Version classiqueVersion mobile

Vichy et la famille

 | 
Christophe Capuano

Quatrième partie. Les territoires locaux, laboratoires de l'action familiale sous Vichy

Les territoires locaux, laboratoires de l'action familiale sous Vichy

Texte intégral

  • 1 Organigramme du Commissariat général à la famille tiré de la « La Famille dans l’État », Les Docum (...)
  • 2 Lors de la réorganisation du Commissariat général à la famille le 1er février 1944, le service de (...)
  • 3 Les centres de coordination sont particulièrement actifs en matière d’action familiale. En 1941, p (...)
  • 4 Dans l’ouvrage qu’il consacre à l’enfance inadaptée sous l’État français, Michel Chauvière soulign (...)
  • 5 Cf. Nikos Poulantzas (éd.), La crise de l’État, Paris, PUF, 1976.

1Le familial est utilisé comme référentiel par Vichy pour résoudre les problèmes natalistes et sociaux. Inscrite dans cette conception, l’action familiale est constituée par le pouvoir comme un nouveau secteur d’intervention spécifique visant un triple objectif : l’aide aux familles, la familialisation de l’action sociale et la propagande familiale. Le secrétaire d’État à la Famille et à la Santé, Jacques Chevalier, puis le Commissariat général et les délégués régionaux à la famille vont tenter de délimiter et d’autonomiser ce nouveau champ de compétence de la Famille face aux pôles de l’Assistance, de la Santé ou encore de l’Action sociale. Pour ce faire, on lui attribue en septembre 1941 une solide traduction administrative : la section de « l’Action familiale », dirigée par Gilbert de Véricourt, constitue l’une des deux sections du Commissariat général à la famille. Elle regroupe les deux principaux bureaux de « l’Aide à la famille » et de la « Propagande familiale et mouvements familiaux1 ». Matérialisation de leur articulation, ils sont placés à Vichy sous une direction commune (M. Caubet) – ce qui n’est pas le cas à Paris (« Aide à la famille » dirigée par H. Lavagne et « Propagande familiale » par Mme de Laage)2. À l’échelon déconcentré les différents domaines d’activités relevant de l’action familiale sont confiés aux délégués régionaux à la famille. Cependant les moyens limités de l’administration familiale ne permettent pas de donner à cette politique publique une traduction concrète sans le recours à d’autres institutions. En matière d’aide aux familles et d’action sociale familialisée notamment, on constate l’inadéquation entre le volontarisme affiché et les moyens réellement mis à disposition par le gouvernement. Pour pallier ces lacunes, l’État va alors tenter de mobiliser une grande diversité d’institutions (entreprises, associations, Église, centres de coordination3, municipalités, etc.). Même en matière de propagande, pourtant financièrement mieux dotée, l’État va chercher à multiplier les relais de diffusion au sein des institutions privées et parapubliques pour renforcer son impact au sein de la société civile. Cette sollicitation des pouvoirs publics combinée aux besoins de la population pousse les institutions extra-étatiques à élargir leurs domaines traditionnels d’intervention, à créer de nouveaux répertoires d’action et à développer leurs capacités d’innovation. Cependant comment expliquer l’implication pour la première fois de ce large panel d’organisations dans la sphère d’action familiale ? D’autres facteurs doivent être explorés en particulier les différentes logiques d’action (économique, caritative, confessionnelle, familialiste) propres à chaque institution et à leurs intérêts locaux. Ainsi apparaissent de nouvelles modalités d’intervention articulant ces différentes organisations. Des combinaisons se mettent en place – facilitées par la mise en réseau des organisations familiales et parafamiliales –, coalitions ad hoc pérennes ou temporaires mais toujours productrices de nouveaux liens sociaux et institutionnels4. Il s’agira aussi de s’interroger sur les formes – ou du moins les tentatives – d’« étatisation relative5 » de ces combinaisons par l’État français. Il est également nécessaire de poser la question de la place particulière donnée aux actions inscrites dans les territoires (coordination des services sociaux, mobilisation des municipalités, créations des Maisons de la famille) sous l’Occupation et du rôle attribué aux organisations locales. Comment cela révèle-t-il la faiblesse de l’État central mais aussi l’une de ses modalités d’adaptation pour pallier des moyens limités ? L’échelon local se prête-t-il à des actions collectives par des institutions de natures différentes mises en réseau ? Micro-analyses et études à l’échelon régional nous permettent d’explorer cette dimension territoriale.

Notes

1 Organigramme du Commissariat général à la famille tiré de la « La Famille dans l’État », Les Documents français, Revue des hautes études politiques, sociales, économiques et financières, no 7, juillet 1942.

2 Lors de la réorganisation du Commissariat général à la famille le 1er février 1944, le service de l’Action familiale prend encore de l’importance. Ibid.

3 Les centres de coordination sont particulièrement actifs en matière d’action familiale. En 1941, plusieurs commissions du Centre national de coordination concernent un pan de l’action familiale : « Vie matérielle de la famille », « Hygiène et santé », « Natalité et démographie », « Éducation et instruction », « Propagande » et « Fête des mères ». On les retrouve également au sein des centres départementaux.

4 Dans l’ouvrage qu’il consacre à l’enfance inadaptée sous l’État français, Michel Chauvière souligne en effet la fertilité de cette démarche : « […] Il n’est d’ailleurs pas indifférent de poser ainsi le problème plutôt que d’appuyer la réflexion sur « le rôle de l’initiative privée » comme si elle pouvait être autonome et de réfléchir dans un second temps seulement à l’articulation des deux plans en termes de tutelle et de partenariat. Privé et public (d’État) sont toujours interactivement liés. » Michel Chauvière, Enfance inadaptée : l’héritage de Vichy ; suivi de l’Efficace des années quarante, Paris, éditions ouvrières (2e éd.), 1987 (1re éd. 1980).

5 Cf. Nikos Poulantzas (éd.), La crise de l’État, Paris, PUF, 1976.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search