Version classiqueVersion mobile

Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne

 | 
Hervé Drévillon
, 
Diego Venturino

Première partie. Raisons de l’honneur

« L’honneur est à Coblence ! » L’honneur national dans les débats sur la guerre (1790-1792)

Marc Belissa

Texte intégral

  • 1 Smith J., « Un discours aristocratique sur le patriotisme dans les années 1770 », dans Monnier R. (...)
  • 2 Dziembowski E., Un nouveau patriotisme français 1750-1770. la France face à la puissance anglaise (...)
  • 3 Mably G. B. de, Principes des négociations pour servir d’introduction au Droit Public de l’Europe,(...)

1À partir de la guerre de Sept Ans, l’idée d’honneur national est investie par l’idéologie patriotique, qu’elle soit nobiliaire comme celle qui est décrite par l’historien Jay Smith1, ou bien à vocation universelle, comme celle de la plupart des tenants des Lumières. L’honneur national est souvent associé dans le discours patriotique « monarchiste » ou « loyaliste » à la puissance de la nation et à sa gloire militaire2, tandis que pour les courants « républicains » ou partisans d’une monarchie limitée, l’idée d’honneur national renvoie surtout au respect de la parole publique et de la morale entre les nations. Ainsi, chez Mably, le respect des engagements, et en particulier l’observation scrupuleuse des traités qui lient les souverains entre eux, l’attention accordée au droit des gens et des nations, la défense de la liberté, dessinent un honneur national pacifique, rejetant la vaine gloire du conquérant pour s’appuyer sur la réciprocité des droits des peuples. Le « véritable » honneur national coïncide avec le « véritable » intérêt national, c’est-à-dire avec la liberté et la justice3.

  • 4 Secondat C. L. de, baron de Montesquieu, Lettres persanes, Paris, Gallimard, Folio, 1973, p. 222, (...)
  • 5 Rousseau J. J., Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes dans Œuvr (...)

2Pour une grande partie des philosophes des Lumières, l’association de l’honneur national et de la gloire militaire (en particulier celle de la noblesse) n’est rien d’autre que la manifestation des « préjugés » aristocratiques. L’honneur du militaire, l’honneur du conquérant sont particulièrement visés par ceux pour lesquels la valeur suprême est la paix. Ainsi, Montesquieu ou le baron d’Holbach critiquent vivement les guerres entreprises pour le point d’honneur, fustigent l’honneur guerrier et l’esprit martial dans lesquels les rois sont élevés, Voltaire se désole que l’honneur du patriote consiste à élever sa patrie au détriment des autres peuples4. Rousseau déclame contre les « préjugés horribles qui placent au rang des vertus l’honneur de répandre le sang humain5 ».

3Les hommes de la Révolution, et, bien entendu, les Constituants, puis les Législateurs, sont nourris de ces conceptions contradictoires de l’honneur national. Lors du débat de mai 1790 sur le droit de paix et de guerre, le clivage entre le « côté gauche » et le « côté droit » de la Constituante reproduit assez nettement les divergences entre les deux approches que je viens d’évoquer, mais sous la Législative, l’instrumentalisation de l’idée d’honneur national par les Brissotins-Girondins dans le débat sur la guerre à partir d’octobre-novembre 1791 dessine une nouvelle configuration dans laquelle les bellicistes reprennent à leur compte une conception très militaire de l’honneur de la nation. En réaction à cette utilisation, les anti-bellicistes comme Robespierre, Marat, Desmoulins ou les périodiques comme L’Orateur du Peuple et les Révolutions de Paris affirment avec vigueur une critique radicale de l’honneur comme valeur constitutive de la nation.

Honneur national ou respect du droit des gens ?

4On sait que le débat sur le droit de guerre et de paix qui agite l’Assemblée constituante et l’opinion du 15 au 22 mai 1790 commence lorsque l’Espagne demande l’aide de la France en vertu du Pacte de Famille et en réponse aux armements décidés par le cabinet anglais, suite à l’affaire de Nootka. Alors que les députés « ministériels » et le côté droit veulent à tout prix éviter un débat de fond pour obtenir un vote favorable, le côté gauche exige l’ouverture d’une discussion portant à la fois sur les armements réclamés par l’Espagne et plus largement sur la direction et l’esprit des relations extérieures dans un royaume de France « régénéré ».

5Parmi les arguments invoqués par le côté droit pour accepter la proposition ministérielle (qui serait un premier pas vers une guerre extérieure de diversion), l’honneur national apparaît en bonne place. Le 15 mai par exemple, le duc de Biron appelle au soutien ferme de la France à l’Espagne, estimant qu’on ne peut faire « le sacrifice de l’honneur et du caractère national ». L’Assemblée, qui a reconnu les dettes de l’Ancien Régime, doit aussi respecter ses alliances et montrer que les efforts d’un peuple libre ne sont pas moins grands que ceux d’un peuple esclave. En plaçant sur le même pied le respect du Pacte de Famille et celui de la dette publique, Biron tente d’emporter le consensus, mais le côté gauche obtient l’ouverture d’un débat formel sur la question : le droit de guerre et de paix appartient-il au roi ou à la nation ?

6Deux conceptions de l’intérêt et de l’honneur national s’affrontent dans ce débat : celle du côté gauche reprend les topoi des Lumières, et notamment ceux de Mably sur le lien entre « politique » et morale, entre honneur et justice, celle de la droite défend une conception beaucoup plus restrictive de l’honneur national dans laquelle le pouvoir exécutif en est le dépositaire naturel.

7L’argumentation du côté droit insiste sur la corde de la reconnaissance de la nation : l’Espagne a toujours été une alliée généreuse, en particulier lors de la guerre d’Amérique. Ne pas la soutenir face à l’agression anglaise serait faire le deuil de l’honneur de la nation. On retrouve les mêmes raisonnements dans la presse. Ainsi, le numéro du 17 mai du Moniteur présente, côte à côte, sur la même page, une « correspondance d’Angleterre » et le commentaire d’un rédacteur. On y exalte l’honneur de la nation française qui doit respecter ses engagements vis-à-vis de l’Espagne, et l’on exhorte tous les Français à l’union nationale autour du roi contre l’Angleterre :

  • 6 Réimpression de l’ancien Moniteur, Paris, 1858-1863, 33 vol. (ci-après Moniteur), tome IV, no 137, (...)

« Cette nation vaillante et généreuse vient de conquérir sa liberté, sous les auspices du monarque bienfaisant et vertueux qui la gouverne ; souffrira-t-elle qu’on la croie encore dans l’enfance ? Ne fera-t-elle pas voir que cette liberté n’a diminué ni son énergie ni les sentiments d’honneur et de gloire qui l’ont distinguée dans tous les temps ? Nous sommes Français ; ce nom désigne depuis bien des siècles la première nation de l’univers : cesserons-nous de l’être parce que nous sommes devenus libres ? Après avoir secoué le despotisme au-dedans, souffrirons-nous qu’on nous y soumette au-dehors ? […] O Français, ô vous tous qui aimez votre patrie, réunissez-vous pour la défendre, réunissez-vous pour convaincre l’univers que chez vous, la liberté est inséparable de l’honneur […]. Nous nous flattons que tout esprit de parti disparaîtra dans cette grande occasion, qu’on n’apercevra plus ni aristocrates, ni démocrates, qu’on ne verra plus que des citoyens6. »

  • 7 Archives Parlementaires de 1787 à 1860. Recueil complet des débats législatifs et politiques des Ch (...)

8À l’Assemblée, Dupont de Nemours insiste, quant à lui, sur la nécessité de respecter l’honneur national en honorant à la lettre toutes les clauses des traités : « Comment conserverons-nous des alliés, si notre premier acte de politique était de dire que nous renonçons aux traités défensifs ? Peut-on croire que ces traités ne nous obligent pas ? Le juger, ce serait les rompre ; la justice, l’honneur et la prudence veulent que nous ne les rompions pas7. »

  • 8 Belissa M., Fraternité Universelle et Intérêt National, 1713-1795. Les cosmopolitiques du droit de (...)

9Le côté gauche répond sur le terrain du droit des gens et des nations. La France régénérée se doit de défendre, non l’honneur de la nation qui n’a jamais été acteur dans les traités dynastiques comme le Pacte de Famille, mais sa liberté mise en danger par une guerre extérieure. Les traités de l’Ancien Régime n’engagent pas la nation qui n’a jamais été consultée pour leur approbation, mais les princes qui en sont les signataires pour leur propre intérêt8.

La vertu contre l’honneur

  • 9 Bertaud J. P., Les Amis du roi, Paris, Perrin, 1984.
  • 10 Le Patriote français, no 406 du 18 septembre 1790, p. 3-4, no 627 du 27 avril 1791, p. 455-457.

10Jusqu’en 1791, le langage de l’honneur national est donc plutôt utilisé par les membres du côté droit et les journaux « ministériels ». Les contre-révolutionnaires insistent particulièrement sur cette valeur maintenue, selon eux, dans leurs rangs. Dans son livre Les Amis du Roi, Jean-Paul Bertaud avait montré que l’honneur individuel et collectif de la noblesse était revendiqué en tant que valeur suprême contre le patriotisme révolutionnaire. L’honneur de la nation était collectivement assumé par la frange militante de la contre-révolution9. Mais certains militants et journalistes « patriotes » révolutionnaires ne dédaignent pas l’utilisation d’un discours agressif fondé sur l’idée d’honneur national. On le voit par exemple chez Carra ou dans le journal de Brissot Le Patriote français. Lors des débats à l’Assemblée nationale sur le renouvellement des diplomates en 1790-179110, Brissot entonne à plusieurs reprises la trompette martiale pour exiger une politique qui fasse respecter « l’honneur du nom français » dans les cours européennes. Dénonçant les vexations subies par les Français à l’étranger, il appelle l’Assemblée Constituante à prendre une posture de défense de l’honneur national bafoué et à nommer elle-même des diplomates sachant le défendre à l’étranger.

  • 11 AP, tome XXXIV, p. 316, souligné par nous.
  • 12 Idem, p. 391-407.

11Ce thème réapparaît avec force dans le discours belliciste des Brissotins-Girondins à partir d’octobre-novembre 1791. Brissot lui-même intervient le 20 octobre à l’Assemblée législative. La deuxième partie de son discours est un développement de l’idée que l’attitude des puissances européennes à l’égard de la Révolution française outrage l’honneur de la nation, il en conclut : « Il est temps d’effacer l’avilissement où, soit insouciance soit pusillanimité, on a plongé la France ; il est temps de lui donner l’attitude imposante qui convient à une grande nation, de la replacer au rang qu’elle doit occuper parmi les puissances, de faire respecter, et dans la personne de ses représentants, et dans celle des simples citoyens, le droit des gens et la dignité d’hommes qui sont membres d’une association libre11… » Dans la séance du 25 octobre, Vergniaud et Condorcet reprennent les mêmes thèmes en faisant le parallèle entre les Français du règne de Louis XIV et ceux de 179112. L’honneur de la nation n’aurait pas supporté de telles insultes sous le règne de la tyrannie, pourquoi les accepter alors qu’elle s’est régénérée ?

12Le débat sur les émigrations aboutit rapidement à la mise à l’ordre du jour de la guerre contre les princes qui soutiennent les émigrés et contre l’Empereur. Parmi les thèmes du discours belliciste, celui de l’honneur et de la gloire nationale est, une fois de plus, central. Il s’articule avec celui de la puissance retrouvée dans le cadre d’un nouveau « système politique ». Le royaume doit retrouver la place qui est la sienne en Europe. L’honneur de la nation est donc défini en termes de puissance, relativement à l’Europe et au monde.

13Depuis longtemps, les patriotes stigmatisaient l’attitude agressive des monarques européens, mais il n’y avait là rien que de très naturel, venant d’ennemis irréconciliables de la liberté. Les « outrages » n’étaient pas considérés comme une raison suffisante pour déclencher des hostilités. Les Brissotins utilisent peu à peu le langage de l’honneur national, pour justifier une action préventive contre les monarques européens et proposer une politique alternative de puissance fondée sur un renversement des alliances.

14Pour leurs propres objectifs, le roi et une partie de ses conseillers décident d’emboîter le pas aux Brissotins. Le discours du 14 décembre du ministre de la guerre Narbonne, précédé de celui de Louis XVI, est le véritable programme des « modérés » bellicistes. Il fait la part belle à l’honneur de la nation parmi les causes qui doivent décider l’Assemblée en faveur de la guerre :

  • 13 AP, tome XXXVI, p. 112.

« Si le funeste cri de la guerre se fait entendre, il sera du moins pour nous le signal tant désiré de l’ordre et de la justice ; nous sentirons combien l’exact paiement des impôts, auquel tient le crédit et le sort des créanciers de l’État ; la protection des colonies, dont les richesses commerciales dépendent ; l’exécution des lois, force de toutes les autorités ; la confiance accordée au gouvernement pour lui donner tous les moyens nécessaires d’assurer la fortune publique et les propriétés particulières ; […] nous sentirons, dis-je, combien de tels devoirs nous sont impérieusement commandés par l’honneur de la nation et la cause de la liberté13. »

  • 14 Idem, p. 111.

15Narbonne insiste tout particulièrement sur le respect dû aux officiers et sur l’obéissance aux ordres14. À partir de cette date, l’Assemblée revient d’ailleurs à plusieurs reprises sur la considération due aux généraux qui vont combattre pour venger l’honneur national. Sur ce point, on assiste à un consensus entre tous les groupes bellicistes, des Fayettistes aux Brissotins.

  • 15 AP, tome XXXV, p. 398.
  • 16 Idem, p. 441.
  • 17 AP, tome XXXVI, p. 111.

16Dès le 27 novembre, le député Rühl joue sur le registre de la gloire nationale importunée par les « bruissements d’insectes » des Électeurs rhénans. La « majesté nationale » ne peut supporter « ce feu d’opéra dont la fumée nous incommode » ; « une grande nation doit être jalouse de sa gloire, doit punir sévèrement les téméraires qui osent lui manquer de respect15 ». Le député d’origine hollandaise Daverhoult lui fait écho en parlant de « l’attitude fière et imposante » qu’il convient d’adopter face aux puissances. Le surlendemain, Rühl fait l’apologie de l’attitude fière de Frédéric II dans ses rapports diplomatiques avec les puissances, tandis qu’Isnard compare les Français du règne de Louis XIV et ceux de la Révolution16. Certes, les deux orateurs ne manquent pas de rappeler que les deux grands hommes étaient aussi de grands despotes, mais leur contenance face aux puissances est donnée en modèle à suivre pour les Français. Le 14 décembre, Narbonne reprend au vol la référence à Louis XIV, lancée par Isnard : « C’est la même nation, c’est la même puissance qui combattit sous Louis XIV, voudrions-nous laisser penser que notre gloire dépendait d’un seul homme et qu’un siècle ne rappelle qu’un nom17 ? » La guerre sera l’occasion de venger l’honneur du caractère national que les puissances croient disparu.

17Brissot utilise lui aussi la référence aux insultes à l’honneur national et à Louis XIV dans son intervention du 16 décembre aux Jacobins :

  • 18 Le Patriote français, tome V, no 862, p. 711.

« Ne serait-elle [la France] pas déshonorée si, après deux ans de patience inutile, elle souffrait des outrages qu’un despote n’aurait pas souffert quinze jours ? Quoi ! Louis XIV déclare la guerre à l’Espagne, parce que son ambassadeur est insulté à Londres par l’ambassadeur espagnol, et nous, dont les concitoyens sont depuis deux ans les victimes des outrages, des persécutions dans presque toutes les parties de l’Europe […], nous, dont les réquisitions sont traitées avec ignominie, par de misérables princes, nous Français, nous hommes libres, balancerions-nous un instant18 ? »

  • 19 Idem, souligné par nous.
  • 20 Moniteur, tome X, no 364, p. 759.
  • 21 Idem.

18La réponse est évidente : « Il faut donc ou nous venger, ou nous résoudre à être éternellement le jouet de l’Europe entière et du plus méprisable des tyrans, il faut nous résoudre à la mort politique, car une nation couverte d’opprobre cesse d’exister19 ? » La guerre est nécessaire, ajoute-t-il, dans le discours du 29 décembre à la Législative, car « il faut montrer une grande force pour faire cesser la comédie que jouent les têtes couronnées. […] Il faut faire respecter partout, et la constitution et le nom français, et la liberté de nos concitoyens que leurs affaires appellent au-dehors, et la liberté universelle dont vous êtes les dépositaires20 ». « Cet acte authentique d’un grand peuple, renchérit Brissot, est le sceau qui doit conserver la Révolution. Ainsi, la guerre est nécessaire ; la France doit l’entreprendre pour son honneur : elle serait en effet à jamais déshonorée, si quelques milliers de rebelles pouvaient la porter à des capitulations sur ses lois. La guerre est actuellement un bienfait national21. »

19En mars, les Brissotins-Girondins lancent, dans les journaux qui leur sont favorables, une campagne politique pour la défense de l’Assemblée Nationale. C’est parce qu’elle ose tenir un discours de puissance révolutionnaire, que l’Assemblée Législative mérite tous les éloges. La Chronique du mois en témoigne :

  • 22 La Chronique du mois, mars 1792, « Sur les reproches que l’on fait à l’Assemblée nationale », p. 32 (...)

« L’Assemblée fait ainsi respecter dehors la nation française, dont la précédente Assemblée avait laissé fouler aux pieds l’honneur par les puissances étrangères. On craignait d’y aborder les questions diplomatiques ; il semblait que la foudre dût punir les téméraires qui auraient osé soulever le voile qui enveloppait les cabinets de l’Europe […]. Jamais dans aucune tribune, même à Athènes, même à Rome, on n’a parlé des rois avec plus de fierté22. »

20Ainsi, la guerre est conçue par Brissot et une partie de ses collègues Girondins comme un moyen d’éviter la mort politique, comme une manière de renforcer la puissance nationale et de conserver intact l’honneur de la France.

  • 23 Wahnich S., La longue patience du peuple. 1792. La naissance de la République, Paris, Payot, 2008, (...)
  • 24 Idem, p. 72.
  • 25 Ibid., p. 75.
  • 26 Ibid., p. 77.
  • 27 Ibid., p. 81.
  • 28 Ibid., p. 85.

21Cette présence de l’idée d’honneur national dans le débat politique « d’en haut » rejoint une « demande d’honneur » qui s’exprime « d’en bas » dans les adresses à l’Assemblée étudiées par Sophie Wahnich dans un chapitre de son dernier ouvrage La Longue patience du peuple. Face à la menace des émigrés, et indépendamment des arrière-pensées tactiques des groupes bellicistes, une volonté individuelle et collective de défense de « l’honneur français » se manifeste de manière récurrente dans les pétitions et les dons patriotiques adressés à la barre de l’Assemblée, car « un homme libre ne se laisse pas insulter ». En acceptant l’idée de la guerre contre les émigrés et les puissances qui les soutiennent, « il s’agit moins de contraindre des ennemis que d’obtenir, par cette capacité à les contraindre, la reconnaissance symbolique de la place pleine et entière de la France révolutionnée face aux puissances d’Ancien Régime23 ». La guerre est alors « le moyen de conférer sa valeur au titre de citoyen français, de lui donner sa grandeur24 ». Cet honneur revendiqué par les donateurs souvent modestes qui se succèdent à l’Assemblée n’est pas celui de la noblesse. Le don patriotique est une mesure de l’honneur individuel qui se fond dans la reconquête collective de « l’honneur du nom français25 ». Ce qui s’exprime dans ces adresses est un honneur « spécifiquement révolutionnaire » où il s’agit de défendre « la dignité, la valeur du combat et des conquêtes révolutionnaires26 », L’honneur d’être libre est celui « de défendre le patrimoine inaliénable de l’humanité27 ». Le don patriotique est donc ainsi « une mise en partage de l’honneur, une articulation du sentiment de l’honneur individuel28 », de l’honneur collectif du « peuple français » et de l’honneur d’être un membre libre du genre humain.

22Dès le 29 novembre, certains patriotes commencent à subodorer que la question des émigrations est utilisée, par un nouveau regroupement politique à l’Assemblée, afin d’entraîner la Révolution dans une guerre extérieure. Quelques escarmouches se produisent alors au club des Jacobins, avec les interventions de Carra et de Réal, les 9, 11 et 12 décembre. Mais la véritable mise à l’ordre du jour du débat sur la guerre se produit après le discours de Narbonne à l’Assemblée. En effet, dans la séance du 14 décembre, Gautier de Biauzat demande à la société de donner sa confiance au pouvoir exécutif. Dès lors, l’opposition entre Brissot et Robespierre ne cesse d’agiter les séances jusqu’au mois d’avril. Les prises de position du second sont relayées par une partie de la presse patriote, et notamment par les périodiques qui avaient déjà tiré la sonnette d’alarme dès le 29 novembre (Les Révolutions de Paris, l’Ami du peuple, L’Orateur du peuple). Progressivement, une importante fraction des membres de la société se rallie à ses thèses. Parmi eux, on retrouve Desmoulins, Machenaud, Billaud-Varenne, Collot d’Herbois, Panis, Sergent et Robert, pour n’en citer que quelques-uns. Dans les sociétés affiliées, la question de la guerre est débattue avec passion. De nombreux témoignages font état de l’écho très important des discours de Robespierre auquel même ses adversaires reconnaissent de l’influence.

23La campagne politique des patriotes anti-bellicistes répond point par point aux thèmes de leurs adversaires : ainsi à l’apologie de l’honneur militaire des bellicistes, on répond par les droits du citoyen sous l’uniforme et à l’utilisation de l’honneur national bafoué répond la défense de la vertu et le refus de la politique de puissance.

  • 29 Robespierre M., Œuvres complètes, Paris, Société des Études Robespierristes, tome VIII, p. 48.
  • 30 Idem, p. 87.
  • 31 Les Révolutions de Paris, tome 12, no 134, p. 197-204.
  • 32 Idem, p. 203.

24Le langage de l’honneur militaire, utilisé par Narbonne, Isnard et Brissot, est fustigé par Robespierre comme un écran de fumée destiné à renforcer la discipline aveugle des soldats au service de leurs généraux29. « Croyez-vous, dit-il le 2 janvier, que ce soit un médiocre avantage pour la cour et pour le parti dont je parle, de cantonner les soldats, de les camper, de les diviser en corps d’armée, de les isoler des citoyens, pour substituer insensiblement sous les noms imposants de discipline militaire et d’honneur, l’esprit d’obéissance aveugle et absolue, l’ancien esprit militaire enfin à l’amour de la liberté30 ? » Les Révolutions de Paris attaque le rapport de Vaublanc sur les « honneurs militaires » présenté à l’Assemblée dans le cadre de la préparation de la guerre à venir31. En prenant pour modèle le triomphe romain, les comités militaire et d’instruction ont dénaturé l’esprit de la Révolution. Le peuple romain était le « plus immoral et le plus injuste » de ceux de l’Antiquité. La base de son caractère était la folie des conquêtes et l’idolâtrie des généraux. La Révolution française, qui a répudié les conquêtes et l’esprit sanguinaire des peuples anciens, ne doit pas copier servilement ce peuple « atroce ». L’apologie de l’honneur militaire par les bellicistes n’est qu’un des premiers maillons de la chaîne que veut imposer la cour en renforçant le militaire aux dépens du civil. « Les honneurs du triomphe sont un reste de la barbarie des nations : un peuple sage, libre et digne de ses hautes destinées, ne triomphe pas de ses ennemis vaincus ; il les plaint, et se reproche les maux involontaires qu’ils l’ont forcé de leur causer32. » L’honneur militaire ne peut pas être une vertu fondatrice de l’ordre citoyen.

25Les Révolutions de Paris répond également aux discours de Louis XVI et de Narbonne, dans lesquels ils utilisaient largement la rhétorique de l’honneur et faisaient abondamment résonner la corde de la gloire de la nation :

  • 33 Ibid., no 127, p. 470.

« L’honneur du peuple français ! Depuis que le peuple français tâche de devenir libre, ce mot est un mot vide de sens ; l’honneur n’est qu’un aiguillon pour les esclaves ; c’est avec la vertu qu’on mène un peuple régénéré ; ce langage était bon sous le règne du despotisme : c’est aussi au nom de l’honneur qu’Alexandre et Louis XIV ont désolé la terre. Si les Français sont encore sensibles à l’honneur qui les a conduits pendant quatorze siècles, qu’ils renoncent à la Révolution, ils n’en sont pas dignes ; mais s’ils méritent d’être libres, si la révolution française n’est pas un rêve, celui qui leur parle encore d’honneur les outrage, les avilit, et les met au rang des plus vils esclaves33. »

26Le numéro suivant revient sur l’utilisation de l’honneur national, cette fois-ci par Brissot :

  • 34 Ibid., no 128, p. 518.

« L’honneur français est blessé ; il faut le venger. L’honneur français est blessé… Mais par qui ? par deux prêtres d’Allemagne [référence aux électeurs ecclésiastiques rhénans], par une bande de fugitifs et d’assassins, par les frères du roi ? Les grands hommes, pour qu’un peuple entier se croie outragé par eux ! ‘‘L’honneur français est blessé…’’et ce sont de prétendus patriotes qui tiennent ce langage ! Louis XVI aussi, Narbonne aussi, les Feuillants et les ministériels aussi, parlent à la nation le langage de l’honneur. Encore une fois, Les hommes libres n’ont su jamais ce qu’était l’honneur. L’honneur est l’apanage des esclaves, l’honneur est le talisman perfide avec lequel on a vu les despotes fouler aux pieds la sainte humanité. Depuis le 14 juillet, nous n’entendions plus parler d’honneur. Pourquoi, tout à coup, reproduire ce mot, et le substituer à celui de vertu ? Qu’un peuple soit vertueux, qu’il soit fort, c’est tout pour lui, mais l’honneur ?… L’honneur est à Coblentz34. »

  • 35 Ibid., no 130, p. 10.

27La Révolution n’a pas été faite pour faire honneur aux Français, mais pour jouir de la « félicité » et « des droits de l’homme ». La gloire nationale, claironnée dans l’adresse de Vergniaud, ressemble aux textes de ces affiches de sergents-recruteurs s’adressant « à la brillante jeunesse35 ». Cet appât ajoute le rédacteur, « n’est plus de saison avec des hommes qui ont une patrie ».

  • 36 Desmoulins C., Discours sur le parti que doit prendre l’Assemblée nationale relativement à la prop (...)
  • 37 Robespierre M., op. cit., discours du 2 janvier, p. 85.

28Le « nom français » n’a certainement pas besoin d’être vengé, écrit Desmoulins ; un peuple qui a pris la Bastille ne peut pas s’attirer le mépris des autres nations en refusant la guerre36. Robespierre renchérit : « La magnanimité, la sagesse, la liberté, le bonheur, la vertu, voilà notre honneur. Celui que vous voulez ressusciter est l’ami, le soutien du despotisme ; c’est l’honneur des héros de l’aristocratie, de tous les tyrans, c’est l’honneur du crime37. »

  • 38 Reproduit par Linguet S. N. H. dans les Annales politiques, civiles et littéraires, vol. 19, no 17 (...)
  • 39 Idem, p. 191.

29Un texte peu connu du député des Hautes-Pyrénées Darneuihl critique, lui aussi, la référence constante du discours belliciste aux grands conquérants du XVIIIe siècle38. Charles XII, Cromwell et Frédéric II étaient des despotes qui ont épuisé leurs peuples par des guerres incessantes. Darneuihl rejette l’idée d’une guerre offensive rendue nécessaire par les infractions à l’honneur national : « Mais si sous le prétexte d’un honneur prétendu offensé, ou d’une alliance violée, c’est nous qui sommes les agresseurs, les peuples dont nous irons dévaster les propriétés, s’armeront pour les défendre, sans calculer si la guerre est juste. » à ce faux honneur, il est nécessaire de substituer l’amour de l’humanité et l’intérêt de tous : « Il me semble que ce qu’on appelle l’honneur ne nous fait point un devoir de la guerre : je crois au contraire que l’amour de l’humanité, la saine politique et notre intérêt se réunissent pour nous en éloigner39. »

Conclusion

  • 40 L’Ami du Peuple, no 634 du 19 avril, p. 4.

30Ainsi pour les anti-bellicistes de 1790, puis de 1792 – qui se situent dans la continuité de Mably ou de Rousseau sur cette question – le véritable honneur national est pacifique, attaché à faire respecter les droits des hommes, des citoyens et des nations. L’honneur national consiste d’abord à défendre la liberté où elle est menacée, c’est-à-dire en France même, et non chez les peuples manipulés par leurs tyrans. L’honneur national n’est pas fondé sur la puissance et sur la gloire militaire, mais sur le respect des droits. La vertu doit se substituer à l’honneur comme principe fondamental de la France régénérée. On retrouve bien évidemment ici l’opposition chère à Montesquieu sur le « ressort » des différents régimes politiques et l’apologie de la vertu ressemble fort à celle des principes républicains. Les opposants à la guerre de 1791-1792 se prononcent clairement contre ce que Marat appelle la « jactance gallique » de l’honneur national et de la gloire40. Le discours de puissance et de l’honneur national des Brissotins leur paraît être la résurgence de l’ancienne « politique » d’Ancien Régime et des valeurs de l’aristocratie.

31Pourtant, l’honneur national de Brissot n’est pas celui qui est défendu par le patriotisme nobiliaire des années 1760-1780, il s’y ajoute une dimension incontestablement nouvelle, celle de la France révolutionnaire dont le devoir est de n’accepter aucune insulte de la part des despotes. Les fréquentes références de Brissot à l’attitude de l’Angleterre cromwellienne dans ses rapports avec les États monarchiques du XVIIe siècle sont révélatrices du projet des Brissotins-Girondins : la France doit retrouver son statut de puissance dominante en Europe et ne tolérer aucune remise en question de cette position, y compris sur le terrain de l’honneur. C’est là anticiper en quelque sorte un des aspects du discours thermidorien et directorial, récupéré par Bonaparte dans l’idéologie de la Grande Nation.

  • 41 AP, tome LVIII, p. 546-551.
  • 42 Godwin W., Enquiry concerning political justice, London, Penguin, 1988, notre traduction, p. 512.

32Le clivage entre honneur et vertu ne disparaît pas du débat politique en 1792. Il s’agit là d’une constante dans les discours révolutionnaires. Ainsi, en février 1793, Carnot définit l’honneur national comme un des droits fondamentaux de toutes les nations avec « l’indépendance, la sûreté au-dehors, l’unité au-dedans41 ». Le même Carnot fait de l’honneur national la limite « naturelle » du « pouvoir révolutionnaire » défini par le décret du 15 décembre 1792 qui instaure la tutelle de la France sur les pays qu’elle occupe. à l’inverse, la critique de l’honneur national est également présente dans le débat constitutionnel d’avril 1793. William Godwin qui fait l’hommage de son Enquiry concerning Political Justice à la Convention écrit ainsi : « La satisfaction de l’honneur national est une raison très insuffisante pour engager des hostilités. Le véritable honneur doit être trouvé seulement dans l’intégrité et la justice42. » Une véritable démocratie n’a pas d’honneur, mais elle a une morale.

Notes

1 Smith J., « Un discours aristocratique sur le patriotisme dans les années 1770 », dans Monnier R. (dir.), Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), fascicule 8 : patrie, patriotisme, Genève, Slatkine, 2006, p. 65-82.

2 Dziembowski E., Un nouveau patriotisme français 1750-1770. la France face à la puissance anglaise à l’époque de la guerre de Sept Ans, Voltaire Foundation, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 365, Oxford, 1998.

3 Mably G. B. de, Principes des négociations pour servir d’introduction au Droit Public de l’Europe, introduction, édition et notes Belissa M., Paris, Kimé, 2001.

4 Secondat C. L. de, baron de Montesquieu, Lettres persanes, Paris, Gallimard, Folio, 1973, p. 222, baron d’Holbach P. H. D., L’Éthocratie, Paris, rééd. 1967, chapitre V, F. Arouet M. dit Voltaire, Dictionnaire philosophique, Paris, GF, 1964, p. 308, article « Patrie ».

5 Rousseau J. J., Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes dans Œuvres complètes, Paris, Pléiade, tome III, 1964, p. 179.

6 Réimpression de l’ancien Moniteur, Paris, 1858-1863, 33 vol. (ci-après Moniteur), tome IV, no 137, p. 378.

7 Archives Parlementaires de 1787 à 1860. Recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises (ci-après AP), tome XV, Paris, 1869-, p. 406.

8 Belissa M., Fraternité Universelle et Intérêt National, 1713-1795. Les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1998, deuxième partie, chapitres II et III.

9 Bertaud J. P., Les Amis du roi, Paris, Perrin, 1984.

10 Le Patriote français, no 406 du 18 septembre 1790, p. 3-4, no 627 du 27 avril 1791, p. 455-457.

11 AP, tome XXXIV, p. 316, souligné par nous.

12 Idem, p. 391-407.

13 AP, tome XXXVI, p. 112.

14 Idem, p. 111.

15 AP, tome XXXV, p. 398.

16 Idem, p. 441.

17 AP, tome XXXVI, p. 111.

18 Le Patriote français, tome V, no 862, p. 711.

19 Idem, souligné par nous.

20 Moniteur, tome X, no 364, p. 759.

21 Idem.

22 La Chronique du mois, mars 1792, « Sur les reproches que l’on fait à l’Assemblée nationale », p. 32-33.

23 Wahnich S., La longue patience du peuple. 1792. La naissance de la République, Paris, Payot, 2008, p. 71.

24 Idem, p. 72.

25 Ibid., p. 75.

26 Ibid., p. 77.

27 Ibid., p. 81.

28 Ibid., p. 85.

29 Robespierre M., Œuvres complètes, Paris, Société des Études Robespierristes, tome VIII, p. 48.

30 Idem, p. 87.

31 Les Révolutions de Paris, tome 12, no 134, p. 197-204.

32 Idem, p. 203.

33 Ibid., no 127, p. 470.

34 Ibid., no 128, p. 518.

35 Ibid., no 130, p. 10.

36 Desmoulins C., Discours sur le parti que doit prendre l’Assemblée nationale relativement à la proposition de guerre…, dans Œuvres, tome I, présentées par Soboul A., Kraus reprints, Munich, 1980, p. 327.

37 Robespierre M., op. cit., discours du 2 janvier, p. 85.

38 Reproduit par Linguet S. N. H. dans les Annales politiques, civiles et littéraires, vol. 19, no 176, p. 188-197.

39 Idem, p. 191.

40 L’Ami du Peuple, no 634 du 19 avril, p. 4.

41 AP, tome LVIII, p. 546-551.

42 Godwin W., Enquiry concerning political justice, London, Penguin, 1988, notre traduction, p. 512.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search