Version classiqueVersion mobile

Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne

 | 
Hervé Drévillon
, 
Diego Venturino

Deuxième partie. Codes de l’honneur

La mise en jeu de l’honneur : les cérémonies publiques et leurs acteurs à Londres à la fin du XVIe siècle

Olivier Spina

Texte intégral

  • 1 Les cérémonies ici étudiées sont les entrées royales, les réceptions officielles d’ambassadeurs et (...)
  • 2 Voir, entre autres, James M., « Ritual, drama and social body in the late medieval English town »,(...)

1Les cérémonies royales ou civiques qui se déroulent dans le cadre urbain se voient conférer par les sources de l’époque moderne – institutionnelles, narratives ou même poétiques – une portée politique indéniable1. Cependant, lorsqu’il s’agit d’en éclairer les modalités concrètes ou lorsqu’il faut circonscrire précisément les processus politiquement actifs d’une cérémonie, ces mêmes sources sont moins loquaces. Devant ce mutisme, les historiens ont mobilisé au cours du XXe siècle diverses approches – matérialistes, ritualistes, juridiques ou symboliques – pour étudier les cérémonies publiques au prisme du politique2. Toutefois, jusqu’à récemment, la présence d’une rhétorique de l’honneur dans les sources n’avait pas été assez soulignée.

  • 3 Cosandey F., « L’insoutenable légèreté du rang », dans Cosandey F. (dir.), Dire et vivre l’ordre s (...)
  • 4 Austin J. L., Quand dire, c’est faire, Paris, 1970 [1962].

2Depuis une vingtaine d’années, les travaux qui portent sur les cérémonies urbaines ont fait de l’honneur une catégorie euristique. Ils s’intéressent en général à la cérémonie elle-même, considérée comme une photographie à un moment donné des rapports sociopolitiques et de la hiérarchie de la société. La réitération des cérémonies aurait une fonction politique en cela qu’elles légitimeraient l’ordre social par la mise en scène d’un « classement » ou d’une « mise en ordre » stratifiée des corps sociaux et des individus3. Selon cette interprétation, l’honneur de chacun et de chaque corps rendu manifeste lors de la cérémonie est une construction et un marqueur de la hiérarchie sociale. Influencées par la linguistique pragmatique4, ces études postulent trop souvent que la performativité politique de la cérémonie réside dans son déroulement même. Mais elles ne s’intéressent aux processus d’organisation qui précèdent et permettent ces cérémonies, et aux acteurs, individus ou corps intermédiaires, de ces processus, si ce n’est marginalement. Ces cérémonies ne sont pourtant que l’aboutissement de longues tractations entre différentes institutions et différents individus. Or il est frappant de constater dans les sources londoniennes que la rhétorique de l’honneur et du déshonneur est convoquée, non pas pendant ou après la cérémonie, mais principalement en amont, lors de l’élaboration de la cérémonie.

  • 5 R. Dasent J. (éd.), Acts of the Privy Concil of England, 1542-1604, 32 vol. Londres, 1890-1907.
  • 6 Proclamations royales éditées par Hugues P. et Larkin J. (éd.), Tudor royal proclamations, 3 vol., (...)
  • 7 Conservés aux London Metropolitan Archives, désormais abrégé en LMA.
  • 8 Conservés dans leur quasi-totalité à la Guildhall Library de Londres, désormais abrégée en GL.
  • 9 Ces trois termes avaient, au début du XVIe siècle, des sens assez extensifs, parfois très proches (...)
  • 10 Les termes connexes de disgrace, shame, ignomity, dishonesty ou encore d’indignity ne sont presque (...)
  • 11 La notion d’honneur est presque exclusivement mobilisée dans des études portant sur les élites soc (...)

3En effet, au cours du XVIe siècle, le terme d’honour ou honor est de plus en plus fréquemment mobilisé dans le contexte des cérémonies par les sources monarchiques (actes du Conseil privé5 ou proclamations royales6), les sources municipales (actes du Conseil des aldermen ou édits mayoraux7) et celles des corps de métiers (actes des Cours des assistants8). Même si son sens exact n’y est jamais explicité, honour tend à éclipser, sans néanmoins les remplacer complètement, des termes plus anciens tels que credit, honesty ou encore worship9. L’emploi du terme « déshonneur » (dishonor) est lui aussi récurrent dans notre corpus et aucun autre terme ne vient concurrencer son usage10. Si aucune de ces sources du XVIe siècle ne définit concrètement le déshonneur, toutes le présentent comme un risque omniprésent et clairement identifié qu’il faut éviter à tout prix. Malgré l’omniprésence de ces termes, l’historiographie des cérémonies du Londres Tudor ne s’est que trop rarement intéressé à la notion d’honneur. Les termes d’« honneur civique » ou d’« honneur royal » n’y apparaissent que comme des catégories figées et jamais réellement définies11.

4Il faut pourtant s’interroger sur la concomitance de l’apparition des termes honor et dishonor dans les archives londoniennes et les trois transformations majeures qui affectent la capitale dans la seconde moitié du XVIe siècle. Tout d’abord, la ville connaît une croissance démographique sans précédent, due à une importante migration. Sa population est multipliée par cinq en moins d’un siècle, passant de 25 000 habitants vers 1520 à près de 200 000 habitants en 1600. Parallèlement, le processus de Réformation engagé par Henri VIII, et poursuivi par ses enfants, change les rapports des Londoniens à la religion, ce qui influe directement sur le contenu et l’aspect des cérémonies officielles. Enfin, sous les derniers Tudor, on assiste au renforcement et au développement simultanés des compétences des diverses institutions qui ont une autorité dans Londres : le Conseil privé royal, la Municipalité de Londres et les corporations de métier. Dans ce contexte, comment interpréter l’apparition et le déploiement d’une rhétorique de l’honneur à propos des cérémonies urbaines ? Sont-ils les marqueurs ou les moteurs de l’évolution des rapports sociaux entre Londoniens et dans l’évolution des rapports politiques entre les diverses institutions londoniennes ? La lecture des sources produites par ces institutions montre, en effet, que celles-ci considèrent l’honneur comme une pierre angulaire d’une société et d’une politique londoniennes en pleine mutation. L’honneur est pensé, d’une part, comme un principe de dynamique sociale interne et, d’autre part, comme un nouveau mode d’articulation entre individus et institutions. Néanmoins, cette grille d’analyse fondée sur l’étude du couple honneur/déshonneur peut-elle nous aider à dépasser une simple étude de la rhétorique déployée par les institutions et ainsi permettre d’appréhender les transformations sociopolitiques à l’œuvre dans la société londonienne au cours de la seconde moitié du XVIe siècle ?

5À travers quelques exemples pris à différentes échelles sociales, il s’agira de montrer que l’honneur a été pensé et vécu au XVIe siècle en Angleterre comme un principe politique majeur au sein d’un système politique harmonieux car idéal. Nous verrons ensuite que, derrière cette rhétorique de l’honneur, se cachent des conflits protéiformes, révélateurs des tensions politiques et sociales qui agitent la capitale anglaise. L’analyse de ces conflits nous permettra de comprendre que les individus vivent leur honneur d’une façon plus complexe et plus libre qu’il ne semble au premier abord.

De la rhétorique du devoir à la rhétorique de l’honneur

6Dans la première moitié du XVIe siècle, les sources municipales et corporatives font de l’organisation et de l’assistance aux cérémonies royales se déroulant à Londres un devoir (duty) des citoyens-sujets vis-à-vis de leur souverain. Le devoir implique une relation sociale et politique asymétrique qui n’a pas à être interrogée ; de plus, sa réalisation n’a pas à être négociée. Par exemple, l’organisation par la Municipalité de la traditionnelle entrée royale, lors du couronnement d’un nouveau souverain, est conçue comme une marque légale de soumission et d’hommage due par la Cité de Londres au roi qui monte sur le trône.

  • 12 «His highnes was recevyd bothe of the Mayer Alldermen and comens with as much honor Joe and gladne (...)

7Dans un tel contexte, le terme d’honor n’est employé que de façon marginale. Il qualifie simplement un comportement de déférence vis-à-vis d’une personne détenant une autorité et à laquelle on doit rendre naturellement « les honneurs » (honors). Ce comportement prend toujours des formes stéréotypées. Selon les sources de la Municipalité de Londres, lors de l’entrée royale de 1547 : « Son Altesse [édouard VI] fut reçue par le Maire, les Aldermen et le Commun avec autant d’honneur, de joie et de plaisir qu’ils purent concevoir ou exprimer12. » Au sein d’une rhétorique du devoir dominante, l’honneur équivaut à une démonstration extérieure de respect et de reconnaissance d’une certaine place dans la hiérarchie sociale et politique. Les cérémonies sont conçues comme la cristallisation de plusieurs de ces démonstrations extérieures.

  • 13 « Her highnes pleasure is that he shalbe receaved with all honor according to his masters gratnes  (...)
  • 14 La reine redoute sans doute qu’un défaut dans ces marques ne crée un incident diplomatique.
  • 15 « A Muscavitt embassader of good accommpt as yt seemeth by the honor of his enterteynment is this (...)

8Plus les marques d’honneur sont manifestes et grandioses – et par-là, dispendieuses – plus le statut et l’autorité de celui qui les reçoit sont, sinon confortés, du moins réaffirmés publiquement. Au cours des années 1590, la reine Elisabeth Ire tente de développer les relations commerciales de l’Angleterre avec la Principauté de Russie. En 1600, lors de la venue à Londres de l’ambassadeur du tsar Boris Godounov, la reine demande à la Municipalité de déployer toutes les marques d’honneur que mérite le souverain russe, représenté par le diplomate Grigory Ivanovich Mikulin : « Le plaisir de son Altesse est que [l’ambassadeur de Moscovie] soit reçu avec tout l’honneur que la grandeur de son Maître requiert13. » Si la reine demande à la Cité de produire de telles marques, c’est que celles-ci fonctionnent comme un dévoilement et un prolongement naturels de la puissance et de la personne du tsar, ici représentée par son ambassadeur14. Mais le terme « production » doit être compris simultanément au sens de « fabrication ». En effet, le faste avec lequel la Municipalité reçoit Grigory Mikulin fait écrire quelques semaines plus tard à un Londonien « qu’un ambassadeur moscovite, personnage d’importance si on en croit l’honneur avec lequel il a été traité, est aujourd’hui reçu à la Cour15 ». Les marques d’honneur déployées dans le cadre de ces cérémonies rendent visible le statut du tsar autant qu’il constitue ce statut aux yeux des Londoniens qui, pour la plupart, ne soupçonnaient sans doute pas l’existence de la Moscovie et de son souverain.

  • 16 Ceci est également visible pour les monarques anglais. Ainsi, le 27 mars 1541, l’ambassadeur Eusta (...)

9Il apparaît de la sorte que dispenser des « honneurs » crée, en partie, « l’honneur » lui-même16. Ces démonstrations spectaculaires participent donc d’un devoir du sujet vis-à-vis de son monarque mais aussi vis-à-vis de toute autorité. Les honneurs sont la marque tangible de la sujétion politique.

10La seconde moitié du XVIe siècle marque une évolution du sens d’honor dans les sources municipales. Si le terme d’honneur semble toujours lié à la notion de devoir lorsqu’il s’agit spécifiquement de préparer une réception d’ambassadeur, il est employé d’une façon radicalement nouvelle à propos des cérémonies royales ou civiques. En 1547, honor figure pour la première fois à côté du terme duty dans les attendus de l’acte mayoral du 3 mars qui organise la levée de l’argent destiné à financer l’entrée royale d’édouard VI :

  • 17 « And for as much as also as the Citezens of this City consideringe their bounden duetyes aswell t (...)

« Considérant que les devoirs, qui lient les citoyens de cette Cité aussi bien à feu notre Souverain Seigneur [Henri VIII] qu’à notre Souverain Seigneur qui est à présent roi, résident dans la manifestation et dans la réalisation extérieure de ces dits devoirs et [considérant] l’honneur de cette Cité17… »

  • 18 À cette cour, siègent les 26 Aldermen, c’est-à-dire les magistrats élus par les principaux membres (...)

11Il ne s’agit plus seulement de soutenir l’honneur royal, mais de manifester « l’honneur de la Cité », attendu inédit jusque-là. Sous Marie Ire et Elisabeth Ire, cet « honneur de la Cité » devient même la seule motivation des décisions municipales prises pour organiser les entrées royales. Le 7 décembre 1558, pour l’entrée royale d’Elisabeth Ire, la Cour des aldermen18 décide que :

  • 19 « Item this day the worshipfull Comyners hereunder namyd were nomynatyd appoynted and chargid by t (...)

« De même, en ce jour, les honorables citoyens dont le nom suit, sont choisis, nommés et chargés par l’ensemble de cette Cour de se charger du travail, des charges et des peines (aux frais de la Cité) afin que les lieux mentionnés ci-dessous soient ornés et décorés pour l’honneur de la Cité en vue du passage de notre Souveraine Majesté la reine Elisabeth qui va être couronnée19. »

  • 20 James M., English politics and the concept of honour, 1485-1642, Oxford, 1978.

12Alors que toute référence aux devoirs dus au prince disparaît, le terme d’honor est désormais entendu comme « honneur de la Cité ». Il prend le sens aristocratique et humaniste de fama, de crédit, voire de noblesse. L’organisation d’une cérémonie n’est plus considérée comme un acte passif d’obéissance à un ordre ou comme une reconnaissance du statut d’un supérieur. Elle est un acte réalisant l’identité et le statut politiques propres de la Cité. L’honneur a pris place au cœur des principes civiques. En tant que tel, il légitime désormais, par lui seul, l’action municipale lors de ces cérémonies, hors de toute contrainte ou devoir nés d’un principe extérieur20. L’honneur est donc devenu une catégorie politique qui permet à la Cité de se concevoir comme moteur autonome de ses propres actions. La diffusion au cours du second XVIe siècle dans les sources municipales et corporatives de la rhétorique de l’honneur parallèlement, puis à la place, de celle du devoir, témoigne du changement de perception politique interne et externe de la Cité et des corporations. Désormais, elles se représentent et sont considérées comme des corps politiques autonomes.

L’honneur comme catégorie politique idéale, l’exemple de l’entrée royale de Jacques Ier (1604)

  • 21 Cette décision est prise le 18 juillet 1603 par la Commission royale d’organisation. Everett Green(...)
  • 22 Spina O., « “Pour l’éternité dans la bouche et la mémoire des hommes’’. Autour de la réception de (...)
  • 23 « Where for the service of the kinges maiestie and honor of his highnes and in some other Degree f (...)
  • 24 L’expression est tirée de Pitt-Rivers J., « Honour and social status », dans J. G. Peristiany (éd. (...)

13En mars 1603, Jacques VI d’écosse succède à Elisabeth Ire dans des conditions difficiles. Monarque étranger d’un royaume longtemps considéré par les Anglais comme un ennemi, il n’a jamais été officiellement désigné comme héritier. Dès avant la mort de la reine, le pays grouillait de rumeurs de complots visant à l’écarter du trône. En outre, la peste ravage Londres et impose de repousser le couronnement et l’entrée solennelle dans la capitale qui précède traditionnellement cette cérémonie. Las d’attendre la fin de l’épidémie, le Stuart reporte l’entrée à une date ultérieure mais se fait couronner à Westminster le 25 juillet 1603 devenant Jacques Ier d’Angleterre21. L’entrée avec ses discours et ses spectacles organisés par la Municipalité se déroule finalement un an après l’accession au trône, le 16 mars 1604. Le maintien de cette procession hors de son cadre rituel traditionnel témoigne de l’importance que Jacques Ier accorde à cette cérémonie préparée par la Cité de Londres, qui incarne alors le royaume d’Angleterre. Recevoir ces honneurs devant les ambassadeurs européens et plusieurs milliers d’Anglais est un moyen pour Jacques Ier d’être pleinement reconnu comme souverain légitime d’Angleterre et comme personnellement possesseur de l’honneur attaché à la figure royale22. Un ordre du Lord maire à la corporation des charpentiers, daté du 1er avril 1603, souligne ainsi que cette cérémonie est organisée pour « le service de sa Majesté le roi et pour l’honneur de son Altesse23 ». Ainsi, le souverain, loin d’être l’unique « fontaine de l’honneur24 » de la société, est redevable à la Municipalité de Londres sinon de la constitution, du moins de la reconnaissance, de son honneur et donc de son pouvoir politique.

  • 25 GL, Ms. 7784/2, fol. 25.
  • 26 Il est difficile de saisir les raisons de cette « réapparition ». Peut-être tient-elle à la concep (...)
  • 27 Archer I., « Discourses of history in Elizabethan and Early Stuart London », Huntington Library Qu (...)
  • 28 LMA, JCC 25 COL/CC/01/01/26, fol. 81v°. Cette dénomination ne se retrouve dans aucun document offi (...)
  • 29 Il s’agit d’une « situation d’interaction » telle que définie dans Goffman E., La mise en scène de (...)

14Si l’honneur royal est attaché au bon déroulement de l’entrée, l’honneur de la Cité de Londres y est également suspendu. L’ordre du 4 avril 1603 rappelle explicitement qu’honneur royal et honneur civique sont intimement liés ; la cérémonie est organisée « pour le service de sa Majesté le roi et l’honneur de son Altesse, et à un autre degré, l’honneur de cette Cité25 ». Si le thème du « devoir des sujets » réapparaît dans les attendus, c’est pour être immédiatement transformé en un élément de l’honneur civique26. En effet, au cours du XVIe siècle, Londres s’est construit une image de capitale politique et symbolique du royaume27. Elle se représente, selon les termes de l’ordre mayoral du 1er avril 1603, comme « l’honorable cité et chambre de la Couronne impériale de sa Majesté28 ». La Municipalité doit donc faire honneur au statut de Camera regis qu’elle revendique, tant vis-à-vis du roi (ne pas perdre la face) que vis-à-vis d’elle-même (incarner ce qu’elle prétend être29). Organiser une entrée réussie, c’est-à-dire qui confère au roi un maximum d’honneur royal, apparaît à la Cité comme un moyen de réaliser son propre éthos et d’accroître son honneur civique, compris comme ensemble codifié des moyens de préserver cet éthos. Pour la Cité, rendre les honneurs ne consiste pas qu’à rendre manifeste l’honneur du monarque mais aussi à rendre manifeste la relation politique privilégiée qu’elle entretient avec le roi, au fondement de son honneur.

  • 30 Cour des assistants des marchands tailleurs, GL, Ms 34010/4, p. 52. D’autres dépenses viennent s’a (...)
  • 31 D’autres institutions londoniennes, comme les quartiers (wards), sont aussi mises à contribution p (...)
  • 32 Le terme est intraduisible en français. Les Haberdashers vendent et fabriquent de la passementerie (...)
  • 33 Cour des assistants des haberdashers, GL, Ms. 15842, vol. 1, fol. 142, 2 octobre 1604.

15L’honneur témoigné au roi se mesure à l’aune des dépenses engagées pour les spectacles, qualifiés de « si grands et si honorables services30 », et à celle de la mobilisation des Londoniens le jour du spectacle. En cela, les magistrats sont dépendants de l’aide financière et humaine des Corporations de métier31. À l’instar de la Municipalité, celles-ci ne légitiment pas leur participation par un devoir auquel il faut impérativement obéir mais par la nécessité de souscrire à leur propre honneur. Ces métiers, incorporés au XVe siècle par charte royale, se façonnent, au cours du XVIe siècle, un honneur, reconnu par le roi et par la Municipalité. Cet honneur corporatif est constitué d’une part par un « rang » dans la hiérarchie honorifique des métiers londoniens et, d’autre part, par la relation privilégiée entre la Corporation et le roi, incarnée par la charte octroyée. La corporation des haberdashers32 lève ainsi l’argent nécessaire à l’entrée de Jacques Ier au nom de « l’honneur de la Cité », auquel elle participe en tant que corps intermédiaire, mais aussi au nom de « la renommée de [leur] corporation33 ». L’entrée royale est un moment tout à fait central dans l’affirmation de l’honneur corporatif. Elle est l’occasion de marquer sa déférence à son royal bienfaiteur et donc de réaffirmer la spécificité du statut de leur corporation. Mais il s’agit aussi de manifester la place insigne de la corporation dans le gouvernement municipal puisque, à cette occasion, la Cité ne peut agir sans elle. La participation financière et humaine à l’entrée royale est donc un moyen pour les métiers de faire honneur au roi, à la Cité et à leur propre corps constitué.

16L’entrée royale est donc un point de cristallisation de divers honneurs. L’honneur du roi, celui de la Cité et celui des corporations sont profondément dépendants l’un de l’autre. Chacun doit se tenir à son propre code d’honneur pour que les autres puissent réaliser le leur. On peut dès lors parler d’honneurs en cascade.

  • 34 Smith T., De republica Anglorum. The maner of governement or policie of the realme of England, Lon (...)
  • 35 Anne McLaren, Political culture in the reign of Elizabeth I, Cambridge, 1999. On reconnaît ici l’a (...)

17Le passage de la rhétorique du devoir à celle de l’honneur dans les sources ayant trait aux cérémonies est concomitant à la diffusion dans la pensée politique anglaise de l’idée que l’Angleterre est un commonwealth. Le De Republica Anglorum de Thomas Smith, publié en 158334, définit le commonwealth anglais idéal comme un grand corps politique composé de corps politiques inférieurs, eux-mêmes composés d’une multitude d’individus. Ces corps entretiendraient entre eux des rapports harmonieux et vertueux au service d’un ordre social et politique apaisé. Ainsi chaque corps et chaque Anglais, en respectant sa place, participerait politiquement au commonwealth et concourrait au bien commun35.

  • 36 Neuschel K. B. définit l’honneur comme un « échange de reconnaissance de statuts ». Neuschel K. B. (...)
  • 37 Moeglin J.-M., « L’honneur des princes du Saint Empire (XIVe-XVe siècles) », Journal des savants, (...)

18Les sources londoniennes témoignent de la même conception. Elles font des cérémonies et de leurs préparatifs des moments de mise en scène et de mise en action du commonwealth idéal, dans lequel les rapports entre institutions et entre individus seraient gouvernés par une reconnaissance réciproque des champs de compétences politiques de chacun, c’est-à-dire l’honneur36 : le roi comme souverain, la cité comme Camera regis, la corporation comme institution englobante et enfin le Londonien comme citoyen et membre d’un métier. L’honneur de chaque corps politique serait constitué de devoirs vis-à-vis des autres membres du commonwealth mais aussi de droits ou libertés à faire valoir de part leur position dans le commonwealth37. L’honneur apparaît alors comme une praxis idéale dans un champ de relations en équilibre parfait entre les différents acteurs politiques. La rhétorique de l’honneur fournit donc aux institutions londoniennes un discours unifié d’incorporation des individus et en même temps une praxis sociale qui permettent d’articuler service du roi, inclusion au commonwealth et fierté corporative. Mais cette rhétorique qui fait de l’honneur le fondement de toute harmonie politique cache des tensions que les sources ne parviennent pas toujours à occulter.

Jeux et enjeux du déshonneur

19Si l’honneur est pour les contemporains une catégorie politique qui doit permettre le fonctionnement harmonieux des institutions politiques, elle leur apparaît comme profondément vulnérable. Le déshonneur est pensé comme un danger pour l’édifice politique dans son ensemble. L’entrée de Jacques Ier montre que la moindre interférence ou le moindre manquement d’ordre matériel ou symbolique est susceptible de mettre à mal l’honneur d’un des acteurs et, en cela, toute l’architecture des rapports politiques. Le 24 mai 1603, le Lord Maire rappelle à l’ordre les charpentiers car ils n’ont pas versé leur part des fonds destinés à la cérémonie :

  • 38 « Where by a former precept from me to you directed you were requited to assesse and levy in your (...)

« Alors que dans un précepte précédent je vous commandai d’imposer et lever une certaine somme d’argent sur votre corporation, à l’instar des autres corporations de cette Cité, pour et en vue des charges qui vont être engagées pour la réception de sa Majesté et son couronnement, votre négligence dans l’accomplissement de mon commandement compromet gravement ce service, ce qui se fera au très grand déshonneur de la Cité si cette levée d’argent n’est pas faite par libéralité ou au moins par devoir. […] [Ce précepte] vous charge et vous ordonne de payer l’intégralité de ces sommes si vous voulez éviter que sa Majesté ne soupçonne la Cité d’être ingrate ou de mésestimer les nombreuses grâces et faveurs qu’elle a déjà reçues et qu’elle pourrait plus tard recevoir des mains de sa Majesté38. »

  • 39 Ces craintes municipales ne relèvent pas du fantasme. Les libertés londoniennes ont été plusieurs (...)
  • 40 LMA, Repertory 26/1, fol. 132v°.

20L’honneur de Jacques Ier est suspendu au paiement des corporations. Si les ornements et les spectacles censés magnifier son honneur restent inachevés, la fiction politique qu’il entend élaborer, celle de l’amour du peuple pour son roi, serait mise en cause et sa légitimité entachée. Ce refus porte également atteinte à l’honneur de la Cité car il paralyse l’action de la Municipalité à un moment où elle doit faire montre de son éthos fictionnel de Camera regis. L’attitude des charpentiers risque donc d’influer sur le poids politique de Londres face au nouveau roi alors même que les débuts de règne sont traditionnellement des moments de renégociation des privilèges civiques39. La Municipalité est, depuis avril 1603, en plein pourparlers avec le roi concernant un possible accroissement de ses libertés et surtout quant au remboursement des dettes contractées par Elisabeth Ire vis-à-vis de la Cité40.

  • 41 Hobbes a déjà signalé que l’honneur de chacun doit être accepté par autrui et que cette négociatio (...)

21En demandant une active participation à leurs « inférieurs », les institutions supérieures leur confient leur honneur et par-là le mettent en danger. Le déshonneur est une arme puissante et facilement utilisable par ceux qui sont censés témoigner les marques d’honneur. Il leur suffit de ne pas collaborer ou de temporiser dans l’organisation matérielle des cérémonies. Si refuser de concourir à l’honneur de son supérieur est une atteinte délibérée à l’autorité de celui-ci, c’est aussi refuser de réaliser son propre honneur et donc refuser d’endosser la place politique et sociale qui est assignée. L’équilibre du commonwealth que les cérémonies entendaient perpétuer – ou créer – est alors mis en danger41.

  • 42 Les quatre dernières font partie des douze grandes corporations qui sont politiquement dominantes (...)
  • 43 Les principaux étant la question des pauvres et celle de l’approvisionnement en grains de la ville (...)
  • 44 « Bafouer son honneur, c’est se voir privé d’une partie de son pouvoir, ou en tout cas, se priver (...)

22Les Charpentiers ne sont pas un cas isolé. Boulangers, foulons, ferronniers, Orfèvres ou Marchands-Tailleurs refusent de payer tout ou partie de la contribution pour l’entrée de Jacques Ier42. Les sources laissent entendre que ce refus qui paralyse l’action cérémonielle aux yeux de tous est un acte délibéré et répété visant à porter le déshonneur sur la Municipalité afin d’affaiblir son autorité politique. En effet, au XVIe siècle, celle-ci s’est saisie de nouveaux problèmes politiques et sociaux43. L’accroissement du champ de ses compétences entraîne une mise sous tutelle relative des corporations et une forte augmentation des contributions financières qui leur sont demandées. Les tensions politiques se révèlent si fortes que certaines corporations sont prêtes à sacrifier publiquement leur propre honneur pour entacher celui de la Municipalité44. Mais tout le paradoxe réside dans le fait que ce sacrifice est aussi une démonstration de la puissance politique d’une corporation, puisque refuser de se soumettre peut lui permettre in fine, d’accroître son aura politique et son honneur aux dépens d’une Municipalité affaiblie.

  • 45 La dernière remise à plat générale de la hiérarchie date de 1516, mais au cours du XVIe siècle, ce (...)
  • 46 Par exemple, les marchands tailleurs et les foulons s’opposent durant tout le XVIe siècle pour déf (...)
  • 47 « Wronged in their precedencie in their standinges and goinges for the creditt and honor of this C (...)

23Cette dernière ne peut permettre que son autorité soit ouvertement bafouée. Elle est aussi capable d’utiliser le déshonneur comme une arme politique contre les métiers. À la fin du XVe siècle, elle a reçu de la monarchie le droit de classer les corporations en une hiérarchie cérémoniale et honorifique45. Or de ce rang découlent des droits politiques et surtout un pouvoir symbolique, capital dans un monde urbain où certaines corporations sont en rivalité perpétuelle46. Cette lutte pour le rang entre corporations s’exacerbe lors des cérémonies, ce qui confère à la Municipalité un véritable pouvoir d’arbitrage. Ainsi le 22 octobre 1604, le Lord maire convoque des représentants de tous les métiers avec un ordre du jour significatif : le réexamen de l’assiette des taxations pour les cérémonies. La Municipalité semble en apparence se soumettre aux doléances exprimées par les corporations qui contestaient ces prélèvements. Mais parallèlement, elle décide d’entendre les métiers qui jugent « que leur préséance a été lésée lors des alignements ou des processions qui ont été faits pour le crédit et l’honneur de cette Cité47 ». En évoquant une possible redéfinition de la hiérarchie corporative, la Municipalité fait pression sur les corporations afin de compenser sa dépendance financière et rétablir le rapport de force à son profit, et ainsi obliger les métiers à concourir à son honneur.

  • 48 Depuis le début du XVIe siècle, les barbiers-chirurgiens sont alternativement passés de la 38e à l (...)

24La Municipalité n’en reste pas à la simple menace. À la fin de l’année 1604, les barbiers-chirurgiens, qui se sont acquittés sans aucune tergiversation des sommes demandées par la Cité, se voient octroyés la 16e place dans la hiérarchie des corporations alors qu’on leur avait attribué la 25e place lors de l’entrée de Jacques Ier48. Les barbiers-chirurgiens se retrouvent ainsi placés très près des plus prestigieuses corporations de métiers passant, par exemple, devant les charpentiers qui se sont, quant à eux, révélés mauvais payeurs. Cette promotion n’est sans doute pas innocente puisque les attendus présentés dans l’acte mayoral reconnaissant cette 16e position précisent :

  • 49 « It doeth likewise appeare to this Corte that sythens the makeinge and establishinge of the said (...)

« Cette Cour [des aldermen] constate également que, depuis la création et l’établissement de cet ordre [des corporations], lesdits Maîtres ou Gouverneurs desdits Mystère et communauté des barbiers-chirurgiens ont joui du bénéfice d’une telle place dans cet ordre, et qu’ils se sont acquittés, pour leur crédit, de toutes les taxes et contributions qui leur ont été imposées de temps à autre à la grande satisfaction des magistrats et gouverneurs de cette Cité, à l’instar de toutes les autres corporations jouissant des mêmes état et rang49. »

  • 50 En juillet 1606, lors de l’entrée royale de Jacques Ier et de son beau frère Christian de Danemark (...)
  • 51 L’expression « champ de force » est empruntée à Descimon R. dans « Un langage de la dignité. La qu (...)

25Derrière ce qui est présenté comme une simple restauration de la corporation des barbiers-chirurgiens à une place qui lui est contestée depuis un siècle, la Municipalité marque son pouvoir en « jouant sur les rangs50 ». Le manque de coopération en matière fiscale est clairement présenté comme un obstacle à l’accroissement du statut et de l’honneur auquel toute corporation ambitionne. Le jeu du déshonneur apparaît donc pour tous ceux qui voudraient l’utiliser (la Municipalité ou une corporation) comme une arme à double tranchant car son propre statut est toujours mis en danger. L’honneur se définit en retour comme un champ de forces politiques et sociales complexe qui tend moins à une position d’équilibre qu’à un mouvement perpétuel51.

  • 52 La démonstration pourrait être faite à l’identique pour la Municipalité. Lors de l’entrée royale d (...)

26La juxtaposition des rhétoriques royale, municipale et corporative de l’honneur crée l’image d’un Londonien acceptant parfaitement l’autorité de tous les magistrats et se sentant concerné par la protection et la mise en œuvre de l’honneur de chaque corps. La construction d’une telle image est justement un des buts de ces rhétoriques. Toutefois, ces discours qui dépeignent et valorisent la participation des Londoniens masquent les rapports de force entre les individus et les différentes institutions auxquels ils appartiennent. Ces tensions surgissent assez rapidement dans les sources, dès que la mécanique rhétorique de l’honneur échoue et que l’appel au devoir ne porte pas ses fruits. Les autorités n’ont alors plus d’autre choix que de recourir à la contrainte52.

  • 53 Ainsi en 1602, la corporation des marchands-tailleurs, dont un membre accède à la Mairie et un aut (...)
  • 54 La livrée regroupe dans chaque corporation l’élite des maîtres. Ils reçoivent le droit de porter l (...)
  • 55 Les Bachelors doivent avant tout financer les spectacles organisés lors de la Lord Mayors Parade et (...)

27Les sources de la corporation des peaussiers (Skinners) sont éloquentes. Elle fait partie des douze grandes corporations dont seuls les membres peuvent être élus Lord maire. Il s’agit du plus grand honneur auquel puisse aspirer une corporation. Pendant une année, la corporation du Lord maire occupe la première place dans la hiérarchie civique : elle marche en tête de toutes les processions et participe à toutes les cérémonies monarchiques ou civiques53. En 1585, après trente-trois ans d’attente, un Peaussier est élu Lord maire. La Cour des assistants, l’organe suprême du métier, choisit, selon la coutume londonienne, des bachelors parmi les membres de la corporation qui n’appartiennent pas encore à la livrée54. Cette élection est présentée par les officiers du métier comme un honneur décerné aux membres désignés, celui d’assister aux processions mayorales et surtout de payer les festivités destinées à honorer le Lord maire élu55.

  • 56 Soit 13 £ 6s 8d. Une punition complémentaire est également promise. GL, ms. 30708/2, fol. 142v°.
  • 57 GL, Ms. 30708/2, fol. 144. Le 15 avril 1586, un certain Samuel Daniel est mis en prison pour ne pa (...)

28L’importance de l’enjeu explique que la Cour des assistants, après avoir eu recours à une rhétorique de l’honneur, passe rapidement à la contrainte lorsqu’une partie de ses membres refuse l’élection et l’imposition. La Cour improvise des sanctions : celui qui refuse d’être bachelor est frappé d’une très lourde amende (20 marks56). Malgré cela, certains membres renâclent à payer et le 13 octobre 1585, ils sont menacés de prison57. Cette politique de la contrainte au service de l’honneur ne porte pas plus de fruit puisqu’en 1587 un nombre non négligeable de bachelors n’a toujours pas payé l’argent dû. La situation est telle que, le 4 octobre 1587, la corporation met en place un dispositif inédit qui entérine l’échec de la rhétorique de l’honneur :

  • 58 « Where divers of our companye denye payment of diverse sommes of monney asseased uppon them towar (...)

« Divers membres de notre compagnie refusant de payer les diverses sommes d’argent qui leur étaient demandées eu égard aux charges des Bachelors et aux autres choses visant à la réputation de cette honorable Cité et à celle de notre compagnie, les quatre Wardens [les officiers supérieurs de la corporation] ainsi que M. Manning et M. Forman ont été aujourd’hui nommés pour y mettre de l’ordre. Ils sont chargés de consulter nos ordonnances afin de trouver quelle autorité invoquer pour punir et réformer les dits contrevenants58. »

  • 59 Ordre du 12 octobre 1587, ibid., fol. 172.
  • 60 Elle n’attend pas non plus qu’elle soit le fruit d’un quelconque honneur individuel. Les peaussier (...)
  • 61 Par exemple en 1583, les foulons, corporation du Lord maire élu, devant le refus de certains membr (...)

29Cette décision se solde par un nouvel échec et les assistants décident la semaine suivante de faire afficher dans le hall de la corporation la liste des membres réfractaires. L’intention est explicitement formulée : il s’agit pour les « rappeler à l’obéissance et au devoir » de les humilier aux yeux de leurs confrères et de mettre ainsi en danger leur capital social et économique59. L’ultime recours est donc d’en appeler à l’honneur individuel et à la contrainte du groupe pour sauver l’apparence d’unanimité des membres à participer à l’honneur de la corporation. La corporation n’attend pas de la participation du membre qu’elle soit l’expression d’un sentiment intériorisé de l’honneur corporatif60 ; son implication peut n’être que le fruit d’un conformisme ou d’une contrainte61.

  • 62 Ordre du 12 octobre 1597, Cour des assistants de la corporation des peaussiers GL, ms. 30708/1, fo (...)

30Les difficultés rencontrées en 1585 semblent avoir marqué les esprits. En 1595, le Lord maire élu est de nouveau un Peaussier. Si la cour des assistants de la corporation utilise toujours la rhétorique de l’honneur, elle prend immédiatement un ordre instaurant une peine de prison pour ceux qui refuseront de payer. Mais, là encore, la corporation eut du mal à faire respecter ses ordres, de sorte qu’en 1597, lors de l’élection d’un nouveau peaussier à la mairie, les assistants décident que les réfractaires seront privés d’une grande partie des droits économiques, inhérents à leur statut de membre, tant qu’ils n’auront pas régularisé leur situation62.

  • 63 Cela va contre l’interprétation de D. Corry et M. Burrage qui avancent l’idée que les corporations (...)

31Des cérémonies qui devraient souder les membres de la corporation autour d’un même éthos et faire honneur à celle-ci, créent donc des tensions. Un certain nombre de membres semblent ainsi mal accepter que la corporation ait recours à la contrainte et surtout qu’elle veuille se mêler d’autre chose que de la régulation économique du métier63. Le cas d’un peaussier, Master Richardson, est symptomatique. Le 20 février 1586, il est convoqué devant la Cour des assistants :

  • 64 « Mr Richardson, being present, it was demanded whether he would pay 6 £ due for him to pay by ass (...)

« On lui demanda s’il acceptait de payer les £ 6 qu’il devait de par l’imposition levée par cette Cour en vue des dépenses des bachelors. Il répondit fermement qu’il ne le pouvait pas et qu’il ne paierait pas, et que si on l’envoyait en prison, il dépenserait cet argent à la Counter [une des prisons londoniennes]64. »

32Ce cas témoigne du fait que le refus de payer ne naît pas d’une impossibilité d’ordre économique de la part des membres imposés. En effet, Richardson est tout d’abord qualifié par la Cour des assistants de Master, terme qui n’est en général conféré qu’aux membres qui jouissent d’un certain statut au sein de la corporation. De plus, Richardson souligne d’une façon provocante qu’il préfère dépenser son argent à son propre profit en prison plutôt que de le dépenser pour l’honneur des peaussiers. Le désaccord ne naît donc pas d’une difficulté économique mais bien d’une divergence de vue entre les officiers et certains des membres sur ce que doit être la corporation de métier : un corps sociopolitique avec un éthos et un honneur propre ou une compagnie de marchands traditionnelle en charge de réguler une activité économique.

  • 65 4 juillet 1603, Clothworkers Hall, ms. Court minutes 1581-1604, fol. 229.

33Ce refus de participer à l’honneur des institutions n’est pas l’apanage des couches médianes ou inférieures de la société londonienne. Certains citoyens qui ont exercé de hautes charges municipales et corporatives et qui ont des fortunes conséquentes semblent peu liés par cette rhétorique de l’honneur. En 1603, Sir John Spencer, un ancien Lord maire, dont la richesse est connue, refuse de payer les £ 5 que la corporation des foulons (Clothworkers), à laquelle il appartient, a levés sur lui pour l’entrée de Jacques Ier. Il menace même les foulons d’arrêter de faire jouer ses relations à leur profit si la Cour des assistants ne l’exempte pas du prélèvement. Spencer arrive à ses fins. La Cour décide immédiatement de prendre à sa propre charge la somme dont il devait s’acquitter65.

  • 66 Depuis la fin du XVIe siècle, tous les prélèvements effectués par la Corporation sur leurs membres (...)

34En 1606, les foulons sont confrontés à un autre dilemme : choisir entre la préservation de leur honneur ou la conservation de leur harmonie sociale. En effet, en juillet, Jacques Ier décide de faire une entrée royale dans Londres, accompagné de son beau-frère Christian, roi du Danemark. La Municipalité doit à nouveau financer des spectacles et elle impose les corporations selon les modalités établies pour l’entrée de 1604. La cour des assistants des foulons perçoit la crise financière qui menace la corporation : le Métier est très endetté mais le Lord maire élu est issu de leurs rangs, ce qui promet à brève échéance d’énormes dépenses à supporter pour les membres de la corporation66. Ceci explique la réaction de la corporation lorsque les aldermen ont imposé les foulons à hauteur de £ 56 10s :

  • 67 « It was thought by this Courte that the Companie was over charged by that somme and therefore it (...)

« Cette Cour pense que cette somme imposée à la corporation est excessive. C’est pourquoi cette cour décide que M. le Warden Coxe payera lundi prochain à M. Speering la somme de £ 30, somme qui sera prise dans la caisse de la corporation et figurera dans ses comptes ; la raison en est que ladite somme de £ 56 10s dont la corporation est tenue de s’acquitter, ne peut être levée aussi rapidement : par la suite, cette cour étudiera et statuera s’il est opportun de payer ou non le reste des £ 56 10s67. »

35Sous la pression de ses membres, la Corporation est prête à désobéir à la Municipalité et donc à remettre en question son honneur et son rang. Face au danger de la cassure au sein du corps de métier, il semble que les officiers des corporations n’entendent pas sacrifier l’équilibre politique et social interne à leur métier à la défense de l’honneur corporatif. La pacification des rapports internes au métier prend le pas sur l’autoreprésentation politique.

  • 68 Fanny Cosandey souligne que si la corporation de métier est « une » par rapport à l’extérieur, ell (...)
  • 69 La question que posait Julian Pitt-Rivers en 1991 est toujours d’actualité : Comment s’articule ho (...)
  • 70 En effet, tout nouveau membre lors de son entrée dans la corporation prête serment d’obéissance au (...)

36Dans ces affaires de non-paiement, la rhétorique de l’honneur utilisée par les corporations est donc doublement mise en défaut. D’une part, alors que participer financièrement à l’entrée royale et, plus encore, être bachelor est présenté comme un grand honneur pour les membres concernés, de plus en plus de Londoniens refusent ces honneurs devant l’inflation des coûts68. D’autre part, la volonté de mettre l’individu au service de l’honneur de la corporation n’est pas partagée par tous les membres, certains semblant peu concernés par cet honneur corporatif69. Celui-ci se révèle largement une fiction politique utilisée dans le cadre d’une lutte de pouvoir à l’extérieur et à l’intérieur de la corporation. La contestation de l’honneur corporatif bat en brèche toute l’autorité de la corporation sur ces propres membres70 mais aussi l’image de corps constitué harmonieux qu’elle entend présenter au monde.

37Si, dans les sources traitant des cérémonies, l’honneur apparaît comme une prérogative des institutions, ce sont les individus qui, en dernier ressort, tiennent entre leurs mains l’honneur de leur corporation ou même du monarque. Sans participation, volontaire ou forcée, nul honneur ne peut être exprimé et l’édifice politique ne peut se maintenir. L’honneur, rendu et reçu, est donc un élément politique indispensable à l’équilibre symbolique et institutionnel des autorités. Pour maintenir celui-ci, chaque corps social, chaque individu doit se conformer à son rôle et à son honneur. Mais cet honneur se révèle être une pratique politique « extérieure » et nécessaire plus qu’un sentiment ou un éthos incorporé par chaque individu ou même par chaque institution. En effet, seule la démonstration extériorisée est nécessaire à la fiction politique du commonwealth. L’honneur est donc un élément manipulable, négociable et évolutif, mais dans un cadre limité. Le déshonneur apparaît en miroir comme la rupture de ce « jeu » par la transgression des limites de ce qui est acceptable.

  • 71 Les raisons d’être de ces cérémonies doivent être réinterrogées puisque ne vont de soi ni l’« exal (...)

38Les institutions cherchent ainsi moins à augmenter leur honneur qu’à éviter tout déshonneur, car ce dernier peut se révéler politiquement et identitairement ruineux. Il est clairement perçu comme une atteinte, délibérée ou non, à la fiction d’harmonie entre les différents corps du commonwealth, atteinte qui débouche sur l’incertitude des comportements présents et à venir des autorités lésées et sur une perte d’influence politique. Mais c’est aussi une remise en question de l’autofiction de chaque corps social et de chaque individu, ce qui peut se révéler socialement explosif dans le contexte troublé que connaît Londres au XVIe siècle71. Une telle réflexion sur l’honneur invite à reconsidérer la place laissée aux corps intermédiaires et aux individus dans les études des processus politiques de l’époque moderne.

Notes

1 Les cérémonies ici étudiées sont les entrées royales, les réceptions officielles d’ambassadeurs et les processions et spectacles organisés annuellement par la Municipalité de Londres à l’occasion de l’élection du Lord maire.

2 Voir, entre autres, James M., « Ritual, drama and social body in the late medieval English town », Past and Present, no 98, 1983, p. 3-29 ou Lecuppre-Desjardin E., La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, 2004. L’ouvrage fondateur est Kantorowicz E., Les Deux corps du roi : essai sur la théologie politique au Moyen âge, Paris, 1989 [1957].

3 Cosandey F., « L’insoutenable légèreté du rang », dans Cosandey F. (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, 2005, p. 169-189.

4 Austin J. L., Quand dire, c’est faire, Paris, 1970 [1962].

5 R. Dasent J. (éd.), Acts of the Privy Concil of England, 1542-1604, 32 vol. Londres, 1890-1907.

6 Proclamations royales éditées par Hugues P. et Larkin J. (éd.), Tudor royal proclamations, 3 vol., New Haven, 1964-1969.

7 Conservés aux London Metropolitan Archives, désormais abrégé en LMA.

8 Conservés dans leur quasi-totalité à la Guildhall Library de Londres, désormais abrégée en GL.

9 Ces trois termes avaient, au début du XVIe siècle, des sens assez extensifs, parfois très proches de celui d’honor. Leur sens se précise ensuite par restriction. Credit est associé à la bonne réputation, au crédit et à l’autorité tirée de cette réputation. Honesty renvoie au respect porté à une personne d’une grande décence et ayant une certaine excellence morale. Enfin, worship évoque la possession d’un haut rang, d’une dignité, d’une magistrature ou d’un rang social élevé, qui invite à la déférence. Articles « Honesty », « Worship », et « Credit », dans Oxford English Dictionnary, 2008, consultable en ligne sur le site http://dictionary.œd.com.

10 Les termes connexes de disgrace, shame, ignomity, dishonesty ou encore d’indignity ne sont presque pas employés dans les sources traitant des spectacles.

11 La notion d’honneur est presque exclusivement mobilisée dans des études portant sur les élites sociales anglaises, gentry ou aristocratie. Voir par exemple, le dossier consacré à l’honneur dans l’Angleterre de l’époque moderne dans The Royal Historical society Transactions, 6e série, vol. 6, 1996.

12 «His highnes was recevyd bothe of the Mayer Alldermen and comens with as much honor Joe and gladnes as they cowld devyse or expresse», LMA, Journal of Common Council 15, COL/CC/01/01/15 fol. 305.

13 « Her highnes pleasure is that he shalbe receaved with all honor according to his masters gratnes », lettre du Lord maire aux corporations de métier datée du 17 septembre 1600, GL, ms 7153, fol. 21. Boris Godounov est monté sur le trône en 1598.

14 La reine redoute sans doute qu’un défaut dans ces marques ne crée un incident diplomatique.

15 « A Muscavitt embassader of good accommpt as yt seemeth by the honor of his enterteynment is this present day receaved at the Court », lettre d’Edward Pheleps à Matthew Smyth datée du 2 novembre 1600, dans Bettey J. H. (éd.), Calendar of the Correspondence of the Smyth Family of Ashton Court, 1548-1642, Gloucester, vol. 35, 1982, p. 27.

16 Ceci est également visible pour les monarques anglais. Ainsi, le 27 mars 1541, l’ambassadeur Eustache Chapuys écrit à Marie de Hongrie, régente des Pays-Bas, à propos du passage d’Henri VIII et de sa nouvelle reine Catherine Howard : « Ceulx de ceste ville l’honnorèrent au mieulx quilz peuvent », Gayangos P. de (éd.), Calendar of Letters, Despatches and State papers relating to the negociations between England and Spain preserved in the Archives at Simancas, Londres, 1886, vol. 6/1, p. 314.

17 « And for as much as also as the Citezens of this City consideringe their bounden duetyes aswell towardes our sayd late sovereign lorde as allso towardes our sayde sovereign lorde the king that now ys in the declaracion and exteriors execucion of the same their dutyes and for the honor of this Cytye », LMA, JCC 15, fol. 304v°. On peut remarquer la concomitance de ce changement avec l’accession du légiste Robert Broke à la charge de Recorder, l’officier municipal en charge de la tenue des archives de la Cité et principal conseiller juridique des magistrats.

18 À cette cour, siègent les 26 Aldermen, c’est-à-dire les magistrats élus par les principaux membres des corporations de métier incorporées. Ils ont en charge une circonscription appelée ward dans lesquels ils sont chargés de faire appliquer les ordres mayoraux et ceux du Conseil communal. La Cour des aldermen centralise l’essentiel du pouvoir exécutif et réglementaire de la Cité de Londres.

19 « Item this day the worshipfull Comyners hereunder namyd were nomynatyd appoynted and chargid by the hole Courte to take the chardge, travell and paynes to cause at the Cytyes costes and chardges all the places hereafter mencyoned to be very well and seemly trymmyd and deckyd for the honor of the Cyty agaynste the comynge of our Soveraigne Lady the Quenes maiesty that nowe is to her Coronacion. » Ordre du 7 décembre 1558, LMA, Repertory 14, COL/CA/01/01/016, fol. 97.

20 James M., English politics and the concept of honour, 1485-1642, Oxford, 1978.

21 Cette décision est prise le 18 juillet 1603 par la Commission royale d’organisation. Everett Green M. A., Calendar of State Papers, domestic series, (1603-1610), Londres, 1857, p. 22.

22 Spina O., « “Pour l’éternité dans la bouche et la mémoire des hommes’’. Autour de la réception de Jacques Ier à Londres (15 mars 1604) », Cahiers de la Méditerranée, vol. 77, 2008, p. 61-75.

23 « Where for the service of the kinges maiestie and honor of his highnes and in some other Degree for the honor of this Cittie. » Cour des assistants de la corporation des charpentiers, GL, Ms. 7784/2, fol. 25.

24 L’expression est tirée de Pitt-Rivers J., « Honour and social status », dans J. G. Peristiany (éd.), Honour and shame. The values of Mediterranean Society, Londres, 1965, p. 19-78.

25 GL, Ms. 7784/2, fol. 25.

26 Il est difficile de saisir les raisons de cette « réapparition ». Peut-être tient-elle à la conception plus absolutiste qu’avait Jacques Ier de son pouvoir, sensiblement différente de celle d’Elisabeth Ire ?

27 Archer I., « Discourses of history in Elizabethan and Early Stuart London », Huntington Library Quarterly, vol. 68, no 1-2, 2005 p. 205-226.

28 LMA, JCC 25 COL/CC/01/01/26, fol. 81v°. Cette dénomination ne se retrouve dans aucun document officiel concernant le statut de Londres que ce soit les différentes chartes octroyées par les rois d’Angleterre depuis le XIe siècle ou les constitutions en précisant certains points. Gray Birch W. de (éd.), The historical charters and constitutional documents of the City of London, Londres, 1887 (2e éd.).

29 Il s’agit d’une « situation d’interaction » telle que définie dans Goffman E., La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, 1973.

30 Cour des assistants des marchands tailleurs, GL, Ms 34010/4, p. 52. D’autres dépenses viennent s’ajouter au financement des spectacles. Ainsi lors de l’entrée royale de Jacques Ier et de Christian de Danemark en juillet 1606, la Municipalité demande à ce que l’ensemble des maisons situées sur le parcours entre Whitehall et la Tour de Londres soient richement ornées par des tentures précieuses « pour l’honneur et le crédit de cette Cité », 28 juillet 1606, LMA, JCC 26, COL/CC/01/01/27, fol. 74. En 1604, la Municipalité a ainsi dépensé pour les spectacles et les décorations de rue préparés pour Jacques Ier pas moins de £ 3 000.

31 D’autres institutions londoniennes, comme les quartiers (wards), sont aussi mises à contribution par la Municipalité.

32 Le terme est intraduisible en français. Les Haberdashers vendent et fabriquent de la passementerie, des chapeaux et des casquettes. Mais ils vendent également des articles de semi luxe, allant de la cage à oiseaux aux miroirs ou aux lanternes.

33 Cour des assistants des haberdashers, GL, Ms. 15842, vol. 1, fol. 142, 2 octobre 1604.

34 Smith T., De republica Anglorum. The maner of governement or policie of the realme of England, Londres, 1584.

35 Anne McLaren, Political culture in the reign of Elizabeth I, Cambridge, 1999. On reconnaît ici l’apport de la philosophie politique aristotélicienne.

36 Neuschel K. B. définit l’honneur comme un « échange de reconnaissance de statuts ». Neuschel K. B., Word of Honor. Interpreting noble culture in Sixteenth Century France, Ithaca, 1989.

37 Moeglin J.-M., « L’honneur des princes du Saint Empire (XIVe-XVe siècles) », Journal des savants, vol. 2, 1992, p. 317-344.

38 « Where by a former precept from me to you directed you were requited to assesse and levy in your company a somme of mony rateabelie imposed uppon your said company togeather with other companies of this City for and towards the chardges to be expended in and about his Maiestie interteinement and Royall Coronacion. In accomplishment of which commaundement in that behalfe for that I have found you to remisse to the great hinderaunce of that Service which wilbe the utter dishonor of this Citty if it bee not liberallie or at the least duelie accomplished […]. Theus are aswell to certifye you, for exemption of that doubt that his Royall installment must necessarielie be had within this Cittye as alsoe in his highnes name streightlie to chardge and comaund you as you will avoide his Maiesties suspicion of this Citty for ingratefulnes or slight regarde of the many graces and favors allready by it receaved and hereafter to be receaved from his highnes hands. », Cour des assistants des charpentiers, GL, ms. 7784/2, fol. 20.

39 Ces craintes municipales ne relèvent pas du fantasme. Les libertés londoniennes ont été plusieurs fois suspendues ou reprises par les rois anglais au cours du XIVe siècle. Mais il s’agit aussi d’éviter que le roi ne déplace les sessions de justice ou les Parlements dans des villes autres que Westminster, privant Londres de revenus importants. En 1554, Marie Ire avait ainsi convoqué le Parlement à Oxford à la suite de l’attitude ambiguë des magistrats lors de l’usurpation de la reine Jeanne.

40 LMA, Repertory 26/1, fol. 132v°.

41 Hobbes a déjà signalé que l’honneur de chacun doit être accepté par autrui et que cette négociation est une négociation de puissances. Hobbes T., Léviathan, Paris, 2004, chap. X.

42 Les quatre dernières font partie des douze grandes corporations qui sont politiquement dominantes à Londres. Les foulons et les ferronniers ont certes quelques problèmes financiers mais les sommes demandées étant relativement modestes, elles pourraient être collectées et payées sans trop de difficultés.

43 Les principaux étant la question des pauvres et celle de l’approvisionnement en grains de la ville. Archer I., « The governement of London, 1500-1650 » The London Journal, vol. 26/1, 2001, p. 19-28.

44 « Bafouer son honneur, c’est se voir privé d’une partie de son pouvoir, ou en tout cas, se priver d’une possibilité de le faire jouer », Moeglin J.-M., art. cit., p. 337.

45 La dernière remise à plat générale de la hiérarchie date de 1516, mais au cours du XVIe siècle, cette hiérarchie a été régulièrement remise à jour après de nouvelles incorporations ou des fusions. Burrage M. et Corry D., « At Sixes and Sevens: Occupational status in the City of London from the Fourteenth Century to the Seveenteenth Century », American Sociological Review, vol. 46/4, 1981, p. 375-393.

46 Par exemple, les marchands tailleurs et les foulons s’opposent durant tout le XVIe siècle pour définir le périmètre des activités économiques qui relèvent de leur compagnie.

47 « Wronged in their precedencie in their standinges and goinges for the creditt and honor of this Cittie », LMA, JCC 26, fol. 266v°.

48 Depuis le début du XVIe siècle, les barbiers-chirurgiens sont alternativement passés de la 38e à la 17e place selon l’appui donné par le Lord maire alors en place. Voir Burrage M. et Corry D., « At Sixes and Sevens: Occupational status in the City of London from the Fourteenth Century to the Seveenteenth Century » art. cit.

49 « It doeth likewise appeare to this Corte that sythens the makeinge and establishinge of the said Order the saied masters or governors of the said Mistery and cominaltie of Barbors and Surgeons have eniooyed the Benefit of the said order and borne all chardge taxes and contribucions whatsoever imposed on them from tyme to tyme with Credytt to the good likinge of the Magistrates and Governors of this Cyttie as well as other companies of likesorte and State have done. » Cour des Assistants des barbiers-chirurgiens, GL, ms. 5257/3, p. 196-198, non datée mais enregistrée à la fin de l’année 1604. Mémorandum non daté, GL, ms. 5257/3, p. 285.

50 En juillet 1606, lors de l’entrée royale de Jacques Ier et de son beau frère Christian de Danemark, les barbierschirurgiens rappellent leur droit à la 17e position dans la hiérarchie des corporations.

51 L’expression « champ de force » est empruntée à Descimon R. dans « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisienne à l’époque moderne », dans Cosandey F. (dir.), op. cit., p. 69-123.

52 La démonstration pourrait être faite à l’identique pour la Municipalité. Lors de l’entrée royale de juillet 1606, un ordre du Lord Maire témoigne que la rhétorique de l’honneur connaît quelques difficultés. à deux jours de l’entrée, le Lord Maire est obligé de menacer de déférer devant sa Cour de justice les habitants des maisons se trouvant sur le parcours royal qui refusent de décorer leur façade. LMA, JCC 26, COL/CC/01/01/27, fol. 74.

53 Ainsi en 1602, la corporation des marchands-tailleurs, dont un membre accède à la Mairie et un autre à la charge de Shérif, se qualifie de « grandement honoré par Dieu », 2 octobre 1602, GL, Ms 34010/4, p. 64.

54 La livrée regroupe dans chaque corporation l’élite des maîtres. Ils reçoivent le droit de porter la livrée de la corporation mais surtout de voter à l’élection du Lord maire. Toutes les corporations qui ont un Lord maire élu procèdent rigoureusement de la même façon.

55 Les Bachelors doivent avant tout financer les spectacles organisés lors de la Lord Mayors Parade et assister en grand habit à l’ensemble des cérémonies de l’année auxquels participe le Lord Maire.

56 Soit 13 £ 6s 8d. Une punition complémentaire est également promise. GL, ms. 30708/2, fol. 142v°.

57 GL, Ms. 30708/2, fol. 144. Le 15 avril 1586, un certain Samuel Daniel est mis en prison pour ne pas avoir payé sa contribution, ibid., fol. 151v°.

58 « Where divers of our companye denye payment of diverse sommes of monney asseased uppon them towards chardges of the Bachelers and other things towardes the worshipp of this honorable Cittye and the companye, Nowe for reformationne thereof theie have appointed my maisters the fowre Wardenes and to assyst them, Mr Manning and Mr Formane to peruse all our ordinaunces and autorytye by what meanes the offenders maye be punished and reformed. […] Theire Wordships appointed that the wardens of the yeomanry withe the assistance of Cornelius Fishe and John Maskall shall calle all suche as denye payment as aforesaide and to report there answeares at the next Court of Assistentes », 4 octobre 1587, GL, Ms 30708/2, fol. 171v°.

59 Ordre du 12 octobre 1587, ibid., fol. 172.

60 Elle n’attend pas non plus qu’elle soit le fruit d’un quelconque honneur individuel. Les peaussiers sont la seule corporation qui en appelle à l’honneur individuel durant la période d’étude. Les corporations s’en remettent très rapidement à la seule contrainte.

61 Par exemple en 1583, les foulons, corporation du Lord maire élu, devant le refus de certains membres de payer leur participation, en appellent au Lord maire et au Lord Chief Justice d’Angleterre pour envoyer en prison les récalcitrants. Archives privées des foulons, Clothworkers Hall, Minutes de la Cour des assistants 1581-1605, fol. 30.

62 Ordre du 12 octobre 1597, Cour des assistants de la corporation des peaussiers GL, ms. 30708/1, fol. 59v°. Les Haberdashers avaient déjà pris une telle décision en 1587.

63 Cela va contre l’interprétation de D. Corry et M. Burrage qui avancent l’idée que les corporations ont évoluées, au cours du XVIe siècle, de simples organisations économiques en organisations complexes aux attributions sociales, symboliques et mémorielles. On perçoit très bien qu’un certain nombre de Londoniens considèrent qu’en dehors de la gestion des affaires économiques et arbitrales, la corporation n’a aucune autorité légitime.

64 « Mr Richardson, being present, it was demanded whether he would pay 6 £ due for him to pay by assessment of my Masters towards the charge of the Bachelors. He answered absolutely that he was not able to pay nor would pay any, and if he were sent to the Counter, he would spend it in the Counter. », Cour des assistants des peaussiers, dans Lambert John James (éd.), Records of the Skinners of London, Londres, 1933, p. 316.

65 4 juillet 1603, Clothworkers Hall, ms. Court minutes 1581-1604, fol. 229.

66 Depuis la fin du XVIe siècle, tous les prélèvements effectués par la Corporation sur leurs membres ont donné lieu à des contestations.

67 « It was thought by this Courte that the Companie was over charged by that somme and therefore it was agreed by the said Courte that Mr Warden Coxe shall upon Mondaie nexte paie into the said Mr Speeringe the somme of 30 £ of the money remayninge in his handes upon his Accompte for that the said somme of 56 £ 10s so upon this Companie chardged cannot so soone be assessed and levied of the said Companie and untill it maie be better considered and further order taken for the residue of the said 56 £ 10s whether to paie it or not. », Minutes de la Cour des assistants des foulons, ordre du 26 juillet 1606, fol. 10v°.

68 Fanny Cosandey souligne que si la corporation de métier est « une » par rapport à l’extérieur, elle est « multiple » à l’« intérieur », voir « Introduction », dans Cosandey F. (dir.), op. cit., p. 30.

69 La question que posait Julian Pitt-Rivers en 1991 est toujours d’actualité : Comment s’articule honneur dit individuel et honneur dit collectif ? Pitt-rivers J., « La maladie de l’honneur » dans Gautheron M., L’honneur, Paris, 1991. Les réflexions autour de l’agency tentent d’apporter des réponses satisfaisantes. Voir Withington, « Agency, Custom and the English Corporate System », dans Barry J. et French H. (dir.), Identity and Agency in early modern England, Basingstoke, 2004, p. 200-219.

70 En effet, tout nouveau membre lors de son entrée dans la corporation prête serment d’obéissance aux officiers de la corporation. Durant le règne d’Elisabeth Ire, le serment prêté par les Fondeurs est ainsi formulé: « Ye shalbe trewe and faithfull to the crafte of Fownders and enfraunchised within the cittie of London and allwaies yee shalbe obedient unto the wardens of the saide crafte for the tyme beinge. Yee shall also trewlie pay your Quartridges and be readie and obaie to all lawfull summons to you to be given by the Beadel of the saide crafte. And also all the rules and Ordinaunces made or to be made for the good orderinge of the crafte yee shall obaie supporte and performe to your power. », GL, ms. 6350, non folioté.

71 Les raisons d’être de ces cérémonies doivent être réinterrogées puisque ne vont de soi ni l’« exaltation de la personne royale » ni l’incorporation par les symboles ou les rituels d’une population londonienne aux trajectoires sociales très diverses.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search