Version classiqueVersion mobile

Vichy et la famille

 | 
Christophe Capuano

Deuxième partie. L'institutionnalisation du familial

Chapitre VI. Contrôler et uniformiser le champ familial : vers la création d’un « corps familial » unique

Texte intégral

  • 1 Cette loi a pour rapporteur Emmanuel Gounot. Juriste et catholique, il est président de la Ligue d (...)

1La mise en place du régime de Vichy semble être l’occasion d’une convergence d’intérêts avec les familiaux : sa conception organiciste et corporatiste de la société ainsi que sa doctrine des « corps intermédiaires » prônée par la Révolution nationale devraient permettre de faire entrer progressivement la Famille dans la sphère publique avec comme finalité son inscription dans la constitution. L’institutionnalisation du familial commence en 1941 avec la création du Comité consultatif de la famille mais aussi la reconnaissance officielle du Centre national de coordination et de ses composantes pour assurer la représentation des intérêts familiaux. Si les textes organisant la sphère professionnelle sont élaborés assez rapidement – Corporation paysanne (2 décembre 1940) et Charte du Travail (4 octobre 1941) – celui concernant la Famille tarde à venir. Son élaboration associe les familiaux et les pouvoirs publics au sein d’une commission spécialisée du Comité consultatif de la famille française1. Approuvé lors de la première réunion plénière du Comité le 22 octobre 1941 puis proposé au conseil d’État, le texte devient, après examen, la loi du 29 décembre 1942. La commission juridique travaille ensuite – durant trois séances les 30 janvier, 3 et 17 mars 1943 – à la mise au point du règlement d’administration publique, publié le 3 décembre 1943.

  • 2 « Les mouvements familiaux et le circuit de confiance », rapport de Georges Pernot pour le Conseil (...)

2Par le biais de ces associations semi-publiques, les familiaux entendent coopérer à ce qu’ils appellent le « circuit de confiance » mis en place entre l’État organiciste et les Corps intermédiaires. Il permet aux Corps constitués – Famille et Professions – de participer à l’élaboration de la politique publique. Le rapport exposé par Georges Pernot au Conseil national présente la conception des familiaux : un système unifié dans lequel seraient maintenues les associations privées avec une large prise en compte par les pouvoirs publics des « desiderata » des familles – représentées par leurs unions départementales. Même si les délégués régionaux à la famille resteraient les intermédiaires obligés entre les associations semi-publiques et l’autorité préfectorale. À l’échelon central, la « Fédération nationale des familles » qui chapeaute l’édifice pourrait transmettre directement ses suggestions au gouvernement. Le Commissariat général à la famille et le Comité consultatif de la famille française qui obtiendrait le droit d’initiative, devraient contribuer à la « réalisation du circuit2 ».

3La coopération des familiaux avec l’État se révélera pourtant un jeu de dupes. L’analyse des directives de l’administration centrale transmises à titre « strictement personnel et confidentiel » aux délégués régionaux à la famille montrera en effet un projet bien différent du discours tenu officiellement aux familiaux.

Une conception étatiste des associations semi-publiques

  • 3 Loi du 29 décembre 1942 et règlement d’administration publique du 3 décembre 1943.
  • 4 Lettre de Philippe Renaudin à Georges Pernot, le 25 janvier 1944. AD Rhône, 3829W13.

4La loi Gounot adoptée3, commence une nouvelle phase de l’entreprise du Commissariat général à la famille : la préparation d’associations familiales semi-publiques. Envisagé par Vichy comme un « mouvement de masse4 », ce mouvement familial semi-public doit encadrer toutes les familles légitimes sous l’étroit contrôle de l’administration et devenir ainsi l’un des principaux soutiens de l’État français. Une fois constitué, il rend inutile aux yeux du commissaire général à la famille, le maintien d’un mouvement familial privé.

Les futurs piliers de l’État français

  • 5 « Projet de loi portant création de l’Union nationale des foyers de France (bureau Législation). » (...)

5Selon la loi Gounot, rédigée dans un esprit à la fois corporatiste et organiciste, les associations semi-publiques doivent constituer un corps intermédiaire entre l’État et les familles, corps familial unique en régime autoritaire. Mais l’adhésion à celles-ci prévue par la loi reste facultative, avec le maintien en leur sein d’élections fondées sur le suffrage familial. Pourtant Philippe Renaudin, à la tête du Commissariat général à la famille, a une conception beaucoup plus étatiste de ces organisations : à la fois piliers institutionnels de l’État français et nouvelles forces sociales et politiques très contrôlée par l’administration, elles seraient composées de toutes les familles conformes au modèle voulu par le régime et animées par des hommes nouveaux. Cette vision s’inscrit davantage dans le projet défendu par l’administration de la famille en juillet 1941 où toutes les associations auraient été tenues d’adhérer à un organisme unique chargé de rassembler l’ensemble des familles françaises5.

  • 6 « Loi Gounot sur les associations familiales », délégation régionale à la famille de Lyon, s. d., (...)

6Selon la loi Gounot, les associations de famille de droit semi-public doivent être organisées du sommet à la base selon un modèle unique. Chapeautées par une fédération nationale des familles, elles sont instituées à tous les niveaux (article 1er de la loi du 29/12/1942) : aux échelons intermédiaires, des unions régionales et départementales, et à la base des associations cantonales, communales, de fractions de communes ou de quartiers urbains. Leurs attributions (article 2 de la loi du 29/12/1942) présentées comme la consécration de la Famille dans la sphère publique feront l’objet d’une forte propagande étatique auprès des familles. Les délégués régionaux insisteront ainsi beaucoup sur les facultés exorbitantes données à l’organisation familiale dans l’État autoritaire avec des attributions en matière de pouvoir consultatif et de capacités d’initiative reconnues aux associations semi-publiques. En réalité le texte de loi reste flou sur la nature des « questions d’ordre familial » qui pourront être discutées et dans quelles conditions elles pourront l’être. Les propositions doivent quant à elles être conformes aux « intérêts matériels et moraux des familles » mais ces intérêts ne sont pas précisés. Enfin, pour avoir une chance d’aboutir devant l’administration centrale puis le gouvernement, ces projets doivent gravir tous les échelons hiérarchiques des associations – de la base à la Fédération nationale – comme autant de filtres successifs. La seconde compétence essentielle est la représentation officielle des intérêts familiaux. Il s’agit de faire des associations semi-publiques des organisations de masse pour constituer une force politique et sociale en France. « Ces associations familiales représenteront une force considérable, si chacun veut y adhérer. Lorsque 10 millions de chefs de famille seront regroupés quelque puisse être la forme du gouvernement de la France, on peut assurer que la famille sera la base de l’État6. » Mais dans un régime autoritaire, la tentation est alors forte d’utiliser ces organisations comme mode de légitimation de son autorité et comme relais de la politique publique dans la société civile.

  • 7 Ravitaillement, entraide, service social et hygiène mais aussi lutte contre les ennemis de la fami (...)
  • 8 L’État veut éviter également que les municipalités se déchargent sur les associations familiales d (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Circulaire du Commissariat général à la famille, le 2 mars 1944. AD Rhône, 3829W13.

7Les associations Gounot se voient également accorder plusieurs attributions parapubliques qui laissent apparaître leur utilisation par le Commissariat général à la famille à des fins de propagande, de normalisation des mœurs et de lutte contre les fléaux sociaux. Ce que les délégués à la famille présentent comme un garde-fou contre l’étatisation est en fait un moyen pour renforcer la pénétration de l’action publique de Vichy dans la société civile. Quant à la gestion « des services publics d’intérêt familial », elle répond effectivement à une volonté des familiaux. En réalité ces services publics restent limités7. D’ailleurs pour écarter tout risque d’échec, le commissaire à la famille recommande à ses délégués la plus grande prudence. En matière de ravitaillement notamment, les associations semi-publiques doivent se contenter dans un premier temps d’aider les coopératives et autres organismes déjà en fonction8. Mais la cogestion des affaires par les nouvelles associations n’est pas en fait la priorité de l’administration vichyste. Selon le plan établi par le Commissariat à la famille ces associations Gounot doivent en effet constituer d’abord le « levier de leur propagande [en pratiquant] une politique de “présence” dans les différents conseils, assemblées, commissions, comités ou autres organismes qui ont à traiter des questions qui ont une incidence sur la vie familiale9 ». Sur le plan de l’action familiale, cela doit avant tout passer par la création d’un secrétariat des familles ou d’une Maison de la famille, matérialisant le siège territorial de la nouvelle association Gounot et la constitution d’un fichier des familles de la circonscription, considéré comme « premier et essentiel instrument de travail10 ».

  • 11 Discours de Philippe Renaudin, compte rendu de l’assemblée interdépartementale du Centre national (...)

8Les associations Gounot sont présentées par Philippe Renaudin comme le seul organisme de représentation politique de « citoyens-chefs de famille » en régime autoritaire. L’appartenance à l’association Gounot doit instaurer un nouveau type de citoyenneté familiale substituée à la citoyenneté républicaine, le vote familial remplaçant le vote individuel du suffrage universel. Pour Philippe Renaudin en effet la loi Gounot « vise au groupement de tous les chefs de famille, quelle que soit leur profession, leur confession, leur situation, la classe dans laquelle ils peuvent se ranger. On doit en somme, lorsqu’on est chef de famille, être membre de l’association Gounot, comme on est citoyen ou comme on est électeur. C’est une institution qui, sans doute est née de l’initiative privée, mais qui se meut sur le terrain public. Un chef de famille, citoyen français, n’a pas le droit de se désintéresser de l’association Gounot parce qu’elle contribue à l’organisation politique de la nation11 ». S’il n’y a pas d’obligation légale à l’adhésion – ce qui aurait fait de ces associations de familles des organismes totalitaires – cette dernière doit être revanche une « obligation morale pour les chefs de famille et […] même une obligation politique au sens exact et large du terme ». La « citoyenneté » familiale d’un père de famille ne peut être reconnue qu’à la condition qu’il adhère à une association Gounot.

  • 12 « Loi Gounot sur les associations familiales », brochure de la délégation régionale à la famille d (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 On retrouve des arguments utilisés notamment par les natalistes dans l’entre-deux-guerres. À la fi (...)

9En même temps, l’accès à la pseudo-représentation politique familiale, ne doit être réservée, dans la logique discriminatoire du régime, qu’aux seules « vraies » familles, françaises et légitimes. La rhétorique pétainiste insiste beaucoup sur le rejet des « fausses » familles – le délégué régional à la famille de Lyon considérant ainsi que « le ménage sans enfant ne constitue pas une véritable famille, les époux divorcés ne constituent plus une famille12 ». Il justifie en outre le souci de légitimité par l’entrée de la famille dans le champ public : « Exclusion des faux-ménages, mêmes s’ils ont des enfants. S’il s’agissait de secours, un ostracisme inhumain ne pourrait être jeté sur des enfants qui n’ont pas demandé à naître, mais ici il s’agit de droits à formuler, de statuts à définir, il s’agit de la base même de la constitution française13. » La nationalité française est également exigée. Les arguments utilisés sont à la fois nationalistes et xénophobes14, rappelant combien la Famille doit être pour Vichy un rempart politique contre l’Étranger :

  • 15 « Loi Gounot sur les associations familiales », brochure de la délégation régionale à la famille d (...)

« Il nous faut refaire la France avec les Français. Tous les étrangers qui, grâce à notre dénatalité, nous ont envahis depuis 20 ans ont beau avoir de très nombreux enfants, ils ne pourront pas entrer dans les associations familiales, pas plus qu’ils ne pouvaient faire partie hier de la Chambre des députés et du Sénat. Les associations familiales sont l’essence même de la représentation nationale15. »

10L’ensemble du système mis en place par la loi Gounot est contrôlé étroitement par l’État, notamment en régions par les délégués régionaux à la famille. Ces derniers jouent en effet un rôle fondamental dans la création et l’organisation des associations de droit semi-public. Philippe Renaudin attache une grande importance au choix des personnes chargées dans les localités de les constituer. Ces personnes doivent incarner l’image d’un consensus rassembleur :

  • 16 Philippe Renaudin fixe les étapes de cette constitution dans le Bulletin de Liaison du Commissaria (...)

« Dans chaque circonscription désignée il faudra que vous adressiez à un ou quelques hommes spécialement indiquées par leur dignité de vie pour leur demander de mettre sur pied l’association. Vous vous adresserez au besoin aux maires s’ils présentent des garanties familiales. Éviter bien entendu les personnes marquées par un caractère confessionnel, professionnel, politique ou social, de nature à exclure l’unanimité16. »

  • 17 Article huit de la loi Gounot.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.

11Une fois créées, toutes les associations locales – communales, cantonales ou départementales – devront recevoir l’agrément du délégué régional à la famille. La composition des bureaux de ces associations est donc soumise aux appréciations des fonctionnaires tandis que leurs statuts et règlements intérieurs doivent nécessairement s’inscrire dans les statuts types proposés par l’État17. Quant au fonctionnement de ces associations semi-officielles, il est lui aussi soumis au contrôle de l’État – les délégués régionaux à la famille étant membres de droit des comités directeurs des unions départementales ou régionales. Malgré tout, les délégués régionaux doivent s’efforcer de « convaincre l’opinion qu’il ne s’agit pas d’étatiser18 ». Il faut pour cela « laisser autant que possible les associations se constituer librement19 ». Afin d’assurer la réussite du projet auprès d’un large public, il s’agit en fait de donner l’illusion aux acteurs locaux d’une liberté d’initiative pour dissimuler du mieux possible l’omniprésence du contrôle de l’État. Philippe Renaudin explicite cette stratégie à ses agents :

  • 20 Ibid. Cf. Francine Muel-Dreyfus, op. cit., p. 219.

« Il faut d’autre part, que partout vous donniez l’impression que vous suggérez et non pas que vous imposez, quitte le moment venu à exercer un arbitrage. Laissez les initiatives privées se développer et intervenez ensuite en arbitre ou pour agréer20. »

12Les délégués régionaux sont donc appelés à jouer un rôle déterminant dans toutes les étapes de constitution des associations de familles.

Des créations semi-publiques aux dépens des organisations privées

  • 21 Ibid.

13Si les associations familiales privées ne sont pas supprimées par la loi Gounot, Vichy entend les mettre au service de l’apparition des nouvelles institutions semi-publiques. Le commissaire à la famille insiste sur la rupture avec le modèle associatif en place. Il faut que les nouvelles structures se démarquent nettement des mouvements existants et apparaissent comme telles aux yeux de la société puisque selon lui « la simple transformation d’une association existante en une association de la loi Gounot, ne donnera pas satisfaction. Il ne faut pas donner l’impression de rester dans de vieux moules21 ».

  • 22 Ibid.

14Le rôle alloué aux mouvements familiaux par le Commissariat dépend de leur caractère, généraliste ou spécialisé. Les mouvements spécialisés peuvent se pérenniser dans la mesure où ils se consacrent à des missions spécifiques. C’est le cas des associations confessionnelles, de l’Alliance nationale contre la dépopulation et de la Plus grande famille. Au contraire, les mouvements généraux, comme les Associations de familles nombreuses ou la Confédération générale des familles, sont amenés à disparaître perdant « après un certain temps d’application de la loi une grande partie de leur raison d’être22 ». À terme, dans une logique globalisante, les associations Gounot devraient ainsi se substituer aux associations familiales privées à portée générale. En remplaçant le champ familial privé, la sphère semi-publique aurait ainsi le monopole à la fois de la représentation des familles mais aussi des actions familiales à portée générale, ne laissant substituer que les institutions familiales les plus spécialisées. Dans ce système où les associations semi-publiques devraient toutes être créées de manière uniforme, les intérêts particuliers ne pourraient avoir droit à une représentation officielle. Le commissaire général à la famille rejette ainsi les aspirations du Centre national de la Famille rurale qui désirait élaborer des associations semi-officielles spécifiquement rurales.

  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.

15Quelle place les membres des associations familiales privées et des centres de coordination tiendraient-ils au sein des associations Gounot ? C’est, pour le Commissariat général, l’enjeu principal de la constitution des associations Gounot puisqu’il ne faut pas s’opposer aux associations familiales existantes mais les instrumentaliser. Les délégués régionaux ne doivent donc pas faire « table rase du passé » car « cela aboutirait à un échec » et « éviter de même toute attitude de dénigrement systématique des mouvements actuellement existants et des hommes qui sont à leur tête23 ». La position recommandée par le Commissariat à la famille, plus subtile et destinée à ménager les susceptibilités, consiste donc à « répéter que la loi exige un effort d’élargissement, de renouvellement et une conception neuve du problème24 ». Il est ainsi préconisé aux délégués régionaux à la famille de garder les membres d’associations privées pour constituer un noyau initial, puis d’élargir rapidement à de nouveaux membres pour à la fois « donner de l’air aux mouvements existants » et « éviter de se contenter de cadres démodés et inactifs ». Les délégués régionaux sont donc incités à chercher des hommes neufs qui correspondent au modèle voulu par le nouvel État français, adhérant à son modèle « révolutionnaire » et au régime autoritaire en général, à la politique familiale étatiste de Vichy en particulier :

  • 25 Ibid.

« […] Il y a des hommes qui n’ont pas adhéré aux groupements existants, qui n’ont pas milité pour la cause familiale, très souvent parce que la forme d’action ne leur convenait pas. Mais il se peut que ces hommes soient prêts sur le plan nouveau de l’État familial à se consacrer à la protection de la Famille. Ils ne doivent pas être écartés25. »

  • 26 Ibid.

16Conformément à la conception élitiste du régime, ces hommes sont à trouver parmi les cadres et les « chefs naturels » de la nation pétainiste : « Recherchez les élites dans tous les ordres, ordre économique, ordre intellectuel, etc., interrogez les maires, initiateurs, industriels, curés, etc.26. » Dans cette quête, une attitude diplomatique est toujours à privilégier, comme lors de la création des associations Gounot proprement dites, puisqu’il « faudrait essayer d’inspirer les choix plutôt que de les imposer »…Mais lorsque la persuasion est inefficace, la contrainte peut être employée et l’épuration autorisée, en particulier à l’encontre de tous ceux considérés comme indésirables par le pouvoir :

  • 27 Ibid.

« Vous vous trouverez devant des personnalités gênantes par leur particularisme, par leur caractère, par le fait de leur inaction ou de leur inadaptation définitive à des formules nouvelles. Il faudra les écarter ; à défaut d’y arriver par la persuasion courtoise, et à défaut seulement, vous ferez de leur effacement une condition d’agrément, de leur association27. »

  • 28 La somme allouée s’élève à 13 000 F pour les associations communales et cantonales, 200 000 F pour (...)
  • 29 Arrêté du 9 décembre 1943.
  • 30 Réunion du 19 décembre 1943 à la Maison de la famille, 28, place Saint-Georges.

17Les associations de familles doivent posséder des moyens d’action importants. Leurs ressources financières publiques et privées constituent donc une priorité. Ce sont elles qui monopolisent désormais les subventions publiques avec une large prise en charge par l’État des frais d’installation et de premier fonctionnement28. La question des cotisations est plus délicate, les membres d’associations familiales existantes étant en effet contraints de payer, s’ils adhèrent également aux associations semi-publiques, une seconde cotisation. Or le Commissariat général à la famille tient à rendre attractif l’adhésion aux nouvelles associations. Il est alors décidé de réduire de 25 % la cotisation aux associations Gounot pour les chefs de famille déjà membres d’une association familiale29. Ces derniers, une nouvelle fois, sont ciblés puisque seuls les membres d’associations retenues par le Centre national de coordination auront droit à une réduction de cotisation. La liste arrêtée à la suite d’une réunion du Centre national comprend les grands mouvements familiaux30 : la Fédération des associations de familles nombreuses de France, la Confédération générale des familles, le Mouvement populaire des familles, le Centre national de la Famille rurale, l’Union des associations catholiques de chefs de famille et les Groupements familiaux protestants. Mais ces grandes associations familiales n’acceptent pas les yeux fermées les modalités d’application fixées par Philippe Renaudin.

  • 31 Il s’agit de la reproduction de deux lettres écrites par Philippe Renaudin et diffusées par les se (...)
  • 32 Ibid.

18Deux questions sur les conditions de création des associations Gounot révèlent à la fois les divergences de vues entre le commissaire à la famille et certains grands leaders familialistes, mais aussi le mode de rapport que Philippe Renaudin entend désormais entretenir avec les grands mouvements familiaux privés. La publicité qui est donnée aux réponses apportées par le commissaire à la famille31 reflète bien la volonté de Philippe Renaudin d’imposer sa ligne de conduite, tout en témoignant des profonds désaccords avec le mouvement familial privé. Le premier sujet de discorde porte sur la composition des premières associations de familles. Pour les leaders familialistes – notamment ceux de la Fédération nationale des familles nombreuses et de la Confédération générale des familles – les premières associations de familles semi-publiques devaient être composées en deux temps. Seule une élite de militants familiaux serait tout d’abord recrutée, ces experts privés de la famille formant le noyau de l’association. Renaudin insiste au contraire sur l’urgence du projet et la nécessité d’un rassemblement, dès la mise en place des associations, de toutes les familles françaises et légitimes. Il le répétera d’ailleurs devant tous les mouvements familiaux réunis un mois plus tard au Centre national de coordination : « Le mouvement de la loi Gounot, dans ces conditions, doit […] être un mouvement de masse et non pas un mouvement de cadres. Et ce mouvement de masse doit s’accomplir immédiatement. » Philippe Renaudin entend ainsi surtout donner une preuve de sa détermination à dicter le rythme de constitution des associations semi-publiques, affirmant « ne laisser aucun doute sur la volonté du Commissariat général d’appliquer tout de suite et complètement [la loi Gounot]32 ».

  • 33 Lettre de Philippe Renaudin au docteur Monsaingeon, le 9 février 1944. AD Rhône, 3829W13.

19Le second facteur de tensions tient à la question de la pérennité même des activités des associations familiales privées. Rien dans la loi Gounot et le décret d’application du 3 décembre 1943 n’indique clairement quelle doit être désormais l’action locale de ces organisations privées. Ce flou permet diverses interprétations dont celle, en leur faveur, de certains mouvements familiaux désireux de continuer leurs activités locales. C’est le cas de la solide Fédération des associations de familles nombreuses présidée par Georges Pernot qui demande ainsi à ses présidents d’associations familiales locales de ne suspendre ni leurs activités ni leur recrutement pour leurs propres mouvements et de continuer à percevoir régulièrement leurs cotisations. Les associations de familles nombreuses – qui ont le plus à perdre parce que les plus puissantes – entendent ne pas céder la totalité du terrain à des associations semi-publiques qui bénéficieraient déjà d’importantes prérogatives locales et du soutien financier des pouvoirs publics. Or, cette prise de position entraîne les foudres du commissaire à la famille qui envoie une lettre au président du Centre national de coordination des mouvements familiaux, le docteur Monsaingeon, pour dénoncer « l’insuffisant appui donné par certains Mouvements Familiaux privés ou tout au moins par certains de leurs dirigeants à la loi33 ». Ce courrier est l’occasion pour le commissaire à la famille de fixer en termes très directifs des consignes « inéluctables » :

– « Tout subordonner à la mise en place des Associations Familiales, même les intérêts de mouvement privé et même son activité locale partout où la création de l’association Gounot ferait apparaître cette activité comme constituant un double emploi.

– Cesser ou interrompre momentanément toute action qui pourrait nuire au recrutement des Associations nouvelles en attirant les chefs de familles vers d’autres activités familiales.

  • 34 Ibid.

– Entraîner par l’exemple la masse des adhérents du mouvement privé aux associations Gounot34. »

20Le commissaire à la famille définit ainsi la ligne de conduite officielle sur laquelle doivent s’aligner les grands mouvements familiaux.

21Le recrutement de nouveaux adhérents depuis la loi Gounot fait l’objet d’analyses controversées. On assiste à une volonté de récupération étatique, les adhésions associatives importantes de l’année 1943 étant utilisées par le Commissariat à la famille pour prouver l’engouement des familles vis-à-vis des futures associations semi-publiques :

  • 35 Ibid.

« Les échos qui me viennent de toutes les régions montrent que ces grands mouvements familiaux accomplissent ainsi le vœu de la généralité des chefs de familles : les familles françaises ont répondu par avance dans le pays à l’appel de la loi et compris d’emblée leur devoir ; les dirigeants locaux du mouvement familial privé en témoignent au même titre que les délégués régionaux à la famille. Les adhésions nombreuses qui ont, depuis plus d’un an, été recueillies par les grands mouvements privés ne leur ont-elles pas d’ailleurs le plus souvent été données en vu de l’application de la loi Gounot ? Elles marquent une étape dans la marche des chefs de famille vers l’institution annoncée depuis un an mais qui va seulement aujourd’hui voir le jour35. »

  • 36 Selon le Conseil supérieur de la famille, le nombre d’adhérents aux associations familiales aurait (...)

22Cette interprétation permet de disqualifier par la même occasion les arguments des associations privées qui tenteraient de s’appuyer sur ces bons résultats pour justifier la revendication de leur maintien36.

23Dans le même temps, Philippe Renaudin veut rassurer en garantissant la survie du mouvement familial privé… mais sous la forme d’une coquille vide :

  • 37 Ibid.

« Le mouvement familial privé est de toute façon assuré de subsister ; la loi en fait la promesse. Il n’a pas, à mon sens, à s’inquiéter que localement telles de ses associations doivent envisager de cesser leur activité pour éviter tout double emploi après qu’elles auront amené tous leurs adhérents à l’association Gounot. Le mouvement privé conservera en tout cas le contrôle de ses membres et le moyen de survivre ou de revivre même dans son activité locale, dès l’instant que ses adhérents continueront à maintenir entre eux le contact et subviendront aux frais de son organisation nationale ; de leur côté les cadres du mouvement privé resteront en place, tout prêts à recueillir leurs adhérents si les circonstances voulaient que le mouvement familial privé reprit toute son indépendance37. »

24Il s’agirait ainsi de conserver une structure vidée de sa substance, à laquelle seraient retirées toute compétence et légitimité pour intervenir dans le champ familial. Le mouvement familial privé serait donc amené à disparaître à terme pour laisser place aux associations de familles semi-publiques contrôlées par l’État. Il n’est pas étonnant que face à cette conception officielle du Commissariat général à la famille, certains mouvements familiaux aient eu le sentiment d’avoir été trompés, prenant conscience que leurs efforts de développement allaient être confisqués au seul profit des associations semi-publiques et de l’État français. Quant aux organisations « de milieux », comme le MPF attaché à une représentation ouvrière au sein du champ familial, elles pouvaient (à raison !) craindre que l’uniformisation annoncée se traduise par l’interdiction, au sein des nouveaux organismes, de toute revendication de spécificité.

  • 38 Centre national de coordination des activités familiales, compte-rendu de l’assemblée interdéparte (...)
  • 39 Ibid.

25Mis au pied du mur par Vichy et rappelés à l’ordre par le commissaire à la famille, les représentants des mouvements familiaux sont néanmoins contraints d’accepter les modalités fixées par les pouvoirs publics, pour l’application de la loi Gounot. Ils font acte d’allégeance à Philippe Renaudin lors de la réunion, tenue en sa présence, du Centre national et des centres départementaux le 12 mars 194438. « Vous trouverez ici – non seulement ici mais dans tous les milieux familiaux – un désir ardent de voir s’imposer cette charte de la Famille39 » lance au commissaire de la famille, le président du Centre national de coordination des activités familiales, le docteur Monsaingeon. En acceptant les conditions posées par Vichy, les familiaux entérinent bien un recul du mouvement familial privé, avant sa disparition progressive. Il s’agit cependant d’un assujettissement de façade, certains familiaux préparant déjà en sous-main d’autres pistes pour l’avenir du mouvement familial après la Libération.

Une mise en œuvre restée à ses prémices

26L’installation des associations semi-publiques nécessite en amont une conséquente préparation assurée par les délégués régionaux à la famille. Cependant peu de constitutions effectives verront le jour.

Une importante préparation des pouvoirs publics en amont

  • 40 Décret du 3 décembre 1943.
  • 41 Rapport du préfet de Côte-d’Or, 5 avril 1944. AD Côte-d’Or, W21368.
  • 42 Georges Hourdin secrétaire général du centre national de coordination des activités familiales, co (...)

27Durant l’année 1943, avant même la parution du décret d’application40, les délégués régionaux à la famille sont chargés par le Commissariat général de rechercher et de grouper dans chaque commune ou canton les éléments susceptibles de former et d’animer les futures associations. Ils doivent absolument éviter de provoquer une concurrence entre les nouveaux groupements. Différents procédés sont expérimentés. En Côte-d’Or, le délégué crée à Dijon un « comité départemental provisoire de mise en œuvre de la loi Gounot41 » dont la composition représente les différents milieux sociaux et les catégories de chefs de famille – chefs de familles nombreuses, de jeunes familles, femmes de prisonniers et de travailleurs en Allemagne chargées de famille. Dans certains départements comme en Dordogne un chargé de mission est spécialement nommé pour la prospection en vue de la mise en place de ces nouvelles associations. Mais des tensions apparaissent parfois avec les centres départementaux de coordination, ces derniers se plaignant « des initiatives et de l’activité de leurs délégués régionaux en la matière42 ». Certains délégués régionaux forts des directives confidentielles de Philippe Renaudin et par excès de zèle étatique ont ainsi pu aller jusqu’à la complète mise à l’écart des structures associatives existantes.

  • 43 Circulaire du 10 novembre 1943. AD Rhône, 3829W13.
  • 44 Rapport du préfet de Côte-d’Or, 5 avril 1944. AD Côte-d’Or, W21368.

28Le choix des critères déterminant la circonscription des associations Gounot se trouve au cœur des discussions. Si la décision à l’échelon local revient une nouvelle fois aux délégués régionaux à la famille, les circonscriptions qui en résultent sont jugées insuffisamment rationnelles aux yeux de l’administration centrale. Le Commissariat à la famille reproche à ses fonctionnaires des choix selon « des considérations morales, techniques, économiques43 » au détriment du strict respect du découpage administratif. Mais pour beaucoup de délégués l’adaptation aux réalités locales doit primer. Celui de Dijon repousse ainsi au nom de ce principe le niveau cantonal au profit de la circonscription intercommunale. Celle-ci paraît en effet « le mieux répondre aux nécessités géographiques, aux courants de vie et aux possibilités de trouver des cadres, de même qu’à la nécessité de créer des associations qui soient en même temps très proches des intéressés et suffisamment fortes pour avoir une vie autonome et jouer réellement le rôle que leur confère la loi44 ».

  • 45 La circulaire du Commissariat général à la famille du 11 avril 1944 par exemple « précise que les (...)
  • 46 Lettre du 19 mai 1944. AD Rhône, 3829W13.

29La présence de la ligne de démarcation, maintenue comme frontière administrative, pose également des problèmes cruciaux dans la délimitation de la circonscription de certaines associations Gounot, donnant lieu à de vifs débats entre les délégués régionaux à la famille des espaces concernés. C’est le cas notamment entre le délégué régional à la famille de Dijon et celui de Lyon pour les associations des départements du Jura et de la Saône-et-Loire partagés entre les deux délégations – la zone Nord dépendant du premier, la zone Sud du second. Les échanges épistolaires montrent les difficultés à délimiter la circonscription de chaque association cantonale ou intercommunale limitrophe et à définir leur rattachement administratif à l’une ou l’autre délégation. Les approches des deux délégués régionaux à la famille, qui divergent notamment sur les critères du découpage, révèlent la complexité de l’interprétation des circulaires du Commissariat et de leur application aux réalités du terrain45. La question de la prise en compte de la ligne de démarcation comme facteur déterminant de délimitation est en particulier au cœur des discussions46. Plusieurs mois sont ainsi nécessaires pour qu’un commun accord, fixant les délimitations définitives, soit trouvé entre les fonctionnaires du Commissariat général à la famille.

Micro-analyse d’une association Gounot en constitution. Le cas de l’association cantonale de Lons-le-Saunier

  • 47 Cette solution permet de disposer d’un nombre conséquent d’adhérents dès la création mais elle obl (...)
  • 48 Cf. Christophe Capuano, « Un « corps familial » en constitution : la loi Gounot sur les associatio (...)

30Très peu d’associations semi-publiques sont effectivement mises en place sous le régime de Vichy. Les réalisations se déroulent essentiellement durant les huit premiers mois de l’année 1944, les événements de la Libération bouleversant ensuite le calendrier. Deux sortes d’associations de familles voient le jour : des créations d’associations ad hoc ou des transformations d’associations familiales existantes. La première formule est la plus répandue même si dans certains départements, des centres de coordination choisissent de modifier les statuts d’une association de portée générale, comme dans le Territoire de Belfort avec l’Association familiale départementale47. La micro-analyse des modalités de constitution de ces associations nous permet d’éclairer leurs enjeux initiaux et la recomposition des forces familiales qu’elles peuvent entraîner à l’échelon local. Le cas de l’association cantonale de Lons-le-Saunier apparaît de ce point de vue particulièrement représentatif48.

  • 49 Lettre du président du centre de coordination départemental du Jura au préfet, rapport d’activités (...)

31Dès la parution du décret d’application, tout commence par une campagne d’information et de propagande menée par le centre départemental de coordination dans les principales villes du département. Au tout début de l’année 1944, des réunions sont ainsi organisées dans les mairies de Saint-Claude, Lons-le-Saunier et Saint-Amour. Elles sont l’occasion de débats animés entre les familialistes locaux. Si le rôle de ces futures associations de familles a dû être au centre des échanges, la concurrence nouvelle créée au sein du champ familial local entre organismes semi-publics et organismes privés a sûrement provoqué également de vives discussions. Le président du centre de coordination du Jura estime ainsi que « le très grand mérite de ces réunions fut d’assurer la confrontation et la jonction des différents points de vue de familiaux appartenant à toutes tendances49 ».

  • 50 Dans le cadre de la délégation régionale de Lyon, les premiers comités directeurs à être élus se t (...)
  • 51 Session de formation des cadres familiaux du 23 au 27 février 1944, rapport du délégué régional à (...)

32Dans le même temps, les présidents de centres départementaux de coordination sont réunis par le délégué régional à la famille pour arrêter un calendrier commun des différentes étapes devant mener à l’élaboration des associations semi-publiques. Georges de la Grandière, le délégué de Lyon, en profite pour rappeler aux militants familialistes les objectifs et les enjeux du projet : agir vite et séduire le plus grand nombre de familles, insistant « à la fois [sur] l’utilité d’un démarrage rapide des associations et l’intérêt qu’y portent, non seulement certains mouvements familiaux existant actuellement, mais le public en général50 ». La délégation régionale à la famille organise également au mois de février des sessions de formation départementale pour les agents privés et publics. Elles sont destinées à préparer les responsables familiaux locaux et les délégués départementaux à la famille aux conditions d’application de la loi Gounot et aux attributions des associations semi-publiques51.

  • 52 Sont candidats des représentants de la Fédération des familles du Jura, du MPF et de la Famille du (...)

33Après la tenue de réunions préparatoires, la création effective des associations semi-publiques a lieu lors des assemblées constitutives. Celles-ci réunissent, aux côtés des chefs de famille, les autorités municipales et le délégué régional adjoint de Lyon. Après lecture des statuts de l’association semi-publique, il est procédé à l’élection des dix-huit membres du comité directeur. Chaque participant doit verser une cotisation de vingt francs, avec réduction pour les membres d’associations existantes, afin de pouvoir voter. La liste des candidats – certains sont des militants familiaux déjà membres d’associations familiales existantes52 – a été publiée par la presse départementale et régionale et des bulletins de vote ont été imprimés à leur nom, les chefs de famille électeurs ayant toutefois la possibilité de faire des modifications. Tous les candidats doivent être pères de famille. Un candidat sans enfant est ainsi écarté au dernier moment et remplacé sur le champ par un père de famille nombreuse. Sur 160 inscrits, 109 chefs de famille participent au vote familial à bulletin secret exprimant 538 suffrages.

  • 53 14 élus sur 18 ont au moins 4 enfants. Ils se répartissent comme suit : 16,6 % des élus ont 4 enfa (...)
  • 54 La seule femme candidate est quant à elle uniquement présentée comme épouse de prisonnier de guerr (...)
  • 55 Nous trouvons indiquer deux exploitants et un vigneron.
  • 56 Selon Simon Ligier, l’aumônier diocésain du MPF du Jura, c’est le seul « grand mouvement familial (...)
  • 57 Paul Fretel illustre bien la place de ce nouveau type de militant populaire dans ce champ familial (...)
  • 58 La section MPF de Lons-le-Saunier a organisé des distributions de colis de parrainage aux familles (...)
  • 59 Dès l’été 1944, l’association cantonale met en place un secrétariat départemental, soutien techniq (...)
  • 60 Selon Georges Desmottes, plusieurs des premières associations Gounot auraient toutefois été compos (...)
  • 61 Cette hypothèse nécessiterait cependant d’être confirmée par l’analyse d’autres exemples locaux.

34Quelle est la composition du premier comité directeur de cette association cantonale de familles de Lons-le-Saunier ? Il ressort tout d’abord une surreprésentation des chefs de famille nombreuse : chaque élu a en moyenne plus de 4 enfants (4,8 enfants en moyenne) et les chefs de famille nombreuse représentent 77 % des élus53. C’est un comité quasi exclusivement masculin, une seule femme est élue, en qualité d’épouse de prisonnier de guerre. Cette répartition correspond à l’idéal type voulu par le Commissariat à la famille : la suprématie des pères de famille nombreuse et la représentation de la figure féminine héroïsée du régime de Vichy, l’épouse de prisonnier de guerre. Elle révèle encore combien les pères de famille nombreuse restent les principaux militants familialistes locaux et les premiers à être intéressés par les réformes institutionnelles en cours. La composition professionnelle de ce comité directeur semble quant à elle assez bien refléter la structure socioprofessionnelle du canton de Lons-le-Saunier. Celui-ci se compose de la petite ville de Lons, orientée vers le commerce et l’industrie agroalimentaire, et d’un territoire rural essentiellement viticole. Pour les 15 élus dont la profession est connue54, les activités de l’espace urbain sont prédominantes – 80 % – sans être exclusives55. Il s’agit d’un groupe relativement homogène à situer dans les premiers échelons de la classe moyenne. On trouve certes parmi eux un industriel et un enseignant, mais les plus nombreux sont les petits employés (46,6 %) devant les petits commerçants (20 %). Or, il semblerait que les petits employés sont le pôle central du nouveau champ associatif local. Cela marquerait alors le développement d’un nouveau type de militant familial, plus proche du milieu populaire. Il s’agit surtout de militants du Mouvement populaire des familles56 ; ce mouvement a en effet présenté plusieurs candidats au comité provisoire de l’association cantonale, dont le président de la section MPF de Lons-le-Saunier, Paul Fretel57. Or lors de ces élections, le MPF est plébiscité par une large partie de l’électorat des chefs de famille : tous ses candidats sont élus, Paul Fretel obtenant même le plus grand nombre de voix (avec 538 voix, le maximum possible, il est élu au 1er rang) devançant largement le président du centre départemental de coordination André Jacquet (avec 516 voix, il n’est élu qu’au 6e rang). Ce succès paraît résulter de l’étendue et de la portée des actions menées par le MPF58, de sa capacité à mobiliser des familles de milieu populaire et à répondre à leurs attentes. Ces élections consacrent ainsi la domination par les militants du MPF du comité de l’association cantonale de familles de Lons-le-Saunier, révélant leur prédominance sur le champ associatif local, et notamment sur les associations familiales traditionnelles de familles nombreuses. C’est le visage du champ associatif local qui sera celui de l’immédiat après-guerre59. Mais ces premières élections montrent également les limites au projet « révolutionnaire » du Commissariat général à la famille : loin d’être formé d’hommes nouveaux, militants de la Révolution nationale et soutiens de l’État vichyste, le premier Comité est composé d’acteurs du champ familial existant. Cette entrée significative des familiaux du Mouvement populaire des familles60 révélerait plutôt la stratégie du MPF. Devant l’impossibilité d’assurer une représentation en tant que telle des familles ouvrières dans les associations Gounot, il s’agirait de noyauter les associations semi-publiques par les militants MPF61.

  • 62 Rapport du délégué régional à la famille de Lyon portant sur le deuxième semestre 1944, 31 décembr (...)

35À l’été 1944, les associations Gounot ont été créées essentiellement aux niveaux cantonal et communal. À la Libération n’existent en effet que trois unions départementales (Loiret, Seine et Seine-et-Oise). En outre, le délégué régional à la famille de Lyon note à la fin de l’année 1944 que très peu de ces associations semi-publiques « sont en état de fonctionner et le sort même de ces associations demeure incertain ainsi que l’organisme qui sera chargé ultérieurement de représenter les familles auprès des pouvoirs publics62 ». Le champ familial nouveau, tel que voulu par le Commissariat général à la famille – constitué d’organismes semi-officiels localement puissants, intégrés à la sphère publique et placés sous le contrôle étroit des délégués régionaux à la famille – reste donc largement à l’état de projet.

36Alors que l’élaboration et l’adoption de la loi Gounot (29 décembre 1942) avaient constitué un but commun aux organisations publiques et privées de la sphère familiale, son interprétation entraîne au contraire d’importantes divergences entre le champ associatif et l’État. Celles-ci aboutissent pour la première fois à de nettes tensions avec l’administration familiale. Tout au long de l’année 1943 cependant, le Commissariat général à la famille ne dévoile pas ses plans : la latitude d’action laissée aux organisations privées devient alors une ruse politique de l’administration de la famille pour mieux les manipuler et aspirer leurs adhérents – avant de les pousser à disparaître progressivement avec la mise en œuvre effective des associations semi-publiques. Mais dès l’adoption du décret d’application de la loi Gounot, le 3 décembre 1943, les désaccords apparaissent au grand jour, les consignes envoyées par Georges Pernot et Emmanuel Gounot à leurs militants répondant davantage à des logiques familialistes qu’aux attentes de l’État français. Pour imposer ses vues, Philippe Renaudin inaugure alors des relations beaucoup plus dirigistes avec le mouvement familial. Cette radicalisation de la position du Commissariat à la famille s’inscrit dans le contexte des tentatives étatiques d’accentuation et de renforcement de la mainmise sur la société, alors que l’opinion publique s’est largement détachée de Vichy. Cependant la volonté du commissaire général à la famille d’utiliser ces institutions comme un nouveau mode d’encadrement social (associations de masse encadrées par l’État et composées de nouveaux militants) avec une fonction propagandiste essentielle apparaît bien tardive en 1944, le régime étant d’ores et déjà condamné. Cette conception de la loi Gounot et des associations à créer révèle surtout la stratégie à la fois bureaucratique et politique du Commissariat général. Celui-ci semble certain de pouvoir la mener jusqu’au bout, hors d’atteinte des évolutions politiques. La dimension familialiste qui avait pu caractériser la politique menée durant les deux premières années du régime – en favorisant les intérêts des associations familiales privées – disparaît alors en grande partie derrière une approche beaucoup plus étatiste.

  • 63 L’historiographie récente a bien montré qu’il n’y avait pas une différence de nature entre le régi (...)

37Les familiaux qui avaient adopté les termes du Mémorandum du 26 décembre 1940 ont pu quant à eux être surpris et choqués par la position du Commissariat général à la famille lors de la mise en œuvre de la loi Gounot. Pourtant en s’accommodant dès l’origine des principes autoritaires du régime de Vichy, ils prenaient le risque de fonctionner avec un État pour qui le familial était avant tout un instrument politique. Ils s’exposaient du coup à un interventionnisme étatique croissant dans le champ familial et à une mise sous contrôle de leurs organisations63. Face à ce plan étatique, les familiaux ne restent cependant pas passifs : tout en manifestant ouvertement leur opposition, plusieurs d’entre eux cherchent du côté de la Résistance des solutions assurant l’avenir de leur mouvement dans l’après-guerre.

Notes

1 Cette loi a pour rapporteur Emmanuel Gounot. Juriste et catholique, il est président de la Ligue des familles nombreuses de Lyon et du Rhône. Il place son travail dans la continuité du projet de Monsaingeon.

2 « Les mouvements familiaux et le circuit de confiance », rapport de Georges Pernot pour le Conseil national (date : mars 1942 ?). AN, 2AG 497.

3 Loi du 29 décembre 1942 et règlement d’administration publique du 3 décembre 1943.

4 Lettre de Philippe Renaudin à Georges Pernot, le 25 janvier 1944. AD Rhône, 3829W13.

5 « Projet de loi portant création de l’Union nationale des foyers de France (bureau Législation). » Projet du bureau législation de la Direction de la famille, envoyé en juillet 1941 au Commandant Sautriau, représentant le chef de l’État auprès du Comité consultatif de la famille française. AN, 2AG605.

6 « Loi Gounot sur les associations familiales », délégation régionale à la famille de Lyon, s. d., AD Rhône, 3829W13.

7 Ravitaillement, entraide, service social et hygiène mais aussi lutte contre les ennemis de la famille et animation des Maisons de la famille. Circulaire du Commissariat général à la famille, le 2 mars 1944. AD Rhône, 3829W13.

8 L’État veut éviter également que les municipalités se déchargent sur les associations familiales de services publics qui leur incombent.

9 Ibid.

10 Circulaire du Commissariat général à la famille, le 2 mars 1944. AD Rhône, 3829W13.

11 Discours de Philippe Renaudin, compte rendu de l’assemblée interdépartementale du Centre national tenue à Paris le 12 mars 1944. AD Rhône, 3829W13.

12 « Loi Gounot sur les associations familiales », brochure de la délégation régionale à la famille de Lyon, s. d. AD Rhône, 3829W13.

13 Ibid.

14 On retrouve des arguments utilisés notamment par les natalistes dans l’entre-deux-guerres. À la fin des années 1930, les populations étrangères installées sur le territoire représentent, avec les naturalisés, entre 3 et 3,5 millions de personnes, soit environ 8 à 9 % de la population française (si l’on ajoute les enfants des naturalisés, cela représente 10 %). Ces apports d’étrangers, précieux pour la situation démographique du pays, sont en recul durant les années trente mais ils nourrissent un fort sentiment xénophobe dans la société républicaine. Sous Vichy, la position défendue par le Conseil supérieur de la famille française est très clairement xénophobe, comme le montre son rapport du 4 janvier 1944. « […] Peut-on, […], conseiller comme moyen de résoudre la crise de population que traverse la France, l’appel à la main-d’œuvre étrangère ? Certainement non. La douceur de notre climat, la fertilité de notre sol, la variété et la mesure de nos paysages pourront, peut-être d’ici un siècle marquer les communautés étrangères qui vivent en France et leur imposer la pratique de certaines des vertus qui ont rendu et qui rendent encore aimable et inventive la communauté française. Ce nouvel amalgame de population fixé sur notre sol renouvellerait peut-être le fil interrompu de notre histoire. La France, malgré tout, ne serait plus la France. » « Rapport sur la politique familiale et la tâche du Conseil supérieur de la famille », 4 janvier 1944, p. 19. AN, 2AG 605.

15 « Loi Gounot sur les associations familiales », brochure de la délégation régionale à la famille de Lyon, s. d. AD Rhône, 3829W13.

16 Philippe Renaudin fixe les étapes de cette constitution dans le Bulletin de Liaison du Commissariat général à la famille. Bulletin de Liaison, no 9, 15 mars 1943, p. 1-6. AN, 2AG 497.

17 Article huit de la loi Gounot.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid. Cf. Francine Muel-Dreyfus, op. cit., p. 219.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 La somme allouée s’élève à 13 000 F pour les associations communales et cantonales, 200 000 F pour les unions départementales et régionales et 2 500 000 F pour la fédération nationale (Arrêté du 23 décembre 1943).

29 Arrêté du 9 décembre 1943.

30 Réunion du 19 décembre 1943 à la Maison de la famille, 28, place Saint-Georges.

31 Il s’agit de la reproduction de deux lettres écrites par Philippe Renaudin et diffusées par les services du Commissariat à tous les délégués régionaux le 14 février 1944. La première lettre a été envoyée le 25 janvier 1944 à Georges Pernot, président de la Fédération nationale des associations de familles nombreuses ; la seconde a été adressée le 9 février au docteur Monsaingeon, président du Centre national de coordination des mouvements familiaux (il est également désigné en 1944 comme Centre national de coordination des activités familiales). Nous avons trouvé ces archives dans les fonds de la délégation régionale à la famille de Lyon (archives départementales du Rhône) sous la cote 3829W13 qui regroupe toutes les sources ayant trait à la loi Gounot et à son application.

32 Ibid.

33 Lettre de Philippe Renaudin au docteur Monsaingeon, le 9 février 1944. AD Rhône, 3829W13.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Selon le Conseil supérieur de la famille, le nombre d’adhérents aux associations familiales aurait doublé durant la période de Vichy. « Rapport sur la politique familiale et la tâche du Conseil supérieur de la famille », 4 janvier 1944. AN, 2AG 605.

37 Ibid.

38 Centre national de coordination des activités familiales, compte-rendu de l’assemblée interdépartementale du centre national tenue à Paris le 12 mars 1944. AD Rhône, 3829W13.

39 Ibid.

40 Décret du 3 décembre 1943.

41 Rapport du préfet de Côte-d’Or, 5 avril 1944. AD Côte-d’Or, W21368.

42 Georges Hourdin secrétaire général du centre national de coordination des activités familiales, compte-rendu de l’assemblée interdépartementale du centre national tenue à Paris le 12 mars 1944. AD Rhône, 3829W13.

43 Circulaire du 10 novembre 1943. AD Rhône, 3829W13.

44 Rapport du préfet de Côte-d’Or, 5 avril 1944. AD Côte-d’Or, W21368.

45 La circulaire du Commissariat général à la famille du 11 avril 1944 par exemple « précise que les associations dont la circonscription est coupée par la ligne de démarcation doivent être rattachées « in globo » à la délégation régionale dans le ressort de laquelle se trouve le siège de l’association ». AD Rhône, 3829W13.

46 Lettre du 19 mai 1944. AD Rhône, 3829W13.

47 Cette solution permet de disposer d’un nombre conséquent d’adhérents dès la création mais elle oblige au remplacement des statuts et l’organisation d’élections entraînant éventuellement la mise en place d’un nouveau comité directeur.

48 Cf. Christophe Capuano, « Un « corps familial » en constitution : la loi Gounot sur les associations de familles (29 décembre 1942). Enjeux, objectifs et modalités de mise en œuvre », in Michel Chauvière (éd.), Les mouvements familiaux et leur institution en France. Anthologie historique et sociale, Cahier d’histoire de la Sécurité sociale, no 3, 2006, p. 141-146.

49 Lettre du président du centre de coordination départemental du Jura au préfet, rapport d’activités pour l’année 1944, 18 novembre 1944. AD Jura 400W244.

50 Dans le cadre de la délégation régionale de Lyon, les premiers comités directeurs à être élus se trouvent à Lons-le-Saunier, Annecy et Valence. Informations familiales, Bulletin de liaison de la délégation régionale de Lyon du commissariat général à la famille, no 1, le 20 mars 1944. AD Jura 74W7.

51 Session de formation des cadres familiaux du 23 au 27 février 1944, rapport du délégué régional à la famille de Lyon, le 4 mars 1944. AD Rhône 3829W13.

52 Sont candidats des représentants de la Fédération des familles du Jura, du MPF et de la Famille du cheminot.

53 14 élus sur 18 ont au moins 4 enfants. Ils se répartissent comme suit : 16,6 % des élus ont 4 enfants, 22,2 % en ont 5, 16,6 % en ont 7 et 5,5 % en ont 11.

54 La seule femme candidate est quant à elle uniquement présentée comme épouse de prisonnier de guerre.

55 Nous trouvons indiquer deux exploitants et un vigneron.

56 Selon Simon Ligier, l’aumônier diocésain du MPF du Jura, c’est le seul « grand mouvement familial catholique à se présenter à ces élections ». Lettre du 15 juin 1944. Arch. de l’évêché de Saint-Claude, 4k2.

57 Paul Fretel illustre bien la place de ce nouveau type de militant populaire dans ce champ familial local. Il occupe, outre son poste de président de section MPF, les fonctions d’adjoint familial du délégué du Secours national et de secrétaire du centre départemental de coordination et d’action des mouvements familiaux.

58 La section MPF de Lons-le-Saunier a organisé des distributions de colis de parrainage aux familles ouvrières et des ventes de produits à moindre coût. Ces actions ont rendu ce mouvement très populaire et lui ont permis de multiplier les adhésions (250 adhérents à Lons-le-Saunier en 1944).

59 Dès l’été 1944, l’association cantonale met en place un secrétariat départemental, soutien technique visant à aider les familles à remplir leurs formalités administratives.

60 Selon Georges Desmottes, plusieurs des premières associations Gounot auraient toutefois été composées en partie d’un personnel neuf. Georges Desmottes, « L’histoire d’une ordonnance ou la naissance du corps familial », in Réalités familiales, UNAF, numéro hors série, 1955, cité dans Michel Chauvière (éd.), Les mouvements familiaux et leur institution en France. Anthologie historique et sociale, op. cit., p. 149-150.

61 Cette hypothèse nécessiterait cependant d’être confirmée par l’analyse d’autres exemples locaux.

62 Rapport du délégué régional à la famille de Lyon portant sur le deuxième semestre 1944, 31 décembre 1944. AD Rhône, 3829W5.

63 L’historiographie récente a bien montré qu’il n’y avait pas une différence de nature entre le régime des premiers mois et celui de 1944 mais une différence de degré en matière d’étatisme, de dirigisme, de collaboration et de répression. Cf. Denis Peschanski, « Vichy un et pluriel », in Sarah Fishman, Laura Lee Downs et alii (éd.), la France sous Vichy. Autour de Robert Paxton, éditions Complexe, 2004, p. 121-137.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search