Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Première partie. L’affirmation progressive d’une fonction administrative (1808-1940) : une création napoléonienne conservée

L’administration scolaire, agence de renseignements ? Les rapports confidentiels des recteurs d’académie de la fin de l’empire autoritaire au début de l’empire libéral

Julie Bruxelle

Texte intégral

  • 1 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel du deuxième trimestre 1861.

« Aucune administration ne pénètre plus avant que la nôtre dans les rangs de la société. Aucune n’est mieux placée pour suivre les mouvements de l’opinion, pour compter combien le pouls de nos populations bat de pulsations à la minute. Mes collaborateurs ont bien compris que je ne leur demandais pas de recueillir des commérages de police mais qu’il s’agissait de voir, de haut et dans son ensemble, la situation des esprits, les idées qui les préoccupent, les impressions, les aspirations que manifestent les masses1. »

  • 2 Goedert-Abaji Nathalie, « Quand les recteurs regardaient la France », dans Bontemps Claude (dir.),(...)

1Ainsi s’exprime le recteur Nancy, Charles Dunoyer, dans son rapport confidentiel du second trimestre de l’année 1861. En effet, depuis l’attentat d’Orsini du 14 janvier 1858 contre le couple impérial, qui met en exergue la fragilité du pouvoir et aboutit à l’instauration d’une loi de sûreté générale, la surveillance des populations s’accroît à tous les échelons de l’administration, et notamment au sein du ministère de l’Instruction publique et des Cultes. L’angoisse du pluralisme politique, la peur de l’instabilité, l’inquiétude étatique d’une absence d’adhésion poussent à une systématisation de la surveillance, à une recherche du véritable état des esprits de la part du gouvernement. Dans la circulaire du 19 mars 1858, Gustave Rouland ordonne aux recteurs de lui adresser des rapports trimestriels confidentiels sur « l’état moral, politique et religieux », pour suivre « les mouvements de l’opinion, observer les tendances et les besoins de la population » de leur académie, en plus des rapports mensuels, annuels et rapports « circonstanciés » rédigés pour chaque affaire spéciale2. Les recteurs, comme les autres fonctionnaires, sont garants de l’ordre public et agents de propagande chargés de surveiller et de diriger l’opinion publique. Leur mission est double : fonction de représentation de l’enseignement public auprès des autorités civiles et religieuses, et fonction politique par l’exercice d’une tutelle étroite sur les opinions du corps enseignant. Le rôle d’agent de surveillance gagne, alors, en importance. Les rapports confidentiels sont à considérer constamment de deux façons : dans leur contenu et comme objet d’étude en eux-mêmes, en ce qu’ils sont un lieu privilégié de mise en scène des recteurs.

  • 3 Les sources archivistiques disponibles sont les suivantes : Archives nationales, F17 1641, rapport (...)

2Leur analyse permet, dès lors, de s’interroger sur le degré d’adhésion des recteurs au programme de surveillance policière du régime et, en retour, sur l’appréhension de ces rapports par le pouvoir en place. Nous étudierons tout d’abord les rapports confidentiels comme témoins d’une surveillance généralisée, puis l’attitude des recteurs partagée entre réticence et adhésion face à la demande ministérielle, tout en nous demandant, finalement, si les rapports confidentiels parvenaient directement au ministre3.

Les rapports confidentiels des recteurs : un outil bonapartiste au service du renforcement de la surveillance de l’opinion

3Les rapports confidentiels se présentent, en premier lieu, comme les symboles d’une surveillance généralisée, mettant en concurrence les fonctionnaires des différentes administrations dans une systématisation de la surveillance de la population.

Les « objets » de la surveillance

  • 4 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1861 du recteur d’Aix.

4Les renseignements que les recteurs se chargent de récolter concernent plusieurs catégories de la population. Les notables et les personnes influentes de leur ressort sont dans leur ligne de mire, notamment lors de situations particulières à l’instar des élections. Les opposants au régime potentiels ou avérés sont évoqués : fréquenter des légitimistes peut conduire à une assimilation avec ce groupe, comme le fait le recteur d’Aix. Après avoir souligné la présence de socialistes et de légitimistes dans le Var, il aborde l’exemple du préfet du département, M. Mercier-Lacombe, « qui a épousé une femme d’une grande famille légitimiste influente4 » et affirme que les légitimistes ont toutes les mairies et sont devenus les maîtres au conseil général. Pour prouver la véracité de son propos, il cite le cas de Toulon, où le maire était un « légitimiste éclairé », M. Pessonnaux, « fort honnête, plein d’honneur et qui aurait appuyé la création d’un lycée impérial » mais que le préfet a remplacé par M. Fleury. Alors que l’académie avait un interlocuteur favorable aux établissements publics laïques, le préfet, suspecté de subir l’influence de la famille de son épouse, a nommé un autre maire, dont l’appui aux initiatives du recteur n’est pas assuré.

  • 5 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 2e trimestre 1861 du recteur de Grenoble.
  • 6 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 4e trimestre 1862 du recteur de Chambéry.

5Certaines circonscriptions comptent des légitimistes et des cléricaux en grand nombre, comme s’en plaint Jean-Antoine Quet, recteur de Grenoble lorsqu’il évoque la vive lutte au sujet de trois membres du conseil général pour l’arrondissement de Privas. M. Vautrot, maire de Laveutte et président provincial de la Société de Saint-Vincent-de-Paul « passe pour l’homme le plus dévoué aux congrégations ». M. Joviac est regardé comme un « légitimiste pur sang » et M. Chalamon, président du tribunal de Privas « a la réputation d’être très clérical5 ». De même les candidats officiels sont mentionnés : Charles Zévort, en poste à Chambéry, annonce avec certitude la victoire du candidat du gouvernement en Haute-Savoie : M. Bartholony, « député actuel, sera nommé sans concurrence possible dans les arrondissements de Thonon-les-Bains et de Bonneville », car il possède « une grande fortune, n’a pas de principes politiques bien arrêtés et ne sera jamais un embarras6 ». Le régime choisit des représentants peu convaincus pour pouvoir mieux les modeler, l’essentiel étant qu’ils aient une assise économique, une popularité et des relations suffisantes pour se faire élire.

  • 7 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 2e trimestre 1858 du recteur de Rennes.
  • 8 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 3e trimestre 1861 du recteur de Montpellier.
  • 9 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 2e trimestre 1861 du recteur de Poitiers.

6Les recteurs d’académie donnent également des renseignements sur l’Église, leurs relations avec le haut et le bas clergé, et ce d’autant plus que les établissements de l’Instruction publique souffrent de la concurrence des congrégations. La majorité des prélats se montre, cependant, favorable à l’Empire. L’évêque de Rennes est « sincèrement attaché à la dynastie7 ». Les recteurs s’intéressent particulièrement aux prélats car ceux-ci disposent d’un grand pouvoir spirituel et d’une influence importante sur le clergé et les populations locales, à l’instar de l’évêque de Montpellier qui est « simple, charitable, éloquent et apprécié de toutes les classes de la société8 ». En effet, les évêques jouent un rôle d’interface entre l’administration de l’Instruction publique et les curés, qui côtoient et influencent les populations. Néanmoins un évêque allié du Trône peut être critiqué de son clergé et perdre, par là même, tout ascendant sur lui comme c’est le cas à La Rochelle : « beaucoup de prêtres lui échappent et parlent mal de lui. Ils voudraient un évêque polémiste et se plaignent de ses ménagements et de ses flatteries pour le gouvernement9 ».

  • 10 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1861 du recteur de Poitiers.
  • 11 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 4e trimestre 1862 du recteur de Clermont.
  • 12 Archives nationales, F17 4334, Rapport confidentiel, Rapport mensuel de novembre 1861 du recteur d (...)
  • 13 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1858 du recteur de Grenoble.
  • 14 Ibid., 2e trimestre 1858 du recteur de Bordeaux.
  • 15 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1860 du recteur de Bordeaux.
  • 16 Ibid., 4e trimestre 1861 du recteur d’Aix.

7À l’inverse, quelques prélats affichent leur hostilité en favorisant les congrégations dans leur diocèse ou en montrant leurs tendances ultramontaines. Néanmoins l’ensemble du haut clergé se montre plutôt favorable et respectueux envers le gouvernement à la différence du bas clergé. Celui-ci manifeste son hostilité à la politique impériale surtout à la suite de l’intervention de l’Empereur dans la guerre d’Italie, en 1859. Ainsi, le recteur de Poitiers, Louis Juste affirme : « l’eau bénite est en ébullition10 » à propos de l’agitation du bas clergé en Vendée. L’opposition des curés au gouvernement se manifeste dans l’enseignement : dans l’Allier, un prêtre refuse la première communion des enfants qui vont à l’école qu’il réprouve, ce qui fait diminuer la population des écoles11. À l’instar d’un ministre en Haute-Savoie12, les curés peuvent prêcher contre les instituteurs laïcs ou être en conflit avec eux et préférer les sœurs institutrices, comme en Ardèche13. Dans le ressort de Bordeaux, les curés ne veulent pas non plus de maîtresses laïques : « C’est une sorte de croisade passionnée qui a pour but d’accaparer toute école ayant quelque importance14. » Ils cherchent à promouvoir les établissements libres confessionnels contre les autres ; c’est pourquoi, certains d’entre eux, mentent pour faire fuir les élèves des établissements publics. Le recteur de Bordeaux évoque un ecclésiastique de la Sauve qui a critiqué le lycée sous le rapport des mœurs. Ce dernier a raconté l’anecdote de la mort prématurée de trois élèves, venant d’établissements publics, qui auraient exprimé à leur mort le regret de n’avoir pas été élevés par de bons pères ; il a ajouté que 90 % des élèves de ces établissements en sortaient corrompus15. Le curé joue sur la peur de la mort et la crainte de n’avoir pas eu une vie conforme aux principes chrétiens. La mise en scène d’enfants rend le récit pathétique et les propos tenus par ceux-ci sont présentés comme véridiques, selon l’adage « la vérité sort de la bouche des enfants ». Le curé se dédouane de toute critique directe de l’enseignement public à travers la figure des jeunes gens. L’opposition du bas clergé au gouvernement se manifeste également à l’occasion des élections, par leur soutien aux opposants du régime. Dans le Vaucluse, le clergé a pris parti contre le candidat de l’administration, M. Pamard. L’archevêque du lieu est un homme dévoué au gouvernement, mais incapable de guider ses subordonnés et d’en être écouté16.

8Enfin, les rapports confidentiels sont aussi le moment où les recteurs confient leurs pensées à propos des autres fonctionnaires. Le corps enseignant est cité suivant que les maîtres, les professeurs, les répétiteurs manifestent leurs opinions politiques, leur soutien au régime dans les élections. Les préfets n’échappent pas à la surveillance des chefs d’académie. Alors qu’une concurrence dans l’enseignement existe déjà, puisque les préfets sont responsables de l’enseignement primaire, vient s’ajouter une concurrence dans le renseignement. La circulaire du 19 mars 1858 est, en effet, perçue par les recteurs comme un désaveu de l’efficacité du travail et de la surveillance des préfets, qui n’ont pas su prévoir et empêcher l’attentat du 14 janvier 1858. De fait, les recteurs, comme les préfets, se doivent de surveiller les mêmes populations, aboutissant à une concurrence entre ces deux corps.

Une mise en concurrence des diverses administrations

  • 17 Foucault Michel, Surveiller et Punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 318 p.

9La volonté du pouvoir de tout voir, de tout savoir, de tout noter, s’exprime ainsi dans la circulaire du 19 mars 1858. On retrouve, dès lors, dans cette ambition, le panopticon de Michel Foucault dans Surveiller et punir17, si l’on veut bien considérer qu’il s’agit d’un souhait que les pratiques administratives ne suivent pas toujours et si l’on veut bien admettre qu’un rapport demandé n’est pas toujours un rapport lu avec attention. La multiplication des rapports au sein de toutes les administrations procède de la volonté du gouvernement de démultiplier et de décentraliser le regard, la surveillance à tous les échelons de la société, afin d’être au plus près des populations et de connaître au mieux leurs opinions, leurs craintes et leurs souhaits. Dans le cadre d’une mise en concurrence des diverses administrations, le ministre se montre désireux de connaître le nom des individus évoqués par les recteurs dans leurs rapports. Le souci des noms se retrouve dès les débuts de l’Empire autoritaire. Hippolyte Fortoul, au ministère de 1851 à 1856, s’en remet aux préfets et leur demande, dans la circulaire du 31 août 1853 : « Vous voudrez bien m’adresser, tous les six mois, un rapport sur le personnel de l’Instruction publique de votre département. Ce rapport devra faire connaître si le gouvernement peut compter sur le concours dévoué des membres du corps enseignant et signaler nominativement ceux qui n’offriraient pas, à cet égard, toutes les garanties désirables. » Cette exigence de noms se fait particulièrement pressante lorsqu’il s’agit de maîtres mêlés à des faits divers, des affaires d’attentats aux mœurs, qui nuisent à la réputation du corps enseignant.

  • 18 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 2e trimestre 1859 du recteur de Strasbourg.

10Laurent Delcasso, en poste à Strasbourg, relate l’étonnement des professeurs de faculté de son académie face à l’une des demandes ministérielles18. Tous les ans, ils doivent remplir des notices individuelles qui traitent de questions gênantes selon eux : les interrogations sur leur fortune privée soulèvent des critiques tandis que les blancs ou les chiffres dérisoires sont nombreux. Ce système de fiches permet au ministère de tester le degré de collaboration de ses fonctionnaires et leur honnêteté. Cependant, plusieurs professeurs refusent de donner ces renseignements soit parce qu’ils pensent que cela relève de leur vie privée et que le ministère n’a pas à connaître ce genre de choses, soit parce qu’ils peuvent craindre que les chiffres ne tombent sous les yeux de n’importe qui. La technique d’évitement est alors significative puisque ceux qui laissent un blanc affichent clairement leur désapprobation, tandis que les professeurs qui truquent les chiffres feignent de collaborer pour, en fait, se dérober à la demande du ministre. La quête de détails et de noms apparaît donc constante chez le chef de la rue de Grenelle et ce d’autant plus que les rapports susceptibles d’intéresser le ministre de l’Intérieur lui étaient communiqués. De fait, l’absence de noms ou la trop grande généralité du propos d’un recteur réticent à nommer rendaient la réutilisation du rapport impossible. Le zèle des recteurs se juge, également, à l’aune de la fréquence de leurs rapports.

L’attitude des recteurs, entre réticence et adhésion

11Les rapports confidentiels, constitués à partir des rapports des inspecteurs d’académie, permettent d’analyser le degré d’adhésion de leurs rédacteurs au programme de surveillance policière en fonction de leurs propos, de leur plus ou moins grande élaboration et de leur fréquence. La répétition des mêmes discours ou la description des micro-événements de la vie locale est due au fait que les « mouvements de l’opinion » ne changent pas en un trimestre mais aussi car cela offre une routine au recteur. Celui-ci ne peut pas être accusé de ne pas avoir envoyé de rapport mais son discours se révèle vide et sans intérêt politique pour le ministre. De même, le détachement du recteur des notes de ses subordonnés est révélateur de son implication personnelle. Le recteur de Dijon, Antoine Cournot, se contente de recopier des passages entiers des rapports des inspecteurs d’académie, ce qui lui permet de se dédouaner dans le cas d’analyses ou de jugements erronés. À l’inverse l’abbé Juste, en poste à Poitiers, fait part de choses vues et entendues pour montrer son zèle dans la surveillance des populations. La longueur des rapports, même si elle ne prévaut de rien, est significative de ce degré d’implication : le recteur de Poitiers rédige des rapports comprenant de vingt-cinq à trente pages alors que ceux des autres chefs d’académie font en moyenne de quatre à huit pages. L’attitude des recteurs face à la demande ministérielle apparaît partagée entre réticence et adhésion ; néanmoins, il faut constater que, dans leur grande majorité, les recteurs se sont montrés rétifs à l’exercice du rapport tandis qu’une minorité d’entre eux adhérait pleinement à la demande gouvernementale de surveillance.

Des recteurs rétifs à la pratique du rapport

12Sans aller jusqu’au refus net de collaborer à cette mission de surveillance générale, ce qui est impossible si ce fonctionnaire d’État veut conserver sa place, près de 80 % des chefs d’académie se montrent sujets au doute, à l’incertitude, dressant un tableau en demi-teinte de leur académie, tableau marqué par l’éphémère et la fugacité des impressions. Aussi après la circulaire du 19 mars 1858, instituant la pratique des rapports, des recteurs cherchent à mieux cerner les exigences du ministre. L’objection est, tout d’abord, faite au ministre que les recteurs ne sont pas les fonctionnaires les plus aptes à surveiller les populations :

  • 19 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1858 du recteur de Dijon.

« Je crois que la magistrature de l’Instruction publique a, comme les autres, des devoirs à remplir à ces égards et peut rendre des services. Mais en même temps je crois que c’est aux assises inférieures de cette magistrature, plutôt qu’au faîte, qu’il faut chercher de véritables sources d’informations […]. Les inspecteurs de l’instruction primaire pénètrent au cœur des populations rurales, les connaissent intus et in cute […]. Quant aux recteurs, ils vivent plus dans un monde de fonctionnaires qu’ils ne se frottent aux populations19. »

  • 20 Ibid., 1er trimestre 1858 du recteur de Bordeaux.
  • 21 Ibid., 3e trimestre 1859 du recteur de Poitiers.
  • 22 Ibid., 4e trimestre 1858 du recteur de Clermont.
  • 23 Ibid., 4e trimestre 1859 du recteur de Clermont.
  • 24 Ibid., 2e trimestre 1859 du recteur de Rennes.

13Une technique de fuite de la part des recteurs, qui refusent de se plier aux règles de la circulaire du 19 mars 1858, consiste à se défausser de leur manque d’informations sur les lacunes des rapports des inspecteurs d’académie. Ils peuvent également faire de leurs rapports confidentiels des redites de leurs rapports mensuels. Ainsi, Jean-François de la Saussaye, recteur de Lyon, énumère les effectifs des établissements de son ressort, le nombre d’admis aux divers concours, le déroulement de la rentrée, la remise des prix de fin d’année. Ce recteur, en poste de 1856 à 1873, ne se plie pas aux règles du rapport confidentiel et se contente de reproduire les remarques de ses rapports mensuels centrés sur le domaine scolaire. Il doit, de fait, bénéficier d’appuis politiques dans les hautes sphères du pouvoir pour rester en poste si longtemps mais nous n’avons pu déterminer où se situait cet appui. Enfin la technique de fuite la plus utilisée par les recteurs est la modalisation extrême du propos, qui permet de se prémunir de toute critique ultérieure. Le vocabulaire de l’apparence revient alors constamment : « Le personnel de l’académie paraît être sincèrement attaché au gouvernement20 » ; « L’état moral et religieux de l’Université est bon ; en politique, les sentiments des élèves et des maîtres paraissent être irréprochables21. » L’image de la surface est également très employée, notamment par le recteur de Clermont : « L’autorité est respectée. Elle paraît être aimée mais il faut se défier de la surface22 » ; « Le calme qui règne à la surface est surtout de l’inertie23. » Il met en avant la duplicité de la population qui peut cacher ses vraies convictions politiques ou religieuses. De même, le recteur de Rennes se risque peu dans ses rapports : « L’esprit de résistance tend à disparaître24. » Ainsi, les changements et les revirements de situation ne sont pas exclus grâce à ce vocabulaire, qui prend en considération la versatilité et la fugacité des opinions.

  • 25 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 4e trimestre 1859 du recteur de Nancy.
  • 26 Ibid., 1er trimestre 1858 du recteur de Grenoble.
  • 27 Ibid., 4e trimestre 1858 du recteur de Douai.
  • 28 Ibid., 3e trimestre 1859 du recteur de Rennes.
  • 29 Ibid., 3e trimestre 1859 du recteur de Strasbourg.

14Enfin la généralité des discours tenus permet aussi de se rétracter dans l’éventualité d’une erreur d’interprétation ou d’observation, à l’instar de Charles Dunoyer : « Je suis porté à croire que l’immense majorité de notre judicieuse population s’en remet à la sagesse du gouvernement du soin de trouver la meilleure solution25. » Les chefs d’académie de Grenoble, de Douai, de Rennes et de Strasbourg usent des mêmes précautions : « L’ensemble de la population est attachée à l’Empereur, généralement26 » ; « L’esprit politique est généralement bon27 » ; « Le pays, dans son ensemble, reste pénétré de la conviction d’un pouvoir fort28 » ; « La grande masse de la population accueillait la résolution hardie de l’Empereur avec la méfiance naturelle à une province où domine toujours un certain esprit d’opposition29. »

  • 30 Voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1809 à 1940, tome 2 : Dictionnai (...)

15La réticence des recteurs à donner des noms, à s’impliquer davantage dans leurs rapports peut s’expliquer de différentes manières, non exclusives les unes des autres. Des raisons personnelles, idéologiques sont parfois à l’origine de certaines démarches ; malheureusement cela ne laisse pas de trace pour l’historien qui en est réduit à faire des hypothèses. Une bonne intégration du recteur dans son académie peut être un élément majeur. Le fonctionnaire n’entend pas dénoncer des personnes qu’il connaît, qu’il côtoie et à qui il peut être lié. Ce raisonnement pourrait s’appliquer aux recteurs de Douai et de Strasbourg. Jean-Jacques Guillemin, en poste dans le Nord d’août 1854 à juin 1865, apparaît dans les notations des inspecteurs d’académie comme un notable bien en place, animant la vie mondaine de l’académie par ses réceptions et ses banquets. Le recteur de Strasbourg, Laurent Delcasso, effectue toute sa carrière de professeur dans cette académie, qu’il dirige ensuite de novembre 1855 à janvier 1866. Il s’y investit particulièrement pour propager la culture et la langue françaises et va jusqu’à composer des chants populaires, à l’usage des écoles et des sociétés chorales. Les inspecteurs généraux remarquent à son sujet en 1857 : « M. Delcasso est établi depuis trente ans à Strasbourg, où il a longtemps enseigné d’abord au lycée puis à la Faculté des Lettres […]. Il est connu de tout le monde et généralement estimé […]. Il s’est fait, non seulement Alsacien, mais Strasbourgeois30. »

  • 31 Voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1809 à 1940, tome 1 : L’évolutio (...)

16Il s’agit donc plus que d’une vraie résistance à l’exercice du rapport d’une forme d’apathie. Les recteurs conservent une attitude moyenne de collaboration molle pour garder leur place. En effet, près de 27 % d’autre eux ont connu au moins deux régimes politiques, montrant, par là même, la relativité et la plasticité de leurs opinions politiques31. Eugène Desroziers sert la Seconde République en dirigeant les académies de Cahors en 1848 et du Calvados en 1850, avant de se mettre au service du Second Empire. Gabriel Dutrey dirige les ressorts de Clermont, en 1830, et de Lyon, en 1833, sous la monarchie de Juillet ; il est placé à la tête de l’académie de Bordeaux de 1854 à 1861 tandis qu’Adolphe Mourier est recteur de l’académie de Haute-Garonne sous la Seconde République. Augustin Théry est le plus stable de tous puisqu’il traverse la monarchie de Juillet, la Seconde République. Il est à Montpellier en 1844, à Rennes en 1848, dans le Calvados en 1853, à Clermont en 1854 pour enfin être nommé à Caen en 1860. Enfin, l’absence de dénonciation peut aussi s’expliquer par la mise en scène des recteurs en bons administrateurs d’un ressort où tout se déroule au mieux et où le régime impérial ne rencontre aucune opposition.

L’adhésion d’une minorité au programme de surveillance

  • 32 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1861 du recteur de Poitiers.
  • 33 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 3e trimestre 1860 du recteur de Chambéry.

17À cette majorité de recteurs qui déjoue, par de multiples moyens, les règles implicites du rapport confidentiel exigé par le ministre, s’oppose une minorité de chefs d’académie qui s’y plie et adhère au programme de surveillance des populations. Seuls deux recteurs sont réellement actifs et zélés dans cet exercice : Louis Juste, recteur de Poitiers puis de Clermont et Charles Zévort, recteur de Chambéry. Ces chefs d’académie peuvent être motivés pour différentes raisons. Il s’agit, pour eux, de se présenter en administrateur zélé, loyal, obéissant parfaitement aux ordres du ministre. Ce sont d’ailleurs les recteurs collaborant le plus à la politique de surveillance qui se mettent le plus en scène dans leurs rapports. Louis Juste cherche ainsi à être conforté dans sa démarche et son travail par son supérieur et se compare aux autres, espérant mettre en avant son zèle : « Je me suis demandé plus d’une fois si j’avais continué vraiment à remplir votre pensée ou si mon travail auquel je me livrais avec tant de soin vous arrivait directement et personnellement32. » Charles Zévort donne des noms, dès son premier rapport confidentiel, et fait la liste des personnalités politiques et religieuses majeures de l’académie. Il se met en scène en administrateur loyal : « Je vous demande pardon, M. le ministre, de vous dire aussi crûment mon opinion sur des hommes qui occupent une position éminente ; mais mon devoir est de vous dire toute ma pensée33. » Il évoque la situation politique et les partis qui existaient avant l’annexion de la Savoie par la France pour conseiller le gouvernement dans les rapprochements à opérer. Il n’hésite pas à critiquer, dès le deuxième rapport, l’action et la démarche du préfet de Haute-Savoie et va même jusqu’à suggérer son remplacement : « Malgré ma répugnance à vous parler des personnes, je ne crois pas pouvoir garder le silence sur un état des choses qui empire chaque jour. Je dois donc, à mon grand regret, entretenir Votre Excellence de M. le préfet et de son administration. »

  • 34 Ibid., 4e trimestre 1862 du recteur de Chambéry.

18Les recteurs veulent aussi montrer leur bonne connaissance de leur académie et leur intégration aux réseaux de notabilités locales qui leur permet de savoir ce qui peut se préparer. Charles Zévort parle des candidatures officieuses en Savoie et se présente, par là même, très introduit dans la région, qu’il connaît bien pour pouvoir être au courant des affaires qui se trament. Le maire de Chambéry, M. Alenandy, « sans influence sur les Savoisiens, peu aimable aux Français » et M. Francisque du Bourget, « recommandé par ses alliances mais sans autorité dans le pays34 » ont voulu se présenter aux élections législatives. Enfin, un attachement personnel au ministre peut expliquer une loyauté sans faille jusque dans la mission de surveillance et de dénonciation. C’est le cas de Louis Juste, recteur de Poitiers. Proche de Gustave Rouland, dont il a officié la première communion, l’abbé Juste est placé à la tête de l’académie de Poitiers de 1856 à 1862, avant de diriger celle de Clermont de 1862 à 1865. Les notations des inspecteurs généraux varient suivant que Gustave Rouland est au ministère de l’Instruction publique ou pas. Lorsque ce dernier se trouve à la tête de la rue de Grenelle, les remarques à propos de Louis Juste sont élogieuses mais le ton change radicalement quand Victor Duruy arrive au ministère et les inspecteurs généraux laissent alors entendre que le recteur devrait songer à prendre sa retraite. Les rapports confidentiels permettent ainsi aux recteurs de mettre en scène leur zèle et leur dévouement envers leur supérieur hiérarchique et le gouvernement. Néanmoins, cet objectif ne peut être pleinement atteint que si le ministre lit lui-même les rapports envoyés.

Le ministre et les rapports confidentiels des recteurs : un accès indirect ?

19On peut, enfin, se demander si, paradoxalement, les rapports confidentiels parvenaient au ministre, ou plutôt s’ils lui parvenaient directement.

Le filtre du ministère ou les résumés de rapports

  • 35 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 2e trimestre 1859, annotation du rapport du r (...)
  • 36 Ibid., 1er trimestre 1861, Annotation du rapport du recteur de Toulouse.

20On trouve, en effet, dans les cartons des Archives nationales, des résumés de rapports pour chacun d’entre eux, écrits par un seul et même individu au vu de la calligraphie. Il ne s’agit pas du ministre en personne car les écritures sont nettement différentes. Ces résumés font d’une à six pages, avec une moyenne de quatre pages et sont d’une très grande lisibilité comparés à l’écriture brouillonne de nombreux rapports rectoraux. Les faits relatifs à la surveillance des mouvements de l’opinion, à la situation morale et religieuse y sont rapportés avec concision, laissant de côté les interrogations ou les sous-entendus des chefs d’académie. De même, le rédacteur de ces résumés ne retranscrit nullement les compliments, les mises en scènes diverses des recteurs et se contente des faits purs. Lorsqu’il fait des commentaires sur les recteurs et leurs propos, il s’agit généralement de critiques, comme celles qu’il écrit au sujet d’Antoine Cournot sur son rapport du deuxième trimestre 1859 : « Comme d’habitude, M. le recteur de Dijon ne transmet pas ses appréciations personnelles et soumet les rapports individuels de chacun des inspecteurs d’académie de son ressort […]. M. le recteur laisse-t-il à ces fonctionnaires la responsabilité de leurs appréciations35 ? » Au sujet du chef de l’académie de Toulouse, les reproches sont beaucoup moins affirmés, dans le rapport du premier trimestre 1861 : « Le recteur ne croit pas devoir insister sur les mauvais procédés de quelques évêques et sur les exigences et les mécontentements d’une partie du clergé, qui doivent pourtant attirer l’attention36. » Joseph Rocher, à la tête de l’académie de Toulouse de 1856 à 1863, ne se plie pas aux règles du rapport confidentiel et se contente de reproduire les remarques de ses rapports mensuels mais bénéficie du soutien de Gustave Rouland qui dirige la rue de Grenelle de 1856 à 1863 justement. Le rédacteur de ces résumés passe sous silence les longues digressions dans lesquelles les recteurs se mettent en scène. Ainsi, lorsque l’abbé Juste retrace sa carrière, dans une démarche de gratitude envers le ministre, le fonctionnaire n’aborde pas du tout ce passage dans le résumé du rapport du troisième trimestre 1859. Face à ces résumés plusieurs hypothèses émergent.

Hypothèses et interprétations

  • 37 Ibid., 1er trimestre 1861, Rapport du recteur de Poitiers.

21Le secrétaire est peut-être chargé de lire les rapports, de les résumer afin de permettre au ministre de ne se reporter qu’aux passages les plus intéressants, mais alors toute la mise en scène des recteurs par eux-mêmes deviendrait inopérante. On ne peut penser que cet aspect des rapports n’attire pas l’attention du chef de la rue de Grenelle, qui en apprend davantage sur ses subordonnés par la lecture des rapports que dans tous les entretiens qu’il peut avoir avec eux. Pourtant, deux éléments viennent étayer cette hypothèse : d’une part, les doutes exprimés par le recteur de Poitiers, d’autre part, une note du secrétaire. Dans son rapport du premier trimestre 1861, Louis Juste écrit : « Je me suis demandé plus d’une fois si j’avais continué vraiment à remplir votre pensée ou si mon travail auquel je me livrais avec tant de soin vous arrivait directement et personnellement37. » Ce recteur, à l’image de ceux qui se montrent les plus coopératifs en matière de surveillance, se met très souvent en scène dans ses écrits. Aussi est-il logique qu’il s’interroge sur le destinataire premier de ses rapports. Si le ministre ne lit que les résumés, il ne répond probablement pas aux attentes du subordonné qui s’interroge alors, en retour, sur la réception de ses rapports. En outre, une note en marge du résumé du rapport du quatrième trimestre 1862 du recteur de Dijon permet de pencher pour cette première hypothèse. Il y est, en effet, écrit : « Curieux pour ses détails, à lire en son entier », laissant clairement supposer que Gustave Rouland est le deuxième lecteur des rapports, du moins des rapports les plus intéressants.

22Dans une seconde hypothèse, le ministre lirait les rapports in extenso tandis que les résumés serviraient d’archives. On remarque d’ailleurs, dans les cartons des Archives nationales, que les résumés de rapports constituent souvent la seule trace des rapports confidentiels, particulièrement après 1862. Dans ce cas-là, un pan entier des rapports échapperait aux résumés, qui ne tiennent pas compte des administrateurs ni de leur degré d’implication dans les missions que leur donne le gouvernement. Les résumés des rapports seraient les témoins du seul intérêt du gouvernement pour la surveillance des populations, alors même que l’exercice du rapport constitue un moyen privilégié de surveillance des recteurs eux-mêmes par un pouvoir qui éprouve la loyauté et la fidélité de ses subordonnés par l’intermédiaire de cette pratique administrative.

23Ainsi, les rapports confidentiels trimestriels constituent des témoins privilégiés pour l’étude de la généralisation et de la systématisation de la surveillance des populations à la fin de l’Empire autoritaire, surveillance qui se desserre progressivement avec la libéralisation du régime dans les années 1860. Cependant, ces rapports ne possèdent pas le caractère d’évidence qu’on pourrait leur prêter au premier abord. Ils conservent des aspects non élucidés et poussent l’historien dans une recherche d’informations constante, aiguisant son appétit de savoir, le rapprochant alors, dans une certaine mesure, de l’attitude des recteurs chargés de s’informer et de se renseigner au mieux.

Notes

1 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel du deuxième trimestre 1861.

2 Goedert-Abaji Nathalie, « Quand les recteurs regardaient la France », dans Bontemps Claude (dir.), Instruction, éducation, administration. Mélanges en hommage à Jacques Lelièvre, Paris, PUF, 1999, p. 121-157.

3 Les sources archivistiques disponibles sont les suivantes : Archives nationales, F17 1641, rapports mensuels des recteurs (1858), F17 2649, rapports confidentiels et trimestriels des recteurs (1858-1859), F17 2650, rapports confidentiels et trimestriels des recteurs (1860-1865), F17 4333-4336, rapports mensuels des recteurs et décisions rectorales (1850-1863).

4 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1861 du recteur d’Aix.

5 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 2e trimestre 1861 du recteur de Grenoble.

6 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 4e trimestre 1862 du recteur de Chambéry.

7 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 2e trimestre 1858 du recteur de Rennes.

8 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 3e trimestre 1861 du recteur de Montpellier.

9 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 2e trimestre 1861 du recteur de Poitiers.

10 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1861 du recteur de Poitiers.

11 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 4e trimestre 1862 du recteur de Clermont.

12 Archives nationales, F17 4334, Rapport confidentiel, Rapport mensuel de novembre 1861 du recteur de Chambéry.

13 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1858 du recteur de Grenoble.

14 Ibid., 2e trimestre 1858 du recteur de Bordeaux.

15 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1860 du recteur de Bordeaux.

16 Ibid., 4e trimestre 1861 du recteur d’Aix.

17 Foucault Michel, Surveiller et Punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 318 p.

18 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 2e trimestre 1859 du recteur de Strasbourg.

19 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1858 du recteur de Dijon.

20 Ibid., 1er trimestre 1858 du recteur de Bordeaux.

21 Ibid., 3e trimestre 1859 du recteur de Poitiers.

22 Ibid., 4e trimestre 1858 du recteur de Clermont.

23 Ibid., 4e trimestre 1859 du recteur de Clermont.

24 Ibid., 2e trimestre 1859 du recteur de Rennes.

25 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 4e trimestre 1859 du recteur de Nancy.

26 Ibid., 1er trimestre 1858 du recteur de Grenoble.

27 Ibid., 4e trimestre 1858 du recteur de Douai.

28 Ibid., 3e trimestre 1859 du recteur de Rennes.

29 Ibid., 3e trimestre 1859 du recteur de Strasbourg.

30 Voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1809 à 1940, tome 2 : Dictionnaire biographique, Lyon, INRP, 2006, notice Delcasso, p. 140-141.

31 Voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1809 à 1940, tome 1 : L’évolution d’une fonction administrative au service de l’Insruction publique, Lyon, INRP, 2006, 451 p.

32 Archives nationales, F17 2650, Rapport confidentiel, 1er trimestre 1861 du recteur de Poitiers.

33 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 3e trimestre 1860 du recteur de Chambéry.

34 Ibid., 4e trimestre 1862 du recteur de Chambéry.

35 Archives nationales, F17 2649, Rapport confidentiel, 2e trimestre 1859, annotation du rapport du recteur de Dijon.

36 Ibid., 1er trimestre 1861, Annotation du rapport du recteur de Toulouse.

37 Ibid., 1er trimestre 1861, Rapport du recteur de Poitiers.

Auteur

Enseignante en histoire-géographie, membre du Centre de recherches en histoire du XIXe siècle de l’Université de Paris-Sorbonne-Paris IV.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540