Version classiqueVersion mobile

Vichy et la famille

 | 
Christophe Capuano

Quatrième partie. Les territoires locaux, laboratoires de l'action familiale sous Vichy

Chapitre XI. Propagande familiale, réseaux et territoires

Texte intégral

  • 1 Cf. Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin…, op. cit, notamment p. 119-151 et p. 189-22 (...)
  • 2 Irène Di Jorio, Propagandare lo Stato. L’identita nazionale nella propaganda di Vichy, Université (...)
  • 3 Revue de l’Alliance nationale contre la dépopulation, no 343, mai 1942.

1Plusieurs travaux historiques ont mis en évidence les spécificités idéologiques de la propagande familiale de l’État français et ses caractéristiques techniques1. Ils soulignent surtout la modernité de ses outils (affiches, tracts avec public ciblé, radio, cinéma, concours) et sa planification destinée notamment à imposer dans la société une « mystique familiale ». Les méthodes pratiquées semblent correspondre au modèle vichyste de propagande : des campagnes planifiées confiées à des professionnels de la publicité commerciale qui utilisent leurs « connaissances scientifiques » en matière d’opinion, de psychologie de masse et de psychologie sociale pour manipuler les foules2. Cependant l’étude quasi exclusive de la propagande familiale dans sa dimension nationale et officielle ne prend pas suffisamment en compte le rôle des acteurs extra-étatiques sur lesquels repose en partie la mise en place de la politique de l’État français. Ceux-ci contribuent pourtant à la mobilisation du corps social et à la pénétration de l’idéologie vichyste au sein de la société civile. Il s’agit d’une vraie rupture avec leurs modalités d’action sous la Troisième République comme le souligne l’Alliance nationale contre la dépopulation : « La grande nouveauté de cette propagande c’est qu’elle n’est plus destinée, comme autrefois, à créer un mouvement d’opinion qui impose au gouvernement une politique nataliste, mais à soutenir la politique familiale du gouvernement en lui demandant de l’accentuer sur certains points3. » Ils relaient, tant à l’échelon national qu’au niveau local, le discours officiel et le banalisent auprès des différents milieux sociaux tout en l’inscrivant dans leur propre stratégie d’action – lui conférant au passage leur marque, que celle-ci soit familialiste et associative, patronale ou confessionnelle. C’est aussi le rôle des fonctionnaires de l’échelon déconcentré (délégués régionaux à la famille) de mener une propagande « de bouche à oreille » par des contacts divers, des conférences et des rencontres publiques. La singularité de la propagande familiale vichyste tient aussi à l’importance accordée à la territorialisation de son organisation, en particulier de son pan événementiel. Ce procédé doit permettre de toucher tous les acteurs locaux intéressés au développement du familial. À charge pour eux de constituer des réseaux d’action devant combiner le maximum de personnalités (publiques et privées) et de représentants d’organisations sociales, économiques et médiatiques effectivement impliqués dans l’organisation locale de ces événements. Cette stratégie met en avant les adaptations aux réalités locales pour atteindre l’ensemble du corps social sur un territoire déterminé. Cette approche à la fois empirique et pragmatique de la propagande doit ainsi compléter un discours national et uniformisé. C’est cette articulation qui devient à partir de 1942, le fer de lance de la propagande familiale dans les régions françaises des différentes zones.

Des rouages officiels aux relais spontanés : une multiplicité de propagandistes locaux

  • 4 Il a fallu surmonter deux types de difficultés : la première est venue du Secours national qui a r (...)
  • 5 Elle vise les instituteurs (« L’École et la Famille », 198 000 ex.), les étudiants (« Étudiant, mo (...)
  • 6 Une importante campagne de presse (parisienne et régionale) durant le premier trimestre 1942 est s (...)
  • 7 « Rapport sur la politique familiale et la tâche du Conseil supérieur de la famille », p. 40. AN, (...)

2À partir du 9 septembre 1941 (date du déblocage des crédits par le secrétaire d’État à la Famille et à la Santé), pour la première fois, une propagande familiale étatique d’ampleur nationale est mise en place à l’échelon central. Il a fallu plusieurs mois pour que ce plan, présenté au maréchal Pétain le 29 mai 1941 par Philippe Renaudin alors directeur de la famille, voit enfin le jour4. Cette propagande vise à la fois les « cadres » de la société par la diffusion de brochures à un public-cible5 et le grand-public avec des campagnes de presse et d’affichage6. Mais l’investissement moyen annuel reste limité, même s’il représente le tiers du budget du Commissariat général à la famille : dix millions de francs – « sommes modestes » selon les familiaux du Conseil supérieur de la famille7. L’État a donc besoin d’autres formes institutionnelles privées et publiques qui puissent contribuer de manière déterminante, en agissant à l’échelon local, à la diffusion d’une propagande familiale. Certains sont des rouages stratégiques du Commissariat général à la famille pour atteindre la société locale, tandis que d’autres agissent de manière plus spontanée. Mais dans tous les cas cette propagande doit reposer sur des fonds extra-étatiques.

Les propagandistes officiels : l’action politique des délégués régionaux à la famille

3Les délégués régionaux à la famille sont les premiers propagandistes de la famille dans leurs circonscriptions. Dans les grandes villes où ils ont leur siège, ils nouent des relations privilégiées avec la presse régionale. Celui de Lyon bénéficie d’une situation exceptionnelle. À la presse locale et régionale, s’ajoutent en effet tous les journaux ou magazines nationaux ayant choisi à l’été 1940 la capitale des Gaules comme lieu de repli de la zone Sud. Le délégué régional en profite pour se rapprocher de cette presse nationale et faire accepter une forme de censure :

  • 8 Rapport de la délégation régionale à la famille de Lyon, janvier 1941. AD Rhône, 3829W5.

« Nous avons obtenu de la direction de Marie-Claire la promesse que les articles de cet hebdomadaire, sa “petite correspondance” respecteront les directives du Maréchal et que dans les cas délicats touchant la famille, nous serons consultés8. »

4Une grande part de l’art propagandiste du délégué régional à la famille repose sur sa capacité de persuasion. Dès son arrivée dans sa délégation, il cherche à convertir des « leaders d’opinion » qui devront ensuite diffuser le message officiel :

  • 9 Rapport de la délégation régionale à la famille de Lyon, novembre 1940. AD Rhône, 3829W5.

« Nous avons indiqué aux préfets de notre région aux évêques, aux inspecteurs d’académie, aux directeurs d’enseignement libre, l’intérêt qu’il y aurait à favoriser des réunions au cours desquelles le délégué régional à la famille exposerait la politique du gouvernement en faveur de la famille. À ces réunions qui se tiendraient non seulement dans les villes mais encore dans les campagnes (chefs-lieux de cantons) seraient convoqués les instituteurs et institutrices publics ou privés, les curés et vicaires et les personnes ayant une influence sociale certaine. Les assistances pourraient demander tous éclaircissements au délégué régional à la famille et seraient chargés par lui de diffuser dans la population les renseignements et directives qui leur seraient donnés. Tous ont donné leur accord. Nous pensons commencer des tournées de propagande très prochainement, dès que le temps le permettra9. »

  • 10 Le délégué régional de Lyon, Georges de la Grandière ne parvient à lancer qu’un seul numéro, en ma (...)

5Dans les délégations les plus importantes et les plus dynamiques, les délégués créent aussi leur propre bulletin de liaison. Il s’agit d’un instrument singulier de propagande endogène : il doit relayer la propagande du Commissariat général à la famille, informer la population de la législation familiale mais aussi donner une visibilité aux actions familiales menées sur leur propre territoire dans le cadre de la politique officielle. Ce type de publication, initié en 1942 dans le département de la Seine, voit sa diffusion gênée par les difficultés matérielles – notamment la rareté du papier mais aussi la complexité de sa distribution10.

  • 11 Prix de la Fondation Étienne Lamy et de la Fondation Cognacq-Jay.
  • 12 Le cas du délégué régional de Besançon est significatif lorsqu’il évoque la déception puis les res (...)
  • 13 Revue de l’Alliance nationale contre la dépopulation, no 343, mai 1942.

6Les délégués doivent aussi s’assurer de l’efficacité des campagnes de propagande nationales – diffusion de tracts, d’affiches, inserts dans les journaux – et mesurer leur l’impact sur l’opinion publique. Les appréciations qu’ils font remonter par le biais de rapports mensuels sont aussi l’occasion de donner leur avis sur les stratégies poursuivies. Mais ils sont aussi les premiers à recevoir les récriminations des intéressés quand l’État est pris en flagrant délit de « publicité » mensongère ! Avec la surenchère propagandiste du Commissariat général à la famille, de nombreux slogans familialistes et promesses familiales sont déconnectés de la réalité ou s’approprient des réalisations effectuées sous la Troisième République. C’est le cas en particulier avec la campagne d’affiches de l’automne 1941 : « Jeune paysan, tu dois savoir » et « Paysan, père de famille. Voici vos droits ». Les premières vantent en effet des mesures qui ne sont pas encore effectives – les prêts aux jeunes ménages paysans – tandis que les secondes présentent comme de nouveaux prix annuels créés par l’État français pour les familles paysannes des dotations privées préexistantes de longue date11. Ces abus sont défavorablement perçus par la population qui n’hésite pas à manifester son mécontentement, ce qui laisse le délégué régional désemparé12. Dans les rangs natalistes et familialistes en particulier, le décalage entre cette politique de communication et les mesures réellement mises en œuvre par l’administration de la famille entraînent aussi de profondes désillusions. L’Alliance nationale contre la dépopulation exprime ainsi son « inquiétude, parce que ces réalisations partielles restent très inférieures à celles qu’attendent les éléments les meilleurs et les plus méritants de la nation, dont les espoirs ont été suscités, d’abord par les déclarations du Maréchal et les principes qu’il a posés, ensuite par la propagande même du Commissariat général à la famille. Tout ce papier imprimé commande des actes. La meilleure propagande, pour une administration publique, c’est son fonctionnement même, ce sont ses résultats13 ».

La mise à disposition des centres de coordination et d’action des mouvements familiaux

  • 14 Compte-rendu de la réunion des centres départementaux de coordination et d’action des mouvements f (...)

7Avec le lancement par le nouveau Commissariat général à la famille, de l’important plan de propagande en septembre 1941 commence une phase qui inclut le Centre national et les centres départementaux dans l’offensive idéologique. Cette participation à l’action des pouvoirs publics est instamment recherchée par le Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux de la zone occupée et son président Gaston Lacoin14. C’est le secrétaire général du Centre, Georges Hourdin, qui est désigné pour suivre de « très près » la campagne de propagande dont la réalisation est confiée à l’Office de publicité générale.

  • 15 Circulaire aux présidents de centres départementaux de coordination. Centre national de coordinati (...)

8Rapidement le Centre national de coordination décide, en accord avec le Commissariat général à la famille, d’impliquer largement les centres départementaux. Ces derniers doivent désormais se doter d’une « commission de propagande » qui devrait comprendre un ou plusieurs professionnels de la communication et de l’information15.

  • 16 Sans prendre un caractère systématique ou exhaustif, le souci de participer à l’instauration de l’ (...)
  • 17 Ce rôle de relais est explicité par le plan de propagande. Centre national de coordination et d’ac (...)
  • 18 Circulaire aux présidents de centres départementaux. Centre national de coordination aux centres d (...)

9Plusieurs tâches leur sont assignées qui confèrent à ces organismes privés un rôle exorbitant en matière de propagande et les assimilent de fait à des structures parapubliques. Ils sont d’abord chargés de vérifier dans la presse régionale la présence des articles de propagande envoyés par l’administration centrale de la famille et, le cas échéant, de constituer une force de pression locale – discrète mais efficace – contre les récalcitrants. La commission doit également mener des enquêtes de terrain – en amont et en aval des campagnes de propagande – afin de recueillir des informations sur les attentes et les réactions de la population puis en « faire profiter les fonctionnaires du Commissariat général à la famille ». Elle doit aussi préparer certains événements propagandistes en particulier la fête des mères. Enfin, pour instituer un ordre moral, des commissions de censure sont à constituer au sein de chaque centre de coordination. Le travail demandé est immense : assister aux projections d’un maximum de films présentés dans le département et écouter le plus grand nombre d’émissions de radios. On les incite en effet à dénoncer ceux qui « ne conviennent pas à un pays qui doit rassembler toutes ses forces vives pour se relever » et mettre en lumière au contraire ceux qui « par leur caractère roboratif et vivifiant méritent d’être encouragés » pour finalement « établir une sorte de catalogue des bons et mauvais spectacles du son et de l’image16 ». Le rôle dévolu à cette « commission de propagande » revient ainsi à seconder les agents de l’État – en assurant à la fois les conditions d’un contrôle des esprits et en permettant une efficacité maximale de la propagande du Commissariat général à la famille sur la société civile17. Dès la fin de l’année 1941, les centres départementaux deviennent des relais de diffusion directs à la propagande du Commissariat général à la famille. Un important stock de tracts et de matériel de propagande leur est transmis par l’intermédiaire du Centre national de coordination18.

10Le Commissariat général à la famille va également mobiliser directement les différentes composantes des centres de coordination : associations familiales et caisses de compensation des allocations familiales sont ainsi chargés de distribuer les brochures de propagande et les tracts de Vichy. Les organismes compensateurs doivent notamment constituer des vecteurs de propagande vers leurs entreprises-adhérentes et les salariés de celles-ci.

11En 1943, c’est une nouvelle étape en matière de contrôle des mœurs par les militants associatifs qui est franchie. Des accords sont en effet établis entre les pouvoirs publics et le Centre national de coordination des mouvements familiaux (devenu Centre national des activités familiales) afin de créer un réseau de surveillance morale pour l’ensemble du territoire français composé d’agents privés, les « délégués bénévoles à la liberté surveillée ». Pour constituer cette milice des mœurs, chaque mouvement représenté au Centre national de coordination est chargé de proposer des volontaires. Il en est ainsi pour les Associations catholiques de chefs de famille :

  • 19 Tâches d’aujourd’hui, bulletin de liaison de l’UNACCF, no spécial : « Les ACCF depuis leur origine (...)

« Le Centre de coordination nous demande aussi 150 délégués à la fonction bénévole de délégué à la liberté surveillée, d’une si haute importance sociale. Chaque ACCF ne pourrait-elle pas nous en fournir au moins un ? Les délégués sont investis par le Tribunal d’une haute fonction morale et ont droit de réquisitionner la police19. »

12Cette création, en instituant un corps spécifique de délateurs privés supplétifs de la police des mœurs et aux délégués régionaux à la famille, témoigne de la radicalisation des logiques moralisatrices et liberticides. Cependant, constitué tardivement (fin 1943), il ne semble pas que ce réseau ait eu réellement le temps de se mettre en place.

Le rôle « spontané » des institutions et organismes locaux

13Sans s’inscrire dans un plan de propagande officielle, les institutions et organismes extra-étatiques mènent aussi leur propre propagande familiale. Celle-ci vise moins à répondre aux attentes de l’État qu’à servir les stratégies des organisations qui les conduisent – insérées dans des logiques associatives, patronales ou religieuses

  • 20 Il s’agit de petits bulletins familiaux mensuels comme à Cognac ou à Nantes ou de publications imp (...)
  • 21 La Revue de la famille est éditée par l’Édition sociale française contrôlée par le Comité central (...)
  • 22 « Programme d’étude pour 1942 », la Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 20 novembre 1941.

14Les associations familiales et les centres départementaux de coordination multiplient ainsi les initiatives sur leur territoire et les délégués régionaux à la famille encouragent ces formes de propagande adaptées aux réalités locales et considérées comme particulièrement efficaces. Dans certains départements, les mouvements familiaux développent leur propre organe de presse ou bénéficient régulièrement d’une page dans les journaux locaux20. Cependant pour ces structures associatives, la propagande vise surtout le recrutement de nouveaux membres. Au sein des caisses patronales de compensation également, l’importante diffusion de la presse familialiste cherche plus à renforcer la tentative patronale de contrôle des mœurs ouvrières qu’à soutenir les projets de l’État. C’est dans cet esprit que les organismes de compensation distribuent La Revue de la famille auprès de leurs allocataires21. Certaines caisses, comme dans la Nièvre, abonnent d’office les familles de trois enfants et au-delà. D’autres, comme dans le Pays de Montbéliard, décident de le faire pour l’ensemble de leurs familles allocataires. Quant aux autres brochures familialistes comme « le Petit Guide de la Famille », « Du foyer au jardin », « L’hiver au foyer », ce sont les assistantes sociales et les agents-payeurs employés par les caisses qui en assurent directement la distribution auprès de leurs ouvriers. La famille devient aussi le thème de journées d’études, de causeries, lectures, conférences impulsées par les évêques dans leur diocèse par le biais des Semaines religieuses. Si l’Église reprend ainsi à son compte une partie de la propagande du régime en faisant des fidèles des relais de diffusion de la politique familiale de Vichy, elle l’utilise dans le même temps comme un instrument exceptionnel pour renforcer son influence dans la société française. Les plans d’étude de la Semaine religieuse du diocèse de Besançon22 permettent ainsi d’associer les conceptions catholiques de la famille aux projets de l’État français. Trois conférences – « la famille », « la politique familiale » et « la famille vraiment chrétienne » – doivent ainsi démontrer combien l’ambition familiale de Vichy répond à la fois aux aspirations de la famille « naturelle » chrétienne et aux espoirs de l’Église pour la rechristianisation de la société.

Combiner propagande nationale et réalisations territorialisées : l’organisation de la fête des mères

  • 23 Cf. Virginie De Luca, « La fête des mères dans la première moitié du XXe siècle : la fabrique des (...)
  • 24 Francine Muel-Dreyfus a bien décrit les tentatives de l’État français d’« imposer » cette fête de (...)

15Jusqu’en 1940, l’organisation de la fête des mères est essentiellement le fait des associations natalistes et familialistes23. Qu’il s’agisse des premières cérémonies locales des années 1900, de la Journée nationale et officielle des mères de famille nombreuse de 1920 puis, à partir de 1926, de la Fête annuelle des mères, c’est sur ces associations que s’appuient les ministres successifs de la Troisième République alors que ces célébrations ne connaissent qu’un faible écho dans la population. Le régime de Vichy introduit en 1941 une rupture radicale avec les pratiques de l’entre-deux-guerres : en conférant à cette journée un enjeu idéologique et politique d’ampleur nationale – célébrer officiellement « l’éternel féminin24 », rassembler les Français dans la célébration des mères et de la famille telle que l’entend l’État français mais aussi dans l’exaltation de la Révolution nationale et de la nation pétainiste – les pouvoirs publics l’investissent largement avec une propagande d’État aux puissants moyens. Mais au niveau local, ce sont les organismes privés et parapublics qui continuent à jouer les premiers rôles par le biais de montages financiers et de comités d’organisation ad hoc. Avec l’importance donnée à l’événement et la nécessité d’une mobilisation de la totalité du corps social, des coalitions locales se constituent. Temporaires, mais reconduites année après année, elles contribuent à étendre et renforcer les réseaux locaux du familial.

Acteurs publics ou privés : qui doit organiser la fête des mères ?

  • 25 Circulaire du secrétaire d’État à la Famille et à la Santé aux préfets, le 28 avril 1941. AD Jura, (...)
  • 26 Circulaire du secrétariat d’État à la Famille et à la Santé aux préfets, le 24 avril 1941. AD Belf (...)
  • 27 Circulaire du préfet délégué du ministère de l’Intérieur, J.-P. Ingrand, aux préfets de la zone oc (...)
  • 28 Circulaire du secrétariat d’État à la Famille et à la Santé aux préfets, le 24 avril 1941. AD Belf (...)

16Alors que l’État français annonce vouloir faire « de la journée des Mères du 25 mai une journée de reconnaissance nationale envers les mères françaises25 », dans les faits les célébrations de 1941 sont préparées dans l’urgence par une Direction de la famille en mutation. Aucune cérémonie nationale n’est prévue, seul un message radiophonique est lu depuis Vichy par le maréchal Pétain aux mères de France. La célébration des mères doit quant à elle prendre la forme d’une multitude de cérémonies locales mises en place par des comités locaux animés par les associations familiales et les centres départementaux de coordination et d’action des mouvements familiaux, sous l’égide du Centre national. Les municipalités sont sollicitées par les pouvoirs publics pour contribuer directement à l’ordonnancement de cérémonies officielles26 ou du moins pour apporter leur soutien matériel aux comités d’organisation en constitution27. Dans le même temps le secrétaire d’État à l’Éducation nationale sollicite les instituteurs « pour associer les enfants des écoles à cette manifestation en leur suggérant la rédaction d’une lettre adressée, par chacun d’eux, à sa mère à l’occasion de la journée du 25 mai28 ».

  • 29 Circulaire du Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux (zone Nord), le (...)

17En ce qui concerne l’organisation concrète de la journée, peu de précisions sont transmises aux centres de coordination à l’exception des dispositions prises in extremis à l’échelon national par les différents partenaires public et parapublic et communiqués dans la précipitation aux organisateurs locaux quelques jours seulement avant l’événement29.

  • 30 « Prenant place dans l’ensemble de notre campagne de propagande, dont elle constituera un des élém (...)
  • 31 Ibid.

18À partir de 1942, l’État français s’investit davantage dans la préparation de la fête des mères. Celle-ci doit constituer l’un des points d’orgue de la grande campagne de propagande familiale lancée à l’automne 1941 par le Commissariat général à la famille30. À l’échelle nationale, une commission interministérielle est mise sur pied regroupant autour du commissaire à la famille les « représentants des organisations officielles intéressées et des groupements familiaux ». Le Commissariat général à la famille se place désormais au centre du dispositif avec pour tâche « d’organiser cette journée, aussi bien les manifestations que la propagande, de réunir les représentants des départements ministériels, des organisations officielles et des groupements familiaux qui collaborent à cette fête, de coordonner leurs initiatives, de présider à la répartition des tâches, de surveiller enfin l’exécution des missions qui auront été confiées à chacun31 ». Au niveau régional et dans les espaces locaux, le rôle du délégué à la famille est désormais essentiel. Il doit solliciter les élites et les organisations régionales et départementales de la sphère administrative, économique, sociale, éducative et religieuse ainsi que des représentants de la presse pour participer à des réunions à différents échelons, l’objectif étant d’impulser la création de comités d’organisation jusqu’au niveau municipal. L’administration centrale insiste surtout sur l’urgence de cette action et son caractère hautement prioritaire. Enfin, le Commissariat général à la famille attend de ses agents déconcentrés qu’ils lui fassent remonter les initiatives locales.

19Sur le terrain plusieurs types de systèmes se mettent en place. L’intervention du délégué régional à la famille peut dans certains cas donner une tonalité très pétainiste aux célébrations, en particulier en zone Sud. Il en est ainsi dans le Jura, à Lons-le Saunier : le délégué à la famille insiste pour que des cérémonies communes soient organisées avec la Légion française des combattants qui accueille ce jour là son directeur général, François Valentin. En Haute-Saône, c’est à une reprise en main des opérations que se livre le délégué pour pallier les carences des familialistes locaux jugés trop timorés : le délégué compose et dirige lui-même le comité d’organisation laissant peu de marge à la sphère associative. Dans de nombreux départements à l’inverse, ce sont les militants familiaux qui gardent les commandes. Ainsi dans le Territoire de Belfort, le président du centre départemental d’action et de coordination des mouvements familiaux conserve la haute main sur l’organisation de la fête des mères.

  • 32 Le règlement d’administration publique de la loi Gounot est paru le 3 décembre 1943.
  • 33 Circulaire du commissaire général à la famille aux délégués régionaux à la famille pour la prépara (...)
  • 34 Circulaire du Centre national de coordination aux présidents des centres départementaux, le 12 avr (...)
  • 35 Rapport du délégué à la famille du Jura, le 20 mai 1944. AD Jura, 304W149.

20En 1944, la priorité des pouvoirs publics va à la constitution des associations familiales semi-publiques32. Le Commissariat général à la famille insiste sur le rôle de ces nouveaux organismes appelés à devenir les principaux interlocuteurs des représentants de l’État33. Considérant la fête des mères comme une vitrine permettant de donner une visibilité aux nouvelles associations semi-publiques, l’approche et la préparation de cet événement doit même être l’occasion d’accélérer le processus de création de ces nouveaux organismes. Très tardive – elle est diffusée en avril 1944 –, la directive du Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux va dans le même sens et conforte le rôle déterminant de l’échelon local dans la préparation de cet événement34. Cependant peu de changements ont lieu dans l’organisation de la journée des mères ou dans le calendrier de constitution des associations semi-publiques. La raison principale tient au retard pris sur le terrain dans la formation de ces nouvelles structures et surtout à l’impossibilité de précipiter les différentes étapes de constitution. Même dans les territoires où les associations familiales Gounot sont créées de manière relativement précoce, le délai est trop court pour occuper une place déterminante dans les préparatifs. C’est le cas à Lons-le-Saunier où l’association cantonale constituée quelques jours auparavant ne joue aucun rôle spécifique dans les cérémonies de la fête des mères35.

Organisation de la fête des mères et mobilisations locales

  • 36 Circulaire du Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux aux présidents (...)

21L’organisation et la célébration de la fête des mères constituent le point de départ d’une importante réflexion sur un nouveau mode d’action propagandiste qui reposerait à la fois sur la construction de réseaux locaux et la mobilisation de relais territoriaux. Il s’agit d’une démarche empirique qui s’appuie sur l’expérience de la journée des mères du printemps 1941. Plutôt que l’État, c’est le Centre national de coordination des mouvements familiaux qui est le premier à mener ce travail de théorisation et de rationalisation. Il mise d’abord sur une planification précoce – six mois avant l’événement – afin de mobiliser le maximum d’organisateurs potentiels36. Il établit les critères nécessaires à la réussite de l’événement : constitution dans chaque département et commune d’une commission de la journée des mères ; organisation d’une propagande « très large, très méthodique » pour viser les élites locales et le grand public (recours à divers supports : presse, affiche, radio, cinéma) ; nécessité de soutiens officiels et privés très larges. Les trois facteurs combinés posent ainsi les bases d’un nouveau mode de mobilisation sociale et territoriale qui repose sur la planification, la rationalisation et la constitution de réseaux sociaux étendus.

  • 37 On trouve notamment le préfet, le délégué régional à la famille, le conseiller national, le maire (...)
  • 38 Dans cette perspective, le comité d’organisation du Territoire de Belfort envoie une circulaire à (...)

22Le dispositif que met en place le président du comité d’organisation de la fête des mères du Territoire de Belfort, de la Harpe, illustre bien le modèle d’organisation souhaité par le Centre national de coordination. Il révèle d’abord la capacité du président à mobiliser un grand nombre de personnalités et de représentants d’organismes locaux en constituant deux comités à la fonction différente : le premier, comité d’honneur, permet de s’assurer le soutien symbolique des autorités administratives, politiques, économiques et religieuses les plus en vue du département37. Le second est un comité d’action, dont il prend la tête. Il regroupe des acteurs effectivement impliqués dans les préparatifs. Ce comité a une composition diversifiée et se présente comme un véritable creuset dans lequel on trouve des agents privés, publics et parapublics avec une forte représentation des acteurs de la sphère éducative, familiale et sociale mais aussi, dans une moindre mesure, du monde économique et médiatique. La volonté de rationaliser l’ensemble apparaît avec une division en huit commissions qui couvrent tous les domaines (cérémonies officielles et récréatives, ventes d’insignes, vitrines familiales, propagande locale et gestion financière) et les espaces d’intervention (des cérémonies belfortaines à celles, plus diffuses, dans le reste du département). L’atout de cette organisation est enfin sa reconduction durant les années 1943 et 1944, ce qui renforce encore les habitudes de fonctionnement et les liens entre les acteurs. Les combinats constitués pour le département doivent également se décliner, à une échelle moindre, dans chaque commune. Dans les territoires où les centres départementaux disposent d’un dense réseau de délégués familiaux communaux – comme c’est le cas dans le Territoire de Belfort – ceux-ci jouent alors un rôle essentiel pour mettre en place de petits comités d’organisation avec le maire, le curé et l’instituteur38 et reçoivent pour cela des directives précises du président du comité d’action et du centre de coordination.

  • 39 En 1942, son aide se limite à 100 000 F que les deux sections du Centre national de coordination d (...)
  • 40 En 1941, le Secours national a versé au total 18 millions de francs pour financer les dons à l’occ (...)
  • 41 Circulaire du Secours national « Fête des mères 1943 ». AD Territoire de Belfort, 99W203.
  • 42 Les organisations sociales et économiques assurent dans certains départements l’essentiel des fina (...)
  • 43 Lettre du directeur de la caisse interprofessionnelle de compensation de Haute-Saône au secrétaire (...)

23Pour financer les différentes étapes de la fête des mères, les comités d’organisation doivent procéder à des montages financiers plus ou moins complexes. En effet, jusqu’en 1943 l’apport de l’État est dérisoire39 ! Les institutions publiques locales, parapubliques et privées sont sollicitées pour financer les dons en nature ou en espèces distribués à cette occasion aux mères médaillées et à leurs enfants ainsi que les divers frais occasionnés. La part des financements locaux se renforce durant la période. Le Secours national qui était un financeur important en 1941 et en 194240, décide en effet de cesser ses versements en 1943. Cette décision s’inscrit en réaction au processus de familialisation de la fête des mères qui s’est traduit par la monopolisation de son organisation entre les seules mains de l’administration de la famille – Commissariat général et ses agents déconcentrés – et des centres de coordination des mouvements familiaux. Le Secours national estime par conséquent qu’il revient désormais à cette administration de supporter entièrement les frais et les charges de la fête des mères41. Pour pallier ce retrait, le Commissariat général à la famille décide en 1943 de participer à hauteur de deux millions au paiement des denrées débloquées au niveau national. Cette subvention est versée par le biais du Centre national de coordination. Malgré cet apport, les pouvoirs publics estiment nécessaires de « trouver des fonds sur place ». Les capacités financières des centres départementaux de coordination étant généralement trop réduites pour faire face aux dépenses, les agents du Commissariat général à la famille préconisent de se tourner vers d’autres financeurs. Il s’agit d’une part des organisations économiques et sociales du département, d’autre part des collectivités locales – le ministère de l’intérieur les ayant en effet autorisées, à partir de 1943, à apporter leur aide financière pour contribuer aux dépenses locales. La disparition, comme organisme financeur, du Secours national entraîne en contrepartie un renforcement de la part des subventions accordées par les organisations économiques et sociales, en particulier celles des caisses de compensation des allocations familiales42. Dans la majorité des cas, ces participations financières à la fête des mères provoquent l’entrée quasi systématique dans les comités d’organisation de représentants des organismes de compensation et lorsque ce n’est pas le cas, certaines caisses n’hésitent pas à se manifester pour réclamer leur intégration, estimant « normal » de pouvoir donner leur avis43.

Des cérémonies uniformisées soumises aux aléas de l’Occupation

  • 44 Circulaire aux présidents de centres départementaux de coordination, le 26 décembre 1941. AD de Ha (...)
  • 45 Circulaire du Commissariat général à la famille aux délégués régionaux, le 21 janvier 1942. AD Hau (...)
  • 46 Circulaire du délégué régional à la famille de Lyon aux présidents des centres départementaux de c (...)
  • 47 Souligné dans le texte. « Journée des mères 1944 », Rapport du délégué départemental à la famille (...)

24Dans sa circulaire du 26 décembre 1941, le Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux (zone Nord) donne ainsi un programme type décrivant avec minutie les différentes manifestations qui doivent s’égrener au cours de la journée, des cérémonies religieuses de la matinée à la remise officielle des décorations en passant par les séances récréatives de l’après-midi. Elles doivent rassembler au-delà des autorités civiles et religieuses et des représentants des institutions administratives, économiques et sociales, l’ensemble du corps social44. Dans le Petit Guide de la journée des mères publié en 1942 par l’Édition sociale française et préfacé par Georges Hourdin, on va même plus loin encore dans l’encadrement millimétré et surtout dans l’organisation d’un « cérémonial » qui s’apparente à une manifestation de masse vichyste : répartition des groupes (officiels, mères de famille, enfants, jeunes, aînés, public) dans des espaces spécifiques et cérémonie officielle orchestrée de manière fascisante. Malgré tout, les acteurs locaux ne doivent pas avoir le sentiment d’appliquer un programme uniformisé qu’ils risqueraient de rejeter. Au contraire, les pouvoirs publics les incitent à singulariser leur fête des mères pour qu’ils aient l’impression de se l’approprier45. Dans plusieurs départements relevant de la délégation de Lyon, on crée le « déjeuner officiel » pendant lequel les autorités municipales et préfectorales célèbrent les mères décorées de la médaille de la famille française. Le délégué veut étendre cette initiative à l’ensemble de sa région, ce qui provoque parfois l’hostilité des acteurs locaux46. Il en est ainsi à Lons-le-Saunier où la municipalité estime que le « déjeuner officiel » est « une usurpation au “déjeuner en famille” » mettant les organisateurs face à leurs contradictions : la primauté des rituels publics et officiels sur les marques d’amour filial dans le cadre du foyer. Le délégué départemental à la famille et le président du centre départemental de coordination du Jura doivent persuader mais aussi négocier… en invitant maris et enfants au moment du café ! Quant aux personnalités invitées, le délégué à la famille promet qu’elles ont été seulement « choisies en raison de l’aide qu’elles avaient apportée à la cause familiale par leur appui ou par leur exemple en dehors de toute autre considération47 ».

  • 48 « […] ces manifestations […] seraient placées sous le patronage de l’autorité préfectorale et ne s (...)
  • 49 Circulaire du secrétaire d’État à l’Intérieur aux préfets de la zone occupée, le 16 mai 1942.

25Les circonstances locales, dans le contexte de la guerre et de l’Occupation, perturbent l’organisation et le déroulement de la journée des mères. Les zones occupée et réservée sont ainsi soumises aux contraintes de l’occupant. L’État français doit alors obtenir l’accord des autorités allemandes afin que les manifestations publiques – très encadrées – en l’honneur des mères puissent avoir lieu48. Mais le Commandant allemand des forces militaires en France interdit toutes les manifestations et les défilés sur les places et dans les rues, les restreignant aux lieux clos et limitant par là même leur occupation symbolique de l’espace communal49. La guerre et ses conséquences entraînent aussi d’importants bouleversements, surtout lors de la journée des mères du printemps 1944. C’est notamment le cas des communes sinistrées comme la ville de Belfort, bombardée quelques jours seulement avant l’événement, ce qui oblige les organisateurs à modifier leur plan à la dernière minute. Les mesures de défense passive – telle la circulaire de 1944 du ministère de l’Éducation nationale interdisant des rassemblements d’enfants dans les lieux publics – nécessitent également d’importantes adaptations. Les organisateurs de la journée des mères de Lons-le-Saunier doivent ainsi renoncer à distribuer, comme il était de coutume, les goûters aux enfants réunis dans le stade municipal. Les conditions des différentes zones et les contingences de la période, en particulier durant la dernière année de l’Occupation, modifient ainsi l’ampleur de l’événement. Malgré ces difficultés, sa récurrence permet à l’organisation locale de se rôder au fil des ans. C’est sur cette expérience acquise que va s’appuyer une autre forme de campagne de propagande, à la fois plus ponctuelle et provincialiste, l’Exposition itinérante de la famille française et sa quinzaine familiale.

L’Exposition de la famille française : territoires et réseaux locaux au centre de la campagne de propagande familiale

Une campagne de propagande planifiée et itinérante

  • 50 « La campagne de propagande en faveur de la Famille. Sa nécessité, ses thèmes, ses méthodes, son b (...)
  • 51 En tant qu’élu local, il s’engage pour la cause familiale : conseiller municipal de Paris depuis 1 (...)
  • 52 Secrétaire général du PDP et journaliste-conférencier de formation, il recourt durant l’entre-deux (...)
  • 53 « Le succès obtenu par cette campagne est incontestable. Ce premier travail accompli, il faudra en (...)

26Déjà pratiquée par les délégués régionaux à la famille au sein de leurs territoires respectifs, la propagande « parlée » devient un instrument essentiel de l’action du Commissariat général à la famille. Le pragmatisme dicte le choix du dispositif retenu : il sera itinérant puisque l’Occupation empêche la menée d’une campagne nationale et généralisée de réunions publiques dans les différentes zones. Cette propagande confiée à un « collaborateur qualifié » doit d’abord toucher un public ciblé dans chaque département (représentants des organisations économiques et sociales, professionnels de la santé et de l’action sociale, enseignants)50. C’est une personnalité issue de la société civile qui porte la voix officielle de la Famille. La préférence va à une figure consensuelle et modérée de la Troisième République et du familialisme51, le parlementaire Raymond Laurent (1890-1969) – dit Raymond-Laurent. Ce démocrate chrétien, cofondateur du Parti démocrate populaire (PDP) et député de la Loire a voté les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940. Il est choisi grâce au soutien du gérant de l’Office de publicité générale, Émilien Amaury. Ses liens avec les milieux de la presse tout comme sa grande maîtrise des techniques propagandistes en matière de militantisme politique en font également le candidat idéal52. Fin 1941, les premiers déplacements ont valeur de test. Ils mènent Raymond-Laurent en Anjou, dans le Poitou et dans le Limousin. Chaque intervention prend un caractère très officiel et bénéficie d’une large couverture de la presse régionale. Non seulement les résultats de cette phase semblent répondre aux objectifs fixés par le Commissariat général à la famille53 mais elles permettent aussi la conception d’une campagne beaucoup plus ambitieuse.

  • 54 En avril 1942, on recrute spécifiquement à cet effet un directeur des équipes régionales.
  • 55 Directives de Philippe Renaudin aux délégués régionaux à la famille, Paris, le 6 mai 1942.

27Cette propagande itinérante doit désormais toucher tous les milieux sociaux. Pour cela, elle combine conférences et propagande visuelle avec l’organisation d’une « Exposition de la famille française ». L’Office de publicité générale (OPG) recrute à cette fin des propagandistes professionnels le plus souvent issus du monde de la publicité et de la presse. L’action de ces équipes régionales est coordonnée par le siège parisien de l’OPG54. Afin de toucher un public très divers et frapper les esprits sont utilisées les techniques publicitaires : photos, photos-montages, tableaux, graphiques, statistiques, dessins. Pour que le message officiel soit compris du plus grand nombre, l’Exposition de la famille est organisée de façon très simple – les maux et les remèdes selon les critères du régime. Ce sont les chargés de mission de l’OPG qui sont responsables du montage et de l’animation de l’Exposition ; ils doivent aussi utiliser de façon concomitante divers outils de propagande (films, affiches, tracts). Désormais c’est le choix d’une approche territoriale pour une propagande de proximité qui est privilégié par le Commissariat général à la famille55. Deux expositions similaires sont constituées avec des parcours choisis par l’administration centrale. Au mois de juillet 1943, une troisième exposition est montée à Paris et présentée dans certains arrondissements de la capitale.

  • 56 Bulletin de Liaison no 9, Commissariat général à la Famille, 15 mars 1943, p. 24. AN, 2AG 497.

28Les acteurs locaux doivent aussi participer à la préparation et à l’élaboration de la campagne. Pour le Commissariat général à la famille, l’objectif est triple. Il s’agit premièrement de donner un rayonnement maximum à l’événement et d’attirer un public régional nombreux en impliquant les habitants et plus particulièrement les militants du champ familial dans la constitution d’un stand départemental de l’Exposition de la famille et l’organisation de différents types de manifestations (animations, concours de vitrines). Les familialistes doivent aussi mobiliser leurs réseaux locaux. Le Bulletin de Liaison du Commissariat général à la famille insiste ainsi auprès de ses chargés de mission sur « la nécessité d’avoir sur place une équipe de familiaux » qui pourra notamment « multiplier les invitations personnelles56 » aux différentes manifestations comme les conférences privées. Enfin, l’investissement des mouvements familiaux locaux au service de la propagande officielle apparaît comme une phase préparatoire à la constitution des associations familiales semi-publiques. Une partie de l’Exposition de la famille est d’ailleurs consacrée aux associations familiales : la propagande présente l’avènement du régime de Vichy comme le passage de celles-ci « de l’ombre à la lumière ». Dès 1942, la presse insiste sur cette dimension et invite les associations familiales à s’engager plus avant au service du régime. Lorsque la création des associations Gounot est enfin à l’ordre du jour – après la parution du décret d’application du 3 décembre 1943 – les conférenciers mettent l’urgence de leur mise en place et la nécessité de recruter de nouveaux adhérents au centre de leurs discours.

Une campagne en partie territorialisée : organisation et enjeux locaux

  • 57 Rapport mensuel du délégué départemental du Jura pour le mois de mai 1944, AD Jura, 304W149.
  • 58 Ibid.

29La campagne de propagande donne un rôle important aux comités locaux en charge des initiatives lors de la semaine de propagande familiale et de l’élaboration du stand local de l’Exposition de la famille française. Dans la plupart des cas, on recycle des structures – et leurs acteurs – ayant déjà l’expérience de l’organisation de manifestations familiales : les comités d’organisation de la fête des mères. Leur composition et leur structuration en commissions spécialisées sont quasi identiques. Dans chaque comité, on débat pour choisir la thématique du stand local – « à la diversité d’inspiration devra répondre l’unité de réalisation57 » affirment les familiaux jurassiens – et sa réalisation confiée à des amateurs ou des professionnels (architectes, dessinateurs, peintres). La source d’inspiration peut venir des espaces limitrophes. À Lons-le-Saunier, les organisateurs sont ainsi très impressionnés par la qualité des panneaux réalisés à Dole dans la zone Nord du département et par les thèmes retenus (le logement et la lutte contre les taudis). Ils décident de s’en inspirer pour développer à leur tour les projets envisagés – illustrés par des « slogans qui frappent l’opinion58 » – en matière de construction de logements neufs et de réhabilitation de l’habitat. À leur échelle et avec leurs moyens, les acteurs locaux s’initient ainsi aux nouvelles techniques de propagande. Leur implication est à la hauteur des enjeux locaux.

  • 59 Le directeur de la propagande régionale de l’OPG envoie aux préfets concernés les photos des stand (...)

30Dans un contexte politique d’émulation interdépartementale alimentée par le Commissariat général à la famille, le passage de l’Exposition doit être d’abord l’occasion pour les autorités préfectorales de montrer les points forts de leur territoire – par exemple un taux de fécondité élevé – mis en scène dans le stand local. Celui de l’Yonne comprend ainsi deux pans : la baisse démographique de l’entre-deux-guerres et les nouvelles dynamiques incarnées par la place importante des familles nombreuses. Il revient aux maires de recenser dans chaque commune les familles nombreuses, en particulier celles récompensées depuis les dix dernières années (médailles de la famille française et prix Cognacq-Jay). Quant aux instituteurs, ils ont la charge de faire réaliser par leurs élèves des graphiques – ornés de motifs décoratifs – illustrant les évolutions de la natalité, de la mortalité et de la nuptialité de leur village. L’objectif est d’insister de façon parfois naïve sur la fin du recul des naissances à partir des années 1940. Les autorités savent que les panneaux confectionnés à partir des différentes contributions seront photographiés par les chargés de mission et présentés à l’administration centrale59.

  • 60 Rapport du délégué à la famille du Jura, juin 1944. AD Jura, 304W149.

31L’Exposition de la famille constitue aussi pour les familiaux locaux une occasion exceptionnelle de recruter de nouveaux adhérents – une propagande est faite dans ce but dans chaque manifestation et à l’issue de chaque conférence. C’est aussi une importante vitrine et son inauguration, en particulier dans les grandes villes, est un des moments phares. Il s’agit pour les leaders associatifs de donner une visibilité à leurs organisations et de faire publicité de leurs actions auprès des représentants de l’administration centrale, des élites régionales et du grand public. Si chaque association familiale est souvent représentée dans le stand local, c’est toujours le centre départemental de coordination et d’action des mouvements familiaux qui domine. À Dijon, le stand est ainsi une construction très sophistiquée représentant toutes les facettes de l’action familiale départementale chapeautée par le centre de coordination et d’action des mouvements familiaux. L’importance accordée par les familiaux locaux à l’Exposition de la famille se mesure aussi a contrario à l’aune de ses lacunes. L’annulation de son passage dans la zone Sud du Jura au mois de juin 1944 – elle devait s’arrêter successivement à Oyonnax, Saint-Claude et Lons-le-Saunier – provoque en effet une très grande déception chez les acteurs locaux. En juillet, le délégué départemental à la famille tente encore d’obtenir de l’administration centrale les conférences initialement prévues… en vain. Dans le même temps, ne voulant pas priver les familiaux de leur vitrine, on décide de poursuivre l’élaboration des panneaux du stand départemental. Il s’agit d’essayer malgré tout de mettre sur pied une petite exposition, à Saint-Claude et à Lons-le-Saunier, « avec les moyens du bord60 » !

32La propagande, par l’intermédiaire notamment de l’événementiel a finalement largement mobilisé les acteurs extra-étatiques, tant nationaux que locaux. La participation de ces derniers s’explique par la valorisation officielle de nouvelles formes de propagande. Faire partie du comité d’organisation devient ainsi l’un des signes d’appartenance à la sphère des personnalités locales et/ou des représentants d’organisations qui comptent. C’est aussi l’occasion de promouvoir sa propre institution. Pour les familiaux en particulier, ces moments deviennent des temps privilégiés pour construire ou consolider leurs réseaux d’influence, recruter de nouveaux militants associatifs, promouvoir les actions menées et plus largement accéder à une visibilité sans commune mesure avec celle des années trente.

Une campagne efficace ?

  • 61 Les délégués départementaux à la famille estiment ainsi que la fréquentation de l’Exposition a rep (...)

33La pérennité même d’une telle campagne est d’abord à souligner : les déplacements se poursuivent jusqu’à l’été 1944 malgré un contexte difficile comme la présence allemande en zone Sud à partir de novembre 1942. En juin 1943, une quarantaine de villes importantes a été visitée. Un an plus tard, la quasi totalité des départements a été traversée (en janvier 1944, l’Exposition aura été présentée dans 86 villes). La fréquentation semble quant à elle relativement élevée. L’Exposition a été vue par un million de visiteurs en 21 mois (27 avril 1942-janvier 1944) et les réunions organisées à cette occasion (1 100 sur cette période) ont attiré au moins 300 000 personnes. Les expositions mises en place à Paris semblent avoir connu un important succès. Dans les agglomérations plus réduites, le public semble également au rendez-vous (à Dijon l’Exposition attire près de 42 000 visiteurs) même si les délégués à la famille tendent à exagérer l’ampleur du phénomène61. Les comptes rendus soulignent aussi l’intérêt suscité par l’opération dans le grand public et notamment la multiplication des demandes d’adhésion aux associations familiales.

  • 62 Le délégué départemental à la famille de Saône-et-Loire estime ainsi que l’Exposition de la famill (...)
  • 63 Rapport mensuel du préfet du Doubs, décembre 1943-janvier 1944. AD Côte-d’Or, W21365.
  • 64 Rapport mensuel du préfet de Côte-d’Or, février-mars 1944. AD Côte-d’Or, W21368.

34Comment expliquer ce succès ? Tout d’abord par la conception édifiante et didactique de l’Exposition pour des Français qui durant les années noires sont avides de toutes formes de « divertissement62 ». Elle apparaît ainsi comme une sortie scolaire idéale pour les instituteurs et leurs classes. Les différentes manifestations attirent également comme le notent certains rapports de préfets « des personnes déjà convaincues de la cause qui y est soutenue63 » : militants associatifs, catholiques ou simples sympathisants se retrouvent à cette occasion. Mais les conférences touchent aussi un nouveau public, plus large, moins sensible à la cause familialiste qu’à la représentation consensuelle du projet familial et à l’idée de cohésion nationale qu’il semble véhiculer. Des rapports de préfets64 relèvent cette dimension mise en avant par les discours bien rodés des propagandistes professionnels. La réussite de cette rhétorique se situe à ce niveau : la construction auprès de l’opinion de la représentation du familial comme neutre, consensuel et rassembleur.

  • 65 Il tiendra notamment cette conférence dans les principales villes traversées par l’Exposition de l (...)

35L’adhésion à une « restauration familiale », telle qu’elle est conçue par le Commissariat à la famille, doit reposer sur l’idée selon laquelle la Famille constitue le principal vecteur d’« unanimité nationale » dans une situation politique marquée en 1943 par la division des Français – face à la collaboration à outrance menée depuis 1942 par l’État français et qui connaît à partir de février 1943 un degré supplémentaire avec la création du STO – et le détachement, voire l’hostilité au régime de Vichy. Dans sa conférence sur « La Famille dans la nation », tenue pour la première fois à la Sorbonne le 16 juin 194365, Philippe Renaudin donne le ton :

  • 66 Philippe Renaudin, La Famille dans la nation, Paris, Office de publicité générale, 1943, p. 29. BD (...)

« Dans les mois qui vont venir, dans ceux que nous vivons, la politique de la famille a cette chance de pouvoir rallier l’unanimité du pays ; elle peut être un point de cristallisation des énergies, un point d’application pour un effort commun66. »

  • 67 « Il faut au peuple de France une tâche claire, constructive, facile à comprendre, et qui trouve u (...)
  • 68 « Si la restauration familiale c’est le foyer sain et peuplé, le logement clair, le travail bien f (...)
  • 69 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale 1936 (...)

36Dans un contexte particulièrement difficile où les Français sont en manque de repères, la Famille – représentée comme naturelle, éternelle et à la vocation universelle – doit être alors la seule à pouvoir répondre à ce besoin. Quant à l’action familiale, elle est présentée comme la plus consensuelle, celle capable de fédérer le plus grand nombre autour d’un objectif commun67. La « restauration familiale » doit finalement apparaître aux yeux de l’opinion à la fois comme le seul terrain d’action apolitique – donc sans risque de compromission – et comme le premier stade de la rénovation de la nation68. Cette dimension prend une importance croissante pour l’État à partir de 1943 : alors que la majorité de l’opinion publique s’est détachée du régime de Vichy, le familial apparaît comme l’un des derniers terrains de consensus. L’idée d’une « rénovation française » par la « restauration familiale » apparaît en outre comme le dernier vestige de la Révolution nationale, seule capable en 1944 de fédérer encore une grande partie des Français. Pour la nation, à la recherche durant toute la période de « repères inébranlables69 » et déçue par le premier d’entre eux – Philippe Pétain – cette représentation répond effectivement à une attente. La famille semble en effet constituer dans l’imaginaire social l’une des rares certitudes persistantes en 1944 tout en signifiant aussi pour une partie de la population une tendance au repli sur le foyer, caractéristique des années noires.

Notes

1 Cf. Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin…, op. cit, notamment p. 119-151 et p. 189-228 ; Miranda Pollard, Reign of virtue… op. cit., p. 98-120 ; Michèle Bordeaux, La victoire…, op. cit., p. 45-53 ; Éric Jennings, « Discours corporatiste, propagande nataliste et contrôle social sous Vichy », Revue d’histoire moderne et contemporaine, octobre-décembre 2002, t. 49, no 4, p. 101-131.

2 Irène Di Jorio, Propagandare lo Stato. L’identita nazionale nella propaganda di Vichy, Université de Bologne/Université Paris X, 2004. Cette thèse a surtout utilisé les exemples du Secrétariat général à la Propagande et de la Légion française des combattants. Cf. Irène Di Jorio, Techniche di propaganda politica. Vichy e la Légion française des Combattants (1940-1944), Carocci, 2006.

3 Revue de l’Alliance nationale contre la dépopulation, no 343, mai 1942.

4 Il a fallu surmonter deux types de difficultés : la première est venue du Secours national qui a renâclé à céder deux tranches de la Loterie nationale pour financer la propagande de la Famille ; la seconde est due à l’intervention de l’agence publicitaire Havas. Celle-ci, assurant de nombreuses commandes pour Vichy, estimait anormal que le marché ait été confié à une autre agence que la sienne, l’Office de publicité générale. Note pour le Cabinet civil du chef de l’État par Philippe Renaudin, le 11 novembre 1941. AN, 2AG459.

5 Elle vise les instituteurs (« L’École et la Famille », 198 000 ex.), les étudiants (« Étudiant, mon camarade », 100 000 ex.), les chefs de centre de jeunesse, les directeurs de patronage, les chefs scouts, les moniteurs d’éducation physique (« Le Chef et la Famille », 75 000 ex.), les monitrices des centres de jeunesse, des écoles primaires et des écoles professionnelles (« Aux éducatrices », 40 000 ex.), les pharmaciens (« Le pharmacien et la natalité », 26 000 ex.), les travailleuses sociales (« La belle mission des travailleuses sociales, 30 000 ex.), les prisonniers (« Le Prisonnier et la Famille », 45 000 ex.), les maires (« La commune rurale au secours de la famille », 50 000 ex. et « La commune au secours de la famille », 40 000 ex.), les sages-femmes (album « La vie en fleur » version modeste, 35 000 ex.) et les médecins (album « La vie en fleur » version luxe, 13 500 ex.).

6 Une importante campagne de presse (parisienne et régionale) durant le premier trimestre 1942 est suivie d’une campagne d’affichage dans toutes les communes de plus de 300 habitants. Mais la question des effets d’une telle propagande dans le contexte particulièrement difficile de l’Occupation fait débat jusque dans les rangs des familiaux. « On peut discuter l’efficacité de cette campagne faite à un tel moment » s’interrogent ainsi les membres du Conseil supérieur de la famille. « Rapport sur la politique familiale et la tâche du Conseil supérieur de la famille », le 4 janvier 1944, p. 42. AN, 2AG 605.

7 « Rapport sur la politique familiale et la tâche du Conseil supérieur de la famille », p. 40. AN, 2AG 605.

8 Rapport de la délégation régionale à la famille de Lyon, janvier 1941. AD Rhône, 3829W5.

9 Rapport de la délégation régionale à la famille de Lyon, novembre 1940. AD Rhône, 3829W5.

10 Le délégué régional de Lyon, Georges de la Grandière ne parvient à lancer qu’un seul numéro, en mars 1944, de son Bulletin d’informations familiales. Tiré à 15 000 exemplaires, il est diffusé à l’échelle régionale et distribué gratuitement aux préfets, aux sous-préfets, aux maires, aux curés, aux instituteurs, aux assistantes sociales et aux associations familiales.

11 Prix de la Fondation Étienne Lamy et de la Fondation Cognacq-Jay.

12 Le cas du délégué régional de Besançon est significatif lorsqu’il évoque la déception puis les ressentiments de la population. « Comme cette mesure [le prêt aux jeunes ménages paysans] n’est pas encore appliquée pratiquement, je dois dire que j’ai dû noter un malaise sérieux dans les milieux paysans. Le mécontentement est d’autant plus vif que l’affiche dont il s’agit ne leur laissait pas prévoir cette absence d’application pratique. La réflexion qui m’a été faite à plusieurs reprises a été la suivante à quelques mots près : “On nous raconte un tas de choses et finalement il n’y a rien de fait : alors ce n’était pas la peine de faire tant de publicité.” » Rapport du délégué régional à la famille de Besançon, le 10 février 1942. AD Haute-Saône, 2W38.

13 Revue de l’Alliance nationale contre la dépopulation, no 343, mai 1942.

14 Compte-rendu de la réunion des centres départementaux de coordination et d’action des mouvements familiaux de la zone occupée du 16 octobre 1941, p. 3. AN, F10 5127.

15 Circulaire aux présidents de centres départementaux de coordination. Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux, le 20 novembre 1941. AN, F10 5127.

16 Sans prendre un caractère systématique ou exhaustif, le souci de participer à l’instauration de l’ordre moral est bien présent jusque dans les plus petits centres départementaux. Dans le centre mâconnais, on signale par exemple régulièrement les émissions jugées immorales (notamment pour « glorification de l’adultère ») de la radio nationale. Dans des centres de coordination de la région lyonnaise, on a institué une « équipe spéciale » d’écoute consacrée exclusivement à la radio nationale.

17 Ce rôle de relais est explicité par le plan de propagande. Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux, le 20 novembre 1941. AN, F10 5127.

18 Circulaire aux présidents de centres départementaux. Centre national de coordination aux centres départementaux, le 26 décembre 1941. AN, F10 5127.

19 Tâches d’aujourd’hui, bulletin de liaison de l’UNACCF, no spécial : « Les ACCF depuis leur origine, rapport présenté par le secrétaire général de l’union nationale des ACCF à la réunion du 10 octobre 1943 au foyer du Sacré Cœur de Montmartre », Fascicule IV (1), novembre 1943, p. 4. Arch. diocésaines de Dijon, 3K.

20 Il s’agit de petits bulletins familiaux mensuels comme à Cognac ou à Nantes ou de publications importantes. À Orléans, le journal Pour la Famille connaît ainsi un tirage régulier de 35 000 exemplaires et monte à 50 000 pour des tirages exceptionnels. En Indre-et-Loire, le journal Tours-Soir publie de façon hebdomadaire une page réservée à la Famille.

21 La Revue de la famille est éditée par l’Édition sociale française contrôlée par le Comité central des allocations familiales de Gustave Bonvoisin. Ce dernier encourage les caisses à s’abonner tant pour montrer leur accord avec le projet familial de Vichy que pour développer un nouveau type d’action sociale familialisée.

22 « Programme d’étude pour 1942 », la Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 20 novembre 1941.

23 Cf. Virginie De Luca, « La fête des mères dans la première moitié du XXe siècle : la fabrique des mères méritantes », Histoire et Sociétés, no 15, juin 2005, p. 30-42.

24 Francine Muel-Dreyfus a bien décrit les tentatives de l’État français d’« imposer » cette fête de 1941. Or comme elle le souligne, « l’imposition de la fête des mères comme rituel étatique est une manifestation du lien privilégié que les régimes fascistes et autoritaires entretiennent avec le retour ou le maintien de la mère au foyer ». Le régime autoritaire et réactionnaire de Vichy s’inscrit ainsi dans ce cadre en utilisant cette journée comme l’un des principaux modes de promotion de « l’éternel féminin » et de tout ce qu’il comporte de production d’identité féminine et de culture du sacrifice. Francine Muel-Dreyfus, op. cit., p. 95.

25 Circulaire du secrétaire d’État à la Famille et à la Santé aux préfets, le 28 avril 1941. AD Jura, 304W67.

26 Circulaire du secrétariat d’État à la Famille et à la Santé aux préfets, le 24 avril 1941. AD Belfort, 99W203.

27 Circulaire du préfet délégué du ministère de l’Intérieur, J.-P. Ingrand, aux préfets de la zone occupée, le 12 mai 1941. AD Territoire de Belfort, 99W203.

28 Circulaire du secrétariat d’État à la Famille et à la Santé aux préfets, le 24 avril 1941. AD Belfort, 99W203.

29 Circulaire du Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux (zone Nord), le 14 mai 1941. AN, F10 5127.

30 « Prenant place dans l’ensemble de notre campagne de propagande, dont elle constituera un des éléments les plus vivants et spectaculaires, la journée des mères doit revêtir cette année un éclat tout particulier. » Circulaire de l’adjoint au commissaire général à la famille Maurice Bertrand aux délégués régionaux à la famille, le 21 janvier 1942. AD Haute-Saône, 27W6.

31 Ibid.

32 Le règlement d’administration publique de la loi Gounot est paru le 3 décembre 1943.

33 Circulaire du commissaire général à la famille aux délégués régionaux à la famille pour la préparation à la journée des mères, le 15 mars 1944. AD Rhône, 3829W9.

34 Circulaire du Centre national de coordination aux présidents des centres départementaux, le 12 avril 1944. AD Rhône, 3829W9.

35 Rapport du délégué à la famille du Jura, le 20 mai 1944. AD Jura, 304W149.

36 Circulaire du Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux aux présidents de centres départementaux de coordination, le 26 décembre 1941. AD Haute-Saône, 27W6.

37 On trouve notamment le préfet, le délégué régional à la famille, le conseiller national, le maire de Belfort, les parlementaires, le président de l’Association industrielle et de la société Alsthom et les autorités religieuses.

38 Dans cette perspective, le comité d’organisation du Territoire de Belfort envoie une circulaire à chaque maire du département accompagnée de la liste des délégués familiaux communaux. AD Territoire de Belfort, 99W203.

39 En 1942, son aide se limite à 100 000 F que les deux sections du Centre national de coordination doivent se partager.

40 En 1941, le Secours national a versé au total 18 millions de francs pour financer les dons à l’occasion de la fête des mères. Les sections départementales participent quant à elles activement à ces manifestations et tiennent à le faire savoir, comme le montre l’encart dans la presse du Secours national du Doubs.

41 Circulaire du Secours national « Fête des mères 1943 ». AD Territoire de Belfort, 99W203.

42 Les organisations sociales et économiques assurent dans certains départements l’essentiel des financements en particulier durant les moments les plus difficiles. C’est notamment le cas en Saône-et-Loire où les 20 000 F nécessaires à l’organisation de la fête des mères de 1944 sont assurés par la caisse mâconnaise des institutions familiales ouvrières, la caisse d’assurances sociales et la caisse d’Épargne.

43 Lettre du directeur de la caisse interprofessionnelle de compensation de Haute-Saône au secrétaire du comité d’organisation, le 18 mars 1942. AD Haute-Saône, 27W6.

44 Circulaire aux présidents de centres départementaux de coordination, le 26 décembre 1941. AD de Haute-Saône, 27W6.

45 Circulaire du Commissariat général à la famille aux délégués régionaux, le 21 janvier 1942. AD Haute-Saône, 27W6.

46 Circulaire du délégué régional à la famille de Lyon aux présidents des centres départementaux de coordination et d’action des mouvements familiaux, le 7 mai 1943. AD Ain, 180W331.

47 Souligné dans le texte. « Journée des mères 1944 », Rapport du délégué départemental à la famille du Jura, juin 1944. AD Rhône, 3829W9.

48 « […] ces manifestations […] seraient placées sous le patronage de l’autorité préfectorale et ne sauraient revêtir aucun caractère susceptible de troubler l’ordre public ou de porter atteinte à la dignité de l’armée allemande ». Lettre adressée à chaque Feldkommandantur par le secrétariat d’État à la Famille et à la Santé, le 29 avril 1941. AD Doubs, 340W80.

49 Circulaire du secrétaire d’État à l’Intérieur aux préfets de la zone occupée, le 16 mai 1942.

50 « La campagne de propagande en faveur de la Famille. Sa nécessité, ses thèmes, ses méthodes, son but », Commissariat général à la famille 1941. AN, 2AG498.

51 En tant qu’élu local, il s’engage pour la cause familiale : conseiller municipal de Paris depuis 1925, ancien président du conseil municipal de Paris (en 1936) et ancien conseiller général de la Seine, Raymond-Laurent est en effet surtout connu pour être l’initiateur du Groupe de la Famille au sein de ces deux instances en 1936.

52 Secrétaire général du PDP et journaliste-conférencier de formation, il recourt durant l’entre-deux-guerres très largement à la presse pour diffuser les idées du Parti. Il anime lui-même le journal du PDP, Le Petit Démocrate. Raymond-Laurent insiste également beaucoup sur l’action individuelle du militant et son rôle à l’échelon local.

53 « Le succès obtenu par cette campagne est incontestable. Ce premier travail accompli, il faudra envisager un développement plus large de conférences de manière à atteindre le public en profondeur. » Album de propagande familiale du Commissariat général à la famille. AN, 2AG 498.

54 En avril 1942, on recrute spécifiquement à cet effet un directeur des équipes régionales.

55 Directives de Philippe Renaudin aux délégués régionaux à la famille, Paris, le 6 mai 1942.

56 Bulletin de Liaison no 9, Commissariat général à la Famille, 15 mars 1943, p. 24. AN, 2AG 497.

57 Rapport mensuel du délégué départemental du Jura pour le mois de mai 1944, AD Jura, 304W149.

58 Ibid.

59 Le directeur de la propagande régionale de l’OPG envoie aux préfets concernés les photos des stands locaux de l’Exposition de la Famille.

60 Rapport du délégué à la famille du Jura, juin 1944. AD Jura, 304W149.

61 Les délégués départementaux à la famille estiment ainsi que la fréquentation de l’Exposition a représenté 75 % de la population de Villefranche-sur-Saône, 50 % de celle de Bourg-en-Bresse et 45 % de celle de Mâcon.

62 Le délégué départemental à la famille de Saône-et-Loire estime ainsi que l’Exposition de la famille de Mâcon est en concurrence avec la kermesse d’une commune voisine.

63 Rapport mensuel du préfet du Doubs, décembre 1943-janvier 1944. AD Côte-d’Or, W21365.

64 Rapport mensuel du préfet de Côte-d’Or, février-mars 1944. AD Côte-d’Or, W21368.

65 Il tiendra notamment cette conférence dans les principales villes traversées par l’Exposition de la famille – comme à Dijon en janvier 1944 – et, pour une diffusion plus large encore, la fera publier par l’Office de publicité générale.

66 Philippe Renaudin, La Famille dans la nation, Paris, Office de publicité générale, 1943, p. 29. BDIC, Gr fol 126/2.

67 « Il faut au peuple de France une tâche claire, constructive, facile à comprendre, et qui trouve un écho dans ses aspirations profondes et dans son histoire. La restauration familiale répond à ces exigences, à condition qu’on ne la détourne pas de son vrai sens ». Philippe Renaudin, La Famille dans la nation, op. cit., p. 30.

68 « Si la restauration familiale c’est le foyer sain et peuplé, le logement clair, le travail bien fait, la mère auprès des enfants, l’éducation qui fait les hommes, si c’est la solidarité, l’entraide et le service civique, la santé du corps et de l’âme, la réhabilitation de l’artisan et du travailleur de la terre, si c’est le combat d’un peuple contre le taudis, l’alcool, la prostitution, l’avortement, si c’est l’élévation de l’Homme dans la plus naturelle des communautés, alors il n’y a pas de thème d’action qui, plus et mieux que celui-là, puisse confronter l’histoire d’une grande nation, entraîner un peuple entier et servir de fondement à la rénovation française ». Philippe Renaudin, La Famille dans la nation, op. cit., p. 30.

69 Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale 1936-1944, Paris, Éditions du Seuil, 1990, 2001, p. 235.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search