Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vichy et la famille

 | 
Christophe Capuano

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cf. également l’allocution de Pétain du 9 octobre 1940.
  • 2 Discours de Pétain du 9 juillet 1941 à la commission du conseil national relative à la réforme con (...)
  • 3 Yves Mény et Jean-Claude Theonig, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989.
  • 4 Ces questions ne sont pas tranchées. Cf. débats présentés dans Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot, (...)

1Travail, Famille, Patrie. Assimiler la famille à Vichy semble être une évidence tant le régime du maréchal Pétain a fait d’elle l’un de ses mots d’ordre, jusqu’à lui offrir une place de choix dans sa devise de substitution. En juillet 1940, le gouvernement de Vichy n’a-t-il pas annoncé sa volonté de prendre en charge massivement ce secteur pour conduire une politique de relèvement de la natalité et de redressement moral1 ? Pétain n’a-t-il pas affirmé que la famille devait occuper une place centrale dans le projet organiciste et corporatiste du régime pour la mise en place d’un nouvel ordre social et politique2 ? La politique de la famille entreprise sous Vichy a donc été présentée par ses acteurs mêmes comme une politique publique d’une ampleur inégalée, comme semble d’ailleurs le confirmer une série d’indicateurs : présence de la famille dans les discours, la propagande et les fêtes du régime – en particulier la fête des mères –, abondance de littérature et de projets politiques particulièrement ambitieux, créations institutionnelles à affichage familial mais aussi mesures particulièrement emblématiques comme l’adoption de lois interdisant l’embauche des femmes dans la fonction publique, restreignant le divorce ou créant des associations familiales semi-publiques. Pourtant, considérer cette politique publique comme un donné de recherche pour l’historien pose problème : d’une part cette conception enferme le chercheur dans les catégories construites par les décideurs de l’époque – son analyse est alors particulièrement marquée par l’affichage officiel, tant institutionnel qu’idéologique, et les objectifs annoncés ; d’autre part elle tend à considérer cet objet comme s’imposant de lui-même, par sa propre « consistance », sans s’interroger sur la nature de cette politique publique, sur sa genèse et ses spécificités. Or les politistes ont bien montré que cet objet n’allait pas de soi. Si la politique publique est généralement présentée comme « un programme d’action gouvernementale dans un secteur de la société ou un espace géographique3 », son identification comme sa définition sont encore au centre d’importants débats4. Les politistes ont surtout insisté sur la nécessité d’envisager la politique publique comme un construit – et non comme un donné – de recherche étudié grâce aux outils d’analyse créés par le chercheur. Ce renversement d’approche ouvre de nouvelles perspectives à l’historien : Il fait tomber d’elle-même l’idée selon laquelle il existerait a priori une politique publique dès lors qu’une politique de la famille est entreprise. Mais il permet du même coup de poser la question de l’existence d’une telle politique publique et de ses caractéristiques. En d’autres termes, quelle politique publique, la politique de la famille sous Vichy construit-elle ?

  • 5 Aline Coutrot, « La politique familiale », in René Rémond (éd.), Le gouvernement de Vichy, 1940-19 (...)
  • 6 Ibid., p. 262-263.
  • 7 Cf. Antoine Prost, « L’évolution de la politique familiale en France de 1938 à 1981 », Le Mouvemen (...)
  • 8 Cf. Michèle Cointet-Labrousse, « Le gouvernement de Vichy et les familles », Informations sociales (...)
  • 9 Cf. Michèle Bordeaux, La victoire de la famille dans la France défaite, Paris, Flammarion, 2002, p (...)
  • 10 Miranda Pollard, Reign of Virtue. Mobilizing gender in Vichy France, Chicago and London, The Unive (...)
  • 11 Ainsi pour l’Église, le temps de la Révolution nationale est perçu comme un moment de reconquête c (...)
  • 12 Paul-André Rosental, L’intelligence démographique. Sciences et politiques des populations en Franc (...)
  • 13 Marc Boninchi, Vichy et l’ordre moral, Paris, PUF, 2005.
  • 14 Ibid., p. 64 et 69.

2Jusqu’aux années 2000, les historiens ont analysé la politique de la famille à travers ses institutions, ses projets et ses discours. Par cette approche, l’historiographie s’est trouvée largement et durablement piégée par la propagande de Vichy. Ainsi Aline Coutrot, dans le premier article consacré à la politique familiale de l’État français, estime que cette politique doit « être étudiée pour elle-même » afin de saisir à travers elle « le poids des intentions et celui des contraintes résultant de la dureté des temps5 ». L’auteur s’attache surtout à distinguer l’idéologie organiciste de la Révolution nationale se référant à la famille – qui marque selon elle une « discontinuité » avec celle en cours sous la Troisième République –, de l’action du Commissariat général à la famille6. Elle s’appuie pour cela sur les propres discours de l’administration familiale sans remettre en cause l’image que les acteurs ont voulu se donner d’eux-mêmes. Elle en conclut alors que le Commissariat général à la famille s’est contenté de prendre des mesures en faveur de la famille en paraissant le moins « politisé » possible. Dans les années 1980 et 1990, les publications sur l’histoire de la politique familiale7 ou sur la politique de Vichy8 continuent de s’inscrire dans ce courant en appréhendant l’action publique de Vichy à travers ses velléités, souvent pour dénoncer ses ambitions moralisatrices, sans s’intéresser à la réalité et à l’efficacité des mesures effectivement mises en place. Marqués par la propagande, ces travaux vont insister sur les dynamiques étatiques de Vichy. Ils tendent à surévaluer le rôle d’un État, étudié de manière globale et « par le haut » ainsi que les effets de sa politique – présentant la Famille comme l’un des rares domaines d’action où Vichy ait pu mener une politique efficace. Même lorsque ces recherches tentent de prouver que le Commissariat général à la famille participe à l’entreprise réputée fasciste du régime, elles reposent en fait sur l’analyse des projets et de l’idéologie officiels9. Du coup, l’appareil d’État vichyste apparaît comme tout puissant : les mesures envisagées se confondraient avec leurs pratiques concrètes. Cela suppose un État conçu sans tiraillements internes, disposant d’une pleine souveraineté – hors d’atteinte des contraintes imposées par l’Occupant – et agissant directement sur la société. Face à ces approches institutionnelles de la politique de Vichy, les travaux de Miranda Pollard et de Francine Muel-Dreyfus explorent pour la première fois l’épaisseur du social10. Ces historiennes insistent sur la centralité de la notion de genre dans le programme de l’État français, fondé sur une politique d’appropriation et de revendication des différences sexuelles. Elles montrent comment le projet de Vichy utilise la rhétorique familiale et une politique de la famille pour promouvoir un anti-féminisme radical, qui doit se traduire par l’inégalité naturelle entre hommes et femmes et la réduction de ces dernières à des citoyennes inférieures. L’apport du travail de sociologie historique de Francine Muel-Dreyfus, focalisé surtout sur les deux premières années du régime, est de montrer combien des institutions ecclésiastique, scolaire et médicale participent, aux côtés des associations familiales, à cette entreprise publique de sujétion féminine en devançant et en soutenant le discours de la Révolution nationale pour en renforcer la pénétration au sein de la société. Quant à Miranda Pollard, elle insiste sur les freins à la politique vichyste de restriction de l’accès des femmes au travail et au contrôle de leur sexualité. L’auteur montre bien ainsi que si le programme de Vichy en matière de gender le rapproche de ceux de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste, en revanche les moyens de coercition de l’État français pour appliquer sa politique ne peuvent être assimilés à ceux des régimes totalitaires. En élargissant leur étude au phénomène d’imposition sous Vichy d’une identité féminine spécifique, ces auteurs posent ainsi pour la première fois la question des moyens d’action effectifs de l’État français et de la contribution d’institutions privées – qui poursuivent leurs intérêts propres11 – à cette politique publique d’imposition des « mœurs » et de transformations sociales. Plus récemment deux ouvrages ont marqué une nouvelle inflexion historiographique en entrant dans l’entrelacs des relations interministérielles. Dans son étude sur les politiques de population, Paul-André Rosental a ainsi bien montré combien la politique de la famille de Vichy avait manqué de moyens en raison de l’hostilité du ministère des Finances, en particulier sous Yves Bouthilier du 13 juillet 1940 au 17 avril 1942, alors que l’heure est encore à la mise en œuvre de la Révolution nationale12. L’administration de la famille se contente alors de deux tranches de la Loterie nationale ! Cela signifie d’une part que cette politique familiale, contrairement aux messages officiels, ne mobilise pas l’ensemble du gouvernement – loin de là – ; cela suppose d’autre part d’importantes tensions au sein même de l’appareil étatique entre les différents départements ministériels aux logiques d’action parfois contradictoires. Un nouvel apport est venu de l’ouvrage de Marc Boninchi13. Celui-ci a prouvé que même en matière d’ordre moral, loin des enjeux financiers, rares sont les mesures adoptées. Cela contraste avec les discours particulièrement radicaux du régime. Le peu d’intérêt de Pétain et du gouvernement pour cette question, l’indifférence de Laval, mais aussi l’opposition du ministère de la Justice à certaines propositions clefs – comme la fermeture des maisons closes – expliquent ces maigres résultats14. Inscrite dans cette relecture en cours, notre démarche doit continuer à mettre à jour les faux-semblants de cette politique de la famille par la déconstruction de l’image officielle du régime. L’enjeu est surtout d’aborder cette politique de manière globale : l’éclairer dans ses différentes dimensions pour s’interroger sur la nature même de la politique publique entreprise par Vichy dans ce domaine. Que nous apprennent ces modalités d’action sur la construction d’une politique publique de la famille ?

  • 15 Pierre Muller, Les Politiques publiques, op. cit., p. 61.

3Cette problématique générale recouvre une série de questions. La première porte sur la genèse de cette politique. Il s’agit de comprendre le processus par lequel la famille est devenue l’objet d’une politique publique. En effet, la famille est déjà présente dans les cartons de l’action publique sous la République mais elle ne sera pas au centre d’un programme spécifique avant Vichy. Or si l’on suit l’approche cognitive de Pierre Muller, l’élaboration d’une politique publique « consiste d’abord à construire une représentation, une image de la réalité sur laquelle on veut intervenir15 » ; cette vision constituera le référentiel d’une politique. C’est en référence à cette image cognitive que les acteurs vont percevoir un problème politique et élaborer des propositions d’action. Comment une image publique recevable de la famille comme objet politique, a-t-elle été constituée sous Vichy ? Par qui a-t-elle été portée ? Quelles normes et quelles valeurs véhicule-t-elle ? Nous nous interrogerons en particulier sur la définition juridique de cette famille : « légitime » ou naturelle, française ou étrangère, couple avec un, deux ou trois enfants minimum. Le public-cible, tant dans les discours que dans les faits, doit également être pris en compte : quel modèle familial – les familles « restreintes » ou les familles nombreuses – privilégie-t-on pour assurer la croissance démographique ?

  • 16 Pour répondre à cette question, nous nous appuierons notamment sur l’ouvrage collectif sous la dir (...)
  • 17 Au ministère du Travail, s’ajoutent le ministère des Finances chargé de donner ou non son accord s (...)
  • 18 Tuberculose, taudis et problèmes de logement, alcoolisme, avortement, prostitution, maladies vénér (...)
  • 19 Les premières mesures de protection maternelle sont prises avec les lois du 24 novembre 1909 (cong (...)
  • 20 Le référentiel d’action publique est alors la population et non la famille.

4Cette constitution de la famille comme référentiel d’action publique pose également la question de son insertion tardive dans les politiques publiques à finalité sociale qui se développent en France depuis le début du XXe siècle. Comment la politique de la famille construit-elle son champ d’intervention face à ces autres domaines d’action publique (protection sociale, action sociale, santé, assistance, population) ? Quelle nouvelle forme de régulation de la société propose-t-elle ? Ainsi la décision de généraliser les allocations familiales à tous les salariés du commerce et de l’industrie par la loi du 11 mars 1932 s’est-elle davantage inscrite dans une logique de justice sociale et de protection sociale que dans une politique familiale. Réservées aux bénéficiaires d’une activité professionnelle, ces allocations – distribuées par des caisses de compensation – sont ainsi rattachées au ministère du Travail. Or quelle place la famille comme référentiel va-t-elle prendre dans ce système sous Vichy ? L’évolution du montant des prestations et des catégories de bénéficiaires s’insère-t-elle dans un processus long de construction de l’État Providence ou répond-elle à un programme d’action politique de la famille16 ? De quelle marge de manœuvre l’administration en charge des questions familiales peut-elle disposer dans un champ d’action si disputé17 ? Les rapports entre l’action familiale et l’action sociale doivent également être analysés. Jusqu’en 1940 en effet, la première est englobée dans la seconde en plein développement. Le service social en particulier occupe une place grandissante dans la France de l’entre-deux-guerres avec de nombreuses créations par des structures publiques, parapubliques et privées (services sociaux dans les municipalités, les caisses de compensations et d’assurances sociales, les œuvres diverses). À partir de 1939, l’État investit massivement le secteur social qui joue un rôle fondamental sous l’Occupation avec les besoins croissants des familles. Or Vichy impose un renversement de conception : la référence à la famille, placée désormais en position de force, devient la représentation exclusive de l’action sociale. Nous étudierons comment cette nouvelle approche permet une véritable entreprise de « familialisation » du travail social à partir de 1941. C’est une position plus défensive qui est tenue face au domaine de la santé. La lutte contre les « fléaux sociaux18 » comme les mesures de protection maternelle et infantile ont longtemps été fondées sur des conceptions hygiénistes et sanitaires19. En 1920, les premières mesures natalistes20 sont entreprises par un ministère de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociale. Cette dimension est encore très présente dans le Code de la famille et de la natalité françaises de 1939 (notamment Titre 2, chap. 3). Sous Vichy, les services de la Famille vont s’efforcer de se dissocier de la Santé : dans les sphères d’intervention d’une part – étudiées à travers le cas des travailleuses sociales (le diplôme unique créé en 1938 est remplacé par deux diplômes distincts d’assistantes médico-sociales et d’assistantes sociales familiales) ; dans les structures administratives d’autre part. Ce processus est particulièrement visible aux échelons déconcentrés : nous étudierons comment les délégués régionaux à la famille constitués en septembre 1940 sont progressivement affranchis un an plus tard de la tutelle des directeurs régionaux à la famille et à la santé transformés en directeurs régionaux à la santé et à l’assistance. Cette entreprise n’est facilitée ni par le rattachement de la Famille et de la Santé au même secrétariat général (de septembre 1940 à février 1941) puis au même secrétariat d’État (à partir de février 1941), ni par la nomination à la tête de ces structures de médecins, plus soucieux des questions médicales que familiales. En fait jusqu’aux derniers moments du régime rien ne semble acquis : ainsi au printemps 1944, le secrétaire d’État à la Famille et à la Santé tente, en vain, de remettre les délégués régionaux à la famille sous la coupe des directeurs régionaux à la santé et à l’assistance. Vis-à-vis de l’assistance, confiée pour les victimes de la guerre au Secours national (loi du 4 octobre 1940), la position des acteurs publics de la famille semble plus ambiguë. Nous étudierons comment ceux-ci essaient d’intervenir dans cette sphère, où les œuvres privées sont déjà très actives, pour « familialiser » l’assistance, tant dans le public visé que dans les modes d’intervention privilégiés, en prenant en charge une partie de « l’aide aux familles ». Reste enfin la dialectique Famille/Population. Constituée comme objet politique par l’État et officialisée avec la création du Haut Comité à la population en 1938, la Population semble institutionnellement en position de force à la veille de la guerre. Pourtant c’est bien la Famille qui prédomine sous Vichy. Il faudra expliquer pourquoi cette situation résulte non seulement du choix de l’État français mais aussi des ultimes revirements de la Troisième République. Il s’agira aussi d’analyser les renversements de la Libération entre ces deux objets politiques : la Famille sort de l’épisode vichyste institutionnellement forte mais en partie délégitimée – elle sera utilisée dans le cadre des tensions politiques tripartites de l’immédiate après-guerre – alors que la Population connaît une nouvelle légitimité politique sous le Gouvernement provisoire de la République tout en étant institutionnellement fragile. Dans tous les cas, les impulsions et reconnaissances de l’État restent fondamentales.

  • 21 Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Fayard, 19 (...)
  • 22 Plus largement, Vichy poursuit une politique d’étatisation des administrations, déjà engagée sous (...)
  • 23 Marc-Olivier Baruch, Philippe Bezes, « Généalogie de la réforme de l’État », in La Revue française (...)
  • 24 Cf. Bruno Dumons et Gilles Pollet, « Espaces politiques et gouvernements municipaux dans la France (...)

5Cette dimension doit nous amener à nous interroger sur le rôle de l’État – et plus largement sur la place de ses différents acteurs – dans l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique publique de la famille. Plusieurs travaux, en particulier l’ouvrage de Marc-Olivier Baruch21, ont bien montré le processus d’étatisation sous Vichy (étatisation de la police, statut des fonctionnaires)22 – prolongé à la Libération –, comme étant la réalisation partielle d’un ensemble de projets de réformes pour lutter contre la faiblesse de l’État – estimée responsable de « la décadence de l’avant-guerre23 ». La prise en charge de la famille par l’État autoritaire et dirigiste de Vichy s’inscrit-elle dans cette entreprise ? Quelle marque cet investissement étatique impose-t-il à la politique publique de la famille ? Ces interrogations soulèvent une question de méthode : comment étudier cet État en action sans être piégé par les apparentes dynamiques étatiques de Vichy ? Cela passe d’abord par l’ouverture et l’analyse de sa « boîte noire ». L’État est alors « saisi à travers ses pratiques, figures et usages concrets ». Il doit être entendu non comme un tout, mais comme un système organisationnel composé d’acteurs individuels et collectifs, avec leurs logiques propres, leurs marges d’autonomie et d’interdépendance24. Cette nouvelle approche permet d’interroger la réalité du volontarisme de Pétain et du gouvernement en matière de politique de la famille, de montrer quels acteurs soutiennent effectivement cette politique publique au sein de l’appareil d’État. Nous verrons ainsi que cette politique est davantage portée par les structures administratives, tant centrales que périphériques, que par les ministères. Il s’agit également d’appréhender les concurrences entre départements ministériels, tout comme les tiraillements entre les différents échelons d’une même administration, avec leurs conséquences sur les moyens d’action et les mesures effectives. L’expertise de cette action publique dans ses pratiques concrètes doit ainsi envisager les écarts avec les lignes politiques ministérielles et les dispositions officielles. Elle permet aussi de prendre en compte les combinaisons ou les tensions entre les stratégies politiques et bureaucratiques, le rôle des organes technocratiques et d’expertise. Cette démarche est pertinente pour étudier un système autoritaire où le Chef de l’État détient les « pleins pouvoirs » et où les divers niveaux administratifs sont censés relayés les décisions de l’exécutif selon un mode pyramidal, de l’administration centrale aux secrétaires de mairie.

  • 25 Robert Lafore, « Les espaces locaux de la protection sociale. Rapport de synthèse », in Gérard Aub (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 La gestion de cet espace est rendu encore plus complexe en raison de circonscriptions administrati (...)
  • 28 « [Ce travail] pose [en effet] que chaque acteur historique participe, de façon proche ou lointain (...)

6Cet investissement public de la sphère d’action familiale et l’organisation administrative hiérarchisée qui l’accompagne posent aussi la question du rôle du « local » dans la construction d’une politique publique de la famille. Assiste-t-on à la fin du local sous Vichy ? C’est au sein des espaces locaux qu’ont été façonnées les premières politiques sociales à travers des expériences singulières menées par des acteurs privés – comme la distribution des allocations familiales par des caisses de compensation. Or l’action de l’État dans ce domaine durant les années 1930, avec la généralisation du système des prestations en 1932, n’a pas entraîné la suppression de ces organismes. Comme le souligne Robert Lafore, il ne s’agit pas « d’un processus de disparition du local pour lui substituer des institutions radicalement nouvelles, mais d’un phénomène d’intégration par adaptation réciproque de l’acteur étatique d’un côté et des protagonistes locaux de l’autre25 ». Ainsi le local « s’est constitué en élément structurant de la protection sociale, contribuant à établir un modèle dans lequel le dialogue et la coopération avec le “national” sont une caractéristique de fond26 ». Ces modes d’action de l’entre-deux-guerres vont largement conditionner les pratiques sous l’Occupation. Nous verrons combien l’intervention de ces organismes reste déterminante malgré le renforcement du contrôle de l’État vichyste sur ces prestations. Il faudra plus largement expliquer comment les logiques technocratiques nationales à l’origine des mesures familiales sous Vichy interfèrent avec des logiques proprement locales. Le rôle confié par les pouvoirs publics aux acteurs locaux à partir de 1940 pour la mise en œuvre de réformes familiales et l’impulsion de nouvelles expériences donne une place centrale aux territoires, véritables « laboratoires » de l’action familiale. Or ces espaces sont soumis durant l’Occupation à des logiques très contrastées selon qu’ils relèvent des zones occupée, non-occupée ou réservée. Pour les appréhender dans leur diversité, nous avons choisi d’analyser le cas d’une région compacte au territoire particulièrement compartimenté : la Bourgogne et la Franche-Comté dans leurs limites actuelles. Relevant de différents centres de décision, tant à Vichy qu’à Paris, tant à Dijon qu’à Lyon – sièges respectifs des délégations régionales à la famille et des préfectures régionales – cette région va connaître une histoire particulièrement différenciée27. La situation géographique fait aussi de ce territoire de l’Est un espace-carrefour et de transit avec l’accueil d’une nouvelle population objet d’actions spécifiques, composée de réfugiés et de sinistrés en 1940 et 1944. L’originalité de notre démarche va alors consister à suivre tout à la fois cet échelon d’administration régional et celui de l’administration nationale par une minutieuse reconstitution, pour chaque échelle, de la succession des événements durant l’État français. Cette confrontation des deux niveaux d’observations, sans privilégier l’un plutôt que l’autre, permet de comprendre l’enchevêtrement des logiques à l’œuvre sous Vichy et de prendre en compte ce que Jacques Revel appelle « la structure feuilletée du social ». Elle rend également possible un nécessaire travail de « contextualisation multiple28 ». Des études micro-analytiques vont compléter l’ensemble pour expliquer les pratiques et représentations du familial à l’échelon local, mettre en évidence leurs spécificités mais aussi leur inscription dans des processus beaucoup plus larges. L’angle micro-analytique doit également permettre de reconstituer les stratégies des institutions ou des acteurs individuels du familial : éclairer les tactiques en mettant à jour l’éventail des possibles pour en analyser les attendus et comprendre pourquoi tel choix a été privilégié (en fonction d’un intérêt spécifique ou collectif, d’un horizon d’attente, d’une autorité centrale, etc.).

  • 29 Cette nouvelle dimension a particulièrement été mise en évidence par les chercheurs du Groupe ESOP (...)
  • 30 Paul-André Rosental, « Pour une histoire politique des populations », Annales. Histoire, sciences (...)

7Ces nouvelles approches éclairent la façon dont l’État agit dans la société à partir de 1940 mais doivent aussi prendre en compte le rôle d’autres institutions, tant publiques que privées, qui interviennent dans le champ familial et interagissent à différentes échelles avec l’institution étatique. Le récent renouvellement des problématiques de l’histoire des populations a en effet montré les limites d’une conception de la société comme entité passive sur laquelle une force extérieure pouvait agir directement. Elle a mis au contraire en évidence le caractère « construit » de cette population, résultat d’une fabrication politique et juridique, façonnée en permanence par l’organisation sociale29. Comme le souligne Paul-André Rosental, « on raisonne alors moins en terme d’action extérieure que d’interaction ; on met davantage l’accent sur la création en continu des sociétés par elles-mêmes que sur un environnement exogène30 ». Les organisations extra-étatiques ou paraétatiques sont en effet capables de renforcer les mesures officielles, de s’y opposer voire même d’en transformer l’application sur le terrain. Dans cette perspective, il est nécessaire de s’interroger sur la nature de la politique de la famille poursuivie sous Vichy : répond-elle à un programme préétabli mis en œuvre par un « État fort » ou bien se construit-elle au cours de la période, avec l’intervention de différents acteurs au gré des jeux d’influence et des circonstances ?

  • 31 Cf. Michel Chauvière et Virginie Bussat, Famille et codification. Le périmètre du familial dans la (...)

8Pour appréhender les différents usages politiques et sociaux de la famille, nous utiliserons la notion très riche de « familial ». Celle-ci désigne la famille comme catégorie sociopolitique, dont la construction se fait tant au plan institutionnel qu’en pratique, entre les acteurs publics et privés. Comme le met en évidence Michel Chauvière, son étude doit notamment privilégier l’analyse des rhétoriques politiques, des actions et idéologies, connaissances et expertises, des stratégies juridiques, institutionnelles ou associatives… quand cela se réfère d’une manière ou d’une autre à la famille ou aux familles31. Peuvent être qualifiés de « familiaux » tous ceux qui se mobilisent autour du fait familial, participent à sa construction politique et sociale, ou se rallient à cette utilisation de la famille. Le recours à la notion de familial permet à l’historien d’avancer dans la connaissance des stratégies de tous les types d’acteurs se revendiquant de la famille pour mener une action politique et/ou sociale – qu’ils agissent au sein de l’appareil d’État ou hors de la sphère étatique. Sous Vichy, les structures privées ou parapubliques sont en effet nombreuses à faire usage de la famille pour faire aboutir leurs projets. Elles se différencient en fonction de la place qu’occupe le familial dans leurs stratégies, des plus idéologiques aux plus opportunistes. Les associations familiales et natalistes qui en font l’une des composantes essentielles de leurs discours et un moteur d’engagement de leurs membres, ont une longue tradition d’intervention dans ce champ. Si les associations de familles nombreuses laïques et les groupes de pression natalistes revendiquent depuis longtemps une politique publique de la famille et attendent de celle-ci une nouvelle place dans la société, les associations catholiques et l’Église, quant à elles, se rallient plus tardivement à cette idée, par méfiance envers toute intervention de l’État dans la sphère privée. Dans d’autres institutions, c’est davantage par opportunisme que le familial est placé au centre de leurs logiques d’action : les caisses de compensation des allocations familiales utilisent le familial sous Vichy pour légitimer le maintien de leur autonomie face à l’État et jouer un nouveau rôle dans leurs territoires en lien avec les associations familiales ; le Secours national dont l’action répond à une logique assistantielle recourt au familial pour afficher son inscription dans la Révolution nationale. Pour certaines structures enfin, le familial n’est qu’argument pour agir dans la France de l’Occupation : les grandes entreprises en font usage pour justifier certains modes d’action paternalistes ; des coopératives de consommation s’en servent pour revendiquer des subventions. Cette notion paraît ainsi comme un outil essentiel pour analyser le rôle respectif de l’État et des organisations extra-étatiques (parapubliques et privées) dans la politique de la famille des années 1940 et avancer dans la connaissance de l’action publique comme de ses résultats. Elle permet ainsi d’envisager leurs relations comme un mode de production de la politique publique sous Vichy. Pour comprendre les dynamiques complexes de ces interactions, les stratégies respectives des institutions impliquées dans la sphère d’action familiale doivent être étudiées. Cela suppose premièrement de s’interroger sur les objectifs des organisations privées et sur les différentes formes de leurs relations avec les pouvoirs publics pour faire aboutir leurs projets – ce qui sous-entend aussi de réfléchir à l’autonomie et à la capacité d’initiatives de ces structures soumises à la fois aux contraintes de l’Occupation et aux conditions liberticides et coercitives de Vichy. Doivent ainsi être pris en compte notamment les conditions de « l’articulation » entre les associations familiales et le ministère de la Famille, les relais « spontanés » des agents privés à politique de la famille, le jeu ambigu des caisses de compensation, la pression de ces acteurs sur l’exécutif. Cela implique aussi d’étudier la diversité des stratégies mises en œuvre par l’État à différents niveaux, pour surmonter ses obstacles internes et tenter d’instrumentaliser les organisations extra-étatiques. Ministères, administrations, échelons déconcentrés essaient ainsi d’utiliser un champ associatif particulièrement mouvant.

  • 32 Robert O. Paxton, La France de Vichy, Paris, Éd. du Seuil, 1973, rééd. Coll. Points, 1990, p. 164- (...)
  • 33 « […] si l’on s’en tient aux mesures prises par le Commissariat général à la famille ou à son inst (...)
  • 34 Cf. GRMF, « L’action familiale ouvrière et la politique de Vichy », Les cahiers du GRMF, no 3, 198 (...)
  • 35 « Autant l’histoire personnalisée perd souvent toute qualité, autant il est utile ici de repérer l (...)
  • 36 Marc Boninchi, Vichy et l’ordre moral, Paris, PUF, 2005.
  • 37 Ibid., p. 48.
  • 38 Gérard Noiriel présentait dans cet ouvrage la politique antisémite et d’exclusion de Vichy comme l (...)
  • 39 Les législations répressives contre l’avortement et l’homosexualité ou la lutte contre l’alcoolism (...)
  • 40 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l’or (...)
  • 41 Ibid, p. 371.
  • 42 D. Peschanski récuse l’idée d’un « Vichy avant Vichy » : il met en évidence les mesures d’exceptio (...)
  • 43 Ibid, p. 191-192.

9La spécificité de la politique de la famille sous Vichy et de ses héritages doit également être interrogée. Cette politique s’insère-t-elle dans une continuité avec celles des régimes républicains qui l’encadrent ? Cela a fait l’objet d’importants débats historiographiques. La thèse de la continuité est la plus ancienne. La politique nataliste de Vichy a ainsi été très tôt lue comme une forme de continuation avec les tendances à l’œuvre sous la Troisième République. Robert Paxton estime de cette façon que « le programme de Vichy se borne pour l’essentiel à poursuivre la politique d’avant-guerre, plus énergiquement il est vrai ». Il poursuit : « Vichy a suivi de plus près la République dans sa politique de la natalité qu’il ne l’a fait en tout autre domaine32. » Aline Coutrot va quant à elle s’appuyer sur une approche « technique » et juridique des mesures entreprises pour en déduire la permanence d’une politique familiale des années 1930 aux années 195033. Elle estime en effet que l’administration familiale aurait été « immunisée » contre l’idéologie politique de la Révolution nationale développée par le gouvernement, ce qui lui aurait permis de concevoir des dispositions « apolitiques ». La genèse de l’Union nationale des associations familiales (UNAF), organe représentatif du mouvement familial auprès des pouvoirs publics, pose aussi la question de cette continuité. L’ordonnance du 3 mars 1945 qui l’institue s’inspire en grande partie de la loi Gounot (29 décembre 1942) obtenue sous Vichy et répond aux revendications formulées par les familiaux depuis les années 1930. Et la formulation définitive de l’ordonnance de la Libération va être très influencée par les conceptions de personnalités déjà très actives sous Vichy. Ainsi Robert Prigent, secrétaire général de la Ligue ouvrière chrétienne puis du Mouvement populaire des familles, représente à partir de 1941 son organisation au Comité consultatif de la famille française, organe officiel de Vichy, et au Centre national de coordination et d’action des mouvements familiaux34. Directeur par intérim du Commissariat général à la famille jusqu’en février 1945, il devient ministre de la Population en novembre 1945 puis ministre de la Population et de la Santé publique en 1947. Pour Michèle Bordeaux la pérennité de tels acteurs individuels dans les instances de Vichy, de la Libération puis de la République soulignerait l’absence de différences entre les dispositifs des divers régimes35. Cette thèse continuiste a été récemment alimentée par l’ouvrage de Marc Boninchi36 : s’appuyant sur le cas de la législation adoptée en matière de mœurs – domaine d’action publique considéré généralement comme marquant une différence radicale entre une politique conservatrice et une politique libérale – celui-ci tend à démontrer combien les ruptures de Vichy sont « plus apparentes que réelles37 ». Il s’insère explicitement dans le prolongement de la thèse développée par Gérard Noiriel dans Les origines républicaines de Vichy38. Pour ce dernier comme pour l’auteur de Vichy et l’ordre moral, l’État français s’inscrirait, en l’accentuant toutefois, dans la continuité de la répression contre les « fléaux sociaux » initiée par la Troisième République. Marc Boninchi va également insister sur la pérennité après Vichy de plusieurs de ces lois qu’il qualifie de relatives à l’ordre moral39. Cependant cet angle historiographique minore les fractures fondamentales que constituent les principes d’action spécifiques à cet État autoritaire. Dans Vichy et l’éternel féminin, Francine Muel-Dreyfus montre ainsi que le régime place au centre de sa politique « une violence spécifique » à l’égard des femmes40 : par ses discours sur la dénatalité et le travail féminin, le gouvernement du maréchal Pétain présente les femmes comme les coupables de la défaite et les responsables de la « déchéance » de la nation. Enjeux de la « rénovation nationale », elles font l’objet des nombreuses mesures étatiques leur imposant un retour à la maternité nationale et au foyer. L’auteur analyse bien comment cette conception sexiste officielle ne relève pas seulement d’une politique conservatrice mais constitue un pan du programme d’exclusion, de coercition et de répression de l’État français41. Comme le souligne Denis Peschanski à l’égard de la thèse de Gérard Noiriel, il n’y aurait pas une différence de degré mais de nature entre les politiques menées par les gouvernements de la République et celles de l’État d’exception de Vichy42. En matière de politique familiale, les dispositions adoptées vont ainsi être largement marquées par la vision antidémocratique et antimoderniste de la Révolution nationale. Du coup, comme l’écrit Francine-Muel Dreyfus, la thèse de la continuité « tend à banaliser les mesures familiales de la Révolution nationale et, du coup, empêche de les construire comme des mesures politiques, parties intégrantes d’un système qui a balayé en six mois les principes démocratiques, privilégie l’aspect technique d’une politique dont la charge idéologique nous semble pourtant considérable dans les processus de légitimation de ce qui se donne explicitement pour un ordre nouveau43 ».

  • 44 Alain Bancaud, Une exception ordinaire. La magistrature en France 1930-1950, Paris, Gallimard, col (...)
  • 45 Cf. Denis Peschanski, Vichy 1940-1944. Contrôle et exclusion, Paris, édit. Complexe, 1997. Plus pr (...)

10D’autres travaux, qui posent Vichy dans la longue durée, ont également montré la nécessité de penser la question des ruptures/continuités différemment. Les ouvrages de Marc-Olivier Baruch sur l’administration et ceux d’Alain Bancaud sur la justice44, en soulevant la question du maintien de pratiques administratives ou judiciaires des années 1930 aux années 1940, ont insisté sur la prise en compte de la temporalité propre à leur objet d’étude. Inscrit dans cette approche, notre travail placera la temporalité au centre des schémas explicatifs, répondant ainsi à une double nécessité historienne : croiser en premier lieu le temps long du social au temps court de l’événement, afin d’appréhender le champ familial dans sa spécificité en l’inscrivant dans une évolution sur le long terme ; éviter en second lieu d’être pris au piège de ce que Pierre Laborie appelle le « corset vichyssois », c’est-à-dire la surestimation du poids de la conjoncture et de l’idéologie que le régime prétendait imposer à la société. Ainsi pour envisager les continuités et ruptures des usages de la famille, on ne peut comprendre cette courte période en la dissociant de certaines racines (notamment l’extrême fin des années 1930) comme de ses prolongements (l’immédiat après-guerre). La prise en compte du contexte politique et militaire de la France des années noires est également fondamentale : la politique des occupants et leurs exigences vont en effet conditionner l’action étatique de Vichy et ses pratiques effectives tout comme la politique de collaboration voulue par l’État français. À différents degrés, tous les domaines de l’action publique sont ainsi marqués par ces nouvelles conditions, même le champ du social longtemps présenté comme à l’abri des contingences du politique45. Pour autant notre regard sur les étapes de la politique de la famille ne doit pas être déterminé par les évolutions générales du régime : il s’agit de dégager les spécificités de la chronologie de cette politique publique. Nous montrerons ainsi que son évolution n’est pas linéaire sous Vichy mais connaît des avancées et des reculs selon les soutiens ministériels et le contexte de l’Occupation, ce qui explique notamment la mise en œuvre très tardive de certains grands projets comme la loi Gounot. Après le retour de Laval au pouvoir en avril 1942 et l’abandon de la Révolution nationale, son inscription à l’agenda politique ne va plus de soi : comment expliquer le maintien de cette politique publique ? De même en juillet 1944, l’administration de la famille craint moins les bouleversements de la Libération qu’un projet ministériel de Vichy qui menace son organisation ! Nous verrons également combien la chronologie est différenciée selon les échelles d’intervention. Sans sombrer dans le relativisme absolu, chaque échelle étant articulée à une autre, ces différentes temporalités doivent être mises à jour. Ainsi en 1945, alors que l’administration centrale mène désormais une politique familiale selon des principes républicains, en régions ses agents déconcentrés continuent de diffuser une propagande moralisatrice et anti-individualiste, très proche de l’idéologie de la Révolution nationale ! Il s’agit également d’explorer les logiques qui président au maintien des acteurs de cette politique, de Vichy à la Libération, alors que les enquêtes d’épuration couvrent l’ensemble du spectre des animateurs de ce champ – des fonctionnaires du Commissariat général à la famille aux administrateurs des caisses de compensation en passant par les principales personnalités associatives du familialisme. Comment expliquer que ce personnel soit si peu épuré ? Servir la politique familiale de Vichy est-ce apolitique et non compromettant ?

  • 46 Pierre-Paul Zalio, « Un monde patronal régional dans les années 1930. Une perspective configuratio (...)
  • 47 Luc Boltanski, « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de (...)
  • 48 Voir sur l’utilisation de notions empruntées à l’analyse de réseaux, Claire Lemercier, « Analyse d (...)
  • 49 Ibid., p. 104 et suiv.

11Il faut enfin rendre intelligible les stratégies individuelles de ces acteurs de l’action familiale. Le rôle des liens individuels ou « interrelationels » en fonction des objectifs poursuivis doivent être mis en évidence : la multiplication des prises de contacts des délégués régionaux à la famille, les relations nouées par les présidents des centres de coordination ou les nouveaux liens tissés par les secrétaires-généraux des caisses de compensation pourront être analysés en termes de « capital social46 » ou de « multipositionnalité47 », notions empruntées à l’analyse des réseaux sociaux48. Il s’agit aussi de reconstituer les trajectoires d’engagement de ces individus. Cette méthode consiste à retracer les parcours des familialistes et à connecter leurs choix à des réseaux de personnes ou d’institutions ; mais aussi à situer leurs prises de position dans un jeu social et institutionnel structuré49. Elle doit permettre de révéler différents phénomènes propres à la période de Vichy et à notre objet d’étude. Il s’agit en effet de dégager, parmi les choix individuels ce qui relève d’une mobilisation collective de leurs réseaux (plus ou moins impliqués dans une politique du familial et intéressés à sa réussite) de ce qui est lié à leurs intérêts propres (accès à la notabilité, carrière politique ou associative…). Consacrée à une période courte mais très dense en événements, cette analyse prend aussi en compte le contexte politique et militaire comme facteur conditionnant l’évolution de ces choix. Ces approches, menées à différentes échelles, permettront de comprendre les déterminations de l’engagement des familiaux, tant au service de Vichy et de sa politique familiale que de la Résistance.

Notes

1 Cf. également l’allocution de Pétain du 9 octobre 1940.

2 Discours de Pétain du 9 juillet 1941 à la commission du conseil national relative à la réforme constitutionnelle et Revue des deux mondes, 15 septembre 1940.

3 Yves Mény et Jean-Claude Theonig, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989.

4 Ces questions ne sont pas tranchées. Cf. débats présentés dans Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot, Pauline Ravinet (éd.), Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, 2006. Sans entrer dans le détail de ces débats, nous pouvons distinguer la position qui insiste sur une approche institutionnelle et managériale (cf. Jean-Claude Theonig [ibid.]) de celle s’intéressant davantage à la fonction cognitive de l’action publique (cf. Bruno Jobert et Pierre Muller, L’État en action. Corporatismes et politiques publiques, Paris, PUF, 1987 ; Pierre Muller, Les Politiques publiques, Paris, PUF, coll. QSJ, 1990, rééd. 2008).

5 Aline Coutrot, « La politique familiale », in René Rémond (éd.), Le gouvernement de Vichy, 1940-1942, institutions et politiques, Paris, A. Colin/FNSP, 1973, p. 245-263.

6 Ibid., p. 262-263.

7 Cf. Antoine Prost, « L’évolution de la politique familiale en France de 1938 à 1981 », Le Mouvement social, 129, oct. -déc. 1984, p. 7-28 ; Pierre Laroque (éd.), La politique familiale de la France depuis 1945, Paris, ministère des Affaires sociales et de la Solidarité nationale, Commissariat général du Plan, 1985.

8 Cf. Michèle Cointet-Labrousse, « Le gouvernement de Vichy et les familles », Informations sociales, 4/5, 1980, p. 26-30 ; Claire Andrieu, « Démographie, famille, jeunesse », in Jean-Pierre Azéma, François Bédarida (éd.), La France des années noires, Paris, éd. du Seuil, 1993, rééd. 2000, p. 483-522.

9 Cf. Michèle Bordeaux, La victoire de la famille dans la France défaite, Paris, Flammarion, 2002, p. 8 et p. 15. L’objectif de l’auteur est surtout d’insister sur le contenu de la propagande officielle et sur les projets du Commissariat général à la famille afin de dénoncer le programme supposé fasciste de l’État français. L’étude des pratiques étatiques concrètes semble dès lors passer au second plan. La question du fascisme du régime a fait l’objet d’un important débat entre les historiens. Il en ressort que Vichy est aujourd’hui considéré comme un régime autoritaire, antisémite et xénophobe mais ne peut être qualifié de fasciste en raison de l’absence d’un parti unique et d’une ambition impérialiste belliqueuse, propres aux régimes fascistes. Néanmoins des courants, des acteurs (Marcel Déat, Paul Marion au ministère de l’Information, Philippe Henriot, Joseph Darnand) et des organisations fascistes (Légion française des combattants, SOL, Milice) ont bien existé au sein du régime. Sur les termes du débat, nous nous permettons de renvoyer à Capuano Christophe, « Le régime de Vichy : un fascisme à la française ? », http://histoire-geographie.ac.dijon.fr/savoir/histo/totalitarisme/Vichy.rtf

10 Miranda Pollard, Reign of Virtue. Mobilizing gender in Vichy France, Chicago and London, The University of Chicago Press, 2000 ; Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Seuil, 1996.

11 Ainsi pour l’Église, le temps de la Révolution nationale est perçu comme un moment de reconquête catholique. Quant aux partisans de la médecine des familles, ils voient dans l’idéologie corporatiste du régime de Vichy l’occasion de mettre leur profession en ordre. Leur connaissance du corps féminin qu’ils mettent au service de l’État et de l’idéologie de la « rénovation nationale » tend à légitimer aux yeux des pouvoirs publics leur qualité d’experts.

12 Paul-André Rosental, L’intelligence démographique. Sciences et politiques des populations en France (1930-1960), Paris, Odile Jacob, 2003, p. 63.

13 Marc Boninchi, Vichy et l’ordre moral, Paris, PUF, 2005.

14 Ibid., p. 64 et 69.

15 Pierre Muller, Les Politiques publiques, op. cit., p. 61.

16 Pour répondre à cette question, nous nous appuierons notamment sur l’ouvrage collectif sous la direction Philippe-Jean Hesse et Jean-Pierre Le Crom, La protection sociale sous le régime de Vichy, Rennes, PUR, 2001.

17 Au ministère du Travail, s’ajoutent le ministère des Finances chargé de donner ou non son accord sur le financement des nouvelles réformes, puis celui l’Agriculture et du Ravitaillement à partir de la loi du 5 avril 1941 qui lui confie la politique sociale agricole. Interviennent indirectement aussi les autorités occupantes dont dépend le relèvement ou non des salaires moyens départementaux sur lesquels sont basées les allocations familiales.

18 Tuberculose, taudis et problèmes de logement, alcoolisme, avortement, prostitution, maladies vénériennes.

19 Les premières mesures de protection maternelle sont prises avec les lois du 24 novembre 1909 (congé maternité) et du 12 juin 1913 (repos des femmes en couches avec allocations journalières). Cf. Michel Dreyfus, Michèle Ruffat, Vincent Viet, Danièle Voldman, Se protéger, être protégé. Une histoire des assurances sociales en France, Rennes, PUR, 2006.

20 Le référentiel d’action publique est alors la population et non la famille.

21 Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Fayard, 1997.

22 Plus largement, Vichy poursuit une politique d’étatisation des administrations, déjà engagée sous la Troisième République.

23 Marc-Olivier Baruch, Philippe Bezes, « Généalogie de la réforme de l’État », in La Revue française d’administration publique, 2006/4, no 120, p. 626.

24 Cf. Bruno Dumons et Gilles Pollet, « Espaces politiques et gouvernements municipaux dans la France de la Troisième République. Éclairage sur la sociogenèse de l’État contemporain », Politix, année 2001, volume 14, no 53, p. 17. Cf. également Bruno Payre et Gilles Pollet, « Analyse des politiques publiques et sciences historiques : quel(s) tournant(s) socio-historique(s) ? », Revue française de science politique, volume 55, no 1, 2005, p. 133-154. Bruno Payre et Gilles Pollet, « Approches socio-historiques », in Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot, Pauline Ravinet (éd.), Dictionnaire des politiques publiques, op. cit., p. 93-94.

25 Robert Lafore, « Les espaces locaux de la protection sociale. Rapport de synthèse », in Gérard Aubin et Bernard Gallinato (éd.), Les espaces locaux de la protection sociale. Études offertes au professeur Pierre Guillaume, Paris, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 2004, p. 535-543.

26 Ibid.

27 La gestion de cet espace est rendu encore plus complexe en raison de circonscriptions administratives particulièrement vastes. C’est le cas en particulier de la Bourgogne qui couvre 31 582 km2 et comprend les départements de la Côte-d’Or, de la Nièvre, de la Saône-et-Loire et de l’Yonne. Quant à la Franche-Comté, elle s’étend sur 16 202 km2, rassemblant le Territoire de Belfort et les départements de la Haute-Saône, du Doubs et du Jura.

28 « [Ce travail] pose [en effet] que chaque acteur historique participe, de façon proche ou lointaine, à des processus – et donc s’inscrit dans des contextes – de dimensions et de niveaux variables, du plus local au plus global. Il n’existe donc pas d’hiatus, encore moins d’opposition entre histoire locale et histoire globale. Ce que l’expérience d’un individu, d’un groupe, d’un espace permet de saisir, c’est une modulation particulière de l’histoire globale. » Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social », Revel Jacques (éd.), Jeux d’échelles. La micro analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, Le Seuil, coll. Hautes Études, 1996, p. 26.

29 Cette nouvelle dimension a particulièrement été mise en évidence par les chercheurs du Groupe ESOPP, créé en 2005 au sein du Centre de recherches historiques de l’EHESS.

30 Paul-André Rosental, « Pour une histoire politique des populations », Annales. Histoire, sciences sociales, 61, 1, 2006, p. 7-29.

31 Cf. Michel Chauvière et Virginie Bussat, Famille et codification. Le périmètre du familial dans la production des normes, Paris, La documentation française, 2000. Nous nous permettons également de renvoyer à la thèse dont est issu cet ouvrage : Christophe Capuano, Le « familial » en France sous le régime de Vichy : territoires, réseaux, trajectoires. Les exemples de la Bourgogne et de la Franche-Comté, thèse d’histoire contemporaine, Université de Bourgogne, 2008, sld de Serge Wolikow.

32 Robert O. Paxton, La France de Vichy, Paris, Éd. du Seuil, 1973, rééd. Coll. Points, 1990, p. 164-166.

33 « […] si l’on s’en tient aux mesures prises par le Commissariat général à la famille ou à son instigation, on est frappé par la continuité d’une politique familiale amorcée à la fin de la Troisième République, développée entre 1940 et 1945, puis reprise et amplifiée, à quelques modifications près, par la Quatrième République ». Aline Coutrot, « La politique familiale », op. cit, p. 262-263.

34 Cf. GRMF, « L’action familiale ouvrière et la politique de Vichy », Les cahiers du GRMF, no 3, 1985, et Michel Chauvière (éd.), « Les mouvements familiaux et leur institution en France. Anthologie historique et sociale », Cahier d’histoire de la Sécurité sociale, no 3, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 2006, p. 628-629.

35 « Autant l’histoire personnalisée perd souvent toute qualité, autant il est utile ici de repérer l’appareil dirigeant de la politique familiale afin de mesurer l’absence d’écart entre la politique de la fin des années trente et celle de 1944-1945, entretenue au-delà par la permanence des acteurs familiaux. » Michèle Bordeaux, La victoire de la famille dans la France défaite, op. cit., p. 19.

36 Marc Boninchi, Vichy et l’ordre moral, Paris, PUF, 2005.

37 Ibid., p. 48.

38 Gérard Noiriel présentait dans cet ouvrage la politique antisémite et d’exclusion de Vichy comme le résultat de la politique qu’aurait mené la Troisième République à l’égard des étrangers depuis la fin du XIXe siècle. Il insistait sur la continuité entre les deux régimes des pratiques administratives relatives aux discriminations légales. Cf. Gérard Noiriel, Les origines républicaines de Vichy, Hachette, coll. Histoires, 1999.

39 Les législations répressives contre l’avortement et l’homosexualité ou la lutte contre l’alcoolisme ne seront pas remises en cause à la Libération.

40 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Seuil, 1996, p. 95.

41 Ibid, p. 371.

42 D. Peschanski récuse l’idée d’un « Vichy avant Vichy » : il met en évidence les mesures d’exception prises par l’État français. Cf. Denis Peschanski, La France des camps, Gallimard, Paris, 2002, p. 97.

43 Ibid, p. 191-192.

44 Alain Bancaud, Une exception ordinaire. La magistrature en France 1930-1950, Paris, Gallimard, coll. nrf-essais, 2002 ; Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français, op. cit.

45 Cf. Denis Peschanski, Vichy 1940-1944. Contrôle et exclusion, Paris, édit. Complexe, 1997. Plus précisément sur la question familiale et la protection sociale, se reporter à Philippe-Jean HESSE et Jean-Pierre Le Crom (éd.), La protection sociale sous le régime de Vichy, Rennes, PUR, 2001, p. 361-362.

46 Pierre-Paul Zalio, « Un monde patronal régional dans les années 1930. Une perspective configurationnelle », in Bernard Convert (éd.), Repenser le marché, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 137-176.

47 Luc Boltanski, « L’espace positionnel. Multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie, janvier-mars 1973, p. 3-26.

48 Voir sur l’utilisation de notions empruntées à l’analyse de réseaux, Claire Lemercier, « Analyse de réseaux en histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52-2, avril-juin 2005, p. 88-112.

49 Ibid., p. 104 et suiv.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540