Version classiqueVersion mobile

Vichy et la famille

 | 
Christophe Capuano

Cinquième partie. De Vichy à la République : usages et représentations politiques du familial

Chapitre XII. Trajectoires d’engagement des acteurs du familial

Texte intégral

1Les stratégies des différentes organisations du familial sous Vichy répondent à des logiques institutionnelles particulières auxquelles ne peuvent être réduits leurs acteurs. Ceux-ci agissent en fonction de leur positionnement social et surtout de leur choix dans la poursuite d’intérêts et d’objectifs individuels ou collectifs qui leur sont propres. L’analyse des trajectoires d’engagement de ces individus ou de ces groupes permet d’interroger les usages et les représentations politiques du familial. Ces acteurs soutiennent en effet à partir de 1940 très massivement la politique publique de la famille menée par l’État français avec lequel ils ont des intérêts communs. Pourtant nombreux sont ceux à se désolidariser progressivement d’un régime dont ils rejettent, à partir de 1942 en particulier, le collaborationnisme. Certains s’engagent même dans la Résistance tout en restant jusqu’à la fin du régime à leur poste, constituant à différents degrés, des rouages des réalisations familiales de Vichy. Comment ces acteurs formulent-ils ce double engagement ? Le familial constituerait-il une forme exceptionnelle d’action publique située hors du champ politique ?

1940-1941 : au service de Vichy et de la Famille

2Les acteurs du familial adhèrent de façon quasi unanime au nouveau régime de Vichy. Si le volontarisme politique affiché à l’été 1940 par l’État français en faveur de la Famille est déterminant, d’autres facteurs renforcent encore ce sentiment : l’attachement à la personne de Pétain, l’anticommunisme et le désir d’ordre particulièrement présents chez des acteurs marqués à droite.

La participation des figures du familialisme

  • 1 Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République, op. cit., p. 174.

3Le vote des pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940 et l’entrée dans un système autoritaire, loin de poser un cas de conscience aux familiaux, semblent au contraire annoncer pour eux une ère nouvelle. Celle d’un lien direct avec le Prince pour faire passer leurs idées. Le conseil au chef de l’État et à son gouvernement est le premier degré de l’engagement. Il va être utilisé à différents niveaux par la quasi-totalité des grands leaders du mouvement familial et nataliste. Le cas de Georges Pernot est de ce point de vue exemplaire. Jouant de sa double casquette d’homme politique (sénateur du Doubs et éphémère ministre de la Famille sous Paul Reynaud du 6 au 16 juin 1940) et de leader associatif (président de la Fédération nationale des familles nombreuses), il mène des actions tous azimuts dès les premiers jours de juillet 1940. D’abord comme nombre de ses collègues parlementaires en transmettant des conseils au chef de l’État et à ses représentants, il signifie sa reconnaissance de fait de la légitimité du régime vichyste tout en considérant son chef, Philippe Pétain, comme un « interlocuteur qualifié1 ».

  • 2 Marc Boninchi, Vichy et l’ordre moral, op. cit,. p. 67-68.
  • 3 Dès le 31 août 1940, Georges Pernot note dans son journal que « le ministère de la Famille est con (...)
  • 4 « Longue délibération au Ministère de la Famille : on y est plein de bonne volonté et animé des in (...)
  • 5 Le 4 février 1941, ibid., p. 165.
  • 6 Ibid., p. 184.
  • 7 Le 9 avril 1941. Ibid., p. 196.

4Comme les autres grands leaders associatifs du mouvement familial et nataliste tel Lefebvre-Dibon, nouveau président de l’Alliance nationale contre la dépopulation, Georges Pernot profite de ses voyages à Vichy et de sa proximité avec le pouvoir pour promouvoir la cause familialiste – en particulier la ligne idéologique suivie par son mouvement – en menant une action de lobbying. Il remet à ce titre le 29 juillet 1940 une note sur la politique familiale au ministre de la Famille et à Philippe Pétain. Rompus à ce mode de démarche, les familialistes veulent en effet, en jouant de leur influence supposée, profiter de la concentration des pouvoirs entre les mains du gouvernement afin d’inciter ce dernier à légiférer sur leurs projets2. Tous les motifs sont bons – préparation d’un numéro spécial de Familles de France, questions diverses – pour obtenir un entretien avec le Maréchal et chaque rencontre devient l’occasion de distiller ses idées. Mais le recul politique de la Famille dans le gouvernement dès le 6 septembre 1940, la faiblesse de l’administration centrale de la famille3, l’insuffisante représentation des familiaux au sein4 de celle-ci, et surtout le ralentissement de la production législative favorable à la famille entraînent l’inquiétude des familiaux et changent l’ordre des priorités. La résolution de ces questions prime désormais chez les animateurs du mouvement familial qui multiplient plaintes et interventions en sens. Georges Pernot remet ainsi en février 1941 une note au Maréchal sur la « réorganisation des services de la famille » dans laquelle il préconise notamment le « rattachement de ces services à la présidence du conseil5 ». Il propose également à Jacques Chevalier en mars la création d’un organe de conseil auprès du secrétariat d’État à la Famille et à la Santé6. En avril, en présence du ministre, il insiste avec Paul Haury, sur « le mécontentement qui grandit parmi les familiaux en constatant le peu de concordance qu’il y a entre les déclarations que le gouvernement ne cesse de faire en faveur de la famille et le peu d’importance des avantages nouveaux accordés aux familles nombreuses7 ». La prise en compte par Philippe Pétain d’une partie de ces revendications et de la nécessité de donner à la Famille une nouvelle dynamique politique conduit à la création du secrétariat d’État à la Famille et à la Santé confié à Jacques Chevalier le 23 février 1941. Cela entraîne également l’implication accrue des familiaux dans la politique publique par le biais d’un Comité consultatif de la famille française et la création du Commissariat général à la famille en septembre 1941 avec des moyens financiers accrus. Ce nouvel élan pousse les familiaux à s’investir encore davantage dans la politique publique menée par l’État français.

  • 8 La Fondation française pour l’étude des problèmes humains est rattachée au Commissariat général à (...)
  • 9 Fondé en 1930, l’Office de publicité générale prend en charge la gérance des annonces de différent (...)

5Plusieurs personnalités nationales du mouvement familial décident de participer à l’appareil d’État vichyste. Le vice-président et idéologue de l’Alliance nationale contre la dépopulation Paul Haury devient le 23 mars 1941 le chef de cabinet du secrétaire d’État à la Famille et à la Santé. Il est bientôt rejoint par Léon Husson et Maurice Bertrand. Ce dernier devient l’adjoint au directeur de la famille au mois d’avril. Le familial Jean Raymond-Laurent, député de la Loire, membre du conseil municipal de Paris et du conseil général de la Seine, intègre le Commissariat général à la famille dont il est à partir du mois d’octobre 1941, le propagandiste officiel. L’ancien président de l’Alliance nationale contre la dépopulation, Fernand Boverat, prend quant à lui la tête de l’équipe « Natalité » du département « Population » de la Fondation Alexis Carrel8. Certains publicitaires proches de la mouvance démocrate-chrétienne s’engagent également au service de l’administration centrale de la famille. Le cas le plus fameux est celui d’Émilien Amaury et de son Office de publicité générale (OPG)9. Prisonnier le 23 juin 1940 puis libéré au mois d’octobre, Émilien Amaury, gérant de l’OPG, décide de faire travailler son entreprise pour la propagande des services centraux de la famille. L’OPG prend en charge la propagande iconographique du Commissariat général à la famille puis à partir du mois d’avril 1942 la campagne itinérante de l’Exposition de la famille française. Ce choix est présenté par Émilien Amaury, encore bien des années plus tard, comme le seul possible :

  • 10 « Hommage à Jean Meusnier » par Émilien Amaury lors de son décès en 1962. Institut Marc Sangnier, (...)

« Il n’y a plus de liberté d’expression, plus même de liberté de pensée tant les pressions de la propagande ennemie sont actives. Pour que le pays survive, il reste encore les familles de France. L’OPG propose un plan de propagande en faveur de la Famille française et du redressement démographique. Il est présenté avec foi, avec intelligence et brio, accepté, réalisé avec le succès que l’on sait10. »

L’implication des acteurs locaux

  • 11 Selon Yves Durand, ces personnalités – recrutées pour leur apolitisme supposé pour composer, avec (...)
  • 12 C’est également l’argument utilisé par les parlementaires pour justifier leur présence dans ces co (...)
  • 13 Il est à la tête également de la Fédération départementale des familles nombreuses de Saône-et-Loi (...)

6Les militants familiaux sont unanimes à l’été 1940 pour adhérer au programme de la Révolution nationale porteur selon eux de nombreuses promesses. Ils manifestent leur soutien au régime en s’investissant dans les centres départementaux de coordination et d’action des mouvements familiaux. Les responsables associatifs acceptent quant à eux d’entrer dans les nouvelles structures créées par Vichy d’où le principe électif est banni : conseils municipaux et commissions administratives départementales. En Côte-d’Or, les deux principaux dirigeants intègrent la commission. Il s’agit de Gustave Degouve-Denuncques, président de la Fédération départementale des familles nombreuses et Roger Cormier, président de la Fédération côte-d’orienne de l’Alliance nationale contre la dépopulation. Que ce soit dans les commissions administratives ou dans les centres départementaux de coordination et d’action des mouvements familiaux, les responsables familiaux veulent siéger à ces postes en vue qui leur permettent d’obtenir une reconnaissance officielle des pouvoirs publics – en tant qu’experts privés du familial – et de les assimiler à la notabilité11. Ils profitent ainsi de l’importance symbolique accordée à la question familiale et à ses représentants par Vichy pour devenir des personnalités locales. Ces leaders associatifs justifient leur engagement en invoquant « l’apolitisme présumé de ces commissions12 » tout en prétendant aussi défendre les intérêts locaux de la Famille. D’autres familiaux franchissent le pas en intégrant les services déconcentrés de l’administration de la famille, acceptant parfois des postes loin de leur espace d’origine. Le familial Edmond Gosset quitte ainsi le Nord pour rejoindre en 1940 le poste de délégué régional à la famille de Grenoble puis en 1943 pour être nommé sur celui de Dijon, inoccupé jusque-là. Certains enfin semblent avoir une fonction bivalente, en servant l’administration vichyste tout en maintenant leur activité associative. C’est le cas des responsables familiaux qui acceptent d’être aussi les représentants officieux de la délégation régionale à la famille tel le président du centre départemental de coordination de Saône-et-Loire (zone occupée)13.

Premières contradictions, premières dissidences

  • 14 Georges Pernot. Journal de guerre (1940-1941), op. cit., p. 228-229.
  • 15 Olivier Wieviorka, op. cit., p. 207. Quant à l’opinion publique, Pierre Laborie souligne combien l (...)

7Les familiaux adhèrent massivement au régime de Vichy et à la Révolution nationale par le biais de son projet familial. La tendance répressive du régime qui suit le discours du « vent mauvais » avec l’institution des sections spéciales (août 1941), entraîne toutefois une défiance vis-à-vis de la politique intérieure de l’État français14. Mais c’est surtout le pan extérieur de la politique de Vichy qui provoque un basculement chez les familiaux. Ces derniers rejettent massivement la tendance collaboratrice de l’État français. Or l’entrevue de Montoire (octobre 1940) et les choix diplomatiques vis-à-vis de l’Allemagne sous le gouvernement Darlan en 1941 la révèlent clairement aux contemporains. Comme le souligne Olivier Wieviorka pour nombre d’anciens élus, chez les familiaux également – parlementaires ou non –, « le patriotisme constitue donc un vecteur d’opposition à l’occupant comme au régime vichyste15 ». Mais l’histoire du familial connaît une temporalité différente et décalée, l’année 1941 apparaissant au contraire comme un tournant politique et institutionnel. Elle est ainsi marquée par les premiers pas d’une institutionnalisation du familial – création du Comité consultatif de la famille française (5 juin 1941) et reconnaissance officielle du Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux (9 juillet 1941) –, les premiers travaux sur le statut des associations familiales semi-publiques à l’été 1941 et le renforcement de l’administration centrale de la famille (Commissariat général de la famille, le 7 septembre 1941). Puis à l’automne, c’est le lancement d’une vaste campagne de propagande familiale, mobilisant les relais privés. Ces différentes mesures incitent les familiaux à davantage s’impliquer dans la politique publique menée en matière familiale. Sans que cela leur apparaisse forcément contradictoire, les familiaux contribuent de manière plus large à la politique familiale tout en se désolidarisant progressivement du régime.

1942-1944 : Au service de l’Action familiale et de la Résistance, le double engagement des familiaux

  • 16 « Les Français, en majorité, n’ont pas été d’abord vichystes puis résistants, pétainistes puis gau (...)
  • 17 Ibid, p. 36.
  • 18 Selon la définition de Johanna Barasz, les vichysto-résistants sont des hommes qui, engagés dans l (...)

8De nombreux familiaux apparaissent comme des vichystes par leur engagement conscient au service de la politique de l’État français. Pourtant nombre d’entre eux contestent d’emblée la collaboration et l’antisémitisme qui constituent les fondements du régime de Vichy. Cette ambivalence chez un même individu ou au sein d’un même groupe est désigné comme « penser-double » par Pierre Laborie16. Cependant lorsque le contexte clarifie la situation – l’année 1942 apparaissant de ce point de vue comme un tournant majeur en particulier après l’invasion allemande de la zone Sud (11 novembre 1942) – « faire cohabiter, dans les mêmes têtes, deux façons de penser la France17 » ne semble plus guère possible. C’est l’heure des choix. Davantage familialistes que vichystes, les responsables associatifs se détachent alors du régime, voire s’y opposent pour certains pour ne poursuivre avec lui que les projets semblant servir le familial et son institutionnalisation. Leur organisation singulière, la place qu’ils accordent à la cause familiale dans la hiérarchie des priorités en feront une catégorie spécifique de vichysto-résistants18.

9À partir de 1942, le régime de Vichy pousse jusqu’au bout sa logique antisémite, collaboratrice et répressive. Les premiers convois de déportation de Juifs partent en mars 1942 et les premières grandes rafles de Juifs débutent à l’été 1942 (rafle du Vel’d’hiv’16-17 juillet 1942). Avec le retour de Laval au pouvoir en avril 1942, le régime de Vichy soutient militairement et économiquement l’effort de guerre allemand. La répression se renforce et prend une nouvelle dimension avec les accords Oberg-Bousquet le 2 juillet 1942. La création de la milice le 30 janvier 1943 accentue encore cela. Dans le même temps le contexte militaire extérieur change radicalement inversant les rapports de force (débarquement des Alliés en Afrique du Nord le 8 novembre 1942 et défaite de Stalingrad le 2 février 1943). Pour faire face, l’Allemagne impose le STO à partir du 16 février 1943 pour les jeunes gens. En janvier 1944, cette mesure est étendue à tous les hommes de 16 à 60 ans et à toutes les femmes sans enfants de 18 à 45 ans.

  • 19 Les renseignements généraux insistent en 1942 sur son « son loyalisme à l’égard du maréchal Pétain (...)
  • 20 Dans la commission de la Jeunesse, il s’oppose aux partisans d’une jeunesse unique (Abel Bonnard, (...)
  • 21 Cette décoration créée par Vichy devait récompenser les plus grands serviteurs du régime.
  • 22 Rapport des renseignements généraux, le 15 novembre 1944. AD Côte-d’Or, 1630W384.

10Le collaborationnisme de l’État français est largement condamné par les familiaux. Certains d’entre eux affichent leur opposition, donnant une valeur symbolique à leur désaccord. Raymond-Laurent conteste ainsi ouvertement la politique extérieure de Vichy, ce qui lui vaut au mois de décembre 1941 son exclusion du conseil municipal de Paris et du conseil général de la Seine. Georges Pernot – considéré alors par le régime comme l’un de ses fervents soutiens19 – s’oppose en mai 1943, lors de la première réunion du conseil départemental du Doubs où il vient d’être nommé, au vote d’une motion de confiance au chef de l’État et au chef de gouvernement. Il s’élève également à plusieurs reprises dans les commissions du Conseil national contre certaines mesures du régime20. Même certains délégués régionaux à la famille manifestent leur rejet de la collaboration. C’est le cas d’Edmond Gosset, délégué régional à la famille de Grenoble puis de Dijon. En 1942, il refuse pour cette raison de porter la Francisque21. Lors du passage de l’Exposition de la famille française à Dijon, il fait supprimer le portrait du Maréchal et couper les films relatifs au chef de l’État. Il est en outre particulièrement hostile au STO, notamment à la réquisition féminine contre laquelle il proteste à plusieurs reprises auprès du préfet et des autorités allemandes22. Malgré ces prises de position au grand jour, les familiaux tiennent à continuer leur action dans l’espace public. Comme Gosset, nombreux sont les acteurs du Commissariat général à la famille, fidèles à la Révolution nationale, à refuser l’inféodation tant à Laval qu’à la collaboration et à faire de l’administration familiale un nœud de résistance morale. D’autres, plus rares, pousseront plus loin l’engagement résistant.

Une résistance des familiaux spécifique ?

11La résistance des familiaux présente les caractéristiques d’une résistance de droite, très marquée par la démocratie-chrétienne. Elle est ainsi en lien avec les mouvements de la résistance qui s’inscrivent dans cette tendance comme l’Organisation civile et militaire (OCM) et l’Organisation de la Résistance de l’armée (ORA). L’engagement des familiaux, en particulier chez les parlementaires de la Troisième République, peut prendre aussi une forme spécifiquement politique.

« Familiaux résistants » et « résistants familiaux »

  • 23 Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République, op. cit., p. 268.
  • 24 En réalité comme le souligne Olivier Wieviorka, « ce cénacle, en prétendant légaliser le pouvoir g (...)
  • 25 Ibid, p. 271-272.
  • 26 Il y défend le droit de vote des femmes et le projet de constitution de l’Union nationale des asso (...)
  • 27 Travaux 44, p. 19-20. Rapport de 1943 présenté devant le Conseil national du MPF.

12Pour les « familiaux résistants », la question familiale est première mais ils rejoignent la résistance par refus de la collaboration de l’État français, par déception du pétainisme, tout en continuant de participer à la politique publique. Georges Pernot entre ainsi en 1943 dans le groupe des « sénateurs résistants » qui rassemble une vingtaine de parlementaires23. Ces « conjurés » veulent légaliser le pouvoir du général de Gaulle et restaurer le Parlement. Ils décident de travailler à la préparation de projets de loi (sur le gouvernement provisoire, sur la cour suprême et sur la presse épurée)24. La restauration du Parlement dans ses prérogatives doit ainsi « banaliser l’État français25 ». Ces chantres de la « réconciliation nationale » insistent sur les éléments les plus consensuels de la politique du régime de Vichy au premier rang desquels se trouve la Famille. D’autres familialistes connaissent des parcours originaux, inscrits dans la stratégie de leur association. L’exemple du Mouvement populaire des familles (MPF) est significatif. Ses dirigeants souhaitent en effet continuer à jouer un rôle dans le Centre national des mouvements familiaux tout en étant présents dans l’Assemblée provisoire d’Alger. Robert Prigent, responsable du MPF en zone Nord et son représentant dans le Centre national de coordination et les organismes consultatifs de Vichy jusqu’à l’été 1943, est alors choisi pour porter la voix de son mouvement à l’Assemblée consultative provisoire d’Alger en octobre 194326. Il est officiellement mandaté par l’Organisation civile et militaire (OCM) dont il est membre du Cercle national d’études. Dans le même temps, Paul Bacon prend la tête du MPF dans la zone Nord et permet au mouvement de maintenir sa place dans les instances familiales officielles. L’équipe dirigeante de la zone Sud, à Lyon, va s’impliquer quant à elle dans la distribution des Cahiers du Témoignage chrétien. Le mouvement engagera même à demi-mot ses adhérents à une prise de distance vis-à-vis du régime de Vichy, voire à une résistance morale27.

  • 28 « Dossier Descour », Appartenance FFI, 25 juin 1949. Service historique de la défense, cote 2938.
  • 29 De la Grandière lui-même est lié à l’ORA et à l’Armée secrète. Il utilise son administration pour (...)
  • 30 « Dossier Gérard-Marchant », Appartenance FFI, 9 janvier 1950. Service historique de la défense, c (...)

13« Les résistants familiaux » quant à eux placent leur engagement dans la résistance au-dessus de la cause familiale. Leur rôle dans les institutions familialistes et leur contribution à la politique publique peuvent même apparaître comme une « couverture » utilisée pour dissimuler leur action clandestine. On trouve parmi eux des militaires en congé d’armistice qui rejoignent les services déconcentrés de l’administration de la famille. La délégation régionale à la famille de Lyon est un véritable carrefour pour ces hommes. Le commandant Marcel Descour, officier en congé d’armistice, y entre ainsi en 1941 et occupe les fonctions de délégué régional adjoint sous le nom de Destouche. Sous le pseudonyme de Bayard, il participe dans le même temps au service clandestin de camouflage de matériel de guerre. Il intègre l’Organisation de résistance de l’armée (ORA) en décembre 1942 et entre dès cette date dans la clandestinité. Il participe au début de l’année 1943 à l’organisation régionale de l’ORA aux côtés du général Frère et prend la direction de la région lyonnaise. Il concourt localement à l’unification des forces de la Résistance et devient courant 1943 chef d’état-major régional de l’Armée secrète (AS) – région militaire R1 (dont la capitale est Lyon)28. Plusieurs militaires – d’active ou de réserve – passent par les Chantiers de jeunesse où ils nouent des contacts avec la résistance avant d’entrer à la délégation régionale de Lyon en 1944. Le sous-lieutenant de réserve Jacques Gérard-Marchant occupe ainsi la fonction de délégué régional adjoint à la famille en janvier 1944 après avoir été successivement commissaire assistant aux Chantiers de jeunesse dans l’Ain puis dans l’Isère (avril 1941-juin 1942) et chargé de l’encadrement de l’Association des anciens des Chantiers de jeunesse (juin 1942-janvier 1944). Lorsqu’il entre dans l’administration de la famille, avec la complicité de Marcel Descour et du délégué régional de la Grandière29, il est membre du Mouvement Combat depuis le mois de juin 1943. Ses activités officielles lui permettent en effet, dès sa prise de fonction, de remplir sa mission clandestine comme chef de peloton au groupe de protection du quartier général dirigé par Descour30. Il quitte ses fonctions à la délégation le 6 juin 1944 et part, avec tout l’état-major de Marcel Descour, pour le Vercors. D’autres militaires, anciens cadres des Chantiers de jeunesse, rejoignent des mouvements de la résistance avant de devenir secrétaires départementaux de la délégation à la famille de Lyon.

Résistance et réseaux familialistes

  • 31 On trouve parmi celles-ci l’OCM (quatre Cahiers), le Comité général d’études (CGE), les Cahiers et(...)
  • 32 Institut Marc Sangnier, fonds Jean Sangnier, JS Groupe de la rue de Lille.
  • 33 Il est arrêté par la Milice en mai 1944.
  • 34 Institut Marc Sangnier, fonds Jean Sangnier, JS Groupe de la rue de Lille, dossier 4.
  • 35 Des délégués régionaux à la famille apportent leur soutien actif à l’entreprise clandestine menée (...)
  • 36 Dossier Raymond-Laurent. AN, AL 5325.

14Comment s’organise la résistance dans les milieux familiaux ? Le système du Groupe dit « de la rue de Lille » est révélateur. Émilien Amaury fait en effet de son Office de publicité générale (OPG), rue de Lille, organe exclusif de publication de la propagande familiale de Vichy, une organisation destinée à être une « plaque-tournante » au service de la résistance, assurant la publication et la diffusion de la presse clandestine. La fondation du Groupe date du retour de captivité d’Amaury en octobre 1940. Il rassemble autour de lui plusieurs personnalités du monde de la presse, de la mouvance familialiste et démocrate-chrétienne. Les actions du Groupe sont à l’articulation du civil et du militaire. À partir de 1942, elles s’amplifient et se diversifient. Le Groupe participe d’abord à différents réseaux de renseignements et transmet des informations militaires essentielles aux Alliés. Mais, surtout, il constitue et imprime des dossiers pour l’évasion de prisonniers de guerre, réalise des faux-papiers pour les animateurs des organisations résistantes et des journaux clandestins (Comité d’action contre la déportation, Défense de la France, Les Cahiers du Témoignage chrétien), produit différentes études et collabore à celles de l’OCM. Le Groupe, par solidarité, se met également au service d’un grand nombre d’organisations et publications clandestines (journaux, cahiers et tracts), notamment lors de crises de leurs services d’impression31. Il imprime également les dépliants et affiches de la Fédération nationale de la presse clandestine dont Émilien Amaury est l’un des fondateurs. Il participe à son essor à partir de novembre 1943. Le Groupe de la rue de Lille assure enfin la diffusion de ces publications par le biais des réseaux familialistes. Georges Hourdin fait ainsi de la Maison de la famille du 28, place Saint-Georges, un noyau important de propagation de la presse clandestine32. Cette activité est relayée au sein même du Commissariat général à la famille par Gilbert de Véricourt, placé à la tête de la section de l’Action familiale. Un système de relais départementaux est également mis en place. Le représentant de l’Office de publicité générale à Vichy, le journaliste Louis Terrenoire, joue un rôle essentiel de correspondant clandestin dans la capitale de l’État français33. À partir de 1942, le territoire d’action du Groupe de la rue de Lille se calque sur celui de l’Exposition de la famille française. Pierre Moreau recruté pour diriger les équipes de propagandes régionales profite ainsi de la campagne itinérante pour entrer en contact avec des éléments locaux de la résistance, en particulier les mouvements de zone Sud34. Au fur et à mesure des pérégrinations de l’Exposition de la famille se tisse ainsi progressivement un réseau au cœur duquel les délégations régionales à la famille constituent souvent des points d’appui35. Pour Raymond-Laurent, conférencier officiel, ces déplacements permettent également de rétablir des liens avec les animateurs des Fédérations départementales et les dirigeants de son Parti36. Au mois de janvier 1944, une réunion a lieu à son domicile – en présence notamment d’un autre membre du Groupe de la rue de Lille, le député du Morbihan Ernest Pezet – où il est question de l’avenir de la démocratie-chrétienne. Plusieurs rencontres suivent au cours desquelles est constitué le « Mouvement républicain de libération » précurseur du MRP. Les réseaux et territoires des familiaux sont ainsi réactivés, à différentes échelles, et mis au service d’une action résistante et politique.

La construction du « mythe neutraliste »

  • 37 Philippe Renaudin, La Famille dans la nation, Paris, Office de publicité générale, 1943, p. 28.
  • 38 Ibid., p. 58.

15Tout en faisant de la famille une question politique et en l’instrumentalisant à ses fins, le régime de Vichy affiche dans le même temps son apolitisme prétendu. Le Commissariat général à la famille est au cœur de cette entreprise de construction d’une représentation neutre du familial placée hors du politique dans les discours officiels de Philippe Renaudin. L’argumentaire de ce dernier promeut les qualités intrinsèques et protéiformes de la Famille – question présentée comme « naturelle » et « éternelle » par excellence –, la nécessité « vitale » d’une politique familiale et la transcendance supposée de la Famille et de son administration. Il est alors perçu par le Commissariat général à la famille comme un espace de convergence tourné vers l’action, où agit « une équipe » hors de toute tendance partisane37. Par le discours neutraliste qu’il produit et l’éclectisme de son personnel – issu des élites (fonctionnaires, juristes, leaders associatifs) –, le Commissariat général à la famille apparaît ainsi comme l’archétype d’un prétendu « lieu neutre » qui sait imposer « l’apparence de son autonomie par rapport à la politique38 ».

  • 39 Cette loi promulguée par le Garde des sceaux, Joseph Barthélémy, constituera un référent d’action (...)
  • 40 Georges Pernot. Journal de guerre (1940-1941), op. cit, p. 199.
  • 41 Aline Coutrot, « La politique familiale », in René Rémond (éd.), Le gouvernement de Vichy 1940-194 (...)
  • 42 Ibid., p. 260-261.
  • 43 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, op. cit., p. 95.

16Cette représentation est partagée par les acteurs privés du familialisme. Elle est facilitée par l’apparente neutralité des nouveaux textes de lois comme celui sur le divorce du 2 avril 194139. En multipliant les procédures et en restreignant les causes de divorce, il doit assurer la permanence du couple légitime. Georges Pernot, qui a largement contribué à son élaboration, se félicite de l’impartialité de cet acte de loi soulignant que « le législateur n’avait obéi à aucune préoccupation politique ou confessionnelle, mais qu’il s’était laissé guider exclusivement par des considérations familiales et sociales40 ». Cette idée a été relayée par une partie de l’historiographie. Aline Coutrot note ainsi « l’impression d’“apolitisme” dans lequel le Commissariat à la famille tente de cantonner son action41 ». Elle interprète la recherche de consensus de Philippe Renaudin comme une volonté du commissaire à la famille de se prémunir d’un moralisme excessif porté par la mouvance familialiste catholique. Mais elle lie surtout les prétendues mesures techniques du Commissariat – qui lui auraient permis de « paraître aussi “peu politisé” que possible42 » – à l’incertitude de l’heure. Un contexte institutionnel provisoire aurait empêché la mise en place de mesures politiques. Or si les circonstances et la faiblesse des moyens financiers ont été des freins aux réalisations du Commissariat général à la famille, celui-ci n’en est pas moins porteur d’un projet politique et symbolique spécifique qui impose la prédominance du familial tout en niant l’individu et institue une « violence spécifique43 » à l’égard des femmes.

  • 44 C’est le cas de Georges Hourdin : « […] Il fallait étudier, et cela semblait possible sans trahir (...)
  • 45 Cette dissonance cognitive, terme empruntée à la psychologie sociale, apparaît lorsque les contrad (...)

17De cette conception neutraliste du familial découle, chez les contemporains, l’idée selon laquelle la participation à l’entreprise du Commissariat général à la famille n’est pas compromettante44. Cela permet à ses acteurs de ne pas penser en termes contradictoires leur action au service de l’administration familiale de Vichy, même avec le renforcement de la collaboration d’État, et leur engagement dans la Résistance. Ainsi chez les familiaux, on ne semble pas retrouver le phénomène de « dissonance cognitive » engendrée par des positions contradictoires chez un même individu ou groupe que Johanna Barasz décrit chez les vichysto-résistants45. Cette perception leur permet au contraire d’assumer jusqu’au bout leur double engagement. Elle rend possible également une justification a posteriori. L’exemple de l’éditorial du 15 octobre 1944 du Bulletin de liaison de la délégation régionale à la famille de Lyon est de ce point de vue particulièrement significatif :

  • 46 Bulletin de liaison de la délégation régionale à la famille de Lyon du Commissariat général à la f (...)

« Dans certains endroits a pu s’accréditer l’opinion que les représentants de la famille, les institutions familiales étaient solidaires du Gouvernement de l’Armistice. Réfuter de telles allégations n’est certes pas plus nécessaire qu’un plaidoyer « pro domo » ne serait utile dans un service où le Délégué régional et sa secrétaire sont décorés de la médaille de la Résistance ; cependant il nous plaît de répéter quelques vérités qui nous ont attiré en d’autres temps les foudres de la Légion. Les Mouvements familiaux ont pris leur premier essor dès la fin de la Grande Guerre et leurs dirigeants sont tous des militants de la première heure. C’est en 1932 que se place la première loi sur les allocations familiales, puis sous la présidence de M. Daladier, que fut mis au point le Code de la Famille. Enfin Monsieur Pernot, premier ministre de la Famille, fut nommé avant l’armistice de 1940 par M. Paul Reynaud. “Ce n’est pas une raison parce que Vichy avait mis la question familiale à l’ordre du jour pour qu’on la relègue au second plan”, écrit W. d’Ormesson dans l’éditorial du Figaro, le 17 novembre 1944. “Elle est en effet primordiale et dépasse de loin les remous de la politique. Pendant trop longtemps on l’a traitée en France avec indifférence. Notre législation a été presque toujours tournée contre la famille nombreuse. Il ne faudrait pas retomber dans ces errements46”. »

  • 47 Cette préoccupation est centrale chez tous les familiaux à la Libération : veiller à ce que le fam (...)

18Le délégué régional à la famille de Lyon tient à détacher le service de la Famille de l’appareil d’État vichyste comme si la Famille transcendait les régimes et les politiques publiques. L’extrait du texte de d’Ormesson utilisé pour appuyer cette conception, permet aussi d’insister sur la nécessité de la poursuite d’une politique familiale – il ne faudrait pas semble-t-il « jeter le bébé avec l’eau du bain » vichyssois47.

  • 48 Institut Marc Sangnier, fonds Jean Sangnier, JS Groupe de la rue de Lille, dossier 1. p. 2-3.
  • 49 « Monsieur, Je n’ignorais pas le Groupe de la rue de Lille, mais je ne connaissais que la partie c (...)

19La mise au service de la cause familiale par l’Office de publicité générale est également présentée comme la seule voie possible, la plus urgente et la moins compromettante48. La propagande familiale menée par l’OPG est pleinement assumée et même revendiquée à tel point qu’Émilien Amaury envoie à de Gaulle, dès la Libération, un album de propagande – dont le contenu nous est malheureusement inconnu – réalisé par son organisme pour continuer à mener une action au service de la Famille. Le général, séduit par la démarche – bien qu’il retienne une approche nataliste davantage que familialiste – découvre à cette occasion le rôle « officiel » de l’OPG49. Cet épisode souligne aussi l’unanimisme autour de la question familiale.

  • 50 Organisation civile et militaire, Le ministère de la Vie sociale, étude publiée dans la quatrième (...)
  • 51 Le vote familial est également présent dans le projet rédigé, au printemps 1944, par André Colin e (...)
  • 52 Organisation civile et militaire, Le ministère de la vie sociale, étude publiée dans la quatrième (...)

20Au sein de la Résistance intérieure règne un consensus familialiste. Parmi les réflexions engagées, celles de l’OCM et de son Conseil national d’études apparaissent comme les plus marquées par le familialisme. Le Conseil promeut ainsi une politique de la famille qui ne soit plus « essentiellement nataliste » ( !), mais davantage moralisatrice50. Quant aux démocrates-chrétiens du Comité général d’études (CGE), en particulier Michel Debré, François de Menthon et Pierre Henri Teitgen, ils imposent l’idée du vote familial qu’ils proposent à Alger en septembre 1943 – en même temps que le vote féminin51. Les objectifs semblent très proches de ceux de Vichy, reprenant même une partie du programme du Commissariat général à la famille qu’il s’agit de pousser plus loin encore – priorité d’embauche aux jeunes mariés et aux pères de familles nombreuses, mise en place et développement des crédits d’installation aux jeunes ménages – mais l’OCM et son Conseil national d’études repoussent le principe des primes et dons en espèce aux familles. Ils s’opposent en outre à des mesures qui prendraient la forme de sanctions financières et apparaîtraient trop discriminatoires – refusant ainsi l’imposition de surtaxes aux célibataires et aux ménages sans enfants – au profit d’avantages réservés exclusivement aux familles (tarifs dégressifs dans les services publics et exonérations fiscales)52.

  • 53 Rapport de la commission du Comité national français chargée des questions économiques, financière (...)
  • 54 « Considérations sociales » du rapport sur « les problèmes économiques d’après-guerre », 20 mai 19 (...)
  • 55 Robert Prigent, Supplément au Journal officiel de la République française, le 8 janvier 1944, p. 7

21Au sein de la France libre, la question démographique et la lutte contre les fléaux sociaux sont classées parmi les principaux « problèmes économiques d’après-guerre53 ». On propose une solution familialiste – « La politique économique et financière doit donc tendre à favoriser les familles nombreuses et à encourager les mariages et les naissances. » Elle est corrigée par une deuxième mouture plus hygiéniste et nataliste – « La politique économique et financière doit donc tendre à améliorer la santé publique et à encourager les mariages et les naissances54. » En 1944 à Alger, alors que le Comité français de Libération nationale (CFLN) confie les questions de la santé publique au commissariat aux Affaires sociales, se dessine une tendance familialiste beaucoup plus marquée au sein du CFLN. Elle résulte notamment de l’arrivée de responsables associatifs – dont Robert Prigent du Mouvement populaire des familles (MPF) – et de fonctionnaires de l’administration familiale transfuges de Vichy, mais aussi du renforcement des conservateurs et des catholiques. Ce personnel ne condamne pas les principes de la politique familiale initiée par l’État français mais entend bien au contraire poursuivre l’effort familialiste. Ainsi Robert Prigent, se dit même favorable à la création d’un Commissariat consacré aux questions familiales au sein du Comité français d’Alger55.

  • 56 Cf. Paul-André Rosental, L’intelligence démographique, op. cit., p. 79-84.
  • 57 Note sur l’orientation future de la politique familiale, 16 février 1944. AN, F60 1677.
  • 58 Deux organismes devraient être constitués : un Comité interministériel de la Population avec pouvo (...)
  • 59 Paul-André Rosental, L’intelligence démographique, op. cit., p. 82-83.

22Cette tendance familialiste s’exprime également à travers la fameuse Note sur l’orientation future de la politique familiale issue du service de documentation du Commissariat à l’intérieur56. Son auteur insiste à la fois sur « le développement de la politique démographique et le renforcement de la cellule familiale » comme « condition essentielle du redressement du pays57 ». Il a une approche familialiste et moralisatrice des questions démographiques mais souligne la nécessaire prise en compte de la connotation désormais péjorative du terme de « famille ». Il propose l’emploi du mot « population » pour qualifier les nouvelles institutions et nouveaux organismes publics qui devront malgré tout maintenir « au premier rang de leurs préoccupations, le redressement de la famille française ». Il présente un projet institutionnel pour mener avec davantage d’efficacité la politique familiale et renforcer le rôle du champ associatif58. Il n’y aura pas toutefois, en matière de politique familiale, de position consensuelle au gouvernement d’Alger. Le communiste François Billoux, nommé commissaire d’État en avril 1944, et le Comité d’études des questions relatives à la préservation et au développement de la population qu’il institue (décret du 11 mai 1944), montent un projet radicalement différent, étatique – renforcement du rôle des pouvoirs publics aux dépens de la sphère privée par la mise en place d’un puissant ministère – et social, centré sur la population aux dépens de la famille perçue uniquement à travers la politique et l’hygiène sociales59. À côté de ce pôle communiste, les partisans du familial restent très puissants à Alger et regroupent les catholiques, les conservateurs et une partie des socialistes. Leur conception jouera un rôle déterminant au sein du futur MRP.

23La représentation neutraliste du familial sous Vichy s’explique d’abord par la stratégie politique du Commissariat à la famille. La société civile (institutions familiales et natalistes, acteurs du secteur privé entrés dans l’administration familiale, journalistes et publicistes animateurs de sa propagande) sur laquelle s’appuie l’État pour construire sa politique familiale lui a apporté en effet une supposée caution d’apolitisme. L’unanimisme résistant a également participé à la représentation non compromettante de ce domaine d’action publique. En effet, même s’il n’y a pas de consensus à Alger sur le devenir de la politique de la famille, la topique familiale fait quant à elle l’unanimité, tant dans la Résistance intérieure qu’au sein de la France Libre. Enfin, les discours des acteurs mêmes du familial à l’Assemblée provisoire, au premier rang desquels Robert Prigent, délégué de l’OCM, ont grandement contribué à cette image. Détacher le familial de Vichy revenait à blanchir son propre parcours dans les institutions familiales de l’État français. Pourtant la très grande majorité des familiaux ont adhéré au régime du maréchal Pétain dans lequel ils ont placé leurs espoirs familialistes. Ils trouveront dans la République de la Libération un compromis républicain à leurs revendications familialistes et se rallieront aux nouveaux principes sur lesquels sera fondée la politique familiale républicaine. En outre leur illustration dans la résistance – en tout cas leur passage par l’engagement résistant – contribuera à imposer une image patriotique et positive de l’action familiale à l’automne 1944, qui jouera pleinement quand viendra le temps de l’épuration.

Notes

1 Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République, op. cit., p. 174.

2 Marc Boninchi, Vichy et l’ordre moral, op. cit,. p. 67-68.

3 Dès le 31 août 1940, Georges Pernot note dans son journal que « le ministère de la Famille est considéré comme tout à fait inorganique et d’une insuffisance notoire ». Georges Pernot. Journal de guerre (1940-1941), op. cit., p. 134.

4 « Longue délibération au Ministère de la Famille : on y est plein de bonne volonté et animé des intentions les meilleurs. Mais on paraît aussi ignorer jusqu’aux notions plus élémentaires de la politique familiale ! » (3 août 1940). Georges Pernot. Journal de guerre (1940-1941), op. cit, p. 126.

5 Le 4 février 1941, ibid., p. 165.

6 Ibid., p. 184.

7 Le 9 avril 1941. Ibid., p. 196.

8 La Fondation française pour l’étude des problèmes humains est rattachée au Commissariat général à la famille par la loi du 17 novembre 1941. Cette équipe est de fait conçue par Boverat comme une annexe à l’Alliance nationale contre la dépopulation. Paul-André Rosental, L’intelligence démographique, op. cit., p. 248.

9 Fondé en 1930, l’Office de publicité générale prend en charge la gérance des annonces de différents journaux.

10 « Hommage à Jean Meusnier » par Émilien Amaury lors de son décès en 1962. Institut Marc Sangnier, fonds Jean Sangnier, JS Groupe de la rue de Lille.

11 Selon Yves Durand, ces personnalités – recrutées pour leur apolitisme supposé pour composer, avec les élus d’avant guerre, les responsables syndicaux et professionnels, les commissions administratives – constituent le « notabilisme de 1940 ». Yves Durand, « Les notables », in Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (éd.), Vichy et les Français, Paris, Fayard, 1992, p. 373.

12 C’est également l’argument utilisé par les parlementaires pour justifier leur présence dans ces commissions. Olivier Wieviorka, op. cit., p. 170.

13 Il est à la tête également de la Fédération départementale des familles nombreuses de Saône-et-Loire.

14 Georges Pernot. Journal de guerre (1940-1941), op. cit., p. 228-229.

15 Olivier Wieviorka, op. cit., p. 207. Quant à l’opinion publique, Pierre Laborie souligne combien le sentiment national se reconstruit à l’été 1941 contre l’occupant, à travers le refus de la politique de collaboration. Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy, Les Français et la crise d’identité nationale. 1936-1944, Paris, Points Seuil, 1990, 2001, p. 257.

16 « Les Français, en majorité, n’ont pas été d’abord vichystes puis résistants, pétainistes puis gaullistes mais ils ont pu être, simultanément, pendant un temps plus ou moins long, et selon les cas, un peu les deux en même temps. » Pierre Laborie, Les Français des années troubles, Desclée de Brouwer, 2001, p. 32 et p. 24-36.

17 Ibid, p. 36.

18 Selon la définition de Johanna Barasz, les vichysto-résistants sont des hommes qui, engagés dans la résistance active, ont été des soutiens effectifs de l’État français et de sa politique. Ils ont connu une « mutation » qui les a portés vers la résistance mais « leur expérience vichyste marque d’un point de vue idéologique, organisationnel, stratégique et/ou relationnels leur identité résistante ». Johanna Barasz, « Un vichyste en résistance, le général de la Laurencie », Vingtième siècle. Revue d’histoire, Presses de science politique, no 94, 2007/2, p. 167-181.

19 Les renseignements généraux insistent en 1942 sur son « son loyalisme à l’égard du maréchal Pétain ». AN, F1A 3308. En mars 1943, le préfet du Doubs note que Georges Pernot « a été officiellement associé jusqu’à présent comme conseiller national et comme président de la Fédération nationale des Familles nombreuses de France à l’œuvre de redressement national poursuivie par M. le Maréchal Pétain et son Gouvernement ». Lettre au secrétaire d’État à l’intérieur relative à la nomination de Georges Pernot au conseil départemental, le 3 mars 1943. AN, F1A 3635.

20 Dans la commission de la Jeunesse, il s’oppose aux partisans d’une jeunesse unique (Abel Bonnard, Bergery, Henri Massis). Dans la commission d’information générale, il s’élève contre les instructions adressées par l’amiral Darlan aux préfets, incités à consulter le chef départemental de la Légion au sujet de la nomination et de l’avancement des fonctionnaires. « Note spéciale concernant l’activité de M. Pernot » par le préfet du Doubs, le 5 mars 1945. AN, AL 5289.

21 Cette décoration créée par Vichy devait récompenser les plus grands serviteurs du régime.

22 Rapport des renseignements généraux, le 15 novembre 1944. AD Côte-d’Or, 1630W384.

23 Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République, op. cit., p. 268.

24 En réalité comme le souligne Olivier Wieviorka, « ce cénacle, en prétendant légaliser le pouvoir gaulliste, vise à valider la procédure du 10 juillet 1940 et à occulter les compromissions des sénateurs avec l’État français ». Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République, op. cit., p. 271.

25 Ibid, p. 271-272.

26 Il y défend le droit de vote des femmes et le projet de constitution de l’Union nationale des associations familiales.

27 Travaux 44, p. 19-20. Rapport de 1943 présenté devant le Conseil national du MPF.

28 « Dossier Descour », Appartenance FFI, 25 juin 1949. Service historique de la défense, cote 2938.

29 De la Grandière lui-même est lié à l’ORA et à l’Armée secrète. Il utilise son administration pour couvrir les actions clandestines de son personnel. Il reçoit avec sa secrétaire, la médaille de la Résistance. Il est mobilisé de février à juillet 1945 comme capitaine à l’État-major de la XIVe région militaire.

30 « Dossier Gérard-Marchant », Appartenance FFI, 9 janvier 1950. Service historique de la défense, cote 2938.

31 On trouve parmi celles-ci l’OCM (quatre Cahiers), le Comité général d’études (CGE), les Cahiers et Le Courrier du témoignage, Les Lettres françaises, Défense de la France (Cahier no 1 en février 1944), Résistance, Libération (nord) (sept numéros) et le Comité d’action contre la déportation. Sous l’intitulé Pages d’Histoire, le Groupe publie aussi le recueil des discours et appels du général de Gaulle (trois éditions du printemps 1943 au mois d’août 1944). Institut Marc Sangnier, fonds Jean Sangnier, JS Groupe de la rue de Lille, dossier 1. Cf. Claude Bellanger, Jacques Godechot et alii (éd.), Histoire générale de la presse française, t. IV : de 1940 à 1958, Paris, PUF, 1975, p. 118, p. 119, p. 123, p. 130, p. 132. Sur le « dépannage » entre confrères, p. 147.

32 Institut Marc Sangnier, fonds Jean Sangnier, JS Groupe de la rue de Lille.

33 Il est arrêté par la Milice en mai 1944.

34 Institut Marc Sangnier, fonds Jean Sangnier, JS Groupe de la rue de Lille, dossier 4.

35 Des délégués régionaux à la famille apportent leur soutien actif à l’entreprise clandestine menée par les agents du Groupe de la rue de Lille. C’est le cas notamment d’Edmond Gosset à Dijon.

36 Dossier Raymond-Laurent. AN, AL 5325.

37 Philippe Renaudin, La Famille dans la nation, Paris, Office de publicité générale, 1943, p. 28.

38 Ibid., p. 58.

39 Cette loi promulguée par le Garde des sceaux, Joseph Barthélémy, constituera un référent d’action essentiel pour le Commissariat général à la famille.

40 Georges Pernot. Journal de guerre (1940-1941), op. cit, p. 199.

41 Aline Coutrot, « La politique familiale », in René Rémond (éd.), Le gouvernement de Vichy 1940-1942, Paris, FNSP, 1972, p. 258 et suiv.

42 Ibid., p. 260-261.

43 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, op. cit., p. 95.

44 C’est le cas de Georges Hourdin : « […] Il fallait étudier, et cela semblait possible sans trahir même sous l’Occupation allemande, les problèmes de la famille et de la natalité […]. Je ne me rendais pas compte que j’allais un peu trop dans le sens du gouvernement Pétain, qui avait tendance à parler lui-aussi de décadence. » Georges Hourdin, Dieu en Liberté, Paris, Stock, 1973, p. 204-205.

45 Cette dissonance cognitive, terme empruntée à la psychologie sociale, apparaît lorsque les contradictions sont particulièrement fortes notamment au moment où Vichy s’engage plus avant dans la collaboration et la répression. Cette dissonance caractérise « un état de tension désagréable du à la présence simultanée de deux cognitions (idées, opinions, comportements) psychologiquement inconsistantes ». Pour échapper à cet état instable, les acteurs sont amenés à modifier l’une, l’autre ou les deux « cognitions » initiales – c’est-à-dire leurs représentations et/ou leurs comportements vis-à-vis de Vichy et de la Résistance. Cf. Johanna Barasz, « Un vichyste en résistance, le général de la Laurencie », op. cit., p. 167-168.

46 Bulletin de liaison de la délégation régionale à la famille de Lyon du Commissariat général à la famille no 2, 15 octobre 1944. AD Rhône, 283W151.

47 Cette préoccupation est centrale chez tous les familiaux à la Libération : veiller à ce que le familial ne soit pas disqualifié et délégitimé auprès des pouvoirs publics et de l’opinion après l’épisode vichyssois.

48 Institut Marc Sangnier, fonds Jean Sangnier, JS Groupe de la rue de Lille, dossier 1. p. 2-3.

49 « Monsieur, Je n’ignorais pas le Groupe de la rue de Lille, mais je ne connaissais que la partie clandestine de son activité. Le bel album que vous m’avez fait parvenir, également remarquable quant à la forme et quant au fond, a donc été pour moi une surprise. Je vous félicite ainsi que vos camarades d’avoir pensé à préparer dès maintenant l’œuvre du temps de paix et vous être attaqué au problème qui conditionne tous les autres, celui de la natalité. Je vais conserver quelques jours encore cet album, afin de l’examiner plus à loisir ; puis, je le transmettrai au service intéressé qui étudiera la façon d’utiliser au mieux les résultats du travail auquel votre équipe s’est livré […]. » Lettre du général de Gaulle à Émilien Amaury, le 11 septembre 1944. Institut Marc Sangnier, fonds Jean Sangnier, JS Groupe de la rue de Lille, dossier 3.

50 Organisation civile et militaire, Le ministère de la Vie sociale, étude publiée dans la quatrième édition Les Cahiers. Etude pour une révolution française, octobre 1943, p. 48-49.

51 Le vote familial est également présent dans le projet rédigé, au printemps 1944, par André Colin et Maurice-René Simonnet, qui doit jeter les bases du futur MRP. Cf. Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir. 1945-1970, Paris, Fayard, 2000, p. 35 et p. 39.

52 Organisation civile et militaire, Le ministère de la vie sociale, étude publiée dans la quatrième édition Les Cahiers. Etude pour une révolution française, octobre 1943, p. 46-47.

53 Rapport de la commission du Comité national français chargée des questions économiques, financières et sociales.

54 « Considérations sociales » du rapport sur « les problèmes économiques d’après-guerre », 20 mai 1942, p. 5. AN, F1A 3734.

55 Robert Prigent, Supplément au Journal officiel de la République française, le 8 janvier 1944, p. 7.

56 Cf. Paul-André Rosental, L’intelligence démographique, op. cit., p. 79-84.

57 Note sur l’orientation future de la politique familiale, 16 février 1944. AN, F60 1677.

58 Deux organismes devraient être constitués : un Comité interministériel de la Population avec pouvoir délibératif et un Conseil supérieur de la population – avec voix consultative – au sein duquel les associations familiales joueraient un rôle croissant. Paul-André Rosental, L’intelligence démographique, op. cit., p. 80-81.

59 Paul-André Rosental, L’intelligence démographique, op. cit., p. 82-83.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search