Version classiqueVersion mobile

De Socrate à Tintin

 | 
Jean-Patrice Boudet
, 
Philippe Faure
, 
Christian Renoux

Cœur Pur et le démon de midi

Luc Révillon

Texte intégral

Témoignages

1À propos des entretiens qu’eut Hergé avec Numa Sadoul en 1971-1972, et que nous citons fréquemment, il convient d’apporter quelques précisions. Hergé s’y est dévoilé comme il ne l’avait jamais fait et ensuite ne le fera que très rarement. Mais le texte définitif, désormais à la disposition du lecteur, fut entièrement et longuement corrigé par ses soins. L’ouvrage qui reprend ces conversations ne parut que trois ans plus tard, en 1975. Il est donc délicat au travers de ce jeu de questions-réponses à l’allure spontanée, mais totalement réécrit, de faire la part entre ce que Hergé révèle inconsciemment ou intentionnellement. Numa Sadoul, dans la préface de la troisième édition de 1989, est très explicite à ce sujet :

  • 1 N. Sadoul, Entretiens avec Hergé, édition définitive, Tournai, 1989, p. 10. La dizaine de pages in (...)

« Quand j’envoyai à Hergé le premier jet du texte et qu’il se mit à travailler dessus, l’enfer commença : à force de perfectionnisme, réécrivant tout, revenant sur les acquis, repartant sans cesse à zéro, peaufinant les idées, ciselant le style, il lui fallut bien trois années pour me livrer un manuscrit bon à imprimer ! […] Inutile d’ajouter qu’entretemps, celui-ci s’était un peu autocensuré. Ainsi, les passages “familiaux” disparurent – Georges ne souhaitait pas entraver la bonne marche de sa procédure de divorce – et les réponses politiques furent nuancées pour ne pas donner d’Hergé l’image d’un personnage trop réactionnaire1. »

2Hergé, alors âgé de plus de soixante ans, était déjà très soucieux de l’image qu’il entendait laisser de lui, et qu’il souhaitait la plus proche de son œuvre phare : Tintin.

  • 2 B. Peeters, lors d’une interview, dans Les Inrockuptibles, no 28, octobre 1995, numéro consacré en (...)

« Comme il demandait de relire les interviews, il réécrivait tout, réarrangeait sa propre légende, enlevait les mots qui lui avaient échappés. Il n’arrivait pas à comprendre qu’on puisse l’aimer pour autre chose que l’image sage et lisse qu’il voulait donner de lui-même2. »

3Pierre Assouline, qui eut le privilège de lire le tapuscrit original de ces entretiens entre Hergé et Sadoul confirme cette impression :

  • 3 P. Assouline, Hergé, Paris, 1996, p. 14.

« À la fin, il avait tout aplani, même les entretiens qu’il avait accordés à Numa Sadoul en 1971. Regrettant de s’être laissé aller devant son micro, d’avoir été lui-même et sans entrave, il s’autocensura sévèrement. Il en résulta des Mémoires passionnants, mais aseptisés3. »

L’album préféré

4Dans une des dernières interviews qu’il a accordées, à la question de Jean-Louis Lechat, « lequel de vos albums aimeriez-vous que l’on retienne ? » Hergé répondit :

  • 4 « La dernière interview d’Hergé », dans Tintin, no 11bis, mars 1983, p. 17.

« Pour moi, c’est Tintin au Tibet. Parce que c’est une histoire dépouillée dans laquelle il n’y a ni bons, ni méchants. […] Pour moi, c’est une grande histoire d’amitié. Presque une histoire d’amour. L’amitié et l’amour sont pour moi des choses importantes. Bien que je n’en fasse pas une raison de vivre4. »

  • 5 N. Sadoul, Entretiens avec Hergé, op. cit., p. 16.
  • 6 P.-Y. Bourdil, Hergé, 2e éd., Bruxelles, 1990, p. 56.
  • 7 Pour les références précises à tous ces ouvrages, se reporter infra à la bibliographie.

5Pour Numa Sadoul, qui fut le premier a réellement lever le voile sur Hergé, on observe deux charnières dans l’œuvre et dans l’évolution de la personnalité d’Hergé : 1934, année du Lotus bleu, et 1958, « année de Tintin au Tibet, où, à la faveur d’une crise psychologique, Hergé s’aventure plus profondément en lui-même5 ». Ce que Pierre-Yves Bourdil écrivait en 1990 – « nous ne voyons pas l’intérêt d’une “psychanalyse” de l’œuvre fondée sur des détails dont nous ignorons le metteur en scène6 » – n’est plus vrai aujourd’hui. Deux biographies essentielles, celle de Pierre Assouline et celle de Benoît Peeters, auxquelles il convient d’ajouter Hergé, Chronologie d’une œuvre, de Philippe Goddin7, ont apporté d’importants compléments d’information aux entretiens d’Hergé avec Numa Sadoul.

  • 8 P. Assouline, op. cit., p. 310.
  • 9 P. Ajame, Hergé, Paris, 1991, p. 315.

6Pierre Assouline voit en Tintin au Tibet « une vaste métaphore aux relents autobiographiques. Rarement Hergé s’est autant projeté dans une de ses bandes dessinées. Comme s’il avait éprouvé l’impérieuse nécessité d’expulser ses démons sur le papier afin de se réconcilier avec lui-même8 ». Même si Pierre Ajame est plus nuancé, il soulignait déjà que « Tintin au Tibet […] n’est ni un poème ésotérique, ni un essai psychanalytique. C’est, d’abord, un magnifique récit d’aventures dont, il est vrai, quelques clefs supplémentaires sont livrées par la connaissance des problèmes qui agitent Hergé9 ».

7Nous nous appuierons sur ces différentes approches biographiques pour proposer, parmi d’autres possibles, une relecture de l’œuvre. Quel ange gardien ou démon familier inspirait la plume et le pinceau de l’auteur à l’époque de Tintin au Tibet ?

Une éducation catholique

8Quelques rappels sur l’éducation d’Hergé et les débuts de sa carrière nous semblent indispensables pour permettre de mieux appréhender sa personnalité et de comprendre les origines profondes de la crise morale qu’il traversa en 1958.

  • 10 N. Sadoul, op. cit., p. 24.

9Georges Remi, qui inversa les initiales de ses nom et prénom, pour signer Hergé, naquit le 22 mai 1907. De septembre 1920 à juillet 1925, il fit ses humanités à Ixelles, au Collège Saint-Boniface, dont tous les professeurs étaient des prêtres, et il intégra les Scouts catholiques belges, dont il devint chef de patrouille. Cette inscription dans deux organismes catholiques pour un garçon qui jusqu’alors avait fréquenté une scolarité et un scoutisme laïcs, est due davantage à l’insistance d’Henri Van Roye-Waucquez, patron du père d’Hergé, qu’à une conviction familiale. Évoquant ces événements avec Numa Sadoul, Hergé parlait d’un « déchirement de quitter ses chefs, ses amis », d’un « sentiment de trahison10 ».

10C’est dans Le Boy-Scout, organe officiel des Scouts catholiques belges qu’il publia ses premiers dessins, dont Totor, chef de patrouille des Hannetons, ancêtre de Tintin. Au milieu des années vingt, il fit aussi des dessins pour Le Blé qui lève, revue d’action catholique. Il fonda en mars 1924 avec un autre jeune dessinateur, Pierre Ickx, L’Atelier de la Fleur de Lys, dont il rédigea le manifeste publié par Le Boy Scout. Voici un extrait de l’article reproduit intégralement par Hervé Springael :

  • 11 H. Springael, Avant Tintin, Dialogue sur Hergé, Bruxelles, 1987, p. 52.

« L’AFL a pour but de travailler à la formation artistique des membres chrétiens qui la composent. […] La vraie formation artistique comprend d’abord la formation morale de l’artiste. […] L’artiste a une très grande responsabilité dans ses œuvres et, avant de produire, il doit commencer par former sa vie, une vie exemplaire à tous points de vue11. »

11Ce qui fait écrire à Pierre Assouline :

  • 12 P. Assouline, op. cit., p. 24.

« Ses années de scoutisme demeureront en lui comme l’école de la rigueur morale. La seule à enseigner l’amitié comme une vertu naturelle et la générosité comme un geste quotidien. La seule encore à souligner l’importance de la parole donnée et la fidélité qui lui est due12. »

Une presse confessionnelle

  • 13 Ibid., p. 28.

12Le 1er septembre 1925, à l’âge de dix-huit ans, Hergé débuta au Vingtième Siècle, quotidien belge ultraconservateur défendant la doctrine catholique, « hostile aux communistes, aux Juifs et aux francs-maçons », comme le souligne Pierre Assouline13. Trois ans plus tard, le 1er novembre 1928, il se vit confier par l’abbé Norbert Wallez, de vingt-cinq ans son aîné, la responsabilité d’un supplément jeunesse baptisé Le Petit « Vingtième », où il créa le personnage de Tintin le 10 janvier 1929. Parlant de Tintin au pays des Soviets, Hergé a confessé :

  • 14 Ibid., p. 46, extrait du tapuscrit original des entretiens Hergé-Sadoul.

« Ces livres de mes débuts sont les livres d’un jeune Belge nourri de préjugés et d’idées catholiques, les livres qu’aurait pu écrire n’importe quel Belge dans ma situation14. »

13Pierre Assouline nuance cette affirmation :

  • 15 Hergé est resté au Vingtième Siècle de 1925 à 1940.
  • 16 P. Assouline, op. cit., p. 54.

« Au fil de ses examens de conscience, il donnera l’impression d’avoir subi son milieu. En fait, il y est parfaitement intégré. Ce n’est pas un individu déchiré par ses contradictions mais au contraire un homme en harmonie avec les idées développées autour de lui. Ce ne sont ni le hasard ni la nécessité qui l’ont conduit à entrer au Vingtième Siècle et à y rester15, au plus près de l’abbé Wallez. Il est comme un poisson dans l’eau. Dans son univers d’élection, sinon dans son cadre naturel16. »

  • 17 Ibid., p. 32.

14Hergé, dont un trait dominant du caractère est la fidélité en amitié, fut reconnaissant à l’abbé Wallez jusqu’à la mort de ce dernier, même lorsque l’abbé, qu’il considérait comme « son père spirituel17 », eut de gros ennuis à la libération de la Belgique, et fut condamné à quatre ans de réclusion en 1947.

  • 18 Ibid., p. 60, extrait du carnet personnel d’Hergé de 1931

15Fiancé depuis 1928 à la secrétaire de l’abbé Wallez, Germaine Kieckens, Georges Remi l’épousa le 20 juillet 1932. « Je ne serai pas heureux avec mon métier. Je le sais. Je serai heureux avec toi, ou sans toi avec Dieu. Pas de milieu18. » Voilà ce qu’il en dit cinquante ans plus tard :

  • 19 « Conversation avec Hergé » datée du 15 décembre 1982, dans B. Peeters, Le monde d’Hergé, Tournai, (...)

« J’ai fait mes études dans un collège catholique, mais aussi loin que je me souvienne, je peux dire que les questions religieuses ne m’ont jamais réellement préoccupé. […] Naturellement, j’allais à la messe. Et j’ai même eu des crises de mysticisme comme tout le monde !… Je me disais que ça allait changer ma vie, mais ça n’a rien changé et je m’aperçois aujourd’hui que je n’ai jamais eu réellement ce qu’on appelle la foi19. »

  • 20 B. Peeters, Hergé, op. cit., p. 41.
  • 21 Ibid.
  • 22 Archives Hergé, Les exploits de Quick et Flupke, Tournai, 1978, p. 216-221.
  • 23 Hergé, L’Oreille cassée, Tournai, noir et blanc, 1938, couleurs, 1943, p. 61.

16Deux assertions d’Hergé qu’un demi-siècle sépare, deux fonds de vérité à resituer dans leur contexte. Toujours est-il que dans les années vingt, Hergé est « très impliqué dans les mouvements d’Action catholique20 ». Benoît Peeters ajoute que « si le catholicisme le marque, c’est d’un point de vue plus moral que spirituel : la notion de péché le poursuivra longtemps21 ». Les récits de l’auteur en sont imprégnés, même si c’est avec humour et recul comme dans « Histoire triste », parue dans Le petit XXe du 8 novembre 1934. Flupke y est tiraillé entre son ange gardien et un petit démon à propos d’un billet de loterie. Les numéros des 15 et 22 novembre, intitulés respectivement « L’enfant prodigue » et « La route de la vertu », mettent en scène les mêmes personnages et concluent sur la vertu triomphante22. De nombreux lecteurs de Tintin ont en mémoire cette image d’Alonzo Perez et de Ramon Bada, les deux « méchants » de L’Oreille cassée, entraînés par des diablotins après être tombés à la mer23.

  • 24 P. Assouline, op. cit., p. 218.
  • 25 Dès le troisième numéro, Tintin tire à quatre-vingt mille exemplaires.

17Après la Seconde Guerre mondiale, Hergé travailla pour le journal Tintin, fondé en septembre 1946 par Raymond Leblanc. Or Tintin est pour des années, au dire de son fondateur, « à sa manière un journal de patronage24 ». Dès l’origine, les institutions catholiques achetaient entre cinq et dix mille exemplaires hebdomadaires25, moyennant une remise de 10 à 15 %. Ceci n’allait pas sans contrepartie morale. Ainsi, des extraits de Zadig de Voltaire, illustrés par Jacobs, avaient été publiés dans les premiers numéros de Tintin. Cela déplut aux instances catholiques et tout particulièrement au père Meeus, directeur du collège Saint-Louis de Bruxelles. Zadig passa à la trappe. Hergé, directeur artistique du journal, se défendit de cette allégeance catholique dans une réponse adressée à un abbé de Liège qui reprochait à l’hebdomadaire Tintin son manque de prosélytisme :

  • 26 D. Maricq avec la participation de P. Gaumer et C. Marmonnier, Le journal Tintin, Les coulisses d’ (...)

« Notre but est d’intéresser tous les enfants, sans en éloigner aucun. Or si l’on mettait en pratique vos conseils – histoires édifiantes, vies de saints, etc. –, il est certain que les lecteurs non-croyants finiraient vite par abandonner le journal. Il ne manque pas de journaux religieux pour magnifier – avec raison – les missionnaires, les héros, les saints. Que le nôtre, plus modestement, ait l’ambition de promouvoir une morale honnête, un civisme sain, un esprit de loyauté et de droiture, je pense que ce n’est déjà pas si mal26… »

18La réalité est quelque peu différente. On peut en juger par le ton très confessionnel de l’éditorial du numéro du 23 décembre 1948 :

« Tintin vous parle !… Joyeux Noël !
Oui mes amis, joyeux Noël ! De belles vacances, un beau réveillon autour d’une table de famille, et ces beaux jouets que vous trouvez dans vos souliers et que vous cueillez comme des fruits merveilleux aux branches du sapin toutes tremblantes de lumières.
Mais Tintin vous demande aussi de ne pas oublier qu’il y a autre chose dans ce nom de Noël. Il vous demande de penser à tout ce que représente la plus douce et la plus vénérable des traditions.
Voici bientôt deux mille ans, un enfant naissait dans une humble étable. Il était faible, il était pauvre, il était presque inconnu. Et c’est cet enfant qui devait prêcher et répandre une religion d’amour qui a bouleversé le monde. »

  • 27 Couverture reproduite dans P. Goddin, Hergé, Chronologie d’une œuvre, t. 5, 1943-1949, Bruxelles, (...)
  • 28 C’est la lecture de J.-B. Renard, Bandes dessinées et croyances du siècle, Paris, 1986, où se trou (...)
  • 29 Carte reproduite dans Ph. Goddin, Hergé, Chronologie d’une œuvre, t. 4, 1939-1943, Bruxelles, 2003 (...)
  • 30 Couverture reproduite dans Ph. Goddin, op. cit., t. 5, p. 278.

19En couverture27, le dessin dû à Hergé lui-même est on ne peut plus explicite. Tintin, Haddock, Tournesol et les Dupondt prient devant une crèche. Tous sont à genoux, les Dupondt et Tournesol ont les mains jointes, les deux policiers les yeux baissés. Tournesol a posé près de lui son chapeau et son pendule, Milou a devant lui un os, et Tintin à sa gauche un missel. Même si par pudeur ou réserve Hergé nous présente Tintin de dos, sans que l’on puisse voir ses yeux ni ses mains, la scène laisse peu de doute sur la ferveur chrétienne du jeune héros. Les personnages entourent une crèche traditionnelle avec Marie et Joseph de part et d’autre de l’enfant Jésus. Deux anges également à genoux prient Jésus. L’étable, éclairée de deux bougies allumées, est surmontée de l’étoile dont parle l’évangile de Matthieu. À l’arrière-plan, figure un sapin de Noël orné de boules et de bougies également allumées. Cette scène, sur un fond nu de couleur orangée qui lui confère un certain irréalisme, présente les deux éléments symboliques de cette fête, la crèche et le sapin. Elle met en valeur son caractère religieux auquel souscrivent les héros qui, priant devant la crèche, n’ont pas un regard pour le sapin28. Déjà, sur une carte de vœu pour Noël 1942, Tintin cheminait dans un paysage enneigé, un missel à la main. On voyait à l’arrière-plan une église illuminée surmontée de l’étoile des bergers29. D’autres dessins d’Hergé datés de cette période montrent un peu plus de distance vis-à-vis de la religion catholique. Ils oscillent entre respect et dérision par rapport à un catéchisme traditionnel encore très présent. La couverture30 du journal Tintin du 25 septembre 1947 pour le premier anniversaire de l’hebdomadaire est très représentative de cet esprit. Autour d’un berceau qui abrite les « bébés » Tintin et Milou, on trouve Haddock, la bouteille de whisky en poche, Tournesol avec son pendule et Zorrino (nous sommes en pleine publication par l’hebdomadaire du Temple du soleil) ; les Dupondt en anges musiciens chantent la gloire du « divin enfant », alors qu’un petit diable boudeur quitte la scène, armé de sa fourche.

20Contemporain de Coke en Stock et de Tintin au Tibet, le catéchisme du Chanoine Prigent obtint l’imprimatur au printemps 1957. Cet ouvrage, témoignage de la catéchèse du moment, connut un grand succès dans les milieux catholiques. On peut y lire dans la cinquième leçon, intitulée « Les anges et les démons » :

  • 31 J.-M. Prigent, Mon catéchisme illustré, cours élémentaire, Paris, 1957, p. 19.

– Que font pour nous les bons anges ?
– Les bons anges nous protègent et nous entraînent au bien. Chacun de nous a son ange gardien.
– Que font contre nous les démons ?
– Les démons cherchent à nous nuire et à nous entraîner au péché par la tentation31.

Une crise morale

  • 32 Fanny Vlamynck vécut avec Georges Remi à partir de 1960. Ce dernier, après son divorce avec Germai (...)

21Or, en novembre 1956, Hergé succombe à la tentation. Il est tombé amoureux de la jeune coloriste Fanny Vlamynck32. Ce sentiment est partagé par cette dernière, qui travaille aux Studios Hergé de l’Avenue Louise à Bruxelles depuis un an. Hergé, parlant de leur idylle, rapporte :

  • 33 N. Sadoul, op. cit., p. 134.

« Je ne la rencontrais pas plus souvent que n’importe quel autre membre des studios. […] Je ne sais pas comment cela s’est fait, mais cela s’est fait tout seul, peu à peu : quelque chose s’est passé, quelque chose de merveilleux nous est arrivé33. »

  • 34 Coke en stock fut pré-publié dans l’hebdomadaire Tintin, en Belgique du 30 octobre 1956 au 1er janv (...)
  • 35 Hergé, Coke en stock, Tournai, 1958, réédition fac-similé, 2003, p. 42.
  • 36 Mt 26, 41 ; Mc 14, 38.

22C’est aussi le début d’une grave crise personnelle, car Georges Remi, marié depuis plus de vingt-cinq ans, est déchiré entre son sens du devoir, son affection pour Germaine, et sa passion pour Fanny. L’auteur est assailli de cauchemars. Quand il dessine Coke en stock34, il aimerait être Tintin qui dort sur ses deux oreilles, alors qu’il est Haddock, tenté par la boisson35. La métaphore est explicite car, si Haddock ne succombe pas à la tentation, il ne le doit pas à sa force d’âme, mais au roulis qui, agitant le navire, a brisé la bouteille de whisky. « Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation : l’esprit est ardent, mais la chair est faible36. » Une douzaine d’années après cette crise, interrogé par Numa Sadoul, Hergé l’évoqua ainsi :

  • 37 N. Sadoul, op. cit., p. 133.

« Je connais quand même Germaine depuis 1927, ce n’est pas rien, vous savez ! Je l’ai connue au Vingtième Siècle ; elle était la secrétaire du patron, l’abbé Wallez, qui était, lui, un homme à la fois d’une grande hauteur de vue et d’un rigorisme extrême. Un personnage étonnant. Or, nous avons tous les deux, mon épouse et moi, subi l’influence de l’abbé dans cette espèce d’intransigeance morale. Nous nous sommes livrés à une sorte de surenchère dans la recherche d’une perfection certainement utopique ; recherche de la hauteur de vue, de la meilleure attitude à suivre, etc. Germaine était naturellement, de par sa nature, plus experte que moi dans la recherche de cette intransigeance… Je me suis donc aperçu – mais j’ai mis longtemps à m’en apercevoir ! – que je n’étais pas fait pour respirer en permanence sur les cimes37. »

23Comment ne pas songer à Haddock au début de Tintin au Tibet ? Alors qu’avec Tintin, il passe des vacances dans les Alpes, il refuse d’accompagner ce dernier en randonnée, préférant rester tranquillement à l’hôtel :

  • 38 Hergé, Tintin au Tibet, fac-similé de l’édition originale de 1960, Tournai, 2004, p. 1.

« La montagne, comme paysage, ça ne me dérange pas trop… Mais s’obstiner à grimper sur des tas de cailloux, ça, ça me dépasse !… D’autant plus qu’il faut toujours finir par redescendre. Alors, à quoi ça sert, je vous le demande38… »

Une thérapie créative

24Coke en Stock est un album foisonnant. À côté de Tintin, et de ce qu’il est convenu d’appeler sa « famille », c’est-à-dire Milou, Haddock, Tournesol, Dupont et Dupond, et Nestor, nous assistons au retour de plus d’une douzaine de personnages secondaires.

  • 39 Tintin au Tibet fut prépublié dans l’hebdomadaire Tintin, en Belgique du 17 septembre 1958 au 25 no (...)
  • 40 Adjectif employé par Hergé lui-même, « La dernière interview d’Hergé », dans Tintin no 11 bis, mar (...)
  • 41 Personnage inspiré du chef des sherpas ayant accompagné Maurice Herzog dans la conquête de l’Annap (...)
  • 42 N. Sadoul, op. cit., p. 40.

25À l’inverse, Tintin au Tibet, qui lui succède39, est un récit « dépouillé40 » comportant peu de personnages : essentiellement Tintin, Milou, Haddock, leur guide Tharkey41, et pas de « méchants ». On n’y trouve pas le manichéisme externe habituel, qui oppose la « famille » aux « méchants ». Cette fois il est interne à Tintin, Haddock et Milou, facettes multiples de l’auteur : « Tintin, c’est moi quand j’aimerais être héroïque, parfait ; les Dupondt, c’est moi quand je suis bête ; Haddock, c’est moi quand j’ai besoin de m’extérioriser42. » Dans les mêmes entretiens, Hergé ajoutait :

  • 43 Ibid., p. 49.

« À mesure que les années ont passé, sont nés autour de Tintin des personnages qui sont pleins de défauts, eux, et qui sont donc plus humains que lui. Prenez le cas du capitaine Haddock, par exemple : celui-là s’accepte, ne réfléchit pas. Je me retrouve un peu en lui, parfois […]. Mais Tintin est certainement né de mon désir inconscient d’être parfait, d’être un “héros”. Ce qui est très, très rarement le cas dans la vie de tous les jours43 !… »

  • 44 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 50.

26Cette différence de nature entre Haddock, Milou et Tintin, est observable dans le fait qu’Hergé a doté d’ange gardien et de démon, reflets de leurs conflits intérieurs, les deux premiers personnages, mais en a exempté Tintin, « Cœur Pur », comme le nomme le lama Foudre Bénie44.

  • 45 Lettre du 14 février 1957 d’Hergé à Pierre Bouvet, dans Hergé, catalogue de l’exposition du Centre (...)
  • 46 M Benoît-Jeannin, Les guerres d’Hergé, Essai de paranoïa-critique, Bruxelles, 2007, p. 233.
  • 47 N. Sadoul, op. cit., p. 57.
  • 48 Ibid., p. 58.
  • 49 D. Quella-Guyot, Lire Tintin au Tibet de Hergé, Poitiers, 1993, p. 13.
  • 50 N. Sadoul, op. cit., p. 178-180.

27En mars 1959, alors que Tintin et ses compagnons sont au Tibet et qu’Hergé a dessiné un peu plus de la moitié de l’album, la révolte populaire antichinoise est réprimée dans le sang à Lhassa, suivie de l’exil du dalaï-lama. Tintin au Tibet ne contient pas la moindre allusion à ce contexte géopolitique. Certains exégètes, pour expliquer cette absence, ont argué de critiques faites à l’auteur à la suite de la publication de Coke en Stock45, ou du fait que Tchang soit chinois. Récemment, Maxime Benoît-Jeannin écrit, sans davantage étayer son jugement que dans la plupart des autres pages de son ouvrage pamphlétaire, que « pour des publications de la famille idéologique dont il [Hergé] est le directeur artistique, la Chine communiste n’existe pas. Elle est aux mains des marxistes athées. Elle s’oppose à la domination occidentale en Asie46 ». Rappelons que Hergé avait dénoncé, dans le Lotus bleu, l’invasion de la Mandchourie par les Japonais, dans L’Oreille cassée, la guerre du Gran Chaco entre le Paraguay et la Bolivie, et dans Le Sceptre d’Ottokar, l’Anschluss de l’Allemagne sur l’Autriche. Il nous paraît plus simplement, en nous en tenant à la lecture des divers témoignages et de l’album lui-même, si plein de cette « épreuve épouvantable47 » subie par Hergé, que l’auteur est alors incapable de s’excentrer. À un point tel qu’en mai 1959, il consulte un psychanalyste, disciple de Jung. Celui-ci lui aurait confié : « Vous n’arriverez jamais au bout de votre travail. C’est une crise que vous devez assumer. Moi, à votre place, je stopperais tout de suite. » Et Hergé d’ajouter : « Je n’ai pas stoppé. Au contraire, je me suis accroché, en bon scout que j’avais été48. » Il a sans doute trouvé dans cette « œuvre [qui] fait en effet l’apologie du sentiment, de la fidélité, du courage et du souvenir […] un remède, un exutoire49 », avis partagé par Numa Sadoul50.

28Jamais sans doute, le démon familier cher à Socrate n’a autant visité Hergé que lorsque Tintin décide de partir à la recherche de Tchang. Compte tenu de l’éducation chrétienne d’Hergé, ce démon est sans doute plus proche de la conception développée par Apulée que de l’interprétation de Platon :

  • 51 Apulée, Le démon de Socrate, Paris, 1993, p. 66.

« Ce démon dont je parle, témoin inévitable, réprobateur quand nous agissons mal, approbateur quand nous agissons bien, si nous […] l’honorons pieusement comme Socrate l’a honoré avec un esprit de justice et d’innocence, nous offre sa prévoyance dans les situations incertaines, ses conseils dans les situations difficiles, sa protection dans le danger, son assistance dans la détresse et il peut, par des songes, par des signes ou même par sa présence quand le besoin s’en fait sentir, détourner le mal, faire triompher le bien, relever ce qui est à terre, soutenir ce qui chancelle, éclairer ce qui est obscur, diriger la bonne fortune, corriger la mauvaise51. »

Georges-Archibald Haddock

  • 52 Hergé, catalogue de l’exposition du Centre Pompidou à Paris, Bruxelles, 2006, p. 916.

« Une histoire, quoi qu’on fasse, est toujours porteuse d’un message. Que j’en aie été conscient ou non, je me suis exprimé dans ce que j’ai écrit et dessiné : sans le vouloir et sans le savoir, j’y ai mis ce que je pensais, ce que je sentais, ce que j’étais52. »

29À la lumière des informations données par Hergé et ses biographes, livrons-nous à une relecture de quelques thèmes récurrents de Tintin au Tibet qui apparaissent comme la transposition de la crise morale vécue par l’auteur.

30Nous ne reviendrons sur les symboliques de l’ascension et de la neige, omniprésentes dans cet album, et qui ont déjà été abondamment abordées par les exégètes de l’œuvre, que pour citer Hergé lui-même :

  • 53 Il s’agit du docteur Franz Riklin. L’orthographe de son nom a été corrigée par Benoît Peeters dans (...)
  • 54 P. Hamel et B. Peeters, « Entretien avec Hergé », dans Minuit, no 25, septembre 1977, p. 27.

« C’était une lutte entre deux éléments qui existaient en moi, comme en tout le monde d’ailleurs : la Pureté, d’une part la pureté avec un P majuscule énorme et l’autre tendance. Et j’entends encore le docteur Ricklin53 me dire avec son fort accent zurichois : “Vous devez tuer en vous le démon de la pureté”. Oui, il a bien dit : le démon de la pureté ! Je me trouvais aux prises avec un problème où cette Pureté sous toutes ses formes (le blanc, la neige, les glaces, les sommets) était en jeu. C’est tout ce qu’il m’a dit d’ailleurs. Il a mis le doigt sur la plaie et à cela s’est bornée son intervention. Mais elle a été décisive54. »

Un choix douloureux

  • 55 A. Bernard Marchand, Tintin au pays de la ferveur, Montréal, 1996, p. 49.
  • 56 Le guide Tharkey change également d’avis à deux reprises (p. 13-15 et 35-41).
  • 57 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 6.
  • 58 Ibid., p. 14.
  • 59 Ibid., p. 38.
  • 60 Ibid., p. 52-53.
  • 61 B. Peeters, op. cit., p. 393.
  • 62 Ibid., p. 395.
  • 63 Ibid., p. 396.
  • 64 Mt 19, 6.
  • 65 Nom donné par les Belges à ce quotidien passé sous contrôle allemand durant la période de l’occupa (...)

31Le thème du choix et du détachement traverse ce récit grandement autobiographique. Malgré la crise qu’il traverse, Hergé le traite avec un humour qui, selon Freud, est « libérateur ». Seul dans cette aventure, Tintin est animé d’une volonté inébranlable de tenter de retrouver Tchang, alors que tout porte à croire qu’il est mort. Haddock, quant à lui, « qui, depuis son installation à Moulinsart, n’aspire plus qu’à la tranquillité d’une vie sans trop de relief55 », par quatre fois, revient sur sa décision de partir56. Parmi les pistes de lecture, on peut suggérer celle qui consiste à associer le refus initial de bouger à Germaine, et l’acceptation de l’aventure tibétaine à Fanny. Dans les Alpes, à l’hôtel, Haddock renonce une première fois à accompagner Tintin au Népal : « Et quand je dis non, c’est non57 ! » Sur la vignette suivante, dans un raccourci elliptique, on retrouve le capitaine descendant de l’avion avec Tintin à New-Delhi. Inversement, à Katmandou, après avoir affirmé à Tintin qu’il le laissait partir seul à la recherche de Tchang, trois jours plus tard, il boucle son sac à dos, concluant : « Je pars avec vous, que ça vous plaise ou non ! Et pas un mot de plus où je reste58 !… » Dans la montagne, alors que Tharkey décide d’abandonner les recherches, Haddock se range finalement à son point de vue : « J’ai changé d’avis… Continuer ainsi, sans guide, c’est de la folie pure59 ! », avant que Tintin n’arrive en quelques minutes à lui faire changer d’opinion, après lui avoir fait boire du cognac. Dernier revirement, après avoir laissé partir Tintin seul du monastère de Khor-Biyong, Haddock le rejoint trois jours plus tard60, sous un futile prétexte d’appareil photo oublié. Il nous semble que l’on discerne, derrière les tergiversations du capitaine Haddock, bien autre chose qu’un simple gag itératif. On peut y voir les propres atermoiements d’Hergé tels que nous les rapporte Benoît Peeters : « À la fin du mois de mai 1959, Hergé prend la décision de se séparer de Germaine61 », « en septembre 1959 […], il essaie de lui faire admettre qu’il ne peut plus se passer de Fanny, mais que ce serait une erreur de rompre leur mariage62 » ; et au début novembre de la même année, « Hergé explique à Germaine qu’il ne peut plus vivre de cette façon et qu’il va s’en aller63 ». Georges Remi, qui connaît certainement l’évangile de Matthieu – « ce que Dieu a uni, l’homme ne doit point le séparer64 » –, éprouve le besoin de s’adresser à ces nouveaux confesseurs que sont les psychanalystes. Sur les conseils de Raymond de Becker, ancien rédacteur en chef du Soir « volé65 », qui est devenu un des spécialistes de Carl Jung, Hergé décide de consulter un de ses disciples. En mai 1959, alors qu’il en est à la moitié de Tintin au Tibet, il rencontre le professeur Franz Riklin, évoqué plus haut, qui lui conseille d’interrompre son travail.

32Bien plus tard, en 1977, alors qu’il est désormais divorcé et vient de se remarier avec Fanny Vlamynck, Hergé confiera à Benoît Peeters :

  • 66 P. Hamel et B. Peeters, op. cit., p. 27.

« C’était la crise des cinquante ans. On devrait pouvoir préparer les gens à ces sortes de crise, mais on n’en parle jamais en Occident. En Orient, au contraire, on le fait. Là-bas, il n’y a pas une opposition tranchée entre le bien et le mal, comme dans la religion catholique par exemple, opposition si tranchée qu’elle risque parfois de mener à la schizophrénie. Il nous faut apprendre que le bien et le mal coexistent, qu’on ne peut avoir l’un sans l’autre. Il faut s’admettre entièrement, s’accepter, c’est ce que Jung appelle le processus d’individuation66. »

33Mais en 1959, il n’est pas facile à Hergé de couper le lien qui l’unit à Germaine :

  • 67 N. Sadoul, op. cit., p. 57.

« Voici une souffrance que le scoutisme a exacerbé en moi : j’ai quitté ma femme, il y a une dizaine d’années, et ce fut une souffrance épouvantable. Pour elle, certainement, je ne veux pas inverser les rôles. Mais pour moi aussi ; ce manquement grave à une parole donnée, je l’ai ressenti comme un drame67. »

34Alors Hergé dessine Haddock qui a littéralement fait un faux pas et vient de dévisser. Suspendu dans le vide, il est encordé à Tintin. Ce dialogue entre Haddock et Tintin, extrait d’une planche de juin 1959, n’est-il pas celui d’un imaginaire, conscient ou non, entre Georges et Germaine ?

  • 68 Hergé, Tintin au Tibet, p. 40.

– Haddock : Vous, au moins, vous pouvez vous sauver : coupez la corde, c’est la seule solution !
– Tintin : Jamais !…Nous nous sauverons ensemble ou nous périrons ensemble !
– Haddock : C’est malin, ce que vous dites là !…Mieux vaut une seule victime que deux, non ?… Coupez cette corde Tintin !
– Tintin : Jamais ! vous m’entendez !…Jamais, je ne ferai cela !
– Haddock : Eh bien ! je le ferai moi-même !…Mon canif !…Et allons-y !…Larguons les amarres68 !

  • 69 S. Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne, chap. 8 « Méprises et maladresses », Paris, 1923

35Et alors qu’Haddock (Georges) a décidé de couper la corde qui l’unit à Tintin (Germaine), il lâche son couteau qui tombe dans le vide. Bien qu’Hergé soit plus un adepte de Jung que de Freud, on peut déceler dans le geste de Haddock un superbe acte manqué69.

La transgression et le remords

  • 70 Hergé, Tintin au Tibet, p. 14-15 et 38.
  • 71 Ibid., p. 19.

36Autre thème majeur, celui de la transgression et du remords. Haddock est repris par son vieux démon, son penchant naturel pour les boissons alcoolisées. Nous avons mentionné comment il y échappait bien involontairement dans Coke en stock, l’aventure précédente. Dans Tintin au Tibet, il y succombe à plusieurs reprises70. Milou également71. Tintin refuse d’abord d’admettre ce fait, attribuant l’ivresse de Milou au mal des montagnes, avant de convenir qu’elle est due à l’alcool. On retrouve la même difficulté à affronter une douloureuse réalité chez Germaine Remi lorsqu’elle préfère attribuer l’aventure de Georges avec Fanny au démon de midi, plutôt qu’à un sentiment plus profond.

  • 72 N. Sadoul, op. cit., p. 134.

« Je vous le répète, la séparation, la période où tout a basculé, ce fut un vrai supplice : je quittais un être, ma femme, qui m’avait réellement consacré sa vie, auquel je n’avais strictement aucun reproche majeur à faire… C’est seulement un climat qui s’est détérioré. Elle a évolué dans son sens, moi dans le mien, le lien s’est bêtement déchiré, c’est tout ! Mais, pour elle, il n’y avait aucune raison valable : c’était simplement le “démon de midi” qui saisissait M. Le Trouhadec72. »

  • 73 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 16.
  • 74 Ibid., p. 26.
  • 75 Ibid., p. 19.

37Germaine refuse d’affronter l’idée d’une séparation, puis d’un divorce qui ne sera prononcé qu’en 1975. Dans Tintin au Tibet, récit soumis à la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, derrière la métaphore de la bouteille, on peut lire l’adultère et le remords. L’alcoolisme d’Haddock et de Milou sont en effet à chaque fois sanctionnés. Haddock heurte un arbre73, déclenche une avalanche74, Milou tombe dans un torrent75. Une seule fois dans Tintin au Tibet, et pour un court moment, Tintin renonce à sa quête de Tchang, et il verse des larmes. Derrière Tintin qui pleure Tchang, on peut se demander qui se cache, Germaine ou Georges ? Certainement, une conception de la fidélité à la parole donnée à laquelle Hergé est en train de renoncer.

Le renoncement

  • 76 Ibid., p. 15.
  • 77 Ibid., p. 27.
  • 78 D. Loreau, L’art de la simplicité, Paris, 2005, p. 15.
  • 79 B. Peeters, Hergé, fils de Tintin, op. cit., p. 396.

38Dans Tintin au Tibet, la recherche de Tchang passe en effet par le renoncement. Tout au long de l’expédition, Tintin se déleste peu à peu de ses bagages pour ne conserver que l’essentiel. Au départ, l’expédition compte six membres, Tintin, Haddock, Tharkey et trois Sherpas, tous lourdement chargés, auxquels il convient d’ajouter Milou76. Ensuite, les porteurs effrayés par le yéti abandonnent Tintin, puis c’est au tour de Tharkey et d’Haddock de quitter le héros qui ne conserve que l’indispensable77. « J’ai peu à peu réalisé que plus je me délestais, moins ce qui me restait m’était indispensable : finalement on a besoin de très peu pour vivre78. » C’est déjà cette « philosophie » très inspirée par celles de l’Orient, auxquelles Hergé sera de plus en plus sensible, que Benoît Peeters met dans la bouche de l’auteur en cette fin d’année cinquante-neuf, alors qu’il a décidé de se séparer de Germaine : « Dussé-je vivre dans une mansarde, cela m’est égal79. »

L’abandon du religieux

  • 80 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 50.
  • 81 Ibid., p. 55.
  • 82 Hergé, Les 7 boules de cristal, Tournai, 1948, réédition fac-similé 2001, p. 6-7. Dans cette magis (...)
  • 83 Hergé a même supprimé dans l’album actuel une scène où l’on voit Haddock se mettre littéralement d (...)
  • 84 A. Bernard Marchand, op. cit., p. 76.
  • 85 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 7.
  • 86 Ibid., p. 21.

39Dans Tintin au Tibet, Haddock et Tintin représentent deux visions du monde entre lesquelles Hergé est tiraillé. Celle de Tintin, empreinte de foi et de quête de spiritualité, est conforme à l’éducation de Georges Remi et aux aspirations de Germaine et de Norbert Wallez. Celle de Haddock, pétrie de raison et de matérialisme, est davantage tournée vers la quête du plaisir symbolisé dans cette aventure par l’alcool. Le capitaine, tel saint Thomas, ne croit que ce qu’il voit. Il est obsédé par la prise de photos, que ce soit la lévitation de Foudre Bénie80 ou le yéti81. Tout au long du récit, Haddock est ancré dans la matérialité. Cette tendance d’Haddock avait déjà été développée par Hergé dans Le Trésor de Rackham le Rouge, avec l’héritage du trésor et du château de Moulinsart, dans Les 7 boules de cristal, avec la tentative d’Haddock de changer l’eau en vin82, et dans Le Temple du Soleil, avec le trésor de l’Inca83. « C’est néanmoins au Tibet, là où le sens du sacré est peut-être le plus fort, que le capitaine […] se surpasse dans son entreprise de désacralisation84. » Dans Tintin au Tibet, Haddock refuse systématiquement le religieux, que ce soit en Inde avec l’épisode de la vache85, ou au Tibet avec celui du chorten86. Mais à chaque fois, là encore, il est puni.

  • 87 Ibid., p. 6.
  • 88 Ibid., p. 3.

40À l’inverse, Tintin est doté d’une foi inébranlable. « Comme je le crois vivant, je pars à sa recherche87 », dit-il à Haddock, qui, comme le lecteur, doit croire son compagnon sur parole. Tintin a vu Tchang l’appelant au secours88, mais Hergé ne nous montre pas cette « vision », pas plus qu’il ne nous donnera à voir celles de Foudre Bénie. Nous sommes dans le domaine de la Foi. Nous devons donc faire confiance, au sens étymologique du terme.

  • 89 B. Peeters, Hergé, fils de Tintin, op. cit., p. 388-392.
  • 90 P. Babin, Sigmund Freud, « Un tragique à l’âge de la Science », Paris, 1990, p. 51.
  • 91 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 16. On pourra lire une analyse détaillée de cette séquence on (...)
  • 92 N. Sadoul, op. cit., p. 178.
  • 93 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 16-17.
  • 94 B. Peeters, Hergé, fils de Tintin, op. cit., p. 406.
  • 95 Ibid., p. 396.

41Hergé, en proie à de nombreux rêves, les a notés de façon détaillée à partir de l’automne 1958, lorsqu’il traversait cette crise morale89. « C’est au rêveur, dans sa singularité unique, qu’il appartient de savoir, à partir des éléments du rêve, ce dont il est porteur90 », aussi nous garderons-nous d’une quelconque tentative d’analyse de ceux-ci. Nous délaisserons également le rêve du Capitaine Haddock91, qui a été trop « reconstruit », aux dires mêmes d’Hergé92, pour être inconsciemment révélateur. En revanche, sur la même page succédant au rêve, Haddock est en proie à un véritable cauchemar éveillé. Sous la tente, en plein Népal, ses tympans sont agressés par le transistor des porteurs qui diffuse l’air des bijoux du Faust de Gounod par la Castafiore93. Trois ans plus tard, dans Les bijoux de la Castafiore, « l’auteur achève en fait de régler ses comptes et de liquider ses démons. […] Il ne faut pas être grand clerc pour identifier la Castafiore à la Germaine des années cinquante94 ». Ainsi, en plein Népal, sous la tente, Haddock est-il poursuivi par la voix de la diva, comme « Germaine [qui] fait du scandale en plein milieu de l’avenue Louise, apostrophant bruyamment Hergé et Fanny. […] Elle se met aussi à traquer Georges et Fanny, cherchant les endroits où ils se retrouvent95 ».

  • 96 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 49-50.
  • 97 Hergé, Le Temple du soleil, Tournai, 1949, reéd. fac-similé 2001, p. 49.
  • 98 Hergé, Le Stratonef H. 22, Destination New-York, Tournai, 1951 et éd. actuelle, p. 27.

42Traitée de façon humoristique, l’attitude d’Haddock vis-à-vis des membres du clergé est le reflet du désengagement religieux d’Hergé. Dans Tintin au Tibet, l’irrévérencieux Haddock qualifie le Grand Précieux tour à tour de Grand Sachem, Grand Vizir, Grand Mufti, Grand Mogol, Grand Turc pour terminer par Grand Chose et Grand Bazar96. Déjà, dans Le temple du soleil, le capitaine avait traité l’Inca de « cannibale emplumé97 ». Durant cette période, lorsque Hergé reprend certains de ses récits pour les modifier, il gomme les allusions trop marquées à la religion catholique. Par exemple, dans les Aventures de Jo et Zette, qui avaient été créées au milieu des années trente pour l’hebdomadaire confessionnel Cœurs Vaillants, la Mission catholique du père Francœur devient le camp de base du professeur Nielsen98.

  • 99 L. Révillon, « Les Noëls de Tintin, reflets de l’évolution du phénomène religieux dans la bande de (...)
  • 100 Ibid., p. 47.

43La publication de Tintin au Tibet marque l’arrêt définitif de l’engagement catholique de Tintin. La dernière couverture de Noël de l’hebdomadaire Tintin due à Hergé date du 17 décembre 195999. La « famille » au complet chante face à une crèche dont nous ne voyons que l’arrière du bâtiment. En fait, Hergé ne nous représente pas la scène, mais seulement son reflet dans une boule rouge suspendue à une branche de sapin. Jusqu’alors, le religieux subsistait à côté du profane, désormais il a été englobé, au sens strict du terme, par le profane. Haddock, qui lève une coupe de champagne, ne nous fait plus songer au calice de l’élévation que pour mieux en percevoir la profanation. Noël n’est plus que le reflet d’une fête religieuse dont on ne perçoit ni les acteurs ni le sens. La couverture de 1964 n’est qu’un recadrage désacralisé d’une ancienne image, datée de 1953100. Cette disparition des « Noëls de Tintin » ne saurait être attribuée à la seule crise personnelle que traverse Hergé. Rappelons que dans le domaine de la bande dessinée, 1959 est également l’année de l’arrivée de Pilote, qui s’attaque par le biais de l’humour aux valeurs traditionnelles. L’apparition de ce nouvel hebdomadaire contribuera à l’évolution de la politique éditoriale d’autres publications pour la jeunesse, et à faire voler en éclats la loi du 16 juillet 1949.

La quête du spirituel

44Comme Haddock, Hergé rejette la religion mais nul doute que comme Tintin, il aspire à recevoir en cadeau du Grand Précieux une écharpe de soie, forme traditionnelle de respect religieux chez les Tibétains. L’auteur est désormais en quête de spiritualité, plongé depuis plusieurs années dans la philosophie du Tao. Peut-être est-ce cette sagesse orientale qui va amener Tintin, dans les derniers albums dessinés par Hergé, à intervenir de moins en moins sur le cours des événements. Si comme Haddock, dans les années quarante, Hergé était encore sensible à la richesse et à la gloire, à la fin des années cinquante, auteur à succès à l’abri du besoin, sa quête n’est plus matérielle mais spirituelle. Il aspire au bonheur et à une certaine sérénité.

45De septembre 1958 à novembre 1959, à travers Tintin au Tibet, Hergé a évacué la grave crise qu’il traversait en la jetant sur le papier. Lorsque l’album est terminé, il a pris sa décision, et il quitte sa première épouse. En affirmant sa rupture avec Germaine, Hergé entérine également sa séparation avec la religion catholique. Il a définitivement tué le père spirituel qu’il s’était choisi en Norbert Wallez, décédé le 24 septembre 1952.

  • 101 N. Sadoul, op. cit., p. 135.

« Pendant trop longtemps, mes vraies tendances avaient été étouffées par elle [Germaine] et par l’abbé Wallez. Sans qu’ils l’aient voulu ou su, naturellement. Moi-même, je me forçais à être ce que j’étais alors. J’étais devenu très “protestant”, si vous voyez ce que je veux dire. Rigide, moraliste101. »

  • 102 Ibid., p. 136.
  • 103 Témoignage de sa seconde épouse Fanny, interviewée par R. Vandamme, « L’homme intérieur » dans Tél (...)
  • 104 « Le thème de l’expulsion des démons était lié dans l’esprit du temps à la guérison des maladies, (...)

46Il pourra dire ensuite à Numa Sadoul : « Je crois que je les ai exorcisé, mes démons. De toute manière, je vis en paix avec eux. Je ne crois plus avoir besoin de me défouler, n’étant plus refoulé102. » Hergé s’est accepté avec ses qualités et ses défauts, en homme « qui vivait tous ses sens en éveil. Il aimait les matières, les bons vins, la bonne chère, les jolies femmes, la nature, les animaux et particulièrement les chats103 ». Il est symboliquement guéri, au sens des évangiles104.

Bibliographie

Bibliographie des ouvrages consultés

Œuvres d’Hergé

Hergé, Tintin au Tibet, Tournai, Casterman, 2004, fac-similé de l’édition originale de 1960.

Hergé, Coke en stock, Tournai, Casterman, 2003, fac-similé de l’édition originale de 1958.

Hergé, L’Oreille cassée, Tournai, Casterman, 1986, fac-similé de l’édition originale noir et blanc de 1938 ; 2002, fac-similé de l’édition originale couleurs de 1943.

Hergé, Les 7 boules de cristal, Tournai, Casterman, 2001, fac-similé de l’édition originale de 1948.

Hergé, Le Temple du Soleil, Tournai, Casterman, 2001, fac-similé de l’édition originale de 1949, et réédition au format à l’italienne des planches parues dans le journal Tintin, Tournai, Casterman, 2003.

Hergé, Les bijoux de la Castafiore, Tournai, Casterman, 1963.

Hergé, Le Stratonef H. 22, Destination New-York, Tournai, Casterman, 1951, et réédition actuellement disponible.

Archives Hergé, Les exploits de Quick et Flupke, Tournai, Casterman, 1978.

Essais sur Hergé

Ajame P., Hergé, Paris, Gallimard, 1991.

Assouline P., Hergé, Paris, Plon, 1996.

Benoït-Jeannin M., Les guerres d’Hergé, essai de paranoïa critique, Bruxelles, Aden, 2007.

Bernard Marchand A., Tintin au pays de la ferveur, Montréal, Les Herbes rouges, 1996.

Bourdil P-Y., Hergé, Bruxelles, Labor, 1990 (seconde édition).

Collectif, Au Tibet avec Tintin, Bruxelles, Fondation Hergé, 1994.

Collectif, Hergé, catalogue de l’exposition du Centre Pompidou à Paris, Bruxelles, Moulinsart, 2006.

David M., Une psychanalyse amusante, Tintin à la lumière de Lacan, Paris, La Méridienne, Desclée de Brouwer, 1994.

Floch J.-M., Une lecture de Tintin au Tibet, Paris, PUF, 1997, coll. « Formes sémiotiques ».

Goddin P., Hergé, Chronologie d’une œuvre, tome 4, 1939-1943, Bruxelles, Moulinsart, 2003.

Goddin P., Hergé, Chronologie d’une œuvre, tome 5, 1943-1949, Bruxelles, Moulinsart, 2004.

Hamel P., Peeters B., « Entretien avec Hergé », dans Minuit, no 25, septembre 1977.

Maricq D. avec la participation de Gaumer P. et Marmonnier C., Le journal Tintin, Les coulisses d’une aventure, Bruxelles, Moulinsart, 2006.

Peeters B., 1922-1932, Hergé, Les débuts d’un illustrateur, Tournai, Casterman, 1987.

Peeters B., Le monde d’Hergé, Tournai, Casterman, 1990, nouvelle édition.

Peeters B., Hergé, fils de Tintin, Paris, Flammarion, 2002.

Quella-Guyot D., Lire Tintin au Tibet de Hergé, Lecture méthodique et documentaire, Poitiers, Le Torii, 1990.

Révillon L., « Les Noëls de Tintin, reflets de l’évolution du phénomène religieux dans la bande dessinée d’après-guerre », dans Bœspflug F. et Révillon L., L’image dans la culture religieuse, Besançon, Arpec de Franche-Comté, 1996, p. 41-54.

Sadoul N., Entretiens avec Hergé, édition définitive, Tournai, Casterman, 1989.

Springael H., Avant Tintin, Dialogue sur Hergé, Bruxelles, Hervé Springael, 1987.

Essais sur la religion et la bande dessinée

Renard J.-B., Bandes dessinées et croyances du siècle, Paris, PUF, 1986. Cet ouvrage a fait date, mais il a vingt ans d’âge. Aujourd’hui, les études les plus pertinentes sur les liens entretenus entre bande dessinée et religion sont dues à René Nouailhat, spécialiste de l’enseignement du fait religieux et d’Edgar P. Jacobs :

Nouailhat R., Jacobs, la marque du fantastique, Besançon, Sceren-Mosquito, 2004.

Nouilhat R., « Les représentations de l’Antiquité dans la bande dessinée, Du péplum apologétique à la réhabilitation du paganisme », dans Liens de mémoire, Genres, repères, imaginaires, Paris, L’Harmattan, 2006.

Nouailhat R., « Les anges et les démons d’Edgar-Pierre Jacobs. Le secret d’Abdel Razek et le mystère d’Olrik », communication du 9 juin 2006 au colloque d’Orléans.

Autres ouvrages

Ang-Tharkey, Mémoires d’un Sherpa, Paris, Amiot-Dumont, 1954.

Apulée, Le démon de Socrate, Paris, Rivages Poche, 1993.

Babin P., Sigmund Freud, « Un tragique à l’âge de la science », Paris, Gallimard Découvertes, 1990.

La Bible de Jérusalem, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.

Coblence J.-M. et Tchang Y., Tchang ! Comment l’amitié déplaça les montagnes, Bruxelles, Moulinsart, 2003.

Collectif coordonné par Crépin T. et Groensteen T. « On tue à chaque page » La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, Paris, éd. Du Temps, 1999.

Freud S., Psychopathologie de la vie quotidienne, Paris, Payot, 1923.

Loreau D., L’art de la simplicité, Paris, Robert Laffont, 2005.

Prigent J.-M., Mon catéchisme illustré, cours élémentaire, Paris, Tolra, 1957.

Sesboüé B., Le Da Vinci Code expliqué à ses lecteurs, Paris, Le Seuil, 2006.

Notes

1 N. Sadoul, Entretiens avec Hergé, édition définitive, Tournai, 1989, p. 10. La dizaine de pages intitulées « notes préliminaires », d’où cette citation est extraite, n’apparaît sous la plume de Numa Sadoul qu’à partir de cette édition, c’est-à-dire six ans après la mort d’Hergé. Ces précisions sont absentes de l’édition originale de 1975, et de sa première réédition de 1983.

2 B. Peeters, lors d’une interview, dans Les Inrockuptibles, no 28, octobre 1995, numéro consacré en grande partie à Hergé.

3 P. Assouline, Hergé, Paris, 1996, p. 14.

4 « La dernière interview d’Hergé », dans Tintin, no 11bis, mars 1983, p. 17.

5 N. Sadoul, Entretiens avec Hergé, op. cit., p. 16.

6 P.-Y. Bourdil, Hergé, 2e éd., Bruxelles, 1990, p. 56.

7 Pour les références précises à tous ces ouvrages, se reporter infra à la bibliographie.

8 P. Assouline, op. cit., p. 310.

9 P. Ajame, Hergé, Paris, 1991, p. 315.

10 N. Sadoul, op. cit., p. 24.

11 H. Springael, Avant Tintin, Dialogue sur Hergé, Bruxelles, 1987, p. 52.

12 P. Assouline, op. cit., p. 24.

13 Ibid., p. 28.

14 Ibid., p. 46, extrait du tapuscrit original des entretiens Hergé-Sadoul.

15 Hergé est resté au Vingtième Siècle de 1925 à 1940.

16 P. Assouline, op. cit., p. 54.

17 Ibid., p. 32.

18 Ibid., p. 60, extrait du carnet personnel d’Hergé de 1931

19 « Conversation avec Hergé » datée du 15 décembre 1982, dans B. Peeters, Le monde d’Hergé, Tournai, 1990, p. 211.

20 B. Peeters, Hergé, op. cit., p. 41.

21 Ibid.

22 Archives Hergé, Les exploits de Quick et Flupke, Tournai, 1978, p. 216-221.

23 Hergé, L’Oreille cassée, Tournai, noir et blanc, 1938, couleurs, 1943, p. 61.

24 P. Assouline, op. cit., p. 218.

25 Dès le troisième numéro, Tintin tire à quatre-vingt mille exemplaires.

26 D. Maricq avec la participation de P. Gaumer et C. Marmonnier, Le journal Tintin, Les coulisses d’une aventure, Bruxelles, 2006, p. 26. Cette lettre d’Hergé, citée sans aucune référence, peut sans doute être datée des origines du journal, fin 1946 ou début 1947.

27 Couverture reproduite dans P. Goddin, Hergé, Chronologie d’une œuvre, t. 5, 1943-1949, Bruxelles, 2004, p. 350.

28 C’est la lecture de J.-B. Renard, Bandes dessinées et croyances du siècle, Paris, 1986, où se trouve reproduite cette couverture, p. 85, qui a suscité notre intérêt pour les « Noëls de Tintin ».

29 Carte reproduite dans Ph. Goddin, Hergé, Chronologie d’une œuvre, t. 4, 1939-1943, Bruxelles, 2003, p. 295.

30 Couverture reproduite dans Ph. Goddin, op. cit., t. 5, p. 278.

31 J.-M. Prigent, Mon catéchisme illustré, cours élémentaire, Paris, 1957, p. 19.

32 Fanny Vlamynck vécut avec Georges Remi à partir de 1960. Ce dernier, après son divorce avec Germaine, épousa Fanny en mai 1977. Veuve depuis mars 1983, Fanny Vlamynck se remaria avec Nick Rodwell en 1994. Désormais, elle préside avec lui aux destinées de Tintin.

33 N. Sadoul, op. cit., p. 134.

34 Coke en stock fut pré-publié dans l’hebdomadaire Tintin, en Belgique du 30 octobre 1956 au 1er janvier 1958, en France du 13 décembre 1956 au 13 février 1958.

35 Hergé, Coke en stock, Tournai, 1958, réédition fac-similé, 2003, p. 42.

36 Mt 26, 41 ; Mc 14, 38.

37 N. Sadoul, op. cit., p. 133.

38 Hergé, Tintin au Tibet, fac-similé de l’édition originale de 1960, Tournai, 2004, p. 1.

39 Tintin au Tibet fut prépublié dans l’hebdomadaire Tintin, en Belgique du 17 septembre 1958 au 25 novembre 1959, en France du 30 octobre 1958 au 7 janvier 1960.

40 Adjectif employé par Hergé lui-même, « La dernière interview d’Hergé », dans Tintin no 11 bis, mars 1983, p. 17.

41 Personnage inspiré du chef des sherpas ayant accompagné Maurice Herzog dans la conquête de l’Annapurna. Ang-Tharkey, Mémoires d’un Sherpa, Paris, 1954.

42 N. Sadoul, op. cit., p. 40.

43 Ibid., p. 49.

44 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 50.

45 Lettre du 14 février 1957 d’Hergé à Pierre Bouvet, dans Hergé, catalogue de l’exposition du Centre Pompidou à Paris, Bruxelles, 2006.

46 M Benoît-Jeannin, Les guerres d’Hergé, Essai de paranoïa-critique, Bruxelles, 2007, p. 233.

47 N. Sadoul, op. cit., p. 57.

48 Ibid., p. 58.

49 D. Quella-Guyot, Lire Tintin au Tibet de Hergé, Poitiers, 1993, p. 13.

50 N. Sadoul, op. cit., p. 178-180.

51 Apulée, Le démon de Socrate, Paris, 1993, p. 66.

52 Hergé, catalogue de l’exposition du Centre Pompidou à Paris, Bruxelles, 2006, p. 916.

53 Il s’agit du docteur Franz Riklin. L’orthographe de son nom a été corrigée par Benoît Peeters dans sa biographie d’Hergé parue en 2002.

54 P. Hamel et B. Peeters, « Entretien avec Hergé », dans Minuit, no 25, septembre 1977, p. 27.

55 A. Bernard Marchand, Tintin au pays de la ferveur, Montréal, 1996, p. 49.

56 Le guide Tharkey change également d’avis à deux reprises (p. 13-15 et 35-41).

57 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 6.

58 Ibid., p. 14.

59 Ibid., p. 38.

60 Ibid., p. 52-53.

61 B. Peeters, op. cit., p. 393.

62 Ibid., p. 395.

63 Ibid., p. 396.

64 Mt 19, 6.

65 Nom donné par les Belges à ce quotidien passé sous contrôle allemand durant la période de l’occupation.

66 P. Hamel et B. Peeters, op. cit., p. 27.

67 N. Sadoul, op. cit., p. 57.

68 Hergé, Tintin au Tibet, p. 40.

69 S. Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne, chap. 8 « Méprises et maladresses », Paris, 1923.

70 Hergé, Tintin au Tibet, p. 14-15 et 38.

71 Ibid., p. 19.

72 N. Sadoul, op. cit., p. 134.

73 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 16.

74 Ibid., p. 26.

75 Ibid., p. 19.

76 Ibid., p. 15.

77 Ibid., p. 27.

78 D. Loreau, L’art de la simplicité, Paris, 2005, p. 15.

79 B. Peeters, Hergé, fils de Tintin, op. cit., p. 396.

80 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 50.

81 Ibid., p. 55.

82 Hergé, Les 7 boules de cristal, Tournai, 1948, réédition fac-similé 2001, p. 6-7. Dans cette magistrale tentative de désacralisation, Haddock essaie, comme l’illusionniste Bruno, de transformer l’eau en vin. Mais il échoue à renouveler le miracle de Jésus à Cana (Jn, chap. 2).

83 Hergé a même supprimé dans l’album actuel une scène où l’on voit Haddock se mettre littéralement de l’or plein les poches. On peut retrouver cette scène dans la réédition au format à l’italienne des planches du Temple du soleil, parues à l’origine dans le journal Tintin, Tournai, 2003.

84 A. Bernard Marchand, op. cit., p. 76.

85 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 7.

86 Ibid., p. 21.

87 Ibid., p. 6.

88 Ibid., p. 3.

89 B. Peeters, Hergé, fils de Tintin, op. cit., p. 388-392.

90 P. Babin, Sigmund Freud, « Un tragique à l’âge de la Science », Paris, 1990, p. 51.

91 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 16. On pourra lire une analyse détaillée de cette séquence onirique inspirée des univers de Dali ou de Chirico chez J.-M. Floch, Une lecture de Tintin au Tibet, op. cit., 1997, p. 60-66.

92 N. Sadoul, op. cit., p. 178.

93 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 16-17.

94 B. Peeters, Hergé, fils de Tintin, op. cit., p. 406.

95 Ibid., p. 396.

96 Hergé, Tintin au Tibet, op. cit., p. 49-50.

97 Hergé, Le Temple du soleil, Tournai, 1949, reéd. fac-similé 2001, p. 49.

98 Hergé, Le Stratonef H. 22, Destination New-York, Tournai, 1951 et éd. actuelle, p. 27.

99 L. Révillon, « Les Noëls de Tintin, reflets de l’évolution du phénomène religieux dans la bande dessinée d’aprèsguerre », dans F. Bœspflug et L. Révillon, L’image dans la culture religieuse, Besançon, 1996, p. 48.

100 Ibid., p. 47.

101 N. Sadoul, op. cit., p. 135.

102 Ibid., p. 136.

103 Témoignage de sa seconde épouse Fanny, interviewée par R. Vandamme, « L’homme intérieur » dans Télérama hors-série, Tintin, L’aventure continue, janvier 2003, p. 71.

104 « Le thème de l’expulsion des démons était lié dans l’esprit du temps à la guérison des maladies, comme on le voit souvent dans les évangiles », dans B. Sesboüé, Le Da Vinci Code expliqué à ses lecteurs, Paris, 2006, p. 27.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search