Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Première partie. L’affirmation progressive d’une fonction administrative (1808-1940) : une création napoléonienne conservée

Un recteur de la monarchie de Juillet face à la crise du monopole. Joseph-Diez Gergonne recteur à Montpellier de 1830 à 1844

Christian Gérini

Texte intégral

  • 1 Avant d’être recteur à Montpellier, Gergonne suivit une carrière de professeur de mathématiques et (...)

1Recteur de l’académie de Montpellier nommé au lendemain des Trois Glorieuses, Joseph Diez Gergonne occupe ses fonctions durant quatorze ans avec zèle et dévouement. Mathématicien renommé, disposant d’appuis politiques à Paris (dont son ancien élève François Guizot1), il prend part tout au long de sa carrière aux débats qui animent la société française sur les questions d’éducation, et en particulier sur la question du monopole de l’instruction publique. Il use de sa fonction rectorale pour mettre en œuvre au plan local ses vues politiques en matière d’organisation des différents rouages de l’Université et des rapports entre l’Église et l’État. À la fois partisan obligé du monopole en sa qualité de fonctionnaire, et respectueux des libertés individuelles, il s’appuie sans cesse sur la loi, des textes napoléoniens de 1808 à la loi Guizot de 1833, pour imposer une voie médiane dictée par la rigueur et l’exigence. Une affaire attirera plus particulièrement notre attention : celle qui l’oppose en 1843 à l’évêque de Perpignan, et qui se traduit par une lettre ouverte de ce dernier publiée dans l’Univers, journal catholique. Elle provoque d’abondants courriers entre le recteur, son ministre, le préfet de l’Hérault et le ministre de l’Intérieur, et l’on trouve dans ces textes tous les ingrédients du débat qui secoue la société française jusqu’à la loi Falloux de 1850. En outre, la virulence des attaques, la liberté de ton, aussi bien par voie de presse que dans les courriers avec les ministres, nous éclairent sur les libéralités accordées par la monarchie de Juillet au recteur Gergonne.

Un recteur d’académie dans un contexte spécifique

  • 2 Article 69 de la Charte constitutionnelle du 14 août 1830 : « Il sera pourvu successivement par de (...)

2Depuis la création de l’Université impériale en 1806 et 1808 (décret du 17 mars), la gestion du monopole de l’État sur l’instruction a subi des variations à la fois liées aux régimes en place et aux idéologies. La liberté d’enseignement est à nouveau affirmée dans la charte de 1830 par le régime de Louis Philippe, mais les conditions de sa pérennité sont laissées à la responsabilité de l’exécutif et du législatif à venir2.

  • 3 Guizot François, Essai sur l’histoire de l’instruction (1816), cité par obin Jean-Pierre, Un modèl (...)

3La loi Guizot de 1833 sera la pierre angulaire de la nouvelle organisation de l’éducation en France. Si la liberté d’enseignement n’y est que partiellement mise en place (dans les écoles, mais pas dans les lycées et au-delà), elle préfigure ce que l’on attribue en général à Jules Ferry, à savoir une formation de tous les enfants (donc une égalité dans l’accès à l’éducation préfigurant amplement les lois Ferry sur l’enseignement), dans un sens utile à l’ordre et à la Nation, et sous contrôle de l’État. « Le gouvernement doit prendre soin de propager, sous les rapports de la religion, de la morale et de la politique, les doctrines qui conviennent à sa nature et à sa direction » écrivait déjà Guizot en 18163.

  • 4 Les premières dans chaque commune, les secondes dans les chefs-lieux de départements ou dans les c (...)

4On le sait, Guizot ne peut pas aller, dans cette loi du 28 juin 1833, aussi loin qu’il le souhaite. Si la liberté d’enseignement est inscrite dans la Charte de 1830, le roi et le gouvernement, sous la pression des émeutes de 1831 et 1832, préfèrent ne pas suivre leur ministre, et celui-ci doit se contenter de réserver cette liberté aux écoles élémentaires et « primaires supérieures4 », reportant à plus tard la question du secondaire :

  • 5 Guizot François, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, tome 14, Paris, réédition Paléo, (...)

« Par la loi du 28 juin 1833, que j’avais présentée et fait adopter, la liberté d’enseignement était fondée dans l’enseignement primaire. J’ai déjà dit dans ces Mémoires, comment je tentai, en 1836, de la fonder aussi dans l’instruction secondaire, et par quelles causes le projet de loi que j’avais proposé dans ce but demeura vain5. »

  • 6 Nique Christian, Les trois étapes du refus français d’appliquer le libéralisme à l’éducation (1816 (...)
  • 7 Voir Gérini Christian, Les « Annales » de Gergonne : apport scientifique et épistémologique dans l (...)

5Mais l’essentiel pour Guizot n’est pas là, comme l’a montré Christian Nique, car il souhaite en fait constituer un véritable service public d’éducation6, et demande à son ancien professeur et ami Joseph-Diez Gergonne de l’aider dans cette entreprise7. Le rectorat de Gergonne se déroule donc sous le régime instauré par la loi de 1833, et plus particulièrement par son article 4 sur la liberté d’enseignement dans les écoles primaires :

« Article 4 : Tout individu âgé de dix-huit ans accomplis pourra exercer la profession d’instituteur primaire et diriger tout établissement quelconque d’instruction primaire sans autres conditions que de présenter préalablement au maire de la commune où il voudra tenir école : Un brevet de capacité obtenu, après examen, selon le degré de l’école qu’il veut établir ; Un certificat constatant que l’impétrant est digne, par sa moralité, de se livrer à l’enseignement. Ce certificat sera délivré, sur l’attestation de trois conseillers municipaux, par le maire de la commune ou de chacune des communes où il aura résidé depuis trois ans. »

6Cet article n’est pourtant pas le seul à ouvrir l’instruction primaire aux congrégations ou aux initiatives privées. En effet, la définition des écoles publiques porte davantage sur les questions d’intendance communale que de monopole public, comme en atteste l’article 9 :

  • 8 Voir aussi l’article 8 : « Les écoles primaires publiques sont celles qu’entretiennent, en tout ou (...)

« Toute commune est tenue, soit par elle-même, soit en se réunissant à une ou plusieurs communes voisines, d’entretenir au moins une école primaire élémentaire. Dans le cas où les circonstances locales le permettraient, le ministre de l’instruction publique pourra, après avoir entendu le conseil municipal, autoriser, à titre d’écoles communales, des écoles plus particulièrement affectées à l’un des cultes reconnus par l’État8. »

7Le recteur Gergonne est, au plan idéologique, assez proche de son ancien élève Guizot, quand ce dernier écrira par exemple dans ses mémoires :

  • 9 Guizot François, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps…, op. cit., p. 114-115.

« La liberté d’enseignement est l’établissement libre et la libre concurrence des écoles, des maîtres et des méthodes. Elle exclut tout monopole et tout privilège, avoué ou déguisé […]. La liberté d’enseignement n’enlève point à l’État sa place et sa part dans l’enseignement, ni son droit sur les établissements et les maîtres voués à l’enseignement […]. C’est à la puissance publique qu’il appartient de déterminer les garanties préalables qui doivent être exigées de tous les établissements et de tous les maîtres. Le droit d’inspection sur tous les établissements d’instruction, dans l’intérêt de l’ordre et de la moralité publique, lui appartient également9. »

8Mais le recteur de Montpellier affirmera pour sa part de façon plus virulente son attachement à la liberté d’enseignement, surtout à la fin de sa carrière comme l’atteste sa lettre au ministre de l’Instruction publique du 30 novembre 1843 :

  • 10 Archives nationales, F17 20829, Lettre de Gergonne au ministre de l’Instruction publique datée du (...)

« De ce que l’État est intéressé à ce que les citoyens reçoivent une instruction convenable, faudra-t-il en conclure […] que l’État doit avoir le monopole de l’enseignement ? Non sans doute. L’État n’est pas moins intéressé à ce que les citoyens reçoivent une nourriture saine, et pourtant personne ne pensera sérieusement que, pour cela, il doive prendre le monopole de la boulangerie. Comment l’honorable Procureur général ne se rappelle-t-il pas que, tout récemment, c’est en grande partie la prétention au monopole de l’enseignement qui a fait perdre au Roi de Hollande la moitié de son royaume, et qui a causé la révolte des Polonais10. »

  • 11 Voir Secondy Louis, « Alceste en Rectorie : Joseph-Diez Gergonne, recteur à Montpellier (1830-1844 (...)

9Joseph-Diez Gergonne ne s’encombre pas de demi-mesures protocolaires avec les représentants de l’Église. Plusieurs affaires vont l’opposer à des évêques ou à des abbés en charge de l’éducation religieuse11. Il y remet davantage en question l’incompétence des maîtres des écoles religieuses que l’existence de celles-ci. Mais ses propos sont tout sauf modérés. Il renvoie par exemple dos à dos évêques et inspecteurs de l’Instruction publique à propos de la surveillance des fonctionnaires comme des maîtres de pensions :

  • 12 Archives nationales, F17 20829, Lettre de Gergonne au ministre de l’Instruction publique, 30 novem (...)

« Les Instituteurs privés ne sont justiciables que des tribunaux ; un instituteur communal est plus difficile à déplacer qu’un recteur ; à quoi il faut ajouter que l’Inspecteur des Écoles primaires ne donne aucun soin au côté religieux de la surveillance qu’il est appelé à exercer. Quant aux pensions, faute de fonds suffisants, MM. les Inspecteurs de l’académie ne peuvent qu’y donner chaque année un coup d’œil rapide. Les prospectus de ces établissements portent bien entête que la religion y sera l’objet d’un soin tout particulier ; mais c’est là uniquement une clause de forme, introduite dans l’espoir de vendre ainsi quelques soupes de plus12. »

10Il déplore sans cesse le laxisme et les passe-droits que les textes de lois permettent, et se plaint surtout de l’endoctrinement religieux pratiqué dans les écoles dirigées par l’Église.

L’affaire de l’évêque de Perpignan

11Le débat fait rage en 1843 sur la question du monopole. La Revue de l’Instruction publique en France et dans les Pays Étrangers, fondée en 1842 par Louis Hachette en vue de défendre l’Université contre les attaques dont elle est l’objet de toutes parts, vient justement offrir une tribune prétendue objective à ce débat. Les lignes de sa « profession de foi », parue dans le numéro 2 du 15 mai de la même année, reflètent bien à la fois la position de la revue et l’ambiance qui règne dans le pays sur le délicat problème de l’école libre ou publique. Malgré l’ouverture affichée, on y lit une position bien moins consensuelle :

  • 13 Revue de l’Instruction Publique en France et dans les Pays Étrangers, no 2, 15 mai 1842, p. 1 (édi (...)

« La liberté d’enseignement, promise par la Charte, réclamée chaque année par des pétitions nombreuses, ne nous comptera pas au rang de ses adversaires. Elle nous semble en harmonie avec les mœurs, les idées, l’état social du pays ; et de plus, la concurrence qu’elle établira, et que l’Université est en mesure de soutenir, ne peut, suivant-nous, que tourner au profit des études. Mais, tout en appelant de nos vœux un régime plus libéral, nous sommes de ceux qui pensent, qu’en matière d’éducation publique, une facile indulgence, une complaisante inaction, ne sont pas permises à un gouvernement. Dans ce pays surtout, agité si profondément depuis cinquante années, comment ne pas redouter les dangers d’une liberté sans limites, qui livrerait les élèves à la merci des doctrines rétrogrades ou ennemies […]. Mais le clergé, qui suffit à peine aux besoins de son ministère, dont la majorité, qu’il nous soit permis de le dire, excite encore de nombreuses défiances, triste héritage du passé, le clergé, à l’état de corporation, doit-il prétendre qu’on lui abandonne la jeunesse13 ? »

12Forte de son engagement évident pour le monopole alors contesté par l’Église, la revue ne sanctionne pas le débat mais au contraire fait tout pour l’attiser et afficher son anticléricalisme. Si elle semble ne pas remettre en question la liberté d’enseignement, elle la réserve aux seuls petits séminaires (« écoles secondaires ecclésiastiques »), à la condition que ces derniers ne forment que « de jeunes lévites pour le sanctuaire ».

  • 14 Par exemple : Archevêque de Paris, Observations sur la controverse élevée à l’occasion de la liber (...)
  • 15 Celui-ci sera d’ailleurs condamné en 1844 pour son soutien au très influent abbé Théodore Combalot (...)

13Les ecclésiastiques, du simple abbé aux évêques et archevêques, ne se privent pas de publier pamphlets et autres lettres dans les journaux14. La Revue de l’Instruction publique s’en fait largement l’écho et fait de certains évêques, avec ironie voire méchanceté, de véritables gloires du combat. Ainsi en est-il par exemple, en 1843 et 1844, de l’évêque de Chartres, qui écrit régulièrement dans L’Univers et L’Union Catholique, quotidien catholique de plus en plus virulent sous la direction de Louis Veuillot15. Le 5 janvier 1844, par exemple, suite à une lettre de l’évêque de Chartres publiée dans l’Univers, les rédacteurs de la Revue de l’Instruction publique posent bien le débat dans les termes définis par la loi de 1833, et conformément, douze ans plus tard, à l’éditorial du numéro 2 dont nous avons déjà cité des extraits :

  • 16 Journal des débats politiques et littéraires, « l’organe habituel du gouvernement », pour reprendr (...)

« On voit seulement que le rédacteur ne se soucie pas du tout de la liberté d’enseignement telle que tout le monde et Les Débats16 l’entendent ; il lui faut une liberté particulière dont le clergé, comme nous l’avons dit plusieurs fois ici, fixerait lui-même les conditions. Mgr l’évêque de Chartres est plus explicite : il déclare […] que le droit d’avoir des séminaires appartient essentiellement aux évêques, et par une sorte d’institution divine. Sans admettre cette institution hors de l’humanité, nous ne contesterons pas le fait, parce que c’est une nécessité absolue pour le recrutement du corps sacerdotal. Seulement, nous disons que ce droit est une concession de l’état, qui peut imposer en retour certaines conditions bien que Mgr l’évêque de Chartres ait de la peine à accepter cette conséquence. »

14Les positions des partisans du monopole n’ont pas varié : l’État doit s’en tenir aux concessions faites par Guizot en 1833, et même réduire la liberté d’enseignement confessionnel aux seules écoles élémentaires préparant au sacerdoce et imposer en outre les conditions du contrôle qu’il est en droit d’exercer.

  • 17 Bibliothèque municipale de Toulouse, L’Univers et L’Union catholique, numéro daté du vendredi 10 n (...)
  • 18 Sur cette affaire de 1843, voir : Archives nationales, F17 20829, dossier administratif de Jospeh- (...)

15L’Église ne l’entend pas ainsi, et Gergonne va croiser sur sa route un évêque, Mgr. Jean de Saunhac-Belcastel, qui va utiliser contre lui la même arme que bien d’autres ecclésiastiques : la publication d’une lettre à la une de L’Univers17. Le 3 novembre 1843, en effet, l’évêque de Perpignan, adresse au journal une lettre qu’il dit destinée à Gergonne18. Bien que se félicitant d’avoir collaboré en bonne entente avec le recteur pour la nomination de l’aumônier du collège de Perpignan, le prélat se livre ensuite, sous prétexte de revendiquer en retour une compréhension du fonctionnaire, à un véritable réquisitoire contre les méfaits de la science, et une charge contre le monopole :

  • 19 Bibliothèque municipale de Toulouse, L’Univers et L’Union catholique, numéro daté du vendredi 10 n (...)

« Eh bien, aujourd’hui la France retentit de toutes parts des mots funestes d’exclusion et de monopole, en fait d’Instruction publique ! Monopole de l’Université : elle seule peut ouvrir l’entrée du sanctuaire où sont distribués les grades. Exclusions des congrégations religieuses : les services éminents qu’elles ont rendus et qu’elles peuvent rendre encore, ne peuvent leur faire trouver grâce ; fondées, encouragées, exaltées par l’Église catholique, elles sont, dans un pays éminemment catholique, impitoyablement exclues de la carrière publique […]. La religion a une large part dans l’enseignement des sciences, dont elle est le fondement, et l’épiscopat seul est le juge compétent dans cette matière, puisque lui seul a été établi gardien du dépôt de la foi ; or, son action sur ce point n’est-elle pas écartée ? Cette application, pour être faite avec justice, devrait être impartiale ; or, en est-il ainsi ? Qu’un membre du clergé laisse pénétrer dans ses discours, par inadvertance peut-être, quelque parole qui prête à une interprétation politique, qui blesse l’autorité, on appelle sur lui l’application des lois les plus sévères : mais applique-t-on les lois avec une égale rigueur aux employés universitaires, lorsque, dans leurs leçons, leurs discours, leurs écrits, ils distillent le venin de l’anarchie, de l’erreur, de l’impiété et du libertinage ? Sont-ils repris, punis, corrigés avec quelque sévérité ? Sont-ils au moins éloignés des chaires du haut desquelles ils versent dans l’âme de la jeunesse un poison mortel19 ? »

  • 20 L’évêque de Chartres, dans sa lettre dénoncée dans la Revue de l’instruction publique du 15 octobr (...)

16On trouve dans ce texte et dans la longue réponse de Gergonne à son ministre tous les ingrédients de ce débat qui a secoué la société française jusqu’aux lois Falloux. L’enjeu est bien autre que la stricte question du monopole. Il y va de l’influence de l’Église dans la formation des esprits et des savoirs, et d’un combat idéologique sur la question de la censure de ces savoirs : la « science moderne » héritée de Galilée ou Newton et des Lumières, le positivisme de plus en plus influent, ont aux yeux de l’Église perverti les âmes20, et elle seule est apte à sauver les hommes de cette perversion via le contrôle de l’enseignement.

La réponse du recteur Joseph-Diez Gergonne : une « lettre testament »

17La lettre de Gergonne au ministre datée du 30 novembre 1843, dont nous avons déjà cité un extrait, représente un véritable manifeste en faveur à la fois de la liberté de l’enseignement et de la nécessité d’un contrôle strict par la puissance publique. Elle est une forme de « testament » d’un fonctionnaire qui se sait sur le départ. Joseph-Diez Gergonne profite de cette réponse à son ministre pour dresser un historique personnel mais instructif de l’époque de sa prise de fonctions :

  • 21 Archives nationales, F17 20829, Lettre de Gergonne au ministre de l’Instruction publique, 30 novem (...)

« Il faudrait se boucher les yeux ou être d’une insigne mauvaise foi pour ne pas convenir que les débats de la révolution de 1830 furent éminemment anti-religieux. Ce fut dans ces circonstances critiques que M. le Duc de Broglie me fit l’honneur de m’appeler à l’administration de l’académie ; je me sentais de force à faire tête à l’orage, et je pensai qu’un bon soldat ne devait pas reculer devant le danger. Les avanies de tous genres ne m’ont point manqué, en effet, pendant les six premières années. Je me constituai tout d’abord le Casimir Perrier de l’académie. Je compris en même temps que je ne pouvais opérer un peu de bien si le clergé m’était hostile, ou si seulement il avait à mon égard des défiances que les événements de l’époque ne semblaient que trop justifier. Je compris en même temps que je ne pouvais obtenir la confiance du clergé que par l’intermédiaire des évêques, auxquels mon premier soin fut d’écrire pour leur faire part de mes intentions et des règles que je me proposais de suivre dans mon administration. Cette démarche me réussit au-delà de mes désirs, et depuis cette époque le clergé m’a été sincèrement dévoué et j’ai à peu près obtenu des évêques tout ce que j’ai voulu21. »

18Si le recteur de Montpellier exagère sa bonne entente avec les représentants de l’Église, Gergonne nous montre cependant à quelle difficile gymnastique devait se livrer un recteur en ces périodes politiquement mouvementées. Mais il réussit malgré tout à maintenir une « entente cordiale » durant cette période, et il sait fort bien que les attaques de l’évêque de Perpignan, en 1843, sont davantage le fait d’un contexte politique, entretenu par des polémiques incessantes dans les journaux, que d’un conflit ouvert entre les deux hommes. Après une attaque virulente contre l’évêque, signalant que M. de Saunhac est « un vieillard de 78 ans ; qu’il a pris toute sa vie en toute rigueur cette maxime de l’Imitation : « Ne vous fiez pas trop à votre sentiment, mais écoutez volontiers celui des autres » ; que l’âge n’a pu que fortifier chez lui cette tendance ; et que conséquemment certains de ses actes peuvent être regardés, à bon droit, comme le résultat de l’Inspiration d’autrui », il conclut d’ailleurs de façon plus diplomatique :

  • 22 Ibid.

« M. de Saunhac élève une prétention que je ne saurais admettre. Il voudrait que les évêques eussent la haute surveillance sur les Écoles de l’Université. Cela est impossible, du moment qu’on doit admettre dans ces Écoles des élèves de toutes croyances. Mais c’est un motif pour faire désirer aux évêques d’avoir des Écoles à eux à ouvrir aux familles qui redouteraient un mélange qui, il faut en convenir, n’est pas sans quelque danger. Bien entendu que ces Écoles dûment autorisées et surveillées, jouiraient, pour l’obtention des grades, des mêmes avantages que celles de l’Université22. »

  • 23 Ibid.

19En outre, pour tenter de sauver une situation bien périlleuse, Joseph-Diez Gergonne, même s’il dit ne pas avoir reçu directement la lettre de l’évêque, laisse planer le doute quant à l’origine de sa publication dans L’Univers. « Ce n’est que le 15 du courant que j’ai rencontré pour la première fois dans les journaux des extraits de la lettre de l’Évêque de Perpignan ; et j’en ai été fâché pour le Prélat. Dans mon opinion, un fonctionnaire d’un ordre tant soit peu élevé, et à plus forte raison un Évêque, compromet sa dignité en descendant dans l’arène des journaux. » Mais il lui laisse le bénéfice du doute : « Au surplus, M. de Saunhac pourrait fort bien être innocent de tout ceci. La publicité donnée à sa lettre pourrait n’être que l’effet de l’indiscrétion de quelques-uns uns de ses grands vicaires23. » Le problème n’est finalement pas pour lui dans cette altercation par voie de presse, mais bien dans ce feu du débat attisé par des étrangers à l’Université par la voix de leurs journaux. Il dénonce alors sans hésitation le caractère à ses yeux subversif de la Revue de l’Instruction publique :

« Jamais les attaques des journaux ne m’ont fait perdre cinq minutes de sommeil. À la vérité l’Université n’est point elle-même descendue dans l’arène ; mais d’autres y sont descendus pour elle quelquefois même assez maladroitement ; et l’on a pu croire que c’était sous son inspiration. Il est surtout un journal qui peut lui faire d’autant plus de tort que le nom de son éditeur peut le faire regarder comme semi-officiel. Quelques-uns pensent qu’elle dépose là, comme ballon d’essai, des doctrines qu’elle n’oserait professer dans ses propres journaux ; d’autres, plus modérés, pensent que ces doctrines ne sont mises en avant que pour faire paraître plus supportable la loi qui sera proposée sur l’enseignement secondaire, et assimilent ainsi la Revue de l’Instruction publique à un marchand qui surfait. Dans une suite d’articles, ce journal a prétendu que tout ecclésiastique devait être exclu des fonctions de l’enseignement. Plus tard, il a soutenu qu’un professeur n’était comptable que de l’orthodoxie de ses leçons ; tellement que, hors de sa chaire, il put impunément dire et écrire tout ce que bon lui semblera. Ainsi, dans ce système, un professeur fera une leçon sur la sainteté et l’indissolubilité du mariage, comme le plus ferme fondement de l’ordre social ; et un des auditeurs, au sortir de cette leçon, trouvera, dans la rue, un colporteur qui lui vendra une brochure du même professeur en faveur de la communauté des femmes. »

20Le tort majeur du recteur Jospeh-Diez Gergonne aura peut-être été de critiquer dans sa lettre les positions du conseiller Rendu :

« M. le Conseiller Rendu a eu, suivant moi, le tort de conclure souvent du droit au fait. De ce que l’article 38 du décret du 17 mars 1808 porte que les Écoles de l’Université prendront pour base les préceptes de la religion catholique (ce qui, pour le dire en passant, me semble tant soit peu intolérant) ; de ce que l’article 1er de la loi de 1833 met l’instruction morale et religieuse au premier rang des objets d’enseignement dans les écoles, il se croit en droit d’en conclure que l’Université est et a toujours été religieuse. »

21Les réactions ne se font pas attendre. Elles impliquent le préfet, le ministre Villemain, la presse locale (L’Indépendant, revue politique de l’Hérault), ce qui n’empêche pas le recteur Gergonne d’insister, dans ses prises de position, ce qui finalement le conduit à sa perte. Poursuivant, dans ses rapports hebdomadaires, sa diatribe contre l’éducation religieuse à l’École, ce qui ne signifie pas pour lui déconsidérer le droit à l’existence des écoles libres, et cela en période d’exacerbation de la crise du monopole, il ne voit pas que le sujet devient trop brûlant pour que le pouvoir laisse en place un fonctionnaire aussi véhément. Ainsi écrit-il encore le 21 décembre 1843 :

  • 24 Archives nationales, F17 20829, rapport hebdomadaire de Gergonne au ministre, le 21 décembre 1843.

« Ceci me rappelle encore qu’à la fin de 1830, j’écrivis à M. Cuvier, qui m’avait fait l’honneur de me consulter sur divers sujets, que les élèves sortant de nos collèges, où chaque leçon commence et se termine par une prière, voyant qu’il n’en est plus de même dans les facultés ; et que rien de pareil n’a lieu dans les réunions des conseils municipaux, d’arrondissements, de départements, dans nos assemblées législatives, dans le conseil d’État et dans celui de ministres où se traitent les plus graves intérêts, et enfin dans les audiences des cours et des tribunaux où l’on prononce sur la fortune et la vie des citoyens, pouvaient être tentés d’en conclure que la religion n’était inventée que pour tenir les petits garçons dans le devoir ; de sorte que ces formules répétées sans attention, et parfois jusqu’à 14 fois par jour, depuis la Restauration, allaient peut-être contre le but qui les avait fait prescrire24. »

22La signature de Rendu, indiquant « Conseiller, exerçant les fonctions de Chancelier », est apposée au bas du registre des délibérations du Conseil royal de l’Instruction publique en sa séance du 15 octobre 1844. Joseph-Diez Gergonne y est mis à la retraite, ses états de services lui valant la pension maximale. Il devait obtenir par la suite le titre de professeur honoraire de la faculté des sciences de Montpellier.

Notes

1 Avant d’être recteur à Montpellier, Gergonne suivit une carrière de professeur de mathématiques et de philosophie au lycée de Nîmes, où il eut Guizot pour élève, puis à la faculté de Montpellier. Il dut en grande partie sa promotion à l’impact de ses Annales de mathématiques pures et appliquées (1810-1832), premier grand périodique de l’histoire des mathématiques, et au soutien sans faille de Guizot durant toute sa carrière. Voir Gerini Christian, « Joseph-Diez Gergonne (1771-1859). Le zèle d’un fonctionnaire et l’esprit critique d’un libre penseur » dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie : deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 53-74 ; Stigler Stephen-M., « The anonymous Professor Gergonne », Historia Mathematica, no 3, 1976, p. 71-74.

2 Article 69 de la Charte constitutionnelle du 14 août 1830 : « Il sera pourvu successivement par des lois séparées et dans le plus court délai possible aux objets qui suivent : […]. L’instruction publique et la liberté de l’enseignement. » Édition en ligne du Conseil constitutionnel : http://www.conseil-constitutionnel.fr.

3 Guizot François, Essai sur l’histoire de l’instruction (1816), cité par obin Jean-Pierre, Un modèle français : l’intégration par l’école, colloque de l’IIEP-UNESCO, « Planning for diversity education multiethnic and multicultural society », Paris, 2003. Voir Nique Christian, François Guizot. L’École au service du gouvernement des esprits, Paris, Hachette, 1999, 157 p.

4 Les premières dans chaque commune, les secondes dans les chefs-lieux de départements ou dans les communes de plus de 6 000 habitants. Voir à ce propos Buisson Ferdinand (dir.) Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1911. Disponible en ligne sur le site de l’INRP : http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/

5 Guizot François, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, tome 14, Paris, réédition Paléo, 2006, p. 114-115.

6 Nique Christian, Les trois étapes du refus français d’appliquer le libéralisme à l’éducation (1816-1828-1833), Administration et éducation, 2000, no 85, p. 15-28.

7 Voir Gérini Christian, Les « Annales » de Gergonne : apport scientifique et épistémologique dans l’histoire des mathématiques, Thèse, Université d’Aix-Marseille 1, 20 janvier 2000, Lille, ANRT, 2002, 670 p.

8 Voir aussi l’article 8 : « Les écoles primaires publiques sont celles qu’entretiennent, en tout ou en partie, les communes, les départements ou l’État. »

9 Guizot François, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps…, op. cit., p. 114-115.

10 Archives nationales, F17 20829, Lettre de Gergonne au ministre de l’Instruction publique datée du 30 novembre 1843.

11 Voir Secondy Louis, « Alceste en Rectorie : Joseph-Diez Gergonne, recteur à Montpellier (1830-1844) » Annales du Midi, 1991, p. 63-76.

12 Archives nationales, F17 20829, Lettre de Gergonne au ministre de l’Instruction publique, 30 novembre 1843.

13 Revue de l’Instruction Publique en France et dans les Pays Étrangers, no 2, 15 mai 1842, p. 1 (éditorial).

14 Par exemple : Archevêque de Paris, Observations sur la controverse élevée à l’occasion de la liberté d’enseignement, 1843, 68 p.

15 Celui-ci sera d’ailleurs condamné en 1844 pour son soutien au très influent abbé Théodore Combalot, pamphlétaire acharné contre le monopole.

16 Journal des débats politiques et littéraires, « l’organe habituel du gouvernement », pour reprendre les termes du rédacteur.

17 Bibliothèque municipale de Toulouse, L’Univers et L’Union catholique, numéro daté du vendredi 10 novembre 1843.

18 Sur cette affaire de 1843, voir : Archives nationales, F17 20829, dossier administratif de Jospeh-Diez Gergonne contenant les différentes lettres mentionnées dans l’article, dont : Lettre de l’évêque (invitation) à Gergonne le 24 juillet 1843 ; Lettre du MIP (ministre de l’Instruction publique) à Gergonne le 7 octobre 1843 ; Lettre de dénonciation du préfet de l’Hérault au MIP du 1er novembre 1843 ; Lettre du MIP au préfet de l’Hérault du 10 novembre 1843 ; Lettre « confidentielle » du préfet de l’Hérault au MIP du 15 novembre 1843 ; Lettre du MIP à Gergonne du 15 novembre 1843 (SIC 1849) ; Lettre de Gergonne au MIP le 30 novembre 1843. ; Rapport hebdomadaire de Gergonne du 21 décembre 1843 qui revient sur l’affaire. Archives municipales de l’agglomération de Montpellier, médiathèque Gutenberg, cote R12 (faculté des sciences) : plusieurs lettres manuscrites de Gergonne en qualité de recteur dans les années 1830. Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier, Cotes (Réserve) 10.976 et 79.525 (2 exemplaires) : Gervais P., Discours prononcé aux funérailles de M. Gergonne, Montpellier, Impr. J. Martel aîné, 1859, 8 p. Bibliothèque municipale de Toulouse, L’Univers et L’Union Catholique, numéro daté du vendredi 10 novembre 1843.

19 Bibliothèque municipale de Toulouse, L’Univers et L’Union catholique, numéro daté du vendredi 10 novembre 1843.

20 L’évêque de Chartres, dans sa lettre dénoncée dans la Revue de l’instruction publique du 15 octobre 1843 (op. cit.), parle de « secte voltairienne » à propos des ennemis du clergé au XVIIIe siècle.

21 Archives nationales, F17 20829, Lettre de Gergonne au ministre de l’Instruction publique, 30 novembre 1843.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Archives nationales, F17 20829, rapport hebdomadaire de Gergonne au ministre, le 21 décembre 1843.

Auteur

Agrégé de mathématiques, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Toulon et de Nice-Sophia-Antipolis, laboratoire I3M (Information, Milieux-Médias-Médiations), chercheur en histoire et philosophie des sciences au GHDSO (Groupe d’histoire et de diffusion des sciences de l’Université Paris 11-Orsay).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540