Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne

 | 
Hervé Drévillon
, 
Diego Venturino

Deuxième partie. Codes de l’honneur

La dignité du dignitaire

Robert Descimon

Texte intégral

  • 1 Chaurand J., Nouvelle histoire de la langue française, Paris, Le Seuil, 1999, p. 718. Honneur (26  (...)
  • 2 Koninck T. de, « Archéologie de la notion de dignité humaine », dans Koninck T. de et Larochelle G (...)

1Les rapports de la dignité et de l’honneur sont sémantiquement avérés, mais ils sont moins directs qu’on serait porté à le croire. Ces deux substantifs connaissent pourtant la même crise : saisie grâce au « coefficient de relation chronologique », l’évolution du contenu lexical de la langue de l’ancienne France et de celle des XXe et XXIe siècles « accuse la chute des valeurs, morales ou sociales (honneur, vertu, justice, devoir, digne) et des aspirations à la puissance, à la gloire, à la beauté1 ». La dignité (du dignitaire), et la noblesse, et la grandeur, étaient déjà aux yeux de Gide « presque des mots obscènes2 ».

  • 3 Dumont L., Homo aequalis. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, 19 (...)
  • 4 Manifestation de bonne conscience, La Dignité en question, Diogène, 215, 2006. Manifeste assez rap (...)
  • 5 Doray B. (qui est psychanalyste), La Dignité. Les debouts de l’utopie, Paris, La Dispute, 2006. Vo (...)
  • 6 Analyse classique de Speier H., « Honor and Social Structure », dans The Truth in Hell and Other E (...)

2Cette évolution linguistique générale duplique une révolution sémantique de contenu démocratique. La dignité constitue une valeur garantie par l’UNESCO et l’ONU : la Déclaration universelle des droits de l’Homme proclame en son article 2 que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en droits et en dignité ». Notre époque voit le triomphe d’une philosophie de l’individu, de chaque individu en tant qu’il est porteur d’une dignité propre3. Mieux encore : dressée contre une mondialisation quelque peu pharisienne4, une approche de combat, liée à la théologie de la Libération, tend à considérer la dignité comme une construction permanente5. Ainsi, la dignité est désocialisée, identique chez tout être humain. L’honneur reste, pour sa part, une notion sociale, même s’il est aujourd’hui moins différencié qu’au sein des sociétés anciennes où chacun avait son honneur6.

  • 7 Voir Gaboriau S. et Pauliat H. (éds), Justice, Éthique et Dignité, Limoges, PULIM, Entretiens d’Ag (...)
  • 8 Lévi-Strauss C., Le regard éloigné, Paris, Plon, 1983, recueil d’articles reprenant, entre autres (...)

3Dignité est donc un mot reçu en deux acceptions contraires. Cependant n’y eut-il pas longtemps une complicité entre ces deux significations ? La dignité publique a connu une histoire compliquée7 qui ne se réduit pas à son actuelle indignité. À partir d’une analyse sémantique sommaire, la confrontation historique des deux dignités mérite d’être scrutée avec le « regard éloigné » de l’anthropologie8.

Rapide analyse notionnelle

  • 9 FRANTEX ne fait pas apparaître les sens techniques juridiques (canon ou commun) que les Dictionnai (...)
  • 10 Hellegouarc’h J., Le Vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, (...)

4Dans la langue des XVIe et XVIIe siècles9, la dignité s’oppose prioritairement aux statuts et qualités fondés sur l’activité économique : richesse des marchands et pauvreté des artisans (« mécaniques »). Elle s’associe au contraire aux pouvoirs transmis et hérités et au sacerdoce clérical. Supposant un pouvoir, son rapport avec l’honneur est indirect, passant par la notion d’office. On parle alors quasiment latin, officium, honos et dignitas étant étroitement corrélés10 : l’honneur romain est finalement une conséquence de la dignité.

  • 11 Deferrari R.J. et Barry M. I., A Lexicon of St. Thomas Aquinas based on the Summa Theologica…, Was (...)
  • 12 Veillon M., Histoire de la numismatique ou la science des médailles, Paris, Éd. Errance, 2008, p.  (...)

5L’antonyme le plus technique de dignité semble bien avoir été utilité. La première renvoie à des rémunérations honorifiques, la seconde à des rétributions matérielles et pécuniaires (« en montre et dignité » s’oppose, sous la plume de Montchrestien [1615], à « en richesse et utilité » et Calvin, en 1560, dit même « utilité et indignité »). Mais la dignité suppose aussi un bien en soi qui se suffit à lui-même et n’a pas besoin de se manifester par des effets. Saint Thomas notait : « dignitas significat bonitatem alicuius propter se ipsum, utilitas vero propter aliud ». Ce qui en français donne : « la dignité signifie l’excellence d’une chose à cause d’elle-même, l’utilité, à proprement parler, à cause d’autre chose11 ». En numismatique, à l’époque moderne, la « dignité » des médailles (c’est-à-dire des monnaies) s’oppose à leur « utilité12 ». Sans doute pourrait-on trouver bien d’autres exemples…

  • 13 Le champ sémantique (ou notionnel) est « l’ensemble d’unités lexicales que l’on considère, à titre (...)

Le champ sémantique13 de dignité aux XVIe et XVIIe siècles

Axe Paradigmatique (ou/ ou)
(opposition)

Axe Syntagmatique (et/ et)
(association)

Richesse
Vénalité
Peuple (commun, mécanique…)
« Utilité »
Pauvreté
Ignobilité
Negotium ?
Individualité ?
Privé

Hérédité
Ancienneté, perpétuité
Sacerdoce, sacrement, sainteté
Dignité divine, angélique…
Majesté (Couronne, Empire)
Rang, pompe, tenue
Éclat, splendeur
Office, charge publique
Honneur
Ordre
Qualité, condition
Noblesse
Prérogative, prééminence, vertu
Mérite
Autorité, crédit
Justice
Degrés
D’une façon plus douteuse
Otium ?
Communauté ?

  • 14 von Wartburg Walther, Französisches Etymologisches Wörterbuch, 3. band, Paris, Droz, et Leipzig, T (...)
  • 15 Dictionnaire de l’Académie française, Lille, fac simile de l’édition de 1694 sous la direction de M (...)
  • 16 Etchechoury M., Les Maîtres des requêtes de l’Hôtel du roi sous les derniers Valois (1553-1589), G (...)

6Le recours aux Dictionnaires de la langue apporte cependant d’autres enseignements dont la valeur historique éclaire la genèse de la notion avant qu’elle ait été travaillée par les juristes. Dignités signifie couramment « reliques14 ». On appelle dignité en quelques églises certains bénéfices auxquels est annexée quelque partie de la juridiction ecclésiastique ou quelque fonction particulière dans les chapitres15. Seuls les évêques sont dispensés par le parlement de l’examen de réception des maîtres des Requêtes de l’Hôtel, « pro dignitate16 ». L’archéologie théologique et ecclésiale de la notion de dignité reste largement à explorer.

  • 17 Voir le texte de Fustel de Coulanges D.-N., « Les titres romains de la monarchie franque », dans N (...)
  • 18 Kantorowicz E., Les Deux Corps du roi, Paris, Gallimard, 1989 [1957].
  • 19 Guery A., « Entre passé et avenir : le bien commun, histoire d’une notion », dans Delas O. et Debl (...)
  • 20 Descimon R., « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisienne (...)
  • 21 Cosandey F., « L’insoutenable légèreté du rang », ibid., p. 177-180.
  • 22 Hobbes T., Léviathan, X, François Tricaud (éd.), Paris, Sirey, 1971 [1651], p. 84.

7L’analyse du champ notionnel de dignité semble ainsi corroborer les analyses d’Ernst Kantorowicz : par la « dignité » (dignitas), les puissants se voient conférer une « persona ficta ». La dignité dédouble ainsi la personnalité juridique de ses titulaires, et elle est elle-même un concept duel qui a une origine dans le droit romain impérial17 et une origine théologique travaillée par le thomisme18 : par là, elle fonctionne au Moyen Âge sur le modèle du sacerdoce du prêtre, dont les qualités personnelles, positives ou négatives, n’ont pas d’influence sur la validité des sacrements qu’il délivre. La dignité légitime, elle prétend que le pouvoir est exercé pour le bien de la communauté19, mais elle reste attachée à l’office, non à la personne, qui font toujours deux en droit canon comme en droit civil. Les dénominations honorifiques20, de même que les préséances21, forment ainsi un système de référence ontologique fortement socialisé. « L’importance publique d’un homme, qui est la valeur que lui attribue la République, est ce qu’on nomme communément Dignité22. »

La révolution mirandolienne

  • 23 Sozzi L., La Dignité de l’homme à la Renaissance, Turin, 1982. Magnard P. (éd.), La Dignité de l’ho (...)
  • 24 Garin E., « La ‘‘dignitas hominis’’ e la letteratura patristica », La Rinascità, I/4, 1938, p. 102 (...)
  • 25 Voir par exemple Lubac H. de, Pic de la Mirandole. Études et discussions, Paris, Aubier, 1974, p.  (...)
  • 26 Citation tirée de la très éclairante préface de Hersant Y. à Giovanni Pico Della Mirandola, De la (...)
  • 27 Descimon R., « La société française avant les Lumières : une société hiérarchique ? », dans Cassan(...)
  • 28 Dilthey W., Conception du monde et analyse de l’homme depuis la Renaissance et la Réforme (Œuvres (...)
  • 29 Haroche C. et Vatin J.-C. (dir.), La Considération, Bruxelles, Desclée De Brouwer, 1998, p. 11.

8À partir du XVe siècle cependant, le système de la dignité dignitaire se heurta à une autre ontologie de la dignité, la « dignitas hominis ». Appelée à un grand retentissement dans la littérature de la Renaissance française23 grâce au Discours de Pic de La Mirandole (1486), la dignité de l’homme puisait à des sources diverses, patristiques, philosophiques et surtout peut-être érémitiques24 ; elle s’inscrivait naturellement dans une conception dévote du monde25 et elle n’était pas pensée à l’origine comme antithétique de la dignité publique. Mais, par son seul énoncé, elle n’assigne pas à « l’homme générique » « un poste fixe au milieu de la chaîne des êtres, elle le constitue à part en « quatrième monde » comme « l’artisan de sa propre destinée » ; « dès lors, c’est moins une place hiérarchique que l’exercice d’une liberté qui garantit sa dignitas26 ». Cette ontologie affirmait que la simple humanité était en elle-même fonction et dignité. Tel est le fondement de tout humanisme. Par là, la dignité de l’homme entretenait des rapports ambigus, voire potentiellement conflictuels, avec la vision hiérarchique27. Pic de La Mirandole en faisant de la dignité l’essence de l’homme, de tout homme, a réalisé une révolution copernicienne, parente et comparable à ce que fut, dans la Réforme protestante, l’affirmation du sacerdoce universel28. Pic est la prime origine de nos conceptions d’aujourd’hui, mais sans doute par une ruse de l’histoire des idées. Car, entre la fin du XVe siècle et l’ère des Lumières, la dignité humaine a subi une véritable transsubstantiation démocratique qui est l’un des mouvements majeurs de la pensée occidentale : « dans l’Ancien Régime, l’honneur fondait le sentiment de la dignité des élites par la grâce des privilèges. La démocratie a cherché à partir du XVIIIe siècle, à éveiller certaines formes de sensibilité à l’égalité, elle a cherché ainsi à guider les consciences afin de garantir le respect et la reconnaissance de la dignité due à chacun29. »

9Au XVIe siècle, minoritaire, cantonnée aux milieux humanistes, la révolution de la dignité pouvait d’autant moins s’imposer qu’elle avait partie liée à bien d’autres transformations radicales de la société traditionnelle. Dans le contexte des guerres de Religion, la dignité de l’homme, comme le sacerdoce universel, amena en riposte une défense et illustration des anciens principes. On choisira parmi les nombreux refondateurs de l’ordre hiérarchique, un jurisconsulte de la fin du règne d’Henri IV.

La défense de la tradition dignitaire : Charles Loyseau (1564-1627)

  • 30 Loyseau C., Œuvres, Paris (Châteaudun), A. L’Angelier, 1610, qui contiennent le Traité des seigneu (...)
  • 31 Les Digesta seu Pandectae Justiniani Augusti, L, 4 (De muneribus et honoribus, Mommsen T. [éd.], t. (...)
  • 32 L’enseignement de Bartole eut certainement un rôle déterminant, même en France (voir Schnerb-lièvr (...)
  • 33 Barni G., art. cité. Donati C., L’idea di nobiltà in Italia, Bari, Laterza, 1988, p. 1-28. Ascheri(...)

10La dignité, qu’il associe inséparablement à la fonction publique, est le concept central de la pensée de Loyseau30. Après avoir critiqué les définitions de l’office, en particulier celles de ses devanciers immédiats, il faisait mine, non sans coquetterie, de trouver chez Callistrate, jurisconsulte du temps des Sévère (IIIe siècle), la bonne définition de l’office : « honor est administratio reipublicae cum dignitatis gradu » (Digesta, L, 4, 1431). Cette définition, s’extasiait Loyseau, « comprend en trois mots toute sa nature » ; mais il ajoutait aussitôt qu’il fallait « renverser » cette définition pour la rendre « du tout parfaite, sans rien changer de ces mots » ; il propose alors sa propre formule : « dignité avec fonction publique » (Offices, I, 1 § 96-97 et 99-100). Cette définition était novatrice : elle allait directement à l’encontre de l’enseignement de Bartole qui disait : « proprie enim loquendo, aliud est officium, aliud est dignitas », décrivait des offices sans dignité et des offices avec dignité annexée, assimilait la dignitas sine administratione à la nobilitas et concluait : « omnis carens dignitate est plebeius32 » ; elle s’opposait moins nettement à l’enseignement de Balde qui écrivait : « dignitas est in habendo officium et in illum exequendo ». Loyseau était plus proche des canonistes prompts à assimiler officium et dignitas33. Car l’enjeu de la définition de l’office touchait aussi la fonction royale.

  • 34 Descimon R., « La royauté française entre féodalité et sacerdoce. Roi seigneur ou roi magistrat ?  (...)

11En fait, Loyseau offrait une synthèse originale en définissant la royauté comme « office seigneurial » et en refusant de confondre le roi de France avec un « simple prince », lequel, non souverain, est seulement officier (Offices, II, 2). « Neanmoins, écrivait-il, il est vrai que les rois ont encore plus de marques et proprietés d’officiers que de seigneurs. » Cette assertion constituait une application d’une règle de la logique aristotélicienne : « l’accessoire suit le principal », l’office, dans la royauté, étant le principal et la seigneurie l’accessoire34.

  • 35 Calvin J., Institution chrestienne, livre 2, 12, Genève, Bourgeois J., 1561, p. 239.
  • 36 Montchrestien A. de, Traicté de l’œconomie politique, livre 4, Rouen, Osmont, 1615, p. 363-364. Be (...)

12La dignité est donc le caractère de celui, ou rarement de celle, qui occupe une fonction pour l’accomplissement du « bien commun » ; pour les Chrétiens, le salut, pour tous ceux qui participent à la tradition gréco-romaine, la félicité publique. Si la dignité suppose et garantit tautologiquement l’adéquation de l’homme et de la fonction, car la persona ficta efface les vices de l’individu concret (c’est la postulation arbitraire chez Loyseau de « l’inhérence à la personne » des statuts de dignitaire), elle ne renvoie jamais à l’individualité du titulaire, mais à la délégation qui lui a été conférée par les pouvoirs transcendants. En ce sens, la vision de Denys l’Aréopagite se retrouve même chez les réformés. Calvin écrit : « Adam a porté l’image de Dieu étant conjoint avec lui (qui est la vraye et souveraine perfection de dignité35). » Et Montchrestien dit au roi de France « Vous estes, Sire, la fontaine de toute dignité, tant supreme que subalterne36. »

13Le détour par Charles Loyseau aide à comprendre combien la tradition française de l’État a mis au premier plan la dignité comme fonction publique. L’origine théologique du concept n’est pas douteuse, mais le moment théologico-politique auquel a participé Loyseau au XVIIe siècle a ouvert la voie à la complète laïcisation de cette expression incarnée du bien public. Sans cette laïcisation, on comprendrait mal pourquoi les représentants en mission, les généraux de la Révolution ou les Directeurs portaient des costumes extravagants qui étaient censés symboliser leur dignité, c’est-à-dire la fonction dont la République les avait investis.

Conclusion

  • 37 Panofsky E., La sculpture funéraire de l’ancienne Égypte au Bernin, Paris, Flammarion, 1995 [1992] (...)

14Il résulte d’une telle conception de la dignité que, dans l’ancienne France, elle ne se confond plus avec l’honneur, comme elle le faisait plus ou moins dans le vocabulaire politique romain. L’honneur a été récupéré par l’idéal chevaleresque et travaillé par ce que les juristes, du XVIe siècle au XVIIIe, se mettent à désigner péjorativement comme la féodalité. Le chef de guerre n’est pas digne, il est utile et nécessaire. Seuls sont dignes le prêtre et le juge, en tant qu’il est prêtre ou juge. Certains tombeaux d’évêque illustrent bien le dédoublement de la persona ficta et de la persona privata : ils juxtaposent un priant, statue en dignité où le mort apparaît en prières revêtu des somptueux insignes qui le fondent à intercéder pour la communauté, et un gisant où l’humanité misérable du défunt nu exprime les tourments de la mort et la crainte de la damnation qui menace plus qu’un autre le dignitaire indigne37. Les dignités sont produites par des institutions, au premier chef, l’Église, au second, la royauté, et leur attribution ne saurait découler d’une prétention personnelle. On est toujours « constitué en dignité ».

  • 38 Duguit Léon, De la fonction de l’État moderne, étude de sociologie juridique, Paris, Giard et Briè (...)
  • 39 Donzelot J., L’Invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Éd. du Seu (...)

15On voit tout ce qui sépare la dignité publique et l’honneur. Aussi est-on tenté, cum grano salis, d’évoquer l’œuvre de Léon Duguit, bon connaisseur de Charles Loyseau38. La solidarité et la division du travail permettent de fonder l’intervention sociale de l’État et réfutent la philosophie subjective qui voit dans l’individu le seul fondement du droit et pense l’État lui-même comme « un moi commun ». L’État n’est en effet qu’un fait et non une personne. Les droits de l’État et les droits des individus se légitiment par les fonctions qu’ils accomplissent pour aménager la commune dépendance des femmes et des hommes à l’égard des autres femmes et hommes. Certes la science positive et la sociologie de Durkheim sont passées par là. Mais le rapprochement avec l’ancienne philosophie politique n’est pas déraisonnable. L’honneur parlait et parle en nom personnel. La dignité résultait d’un jugement collectif d’attribution sociale qui répondait à la question : que fait-il pour le bien commun ? Elle est devenue aujourd’hui le simple attribut qui définit la commune humanité et appelle la notion de solidarité comme ciment social. L’homme public ne peut plus guère se réclamer d’une dignité dont sa fonction l’investirait. C’est que le soupçon méthodique pèse toujours sur lui qu’il agisse pour son intérêt particulier sous couvert de bien public. Ce désenchantement est sans doute un effet du déclin des passions politiques39. Mais, en terre républicaine, où la vertu est le principe idéal, la dignité publique ne serait-elle pas la garantie logique de la dignité humaine ? On est, en tout cas, loin, presque aux antipodes, de l’honneur qui fondait jadis le régime monarchique.

Notes

1 Chaurand J., Nouvelle histoire de la langue française, Paris, Le Seuil, 1999, p. 718. Honneur (26 050 occurrences) baisse de 0,92 et digne (11 004 occurrences) de 0,86. D’un point de vue philosophique, Berger P., « On the obsolescence of the Concept of Honor », Archives européennes de sociologie, 11, 1971, p. 339-347, qui prophétise le remplacement de l’honneur par la dignité au sens démocratique et bourgeois. Weinrich H., « L’honneur presque oublié », dans Conscience linguistique et lectures littéraires, Paris, Éd. de la MSH, 1989 [1985], p. 149-169.

2 Koninck T. de, « Archéologie de la notion de dignité humaine », dans Koninck T. de et Larochelle G. (dir.), La Dignité humaine. Philosophie, droit, politique, économie, médecine, Paris, PUF, 2005, p. 13-51, le commentaire de la citation de Gide A., Ainsi soit-il ou Les jeux sont faits, Paris, Gallimard, 1952 (coll. « L’imaginaire », 2001, p. 96) est à la page 13.

3 Dumont L., Homo aequalis. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, 1977.

4 Manifestation de bonne conscience, La Dignité en question, Diogène, 215, 2006. Manifeste assez rapide quant à ses attendus historiques, ce recueil rabat sur les herméneutiques contemporaines les œuvres des philosophes d’autrefois, en premier lieu, Pic de La Mirandole.

5 Doray B. (qui est psychanalyste), La Dignité. Les debouts de l’utopie, Paris, La Dispute, 2006. Voir aussi l’historique juridique de Bloch E., Droit naturel et dignité humaine, Paris, Payot, 1976 [1961].

6 Analyse classique de Speier H., « Honor and Social Structure », dans The Truth in Hell and Other Essays on Politics and Culture 1935-1987, Oxford, Oxford U. P., 1989, p. 50-69. Farr J. R., Hands of Honor: Artisans and their World in Dijon, 1550-1650, Ithaca, Cornell U. P., 1988. P. Berger, art. cité, p. 342: « The concept of honor implies that identity is essentially, or at least importantly, linked to institutional roles. The modern concept of dignity, by contrast, implies that identity is essentially independent of institutional roles. »

7 Voir Gaboriau S. et Pauliat H. (éds), Justice, Éthique et Dignité, Limoges, PULIM, Entretiens d’Aguesseau, 2006, en particulier la rapide contribution de Pauliat M., « De la Dignitas à la Dignité », p. 29-35.

8 Lévi-Strauss C., Le regard éloigné, Paris, Plon, 1983, recueil d’articles reprenant, entre autres le célèbre texte prononcé à l’UNESCO en 1971 « Race et culture ». Ginzburg C., À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard, 2001 [1998].

9 FRANTEX ne fait pas apparaître les sens techniques juridiques (canon ou commun) que les Dictionnaires de la langue mettent en valeur. La « littérature » définit ici un espace d’usage moyen (632 occurrences dans la base entre 1500 et 1650), mais lesté par les œuvres de Calvin et de Bérulle, alors que de grands auteurs ne sont pas représentés. Les résultats peuvent donc être soumis à révision.

10 Hellegouarc’h J., Le Vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, Les Belles Lettres, 1963, p. 388-423. Barni G., « Appunti sui concetti de dignitas, nobilitas, officium in Bartolo da Sassoferrato », Archivio giuridico, 6e série, 24, 1958, p. 130-144. Voir plus bas la troisième partie de cette contribution.

11 Deferrari R.J. et Barry M. I., A Lexicon of St. Thomas Aquinas based on the Summa Theologica…, Washington, Catholic University of America Press, 1948, p. 310, verbo dignitas. On n’aborde pas ici la question théologique de la dignité chez Thomas.

12 Veillon M., Histoire de la numismatique ou la science des médailles, Paris, Éd. Errance, 2008, p. 13-16, commentant les ouvrages de Vico E. (1555), de Erizzo S. (1559), Spanheim E. (1664).

13 Le champ sémantique (ou notionnel) est « l’ensemble d’unités lexicales que l’on considère, à titre d’hypothèse de travail, comme doté d’une organisation structurelle sous-jacente ». Ce concept est opératoire pour constituer intuitivement comme point de départ un corpus de concepts apparentés formant un « micro-univers sémantique ». L’axe paradigmatique est l’ensemble d’éléments substituables les uns aux autres dans un même contexte. L’axe syntagmatique est caractérisé par un réseau de relations marquant la coprésence ou la contiguïté de notions corrélées (voir Greimas A. J. et Courtès J., Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Hachette, 1979, p. 35-36).

14 von Wartburg Walther, Französisches Etymologisches Wörterbuch, 3. band, Paris, Droz, et Leipzig, Teubner, 1934, p. 78. Godefroy F., Dictionnaire de l’ancienne langue française…, Paris, Wieweg et Bouillon, 1883 (reprint New York, 1961), t. II, p. 714. Huguet E., Dictionnaire de la langue française du XVIe siècle, Paris, Didier, 1946, t. III, p. 184. La Curne de Sainte Palaye J.-B. de, Dictionnaire historique de l’ancien langage françois, publié par les soins de Favre L., Paris, Champion, 1878, t. V, p. 197 : « la dignité et saincte relique de Mons. S. Luc aveucques autres dignités et reliques »… (Saint-Wulfran d’Abbeville, 1508).

15 Dictionnaire de l’Académie française, Lille, fac simile de l’édition de 1694 sous la direction de M. Dupont C., Lille, 1901, t. 1, article Dignité.

16 Etchechoury M., Les Maîtres des requêtes de l’Hôtel du roi sous les derniers Valois (1553-1589), Genève, Droz, 1991, p. 62-63.

17 Voir le texte de Fustel de Coulanges D.-N., « Les titres romains de la monarchie franque », dans Nouvelles recherches sur quelques problèmes d’histoire, Paris, Hachette, 1891, p. 217-274 : s’interrogeant sur le processus de transmission des « qualificatifs honorifiques » de l’empire romain au monde mérovingien, Fustel de Coulanges soulignait que la signification fondamentale de cet usage n’avait pas varié : l’expression vir illuster qui subsiste « ne désigne jamais ni la gloire personnelle d’un homme, ni son mérite, ni son courage à la guerre. Elle ne désigne pas davantage l’éclat de sa naissance et il n’existe pas chez les Francs une caste d’hommes illustres. L’expression vir illuster est un titre et ce titre est attaché, comme sous l’Empire romain, à des dignités ou à des fonctions du gouvernement monarchique » (p. 229). Fustel avait précisé plus haut que ces termes « ne désignaient pas des fonctions, mais des rangs parmi les fonctionnaires… Les empereurs pouvaient, par des diplômes, conférer ces titres sans aucune des fonctions correspondantes » et Fustel en voulait pour preuves que « l’homme conservait le titre quand il avait cessé d’exercer la fonction, et qu’il le communiquait même à sa femme » (p. 225). On ne saurait donner description plus exacte du système : il n’importait pas que le pouvoir délégué ait été effectif ou latent chez l’homme qui était ainsi placé au-dessus du commun, les effets de son élection par le Prince étaient socialement équivalents sous les deux formes. Nicolet C., L’Ordre équestre. L’époque républicaine (312-343 av. J.-C.), t. 1, Définitions juridiques et structures sociales, Paris, De Boccard, 1966, p. 175-176, qui conclut : « l’ordo [au contraire de la classe] réserve la première place à la dignitas. C’est une concession du populus » et les développements consacrés aux titres d’honneur, p. 213-241 : « nous pouvons en déduire qu’il n’y a pas de dignitas individuelle, ni de dignitas en dehors de l’État », p. 238 et p. 237 : « La dignitas est donc essentiellement liée à la reconnaissance officielle d’un rang dans l’État. Elle n’est pas une qualité innée »…

18 Kantorowicz E., Les Deux Corps du roi, Paris, Gallimard, 1989 [1957].

19 Guery A., « Entre passé et avenir : le bien commun, histoire d’une notion », dans Delas O. et Deblock C. (éd.), Le Bien Commun comme réponse politique à la mondialisation, Bruxelles, Bruylant, 2003, p. 11-32, en particulier p. 13-16.

20 Descimon R., « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisienne de l’époque moderne », dans Cosandey F. (éd.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, éd. de l’Ehess, 2005, p. 69-123.

21 Cosandey F., « L’insoutenable légèreté du rang », ibid., p. 177-180.

22 Hobbes T., Léviathan, X, François Tricaud (éd.), Paris, Sirey, 1971 [1651], p. 84.

23 Sozzi L., La Dignité de l’homme à la Renaissance, Turin, 1982. Magnard P. (éd.), La Dignité de l’homme, Paris, Champion, 1995.

24 Garin E., « La ‘‘dignitas hominis’’ e la letteratura patristica », La Rinascità, I/4, 1938, p. 102-146. Sur Dante, Kantorowicz E., Les Deux corps…, op. cit., p. 326-358, spécialement p. 333, à propos de la « dignité d’homme » comme office.

25 Voir par exemple Lubac H. de, Pic de la Mirandole. Études et discussions, Paris, Aubier, 1974, p. 130-142, « Jean Pic et Bérulle ». À noter que Scott Érigène, le premier traducteur en latin de Denys l’Aréopagite, avait lui aussi défini l’homme comme « omnium conclusio ».

26 Citation tirée de la très éclairante préface de Hersant Y. à Giovanni Pico Della Mirandola, De la dignité de l’homme (Oratio de hominis dignitate), Hersant Y. (éd.), Paris, Éd. de l’Éclat, 2002 [1993], p. XXI. La contradiction entre hiérarchie et dignité de l’homme est aussi soulignée par Cassirer E., Individu et cosmos, Paris, Éd. de Minuit, 1983 [1927], p. 110-111.

27 Descimon R., « La société française avant les Lumières : une société hiérarchique ? », dans Cassan M. et Chabaud G. (éd.), Classement, déclassement, reclassement, Limoges, PULIM, 2011, p. 51-69.

28 Dilthey W., Conception du monde et analyse de l’homme depuis la Renaissance et la Réforme (Œuvres 4), Paris, Cerf, 1999 [1913], p. 166-167 : « cette doctrine de la révélation universelle de Dieu dans toutes les religions et dans la philosophie a été, depuis les hymnes de Laurent de Médicis, la plus originale, la plus féconde et la plus prometteuse de toutes les idées philosophiques de la Renaissance italienne. Pic de la Mirandole l’a prêchée avec un enthousiasme exceptionnel. Chez Zwingli, elle va nécessairement de pair avec sa doctrine de l’immanence ». Dilthey rapproche ainsi l’universalisme religieux de Pic de La Mirandole et la doctrine de l’immanence chez Zwingli. Cependant Calvin associait dans un parallèle négatif dignité de l’homme et mérite des œuvres.

29 Haroche C. et Vatin J.-C. (dir.), La Considération, Bruxelles, Desclée De Brouwer, 1998, p. 11.

30 Loyseau C., Œuvres, Paris (Châteaudun), A. L’Angelier, 1610, qui contiennent le Traité des seigneuries (1608), celui des Offices (privilège de 1609 et celui des Ordres et simples dignités (1610). Basdevant-gaudemet B., Aux origines de l’État moderne. Charles Loyseau 1564-1627, théoricien de la puissance publique, Paris, Economica, 1976, et « Puissance publique et fonction publique chez Charles Loyseau », Revue historique de droit français et étranger, 80, 2002, p. 281-296. Lloyd H. A., « The Political Thought of Charles Loyseau (1564-1627) », European Studies Review, 11, 1981, p. 53-82. Descimon R., « Dignité contre vénalité. L’œuvre de Charles Loyseau (1564-1627) entre science du droit et science des saints », Historische Anstöße. Festschrift für Wolfgang Reinhard zum 65. Geburtstag am 10. April 2002, Burschel P., Häberlein M., Reinhardt V., Weber W. E. J., Wendt R. (éd.),

31 Les Digesta seu Pandectae Justiniani Augusti, L, 4 (De muneribus et honoribus, Mommsen T. [éd.], t. II, Berlin, 1870, p. 914) précisent « honor municipalis » et ajoutent « sive cum sumptu, sive sine erogatione contingens ». Loyseau a donc gommé le caractère municipal et liturgique de la réflexion de Callistrate.

32 L’enseignement de Bartole eut certainement un rôle déterminant, même en France (voir Schnerb-lièvre M. et Giordanengo G., « Le Songe du Vergier et le Traité des dignités de Bartole, source des chapitres sur la noblesse », Romania, 110, 1989, p. 181-232, avec une édition que les auteurs disent non critique du Traité de Bartole, p. 214-230).

33 Barni G., art. cité. Donati C., L’idea di nobiltà in Italia, Bari, Laterza, 1988, p. 1-28. Ascheri M., Diritto medievale e moderno. Problemi del processo, della cultura e delle fonti giuridiche, Rimini, Maggioli editore, 1991, p. 55-80.

34 Descimon R., « La royauté française entre féodalité et sacerdoce. Roi seigneur ou roi magistrat ? », Revue de synthèse, CXII/3/4, 1991, p. 461.

35 Calvin J., Institution chrestienne, livre 2, 12, Genève, Bourgeois J., 1561, p. 239.

36 Montchrestien A. de, Traicté de l’œconomie politique, livre 4, Rouen, Osmont, 1615, p. 363-364. Berlin, Akademie Verlag, 2002, p. 326-338, et « Les paradoxes d’un juge seigneurial : Loyseau C. (1564-1627) », Cahiers du Centre de recherches historiques, Officiers moyens (II), 27, 2001, p. 153-176.

37 Panofsky E., La sculpture funéraire de l’ancienne Égypte au Bernin, Paris, Flammarion, 1995 [1992]. Par exemple, dans la cathédrale de Saint-Omer, le cénotaphe du jeune Eustache de Croÿ, évêque d’Arras, sculpté par Jacques de Broeucq vers 1538.

38 Duguit Léon, De la fonction de l’État moderne, étude de sociologie juridique, Paris, Giard et Brière, 1894, et L’État, les gouvernants et les agents, Paris, Fontemoing, 1903.

39 Donzelot J., L’Invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Éd. du Seuil, 1994 [1984]. On nous pardonnera l’allusion non critique à un lieu commun tiré de la pensée de Montesquieu.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540