Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Première partie. L’affirmation progressive d’une fonction administrative (1808-1940) : une création napoléonienne conservée

Les grandes évolutions de la fonction rectorale de 1814 à 1940. Construire l’Instruction publique

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Journal Officiel de la République Française, Chambre des députés, débats parlementaires, 9e législa (...)

1Le 30 octobre 1908, alors que la fonction rectorale est dans l’année de son centenaire et semble donc légitimée par les ans, une vive altercation oppose le député Léon Sireyjol et le ministre Gaston Doumergue, l’Assemblée nationale discutant du budget de l’Instruction publique. La somme inscrite au chapitre 7 (administration académique) est de 500 500 francs et un amendement a été déposé par le député qui désire diminuer le crédit de 1 000 francs à titre d’indication, en vue de la suppression des recteurs1.

« Quand nous prononçons le nom de recteur nous redevenons un peu collégiens, songeant avec une admiration craintive à ces hauts et puissants maîtres de l’Université, graves dans leur robe violette, au rabat artistiquement brodé. Il ne nous vient pas à l’idée qu’ils constituent un rouage administratif vieilli, qu’ils ne répondent plus aux besoins de l’époque. »

2Les moyens modernes de circulation et d’information n’existaient pas lorsque Napoléon Ier a créé les recteurs. Ils étaient alors des intermédiaires nécessaires entre le très lointain Grand-Maître et les départements. Dans le supérieur, le recteur est désormais, note le député, le signe évident du maintien de la tutelle étatique imposée à l’université qui espérait retrouver une certaine forme d’autonomie et le droit d’élire son président parmi les professeurs. Dans l’enseignement secondaire, les recteurs font double emploi avec les inspecteurs généraux sans avoir leurs compétences. La réforme utile consisterait à augmenter le nombre des inspecteurs généraux. En ce qui concerne le primaire enfin, le recteur ne peut exercer sa surveillance sur les 5 000 ou 6 000 instituteurs répartis dans une académie et ce travail est réalisé par les inspecteurs primaires et l’inspecteur d’académie mais surtout par les préfets.

  • 2 Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940 : tome 1, op. cit., intro (...)

3Face à ce réquisitoire, c’est Gaston Doumergue, ministre de l’Instruction publique, qui prend la parole pour défendre les recteurs. La suppression de dix-sept recteurs ne règle en rien le problème du nombre des fonctionnaires. S’il est vrai que l’institution rectorale date de l’Empire, cette ancienneté n’est pas une raison suffisante pour demander sa suppression. Que fait-on alors du Code civil et du Code pénal ? La suppression des recteurs ne peut être présentée comme une mesure allant dans le sens de la décentralisation et c’est œuvrer au renforcement du lien direct entre le ministère et les établissements que de supprimer le relais académique. Les pouvoirs des recteurs passeraient aux mains des préfets qui ne connaissent pas le monde de l’enseignement. L’amendement est alors repoussé mais cette incursion de la fonction rectorale dans les débats parlementaires d’octobre 1908, montre l’importance des images négatives qui entourent cette fonction administrative. Dans le discours critique qui accompagne, dès le milieu du XIXe siècle, la fonction rectorale, il est très vite affirmé que le recteur n’est qu’un maillon intermédiaire dans la chaîne décisionnelle, recevant ses ordres du ministère parisien pour ensuite les répercuter sur les inspecteurs d’académie et les chefs d’établissement. Dans ce schéma classique de l’explication de la décision au sein de l’Instruction publique, le recteur est doté d’un degré zéro d’initiative puisqu’il ne fait que transmettre des décisions prises ailleurs. Il est alors l’une des incarnations de la centralisation à la française qui nie le droit à l’initiative et exige, aux quatre coins de l’hexagone, la mise en œuvre de la même politique éducative. Dès lors, les recteurs semblent condamnés à être les représentants honnis de l’affirmation des prérogatives de l’État au niveau scolaire2. Alors que l’on célèbre aujourd’hui son bicentenaire, il peut être intéressant de tenter de dégager les mutations majeures de la fonction rectorale entre 1814 et 1940, mutations qui, en l’adaptant au contexte évolutif de la nation, lui permettent de se pérenniser et de devenir une spécificité française dans le paysage éducatif mondial.

Une fondation napoléonienne contestée mais conservée par la monarchie (1814-1848)

  • 3 Nique Christian, « Napoléon et la création des recteurs ou la double légitimité de la fonction rec (...)

4Le recteur, défini comme le chef d’une circonscription territoriale appelée académie, est une création napoléonienne qui suit de peu la loi fondamentale du 10 mai 1806 fondant l’Université. Celle-ci regroupe alors l’ensemble des niveaux d’enseignement sous l’autorité du Grand-Maître. L’important décret du 17 mars 1808 et ses 144 articles définissent l’organisation de cette Université et font alors apparaître la fonction de recteur, représentant direct du pouvoir central en matière scolaire, qui doit se mettre au service des ambitions éducatives mais aussi politiques de l’Empereur, Christian Nique vient de le montrer3. La Restauration puis la monarchie de Juillet ne bouleversent pas, ensuite, la fonction rectorale alors que les structures scolaires publiques sont fortement concurrencées par l’essor des établissements privés.

Le maintien de la fonction rectorale et de ses missions

  • 4 Circulaires et instructions officielles relatives à l’Instruction publique, Paris, Delalain, tome (...)

5La période troublée de la première Restauration, des Cent Jours puis des débuts de la seconde Restauration, est un moment délicat pour les recteurs qui, pour la plupart, sont obligés de multiplier les actes d’allégeances contradictoires alors qu’il est désormais très difficile d’affirmer l’autorité d’un État profondément instable au sein des structures scolaires. Avec l’entrée de Louis XVIII à Paris, une ordonnance du 22 juin 1814, maintient temporairement l’organisation de l’Université en attendant une profonde réforme. La circulaire qui l’accompagne est très claire sur le travail à opérer : « Le trône de Saint-Louis est relevé, sa religion doit régner plus que jamais dans toutes les écoles de la France […]. Il ne suffit pas que la religion soit une partie de l’enseignement, elle doit être l’âme de toute l’éducation4. » Si l’Université ne se transforme pas rapidement en un fief royaliste et surtout en une citadelle catholique, la fondation napoléonienne est condamnée. Les allusions de Louis de Fontanes s’appuient sur une très forte campagne d’opinion orchestrée par les opposants à l’Université. Pour eux, cette dernière est une machine de guerre, essentiellement politique, qui est placée sur le même plan que la police ou que la conscription. Institution d’État disposant du monopole de l’enseignement, elle est le symbole du régime napoléonien exécré.

  • 5 Bulletin des Lois, no 185, Décret impérial du 17 mars 1808, p. 145-171.

6L’ordonnance du 17 février 1815, d’inspiration fortement décentralisatrice, réalisée par une équipe de royalistes modérés, n’est pas appliquée, les Cent Jours venant interrompre toute tentative d’application tandis que la seconde Restauration, préoccupée par des soucis plus immédiats, ne reprend pas le projet. La non-application du texte maintient l’organisation académique napoléonienne sans changement majeur jusqu’en 1848. La monarchie utilise les rouages administratifs de l’Empire en les mettant au service de la royauté et les missions du recteur, définis par le décret du 17 mars 1808, demeurent valables. Le recteur demeure ainsi un agent de l’État qui surveille et dynamise les divers établissements d’enseignement de l’entité territoriale qu’il dirige par décision du pouvoir central. Il « assiste aux examens et réceptions des facultés, vise et délivre les diplômes qui sont ensuite ratifiés par le grand-maître » (article 96)5. Il doit entendre les rapports réalisés par les doyens des facultés, les proviseurs des lycées et les principaux des collèges sur l’état de leur établissement. Il en dirige l’administration surtout « sous le rapport de la sévérité dans la discipline et de l’économie dans les dépenses » (article 97). Il fait surveiller les écoles, les collèges et les pensions par les inspecteurs d’académie et doit lui-même réaliser de nombreuses visites dans les établissements (article 98). Il est le principal garant de la collation des grades et se doit de contrôler la gestion financière des établissements tout en veillant à leur moralité et à la discipline. Il est aussi chargé de la perception du vingtième des frais de pension que chaque élève doit payer et cette mission s’avère particulièrement délicate.

La priorité rectorale donnée au développement de l’école primaire (1815-1848)

  • 6 Bulletin des Lois, no 73, ordonnance du 29 février 1816, p. 299-304.

7S’il est, comme sous l’Empire, en charge de tous les ordres d’enseignement du primaire au supérieur, les priorités du recteur de la Restauration et de la monarchie de Juillet vont d’abord à la surveillance et à la dynamisation des établissements secondaires masculins et au développement du réseau des écoles primaires. Sous la Restauration, le recteur doit tenter de faire appliquer de manière efficace les premiers grands textes qui veulent organiser l’enseignement primaire de manière cohérente, travaillant ainsi progressivement à l’affirmation des prérogatives de l’État sur l’École. Les recteurs luttent pour mettre en œuvre, au prix de multiples difficultés, l’ordonnance du 29 février 1816 qui doit permettre de relancer l’école primaire dans le royaume. C’est le recteur qui nomme et révoque les instituteurs et doit s’occuper des principales charges administratives les concernant (réunions des comités scolaires, classement des instituteurs, remplacements, peines disciplinaires…), même si les écoles sont aussi sous l’autorité et la surveillance conjointe des préfets, des maires et du clergé6. Au-dessus du comité local de surveillance, un comité cantonal doit être créé pour surveiller les écoles et encourager l’Instruction publique. Dans le même temps, l’ordonnance exige des futurs maîtres la possession d’un brevet de capacité qui possède trois degrés.

8De nombreux recteurs tentent de relancer la construction d’écoles, mettent en place les comités cantonaux et font ce qu’ils peuvent pour améliorer les compétences des maîtres, organisant des jurys d’examen avant de leur délivrer, ou non, le brevet de capacité. Le recteur de Metz, le 31 mai 1817, note ainsi :

  • 7 Archives nationales, F17 6809-2, rapport du recteur de l’académie de Metz daté du 31 mai 1817.

« Lorsque je fus chargé, au mois de juillet, de la direction de l’académie de Metz, l’organisation des comités cantonaux n’était même pas préparée et malgré toute la diligence que j’ai mise à recueillir les renseignements nécessaires pour ce travail, il n’a pu être achevé qu’au mois de septembre […]. L’examen et la classification des instituteurs y sont presque terminés7. »

9La concurrence des congrégations et des écoles privées est forte et le travail rectoral demeure très difficile, rencontrant sur sa route l’hostilité fréquente des notables locaux, des évêques et les prêtres mais aussi, bien souvent des préfets qui espèrent conserver l’essentiel de leurs attributions anciennes concernant l’École. Après l’ordonnance royale du 8 avril 1824 qui réorganise l’instruction primaire et la place sous la tutelle de l’Église (jusqu’en 1828), les recteurs ont de plus en plus de mal à obtenir des renseignements sur les écoles primaires, les prêtres et les évêques ne leur transmettant plus les informations nécessaires.

  • 8 Nique Christian, Comment l’École devint une affaire d’État, Paris, Nathan, 1990, 285 p.

10Avec la monarchie de Juillet, l’action de l’État se fait plus tenace et plus efficace. La loi Guizot du 28 juin 1833, essentielle pour le développement de l’enseignement primaire8, exige des recteurs un important travail de mise en œuvre. Le recteur doit être un « incitateur » qui travaille en concertation permanente avec les inspecteurs d’académie et les inspecteurs primaires à l’application la plus efficace possible de la loi. Il faut ici travailler de concert avec les communes, les sous-préfets et les préfets mais aussi avec les membres du clergé depuis les prêtres jusqu’aux évêques. Le recteur passe ainsi beaucoup de temps à mettre en place les comités d’arrondissement qui doivent à la fois stimuler les énergies et surveiller les écoles tout en diffusant chez les enseignants « les bonnes méthodes » et les bons livres. Les recteurs et les inspecteurs d’académie étant trop loin des écoles primaires pour pouvoir contrôler les pratiques quotidiennes, François Guizot nomme, en novembre 1834, six premiers inspecteurs primaires à titre provisoire. L’ordonnance du 26 février 1836 généralise ensuite l’expérience et dote chaque département d’inspecteurs primaires.

  • 9 Nique Christian, L’impossible gouvernement des esprits, Histoire politique des écoles normales pri (...)
  • 10 Rosanvallon Pierre, Le moment Guizot, Paris, NRF Gallimard, 1985, 414 p.
  • 11 Nicolas Gilbert, L’école normale primaire de Rennes et la première génération de normaliens en Bre (...)
  • 12 AD du Nord, 2 T 2590, registre des délibérations du Conseil royal de l’Instruction publique, 10 dé (...)

11Pour le recteur, la généralisation progressive des écoles normales masculines lui permet aussi d’affirmer une attribution nouvelle. Même si le préfet et le conseil général sont des acteurs importants du contrôle de l’école normale, cette surveillance des structures de formation professionnelle apparaît comme l’attribution complémentaire majeure de la période9. Alors que les premières créations d’écoles normales sont essentiellement des initiatives locales, même si elles sont à partir de 1828, incitées par le pouvoir central, alors que leur régime intérieur est marqué par une extrême variété des règlements et des études, le « Moment Guizot10 », par l’intervention déterminante du ministère et du recteur, marque une importante rupture. Désormais, le pouvoir central entend contrôler et uniformiser la formation. Le règlement du 14 décembre 1832 fixe les grandes règles de fonctionnement des écoles normales avant même d’en imposer l’existence dans chaque département par la loi du 28 juin 1833. Les recteurs jouent alors un rôle important dans la fondation des écoles normales masculines et dans la surveillance de leurs études. À Rennes, le recteur Pierre Le Grand est l’acteur majeur de la fondation d’une école normale interdépartementale11. À Douai, le recteur Gratet-Duplessis négocie avec le préfet du Nord, le conseil général et la municipalité pour installer une école normale dans la ville. Après de multiples démarches entreprises d’ailleurs par son prédécesseur dès 1828, le dossier aboutit en 1833. Le Conseil royal de l’Instruction publique, dans sa séance du 10 décembre 1833, valide le règlement intérieur de l’école proposé par le recteur12. L’école normale est ouverte en janvier 1834 et forme des maîtres pour les départements du Nord mais aussi du Pas-de-Calais. Ce dernier département s’est en effet entendu avec son voisin pour envoyer ses élèves à Douai, créant six bourses entières et douze demi-bourses.

Le recteur, les enseignements secondaire et supérieur (1815-1848)

  • 13 Grevet René, L’avènement de l’école contemporaine en France (1789-1835). Laïcisation et confession (...)
  • 14 Prost Antoine, Histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Armand Colin, réédition (...)

12Profitant de la volonté du Trône de s’appuyer sur l’Autel, les initiatives se multiplient en vue de couvrir la France d’établissements scolaires confiés à des religieux. La contre-offensive rectorale se doit d’être habile car l’image de l’Université immorale ne cesse d’être agitée. Les 34 lycées de 1815 sont 39 collèges royaux en 1830 alors que les élèves, qui n’étaient plus que 465 en 1815, sont désormais 10 016. Les écoles secondaires communales devenues des collèges communaux, sont au nombre de 323 en 1815 (19 320 élèves) et de 330 en 1830 (26 000 élèves). Le tiers de ces petits collèges ne dépasse pas la cinquantaine d’élèves13. Les établissements secondaires privés scolarisent, quant à eux, un peu plus de 19 000 élèves en 1820 et près de 37 000 en 183214.

  • 15 Recueil des lois et règlements concernant l’Instruction publique, Paris, A. Delalain, tome 7, p. 1 (...)

13Les recteurs tentent alors de défendre les établissements publics contre la concurrence des petits séminaires et des établissements secondaires libres. Pour attirer les familles, les collèges royaux et municipaux doivent être irréprochables. Le statut concernant les collèges royaux et communaux du 4 septembre 1821 réaffirme le principe d’obéissance et le cadre réglementaire des activités quotidiennes, fortement marquées par la pratique religieuse15. Les recteurs doivent aussi opérer une mise au pas des personnels avant de songer à un quelconque développement. En 1822, le recteur de Strasbourg fait part au Conseil royal de son mécontentement face à la situation du collège de Strasbourg.

  • 16 Garnier Adrien, Frayssinous et son rôle dans l’Université sous la Restauration (1822-1828), Paris, (...)

« L’état moral du collège, loin d’être satisfaisant, présente au contraire, une corruption telle qu’il n’y a pas un seul élève qui ne soit vicieux. J’en ai acquis la pénible certitude dans ma dernière visite au collège. […]. Je me suis plaint au proviseur de l’infidélité de son rapport ; il s’est mal défendu […]. Faut-il assister à l’office divin ? Le proviseur tourmente ostensiblement l’aumônier pour qu’il en abrège la durée. Ses fréquents bâillements, au mépris de toutes les convenances, rendent témoins de son ennui les maîtres et les élèves. Sous le vain prétexte de ne pas réveiller des souvenirs, les noms du Roi, de nos princes, ne frappent jamais les oreilles des élèves16. »

  • 17 Gontard Maurice, L’enseignement secondaire en France de la fin de l’Ancien Régime à la loi Falloux (...)

14La monarchie de Juillet poursuit les mêmes combats et doit faire face à la même concurrence des petits séminaires et des multiples établissements libres. Le combat est permanent et semble mobiliser une grande part de l’énergie rectorale. En 1847, on compte 367 collèges dont 52 collèges royaux (17 850 élèves) et 315 collèges communaux (28 727 élèves). Ces 46 577 élèves du public font face à 980 établissements privés dont 110 institutions (9 501 élèves) et 870 pensions (30 509 élèves)17. Il faut aussi tenir compte des élèves des petits séminaires qui sont 18965 en 1847. Le total des élèves des établissements privés est alors de 58 975 élèves en 1847 soit 55,9 % du total général. Le collège royal de Nantes connaît ainsi des années difficiles, confronté à la concurrence de multiples institutions. De 376 élèves en 1830-1831, le collège descend à 135 en octobre 1837. Les familles se méfient de l’établissement jugé trop laxiste. En 1839, le recteur Dufilhol demande la mutation du proviseur et obtient la nomination d’un chef à poigne mais dynamique, Jean-Baptiste Jullien. Le recteur écrit au ministre, le 4 août 1839 :

  • 18 Archives nationales, F17 7905, lettre du recteur Dufilhol au ministre datée du 4 août 1839.

« Le collège royal de Nantes est dans un moment de crise où toutes les mesures ne sont pas de trop. On a laissé les édifices et le matériel se détériorer d’une manière déplorable et cela dans le moment où les écoles ecclésiastiques qui le cernent de tous côtés font d’énormes dépenses pour présenter aux familles de réelles dispositions de local et d’ameublement18. »

  • 19 Ibid., lettre du recteur Dufilhol au ministre datée du 15 avril 1843.

15Sous le provisorat de Jean-Baptiste Jullien (1839-1849), le collège connaît ensuite un essor important, ses initiatives étant appuyées par l’autorité rectorale. Les bâtiments sont modernisés alors que la discipline est réaffirmée. L’enseignement est aussi adapté aux besoins locaux, des cours pratiques pour le commerce et l’industrie (droit commercial, tenue des livres de compte) faisant leur entrée dans les programmes. Les élèves sont 626 en 1845 et le recteur Dufilhol écrit au ministre le 15 avril 1843 : « Le collège de Nantes est le seul établissement qui arrête d’une manière efficace la marche habile et constamment envahissante du clergé dans la Loire-Inférieure19. »

  • 20 Verger Jacques (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986, p. 273.

16Si la gestion et le développement des enseignements primaire et secondaire occupent une large part de l’emploi du temps rectoral, entre 1815 et 1848, l’enseignement supérieur ne pèse pas bien lourd. Le recteur ne se préoccupe réellement des facultés que pour régler des questions de nomination d’enseignants, d’examens et d’inscriptions ou pour réprimer des incidents disciplinaires. Seule l’université de Paris conserve un certain prestige mais, en province, les facultés vivent très isolées. La Restauration, très méfiante envers le monde étudiant et enseignant, décide la suppression de nombreuses facultés par l’ordonnance du 18 janvier 181620. En lettres, ne subsistent que six facultés (Besançon, Caen, Dijon, Paris, Strasbourg et Toulouse). En sciences, il ne reste plus que cinq facultés (Caen, Montpellier, Paris, Strasbourg et Toulouse). En droit, on compte neuf facultés (Paris, Grenoble, Toulouse, Poitiers, Dijon, Strasbourg, Rennes, Aix et Caen) alors qu’en médecine ne subsistent que les facultés de Paris, de Montpellier et de Strasbourg. Des écoles de santé tentent, dans les grandes villes, de former localement l’élite médicale.

  • 21 Burney John M., Toulouse et son université ; Facultés et étudiants dans la France provinciale du 1 (...)
  • 22 Gerini Christian, « Le recteur de la monarchie de Juillet et la culture des élites : Jospeh-Diez G (...)

17La monarchie de Juillet fait ensuite preuve d’une grande timidité pour fonder de nouvelles facultés. Six facultés des lettres (Bordeaux, Lyon, Montpellier, Rennes, Aix, Grenoble) et six facultés des sciences (Lyon, Bordeaux, Grenoble, Toulouse, Rennes, Besançon) réapparaissent et les recteurs participent aux négociations entre les municipalités et le ministère en vue de doter ces structures nouvelles de bâtiments, d’enseignants et de moyens pédagogiques. Il n’en demeure pas moins que ces facultés demeurent avant tout des machines à délivrer les grades, recevant peu d’étudiants. Les recteurs luttent pour imposer aux enseignants des règles plus précises dans les interrogations du baccalauréat et de la licence ou pour assurer une vérification plus stricte de la présence des étudiants en cours, ce qui entraîne souvent des tensions. À Toulouse, le recteur Bernardin Thuillier tente ainsi de mettre de l’ordre dans la vie universitaire en exigeant des enseignants une juste sévérité dans les jurys de baccalauréat alors que professeurs ont la réputation d’être trop laxistes. Vers 1835, un quart seulement des candidats échouent21. À Montpellier22, le recteur Gergonne, aussi professeur de mathématiques, mécontente par sa sévérité de nombreux étudiants et doit gérer de multiples mouvements estudiantins entre 1830 et 1844.

Des « petits recteurs » du comte de Falloux aux grands recteurs de Napoléon III (1848-1870)

18La Révolution de février 1848 et la jeune République ne s’en prennent pas à la fonction rectorale. La victoire de la réaction change cependant rapidement la donne et la loi Falloux du 15 mars 1850 atteint fortement le prestige d’une fonction départementalisée. C’est alors la loi du 14 juin 1854 qui sauve la fonction rectorale d’un inexorable déclin.

La fonction rectorale dans les agitations politiques des années 1848-1850

19La période de deux années qui va de la proclamation de la République, en février 1848, au vote de la loi Falloux en mars 1850, est marquée par trois phénomènes majeurs. Le corps rectoral doit tout d’abord faire face à une première vague d’épuration dans les premiers mois de 1848 qui élimine les recteurs les plus engagés dans le soutien à l’ancienne monarchie. C’est ainsi que l’abbé Daniel (Caen), qui a refusé de diffuser certains manuels d’éducation civique et morale, en particulier l’ouvrage de Charles Renouvier, est destitué dès mai 1848. Mais dès 1849 commence une épuration a contrario, les conservateurs désormais maîtres de la République, œuvrant au remplacement des recteurs qui ont agi avec détermination aux côtés d’Hippolyte Carnot. L’abbé Daniel est ainsi réinstallé dès février 1849. À ces deux mouvements politiques, s’ajoute une réforme du découpage des académies. L’arrêté du 7 septembre 1848 ramène en effet de vingt-six à vingt le nombre des académies, jouant sur les regroupements départementaux. L’éphémère « moment républicain » voit Hippolyte Carnot multiplier les circulaires qui demandent aux cadres de l’Instruction publique, mais aussi aux enseignants, de s’engager pour soutenir la République en se portant candidat lors des premières élections au suffrage universel masculin. Il faut aussi et surtout « éclairer » les masses. Le ministre adresse aux recteurs une circulaire le 6 mars :

  • 23 Circulaires et Instructions officielles relatives à l’Instruction Publique, op. cit., tome 3, p. 3 (...)

« Il n’est aucune partie de l’Instruction primaire qui n’ait été plus négligée, sous les précédents gouvernements, que la formation des enfants comme citoyens […].Beaucoup de citoyens, surtout dans nos campagnes ne sont pas suffisamment instruits de leurs droits et par conséquent de leurs devoirs. Ils ne savent pas quels sont les bienfaits que le peuple doit attendre de l’État républicain et par conséquent combien peu il leur est permis d’être indifférents aux choix des hommes qui, dans quelques jours, vont revêtir le caractère auguste de mandataires de la nation23. »

20Les recteurs doivent mobiliser le corps enseignant pour qu’il réalise l’éducation politique du peuple, diffusant les manuels d’éducation morale et civique écrits par Charles Renouvier et Henri Martin mais aussi souvent par des enseignants de leur académie.

21La démission d’Hippolyte Carnot dès juillet 1848 et l’abandon du projet de réforme qu’il défendait, laissent ensuite le champ libre aux conservateurs. La victoire de Louis-Napoléon Bonaparte aux élections présidentielles de décembre 1848 puis celle du parti de l’Ordre aux élections législatives de février 1849, changent les données du problème. Le camp conservateur trouve dans l’Université, dans ses facultés mais surtout dans ses instituteurs, de faciles boucs émissaires, responsables du développement des idées subversives. Dès lors, il faut mettre au pas l’institution en favorisant le développement des écoles confiées aux religieux et religieuses. Les recteurs, symboles de l’Université impériale, sont dessaisis de nombreux pouvoirs sur l’enseignement primaire, ceux-ci étant transférés entre les mains des préfets, l’échelon départemental apparaissant le meilleur pour surveiller les écoles. La loi du 11 janvier 1850 relative aux instituteurs communaux (loi De Parieu) note dans son article 1er : « l’instruction primaire, dans chaque département, est spécialement placée sous la surveillance des préfets ». Ce dernier peut réprimander, muter ou suspendre les instituteurs. La circulaire du 16 janvier 1850 notifie au préfet l’importance de ses attributions de surveillance à l’égard des instituteurs qui ne doivent jamais prendre « une attitude hostile au gouvernement ».

Les recteurs départementaux (mars 1850-juin 1854)

  • 24 Agulhon Maurice, 1848 ou l’apprentissage de la République, Paris, Seuil, 1992, p. 163.
  • 25 Voir Michel Henry, La loi Falloux : 4 janvier 1849-15 mars 1850, Paris, Hachette, 1906, 524 p.

22C’est ensuite la loi Falloux du 15 mars 1850 qui bouleverse le cadre académique tout en mettant fin au théorique monopole d’État sur l’enseignement secondaire. La révolution du suffrage universel masculin (1848) a changé les données de la question éducative car les idées personnelles des instituteurs ont désormais des conséquences directes sur la vie politique de la nation. Le paysan et l’ouvrier sont électeurs et l’instituteur, qui contribue à la formation de leur esprit, « se trouve forcément promu à un niveau de responsabilité analogue à celui du prêtre ou du médecin, du cabaretier ou du notaire24 ». Une Commission extraparlementaire est formée en 1849 pour préparer une profonde réforme de l’enseignement, avec à sa tête Adolphe Thiers qui apparaît très opposé à l’Université, œuvrant à la suppression des écoles normales et à l’affaiblissement maximal de l’autorité des membres de l’enseignement public. Les débats sont cependant très vifs à l’Assemblée nationale tout au long des délibérations et une véritable bataille d’amendements oppose le camp conservateur au camp progressiste25.

  • 26 Bulletin administratif de l’Instruction publique, année 1850, « Loi relative à l’enseignement du 1 (...)
  • 27 Circulaires et instructions officielles relatives à l’instruction publique, Paris, Delalain, 1866, (...)

23La loi Falloux du 15 mars 1850 tente alors un compromis entre les volontés de ceux qui souhaitaient la mort de l’Université et ses défenseurs26. Les articles 7 à 16 traitent des conseils académiques pour en définir la composition et les missions. « Il sera établi une académie dans chaque département (article 7). » Chaque académie est administrée par un recteur assisté, si le ministre le juge nécessaire, d’un ou de plusieurs inspecteurs et par un conseil académique (article 8). Les recteurs ne sont pas choisis exclusivement parmi les membres de l’enseignement public. Ils doivent avoir le grade de licencié ou dix années d’exercice comme inspecteurs d’académie, proviseurs, censeurs, chefs ou professeurs des classes supérieures dans un établissement public ou libre (article 9). Le recteur partage son autorité, au sein du conseil académique, avec plusieurs notables, en particulier, le préfet, l’évêque, divers représentants des Églises, le procureur général de la Cour d’appel et quatre conseillers généraux. Les 86 recteurs doivent se transformer en petits préfets, attentifs à ce que les membres de l’enseignement ne troublent pas l’ordre public et la morale. Dès le 27 août 1850, le ministre De Parieu invite les recteurs à surveiller étroitement leur personnel. Le 31 octobre 1850, il rappelle, dans une nouvelle circulaire, qu’il est interdit aux membres du corps enseignant de fréquenter les cercles politiques et les cafés et leur demande de faire la chasse aux maîtres immoraux27. Le 2 novembre 1850, il précise sa pensée. Les recteurs doivent faire connaître à l’administration la mesure et le caractère du mérite de chaque fonctionnaire « à l’aide de notes précises et circonstanciées ». Dès lors, l’inspection des lycées et des collèges mais aussi des écoles doit être menée avec « une attention minutieuse », le recteur récupérant ses pouvoirs sur le primaire. L’abbé René Sergent, nommé recteur de la Nièvre, lance ainsi l’épuration demandée.

  • 28 Tephany Joseph, Vie de Monseigneur René-Nicolas Sergent, Quimper, De Kerangal, 1872, p. 67.

« Dès qu’on lui signalait un sujet véreux, il ordonnait immédiatement une enquête, interrogeant lui-même au besoin les autorités locales puis il sévissait si l’accusé était reconnu coupable. Il ne transigeait jamais avec ceux qui étaient convaincus d’immoralité ou d’affiliation aux sociétés démagogiques et socialistes. La première année de son rectorat fut très pénible à cause des nombreuses exécutions de ce genre qu’il fut obligé de faire. Au reste, cette opération épurative, il eut la triste nécessité de la continuer pendant les deux années qu’il fut recteur28. »

24Dans un rapport au ministre de novembre 1852, le recteur Sergent précise :

  • 29 Archives nationales, F17 21720, rapport au ministre daté de novembre 1852.

« Un grand nombre d’instituteurs offrent des garanties et sont animés de bons sentiments mais il y en a encore beaucoup sur lesquels on ne peut pas compter et qu’il faut surveiller de très près. Monsieur le préfet, sous la loi du 11 février, a fait une forte épuration. Je l’ai continuée. Malgré cela, il y a encore des instituteurs affiliés aux anarchistes […]. Je viens d’en révoquer deux, d’en suspendre un et d’en déplacer trois. J’ai mis opposition à l’ouverture de trois écoles libres ; un de ceux qui voulaient les ouvrir […] est un socialiste de la plus dangereuse espèce29. »

25Si de nombreux petits recteurs acceptent de se mettre au service de l’épuration, d’autres tentent, comme ils peuvent, de protéger leur personnel de la vindicte des notables. Beaucoup travaillent à « sauver » les écoles normales rendues facultatives par la loi Falloux en résistant aux pressions des notables, même s’ils doivent aussi mettre en œuvre le nouveau règlement des écoles normales du 24 mars 1851. Le concours de recrutement est supprimé, remplacé par une simple enquête sur les candidats insistant sur leur moralité. Le cadre disciplinaire est encore renforcé alors que l’arrêté du 31 juillet 1851 définit les nouveaux programmes d’enseignement, réduisant fortement le contenu des apprentissages en déclarant facultatives de nombreuses matières. Collèges et lycées quant à eux subissent de plein fouet la concurrence ravivée des établissements privés sans que les recteurs départementaux ne puissent faire grand-chose. Désormais, la plupart d’entre eux n’ont plus d’institution d’enseignement supérieur à gérer au sein de leur unique département.

  • 30 Rosanvallon Pierre, Le sacre du citoyen, Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimar (...)
  • 31 Garrigou Alain, Histoire sociale du suffrage universel en France, Paris, Seuil, 2002, p. 109 et su (...)
  • 32 Archives nationales, F17 20622, circulaire du 25 février 1852.

26De 1850 à 1854, le recteur joue également un rôle politique majeur et se transforme en adjoint préfectoral chargé de mobiliser les maîtres afin qu’ils fassent voter les citoyens pour le « bon » candidat. Le sacre du citoyen, par « la révolution de l’égalité30 », fait peur et l’instituteur a une fonction majeure de guide politique dans ce lien désormais inévitable entre « les sauvages et le suffrage31 ». Les recteurs multiplient les circulaires qui exigent des enseignants qu’ils se mobilisent pour « bien » faire voter les masses. Pierre-François Doucin, qui dirige l’académie de Saône-et-Loire (1850-1853), insiste ainsi dans sa circulaire aux instituteurs du 25 février 1852, sur le fait que « le devoir de tout fonctionnaire est de seconder l’action morale du gouvernement par son vote et par l’appui résolu des candidats recommandés dans la proclamation si explicite de Monsieur le Préfet32 ». Le 12 novembre 1852, il note dans une nouvelle circulaire :

  • 33 Ibid., circulaire du 12 novembre 1852.

« Je vous invite à vous faire immédiatement inscrire sur les listes électorales qui sont actuellement en cours de révision à la mairie de votre commune à l’occasion du vote sur le plébiscite relatif au rétablissement de l’Empire […]. Non seulement aucun fonctionnaire ne peut se dispenser d’aller déposer son vote mais tous […] doivent contribuer à éclairer les populations sur le caractère du grand événement qui se prépare afin que les intrigues et l’hostilité des partis ne détournent pas le peuple de donner, le 21 novembre, une dernière et solennelle consécration aux votes du 10 décembre 1848 et du 20 décembre 1851 […]. Je compte sur votre zèle et votre dévouement33. »

27Le recteur a désormais une mission politique importante et on le voit alors donner ses consignes lors des plébiscites (21 décembre 1851, 20 et 21 novembre 1852) et des élections législatives du 29 février 1852.

L’importance majeure de la loi du 14 juin 1854

  • 34 Maurain Jean, La politique ecclésiastique du Second Empire de 1852 à 1869, Paris, Félix Alcan, 193 (...)
  • 35 Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, tome 2, Loi du (...)
  • 36 Bulletin des Lois, no 186, « Loi sur l’Instruction publique du 14 juin 1854 », p. 1551-1555.
  • 37 Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’Enseignement supérieur, op. cit., tome (...)

28Lorsque Hippolyte Fortoul arrive au Ministère en décembre 1851, il ne peut que constater la faiblesse des recteurs départementaux. S’il est bien conscient que l’école doit œuvrer à consolider les pouvoirs du Prince impérial et contribuer à la diffusion des valeurs chrétiennes, il est aussi profondément attaché à la défense d’un système scolaire public et à la limitation de l’influence de l’Église sur l’École. Les recteurs départementaux sont dans une position qui les rend incapables de résister aux pressions des notables et du clergé. Dans le secondaire, entre 1850 et 1854, « le clergé se fit ainsi céder une cinquantaine de collèges34 ». Hippolyte Fortoul prend rapidement conscience qu’une réaction est nécessaire pour dynamiser l’enseignement public et c’est tout le sens de la loi du 14 juin 1854. La loi de 1850 a été réalisée par des gens soucieux du devenir de l’enseignement primaire et par la volonté d’un retour à l’ordre, imposant le cadre départemental comme unité de surveillance. Il faut désormais « reconstituer le rectorat de manière à lui rendre sa légitime autorité sur l’instruction supérieure et sur l’instruction secondaire donnée par l’État, tout en conservant pour l’instruction primaire, l’organisation départementale35 ». Par la loi du 14 juin 1854, la France est divisée en seize circonscriptions académiques. Chacune des académies est administrée par un recteur assisté d’autant d’inspecteurs d’académie qu’il y a de départements dans la circonscription (article 2)36. Le recteur doit devenir un animateur de la vie intellectuelle régionale et jouer un grand rôle dans le rayonnement des lycées et des facultés et dans la dynamisation des sociétés savantes. Il y a, au chef-lieu, un conseil académique composé du recteur (président), des inspecteurs d’académie, des doyens des facultés, de sept membres choisis tous les trois ans par le ministre de l’Instruction publique : un parmi les archevêques ou évêques de la circonscription, deux parmi les membres du clergé catholique ou parmi les ministres des cultes non catholiques reconnus, deux dans la magistrature, deux parmi les fonctionnaires publics ou autres personnes notables de la circonscription (article 3). Le décret impérial du 22 août 1854 précise ensuite le rôle du recteur et confirme la perte presque totale de ses pouvoirs sur l’enseignement primaire37. Les attributions du recteur comprennent : « La direction et la surveillance des établissements d’enseignement supérieur ; la direction et la surveillance des établissements publics d’enseignement secondaire ; la surveillance de l’enseignement secondaire libre ; le maintien des méthodes de l’enseignement primaire public (article 17). » C’est dire qu’il a perdu l’essentiel de ses attributions sur les écoles primaires. Ce texte du 22 août 1854 fixe cependant définitivement l’un des critères du recrutement : « Nul ne peut être nommé recteur, s’il n’est pourvu du grade de docteur (article 16). » Un processus d’universitarisation se met en marche que la Troisième République confirmera.

Le travail au quotidien des recteurs de Napoléon III

  • 38 Bulletin administratif de l’Instruction publique, année 1866, décret du 2 juillet 1866, p. 587-595
  • 39 Curtis Sarah A., L’Enseignement au temps des congrégations : Le diocèse de Lyon (1801-1905), Lyon, (...)

29Les quarante grands recteurs des années 1854-1870 ne jouent plus qu’un très faible rôle dans l’enseignement primaire, même si certains continuent à écrire des manuels scolaires. Ils surveillent les écoles normales qu’ils tentent de redynamiser et transmettent aux inspecteurs d’académie et aux inspecteurs primaires, leurs consignes sur les méthodes et les contenus scolaires. Avec Victor Duruy, les programmes des écoles normales sont enrichis alors que le décret du 2 juillet 1866 restaure le concours d’entrée38. Les recteurs rappellent aussi en permanence la nécessité de disposer d’écoles communales publiques et tentent de résister au développement important de l’influence congréganiste mais ils ne peuvent ici que soutenir les préfets et les inspecteurs. 15,1 % des garçons sont ainsi dans l’enseignement primaire congréganiste en 1850 mais 21,9 % en 1863 et 28,4 % en 1877. Pour les filles, c’est beaucoup plus avec 44,6 % en 1850, 53,8 % en 1863 et 59,9 % en 187739.

  • 40 Archives nationales, F17 4334, conseils académiques, rapport du recteur de Besançon, avril 1860.
  • 41 Ibid., rapport du recteur d’Aix, juin 1861.

30Les recteurs consacrent par contre beaucoup de temps à la rénovation des établissements secondaires, fortement concurrencés par les établissements libres. Ils lancent de nombreux travaux de rénovation des bâtiments, négocient avec les municipalités et le ministère, tout en multipliant les visites d’inspection. Benjamin Caresme (Besançon) note en avril 1860 : « Le recteur est allé à Lons-le-Saunier […] examiner les emplacements proposés par la ville pour l’établissement d’un lycée et faire connaître à l’administration municipale les principales conditions qu’elle serait tenue de réaliser40. » Le 5 juin 1861, le recteur Desclozeaux (Aix) signale qu’il s’est rendu à Toulon pour s’entendre avec l’architecte du gouvernement et l’autorité municipale « sur les plans et devis du lycée projeté41 ».

  • 42 Archives nationales, F17 4364, rapport du conseil académique de Clermont, juin 1869.
  • 43 Mayeur Françoise, « Les évêques français et Victor Duruy : les cours secondaires de jeunes filles  (...)

31Ils veillent aussi à la bonne organisation des examens du baccalauréat et expliquent les enjeux des réformes ministérielles, en particulier de celles de 1864-1865 qui suppriment la bifurcation mise en place par Fortoul à la fin de la quatrième (1852). Ils mettent surtout en place le nouvel enseignement spécial fondé en 1865. Il s’agit de fournir une solide culture générale préparant à l’exercice du métier et cet enseignement est dispensé dans les établissements habituels que sont les lycées et les collèges. D’une durée de quatre à cinq ans à partir de la sixième, ce cycle plus court d’études (3 ans de moins que la filière classique) débouche sur un diplôme spécifique qui n’est pas un baccalauréat. Un programme national est fixé par l’arrêté du 6 avril 1866, qui fait davantage de place aux exercices pratiques comme les manipulations de chimie et de physique, aux langues vivantes, à la législation et à la comptabilité. Le recteur de Clermont note, en juin 1869, que « l’enseignement spécial, sa création et son organisation et son extension, est incontestablement le fait dominant de l’instruction nationale depuis quelques années42 ». Les recteurs tentent aussi de développer les cours secondaires féminins recommandés par Victor Duruy dans sa circulaire du 30 octobre 1867 mais les résistances sont cette fois très fortes43.

  • 44 Circulaires et instructions officielles relatives à l’Instruction publique, op. cit., tome 4, p. 4 (...)

32L’enseignement supérieur devient un enjeu important pour les recteurs du Second Empire, même si les moyens matériels demeurent limités. La circulaire du 15 septembre 1854 insiste sur l’importance de leur rôle. « Vous marchez à la tête des facultés qui forment votre cortège, dont vous surveillez personnellement les travaux, dont vous dirigez les délibérations. Vous participez à la rédaction de leurs programmes ; vous assistez, toutes les fois que vous le jugez convenable, à leurs actes publics44. »

33Par le décret du 22 août 1854, cinq facultés des sciences (Clermont-Ferrand, Lille, Marseille, Nancy, Poitiers) et quatre de lettres (Clermont-Ferrand, Douai, Nancy, Poitiers) sont fondées. Le même décret décide la création d’écoles préparatoires à l’enseignement supérieur des lettres et des sciences qui sont peu à peu organisées dans les années suivantes à Angers, Chambéry, Mulhouse, Nantes et Rouen. En médecine, une école préparatoire est fondée à Alger et à Lille mais ce sont les deux seules fondations du Second Empire. En 1864 réapparaît la faculté de droit de Nancy puis, en 1865, la faculté de droit de Douai. La politique ministérielle vient s’appuyer sur de multiples demandes locales qui, depuis de nombreuses années, multipliaient les campagnes revendicatives en vue d’obtenir ces créations. Ils stimulent les énergies locales, les canalisent ou les calment, tentent de déterminer de manière raisonnable, les critères du choix de la future ville siège de ces facultés, intervenant donc dans les guerres intestines entre cités. Il faut négocier entre les municipalités et l’État les conditions matérielles (locaux, équipements) de l’installation mais surtout se mettre d’accord sur les clauses financières. Il faut aussi veiller à la mise en place des programmes et à la conformité des structures administratives et pédagogiques par rapport aux textes en vigueur.

  • 45 Mourier Adolphe, Notes et souvenirs d’un universitaire (1827-1889), Orléans, Georges Jacob, 1889, (...)

34La Bretagne, si l’on excepte la ville de Rennes, apparaît longtemps en retrait. La possibilité d’ouvrir des écoles préparatoires à l’enseignement supérieur étant admise par l’article 4 du décret du 22 août 1854, les initiatives locales vont, cette fois, pouvoir déboucher sur du concret. Le recteur a habilement stimulé la traditionnelle querelle entre Rennes et Nantes, Angers étant aussi dans la course. Les articles de presse se multiplient, tout comme les déclarations politiques qui demandent la création de centres universitaires dynamiques. Dans une lettre du 21 février 1855, Hippolyte Fortoul demande alors au recteur Mourier des exemplaires de ces journaux. « Je désire pouvoir apprécier la manière dont a été comprise cette question qui offre aux villes de Nantes et d’Angers un intérêt tout particulier45. » Le recteur fait tout ce qui est possible pour que l’agitation revendicative des cités soit active, moyen d’influencer positivement le ministère. Le recteur penche pour Nantes et apprend que la municipalité veut mettre en vente son Hôtel des monnaies, site idéal pour loger une faculté des sciences. Il intervient donc auprès des élites municipales et obtient l’ajournement de la mesure. La municipalité suit l’avis du recteur et le décret du 30 mars 1855 valide la décision en fondant à Nantes une école préparatoire à l’enseignement supérieur. Adolphe Mourier joue un rôle majeur de négociateur.

  • 46 Ibid., p. 101 à 107.

« Les sociétés académiques, les journaux et les revues de la province seconderaient le projet de création auprès des autorités locales […]. Ce fut là notre première campagne ; il fallait créer un point d’appui dans l’opinion pour poser ensuite les questions de dépenses […]. C’est à Nantes qu’il fallait […] porter en toute hâte un premier effort. J’eus […] à mettre en lumière (devant une commission du conseil municipal) les services qu’une école de lettres et de sciences rendrait à la cité ; mon exposé fut écouté avec vive sympathie et […] le vote d’adhésion fut unanime […]. De Nantes, j’allais à Angers où le succès était plus difficile […].Les négociations se succédèrent […]. Le département cédait à la ville les bâtiments et terrains de l’ancien petit séminaire. Le conseil votait d’autre part les crédits que nécessitaient l’appropriation du local ainsi que l’achat du mobilier ; le décret impérial put enfin intervenir ; il porte la date du 7 juillet 185546. »

35Des combats semblables sont menés par les autres recteurs, tel celui de Douai qui obtient progressivement le retour dans son académie de trois facultés. Les facultés demeurent néanmoins de petites entités et si, celles de droit et de médecine ont des étudiants, celles des sciences et des lettres en ont très peu. En lettres, les facultés demeurent essentiellement des jurys d’examen (baccalauréat et licence) et des lieux de conférences mondaines alors qu’en sciences, les enseignants se replient sur leurs travaux de laboratoires.

  • 47 Goedert-Abaji Nathalie, « Quand les recteurs regardaient la France », dans Bontems Claude (dir.), (...)

36Les recteurs de Napoléon III conservent aussi une mission politique forte et se doivent de mobiliser leurs troupes pour qu’ils soutiennent les candidats officiels lors des élections. Peu après l’attentat d’Orsini (14 janvier 1858), les recteurs reçoivent une circulaire de Gustave Rouland datée du 19 mars 1858. Ce dernier leur demande de lui adresser « chaque trimestre, en toute confidentialité, un rapport sur la situation morale, politique et religieuse » de leur académie. Il s’agit, pour le gouvernement, de disposer d’informations multiples sur l’état de l’opinion et de croiser les sources entre les renseignements collectés par les préfets, les militaires et les corps de justice. Dès lors, les recteurs se plient à ce rôle d’agent des renseignements généraux et s’appliquent à rédiger ces rapports confidentiels47. En 1870, après quinze années d’exercice de ses prérogatives renforcées, la fonction rectorale apparaît consolidée alors que s’effondre le régime de « Napoléon le Petit ».

Un « sacre » républicain pour la fonction rectorale (1870-1940) ?

37La Troisième République, si elle réalise une œuvre fondamentale dans l’Instruction publique par les lois de Camille Sée, de Jules Ferry, de René Goblet ou l’œuvre de Louis Liard à la tête de l’Enseignement supérieur, ne remet pas en cause les structures administratives héritées du Second Empire et ne change pratiquement rien aux attributions du recteur, si ce n’est pour renforcer son rôle dans l’enseignement supérieur.

La laïcisation du conseil académique et l’universitarisation du recrutement

  • 48 Bulletin administratif de l’Instruction publique, année 1880, Loi du 27 février 1880, p. 247-254.

38Après des années incertaines, entre 1870 et 1879, marquées par des épurations contradictoires, la conquête de la République par les républicains, réalisée en 1879, ouvre une période de profonde stabilité pour la fonction. L’une des premières réformes opérées est celle de la laïcisation du conseil académique. Dès le 27 février 1880, par la loi relative au Conseil supérieur de l’Instruction publique et aux conseils académiques, le gouvernement républicain, laïcise définitivement les rouages administratifs de l’Instruction publique. Le nouveau conseil académique, placé sous la présidence du recteur, comprend désormais essentiellement des professionnels de l’éducation, à savoir : les inspecteurs d’académie des départements constituant l’académie ; les doyens des facultés et les directeurs des écoles préparatoires à l’enseignement supérieur ; un professeur élu par ses pairs au sein de chaque institution d’enseignement supérieur ; un proviseur et un principal désignés par le ministre ; six enseignants du secondaire élus par leurs pairs et quatre notables politiques (deux conseillers généraux et deux conseillers municipaux, choisis par le ministre)48. C’est ici la fin de la présence des évêques, des prêtres, des préfets et des membres du monde judiciaire.

39L’analyse des cursus professionnels des 114 recteurs de la Troisième République confirme la domination exclusive du recrutement au sein de l’Instruction publique mais permet aussi de repérer des réajustements internes qui affirment progressivement la domination des enseignants du Supérieur. Le temps de l’accès à la fonction pour des proviseurs chevronnés ou d’anciens enseignants du secondaire devenus inspecteurs d’académie est révolu. 65,78 % des recteurs de la période 1870-1940 sont d’anciens professeurs de faculté. Sous la Troisième République, la grande stabilité de la fonction permet désormais à certains recteurs de se créer de véritables « règnes » à la tête de leur académie. Georges Lyon dirige ainsi l’académie de Lille pendant 21 ans (1903-1924). Son collègue Charles Adam est à la tête de l’académie de Nancy durant 26 années (1902-1928). Claude Perroud est recteur de l’académie de Toulouse de 1881 à 1908 (27 ans). Seuls une volonté personnelle de mutation, une promotion dans l’administration centrale ou le départ à la retraite modifient la carte des rectorats. Dès lors, ces recteurs quasi inamovibles sont autant, sinon plus, les représentants et les défenseurs de leur patrie académique auprès du ministère que les représentants du ministre en province. C’est là une réalité majeure qu’il faut prendre en compte dans le rapport entre le central et le local, vu à travers le prisme académique.

Le recteur républicain, les enseignements primaire et secondaire

  • 49 Block Maurice, Dictionnaire de l’administration française, Paris, Berger-Levrault, 1877, p. 1100 e (...)

40La Troisième République ne change rien dans la répartition des pouvoirs et la gestion des maîtres du primaire reste la même, soumise essentiellement à l’autorité préfectorale alors que le recteur intervient de manière très importante dans le secondaire. Les attributions du recteur comprennent, comme le signale en 1877 le Dictionnaire de l’administration française, « la direction et la surveillance des établissements d’enseignement supérieur et des établissements publics d’enseignement secondaire ; la surveillance de l’enseignement secondaire libre ; le contrôle des méthodes de l’enseignement primaire49 ».

41Au niveau du primaire, le recteur républicain, comme ses prédécesseurs du Second Empire, ne s’intéresse plus qu’aux « méthodes » et l’engagement rectoral apparaît fortement en retrait. Les recteurs se transforment en « gardiens du temple » qui, dans leurs discours et dans leurs circulaires, ne cessent de rappeler les valeurs fondamentales qui doivent animer l’École républicaine à savoir la liberté et l’égalité dans le respect des principes de la laïcité. Ils sont des hérauts qui célèbrent l’école de Jules Ferry, gratuite et obligatoire qui œuvre à l’éducation d’un citoyen patriote conscient de ses droits et de ses devoirs. Ils n’interviennent plus directement dans toutes les questions concernant l’ouverture des écoles, les nominations des maîtres et leur possible sanction. Ils jouent, dès lors, un rôle très faible dans le grand mouvement de laïcisation des personnels et dans les épisodes souvent tendus liés à la lutte contre les congrégations à partir de 1901-1902. Ils sont parfois présents dans les débats qui concernent les savoirs scolaires (les programmes) et les méthodes pédagogiques mais la plupart des recteurs des années 1870-1940 préfèrent déléguer leurs attributions pédagogiques aux inspecteurs d’académie et aux inspecteurs primaires.

  • 50 Amalvi Christian, « Les guerres des manuels autour de l’école primaire en France (1899-1914) », Re (...)

42Quelques recteurs jouent un rôle pédagogique plus affirmé mais sont désormais des exceptions tel Jules Payot, figure influente dans le monde primaire entre 1890 et 1914 par ses manuels, ses écrits philosophiques et pédagogiques. Il est d’ailleurs au cœur de la seconde guerre des manuels qui secoue la France entre 1908 et 1910, pour ses ouvrages de morale destinés aux maîtres et aux élèves du primaire50. Les recteurs s’occupent davantage des écoles normales et jouent un rôle très actif dans la mise en œuvre, au sein de chaque département, de la loi Paul Bert du 9 août 1879 qui exige une école normale de fille et de garçons. Si pour les garçons, le modèle normalien s’était déjà fortement développé, il n’en va pas de même pour les filles, le plus souvent formées au sein de noviciats et de cours normaux aux mains de religieuses. Les recteurs se transforment alors en négociateurs et en relais entre les volontés municipales, départementales et parisiennes. Ils président ainsi à la construction de très nombreuses écoles normales de filles mais aussi à la reconstruction, bien souvent, de celles de garçons. Ils mettent en place les comités de surveillance et veillent à la stricte application des nouveaux programmes qui sont plusieurs fois modifiés entre 1880 et 1940.

  • 51 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Recueil des monographies pédagogiques publi (...)
  • 52 Ibid., p. 505.

43En 1889, le recteur de Bordeaux fait un bilan précis des actions entreprises en faveur de la formation des maîtres depuis 1878. Il insiste tout d’abord sur la situation déplorable de l’école normale des garçons de la Gironde, fondée en 1833 et transférée en 1859 à La Sauve, village situé à 28 kilomètres de Bordeaux. De multiples projets ont tenté de rapprocher cette école de Bordeaux mais sans succès51. L’école normale d’institutrices, qui remplace l’ancien cours normal, a été ouverte en novembre 1884 dans la Gironde. En Dordogne, l’école d’instituteurs occupe toujours l’ancien couvent des Récollets depuis 1835 mais de nombreux travaux ont été effectués. L’école normale des filles, ouverte en 1882, est logée dans l’ancienne préfecture. Dans le Lot-et-Garonne, l’école normale des garçons, fondée en 1833 mais supprimée en 1851, a été rétablie par le conseil général en 1878 après de longues tractations. Elle est installée dans l’ancienne maison de campagne des évêques d’Agen, à 4 kilomètres de la ville, « dans une solitude absolue », et le recteur demande son rapprochement de la vie urbaine. L’école normale des filles d’Agen, ouverte en janvier 1883, remplace un ancien pensionnat privé. Dans les Landes, « l’enseignement primaire était particulièrement en arrière et c’est aujourd’hui le département du ressort où la situation des écoles normales laisse le plus à désirer52 ». L’école des garçons est à Dax depuis 1834 mais elle manque de moyens et a besoin d’un nouveau bâtiment. L’école normale des filles, ouverte en 1886 à Mont-de-Marsan, est dans de meilleures conditions. Dans les Basses-Pyrénées enfin, l’école normale des garçons de Lescar est dans une situation correcte. L’école normale des filles, ouverte en janvier 1888 aux portes de Pau, « dans des bâtiments neufs, vastes et bien aménagés », remplace le cours normal dirigé par les Dames de Saint-Maur.

  • 53 Ibid., p. 509-510.

« Si l’on veut dégager de ce qui précède une impression générale, il est manifeste que l’État, pour les écoles normales de la région Sud-Ouest, a mis à profit la faveur qui s’est attachée à l’instruction primaire. Là comme ailleurs du reste, c’est plus qu’une œuvre scolaire qu’il a voulu accomplir ; c’est une œuvre de foi, et il y a porté toute l’ardeur d’une conviction sincère. Il est à croire que nous allons entrer dans une période moins abondante en ressources, moins occupée de créations. On ne s’endormira pas sur les positions gagnées ; on s’y fortifiera pour achever de proche en proche, la conquête pacifique du pays à l’esprit laïque53. »

44Au niveau du secondaire, les attributions du recteur demeurent majeures et sont même renforcées par la volonté de développer l’enseignement public féminin. Bien avant la Loi Falloux (1850), qui ne fait que légaliser une situation de fait, les établissements publics sont soumis à une terrible concurrence des établissements libres. Dès lors, la mission première du recteur est de promouvoir les lycées et les collèges communaux.

  • 54 Dauphin Stéphanie, « Le vice-recteur Octave Gréard, rénovateur des lycées parisiens (1880-1895) », (...)
  • 55 Voir Rogers Rebecca, Les Bourgeoises au pensionnat : l’éducation féminine au XIXe siècle, Rennes, (...)
  • 56 Voir Marchand Philippe, « Georges Lyon : Un grand chef d’académie à Lille (1903-1924) », dans Cond (...)

45Progressivement, de nombreux établissements sont rénovés ou reconstruits alors que dans les grandes villes, des annexes apparaissent (« petits lycées ») qui deviennent ensuite des établissements spécifiques. À Paris, Octave Gréard conduit un imposant chantier de reconstruction des anciens bâtiments et de construction de six lycées masculins pour équiper la Capitale dont la population a beaucoup augmenté54. Le recteur d’académie est aussi l’un des acteurs majeurs, avec les communautés locales et le ministère, de la fondation de l’enseignement secondaire féminin public, par application de la loi Camille Sée du 21 décembre 1880. Si le réseau des pensions de jeunes filles, qu’elles soient laïques ou religieuses, est dense et souvent de bonne qualité55, ce sont les républicains qui fondent les lycées et les collèges de jeunes filles. Comme pour les écoles normales, le recteur joue ici un rôle important de négociateur et de chef de chantier, en lien avec les communes et le ministère. Il veille aussi à la stricte application des règlements et des programmes. De nombreux recteurs, tel Georges Lyon à Lille, s’engagent, à partir de 1905 environ, dans une rénovation des études par l’acceptation de cours supplémentaire de latin qui puissent permettre aux filles de préparer le baccalauréat56. Ils appliquent ensuite le décret Léon Bérard du 25 mars 1924 qui aligne l’enseignement féminin sur celui des garçons.

46Les recteurs œuvrent aussi à la mise en place progressive de la gratuité des études secondaires, à partir de 1928, et lancent avec, plus ou moins d’ardeur, selon leurs propres convictions, les réformes qui doivent permettre de faire avancer la cause de l’école unique et les expérimentations voulues par Jean Zay (classes d’orientation, loisirs dirigés). Ils doivent aussi gérer et expliciter les diverses réformes pédagogiques menées par le ministère, en particulier la transformation de l’enseignement spécial fondé par Victor Duruy en enseignement moderne mais aussi les multiples réformes de programme. Ils jouent un rôle non négligeable dans les débats de l’extrême fin du XIXe siècle qui tentent de remédier à l’état de crise de l’enseignement secondaire et qui, au-delà de la grande enquête parlementaire de 1899, débouchent sur la réforme fondamentale de 1902. Les recteurs doivent aussi gérer les multiples révoltes lycéennes qui, entre 1870 et 1890, agitent les établissements et mettent ensuite en œuvre la réforme disciplinaire décidée par l’arrêté du 5 juillet 1890.

Le recteur couronné : la présidence du conseil de l’université

  • 57 Voir Condette Jean-François, « Stimuler ou contraindre ? Les recteurs d’académie et l’enseignement (...)

47Déjà fortement réaffirmées par la loi de 1854, les missions du recteur dans l’enseignement supérieur sont consacrées par la loi du 10 juillet 1896 qui le transforme en président du conseil de l’université. Il joue alors, en lien permanent avec les doyens des facultés et la Direction de l’Enseignement supérieur à Paris, un rôle majeur d’incitateur et d’intermédiaire57. Toute l’ambitieuse politique républicaine de réforme des structures et des études supérieures trouve dans le recteur un relais stratégique.

  • 58 Ministère de l’Instruction publique, Documents, tome 16 : Réponses à la circulaire de Jules Ferry (...)
  • 59 Allard Michel, Essai sur la fonction rectorale, Thèse de doctorat, Université de Droit et de la Sa (...)

48Contrairement aux souhaits de l’immense majorité des personnels de l’enseignement supérieur, consultés par l’enquête de 188358, le régime républicain n’accepte pas l’élection d’un président d’université élu par ses pairs et dotés d’importants pouvoirs et décide que le recteur doit diriger les structures d’enseignement supérieur. Se méfiant des prétentions à l’autonomie du monde universitaire, le régime républicain adopte une politique des petits pas. Le décret du 28 décembre 1885 réforme les rouages administratifs des facultés et désigne le recteur comme président d’un conseil général des facultés chargé de coordonner la vie universitaire de l’académie mais doté de peu d’attributions. Après plus de dix années d’observation du travail opéré, la Troisième République, par la loi du 10 juillet 1896, décide ensuite de permettre le retour des universités, simples fédérations des facultés d’un même ressort académique. On est loin cependant des universités du Moyen Âge, fières de leurs franchises. Certes, l’université a obtenu le droit de se gérer plus librement ; certes, elle peut désormais créer ses propres diplômes mais le contrôle de l’État reste fondamental. Tous les actes ou presque du conseil sont soumis à l’approbation du ministre avant d’être exécutoires. Le président du conseil n’est pas élu mais nommé, en la personne du recteur, qui n’est pas un membre du personnel enseignant des facultés mais un agent de l’État. Pour la fonction rectorale, on peut alors parler d’un réel « couronnement de 189659 », le recteur étant amené à jouer un rôle déterminant en matière d’enseignement supérieur.

49Symbole évident d’une tutelle maintenue du pouvoir central sur les universités, le recteur, à l’usage, n’est pas cependant uniquement cet œil de Paris, surveillant général de la vie universitaire. Ancien enseignant de faculté, installé à la tête de l’académie pour de nombreuses années et connaissant très bien le contexte régional, le recteur apparaît comme un défenseur des facultés bien plus que comme un père fouettard leur rappelant l’orthodoxie ministérielle. Certes, il est chargé de veiller à la bonne marche des études et au respect des textes officiels, ainsi qu’à la bonne organisation des examens qui sont profondément rénovés par le régime républicain, s’appuyant pour ces missions sur le travail important des différents doyens. Certes, il doit vérifier les budgets et comptes des facultés et veiller à ce que les règles financières soient respectées. Mais il est aussi un impulseur. À l’écoute des projets des enseignants, leur demandant de les clarifier, il tente ensuite d’y répondre en multipliant les contacts personnels auprès des élites régionales, qu’elles soient politiques, culturelles ou économiques, tout en défendant les dossiers auprès du ministère.

  • 60 Dauphin Stéphanie, « Octave Gréard, vice-recteur de l’académie de Paris (1879-1902) : réformer et (...)
  • 61 Condette Jean-François, Une faculté dans l’histoire : la faculté des lettres de Lille de 1887 à 19 (...)

50De nombreux recteurs participent activement aux négociations qui permettent le lancement de nouvelles constructions ou l’apparition d’instituts spécialisés. C’est le cas d’Octave Gréard à Paris pour l’immense chantier de reconstruction de la nouvelle Sorbonne (1885-1903)60 mais aussi de la plupart de ses collègues de province tout au long de la Troisième République. À Lille, les recteurs successifs, en liens permanents avec les doyens et les enseignants, contribuent au développement des facultés, de leurs moyens d’enseignement et de recherche61. Ils luttent aussi pour enrichir les enseignements et pour les adapter aux besoins régionaux. On voit alors les recteurs soutenir les initiatives qui permettent aux facultés des sciences de se rapprocher des milieux industriels ou agricoles ou celles qui, au sein des facultés des lettres, valorisent l’histoire et le patrimoine régional. À Toulouse, la collaboration étroite entre le doyen des sciences, Paul Sabatier, et le recteur Claude Perroud permet la création de plusieurs instituts en bénéficiant de subventions de la municipalité, du ministère de l’Instruction publique et de celui de l’Agriculture : Institut de chimie (1906), Institut électrotechnique (1907), Institut agricole (1909). Albert Châtelet, entre 1924 et 1936, procède de la même manière à la tête de l’académie de Lille et préside à la fondation de multiples structures dont l’Institut de la houille, l’Institut d’essais des semences et de recherches agricoles ou l’Institut de mécanique des fluides. Les recteurs travaillent aussi avec les associations générales d’étudiants qui se multiplient après 1880. Ils tentent de mieux encadrer le folkore estudiantin mais s’engagent aussi dans un soutien très matériel qui débouche sur la construction des maisons d’étudiants puis, dans l’entre-deux-guerres, sur les premiers restaurants et les premières résidences étudiantes.

51Le recteur est alors bien plus souvent le représentant des structures éducatives académiques et de leurs enseignants auprès des élites régionales et nationales, avocat de leurs demandes, que le représentant de la structure centrale rappelant sans cesse les seules volontés ministérielles. On assiste à une progressive émancipation de la fonction qui conquiert les armes de sa relative prise d’autonomie dans la gestion des affaires scolaires et universitaires, s’affranchissant ainsi de la très forte tutelle qui préside à sa naissance en 1808.

52Fondée par Napoléon Ier afin de permettre l’affirmation des prérogatives de l’État sur l’École, la fonction rectorale est conservée par la monarchie, celle-ci comprenant tout l’intérêt qu’elle peut tirer de la présence sur le terrain de cet agent à la fois pour développer les structures éducatives et pour servir le pouvoir en place. La brève seconde République n’a pas le temps de marquer le paysage scolaire français mais la réaction conservatrice qui suit les journées de juin 1848, entraîne une modification radicale de la fonction, la loi Falloux décidant de mettre en place les recteurs départementaux. Très vite cependant, Le Second Empire se rend compte que les établissements publics sont menacés par la concurrence renforcée des établissements libres et par les prétentions de l’Église à régenter l’Instruction publique. Hippolyte Fortoul, par la loi du 14 juin 1854, décide de revenir aux grandes académies et renforce les attributions du recteur sur les enseignements secondaire et supérieur alors que ce dernier perd l’essentiel de ses pouvoirs, autres que pédagogiques, sur le primaire. La Troisième République, ensuite, ne modifie pas les attributions rectorales. Après 1880, le recteur se transforme en une grande figure morale, héraut des principes républicains au sein des établissements, administrateur quasi inamovible qui devient autant le défenseur des projets de son académie qu’un agent du ministère envoyé en province. S’il intervient de manière importante dans l’enseignement secondaire masculin et dans la fondation de l’enseignement secondaire féminin public, le recteur devient aussi le président du conseil de l’université (1896) et joue alors un rôle majeur dans la dynamisation de la vie des facultés.

53Le recteur est pendant longtemps un homme presque seul, doté de peu de moyens matériels et humains, au sein d’une académie très vaste. Il ne faut donc pas s’illusionner sur ses pouvoirs, en reproduisant le schéma trop vite affirmé d’un système centralisé dès l’origine. La mise en cohérence et l’uniformisation des structures scolaires sont le résultat d’un effort pluriséculaire qui rencontre des oppositions très fortes. Le recteur est bien ici un acteur important, même s’il n’est pas le seul, des multiples combats qui ont permis la construction d’une instruction publique. Mais il ne faut pas voir le recteur comme un simple agent d’exécution de consignes venues d’en haut. Bien souvent, il se transforme aussi en défenseur des projets locaux, veillant à leur explicitation cohérente puis luttant pour qu’ils soient pris en considération à la fois par les élites locales et par les autorités centrales. Loin d’entraîner systématiquement la négation des petites patries académiques, les actions du recteur, entre 1814 et 1940, tentent de mettre en place une double appartenance intégrative.

Notes

1 Journal Officiel de la République Française, Chambre des députés, débats parlementaires, 9e législature, session extraordinaire de 1908, compte rendu in extenso, 18e séance, seconde séance du vendredi 30 octobre 1908, p. 2000-2004.

2 Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940 : tome 1, op. cit., introduction, p. 23-46.

3 Nique Christian, « Napoléon et la création des recteurs ou la double légitimité de la fonction rectorale », communication à ce même colloque du 27 mars 2008.

4 Circulaires et instructions officielles relatives à l’Instruction publique, Paris, Delalain, tome 1, 1863, Instruction relative à l’ordonnance royale du 22 juin 1814, p. 213-214.

5 Bulletin des Lois, no 185, Décret impérial du 17 mars 1808, p. 145-171.

6 Bulletin des Lois, no 73, ordonnance du 29 février 1816, p. 299-304.

7 Archives nationales, F17 6809-2, rapport du recteur de l’académie de Metz daté du 31 mai 1817.

8 Nique Christian, Comment l’École devint une affaire d’État, Paris, Nathan, 1990, 285 p.

9 Nique Christian, L’impossible gouvernement des esprits, Histoire politique des écoles normales primaires, Paris, Nathan, 1991, 200 p.

10 Rosanvallon Pierre, Le moment Guizot, Paris, NRF Gallimard, 1985, 414 p.

11 Nicolas Gilbert, L’école normale primaire de Rennes et la première génération de normaliens en Bretagne (1831-1852), Paris IV, Thèse de doctorat, 1991, 797 p.

12 AD du Nord, 2 T 2590, registre des délibérations du Conseil royal de l’Instruction publique, 10 décembre 1833.

13 Grevet René, L’avènement de l’école contemporaine en France (1789-1835). Laïcisation et confessionnalisation de la culture scolaire, Lille, Septentrion, 2001, 358 p.

14 Prost Antoine, Histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Armand Colin, réédition, 1986, p. 45.

15 Recueil des lois et règlements concernant l’Instruction publique, Paris, A. Delalain, tome 7, p. 104-113.

16 Garnier Adrien, Frayssinous et son rôle dans l’Université sous la Restauration (1822-1828), Paris, Picard, 1925, p. 57.

17 Gontard Maurice, L’enseignement secondaire en France de la fin de l’Ancien Régime à la loi Falloux (1750-1850), Aix-en-Provence, Edisud, 1984, p. 211.

18 Archives nationales, F17 7905, lettre du recteur Dufilhol au ministre datée du 4 août 1839.

19 Ibid., lettre du recteur Dufilhol au ministre datée du 15 avril 1843.

20 Verger Jacques (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986, p. 273.

21 Burney John M., Toulouse et son université ; Facultés et étudiants dans la France provinciale du 19e siècle, Toulouse, Presses universitaire du Miral, CNRS, 1989, p. 225 et suiv.

22 Gerini Christian, « Le recteur de la monarchie de Juillet et la culture des élites : Jospeh-Diez Gergonne (1771-1859) », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie. Deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 53-74.

23 Circulaires et Instructions officielles relatives à l’Instruction Publique, op. cit., tome 3, p. 388 à 390.

24 Agulhon Maurice, 1848 ou l’apprentissage de la République, Paris, Seuil, 1992, p. 163.

25 Voir Michel Henry, La loi Falloux : 4 janvier 1849-15 mars 1850, Paris, Hachette, 1906, 524 p.

26 Bulletin administratif de l’Instruction publique, année 1850, « Loi relative à l’enseignement du 15 mars 1850 », p. 57-80.

27 Circulaires et instructions officielles relatives à l’instruction publique, Paris, Delalain, 1866, tome 4, p. 68-69.

28 Tephany Joseph, Vie de Monseigneur René-Nicolas Sergent, Quimper, De Kerangal, 1872, p. 67.

29 Archives nationales, F17 21720, rapport au ministre daté de novembre 1852.

30 Rosanvallon Pierre, Le sacre du citoyen, Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992, p. 11.

31 Garrigou Alain, Histoire sociale du suffrage universel en France, Paris, Seuil, 2002, p. 109 et suiv.

32 Archives nationales, F17 20622, circulaire du 25 février 1852.

33 Ibid., circulaire du 12 novembre 1852.

34 Maurain Jean, La politique ecclésiastique du Second Empire de 1852 à 1869, Paris, Félix Alcan, 1930, p. 140.

35 Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur, tome 2, Loi du 14 juin 1854, « Exposé des motifs du projet de loi par Hippolyte Fortoul », p. 324-327.

36 Bulletin des Lois, no 186, « Loi sur l’Instruction publique du 14 juin 1854 », p. 1551-1555.

37 Beauchamp Alphonse de, Recueil des lois et règlements sur l’Enseignement supérieur, op. cit., tome 2, p. 340 et suiv.

38 Bulletin administratif de l’Instruction publique, année 1866, décret du 2 juillet 1866, p. 587-595.

39 Curtis Sarah A., L’Enseignement au temps des congrégations : Le diocèse de Lyon (1801-1905), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 62.

40 Archives nationales, F17 4334, conseils académiques, rapport du recteur de Besançon, avril 1860.

41 Ibid., rapport du recteur d’Aix, juin 1861.

42 Archives nationales, F17 4364, rapport du conseil académique de Clermont, juin 1869.

43 Mayeur Françoise, « Les évêques français et Victor Duruy : les cours secondaires de jeunes filles », Revue d’histoire de l’Église de France, tome 57, no 159, juillet-décembre 1971, p. 267-304.

44 Circulaires et instructions officielles relatives à l’Instruction publique, op. cit., tome 4, p. 444-447.

45 Mourier Adolphe, Notes et souvenirs d’un universitaire (1827-1889), Orléans, Georges Jacob, 1889, p. 101-102.

46 Ibid., p. 101 à 107.

47 Goedert-Abaji Nathalie, « Quand les recteurs regardaient la France », dans Bontems Claude (dir.), Instruction, éducation, administration, Hommage à Jacques Lelièvre, Paris, PUF, 1999, p. 121-157. Voir aussi l’excellente communication de Julie Bruxelle à ce même colloque de la Sorbonne du 27 mars 2008.

48 Bulletin administratif de l’Instruction publique, année 1880, Loi du 27 février 1880, p. 247-254.

49 Block Maurice, Dictionnaire de l’administration française, Paris, Berger-Levrault, 1877, p. 1100 et suiv.

50 Amalvi Christian, « Les guerres des manuels autour de l’école primaire en France (1899-1914) », Revue historique, CCLXII-2, p. 359-398.

51 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Recueil des monographies pédagogiques publiées à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889, Paris, Imprimerie nationale, tome 2, 1889, p. 499 et suiv.

52 Ibid., p. 505.

53 Ibid., p. 509-510.

54 Dauphin Stéphanie, « Le vice-recteur Octave Gréard, rénovateur des lycées parisiens (1880-1895) », dans Caspard Pierre, Luc Jean-Noël et Savoie Philippe (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes : deux siècles d’histoire, Paris, INRP, 2005, p. 415-425.

55 Voir Rogers Rebecca, Les Bourgeoises au pensionnat : l’éducation féminine au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 390 p.

56 Voir Marchand Philippe, « Georges Lyon : Un grand chef d’académie à Lille (1903-1924) », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie, op. cit., p. 135-155.

57 Voir Condette Jean-François, « Stimuler ou contraindre ? Les recteurs d’académie et l’enseignement supérieur sous la Troisième République (1870-1940) » dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie, op. cit., p. 111-134.

58 Ministère de l’Instruction publique, Documents, tome 16 : Réponses à la circulaire de Jules Ferry du 17 novembre 1883 sur les universités et facultés, Enquête publiée par le Ministère de l’Instruction publique, Imprimerie Nationale, 1884, 640 p.

59 Allard Michel, Essai sur la fonction rectorale, Thèse de doctorat, Université de Droit et de la Santé, Lille, juillet 1971, tome 1, p. 170 et suiv.

60 Dauphin Stéphanie, « Octave Gréard, vice-recteur de l’académie de Paris (1879-1902) : réformer et développer l’Instruction publique », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie, op. cit., p. 93-109.

61 Condette Jean-François, Une faculté dans l’histoire : la faculté des lettres de Lille de 1887 à 1974, Lille, Septentrion, 1999, 431 p.

Auteur

Agrégé d’histoire, maître de conférences (HDR) en histoire contemporaine à l’IUFM Nord-Pas-de-Calais, école interne de l’Université d’Artois ; membre du Laboratoire IRHiS-Lille 3 (UMR CNRS 8529), chercheur associé au Service d’histoire de l’Éducation (SHE-INRP-ENS, 45, rue d’Ulm, Paris)

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540