Desktop versionMobile version

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Administration et éducation. Les enjeux d’un champ de recherche historique

Philippe Savoie

Full text

  • 1 Décret impérial portant organisation de l’Université, du 17 mars 1808, Recueil des lois et règleme (...)
  • 2 Loi relative à la formation d’une Université impériale, et aux obligations particulières des membr (...)
  • 3 Loi générale sur l’Instruction publique du 11 floréal an 10 (1er mai 1802), RLR, tome 4, p. 43-54.
  • 4 Savoie Philippe, « Construire un système d’Instruction publique : de la création des lycées au mon (...)
  • 5 Ces imprimés de travail sont conservés à la bibliothèque du Conseil d’État, fonds Gérando (1291 et (...)

1Le colloque du 27 mars 2008 sur l’histoire des recteurs d’académie et de la fonction rectorale s’inscrit dans un ensemble de manifestations relatives au bicentenaire du décret du 17 mars 1808, acte fondateur de l’État enseignant en France1. Le décret portant organisation de l’Université impériale – corps enseignant laïc auquel l’État avait confié, par la loi du 10 mai 18062, l’exercice du contrôle exclusif qu’il s’arrogeait sur l’enseignement –, a jeté, en effet, les bases durables de l’institution scolaire française et, en particulier, de son modèle unitaire et centralisé. L’autorité centrale y est désormais relayée par des recteurs ayant leur résidence au chef-lieu d’une académie, et non plus seulement par la tournée saisonnière des inspecteurs généraux, instaurés, en 1802, par la loi qui créait les lycées3. Le nom de recteur est fait pour évoquer les anciennes universités, et en particulier celle de Paris, l’objectif de cette restauration universitaire en trompe-l’œil étant de légitimer la mainmise de l’État sur l’éducation4. L’examen des versions successives du projet de loi montre d’ailleurs qu’on a d’abord songé à donner le nom de grand recteur, puis de recteur, à celui qui deviendra le Grand-Maître – c’est-à-dire le chef de l’Université – et celui de censeur à ses représentants régionaux, qui étaient à la tête d’universités. Ce n’est qu’à la deuxième rédaction du projet de décret portant organisation de l’Université impériale, celle du 26 mai 1806, qu’apparaît le recteur d’académie5.

  • 6 Dans les premières rédactions du projet de loi, celle-ci devait se confondre avec le lycée.
  • 7 Le chef-lieu d’académie est fixé à Aix, siège d’une ancienne université, qui n’a qu’un collège com (...)

2Le découpage en académies, fondé sur la carte des cours d’appel, épouse celui des circonscriptions des lycées dans la loi de 1802, et chaque chef-lieu est, dans un premier temps, doté d’une faculté des lettres6 et d’une faculté des sciences, chargées de délivrer les grades universitaires : baccalauréat, licence et doctorat. En y ajoutant les facultés de droit, médecine et théologie, dans les chefs-lieux d’académie où il s’en trouve, les recteurs ont sous les yeux – à part quelques lycées, comme celui de Marseille7 –, les éléments du système d’instruction publique qui sont, pour l’heure, sous le contrôle direct de l’État. C’est dans ce cadre académique que s’opère, dans la première moitié du XIXe siècle, le partage des tâches entre facultés et lycées, qui entraîne la différenciation progressive de l’enseignement supérieur des lettres et des sciences et de l’enseignement secondaire, et la distinction tout aussi progressive des deux corps enseignants. Et ce n’est que peu à peu que la compétence des recteurs s’élargit au-delà de ce noyau initial d’enseignements destinés à former les cadres de la nation et à contribuer à son unité morale et culturelle.

  • 8 Prost Antoine, L’enseignement s’est-il démocratisé ? Les élèves des lycées et collèges de l’agglom (...)

3Nous pencher sur les deux siècles d’histoire des recteurs, nous donne l’occasion de mettre en perspective la nature et le rôle d’une des fonctions majeures de la haute administration d’État en France, et, sans aucun doute, une des plus propres à notre pays ; l’occasion, aussi, de mesurer le chemin parcouru depuis ces temps héroïques où tout était à construire, à commencer par la légitimité de l’institution universitaire et l’autorité de la fonction rectorale, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’institution ; l’occasion, encore, de constater l’évolution profonde des missions des recteurs, d’établir la chronologie de cette évolution et d’en examiner les raisons et les causes. Plus largement, ce colloque nous plonge au cœur même de la question de l’État enseignant. Il nous renvoie, en effet, à la question de l’administration de l’éducation, c’est-à-dire à la mise en œuvre de la politique éducative ; à la gestion des moyens et des hommes ; à la confrontation avec les réalités, les contraintes, les difficultés imprévues ; au dialogue et à la confrontation avec les instances et autorités locales, les représentants des autres administrations et les acteurs du terrain ; en bref, à l’action au quotidien, moins visible que celle du ministre et du législateur, mais non moins déterminante. Dans certains cas, cette action peu visible produit d’ailleurs un changement sensible sans que le cadre légal et réglementaire ait été profondément modifié – qu’on songe, par exemple, aux progrès de la démocratisation scolaire sous la IVe République, soutenus par l’initiative des administrations rectorales8. C’est à quelques remarques sur la place qu’occupe déjà, et que devrait occuper, la question de l’administration dans l’histoire de l’éducation que nous consacrerons cette brève mise au point.

Histoire de l’éducation et histoire administrative : une rencontre tardive

  • 9 « Notice historique sur les universités », Almanach de l’Université impériale. Année 1810. Paris, (...)
  • 10 Caspard Pierre, « L’éducation, son histoire et l’État : l’exemple français », Annali di storia del (...)

4Autant le dire d’emblée : entre histoire de l’éducation et histoire administrative, le mariage est problématique. L’histoire de l’éducation a longtemps eu pour fonction essentielle de célébrer l’institution à laquelle on appartenait – monographies nostalgiques d’établissements, récit édifiant des progrès de l’instruction – ou de justifier une cause – l’histoire des universités ouvrant le premier Almanach de l’Université impériale, en 1810, et faisant de l’Université impériale leur héritière directe et légitime9, est un exemple savoureux d’histoire officielle ; mais on pourrait aussi évoquer toute une production inspirée par le progressisme pédagogique10. En France, ces travers institutionnels ou militants ont été aggravés par la guerre scolaire entre Église et État, conduisant chaque camp à produire une histoire tantôt exagérément complaisante, tantôt caricaturale dans la critique ou la dénonciation. La construction centralisée de l’institution scolaire publique, la bataille du monopole avant 1850, celle de la laïcité après 1880, ont aussi favorisé une tendance à lire l’histoire de la scolarisation comme étant le fait de grands acteurs collectifs – l’Église, et surtout l’État – sans s’interroger outre mesure sur ce que recouvraient ces acteurs collectifs ; sur la façon dont étaient appliqués – ou pas – les mesures dont on pouvait suivre la chronologie à travers la réglementation, les débats parlementaires ou la presse ; sur ce qui pouvait exister en dehors de la sphère d’action de l’État ; ou sur la manière dont étaient construites les statistiques qui permettaient de mesurer l’évolution de la scolarisation, et sur la fiabilité et la continuité de ces procédures.

5Quand l’histoire de l’éducation s’est ouverte, à une période qu’on peut situer entre 1965 et 1985, sur de grandes questions culturelles et sociales – l’alphabétisation, ses effets sur le développement, le sentiment de l’enfance –, elle ne s’est, en revanche, plus guère intéressée, dans un premier temps, à l’institution scolaire en elle-même, ce qui était d’ailleurs conforme à l’air du temps. Théories sociales critiques et analyses inspirées de l’économie classique se rejoignaient dans une égale indifférence à la question du fonctionnement de l’école, préférant en dénoncer les fonctions, ou en mesurer les effets. Ce n’est que dans un deuxième temps que la plupart des historiens de l’éducation, après avoir placé les questions éducatives dans leur large contexte social et culturel, et avoir conquis une place légitime au sein de la discipline historique, se sont avisés qu’il fallait aussi les intégrer dans leur contexte immédiat, celui de l’institution scolaire et de l’établissement. Cette évolution historiographique a donné à l’histoire de l’administration scolaire une nouvelle raison d’être.

Un rencontre féconde entre l’histoire administrative et l’histoire de l’éducation

  • 11 Caplat Guy, « Pour une histoire administrative de l’enseignement en France », Histoire de l’éducat (...)

6En 1984 et 1985, Guy Caplat – devenu, après une carrière à l’administration centrale, directeur du Service d’histoire de l’éducation, qui avait, parmi ses vocations, celle d’entreprendre l’étude de son administration de tutelle – publiait un article programmatique intitulé « Pour une histoire de l’administration de l’enseignement en France11 ». Il y dressait un état des lieux, analysait les différentes dimensions de la question, et présentait le chantier qu’il dirigeait lui-même sur l’histoire de l’inspection générale et des inspecteurs généraux. Si beaucoup reste à faire, vingt-trois ans plus tard, pour remplir les objectifs alors assignés à l’histoire administrative de l’enseignement, le secteur de recherche est aujourd’hui solidement constitué, et il a produit déjà de substantielles contributions. Sa portée s’est également élargie. Guy Caplat s’attendait, à l’époque, à ce que l’histoire administrative de l’éducation, en creusant le sillon déjà tracé par les colloques de l’Institut français des sciences administratives et les travaux d’historiens comme Guy Thuillier, Jean Tulard ou Paul Gerbod, contribue essentiellement aux sciences administratives et à l’histoire de l’administration dans son ensemble. Or, il paraît manifeste que l’intérêt nouveau pour sa dimension administrative participe d’une nouvelle lecture de l’histoire de l’enseignement elle-même.

  • 12 Le Service d’histoire de l’éducation a publié une quinzaine d’instruments de travail de ce genre e (...)
  • 13 Caplat Guy (dir.), Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique. Dictionnaire biographique, (...)

7Les chantiers d’envergure menés à ce jour en matière d’histoire administrative de l’enseignement relèvent de plusieurs registres. La publication raisonnée des textes officiels régissant un type d’enseignement, une discipline, une partie du corps enseignant, permettent d’améliorer la documentation des chercheurs et d’éviter les effets néfastes d’une connaissance aléatoire de la réglementation12. L’histoire biographique des administrateurs, qui va généralement de pair avec une histoire des statuts et des fonctions, offre une autre entrée. Les dictionnaires biographiques des inspecteurs généraux, sous la direction de Guy Caplat, les deux volumes déjà parus du travail de Jean-François Condette sur les recteurs, l’ouvrage de Jean Ferrier sur les inspecteurs primaires13 constituent des instruments de travail précieux qui fournissent les matériaux d’une histoire de ces administrateurs comme groupes sociaux – origines, fortune, statut social, positions politiques – autant que comme groupes professionnels – formation, carrières, attributions, pouvoirs, marges de manœuvre, réalisations, esprit de corps, habitus. Ces ouvrages s’inscrivent d’ailleurs dans l’ensemble plus large d’une histoire prosopographique du corps enseignant.

  • 14 Noguès Boris, Une archéologie du corps enseignant. Les professeurs des collèges parisiens aux XVIIe(...)

8En effet, si la constitution d’un corps enseignant inspiré des anciennes universités avait, en 1808, pour fonction de légitimer la mainmise de l’État sur l’enseignement, et si l’authenticité du corporatisme universitaire est donc très discutable, il faut admettre que la fiction a été reprise à son compte et intégrée par le corps enseignant des facultés et du secondaire qui y trouvait une image flatteuse, ainsi qu’un réservoir très utile d’arguments de promotion, ou de défense de ses statuts – arguments déjà utilisés, sous l’Ancien Régime, par les professeurs des collèges universitaires parisiens14. En outre, les inspecteurs généraux, les recteurs, les inspecteurs et secrétaires d’académie, les fonctionnaires de l’administration centrale, ont été longtemps recrutés dans ce corps enseignant aux effectifs restreints et aux carrières croisées. Certains recteurs du XIXe siècle ont même commencé leur vie professionnelle dans les fonctions très humbles et très pénibles de maîtres d’études ou de répétiteurs. Une grande opération collective sur la biographie des enseignants des facultés a été lancée récemment : elle améliorera notre connaissance d’ensemble du corps enseignant, administrateurs compris. Le corps enseignant primaire, pour sa part, se distingue très nettement – par sa composition, par sa taille, par sa période de constitution et par l’esprit et les valeurs qui le lient – de celui qu’on vient d’évoquer, mais beaucoup de travaux récents montrent, là encore, la participation des cadres administratifs à la construction d’un esprit de corps.

  • 15 Cinq inventaires de ces entretiens ont été publiés depuis 1996 (270 entretiens en tout).
  • 16 Ferrez Jean, Au service de la démocratisation. Souvenirs du ministère de l’Éducation nationale, 19 (...)

9Concernant la période la plus récente, la démarche biographique est mise à contribution dans les travaux d’histoire orale. Une équipe du Service d’histoire de l’éducation constitue ainsi, depuis une vingtaine d’années, un riche fonds d’archives orales sur la politique éducative depuis 1945, en interrogeant les témoins et les acteurs des prises de décision – ministres, membres des cabinets, hauts fonctionnaires, recteurs, inspecteurs généraux, dirigeants des syndicats, etc.15. L’intérêt de la démarche est bien sûr dans le croisement des témoignages, et dans leur confrontation avec les autres sources d’information. Il est aussi dans les récits de vie de ministres ou d’administrateurs qui éclairent de manière singulière ce que nous croyons savoir de l’histoire récente. Ainsi, le témoignage de Jean Ferrez qui, du fait de sa longue carrière dans l’administration centrale et du rôle qu’il a joué dans la constitution des outils de la carte scolaire, montre la continuité de l’action administrative derrière la succession des réformes qui ont accompagné et organisé la démocratisation des études16.

L’échelon local et l’histoire administrative de l’éducation

10Mais, plus que par l’observation du sommet, c’est à travers la découverte de l’importance de l’échelon local que les questions administratives ont fait leur entrée dans les problématiques de l’histoire de l’éducation, et qu’est apparu notamment le rôle des divers agents de l’État dans la dynamique de développement de la scolarisation. Cette découverte s’inscrit dans un mouvement de fond qui a marqué l’évolution des sciences sociales depuis les années 1980. En matière d’éducation, ce changement d’échelle d’observation correspond à l’époque où ont été lancées les politiques de décentralisation et de territorialisation. Il a permis de faire émerger un pan oublié de l’histoire scolaire, ces enseignements moyens et plus ou moins pratiques et appliqués, de statut municipal ou privé, qui, tout au long du XIXe siècle, ont offert à une frange très minoritaire mais croissante du peuple – ou des classes moyennes de l’époque –, l’opportunité de prolonger leurs études et d’accéder à un statut social plus élevé.

  • 17 Briand Jean-Pierre et Chapoulie Jean-Michel, Les Collèges du peuple. L’enseignement primaire supér (...)

11Jean-Pierre Briand et Jean-Michel Chapoulie, qui ont consacré aux écoles primaires supérieures une étude de grande envergure, se sont fondés sur le cas de ce réseau d’écoles municipales, et sur celui des enseignements secondaire et technique, pour mettre en lumière l’importance des facteurs institutionnels dans le développement de la scolarisation sous la Troisième République17. Ils ont ainsi montré, par exemple, comment la valorisation du recrutement des élèves dans l’évaluation de la gestion des chefs d’établissements favorisait le développement de l’offre de place dans les établissements. Ils ont aussi montré la variété des déterminants, et la multiplicité des acteurs nationaux et locaux, qui entraient dans la décision de créer un établissement, ou de le rattacher à tel ou tel réseau.

  • 18 On se permettra de renvoyer à Savoie Philippe, « Institutions scolaires (histoire des) », dans Van (...)

12On ne peut pas dire, cependant, que l’abondante historiographie qui s’est emparée, depuis vingt ou vingt-cinq ans, de l’offre locale d’enseignement ait toujours fait preuve de la même rigueur dans l’analyse. Ce genre d’études, quand les sources sont riches, comporte presque fatalement un risque de fascination pour son objet et pour ses aspects anecdotiques, qui débouche sur une sorte d’interactionnisme généralisé, porteur de confusion plus que d’éclaircissement. Plus gravement encore, l’illusion de libre jeu créée par la documentation conduit parfois à réduire la norme légale et réglementaire à une prise de position parmi les autres. Un retour à l’histoire institutionnelle et à un minimum de connaissance de la réglementation, des procédures et des contraintes administratives et légales est le meilleur remède contre cette dérive18. Ajoutons que ces balises et limites de l’action administrative que sont les données réglementaires, humaines, financières, matérielles ou spatiales ne peuvent pas être réduites à des contraintes qui jalonneraient le parcours des acteurs du système éducatif et entraveraient l’action et les réformes. Elles constituent autant de règles du jeu et elles imposent leur logique aux administrateurs. Ainsi, on doit tenir compte du fait que le financement des lycées du XIXe siècle repose principalement sur les familles, et que la contribution de l’État y est limitée, si l’on veut comprendre la complexité d’une politique du personnel qui doit se conformer au modèle économique et à la logique financière de l’établissement.

13La connaissance de l’administration scolaire, de son cadre réglementaire, de ses hommes, de leurs fonctions, de leurs pratiques, de leurs cultures professionnelles : tel paraît être, en conclusion et sans pouvoir développer chacun de ces aspects, le champ d’investigation très large qui s’ouvre aux historiens de l’enseignement soucieux de mieux comprendre les ressorts, les dynamiques et les logiques de l’histoire scolaire. Les communications proposées dans ce volume contribueront très utilement à cette vaste entreprise.

Notes

1 Décret impérial portant organisation de l’Université, du 17 mars 1808, Recueil des lois et règlements concernant l’instruction publique, depuis l’édit de Henri IV en 1598 jusqu’à ce jour (RLR), tome 4, Paris, 1814, p. 1-30.

2 Loi relative à la formation d’une Université impériale, et aux obligations particulières des membres du corps enseignant, du 10 mai 1806 (suivie des motifs de la loi relative à la formation du corps enseignant), RLR, tome 3, p. 144-165.

3 Loi générale sur l’Instruction publique du 11 floréal an 10 (1er mai 1802), RLR, tome 4, p. 43-54.

4 Savoie Philippe, « Construire un système d’Instruction publique : de la création des lycées au monopole renforcé (1802-1814), dans Boudon Jacques-Olivier, Napoléon et les lycées. Enseignement et société en Europe au début du XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2004, p. 39-55.

5 Ces imprimés de travail sont conservés à la bibliothèque du Conseil d’État, fonds Gérando (1291 et 1292). On peut consulter en ligne archives et documents napoléoniens (http://www.napoleonica.org, consulté le 22 octobre 2008), la plupart des rédactions successives du projet de loi de 1806 (version 2 à 7) et du projet de décret de 1808, ainsi que des rapports de Fourcroy, rédacteur de tous ces textes.

6 Dans les premières rédactions du projet de loi, celle-ci devait se confondre avec le lycée.

7 Le chef-lieu d’académie est fixé à Aix, siège d’une ancienne université, qui n’a qu’un collège communal, et non à Marseille où se trouve l’un des plus grands lycées de province.

8 Prost Antoine, L’enseignement s’est-il démocratisé ? Les élèves des lycées et collèges de l’agglomération d’Orléans de 1945 à 1980, Paris, PUF, 1986, 206 p.

9 « Notice historique sur les universités », Almanach de l’Université impériale. Année 1810. Paris, Brunot-Labbé, libraire de l’Université impériale, p. 21-51.

10 Caspard Pierre, « L’éducation, son histoire et l’État : l’exemple français », Annali di storia dell’educazione e delle istituzioni scholastiche, 1998, p. 101-123 ; Compere Marie-Madeleine et Savoie Philippe, « L’histoire de l’école et de ce qu’on y apprend », Revue française de pédagogie, no 152, juillet-août-septembre 2005, p. 107-148.

11 Caplat Guy, « Pour une histoire administrative de l’enseignement en France », Histoire de l’éducation, no 22, mai 1984, p. 27-58, et no 25, janvier 1985, p. 11-51.

12 Le Service d’histoire de l’éducation a publié une quinzaine d’instruments de travail de ce genre et en a plusieurs en chantier.

13 Caplat Guy (dir.), Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique. Dictionnaire biographique, INRP-CNRS, 1986, 700 p. ; Caplat Guy, L’inspection générale de l’Instruction publique au XXe siècle. Dictionnaire biographique des inspecteurs généraux et des inspecteurs de l’Académie de Paris, 1914- 1939, Paris, INRP-Economica, 1997, 684 p. ; Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 1 : La formation d’une élite administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP, 2006, 452 p. ; tome 2 : Dictionnaire biographique, Paris, INRP, 2006, 411 p. ; Ferrier Jean, Les inspecteurs des écoles primaires, 1835-1995, Paris, L’Harmattan, 1997, 2 volumes, 965 p.

14 Noguès Boris, Une archéologie du corps enseignant. Les professeurs des collèges parisiens aux XVIIe et VIIIe siècles (1598-1793), Paris, Belin, 2006, 239 p.

15 Cinq inventaires de ces entretiens ont été publiés depuis 1996 (270 entretiens en tout).

16 Ferrez Jean, Au service de la démocratisation. Souvenirs du ministère de l’Éducation nationale, 1943-1983, Lyon, INRP, 2004, 260 p.

17 Briand Jean-Pierre et Chapoulie Jean-Michel, Les Collèges du peuple. L’enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République, Paris, INRP, CNRS et École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, 1992, 544 p. ; Briand Jean-Pierre et Chapoulie Jean-Michel, « L’institution scolaire et la scolarisation : une perspective d’ensemble », Revue française de sociologie, volume XXXIV, 1993, no 1, p. 3-42.

18 On se permettra de renvoyer à Savoie Philippe, « Institutions scolaires (histoire des) », dans Van Zanten Agnès (dir.), Dictionnaire de l’éducation, Paris, PUF Quadrige, 2008, p. 390-395.

Author

Agrégé et docteur en histoire, HDR, directeur adjoint du Service d’histoire de l’éducation depuis 2000 (SHE-INRP/ENS, 45, rue d’Ulm, Paris) après avoir été enseignant associé (1987-1990) puis membre du SHE (depuis 1990) ; membre du comité de rédaction de la revue Histoire de l’éducation, membre du Comité Lavoisier de l’Académie des Sciences, membre du Comité exécutif de l’Association internationale pour l’histoire de l’éducation.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search