rétribution plus modérée62. »

47La session de novembre, quant à elle, est consacrée à l’enseignement supérieur et le recteur Bayet s’y montre très à son aise, demandant constamment des renseignements complémentaires aux doyens. Mais plus qu’un contrôleur d’État, il apparaît comme un conseiller et un avocat de l’université septentrionale qu’il défend auprès du ministère, dans ses demandes de subventions ou de postes supplémentaires. Il soutient ainsi les désirs des facultés qui souhaitent enrichir leur enseignement de disciplines nouvelles, retrouvant un combat qu’il avait déjà livré à Lyon en tant que doyen.

  • 63 Bayet Charles, « Discours introductif », séance de rentrée des facultés de Lille, 21 novembre 1891 (...)

48C’est également lui qui mène à bien les grands travaux de constructions universitaires décidés en 1887 d’un commun accord entre la ville et le ministère. Après de multiples réajustements, les plans sont réalisés le 5 novembre 1891. Le maire de Lille donne son accord le jour même et, le 12 novembre, le ministre de l’Instruction publique, Léon Bourgeois donne son accord définitif. « Ce n’est point trop de quatre années quand il s’agit de se mettre d’accord sur des plans aussi complexes et de donner satisfaction aux exigences fort légitimes de la science sans rompre l’équilibre des crédits prévus. Je tiens à dire à Monsieur Mongy, directeur des travaux municipaux, combien nous lui sommes reconnaissants de l’activité, du sens pratique et de la courtoisie dans cette tâche difficile63. »

  • 64 Voir le détail dans Condette Jean-François, Une Faculté dans l’Histoire…, op. cit., p. 51 et suiv.

49Le recteur participe également aux négociations entre la municipalité et la commission administrative des Hospices de Lille afin d’échanger plusieurs terrains nécessaires aux constructions universitaires. Il suit de près les opérations liées à l’adjudication des travaux lancée par voie d’affiches, le 17 novembre 1891. Une fois les travaux commencés, à la fin de l’année 1891 mais surtout à partir de mars 1892, le recteur Bayet veille personnellement à l’avancée des chantiers. Les travaux se prolongent jusqu’en juin 1895, date de l’inauguration officielle, Charles Bayet étant l’un des principaux organisateurs des grandes fêtes universitaires données à cette occasion et qui accueillent toute l’élite scientifique nationale64.

50Le recteur multiplie les initiatives pour développer les facultés. Il pèse ainsi de tout son poids dans la réorganisation de l’enseignement historique et géographique, appuyant les demandes du conseil de la faculté des lettres. Par un décret du 3 août 1893, il obtient la création d’une chaire spécifique de géographie alors que cette discipline était jusqu’à présent « la servante de l’histoire ». C’est Henri Cons qui obtient la chaire mais il quitte Lille dès 1894. C’est alors Charles Bayet en personne qui sert de recruteur. Lors d’une inspection au lycée de Saint-Quentin, il repère un jeune enseignant, Édouard Ardaillon, ancien normalien qui revient de l’École française d’Athènes. Il passe la journée avec lui et le jeune professeur se retrouve, l’année suivante, chargé des cours de géographie puis professeur titulaire en 1896. L’année 1893 est aussi celle d’une réorganisation profonde de l’enseignement historique. Jules Flammermont devient le titulaire d’une chaire de paléographie du Moyen Âge et d’histoire moderne. Charles Bayet approuve et soutient également la création d’un cours d’histoire des Antiquités grecques et romaines en 1893 confié à Gustave Fougères. Paul Fabre obtient ensuite, par décret du 17 avril 1895, sa nomination dans une chaire spécifique d’histoire du Moyen Âge.

51Le recteur donne aussi un avis favorable à l’implantation à la faculté d’un cours de langue et littérature russes (arrêté du 15 mars 1892) destiné à former les commerçants et industriels qui espèrent tisser des liens avec l’Empire des tsars et obtient la transformation du cours de langue et littérature picardes et wallonnes en une chaire (décret du 30 novembre 1892). Il se transforme donc en un réel défenseur des facultés nordistes, justifiant auprès du ministère, les demandes de crédits et les créations de postes. Une double logique l’anime alors, celle de la diversification disciplinaire avec la création d’enseignements nouveaux, liés souvent à l’originalité de la région, et celle de la spécialisation plus poussée des champs disciplinaires classiques. Il en va de même dans les autres facultés où Charles Bayet se fait, le plus souvent, le défenseur des demandes enseignantes.

52Le recteur est aussi très attentif au sort des étudiants et participe, avec son épouse, aux fêtes et concerts organisés par l’Association générale des étudiants lillois. Il tente d’insuffler dans l’association un esprit de solidarité et de promotion de l’idéal républicain tout en insistant sur sa mission patriotique. Lors de la séance solennelle de rentrée des facultés, en novembre 1891, il avoue sa joie de voir entre de bonnes mains le drapeau confié à l’AGE lilloise par le conseil général des facultés l’année précédente :

  • 65 Bayet Charles, Discours prononcé le 21 novembre 1891, Lille, Danel, 1891, 11 p.

« Récemment, ils l’ont déployé au pied de la statue de Faidherbe. Ce drapeau, qui désormais figurera dans toutes les cérémonies universitaires, rappellera aux étudiants qu’ils sont des soldats, même au jour de paix ; c’est encore combattre pour son pays que de maintenir et d’étendre son patrimoine moral, littéraire et scientifique65. »

  • 66 AD du Nord, 2 T 105, Courriers divers.

53Bienveillant envers les étudiants, le recteur Bayet l’est aussi, le plus souvent, lorsqu’il doit prendre des mesures disciplinaires. Le conseil académique, dans sa séance du 27 juin 1891, doit se prononcer sur une affaire délicate. Un étudiant en lettres a tiré quatre coups de revolver sur sa maîtresse, une prostituée selon les dires des enquêteurs. « Non content de vivre avec elle, il la promenait par la ville, ne prenant même pas le soin de quitter en cette circonstance, les signes extérieurs de sa qualité d’étudiant » (la célèbre faluche). Le conseil académique doit donc statuer sur la mesure à prendre contre cet étudiant qui a déshonoré l’Université. Par une longue lettre du 13 juin, Charles Bayet prend la peine de demander, avant la réunion, l’avis de Louis Liard, directeur de l’Enseignement supérieur. Tout en affirmant la nécessité de sanctionner cet étudiant, auteur d’un terrible scandale qu’il faut aussi condamner fermement pour éviter de trop vives attaques de la « presse cléricale », Charles Bayet propose une réunion rapide du conseil académique afin de juger l’étudiant avant le procès en cour d’assises, ce qui pourrait lui valoir un peu plus de clémence de la part des juges. « C’est presque un enfant. Ce jeune homme, à peine échappé du collège, s’est grisé de sa liberté. Il était très fier […] d’avoir une maîtresse. » Il propose alors la suppression de sa bourse et une interdiction temporaire d’inscription en faculté, ce qu’accepte Louis Liard dans une lettre du 19 juin 189166. Le conseil académique décide cependant, le 27 juin, à la majorité des 2/3, d’exclure à tout jamais cet étudiant des facultés et écoles de la République.

  • 67 Idem., 2 T 107, Lettre de Charles Bayet à Louis Liard du 16 janvier 1893 et réponse de Louis Liard (...)
  • 68 Voir Lille-Université du jeudi 19 janvier 1893 ; Le Réveil du Nord du 18 janvier 1893.

54L’indulgence rectorale ne devient pas faiblesse cependant et Charles Bayet sait aussi se montrer particulièrement sévère, surtout envers certains enseignants lorsqu’il estime qu’ils ne sont pas à la hauteur de leur mission. En 1893, il est ainsi obligé d’entrer dans une querelle interne à la faculté de médecine, les étudiants en profitant pour organiser des chahuts67. Le conseil des professeurs de la faculté connaît depuis plusieurs années, des tensions multiples entre deux clans rivaux. Une partie des enseignants désire la nomination comme professeur de l’un des leurs, Monsieur Combemale. Cette décision ayant été ajournée, on a accusé le recteur d’être contre cette candidature. Charles Bayet doit se justifier : « Je suis loin d’être défavorable à M. Combemale mais j’ai été d’avis que, jeune agrégé, il pouvait attendre sans se trouver lésé et qu’il convenait de le soumettre à une inspection. » Une seconde affaire vient ensuite mettre le feu aux poudres. Un congé de trois mois ayant été accordé, pour raison de santé, à un professeur, la suppléance est d’abord assurée par un jeune agrégé, M. Surmont, précédemment chargé du laboratoire de la clinique. Se référant à un règlement interne à la faculté, un groupe d’enseignants proteste, en déclarant que le service du laboratoire est désorganisé par l’absence de son titulaire lorsqu’il va faire cours. Ces enseignants réussissent alors à faire renvoyer le jeune agrégé et proposent M. Combemale pour le service temporaire de la chaire. Mis au courant de ces tensions, les étudiants prennent fait et cause pour le jeune agrégé68, organisant, deux jours durant, des manifestations. Charles Bayet décide alors de convoquer le doyen et quelques enseignants devant cet « oubli des intérêts généraux ».

55Charles Bayet est aussi parfois très sévère lorsqu’il remplit les avis de notation des personnels. Dans un rapport confidentiel daté du 14 juin 1892, concernant l’un des professeurs d’histoire de la faculté des lettres, Charles Bayet note :

« J’ai assisté cette année à un cours et à une conférence de M. X. La conférence était consacrée à des exercices paléographiques. Les élèves s’en tirent assez bien mais le commentaire au point de vue des institutions est médiocre et le professeur, lui, ne semble pas l’avoir suffisamment préparé. Quant au cours, il est tout à fait mauvais. Il traite de l’histoire des carolingiens de 855 à 859 environ. Aucun plan, aucune méthode, aucune idée, aucune conclusion, point d’appréciations sur les événements et les personnages […]. Une pareille leçon, loin d’être utile aux étudiants, est dangereuse ; elle leur donne un mauvais exemple […]. D’ailleurs Monsieur X fait plutôt fuir les étudiants ; il se montre avec eux rude et désagréable. Tant qu’il sera à la faculté, on ne pourra y organiser comme je le voudrais l’enseignement historique […]. Candidat malheureux sur la liste opposée à l’administration préfectorale et municipale […]. En résumé, gênant à tous les points de vue. »

56Il faut dire aussi que ce professeur avait choisi de traiter l’une de périodes favorites du recteur Bayet qui est aussi très exigeant sur les aptitudes pédagogiques des enseignants.

Les missions d’un directeur au ministère de l’Instruction publique (1896-1914)

57Le 2 juillet 1896, Charles Bayet est nommé à la direction de l’Enseignement primaire, en remplacement de Ferdinand Buisson devenu titulaire de la chaire de Science de l’éducation en Sorbonne après le décès d’Henri Marion. Six ans plus tard, le 26 septembre 1902, il succède à Louis Liard comme directeur de l’Enseignement supérieur. Après quinze ans d’enseignement et six ans d’exercice de la fonction rectorale, Charles Bayet entre pour dix-huit années dans l’administration centrale.

Charles Bayet, directeur de l’Enseignement primaire (1896-1902)

  • 69 Duplan E., « Charles Bayet et la Direction de l’enseignement primaire », Revue Pédagogique, 1919, (...)
  • 70 Bayet Charles, « Introduction », dans Inspection générale du primaire, Rapport sur l’organisation (...)

58Lorsqu’il prend la direction de l’Enseignement primaire, en juillet 1896, « la période d’organisation générale était terminée69 ». Les lois Ferry de 1881 et 1882, la loi Goblet de 1886 ont mis sur pied un enseignement primaire républicain que les lois, décrets et règlements de 1886 et 1887 ont organisé. L’enseignement primaire public a ainsi subi victorieusement l’épreuve de la pratique même s’il reste très combattu par le camp conservateur. Charles Bayet, arrivant après la période créatrice, doit cependant « assurer la bonne marche d’une administration que l’accroissement constant du nombre des établissements, de leur personnel et de leur budget rendait de plus en plus compliquée et laborieuse ». Il s’agit donc pour lui d’améliorer le système sans toucher aux fondements de l’œuvre de Jules Ferry et de Ferdinand Buisson. Rédigeant en 1900 l’introduction du volumineux rapport qu’il a demandé à l’Inspection générale sur L’organisation et la situation de l’enseignement primaire public en France70, Charles Bayet met en avant cet héritage, tout en montrant ce qui reste à accomplir.

Introduction de Charles Bayet à L’organisation et la situation de l’enseignement primaire public en France en 1900
[…]. Quelques difficultés que présente un rapport sur la situation de l’enseignement primaire, nous avons pensé, mes collaborateurs et moi, qu’au seuil d’un siècle nouveau, c’était comme une sorte de devoir de jeter un coup d’œil général sur le chemin parcouru afin de se mieux préparer aux tâches futures […]. La législation de l’enseignement primaire, telle qu’elle s’est constituée depuis vingt ans, à l’aide de nombreux textes de lois, de décrets, d’arrêtés, de circulaires, est, en apparence complexe. Elle présente, en réalité, une très grande unité et toutes les parties s’en tiennent étroitement. Fondée sur les trois principes essentiels et solidaires de l’obligation, de la gratuité et de la laïcité, dont Jules Ferry, dans ses discours de 1881 et de 1882, a établi avec tant de force et d’éloquence, les véritables caractères, elle a organisé toute une série d’institutions scolaires qui se superposent et se complètent, depuis le jour où l’enfant pénètre à l’école maternelle jusqu’à celui où, sorti de l’école primaire supérieure, il entre dans la vie active pour y remplir sa tâche de travailleur et bientôt de citoyen. De l’enseignement, elle a fait un service public ; de l’instituteur, soumis auparavant aux variations des pouvoirs locaux, elle a fait un fonctionnaire de l’État mais en même temps, elle a intéressé, moralement et matériellement, les départements et les communes à ce service public […].
Je n’entrerai point ici dans le détail des réformes qui ont été poursuivies depuis vingt ans, ni dans l’énumération des sommes qui y ont été consacrées […]. Mais ce qui mérite avant tout d’être signalé, c’est la large part que tous nos programmes ont fait à l’éducation du caractère. Lorsque la loi introduisit dans les programmes l’enseignement moral et civique, et lui réserva la place d’honneur, les adversaires de l’enseignement public attaquèrent avec violence cette prétention de parler aux enfants du bien et du devoir, sans distinction de croyances ni de cultes. Même parmi les partisans de nos écoles, beaucoup n’étaient pas sans inquiétude sur les résultats de cette tentative […]. Tous ceux qui ont à diriger les efforts de nos maîtres, inspecteurs généraux, inspecteurs d’académie, inspecteurs de l’enseignement primaire, directeurs et directrices d’écoles normales, se sont attachés à améliorer cet enseignement, à le rendre plus familier et plus concret, afin qu’il pénétrât plus profondément dans le cœur des enfants […]. Le moment est venu de dire qu’on est sorti de la période d’hésitations et de tâtonnements ; que les réserves et les craintes formulées en 1889 ne sont plus de mise ; que l’enseignement moral et civique est donné, avec méthode et avec fruit dans la plupart de nos écoles, et qu’on en peut constater l’influence croissante sur la conduite de nos enfants.
Toutefois, si l’œuvre qui a été accomplie est considérable, ce serait une dangereuse erreur de croire qu’elle est désormais achevée. L’organisation de l’enseignement primaire est arrêtée dans ses traits essentiels, il faut se garder d’y porter une main téméraire, mais des améliorations sont possibles et même nécessaires […]. L’obligation scolaire est inscrite dans la loi, mais la loi n’est pas suffisamment observée. Dans un trop grand nombre d’écoles, la fréquentation est irrégulière. Il importe de rechercher de nouveaux moyens d’action pour assurer l’obligation scolaire.
L’organisation de nos écoles primaires élémentaires est bonne, en pratique comme en théorie : mais, sans changer les matières de leurs programmes, il faut les simplifier sans cesse, afin que l’enseignement soit mieux à la portée de jeunes esprits. Il faut aussi éviter que, dans le cours moyen, les intérêts généraux de la classe et les principes pédagogiques les plus sûrs ne soient sacrifiés à la préparation hâtive du certificat d’études primaires. Le certificat d’études primaires est utile, il serait imprudent de le supprimer, comme on l’a quelquefois proposé, mais il ne doit pas exercer sur la marche générale de l’enseignement une influence excessive. Nos maîtres et nos maîtresses sont zélés ; ils sont fiers des résultats qu’ils obtiennent. Il faut les défendre eux-mêmes contre la tentation de trop apprendre aux enfants ou d’apprendre trop tôt et cette dernière observation s’applique surtout à l’école maternelle. Convient-il de voir des enfants de quatre ans s’escrimer péniblement à lire et à écrire, et goûter avant l’heure toutes les amertumes du pain de la science ? […]
Nous voulons que nos écoles soient des maisons d’éducation autant et plus que des maisons d’instruction. Nous poursuivons la culture générale du caractère et de l’esprit. Mais nous cherchons en même temps à orienter l’enfant vers la vie pratique. De là, l’enseignement agricole, l’enseignement du dessin en vue de l’industrie, l’enseignement de notions maritimes. D’autres innovations sont possibles et nécessaires. Il en est une surtout qui est urgente. Dans les écoles de filles, on apprend la couture ; on donne aussi quelques notions d’économie domestique. Mais ces notions sont encore trop théoriques. Il faudrait que graduellement, dans la plupart de nos écoles de filles, l’éducation ménagère vînt occuper la place à laquelle elle a droit […]. De cette modeste réforme peut sortir beaucoup de bien social, et ce sera certainement un des meilleurs moyens de lutter contre l’alcoolisme que de former dans la classe ouvrière, de bonnes ménagères qui sachent bien tenir leur petit logis, le rendre propre, gai et attrayant, faire que le travailleur aime à y rentrer et à y rester. Contre l’alcoolisme d’ailleurs nous devons tourner courageusement tous les efforts de nos maîtres. Les notions antialcooliques ont pris place depuis trois ans dans nos programmes ; les instituteurs doivent s’attacher à les faire pénétrer profondément en leur donnant une forme simple et familière […]. L’éducation physique a pris une place dans nos programmes depuis la loi de 1882. Sur ce point, comme sur d’autres, le progrès est indéniable. Il faut cependant que le souci de cette éducation pénètre jusque dans les plus modestes écoles : le pays réclame des jeunes gens qui aient à la fois le corps valide et l’âme bien trempée […].
L’enseignement primaire supérieur n’a existé longtemps qu’en théorie, la Troisième République lui a donné son existence réelle. Les résultats obtenus en quelques années ont suffisamment démontré quelle en était la valeur. D’autre part, les étrangers qui en ont étudié l’organisation ont loué le soin avec lequel nous nous étions efforcés d’unir la culture générale et la préparation professionnelle […]. Cet enseignement primaire supérieur est un organe nécessaire dans une démocratie intelligente et laborieuse. Mais il reste encore beaucoup à faire.

59Durant ces six années passées à la tête de l’Enseignement primaire, Charles Bayet concentre en fait ses efforts sur un certain nombre de points que l’on peut schématiquement regrouper autour de six axes.

  • 71 Revue Pédagogique, année 1898, « L’enseignement agricole à l’école primaire », p. 26-33 ; voir aus (...)

60● Il désire tout d’abord améliorer l’ancrage de l’enseignement primaire dans la réalité spécifique de chaque région. Si l’enseignement des notions d’agriculture avait déjà été inscrit dans les programmes des écoles rurales dès 1887, les instituteurs n’avaient cependant pas reçu d’indications précises sur l’organisation de cet enseignement. Par les instructions ministérielles du 4 janvier 1897, puis par les deux circulaires du 26 avril et 12 mai 1898, réalisées en collaboration avec le ministère de l’Agriculture, Charles Bayet précise les choses en insistant sur le caractère simple, familier et expérimental des exercices. Il s’agit certes « d’initier les élèves à l’étude de l’agriculture » mais aussi de « les attacher aux champs trop délaissés aujourd’hui71 ». Il est « inutile de surcharger leur mémoire et leur intelligence par l’étude détaillée des progrès récents que la science a réalisés dans les procédés agricoles […]. Par des leçons habilement graduées, il s’appliquera à rendre intelligibles aux fils de paysans, futurs agriculteurs, les causes qui président aux phénomènes de la vie des champs ». Cet enseignement doit donc être essentiellement pratique et partir de choses observées. L’arrêté du 20 septembre 1898 détermine ensuite le programme des cours spéciaux de leçons de choses en rapport avec la profession de marin, pour les écoles situées sur le littoral. Par un arrêté et une circulaire du 23 septembre 1898, il réforme également les programmes des travaux manuels dans les écoles normales et les écoles primaires de filles afin de diminuer l’importance des petits travaux (pliage, modelage) et de promouvoir la couture.

  • 72 Voir la Revue pédagogique de l’année 1895 par exemple, « Manifeste de l’association pour la simpli (...)
  • 73 Bulletin administratif de l’Instruction publique, 18 août 1900, p. 385-394.

61● Le second champ de réformes concerne un nécessaire allégement des programmes des écoles normales primaires qui apparaissent trop denses mais aussi parfois incomplets. Par les arrêtés des 21 novembre et 10 décembre 1900, deux commissions sont instituées qui doivent étudier la révision des programmes en lettres et en sciences. Ces commissions composées d’inspecteurs généraux et de professeurs des écoles normales supérieures de Saint-Cloud et de Fontenay, multiplient les réunions de travail au cours des années 1901 et 1902. Charles Bayet prend d’ailleurs une place importante dans les débats, pour modérer les plans trop ambitieux d’études. C’est cependant son successeur qui devait achever le travail et mettre en place la réforme. Le directeur Bayet accorde également un intérêt certain aux travaux de la Société de réforme orthographique, qui demande « une évolution sans révolution, une œuvre de science et de bon sens72 ». Une commission, chargée de préparer la simplification de l’enseignement de la syntaxe française enseignée dans les écoles primaires et secondaires, est mise sur pied en janvier 1900 qui réalise un gros travail de proposition, retranchant tout ce qui paraît peu clair. Le ministre Georges Leygues, par l’arrêté du 31 juillet 1900, rend opérationnelle cette simplification de la syntaxe dans les écoles. « Dans les examens et concours […], il ne sera pas compté de fautes aux candidats pour avoir usé des tolérances indiquées dans la liste annexée au présent arrêté73. » Suivent alors neuf pages de simplifications admises, comportant de nombreux exemples explicatifs.

  • 74 Duplan E., « Charles Bayet et la Direction de l’enseignement primaire », article cité, p. 164.
  • 75 Gréard Octave, La législation de l’Instruction primaire en France, op. cit., tome 6, décret du 28 (...)

62● Le troisième champ d’investigation du directeur concerne les écoles primaires supérieures auxquelles il s’était déjà intéressé à la tête de l’académie de Lille. Devant l’afflux des demandes d’entrée dans ces classes, il apparaît urgent de réagir. « Trop d’enfants se présentaient dans les écoles primaires supérieures et les cours complémentaires sans posséder l’instruction élémentaire indispensable pour en suivre, avec profit, les programmes. Il pouvait en résulter un abaissement du niveau de leurs études74. » Un décret daté du 28 janvier 1897 décide qu’aucun élève ne peut plus être admis dans les EPS ou les cours complémentaires à moins de posséder le certificat d’études primaires élémentaires et d’avoir suivi, pendant une année, le cours supérieur d’une école primaire élémentaire75. Un arrêté du 9 décembre 1901 fixe ensuite à quinze ans l’âge minimum auquel les candidats au certificat d’études primaires supérieures peuvent être admis à s’y présenter.

63● Charles Bayet agit aussi, c’est le quatrième point, afin de revaloriser la carrière des instituteurs. S’il ne réussit pas à obtenir de moyens financiers conséquents, permettant d’augmenter les traitements, il ouvre, pour les meilleurs, des perspectives dans l’évolution des carrières. Une disposition libérale insérée dans le décret du 31 juillet 1897 permet aux instituteurs possédant le brevet supérieur et comptant dix années de services de se présenter à l’examen du certificat d’aptitude à l’inspection de l’enseignement primaire, sans être pourvus du certificat d’aptitude au professorat des écoles normales, précédemment exigé.

  • 76 Voir Schroeder-Gudehus Brigitte et Rasmussen Anne, Les fastes du progrès ; le guide des exposition (...)
  • 77 Duplan E., « Charles Bayet et la Direction de l’enseignement primaire », art. cit., p. 165.

64● C’est également Charles Bayet qui a la lourde charge de préparer la participation des établissements de l’enseignement primaire public76 à la grande exposition universelle de Paris de 1900. « Cette participation, organisée avec beaucoup de soin, très bien présentée, obtint un succès considérable77. » L’enseignement et l’éducation composent le premier des dix-huit groupes thématiques, subdivisé en six classes, l’éducation de l’enfant et l’enseignement primaire étant la première. L’ensemble de l’exposition du ministère de l’Instruction publique concernant le primaire couvre, en 1900, une surface d’un millier de mètres carrés au premier étage du palais du Champ de Mars.

  • 78 Voir Gréard Octave, La législation de l’enseignement primaire…, op. cit., p. 840 à 852.
  • 79 Pierre A., « L’exposition du Ministère de l’Instruction publique-classe 1 » (la description de cet (...)

65Par une instruction générale très précise, datant du 9 décembre 1898 et adressée aux recteurs78, Charles Bayet fixe les règles de la future exposition et lance un appel d’offres. « Les demandes ont afflué de part et d’autre et souvent elles ont dû être considérablement réduites, faute de place79. » Charles Bayet et ses collaborateurs ont surtout voulu présenter au public un panorama complet en divisant leur présentation en six rubriques : les écoles maternelles, les écoles primaires élémentaires, les écoles primaires supérieures de garçons et de filles et les écoles professionnelles, les écoles normales, les œuvres complémentaires de l’école et enfin l’administration centrale et l’inspection. Une triple sélection des propositions est opérée.

  • 80 Ibid., p. 2-3.

« Pour les cinq premières sections (toutes sauf l’administration centrale), les inspecteurs d’académie étaient invités à réunir des travaux d’élèves et de maîtres, des monographies, des plans et des photographies permettant de représenter un ou deux types pour chaque section : une commission départementale faisait une première sélection. L’envoi de chaque département au chef-lieu du ressort académique était ensuite soumis à l’examen d’une autre commission présidée par le recteur et qui avait pour mandat de choisir, dans l’ensemble des envois, les objets permettant de représenter un type, deux au plus, de chaque catégorie d’établissement […]. Les envois de chaque académie ont été réunis dans un local loué à cet effet, rue de la Comète à Paris. L’ensemble, formant plus de huit cents caisses, a été soigneusement déballé, classé par sections et soumis à une commission ministérielle répartie en cinq sous-commissions qui ont fonctionné quotidiennement pendant plus de deux mois80. »

  • 81 Ibid., p. 58.

66L’ensemble se veut pédagogique avec la présentation de classes modèles, de collections photographiques, de travaux d’élèves, de plans d’écoles. Les documents statistiques et les présentations d’objets de la vie quotidienne des élèves sont aussi utilisés. Les travaux de maîtres n’ont pas été oubliés, qui présentent des monographies communales, des mémoires sur des questions pédagogiques ou des collections d’appareils et d’objets servant à animer la classe. Le spectateur ne peut donc ressortir de cette section de l’exposition universelle que rassuré sur le devenir de la jeunesse française. « C’est assez pour mettre fin une fois pour toutes à la légende ridicule de la faillite de l’école laïque81. »

  • 82 Voir Sournia Jean-Charles, Histoire de l’alcoolisme, Paris, Flammarion, 1986, 323 p. ; Nourrisson (...)
  • 83 Gréard Octave, La législation de l’Instruction primaire en France…, op. cit., « Circulaire relativ (...)

67● On doit enfin, c’est le sixième point, au directeur de l’enseignement primaire, une volonté farouche de renforcer l’enseignement de la morale mais aussi et surtout la mise en œuvre d’une campagne de lutte antialcoolique de grande ampleur dans les écoles82. Il demande aux inspecteurs généraux et aux inspecteurs d’académie de donner des directives précises aux instituteurs, lors de leurs tournées, au sujet des leçons de morale qui doivent absolument s’inscrire dans la vie quotidienne des élèves et éviter de se transformer en sermon artificiel. Quant à l’enseignement antialcoolique, il répond aux préoccupations de tous ceux qui s’effrayent des ravages grandissants de l’alcoolisme dans le pays. Une commission de spécialistes comprenant des universitaires, des membres de l’administration et des personnalités de l’Académie de Médecine avait été désignée, présidée par Octave Gréard en 1896, à la demande expresse de son prédécesseur, Ferdinand Buisson, dans le but de définir les objectifs et le programme de ce nouvel enseignement. C’est cependant Charles Bayet qui le met en œuvre, ne ménageant pas sa peine pour expliquer en expliquer les enjeux. La circulaire du 9 mars 1897 définit ainsi de façon très précise les programmes, les objectifs et les méthodes à employer pour toucher le public des écoles et leur famille83.

  • 84 Revue pédagogique, janvier-juin 1899, « Charles Bayet au congrès international contre l’alcoolisme (...)

68Prononçant le discours d’ouverture du congrès international contre l’alcoolisme au début de l’année 1899, il insiste sur ce combat, commençant par décrire les ravages multiples de l’alcoolisme sur les individus, leurs familles et leurs enfants. Source de violence, de « ruine des familles », il est aussi l’une des grandes causes de la criminalité. « Les enfants d’alcooliques, victimes des excès des parents, portent dans leur sein, un poison dont le médecin est impuissant à arrêter les effets ; c’est parmi eux que se recrute, pour la plus grande partie, cette foule toujours croissante des enfants rachitiques, dégénérés, des gâteux, des hystériques, des épileptiques qui envahit nos hôpitaux, nos maisons de santé84. » Le combat est alors engagé et les instituteurs doivent faire preuve d’esprit d’initiative. L’enseignement ménager doit également être fortement stimulé.

« Il est un de nos plus précieux auxiliaires dans la lutte contre l’alcoolisme. Il ne faut pas croire que, quand l’ouvrier va pour la première et la seconde fois au cabaret, ce soit en général l’attrait de l’alcool qui l’y conduise. Pourquoi y va-t-il ? Parce que le cabaret représente pour lui comme une sorte de salon […]. Il va y retrouver ses compagnons, il va causer avec eux et il abandonne le logis qui, trop souvent, est misérable et mal tenu. »

69En apprenant aux jeunes filles, dès l’école, l’art de cuisiner mais aussi de tenir son logis, de le rendre accueillant, un pas essentiel sera accompli dans cette lutte. « Quand l’ouvrier, rentrant le soir, trouvera la table bien mise, qu’on lui servira de bonnes soupes, que ce logis l’entourera d’affection et de gaieté, je suis convaincu qu’il n’aura plus aussi souvent la tentation de s’arracher à sa femme et à ses enfants pour aller boire au cabaret. »

  • 85 Pellisson Maurice, « Première campagne anti-alcoolique », dans la Revue Pédagogique, 1899, tome 1, (...)
  • 86 Ibid., p. 41.
  • 87 Revue pédagogique, juillet-décembre 1901, « L’enseignement antialcoolique », p. 235-248.
  • 88 Des ouvrages sont alors publiés pour aider les instituteurs à éduquer les enfants à cette question (...)

70La lutte semble cependant difficile et le bilan dressé par les recteurs, un an après la première campagne, en avril 1898 est mitigé85. Certes, des cours sont organisés dans les écoles normales pour les futurs maîtres, qui s’appuient à la fois sur la chimie organique, l’hygiène et l’économie domestique. Dans les classes, les instituteurs ont aussi participé à ce combat patriotique mais « avec retenue, ne voulant pas froisser […]. En ce qui concerne les résultats obtenus, recteurs et inspecteurs d’académie se tiennent sur une très grande réserve. Ils estiment qu’il serait prématuré de se prononcer sur les effets d’une campagne commencée depuis un an à peine […]. Dans les œuvres d’éducation, les résultats sont toujours à lointaine échéance86 ». Une nouvelle circulaire du 11 novembre 1900, tout en constatant les efforts accomplis, revient alors à la charge pour demander une accentuation des actions. Il faut « battre en brèche les préjugés, à savoir que l’alcool nourrit, fortifie ou réchauffe […] et réfuter les vieux dictons87 ». C’est là un travail de longue haleine que le directeur de l’enseignement primaire semble suivre avec un intérêt tout particulier88.

71Les six années passées à la tête de l’Enseignement primaire sont donc riches en interventions multiples pour l’ancien historien de la faculté lyonnaise qui fait une nouvelle fois la preuve, sur certains points, de sa modernité, soutenant les projets de réformes et de simplification des programmes. Sa vision de l’ordre social reste cependant très conservatrice, que ce soit au niveau du rôle attribué à l’enseignement féminin et plus largement au statut de la femme dans la société, ou en ce qui concerne la mission première de l’enseignement primaire qui est d’éduquer les enfants du peuple et de leur fournir un bagage minimum, sans les faire sortir de leur condition première en leur ouvrant les portes d’un possible enseignement secondaire. L’école primaire reste une fin en soi, un cycle scolaire complet qui ne doit pas, sauf pour quelques enfants d’élite, déboucher sur une poursuite d’études.

Charles Bayet, directeur de l’Enseignement supérieur (1902-1914)

  • 89 Voir Verger Jacques (dir.), Histoire des universités en France, op. cit., p. 323-365.

72Le 26 septembre 1902, Charles Bayet succède à Louis Liard comme directeur de l’Enseignement supérieur. La retraite d’Octave Gréard vient en effet de libérer le poste de vice-recteur de l’académie de Paris, qui est attribué à Louis Liard. Ici aussi, les années majeures de la réforme en profondeur sont passées et les multiples décisions prises par Louis Liard ont rénové la vie des facultés de manière considérable89. Charles Bayet doit alors, entre 1902 et 1914, opérer les ajustements nécessaires et poursuivre l’œuvre de modernisation, sans remettre en cause les fondements de la politique antérieure. Il est ainsi un continuateur plus qu’un créateur mais fait preuve de beaucoup de détermination dans sa volonté de mener à terme les projets de réformes qui lui tiennent à cœur.

  • 90 Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, Paris, A. Dela (...)
  • 91 Ibid., Voir le rapport et l’arrêté du 1er août 1905 sur la licence de droit, (p. 752-760). Voir au (...)
  • 92 Ibid., tome 6, Loi du 21 mars 1905 sur le recrutement de l’armée (réduction du service militaire à (...)

73Il veille à la modernisation progressive des examens et des concours, question sensible s’il en est, souvent contestée par les étudiants. Il participe ainsi à la réorganisation de l’agrégation des facultés de médecine et de pharmacie90, révise le diplôme de chirurgien-dentiste et les diplômes de licence de droit91. Il porte aussi une attention particulière aux facultés académiques et travaille à la généralisation du diplôme d’études supérieures pour tous les candidats à l’agrégation des facultés des lettres et de sciences, n’oubliant pas la nécessaire réforme de la licence. Dans le même temps, il doit aussi tenir compte des lois militaires de 1905 et de 1913 qui modifient, pour les étudiants, les conditions de l’obtention des sursis et donc forcément la capacité à poursuivre des études92.

74Charles Bayet consacre, en fait, beaucoup de temps à la modernisation des cycles d’études dans les facultés des lettres et des sciences. L’arrêté du 18 juin 1904 oblige les candidats à l’agrégation d’être titulaires du diplôme d’études approfondi (DES). Ce sont les historiens-géographes qui, entre 1886 et 1894, avaient testé ce nouveau diplôme, resté facultatif, ancêtre de la maîtrise. L’étudiant devait réaliser un mémoire sur un sujet original et suivre de nombreux cours de méthodologie, tout en approfondissant ses connaissances. Un arrêté du 28 juillet 1894 avait ensuite rendu ce diplôme obligatoire pour tout candidat à l’agrégation en histoire-géographie. Ce que Charles Bayet décide, par l’arrêté du 18 juin 1904, c’est d’étendre aux autres disciplines littéraires et aux études de sciences cette condition qui a le grand mérite de permettre un allégement des épreuves du concours d’agrégation, la vérification des aptitudes scientifiques des candidats étant désormais certifiée par cette année de DES.

  • 93 Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur…, op. cit., p. 1 (...)
  • 94 Ibid., tome 6, p. 1007-1012 sur la réforme de la licence ès lettres.

75La réforme de la licence lui apparaît également fondamentale. Une première tentative avait déjà été faite par le décret du 25 décembre 1880, qui spécialisait un peu cet examen longtemps très généraliste et uniforme, centré sur les humanités classiques et non sur une discipline scientifique dominante. « Ce fut un compromis entre la tradition et l’esprit d’innovation, entre ceux qui désiraient le maintien de la licence unique et scolaire et ceux qui voulaient y faire place aux spécialités et rendre les études plus méthodiques et plus scientifiques93. » On avait alors décidé de conserver des épreuves communes obligatoires (composition latine, composition française, explications grecque, latine et française à l’oral) mais le candidat devait aussi préparer des épreuves spéciales selon son option (lettres, philosophie, histoire/géographie, langues vivantes). Par le décret relatif à la licence ès lettres94 du 8 juillet 1907, Charles Bayet pousse la spécialisation beaucoup plus loin, supprimant ce régime hybride. La licence devient un examen spécialisé dans une branche du savoir. Mais les réformateurs décident cependant de conserver une épreuve générale qui puisse attester de la connaissance de la langue latine, « outil de travail indispensable » et qui prend la forme d’une version latine. Ce verrou du latin ne devait disparaître qu’en 1920, lorsqu’une nouvelle réforme spécialisa de façon définitive la licence avec l’adoption d’un système par certificats.

  • 95 Ibid., Rapport et décret portant réorganisation de l’École normale supérieure, 10 novembre 1903, p (...)
  • 96 Ibid., p. 549.
  • 97 Voir Albertini Pierre, « La réforme de 1903 : un assassinat manqué ? » dans Sirinelli Jean-Françoi (...)

76Charles Bayet doit aussi gérer la délicate affaire du rattachement de l’École normale supérieure à la Sorbonne. Le rapport au Président de la République puis le décret portant réorganisation de l’École normale supérieure95, datés du 10 novembre 1903, décident en effet de limiter considérablement l’autonomie de l’École afin de mettre fin au « dualisme de l’Université de Paris et de l’École normale qui est sans objet et même dangereux96 ». Créée pour former une élite enseignante à la fois préparée scientifiquement et pédagogiquement, l’ENS a « dévié de ce but pour devenir presque exclusivement une école de haute culture scientifique ». La modernisation de la Sorbonne a accru le prestige scientifique de celle-ci et les deux institutions n’ont plus de raison de vivre isolément. La place de l’École est désormais dans l’Université de Paris. S’il faut garder à la Rue d’Ulm une réelle autonomie, pour ce qui est de son concours de recrutement et de son mode de fonctionnement, il est cependant nécessaire d’unifier l’ensemble. Il n’y a surtout aucune raison qu’elle dispose d’un personnel enseignant spécifique, qui parfois fait double emploi avec celui de l’université. On décide donc la « fusion du personnel des facultés et de l’École normale ». Cette décision, on le devine, devait accroître pour un temps les tensions entre les deux institutions97.

  • 98 Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, op. cit., tome (...)
  • 99 Ibid., « Projet de loi constituant les écoles d’enseignement supérieur d’Alger », Exposé des motif (...)
  • 100 Ibid., p. 122.

77Charles Bayet semble aussi avoir accordé beaucoup d’attention à la question de la transformation des écoles d’enseignement supérieur d’Alger en une université. Un travail préparatoire est commandé par le directeur de l’Enseignement supérieur avec la mise en place d’une commission chargée d’étudier les avantages et les inconvénients d’une telle évolution, en tenant compte de la spécificité de l’implantation en terre française d’Algérie98. En 1907-1908, l’enseignement supérieur en Algérie comprend quatre écoles préparatoires. L’école de médecine est la plus ancienne puisqu’elle date de 1857 alors que les trois autres (droit, sciences et lettres) ne sont apparues qu’en 1879-1880. C’est en effet la loi du 20 décembre 1879 qui fonde ces institutions qui sont ensuite organisées par le décret du 5 juin 1880. Les quatre écoles supérieures99, qui regroupaient 30 étudiants au 15 janvier 1880, en comptent désormais 1 605 en 1909. Après la venue d’une première commission d’enquête en 1906, une seconde vient en Algérie en 1908. Elle comprend le sénateur Boudenoot, le député Chailley et quatre membres du Comité consultatif de l’Enseignement supérieur : Liard (vice-recteur de l’académie de Paris), Appell (doyen de la faculté des sciences de Paris), Berthélemy (professeur à la faculté de droit de Paris) et Bayet (directeur de l’Enseignement supérieur). « La commission a passé, au printemps de 1908, deux semaines en Algérie, visité les installations des écoles, assisté aux cours et aux exercices ; elle a longuement conféré avec M. le Gouverneur général, avec les représentants des Délégations financières, avec les professeurs100. »

  • 101 Ibid., Décret du 4 janvier 1910, p. 157-158.

78La loi du 30 décembre 1909, qui transforme les écoles d’Alger en facultés et les fédère en une réelle université, est préparée avec extrêmement de soin. La spécificité de l’Algérie entraîne ici des règles financières différentes, avec la prise en compte du budget spécial de l’Algérie et du rôle des Délégations financières. Le décret du 4 janvier 1910 vient ensuite organiser dans le détail l’enseignement au sein des facultés d’Alger en fixant le nombre et l’intitulé des chaires101. Charles Bayet ne ménage donc pas plus sa peine et son énergie à la tête de l’Enseignement supérieur qu’il ne l’avait fait à la direction de l’Enseignement primaire. Là encore, il poursuit son travail avec persévérance, en restant fidèle à ses idées sur la nécessaire modernisation des structures de l’Instruction publique. S’il est davantage un continuateur qu’un créateur, complétant l’œuvre de Ferdinand Buisson puis celle de Louis Liard, il réussit par deux fois à assurer une bien lourde succession, ne se contentant jamais de gérer l’ordinaire. Par de multiples retouches qui ne sont pas que de détails, il travaille ainsi à faire entrer le système éducatif français dans le XXe siècle.

Mourir pour la Patrie en guerre mondiale (1914-1918)

79Il n’est cependant pas possible au retraité Charles Bayet, qui cesse ses fonctions à l’été 1914, de contempler longuement son œuvre avec la satisfaction du devoir accompli. À peine déchargé de ses fonctions administratives, il se retrouve plongé dans l’horreur d’une tourmente guerrière, qui le ramène à ses années de jeunesse, dans une sorte de quadrature du cercle particulièrement tragique. Lui qui a tant apprécié le modèle universitaire allemand, se référant souvent aux travaux et aux techniques d’Outre-Rhin, prend alors conscience de ses illusions sur le progrès de l’Humanité et la marche vers le progrès par l’éducation généralisée.

80S’il ne transige pas sur son patriotisme, Charles Bayet n’est en rien, de 1871 à 1914, un « va-t-en-guerre », clamant constamment la nécessité de la revanche. Si la perte de l’Alsace-Lorraine est une injustice fondamentale, si la France doit devenir la puissance dominante en Europe, par le rayonnement de sa culture et de ses valeurs humanistes, si la nation française est l’incarnation de la démocratie et de la liberté, ce n’est pas une raison pour exiger le retour de la guerre. Par l’éducation des peuples, par la diffusion de la Raison et de l’esprit critique, il doit être possible de faire marcher l’humanité vers le progrès. Il faut certes se préparer à la guerre et posséder une armée forte, mais avec l’espoir qu’il sera inutile de l’utiliser. Lorsque les élites universitaires françaises et de nombreuses délégations étrangères viennent à Lille, en mai 1907, pour participer aux fêtes qui marquent l’inauguration de la maison des étudiants, alors que se tient aussi le congrès constitutif de l’Union nationale des Associations d’Étudiants de France, Charles Bayet, déclare :

  • 102 Collectif, « Les fêtes universitaires de Lille », Revue internationale de l’Enseignement, janvier- (...)

« Je vous félicite et, au nom du ministre, je souhaite cordialement la bienvenue à ces amis qui sont venus de tous les pays. On parle parfois de paix universelle. Je suis un peu vieux pour ces beaux rêves et je ne sais pas si l’humanité verra jamais luire l’aurore de la paix universelle, mais ce que je sais, c’est que ces universités répandues à travers le monde, où partout on recherche avec la même ardeur, la même loyauté, la vérité par la science, font plus pour établir la concorde entre les nations que l’habileté des diplomates ; je salue avec confiance les générations qui y grandissent dans un sentiment toujours plus chaud et éclairé de la solidarité humaine102. »

81Charles Bayet partage ici, avec de nombreux universitaires, un patriotisme pacifique qui le fait longtemps croire à la supériorité évidente et à la victoire inéluctable de la solution raisonnée. Pierre Benoit, en 1932, revenant sur le choc de l’ordre de mobilisation générale du 1er août 1914, se souvient de l’attitude de Charles Bayet et de ses terribles désillusions :

  • 103 AD du Nord, 31 J 115, L’Écho du Nord du 26 novembre 1932, article de Pierre Benoit.

« Le directeur de l’Enseignement supérieur réussit à obtenir de ses employés qu’avant de se disperser, ils lui accordassent quelques minutes […]. Là, il leur parla en des termes dont les moins sensibles demeurèrent bouleversés. Toute ma vie, dit-il, j’ai cru à l’Allemagne ; je lui ai fait confiance ; j’ai admiré ses penseurs et prôné ses méthodes scientifiques. J’étais de bonne foi, sans doute. Mais la bonne foi ne saurait être une excuse suffisante pour ceux qui ont sollicité et détenu le redoutable privilège d’éclairer et de prémunir les générations, si bien qu’en cet instant tragique, je sens que dans une certaine mesure, j’ai failli à mon devoir. Je vous en demande pardon103. »

  • 104 Annuaire de l’École normale supérieure, tome 1919, « Charles Bayet : Notice nécrologique », p. 33 (...)
  • 105 Revue Universitaire, 1915, tome 2.
  • 106 Revue Universitaire, 1916, tome 2, p. 87.

82La fêlure est donc particulièrement profonde chez cet homme de 65 ans, qui décide alors de s’engager, reprenant le galon qu’il avait obtenu en 1871. Affecté au 95e régiment d’infanterie, il passe trois mois au Bois-le-Prêtre, se montrant « impatient d’aller là où grondait le canon, intrépide sous les avalanches d’obus, méprisant le danger, cherchant à le faire éviter aux autres104 ». La Revue Universitaire relève d’ailleurs par deux fois son attitude exemplaire. En 1915, elle signale que « le directeur honoraire de l’Enseignement supérieur, engagé volontaire, réintégré dans les cadres pour la durée de la guerre avec le grade de sous-lieutenant, vient d’être promu lieutenant sur le front105 ». En 1916, la même revue note dans son livre d’or : « Engagé volontaire en 1914 à l’âge de 66 ans, comme il l’avait été à 22 ans, a donné un bel exemple de courage au cours des nombreux bombardements de Pont-à-Mousson, en particulier le 12 septembre 1915106. » Au début de l’année 1915, fatigué et malade, il devient l’adjoint du colonel commandant la place de Pont-à-Mousson.

83Le 7 avril 1915, Charles Bayet, qui désire voir son fils Jean, mobilisé, se rend à Bois-le-Prêtre. L’attaque étant éminente, il ne peut le voir et doit attendre anxieusement toute la nuit. C’est le matin, du 8 avril qu’il apprend le décès de son fils. Jean, né à Lyon le 25 janvier 1882, avait fait de brillantes études au lycée de Lille puis à Louis-le-Grand. Licencié en philosophie (1901), licencié en droit (1902), possesseur du diplôme de l’École libre des sciences politiques, il était entré comme rédacteur au sous-secrétariat des Beaux-Arts, décevant quelque peu son père qui le croyait destiné à une brillante carrière universitaire. Docteur en 1908 avec une thèse sur La Société des auteurs et compositeurs dramatiques, il donne ensuite de brillants articles à la Nouvelle revue et à L’illustration. Attaché à la Section des monuments historiques, il travaille sur l’histoire de l’art et publie en 1910 un ouvrage sur Les édifices religieux puis, en 1911, un ouvrage sur L’Égypte. Mobilisé en août 1914, à l’âge de 22 ans, il avait refusé toute affectation à l’arrière.

  • 107 Escholier Raymond, « Jean Bayet » dans Collectif, Anthologie des écrivains morts à la guerre (1914 (...)

« Lieutenant au 356e régiment d’infanterie, il part le premier jour de la mobilisation. Dès le 8 août, il est dans cette Lorraine qu’il ne quittera plus […]. Le régiment est ensuite appelé à organiser la défense d’un bois voisin. Lui-même est nommé au commandement de la compagnie et fait fonction de capitaine. Depuis le commencement d’octobre 1914 jusqu’à la fin mars de mars 1915, sauf un mois de repos, il vit dans ce bois où sa compagnie est à un poste d’honneur, en lisière, à 300 mètres d’un pauvre village incendié qu’occupe l’ennemi. Hirsute, déguenillé mais toujours de bonne humeur, il partage la vie de ses hommes […]. Le 31 mars, le bataillon quitte ce bois qu’il avait si longuement occupé et défendu […]. Quelques jours après, il est en première ligne, à l’endroit le plus dangereux du Bois-Le-Prêtre. Le 7 avril, à cinq heures du soir, la compagnie qu’il commande est désignée pour prendre d’assaut les positions allemandes. Il bondit hors de la tranchée, entraînant ses hommes ; il fait une vingtaine de pas en terrain découvert pour gagner, sous le feu de l’ennemi, une ligne de sacs de terre ; là tout le monde couché avant un nouveau bond, il reçoit l’ordre de se mettre en liaison avec une compagnie voisine. Il veut l’exécuter lui-même, ne point exposer d’autre vie que la sienne, il se redresse. Aussitôt, atteint d’une balle à la tempe gauche, il tombe sans un mot […]. La lutte fut si acharnée que ce fut seulement la seconde nuit après sa mort qu’on put dégager son corps107. »

  • 108 Voir Ducasse André, Balkans 1914-1918 : dans le chaudron du diable, Paris, Robert Laffont, 1964, 2 (...)
  • 109 Voir Miquel Pierre, Les poilus d’Orient, Paris, Fayard, 1998, 349 p. Les soldats d’Orient eurent u (...)
  • 110 Le Temps du 19 septembre 1918.

84Pour Charles Bayet, l’épreuve est terrible. Sept mois plus tard, fortement diminué, Charles Bayet est informé que son fils aîné, Albert, qui combat dans l’armée d’Orient, est lui aussi blessé. N’écoutant que son courage, il s’embarque pour Salonique et entre dans l’état-major du général Sarrail. Rassuré sur l’état de santé de son fils, il met alors sa grande connaissance de la région des Balkans et sa pratique du grec au service de l’armée française qui, sur ce front oriental, connaît des conditions d’existence difficiles. Dans « le chaudron du diable108 », confrontés aux chaleurs excessives de l’été et au froid de l’hiver, dans des zones souvent escarpées, les soldats sont loin d’être les tranquilles « jardiniers de Salonique109 » critiqués par Clemenceau, qui conteste l’ouverture de ce front oriental au nom de l’absolue priorité à donner aux combats se déroulant sur le sol français. Charles Bayet semble avoir joué un rôle discret mais efficace dans la protection des trésors antiques situés sur le territoire que les troupes devaient occuper. Usé par ses périples, Charles Bayet voit sa santé se dégrader fortement. Touché par le paludisme, il rentre en France en 1916. Au cours de l’été 1917, il entre à l’hôpital Buffon pour un « fort accès de jaunisse » puis est transféré, en août, au Val de Grâce où le docteur Chauffard le soigne avant de l’envoyer se reposer dans le Midi. Secoué par une nouvelle crise, en avril 1918, il est opéré d’urgence à l’hôpital maritime de Saint-Mandrier110, le 20 juin, puis évacué sur l’hôpital Saint-Anne de Toulon où il décède le 17 septembre 1918.

  • 111 Voir Charle Christophe, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994, 520 p.

85Charles Bayet peut donc être considéré comme un universitaire de combat au service de la République et du développement de son Instruction publique. Ce parcours de vie met en évidence plusieurs réalités qui sont très significatives de la prégnance de certains mécanismes et de certaines valeurs dans le monde des élites culturelles des premières décennies de la Troisième République. Le cheminement personnel de Charles Bayet montre tout d’abord l’importance du renouveau des études universitaires en France dans les années 1870-1914, avec la mise en place de réformes considérables qui dynamisent les facultés. Les étapes de son cursus universitaire permettent de dégager une sorte de « voie royale » de la promotion sociale par l’École. Nous retrouvons ici l’importance du passage par les écoles de prestige que sont désormais la Rue d’Ulm, les écoles françaises de Rome et d’Athènes. Sa rapide réussite professionnelle témoigne aussi de cette ouverture des carrières, en liaison avec l’important effort de développement des structures universitaires entrepris par le pouvoir républicain111.

86« L’histoire de vie » de Charles Bayet révèle, dans un second temps, l’importance accordée par les hommes au pouvoir à l’Instruction publique qui devient bien, d’une certaine manière, l’Église de la République et qui se retrouve investie d’une mission considérable. Le travail qu’y réalise Charles Bayet tourne au sacerdoce pédagogique. On attend en effet de l’École qu’elle forme un être à la fois instruit et éduqué, connaissant les nouvelles sciences positives, mais aussi capable de discerner le Bien du Mal, tout en étant prêt à défendre la République et la Patrie. L’École doit aussi se transformer en un agent fondamental de pacification sociale, après des décennies de déchirements politiques. À ce niveau pour le moins, et malgré les réelles velléités réformatrices de Charles Bayet, qui prend constamment le parti des Modernes contre les Anciens, le système républicain reste foncièrement conservateur. Si l’on reconnaît à l’École et aux facultés, la capacité de participer à la promotion sociale du peuple, il n’en demeure pas moins que cette intégration se fait à la marge, pour une mince élite triée sur le volet, et que, pour tous les autres, l’École doit surtout pérenniser les divisions sociales traditionnelles, montrant à chacun la place qu’il se doit d’occuper. En Charles Bayet se trouvent incarnées les valeurs républicaines de liberté, de progrès social et de devoir patriotique, qui sont autant d’impératifs catégoriques de l’idéologie républicaine. Le parcours de Charles Bayet montre enfin, par la multiplicité de ses combats, l’importance des pesanteurs et des tensions qui régissent le système éducatif. Sans illusion sur le poids de la routine, il ne cesse de vouloir moderniser l’Instruction publique et son œuvre montre que la réussite des réformes passe souvent par des évolutions lentes, non par de brusques révolutions. Certaines de ses idées sur la réforme de l’enseignement secondaire, sur le caractère conservateur du système, tout comme ses multiples critiques sur le poids de la hiérarchie administrative qui paralyse l’enseignant, sont encore parfois d’actualité. C’est dire la modernité de certaines des idées de Charles Bayet mais aussi, d’un autre point de vue, la difficulté permanente rencontrée lorsqu’il s’agit de réformer en profondeur le système éducatif français…

Notes

1 Sur Albert Bayet, voir : Feraud Francis-V., Bayet Christiane et Monique, La vraie légende d’Albert Bayet, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1965, 305 p. ; Racine Nicole, « Albert Bayet », dans Maitron Jean (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Quatrième partie (1914-1939), tome 18, Paris, Les Éditions Ouvrières p. 263-264 ; Lalouette Jacqueline, « Albert Bayet », dans Laplanche François (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Beauchesne, 1996, tome 9, p. 45-46.

2 Archives nationales, F17 25240. Né en 1880 à Lyon, normalien (1898), reçu 1er à l’agrégation des lettres (1901), docteur ès lettres (1922), Albert Bayet est professeur au collège Sainte Barbe (1901-1903) puis répétiteur au lycée Louis-le-Grand (1903-1905). Il enseigne ensuite à l’École Alsacienne de Paris (1905-1919) puis aux lycées Henri IV (1919) et Louis-le-Grand (1919-1939) avant d’être nommé en Sorbonne. C’est un militant influent de la Ligue des Droits de l’Homme qui bénéficie, sous la Troisième République, d’une influence considérable par son rôle dans les associations laïques et au sein du Parti radical-socialiste. Partisan d’une aide française à l’Espagne républicaine, anti munichois virulent, il est révoqué par le Régime de Vichy puis entre dans la Résistance, rejoignant le mouvement Franc-Tireur. Président de la Fédération nationale de la Presse Clandestine puis de la Presse Française, il est ensuite président de la Ligue de l’enseignement (1945-1959). Divers courriers montrent les tracasseries multiples que lui cause le Régime de Vichy. Après avoir obtenu, à sa demande, un congé de six mois en 1940, il n’obtient aucune nouvelle affectation et se retrouve sans traitement de la fin mai 1941 à octobre 1944. Il est mis rétroactivement à la retraite en 1944 par « le prétendu ministre Bonnard » (lettre de Bayet au directeur de l’Enseignement supérieur du 28 avril 1948). Partisan convaincu de l’Algérie française, il décède en juin 1961.

3 Charle Christophe, La République des Universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994, 506 p.

4 Voir Verger Jacques (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986, 432 p.

5 Archives municipales de Liège, État civil, acte de naissance signé le 26 mai 1849 par son père.

6 Voir Witte Els et Craeybeckx Jan, La Belgique politique de 1830 à nos jours : les tensions d’une démocratie bourgeoise, Bruxelles, Labor, 1987, p. 5 et suivantes.

7 Archives nationales, 61 AJ/10, Registres d’inscription de la promotion 1868, p. 229.

8 Bayet Charles, « L’enseignement secondaire et la circulaire du 28 mars 1888 », Revue Internationale de l’Enseignement, tome 1889, p. 360-377 (ici, p. 369).

9 Parmi ses camarades de promotion : Gaston Bizos (futur recteur), Gustave Bloch (futur professeur en Sorbonne), Victor Brochard (futur professeur en Sorbonne), Maxime Collignon (futur professeur en Sorbonne), Berthold Zeller (futur professeur en Sorbonne), Jean Richepin (futur pensionnaire de l’Académie française).

10 Archives nationales, 61 AJ/28, Notes des maîtres de conférences, École normale supérieure, janvier 1869.

11 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, « Notice nécrologique », année 1919, p. 33-37.

12 Faidherbe Louis, Campagne de l’armée du Nord (1870-1871), Paris, Dentu, 1871, p. 72-73.

13 Bayet Charles, « Discours prononcé à l’inauguration du monument des trois instituteurs de l’Aisne », Revue Pédagogique, 15 octobre 1899, p. 289-309.

14 Bulletin des Lois de la République Française, 12e série, supplément, 1871, décret du 29 septembre 1871, p. 1393.

15 Archives nationales, 61 AJ/30, Note des enseignants, second trimestre 1871-1872 (troisième année).

16 Revue Historique, tome 1918, « Charles Bayet : Notice nécrologique », p. 406.

17 Duchesne Louis et Bayet Charles, Mémoire sur une mission au Mont Athos, Paris, Imprimerie Nationale, 1877, 332 p.

18 Académie des Inscriptions et Belles Lettres, année 1918, séance du 20 septembre 1918, p. 325.

19 Bayet Charles, Cours d’Antiquités Chrétiennes, Leçon d’ouverture, 11 janvier 1877, Lyon, Imprimerie Pitrat, 1877, 26 p.

20 Ibid., p 5.

21 René-Victor Cagnat, Pierre Jouguet, parmi d’autres, jouent aussi un grand rôle dans la promotion de ces disciplines.

22 Bayet Charles, Recherches pour servir à l’histoire de la peinture et de la sculpture chrétiennes en Orient avant la querelle des iconoclastes, Thèse, Paris, Sorbonne, 1879, Thorin, 140 p. Sa thèse latine a pour titre De titulis Atticae christianis antiquissimis commentatio historica et epigraphica, Thèse, Sorbonne, 1879.

23 Ibid., p. 2.

24 Genet-Delacroix Marie-Claude, « L’enseignement supérieur de l’histoire de l’art de 1863 à 1940 », dans Charle Christophe et Ferre Régine (dir.), Le personnel de l’Enseignement Supérieur en France aux XIXe et XXe siècles, Paris, CNRS-1985, p. 79 à 107.

25 Annuaire de la faculté des Lettres de Lyon, Paris, Ernest Leroux Éditeur, tome 1883.

26 Bayet Charles, « Allocution d’ouverture de la conférence d’archéologie du Moyen Âge à la faculté des lettres de Lyon », Revue Internationale de l’Enseignement, tome 1884, p. 27-29.

27 Revue Historique, 1918, « Charles Bayet : Notice nécrologique », p. 407.

28 Il publie ainsi : Bayet Charles, « Y a-t-il eu des états généraux en 1313 ? », Revue historique, tome 17, p. 327 et suivantes ; Bayet Charles, « Remarques sur le caractère et les conséquences du voyage d’Étienne II en France », Revue historique, tome 20, p. 88 et suivantes ; Bayet Charles, « Les élections pontificales sous les Carolingiens aux VIIIe et IXe siècles », Revue historique, tome 24, p. 49 et suiv.

29 En 1883, Charles Bayet livre une étude sur « L’élection de Léon III : la révolte des Romains en 799 », Annuaire de la faculté des lettres de Lyon, Ernest Leroux Éditeur, tome 1, 1883, p. 173 à 197. En 1884, il publie une « La fausse donation de Constantin », Annuaire de la faculté des lettres de Lyon, tome 2, 1884, p. 12 à 44.

30 Revue Historique, 1918, « Charles Bayet : Notice nécrologique », p. 405-407.

31 Bayet Charles, Précis d’histoire de l’art, Paris, Quentin, Librairies-Imprimeries, quatrième édition, 1894, 350 p. préface.

32 Bayet Charles, chapitres sur le christianisme en Gaule, les invasions barbares, sur l’Église et la civilisation franques à l’époque mérovingienne dans Lavisse Ernest (dir.), Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution : Le christianisme, les barbares, mérovingiens et carolingiens, les premiers capétiens, Paris, Hachette, tome II-1, 1903, 411 p.

33 Bayet Charles, L’art byzantin, Paris, May et Motteroz, seconde édition, 1893, 320 p. (nombreuses illustrations).

34 Annuaire de l’École normale supérieure, « Charles Bayet : Notice nécrologique », tome 1919, p. 33 à 37.

35 Archives nationales, F17 40050, Légion d’Honneur, Instruction publique, dossier Charles Bayet.

36 Annuaire statistique de la France, tome 1880, « Année scolaire 1878-1879 », p. 250.

37 Almanach National, 1881, « Académie de Lyon », p. 712-713.

38 Annuaire de la Faculté des Lettres de Lyon, Paris, E. Leroux Éditeurs, 1885, fascicule 1, liste des enseignants.

39 Almanach National, 1890, « Liste des enseignants de la faculté des lettres de Lyon », p. 743-744.

40 Feraud Francis-V., Bayet Christiane et Monique, La vraie légende d’Albert Bayet, op. cit., p. 182-183.

41 Voir Cabanel Patrick et Encreve André (dir.), Les protestants, l’école et la laïcité (XVIIIe-XXe siècles), Histoire de l’éducation, numéro spécial, no 110, mai 2006, 212 p.

42 Mayeur Françoise, « Les protestants dans l’Instruction Publique au début de la Troisième République » dans Encreve André et Richard Michel (dir.), Les protestants dans les débuts de la Troisième République (1871-1885), Société de l’histoire du protestantisme français, Paris, 1979, p. 37 à 48.

43 Feraud Francis-V, Bayet Christiane et Monique, La vraie légende d’Albert Bayet, op. cit., p. 189.

44 Bayet Charles, « Quelques remarques sur le rôle des Facultés des lettres », Revue Internationale de l’Enseignement, janvier-juin 1887, p. 253-261.

45 Ibid., p. 254.

46 Ibid., p. 254.

47 Bayet Charles, « L’Enseignement secondaire et la circulaire du 28 mars 1888 », Revue Internationale de l’Enseignement, année 1889, p. 360-377.

48 Ibid., p. 361.

49 Ibid., p. 376.

50 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Enseignement secondaire : instructions, programmes, règlements ; Paris, Imprimerie nationale, 1890, 228 p.

51 Bayet Charles, « L’enseignement secondaire et le Conseil supérieur de l’Instruction publique », Revue Internationale de l’Enseignement, 1890, p. 225-254.

52 Ibid., p. 238.

53 Voir Condette Jean-François, « Les lycéens revendiquent le droit à la parole : la nécessaire réforme du régime disciplinaire des lycées français à la fin du XIXe siècle », Les Sciences de l’Éducation pour l’Ère nouvelle, Revue internationale, Caen, CERSE, Université de Caen-Basse Normandie, volume 37, no 4, 2004, p. 35-60.

54 Bayet Charles, « L’enseignement secondaire et le conseil supérieur de l’Instruction publique », article cité, p. 247.

55 Bayet Charles, Discours prononcé à la rentrée solennelle des facultés de Lille, 21-11-1891, Lille, Danel, 1891, 11 p.

56 Archives départementales du Nord (AD du Nord), 2 T 105 à 110, Procès-verbaux du conseil académique de 1891 à 1896.

57 AD du Nord, 2 T 105, session du conseil académique du 25 juin 1891.

58 Voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie de 1808 à 1940, tome 1 : L’évolution d’une fonction administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP, 2006, 451 p.

59 Voir Condette Jean-François, « Stimuler ou contraindre ? Les recteurs d’académie et l’enseignement supérieur sous la Troisième République (1870-1940) », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie. Deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 135-155.

60 Condettte Jean-François, Une Faculté dans l’histoire : la Faculté des Lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, p. 121.

61 AD du Nord, 2T 106, session du conseil académique de juin 1892.

62 Archives départementales du Nord, 2 T 106, conseil académique, 27 et 28 juin 1892.

63 Bayet Charles, « Discours introductif », séance de rentrée des facultés de Lille, 21 novembre 1891, Lille, Louis Danel, 1891, p. 4 à 15.

64 Voir le détail dans Condette Jean-François, Une Faculté dans l’Histoire…, op. cit., p. 51 et suiv.

65 Bayet Charles, Discours prononcé le 21 novembre 1891, Lille, Danel, 1891, 11 p.

66 AD du Nord, 2 T 105, Courriers divers.

67 Idem., 2 T 107, Lettre de Charles Bayet à Louis Liard du 16 janvier 1893 et réponse de Louis Liard du 03 février 1893.

68 Voir Lille-Université du jeudi 19 janvier 1893 ; Le Réveil du Nord du 18 janvier 1893.

69 Duplan E., « Charles Bayet et la Direction de l’enseignement primaire », Revue Pédagogique, 1919, p. 157-166.

70 Bayet Charles, « Introduction », dans Inspection générale du primaire, Rapport sur l’organisation de l’enseignement primaire public en France, présenté à Monsieur le Ministre de l’Instruction publique, Paris, 1900, Imprimerie nationale (623 p.), p. i à xv.

71 Revue Pédagogique, année 1898, « L’enseignement agricole à l’école primaire », p. 26-33 ; voir aussi les circulaires dans : Gréard Octave, La législation de l’instruction primaire en France, Paris, A. Delalain, tome 6, p. 818 et suiv.

72 Voir la Revue pédagogique de l’année 1895 par exemple, « Manifeste de l’association pour la simplification de l’orthographe », p. 342 (voir aussi, p. 18 à 29).

73 Bulletin administratif de l’Instruction publique, 18 août 1900, p. 385-394.

74 Duplan E., « Charles Bayet et la Direction de l’enseignement primaire », article cité, p. 164.

75 Gréard Octave, La législation de l’Instruction primaire en France, op. cit., tome 6, décret du 28 janvier 1897, p. 748-749.

76 Voir Schroeder-Gudehus Brigitte et Rasmussen Anne, Les fastes du progrès ; le guide des expositions universelles : 1851-1992 ; Paris, Flammarion, 1992, p. 132 à 143 ; Ory Pascal, Les expositions universelles de Paris, Paris, Ramsay, 1982, 157 p.

77 Duplan E., « Charles Bayet et la Direction de l’enseignement primaire », art. cit., p. 165.

78 Voir Gréard Octave, La législation de l’enseignement primaire…, op. cit., p. 840 à 852.

79 Pierre A., « L’exposition du Ministère de l’Instruction publique-classe 1 » (la description de cette exposition consacrée à l’enseignement primaire), Revue pédagogique, juillet-septembre 1900, p. 1 à 58.

80 Ibid., p. 2-3.

81 Ibid., p. 58.

82 Voir Sournia Jean-Charles, Histoire de l’alcoolisme, Paris, Flammarion, 1986, 323 p. ; Nourrisson Didier, Le buveur du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1990, 383 p.

83 Gréard Octave, La législation de l’Instruction primaire en France…, op. cit., « Circulaire relative à l’enseignement antialcoolique du 9 mars 1897 », p. 756-758.

84 Revue pédagogique, janvier-juin 1899, « Charles Bayet au congrès international contre l’alcoolisme », p. 65-70.

85 Pellisson Maurice, « Première campagne anti-alcoolique », dans la Revue Pédagogique, 1899, tome 1, p. 22-43. L’auteur a dépouillé les rapports des recteurs, demandés par Charles Bayet pour faire un premier bilan.

86 Ibid., p. 41.

87 Revue pédagogique, juillet-décembre 1901, « L’enseignement antialcoolique », p. 235-248.

88 Des ouvrages sont alors publiés pour aider les instituteurs à éduquer les enfants à cette question. En 1898, Villette (instituteur) et Lemoine (inspecteur primaire) rédigent un Recueil des devoirs antialcooliques préparés pour chaque semaine ; en 1899, Legrain, L’Enseignement antialcoolique à l’École : vingt-quatre leçons, pensées et devoirs.

89 Voir Verger Jacques (dir.), Histoire des universités en France, op. cit., p. 323-365.

90 Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, Paris, A. Delalain, tome 6, 1909, 1391 p. Voir l’arrêté du 25 juillet 1906 relatif à l’agrégation des facultés de médecine et des facultés mixtes de médecine et pharmacie (p. 899-903), l’arrêté du 28 juillet sur la même question (p. 1166-1172). Voir aussi le tome 7 : arrêté du 21 juillet 1909 relatif à l’agrégation des facultés de médecine, (p. 73-79) ; décret portant réorganisation des études en vue du doctorat en médecine du 29 novembre 1911, (p. 345-354), arrêté relatif à l’organisation des épreuves pour l’agrégation des facultés de médecine et des facultés mixtes de médecine et pharmacie du 18 juillet 1913, (p. 614-620) ; arrêté du 1er mars 1914 sur le même thème (p. 678-687).

91 Ibid., Voir le rapport et l’arrêté du 1er août 1905 sur la licence de droit, (p. 752-760). Voir aussi Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, op. cit., tome 7, décret du 26 février 1913 sur la licence et de doctorat en droit et circulaire pour les nouveaux certificats d’aptitude en droit (p. 521-540).

92 Ibid., tome 6, Loi du 21 mars 1905 sur le recrutement de l’armée (réduction du service militaire à deux ans : voir la longue circulaire explicative sur les sursis du 24 février 1906, p. 834-835) ; Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, op. cit., tome 7, Loi sur le recrutement de l’armée du 7 août 1913, (p. 622-625).

93 Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur…, op. cit., p. 1044-1050.

94 Ibid., tome 6, p. 1007-1012 sur la réforme de la licence ès lettres.

95 Ibid., Rapport et décret portant réorganisation de l’École normale supérieure, 10 novembre 1903, p. 547-552.

96 Ibid., p. 549.

97 Voir Albertini Pierre, « La réforme de 1903 : un assassinat manqué ? » dans Sirinelli Jean-François (dir.), Ecole normale supérieure : le livre du bicentenaire, Paris, PUF, 1994, p. 31-72.

98 Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, op. cit., tome 7, Loi constituant en université les écoles d’enseignement supérieur d’Alger du 30 décembre 1909, p. 119 à 155.

99 Ibid., « Projet de loi constituant les écoles d’enseignement supérieur d’Alger », Exposé des motifs à la Chambre des Députés, séance du 11 mai 1909, p. 121.

100 Ibid., p. 122.

101 Ibid., Décret du 4 janvier 1910, p. 157-158.

102 Collectif, « Les fêtes universitaires de Lille », Revue internationale de l’Enseignement, janvier-juin 1907, p. 520-525.

103 AD du Nord, 31 J 115, L’Écho du Nord du 26 novembre 1932, article de Pierre Benoit.

104 Annuaire de l’École normale supérieure, tome 1919, « Charles Bayet : Notice nécrologique », p. 33 à 37.

105 Revue Universitaire, 1915, tome 2.

106 Revue Universitaire, 1916, tome 2, p. 87.

107 Escholier Raymond, « Jean Bayet » dans Collectif, Anthologie des écrivains morts à la guerre (1914-1918), Amiens, Bibliothèque du Herisson-Edgar Malfere, 1926, tome 4, p. 50 à 60.

108 Voir Ducasse André, Balkans 1914-1918 : dans le chaudron du diable, Paris, Robert Laffont, 1964, 262 p.

109 Voir Miquel Pierre, Les poilus d’Orient, Paris, Fayard, 1998, 349 p. Les soldats d’Orient eurent un temps la réputation d’être des privilégiés, se « la coulant douce » sous le soleil méditerranéen tandis que leurs camarades, sur le front occidental, pataugeaient dans la boue et le sang. En fait, les conditions de vie furent terribles dans les Balkans. Les zones d’opération étaient pauvres et ne pouvaient nourrir la troupe. Les soldats en vinrent à cultiver des salades dans leurs camps de toile pour ne pas mourir du scorbut. La canicule de l’été usait les organismes qui, l’hiver, grelottaient de froid dans les montagnes.

110 Le Temps du 19 septembre 1918.

111 Voir Charle Christophe, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994, 520 p.

Auteur

Agrégé d’histoire, maître de conférences (HDR) en histoire contemporaine à l’IUFM Nord-Pas-de-Calais, école interne de l’Université d’Artois ; membre du Laboratoire IRHiS-Lille 3 (UMR CNRS 8529), chercheur associé au Service d’histoire de l’Éducation (SHE-INRP-ENS, 45, rue d’Ulm, Paris)

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540