Version classiqueVersion mobile

Vichy et la famille

 | 
Christophe Capuano

Quatrième partie. Les territoires locaux, laboratoires de l'action familiale sous Vichy

Chapitre IX. De l’assistance aux familles à l’action sociale familialisée

Texte intégral

1S’appuyant sur le familial comme référentiel officiel de l’action publique sous Vichy, les acteurs étatiques et extra-étatiques de la cause familialiste vont mener une offensive sur des champs d’action, nouveaux ou non. Cependant le degré de familialisation va dépendre de plusieurs variables. Les familiaux tiennent-ils par exemple un champ d’action spécifique ou le partagent-ils avec d’autres acteurs institutionnels aux logiques d’action moins familialistes (par exemple le Secours national) ? De nombreux organismes se réfèrent en effet à l’action familiale tout en poursuivant des stratégies spécifiques : politiques et idéologiques (vichysme, familialisme, paternalisme, catholicisme), philanthropiques, économiques et productivistes.

La familialisation de l’assistance

  • 1 Le délégué régional à la famille de Lyon insiste sur cette conception : « L’assistance est indispe (...)

2Si pour les familiaux, l’assistance ne doit pas les détourner de leurs objectifs familialistes à long terme1, ce mode d’action dans l’urgence ne doit pas être délaissé pour autant. Il s’agit de lui donner une nouvelle tonalité nettement familialiste : la cellule familiale doit en priorité être aidée et protégée mais aussi moralisée. Sans pouvoir annexer ce champ d’action tenu en grande partie par le Secours national et les organisations à visées philanthropiques et caritatives, les familiaux vont tenter de diffuser leurs valeurs et leurs normes à toutes les institutions – publiques, parapubliques et privées – intervenant auprès des familles.

Secourir et contrôler : les victimes du conflit sous surveillance

3L’aide aux victimes directes ou indirectes du conflit s’accompagne d’un contrôle moral étroit de cette population en particulier lorsqu’elle est étrangère à la région et/ou féminine. Cette surveillance n’est pas uniquement le fait des agents de Vichy, mais également celui des acteurs privés du familial – notamment les institutions patronales – qui l’utilisent à des fins moralisatrices et paternalistes.

Réfugiés et sinistrés sous le regard des agents de l’État

  • 2 Les réfugiés sont estimés à l’été 1940 à huit ou dix millions de personnes tandis que les sinistré (...)
  • 3 Cf. Philippe Neveu, « Les réfugiés de guerre dans la société française (1914-1946) », in « La soci (...)
  • 4 Rapport du délégué départemental du Jura, le 23 mai 1944. AD Jura, 304W149.

4Les conflits et les bombardements – qui touchent particulièrement en 1940 les espaces-frontières, puis également à partir de 1942, la région parisienne et les régions littorales – entraînent des pics d’arrivée massive de réfugiés et de sinistrés vers l’intérieur du territoire ainsi que sur certaines marges2. Dans les départements d’accueil, la présence de ces réfugiés n’est pas sans poser des problèmes d’intégration dans la population locale3. Gardiens officiels de l’ordre moral, les délégués régionaux à la famille portent sur eux un regard sévère, souvent méfiant, n’hésitant pas à dénoncer leur attitude à l’administration centrale dès que celle-ci est jugée immorale et/ou inadaptée au milieu local. Dans le Jura, le délégué départemental formule ainsi plusieurs plaintes à leur encontre. Leur analyse révèle à la fois l’ordre moral – teinté de xénophobie – qu’il veut défendre mais aussi le choc qui a pu avoir lieu entre des cultures urbaines déchristianisées et des mentalités rurales, particulièrement conservatrices. Deux mondes qui se rencontrent et peinent à se comprendre. Dans la partie la plus conservatrice et catholique du département, le délégué estime tout d’abord que leur irrespect vis-à-vis du clergé local est « de nature à troubler la vie en général saine de nos populations du département. Attitude incorrecte et voulue de certaines réfugiées à l’égard des ecclésiastiques du Haut-Jura (qui tient surtout à un manque d’éducation mais qui ne peut que déplaire à nos populations très respectueuses des traditions chrétiennes surtout dans le Haut-Jura)4 ». Ce sont surtout les femmes qui sont l’objet de ces récriminations. Considérées comme immorales et susceptibles de choquer la population jurassienne, elles ne correspondent ni au modèle vichyste de la mère de famille ni aux traditions locales :

  • 5 Ibid.

« Beaucoup de réfugiées semblent décidées à continuer une vie peu en rapport avec leurs moyens et nullement conforme à nos traditions de vie familiale française. Il est anormal que certaines femmes semblent surtout préoccupées de se peinturlurer et de passer leur temps à l’unique café du village pour y liquider des bouteilles de soit disant apéritif et de vins fins. Des scènes familiales extrêmement pénibles éclatent en public à la stupéfaction de nos habitants peu habitués à des mœurs qui ne sont pas toujours françaises5. »

  • 6 La loi du 5 juillet 1943 (JO du 23 juillet) a autorisé le cumul des allocations familiales et de s (...)

5Pour le délégué, il s’agit non seulement de mauvaises mères mais aussi de trafiquantes du marché noir et il juge « inadmissible que certaines femmes achètent du ravitaillement à n’importe quel prix sur le marché local, plantent là leur famille, s’en aillent la revendre dans la région parisienne ». Pour « enrayer le désordre », le délégué se dit prêt à recourir aux moyens de coercition dont il dispose : le recours à la tutelle aux allocations familiales6 et même la saisine du préfet pour la suppression du versement de l’allocation de salaire unique « au cas où les mères de famille ne se cantonneraient pas dans leur rôle de gardienne des foyers de leurs maris obligés de travailler dans une zone dangereuse ».

Aider et contrôler les épouses de prisonniers

  • 7 En 1942, selon une estimation du gouvernement français, sur les 1 300 000 captifs en Allemagne, 76 (...)
  • 8 En 1943, le bilan de l’activité du Secours national fait état de 60 millions de secours en espèces (...)

6Parmi les victimes indirectes du conflit, les familles de prisonniers de guerre7, présentées comme les pupilles de l’État, sont centrales dans les discours officiels du régime. Jusqu’en 1941, c’est une importante association autonome, la Famille du prisonnier, présidée par madame la générale Huntziger, qui par des secours en espèces ou en nature, aide ces populations, place les enfants dans des familles d’accueil et trouve des emplois rémunérés aux épouses de prisonniers. Au mois d’avril 1941, conformément à la volonté du maréchal Pétain, cette association est rattachée au Secours national qui la finance et donne une nouvelle ampleur à ses actions8.

  • 9 Le bénéfice légal des allocations s’arrête après le dernier jour de travail du mobilisé.
  • 10 Selon le décret de mobilisation du 1er septembre 1939, des allocations militaires étaient prévues (...)
  • 11 Rapport de l’AG plénière des caisses d’allocations familiales, le 21 décembre 1939.

7L’effort financier consenti par les organismes locaux de compensation des allocations familiales pour aider de manière bénévole les familles de prisonniers de guerre est également considérable. Il se manifeste surtout par le maintien du bénéfice des allocations familiales. Dès l’automne 1939 déjà, une centaine de caisses patronales a décidé de continuer à verser le montant total ou partiel des prestations familiales aux femmes de mobilisés9, en particulier lorsque celles-ci ne bénéficient pas des allocations militaires10. Cette solution est encouragée par la Commission permanente du Comité central des allocations familiales pour qui elle constitue « en dehors d’initiatives individuelles, à la portée de peu d’entreprises, la mesure d’ensemble la moins onéreuse pour les employeurs, la mieux adaptée aux charges réelles du mobilisé et la plus efficace puisque venant en aide aux enfants que celui-ci laisse derrière lui et dont les conditions d’existence constituent la principale préoccupation11 ».

  • 12 Le montant des allocations militaires est très insuffisant (moins de 1 000 F/mois).
  • 13 Lettre de Jacques Chevalier, le 10 juillet 1941. AN, 2AG 459.
  • 14 Remboursement des frais médicaux avancés par les familles de prisonniers (assurances sociales, min (...)
  • 15 Par la circulaire du 11 août 1941, le ministre Belin préconise notamment aux caisses de compensati (...)

8Du côté de Vichy, rien ne se passe concrètement avant l’été 1941 alors que le maréchal Pétain instrumentalise dans ses discours les prisonniers de guerre et prétend défendre leurs familles. C’est le secrétaire d’État à la Famille et à la Santé, Jacques Chevalier, qui alerte par une lettre l’amiral Darlan, vice-président du conseil, de la situation dramatique des familles de prisonniers12 et des conséquences que ce problème pourrait entraîner sur toute la société française13. Il apparaît alors nécessaire et urgent de prendre en leur faveur des mesures exceptionnelles. Le secrétaire d’État mène dès lors campagne au sein du gouvernement pour améliorer le traitement de ces familles mais les résultats sont médiocres14. Il parvient toutefois à obtenir du ministre du Travail, René Belin, l’envoi de circulaires aux caisses de compensation leur demandant d’une part d’attribuer de manière bénévole les allocations familiales aux épouses de prisonniers de guerre qu’elles soient non salariées ou salariées15, d’autre part d’envisager des aides financières en faveur de ces familles.

  • 16 Rapports présentés à l’Assemblée générale du Comité central des allocations familiales (Paris, mai (...)

9À la suite de ces circulaires ministérielles et sur l’incitation du Comité central des allocations familiales, l’ensemble des caisses de compensation patronales continue ou reprend le versement bénévole des prestations aux familles de prisonniers. À partir de 1942, de nombreuses caisses attribuent également aux épouses de prisonniers de guerre l’allocation de salaire unique. Cette mesure, initiée dans les départements de la Seine et de la Seine-et-Oise, est ainsi pratiquée durant le mois de décembre 1942 (avec effet rétroactif au 1er juillet) par la caisse de compensation interprofessionnelle du Jura. D’autres types de soutiens, plus ponctuels, sont apportés par les caisses de compensation et les services particuliers. Au total, les organismes locaux de compensation – caisses du commerce et de l’industrie, celles des travailleurs indépendants et les services particuliers – constituent les premiers fournisseurs d’aides en espèces aux familles de prisonniers de guerre pour toute la période : estimées à 200 millions de francs en 194116 – financées par 179 caisses –, ces sommes passent à plus de 297 millions de francs en 1943.

10Ces aides financières ne doivent constituer qu’un pan de l’action à mener auprès des épouses de prisonniers. Selon le patronat, des mesures pour la défense de la moralité doivent les compléter. Il s’agit en effet de développer « l’assistance morale » à l’égard de ces femmes comme le préconise Aymé Bernard à l’Assemblée générale du Comité central des allocations familiales au mois de mai 1942 :

  • 17 Rapports présentés à l’Assemblée générale, Comité central des allocations familiales, Paris et Lou (...)

« D’autre part se pose aussi toute une série de problèmes d’assistance morale à l’épouse du prisonnier de guerre. À mesure que la captivité dure, les situations vont parfois en se compliquant ; certains sentiments s’effritent, d’autres naissent et à côté des épouses admirables de fidélité, nous voyons, dans des cas dont ne voulons pas apprécier la fréquence, se préparer des drames de conscience sur lesquels il appartiendra peut-être à nos services d’intervenir pour apaiser les amertumes, essayer d’aplanir les situations. Tout ceci est une besogne infiniment délicate à laquelle je ne fais qu’une allusion discrète17. »

  • 18 Secours national, Bulletin de liaison de la Famille du Prisonnier de Guerre, no 2, janvier 1942, p (...)
  • 19 Sarah Fishman, Femmes de prisonniers…, op. cit., p. 121 et sur ces questions p. 118-121.
  • 20 Les Maisons du prisonnier sont créées par le Secours national à partir du mois de novembre 1941. D (...)
  • 21 PV du CA de la caisse de compensation des institutions familiales ouvrières du Mâconnais du 23 sep (...)

11Aymé Bernard prend pour modèle les assistantes sociales de l’association de madame Huntziger – la Famille du prisonnier – qui doivent entretenir dans les familles le souvenir du prisonnier, préserver autant que possible la fidélité de l’épouse ou du moins éviter les divorces18. Il faut ainsi mettre en place un paternalisme en adéquation avec la représentation officielle de l’épouse de prisonnier de guerre et donner aux caisses de compensation un rôle identique à celui que la Famille du prisonnier occupe dans le champ associatif : gardien de l’ordre moral et « intérimaire du chef de famille19 ». Dans cet esprit, certaines caisses vont même très loin, soumettant à une surveillance morale ces femmes de prisonniers. En Saône-et-Loire, la caisse patronale des institutions familiales ouvrières du Mâconnais demande ainsi à la Maison du prisonnier20 de réaliser en 1943 une enquête sur la moralité et l’activité professionnelle des 230 mères de famille qui bénéficient des allocations familiales bénévoles. À l’issue de celle-ci, il est établi que dix femmes de prisonniers ont une « conduite déplorable » ou ont eu des enfants depuis la captivité de leur mari. Le conseil décide de suspendre le versement des allocations bénévoles à ces femmes considérées comme des « épouses indignes » et de verser le montant des prestations à la Maison du prisonnier afin de les affecter aux besoins des enfants21. S’agissant de mesures bénévoles, la caisse décide ainsi sur sa propre initiative à la fois du contrôle de la dignité de ces femmes – pour faire le tri entre les « bonnes » et les « mauvaises » épouses de prisonniers – mais aussi de la suspension du versement des allocations et du choix de l’institution assurant la tutelle. Tout en se posant en vigie de l’ordre moral, certaines caisses patronales de compensation créent ainsi un système de surveillance parallèle au schéma administratif de contrôle social des familles prévu par la loi du 18 novembre 1942.

Pour une assistance spécifiquement familiale

  • 22 Les plus dignes d’intérêt aux yeux du régime de Vichy ne sont pas les plus vulnérables (malades ch (...)

12En raison des contraintes spécifiques de l’Occupation, les besoins de la population sont considérables. Or les priorités dans l’aide apportée aux différentes catégories de population dépendent moins de la hiérarchie réelle de leurs souffrances que de l’importance que leur accordent Vichy et les différents organismes d’intervention, qu’ils soient publics, parapublics ou privés22. Au sein de ces différentes institutions, l’influence familialiste dans le public visé sera très forte en privilégiant les familles, nombreuses en particulier, les femmes mariées et les enfants légitimes. Elle apparaîtra aussi clairement tant dans les secours envisagés que dans les modalités d’actions privilégiées.

  • 23 Cf. Fabrice Grenard, « Les implications politiques du ravitaillement en France sous l’Occupation » (...)
  • 24 La carte nationale de priorité est accordée aux mères de jeunes enfants ou de familles nombreuses (...)

13Malgré les différentes mesures de rationnement, l’État se révèle incapable d’assurer l’approvisionnement de la population23 et son répertoire d’action en faveur des familles est limité24. Il va donc s’appuyer sur le Secours national mais aussi sur d’autres structures marquées par l’idéologie familialiste : les caisses patronales de compensation, certaines grandes entreprises, les centres de coordination et d’action des mouvements familiaux, les associations familiales (laïques ou confessionnelles).

  • 25 À Nantes, on privilégie la formule du plat unique (« placos ») cuisinés par des restaurateurs ou d (...)
  • 26 L’intervention la plus représentative est celle du délégué de Rouen selon lequel « la dislocation (...)
  • 27 Lettre au président du Secours national, Entraide d’hiver, le 4 juin 1941. Circulaire pour le mois (...)
  • 28 Réponse du directeur général de l’Entraide d’hiver, le 11 juin 1941. AN, F10 5127.

14Pour lutter contre la faim, le Secours national va très largement recourir à la restauration collective. Or ce mode d’action est très clairement critiqué par les mouvements familiaux25 et par les natalistes. Lors des réunions plénières des centres départementaux (zone occupée), des délégués s’insurgent même contre ce mode d’intervention accusé de ne pas suffisamment prendre en compte ce qui est considéré comme une priorité, « la sauvegarde de l’unité familiale26 ». La question se pose avec une acuité particulière pour les familles nombreuses selon le Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux qui rapporte les plaintes de ses dernières : elles ne fréquentent pas les soupes populaires en raison de leur coût et « parce que la fréquentation régulière de la soupe détruirait toute vie de famille et que les ménagères hésitent ainsi à disperser davantage encore leur foyer27 ». Pour éviter ces dérives, le Secours national a déjà mis en place des centres de distribution fournissant des plats préparés à emporter28. Mais le Centre national insiste pour que des denrées en nature soient réservées aux familles nombreuses. Il obtient finalement en partie gain de cause : des stocks alimentaires spécifiques sont constitués pour être distribués durant l’hiver aux familles les plus nombreuses. À Belfort comme dans les autres villes, une telle organisation est mise sur pied en ce sens, combinant les représentants du centre départemental de coordination des mouvements familiaux, ceux du Secours national et les commerçants belfortains.

  • 29 En 1943, les sommes versées pour les secours alimentaires représentent 14 % du total des dépenses (...)

15Au sein des caisses patronales de compensation du commerce et de l’industrie, l’action sociale qui prend désormais une place centrale dans leur champ d’intervention, doit aussi répondre à des principes familialistes. L’enjeu est de taille car les sommes consacrées au soutien alimentaire sont énormes29. Or de nombreux patrons dénoncent la restauration collective comme anti-familiale en lui donnant une tonalité très politique :

  • 30 Aymé Bernard, Rapports présentés à l’Assemblée générale du Comité central des allocations familial (...)

« Cette initiative est courageuse, mais elle est non seulement chère, mais aussi difficile car elle pose le problème de la continuité de fonctionnement et dès lors une sorte de déplacement des responsabilités du problème du ravitaillement qui disparaît de la famille pour passer aux dirigeants des cantines. Il est certain qu’il y a quelque chose à faire parfois, en union avec le Secours national, avec les mairies, ou avec les institutions préexistantes, mais j’attire ici votre attention sur la nécessité de ne le faire qu’avec une extrême prudence. Il y a en effet un intérêt moral considérable à ce que les gens continuent plus que jamais de vivre en famille autour de leur assiette familiale et non pas dans un brouet plus ou moins communiste. Certes il y a un équilibre difficile à garder, mais il faut, semble-t-il, encourager les efforts qui permettent aux gens de vivre chez eux30. »

  • 31 Les jardins ouvriers et familiaux sont encouragés aux abords des villes par les lois du 18 août 19 (...)
  • 32 Les caisses de Villefranche-sur-Saône, Agen, Brest, Caen et Annonay ont créé des sections de jardi (...)
  • 33 La loi du 31 octobre 1941 attribue des avantages aux associations de jardins ouvriers (de type loi (...)
  • 34 PV de la réunion du comité d’assistance et de la famille, le 11 septembre 1942. Académie François (...)

16Le choix d’un modèle d’intervention familialiste apparaît ainsi dans les milieux patronaux comme un outil politique pour lutter contre l’influence communiste auprès des familles. La solution privilégiée est celle des jardins familiaux, largement encouragée par l’État31. Plusieurs caisses ont déjà créé des sections de ces jardins en coopération avec les milieux industriels32. D’autres veulent aller plus loin en mobilisant sur cette question les industriels de leur circonscription. L’exemple de la caisse de compensation interprofessionnelle de Haute-Saône est particulièrement significatif. Dans ce département en effet seules cinq associations de jardins ouvriers fonctionnent fin 1941. Une première circulaire est envoyée par le préfet en février 1942 aux maires et aux industriels, « rappelant l’obligation morale qui incombe aux chefs d’entreprise de seconder le gouvernement » pour ravitailler la population et constituer des jardins familiaux. L’engagement familialiste de la caisse patronale de compensation l’incite aussi à intervenir. Elle joue de son influence auprès de ses propres adhérents en se plaçant explicitement comme relais de l’État. « Nous estimons qu’il est de notre devoir, dans les circonstances présentes […] de seconder l’action des pouvoirs publics en attirant particulièrement votre attention sur les avantages accordés par la loi du 31 octobre 194133. » Ces appels semblent porter leurs fruits puisque des associations de jardins ouvriers sont établies dans onze localités. Beaucoup d’entreprises vont également préférer cette solution aux cantines d’usine pour répondre aux attentes des familles. Elle présente en effet l’avantage pour les établissements de tradition paternaliste d’apporter un soutien dans un esprit familialiste. Au Creusot, dans les établissements Schneider plus de 550 jardins sont ainsi constitués entre 1941 et 1942 sur plus de 11 hectares. À partir de 1942, on met à disposition du personnel des terrains préparés pour la culture de pommes de terre, ce qui a l’avantage de représenter une occupation au sol assez réduite et selon la direction du personnel de répondre « mieux aux désirs et aux moyens des chefs de famille34 ».

  • 35 Cf. Christophe Capuano, « Servir la Famille sous Vichy : le rôle local des associations familiales (...)
  • 36 C’est le sens de l’appel de l’Alliance nationale contre la dépopulation à la réalisation d’une mei (...)
  • 37 Ces subventions sont très importantes. En 1944, la caisse de compensation de Valentigney verse ain (...)

17Les motivations familialistes sont également au cœur de l’entraide familiale – réservée aux familles adhérentes des associations familiales35. Pour les familiaux, il s’agit de protéger et secourir la famille conçue comme cellule essentielle. L’aide prioritaire aux familles apparaît aussi comme une démarche nataliste, dans la perspective d’un redressement démographique par le familial36. Les actions concernent surtout les secours en nature et les services aux familles. Plusieurs centres d’« Aide aux mères de famille » sont ainsi créés sous forme associative. Il s’agit de seconder les mères de famille particulièrement fatiguées ou malades par l’envoi d’un personnel bénévole ou salarié pour assurer durant quelques heures les tâches ménagères et les soins des enfants. Les associations d’aides aux mères actives sont organisées à différents niveaux comme l’Association d’aides aux mères montbéliardes (organisée au niveau de l’arrondissement) ou l’Association d’aides aux mères de la Fédération du Doubs. Elles sont très largement subventionnées par les caisses de compensation des allocations familiales37. Les centres départementaux de coordination trouvent quant à eux des ripostes aux pénuries alimentaires et vestimentaires. Celui du Jura intervient pour faciliter l’achat de gaudes et de légumes secs par les familles des zones montagneuses du département (Haut-Jura). Mais le centre intervient surtout en amont, au niveau de la culture ou du conditionnement des aliments.

  • 38 S’ils veulent amener la classe ouvrière au christianisme, ces mouvements choisissent d’abandonner (...)
  • 39 Semaine religieuse d’Autun, Chalon et Mâcon, le 10 juillet 1943. Arch. diocésaines d’Autun.

18Avec les nouveaux mouvements familiaux populaires et ruraux (MPF et MFR) apparaît une autre logique d’action familiale fondée sur la « solidarité de milieu ». Leurs principes d’intervention reposent sur l’entraide familiale ouvrière et rurale hors de toute charité ou paternalisme38. Dans le Jura, le MPF mène des actions tous azimuts (livraison de pommes de terre, légumes, bois de chauffage, colis pour familles nécessiteuses, placement d’enfants à la campagne). En Saône-et-Loire, des liens étroits de solidarité se tissent entre d’un côté les milieux agricoles de la JAC et du MFR du département, de l’autre les milieux ouvriers du MPF de différents centres urbains39. Cela se traduit tout d’abord par l’envoi de colis familiaux – à raison d’un ou deux envois par mois – à des familles ouvrières des villes de Mâcon (124 familles), de Villeurbanne, Lyon, Montpellier, Grenoble (51 familles), etc. En raison de leur proximité géographique, des relations privilégiées se créent progressivement entre les sections MPF de Mâcon et de Villeurbanne où les besoins sont particulièrement urgents. Parallèlement à celles orchestrées par le Secours national, des collectes de légumes sont ainsi organisées durant l’hiver 1942 au profit du MPF de ces deux villes.

Service social et enseignement ménager : de nouvelles branches de l’action familiale en développement

19Le développement et la familialisation du service social et de l’enseignement ménager les placent au cours de la période dans la sphère de l’action familiale. Palliant en partie le faible investissement financier de Vichy, de nombreuses institutions privées et parapubliques financent leur essor et l’ouverture de nouvelles écoles d’assistantes sociales et d’enseignement ménager. En l’absence d’une politique publique cohérente à l’échelon national, les réalisations dépendront surtout des initiatives et expériences à l’échelon local.

Vers un service social familialisé

  • 40 Aron Stéphane, « Un regard historique sur le service social », Revue de l’économie sociale, XV, se (...)
  • 41 Un service social rural est ainsi constitué et rattaché aux Fédérations régionales de mutualité ag (...)

20Le service social occupe une grande place dans la France de l’entre-deux-guerres, période durant laquelle il a connu une première phase de croissance. Déjà présent dans les œuvres privées et dans certaines grandes entreprises, il s’est étendu dans le cadre des caisses d’assurances sociales et surtout des caisses de compensation des allocations familiales. D’autres structures, publiques ou parapubliques, ont également contribué à sa diffusion comme le service social à l’hôpital (1920) ou le service de l’enfance en danger moral (1923) mais aussi les services sociaux des municipalités40. À partir de 1939 commence une nouvelle phase d’un développement sans précédent du service social. Celle-ci s’explique tout d’abord par un investissement public du service social. L’État le met en place dans les différents ministères – celui du ministère de l’Armement est instauré le 3 novembre 1939. Il institue aussi le service social dans le monde rural par le décret du 31 novembre 193941, le crée pour l’Armée de terre (le l9 avril 1941). Il l’étend également dans le monde de l’industrie par la loi du 28 juillet 1942 rendant obligatoire les services médicaux et sociaux du travail dans les entreprises de plus de 250 personnes.

  • 42 Cf. Jean-Pierre Le Crom, op. cit., p. 196 ; Jean-Paul Cointet, La Légion française des combattants (...)
  • 43 Soit un total de 2 800 assistantes réparties entre les deux types de caisses mutuelles agricoles e (...)
  • 44 AG du Comité central des allocations familiales pour la zone non occupée le 14 novembre 1940.

21L’extension du service social tient aussi à une volonté au sein des structures publiques, parapubliques et privées, de répondre aux besoins sociaux des familles dans un contexte exceptionnel par des actions ponctuelles – pour les plus démunies – ou à plus long terme, en complément des secours d’urgence. Le service social connaît notamment un essor important au sein des organisations parapubliques liées au régime de Vichy (Secours national et Légion française des combattants42). La promotion d’un service social adapté aux spécificités rurales constitue aussi un puissant moteur de diffusion de l’action sociale. La couverture du monde rural et agricole par les services sociaux – notamment dans les caisses agricoles d’assurances sociales et d’allocations familiales où ils sont très rares – connaît en effet un important retard en 1940 par rapport à celle de la sphère urbaine et industrielle. Or la période du régime de Vichy et du phénomène corporatif est favorable à un essor du service social rural. Ce dernier est encouragé par plusieurs institutions : les organismes centraux des allocations familiales agricoles, la Fédération corporative – dans le cadre de la mutualité agricole – et la Mission de Restauration paysanne. Dans chaque département, des plans de développement de services sociaux ruraux sont mis en place par les Unions régionales d’action sociale agricole créées dans le cadre de la Corporation paysanne. En février 1942, la Fédération corporative de la mutualité agricole prévoit même l’installation d’une assistante sociale dans chaque canton rural43. Dans les caisses mutuelles agricoles des assurances sociales et des allocations familiales, la revendication de la ruralité comme mode identitaire passe par la constitution de services sociaux spécifiques, propres aux réalités rurales. Dans les caisses de compensation du commerce et de l’industrie, les services sociaux connaissent aussi une importante extension. Celle-ci s’inscrit dans la logique de renforcement d’un champ d’action autonome. Lors du congrès d’Avignon, le Comité central des allocations familiales a incité les caisses à développer leurs services sociaux pour prouver leur vitalité et la diversité de leurs actions – en réponse aux menaces d’étatisation du système de distribution des allocations familiales44.

  • 45 « La multiplication des services sociaux et leur coordination », communication faite par P.-F. Arm (...)
  • 46 La caisse patronale de compensation mâconnaise verse une subvention annuelle de 25 000 F.
  • 47 Rapport de Pierre Sire, 1947. Fonds Albert Ponsot, Musée de la Résistance et de la déportation de (...)

22Ces demandes en travailleuses sociales dépassent très largement l’offre disponible et rendent indispensable la formation de nouvelles assistantes sociales diplômées. En octobre 1943, le Comité central des allocations familiales ouvre ainsi une école pour les assistantes sociales des caisses de compensation. Mais les expérimentations sont surtout locales. La tendance est en effet à la régionalisation de la formation qui aurait à la fois l’avantage – en particulier dans le cadre du service social rural – de recruter des élèves du cru ayant une bonne connaissance de leur territoire et permettrait d’éviter tout risque de déracinement. Beaucoup, comme le secrétaire général de l’Œuvre Grancher, Armand-Delille, prônent ainsi la création d’écoles régionales45. Mais l’ouverture et le fonctionnement de telles écoles coûtent chers. Plusieurs solutions vont alors être envisagées. La première consiste à créer des centres d’assistantes sociales visant à la fois la formation des assistantes sociales mais surtout la coordination de leurs actions à l’échelle départementale, conformément à la circulaire ministérielle du 30 janvier 1942. C’est le cas du Centre d’assistantes sociales de Belfort constitué en 1943 par la caisse de compensation industrielle belfortaine – elle-même liée étroitement à l’Association industrielle contrôlée par la Société Alsthom. Bénéficiant rapidement d’un important rayonnement, elle forme les travailleuses sociales de nombreux organismes sociaux des départements limitrophes. Une autre solution consiste à financer la formation des candidates de la région et à favoriser ainsi le recrutement local des travailleuses sociales, à condition que celles-ci exercent bien entendu leur activité au sein de leur territoire d’origine. C’est l’objectif des associations ad hoc créées sous l’impulsion des délégués régionaux à la famille. L’exemple de celle instituée dans le département de la Saône-et-Loire est particulièrement illustratif des modes opératoires des agents de l’administration familiale. Cette association, née à la demande du délégué régional à la famille de Lyon, Georges de la Grandière, doit en effet regrouper les principaux employeurs d’assistantes sociales, doit participer aux frais de scolarité des élèves – le coût élevé des études (trois ans à raison de 10 000 F à 12 000 F par an) étant considéré comme un frein au recrutement – et subventionner les écoles de formation. Les pouvoirs publics sont ainsi les artisans d’une structure privée au rôle parapublic qui doit à la fois jouer un rôle d’organe de financement et de cadre aux montages financiers. Sa création effective a lieu en avril 1942 par les organismes locaux les plus intéressés à l’essor des services sociaux dans le département et les plus favorables au système (délégation régionale à la famille, Croix-Rouge française, inspection départementale de la santé, chambre de commerce, caisse de compensation des institutions familiales ouvrières du mâconnais). Dans les faits, les subsides proviennent surtout des organisations économiques46. Avec des objectifs identiques, les entreprises mettent en place leurs propres formules soutenues exclusivement par des capitaux privés. C’est le cas de la section sociale du Service de coordination des usines Peugeot du Doubs qui souhaite lui aussi un recrutement local pour s’attacher un personnel sur le long terme. « Nous aurons enfin des jeunes filles de la région qui seront liées par un contrat de 5 ans à nos services, car trop souvent, les assistantes sociales viennent d’autres régions que la nôtre, et ne font que passer47. » Pour permettre la formation de celles-ci dans un centre parisien, trois bourses de 30 000 F sont créées au mois d’octobre 1942 par la section sociale et leur sont réservées. À l’automne 1943, grâce aux bourses Peugeot, les premières jeunes filles du cru entrent à l’École pratique de service social, à Paris.

  • 48 Ces propositions sont formalisées au tout début de l’année 1941 par la commission d’hygiène et de (...)

23À partir de 1941, un processus de familialisation du service social est engagé. Celle-ci est fortement souhaitée par les mouvements familiaux qui réclament une approche spécifiquement familiale des questions sociales impliquant un nouveau mode d’intervention auprès des familles et un nouveau type de formation des travailleuses sociales48. Ces propositions sont progressivement reprises par les orientations gouvernementales. C’est le secrétaire d’État à la Famille et à la Santé, Jacques Chevalier sensible aux arguments des familiaux et plus largement à la cause familialiste qui enclenche le processus. La familialisation du rôle donné au service social apparaît tout d’abord avec ses circulaires des 9 et 12 mai 1941. Si Jacques Chevalier rappelle les trois fonctions de ce service – de dépistage et de surveillance sanitaire ; d’aide matérielle et morale ; d’éducation –, il lui donne une tonalité nettement familialiste, reprenant les objectifs de la commission du Centre national de coordination des mouvements familiaux :

  • 49 Circulaire ministérielle aux directeurs régionaux à la famille et à la santé, le 12 mai 1941. AD S (...)

« […] À l’heure où le gouvernement du Maréchal Pétain entend intensifier la politique familiale, il importe d’insister de plus en plus sur l’aspect familial du service social. À cet égard, son action ne sera vraiment féconde que s’il ne traite pas les familles en mineures qu’il s’agirait de mettre en tutelle, mais s’il vise, par la tâche éducatrice qu’il remplira et par l’esprit dans lequel il apportera son aide, à permettre aux familles de prendre de mieux en mieux conscience de leurs responsabilités, et à les mettre en mesure de pourvoir de plus en plus par elles-mêmes à leurs propres besoins49. »

  • 50 Séparation des assistantes sociales en deux catégories distinctes (l’une sanitaire, l’autre famili (...)
  • 51 « Assistantes sociales : elles sont qualifiées parfois de familiales et dépendent du Secrétariat g (...)
  • 52 Elles relèvent du Secrétariat général à la santé et sont affectées à des circonscriptions rattaché (...)
  • 53 Il s’agit d’assistantes qui, après leur diplôme d’État, ont acquis un certificat de spécialisation (...)

24Les milieux familiaux accueillent favorablement ces premières mesures mais les jugent encore insuffisantes. Ils décident de réitérer et formaliser leurs revendications le 6 juillet 194150. Ils semblent en partie être entendus par les pouvoirs publics puisqu’une nouvelle étape est franchie à l’automne avec le décret du 12 novembre 1941. Celui-ci substitue au diplôme unique (décret du 18 février 1938), deux diplômes distincts d’assistante médico-sociale et d’assistante sociale. Une circulaire ministérielle du secrétaire d’État à la Famille et à la Santé, Serge Huard, en précise les modalités, officialisant et explicitant la familialisation du rôle des assistantes sociales – centrée sur l’éducation des familles51. Quant aux assistantes médico-sociales, elles ne peuvent intervenir que dans les familles relevant de l’intervention de services de la santé ou de l’assistance52. Des modalités de liaisons entre les deux catégories de travailleuses sociales sont également organisées afin « d’éviter la présence simultanée de deux assistantes auprès d’une même famille ». Enfin, les assistantes de secteur peuvent faire appel à des assistantes spécialisées pour régler des problèmes spécifiques53.

  • 54 Vœu pour « La formation familiale dans les écoles de services social », Centre national de coordin (...)
  • 55 Rapport mensuel du préfet de Côte-d’Or pour la période février-mars 1942. AD Côte-d’Or, W21368.

25En s’inscrivant explicitement dans la politique officielle menée par l’État français, cette familialisation du service social doit dès lors mobiliser l’ensemble des travailleuses sociales. Elle prend une place importante dans les écoles de formation au service social conformément aux souhaits des familiaux54. Mademoiselle Hardouin, assistante sociale du département de la Seine et secrétaire générale des travailleuses sociales, est particulièrement active pour diffuser cette nouvelle conception. Le Commissariat général à la famille lui confie notamment la préface de sa brochure Une belle mission des travailleuses sociales éditée en 1943 pour les assistantes sociales et médico-sociales, infirmières et surintendantes d’usines. Au niveau local, les assistantes sociales doivent s’inscrire dans l’organisation familiale en construction et sont, dans cette logique, de plus en plus incitées à travailler avec les organismes locaux du familial. À l’occasion de l’Exposition de la famille française à Dijon au mois de février 1944, une « Journée familiale du service social » est ainsi organisée par la délégation à la famille. Elle rassemble pour la première fois les quelques deux cents assistantes sociales et auxiliaires de la Bourgogne devant lesquelles sont tenues plusieurs conférences, en présence d’une chargée de mission du Commissariat général à la famille, sur les thèmes du « service social au service de la Famille » et de la « collaboration du service social, de la délégation régionale à la famille et des mouvements familiaux55 ».

  • 56 Le processus est décrit en ces termes par le directeur de la caisse de compensation parisienne : « (...)
  • 57 Paul Balland, président de la caisse du commerce et de l’industrie de Haute-Saône, le 25 septembre (...)

26Ce rôle familial des assistantes sociales est complètement assimilé par les caisses patronales de compensation56, mais il est aussi étroitement associé au nouveau programme de surveillance morale des familles pour « le bon emploi des allocations familiales » afin de combattre « tout ce qui contribue à la diminution de l’esprit familial57 ».

Vers un enseignement ménager familialisé

  • 58 Cf. Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, Paris, Seuil, 1996, p. 271-277.
  • 59 « Propagande dans tous nos contacts individuels et collectifs. Propagande par la presse pour faire (...)
  • 60 Dans chaque département sont prévues deux écoles ambulantes rurales et quelques centres fixes (ent (...)

27Dès la mise en place du régime de Vichy, un puissant courant se développe en faveur de la construction d’une identité scolaire féminine par l’enseignement ménager et la mise en place de centres de formation pour les jeunes filles58. Dans les espaces locaux, il est porté par les familialistes et les délégués régionaux à la famille qui jouent, dès les premiers mois, un rôle déterminant. La délégation régionale à la famille de Lyon va ainsi être un véritable laboratoire en matière d’enseignement ménager. Dès leur installation les deux délégués régionaux à la famille, Maurice Denis et Georges de la Grandière prennent toute une série d’initiatives en ce domaine. Présentées dans leur rapport du mois de janvier 1941, ces actions sont menées dans quatre directions : une importante propagande envers les jeunes filles, la formation et le recrutement de monitrices, le recours à des financeurs privés et la mise au point d’un diplôme d’enseignement ménager59. Est ainsi mis en œuvre un programme ambitieux de formations ménagères ambulantes dans les zones rurales et de centres fixes d’enseignement ménager dans les principales villes60. Dans le même temps à Lyon, est conçu pour la première fois en France un « certificat d’aptitude aux fonctions de monitrices d’éducation familiale et ménagère » dont le programme des épreuves écrites est organisé autour du triptyque « Famille, Travail, Patrie ». Ce diplôme s’inscrit dans le programme local de développement de l’enseignement ménager et doit assurer le recrutement d’un personnel d’enseignement pour les prochaines écoles ménagères. Expérimenté à l’échelle de la région lyonnaise au mois de juin 1941, il est bientôt étendu aux autres départements rattachés à la délégation régionale à la famille de Lyon. Il connaît un destin national après la loi du 18 mars 1942.

  • 61 Attesté par un certificat de scolarité, cet enseignement doit êtres suivi durant sept ans par les (...)
  • 62 « Si ce refus est maintenu, la loi va rester lettre morte et la femme française continuera à ne pa (...)

28Cette loi réclamée par les familiaux rend obligatoire « l’enseignement ménager et familial » pour toutes les jeunes filles61. Mais l’engagement financier de l’État français est loin d’être à la hauteur des espoirs familialistes : le ministère des Finances refuse d’accorder les crédits nécessaires à l’application de la loi de mars 194262. En outre les subventions publiques restent très inférieures aux besoins – malgré les multiples demandes des délégués régionaux à la famille et bien que certains fonds exceptionnels soient attribués finalement par le Commissariat général à la famille. À la fin de l’année 1944, le délégué régional à la famille de Lyon, fait un bilan contrasté des résultats de l’action menée dans sa circonscription et de l’investissement public :

  • 63 Rapport de la délégation régionale à la famille de Lyon, pour le deuxième semestre 1944. AD Rhône, (...)

« Nous recueillons les fruits d’une propagande intense faite depuis 1940. Le climat est extrêmement favorable, beaucoup d’élèves se font inscrire, malgré les événements et l’attrait du service dans l’Armée et la Croix-Rouge. En regard nous voyons des locaux de la taille bonbonnière, des écoles de cadres sans internat, l’impossibilité de fonctionnement sans personnel. Au moins le Commissariat offre-t-il son appui. Qu’on en juge ! En 1944 j’ai disposé de subventions atteignant 90 000 F en moyenne par département, à titre exceptionnel. Il eut fallu dix fois plus. Mais le Commissariat a créé le diplôme d’État [de monitrice d’enseignement ménager] et c’est là que tous lui doivent la reconnaissance63 ! »

  • 64 Une importante propagande en faveur de l’enseignement ménager est organisée dans les milieux catho (...)
  • 65 En mai-juin 1942, le Secours national a recruté 75 professeurs ; 5 000 à 6 000 élèves suivent ses (...)

29Les créations de formations ménagères reposent dans les faits essentiellement sur les investissements financiers des sphères privées et parapubliques. L’Église catholique, traditionnellement favorable au développement de l’enseignement ménager, déploie une importante propagande dans ses bulletins diocésains64 mais dispose de peu de moyens pour en assurer l’essor. Le Secours national en revanche réussit à organiser des cours dans chaque département65. Les grandes entreprises et les caisses de compensation investissent quant à elles des sommes considérables pour mettre en place des écoles ménagères. Le service de coordination des usines Peugeot ouvre ainsi en novembre 1943, à Audincourt, une seconde école ménagère – il en disposait déjà d’une à Sochaux. Des monitrices assurent en parallèle des cours du soir pour adultes aux ouvrières des usines Peugeot dans plusieurs communes situées autour de l’école. Les caisses de compensation des allocations familiales multiplient quant à elles les initiatives pour élargir un champ d’action complètement autonome, tout en démontrant aux pouvoirs publics la vitalité et la diversité des actions menées. Promue par le Comité central des allocations familiales à l’automne 1940, cette stratégie est retenue par un certain nombre de caisses. À Mâcon, ces facteurs déterminent dès le mois de décembre 1940, la constitution d’une école ménagère par la caisse patronale de compensation. Ouverte aux adolescentes de 14 à 17 ans, elle est organisée au sein même des locaux de la caisse.

30La loi du 18 mars 1942 est également perçue par les caisses de compensation comme une reconnaissance officielle de leurs efforts dans la promotion de l’enseignement ménager. Le directeur de la caisse parisienne de la rue Viala ne cache pas sa fierté d’avoir été l’un des instigateurs de ce courant durant l’entre-deux-guerres – avec la mise en place de premiers cours en 1928.

  • 66 En 1942, Maignan estime que l’enseignement ménager initié par sa caisse touche désormais dans la r (...)

« Nous devons donc nous féliciter de ce que la caisse de compensation de la région parisienne, suivie de quelques autres caisses, ait pris une initiative qui a créé un mouvement d’opinion, ainsi suivi d’effet et ait, par ses réalisations, facilité la mise en œuvre, qui ne sera pas facile, de la généralisation de l’enseignement ménager66. »

  • 67 Cf. Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, op. cit., p. 277.
  • 68 « […] Les jeunes filles ne doivent pas seulement être des cuisinières, mais de véritables mères de (...)
  • 69 Avec cette loi, les industriels se voient dans l’obligation de libérer leur personnel féminin de 1 (...)
  • 70 Lettre ronéotypée du Comité central des allocations familiales, s. d. Académie François Bourdon, S (...)
  • 71 Cette école, située 11 rue Férou, ouverte au mois d’octobre 1941, est placée sous le contrôle de l (...)

31Un discours familialiste accompagne le développement de ces centres d’enseignement ménager qui ne doivent pas se réduire à de simples lieux d’apprentissage pratique mais devenir de véritables espaces de production d’identité féminine – mobilisation des schèmes de la culture du sacrifice, de la clôture, du désintéressement – et de vocation de la femme à la sphère familiale privée67. Cette conception, traditionnelle dans l’Église, est particulièrement valorisée chez les catholiques. Elle connaît également un important succès au sein de la sphère patronale. Aymé Bernard défend ainsi cette idée devant les représentants des caisses de compensation à l’Assemblée générale du Comité central des allocations familiales68. Ce Comité insiste également sur ces aspects lorsqu’il s’agit de promouvoir, après la publication de la loi 18 mars 1942, l’enseignement ménager auprès des grandes entreprises69. « Il paraît donc urgent d’attirer l’attention des employeurs sur l’intérêt que présente pour eux la formation sociale, morale, familiale et ménagère de leur personnel dans leurs propres établissements70. » Il s’agit d’inciter les patrons à créer leur propre formation ménagère car « les centres ménagers organisés dans l’usine même ou à proximité de l’usine paraissent plus économiques et plus efficients que s’ils sont anonymes ou rattachés à une grande collectivité publique ». Le Comité central veut rattacher ces enseignements ménagers à un mode d’action paternaliste, rappelant que « les caisses de compensation peuvent aider les établissements importants à organiser chez eux cet enseignement et les usines moyennes à se grouper pour instituer des cours inter-usines ». Quant aux enseignantes, elles seraient choisies au sein de la population locale puis envoyées deux ans à l’École normale d’enseignement familial ménager fondée à Paris par la caisse de compensation de la région parisienne, la Direction de l’enseignement technique et la délégation régionale à la famille71.

  • 72 Informations familiales, Bulletin de liaison de la délégation régionale de Lyon du Commissariat gé (...)
  • 73 Au mois de janvier 1944, une école formant au professorat d’enseignement ménager familial est ouve (...)
  • 74 Rapport du délégué départemental à la famille du Jura pour le mois de mai 1944. AD Jura, 304W149.

32La dimension familialiste de l’enseignement ménager est aussi à appréhender dans le contexte d’une familialisation globale de l’action sociale. Cette logique apparaît clairement avec le système de formation mis en place par la délégation régionale à la famille de Lyon. Cette dernière institue en effet un stage familial dont le but « est à la fois de venir en aide à certaines familles et, par le choix judicieux de celle-ci, de donner aux élèves une formation familiale pratique72 ». Son organisation répond parfaitement aux aspirations familialistes – telles qu’elles avaient été présentées par le Centre national de coordination – en étant placée directement sous la responsabilité du centre départemental de coordination et d’action des mouvements familiaux. Ce stage est obligatoire pour les élèves des écoles de cadres d’enseignement ménager73 et pour les élèves des écoles de cadres d’assistantes sociales de Lyon. Depuis 1942, il constitue même l’un des pans de la préparation à la fonction d’« aide familiale » ouverte à toutes les jeunes volontaires – et pour laquelle une active propagande est menée. Ce stage familial d’application complète une formation ménagère de trois semaines, le tout étant sanctionné par un diplôme délivré par le délégué régional à la famille. « Ces jeunes filles peuvent ainsi en attendant de devenir des mères de familles excellentes contribuer sérieusement à soulager les mères de famille actuellement presque sans aide74. » La familialisation de la formation sociale se renforce encore après la guerre. L’exemple de la délégation régionale de Lyon traduit bien cette dynamique locale. Georges de la Grandière décide en effet de confier à ses délégués régionaux adjoints les enseignements consacrés aux questions démographiques et familiales (en deuxième et en troisième année du cursus) dans les écoles d’assistantes sociales de sa délégation. Ils sont assurés à partir du mois d’octobre 1945 pour les quatre écoles de Lyon. Des cours similaires sont prévus pour la rentrée 1946 dans les autres établissements du territoire de la délégation.

  • 75 Dans une approche très empirique de l’action familiale, le Commissariat à la famille va utiliser s (...)
  • 76 C’est notamment le choix de la caisse de compensation du commerce et de l’industrie de la Nièvre q (...)

33Incapable d’assurer les besoins en formation d’assistantes sociales ou de mettre en place l’enseignement ménager qu’il a rendu obligatoire, le Commissariat général à la famille va surtout pousser ses délégués à multiplier les initiatives, à faire preuve de pragmatisme envers leurs milieux locaux, pour mobiliser les institutions locales parapubliques et privées et les inciter à coordonner leurs efforts dans des structures communes financées sur leurs propres fonds75. Si plusieurs institutions soutiennent ces créations (Église, associations familiales, centres de coordination des mouvements familiaux), ce sont surtout les organisations qui disposent d’importants moyens financiers d’origine publique ou privée, qui jouent un rôle central (Secours national, entreprises, caisses de compensation). Les institutions économiques et sociales privées s’impliquent dans ce champ en s’inscrivant dans l’idéologie de la Révolution nationale mais répondent surtout à leurs intérêts spécifiques. Ainsi les entreprises tiennent à préserver une main d’œuvre nécessaire à la poursuite de la production, à former, dans une logique paternaliste, leur propre personnel féminin dans des écoles d’enseignement ménager et leurs propres assistantes sociales. Quant aux caisses de compensation, elles veulent prouver leur capacité à diversifier leurs activités, avec une latitude d’action importante, et renforcer le rayonnement de leur institution sur leur territoire d’action. Elles peuvent cependant choisir de s’impliquer dans d’autres secteurs que le service social familialisé ou l’enseignement ménager, comme l’orientation professionnelle jugée parfois plus « rentable » en terme de visibilité76. Dans les milieux ruraux, les caisses agricoles font une utilisation spécifique du familial comme moyen d’équiper les campagnes de services sociaux dont elles étaient dépourvues jusqu’alors. Mais le temps du social n’est pas celui du politique. La diffusion et l’organisation du service social comme de l’enseignement ménager sont loin d’être achevées à la Libération. Elles se poursuivent après 1944 toujours marquées par l’idéologie familialiste.

Notes

1 Le délégué régional à la famille de Lyon insiste sur cette conception : « L’assistance est indispensable car “il y aura toujours des pauvres” parmi nous. Mais normalement elle ne doit intervenir que dans des cas limites, des cas exceptionnels. La Famille doit trouver dans les lois et dans les mœurs, la possibilité d’une vie normale. Le problème à résoudre n’est pas de rendre la Famille dépendante des organisations sociales et administratives au point de réduire sans cesse ses initiatives et sa responsabilité, mais bien, au contraire nous le répétons, de l’amener à en prendre une conscience de plus en plus claire. » Rapport du délégué régional à la famille de Lyon, pour le mois de décembre 1940, Lyon le 7 janvier 1941, p. 41. AD Rhône, 3829W5.

2 Les réfugiés sont estimés à l’été 1940 à huit ou dix millions de personnes tandis que les sinistrés sont évalués à quatre millions pour les sinistrés totaux, à un million pour les sinistrés partiels. Jean-Pierre Le Crom, Jean-Philippe Hesse, La protection sociale sous le régime de Vichy, op. cit., p. 190.

3 Cf. Philippe Neveu, « Les réfugiés de guerre dans la société française (1914-1946) », in « La société, la guerre, la paix 1911-1946 », in Olivier Forcade, Histoire Économie Société, Sedes, no 2, 2004, p. 247.

4 Rapport du délégué départemental du Jura, le 23 mai 1944. AD Jura, 304W149.

5 Ibid.

6 La loi du 5 juillet 1943 (JO du 23 juillet) a autorisé le cumul des allocations familiales et de salaire unique, avec les allocations de réfugiés servies pour les enfants évacués hors des localités menacées par les bombardements.

7 En 1942, selon une estimation du gouvernement français, sur les 1 300 000 captifs en Allemagne, 760 000 sont mariés. AN, F60 558.

8 En 1943, le bilan de l’activité du Secours national fait état de 60 millions de secours en espèces aux familles de prisonniers, de 170 millions de secours en nature distribués, de 65 000 enfants placés et de 4 500 femmes de prisonniers employées dans des ouvroirs. AN, 2AG458. Cf. Jean-Pierre Le Crom, « De la philanthropie à l’action humanitaire », in Jean-Philippe Hesse et Jean-Pierre Le Crom, La protection sociale… op. cit., p. 190-191. Cf. Sarah Fishman, Femmes de prisonniers de guerre. 1940-1945, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 116-123.

9 Le bénéfice légal des allocations s’arrête après le dernier jour de travail du mobilisé.

10 Selon le décret de mobilisation du 1er septembre 1939, des allocations militaires étaient prévues pour les familles nécessiteuses.

11 Rapport de l’AG plénière des caisses d’allocations familiales, le 21 décembre 1939.

12 Le montant des allocations militaires est très insuffisant (moins de 1 000 F/mois).

13 Lettre de Jacques Chevalier, le 10 juillet 1941. AN, 2AG 459.

14 Remboursement des frais médicaux avancés par les familles de prisonniers (assurances sociales, ministère du Travail), distribution gratuite de livres et fournitures scolaires ainsi que l’octroi de bourses (ministère de l’Éducation nationale), autorisation donnée aux épouses de prisonniers d’achat de biens en gros (ministère du Ravitaillement). Cf. Sarah Fishman, Femmes de prisonniers… op. cit., p. 82-83.

15 Par la circulaire du 11 août 1941, le ministre Belin préconise notamment aux caisses de compensation de verser des allocations familiales bénévoles aux épouses de prisonniers de guerre même si elles sont salariées et cela au taux urbain quel que soit le lieu de résidence. Cette mesure est en opposition avec le décret du 16 décembre 1939 (article 6) qui interdit le cumul des majorations pour enfants des allocations militaires avec les allocations familiales. Elle est aussi en contradiction avec le décret-loi du 29 juillet 1939 selon lequel le montant des allocations familiales doit être calculé selon le salaire moyen du lieu de résidence du salarié.

16 Rapports présentés à l’Assemblée générale du Comité central des allocations familiales (Paris, mai 1943), Paris, Vichy, Édition sociale française, 1943, p. 67 et suiv. En 1942, Gustave Bonvoisin a toutefois donné une estimation plus basse : il estime alors que 122 caisses ont versé 68 millions de francs en 1941 et 210 millions de francs depuis septembre 1939.

17 Rapports présentés à l’Assemblée générale, Comité central des allocations familiales, Paris et Lourdes, mai 1942, Paris, Édition sociale française, 1942, p. 37-38.

18 Secours national, Bulletin de liaison de la Famille du Prisonnier de Guerre, no 2, janvier 1942, p. 3.

19 Sarah Fishman, Femmes de prisonniers…, op. cit., p. 121 et sur ces questions p. 118-121.

20 Les Maisons du prisonnier sont créées par le Secours national à partir du mois de novembre 1941. Disposant d’importants fichiers de renseignement sur chacune des familles de prisonniers, ces Maisons se révèlent également de redoutables instruments de surveillance de la moralité des épouses. Elles se multiplient dans chaque département (151 Maisons en 1944).

21 PV du CA de la caisse de compensation des institutions familiales ouvrières du Mâconnais du 23 septembre 1943. AD Saône-et-Loire, 1627W13.

22 Les plus dignes d’intérêt aux yeux du régime de Vichy ne sont pas les plus vulnérables (malades chroniques et vieillards) mais les familles, les jeunes, les femmes enceintes ou allaitantes et les travailleurs. Cf. Isabelle von Bueltzingsloewen (éd.), « Morts d’inanition ». Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes, PUR, 2005.

23 Cf. Fabrice Grenard, « Les implications politiques du ravitaillement en France sous l’Occupation », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 94, 2007/2, p. 199-215.

24 La carte nationale de priorité est accordée aux mères de jeunes enfants ou de familles nombreuses (loi du 14 août, JO du 24/8/1941 et loi du 18 juin 1941, JO du 8/7/1941). Les ménages ayant au moins à leur charge cinq enfants mineurs sont bénéficiaires de la carte T de rationnement (arrêté du 26 janvier 1943). Les femmes enceintes et les jeunes mamans bénéficient comme les enfants de l3 à 21 ans, de la carte de rationnement J3. En 1943, un supplément de ration alimentaire (pommes de terre et denrées diverses) est accordé aux familles nombreuses. L’État va encourager également la pratique du colis familial.

25 À Nantes, on privilégie la formule du plat unique (« placos ») cuisinés par des restaurateurs ou des charcutiers pour les familles nécessiteuses. Cf. Jean-Pierre Le Crom, « Lutter contre la faim : le rôle du Secours national », in Isabelle von Bueltzingsloewen (éd.), « Morts d’inanition »…, op. cit., p. 260.

26 L’intervention la plus représentative est celle du délégué de Rouen selon lequel « la dislocation des familles vient de l’excès du soin qu’on prend de chaque membre à part. L’assistance publique et le Secours national avec notamment les cantines scolaires et les restaurants d’entraide font si bien que chaque membre de la famille prend ses repas de son côté et à part des autres ; dès maintenant la famille n’est plus chargée de nourrir ses membres en commun ». Selon lui en effet la cellule familiale devrait être reconnue comme une collectivité et aidée en tant que telle. « Les hôpitaux, les cliniques, les internats, les restaurants et en somme toutes les collectivités sont favorisés au regard du ravitaillement seule la collectivité “Famille” ne compte pas. […] Il suffirait sans doute aux célibataires de former une association amicale des célibataires isolés pour constituer une collectivité que le service du rationnement favoriserait comme les autres. » Réunion plénière des centres départementaux de coordination et d’action des mouvements familiaux, le 26 octobre 1941.

27 Lettre au président du Secours national, Entraide d’hiver, le 4 juin 1941. Circulaire pour le mois de juin 1941 du Centre national de coordination (zone occupée). AN, F10 5127.

28 Réponse du directeur général de l’Entraide d’hiver, le 11 juin 1941. AN, F10 5127.

29 En 1943, les sommes versées pour les secours alimentaires représentent 14 % du total des dépenses des caisses du commerce et de l’industrie, des travailleurs indépendants et des services particuliers en prestations extralégales (plus de 101 millions de francs).

30 Aymé Bernard, Rapports présentés à l’Assemblée générale du Comité central des allocations familiales (Paris, mai 1943), Paris, Vichy, Édition sociale française, 1943, p. 67 et suiv.

31 Les jardins ouvriers et familiaux sont encouragés aux abords des villes par les lois du 18 août 1940, 23 et 30 novembre 1940, 11 février, 4 avril, 31 octobre, 22 décembre 1941, 3 janvier, 17 avril, 27 décembre 1942.

32 Les caisses de Villefranche-sur-Saône, Agen, Brest, Caen et Annonay ont créé des sections de jardins ouvriers.

33 La loi du 31 octobre 1941 attribue des avantages aux associations de jardins ouvriers (de type loi 1901). Elles peuvent notamment réquisitionner un terrain pour la durée d’une année. Les entreprises ont aussi la possibilité de créer des jardins industriels dont ils peuvent concéder des parcelles de terrain. Cf. Claude Grandhay, La Haute-Saône dans la Deuxième Guerre mondiale, t. 3 : Sous le signe de la francisque, 1940-1944, Vesoul, ERTI éditeur, 1991, p. 23 et suiv.

34 PV de la réunion du comité d’assistance et de la famille, le 11 septembre 1942. Académie François Bourdon, SS0824-02.

35 Cf. Christophe Capuano, « Servir la Famille sous Vichy : le rôle local des associations familiales de 1940 à 1944. Les cas de la Bourgogne et de la Franche-Comté », in Virginie De Luca (éd.), Pour la famille. Avec les familles. Des associations se mobilisent (France 1880-1950), Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2008, p. 187-211.

36 C’est le sens de l’appel de l’Alliance nationale contre la dépopulation à la réalisation d’une meilleure répartition alimentaire en faveur des familles : « […] Les familles moyennes (3 ou 4 enfants) et les familles nombreuses (5 enfants ou plus), qui donnent au pays les deux tiers de ses naissances, sont dangereusement sous-alimentées : les dures privations qu’elles subissent affaiblissent les jeunes générations, et elles constituent en outre un puissant motif de restriction d’une natalité déjà très insuffisante. » « La péréquation alimentaire doit être réalisée en faveur des familles », Alliance nationale contre la dépopulation, brochure no 2, février 1944. AD, 74W7.

37 Ces subventions sont très importantes. En 1944, la caisse de compensation de Valentigney verse ainsi 20 000 F pour l’Aide aux mères montbéliardes, la caisse de compensation de Haute-Saône verse 13 000 F pour l’Aide aux mères du département. Quant à la caisse de la région de Besançon, elle attribue la somme de 100 000 F à l’Aide aux mères de la Fédération du Doubs. À partir de 1945, elle décide de proportionner sa subvention aux heures effectivement consacrées aux mères allocataires de la caisse.

38 S’ils veulent amener la classe ouvrière au christianisme, ces mouvements choisissent d’abandonner l’étiquette chrétienne.

39 Semaine religieuse d’Autun, Chalon et Mâcon, le 10 juillet 1943. Arch. diocésaines d’Autun.

40 Aron Stéphane, « Un regard historique sur le service social », Revue de l’économie sociale, XV, septembre 1998, p. 15.

41 Un service social rural est ainsi constitué et rattaché aux Fédérations régionales de mutualité agricole.

42 Cf. Jean-Pierre Le Crom, op. cit., p. 196 ; Jean-Paul Cointet, La Légion française des combattants. La tentation du fascisme. 1940-1944, Paris, Albin Michel, 1995, p. 356-358.

43 Soit un total de 2 800 assistantes réparties entre les deux types de caisses mutuelles agricoles et la Mission de restauration paysanne. Mais ce projet pose un problème important de recrutement alors que les départements les plus favorisés ne comptent que la moitié voire le tiers des assistantes sociales rurales nécessaires.

44 AG du Comité central des allocations familiales pour la zone non occupée le 14 novembre 1940.

45 « La multiplication des services sociaux et leur coordination », communication faite par P.-F. Armand-Delille à l’Académie des Sciences morales et politiques, séance du 20 décembre 1941. AD Saône-et-Loire, M1816.

46 La caisse patronale de compensation mâconnaise verse une subvention annuelle de 25 000 F.

47 Rapport de Pierre Sire, 1947. Fonds Albert Ponsot, Musée de la Résistance et de la déportation de Besançon (MRD).

48 Ces propositions sont formalisées au tout début de l’année 1941 par la commission d’hygiène et de santé du Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux. Elles donnent lieu à un rapport intitulé « Services sociaux et services familiaux. Coordination des services sociaux et des mouvements familiaux ». AN, F10 5127.

49 Circulaire ministérielle aux directeurs régionaux à la famille et à la santé, le 12 mai 1941. AD Saône-et-Loire, M1816.

50 Séparation des assistantes sociales en deux catégories distinctes (l’une sanitaire, l’autre familiale), formation des assistantes sociales dans un « esprit familial », élaboration « avec le concours des dirigeants familiaux » d’un statut corporatif des assistantes familiales. Réunions des délégués des centres départementaux de coordination et d’action des mouvements familiaux, le 6 juillet 1941, p. 11-12. AN, F10 5127.

51 « Assistantes sociales : elles sont qualifiées parfois de familiales et dépendent du Secrétariat général à la famille. Elles exercent leur activité parmi la population de leur secteur : elles prennent en charge les familles : leur mission est de visiter ces familles et d’y faire, avant tout, œuvre d’éducation. Ces assistantes (qui peuvent appartenir à des organismes privés comme les caisses de compensation d’allocations familiales) doivent dans la nouvelle organisation être pourvues de diplômes d’assistantes sociales. La préparation de ce diplôme leur donnera la formation morale et psychologique nécessaire pour gagner la confiance des familles, comprendre et résoudre les multiples problèmes de la vie familiale. » Circulaire ministérielle du 17 février 1942. AD Saône-et-Loire, M1816.

52 Elles relèvent du Secrétariat général à la santé et sont affectées à des circonscriptions rattachées à un centre de santé.

53 Il s’agit d’assistantes qui, après leur diplôme d’État, ont acquis un certificat de spécialisation (nécessitant six mois d’études supplémentaires) délivré par certaines écoles de service social ou des départements ministériels. Ce sont notamment des assistantes de l’enfance en danger moral, surintendantes d’usines, assistantes sociales d’entreprises.

54 Vœu pour « La formation familiale dans les écoles de services social », Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux, décembre 1941. AN, F10 5127.

55 Rapport mensuel du préfet de Côte-d’Or pour la période février-mars 1942. AD Côte-d’Or, W21368.

56 Le processus est décrit en ces termes par le directeur de la caisse de compensation parisienne : « […] Mais dans les caisses de compensation, le rôle primitif des visiteuses d’hygiène, de plus en plus rempli en matière d’hygiène prénatale par les visiteuses des caisses d’assurances sociales, s’est très vite trouvé éclipsé par un autre rôle, celui d’assistantes sociales familiales. Entrer dans le détail de l’action des assistantes sociales familiales demanderait des heures, aussi schématiserons-nous cette action qui est triple ; renseigner, aider moralement et aider matériellement. » G. Maignan, « Les allocations familiales dans l’industrie et le commerce », in Législation sociale appliquée, cours professés à l’École supérieure d’organisation, Paris, PUF, 1943, p. 76.

57 Paul Balland, président de la caisse du commerce et de l’industrie de Haute-Saône, le 25 septembre 1942. CAF de Haute-Saône.

58 Cf. Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, Paris, Seuil, 1996, p. 271-277.

59 « Propagande dans tous nos contacts individuels et collectifs. Propagande par la presse pour faire ressortir la nécessité absolue que toutes les jeunes filles suivent des cours d’enseignement ménager. Propagande pour susciter des cadres de professeurs et de monitrices, en quantité et surtout en qualité. Recherche de bonnes volontés pour ouvrir des écoles, de mécènes pour permettre leur ouverture et de subventions régulières pour leur entretien. Coordination des écoles de la région lyonnaise pour délivrer un diplôme commun, par un jury commun, sur un enseignement commun. » Rapport de la délégation régionale à la famille de Lyon pour le mois de janvier 1941. AD Rhône, 3829W12.

60 Dans chaque département sont prévues deux écoles ambulantes rurales et quelques centres fixes (entre 3 et 8).

61 Attesté par un certificat de scolarité, cet enseignement doit êtres suivi durant sept ans par les élèves des collèges et des lycées (à raison d’une heure par semaine), durant trois ans, pour les jeunes filles de 14 à 17 ans, par les élèves des collèges techniques, des écoles nationales professionnelles, des cours professionnels féminins du commerce, de l’industrie et de l’artisanat (à raison de cent heures par an). Cette loi est effectivement appliquée à partir d’octobre 1943.

62 « Si ce refus est maintenu, la loi va rester lettre morte et la femme française continuera à ne pas savoir tenir son foyer ni éduquer ses enfants. » « Note sur la politique familiale », s. d., AN, 2AG 605.

63 Rapport de la délégation régionale à la famille de Lyon, pour le deuxième semestre 1944. AD Rhône, 3829W5.

64 Une importante propagande en faveur de l’enseignement ménager est organisée dans les milieux catholiques dans chaque diocèse. On privilégie avant l’obligation légale de 1942 des formules peu coûteuses à mettre en place comme des sessions ménagères itinérantes dans les paroisses ou les cours par correspondance. Les bulletins diocésains insistent sur la dimension idéologique de la formation.

65 En mai-juin 1942, le Secours national a recruté 75 professeurs ; 5 000 à 6 000 élèves suivent ses cours. Cf. Jean-Pierre Le Crom, La Protection sociale sous le régime de Vichy, op. cit. p. 209. Des sessions ménagères intensives ou des cours réguliers sont organisés dans chaque département. Le Secours national participe également financièrement au développement de l’enseignement ménager par l’octroi de bourses. La loi de finances du 31 décembre 1943 (article 13) prévoit également que le Secours national affecte partiellement le produit de trois tranches de la Loterie nationale aux dépenses d’éducation familiale et d’enseignement ménager.

66 En 1942, Maignan estime que l’enseignement ménager initié par sa caisse touche désormais dans la région parisienne 10 500 élèves réparties dans 677 cours donnés dans 256 centres par 110 professeurs. G. Maignan, « Les allocations familiales dans l’industrie et le commerce », in Législation sociale appliquée, cours professés à l’École supérieure d’organisation professionnelle, Paris, PUF, 1943, p. 80-81. Trente caisses de compensation de l’industrie et du commerce gèrent le fonctionnement d’un centre d’enseignement ménager.

67 Cf. Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, op. cit., p. 277.

68 « […] Les jeunes filles ne doivent pas seulement être des cuisinières, mais de véritables mères de famille : l’enseignement ménager ne doit pas réaliser seulement le calcul des calories contenues dans le jambon ou le rutabaga, mais il doit aussi comprendre une formation intellectuelle et morale. Nos caisses ont toujours eu le souci de ce devoir à côté de leur devoir technique. C’est le moment ou jamais de rappeler cet aspect particulier de leur action au moment où notre peuple va avoir à évoluer dans ses mœurs et dans son comportement sous bien des aspects. Ne craignons pas de sauvegarder ces aspects moraux qui nous touchent particulièrement. » Rapport d’Aymé Bernard, « Services sociaux des caisses de compensation en 1942 », Rapports présentés à l’Assemblée générale du Comité central des allocations familiales (Paris, mai 1943), Paris, Vichy, Édition sociale française, 1943, p. 40.

69 Avec cette loi, les industriels se voient dans l’obligation de libérer leur personnel féminin de 14 à 17 ans sur leur temps de travail durant trois heures par semaine pour pouvoir recevoir un enseignement ménager (cent heures par an durant trois ans).

70 Lettre ronéotypée du Comité central des allocations familiales, s. d. Académie François Bourdon, SS0824-02.

71 Cette école, située 11 rue Férou, ouverte au mois d’octobre 1941, est placée sous le contrôle de la Direction de l’enseignement technique, du Commissariat général à la famille, de la caisse de compensation de la région parisienne et de l’association Fénelon. Elle forme un personnel d’enseignantes pour les services publics et privés. Un diplôme reconnu par l’État doit sanctionner cette formation.

72 Informations familiales, Bulletin de liaison de la délégation régionale de Lyon du Commissariat général à la famille, no 1, le 20 mars 1944. AD Jura, 74W7.

73 Au mois de janvier 1944, une école formant au professorat d’enseignement ménager familial est ouverte à Lyon sous le patronage de la délégation régionale à la famille. Cette école est tournée vers un recrutement qui dépasse largement les limites du département, une partie de la formation des élèves pouvant être réalisée au sein de leur département d’origine (une semaine de cours et de travaux intensifs au sein de l’école par mois pour trois semaines hors de l’institution consacrées à l’approfondissement personnel des sujets traités et à la formation pratique).

74 Rapport du délégué départemental à la famille du Jura pour le mois de mai 1944. AD Jura, 304W149.

75 Dans une approche très empirique de l’action familiale, le Commissariat à la famille va utiliser son Bulletin de liaison pour informer ses délégués des expérimentations locales et les inciter à les généraliser.

76 C’est notamment le choix de la caisse de compensation du commerce et de l’industrie de la Nièvre qui décide de créer à l’automne 1941 le premier Office nivernais de documentation et d’orientation professionnelles.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search