Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne

 | 
Hervé Drévillon
, 
Diego Venturino

Deuxième partie. Codes de l’honneur

Conflits d’honneur : (in)fidélités nobiliaires dans la Lorraine ducale (1624-1675)

Anne Motta

Texte intégral

  • 1 Selon les sources, « l’ancienne chevalerie » lorraine est composée de 40 à 50 lignages à cette épo (...)
  • 2 Voir à ce sujet le discours de Ph.-E. de Ligniville au moment de l’entrée de Charles IV à Nancy, l (...)
  • 3 L’intendance de Lorraine et Barrois à la fin du XVIIe siècle. Édition critique du Mémoire « Pour l’ (...)
  • 4 A. Calmet, Histoire de la Lorraine, Nancy, A. Leseure, 1745-1757, tome V, p. ccxxvj.
  • 5 L’union de la Lorraine et du Barrois est réalisée entre 1431 et 1435.
  • 6 Dans son livre, Histoire de l’Ancienne Chevalerie, Nancy, 1870, l’auteur le laisse entendre ; or, (...)
  • 7 La formule est souvent reprise dans les Lettres Patentes, par exemple, dans le registre B 214 (ADM (...)

1Au début du XVIIe siècle, la noblesse lorraine est dominée par quelques puissantes familles qui forment orgueilleusement l’ancienne chevalerie1. Elles constituent une catégorie à part au sein du second ordre, et les documents officiels ne manquent jamais d’établir cette distinction ; ainsi, dans les lettres de confirmation des privilèges des états, au moment de l’avènement des ducs, il est question de « l’ancienne chevalerie et de la noblesse2 » ou encore dans le mémoire rédigé par J.-B. Desmarets en 16973, seuls les nobles d’ancienne extraction, soit une quarantaine de lignages, trouvent un intérêt aux yeux de l’intendant. D’aucuns affinent encore la classification en différenciant, comme Dom Calmet4, une chevalerie de race et une chevalerie d’alliance ou les anciens chevaliers et les pairs fieffés. Cette obsession catégorielle des contemporains dit à elle seule le caractère hiérarchique et fermé de l’aristocratie lorraine. Campée sur son ancienneté et ses privilèges, portée par la considération collective et reconnue par les ducs, elle s’est imposée naturellement comme l’élite sociale et politique des duchés. Cette prééminence au sein de la société a sa traduction institutionnelle avec le tribunal des Assises, composé exclusivement de l’ancienne chevalerie, lui assurant une autonomie judiciaire totale. Depuis l’indépendance effective des duchés en 1542, les gentilhommes lorrains se sont donnés pour mission la conservation des états de Lorraine et de Bar5 et de ce fait, de servir les intérêts de la dynastie ducale, dont le destin se confond théoriquement, avec celui des duchés. Sans aller jusqu’à dire comme G.-E. Meaume6, que la Lorraine doit son autonomie à l’ancienne chevalerie, on peut dire qu’elle est associée depuis cette date à la direction de l’état, et que son honneur passe avant tout par le service du prince. Les ducs valorisent « l’honneur de servir depuis longtemps7 » par l’octroi de charges, de terres, de titres, et cette générosité entretient une sorte de cercle vertueux de l’honneur car, comme dans tous les états monarchiques, les honneurs encouragent à leur tour l’honneur. Le prince doit donc garantir à la chevalerie ses privilèges et recourir à son service, afin de préserver son honneur. Or la conjoncture du XVIIe siècle, ajoutée à l’inconstance d’un prince peu enclin à respecter les usages, dérègle le mécanisme de l’honneur nobiliaire en Lorraine.

2« Pays d’entre-deux », tiraillée entres ses deux puissants voisins, la Lorraine est emportée dans la guerre de Trente Ans à partir de 1633, et Charles IV (1624-1675) se range d’emblée du côté des Habsbourg. La riposte française est immédiate : le cardinal de Richelieu, pour qui la Lorraine constitue un enjeu de premier ordre, fait occuper les duchés dès 1633 et contraint ainsi le duc à prendre le chemin de l’exil. Général brillant, Charles IV se montre avide d’exploits guerriers et virevolte dans ce conflit, au gré des circonstances, ou de ses intérêts personnels. Il se comporte davantage comme un condottiere en quête d’aventures, que comme un prince protecteur, soucieux de ses états. Ses tergiversations le rendent suspect aux yeux des Espagnols qui finissent par l’emprisonner à Tolède pendant cinq ans, de 1654 à 1659. Au chaos de la guerre et au choc causé par la détention du prince, s’ajoute la confusion politique et militaire, générée par un duc versatile qui, depuis sa prison, envoie des ordres contradictoires aux chefs de son armée. à quelle fidélité se vouer alors, sans risquer la trahison et donc le déshonneur ? Pour la chevalerie lorraine, le paroxysme du désarroi est en quelque sorte atteint au moment où, de retour de captivité, Charles IV signe l’abandon de ses duchés au roi de France, le 6 février 1662, par le traité de Montmartre.

3Déjà désorientée militairement et considérablement affaiblie par les empiètements d’un duc autoritaire sur ses prérogatives, la chevalerie est soudain orpheline, en mal d’honneur, car le pacte avec le prince est rompu. Même si Charles IV se rétracte et parvient à se soustraire à son engagement envers Louis XIV, il laisse un goût amer à ses serviteurs, blessés à différents degrés dans leur honneur. Si aucun noble n’a clairement accusé le duc d’avoir déshonoré la noblesse, on entrevoit dans les sources les signes d’un certain désenchantement qui se traduit par la résignation, la protestation ou l’éloignement.

4Les conflits d’honneur agitent la chevalerie lorraine durant cette période très mouvementée et viennent troubler ses relations avec le duc Charles IV.

Les voies de l’honneur : plaider, juger et servir

5Au moment de son avènement et en particulier lors de son entrée dans la ville de Nancy, capitale des duchés, le duc reproduit le rite bien connu des entrées royales, dans les monarchies occidentales de l’époque moderne : il jure sur la croix de maintenir les privilèges des corps et dans les semaines qui suivent, il octroie des lettres patentes confirmatives de toutes les précédentes, en particulier celles données par le duc René Ier en 1431. C’est seulement après avoir eu cette garantie que la noblesse, à son tour, s’engage à être fidèle et à servir la dynastie régnante. Si le prince s’oppose à cet usage, la cérémonie perd toute efficience, ce qui fut le cas avec Charles III (1543-1608), pour qui il fallut organiser une deuxième entrée, le 18 mai 1562. À travers cette résistance, les ducs expriment leur désaccord à l’égard de privilèges jugés excessifs et s’élèvent, notamment, contre celui qui confère à la chevalerie le pouvoir d’assurer sa propre justice, au sein du tribunal des Assises.

  • 8 BnF, ms. français 16 878, fol. 31, Mémoire touchant les Assises.

« Les Gentilhommes de l’ancienne chevalerie de Lorraine prétendent de grands privilèges qui les rendent égaux voire comme supérieurs à leur prince […] et en ce qui concerne la justice qu’ils avoyent pouvoir de juger souverainement sans plainte appel ny remises de proces es assises quilz tenoyent en certain temps ausquelles aucuns na entree ny voie délibérative sil nest de ladite Ancienne chevalerie8. »

  • 9 A. Calmet, op. cit., t. V, p. ccxlvij.
  • 10 BnF, ms. français 16 878, fol. 77v, op. cit.
  • 11 M. Cuenin, La dernière amazone. Madame de Saint Baslemont, Nancy, 1992, p. 13.

6Dom Calmet fait remonter l’origine de ce tribunal à la fin du XIIIe siècle9. Si l’on en croit le Mémoire touchant les Assises, cité plus haut, les chevaliers recourent à l’Histoire voire à la légende puisqu’ils situent les prémices de ce privilège à l’époque de Godefroi de Bouillon et le justifient « par la considération de certains services rendus par leurs prédécesseurs à Godefroy de Bouillon10 ». Comparable au tribunal des anciens pairs de France, il n’a plus d’équivalent en Europe au début de l’époque moderne. C’est sans doute la survivance d’une telle institution qui fait dire à M. Cuenin que la Lorraine est « un pays de profonde féodalité11 » car en effet, cette cour dénote un esprit encore très féodal, et fait écho à cet adage médiéval qui veut que seuls les pairs sont capables de rendre un verdict juste.

  • 12 A. Calmet, op. cit., t. V, p. ccxxvi.
  • 13 BnF, ms. français 16 878, fol. 78.
  • 14 Il s’agit toujours d’un personnage illustre. La charge est détenue par la famille de Bassompierre (...)

7Ancienne, inscrite dans la Coutume de Lorraine, cette institution toute puissante fait l’orgueil et la force de l’ancienne chevalerie, seule autorisée à y siéger. L’accès est réservé aux seuls Lorrains ou Barisiens, mariés à des filles de la chevalerie lorraine. Il faut, du côté paternel, être descendant de gentilhomme de nom et d’armes et du côté maternel, de fille ou femme de l’ancienne chevalerie, non mésalliée par un premier mariage. La vérification de la filiation des deux côtés, sur quatre générations, est confiée à deux commissaires, puis aux Assises. Il faut de surcroit posséder un fief en Lorraine, d’où l’appellation de pairs fieffés. à cause du problème de l’extinction des familles de la chevalerie, on a fini par accepter les enfants nés des filles de l’ancienne chevalerie, mariées avec un gentilhomme d’extraction. Siéger à ce tribunal très fermé est le signe ostentatoire et indiscutable de l’appartenance à la fine fleur de l’aristocratie locale. Pour Dom Calmet, c’est là la preuve irréfutable de l’ancienneté de la famille12. Cette indépendance permet au juge de traiter d’égal à égal avec le prince et le remplit ainsi d’honneur, selon les formules qui ont cours à cette époque. Les gentilhommes de la chevalerie seraient prêts à renoncer à tous les autres privilèges, « pourveu que celuy cy leur soit confirmé13 ». Et pour cause, les Assises leur permettent de plaider et juger les procès entre chevaliers mais aussi les litiges avec les sujets ; non seulement le duc ne peut intervenir – si ce n’est qu’il nomme le bailli14, sans voix délibérative toutefois – mais il relève aussi de cette justice. Cette juridiction s’étend sur les trois bailliages d’Allemagne, de Vosges et de Nancy (ce dernier étant le puissant car il juge en dernier ressort) et les réunions se tiennent environ six à sept fois par an. Les sources sur le fonctionnement proprement dit de ce tribunal sont rares, mais on sait qu’un quorum doit être atteint pour le déroulement effectif de la séance, fixée à l’avance et annoncée aux gentilhommes. Les juges se rendent au tribunal à leurs frais, administrent la justice gratuitement et bénéficient de l’immunité pendant toute la durée des Assises. Cette spécialisation judiciaire des Assises s’est dessinée au fil du temps car à l’origine, plus qu’un tribunal, cette assemblée était un vrai rouage de l’appareil gouvernemental. Avec l’apparition des états au XVe siècle, la distinction entre les deux institutions s’est précisée, laissant à la première le rôle politique. Toutefois, encore au début de notre période, les Assises n’ont pas tout à fait renoncé à leurs prérogatives législatives car dans l’intervalle des sessions des états, le tribunal a tendance à se considérer comme le gardien des décisions prises aux états et à veiller à leur exécution, d’où les conflits avec les états généraux. à la veille de l’occupation française, Charles IV s’adresse aux Assises pour obtenir des subsides, une première fois en 1633, puis une deuxième fois en 1634. à travers cette institution, l’ancienne chevalerie apparait bien comme un corps indépendant et uni, avec une forte conscience d’elle même. Cet honneur de plaider et de juger place ce groupe de la noblesse lorraine au cœur de l’état ducal et oblige le prince à le regarder comme un vrai partenaire. La contrepartie est, bien entendu, la fidélité au duc et son prolongement, le service.

  • 15 L. Febvre, Honneur et patrie, Paris, Perrin, 1996, p. 63.

8Dès son avènement, Charles IV reçoit des marques de soutien de la noblesse lorraine. Il arrive au pouvoir en 1624, conjointement à son épouse Nicole, à qui le père, Henri II, a légué les duchés. Rapidement, avec la complicité de son père, François de Vaudémont, il parvient à écarter son épouse de la couronne, grâce au testament imaginaire du prince défunt, qui instaure soudainement la loi salique en Lorraine. En quête de légitimité, il se tourne aussitôt vers l’assemblée des Assises qui, flattée d’être « consultée » sur un sujet qui ne la concerne pas, approuve la situation le 1er décembre 1624, en présence des plus grands noms, ainsi Charles Emmanuel comte de Tornielle, grand-maître de la garde-robe, Gaspard de Ligniville premier Gentilhomme, Pierre de Stainville, grand doyen de la Primatiale de Nancy, tandis qu’en 1626, Charles IV fait une entrée triomphale à Nancy et les états Généraux entérinent la masculinité des duchés. Ainsi, la chevalerie se présente aussitôt comme une auxiliaire dévouée, prête à défendre les intérêts de son duc ; implicitement, elle lui indique qu’elle attend beaucoup de son règne mais, à l’image des ancêtres, elle est surtout guidée par cette allégeance au prince régnant, si caractéristique du groupe en Lorraine. « L’honneur a pour racine l’imitation15 » et en effet, ici, la continuité dans le service entretient et pérennise l’honneur d’une famille.

  • 16 L. Bourquin, « Les carrières militaires de la noblesse au XVIIe siècle : représentations et engage (...)
  • 17 BnF, ms. Lorraine 478, fol. 1.
  • 18 ADMM, 4F, 4, fol. 239.

9Dans un article de 2002, L. Bourquin a bien montré à partir de l’exemple de la Champagne, que dans la première moitié du XVIIe siècle, les nobles réaffirment leur mission guerrière16. À cette époque, le gentilhomme lorrain, encore plus qu’ailleurs peut-être, est très focalisé sur le métier des armes et pense que seule la vaillance militaire peut faire de lui un seigneur exemplaire. Il est, du reste, encouragé dans ce devoir par son prince qui lui impose un service exclusif : le 7 mars 1614, Henri II défend à ses sujets « de prendre d’icy en avant party ny s’enroller pour l’advenir ny aller en guerre hors nos pais au secour de qui ce soit sans notre expresse licence et permission à peine de confiscation de corps et de biens17 ». Le 9 juin 1630, une ordonnance de Charles IV réitère cet ordre18. Faire preuve de courage et de vertu reste la meilleure voie pour obtenir la faveur du prince, en Lorraine :

  • 19 ADMM, B 188, p. 56.

« récompenser ceux de nos suiets qui dans tous les tems et les occasions ont sacrifié leur sang et leur bien à la gloire de l’état et au service de leur souverain, non seulement en élevant aux premiers honneurs et dignités ses hommes recommandables qui d’une noblesse présente dans une longue suitte d’ayeulx ont transmis à la postérité la vertu et la valeur mais encore en décorant et illustrant leurs terres de tiltres et de privilèges qui répondent à leur naissance et à leur mérite personnel19… »

  • 20 L. Febvre, op. cit., 310 p.
  • 21 Mémoires du marquis de Beauvau, Cologne, 1691.
  • 22 Sont reconnues comme telles par tous les contemporains.
  • 23 À la fin du 1er livre de ses Mémoires qui couvrent les années 1635-1640, l’auteur signale la mort (...)
  • 24 Nous avons pu faire ce constat à partir de nombreux états de la Maison des ducs, au XVIIe et au dé (...)

10Cet extrait montre bien que l’on évalue, non seulement l’individu, mais tout le comportement familial sur la durée, si bien que l’honneur est bel et bien cette sorte de dépôt et d’héritage dont parle Lucien Febvre20. Comme en France, l’ancienne chevalerie monopolise les plus hauts postes de commandement dans l’armée. Les quelques vingt familles citées par Henri de Beauvau21, dans ses Mémoires, le prouvent. C’est le cas, par exemple, des quatre maisons les plus illustres du duché : Haraucourt, Ligniville, Lenoncourt et Du Chatelêt22. La famille de Haraucourt est présente auprès des ducs depuis le règne de Charles III, occupant les fonctions les plus considérables : élisée de Haraucourt est gouverneur de Nancy jusqu’en 1629 (date de sa mort) tandis que son fils Henry est capitaine général de l’artillerie du duc Charles IV et son petit-fils, Charles II, marquis de Haraucourt cumule les fonctions de gouverneur de Marsal et le maréchalat – titre le plus prestigieux –, sous Charles IV. Les Ligniville sont aussi aux côtés des ducs depuis le XVIe siècle, en qualité de gouverneur, de sénéchal et de lieutenant général des armées. Philippe-Emmanuel de Ligniville, grande figure militaire et compagnon d’armes de Charles IV est maréchal de Lorraine. Les Lenoncourt sont représentés au début du règne de Charles IV par Charles, capitaine des gardes tandis que Errard Du Châtelet est revêtu du maréchalat en 1655 et son fils, Anthoine, est colonel de la garde suisse du duc. Investie des fonctions militaires les plus brillantes, la noblesse lorraine trouve dans le service armé la plus belle occasion d’exprimer sa vertu et mourir à la guerre assure au lignage l’honneur définitif. Dans ses Mémoires, le marquis de Beauvau ne manque jamais de s’attarder sur les noms de ses pairs blessés et mentionne l’identité de ceux qui ont laissé leur vie aux combats23. Presque systématiquement, les familles de la chevalerie lorraine cumulent ces postes avec les fonctions gouvernementales et auliques les plus prisées. La plupart des gentilhommes sont en même temps conseiller d’état et/ou bailli, chambellan, grand-maître de la garde-robe24. Même si la chevalerie est parfois concurrencée, dans ces fonctions, par la noblesse de création, elle monopolise les premières places dans l’appareil de l’état ducal au XVIIe siècle et tente de les maintenir dans une même famille. La nécessité toutefois d’assurer sa gloire et d’accroître son capital, incite certains individus à accepter des honneurs auprès des souverains étrangers, allemands le plus souvent. Les liens historiques et naturels avec l’Empire expliquent facilement ces carrières parallèles, menées au sein d’une même maison. Le roi de France parvient parfois à retenir des gentilhommes lorrains à son service, ainsi le maréchal François de Bassompierre ou Charles de Livron qui est au service de la France en qualité de lieutenant général en Bassigny (vers 1630). Comme partout ailleurs, les nobles peuvent nourrir plusieurs fidélités, au gré des opportunités et des intérêts personnels. Cela étant, le service du prince en Lorraine tend plutôt vers un dévouement total et héréditaire.

11Ainsi, lorsque Charles IV accède au pouvoir, il peut s’appuyer sur une noblesse pour qui, allégeance et service au prince vont de soi. Érigée en principe, la fidélité au prince est la pierre angulaire de l’honneur de la chevalerie lorraine. Cependant, dans la tourmente provoquée par la guerre et la présence de l’ennemi dans les duchés à partir de 1633, cette fidélité est durement mise à l’épreuve, les règles de conduite vis à vis du duc se brouillent et laissent apparaître quelques fêlures dans l’honneur.

L’honneur à l’épreuve : à quelle fidélité se vouer ?

12Dans le long conflit qui dévaste les duchés au XVIIe siècle, deux épisodes de la guerre de Trente Ans viennent ébranler le socle de l’honneur nobiliaire : l’invasion française en 1633 puis la détention du duc de 1654 à 1659.

  • 25 BnF, ms. Français 16 878, fol. 1.
  • 26 Par le traité de Bruges de 1301, le roi de France a obligé le duc à se reconnaitre vassal pour les (...)
  • 27 M.-C. Vignal-souleyreau, Richelieu et la Lorraine, l’Harmattan, 2004.
  • 28 AD Besançon, 2B, 185, fol. 314.
  • 29 Bibliothèque Municipale de Nancy, ms. 789 (128) Journal de Forget, p. 23.
  • 30 Au moment où le duc part en exil en 1634, son épouse Nicole est emmenée en cour de France, son frè (...)

13Pour justifier l’offensive sur les duchés, Louis XIII et Richelieu mettent en cause les agissements de Charles IV. En effet, du point de vue de la monarchie française, les griefs sont nombreux et le roi de France les mentionne longuement, dans le préambule de sa déclaration du 16 septembre 1634, qui installe une Cour Souveraine en Lorraine. Non seulement le duc a « donné retraittes aux rebelles de ce royaume et attiré notre frère duc d’Orléans dans son pais25 », mais il ne répond pas aux exigences du monarque, à propos du Barrois mouvant26. Autant de bonnes raisons qui servent la stratégie de Richelieu, obsédé par l’encerclement des Espagnols depuis les débuts de la guerre de Trente Ans. Pour le cardinal, l’occupation de la Lorraine, gouvernée par un duc plus que favorable à l’Empire, est le préalable indispensable à la lutte contre les Habsbourg27. En août 1633, le duché est envahi et Nancy tombe le 24 septembre de la même année. Charles IV passe du côté des Habsbourg, de la branche autrichienne tout d’abord puis, à compter de 1634/35, de la lignée espagnole et commence une longue période d’exil, à partir de janvier 1634. Au moment où il quitte les duchés en janvier 1634, il laisse le gouvernement à son frère, Nicolas-françois, pensant que les Français seraient plus conciliants avec ce dernier, et un « pays en larmes28 ». Il est impossible de savoir exactement combien de gentilhommes l’ont suivi, aussi doit-on se contenter d’approximations. Forget, médecin du duc au cours de ses campagnes, écrit que Charles IV se retire en Alsace, le 21 janvier 1634 accompagné « de beaucoup de noblesse » et au moment où son frère fuit la Lorraine à son tour, « il [Charles IV] se résolut pour plus haut dessein de sortir de Bourgogne avec quantité de nobles qui se donnaient l’honneur de le suivre29 ». D’après les Mémoires du marquis de Beauvau, les principaux représentants de l’ancienne chevalerie sont à ses côtés, tout au long de ces années de guerre. La détresse de ceux qui restent est d’autant plus grande que la famille ducale se disperse en 163430 et le roi de France, par l’intermédiaire de Brassac, nouveau gouverneur et lieutenant général de la Lorraine à partir du mois de novembre, leur impose de prêter serment de fidélité à l’occupant :

  • 31 BnF, ms. Lorraine 495, p. 94.

« Vous jurés promettés a Dieu de bien et fidellement servir envers tous et contre tous le Roy de france vostre souverain seigneur a cause de son duché et pays de Lorraine, Duché de Bar pays barrois et de ne rien entreprendre contre son service ny contre la seureté et conservation des villes et places desdits duchés et pays en l’obeissance de Sa Majesté mais de luy obéir et à ses ministres et officiers et ainsi que bons et loyaux subjects doivent faire et ainsi vous le jurés et promettés (de cœur comme de bouche sans aucune exception subtilité ni évasion mentale31). »

14C’est ainsi qu’à partir de septembre 1634, dans le cadre des bailliages, commence un long défilé devant les représentants du roi de France, où l’on voit des nobles, genoux à terre et la main sur l’évangile, jurer fidélité à Louis XIII. Le registre des serments, conservé à la Bibliothèque nationale de France, est la principale source qui permet de connaitre à la fois les modalités de mise en œuvre de cette procédure et l’identité des signataires. Sur les 5 500 signatures environ recueillies dans les trois grands bailliages, les nobles représentent moins de 2 % du total. Nombre d’entre eux sont issus de lignages illustres, ainsi Antoine de Lenoncourt, primat de Nancy, Gabriel de Ligniville, le comte de Tornielle, Charles de Stainville, doyen de la Primatiale, Errard du Châtelet, Henry de Tavagny (l’évaluation reste approximative car certains signataires se ravisent par la suite)… et au premier chef, Ferry d’Haraucourt, sieur de Chamblay, nommé bailli de Nancy le 2 novembre 1634. Ce dernier ne se contente pas de « s’accommoder » de la présence étrangère dans les duchés, il participe activement à la nouvelle administration des duchés. Lorsque le roi accorde l’entrée à quatre gentilhommes lorrains dans le Conseil Souverain en avril 1635, Haraucourt est le seul à y siéger et profite même des biens, confisqués à de nobles lorrains. À première vue, les « acceptants » ont pris le risque du déshonneur, dans le sens où ils ont substitué la fidélité au roi à celle due à Charles IV, mais il est permis de douter de la sincérité de l’engagement, compte tenu des conditions dans lesquelles s’effectue ce désaveu. Contrairement à ce que laisse croire la propagande, les Français agissent de manière autoritaire, au moins jusqu’en 1635.

  • 32 J. Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur, Le Sycomore, 1983, p. 35.

« Un serment qui n’est pas fait librement n’est pas plus contraignant qu’une parole d’honneur qui n’est pas donnée du fond du cœur. […] Le rituel du serment n’a aucune validité sans la ferme intention de celui qui s’y soumet32. »

  • 33 AD Moselle, B 2319, fol. 5.

15Ce passage du livre de J. Pitt-Rivers peut être transposé au cas de la noblesse lorraine en 1634 qui, dans l’ensemble, semble se soumettre sous la contrainte : Charles de Lenoncourt, Ernest de Lutzelbourg, le sieur de Tavagny demandent un délai supplémentaire pour venir s’acquitter du serment parce-qu’ils ne sont pas sur place, ou encore Charles-Emmanuel de Tornielle fait valoir une indisposition, mais ils doivent obtempérer, même avec du retard33. Les « acceptants » n’ont pas pour autant optés pour une autre fidélité mais, dans le désarroi provoqué par la guerre, et le vide politique créé par l’absence de la famille ducale, ils se sont retranchés sur la défense de leurs biens, gravement menacés par les désordres de la guerre. La conservation du patrimoine est une autre composante de la sauvegarde de l’honneur nobiliaire, plus personnelle, moins ambitieuse, moins tapageuse, mais nécessaire aussi pour la survie et la réputation de la famille. Depuis son exil, Charles IV, parlant des « personnes de condition », reste confiant :

  • 34 AD Besançon 3 F 96, lettre non datée.

« Je fais trop d’estime de leur générosité pour croire qu’ils ayent besoin d’autre exhortation que celle de l’honneur qu’ils professent, leurs action passées respondent des futures et nonobstant le mauvais exemple que l’ambition ou la lascheté de quelques uns pourrait produire dans les désordres du temps, nous ne croyons pas qu’il puisse estre suivy par les gens de bien ny par les sages34. »

  • 35 AD Besançon, 2 B 244, fol. 233.

16On le voit, Charles IV invite implicitement les gentilhommes à s’aligner sur le comportement des ancêtres et à respecter l’impératif du devoir, inhérent à leur condition, et synonyme d’honneur. Cette lucidité évidente du duc face aux désaffections réelles ou possibles, transparait dans d’autres de ses écrits durant ces années. Lorsqu’il est malade à Besançon en 1637, et incapable d’assurer la direction des troupes, il commande de « veiller à ce que les gens et soldats lorrains continuent en leur fidélité envers leur prince35 ».

  • 36 Condé est envoyé en Lorraine à partir de mai pour diriger la répression. Voir BnF, ms. Français 16 (...)

17À travers les multiples arrêts du Conseil Souverain, dirigés contre les réfractaires et motivés par « le mauvais dessein » des gentilhommes lorrains, on devine que la monarchie française se heurte à de sérieuses résistances locales. En effet, la menace de confiscation des biens, en cas de refus de prêter le serment, est réitérée le 26 juillet 1634 tandis que le 26 avril 1635, le Conseil Souverain est chargé d’établir une liste d’émigrés et un mois plus tard encore, le 22 mai, les gentilhommes doivent demeurer là où le roi leur impose36. La nomination de Charles IV à la fonction de général de la Ligue Catholique et sa participation à la victoire de Nördlingen le 14 juin 1634 ont contribué à réactiver la ferveur des chefs militaires à son égard.

  • 37 Dans les sources, ils sont nommés ainsi par opposition aux « acceptants ». Des membres de la famil (...)
  • 38 R. Mousnier, Les concepts d’« ordres », d’« états », de fidélité et de monarchie absolue en France (...)
  • 39 BnF, ms. Français 16 878, p. 61.

18Le registre des serments fait état de vingt-cinq nobles environ, dont les biens ont été confisqués pour cause de désobéissance aux ordres royaux ; ce sont les « refusants37 », ceux pour qui la « base de l’honneur c’est le sacrifice au bien de l’état38 ». À propos de la fuite du sieur d’Anderny, capitaine des gardes, en décembre 1634, vers les armées ducales, les Français procèdent à un inventaire de ses biens et espèrent bien qu’il « servira d’exemple à beaucoup d’autres gentilhommes qui meditoyent de faire le semblable39 ». Durant ces années, Richelieu inscrit le démantelement des châteaux lorrains dans sa stratégie militaire, abaissant ainsi le pouvoir féodal dans les duchés. On risque ses biens, sa vie, pour servir en tout honneur.

  • 40 AD Meurthe-et-Moselle 3F 16, fol. 113.
  • 41 L’expression est utilisée par Ph. Martin, Une guerre de Trente Ans en Lorraine 1631-1661, Nancy, 2 (...)
  • 42 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 2, p. 74.

19Le dévouement total des plus courageux a des effets durables sur le groupe familial puisque l’on voit, au début du XVIIIe siècle, le duc Léopold honorer tel ou tel gentilhomme, en souvenir de cette période cruciale ; ainsi M. de Lenoncourt, conseiller d’état et grand chambellan de Léopold au début de son règne rappelle que son grand-père, le comte de Lemont, avait non seulement vu ses biens confisqués par Louis XIII, mais avait trouvé la mort en 1641, au service de Charles IV. En guise de compensation, ce prince avait alors donné deux villages en Barrois à la famille qui procurent encore 4 000 francs barrois de revenu annuel aux petits-enfants de Lenoncourt, grâce au renouvellement de cette pension, accordée par le duc Léopold en 171140. En avril 1641, au moment du traité de St Germain qui redonne au duc ses états, « le temps d’un printemps41 », l’accueil triomphal que reçoit Charles IV en Lorraine est un beau témoignage de l’attachement des Lorrains à leur duc, confirmé par Henri de Beauvau, dans ses Mémoires : « Le peuple de Lorraine qui a toujours eu une espèce d’adoration pour ses princes, avait une si grande joie de revoir le duc42. »

  • 43 BM de Nancy, ms. 800, 114, p. 11.
  • 44 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 3, p. 116.
  • 45 ADMM, ms. 24 J 2, p. 87.

20Un deuxième épisode de la guerre européenne, plutôt inédit, provoque un autre conflit de l’honneur parmi la chevalerie lorraine. Charles IV, à force de manœuvres et de tergiversations pendant la Fronde, a éveillé la suspicion des Espagnols qui l’accusent d’intelligences avec l’ennemi et décident de l’arrêter, le 25 février 1654 à Bruxelles, et de l’emmener à Tolède où il est détenu jusqu’en 1659, « ravy à son Armée, à sa noblesse et à ses cours43 ». La situation est particulièrement confuse durant ces années car, à l’ingérence de l’Espagne et de la France dans cette affaire, se superposent la discorde entre les membres de la famille ducale, dont les intérêts et les inclinaisons sont opposés et l’inconstance des ordres de Charles IV depuis sa prison. Au moment de l’arrestation du duc, Philippe-Emmanuel de Ligniville, membre de premier plan de l’ancienne chevalerie, apparait comme l’homme de toutes les espérances. Issu d’une des quatre familles les plus illustres du duché et commandant en chef des armées de Lorraine durant la guerre, il est l’un des meilleurs généraux de son temps. Depuis sa prison, le duc lui ordonne un dévouement total : « mettez vous à feu et à sang et vous souvenez avec ardeur et fidélité de Charles de Lorraine44 ». Le gouverneur des Pays-Bas, Léopold-Guillaume, porte-parole de l’Espagne, lui demande de rester à son poste et « d’empescher que les trouppes ne s’escartent ou se débandent par occasion de cette nouveauté45 », en attendant l’arrivée du frère du duc, Nicolas-françois, reconnu comme le véritable souverain par les Espagnols. Emflammé par de telles sollicitations, Ligniville, adresse une lettre rassurante aux chefs de régiments, le 2 mars 1654 :

  • 46 Ibid., p. 94.

« La première chose que les officiers de l’armée et autres bons lorrains et serviteurs ont crû debvoir faire par touttes maximes de conscience et d’honneur a esté de se maintenir unis dans une ferme résolution de luy continuer leurs services, et à la sérenissime maison, sous la conduicte de l’Altesse Monseigneur le duc Nicolas-François46. »

  • 47 Ibid., p. 188 : copie d’une lettre de Charles IV d’avril 1655, signée Nicole, 25 juin 1655 : cet éc (...)

21La France de son côté, dès juillet 1654, fait habilement pression sur Ligniville, lui laissant croire qu’il a entre ses mains les moyens de procurer la liberté du prince lorrain. Par ailleurs, le bruit court que Charles IV inciterait ses troupes à se ranger du côté de Nicole, son épouse47. On peut imaginer le dilemme du gentilhomme lorrain. C’est dans cet imbroglio politique que se place, ce que l’historiographie lorraine appelle communément la trahison des deux colonels, Charles de Thomesson de Remenecourt (ou Remerecourt) et François-Charles de Mauléon, en décembre 1654 : le premier est un proche du duc, gentilhomme de sa chambre et fait colonel, et le second est issu d’une famille originaire de Guyenne, au service des ducs de Lorraine depuis le XVIe siècle. Nicolas-François, sous le choc de la nouvelle du passage de ces régiments du côté des Français, s’adresse aussitôt aux généraux colonels et officiers, en novembre 1654 :

  • 48 BnF, Lorraine 608, p. 142.

« Mrs les Généraux et officiers des troupes de S. A je ne doute point qu’aprenant la lacheté et perfidie des colonels Remenecourt et Mauléon vous n’en concevés toute l’horreur qu’un crime si détestable peut causer a des gens d’honneur, non tant pour la perte de personnes de si peu de considération et de mérite, ainsi qu’ils ont assé tesmoigné par une action si noire, que pour le prejudice qui en peut revenir à la nation qui n’avoit point encore produit d’exemple de cette nature48… »

  • 49 Les citations sont extraites de Réponse des Officiers de l’Armée de Son Altesse Serenissime de Lorr (...)
  • 50 La position de Charles IV à l’égard de la France est clairement affichée dans la lettre qu’il écri (...)
  • 51 N. Du Boys de Riocour, Histoire de l’emprisonnement de Charles IV duc de Lorraine, détenu par les (...)

22Condamné par le conseil de guerre, Remerecourt apparait comme le meneur, qualifié de « fourbe » et de « filou », tandis que Mauléon, « léger », se serait contenté de suivre. La conviction que la France avait semblé plus à même de sauver le duc aurait poussé les coupables à se détacher des Espagnols, si l’on en croit la défense des deux gentilhommes ; ils insinuent même que d’autres auraient renoncé à les suivre, uniquement par peur de perdre les gratifications distribuées par l’Espagne. Ligniville est probablement visé ici, mais ses défenseurs s’empressent de rappeller que ce dernier « est incapable de toute autre tentation, que celle de l’honneur49 ». Autrement dit, le zèle seul pour Charles IV serait à l’origine de cette désertion. Sincère ou non, l’argument utilisé par les « traîtres » montre bien que dans cette affaire, la fidélité au duc et donc l’honneur de la chevalerie, sont en cause et qu’on ne sait plus très bien quelle conduite adopter pour les préserver. Toujours est-il que les deux hommes, condamnés à mort, finissent par être graciés par Charles IV, au moment de sa libération, et réhabilités dans leurs honneurs. Dans les mois qui suivent, l’attitude du duc est pour le moins ambigüe. Sans doute jaloux de la popularité de son frère Nicolas-François, il se montre très critique à son égard et demande fermement à ses plus fidèles serviteurs d’obéir à la princesse Nicole, son épouse, en juillet 1655 tandis que dans le même temps quasiment, il signe un traité avec l’Espagne, dans lequel il s’engage à céder ses troupes au Habsbourg50. Forte de cet engagement, l’Espagne veut imposer un serment aux régiments lorrains mais Nicolas-François refuse, déclarant que les troupes lorraines préfèreraient « se tailler plustost mille fois en pièces que de faire cette brèche à leur honneur51 ». Désorienté, ne sachant plus à quelle fidélité se vouer, Philippe-Emmanuel de Ligniville, reste prudent et préfère attendre des ordres plus explicites de la part de son prince. Finalement, en novembre 1655, Haraucourt anticipe le mouvement vers la France, suivi de Nicolas-François et de Ligniville. Ainsi, de 1655 à 1659, les Lorrains se battent sous les ordres de Louis XIV et on peut s’étonner, avec le marquis de Beauvau, de ce curieux destin de la dynastie régnante :

  • 52 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 3 p. 150.

« Quelles étranges conjonctures d’affaires de voir un souverain prisonnier par les mains d’un roi pour le service duquel il s’étoit perdu, et son frère réduit encore par ses troupes ordres de passer à celui d’un autre roi, qui était son ennemi et qui l’avoit entièrement dépouillé de ses états52. »

  • 53 Qu’il s’agisse des différents membres de la famille ducale, ou de Ph.-E. de Ligniville, chacun pré (...)
  • 54 Entre juillet et octobre 1655, il hésite sur la conduite à tenir et ce moment de flottement lui va (...)
  • 55 N. Du Boys de Riocour, Histoire de l’emprisonnement de Charles IV duc de Lorraine, détenu par les (...)
  • 56 N. Du Boys de Riocour, op. cit., p. 85.
  • 57 R. Mousnier, art. cit., p. 304.

23Jamais autant que durant ces cinq années d’absence du duc, la fidélité, l’obéissance et par conséquent l’honneur, n’ont été autant mobilisés dans les duchés. Les protagonistes recommandent d’agir dans le sens « du bien et de l’honneur de l’estat et de toute la nation » et en appellent aux « gens d’honneur et bons Lorrains », laissant entendre que seule la fidélité au duc est garante de l’honneur53. Mais comment démêler le nœud fait de ces deux impératifs, si étroitement et naturellement liés au sein du second ordre, l’obéïssance et l’honneur, quand la conduite du prince est contradictoire, voire incohérente ? Même la confiance de Philippe-Emmanuel de Ligniville, dont le dévouement au duc est connu de tous, est parfois mise en cause54. Si chacun prétend agir dans les intérêts du prince, les voies empruntées dans ce sens sont diverses. Dans cette confusion politico-militaire, l’honneur ne peut plus s’identifier à un sentiment collectif et devient davantage une affaire de conscience personnelle, guidée par l’urgence de la situation. Sans aller jusqu’à affirmer que ces quelques cas de dissidences connus sont simplement le résultat d’un malentendu ou d’une incompréhension entre les différents intéressés, il semble que la désaffaction à l’égard du duc ne doive pas être surestimée durant cette période. Le phénomène est difficile à mesurer pour l’historien, car, en dehors des quelques noms évoqués plus haut, si les sources laissent entendre que la noblesse n’est pas un unie dans la défense de la cause princière, elles restent souvent évasives : le conseiler N. Dubois, négociateur pendant la captivité du duc, évoque dans une lettre envoyée à Charles IV à Tolède, « tous ceux qui ont erré55 » ou encore Charles IV prévient-il : « ceux qui ont bien fait, en auront de la gloire et de l’honneur et ceux qui ont fait le contraire sont assez punis de leur honte56 ». En 1659, on peut dire que les principaux chefs de l’armée lorraine sont restés fidèles au duc, sans pouvoir affirmer s’il s’agit d’un choix idéologique ou d’une position conforme à une éthique lignagère. Si « l’homme fidèle doit épouser toutes les croyances, toutes les volontés et tous les intérêts de son maître », R. Mousnier ajoute que « la réciprocité est formelle, bien qu’implicite57 ». Autrement dit, le souverain doit, en retour, aider le gentilhomme à accroître son honneur, lui permettre de le servir, conforter ainsi sa réputation et le combler d’honneurs. Cependant, au fil du temps, le duc de Lorraine est apparu de plus en plus comme un souverain aventureux, autoritaire et égoïste, fort éloigné de l’image du prince protecteur et reconnaissant.

Les blessures de l’Honneur : une noblesse désenchantée

24Une fois la masculinité du royaume acceptée par les états Généraux en 1626 et donc la légitimité de Charles IV reconnue, le duc a affiché des tendances absolutistes et a cherché à diminuer les prérogatives de l’ancienne chevalerie, touchant ainsi à son honneur. Dès avril 1627, il a introduit des conseillers gradués à sa nomination au tribunal des Assises et à partir de 1629, les états Généraux n’ont plus été réunis. Lorsque Louis XIII a instauré le Conseil Souverain, en septembre 1634, il n’a pas prononcé ouvertement la fin de l’institution mais, dans la mesure où le roi a étendu les compétences judiciaires de ses conseillers à toute l’étendue des duchés et à tous les domaines, les Assises ont disparu de fait. Le roi de France pouvait difficilement laisser fonctionner une institution aussi puissante, où agissaient les familles les plus influentes des duchés et les plus dangereuses, par temps de guerre :

  • 58 BnF, ms. Fr. 16 878, p. 79.

« Il serait honteux au Roy et dangereux pour son service de permettre à la face du Gouverneur et du conseil Souverain telles assemblées où sans doubte il ne se traicteroit Rien moins que de Vuider des affaires particulières et qui seroyent composées par pères oncles et autres parentz dont la pluspart des enfants mesmes et cousins Germains assistent l’Ennemy du Royaume de leurs courages et leurs biens, comme Bassompierre, Ludres, Renoncourt le jeune, les deux Chamblay nepveux dudit Chamblay, Rachecourt, d’Anderny, les principaux et plus remarquables de ladite province58. »

  • 59 C’est le point de vue, par exemple, de Ph. Martin, Une guerre de Trente Ans en Lorraine, op. cit.
  • 60 A. Calmet, op. cit., t. II, p. XV.

25Pour l’ancienne chevalerie tenue au service armé dans la guerre qui vient de commencer, la sauvegarde de ses privilèges n’est sans doute pas la priorité et de plus, elle a toutes les raisons de compter sur le duc, une fois la paix revenue, pour rétablir l’ordre institutionnel. Cependant, lorsqu’il recouvre ses états en 1641, grâce à « la petite paix » de St Germain, il fait fi de cet impératif et instaure un tribunal supérieur, dont les membres sont issus de l’ancien parlement de Saint-Mihiel (supprimé en 1635) et connu sous le nom de cour ambulatoire car jusqu’en 1660, il siège dans différentes villes des duchés. Les historiens s’accordent pour dire que cette institution, toute dévouée au duc, incarne la réalité et la légitimité de l’autorité souveraine du prince et que, d’une certaine manière, Charles IV en a fait un bastion de la résistance lorraine59. En 1641, des voix s’élèvent au sein de la chevalerie mais elles sont couvertes par le bruit des armes et l’urgence de la situation fait avorter les protestations. Avec le retour de la paix en 1661, la chevalerie lorraine, plus virulente cette fois, prend l’initiative de se réunir à Liverdun – ville française dans le ressort de l’évêché de Toul –, pour envisager le rétablissement de ses droits. Dans leur réquisitoire, les gentilhommes font valoir le serment prêté au moment de l’avènement des ducs, mais Charles IV coupe court et impose l’exil aux meneurs, le baron de Saffres et M. de Ludres. Le premier est issu d’une famille originaire de Franche-Comté, au service des ducs depuis Charles III et Paul de Ludres est le représentant d’une famille dont les origines remontent au XIIIe siècle. Le père de ce dernier, Henri de Ludres, avait déjà été condamné à la prison perpétuelle en 1629, pour des propos irrespectueux tenus à l’égard du duc. Selon les contemporains, les nobles ont alors signé leur requête en rond, afin « de dérober au Prince les Chefs de parti, et qu’on ne pût discerner qui auroit signé le premier60 ».

  • 61 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 4, p. 187.
  • 62 ADMM, 3F 239, 10 : mémoire de 32 p. (s. d. ni auteur), intitulé : Discours sur la suppression des (...)

26À deux autres reprises, les gentilhommes tentent de se faire entendre, mais le duc ne leur accorde aucune discussion, donnant cette impression amère au marquis de Beauvau que « le Duc avoit conçu le dessein depuis longtemps de supprimer les Privilèges de la Noblesse et de gouverner avec une autorité absolue61 ». Autant les malheurs de la guerre pouvaient expliquer la disparition du tribunal, autant le refus de le rétablir apparait comme la preuve évidente de l’ingratitude de Charles IV. Privé d’un honneur ancestral, la chevalerie lorraine se replie dans son idéologie et le fossé se creuse davantage avec le reste de la population et en particulier, avec les nobles de création. C’est sans doute l’un d’eux qui rédige, au XVIIIe siècle, un Mémoire pour justifier la fin des Assises, dans lequel il prend ouvertement parti pour le prince. L’auteur, anonyme, affirme que cette juridiction n’est qu’« une commission simple permise et attribuée par honneur » et même s’il ne peut nier la reconnaissance des Assises par la Coutume, cela ne lui donne aucune légitimité historique puisque la Coutume n’a pas d’autorité vis à vis du duc, selon lui62. Dans ces années 1660, l’enjeu est de taille puisque l’ancienne chevalerie est privée d’un pouvoir, anachronique certes mais réel, et de l’emblème le plus représentatif de sa supériorité dans les duchés.

  • 63 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 1, p. 61.
  • 64 Ibid., livre 2, p. 99.

27Alors que les gentilhommes lorrains s’agrippent à leurs prérogatives passées, incapables de se résigner à l’idée que l’âge d’or est derrière eux, Charles IV est sur le point d’abandonner le sort de la Lorraine à l’ennemi d’hier, le roi de France. Ce décalage entre les aspirations de l’ancienne chevalerie et l’attitude du duc, déjà perceptible dans les années passées, est au paroxysme en 1662. L’image d’un prince lointain s’est dessinée et précisée au fil de ces années de guerre. Le duc, contraint à l’exil, est absent, physiquement d’abord, durant de longues périodes, mais il semble surtout éloigné des préoccupations des gentilhommes, dont la priorité est de retrouver l’indépendance des duchés. En 1634 déjà, le marquis de Beauvau note, que la Lorraine est « ruinée et abandonnée de son duc qui ne pensait qu’à être amoureux de la princesse de Cantecroix63 » et laisse entendre que Charles IV avait d’autres choix que celui de quitter ses états. Après le traité 1641, le même auteur déplore le peu d’empressement de Charles IV à regagner ses terres : « Mais il semble que le Duc n’auroit pas désiré de retourner même dans ses états, tant il avoit d’attachement aux Plaisirs de Bruxelles64. » Les frasques du prince, ses multiples aventures amoureuses, son goût pour les divertissements dépassent l’anecdote car pour ses contemporains ces traits de sa personnalité sont suffisamment marqués pour influencer certains de ses agissements. Seul nous importe ici le ressenti de son entourage et ce qui ressort est bien l’impression d’un prince peu soucieux de ses états et de sa noblesse. L’abandon devient une réalité lorsque Charles IV signe le traité de Montmartre avec Louis XIV, le 6 février 1662. De retour de captivité, le duc s’attarde à Blois puis à Paris, occupé à faire échouer un mariage entre son neveu Charles et Mlle de Montpensier. Vieillissant et préocccupé par sa succession, il préfère abandonner ses états à une puissance étrangère plutôt que de voir son neveu ravir le trône à son seul fils, bâtard, Charles-Henri, comte de Vaudémont. à la consternation générale, le traité de Montmartre fait de Louis XIV l’héritier de la Lorraine, hisse les princes de Lorraine au rang de princes du sang et octroie une pension de 100 000 écus au duc. Son neveu Charles, visé par cette offensive, tente de mobiliser « l’honneur et la fidélité » de « Messieurs de l’ancienne chevalerie », auxquels il adresse aussitôt une lettre :

« le rang que vous tenez en Lorraine et l’honneur que vous avez conservé dans vos familles par les preuves signalées de vostre fidélité et de votre valeur pendant les guerres dernières ne me permettent pas de douter que vous n’agissez avec la même générosité dedans la malheureuse occasion… »

  • 65 ADMM, ms. 3F 16, fol. 112.

28et exhorte la noblesse à résister par tous les moyens « voyes de declaration, oppositions et autres qui vous seront possibles à l’exécution dudit traité65… »

29L’affolement de l’héritier présomptif est d’autant plus grand lorsqu’il apprend que des gentilhommes de l’ancienne chevalerie, dont une députation vient d’être refoulée par le duc une nouvelle fois, se laissent séduire par le roi de France et seraient sur le point de passer dans l’autre camp :

  • 66 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 4, p. 230.

« Les plus mutins de ces messieurs commencent des pratiques en sous main avec les hommes du roi de France. Le roi les soutient et autorise les Gentilhommes à s’assembler à Pont-à-Mousson ou à Nancy et même d’y tenir leur justice et leurs assises comme d’ancienneté66. »

  • 67 La cour de Saint-Mihiel déclare le traité nul le 20.2.1662, rappelant que le prince ne peut aliéne (...)
  • 68 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 4, p. 231.

30Soit par un sursaut de lucidité, soit effrayé devant le tollé que soulève ce traité, autant du côté des institutions française et lorraine67, que des individus, Charles IV se rétracte et donne en compensation Marsal au roi de France en 1663. Sur le plan juridique l’affaire est classée, mais elle affecte immanquablement les liens entre Charles IV et la noblesse, dont on sait qu’ils comportent une dimension affective et personnelle importante. Rassurés de voir le duc se raviser et sans doute aussi impatients de retrouver l’ordre, ils se sont, pour la plupart, à nouveau ralliés, « restant encore aux principaux de la noblesse de véritables sentiments d’honneur et de fidélité pour leurs princes naturels68… » En effet, les membres les plus illustres de la chevalerie sont aux côtés du duc lorsque celui-ci s’apprête à faire la guerre à l’électeur palatin, en 1666 puis en 1668, ou en 1670, au moment où les Français occupent une nouvelle fois la Lorraine et qu’il se réfugie dans les Vosges, entouré de sa noblesse ; est-ce le sens du devoir ou l’attachement au duc, voire « l’idolâtrie de ses princes », selon une formule de Beauvau, qui guide ces individus ? Toujours est-il que cette fidélité force l’admiration de Louis XIV au moment de la guerre de Hollande :

  • 69 Ibid., livre 7, p. 371.

« dans le dessein qu’il avait pris d’embarquer à son service les principaux de la noblesse du païs, il fut surpris de voir leur constance à ne point prendre les armes pour un parti contraire à celui de leur prince. Il ne laissa pas néanmoins de faire beaucoup d’accueil à toutes les personnes de qualité, qui lui allèrent faire la révérence, ne pouvant blâmer le zèle et la fidélité qu’ils avaient pour le duc, au milieu de l’indigence69 ».

  • 70 A. Calmet, op. cit., t. IV, p. 89.

31Pourtant, l’honneur de la chevalerie lorraine est blessé. Nul autre témoignage que le livre de Henri de Beauvau, ne rend mieux compte des fêlures de l’honneur nobiliaire. L’auteur, issu de la fine fleur de la noblesse lorraine et dont le service auprès des ducs est irréprochable depuis le XVe siècle, est si critique à l’égard du prince, dans ses Mémoires, que Dom Calmet peine à croire qu’il en est l’auteur et le père Donat, confesseur de Charles IV, est scandalisé par ces « écrits injurieux70 » Le mémorialiste a participé aux campagnes de Charles IV dans les années 1630, puis à partir de 1655. En 1649, les désordres dans les duchés sont tels qu’il est obligé de quitter ses terres et à partir de 1652, on le retrouve à Vienne, en qualité de précepteur des enfants de Nicolas-François. Comme beaucoup de Mémoires, le récit, destiné ici à son élève, le futur Charles V, a une visée pédagogique :

  • 71 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., préface.

« On y trouvera de quoi instruire non seulement les princes de sa maison : mais peut-être encore ceux des Maisons étrangères qui pourront profiter de ce qu’ils remarqueront d’héroïque et de relevé dans son génie, et fuir ce qui leur semblera digne de blâme71. »

  • 72 Cette impression est confirmée par l’étude menée par Th. Porcuzek dans son mémoire de Master 2, di (...)

32Chacun peut donc se faire une idée, mais les griefs à l’égard de Charles IV sont si criants que le ton respectueux utilisé par l’auteur, envers son maître, masque mal son sentiment d’injustice et son accusation, à peine couverte72 : ce prince a bel et bien contribué à dégrader et déshonorer son ordre. Les malheurs du temps ont considérablement affaibli ce corps certes, mais les offensives répétées de Charles IV à l’égard des gentilhommes et son manque de reconnaissance ont achevé de les diminuer. C’est probablement dans cet état d’esprit que Beauvau répond à la sollicitation de l’électeur de Bavière en 1668, pour aller le servir en qualité de précepteur, jusqu’en 1680, mais Henri de Beauvau n’exprime son ressentiment qu’à partir de cette date, au moment où il se met à rédiger ses Mémoires, soit après la mort de Charles IV. Ses deux fils, Louis et Paul servent dans les armées du prince allemand.

  • 73 Voir à ce sujet l’article de L. Bourquin, « Comprendre une prise de parti au temps des guerres de (...)

33Au moment de l’occupation française en 1670, on voit le marquis de Haraucourt et son fils partir, à leur tour, vers l’électeur de Bavière ou encore Anne-François de Bassompierre, neveu du célèbre mémorialiste pro-français, s’engager aux côtés de l’empereur. Les mobiles de ces engagements envers les puissances étrangères sont difficiles à décrypter pour l’historien car ils font intervenir divers paramètres73. Certes, la situation de la Lorraine, à nouveau emportée dans les affres de la guerre, à partir des années 1670, ne permet plus aux jeunes générations d’assouvir leur désir de carrière et de gloire, indispensables à la survie de leur nom, mais on devine aussi que le duc, connu pour ses revirements et, vieillissant de surcroit, a perdu son pouvoir rassurant et fédérateur et de ce fait ne parvient plus comme jadis à retenir sa noblesse. Est-ce cette lucidité qui déjà, en 1663, a incité le duc à octroyer des charges aux enfants des anciens chevaliers :

  • 74 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., p. 244.

« considérant que n’étant pas trop bien instruits des intérêts de la noblesse, ils se contenteraient de leur fortune présente sans se soucier de leur perte principale, et qu’ainsi il en serait moins importuné que des Pères, qui digeroient d’autant plus malaisément la suppression de leurs Privilèges, qu’ils en avaient joui avec beaucoup d’honneur et de lustre avant la guerre74 ».

  • 75 Lorsque Ferry d’Haraucourt choisit la cause française en 1634, il bafoue la tradition de fidélité (...)
  • 76 L. Febvre, Honneur et patrie, Paris, Perrin, 1996, p. 90.

34Autrement dit, le duc compte sur l’ambition des jeunes générations et sur le temps pour faire oublier sa part de responsabilité dans l’affaiblissement de la noblesse. Il tente d’éveiller l’honneur personnel et de diviser la chevalerie, sachant que pendant cette période de chaos, les prises de position individuelles ont mis à mal l’unité des familles75, mais c’est négliger que l’individu est ancré dans un groupe et que « le sentiment du lignage reste un sentiment référentiel fort76 ». On ne s’en écarte jamais sans déchirement.

35Dans ce petit état du XVIIe siècle, la quête d’honneur(s) des gentilhommes lorrains mène inévitablement au duc : le prince donne la reconnaissance, octroie les bienfaits et suscite la fidélité. Or, durant le règne de Charles IV, cette voie est entravée par la guerre, la présence étrangère et par les offensives ducales. Le duc privilégie ses intérêts personnels et dynastiques au détriment de l’ancienne chevalerie, voire même de l’indépendance des duchés. Ce comportement hostile fait naitre des conflits d’honneur, qui affectent autant les convictions personnelles que les consciences familiales, au sein du second ordre. Il semble toutefois que la fidélité à la famille régnante reste la norme pour une grande partie des gentilhommes, acceptant de céder une part de leur identité à la cause du prince. Dans ce corps conservateur, l’impératif du service, transmis par la mémoire lignagère, dicte la conduite. Même si le devoir d’obéissance impose le silence, le ressentiment traverse l’ensemble du groupe, car aucun seigneur ne sort indemme de ces années de sacrifices. Certains gentilhommes osent s’affranchir du groupe, de la tradition, et exprimer leur désaccord par la protestation, voire l’éloignement, symbolique ou réel. Le marquis de Beauvau s’est fait le porte-parole de son ordre, et ses Mémoires contiennent en filigrane la trace des blessures de l’honneur, subies par les siens, durant le règne de Charles IV.

36Une fois l’ordre retrouvé dans les duchés à partir de 1698, le duc Léopold, conscient que le désenchantement peut conduire au détachement, doit déployer une grande générosité, afin de rétablir la confiance parmi l’ancienne chevalerie et consolider une fidélité ébréchée.

Notes

1 Selon les sources, « l’ancienne chevalerie » lorraine est composée de 40 à 50 lignages à cette époque.

2 Voir à ce sujet le discours de Ph.-E. de Ligniville au moment de l’entrée de Charles IV à Nancy, le 1.3.1626, décrite dans ms. Lorraine 459, fol. 78 (BnF), ou encore dans le texte du serment prononcé par le duc Henri II le 20.4.1610, ADMM, 96 J. 18, p. 137 (Archives Départementales de Meurthe-et-Moselle).

3 L’intendance de Lorraine et Barrois à la fin du XVIIe siècle. Édition critique du Mémoire « Pour l’instruction du duc de Bourgogne », éditions du Comité des Travaux Histoires et Sciences, Paris, 2006, par M.-J. Laperche-fournel. Le chapitre V est consacré à une présentation de la noblesse, p. 241-264.

4 A. Calmet, Histoire de la Lorraine, Nancy, A. Leseure, 1745-1757, tome V, p. ccxxvj.

5 L’union de la Lorraine et du Barrois est réalisée entre 1431 et 1435.

6 Dans son livre, Histoire de l’Ancienne Chevalerie, Nancy, 1870, l’auteur le laisse entendre ; or, le duc Antoine (1508-1544) s’est contenté de demander l’assentiment à une dizaine de familles, au moment de la négociation pour l’autonomie avec l’empereur Ferdinand en 1542.

7 La formule est souvent reprise dans les Lettres Patentes, par exemple, dans le registre B 214 (ADMM), qui renferme des lettres de récompense, octroyées par le duc Léopold (1698-1729) au début de son règne.

8 BnF, ms. français 16 878, fol. 31, Mémoire touchant les Assises.

9 A. Calmet, op. cit., t. V, p. ccxlvij.

10 BnF, ms. français 16 878, fol. 77v, op. cit.

11 M. Cuenin, La dernière amazone. Madame de Saint Baslemont, Nancy, 1992, p. 13.

12 A. Calmet, op. cit., t. V, p. ccxxvi.

13 BnF, ms. français 16 878, fol. 78.

14 Il s’agit toujours d’un personnage illustre. La charge est détenue par la famille de Bassompierre depuis 1540.

15 L. Febvre, Honneur et patrie, Paris, Perrin, 1996, p. 63.

16 L. Bourquin, « Les carrières militaires de la noblesse au XVIIe siècle : représentations et engagements », La noblesse de la fin du XVIe au début du XXe siècle, un modèle social ?, J. Pontet, M. Figeac Boisson (éd.), Anglet, Atlantica, 2002, t. 1, p. 271-287.

17 BnF, ms. Lorraine 478, fol. 1.

18 ADMM, 4F, 4, fol. 239.

19 ADMM, B 188, p. 56.

20 L. Febvre, op. cit., 310 p.

21 Mémoires du marquis de Beauvau, Cologne, 1691.

22 Sont reconnues comme telles par tous les contemporains.

23 À la fin du 1er livre de ses Mémoires qui couvrent les années 1635-1640, l’auteur signale la mort des « principaux chefs Messieurs de Florainville, de Lemont, d’Haraucourt, de Ville, de Ragecourt, de Tantonville, de St Balmont, des Armoises, de neuville, de Richardménil, de Choiseul, de Stainville, de Bildestein et autres ».

24 Nous avons pu faire ce constat à partir de nombreux états de la Maison des ducs, au XVIIe et au début XVIIIe siècles, conservés aux ADMM dans la série B.

25 BnF, ms. Français 16 878, fol. 1.

26 Par le traité de Bruges de 1301, le roi de France a obligé le duc à se reconnaitre vassal pour les territoires situés à l’Ouest de la Meuse, le Barrois mouvant. Louis XIII, qui n’accepte pas la masculinité des duchés, exige le serment de la princesse Nicole. Ce contentieux conduit le roi à prononcer la saisie de ce territoire le 26 juin 1633, par défaut d’hommage.

27 M.-C. Vignal-souleyreau, Richelieu et la Lorraine, l’Harmattan, 2004.

28 AD Besançon, 2B, 185, fol. 314.

29 Bibliothèque Municipale de Nancy, ms. 789 (128) Journal de Forget, p. 23.

30 Au moment où le duc part en exil en 1634, son épouse Nicole est emmenée en cour de France, son frère Nicolas-François part en Toscane puis à Vienne et sa sœur Henriette est à Bruxelles.

31 BnF, ms. Lorraine 495, p. 94.

32 J. Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur, Le Sycomore, 1983, p. 35.

33 AD Moselle, B 2319, fol. 5.

34 AD Besançon 3 F 96, lettre non datée.

35 AD Besançon, 2 B 244, fol. 233.

36 Condé est envoyé en Lorraine à partir de mai pour diriger la répression. Voir BnF, ms. Français 16 878 ou AD Moselle, B 2319, fol. 73.

37 Dans les sources, ils sont nommés ainsi par opposition aux « acceptants ». Des membres de la famille ducale sont touchés ainsi que de grandes maisons telles que les De Salle, Honestein, Serocourt, Mercy, Gournay de Friauville, Florainville père et fils.

38 R. Mousnier, Les concepts d’« ordres », d’« états », de fidélité et de monarchie absolue en France de la fin du XVe siècle à la fin du XVIIIe siècle, Revue Historique, 1972, 502, p. 297.

39 BnF, ms. Français 16 878, p. 61.

40 AD Meurthe-et-Moselle 3F 16, fol. 113.

41 L’expression est utilisée par Ph. Martin, Une guerre de Trente Ans en Lorraine 1631-1661, Nancy, 2002, p. 271, pour souligner le court répit procuré par ce traité de St Germain (quelques mois).

42 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 2, p. 74.

43 BM de Nancy, ms. 800, 114, p. 11.

44 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 3, p. 116.

45 ADMM, ms. 24 J 2, p. 87.

46 Ibid., p. 94.

47 Ibid., p. 188 : copie d’une lettre de Charles IV d’avril 1655, signée Nicole, 25 juin 1655 : cet écrit vient confirmer ultérieurement la rumeur.

48 BnF, Lorraine 608, p. 142.

49 Les citations sont extraites de Réponse des Officiers de l’Armée de Son Altesse Serenissime de Lorraine, à la Lettre des Colonels de Remenecourt et Mauleon ; à present deserteurs et condamnez par l’Eguemine Generalle de l’Armée, et Arrest de la Cour de Parlement, en qualité de Subjets (ADMM, ms. 24 J 22). Ligniville, pensionné de l’Espagne passe pour un pro-Espagnol.

50 La position de Charles IV à l’égard de la France est clairement affichée dans la lettre qu’il écrit le 25 juillet 1655 à son épouse Nicole : ADMM, ms. 24 J, 178. Par ailleurs, en octobre de la même année, il fait savoir à son frère qu’il cède ses troupes à L’Espagne : BM Nancy, ms. 800, 114, p. 73.

51 N. Du Boys de Riocour, Histoire de l’emprisonnement de Charles IV duc de Lorraine, détenu par les Espagnols, Cologne, 1691, p. 94.

52 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 3 p. 150.

53 Qu’il s’agisse des différents membres de la famille ducale, ou de Ph.-E. de Ligniville, chacun prétend agir au nom de l’honneur et compte sur l’honneur et la fidélité de la chevalerie. Le terme revient abondamment dans leurs écrits durant ces années.

54 Entre juillet et octobre 1655, il hésite sur la conduite à tenir et ce moment de flottement lui vaut d’être soupçonné d’être favorable à l’Espagne.

55 N. Du Boys de Riocour, Histoire de l’emprisonnement de Charles IV duc de Lorraine, détenu par les Espagnols, Cologne, 1691, p. 84.

56 N. Du Boys de Riocour, op. cit., p. 85.

57 R. Mousnier, art. cit., p. 304.

58 BnF, ms. Fr. 16 878, p. 79.

59 C’est le point de vue, par exemple, de Ph. Martin, Une guerre de Trente Ans en Lorraine, op. cit.

60 A. Calmet, op. cit., t. II, p. XV.

61 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 4, p. 187.

62 ADMM, 3F 239, 10 : mémoire de 32 p. (s. d. ni auteur), intitulé : Discours sur la suppression des assises qui se tenaient du passé par les Gentilhommes de l’ancienne chevalerie.

63 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 1, p. 61.

64 Ibid., livre 2, p. 99.

65 ADMM, ms. 3F 16, fol. 112.

66 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 4, p. 230.

67 La cour de Saint-Mihiel déclare le traité nul le 20.2.1662, rappelant que le prince ne peut aliéner les duchés car il en est seulement l’usufruitier. De son côté, le parlement de Paris s’insurge contre cette décision qui fait renaître les prétentions des Guise.

68 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., livre 4, p. 231.

69 Ibid., livre 7, p. 371.

70 A. Calmet, op. cit., t. IV, p. 89.

71 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., préface.

72 Cette impression est confirmée par l’étude menée par Th. Porcuzek dans son mémoire de Master 2, dirigé par Ph. Martin, en 2007 et intitulé, Etude du discours du marquis de Beauvau d’après ses Mémoires.

73 Voir à ce sujet l’article de L. Bourquin, « Comprendre une prise de parti au temps des guerres de religion : la biographie de Robert de La Vieuville », Histoires de vies, Actes du colloque de l’association des historiens modernistes des universités, 1994, bulletin no 19, p. 15-31. L’auteur insiste sur la complexité des mobiles qui peuvent motiver un engagement et sur la nécessité de prendre en compte aussi la dimension psychologique.

74 Mémoires du marquis de Beauvau, op. cit., p. 244.

75 Lorsque Ferry d’Haraucourt choisit la cause française en 1634, il bafoue la tradition de fidélité de la famille aux ducs. Autre exemple : dans le registre du serment, on identifie un Jean Des Armoises du côté des « acceptants » tandis qu’un Des Armoises voit, par ailleurs, ses biens confisqués, c’est le cas aussi des Lenoncourt et de bien d’autres familles.

76 L. Febvre, Honneur et patrie, Paris, Perrin, 1996, p. 90.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540