Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les recteurs

 | 
Jean-François Condette

Introduction. Le recteur d’académie, « soldat inconnu » du développement de l’Instruction publique ?

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Archives nationales, F17 20515, dossier de fonctionnaire de l’abbé Daniel.

« Nous venons de perdre le recteur de l’académie de Caen. Un grand nombre de mes amis politiques, dévoués comme moi, de conviction et de cœur, au gouvernement du Roi, me poussent d’écrire à votre Excellence sur le choix du successeur […]. Je pense qu’aucun choix ne serait meilleur […] que celui du proviseur du collège royal, l’abbé Daniel […]. Votre Excellence connaît l’abbé Daniel : elle sait ce qu’il vaut comme maître du corps enseignant, comme intelligent et actif administrateur […]. Monsieur l’abbé Daniel connaît parfaitement le pays d’où il est connu lui-même ; il en sait les hommes et l’esprit comme le matériel […]. Il a trouvé le temps d’être membre actif, et très actif, de nos diverses sociétés savantes1. »

  • 2 Sur l’abbé Daniel, voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, (...)

1C’est ainsi que s’exprime le préfet du Calvados, dans une lettre adressée au ministre de l’Instruction publique datée du 22 janvier 1839, appuyant de son autorité la mobilisation d’un certain nombre de notables et d’enseignants normands qui souhaitent la nomination comme recteur de l’abbé Daniel2, le proviseur du collège royal de Caen, l’ancien titulaire venant de décéder. Si cette démarche de « pressions amicales » sur le ministère n’est pas chose nouvelle, ce courrier permet de saisir les « qualités » supposées d’un bon recteur d’académie, trente ans après la création de la fonction par Napoléon Ier. La fidélité au régime et à ses dirigeants n’est pas une condition suffisante car il faut aussi bien connaître le monde de l’Instruction publique et y avoir donné des preuves de compétences administratives et d’intérêt pour la promotion des savoirs. Il faut enfin, selon le préfet, bien connaître le pays sur lequel le futur recteur est amené à exercer son autorité, l’enracinement apparaissant comme un gage de succès de l’administrateur. Le plaidoyer devait s’avérer efficace car l’abbé Daniel est nommé recteur de l’académie de Caen, le 26 janvier 1839, et demeure à ce poste jusqu’au 1er mai 1848, avant d’être destitué pour avoir refuser de diffuser les manuels d’instruction civique de Charles Renouvier et d’Henri Martin recommandés par la Seconde République proclamée en février.

2On retrouve en filigrane dans cette demande préfectorale le triple rôle, à la fois politique, éducatif et plus largement culturel, qui est demandé au recteur depuis son apparition en 1808. Il s’agit certes de surveiller la population de l’académie – en particulier le monde de l’enseignement – et de diffuser par l’École un certain nombre de valeurs qui sont celles du régime en place (mission politique), mais aussi d’œuvrer quotidiennement au développement et à la modernisation des structures scolaires et universitaires publiques (mission éducative). Il ne faut pas négliger pour autant la nécessité de la diffusion d’une certaine forme de culture savante, reposant sur les progrès de la recherche, et renforcer le sentiment d’appartenance à une même entité nationale, par la promotion de la langue française, d’une histoire et de valeurs communes (mission culturelle).

3Si la loi du 10 mai 1806, par ses trois brefs articles, décide la formation d’une Université impériale définie comme « un corps chargé exclusivement de l’enseignement et de l’éducation publique dans tout l’Empire », il faut attendre le décret du 17 mars 1808 pour que la fondation de 1806 ne soit plus un cadre théorique. Ce texte met en place les fondements contemporains du système d’Instruction publique en France et ses décisions marquent encore, sur de nombreux points, notre réalité éducative. Ses 144 articles réaffirment le principe du monopole et définissent dans le détail l’organisation de l’Université. C’est ainsi qu’est réorganisé l’enseignement supérieur par la renaissance des facultés alors que les grades sont au nombre de trois : le baccalauréat, la licence et le doctorat. La définition du corps enseignant, la mise au point des modalités de son recrutement et la précision des obligations qui pèsent sur ses membres, occupent aussi une grande place dans ce texte, tout comme la description de la hiérarchie interne à l’Université et la redéfinition des règles financières qui la régissent. Le décret du 17 mars 1808 précise ainsi les structures centrales qui, à Paris, prennent les grandes décisions et fonde également une nouvelle fonction administrative, celle de recteur d’académie. Le recteur est alors un représentant direct du pouvoir central au sein d’un espace géographique particulier, l’académie, qui se définit comme un regroupement de départements. Le recteur doit alors devenir un agent majeur dans l’affirmation des prérogatives de l’État en matière d’enseignement, créant ainsi une spécificité française, le recteur étant presque toujours, dans les pays étrangers, le président élu de son université.

4Deux cents ans plus tard, les académies et les recteurs sont toujours bien là et marquent quotidiennement la vie scolaire et universitaire française, sans que l’opinion publique n’accorde forcément beaucoup d’intérêt à ces « missionnaires » de l’Éducation nationale et à leurs devanciers. Comme le relève Michel Leroy dans sa conclusion, le recteur d’académie est peu connu à la fois à l’extérieur de nos frontières, au sein de l’Éducation nationale et plus largement dans l’opinion publique. Le recteur fait partie du paysage éducatif national, lui qui est désormais bicentenaire, mais sans qu’on en sache beaucoup sur ses attributions et sur ses actions concrètes. Il faut une « crise », un « incident » ou le rite annuel de la rentrée des classes, pour voir apparaître sur le devant de la scène télévisuelle le recteur d’académie et pour qu’il intéresse les familles. C’est un nom et une signature sur le diplôme de baccalauréat des enfants ou une adresse pour expédier divers documents nécessaires au bon déroulement du cursus scolaire.

  • 3 Allard Michel, Essai sur la fonction rectorale, Thèse de doctorat en Droit, Université de Droit et (...)

5Dans l’historiographie aussi, sa place fut longtemps fort réduite, tout comme l’était plus largement l’histoire de l’administration de l’Instruction publique, Maurice Quenet et Philippe Savoie nous le rappellent au début de cet ouvrage. Le recteur est longtemps « sans histoire », laissé en dehors des champs pourtant nombreux de la recherche historique, si l’on excepte quelques articles et la thèse de droit, très pionnière3, de Michel Allard soutenue en 1971. Le mot même de recteur dans son sens actuel a du mal à s’imposer dans la langue française et dans les dictionnaires, gardant longtemps son sens ancien de président élu d’une université dotée d’une forte autonomie, Maurice Quenet le démontre.

  • 4 Caplat Guy, « Pour une histoire de l’administration de l’enseignement en France » dans Histoire de (...)
  • 5 Ibid., p. 26-27.
  • 6 Pour une approche globale de cette question, voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie (...)

6Cet agent de l’affirmation de l’État enseignant est longtemps victime du faible intérêt des historiens pour l’administration, son fonctionnement et ses hommes et Philippe Savoie décrit les lents rapprochements qui ont permis ce « mariage problématique de l’histoire de l’éducation et de l’histoire administrative ». La priorité donnée à l’étude des grandes figures de pédagogues et aux monographies d’institutions scolaires ou universitaires, le souci ensuite d’étudier les acteurs collectifs de l’éducation (État, Églises, etc.) puis ses aspects sociaux (l’enfant, l’aphabétisation, etc.), la volonté plus récente d’analyser la législation puis des disciplines scolaires, ont longtemps laissé de côté la question de la gestion administrative de l’École et des acteurs institutionnels chargés de la contrôler tout en la dynamisant. Si l’on peut insister sur les travaux lancés par l’École pratique des hautes études, autour de Guy Thuillier et Jean Tulard, Guy Caplat relevait toujours de nombreuses lacunes historiographiques alors qu’il lançait son vaste programme de recherche sur les inspecteurs généraux au sein du Service d’histoire de l’éducation. Dans son article de 1984, il signalait ainsi que « l’histoire de l’administration de l’Instruction publique – appelée Éducation nationale depuis 1932 – en dépit de travaux qui ne sont pas négligeables et parfois peu connus, n’ont pas beaucoup tenté les historiens. Presque tout reste à faire4 ». Il s’intéressait alors, dans son article, à une description synthétique des structures centrales de l’administration de l’enseignement depuis 1802 (ministère, inspection générale) avant de poursuivre par l’étude des services extérieurs, en particulier de l’administration académique et des inspecteurs d’académie. « Les personnages du passé nous échappent largement. Au sein de notre administration, des hommes ont régenté l’enseignement pendant de longues périodes ou à des moments déterminants, sans que l’on sache beaucoup d’eux-mêmes5. » Même si d’importants travaux ont été menés et publiés sur l’administration de l’Éducation nationale depuis6, force est de reconnaître que les recteurs d’académie demeurent peu connus.

  • 7 Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Les recteurs d’académie en France : deux cents a (...)

7Il était donc important, en cette année du bicentenaire de la fonction rectorale, de lancer diverses initiatives permettant d’en savoir plus sur cette « vieille fonction » fondée en 1808 afin de mieux comprendre ses missions évolutives, ses actions quotidiennes mais aussi de mieux connaître ses titulaires. C’est dans ce but que diverses initiatives académiques ont marqué l’année 2008, par l’organisation de journées d’études, d’expositions ou parfois de colloques dont on lira bientôt avec intérêt les actes publiés. Au-delà de ces monographies académiques, il était aussi important de proposer une synthèse des connaissances désormais disponibles sur l’histoire des recteurs et de permettre à de nouveaux travaux d’être présentés. C’est tout l’intérêt des deux initiatives nationales qui furent menées pour marquer ce bicentenaire. À côté du livre regroupant dix-neuf contributions, codirigé par Jean-François Condette et Henri Legohérel, Le Recteur d’académie : Deux cents ans d’histoire7, ouvrage voulu et soutenu par la Conférence des recteurs français et par son président Michel Leroy, le colloque scientifique organisé le vendredi 27 mars 2008 dans l’amphithéâtre Louis Liard de la Sorbonne, a permis de revenir sur le contexte de création de cette fonction spécifique puis d’opérer diverses synthèses sur son évolution générale, tout en proposant des études de cas fort éclairantes sur certains recteurs ou sur des situations spécifiques. Quatre points apparaissent majeurs au terme des analyses contenues dans cet ouvrage.

Le recteur d’académie : une exception française pérennisée

8Ce qui apparaît tout d’abord, c’est l’aptitude remarquable à la survie de la fonction rectorale et sa capacité à surmonter les oppositions, l’histoire des recteurs pouvant apparaître comme la chronique d’une mort annoncée mais constamment ajournée. Au-delà des changements multiples de politiques éducatives, en lien avec les soubresauts de la vie politique nationale, le recteur apparaît d’abord comme le représentant du ministre de l’Instruction publique, affirmant et défendant les prérogatives de l’État dans le domaine de l’enseignement. C’est ici que « l’exception française » apparaît dans toute son originalité, spécificité qui ne laisse pas d’étonner les collègues étrangers où une telle fonction est peu imaginable. Fondée par Napoléon Ier comme un outil au service de la centralisation universitaire qui doit permettre d’affirmer le « monopole » de l’État en matière éducative et de mieux contrôler les esprits, la fonction rectorale survit à la Restauration malgré la terrible campagne qui se déclenche alors contre l’Université, Christian Nique nous le montre.

9La monarchie restaurée utilise ensuite à son service la fonction pour mieux contrôler une Université devenue royale. Fortement compromise par la réaction conservatrice qui suit les journées révolutionnaires de février puis de juin 1848 et par les décisions de la loi Falloux du 15 mars 1850, qui met en place les petits recteurs départementaux, la fonction rectorale est ensuite restaurée dans son prestige par la loi du 14 juin 1854, le Second Empire comprenant tout l’intérêt de pouvoir disposer de relais efficaces. La Troisième République ensuite ne change presque rien à la fonction et la « couronne » même par l’imposition du recteur comme président du conseil des universités rétablies par la loi du 10 juillet 1896. L’étude de Jean-François Condette sur la longue durée (1814-1940) démontre cette aptitude fondamentale de la fonction rectorale à la survie et son adaptabilité aux missions évolutives qui lui sont confiées par des régimes eux-mêmes changeants.

10Après les années noires de la Seconde Guerre mondiale, la fonction rectorale demeure marquée par une forte continuité jusqu’aux années 1960, alors que le système éducatif français connaît d’importantes réformes de structures et une véritable révolution du nombre. La seule académie de Créteil « produit » ainsi en 2007 autant de bacheliers que toute la France en 1950 (33 000). Comme l’analyse avec grande clarté Bernard Toulemonde, les années 1945-2008 voient de profondes mutations de la fonction rectorale. Le recteur retrouve tout d’abord d’importants pouvoirs sur le primaire par les ordonnances du 20 novembre 1944 et du 9 juillet 1945. La fin des années 1960 voit cependant se mettre en branle de multiples facteurs qui vont progressivement modifier en profondeur la fonction en l’adaptant aux contextes socio-politiques mais aussi éducatifs nouveaux. En décembre 1967, le ministre Alain Peyrefitte décide de mettre fin à la quasi-inamovibilité des recteurs et de rappeler qu’il s’agit là d’une mission temporaire. En 1968, le recteur perd son rôle de président de l’université et c’est désormais un président élu par ses pairs, qui est le chef de son institution, le recteur ne conservant qu’un rôle de chancelier. On assiste alors à un « déplacement du centre de gravité de la fonction rectorale de l’université vers l’enseignement scolaire ». C’est l’enseignement secondaire qui devient la grande affaire du recteur alors que ce dernier voit ses effectifs augmenter de manière considérable.

11La volonté ministérielle de mettre en œuvre une politique de déconcentration, qui accorde aux recteurs des pouvoirs autrefois réservés aux structures centrales parisiennes, l’affirmation progressive des nouveaux partenaires que sont les collectivités territoriales, en lien avec la politique de décentralisation, transforment la fonction de manière fort importante alors que les réformes de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle, confient au recteur des attributions de plus en plus nombreuses dans l’animation pédagogique et le pilotage éducatif. Michel Leroy montre, dans sa conclusion, qu’il n’y a pas de deminutio capitis de la fonction rectorale, mais transformation de ses attributions et de ses missions. Son champ de compétences s’est modifié et « s’est déplacé plus qu’il n’a diminué ». Si l’autonomie croissante des universités lui fait perdre une part de ses anciennes attributions, il n’a jamais eu autant de pouvoirs dans les enseignements scolaires qu’ils soient primaire ou secondaire.

12Il doit désormais « dialoguer avec une multiplicité de partenaires », adapter la politique éducative nationale au contexte de son académie, tout en devenant un gestionnaire à la tête d’un immense service public, celui de l’Éducation nationale de son académie. Comme le note Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le recteur est devenu « un acteur de premier plan en matière d’aménagement et de structuration du territoire », tout en restant « le garant du droit » et de l’équité de traitement entre les territoires au niveau éducatif.

  • 8 Grand Robert, 1964, volume VI, p. 3.

13On devine, à lire les diverses contributions, ce qui fait la force de la fonction rectorale et que Christian Nique décrit en parlant de « double légitimité ». Le recteur tient tout d’abord son autorité d’un choix du pouvoir central, au sommet de l’État mais il est aussi le « représentant du monde enseignant », étant lui-même issu de ce groupe professionnel. Le choix de ne pas confier l’École à « l’administration ordinaire » mais à des membres recrutés au sein de l’Instruction publique est ici fondamental et se renforce tout au long du XIXe siècle pour se maintenir au XXe siècle. C’est assurément l’une des raisons de l’extrême souplesse de la fonction et de sa pérénisation, le recteur étant un spécialiste de l’éducation et connaissant de l’intérieur, par son propre « parcours de vie », le fonctionnement de ce monde spécifique. Cette communauté de vécu et de valeurs est nettement identifiable chez Charles Bayet qui demeure, dans ses divers postes administratifs, entre 1891 et 1914, une figure de l’université. Il faut donc insister sur « l’extraordinaire plasticité de la fonction rectorale » note Bernard Toulemonde. Maurice Quenet rappelle aussi que le terme recteur vient du latin rector, terme lui-même lié au verbe regere (diriger, régir), et qui désignait, au XIIIe siècle, dans ses premières occurrences en français « le capitaine d’un navire8 ». Contre vents et marées, le recteur depuis 1808 mène le navire de l’Instruction publique et le moins que l’on puisse dire, c’est que les tempêtes ont été nombreuses mais qu’il les a, à chaque fois, surmontées.

Le recteur d’académie et ses missions polymorphes : un janus aux multiples visages

  • 9 Napoléon, Correspondance générale de Napoléon, An XIII (1805), tome 10, p. 180-181.

14Dès l’origine, le pouvoir central demande beaucoup à ses recteurs et Christian Nique montre bien que la fonction est créée à la fois dans un but scolaire et universitaire, comme agent majeur de la réaffirmation et du développement des structures éducatives publiques, mais qu’il est aussi un agent politique qui doit œuvrer à enraciner la nouvelle dynastie dans les cœurs, tout en surveillant l’opinion. Comme le note l’Empereur lui-même : « Il n’y aura pas d’État politique fixe s’il n’y a pas un corps enseignant avec des principes fixes. Tant qu’on n’apprendra pas dès l’enfance s’il faut être républicain ou monarchique, catholique ou irreligieux, etc., l’État ne formera point une nation ; il reposera sur des bases incertaines et vagues ; il sera constamment opposé aux désordres et aux changements9. »

  • 10 Bibliothèque municipale de Toulouse, L’Univers et L’Union catholique, numéro daté du vendredi 10 n (...)

15Sous la monarchie de Juillet, les combats du recteur Joseph-Diez Gergonne à la tête de l’académie de Montpellier (1830-1844), décrits par Christian Gérini, sont certes éducatifs, par la défense des structures scolaires publiques contre les prétentions du réseau d’établissements privés mais ils prennent rapidement une dimension politique sur la question du monopole universitaire et de la liberté de l’enseignement. Sa longue et très vive querelle avec Monseigneur Jean de Saunhac-Belcastel, l’évêque de Perpignan, est surtout politique et culturelle, opposant finalement deux visions du monde et de l’homme, une vision chrétienne et une vision plus rationnelle et libre penseuse. C’est ainsi que l’évêque dénonce dans la presse les employés universitaires qui distillent dans leurs leçons, leurs discours, leurs écrits, « le venin de l’anarchie, de l’erreur, de l’impiété et du libertinage10 ».

16Tous les régimes demandent aux recteurs de diffuser dans la jeunesse une certaine idéologie, qu’elle soit impériale, monarchiste ou républicaine, tout en leur confiant, directement ou plus insidieusement, jusqu’en 1945 pour le moins, des missions politiques de surveillance du corps enseignant ou plus largement de l’opinion. Entre 1848 et 1880, il est aussi demandé au recteur de mobiliser ses troupes pour encadrer le suffrage universel masculin, les membres de l’Instruction publique devant aider les Français à « bien voter ». Sous le Second Empire, suite à l’attentat d’Orsini du 14 janvier 1858, le ministre Gustave Rouland exige un rapport confidentiel trimestriel des recteurs qui doivent décrire « l’état moral, politique et religieux de l’opinion », le recteur devenant ainsi un agent des renseignements généraux comme l’explique très bien Julie Bruxelle dans sa communication. Plus près de nous, l’analyse de Florence Dinet insiste sur l’importance du choix des recteurs par le pouvoir central et sur la dimension politique de leur nomination, celle-ci devenant dans les années 1980, un enjeu important pour la mise en œuvre des politiques éducatives.

17Les diverses communications proposées montrent aussi que le recteur, au-delà de ce rôle politique, est d’abord un agent de l’État envoyé en province pour développer et moderniser les structures éducatives. Il joue assurément un rôle majeur de « bâtisseur d’écoles » et de réformateur de la vie scolaire et universitaire. Il se doit de mettre en œuvre les politiques éducatives décidées par le gouvernement mais il est aussi en permanence à l’écoute du terrain local et adapte ses engagements en fonction des priorités de son espace académique. On le voit nettement avec Robert Mallet, nommé recteur à Amiens en 1964, qui préside à la renaissance de cette académie, mais qui lutte aussi pour densifier le réseau scolaire secondaire, menant également un combat permanent pour obtenir la création d’une université à Amiens. L’université est bien fondée en 1968, comme l’explique Bruno Poucet. Dans la capitale ensuite, le recteur Mallet doit gérer la partition de l’université de Paris mais aussi de délicates questions d’attribution et d’agrandissement des locaux universitaires.

18Georges Lyon, à Lille (1902-1924), n’a de cesse de développer les facultés publiques, de les doter de chaires et de moyens matériels mais il dynamise aussi les établissements secondaires tout en les surveillant. Dans sa communication, Philippe Marchand entre au cœur des relations presque personnelles que le recteur Lyon noue avec ses « chères directrices », qui dirigent les collèges et les lycées de jeunes filles de l’académie. Pendant 21 ans, il lit de manière très attentive leurs rapports, les annote, leur demande des comptes mais les conseille aussi. Ses conceptions personnelles de ce que doit être un « bon » enseignement féminin, son passé d’enseignant à l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, font du recteur lillois un actif rénovateur de cet enseignement. On le voit ainsi s’engager personnellement, alors qu’il n’y a pas de consignes ministérielles sur ce plan, dans l’ouverture de cours optionnels de latin après 1905 qui puissent permettre aux filles de passer le baccalauréat. Il est aussi très souvent en visite dans les établissements, goûtant la soupe, inspectant les locaux et assistant aux cours. Il milite pour un renforcement de la culture artistique mais également de l’enseignement ménager et propose des cours de sténographie. Former la bonne épouse et la future mère ne doit pas empêcher de former la bachelière et d’espérer éventuellement un métier.

19Stéphanie Dauphin nous montre l’implication personnelle d’Octave Gréard dans les débats qui président à la réforme du régime disciplinaire des lycées de garçons par l’arrêté du 5 juillet 1890. Confronté à la terrible révolte du lycée Louis-le-Grand en mars 1883, le vice-recteur agit avec sévérité contre les meneurs mais dénonce aussi à cette occasion le carcan des règlements hérités du lycée napoléonien. Composant un mémoire fort intéressant, L’esprit de discipline en éducation (1883), le vice-recteur y livre ses conceptions personnelles de l’éducation qui doit primer sur l’instruction. Il n’est de règles respectées que si elles ont été explicitées et acceptées.

20Charles Bayet, étudié par Jean-François Condette, ne cesse de mener des combats éducatifs tout au long de sa carrière. Comme enseignant du supérieur, il milite pour des liens renforcés entre les facultés et les enseignants du primaire et du secondaire et tente de promouvoir les sciences auxiliaires de l’histoire (archéologie, épigraphie, etc.) ainsi que l’histoire de l’art. Doyen de la faculté des lettres de Lyon (1889-1891), il y réalise son « apprentissage administratif » et développe son institution, soutenant les demandes de moyens et de chaires, écrivant aussi divers articles qui le positionnent en défenseur d’une modernisation des structures éducatives. Recteur à Lille (1891-1896), Charles Bayet doit s’occuper en priorité des vastes chantiers de construction qui vont permettre de loger les facultés des lettres et de droit ainsi que divers instituts mais il dynamise aussi les enseignements en réussissant à obtenir du ministère la fondation de diverses chaires. Il en va de même dans le secondaire qu’il surveille de près, tout en faisant appliquer les réformes ministérielles. Nommé directeur de l’Enseignement primaire en 1896, il assure la difficile succession de Ferdinand Buisson et s’y montre à son avantage, engageant plusiers réformes destinées à compléter la construction scolaire républicaine. On le voit ainsi vouloir relancer l’enseignement agricole ou l’enseignement antialcoolique tout en améliorant la condition des maîtres. Directeur de l’Enseignement supérieur à partir de 1902, il assume une nouvelle fois une difficile succession en prenant la suite de Louis Liard. Il y accomplit un important travail de modernisation des études supérieures et poursuit l’œuvre de développement des facultés.

21Ce travail purement éducatif de développement des structures scolaires et universitaires publiques, associé aux missions plus politiques précédemment décrites, s’accompagne d’une mission culturelle fondamentale. Le recteur est constamment un passeur culturel dont la mission est de diffuser une certaine forme de culture savante, liée aux progrès des savoirs mais il doit aussi contribuer à renforcer l’unité nationale en intégrant les petites patries académiques et leurs spécificités au sein de la nation, par la diffusion de la même langue, de la même histoire et des mêmes valeurs. Dans cette fonction administrative, sont ainsi étroitement mêlées des missions éducatives et plus largement culturelles et des missions politiques plus ou moins affirmées selon les régimes.

Le recteur, les réalités locales et le pouvoir central : un rôle de « passeur »

  • 11 Condette Jean-François, Le recteur d’académie, l’École, la Nation (1808-1940) : entre réalités sco (...)

22À la lecture des diverses contributions, se dégage une autre caractéristique, longuement développée dans notre habilitation à diriger des recherches11. Le recteur est certes un agent administratif nommé par le pouvoir central pour le représenter dans sa province académique. Choisi par le pouvoir, il travaille pour lui. Mais il apparaît très réducteur de ne voir dans le recteur qu’un suppôt de la centralisation, destructeur acharné des petites patries et de leurs spécificités au nom de l’unité de la nation. Certes, il est bien un relais majeur dans l’application des décisions prises à Paris qui, progressivement, à partir de 1808, vont mettre en cohérence et uniformiser des situations scolaires et universitaires locales longtemps marquées par leur bigarrure extrême, affirmant ainsi l’existence d’un service public d’éducation qui obéit à certaines règles communes de fonctionnement et à certaines valeurs, mais il représente bien davantage.

23Nommé dans un espace académique qui a ses particularités, le recteur doit d’abord « faire connaissance » avec les personnels, avec les établissements et les notables principaux de l’académie. Loin d’être amorphe, l’échelon local a ses souhaits, ses refus et ses exigences dont le recteur doit aussi tenir compte et il joue alors un rôle fondamental dans l’explicitation des volontés ministérielles mais aussi dans la clarification, le refus ou la défense des demandes venant du terrain local. On peut alors multiplier les exemples de « recteurs enracinés » qui se transforment en coriaces défenseurs de leur espace académique auprès des bureaux parisiens. Le recteur d’académie, par sa position stratégique d’interface, entre le local et le central, doit exercer un rôle de « passeur » entre les deux espaces sinon entre les deux cultures. S’il travaille sans conteste à l’affirmation d’une culture nationale et à la diffusion d’une certaine culture savante, il peut aussi jouer un rôle actif dans la dynamisation de la vie culturelle locale, appuyant les demandes des sociétés savantes ou des créations d’enseignements à forte spécificité régionale. On le voit ici pour Charles Bayet mais aussi chez Georges Lyon.

24Chaque académie a ses particularités à la fois géographiques, historiques et sociologiques et le nouveau recteur qui prend possession de son poste doit en tenir compte. Marie Stern, analysant les spécificités de l’académie de Paris, insiste ainsi sur le prestige des universités de la capitale, sur la proximité évidente du ministère mais aussi sur le poids des activités de représentation et des relations internationales. Il faut également gérer un patrimoine extraordinaire, celui de l’université de Paris, tout en assurant le calme au sein d’un quartier latin prompt à se mobiliser et qui est observé par la France entière. Au sein de cet espace singulier, la politique de décentralisation s’applique avec lenteur et les relations entre le recteur, le maire de Paris et le conseil régional d’Île-de-France n’ont pas toujours été simples. Un comité de coordination des recteurs d’Île-de-France (CORIF) existe également qui tente d’harmoniser les décisions prises entre le recteur de Paris et ses collègues de Créteil et de Versailles. Bruno Poucet confirme ces spécificités pour la fin de carrière du recteur Mallet, qui dirige l’académie de Paris de 1969 à 1980, mais aussi pour ses engagements en tant que recteur de l’académie d’Amiens entre 1964 et 1969. Il s’agit alors de fonder une académie et son administration, tout en donnant naissance à une université au sein de trois départements ayant été intégrés pendant de nombreuses décennies au sein d’autres académies (Lille, Paris). Il s’efforce alors de créer « une conscience académique ». Dans sa conclusion, Michel Leroy relève ainsi que

« loin de l’image obsolète du fonctionnaire qui se contenterait d’appliquer docilement des consignes précises voire tatillonnes de son ministre (mais la réalité a-t-elle jamais correspondu à cette image facile ?), on ne saurait trop souligner que le recteur est bien davantage un animateur et un innovateur. Chef d’orchestre, sans doute, mais il doit donner l’impulsion, à travers le projet académique, qui traduit les orientations ministérielles en quelques objectifs adaptés aux particularités de l’académie et aux besoins identifiés des élèves ».

25Il s’agit alors de faciliter l’expérimentation pédagogique loin de l’image ancienne du suppôt de la centralisation napoléonienne. Pour reprendre une expression de Bernard Toulemonde, le recteur est bien « un haut fonctionnaire inséré dans le tissu régional ».

Le recteur d’académie : derrière la toge et l’hermine, voir les hommes

  • 12 Mayeur Jean-Marie, « Administration et société », Le Monde des 15-16 février 1976.
  • 13 Le Morzellec Joëlle, « Les femmes dans la fonction rectorale », dans Condette Jean-François et Leg (...)

26Dans un article paru dans le Journal Le Monde des 15-16 février 1976, Jean-Marie Mayeur signalait déjà, après avoir décrit les débuts du renouveau de la recherche sur les structures de l’État, que « l’administration, au-delà des textes, des règlements et des circulaires, ce sont des hommes, et des hommes dans le temps12 ». Pour ne pas en rester à la simple description théorique de la législation scolaire, pour dépasser aussi l’image traditionnelle d’un système éducatif français hypercentralisé, toute décision affectant le terrain scolaire ne pouvant s’expliquer que par un enchaînement causal à sens unique, l’impulsion fondamentale venant forcément du pouvoir central parisien, il est nécessaire de s’attarder sur les hommes – et plus récemment sur les femmes13 – qui ont exercé et exercent ces importantes fonctions administratives. De chair et de sang, ces administrateurs ont leurs idées, leurs croyances et leurs tempéraments et il est bien trop simple d’en faire une garde prétorienne du ministre, obéissant en bloc et systématiquement à ses ordres. Les recteurs ne forment pas un régiment et il existe une étrange alchimie qui s’opère entre la fonction et la personnalité qui est nommée recteur. Il faut dès lors, pour l’historien, tenter de mesurer le plus précisément possible les marges de manœuvre dont dispose cet administrateur au sein de son ressort académique. Entre l’acteur et le système, pour reprendre le titre de Michel Crozier, les relations sont complexes, tout comme celles qui se nouent entre les structures centrales de l’État et les réalités locales. C’est alors toute la question de la marge d’autonomie de l’acteur éducatif face aux divers déterminismes qui est posée. Peut-on parler de personnalisation de la politique éducative nationale par le prisme du recteur ? Si le poids des structures et des contextes est important, plusieurs contributions montrent aussi le rôle majeur joué par certains acteurs, avec leur personnalité et leurs volontés.

27Christian Nique, s’il insiste sur l’importance du contexte, au lendemain de la Révolution, marqué par de multiples lacunes scolaires, démontre aussi le poids des volontés personnelles de Napoléon Ier dans l’organisation de l’Université impériale et dans l’organisation de cette vaste corporation laïque, volontés relayées par le conseiller Fourcroy. Dans l’académie de Montpellier, la personnalité forte du recteur Joseph-Diez Gergonne, son engagement dans l’étude des mathématiques et ses idées très antireligieuses, sont des facteurs « aggravants » et très personnels des combats que se livrent le recteur et l’évêque de Perpignan décrits par Christian Gérini. Cette importance des hommes et de leurs idées se retrouve dans l’analyse réalisée par Julie Bruxelle du positionnement des recteurs face à la circulaire du 19 mars 1858 qui leur demande un rapport trimestriel confidentiel sur l’état de l’opinion. Il n’y a pas unanimité rectorale et les titulaires hésitent entre « réticence et adhésion ».

28Ce lien fort entre l’engagement pédagogique rectoral et le profil personnel du recteur se retrouve chez Georges Lyon à Lille (1902-1924) dont Philippe Marchand décrit l’action en faveur du développement et de la modernisation de l’enseignement secondaire féminin, multipliant les initiatives originales pour dynamiser cet enseignement. On le perçoit aussi nettement chez Charles Bayet dont les convictions personnelles expliquent en grande partie ses engagements de recteur lillois (1891-1896) puis les combats qu’il mène comme directeur de l’Enseignement primaire (1896-1902) et de l’Enseignement supérieur (1902-1914). Très marqué par la guerre franco-prussienne de 1870-1871 à laquelle il participe comme engagé volontaire alors qu’il est étudiant à l’École normale supérieure, il estime que la France ne peut se relever que par une profonde réforme de l’instruction, qui doit être généralisée, et par l’éducation de volontés fortes et morales connaissant leurs droits mais aussi leurs devoirs. Chez Octave Gréard, les conceptions philosophiques personnelles de l’éducation influent à l’évidence sur les positionnements du vice-recteur de l’académie de Paris lorsqu’il prend position dans le débat sur la réforme disciplinaire entre 1883 et 1890. Comme le développe Bruno Poucet, on retrouve cette imbrication chez l’amoureux de la poésie qu’est Robert Mallet dont le parcours professionnel spécifique n’est pas sans effet sur l’exercice de ses fonctions rectorales à la fois à Amiens (1964-1969) puis à Paris (1969-1980).

  • 14 Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 2 : Dictionnaire bi (...)
  • 15 Allaire Martine, Frank Marie-Thérèse, Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques de l’Éduc (...)

29Dès lors, on comprend l’importance de pouvoir disposer d’études sur ces acteurs de l’Éducation nationale et la nécessité de poursuivre le travail prosopographique14 au-delà de 1940, tout en lançant, pour certaines figures rectorales, des recherches biographiques plus poussées. Il est aussi fondamental pour les historiens de « susciter le document » et de mener une politique cohérente et dynamique de collecte des témoignages. À ce niveau, il faut insister sur le travail important accompli par l’équipe « Enquête orale » du Service d’histoire de l’éducation qui, depuis des années, recueille les nombreux témoignages des acteurs majeurs de la mise en œuvre des politiques éducatives menées par la France depuis 1945 et qui ensuite met en perspective ces matériaux dans de nombreuses publications15.

30Un colloque, comme un ouvrage, est forcément une entreprise collective et c’est encore plus vrai dans le cadre de celui-ci qui entre dans une série de manifestations devant marquer le bicentenaire de la fonction rectorale. De nombreuses réunions entre 2005 et 2008, tenues à l’École normale supérieure, au Rectorat de Paris et au Service d’histoire de l’éducation, ont progressivement permis de dégager les grands axes de ce colloque puis de l’organiser à la fois scientifiquement et matériellement. Il nous faut ici remercier la Conférence des Recteurs français, en particulier son président, le Recteur Michel Leroy, pour le soutien permanent apporté à l’organisation du colloque et à la publication des actes. Merci au recteur Maurice Quenet qui a accepté de recevoir cette manifestation en Sorbonne et de mobiliser ses services pour s’occuper des nombreux aspects matériels inhérents à ce type d’entreprise. Merci également aux différents contributeurs qui, par leur travail, ont permis de mieux connaître la fonction rectorale. Il nous faut aussi remercier plus particulièrement « le groupe des six » qui, pendant plus de deux ans, a porté ce colloque scientifique et l’a aidé à se définir progressivement. Les professeurs Jean-Noël Luc (Paris IV-Sorbonne), Jean-François Chanet (Université de Lille 3), Pierre Caspard (directeur du Service d’histoire de l’éducation) et Philippe Savoie (directeur-adjoint du Service d’histoire de l’éducation) ainsi que Philippe Marchand (maître de conférences [HDR] émérite à l’Université de Lille 3), m’ont beaucoup aidé dans ce voyage scientifique au long cours. Que les Presses universitaires de Rennes soient également remerciées pour avoir accepté la publication de ces actes dans leurs collections.

31Nous espérons simplement que cet ouvrage puisse contribuer à une meilleure connaissance de la fonction rectorale mais aussi plus largement du fonctionnement réel des structures éducatives, par les réponses qu’il apporte à certaines questions, mais aussi par les questions qu’il ne manquera pas de susciter et qui permettront ensuite la poursuite de travaux complémentaires.

Notes

1 Archives nationales, F17 20515, dossier de fonctionnaire de l’abbé Daniel.

2 Sur l’abbé Daniel, voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 2 : Dictionnaire biographique, Lyon, INRP, 2006, p. 128-130.

3 Allard Michel, Essai sur la fonction rectorale, Thèse de doctorat en Droit, Université de Droit et de la Santé de Lille, Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales, 1971, deux tomes, 583 p.

4 Caplat Guy, « Pour une histoire de l’administration de l’enseignement en France » dans Histoire de l’Éducation, no 22, mai 1984, p. 27.

5 Ibid., p. 26-27.

6 Pour une approche globale de cette question, voir Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 1 : L’évolution d’une fonction administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP, 2006, « Introduction », p. 23-46 (Mise en perspective historiographique des travaux sur l’administration de l’Instruction publique).

7 Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Les recteurs d’académie en France : deux cents ans d’histoire, Paris, CUJAS, 2008, 316 p.

8 Grand Robert, 1964, volume VI, p. 3.

9 Napoléon, Correspondance générale de Napoléon, An XIII (1805), tome 10, p. 180-181.

10 Bibliothèque municipale de Toulouse, L’Univers et L’Union catholique, numéro daté du vendredi 10 novembre 1843.

11 Condette Jean-François, Le recteur d’académie, l’École, la Nation (1808-1940) : entre réalités scolaires locales et politiques éducatives nationales, Mémoire original en vue de l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches, Université de Paris IV-Sorbonne, 1er décembre 2007, 2 volumes, 997 p. Le jury était composé de Christophe Charle (Paris I, président du jury), Jean-Pierre Chaline (Paris IV-Sorbonne), Jean-Noël Luc (Paris IV-Sorbonne et directeur de la HDR), Jean-François Chanet (Lille 3), François Jacquet-Francillon (Lille 3) et Jean-Paul Jourdan (Bordeaux III).

12 Mayeur Jean-Marie, « Administration et société », Le Monde des 15-16 février 1976.

13 Le Morzellec Joëlle, « Les femmes dans la fonction rectorale », dans Condette Jean-François et Legohérel Henri (dir.), Le recteur d’académie : deux cents ans d’histoire, op. cit., p. 263-274.

14 Condette Jean-François, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, tome 2 : Dictionnaire biographique, Lyon, INRP, 2006, « Introduction : l’individuel et le collectif : La prosopographie ou le choix de l’entre-deux », p. 21-36.

15 Allaire Martine, Frank Marie-Thérèse, Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques de l’Éducation depuis la Libération, tome 1 : Inventaire de cinquante entretiens, Paris, INRP, 1995, 198 p. ; tome 2 : Inventaire de soixante-six entretiens, Paris, INRP, 2000, 212 p. ; tome 3 : Inventaire de quarante entretiens, Paris, INRP, 2002, 144 p. ; tome 4 : Inventaire de soixante-quatre entretiens, Lyon, INRP, 2005, 205 p. ; Frank Marie-Thérèse, Lepagnot-Leca Françoise et Mignaval Pierre, Témoins et acteurs des politiques de l’Éducation depuis la Libération, tome 5 : Inventaire de cinquante entretiens : la fonction rectorale, Lyon, INRP, 2008, 193 p. Voir aussi Frank Marie-Thérèse (dir.), Allaire Martine (dir.), Lepagnot-leca Françoise et Mignaval Pierre, René Haby par lui-même : un engagement pour la jeunesse, Témoins et acteurs des politiques de l’éducation, 2008, 180 p. ; Allaire Martine et Frank Marie-Thérèse (dir.), Christain Beullac. Un patron dans l’Éducation (1978-1981), INRP-CNDP, 1998, 128 p.

Auteur

Agrégé d’histoire, maître de conférences (HDR) en histoire contemporaine à l’IUFM Nord-Pas-de-Calais, école interne de l’Université d’Artois ; membre du Laboratoire IRHiS-Lille 3 (UMR CNRS 8529), chercheur associé au Service d’histoire de l’Éducation (SHE-INRP-ENS, 45, rue d’Ulm, Paris)

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540