Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Les recteurs de la Troisième République. Développer et réformer l’Instruction publique

Le recteur Georges Lyon et l’enseignement secondaire féminin dans l’académie de Lille (1903 et 1924)

Philippe Marchand

Testo integrale

  • 1 Châtelet Albert, « Discours du recteur de l’Académie de Lille, devant la tombe de M. Georges Lyon (...)
  • 2 Marchand Philippe, « Georges Lyon : un grand recteur d’académie à Lille de 1903-1924 », dans Conde (...)
  • 3 Lyon Georges, La formation et la croissance des universités françaises, Lille, Éditions de Lille-U (...)
  • 4 Lyon Georges, La philosophie de l’éducation. Influence des vicissitudes de la pensée philosophique (...)
  • 5 L’académie de Lille comprend cinq départements : Aisne, Ardennes, Nord, Pas-de-Calais et Somme.

1« Vous avez été le recteur de l’enseignement secondaire des jeunes filles qui, dans le Nord, a fait jaillir du sol de multiples collèges et lycées1. » C’est en ces termes qu’Albert Châtelet rend compte de l’action de Georges Lyon, recteur de l’académie de Lille pendant 21 ans de 1903 à 1924. On a déjà évoqué cet aspect de l’œuvre de Georges Lyon dans le volume publié pour commémorer le bicentenaire de l’institution rectorale2. On se propose dans ces quelques pages de revenir sur son action au service de l’enseignement secondaire féminin. Au préalable, il convient de rappeler deux données importantes. Quand Georges Lyon, qui se présente à ses administrés comme « le délégué de la République enseignante3 », arrive dans l’académie de Lille, il reste beaucoup à faire pour construire un enseignement secondaire féminin de qualité et l’imposer face aux attaques des milieux cléricaux et conservateurs. En second lieu, on ne doit pas oublier que Georges Lyon a, dans les premières années de sa carrière, enseigné la psychologie, puis la philosophie de l’éducation à l’École normale supérieure de jeunes filles de Fontenay-aux-Roses, pépinière des futurs professeurs de l’enseignement secondaire féminin4. Il a aussi été chargé d’un cours d’enseignement moral et civique à l’école normale d’institutrices de la Seine. Le nouveau recteur connaît donc l’enseignement des jeunes filles par en haut. Il lui reste maintenant à le découvrir d’en bas, à se frotter aux réalités locales et à gérer au jour le jour les quelque vingt-huit établissements secondaires féminins de son académie5. Pour tenter de saisir les principes qui l’ont guidé dans son action, l’historien a la chance de disposer d’une source exceptionnelle.

  • 6 Mais aussi les proviseurs et les principaux des établissements secondaires de garçons.
  • 7 Deux visites en 1904, six en 1904, quatre en 1905, six en 1907, dix en 1908, cinq en 1910. Sur l’i (...)

2Cette source, ce sont les rapports mensuels que les directrices des établissements secondaires féminins (cours secondaires, collèges et lycées) doivent envoyer au recteur de l’académie par la voie hiérarchique, c’est-à-dire par le canal de l’inspecteur d’académie6. Ont été conservés, dans la série 2 T Rectorat des Archives départementales du Nord, les rapports des années 1885 à 1914 pour 24 établissements. Les rapports contiennent huit rubriques : nombre des élèves, inspections et visites, personnel administratif et enseignant, élèves, études, état sanitaire, état des bâtiments, résumé de la situation générale. Ils constituent une source de choix pour l’étude de l’enseignement secondaire. Avec l’arrivée de Georges Lyon à la tête de l’académie, ils prennent pour l’historien un intérêt supplémentaire. En effet, Georges Lyon est le premier recteur de l’académie à y consigner ses impressions, ses remarques, ses observations. Toujours portées sur la première page et ne présentant aucune difficulté de déchiffrement, elles sont écrites au crayon de bois noir. Parfois, Georges Lyon utilise un crayon rouge, voire bleu, très rarement un stylo-plume. Tous les rapports ne portent pas de commentaires. N’oublions pas qu’il en reçoit chaque mois vingt-huit auxquels il convient d’ajouter les rapports rédigés par les chefs d’établissements secondaires masculins. En moyenne, un rapport sur trois est annoté. On relèvera que les rapports venant du lycée Fénelon de Lille portent rarement de commentaires ce qui s’explique par les fréquentes visites qu’il rend à cet établissement dont il est voisin et qui lui est très cher7.

  • 8 AD du Nord, 2 T 2346, Rapport de la directrice du collège de jeunes filles d’Abbeville, 25 février (...)
  • 9 Abbeville, Armentières, Arras, Calais, Douai, La Fère, Laon, Lille, Rethel, Roubaix, Saint-Quentin (...)
  • 10 Lyon Georges, Formation et croissance de l’enseignement des jeunes filles Discours prononcé à la di (...)

3La simple mention « vu » portée sur les rapports dépourvus de commentaires ne doit pas laisser croire à une lecture en diagonale de sa part. En témoigne le soin mis à souligner les passages qui lui semblent importants ou qu’il juge trop peu renseignés. À titre d’exemple, on peut citer un rapport de la directrice du lycée d’Abbeville en date du 28 février 1906 où les passages relatifs à la visite de l’inspecteur général de dessin – (« Il n’a pas été très satisfait des résultats obtenus par Mlle (illisible), professeur de dessin ») – n’en dit pas assez au recteur Georges Lyon. Il en va de même du passage du rapport consacré à l’économe – « Elle paraît avoir plus de bonne volonté » – et de celui qui s’intéresse à l’état des locaux – « On a nettoyé les chambres des domestiques, blanchi les murs, refait les peintures8 ». Manifestement, le recteur veut en savoir plus. En effet, une fois étudiés par le recteur, ces rapports sont retournés aux inspecteurs d’académie. Les observations, à l’exception de celles marquées confidentiel, sont alors portées à la connaissance de leurs auteurs. Notre étude a porté sur 288 rapports provenant de 14 établissements9. Que nous apprennent-ils sur la pensée et l’action au quotidien d’un recteur profondément convaincu que « l’esprit de la jeune fille a tout autant que celui des jeunes hommes le droit de s’ouvrir à la lumière de la vérité et de puiser aux sources du savoir10 » que l’on doit trouver dans les établissements secondaires ? Pénétrons dans l’intimité de son cabinet et suivons sa pensée et son action au fil de ses remarques portant sur les directrices, puis sur l’enseignement et la discipline.

La « bonne directrice »

4De ses « chères directrices » comme il se plaît à les appeler, le recteur attend des rapports abondamment renseignés. Si chaque rubrique retient son attention, il veut d’abord des informations sur le mouvement de la population scolaire, sur les problèmes matériels, sur la situation sanitaire et morale des élèves, sur les études, sur les relations avec les municipalités, enfin sur les attaques des adversaires de l’enseignement secondaire public féminin.

Un recteur à l’écoute de ses directrices et du détail de la vie des établissements

  • 11 AD du Nord, 2 T 2234, Collège de jeunes filles de Roubaix, juin 1906.
  • 12 AD du Nord, 2 T 2346, Collège de jeunes filles d’Abbeville, octobre 1911.
  • 13 AD du Nord, 2 T 2264, Collège de jeunes filles d’Armentières, novembre 1911.

5En juin 1906, Georges Lyon renvoie le rapport de la directrice du collège Sévigné de Roubaix avec le commentaire suivant : « Je vous (l’inspecteur d’académie) prie de vouloir bien recommander à Madame la Directrice des rapports moins oraculaires. Il faut que je puisse suivre par ce que la directrice m’écrit la vie de l’établissement et qu’elle n’hésite pas à m’en retracer tous les intéressants détails11. » Ses exigences sont particulièrement sensibles sur la question des examens pour lesquels il réclame une note spéciale. « Comment se fait-il que ce rapport ne contienne aucune indication sur les examens de passage et la manière dont nos prescriptions ont été suivies. J’avais demandé une note spéciale à ce sujet12. » Cette question des examens le conduit à noter sur un rapport de la directrice du collège de jeunes filles d’Armentières : « Il semble qu’il n’y ait pas eu à la rentrée d’octobre des examens de passage complémentaires de ceux de juillet. J’aurais préféré qu’ils eussent lieu et que quelques sanctions sévères eussent appris à nos élèves à n’en pas avoir le dédain. Je ne doute pas que Madame la Directrice n’ait à cœur de se conformer en tout point aux instructions contenues dans ma circulaire13. »

  • 14 AD du Nord, 2 T 2307, Collège de jeunes filles de Tourcoing, novembre 1903.
  • 15 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai, novembre 1903.
  • 16 AD du Nord, 2 T 2234, Collège de jeunes filles de Calais, novembre 1903.
  • 17 AD du Nord, 2 T 2346, Collège de jeunes filles d’Abbeville, janvier 1905.

6À plusieurs reprises, il signale que toutes ces informations lui sont nécessaires pour orienter son action et pour mesurer les progrès de l’enseignement secondaire féminin public. Aussi, quand les renseignements viennent à manquer, n’hésite-t-il pas à faire part de son mécontentement. Le rapport établi par la directrice du collège de Tourcoing en novembre 1903 se voit gratifier d’un « Tout à fait insuffisant. À refaire ou plutôt à faire14 ». Guère plus satisfait du rapport de la directrice du cours secondaire de Douai établi le même mois, il note « Rapport tout à fait insuffisant. À refaire », assorti de cette mention dans la rubrique où la directrice observe que le travail est assez satisfaisant : « En quoi assez satisfaisant15 ? » Sur un rapport dont la plupart des rubriques sont renseignées par un « RAS » et dont les inspections de classe par la directrice comportent seulement l’indication de la classe visitée, il écrit : « Rapport un peu trop sommaire. Sans verser dans un détail exagéré, il serait facile de donner de la marche du collège un exposé moins elliptique16. » On pourrait multiplier les exemples de ce type. On en retiendra cependant un significatif de ses exigences qui vont parfois au-delà de ce que prescrit l’administration centrale. En novembre 1905, il s’étonne, à la lecture du rapport de la directrice du collège de jeunes filles d’Abbeville, de l’absence des statistiques relatives au mouvement de la population scolaire. À l’inspecteur d’académie qui tente de justifier cette absence en faisant remarquer qu’une circulaire ministérielle ne prescrit que trois états statistiques par année, fin janvier, fin avril et fin juin, le recteur répond : « Mais comme j’ai besoin d’être au courant de la population scolaire du ressort académique, je vous prie d’inciter Madame la Directrice de donner comme les autres chefs d’établissement les statistiques des élèves sur les rapports mensuels17. » Ces rappels à l’ordre fréquents dans les toutes premières années de son administration disparaissent presque totalement à partir des années 1907-1908. Les directrices, à l’exception de celle du collège de Calais ont compris les attentes du recteur. Leurs rapports se font de plus en plus exhaustifs ce qui est une chance pour l’historien soucieux d’étudier de l’intérieur la vie de ces établissements féminins.

  • 18 AD du Nord, 2 T 2258, Collège de jeunes filles de Sedan, février 1904.
  • 19 AD du Nord, 2 T 2226, Collège de jeunes filles de La Fère, décembre 1909.

7Plus anecdotiques sont ces deux observations qu’il fait à propos de l’écriture de deux directrices. La directrice du collège de Sedan se voit recommander en 1904 « d’espacer davantage les lignes. Écriture trop fine et trop serrée18 ». Sur un rapport de la directrice du collège de La Fère, il note en 1909 : « Je la prie d’écrire ses rapports d’une écriture moins fine et moins serrée. Le recteur n’a plus ses yeux de 20 ans19. »

  • 20 AD du Nord, 2 T 2237, Lycée de jeunes filles de Saint-Quentin, juillet 1911.
  • 21 AD du Nord, 2 T 2226, Lycée de jeunes filles d’Abbeville, juillet 1907.

8Quelques propos de directrices le conduisent à leur rappeler la nature de sa fonction : être leur intermédiaire auprès de l’échelon central. À la directrice du lycée de filles de Saint-Quentin qui réclame la création de bourses nationales pour ses élèves, ce qui les mettraient à égalité avec les garçons, il fait dire : « Ce vœu me paraît absolument justifié. Je prie donc Monsieur l’Inspecteur d’Académie d’en faire l’objet d’un rapport que je transmettrai à Monsieur le Ministre pour que les bonnes dispositions dont celui-ci témoigne cette année prennent un caractère permanent20. » Il sait profiter de la plainte d’une directrice relative à la désorganisation des classes en fin d’année pour marquer la limite de ses pouvoirs. À la directrice du lycée de jeunes filles d’Abbeville, qui lui réclame de placer la sortie des élèves au 14 juillet pour tous les établissements secondaires de l’académie et d’interdire aux élèves de partir avant cette date, il signale : « J’estime comme Madame la Directrice que le régime ambigu que nous avons en fin d’année est parfaitement déplorable. Mais des pouvoirs publics seuls il dépend de le changer21. »

Un recteur exigeant envers ses directrices

9À l’écoute de « ses directrices », Georges Lyon n’admet pas le manque de « tact » et de « déférence » qu’il considère comme un manquement à l’égard de sa fonction et de son autorité. Deux rapports font état de sa vive irritation à la lecture des observations de deux directrices. En février 1904, la directrice, nouvellement nommée au lycée de Saint-Quentin, signale que « l’ordre et la discipline » se sont substitués au « désordre et à l’indiscipline » depuis son arrivée. Elle complète son appréciation de la situation par cette remarque : « Il est regrettable qu’une administration compte pour rien ces progrès moraux. » Cette remarque suscite une réaction indignée du recteur :

  • 22 AD du Nord, 2 T 2237, Lycée de jeunes filles de Saint-Quentin, juillet 1911.

« Je trouve une faute de tact dans la remarque peu convenable qui termine la note sur le résumé de la situation. Mademoiselle la Directrice n’a pas à critiquer les appréciations de l’administration attendu qu’elle les ignore. On lui demande les siennes propres et elle n’a qu’à s’y tenir. Prière à M. l’Inspecteur d’Académie de l’inviter à s’abstenir désormais de ces sortes de réflexion dont elle n’est que trop coutumière22. »

  • 23 AD du Nord, 2 T 2243, Collège de jeunes filles de Soissons, février 1911. La directrice signale «  (...)

10Ce rappel à l’ordre semble avoir été entendu par l’intéressée qui, par la suite, s’abstient de tout commentaire sur la conduite de ses supérieurs. En 1911, c’est au tour de la directrice du cours secondaire de jeunes filles de Soissons de se voir rappeler à l’ordre. Sa faute : avoir fait remarquer que le congé de Carnaval accordé au collège de garçons ne coïncidait pas avec celui de son établissement23. Elle écrit en conclusion : « J’exprime le souhait que ce fait ne se reproduise pas. » Georges Lyon, non content de rappeler la directrice à son devoir de réserve à l’égard de ses supérieurs, reproche à l’inspecteur d’académie « d’avoir transmis un rapport de cette nature dont l’auteur se permet d’écrire à ces chefs une phrase comme celle que j’ai soulignée page 2 ». Je le prie, ajoute-t-il « d’aviser Mademoiselle la Directrice qu’à l’avenir elle marque un peu plus de déférence. Le cas du collège des garçons et celui du cours secondaire étaient absolument distinct ». Et il termine son propos par un : « D’ailleurs, je reste juge des décisions à prendre. »

  • 24 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai décembre 1907. Sur le poids de la droite à (...)

11Les exigences de Georges Lyon à l’égard de ses directrices ne concernent pas seulement leur aptitude à rédiger des rapports. Ses annotations montrent la conviction qui l’anime : faire triompher l’enseignement secondaire public féminin dans des villes (Douai, Abbeville, Roubaix, Calais, Sedan, Soissons) où il est l’objet d’attaques du parti clérical et conservateur. Quand ses directrices en font état, Georges Lyon ne cesse de leur conseiller d’être prudentes et d’éviter tout ce qui pourrait être exploité à leur encontre. Parmi les conseils prodigués, on en retiendra un figurant sur le rapport de la directrice du collège de Douai à propos d’une leçon sur « L’expression de l’amour chez Corneille, Racine, Molière, Marivaux et les Romantiques » faite aux élèves de dernière année par le professeur de psychologie. Informé de la vigueur des attaques contre le collège et ses enseignements, Georges Lyon note : « Je préférerais des sujets plus resserrés. L’enseignement secondaire n’est pas l’enseignement supérieur. Et nous devons toujours tenir compte de nos excellents amis du dehors toujours prêts à noircir ce que nous faisons. Ne leur donnons pas l’ombre d’un prétexte24. » Tout en conseillant la prudence à ses directrices, Georges Lyon leur recommande de le tenir informé de toutes les menaces du parti clérical :

  • 25 AD du Nord, 2 T 2304, Collège de jeunes filles de Roubaix, novembre 1909. Dans son rapport, la dir (...)

« Quand des faits certains de pression cléricale en vue de nous nuire tels que ceux auxquels fait allusion la note finale du rapport sont perçus par Mme la directrice, je lui serais reconnaissant de m’adresser confidentiellement une note spéciale appuyée sur toutes les précisions qu’il lui sera possible de réunir25. »

  • 26 AD du Nord, 2 T 2243, Collège de jeunes filles de Soissons, novembre et décembre 1909. La directri (...)

12À la directrice du collège de Soissons qui, dans la conclusion de son rapport, signale un problème concernant les horaires des cours de catéchisme suivis par ses élèves à la cathédrale de la ville, il demande des précisions. Et quand il apprend que la question a pu trouver une solution, il écrit : « Madame la Directrice a bien fait de s’efforcer de régler par elle-même et de bonne entente cette question d’horaire du catéchisme. » Satisfait, le recteur ajoute ce commentaire : « Ah ! si tout le monde avait la même bonne volonté que nous26. »

Le souci de la santé et de la vie quotidienne des élèves

  • 27 AD du Nord, 2 T 2234, Collège de jeunes filles de Calais, octobre 1913.

13Dans cette lutte contre « des adversaires qui ne font pas trêve », on ne peut réussir « d’abord et avant tout qu’en faisant mieux qu’eux ». « La tâche est dure étant donné le mauvais vouloir que nous avons à vaincre. À la longue, la supériorité de notre enseignement finira par s’imposer27. » Pour atteindre cet objectif, les directrices doivent faire de leurs établissements des « établissements d’excellence » sur le plan des études et de l’accueil des élèves. Sur ce dernier point, Georges Lyon se montre très exigeant car il sait la concurrence faite par les pensions privées très nombreuses dans l’académie. Sans se lasser, il recommande aux directrices de veiller à la qualité des repas servis aux demi-pensionnaires et aux internes.

  • 28 AD du Nord, 2 T 2229, Lycée Fénelon de Lille, décembre 1907 et janvier 1908.

14Les remarques portées sur les rapports de la directrice du lycée Fénelon de Lille en décembre 1907, puis en janvier 1908, illustrent ce souci. En décembre 1907, il note : « La mention assez satisfaisante apportée à l’article “nourriture” ne laisse pas de m’inquiéter. C’est Madame la Directrice qui a la charge et la responsabilité de cette part importante du service. Je compte sur sa vigilance pour me mettre en situation de dire à l’avenir très satisfaisant. » Un mois plus tard, il revient à la charge : « En ce qui concerne la nourriture, il appartient à Madame la Directrice de veiller elle-même à ce que cette critique ne soit plus méritée. Elle doit elle-même au besoin établir chaque semaine le menu s’il ne lui est pas proposé tel qu’il lui conviendrait28. »

  • 29 AD du Nord, 2 T 2228, Collège de jeunes filles de Sedan, mars 1911.
  • 30 AD du Nord, 2 T 2226, Collège de La Frère, juillet 1908.

15Veiller à la qualité de la nourriture, mais aussi à la santé des élèves et aux soins du corps. Sans cesse, il recommande aux directrices d’agir auprès des municipalités pour qu’elles installent des salles de bains et des douches. En 1911, de retour d’une visite au collège de jeunes filles de Sedan, il note sur le rapport mensuel de la directrice : « Je souhaite vivement que la petite salle de bains soit remise en état de manière à être utilisée sans retard par les élèves. Il serait désirable aussi qu’une ou deux cabines de douches y fussent ajoutées. Je serais reconnaissant à Madame la Directrice de ne pas négliger cette installation29. » Le recteur presse les directrices de se montrer très vigilantes sur la question de l’eau consommée par les internes et les demi-pensionnaires afin de prévenir les risques de méningites et de typhoïdes, maladies encore fréquentes dans les internats. Aussi, quand il est saisi par la directrice du collège de La Fère de la mauvaise qualité de l’eau distribuée dans son établissement, « eau non potable, impropre à la cuisson des légumes, laissant des dépôts dans les carafes et dans les verres », il intervient immédiatement auprès de la municipalité30.

  • 31 AD du Nord, 2 T 2243, Collège de jeunes filles de Soissons, janvier 1911.
  • 32 AD du Nord, 2 T 2264, Collège de jeunes filles d’Armentières, décembre 1908.
  • 33 Ibid., novembre 1909.

16Les remarques abondent dans ses notes concernant l’aération des dortoirs, les récréations qui doivent « toujours se prendre dehors même quand la température est froide du moment qu’il ne pleut pas. Il faut pousser les enfants à jouer en cour. Leur santé est à ce prix31 ». Son attention se porte sur les moindres détails comme en témoigne l’épisode des galoches. En décembre 1908, il félicite la directrice du collège d’Armentières qui essaie d’imposer aux élèves internes, avec l’accord des familles, le port de « chaussons fourrés avec semelles et de sabots » pendant l’hiver quand elles se rendent dans la cour de récréation. « Ces chaussures », souligne-t-il, sont en usage au lycée de filles de Bordeaux et au lycée Fénelon à Lille et « il n’y a donc pas de raison qu’il n’en soit pas de même à Armentières32 ». En novembre 1909, il note à nouveau : « Je complimente Madame la Directrice d’avoir obtenu que les élèves portent des galoches ou des sabots. Et je donnerai les élèves de votre collège en exemple. Elles ont confiance dans leur directrice et leur santé ne s’en trouve que mieux. Ce me sera un excellent argument pour généraliser cette recommandation33. »

La nécessité de relations fréquentes avec les notables et les familles

  • 34 AD du Nord, 2 T 2255, Cours secondaire de Rethel, janvier et octobre 1912. L’école primaire supéri (...)

17Mais dans l’esprit de Georges Lyon, ces mesures pour indispensables qu’elles soient, ne sont cependant pas suffisantes pour assurer le succès des établissements secondaires féminins publics. Pour triompher de leurs adversaires, les directrices doivent entretenir des relations suivies avec les municipalités pour les persuader d’apporter les améliorations matérielles nécessaires au bon fonctionnement de leurs établissements et au succès de l’enseignement secondaire public féminin. Mais ces relations ne sont pas toujours aisées. À Rethel, quand la municipalité socialiste, considérant que le collège de jeunes filles est une charge trop lourde pour son budget et qu’il est « trop peu démocratique », menace de le fermer au profit de l’école primaire supérieure dont il ne cesse de vanter les mérites auprès des parents, le recteur recommande à la directrice de se montrer prudente et de ne pas envenimer les relations déjà tendues : « Je ne saurais recommander trop de prudence à Madame la Directrice dans ses rapports avec la municipalité […]. J’espère beaucoup dans la bonne propagande de Madame la Directrice auprès des familles pour dissiper les préjugés qui pourraient s’élever contre notre enseignement secondaire de filles. Qu’elle ne se décourage pas, la vérité finira par s’imposer34. »

  • 35 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai, octobre 1913.
  • 36 AD du Nord, 2 T 2255, Cours secondaire de Rethel, mars 1909. Au cours de ces deux matinées, les él (...)

18Autre condition du succès : la disponibilité envers les parents et les élèves. On perçoit dans les annotations de Georges Lyon l’importance qu’il attache à l’ouverture des établissements secondaires féminins aux familles et combien il apprécie celles de ses directrices qui s’y efforcent. « Je ne saurais trop louer Madame la Directrice de maintenir un étroit contact avec les familles de nos élèves. C’est ainsi qu’un chef d’établissement doit comprendre son rôle : ne pas confiner son activité à l’administration intérieure de la maison35. » À une directrice qui se plaint de l’indifférence des parents de ses élèves pour la création d’un enseignement ménager, il fait dire : « Dès lors que les familles se montrent indifférentes […], c’est elles qu’il faut convertir […]. Je compte beaucoup pour cela sur l’action persuasive de notre directrice. » Georges Lyon applaudit à toutes les manifestations qui permettent à la fois de nouer des relations étroites et bénéfiques avec les parents d’élèves et de faire connaître le collège par le bouche à oreille. Après avoir pris connaissance de l’organisation de deux matinées théâtrales, les 25 et 28 mars 1909, par la directrice du cours secondaire de Rethel, il note : « Des matinées comme celles que retrace la fin du rapport ne peuvent avoir que le plus heureux effet. Elles nous rapprochent des familles, nous font connaître au dehors, et j’en suis assuré sous le jour le plus favorable36. »

Encourager et parfois « modérer » les directrices

  • 37 AD du Nord, 2 T 2243, Collège de jeunes filles de Soissons, mai 1904. À plusieurs reprises, le rec (...)
  • 38 Ibid., janvier 1906. Dans ses observations, le recteur se demande si les quatre professeurs du col (...)
  • 39 Ibid., mars 1906.

19Georges Lyon est donc très exigeant à l’égard de ses directrices. Il leur demande beaucoup. Mais, il sait aussi, et fréquemment, les encourager, les soutenir, les féliciter sans oublier leurs collaboratrices, professeurs et maîtresses surveillantes. Les « Je vois avec plaisir », « Encourager la directrice dans son action », « Félicitations à Madame la Directrice et à ses collaboratrices », « Je suis heureux d’exprimer à toutes ces dames mes félicitations » reviennent fréquemment sous sa plume témoignant de sa satisfaction devant l’affirmation de cet enseignement secondaire féminin qui lui est si cher. Une appréciation défavorable sur le laconisme d’un rapport peut fort bien être suivie de compliments le mois suivant. Ses annotations montrent qu’il est conscient de l’ampleur du travail demandé et des fatigues qui peuvent en résulter. Informé du surmenage que cause l’augmentation sensible des effectifs du collège de Soissons sans augmentation du personnel de surveillance, il obtient la nomination d’une suppléante. Quelques semaines plus tard, il note : « Me faire connaître si l’arrivée de la suppléante a apporté à ces dames37. » À la suite d’une visite dans ce même collège, il écrit : « Confidentiel. Je suis bien inquiet de la santé de Madame la Directrice et serais heureux d’apprendre son amélioration38. » Au lendemain d’une nouvelle visite à Soissons, où le manque de personnel de surveillance se fait toujours cruellement sentir, il ne peut se retenir d’écrire : « Comment va Madame la Directrice ? Et les surveillantes ? Les malheureuses commencent-elles à être un peu moins écrasées ? C’était pitié quand je les ai vues39. »

20Enfin, Georges Lyon s’emploie dans ses notes à tempérer la sévérité et les jugements hâtifs de quelques-unes de ses directrices à l’égard des professeurs et des surveillantes. À une directrice lui signalant que beaucoup de professeurs et de surveillantes sont trop souvent absentes pour raison de santé et qu’il conviendrait que l’administration fasse passer un examen médical avant de confier un poste, il fait remarquer :

« Ce que demande Madame la Directrice est irréalisable. Comment veut-elle qu’à chaque changement de poste on désigne un expert chargé de constater les aptitudes physiques des professeurs ou des maîtresses ? Peut-on si un professeur sent soudain sa santé défaillir lui retirer son gagne-pain, laisser subitement une mère de famille sans situation alors que cette situation, elle l’a conquise par son travail et ses examens ? Ce serait barbare et injuste. »

  • 40 AD du Nord, 2 T 2346, Collège de jeunes filles d’Abbeville, mars 1909.

21Il conclut son admonestation par un très diplomatique : « Et à la réflexion, Madame la Directrice n’en saurait juger autrement40. » Sur le rapport d’une directrice qui se plaint vivement de l’inculture de ses professeurs, il note :

  • 41 AD du Nord, 2 T 2226, Collège de jeunes filles de La Fère, février 1911.

« Évidemment, il serait désirable que tout le personnel fit preuve d’une culture étendue. Par malheur, le personnel féminin est loin de suffire aux besoins des établissements de jeunes filles. Et puis il faut bien que nos apprenties professeurs fassent quelque part leurs premières armes. Donc il convient de les guider, de les encourager, et l’expérience aidant leur valeur ne manquera pas de s’accroître41. »

  • 42 AD du Nord, 2 T 2231, Collège de jeunes filles de Laon, novembre 1909.

22Enfin quand une directrice souhaite le déplacement d’un professeur, il réclame un rapport en règle « motivant le déplacement d’office. Nous (le recteur et l’inspecteur d’académie) ne pouvons agir qu’à cette condition42 ».

Georges Lyon et sa conception de l’enseignement secondaire féminin

23Acquis à la nécessité d’un enseignement souple et vivant, Georges Lyon ne cesse de demander aux directrices et aux professeurs d’éviter de surcharger leurs élèves de travaux inutiles, mais de cultiver plutôt leur intelligence. Il espère à la fois former de bonnes épouses et de bonnes mères mais s’intéresse aussi à la question du baccalauréat pour les filles.

Éviter le surmenage et cultiver les intelligences

  • 43 AD du Nord, 2 T2346, Collège de jeunes filles d’Abbeville, décembre 1905.
  • 44 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai, décembre 1908. Dans son rapport, la direc (...)
  • 45 Le collège Sévigné était un établissement secondaire privé laïque de jeunes filles ouvert le 3 nov (...)
  • 46 AD du Nord, 2 T 2307, Collège de jeunes filles de Tourcoing, décembre 1909.
  • 47 Ibid., juillet 1911 et mai 1912.

24L’abondance des devoirs donnés aux élèves du collège d’Abbeville lui suggère cette mise en garde : « Je recommande à Madame la Directrice dont je connais la vigilance de prévenir les abus de devoirs ou de leçons. Il ne faut pas surcharger nos élèves43. » Informé par le rapport de la directrice du collège de Douai de la multiplicité des travaux écrits demandés aux élèves par leurs professeurs, il revient à la charge et note en soulignant sa remarque : « Il faut absolument réagir contre la tendance à abuser des résumés et à convertir en travaux de paperasserie des efforts qui doivent avant tout être intellectuels44. » Aussi ne cesse-t-il d’encourager les professeurs qui s’informent de nouvelles méthodes d’enseignement et tentent de les mettre en pratique. Ayant appris que la jeune maîtresse, responsable de la classe enfantine du collège de Tourcoing, se fait envoyer les comptes rendus des conférences sur l’éducation des tout petits faites au collège Sévigné45, il note : « Madame la Directrice est bien inspirée de profiter des exemples que Paris peut nous donner pour en faire à son jeune et intéressant collège d’utiles applications46. » En juillet 1911, il autorise la transformation de la classe enfantine en jardin d’enfants confié à « une jeune froebelienne » venue de Paris et, le 19 mai 1912, il assiste à la conférence donnée par un professeur du collège Sévigné sur Froëbel et les jardins d’enfants47.

  • 48 AD du Nord, 2 T 2237, Lycée de jeunes filles de Saint-Quentin, janvier 1906.
  • 49 Ibid., janvier 1909.
  • 50 Ibid., janvier 1909.

25Le professeur de dessin du lycée de jeunes filles de Saint-Quentin est félicité pour « la bonne direction qu’elle donne à son enseignement. Elle s’efforce avec succès d’entrer dans les voies nouvelles qui ont été recommandées48 ». Chaud partisan de l’acquisition des connaissances sous une forme agréable susceptible de capter l’intérêt des jeunes filles, Georges Lyon encourage les sorties éducatives. Quand la directrice du collège de Douai lui apprend que 50 élèves se sont rendues à Lille visiter le Musée houiller et entendre une conférence d’un professeur de la Faculté des Sciences sur La houille et les particularités du bassin houiller du Nord et du Pas-de-Calais, il note sur le rapport : « C’est une idée excellente. Il est souhaitable que cette intention heureuse ait des lendemains49. » À Madame Bloch-Alcan, professeur au lycée de Saint-Quentin, qui fait visiter les monuments gothiques de la ville, il fait dire : « L’initiative de Madame Bloch-Alcan est d’un excellent exemple. Je l’en félicite et je souhaite qu’elle trouve des imitatrices50. »

Développer la culture artistique mais aussi l’enseignement professionnel

  • 51 AD du Nord, 2 T 2331, Collège de jeunes filles de Laon, novembre 1907. On n’a pas d’information su (...)
  • 52 AD du Nord, 2 T 2304, Collège de jeunes filles de Roubaix, décembre 1909.
  • 53 AD du Nord, 2 T 2255, Collège de jeunes filles de Rethel, avril 1908.
  • 54 AD du Nord, 2 T 2346, Lycée de jeunes filles d’Abbeville, décembre 1908.

26Dans ses remarques, Georges Lyon s’arrête longuement sur la nécessité de développer la culture artistique des élèves en dehors des cours de musique et de dessin. Toutes les occasions doivent être saisies. Quand les élèves du collège de Laon décorent toutes les salles de classe de gravures qu’elles ont choisies et encadrées, Georges Lyon note : « J’applaudis à cette initiative qui va dans le sens de l’Art à l’École51. » Sur le rapport de la directrice du collège de Roubaix, qui lui fait part de la décoration des classes par les élèves, il note : « Peut-être que Madame la Directrice pourrait faire prendre une photographie de cet essai. Nous l’enverrons à notre exposition pédagogique de Bruxelles52. » Dans la participation des élèves du collège de Rethel à l’aménagement des plates-bandes et du massif de la cour d’honneur, il voit « une charmante application et saine et bonne de l’action esthétique53 ». Il encourage les activités musicales en dehors des cours de musique. Il se réjouit de « l’excellente création que celle d’une société de chant qui contribuera grandement à entretenir chez nos élèves le goût musical. Tous nos vœux de succès pour elle54 ». Il félicite la directrice du lycée de Saint-Quentin d’avoir donné l’autorisation à plusieurs élèves d’assister à une conférence donnée en ville sur le thème Jean Christophe et Romain Rolland suivie d’une exécution de pièces musicales. « De telles séances ne peuvent qu’éveiller ou entretenir chez ces jeunes filles le goût des choses de l’art donc le sentiment de l’Art. »

  • 55 AD du Nord, 2 T 2226, Collège de La Fère, juin 1910, novembre 1910.
  • 56 AD du Nord, 2 T 2346, Collège de jeunes filles d’Abbeville, décembre 1908.
  • 57 AD du Nord, 2 T 2304, Collège de jeunes filles de Roubaix, novembre 1909.

27Georges Lyon se montre très sensible aux initiatives de quelques directrices pour organiser des enseignements professionnels même quand ils ne respectent pas la lettre du programme. Quand la directrice du collège de La Fère crée un enseignement de la dentelle au fuseau, il note sur son rapport : « Voilà une heureuse innovation qui répond certainement à un intérêt régional » et il ajoute : « C’est une preuve de plus de la souplesse que nous savons donner à nos programmes. » Quelques mois plus tard, il réitère ses félicitations à l’annonce de l’ouverture de cours de sténodactylographie et s’engage à soutenir les démarches de la directrice pour l’achat d’une machine à écrire55. L’introduction de cours de sténographie au lycée de jeunes filles d’Abbeville le remplit d’aise : « J’approuve pleinement l’idée d’instituer des cours de sténographie. Nous ne saurons faire trop de place aux enseignements utiles56. » À Roubaix, quand la directrice du collège ouvre un cours de mode d’une heure un quart hebdomadaire pour toutes les élèves, il approuve immédiatement son initiative qu’il apprend « avec plaisir57 ».

Former une bonne épouse mais aussi une bachelière

  • 58 Voir Marchand Philippe, « Georges Lyon Un grand chef d’académie à Lille », op. cit., p. 146-147.

28Soucieux de l’élargissement culturel, artistique et professionnel de l’enseignement secondaire féminin, Georges Lyon n’en est pas moins convaincu de la nécessité de préparer les jeunes filles à leur rôle de futures épouses et de futures mères. Aussi ne cesse-t-il, dès que l’occasion lui en est fournie, d’encourager les efforts de ses directrices en faveur de l’enseignement ménager, de la puériculture et de l’hygiène infantile58. Ses nombreuses annotations sur ces sujets en témoignent :

  • 59 AD du Nord, 2 T 2337, Lycée de jeunes filles de Saint-Quentin, novembre 1906. Un cours hebdomadair (...)

« J’ai lu avec un grand plaisir ce que renferme ce rapport relativement à l’extension du cours de puériculture. À la bonne heure ! On a de l’initiative et l’on sait entrer dans l’esprit de mes instructions au lycée de jeunes filles de Saint-Quentin. C’est bien ! Il ne faut pas en effet se laisser rebuter par les trop faciles objections tirées des programmes fréquemment opposés à tout progrès. Il faut savoir jeter du lest59. »

  • 60 AD du Nord, 2 T 2304, Collège de jeunes filles de Roubaix, juillet 1907.
  • 61 AD du Nord, 2 T 2231, Collège de jeunes filles de Laon, avril 1907.

29En juillet 1907 à propos du collège de Roubaix, il relève : « Je serais très heureux qu’au collège de Roubaix cette année un cours régulier, ample et substantiel d’hygiène et de puériculture fut institué. Le collège a la bonne fortune de posséder un professeur apte à le donner60. » Il note pour la directrice du collège de Laon : « Que l’exiguïté des locaux ne décourage pas la bonne volonté de notre vaillante directrice ! Elle trouvera, j’en suis sûr, le moyen de créer un bon enseignement ménager61. »

  • 62 Sur les résultats de cette politique du recteur, voir DUNGLAS Bérangère, Les premières bachelières (...)
  • 63 AD du Nord, 2 T 2231, Collège de jeunes filles de Laon, novembre 1909, décembre 1909.
  • 64 AD du Nord, 2 T 2307, Collège de jeunes filles de Tourcoing, novembre 1909.
  • 65 AD du Nord, 2 T 2299, Lycée de jeunes filles de Lille, novembre 1909, mars 1910. À la grande satis (...)
  • 66 AD du Nord, 2 T 2320, Collège de jeunes filles d’Arras, juillet 191.

30L’intérêt de Georges Lyon pour l’enseignement ménager et pour l’enseignement de la puériculture ne doit pas conduire à le ranger parmi les nostalgiques d’une conception conservatrice de l’éducation de la jeune fille. Le recteur souhaite le développement dans les établissements féminins de l’enseignement du latin et donc de la possibilité pour les jeunes filles de préparer le baccalauréat de l’enseignement secondaire classique62. En novembre 1909, il fait avertir la directrice du collège de Laon que la question du cours de latin l’intéresse « vivement ». Et, il ajoute : « Six ou sept élèves constitueraient pour commencer un minimum suffisant. La rémunération mensuelle serait pour chaque élève de cinq francs par mois si elles étaient six. » Informé de l’ouverture du cours en novembre 1910, Georges Lyon témoigne immédiatement sa satisfaction : « J’apprends avec plaisir l’organisation du cours de latin. Dans quelque temps, je prierai Madame la Directrice de me faire connaître les résultats obtenus63. » Après avoir félicité la directrice du collège de jeunes filles de Tourcoing pour « la rentrée des plus brillantes », il demande : « Comment vont les cours de latin64 ? » Les visites qu’il rend au lycée Fénelon de Lille nous apportent un témoignage supplémentaire de son intérêt pour l’enseignement du latin. Le 28 novembre 1909, accompagné de Georges Lefèvre, le doyen de la faculté des lettres de Lille, il assiste au cours de latin ouvert à la rentrée d’octobre et donné par un professeur du lycée Faidherbe. Il y retourne quelques mois plus tard pour s’informer de l’organisation de la préparation au baccalauréat65. Les remarques de Georges Lyon montrent aussi qu’il est attentif à la façon dont est menée la préparation des examens pour laquelle il recommande d’éviter le surmenage. À une directrice qui constate « avec regret que la plupart des élèves qui se préparent aux examens manquent d’intelligence » et qu’il convient de compenser ce manque par un surcroît de travail, il conseille : « Il faut y regarder à deux fois avant de prononcer que les jeunes filles manquent d’intelligence. Ce qui est le plus souvent vrai est qu’elle manque de réflexion. Et ce manque-là se répare non par un surmenage important mais par un redoublement d’attention66. »

La question de la discipline et des surveillantes

  • 67 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai, avril 1905.
  • 68 AD du Nord, 2 T 2258, Collège de jeunes filles de Sedan, février 1908.

31Attentif aux contenus de l’enseignement et aux innovations qui peuvent y être introduites, Georges Lyon ne l’est pas moins à la discipline, question sur laquelle il s’étend longuement dans ses annotations. Ses remarques sont essentiellement destinées aux maîtresses chargées de la surveillance des élèves pendant le temps où elles ne sont pas avec leurs professeurs. Que leur recommande-t-il ? En premier lieu d’être de « bonnes éducatrices » et à cette fin qu’elles se persuadent qu’elles ont une « mission » de tous les instants et dont il ne cesse de souligner l’importance. En second lieu, il leur recommande d’asseoir leur autorité sans recours excessif à la sévérité. « Il importe que Mesdemoiselles les surveillantes se rendent compte que leur autorité sur les élèves doit être surtout faite de persuasion. C’est la meilleure des influences et, en s’y appliquant, elles parviendront à l’exercer. Il faut y songer et le vouloir67. » Sans se lasser, Georges Lyon essaie de faire partager à son personnel cette conviction du rôle de l’autorité morale. À une directrice qui déclare recommander « à ces dames une sévérité aussi grande que possible », il répond : « Comme il serait souhaitable qu’une excellente discipline pût être obtenue sans un excessif recours à la sévérité ! La persuasion ne saurait-elle avoir son efficacité68 ? »

  • 69 Ibid., février 1908.
  • 70 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai, février 1909.

32Sur un autre rapport, il note : « Oui, la discipline dans une maison d’éducation est chose essentielle. Mais l’autorité morale, l’action persuasive, la sollicitude constante de nos maîtresses peut beaucoup pour la faire accepter naturellement et sans effort69. » Quand une directrice lui apprend que les surveillantes participent aux jeux des élèves, il marque sa satisfaction en ces termes : « Madame la Directrice a tout à fait raison de désirer que les répétitrices se mêlent aux jeux des élèves et au besoin se prêtent à les organiser. C’est ainsi que ces Dames vivant avec les élèves d’une vie plus directe les connaîtront mieux et rempliront plus pleinement leur tâche si belle d’éducatrices70. » Il ne lui suffit pas que les surveillantes soient proches de leurs élèves ; il attend le même comportement de ses directrices. Aussi félicite-t-il une directrice qui organise au cours de l’année plusieurs soirées pour les internes dans ses appartements. En revanche, il s’en prend vivement à la directrice du lycée Fénelon qui lui semble négliger ses internes :

  • 71 AD du Nord, 2 T 2293, Lycée Fénelon (Lille), janvier 1908.

« Je suis fâcheusement impressionné que des internes trouvent la vie du lycée triste et s’y sentent abandonnées. Là encore, l’action de la directrice peut être décisive. Les internes de Fénelon sont peu nombreuses. Il lui est donc facile de se faire un peu leur amie, leur confidente, de conseiller les surveillantes, de les exhorter à se montrer attentives et maternelles. Les enfants sont sensibles à l’affection, à la bonté confiante71. »

  • 72 Ibid., janvier 1910.
  • 73 AD du Nord, 2 T 2320, Collège de jeunes filles d’Arras, mai 1906, octobre et novembre 1906.
  • 74 AD du Nord, 2 T 2226, Collège de jeunes filles de La Fère, décembre 1907.

33Mais quelle n’est pas sa satisfaction quand il apprend le dévouement et « la sollicitude si attentive que montre Mademoiselle Loison (infirmière) à nos petites élèves quand elles sont souffrantes72 ». Il demande de la féliciter « vivement ». Si le recteur admet que les punitions sont parfois nécessaires, il en dénonce souvent l’abondance. Sur le rapport du collège d’Arras reçu en mai 1906, il manifeste son étonnement d’un grand point d’interrogation porté en marge du rapport devant les 125 punitions infligées à deux élèves pour devoirs non-faits et leçons non-sues. En octobre 1906, son attention est de nouveau attirée par les 166 punitions de trois élèves : 75 à la première, 78 à la seconde et 113 à la troisième. Il note en marge : « C’est beaucoup. » Le mois suivant, il note à nouveau qu’il y a toujours trop de punitions73. La diminution de leur nombre dans les mois suivants montre l’efficacité de ses remarques. Georges Lyon intervient aussi pour rappeler qu’il faut éviter toute punition portant préjudice au moral des élèves. « Sur un point », note-t-il dans un rapport de la directrice du collège de La Fère, « je fais des réserves : la privation de correspondance comme moyen de punition. Je préférerais qu’à l’avenir, il n’en fût plus fait usage74 ».

  • 75 AD du Nord, 2 T 2320, Collège de jeunes filles d’Arras, novembre 1908.

34Toutes ces annotations, fruit d’un inlassable travail quotidien, sont indispensables dès lors qu’on s’intéresse à la figure de Georges Lyon. Elles sont révélatrices de la personnalité d’un grand serviteur de la République qui a voulu donner ses lettres de noblesse à l’enseignement secondaire public féminin. Elles révèlent un homme exigeant parce qu’il est au service d’un idéal : assurer la promotion de la jeune fille par l’accès au savoir et par des études débouchant sur le baccalauréat et non plus seulement sur les diplômes que les créateurs de l’enseignement secondaire féminin avaient imaginés. On le voit en même temps plein d’une humanité qui le pousse à vouloir faire des lycées et collèges de jeunes filles des établissements où il fait bon vivre et étudier. Concluons par ce dernier exemple qui le dépeint parfaitement. À une directrice qui se plaint du bruit que font ses élèves des classes primaires, il répond : « Je n’en veux pas aux élèves des classes primaires d’être un peu bruyants. Je leur demande seulement de ne pas l’être en classe. Il faut de bonne heure apprendre le respect du travail75. »

Note

1 Châtelet Albert, « Discours du recteur de l’Académie de Lille, devant la tombe de M. Georges Lyon à Saint-Jean-en-Royans, 19 octobre 1924 », dans Georges Lyon, 1853-1929, Lille, Société d’Éditions du Nord, 1929, p. 20.

2 Marchand Philippe, « Georges Lyon : un grand recteur d’académie à Lille de 1903-1924 », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie : deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 134-155.

3 Lyon Georges, La formation et la croissance des universités françaises, Lille, Éditions de Lille-Université, 1913, p. 10-11.

4 Lyon Georges, La philosophie de l’éducation. Influence des vicissitudes de la pensée philosophique sur l’enseignement en France. Conférences faites aux élèves de l’École normale de Fontenay-aux-Roses, Paris, Hachette, 1890.

5 L’académie de Lille comprend cinq départements : Aisne, Ardennes, Nord, Pas-de-Calais et Somme.

6 Mais aussi les proviseurs et les principaux des établissements secondaires de garçons.

7 Deux visites en 1904, six en 1904, quatre en 1905, six en 1907, dix en 1908, cinq en 1910. Sur l’intérêt que Georges Lyon porte au lycée Fénelon, voir Lacroix Emmanuelle et Leblanc Amandine, L’enseignement secondaire féminin à Cambrai, Lille et Roubaix 1880-1914, maîtrise, Université Charles de Gaulle-Lille 3, 2000, 280 p.

8 AD du Nord, 2 T 2346, Rapport de la directrice du collège de jeunes filles d’Abbeville, 25 février 1906 (Désormais, on ne précisera que la cote suivie du nom de l’établissement et de la date du rapport).

9 Abbeville, Armentières, Arras, Calais, Douai, La Fère, Laon, Lille, Rethel, Roubaix, Saint-Quentin, Sedan, Soissons, Tourcoing.

10 Lyon Georges, Formation et croissance de l’enseignement des jeunes filles Discours prononcé à la distribution des prix du collège de jeunes filles de Châtellerault, 11 juillet 1925, Paris, Imprimerie Vilain et Bar, 1925.

11 AD du Nord, 2 T 2234, Collège de jeunes filles de Roubaix, juin 1906.

12 AD du Nord, 2 T 2346, Collège de jeunes filles d’Abbeville, octobre 1911.

13 AD du Nord, 2 T 2264, Collège de jeunes filles d’Armentières, novembre 1911.

14 AD du Nord, 2 T 2307, Collège de jeunes filles de Tourcoing, novembre 1903.

15 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai, novembre 1903.

16 AD du Nord, 2 T 2234, Collège de jeunes filles de Calais, novembre 1903.

17 AD du Nord, 2 T 2346, Collège de jeunes filles d’Abbeville, janvier 1905.

18 AD du Nord, 2 T 2258, Collège de jeunes filles de Sedan, février 1904.

19 AD du Nord, 2 T 2226, Collège de jeunes filles de La Fère, décembre 1909.

20 AD du Nord, 2 T 2237, Lycée de jeunes filles de Saint-Quentin, juillet 1911.

21 AD du Nord, 2 T 2226, Lycée de jeunes filles d’Abbeville, juillet 1907.

22 AD du Nord, 2 T 2237, Lycée de jeunes filles de Saint-Quentin, juillet 1911.

23 AD du Nord, 2 T 2243, Collège de jeunes filles de Soissons, février 1911. La directrice signale « le désarroi causé par la non-concordance des congés […]. Nous donnons l’impression de ne pas nous entendre entre les établissements secondaires ».

24 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai décembre 1907. Sur le poids de la droite à Douai dans les années 1900-1914, voir Rouche Michel (dir.), Histoire de Douai, Dunkerque, Westhoek-Éditions des Beffrois, 1985, p. 241-243. Voir aussi Duphil Sandrine, Histoire du lycée de garçons de Douai de 1802 à 1939, maîtrise, Université Charles de Gaulle-Lille3, 1998 (qui montre comment le parti conservateur et clérical profite de toutes les occasions qui lui sont fournies pour s’en prendre avec violence à l’enseignement secondaire public).

25 AD du Nord, 2 T 2304, Collège de jeunes filles de Roubaix, novembre 1909. Dans son rapport, la directrice fait état du départ de plusieurs élèves à la suite « d’une campagne cléricale qui gênera la rentrée de Pâques ». Les mêmes faits se reproduisent en 1910.

26 AD du Nord, 2 T 2243, Collège de jeunes filles de Soissons, novembre et décembre 1909. La directrice a obtenu de l’archiprêtre que l’horaire des leçons de catéchisme, une fois arrêté, ne change pas.

27 AD du Nord, 2 T 2234, Collège de jeunes filles de Calais, octobre 1913.

28 AD du Nord, 2 T 2229, Lycée Fénelon de Lille, décembre 1907 et janvier 1908.

29 AD du Nord, 2 T 2228, Collège de jeunes filles de Sedan, mars 1911.

30 AD du Nord, 2 T 2226, Collège de La Frère, juillet 1908.

31 AD du Nord, 2 T 2243, Collège de jeunes filles de Soissons, janvier 1911.

32 AD du Nord, 2 T 2264, Collège de jeunes filles d’Armentières, décembre 1908.

33 Ibid., novembre 1909.

34 AD du Nord, 2 T 2255, Cours secondaire de Rethel, janvier et octobre 1912. L’école primaire supérieure est installée avec le cours secondaire dans le même bâtiment. La coexistence semble avoir été difficile entre les deux directrices. L’affaire semble se calmer quand, en mai 1912, la municipalité annonce son intention de fermer le cours secondaire et de le remplacer par l’école primaire supérieure. Le 12 juin 1914, Georges Lyon se rend à Rethel en compagnie de l’inspecteur d’académie. Au terme d’un entretien avec le maire, l’affaire est suspendue jusqu’au vote du budget d’octobre.

35 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai, octobre 1913.

36 AD du Nord, 2 T 2255, Cours secondaire de Rethel, mars 1909. Au cours de ces deux matinées, les élèves vendent des gâteaux qu’elles ont préparés et des fleurs. La recette, 275 francs, est consacrée à l’achat de livres pour la bibliothèque.

37 AD du Nord, 2 T 2243, Collège de jeunes filles de Soissons, mai 1904. À plusieurs reprises, le recteur fait état de la pénurie d’enseignantes et de surveillantes. En novembre 1909, il note dans le rapport de la directrice du collège d’Arras : « Nous n’avons pas encore le personnel suffisant à tous les besoins de l’enseignement » (AD du Nord, 2 T 2320).

38 Ibid., janvier 1906. Dans ses observations, le recteur se demande si les quatre professeurs du collège de garçons chargés de donner des cours aux jeunes filles font leur travail « avec tout le zèle désirable ». Le jour de sa visite, deux professeurs étaient absents, un troisième assistait à un enterrement. Enfin, le dernier n’avait pas de motif précis pour justifier son absence.

39 Ibid., mars 1906.

40 AD du Nord, 2 T 2346, Collège de jeunes filles d’Abbeville, mars 1909.

41 AD du Nord, 2 T 2226, Collège de jeunes filles de La Fère, février 1911.

42 AD du Nord, 2 T 2231, Collège de jeunes filles de Laon, novembre 1909.

43 AD du Nord, 2 T2346, Collège de jeunes filles d’Abbeville, décembre 1905.

44 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai, décembre 1908. Dans son rapport, la directrice se plaint longuement de son personnel qui semble ne pas écouter ses conseils.

45 Le collège Sévigné était un établissement secondaire privé laïque de jeunes filles ouvert le 3 novembre 1880 à la veille de l’adoption de la loi Camille Sée. Ses fondateurs regroupés au sein de la Société pour la propagation de l’instruction parmi les femmes souhaitaient créer un établissement de haute tenue pédagogique et éducative. Le collège Sévigné devint très rapidement un terrain d’expérience pour l’élaboration des textes règlementaires régissant l’enseignement secondaire public des jeunes filles. Sévigné est le premier établissement féminin à ouvrir un jardin d’enfants en 1909. Cette même année, Sévigné ouvrait une formation de jardinières d’enfants et de maîtresses pour les petites classes. Les méthodes pédagogiques mises en œuvre dans la section enfantine de l’établissement allaient connaître un très grand succès et se répandre dans de nombreux collèges et lycées de jeunes filles. Sur le collège Sévigné, voir Mayeur Françoise, L’enseignement secondaire des Jeunes Filles sous la Troisième République, Paris, Presses de la FNSP, 1977, p. 86-90.

46 AD du Nord, 2 T 2307, Collège de jeunes filles de Tourcoing, décembre 1909.

47 Ibid., juillet 1911 et mai 1912.

48 AD du Nord, 2 T 2237, Lycée de jeunes filles de Saint-Quentin, janvier 1906.

49 Ibid., janvier 1909.

50 Ibid., janvier 1909.

51 AD du Nord, 2 T 2331, Collège de jeunes filles de Laon, novembre 1907. On n’a pas d’information sur cette œuvre de Georges Lyon dont il annonce la naissance en avril 1907 dans le rapport de la directrice du collège de La Fère : « J’applaudis au souci de Madame la Directrice de faire pénétrer la culture artistique chez ses élèves. J’ai moi-même quelques projets généraux à ce sujet dont je donnerai quelque jour de plus amples détails mais je serais heureux que des initiatives particulières me devancent » (AD du Nord 2 T 2226).

52 AD du Nord, 2 T 2304, Collège de jeunes filles de Roubaix, décembre 1909.

53 AD du Nord, 2 T 2255, Collège de jeunes filles de Rethel, avril 1908.

54 AD du Nord, 2 T 2346, Lycée de jeunes filles d’Abbeville, décembre 1908.

55 AD du Nord, 2 T 2226, Collège de La Fère, juin 1910, novembre 1910.

56 AD du Nord, 2 T 2346, Collège de jeunes filles d’Abbeville, décembre 1908.

57 AD du Nord, 2 T 2304, Collège de jeunes filles de Roubaix, novembre 1909.

58 Voir Marchand Philippe, « Georges Lyon Un grand chef d’académie à Lille », op. cit., p. 146-147.

59 AD du Nord, 2 T 2337, Lycée de jeunes filles de Saint-Quentin, novembre 1906. Un cours hebdomadaire de puériculture est donné le jeudi depuis le mois d’octobre 1905. Il est fréquenté par 47 élèves.

60 AD du Nord, 2 T 2304, Collège de jeunes filles de Roubaix, juillet 1907.

61 AD du Nord, 2 T 2231, Collège de jeunes filles de Laon, avril 1907.

62 Sur les résultats de cette politique du recteur, voir DUNGLAS Bérangère, Les premières bachelières de l’académie de Lille 1900-1940, maîtrise, Université Charles de Gaulle – Lille 3, 2002, p. 75-85.

63 AD du Nord, 2 T 2231, Collège de jeunes filles de Laon, novembre 1909, décembre 1909.

64 AD du Nord, 2 T 2307, Collège de jeunes filles de Tourcoing, novembre 1909.

65 AD du Nord, 2 T 2299, Lycée de jeunes filles de Lille, novembre 1909, mars 1910. À la grande satisfaction du recteur, deux élèves obtenaient la première partie du baccalauréat, série latin-langue vivante avec la mention assez bien à la session de juillet 1910. En 1913, elles sont sept. Le collège de Cambrai a sa première bachelière en 1911. Elles sont deux en 1912.

66 AD du Nord, 2 T 2320, Collège de jeunes filles d’Arras, juillet 191.

67 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai, avril 1905.

68 AD du Nord, 2 T 2258, Collège de jeunes filles de Sedan, février 1908.

69 Ibid., février 1908.

70 AD du Nord, 2 T 2279, Collège de jeunes filles de Douai, février 1909.

71 AD du Nord, 2 T 2293, Lycée Fénelon (Lille), janvier 1908.

72 Ibid., janvier 1910.

73 AD du Nord, 2 T 2320, Collège de jeunes filles d’Arras, mai 1906, octobre et novembre 1906.

74 AD du Nord, 2 T 2226, Collège de jeunes filles de La Fère, décembre 1907.

75 AD du Nord, 2 T 2320, Collège de jeunes filles d’Arras, novembre 1908.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540