Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Ouverture du colloque

Maurice Quenet

Texte intégral

1Madame la Ministre,

2Mesdames et Messieurs les Recteurs, chers collègues,

3Mesdames et Messieurs les Professeurs,

4Mesdames et Messieurs les Inspecteurs Mesdames, Messieurs,

5Nous voici réunis ce matin au seuil d’une longue et belle journée d’étude consacrée aux recteurs d’académie, qui viennent de fêter, le 17 mars dernier, le bicentenaire de leur création par Napoléon. Je me réjouis de voir l’intérêt que suscite cette question et vous souhaite la bienvenue en Sorbonne.

  • 1 Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Les recteurs d’académie en France : deux cents a (...)

6Avant de parler des recteurs et de leur histoire ou, en fait, pour commencer à en parler, j’aimerais évoquer la figure de Louis Liard, dont cet amphithéâtre, autrefois simplement appelé « Salle du doctorat », porte aujourd’hui le nom. Cette figure illustre, en effet, de manière brillante et très représentative, l’histoire de ces recteurs dont nous allons traiter aujourd’hui. Louis Liard est né à Falaise dans le Calvados, le 22 août 1846. Il est mort en 1917. Il était philosophe de formation. Après des études au collège de sa ville natale, puis à Paris au Lycée Charlemagne et à l’École normale supérieure, il devint agrégé de philosophie et docteur ès lettres. Il enseigna alors aux lycées de Mont-de-Marsan et de Poitiers, puis à la faculté des lettres de Bordeaux, où il exerça parallèlement diverses fonctions administratives. En 1880, il était alors âgé de 34 ans, il fut nommé recteur de l’académie de Caen, puis, quatre ans plus tard, directeur de l’Enseignement supérieur au ministère de l’Instruction publique. Il fonda l’École pratique des hautes études en 1886 et, en 1902, fut finalement nommé vice-recteur de l’académie de Paris, c’était le titre à l’époque, où il succéda au rebâtisseur de la Sorbonne, Octave Gréard, dont Ernest Legouvé disait « Ce serait un homme parfait, s’il consentait à s’amuser ». Cette pointe était assez injuste si l’on en juge simplement par les décorations très suggestives qui ornent le plafond de cette salle et qui ne peuvent avoir été conçues que pour égayer l’assistance de soutenances de thèses ou de colloques toujours fort savants. En tout cas, le destin de Louis Liard est très représentatif de ces personnages qui, depuis 1808 et jusqu’à nos jours, ont souvent connu un parcours assez proche du sien, parcours habilement résumé par Henri Legohérel dans son introduction au tout nouvel ouvrage qui vient d’être consacré aux recteurs : une formation rigoureuse par l’Université, l’accession à son plus haut grade, le doctorat, puis le service de l’État, au gré de ses besoins et de déplacements sans préavis, d’un bout à l’autre de la France1.

7La journée qui commence va nous permettre de mesurer le chemin parcouru au cours de ces dernières années par la recherche historique. La fonction rectorale est en effet restée longtemps en dehors des intérêts dominants de l’historiographie. Quand j’ai commencé à me pencher sur leur création, les histoires de l’enseignement ou les études sur la haute fonction publique ne s’y intéressaient guère. Les chercheurs ne pouvaient compter que sur très peu d’instruments de travail : ils n’avaient à leur disposition ni répertoires, ni dictionnaires biographiques, analogues à ceux qui existaient, par exemple, pour les préfets, les ingénieurs des Ponts et Chaussées ou les administrateurs de la Banque de France ; ils ne bénéficiaient d’aucune étude précise semblable aux monographies diocésaines. Depuis une dizaine d’années, la situation a considérablement changé. Les travaux se sont multipliés et nos connaissances étoffées. La journée qui commence va ainsi constituer un moment fort de ce renouveau de la recherche : elle va nous permettre de faire le point sur ses progrès récents et d’envisager également ses développements futurs. Je laisse aux plus jeunes chercheurs le soin de nous instruire de leurs découvertes et de leurs projets. J’aimerais simplement, à titre d’introduction, rappeler quelques définitions et réalités fondamentales, tirées de l’époque de la création de cette institution et qui sont en grande partie encore valables aujourd’hui. Je dirai ensuite quelques mots des constantes que l’on peut distinguer dans cette histoire et de l’évolution récente de la fonction.

8La fonction de recteur a été mise en place par le décret impérial du 17 mars 1808. Sa création venait achever, en y posant la clé de voûte, une construction engagée par une loi de deux ans antérieure, celle du 10 mai 1806, et qui disposait dans son premier article : « Il sera formé sous le nom d’Université impériale un corps chargé exclusivement de l’enseignement et de l’éducation publique dans tout l’Empire ». Les raisons du choix du titre de « recteur » et de la désignation du ressort géographique de son action par le terme d’« académie » restent obscures. L’article 94 du décret de 1808 disposait que « chaque académie sera gouvernée par un recteur ». Or, si le mot lui-même existait, il ne désignait pas, sous l’Ancien Régime un fonctionnaire d’État : le terme n’apparaît pas dans l’index de la somme que Roland Mousnier consacra autrefois aux Institutions de la France sous la monarchie absolue. Au milieu du XVIIe siècle, il avait, comme le note Furetière, le sens de « chef et premier officier électif d’une université ». Le recteur était un professeur élu par ses pairs qui dirigeait un établissement d’enseignement supérieur, ce qu’il est resté partout en Europe, à l’exception de la France, jusqu’à nos jours. Recteur se disait aussi, par extension, du directeur ou du supérieur d’un collège jésuite, collège dont l’organisation s’était constituée à l’extérieur et souvent contre l’Université. Enfin, dans quelques provinces, le terme recteur désignait simplement le curé d’une paroisse – le fameux Recteur de l’île de Sein de Queffélec.

  • 2 Grand Robert, 1964, volume VI, p. 3. Ce dictionnaire continue également à écrire que le recteur es (...)

9Il est vrai que le choix était tout à fait motivé du point de vue étymologique. Le terme recteur provient en effet du latin rector, terme lui-même lié au verbe regere (diriger, régir), et désignait, au XIIIe siècle, dans ses premières occurrences en français, « le capitaine d’un navire2 ». On voit la sagesse et la prescience certaines des rédacteurs du décret de 1808 lorsqu’on pense à ces grands vaisseaux, à la course majestueuse mais au maniement si délicat, que sont devenues les administrations dont le recteur a aujourd’hui la responsabilité. Depuis Philippe Auguste jusqu’à François Ier, le recteur de l’Université de Paris avait du reste gouverné en « souverain », avec droit de justice sur tous les suppôts et membres de l’Université, ainsi que sur toute la rive gauche de la Seine, de l’abbaye de Saint-Victor au Pré-aux-Clercs.

10Il n’en reste pas moins que l’attribution du terme « recteur » à une fonction de niveau étatique représentait au début du XIXe siècle une nouveauté, au sens propre inouïe. Que dire alors de la désignation par le terme d’« académie » de la circonscription administrative, calquée sur les cours d’appel, sur laquelle ce nouveau personnage avait autorité ? Cette association constituait, elle aussi, pour les contemporains, une innovation si étrange qu’elle mit beaucoup de temps à s’imposer. En témoigne, l’édition de 1822 du Dictionnaire de l’Académie française. Alors même que la réforme impériale est déjà en application depuis quatorze ans, celui-ci ne souffle mot de cette nouvelle circonscription et se contente de rappeler les usages anciens :

« Académie. Certain lieu près d’Athènes, où s’assembloient quelques philosophes […] Se dit aussi d’une Compagnie de personnes qui se réunissent pour s’occuper de Belles-Lettres, de Sciences, ou de Beaux-Arts. […] Il se dit aussi du lieu où les jeunes-gens apprennent à monter et les autres exercices qui leur conviennent. »

  • 3 Condette Jean-François, « Les recteurs d’académie en France de 1809 à 1940 : l’évolution d’une fon (...)

11Le même dictionnaire ne donne bien sûr au « recteur » que sa fonction d’Ancien Régime : « Recteur : Celui qui est le chef d’une Université. » Et les académiciens de fournir quelques exemples qui tous relèvent d’un passé désormais aboli : « Le Recteur de l’Université de Paris ; Le Recteur de l’Université de Poitiers ; etc. ; La procession du Recteur. » On pourrait s’étonner de ce conservatisme. À vrai dire, celui-ci n’avait rien de surprenant de la part de l’Académie française, dont le nom même venait d’être détourné par Napoléon, et cette absence des nouveaux « recteurs » et de leurs « académies » dans le Dictionnaire de l’Académie française était surtout révélatrice des difficultés que ceux-ci rencontraient dans leur lutte pour la reconnaissance. Les travaux de Jean-François Condette, Gilbert Nicolas et Christian Gérini l’ont bien montré, ce n’est que sous la monarchie de Juillet que les recteurs commenceront vraiment à s’imposer dans le paysage administratif, et encore, pas définitivement, comme allait le prouver leur départementalisation par la loi Falloux en 18503. Il fallut attendre le Second Empire pour voir les recteurs définitivement établis.

  • 4 La Châtre Maurice, Nouveau dictionnaire universel, Paris, volume II, p. 1228. http://gallica.bnf.f (...)
  • 5 Ce dictionnaire est, comme souvent, novateur. Tous les répertoires de droit du XIXe siècle ignoren (...)

12Le Nouveau dictionnaire universel de Maurice La Châtre, qui paraît entre 1865 et 1870, prend acte de leur existence et de leur action : « Aujourd’hui, chacune des académies de France est gouvernée par un recteur nommé par le ministre, et choisi parmi les officiers de l’Université4. » Légèrement postérieur et rédigé pour sa plus grande partie sous la IIIe République (1866-1877), Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse est encore plus précis. Il consacre au recteur une notice complète : « Recteur : Titre que portait autrefois le chef d’une université. Titre qu’on donne aujourd’hui aux chefs [sic] de chacune des académies qui composent l’Université de France5. » Et la notice continue comme suit, mêlant l’essentiel et le pittoresque :

  • 6 Larousse Pierre, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, volume XIII, p. 801. http://g (...)

« Le recteur d’une académie la gouverne comme un préfet gouverne son département. Facultés, lycées, collèges et autres établissements universitaires sont sous sa direction suprême. Il est directement en rapport avec le ministre pour tout ce qui concerne les affaires du ressort de son académie. Il met son visa sur toutes les affiches des cours publics, délivre les diplômes de sage-femme, d’officier de santé, d’examen de grammaire, etc. C’est lui aussi qui propose presque toutes les mutations dans les collèges communaux du ressort de son académie. Il s’entend avec le préfet pour tout ce qui se rapporte à l’instruction primaire, au point de vue administratif. À Paris, le recteur de l’académie porte le titre de vice-recteur. C’est le ministre qui est recteur titulaire de l’académie de Paris. Pour être recteur il faut être docteur dans l’une des cinq Facultés. Les recteurs sont nommés par le gouvernement, sur la proposition du ministre. On les choisit d’ordinaire parmi les inspecteurs généraux, les doyens des facultés et les proviseurs des lycées de Paris6. »

13Ce bref rappel lexicographique rend assez bien compte des lents progrès de l’institution rectorale avant 1854, de sa consolidation pendant le Second Empire puis de sa stabilisation définitive sous la IIIe République. Il en souligne a posteriori un caractère tout à fait essentiel : son aspect extra-ordinaire. Les recteurs sont, au XIXe siècle, au sens fort, des homines novi, des hommes nouveaux. Toutes les autres créations révolutionnaires ou napoléoniennes, les préfets, les trésoriers payeurs généraux, la Cour de cassation, le Conseil d’État, les codes juridiques, pouvaient se prévaloir de précédents illustres. Pour les recteurs, rien de tel. L’originalité de la nomenclature et la difficulté de sa réception dans l’esprit public reflète une expérience de création administrative ex nihilo unique en Europe. Comme les départements, les communes et, pour partie, les tribunaux de première instance, ils sont une pure création de la période révolutionnaire et napoléonienne.

14Cette expérience mit en place un système sans précédent et sans analogue dans les pays voisins. Ce système connut son plein développement au cours de la période s’étendant de la IIIe République à la première décennie de la Ve République et fonda ce que l’on peut appeler l’Éducation nationale à la française : un système national, hiérarchisé et centralisé, dont le recteur est le garant. Mais ce système, chacun le sait, vous le savez également, a profondément évolué depuis la fin des années 1960. Tout d’abord, toute une série de lois a modifié l’organisation universitaire et renforcé, dans le domaine de l’Éducation, le rôle des collectivités locales. En desserrant le statut napoléonien, ces lois ont réduit les prérogatives du recteur. Les lois d’orientation de 1968, de 1984 et, très récemment encore, celle de 2007, ont renforcé les libertés et les responsabilités des universités. Les lois d’orientation de 1989 et de 2005 ont, de leur côté, accentué l’autonomie des établissements publics locaux d’enseignement (EPLE).

15Par ailleurs, si le vivier dans lequel sont recrutés les recteurs n’a guère réellement changé depuis 1854, il n’en est pas de même de leur longévité dans les postes qui leur sont confiés. Depuis les années 1970, on ne voit plus de très longs mandats rectoraux, comme il était fréquent de les voir à la fin du XIXe siècle, entre les deux guerres ou même encore dans les années 1960. Octave Gréard resta 23 ans vice-recteur de l’académie de Paris (1879-1902) et Ferdinand Belin 25 ans recteur de celle d’Aix (1882-1907). Mais, plus près de nous, Marcel Bouchard fut encore 22 ans recteur de l’académie de Dijon (1945-1967) et Jules Blache 17 ans de celle d’Aix-Marseille (1946-1963). La vitesse de rotation des recteurs à la tête de leur académie s’est accélérée depuis une trentaine d’années, quoique apparemment de manière différente selon que les académies étaient anciennes ou de création récente. Depuis les années 1960, un recteur est resté en poste en moyenne 7 ans à Lyon, 4 ans à Aix-Marseille, 3,7 à Dijon, qui sont trois académies fondées en 1808-1809. Mais la moyenne tombe à 3,2 à Nantes, 3,1 à Rouen, 2,9 à Reims, 2,3 à Limoges et même 2,1 à Créteil, toutes académies créées, pour leur part, entre 1961 et 1972.

16Cette accélération, il est vrai, n’a pas été constante dans le temps. Si nous prenons comme exemple l’académie d’Orléans-Tours, créée ou plutôt recréée en 1962, nous constatons une période de stabilité importante pour les trois premiers recteurs. De 1962 à 1981, ils ne sont que trois à se succéder, dont le recteur Gérald Antoine, que je veux ici saluer, et qui y reste en poste 11 ans. Mais de 1981 à 1996, l’instabilité devient très forte : 9 recteurs se succèdent en 15 ans, c’est-à-dire une moyenne de 1,6 année par rectorat. Cette accélération semble avoir été assez générale : il faudrait élargir notre échantillon, mais on l’observe également à Limoges, à Rouen et à Créteil. On atteint là une limite qui rend difficile de maintenir une véritable continuité de l’action rectorale.

17Il est vrai que l’on constate, depuis le milieu des années 1990, dans toutes ces académies, un retour à des durées plus longues. On peut y voir le signe que les recteurs, après une période de remise en question de leur rôle, ont réussi à s’adapter aux nouvelles conditions qui leur étaient faites et à faire reconnaître la nécessité de leur présence dans les académies.

18Les académies précisément, il n’est pas inutile de les évoquer. Nous célébrons, en effet aujourd’hui le bicentenaire d’une fonction, mais aussi d’une circonscription. En principe, il y a identité entre l’une et l’autre. Nous sommes trente et un recteurs, et il y a trente académies puisque le CNED est un établissement dirigé par un recteur qui n’administre aucun territoire défini. Le droit coutumier, au Moyen Âge, pour les seigneurs sans assise territoriale, parlait de « fief en l’air » ce qui correspond assez bien aux modes de communication du CNED. Il y a donc une fonction et une circonscription qui ont été créées, il y a deux cents ans. Cela ne signifie pas que leur existence ait été avérée pendant la même durée. Tout recteur est le lointain héritier des hommes mis en place en 1808 certes, mais pour les académies il n’en va pas de même.

  • 7 Aix, Ajaccio, Amiens, Besançon, Bordeaux, Caen, Clermont, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, Montpell (...)
  • 8 Aix, Besançon, Bordeaux, Caen, Clermont, Dijon, Grenoble, Lyon, Montpellier, Nancy, Paris, Poitier (...)

19Si nous prenons la situation des trente circonscriptions académiques d’aujourd’hui, l’ancienneté n’est pas la même pour toutes et de loin : Prenons la première liste officielle, celle de l’Almanach impérial de 1809, et comparons la à celle de 2008. Nous trouvons 19 noms identiques7. Il y aurait donc dix-neuf villes ayant l’honneur d’être le siège d’une académie depuis deux cents ans. Cette stabilité correspondrait à la permanence identique des préfectures et des cours d’appel. Fausse comparaison, et, rapprochement hâtif ! Entre 1809 et 2008, il y a eu la grande réforme de 1854. Si nous prenons en compte les académies, qui ont existé pendant deux cents ans effectivement et sans interruption avec le même siège, il n’en reste plus que quatorze8, puisque la rigueur scientifique nous impose de considérer que Douai et Lille, ce n’est pas la même ville et que les conséquences de la guerre de 1870 ont privé Strasbourg de la continuité historique. En conséquence moins de la moitié des académies d’aujourd’hui ont conservé le même siège depuis deux siècles. Quelle est donc l’ancienneté des autres ? Deux situations se présentent, qui toutes deux prennent leur source dans la densification administrative de la seconde moitié du XXe siècle. C’est à cette époque que de nouvelles académies apparaissent.

20Dix sont créées ex nihilo, quatre correspondent à une projection du modèle administratif français outre les océans, il s’agit bien sûr de la Martinique et de la Réunion, puis de la Guadeloupe et la Guyane. Deux répondent, soit aux exigences de la nouvelle carte régionale, c’est Nantes et Reims, soit aux conséquences de la densification démographique de l’Île-de-France, c’est Créteil et Versailles ; soit encore constituent la première pierre d’une construction administrative inachevée, c’est Nice. Nous voilà à neuf, le compte n’y est pas. Il y sera, si j’ajoute la Corse à cette liste. En effet, l’académie d’Ajaccio fut bien créée dans la construction théorique de Napoléon Ier, mais le recteur ne fut jamais nommé, ni sous l’Empire ni ensuite jusqu’à l’arrêté du 30 mars 1838. Il n’y eut alors qu’un vice-recteur, auquel on faisait bien connaitre la différence.

21Nous avons donc deux groupes de villes-sièges, celles qui ont deux siècles d’ancienneté, celles qui ont moins de cinquante ans d’existence. En réalité, il existe une troisième situation. En effet, au XXe siècle, quatre académies apparaissent aux yeux des contemporains comme une création, mais sont, en fait, un rétablissement : Amiens, Limoges, Rouen et Orléans renouent avec un passé administratif oublié. Si nous résumons : seize académies ont un solide passé bicentenaire, puisqu’il n’est pas illégitime de classer Lille, héritière de Douai, avec un territoire identique et Strasbourg, académie « dormante » de 1871 à 1919, dans ce groupe ; quatre ont un passé, presque centenaire, ayant existé pendant la première moitié du XIXe siècle et la deuxième au XXe siècle ; dix ont moins de cinquante ans d’existence, ce qui pour une institution, est la jeunesse. Au passage, et sans doute uniquement honoris causa, qu’il me soit permis de saluer les académies qui n’ont jamais été rétablies. Reverrons-nous l’académie d’Angers et ses trois départements du Maine-et-Loire, de la Mayenne et de la Sarthe ; l’académie de Bourges réunissant le Cher, l’Indre et la Nièvre ; l’académie de Cahors avec le Lot, le Lot-et-Garonne et le Gers ; l’académie de Metz, avec les Ardennes et la Moselle ; l’académie de Nîmes, avec l’Ardèche, le Gard, la Lozère et le Vaucluse ; l’académie de Pau, avec les Landes, les Hautes et Basses Pyrénées ; ou la plus récente de toutes, l’académie de Chambéry, avec la Savoie entre 1860 et 1920 ?

22Ne parlons pas, car cela entraînerait trop de nostalgies, de tous ces beaux sièges en Italie, en Suisse, en Allemagne en Belgique, aux Pays-Bas que les autorités de l’Europe post-napoléonienne n’ont pas cru devoir garder, alors qu’ils maintenaient souvent en totalité ou en partie les codes et les préfets. Rêvons, un instant ; le recteur d’Angers, à la fin de l’Empire est muté à Rome. Notre monde administratif est, par certains côtés, plus étroit et moins riche en potentialités variées.

23Certes, le recteur ne gère plus son académie à la manière d’autrefois. L’explosion scolaire, l’augmentation du nombre de fonctionnaires et la multiplication des acteurs ont rendu nécessaire l’innovation pédagogique, une gestion déconcentrée, un pilotage par objectif, contrat et évaluation, un dialogue permanent entre toutes les parties. Il n’en reste pas moins que le recteur constitue toujours, du fait même de la fluidité plus grande des situations et de la multiplication des usagers comme des acteurs, un repère fondamental pour la continuité de l’action de l’État. Chancelier des universités, il veille au respect des règles nationales et au fonctionnement régulier de leur autonomie. Responsable, dans le cadre du mouvement déconcentré, de l’affectation des personnels du second degré, il assure l’équité des affectations des personnels et la juste répartition des moyens. Enfin, représentant du ministre, il assure une juste pratique de l’orientation, une égalité des formations et un caractère national des diplômes auxquels nos compatriotes sont très attachés. Les recteurs n’ont donc pas fini de faire couler l’encre des chercheurs et il est très probable que, dans les conditions rénovées que je viens de décrire, ils ne continuent à servir encore la cause de l’Éducation nationale de notre pays. Bien des conditions sont différentes, bien d’autres se présenteront demain. Nous allons entendre des exposés historiques sur un passé réputé âge d’or, paisible et ordonné, comme la clairière du bois sacré imaginée par Puvis de Chavannes.

  • 9 Archives nationales, F17 13674, Dossier personnel du recteur.

24Méfions-nous des nostalgies et gardons-nous de l’exaltation du passé. Un exemple suffira. Le 30 juillet 1874, le recteur d’une petite académie écrit au ministre de l’Instruction publique : « J’ai l’honneur de vous demander un changement de résidence avec promotion de classe : je me fonde sur ce que les circonstances n’ont peut-être pas permis à votre Excellence de faire pour moi tout ce que la haute justice lui aurait inspiré. » La lettre, adressée à Arthur de Cumont, ministre dans le cabinet dirigé par le Général de Cissey, est conservée et elle est, pour le malheur de son expéditeur, annotée. Le texte est sévère : « Monsieur E. s’abuse. Sa nomination au rectorat a été une faveur marquée. Il ne s’est encore signalé par aucun service et il nous paraît impudent en demandant un rectorat plus vaste. » Pour achever l’exécution, le collaborateur anonyme rédige une note expliquant que ledit recteur était en Sorbonne le suppléant de Saint-René Taillandier, secrétaire général, et que, lorsque celui-ci avait repris sa chaire, « embarrassé de trouver une situation à Monsieur E. », le ministre l’avait nommé recteur9, une sorte de gestion des surnombres, dirions-nous. Heureux sommes nous de ne plus connaître ces pratiques…

Notes

1 Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Les recteurs d’académie en France : deux cents ans d’histoire, Paris, CUJAS, 2008, 316 p.

2 Grand Robert, 1964, volume VI, p. 3. Ce dictionnaire continue également à écrire que le recteur est « celui qui dirige une université ».

3 Condette Jean-François, « Les recteurs d’académie en France de 1809 à 1940 : l’évolution d’une fonction administrative », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51-1, janvier-mars 2004, p. 62-93 ; Condette Jean-François, Les Recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 1 : La formation d’une élite administrative de l’Instruction publique, Paris, INRP, 2006, 451 p. ; tome 2 : Dictionnaire biographique, Paris, INRP, 2006, 411 p. ; Nicolas Gilbert, « Les recteurs de la monarchie de Juillet (1830-1848) : l’exemple de l’académie de Rennes » dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le Recteur d’académie, op. cit., p. 37-52 ; Gerini Christian, « Le recteur de la monarchie de juillet et la culture des élites : Joseph-Diez Gergonne (1771-1859) : le zèle d’un fonctionnaire et l’esprit critique d’un libre penseur » (sur Montpellier), dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le Recteur d’académie, op. cit., p. 53-74.

4 La Châtre Maurice, Nouveau dictionnaire universel, Paris, volume II, p. 1228. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50678k/f1227.table.

5 Ce dictionnaire est, comme souvent, novateur. Tous les répertoires de droit du XIXe siècle ignorent la définition contemporaine ou même le terme. La constitution de 1946 parle encore de « recteurs des universités ».

6 Larousse Pierre, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, volume XIII, p. 801. http://gallica2.bnf. fr/ark:/12148/bpt6k205365n.zoom.f805.pagination.langFR.

7 Aix, Ajaccio, Amiens, Besançon, Bordeaux, Caen, Clermont, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, Montpellier, Nancy, Orléans, Paris, Poitiers, Rennes, Rouen et Toulouse.

8 Aix, Besançon, Bordeaux, Caen, Clermont, Dijon, Grenoble, Lyon, Montpellier, Nancy, Paris, Poitiers, Rennes et Toulouse.

9 Archives nationales, F17 13674, Dossier personnel du recteur.

Auteur

Agrégé de droit, professeur d’histoire du droit à l’Université de Paris II, conseiller d’État, directeur général de l’enseignement et de la recherche des écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan (1983-1986), recteur des académies de Nantes (1986-1990), Créteil (1996-1998), Nice (1998-2000) et Paris (2002-2008).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540