Version classiqueVersion mobile

L'imposture dans la littérature

 | 
Arlette Bouloumié

Carmen Boustani : Oralité et gestualité – La Différence homme / femme dans le roman francophone

Éd. Karthala, coll. Lettres du Sud, dir. par Henry Tourneux, 2009, 291 p., 25,00 euros

Bernard-Marie Garreau

Texte intégral

1Six ans après ses Effets du féminin – Variations narratives francophones, Carmen Boustani propose, dans ce même domaine de recherches, une étude ambitieuse, puisque, à l’appui d’un corpus de seize écrivains francophones (des mondes « noir », « occidental » – dont le Québec et la Belgique – et « arabe francophone »), allant de Leslie Kaplan à Calixthe Beyala, en passant par Réjean Ducharme, Andrée Chedid et Out el Kouloub, l’auteur veut, non seulement « fonder une théorie de l’œuvre » à partir du corps et de la « corporéité », comme elle l’affirme dès les premières lignes de son introduction, mais encore » analyser le rapport de ces éléments à la différence ethnique, sexuelle, ainsi qu’à l’oralité ». Pour simplifier le parcours du lecteur à travers ces diverses strates d’analyses : le niveau le plus général, le premier qu’il convienne de considérer, est d’ordre socioculturel. Carmen Boustani nous invite ainsi à relativiser la fonction gestuelle ou la proxémique en fonction des civilisations, et à prendre en compte, notamment, les phénomènes religieux (comme dans Le Rocher de Tanios, d’Amin Maalouf, et La Nuit sacrée, de Tahar Ben Jelloun) ou les gestes ritualisés. La femme noble africaine, par exemple, doit éviter toute « gesticulation », ainsi amenée « à effectuer dans la vie courante moins de gestes que l’homme ». Niveau d’analyse complexe, d’emblée, puisque aussi bien il faut faire la part de l’inconscient et du surmoi, ne pas confondre le fait de nature et le fait de culture. Ce niveau, qui fonde la structure même de l’ouvrage, chapeaute celui du geste et de l’oralité, qui, normalement, devrait permettre de considérer in fine le sexe de l’écriture. Tel est bien l’enjeu : déterminer si, d’après ces facteurs ethnico-linguistiques et l’étude textuelle du geste et de la parole, se dégagent des spécificités, textuelles elles aussi, liées au sexe et au genre. Le titre de l’ouvrage, par sa pluralité, reflète ainsi au mieux la démarche.

2Les ouvrages considérés sont ici écrits par des hommes et des femmes, ce qui permet par ailleurs de ne pas réduire caricaturalement le sexe du texte à celui de son auteur selon l’État civil. En effet, « le féminin s’étudie chez les deux sexes ». Cette réserve, mise dans la conclusion, avec la caution de Jacques Derrida et Françoise Collin (dont Le Rendez-vous fait partie des œuvres analysées) ne produit cependant pas encore de théorie définitive en la matière. Les traits distinctifs proposés ne sont pour le moment que les pièces – des pièces très précieuses – d’un long et patient puzzle. D’ailleurs, Carmen Boustani demeure prudente dans ses conclusions provisoires : « D’après la fréquence des éléments relevés, l’importance accordée au regard est plus importante chez la femme que chez l’homme. On peut se demander si cette particularité est spécifique des sujets de sexe féminin. » Cette partie du livre, dont le sous-titre est Synthèse de l’inventaire, arrive opportunément pour tenter de dépasser une simple taxinomie et prendre les distances nécessaires par rapport au sujet. D’heureuses formules jaillissent ainsi, aiguisant notre appétit critique : corps plus regardé par les hommes, plus regardant chez les femmes, dont « le toucher se fait plus caressant, effleurant que violentant (exception faite des personnages masculins de Leslie Kaplan) » (Le Corps littéraire).

3Dans les analyses ponctuelles des œuvres, classées selon leur origine géographique, apparaissent aussi des points de vue qui, outre l’intérêt de l’argumentation générale, dénotent une sensibilité littéraire de bon aloi. Ainsi, avec sa Fête à Venise, un certain Philippe Sollers (que carmen Boustani juge « plus intellectuel que corporel », et qui, paraît-il, veut être « le Voltaire du xxe siècle ») « crée un roman cathodique pour recevoir des ondes »… Même formulation quelque peu visionnaire pour Solibo magnifique, de patrick Chamoiseau, considéré comme un « roman sonore ».

4Laissons donc aux lecteurs le plaisir de découvrir cette écriture critique aussi stimulante et attachante que les modèles sur lesquels elle se fonde. Et retenons les principaux apports d’une étude finalement très humaine. Au-delà, en effet, de la découverte d’un nouveau paralangage, d’une sémiologie et d’une grammaire du geste, avec ses unités signifiantes (membres inférieurs/membres supérieurs, orientation gauche / droite, etc.), la sagacité de la critique nous ouvre des portes vers des horizons plus intimes, en particulier vers ce monde féminin caractérisé par la transgression, le don pour l’initiation à la pratique textuelle, l’identité polyphonique, les relations interpersonnelles, et, parmi d’autres apanages, l’usage fréquent des gestes de la main (l’homme préférerait les attitudes aux gestes). Doit-on donc finalement convenir avec Carmen Boustani que, « si les femmes en apparence partagent avec les hommes le même code, elles ne parlent pas et n’écrivent pas réellement comme eux » ? Quoi qu’il en soit, de telles prêtresses, dont ne se dissocie pas notre critique, nous donnent bien l’envie de pénétrer dans tous ces « gestotextes » pour en explorer les moindres recoins.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search